Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la mer du Nord à la mer Baltique. Identités, contacts et communications au Moyen Âge

 | 
Alban Gautier
, 
Sébastien Rossignol

Traces archéologiques de commerce et de réseaux de contacts avec les espaces des mers du Nord et Baltique en Pologne médiévale

Magdalena Wojcieszak

Texte intégral

  • 1 H. Samsonowicz, Pozne sredniowiecze miast nadbaltyckich, Varsovie, Panstwowe Wydawnictwo Naukowe, (...)

1 Koplude – loplude, « les marchands sont des gens qui courent », affirme un ancien proverbe1. Grâce aux activités et à l’efficacité des « spécialistes des balances et des instruments de mesure », des marchandises se déplaçaient au Moyen Âge d’une extrémité à l’autre du continent européen. Au cours des siècles, des routes terrestres et maritimes se sont formées.

  • 2 R. Czaja, « Hanza », dans Schylek sredniowiecznej Europy, éd. par H. Samsonowicz, Varsovie, Dom Wy (...)
  • 3 Ibid., p. 161.
  • 4 G. Myśliwski, « Handel Europy w późnym sredniowieczu », dans Schylek.éd. par H. Samsonowicz, op. c (...)

2Au haut Moyen Age, le commerce avec la zone de la mer Baltique avait une grande importance pour l’économie de l’Europe du Centre et du Centre-Est. Des fouilles archéologiques sur la côte méridionale de la mer Baltique indiquent dès les IXe et Xe siècles des contacts entre ce territoire et les contrées du Moyen-Orient, de Scandinavie, de Russie et de l’Empire byzantin. Les marchands du Danemark, de Gotland et de Russie eurent ensuite une position centrale dans le commerce baltique jusqu’à la seconde moitié du XIIe siècle. À ce moment, les Allemands du Nord commencèrent à participer plus activement au commerce. Le développement économique rapide de l’Europe occidentale, entre le XIe et XIIIe siècle, eut pour conséquence une intégration plus poussée de l’espace baltique dans les structures économiques européennes. À l’Ouest, un besoin grandissant de denrées, de fourrures et de produits du bois fit son apparition. À la même époque, le processus d’urbanisation en Europe centrale et nordique s’accélérait : ce phénomène mena à la création de nouveaux centres de commerce et de production artisanale caractérisés par une autonomie considérable face aux autorités locales. En 1143, puis à nouveau en 1139, la ville communale de Lübeck était fondée et grâce à une localisation avantageuse, elle devint en peu de temps le chef de file des ports commerciaux dans la région. Dans la première moitié du XIIIe siècle, une série de villes était fondée au sud de la mer Baltique et elles obtinrent des chartes de « droit allemand » : Rostock en 1225, Stralsund en 1234, Szczecin (al. Stettin) en 1237, Kołobrzeg (al. Kolberg) en 1255, Gdańsk (all. Danzig) en 1225/1263, Elblag (all. Elbing) en 1237, Koenigsberg en 12552. Au XIIIe siècle, une association des marchands d’Allemagne du Nord était établie ; selon les mots du docteur Johannes Osthausen, échevin de la ville de Lübeck dans la seconde moitié du XVe siècle, l’association « unissait [les marchands] pour le soutien et la protection de leurs propres affaires commerciales3 ». Elle fut appelée la Hanse. Les marchands hanséatiques dominèrent la route allant de Veliky Novgorod à Reval (Tallinn), Lübeck, Hambourg, Bruges et Londres, avec des détours par le détroit du Sund (ill. 1). Ils établirent quatre « comptoirs » (kontors, « maisons de comptes ») – soit des établissements visant à faciliter le commerce –, à Londres, Bruges (Flandre), Bergen (Norvège) et Veliky Novgorod (Russie). Les « comptoirs » avaient un rôle de médiation pour les marchands de la Hanse et les aidaient à prendre contact avec les commerçants locaux. Ces établissements s’administraient eux-mêmes et jouissaient d’une autonomie enviable face aux autorités locales4.

  • 5 P Dollinger, Dzieje Hanzy. XII-XVII wiek, Varsovie, Volumen, 1997, p. 195.
  • 6 H. Paner, « Archeological Evidence for Trade in Gdańsk from the 12th to 17th Century », dans Lübec (...)

3Les marchands hanséatiques faisaient le commerce des céréales, des fourrures, de l’ambre, du lin, de la laine, du chanvre, des peaux et des produits du bois : bois de construction, cendres de bois, poix, goudron de bouleau et cire. Ils importaient du fer de Suède ; du poisson salé et séché du Danemark, de Norvège et d’Islande ; des produits textiles d’Angleterre, d’Ecosse, de Flandre et des Pays-Bas ; des minerais de Hongrie5. Des marchandises d’Italie, d’Espagne et du Portugal comme le vin, les épices, les fruits exotiques, la soie, le verre et la céramique de luxe atteignaient la zone baltique grâce à la médiation des centres flamands et allemands. Des documents conservés témoignent d’expéditions entreprises par des marchands de Gdańsk à la fin du XIVe siècle, expressément pour le commerce, jusqu’aux salines de la baie de Bourgneuf, jusqu’en Espagne pour l’huile d’olive et le vin et, dans la seconde moitié du XVe siècle, jusqu’au Portugal pour le vin et le sel de Setūbal6.

  • 7 Les résultats des fouilles archéologiques menées à Elbląg, à Gdańsk et à Wrocław sont présentés en (...)

4Les transactions avec ces marchandises sont mentionnées dans les sources écrites. Cependant, lors des fouilles archéologiques, nous rencontrons une grande variété d’autres produits qui rendent compte d’un système complexe de réseaux de commerce au long cours. De telles trouvailles ont été faites en grand nombre, particulièrement lors de fouilles menées au cours des deux dernières décennies dans des villes qui, au Moyen Âge, appartenaient à la Hanse : ainsi à Szczecin, à Kołobrzeg, à Gdańsk, à Elblag et à Torun (all. Thorn), mais aussi à Wrocław (all. Breslau) et à Cracovie, des villes situées dans l’hinterland et qui rejoignirent la Hanse au XIV siècle. En particulier, les recherches de longue haleine menées dans la Vieille Ville d’Elbląg (dirigées par Grażyna Nawrolska), à Wrocław (dirigées par des équipes sous la direction, entre autres, de Jerzy Piekalski et de Cezary Buśko) et à Elle au Grenier à Gdańsk (dirigées par Henryk Paner) ont été extrêmement fructueuses7. Cet article se veut un aperçu des découvertes récentes et de ce qu'elles nous apprennent sur les modalités des contacts entre factuel territoire de Pologne et d’autres régions européennes – principalement par le biais de la mer Baltique – entre le XIIIe et le XVIe siècle.

La céramique, la vaisselle et les denrées importées

  • 8 G. Nawrolska, « Archaeological Evidence for Trade in Elbląg from the 13th to the 17th centuries », (...)
  • 9 Ibid., p. 375; H. Paner, « Archaeological Evidence... », art. cit., p. 392.
  • 10 Kolegia uniwersyteckie sredniowiecznej Europy. Katalog wystawy Muzeum Uniwersytetu Jagiellonskiego (...)

5Généralement, les produits importés avaient une grande valeur utilitaire autant qu'esthétique et surpassaient les produits locaux tant en ce qui concerne la réalisation technique que la durabilité, l’aspect fonctionnel et l’ornementation8. Ils devaient satisfaire les attentes de bourgeois riches et ambitieux et indiquer la richesse et le prestige de leurs propriétaires. Parmi les produits importés, la céramique dominait tous les autres. Elle provenait d’ateliers du Danemark (vaisselle avec glaçure colorée, vaisselle miniature), des Pays-Bas (des poêles sur trois pieds, des lèchefrites placées sous la broche pour recueillir le gras tombant des morceaux de viande), de Rhénanie (des ateliers de Siegburg et de Langerwehe) et de Basse-Saxe (des ateliers de Bengerode et de Coppengrave). Les sources écrites font également état de l’importation de contenants du Surrey et de Scarborough (Angleterre). Parmi tous ces produits, on peut distinguer les grès primitifs (Faststeinzeug), les grès (Steinzeug) et les produits émaillés (glasierte Ware)9. Il s’agissait surtout de pots, de cruches et de coupes, mais on connaît aussi des formes particulières, par exemple la cruche élancée avec pied modelé, appelée Jakoba-kanne, dont le nom provient de celui de la princesse Jakoba (en français Jacqueline), qui régnait aux Pays-Bas dans la première moitié du XVe siècle10.

  • 11 H.-G. Stephan, « Badania nad ceramika “grupy Falkego”. Bogato zdobiona gotycka kamionka luzycka i (...)

6Un autre type de céramique en grès, très belle et particulièrement attrayante, est celui dit « groupe de Falke ». C’est une céramique grise couverte d’un engobe violet-rouge et d’une glaçure brillante, décorée avec un ornement d’estampilles ainsi qu’avec des reliefs représentant des visages d’hommes barbus (ill. 2). Les formes les plus fréquentes sont des coupes et des cruches bombées. On retrouve aussi des exemplaires très originaux, par exemple en forme de chaussure. On trouve cette céramique sur les territoires de la Saxe, de la Thuringe, de la Lusace et de la Basse-Silésie. Elle est datée de la première moitié du XVe siècle11.

  • 12 T. Borkowski, « Produkcja figurek ceramicznych w późnośredniowiecznym Wrocławiu », dans Wrocław na (...)

7D’autres produits d’ateliers de potiers méritent notre attention. On y retrouve des figurines en terre cuite, en terre de couleur rouge. Elles s’inspirent d’images de dévotion (l’enfant Jésus, sainte Barbe, sainte Catherine, Ève) et d’images profanes (une dame, un chevalier à cheval). Les figurines de dévotion pouvaient être utilisées dans des oratoires domestiques ou encore servir d’ex-voto. Selon l’interprétation la plus répandue, les figurines à motifs profanes seraient des jouets. Les artisans qui les produisaient étaient appelés Bilderbäcker ou Bildermächer et s’activaient dans l’espace frontalier entre l’Allemagne et les Pays-Bas actuels. À Wrocław, on a découvert une collection de 190 figurines grossières ainsi que des fragments. On estime que celui qui les a produites venait sans doute de Rhénanie ou, tout au moins, créait ses figurines sous une forte influence des ateliers de Rhénanie. Elles sont datées de la première moitié du XVe siècle12.

  • 13 G. Nawrolska, « Discoveries of Spanish Ceramics in Medieval Elbląg », dans Medieval Europe Basel 2 (...)
  • 14 B. Miazga, « A Unique Ceramic Bowl from the Old Town in Wrocław. The Results of Archaeometric Anal (...)
  • 15 G. Nawrolska, « Znaleziska... », art. cit., p. 275.

8À Elbląg, on a découvert des fragments de céramique provenant de Saintonge (Charente-Maritime). Ils sont décorés avec des motifs animaliers et avec des blasons. Les ornements étaient réalisés avec de la peinture verte et recouverts de glaçure claire. Dans trois villes – Elblag, Gdańsk et Wrocław – on a également trouvé des contenants importés luxueux de style hispano-mauresque. On connaît aussi des exemples de vaisselle appelée Lustreware – admirablement décorées avec une ornementation géométrique-florale et couvertes d’une glaçure chatoyante et brillante13. À Elblag, on a découvert les fragments de deux grandes assiettes (33 et 23,5 cm de diamètre) : l’une d’elles provient sans doute soit d’un atelier de Manises soit d’un atelier situé près de Valence et est datée de la première moitié du XVe siècle ; la deuxième, ornée d’une écriture coufique, peut être datée du XIVe siècle. Un bol de la première moitié du XVe siècle, couvert d’ornements cobalt-azurés et bruns, semble avoir été produit par un maître de Valence. Des fragments d’un bol similaire ont aussi été trouvés à Wrocław14. En ce qui concerne les assiettes dites « royales », articles sans doute extrêmement coûteux, on peut supposer qu’elles étaient généralement apportées de contrées lointaines en tant que dons spéciaux ou comme cadeaux de grande valeur pour des gens que l’on connaissait. En tout cas, elles ne pouvaient qu’être la propriété de bourgeois particulièrement aisés. Le deuxième genre de céramique d’Espagne que l’on a découvert est celui connu sous l’appellation d’albarellos. Ces bocaux cylindriques possédaient une décoration très riche, composée d’ornements floraux et géométriques en azuré, brun ou vert de cuivre. Ils servaient à conserver des onguents, des herbes et des médicaments secs, mais pouvaient aussi avoir une valeur avant tout esthétique et servir à décorer les rayons des pharmacies15. Des fragments d’albarellos ont été découverts à Elbląg et à Gdańsk.

  • 16 K. Wachowski et J. Witkowski, « Wrocław wobec Hanzy », Archeologia Polski, n° 48, c. 1-2, 2003, p. (...)

9On faisait également venir des vaisselles métalliques, comme les vaisselles en étain dites Hansekannen : des petites cruches avec un couvercle. On trouve souvent au fond des Hansekannen une plaquette qui peut être interprétée comme un emblème de pèlerinage. Ainsi, au fond d’un exemplaire trouvé à Kołobrzeg, on observe une image d’Agnus Dei avec l’inscription « AVE MARIA GRATIA PLENA ». À l’intérieur de certaines cruches découvertes à Elbląg et à Wrocław se trouve une scène de crucifixion (ill. 3). Quelques cruches possèdent en outre une canule à boire en métal. Les Hansekannen ont été produites dans l’espace baltique entre la seconde moitié du XVe et le début du XVIe siècle16. À Elbląg et à Szczecin, on a également trouvé des Grapen, ces chaudrons en métal sur trois pieds provenant des Pays-Bas. Parmi les autres types de vaisselle en métal découverts lors de fouilles archéologiques, on compte les Hanseschallen : des bols en bronze, avec ou sans décoration prenant la forme de scènes allégoriques ou d’inscriptions. Les exemplaires connus sont très similaires, voire presque identiques, ce qui rend à peu près impossible l’identification du lieu exact de leur production. Ces bols servaient à se laver les mains en les plongeant en entier dans l’eau et en utilisant une cruche ou un aquamanile pour verser le liquide.

  • 17 G. Nawrolska, « Archaeological... », art. cit., p. 375.
  • 18 T. Nawrolski, « Die mittelalterlichen Spiefistüzen aus Elbląg », Fasciculi Archaeologiae, 4, 1988, (...)

10Les trouvailles archéologiques indiquent en outre que les ménagères de ce temps-là ne se contentaient pas seulement d’ustensiles et de batteries de cuisine de production locale. Ainsi, à Elbląg, on utilisait dans les cuisines de lourds mortiers de pierre faits à Caen (Normandie) et dans le sud de l’Angleterre, ainsi que des pierres à aiguiser en schiste importées d’Eidsborg en Norvège17. À Elbląg, à Kołobrzeg et à Wrocław, on a découvert des supports pour broches à rôtir qui ont des équivalents exacts aux Pays-Bas. Ces supports sont en terre cuite, décorés richement à l’aide d’estampilles ; ils possèdent des trous qui servaient à appuyer les broches de métal18. À tout cela, on se doit d’ajouter la céramique, les poêles sur trois pieds et les lèchefrites déjà mentionnées.

  • 19 G. Nawrolska, « Archaeological... », art. cit., p. 379-380.
  • 20 H. Paner, « Archaeological Evidence... », p. 390-391.

11On a aussi pu reconnaître les traces de denrées importées, de produits qui coûtaient certainement très cher : à Elbląg, à l’intérieur d’une maison en bois datée par dendrochronologie de la fin du XIIIe siècle, on a trouvé des noix de muscade. Dans cette même ville, des archéologues ont découvert des restes d’épices et de noix de coco, ainsi que des coquilles d’huîtres du Sud-Ouest de la France19. On sait aussi que les marchands de Gdańsk importaient du poisson séché et salé (Stockfisch et Klipfisch), du saumon, des huîtres et du crabe de la mer du Nord20.

Produits utilitaires

  • 21 Ibid., p. 398.

12Une autre catégorie de produits importés est représentée par les textiles. Au cours de fouilles archéologiques, on a trouvé autant des fragments de textiles de luxe – entre autres des soieries de Tours, du satin et du damas de Leyde – que des tissus de laine d’Europe occidentale. L’importation de produits textiles est en outre indiquée par des trouvailles de ces sceaux de plomb que l’on utilisait pour marquer les ballots de tissus. Un assemblage particulièrement riche de tels sceaux de plomb – plus de 300 exemplaires – provient de fouilles archéologiques menées dans l'Île au Grenier à Gdańsk. Cette découverte confirme que des marchandises provenaient par exemple de Brême, Lübeck, Haarlem, Leyde, Amsterdam, Londres, Tours, Augsbourg et Padoue21.

  • 22 Kolegia..., éd. par M. Gajek, op. cit., p. 233-234.

13Les recherches archéologiques nous permettent de savoir que des objets personnels étaient également importés. Il pouvait s’agir, par exemple, de lunettes : un exemplaire, que l’on peut dater de la première moitié du XVe siècle, a été retrouvé à Elbląg, dans une latrine. Leur monture est en os et les verres sont de couleur verte ; on peut en déduire qu’il s’agissait probablement de lunettes de soleil, ou encore de lunettes protégeant contre la poussière. Peut-être appartenaient-elles à Nicolas Vilelype, le propriétaire de la parcelle où se trouvait la latrine en question ? Elles ont probablement été fabriquées à Ratisbonne ou à Nuremberg. En général, on gardait les lunettes dans des étuis de cuir, de bois ou de métal. D’autres exemplaires de lunettes semblables ont été découverts à Londres, Lüneburg, Fribourg et Nuremberg22.

  • 23 G. Nawrolska, « Refined Table Vessel or... », dans Curiosa Archaologica. Ungewöhnliche Einblicke i (...)

14L’utilité d’un étrange objet découvert dans une latrine de pierre à Elbląg – un phallus de verre céladon – pique notre curiosité. Sa hauteur est de 22 cm, son diamètre d’environ 5 cm, et il fait partie d’un ensemble daté du XIVe-XVe siècle, bien que des objets analogues soient datés de la première moitié du XVIe siècle. L’endroit exact où il a été fabriqué reste inconnu ; on peut penser à la Hesse, à la Rhénanie ou aux Pays-Bas. Il est difficile de déterminer la fonction de cet objet. Il pouvait éventuellement servir à boire, puisqu’il y a un trou à son extrémité. Ce pouvait aussi être un objet servant à amuser des invités lors d’un banquet, ou encore tout simplement être un objet décoratif23.

Objets à valeur symbolique

  • 24 B. Spencer, Pilgrim Souvenirs and Secular Badges, Londres, The Stationery Office, 1998 (Medieval F (...)

15Il n’y avait pas que des objets à valeur utilitaire qui se déplaçaient, mais également des objets à valeur symbolique ainsi que des idées. On peut par exemple penser aux emblèmes séculiers (badges), objets très populaires en Angleterre, en France et aux Pays-Bas, présents à partir du milieu du XIVe et jusqu’au début du XVIIe siècle, la plupart provenant du milieu du XVe siècle. Il s’agit d’objets symboliques de petites dimensions (3 à 5 cm) portés par des membres du cortège du roi, des princes ou des seigneurs. Ils symbolisaient l’hommage et la sujétion. Mais à la différence des blasons, ces emblèmes avaient un caractère informel : une personne pouvait porter en même temps plusieurs emblèmes différents. Ils commémoraient des chasses et des tournois ; ils étaient également portés par les soupirants des dames. On connaît en outre des emblèmes satiriques et même obscènes24. Les emblèmes séculiers recensés pour l’actuel territoire de la Pologne ne sont pas nombreux ; mais on peut expliquer cela par le fait que cette catégorie de trouvailles est nouvelle pour les archéologues et que, sans doute, plusieurs objets trouvés auparavant n’ont pas été identifiés correctement. On peut mentionner les emblèmes ornés de motifs de navire, d’arbalète et de vaisselles miniatures découverts à Gdańsk.

  • 25 K. Wachowski et J. Witkowski, « Wrocław... », art. cit., p. 211-212.

16Dans un même ordre d’idées, on peut ajouter les Hanttruwebratzen, ces broches avec le motif de mains droites se serrant. Elles sont très communes en Angleterre, un peu moins en Allemagne et en Autriche ; elles sont datées du XVe siècle. Il s’agissait probablement de cadeaux de fiançailles. Le motif des mains se serrant se rencontre aussi sur les anneaux. Des Hanttruwebratzen ont été découverts, entre autres, à Gdańsk et à Wrocław25.

  • 26 H. Paner, « Luxury in Medieval Gdańsk », dans Lübecker Kolloquium... 6. Luxus und Lifestyle, op. c (...)

17On connaît aussi un petit sac en cuir, trouvé à Gdańsk et daté du XVe siècle. Le sac porte l’image d’un homme et d’une femme vêtus de costumes de cour. L’image de l’homme est mal préservée, mais on constate que la femme est habillée d’une robe et d’une ceinture large, appelée en France demiceint ; elle est coiffée d’un hennin, type de chapeau haut et conique à la mode dans la seconde moitié du XVe siècle. Le type de robe et la forme de la coiffure rappellent ce qu’on connaît de la cour de Bourgogne, et on suppose que c’est de là que provient cet objet. Ce genre de bourse était porté attaché à la ceinture et l’on s’en servait pour donner l’aumône. Peut-être l’exemplaire de Gdańsk a-t-il été importé comme cadeau pour une demoiselle par son fiancé26.

  • 27 Kolegia..., éd. par M. Gajek, op. cit., p. 33.

18Un portefeuille comprenant des tablettes de cire a été découvert à Elbląg dans une latrine. Il est recouvert d’une pièce de cuir et plié en deux. Sur la partie supérieure, on a fixé une courroie servant à suspendre le portefeuille au cou de son propriétaire. Sur les deux côtés, il y a une scène identique, avec deux silhouettes dirigées vers elle – la mort et une dame, qui forment ce qu’on peut interpréter comme le motif de la « danse macabre ». Le portefeuille provient sans doute du nord de la France ou de la Rhénanie centrale et est daté de la première moitié du XVe siècle. Peut-être un de ses propriétaires était-il Paul Willeke ou Laurentius Posch, les bourgeois auxquels appartenait alors la parcelle où il a été trouvé ?27

  • 28 B. Ceynowa, « Obuwie ochronne znalezione w Gdańku – problematyka i metody badawcze », dans Studia, (...)
  • 29 Ibid., p. 100.

19Afin de protéger les chaussures délicates contre l’humidité et la boue qui couvraient les rues et les places de la ville, on se servait d’une chaussure de protection, qu’on mettait par-dessus les souliers en cuir. Plus populaires, car bon marché, étaient les pattens en bois ; les exemplaires les plus chers et les plus fastueux étaient cependant faits en cuir. Non seulement ils protégeaient les souliers contre les immondices, mais ils tenaient aussi les pieds au chaud. Leur apparition est datée du XIVe siècle. Des exemplaires en cuir décorés richement avec des scènes inspirées de la culture de cour ont été trouvés à Gdańsk. Sur l’un d’eux, on observe une scène avec Tristan et Iseut jouant aux échecs et on peut lire l’inscription minne doet my dolem « l’amour me rend fou ». Sur un autre, on trouve deux oiseaux (des cygnes ?) aux cous enlacés, accompagnés de la devise bovern tros run u raken die drouve harten blla machen : « ceux qui se mettent au-dessus de la fierté changent les cœurs tristes en cœurs joyeux ». Enfin, sur un troisième modèle, on voit la tête d’un homme avec l’inscription Amor vincit omnia : « l’amour vainc tout »28 ; la seconde chaussure de cette paire portait probablement la tête d’une femme sur. Les deux premières inscriptions sont en néerlandais, et on suppose que ces artefacts proviennent des Pays-Bas. Les ornements des pattens étaient apposés par empreinte dans le cuir humide. Peut-être les artisans qui les ont réalisés fabriquaient-ils aussi des modèles pour les sceaux29. Les scènes représentées sur les pattens puisaient dans les modèles antiques, religieux ainsi que littéraires. La décoration très riche souligne la signification spéciale qu’avaient les pattens en cuir ; on pense que c’étaient des cadeaux lors de mariages. Ils pouvaient aussi être le symbole de l’amour matrimonial, comme en témoigne le tableau Les Époux Arnolfini de Jan van Eyck (1434).

20On connaît également, sur l’actuel territoire de la Pologne, des motifs tirés de la culture chevaleresque – entre autres des scènes de chasses et de tournois. Par exemple, on peut penser à l’illustration du manuscrit Codex Manesse, un des recueils les plus importants de la poésie médiévale allemande, qui a été réalisé entre 1305 et 1340. On y voit un des princes de la dynastie des Piast, Henri IV le Juste (Probus), duc de Wrocław, représenté comme vainqueur du tournoi, prenant la couronne des mains d’une des dames. On sait par ailleurs qu’Henri le Juste avait fait connaissance avec les valeurs chevaleresques et l’art de la guerre lors de son séjour prolongé à la cour du roi de Bohême, Premysl Ottokar IL Dans le codex, on a même inséré deux chants attribués à Henri le Juste, qui s’adonnait à l’art du Minnesang. De plus, ces poèmes contiennent des motifs soulignant les valeurs chevaleresques.

  • 30 J. Witkowski, Szlachetna a wielce zalosna opowieśćo Panu Lancelocie zJeziora, Wrocław, Wydawnictwo (...)

21Le meilleur exemple est constitué par des fresques, uniques dans toute l’Europe, présentant l’histoire de Lancelot du Lac, un des chevaliers de la Table ronde. Elles ont été peintes sur les murs d’une tour princière à Siedlęcin en Basse-Silésie vers 1345-1346 (ill. 4). Leur fondateur était probablement le prince Henri Ier de Jawor (all. Jauer). L’artiste était sans doute originaire du Nord-Est de la Suisse30. Pour des raisons inconnues, les fresques n’ont pas été terminées. Leur caractère unique, sans aucun doute, est démontré par les références laïques de ces scènes illustrant l’histoire d’un chevalier et de son amour. Elles sont cependant enrichies de quelques images religieuses et moralisatrices, mettant entre autres en scène le personnage de saint Christophe, indiquant à l’observateur que la fidélité inébranlable au Christ devrait aussi caractériser chaque chevalier chrétien. Cette fidélité aurait fait défaut à Lancelot qui, par son amour coupable pour la reine Guenièvre, a trahi le roi Arthur.

Emblèmes de pèlerinage

  • 31 G. Nawrolska, « Dokad pielgrzymowali Elbazanie w sredniowieczu ? Znaki pielgrzymie swiadectwem pob (...)
  • 32 M. Rebkowski, « Ad sanctum Jacobum ultra montes... Przyczynek do badan nad pielgrzymkami mieszczan (...)
  • 33 A. M. Wyrwa, Świçty Jakub Apostol. Malakologiczne i historyczne ślady peregrynacji z ziem polskich (...)

22Une autre catégorie d’indices de contacts avec des régions lointaines et de voyages en terres éloignées est constituée par les emblèmes de pèlerins31. On entreprenait alors un pèlerinage pour des causes diverses : pour une pénitence privée ou imposée par son confesseur, pour accomplir un vœu, pour prier avec des intentions variées ; mais se mettaient aussi en route des vagabonds et des aventuriers de toutes sortes. Saint-Jacques-de-Compostelle, où reposait l’apôtre Jacques le Majeur, était réputé, en plus de Rome et de la Terre sainte, comme un des sanctuaires les plus importants. Les pèlerins qui parcouraient les routes menant à Compostelle collectionnaient surtout des coquilles trouvées près de la mer et, au fil du temps, on en est venu à les acheter à des marchands près de la cathédrale. Ces coquilles sont devenues non seulement le signe du pèlerinage à Compostelle, mais elles en vinrent même à être perçues comme le symbole le plus répandu des pèlerins européens. En même temps, il s’agit des emblèmes de pèlerinage les plus anciens, déposés couramment dans les tombes dès la première moitié du XIe siècle32. Quelques-unes possèdent deux trous pour les attacher à son chapeau ou à son manteau. En Pologne actuelle, à ce jour, huit exemplaires de coquilles, avec ou sans trous, ont été retrouvés. Elles ont été découvertes à l’intérieur de maisons (Elbląg, Kołobrzeg, Racibórz), à l’emplacement de cimetières (Cieszyn, Ostrow Lednicki, Poznan [all. Posen] – mais aucune n’a été trouvée exactement dans une tombe) ou sans contexte précisé (Lublin, Wrocław). En effet, suite aux expertises malacologiques de coquilles découvertes en Pologne, on peut distinguer deux espèces de mollusques : Pecten maximus L., qui vit dans l’Atlantique (les trouvailles de Kołobrzeg, Elbląg, Poznań, Raciborz, Cieszyn) et Pecten jacobeus L., qui vit dans la mer Méditerranée (les coquilles de Wrocław, Lublin et Ostrow Lednicki). Cette deuxième espèce était peut-être en lien avec la route du pèlerinage à Compostelle, qui partait de l’Allemagne pour se rendre au sud de la France aux environs d’Arles puis à travers l’Espagne du Nord-Est33. La datation des coquilles Saint-Jacques découvertes en Pologne oscille entre la première moitié du XIIIe et la fin du XIVe siècle.

  • 34 A. Paner et H. Paner, « Gdaszczanie na pielgrzymkowych szlakach w XIV i XV wieku », dans Gdańsk sr (...)
  • 35 Ibid., p. 171; K. Wachowski, « Sredniowieczne pielgrzymki mieszkanôw Ślaska », Archeologia Polski,(...)

23Les emblèmes de pèlerinage en forme de plaquettes coulées en étain ou en plomb étaient cependant plus populaires que les coquilles Saint-Jacques. Ces emblèmes présentaient généralement le personnage de la Vierge Marie, d’un saint ou d’un apôtre, ou encore des scènes religieuses, par exemple la crucifixion. Une inscription accompagnait parfois l’image. Certaines plaquettes étaient de très petites dimensions, décorées d’un seul côté, avec deux ou quatre orillons pour coudre l’emblème à son chapeau ou à son vêtement. Pour des raisons aujourd’hui obscures, des emblèmes de pèlerinage ont été déposés dans des fleuves. La plupart des trouvailles d’Angleterre, de France et d’Allemagne a été faites dans des lieux en lien avec des cours d’eau34. On croyait aussi que ces emblèmes pouvaient prévenir le malheur, c’est pourquoi on les faisait parfois fondre avec des cloches ou avec des fonts baptismaux35. On connaît en outre des exemples où des plaquettes de pèlerinage en métal ont été placées au fond de cruches en étain, comme on a pu l’observer dans certaines des Hansekannen de Kołobrzeg et d’Elblag mentionnées plus haut (ill. 5.1).

  • 36 A. Paner et H. Paner, art. cit.; M. Rebkowski, « Znaki pielgrzymie », dans Archeologia sredniowiec (...)

24En ce qui concerne les emblèmes de pèlerinage trouvés sur le territoire actuel de la Pologne, environ trente emblèmes ont fait à l’heure actuelle l’objet de publications36. Les plus nombreux (vingt exemplaires de Gdańsk, un d’Elblag) indiquent des pèlerinages à des sanctuaires de la Vierge Marie ; leur provenance exacte reste très difficile à préciser. En effet, les plaquettes sans inscription ne possèdent pas de marques individuelles. Les images de la Vierge à l’Enfant sur les emblèmes étaient toujours créées selon le même modèle : elles sont donc toutes très semblables et n’ont à peu près aucune caractéristique individuelle. Dans trois villes – Elblag, Gdańsk et Kołobrzeg – on a cependant trouvé des plaquettes ornées d’une représentation de saint Servais (ill. 5.6-8). Le culte de ce saint n’était pourtant pas particulièrement populaire en Pologne à ce moment-là. On peut supposer que des visites au sanctuaire de saint Servais à Maastricht avaient lieu à l’occasion de voyages de commerce, puisque des contacts commerciaux avec les Pays-Bas sont bien confirmés par des sources écrites, et ce pour chacune des trois villes en question. Des habitants de ces trois mêmes villes se rendaient également en pèlerinage à Gottsbüren en Hesse du Nord, ainsi qu’à Wilsnack en Brandebourg (ill. 5.2-3). À chacun de ces deux endroits, on vénérait des hosties qui saignaient. À Cologne, où reposaient les reliques des Rois Mages, de la martyre sainte Ursule et des vierges ses compagnes, on rencontrait des bourgeois de Szczecin et de Wrocław (ill. 5.5). Toutes ces trouvailles sont datées des XIVe et XVe siècles. On connaît au moins un cas d’un bourgeois de Wrocław ayant fait un pèlerinage à Rome, indiqué par un emblème orné des images des saints Pierre et Paul, fabriqué après 1199, et découvert à Wrocław dans la rue Kotlarska (ill. 5.4).

  • 37 G. Nawrolska, « Dokad... », art. cit., p. 522-523; K. Wachowski, art. cit., p. 114-117.

25Les pèlerins utilisaient pendant leurs voyages des objets variés considérés comme leurs attributs particuliers : sacs, gourdes, bâtons de marche, petites cloches. En Pologne actuelle, on a ainsi découvert un ensemble de 24 gourdes en terre cuite de deux types différents à Trzebnica, où se trouvait un sanctuaire dédié à sainte Edwige, duchesse silésienne du XIIIe siècle. A Wrocław, on a trouvé ce qui est probablement la partie d’un bâton de marche en os et une petite cloche, et à Elblag une ampoule en étain qui pouvait contenir de l'huile ou de l’eau bénite37.

Œuvres d’art

26On terminera ce tour d’horizon en mentionnant quelques objets qui ne sont pas des trouvailles archéologiques au sens propre, mais plutôt des œuvres d’art particulièrement intéressantes car elles indiquent des contacts avec l’Europe occidentale.

  • 38 Z. Krzymuska-Fafius, « Kolobrzeg jako osrodek sztuki w sredniowieczu », dans Salsa Cholbergiensis. (...)

27On peut d’abord penser à un chandelier de la basilique Notre-Dame de Kołobrzeg. Conçu en 1327 par Gottfried de Wide, doyen du chapitre de Kołobrzeg, il a été coulé en bronze à Lübeck, à l’atelier de Jan Apengheter. Sa hauteur est de 4 m, la longueur des bras est de 3,80 m, et son poids est de 900 kg. Sa forme, avec sept bras, rappelle celle d’une ménorah. Il est décoré des images des douze apôtres et de sept anges ; sa base s’appuie sur des têtes de dragons reposant sur trois lions. On ne connaît que très peu d’exemplaires de ce type préservés en Europe jusqu’à ce jour38.

28En outre, on connaît les plaques de tombes en bronze commandées par des notables, tant ecclésiastiques que laïques, au célèbre atelier de la famille Vischer à Nuremberg. Il faudrait également mentionner la plaque de l’évêque Jean IV Roth († 1504) à la cathédrale Saint-Jean-Baptiste à Wrocław, ainsi que l’épitaphe de Philippe Callimachus (Filippo Buonaccorsi, † 1496) à l’église de la Trinité de Cracovie. N’oublions pas le portrait commandé en 1532 par un marchand de Gdańsk nommé Georg Gisze au maître Hans Holbein le Jeune (il se trouve aujourd’hui au Staatliches Museum de Berlin). Et finalement, pensons à une œuvre qui s’est trouvée sur le territoire de Pologne par un détour étrange du destin, à savoir le magnifique tableau du Jugement dernier de Hans Memling (1467-1471). Ce tableau avait été acheté par l’agent de la famille Médicis, Agnolo Tani, pour une église de Florence ; mais il fut intercepté en mer par le corsaire Paul Beneke et, finalement, l’œuvre d’art fut offerte à l’église Notre-Dame de Gdańsk. Cette proie de corsaire est aujourd’hui la fierté du Musée National de Gdańsk.

*

  • 39 H. Samsonowicz, « Sztuka Hanzy okolo roku 1500 – dzieli czy laczy kraje nadbaltyckie? », dans Sztu (...)

29Selon le renommé médiéviste polonais Henryk Samsonowicz, la Hanse n’aurait pas seulement constitué « un pont entre les marchés », mais également « un pont entre les ateliers » et « un pont entre les gens »39. Grâce à des réseaux de contacts complexes, les débouchés pour la vente de denrées et de produits du bois de l’Europe du Centre et du Centre-Est en Europe occidentale, ainsi que de sel, de vin et de textiles dans l’autre direction, étaient garantis. Des registres douaniers des îles Britanniques et des Pays-Bas témoignent des visites de bateaux provenant de la zone baltique. C’est un exemple d’information qu’on puise dans les sources écrites. Cependant, les trouvailles provenant des fouilles archéologiques confirment qu’existait aussi en Europe du Centre-Est un besoin en objets utilitaires (de la céramique, des ustensiles et des batteries de cuisine), que l’on tenait en haute estime pour leur qualité, ainsi qu’en denrées chères et en objets de luxe, qui avaient pour fonction d’indiquer le prestige et la richesse de leurs acheteurs. De plus, des recherches récentes pointent vers les transferts d’idées, de modes et de courants artistiques qui existaient alors. Il faut toutefois signaler que, dans ces derniers cas, il s’agissait d’un phénomène de portée assez limitée et qui se faisait à sens unique, d’Ouest en l’Est. Les fouilles ont mis au jour des objets qui – à part leur valeur utilitaire – possédaient aussi un caractère symbolique, par exemple le portefeuille pour tablettes de cire avec une image de « danse macabre », ou encore les pattens en cuir avec des emblèmes d’amour. Grâce aux emblèmes de pèlerins qui ont survécu, on peut reconstruire des pèlerinages vers des sanctuaires aussi éloignés que Saint-Jacques-de-Compostelle, Maastricht ou Rome. Tout cela nous donne donc des indications solides du maintien de contacts étonnamment étendus entre la Pologne médiévale et l’Europe de l’Ouest et du Nord-Ouest (et, hors du champ Je cet article, avec l’Europe du Sud, surtout la péninsule italienne), mais aussi d’échanges dans une sphère plus abstraite – celle des idées et des objets à valeur symbolique.

  • 40 H. Paner, « Archaeological Evidence... », art. cit., p. 395.
  • 41 R. Czaja, « Hanza », art. cit., p. 182.

30La position dominante de la Hanse fut ébranlée dans la seconde moitié du XIVe siècle. La crise économique qui suivit l’épidémie de peste noire en Europe réduisit considérablement la demande de nourriture et de matières premières de la zone baltique. Au XVe siècle, l’essor économique en Angleterre et dans les Pays-Bas eut pour conséquence une augmentation du nombre de marchands non hanséatiques (originaires notamment d’Angleterre, des Pays-Bas et d’Ecosse) qui s’aventuraient dans les contrées baltiques. Ils étaient à la recherche des matières premières indispensables pour la construction de bateaux ainsi que de produits textiles, et ils voulaient éviter la médiation de Lübeck. En 1422, il y avait officiellement cinquante-cinq familles de marchands anglais habitant à Gdańsk. Les Anglais s’installèrent principalement dans les quartiers des « Długie Ogrody » (les « Longs Jardins ») et de la « Angielska Grobla » (le « Quai anglais »)40. Dans la seconde moitié du XVe siècle, les bateaux néerlandais se chargèrent de l’exportation de céréales vers les Pays-Bas. Les routes terrestres gagnèrent aussi en importance : on connaît ainsi la route Silésie– Leipzig-Nuremberg-Francfort-sur-le-Main, dominée par les marchands de Nuremberg (bientôt l’un des plus puissants concurrents de la Hanse) et la route Nord-Sud, partant d’Italie, traversant les passes alpines et se rendant à Francfort et à Bruges41. En outre, des problèmes internes à la Hanse firent leur apparition sous la forme de conflits entre des villes qui défendaient leurs propres intérêts. Toutefois, au XVIe siècle, la majorité des villes hanséatiques avait recouvré sa force économique, en profitant de la vague de prospérité européenne.

Illustrations

Illustrations

Fig. 1 : La Hanse (d’après P. Dollinger, Dzieje Hanzy…, op. cit. ; carte complétée par M. Wojcieszak).

Fig. 2 : Cruche du « groupe de Falke » : Wrocław, rue św. Mikołaja 22 (d’après H.-G. Stephan, « Badania nad ceramiką... », art. cit., ill. 39 a et b ; photo T. Gąsior ; dessin N. Lenkow).

Fig. 3 : Hansekanne : Wrocław, rue Uniwersytecka 10 : a. vue latérale ; b. plaquette à l’intérieur de la cruche ; c. vue du couvercle et de l’oreille (d’après K. Wachowski, « Średniowieczne pielgrzymki mieszkańców Śląska », Archeologia Polski, no 50/1-2, 2005, p. 103-128, ill. 1 ; dessin N. Lenkow).

Fig. 4 : Fresque de la grande salle de la tour du Prince, Siedlęcin, Basse-Silésie (photo J. Wojcieszak).

Fig. 5 : Emblèmes de pèlerinage.
1. Wilsnack (?) : Elbląg, rue sw. Ducha 4 (G. Nawrolska, « Dokąd pielgrzymowali Elblążanie w sredniowieczu ? Znaki pielgrzymie świadectwem pobożnych wędrówek », dans Archaeologia et historia urbana, éd. par R. Czaja, Elbląg, Muzeum w Elblągu, 2004, p. 517-527, ill. 5) ;
2. Wilsnack : Gdańsk, île du Grenier (A. Paner et H. Paner, « Gdańszczanie... », art. cit., ill. 2) ;
3. Gottsbüren : Kołobrzeg, rue E. Gierczak (M. Rębkowski, « Znaki pielgrzymie », art. cit., ill. VII-1) ;
4. Rome: Wrocław, rue Kotlarska (K. Wachowski, « Średniowieczne... », art. cit., ill. 3a);
5. Cologne: Wrocław, Nouveau Marché (J. Kaźmierczyk, Wrocław lewobrzezny we wczesnym średniowieczu, 2, 1970, p. 234, ill. 71) ;
6. Maastricht: Kołobrzeg, rue E. Gierczak (M. Rębkowski, « Znaki pielgrzymie », art. cit., ill. VII-2);
7. Maastricht: Gdańsk, île du Grenier (A. Paner et H. Paner, « Gdańszczanie... », art. cit., ill. 1);
8. Maastricht: Elbląg, rue Kowalska (G. Nawrolska, « Dokąd... », art. cit., ill. 3).

Notes

1 H. Samsonowicz, Pozne sredniowiecze miast nadbaltyckich, Varsovie, Panstwowe Wydawnictwo Naukowe, 1968, p. 279.

2 R. Czaja, « Hanza », dans Schylek sredniowiecznej Europy, éd. par H. Samsonowicz, Varsovie, Dom Wydawniczy Bellona, 2003, p. 161-184, ici p. 165.

3 Ibid., p. 161.

4 G. Myśliwski, « Handel Europy w późnym sredniowieczu », dans Schylek.éd. par H. Samsonowicz, op. cit., p. 55-107, ici p. 65.

5 P Dollinger, Dzieje Hanzy. XII-XVII wiek, Varsovie, Volumen, 1997, p. 195.

6 H. Paner, « Archeological Evidence for Trade in Gdańsk from the 12th to 17th Century », dans Lübecker Kolloquium zur Stadtarchäologie im Hanseraum 2. Der Handel, éd. par M. Glaser, Lübeck, Verlag Schmidt-Römhild, 1999, p. 387-402, ici p. 394.

7 Les résultats des fouilles archéologiques menées à Elbląg, à Gdańsk et à Wrocław sont présentés entre autres dans les publications suivantes : G. Nawrolska, « Domestic Architecture in Elbląg », dans Lübecker Kolloquium zur Stadtarchäologie im Hanseraum 3. Der Hausbau, éd. par M. Glaser, Lübeck, Verlag Schmidt-Römhild, 2001, p. 473-473-489 ; G. Nawrolska, « Handicrafts in Medieval Elbląg », dans Lübecker Kolloquium zur Stadtarchäologie im Hanseraum 5. Das Handwerk, éd. par I. Hillenstedt, Lübeck, Verlag Schmidt-Römhild, 2006, p. 393-416 ; G. Nawrolska, « A Way of Life. Luxury in Medieval Town », dans Lübecker Kolloquium zur Stadtarchäologie im Hanseraum 6. Luxus und Lifestyle, éd. par C. Kimmintus-Schneider, Lübeck, Verlag Schmidt-Römhild, 2008, p. 509-527; H. Paner, « The Industrial Heritage of Granary Island », dans Preservation of the Industrial Heritage Gdańsk Outlook. International Seminar European Workshop, Gdańsk, Politechnika Gdańska, 1993, p. 125-131; H. Paner, « The Archaeology of Gdańsk », dans Lübecker Kolloquium zur Stadtarchäologie im Hanseraum 1. Stand, Aufgaben und Perspektiven, éd. par M. Glaser, Lübeck, Verlag Schmidt-Römhild, 1997, p. 277-291 ; J. Piekalski, « Die Infrastruktur der mittelalterlichen und frühneuzeitlichen Stadt Breslau », dans Lübecker Kolloquium zur Stadtarchäologie im Hanseraum 4. Die Infrastruktur, éd. par M. Glaser, Lübeck, Verlag Schmidt-Römhild, 2004, p. 343-358 ; Rynek wroclawski w swietle badan archeologicznych 1, éd. par C. Buśko, Wrocław, Uniwersytet Wrocławski, Instytut Archeologii, 2001 (Wratislavia Antiqua, 2) ; Rynek wroclawski w swietle badan archeologicznych 2, éd. par J. Piekalski, Wrocław, Uniwersytet Wrocławski, Instytut Archeologii, 2002 (Wratislavia Antiqua, 5) ; Ulice sredniowiecznego Wroctawia, éd. par J. Piekalski et K. Wachowski, Wrocław, Uniwersytet Wrocławski, Instytut Archeologii, 2010 (Wratislavia Antiqua, 11) ; Wschodnia strefa Starego Miasta we Wrocławiu w XII-XIV wieku. Badania na placu Nowy Targ, éd. par C. Buśko, Wrocław, Uniwersytet Wrocławski, Instytut Archeologii, 2005.

8 G. Nawrolska, « Archaeological Evidence for Trade in Elbląg from the 13th to the 17th centuries », dans Lübecker Kolloquium... 2. Der Handel, op. cit., p. 373-385, ici p. 375.

9 Ibid., p. 375; H. Paner, « Archaeological Evidence... », art. cit., p. 392.

10 Kolegia uniwersyteckie sredniowiecznej Europy. Katalog wystawy Muzeum Uniwersytetu Jagiellonskiego, éd. par M. Gajek, Cracovie, Muzeum Uniwersytetu Jagiellonskiego, 2007, p. 323-324.

11 H.-G. Stephan, « Badania nad ceramika “grupy Falkego”. Bogato zdobiona gotycka kamionka luzycka i jej srodowisko archeologiczno-historyczne », dans Wrocław na przelomie sredniowiecza i czasów nowozytnych. Materialne przejawy zycia codziennego, éd. par J. Piekalski et K. Wachowski, Wrocław, Uniwersytet Wrocławski, Instytut Archeologii, 2004 (Wratislavia Antiqua, 6), p. 293-329, ici p. 296.

12 T. Borkowski, « Produkcja figurek ceramicznych w późnośredniowiecznym Wrocławiu », dans Wrocław na przelomie... éd. par J. Piekalski et K. Wachowski, op. cit., p. 207-243, ici p. 207, 210.

13 G. Nawrolska, « Discoveries of Spanish Ceramics in Medieval Elbląg », dans Medieval Europe Basel 2002. Centre. Region. Periphery, éd. par G. Helmig, B. Scholkmann et M. Untermann, Hertigen, Folio-Verl. Wesserkamp, 2002, p. 191-195 ; G. Nawrolska, « Znaleziska hiszpanskiej ceramiki w sredniowiecznym Elblągu » dans Civitas et villa. Miasto i wies w sredniowiecznej Europie, éd. par C. Buśko, J. Klápště, L. Leciejewicz et S. Moździoch, Wrocław et Prague, Instytut Archeologii i Etnologii PAN et Archeologický Ústav Akademie Věd České Republiky, 2002, p. 271-276, ici p. 271.

14 B. Miazga, « A Unique Ceramic Bowl from the Old Town in Wrocław. The Results of Archaeometric Analysis », Slaskie Sprawozdania Archeologiczne, n ° 51, 2009, p. 253-268.

15 G. Nawrolska, « Znaleziska... », art. cit., p. 275.

16 K. Wachowski et J. Witkowski, « Wrocław wobec Hanzy », Archeologia Polski, n° 48, c. 1-2, 2003, p. 201-220, ici p. 202.

17 G. Nawrolska, « Archaeological... », art. cit., p. 375.

18 T. Nawrolski, « Die mittelalterlichen Spiefistüzen aus Elbląg », Fasciculi Archaeologiae, 4, 1988, p. 39-31.

19 G. Nawrolska, « Archaeological... », art. cit., p. 379-380.

20 H. Paner, « Archaeological Evidence... », p. 390-391.

21 Ibid., p. 398.

22 Kolegia..., éd. par M. Gajek, op. cit., p. 233-234.

23 G. Nawrolska, « Refined Table Vessel or... », dans Curiosa Archaologica. Ungewöhnliche Einblicke in die Archäologie, éd. par M. Grabowski, D. Mührenberg, I. Schelies et P. Steppuhn, Lübeck, Archäologische Gesellschaft der Hansestadt Lübeck, 2004, p. 81-84.

24 B. Spencer, Pilgrim Souvenirs and Secular Badges, Londres, The Stationery Office, 1998 (Medieval Finds from Excavations in London, 7).

25 K. Wachowski et J. Witkowski, « Wrocław... », art. cit., p. 211-212.

26 H. Paner, « Luxury in Medieval Gdańsk », dans Lübecker Kolloquium... 6. Luxus und Lifestyle, op. cit., p. 529-544, ici p. 537-538.

27 Kolegia..., éd. par M. Gajek, op. cit., p. 33.

28 B. Ceynowa, « Obuwie ochronne znalezione w Gdańku – problematyka i metody badawcze », dans Studia, nad sredniowiecznym skórnictwem, éd. par A. Kowalska et B. Wywrot-Wyszkowska, Szczecin, Instytut Archeologii i Etnologii PAN, 2009, p. 94-112, ici p. 97.

29 Ibid., p. 100.

30 J. Witkowski, Szlachetna a wielce zalosna opowieśćo Panu Lancelocie zJeziora, Wrocław, Wydawnictwo Uniwersytetu Wrocławskiego, 2001, ici p. 70-72.

31 G. Nawrolska, « Dokad pielgrzymowali Elbazanie w sredniowieczu ? Znaki pielgrzymie swiadectwem poboznych wędrówek », dans Archaeologia et historia urbana, éd. par R. Czaja, Elblasg, Muzeum w Elblągu, 2004, p. 517-527, ici p. 517.

32 M. Rebkowski, « Ad sanctum Jacobum ultra montes... Przyczynek do badan nad pielgrzymkami mieszczan kolobrzeskich w sredniowieczu », dans Civitas et villa..., éd. par C. BUSKO, J. Klápšte, L. Leciejewicz et S. Mozdzioch, op. cit., p. 265-269, ici p. 266.

33 A. M. Wyrwa, Świçty Jakub Apostol. Malakologiczne i historyczne ślady peregrynacji z ziem polskich do Santiago de Compostela, Lednica et Poznan, Muzeum Pierwszych Piastów na Lednicy, ici p. 54-55.

34 A. Paner et H. Paner, « Gdaszczanie na pielgrzymkowych szlakach w XIV i XV wieku », dans Gdańsk sredniowieczny w swietle najnowszych badan archeologicznych i historycznych, éd. par H. Paner, Gdańsk, Muzeum Archeologiczne w Gdańsku, 1998, p. 167-183, ici p. 173.

35 Ibid., p. 171; K. Wachowski, « Sredniowieczne pielgrzymki mieszkanôw Ślaska », Archeologia Polski, n° 50, c. 1-2, 2005, p. 103-128, ici p. 111.

36 A. Paner et H. Paner, art. cit.; M. Rebkowski, « Znaki pielgrzymie », dans Archeologia sredniowiecznego Kolobrzegu, n° 3, éd. par M. Rebkowski, Kolobrzeg, Instytut Archeologii i Etnologii PAN, 1998, p. 223-227; id., « Ad sanctum Jacobum... », art. cit.; G. Nawrolska, « Dokad... », art. cit.; K. Wachowski, « Sredniowieczne... », art. cit.

37 G. Nawrolska, « Dokad... », art. cit., p. 522-523; K. Wachowski, art. cit., p. 114-117.

38 Z. Krzymuska-Fafius, « Kolobrzeg jako osrodek sztuki w sredniowieczu », dans Salsa Cholbergiensis. Kolobrzeg w sredniowieczu, éd. par L. Leciejewicz et M. Rebkowski, Kolobrzeg, Le Petit Café, 2000, p. 171-188, ici p. 174.

39 H. Samsonowicz, « Sztuka Hanzy okolo roku 1500 – dzieli czy laczy kraje nadbaltyckie? », dans Sztuka okolo 1500, éd. par T. Hrankowska, Varsovie, Arx Regia, 1997, p. 15-21, ici p. 17.

40 H. Paner, « Archaeological Evidence... », art. cit., p. 395.

41 R. Czaja, « Hanza », art. cit., p. 182.

Table des illustrations

Titre Illustrations
Légende Fig. 1 : La Hanse (d’après P. Dollinger, Dzieje Hanzy…, op. cit. ; carte complétée par M. Wojcieszak).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2843/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende Fig. 2 : Cruche du « groupe de Falke » : Wrocław, rue św. Mikołaja 22 (d’après H.-G. Stephan, « Badania nad ceramiką... », art. cit., ill. 39 a et b ; photo T. Gąsior ; dessin N. Lenkow).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2843/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 3 : Hansekanne : Wrocław, rue Uniwersytecka 10 : a. vue latérale ; b. plaquette à l’intérieur de la cruche ; c. vue du couvercle et de l’oreille (d’après K. Wachowski, « Średniowieczne pielgrzymki mieszkańców Śląska », Archeologia Polski, no 50/1-2, 2005, p. 103-128, ill. 1 ; dessin N. Lenkow).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2843/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 4 : Fresque de la grande salle de la tour du Prince, Siedlęcin, Basse-Silésie (photo J. Wojcieszak).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2843/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Fig. 5 : Emblèmes de pèlerinage. 1. Wilsnack (?) : Elbląg, rue sw. Ducha 4 (G. Nawrolska, « Dokąd pielgrzymowali Elblążanie w sredniowieczu ? Znaki pielgrzymie świadectwem pobożnych wędrówek », dans Archaeologia et historia urbana, éd. par R. Czaja, Elbląg, Muzeum w Elblągu, 2004, p. 517-527, ill. 5) ;2. Wilsnack : Gdańsk, île du Grenier (A. Paner et H. Paner, « Gdańszczanie... », art. cit., ill. 2) ;3. Gottsbüren : Kołobrzeg, rue E. Gierczak (M. Rębkowski, « Znaki pielgrzymie », art. cit., ill. VII-1) ;4. Rome: Wrocław, rue Kotlarska (K. Wachowski, « Średniowieczne... », art. cit., ill. 3a);5. Cologne: Wrocław, Nouveau Marché (J. Kaźmierczyk, Wrocław lewobrzezny we wczesnym średniowieczu, 2, 1970, p. 234, ill. 71) ;6. Maastricht: Kołobrzeg, rue E. Gierczak (M. Rębkowski, « Znaki pielgrzymie », art. cit., ill. VII-2);7. Maastricht: Gdańsk, île du Grenier (A. Paner et H. Paner, « Gdańszczanie... », art. cit., ill. 1);8. Maastricht: Elbląg, rue Kowalska (G. Nawrolska, « Dokąd... », art. cit., ill. 3).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2843/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540