Version classiqueVersion mobile

De la mer du Nord à la mer Baltique. Identités, contacts et communications au Moyen Âge

 | 
Alban Gautier
, 
Sébastien Rossignol

L’influence de Hambourg sur le développement des villes de l’espace baltique : l’exemple des villes doubles

Marek Słoń
Traduction de Sébastien Rossignol

Texte intégral

  • 1 K. Richter, « Hamburgs Frühzeit bis 1300 », dans Hamburg. Geschichte der Stadt und ihrer Bewohner,(...)

1Dans les années quatre-vingts du XIIe siècle, les comtes de Schauenburg cherchaient des endroits susceptibles de devenir des centres économiques et politiques de leurs territoires. Les meilleures perspectives semblèrent se présenter près de Hambourg. La commune marchande, bien qu’en importance elle ait cédé la place non seulement à Lübeck, mais également à sa voisine Stade, avait une localisation avantageuse, des contacts et des privilèges de marchands, des fortifications, un noyau d’autonomie, et elle était en expansion constante. Cependant, son seigneur était l’archevêque de Brême. Le terrain sur l’autre rive de la rivière Alster appartenait en revanche aux comtes de Schauenburg. La forteresse qui s’y trouvait avait été détruite en 1139 et, depuis, était restée à l’état de ruine1.

  • 2 J’emploie le terme de « commune » afin de souligner que les agglomérations dont il est question jo (...)
  • 3 M. Słoń, Miasta podwójne i wielokrotne w średniowiecznej Europie, Wroclaw, Wydawnictwo Uniwersytet (...)

2Le seigneur savait que seule une commune urbaine pourrait satisfaire ses attentes2. Seule une commune marchande ayant reçu une forme d’autogouvernement rendrait possible la dynamique nécessaire à l’expansion – l’affluence de colons, la stimulation du commerce local et au long cours, l’érection de fortifications – sans vider le trésor du comte. Le modèle de la commune urbaine, qui s’était développé le plus tôt et le mieux en Italie du Nord, avait été adopté de l’autre côté des Alpes avec deux importantes modifications. Premièrement, elle ne comprenait qu’une partie de l’agglomération urbaine. Deuxièmement, elle n’avait pas besoin pour apparaître d’un long processus évolutif : au contraire, elle pouvait être fondée par un seigneur. Une expérimentation spectaculaire de ce type – la création par les comtes de Lippe d’une grande ville (appelée plus tard Lippstadt) a crudo radice – fut imitée peu de temps après, avec un grand succès, dans la Westphalie voisine. Adolphe de Schauenburg décida donc de se lancer dans cette direction et réalisa ce que personne n’avait fait avant lui : il établit une nouvelle grande ville dans la proximité immédiate d’une ville déjà existante3.

  • 4 L’authenticité de ce document a été remise en question. Voir G. Theukrkauf, « Urkundenfälschungen (...)
  • 5 H. Keutgen, Urkunden zur städtischen Verfassungsgeschichte, Berlin, E. Felber, 1901 (Ausgewählte U (...)

3Adolphe proposa une entente avec un groupe de marchands, représenté par un certain Wirad de Boizenburg4. Les marchands devraient construire la Ville Neuve de Hambourg en rassemblant un nombre convenable de nouveaux colons. Ils recevraient le terrain de l’ancienne forteresse ainsi que ses environs jusqu’à l’Alster. C’est là qu’ils devraient s’installer, obtenant des parcelles en possession héréditaire, et là serait en vigueur le droit de marché (iusfori) ou droit de Lübeck (tus Lubicense). L’espace assigné ainsi correspondait aux dimensions de la Vieille Ville (16 ha). On devrait y tenir le marché lors d’une journée désignée de la semaine ainsi que deux foires annuelles. Les bourgeois jouissant du titre de possession d’une parcelle étaient libérés de prestations ainsi que du paiement des tonlieux sur le territoire de la principauté. La basse justice devait être exercée pour les trois prochaines années par ce même Wirad ou par son successeur5.

  • 6 H. Reincke, Forschungen und Skizzen zur hamburgischen Geschichte, Hambourg, Hoffmann & Campe, 1951 (...)

4On commença probablement tout de suite avec la construction des fortifications ; en tout cas, elles existaient certainement en 1201 (elles semblent avoir été peu impressionnantes, car la ville se rendit alors après seulement deux jours de siège). Les privilèges concédés ne mentionnent pas de conseil, mais celui-ci fut sans doute ajouté au début du XIIIe siècle. Cependant, un an seulement après la création de la commune, elle était à même de conduire sa propre politique : elle se mit au service d’Henri le Lion et obtint de lui non seulement la confirmation de ses privilèges, mais même une augmentation de ceux-ci, ce qu’obtint d’ailleurs aussi la Vieille Ville. Les années suivantes, turbulentes, lui amenèrent de nombreuses occasions de démontrer sa fidélité – ou son manque de fidélité – envers son seigneur, et en même temps de consolider sa position juridique. L’une de ces réalisations fut la réunion des deux magistrats, accomplie en 1215 ou 1216, sans aucun doute à l’initiative des bourgeois. L’archevêque de Brême, qui avait perdu la possibilité de faire valoir ses droits seigneuriaux sur la Vieille Ville en 1201, alors que Hambourg avait été occupée par les Danois, y renonça définitivement en 1228 au profit des comtes de Holstein6. De cette manière, la dynastie de Schauenburg, après quatre décennies de retournements dramatiques, réalisa les objectifs à long terme de la fondation de 1188, politiques autant qu’économiques. Son pouvoir s’étendit à la ville entière, qui était devenue riche et était toujours en pleine expansion. Hambourg dépassa nettement sa voisine Stade à tous les niveaux, alors que pourtant celle-ci, à la fin du XIIe siècle, l’avait surpassée de manière marquée dans presque tous les domaines. Au milieu du XIIIe siècle, la superficie de Hambourg, par rapport à celle d’avant la fondation de 1188, avait été multipliée par cinq, passant de 16 à 80 ha, et le tout était dorénavant entouré d’une enceinte. Il s’avéra que la création de la Ville Neuve avait pu servir à la fois à la solidification de la position du seigneur dans une localité donnée et à une accélération de son développement.

  • 7 M. Słoń, Miasta..., op. cit, p. 372-385.

5Rien d étonnant donc à ce qu’aient rapidement commencé à s’élever d’autres Villes Neuves. Vers 1225, il y en avait déjà, en Europe du Centre et du Centre-Est, plus d’une dizaine. Les créations suivantes modifièrent cependant ce modèle de commune. Les seigneurs ne s’en servaient pas seulement lorsqu’ils n’avaient qu’un contrôle partiel sur la Vieille Ville, mais également face à des communes qui leur étaient entièrement soumises. Ces nouvelles localités n’étaient pas censées être au moins théoriquement à même – comme Hambourg – de dominer l’agglomération plus ancienne. On fondait de plus en plus des communes faibles, qui en fait n’avaient aucune chance sérieuse de rivaliser avec la Vieille Ville. Au début, donc, on ne tenta pas d’imiter telle quelle l’unification réalisée à Hambourg en 1215. Telle était, si l’on nous permet de présenter les choses de manière aussi rapide, la situation du développement de cette nouvelle forme d’agglomération – la ville double – qui marqua le début du processus d’accélération de l’urbanisation du Mecklembourg et de la Poméranie Occidentale7.

  • 8 Voir surtout les travaux de W. Schich, « Der Ostseeraum aus der Sicht der mittelalterlichen Siedlu (...)

6En 1210, il n’y avait probablement encore entre Schwerin et l’embouchure de l’Oder aucune localité importante pour le commerce et l’artisanat, aucune commune autonome. Il y avait bien sûr ici et là quelques agglomérations aux fonctions centrales, aussi au niveau économique. Le débat toujours actuel à propos de la question de savoir si elles étaient des villes au plein sens du terme n’a que peu d’importance dans notre contexte. D’une manière ou d’une autre, il ne fait pas de doute que même les forteresses et agglomérations pré-urbaines les plus importantes ne pouvaient réellement se comparer avec les villes de type nouveau qui étaient apparues au début du XIIIe siècle, ni d’un point de vue économique, ni d’un point de vue démographique, ni surtout en ce qui concerne la dynamique du développement. Les communes les plus importantes fondées selon le droit allemand comptaient avant la fin du XIIIe siècle plus de mille habitants, étaient entourées d’un mur d’enceinte, et la plupart d’entre elles (Wismar, Rostock, Stralsund, Greifswald, Prenzlau) avaient deux couvents de mendiants. Le développement des chancelleries urbaines témoigne de leur position d’avant-garde au niveau culturel. Du XIIIe siècle nous sont parvenus des livres urbains qui servaient à l’administration, provenant de Wismar, Rostock, Stralsund et Greifswald8.

7Un autre élément exceptionnel de cette région et de l’urbanisation de cette époque consiste en la structure administrative spécifique de la plupart de ces villes. Vers 1250, cinq d’entre elles se composaient de deux ou trois villes organiquement séparées. Quel rôle jouait ici l’exemple de Hambourg ? Afin de répondre à cette question, nous devrons observer attentivement chacune de ces fondations. Nous porterons une attention toute spéciale, dans ce qui suit, à deux éléments qui différenciaient Hambourg d’autres villes doubles de cette époque : la prépondérance de la Ville Neuve sur la Vieille Ville et le principe d’une unification rapide des communes.

  • 9 Mecklenburgisches Urkundenbuch, Schwerin, Verein für mecklenburgische Geschichte und Altertumskund (...)

8La Vieille Ville (Altstadt) de Rostock était située sur une île entourée de marais. La plus ancienne mention à ce propos est de 1218, mais les historiens croient qu elle était apparue quelques années plus tôt. Près de celle-ci, probablement dans les années vingt du XIIIe siècle, s’éleva la Ville Moyenne (Mittelstadt) et il semble qu'elle avait des fortifications complètement différentes. En son centre se trouvait une place du marché spacieuse. Elle a dû obtenir de vastes privilèges, puisque dès le milieu du XIIIe siècle, elle devançait clairement sa voisine plus ancienne. En 1265, la Mittelstadt devenait le centre d’une commune unifiée ; dans son hôtel de ville se trouvait le siège commun du Conseil et du tribunal9. La fondation correspondait pleinement au modèle précurseur de Hambourg.

  • 10 M. Słoń, « Altstadt, Neustadt, Schadegard. Zu den drei Stadtgründungen in Stralsund », Hansische G (...)

9À Stralsund, la Vieille Ville fut fondée a crudo radice en 1234. La date de la fondation de la Ville Neuve est toutefois incertaine. Dans un article publié en 2007 dans les Hansische Geschichtsblàtter, je me suis efforcé de démontrer qu elle est partie prenante au privilège de 1240. D’après cette hypothèse, qui jusqu’à maintenant n’a pas fait l’objet d’une réfutation ou d’une riposte, la Ville Neuve aurait obtenu un patrimoine beaucoup plus vaste que celui de la Vieille Ville, de même que des privilèges plus généreux. Certainement, elle avait des fortifications entièrement différentes, une paroisse séparée et une école, et sur la place centrale se trouvait l’hôtel de ville. On y autorisa la taille du tissu. Cela veut donc dire que dès le départ, la Ville Neuve aurait dû être associée au commerce au long cours, ce qui n’est habituellement accordé qu’à la plus puissante des communes d’une agglomération donnée. À la lumière de ces observations, il apparaît probable qu’ici aussi le fondateur de la ville, le prince de Rügen Wislaw Ier (1221-1250), voulait imiter le modèle de Hambourg. Cependant, cela ne réussit pas : la Ville Neuve ne parvint jamais à égaler la Vieille Ville. On estime qu’au XIIIe siècle, son potentiel était deux fois moindre10.

  • 11 UBMecklenburg, I, 633 ; O. Weltzien, Zur Geschichte Parchims, Parchim, H. Wehdermann, 1903, p. 16- (...)

10La Vieille Ville de Parchim fut fondée en 1227, la Ville Neuve avant 1249. D’un point de vue urbanistique et administratif, chacune d’elles formait une ville séparée ; entre 1265 et 1277, elles appartenaient même à deux principautés différentes. La plus ancienne mention de la Ville Neuve nous informe déjà que son curé devait alors diriger les écoles des deux communes. Cela ne veut cependant pas dire qu'elle était aussi, dans d’autres sphères, privilégiée par rapport à la Vieille Ville. Cela ne veut pas dire non plus que les deux communes avaient une position équivalente. À travers sa création, on peut observer la tentative de trouver un équilibre menant à la domination générale de la Vieille Ville. Il faut souligner la ressemblance avec le système urbanistique de Stralsund (dans les deux cas, la résidence du prince et un couvent de mendiants étaient situés dans l’espace limitrophe entre les deux communes) ainsi que la présence d’une école dans chacune des Villes Neuves11. Bref, il semble probable qu’à Parchim aussi on s’efforçait d’imiter le modèle de Hambourg, mais qu’on ne le faisait pas de manière conséquente : la Vieille Ville était en fait plus puissante à presque tous les niveaux.

  • 12 UBMecklenburg, II, 686 ; cf. aussi n. 8.

11À Rostock, près de la Vieille Ville et de la Ville Moyenne apparut ensuite une nouvelle commune, celle de la Ville Neuve. Et elle avait une superficie plus grande que ses deux voisines plus anciennes. Elle avait tous les attributs fondamentaux d’une ville – une paroisse, un hôtel de ville, une place centrale avec des fonctions commerciales – mais elle formait la partie la plus faible de l’agglomération. Après l’unification, ses fonctions centrales échurent en partage aux deux communes les plus anciennes12. Cette création ne peut pas être comparée davantage au modèle de Hambourg, au moins du point de vue de son potentiel.

  • 13 Pommersches Urkundenbuch, Cologne et Vienne, Böhlau, 1970, 2 vols, (désormais : UBPommern), II, 51 (...)

12La topographie de la Ville Neuve de Prenzlau, de même que son administration séparée, demeurent hypothétiques. La Nova Civitas apparaît dans les sources en 1250, et c’est surtout la topographie, qu’on peut étudier à partir de cartes du XVIIIe siècle, qui parle en faveur de l’existence de communes séparées. La commune fut probablement installée à un endroit où au XIIe siècle s’était élevée une forteresse slave. Elle s’étendait le long d’une rue principale et au milieu de sa trajectoire se trouvait l’église paroissiale Saint-Sabin. Après la prise de la ville en 1250, les margraves de Brandebourg mirent un frein à la fondation de la ville qui venait de commencer et elle ne fut jamais terminée13. Il ne fait guère de doute que la Ville Neuve devait au départ être un satellite beaucoup plus faible de la Vieille Ville. Il ne peut être question d’une unification d’après le modèle de Hambourg.

  • 14 UBMecklenburg, I, 607 ; F. Ruchhoft, « Siedlungsgeschichtliche Komponenten zur Gründung der Stadt (...)

13La Ville Neuve de Güstrow a sans doute été détruite en 1248 (c’était en même temps la première fois quelle était mentionnée) et on ne connaît même pas sa localisation exacte. L’hypothèse de Fred Ruchhoft, selon qui la Ville Neuve aurait été plus puissante, ce qui aurait mené à la déperdition de la Vieille Ville, ne tient pas selon moi. Nous avons probablement affaire, tout comme à Prenzlau et à Stralsund, à une fondation de petites dimensions, rapidement abandonnée14.

  • 15 UBPommern, II, 903 ; M. Słoń, « Altstadt, Neustadt... », art. cit., p. 58-61.

14Pour ce qui est de la fondation de Stralsund qui vient d’être évoquée, il ne s’agit en fait pas de la Ville Neuve, mais de la troisième commune créée dans cette agglomération. On apprend son existence en 1269 dans le contexte d’une entente concernant sa dissolution15. Dans ce cas, nous ne connaissons pas la localisation de cet établissement, mais on peut facilement s’imaginer ses petites dimensions et son peu d’importance. C’était la dernière tentative de créer une nouvelle ville sur le territoire du Mecklembourg et de la Poméranie Occidentale.

15La période de fondations de communes capables de concurrencer de manière efficace les Vieilles Villes appartient à la plus ancienne phase de la vague de création de nouvelles villes, qui prit fin dès la deuxième décennie du XIIIe siècle. En Mecklembourg et en Poméranie Occidentale, de telles communes apparurent aussi un peu plus tard, soit dans les années quarante du même siècle. Ce léger décalage dans le temps n’est pas une preuve de l’influence de Hambourg comme modèle, mais il contribue à la rendre probable.

  • 16 M. Słoń, Miasta..., op. cit., p. 207-209, 418-419.

16En Europe du Centre et du Centre-Est, nous ne connaissons que huit exemples d’unification de villes au XIIIe siècle (et environ cinquante communes de villes neuves apparurent durant la même période) – parmi ceux-ci Hambourg et quatre villes situées en Mecklembourg et en Poméranie Occidentale. La Ville Neuve de Stralsund fut unifiée à la Vieille Ville avant 1261 : elle avait ainsi continué à fonctionner de manière autonome durant une vingtaine d’années. Le processus d’unification de l’agglomération urbaine de Rostock, formée de trois parties, fut plus compliqué. D’abord, à un moment impossible à déterminer précisément avant 1262, la Ville Neuve fut unie à la Ville Moyenne ; ensuite cette commune unifiée continua à exister en tant commune séparée durant quelques années. Ce n’est qu’en 1262 qu elle fut réunie à la Vieille Ville. Pour ce qui est de la séparation des deux communes de Parchim, elle se maintint un certain temps, ce qui fut sans aucun doute le résultat de la division due à la frontière des principautés qui passait en son centre entre 1265 et 1277. Après la disparition de cette frontière (1277-1283), il ne fallut pas longtemps avant que l’unification se réalise16. Les communes des autres Villes Neuves – à Prenzlau, à Güstrow, et Schadegard à Stralsund – cessèrent d’exister peu après leur création.

  • 17 UBPommern, II, 973 : extra prenominate uille munitionis ambitu uillam de nouo fundatam tamquam pri (...)

17Les villes doubles ont été dans cette région une étape importante, mais passagère, du développement urbain. Une unification aussi rapide et conséquente de l’espace urbain nous amène dans tous les cas à supposer qu’il ne s’agit sans doute pas d’un concours de circonstances, mais qu’au contraire c’était la conséquence planifiée de processus conscients : la Ville Neuve fut créée afin que dans une période de commencements intensifs, des colons soient réunis et quelles se remplissent de bâtiments, pour qu'elle soit ensuite réunie avec la commune principale et qu’elles favorisent ensemble l’épanouissement de tout le potentiel d’un ensemble urbain. En d’autres mots, il s’agit assurément des mêmes objectifs qui avaient été atteints à Hambourg. Cette supposition, qui s’appuie sur la chronologie semblable des fondations et des unifications, est confirmée par une charte de Wistaw II en 1273. Le prince de Rügen assigna à la ville de Stralsund un cens annuel d’une valeur de 200 marcs et signala la possibilité de son augmentation dans le futur. Cela pourrait se réaliser, après que sous les murs de Stralsund eut été créée une nouvelle ville et après qu'elle eut été unie à l’ancienne17.

18L’urbanisation très rapide du Mecklembourg et de la Poméranie Occidentale, dont le deuxième quart du XIIIe siècle constitue un moment décisif, se fit grâce à des conjonctures économiques remarquables. Ces tendances avantageuses rendirent en même temps possible la fondation, dans de courts intervalles de temps, de communes urbaines successives situées l’une près de l’autre. La relation entre les conjonctures et les fondations, y compris de villes neuves, n’était pas unilatérale. Les princes étaient à même d’accélérer le processus de développement des villes et de tout le pays. L’un des instruments qui pouvaient les aider à atteindre ces objectifs avait été testé plus tôt par Hambourg : la création d’une Ville Neuve, qui après l’unification prompte avec la Vieille Ville pouvait contribuer au développement plus rapide de l’agglomération que la fondation d’une seule commune. L’utilité de cet instrument dépendait cependant de la conjoncture. Lorsque celle-ci était peu propice, il fallait rapidement limiter les dimensions de l’entreprise – la Ville Neuve devenait de plus en plus petite et elle obtenait moins de privilèges (par exemple la Ville Moyenne de Rostock, Stralsund, Parchim, la Ville Neuve de Rostock). Ensuite cependant, après quelques tentatives ratées (Prenzlau, Güstrow, Schadegard à Stralsund), on y renonça complètement. Le fonctionnement des villes doubles en Mecklembourg et en Poméranie Occidentale est un épisode qui ne dura pas longtemps dans l’histoire de cette région – à peine quelques décennies – mais qui fut néanmoins fondamental. Ses conséquences, sous la forme des agglomérations urbaines de Rostock, Stralsund et Parchim, alors en pleine expansion, sont encore visibles aujourd’hui.

Tableau : Hambourg et les Villes Neuves en Mecklembourg et en Poméranie Occidentale

Tableau : Hambourg et les Villes Neuves en Mecklembourg et en Poméranie Occidentale

Notes

1 K. Richter, « Hamburgs Frühzeit bis 1300 », dans Hamburg. Geschichte der Stadt und ihrer Bewohner, vol. 1, Von den Anfängen bis zur Reichsgründung, éd. par H.-D. Loose, Hambourg, Hoffmann & Campe, 1982, p. 59-60 ; M. Hanf, « Neue Erkentnisse zur Gründung und frühen Entwicklung der Hansestadt Hamburg », dans Die Stadt im westlichen Ostseeraum. Vorträge zur Stadtgründung und Stadterweiterung im Hohen Mittelalter, vol. 1, éd. par E. Hoffmann et F. Lubowitz, Francfort, New York et Paris, P. Lang, 1995 (Kieler Werkstücke. Reihe A, 14), p. 96-101.

2 J’emploie le terme de « commune » afin de souligner que les agglomérations dont il est question jouissaient d’un certain degré d’autonomie d’ordre politique, et que c’est principalement à cause de cela quelles étaient perçues comme des villes. En outre, cette caractéristique a eu une influence considérable sur leur développement. Il s’agit là d’un point de vue généralement accepté au sein des historiographies actuelles polonaise autant qu’allemande, mais qui est en opposition avec ce qu’on peut lire chez la majorité des historiens français.

3 M. Słoń, Miasta podwójne i wielokrotne w średniowiecznej Europie, Wroclaw, Wydawnictwo Uniwersytetu Wroclawskiego, 2010, p. 85-102, 190-216 ; les thèses principales de cet article sont présentées plus en détail dans ce livre.

4 L’authenticité de ce document a été remise en question. Voir G. Theukrkauf, « Urkundenfälschungen der Stadt und des Domkapitels Hamburg in der Stauferzeit », dans Fälschungen im Mittelalter, vol. 3 : Diplomatische Fälschungen (I), Hanovre, Hahn, 1988 (MGH, Schriften, 33, III), p. 397-431. Quelques détails peuvent être fictifs ; cependant, l’accord même et ses conditions générales sont considérés comme crédibles. Voir M. Hanf, « Neue Erkentnisse... », art. cit., p. 96.

5 H. Keutgen, Urkunden zur städtischen Verfassungsgeschichte, Berlin, E. Felber, 1901 (Ausgewählte Urkunden zur Deutschen Verfassungsgeschichte, 1), no. 104.

6 H. Reincke, Forschungen und Skizzen zur hamburgischen Geschichte, Hambourg, Hoffmann & Campe, 1951, p. 125 ; K. Richter, « Hamburgs Frühzeit... », art. cit., p. 66 ; M. Hanf, « Neue Erkentnisse... », art. cit., p. 101-106.

7 M. Słoń, Miasta..., op. cit, p. 372-385.

8 Voir surtout les travaux de W. Schich, « Der Ostseeraum aus der Sicht der mittelalterlichen Siedlungsgeschichte – mit besonderer Berücksichtigung der “Seestädte” an der südwestlichen Ostseeküste », dans Siedlungsforschung. Archäologie-Geschichte-Geographie, n° 15, 1997, p. 53-77 ; Id., « Landesausbau und Stadtgründungen in Mecklenburg im 13. Jahrhundert », dans Civitas Cholbergensis. Transformacja kulturowa w strefie nadbaltyckiej w XIII w., éd. par L. Leciejewicz et M. Rębkowski, Kołobrzeg, Le Petit Café, 2005, p. 15-30 ; Id., « Die Bildung der “Seestädte” an der südwestlichen Ostseeküste », dans Riga und der Ostseeraum. Von der Gründung 1202 bis in die Frühe Neuzeit, éd. par I. Misàns et H. Wernicke, Marbourg, Herder-Institut, 2005 (Tagungen zur Ostmitteleuropa-Forschung), p. 37-63 ; à propos des relations entre les villes : H. Thielfelder, « Beziehungen zwischen vorpommerschen und mecklenburgischen Städten im 13. Jahrhundert », dans Pommern und Mecklenburg, éd. par R. Schmidt, Cologne, Böhlau, 1981 (Veröffentlichungen der Historischen Kommission fur Pommern, Reihe 5. Forschungen zur pommerschen Geschichte, 19), p. 75-88.

9 Mecklenburgisches Urkundenbuch, Schwerin, Verein für mecklenburgische Geschichte und Altertumskunde, 1863-1867, vol. 1-4 (désormais UBMecklenburg), I, 244 ; Das alteste Rostocker Stadtbuch (etwa 1254-1273), éd. par H. Thierfelder, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1967, p. 192-199 ; O. Pelc, « Rostock um 1200. Von der slawischen Burg zur deutschen Stadt », dans Rostock im Ostseeraum in Mittelalter und früher Neuzeit, Rostock, Universität Rostock, 1994, p. 19-30 ; H. Bernitt, Zur Geschichte der Stadt Rostock, Rostock, C. Hinstorff, 1956, p. 10-18.

10 M. Słoń, « Altstadt, Neustadt, Schadegard. Zu den drei Stadtgründungen in Stralsund », Hansische Geschichtsblätter, no 125, 2007, p. 45-62.

11 UBMecklenburg, I, 633 ; O. Weltzien, Zur Geschichte Parchims, Parchim, H. Wehdermann, 1903, p. 16-18, 33 ; K. Augustin, Geschichte der Stadt Parchim, Parchim, Stock & Stein, 1929, p. 4-12, 20-23.

12 UBMecklenburg, II, 686 ; cf. aussi n. 8.

13 Pommersches Urkundenbuch, Cologne et Vienne, Böhlau, 1970, 2 vols, (désormais : UBPommern), II, 511 ; E. Müller-Mertens, « Untersuchungen zur Geschichte der brandenburgischen Stadte im Mittelalter », Wissenschaftliche Zeitschrift der Humboldt-Universität zu Berlin, no 3, 1955-1956, p. 207-209 ; L. Enders, « Prenzlau – Altstadt, Neustadt und seine hochmittelalterlichen Kirchengemeinden », Herbergen der Christenheit, no 16, 1987-1988, p. 14, 20 ; W. Schich, « Prenzlau von der Stadtwerdung bis zum Ende der Askanierherrschaft », dans Geschichte Prenzlaus, éd. par K. Neitmann, 2009, sous presse.

14 UBMecklenburg, I, 607 ; F. Ruchhoft, « Siedlungsgeschichtliche Komponenten zur Gründung der Stadt Güstrow », Jahrbuch des Vereins fur Mecklenburgische Geschichte und Altertumskunde, no 116, 2001, p. 26 ; M. Słoń, Miasta..., op. cit., p. 199, 210-213.

15 UBPommern, II, 903 ; M. Słoń, « Altstadt, Neustadt... », art. cit., p. 58-61.

16 M. Słoń, Miasta..., op. cit., p. 207-209, 418-419.

17 UBPommern, II, 973 : extra prenominate uille munitionis ambitu uillam de nouo fundatam tamquam priori annexant edificari contigerit.

Table des illustrations

Titre Tableau : Hambourg et les Villes Neuves en Mecklembourg et en Poméranie Occidentale
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2841/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search