Version classiqueVersion mobile

De la mer du Nord à la mer Baltique. Identités, contacts et communications au Moyen Âge

 | 
Alban Gautier
, 
Sébastien Rossignol

Norvégiens et Britanniques : identités et altérité au sein d’une Méditerranée septentrionale (xiie-xive siècles)

Florent Lenègre

Texte intégral

1Lorsqu’on évoque les contacts entre Norvégiens et Britanniques au Moyen Âge, les images qui surgissent le plus souvent renvoient à la période viking et aux raids marins dévastateurs lancés par les Scandinaves sur quelques sanctuaires côtiers en Angleterre et en Ecosse. Dans le meilleur des cas, on se souviendra qu’après ces épisodes violents furent fondées de petites principautés à dominante norvégienne plus ou moins durables dans la région des lacs, les Orcades, les Hébrides ou en Irlande. Peut-être se souviendra-t-on également qu’avant d’affronter Guillaume de Normandie à Hastings, c’est bien le roi de Norvège Harald le Sévère que Harold avait vaincu à Stamford Bridge en 1066.

  • 1 B. E. Crawford, Scandinavian Scotland, Leicester, Leicester University Press, 1987; D. M. Hadley et (...)
  • 2 Nous empruntons cette expression à G. Donaldson, A Northern Commonwealth: Scotland and Norway, Édim (...)

2C’est donc une image plutôt conflictuelle qui se dégage, figée dans une période clairement délimitée, les VIIIe-XIe siècles. Naturellement, il s’agit d’un tableau partiel et qui ne rend pas entièrement justice à l’intense fréquentation britannico-scandinave qui est attestée avant, pendant et après cette période. Les interactions culturelles entre les deux populations sur le territoire britannique ont fait l’objet de multiples études ces vingt dernières années sous l’impulsion, entre autres, de Barbara Crawford, Julian Richards, Dawn Hadley ou encore Gillian Fellows-Jensen1. Ces études ont bien montré que les cultures en présence ont très tôt initié un dialogue fructueux, souvent sous la forme de questions-réponses pour finalement opérer une synthèse au gré des évolutions politiques locales. Îles Britanniques et monde Scandinave semblent alors liés par une manière de commonwealth maritime et nordique2, centré sur la mer du Nord, au sein duquel la Normandie, quoiqu’un peu excentrée, ne fait finalement pas figure d’intrus.

3L’histoire s’arrête-t-elle là ? Tout au long du XIIe siècle, l’émergence et la croissance exponentielle d’un puissant royaume anglo-normand semblent détourner l’Angleterre de son aire de rayonnement traditionnelle centrée sur la mer du Nord. À mesure que les possessions continentales des rois d’Angleterre s’accroissent, l’Angleterre, dirigée par des rois plus occitans qu’anglais, à l’image de Richard Cœur de Lion, voit ses intérêts se déplacer de plus en plus vers le sud. Les relations avec le continent vont prendre le pas sur les contacts maritimes nordiques traditionnels. L’évolution est parallèle en Ecosse, où une aristocratie anglo-normande s’impose dans le sillage de rois dont certains ont été élevés à la cour d’Angleterre.

  • 3 F. Lenègre, Les relations diplomatiques entre la Norvège et les Iles Britanniques 1249-1319, les am (...)

4Le lien culturel, politique et économique qui unit au moins depuis la période viking les deux royaumes riverains de la mer du Nord se dissout-il à cette occasion ? L’enquête que nous avons menée à l’occasion de notre thèse d’École des Chartes nous a persuadé du contraire3. Tout au long des XIIe-XIIIe siècles, des contacts politiques, économiques et culturels, qui s’appuient sur l’héritage de la période viking, sont maintenus entre les îles Britanniques et la Norvège. Ceux-ci doivent être replacés dans un contexte plus large, celui d’un vaste ensemble économique, politique et culturel centré sur la mer du Nord qui fait figure de véritable méditerranée septentrionale, dominée par le roi d’Angleterre.

  • 4 À ce sujet, voir entre autres E. L. G. Stones et G. G. Simpson (éds.), EdwardIand the Throne of Sco (...)

5Pour qui chercherait, au moins sur le plan politique, à attester l’existence d’un tel ensemble au XIIIe siècle et à présenter les règles qui régissent son fonctionnement, il suffirait d’évoquer l’exemple de la Great Cause, le procès de dévolution de la couronne écossaise qui se déroule de 1290 à 12924. La diversité de l’origine des candidats à la succession illustre l’existence d’un espace politique nordique. Outre quelques grands aristocrates écossais comme Robert Bruce et John Bailliol, Florent, comte de Hollande et Erik, roi de Norvège sont en mesure de prétendre à la couronne d’Ecosse. Significativement, c’est Édouard Ier, roi d’Angleterre, qui est appelé par les aristocrates écossais pour départager les différents candidats, attestant par là son prestige et sa position dominante au sein de cet ensemble.

6C’est le versant culturel de ce commonwealth nordique qui va retenir notre attention, et particulièrement les interactions, en son sein, entre populations d’origine britannique et populations d’origine norvégienne. Les contacts traditionnels se maintenant en Norvège, sur la côte est de l’Angleterre, ainsi qu’en Écosse et en mer d’Irlande, nous avons enquêté sur les modalités de rencontre entre ces deux populations de 1100 à 1320 et sur leur identité culturelle.

7L’identité est ce qui caractérise deux ou plusieurs choses en tous points semblables et donc différentes de toute autre. Partant de là, en relativisant un peu, nous avons cherché à élaborer une définition de départ qui pourrait être soumise à l’épreuve des sources. Nous avons considéré l’identité culturelle d’un groupe comme un ensemble d’éléments et de pratiques culturelles auxquels tous les membres de ce groupe adhèrent et par lesquels ils se distinguent des membres d’un autre groupe. Cette définition implique donc que celui qui affiche des éléments de son identité, affirme parallèlement son altérité vis-à-vis de la personne extérieure au groupe.

8Notre objectif est de tenter d’évaluer le fonctionnement de cette définition au sein de ce commonwealth nordique : quelle perception a-t-on de soi et de l’autre, de part et d’autre de la mer du Nord ? Sommes-nous en présence d’identités bien définies ? Comment interagissent-elles : se heurtent-elles les unes aux autres ou sont-elles perméables et en perpétuelle élaboration ? Avant d’apporter des éléments de réponse à ces questions, nous évoquerons les contacts étroits entre populations britannique et norvégienne, qui servent de toile de fond à notre étude des identités culturelles.

Une fréquentation importante

  • 5 Parmi les principaux recueils outre les collections éditées de lettres patentes et closes des rois (...)

9Les sources Scandinaves et britanniques, littéraires et documentaires, attestent la fréquence des échanges entre les deux populations, que l’on se situe sur le plan politique, économique ou culturel5. Des relations diplomatiques assidues, dont l’objectif est au départ d’assurer la pérennité de contacts commerciaux fructueux, se développent tout au long du XIIIe siècle.

  • 6 DN, passim : le no 2l4 mentionne notamment l’envoi en 1234-1235 par Henri III à Hakon d’un diadème (...)
  • 7 DN, no 302, p. 199-200.
  • 8 Håkon tente en 1259 d’obtenir pour son fils Magnus, la main de Béatrice, fille d’Henri III, mais la (...)
  • 9 DN, passim, et notamment les traités de Brigham et Northampton, DN, no 354-355, p. 274-280.
  • 10 DN, no 305, p. 202-207.

10Le dépouillement des close et liberate rolls fait apparaître des contacts diplomatiques anglo-norvégiens annuels entre 1222 et 1253, avec envoi de cadeaux pour les étrennes6. Ces liens plus que cordiaux sont entretenus et perdurent jusqu’aux dernières décennies du XIIIe siècle. Significativement, c’est à Edouard Ier que le roi Magnus Håkonsson, alors mourant, adresse sa dernière lettre en mai 1281. Dans cette lettre, Magnus recommande à Edouard ses deux jeunes fils Erik et Håkon, dans l’espoir que ce celui-ci se porte garant de l’unité du royaume de Norvège après sa mort7. Concrétisant la qualité de l’entente entre les deux cours, plusieurs projets de mariage visant à unir la famille de Norvège et celle d’Angleterre voient le jour à partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle8, projets dont le plus grandiose se propose de marier Marguerite, fille du roi Erik de Norvège et héritière par sa mère du trône d’Ecosse, avec le fils aîné du roi Édouard Ier, le futur Édouard II9. Du côté écossais, la fréquence des contacts est plus difficile à établir en raison de la rareté des sources, mais quelques passages dans les chroniques et la présence d’îles sous domination norvégienne au large de la côte écossaise (Orcades et Hébrides) laissent présager une intense fréquentation qui se concrétise par le mariage en juillet 1281 de Marguerite, fille d’Alexandre III, roi d’Écosse, avec le jeune roi Erik de Norvège10.

11L’effort de rapprochement déployé par les royaumes de Norvège, d’Angleterre et d’Écosse aboutit à la mise en place, un peu avant 1270, d’une véritable communauté politico-économique nordique régulée, en bien des aspects, par le roi d’Angleterre.

  • 11 DN, vol. VIII, no 9, p. 13-17.
  • 12 Lettre d’Henri III adressée à Håkon le 28 juin 1264, DN, no 276, p. 179-180.
  • 13 DN, no 284, p. 183-185.
  • 14 Accord attesté par une lettre adressée sans doute en 1223 par le jarl Skuli, proche du jeune roi Hå (...)

12Ce rôle de régulateur apparaît clairement en plusieurs occasions dans les années 1260-1290. La conclusion du traité de Perth en 1266 entre la Norvège et l’Écosse en est une11 : ce traité qui règle un contentieux territorial ancien entre les deux royaumes et instaure le libre commerce entre leurs sujets n’aurait sans doute pu aboutir sans l’intervention d’Henri III d’Angleterre qui fait pression sur le roi de Norvège pour obtenir la paix entre les deux royaumes12. L’accord de 1266 est complété par le traité de Winchester qui en 126913 renouvelle l’accord commercial passé entre Norvégiens et Anglais en 122314. Ces deux traités instaurent un espace de libre commerce entre les trois royaumes, selon toute vraisemblance, voulu et construit par le roi d’Angleterre.

  • 15 DN, no 388, p. 424.
  • 16 Lettre patente du 17 septembre 1289, DN, no 331, p. 233-234.

13La Great Cause, déjà évoquée, fournit à partir de 1290 une autre illustration éloquente de la position éminente du roi d’Angleterre au sein de l’ensemble défini par les traités déjà cités. L’étude des lettres de sauf-conduit accordées par le roi d’Angleterre pendant la période 1270-1290 témoigne de ce prestige acquis par le roi d’Angleterre outre-mer. À la fin du XIIIe siècle, celles-ci sont adressées « à tous ses baillis et amis » ou « à tous ses amis et fidèles », une adresse fort large et riche en sous-entendus. La protection quelles accordent vaut sur son territoire mais également pendant leur séjour (morando) à l’étranger et pour le retour (et redeundo), comme c’est le cas dans la lettre donnée à Charles de Gosford le 26 mai 1293, un document qui revendique une valeur internationale15. Par comparaison, les ambassades norvégiennes qui se rendent en Angleterre se voient systématiquement dotées d’une lettre de sauf-conduit signée du roi d’Angleterre, comme c’est le cas pour la délégation qui vient négocier le traité de Salisbury en 128916. La protection du roi de Norvège ne suffit manifestement pas pour traverser paisiblement les terres du roi d’Angleterre.

  • 17 DN, no 253, p. 164.
  • 18 Fountains est en effet la mère du monastère de Lyse en Norvège, dont les dignitaires se rendent à p (...)

14L’étude des différentes sources disponibles pour la période considérée fait apparaître au sein de notre ensemble une circulation importante qui concerne notamment les institutions ecclésiastiques. Outre la célèbre mission réformatrice de Matthieu Paris auprès du monastère de Nidarholm près de Trondheim, les lettres de sauvegarde conservent quelques traces de voyages de moines anglais en Norvège sans qu’une seule mission diplomatique puisse y être rattachée. C’est le cas par exemple du moine Nigellus qui le 3 mai 1252 reçoit une lettre de sauvegarde parce qu’il est parti en Norvège comme messager du roi17. Cette lettre est valable deux ans, ce qui n’est pas la norme : on peut supposer un séjour plus long en lien avec un réseau monastique. Les réseaux tissés de l’autre côté de la mer du Nord par une grande abbaye comme celle de Fountains dans le Yorkshire sont sans doute l’occasion d’échanges fréquents entre les deux royaumes18.

  • 19 Outre B. E. Crawford, Earls of Orkney-Caithness and their Relations with Norway and Scotland, 1158- (...)
  • 20 F. Lenègre, Les relations diplomatiques..., op. cit., annexe I, Partie I, A23, p. 103-104.

15Cette circulation importante se traduit également par une certaine fluidité du service royal entre les trois royaumes d’Angleterre, d’Ecosse et de Norvège. L’exemple bien connu de Weland de Stiklaw, clerc originaire du Nord de l’Angleterre, étudié par Barbara Crawford19, qui quitte vers 1293 le service du roi d’Ecosse pour devenir un membre respecté du conseil d’Erik de Norvège, n’est pas un cas isolé. L’étude des lettres patentes et des comptes de garde-robe du roi Édouard Ier révèle l’existence d’un certain Richard de Norvège, dont le nom peut trahir une origine norvégienne, au sein de l'hôtel du roi d’Angleterre au moins à partir de 1286, peut-être dès 1281, et jusqu’à la fin du règne d’Édouard Ier20.

  • 21 Les Orcades sont en effet un lieu de contact et de brassage entre cultures celtique, anglo-normande (...)
  • 22 F. Lenègre, Les relations diplomatiques..., op. cit., annexe II, Partie III, N16, p. 278-282.

16Gilbert, évêque de Hamar, entre 1260 et 1276-1278, illustre également parfaitement cette capacité à passer facilement d’un environnement britannique à un environnement Scandinave : d’origine sans doute écossaise ou orcadienne, ce qui peut avoir facilité son tropisme Scandinave21, il est archidiacre des Shetlands lorsqu’en 1260, il est élu autoritairement par le roi Håkon au siège épiscopal de Hamar. Il apparaît par la suite comme un membre de l’entourage royal qui participe à deux missions diplomatiques délicates en Écosse en 1263 et 1265. Lorsqu’il meurt en 1287, il se fait enterrer dans le couvent des carmélites de Norwich22.

  • 23 Lettre datée du 25 mars, sans doute 1285, DN, no 314, p. 220.

17La fréquentation de la cour d’Angleterre par les élites Scandinaves intervient également dans le cadre des traités conclus dans la deuxième moitié du XIIIe siècle : le traité de mariage de 1281 est par exemple garanti du côté norvégien par la fourniture de plusieurs otages parmi lesquels figure Vidkunn Erlingsson de Bjarkoy, membre d’une famille éminente du nord de la Norvège ; à cette occasion des relations cordiales naissent sans doute et se maintiennent comme l’atteste le ton familier de la lettre adressée par Vidkunn, renommé Vivianus pour l’occasion, un nom à consonance arthurienne, à Édouard Ier pour le remercier de l’accueil qui lui a été fait lors de son ambassade en Angleterre en 128423.

18Le brassage de population d’origine anglaise, celtique et Scandinave dans les villes portuaires et marchandes de l’ancien Danelaw est attesté dans la Saga des Orcadiens, œuvre rédigée au XIIe-XIIIe siècle, dont un passage célèbre relate le voyage commerçant effectué par le futur jarl Rögnvaldr Kali entre les Orcades, Grimsby en Angleterre et Bergen en Norvège :

  • 24 J. Renaud (trad.), La Saga des Orcadiens, Paris, Aubier, 1990 (désormais Orc), p. 137.

Quand Kali eut 15 ans, il se rendit à l’ouest, en Angleterre, avec des marchands, pour y vendre des produits de valeur. Ils mirent le cap sur le port de Grimsbaer. Là se rencontraient aussi bien des Orcadiens que des Ecossais ou même des Hébridais24.

19Il est à noter précisément que le brassage de population met dans ce passage plusieurs cultures en contacts : celtique, représentée par les Ecossais et les Hébridais ; Scandinave ou plutôt celto-scandinave, représentée par les Orcadiens et les Hébridais ; et anglo-normande, représentée par les Écossais et les Anglais. Il n’est pas question ici de Norvégiens.

  • 25 Sverris saga konungs, éd. par S. Egilsson et al., Copenhague, Kongelige Nordiske oldskriftselskab ((...)

20De l’autre côté de la mer du Nord, on retrouve le même récit à peu de choses près. La fréquentation britannique en Norvège est attestée par un fameux passage au chapitre 104 de la Saga de Sverrir, où dans un discours sur les méfaits de la trop grande consommation d’alcool, le roi Sverrir oppose marchands anglais, porteurs de prospérité, aux marchands allemands, qui en important du vin deviennent sources de problèmes25. Plus sobrement, la Saga des Orcadiens constate :

  • 26 Orc., p. 137-138.

Quand ils arrivèrent à Bergen, ils y trouvèrent énormément de monde, les uns venaient du sud, les autres du nord du pays, beaucoup étaient des étrangers et tous apportaient leurs belles marchandises26.

  • 27 Londres, National Archives, DL 25, L 2459.
  • 28 Londres, National Archives, DL 25, L 440.

21Malgré tous ces indices convergents, la réalité de ce brassage nous échappe en grande partie. Les sources documentaires fournissent heureusement quelques éléments complémentaires qui permettent d’ajouter un peu de chair à ce squelette. L’étude des donations produites au XIIIe siècle sur la côte est de l’Angleterre, notamment en Lincolnshire, et des lettres patentes et closes relatives à ces régions, révèlent plusieurs noms d’origine Scandinave ou surtout celto-scandinave : Magnus fils d’Ywin de Wrengle en Lincolnshire concède vers 1232 une rente à Hawise de Quincy, comtesse de Lincoln27. Entre 1189 et 1222, un Swein, fils de Gillemichel détient une terre en Lancashire28. Ces noms attestent le maintien d’un élément culturel celto-scandinave sur la côte est de l’Angleterre au début du XIIIe siècle.

  • 29 DN, no 422, 423, 430, 436, 442, 447, 453, 454, 457, 458, 461, 464, 473, 475.

22À partir de 1303, la tenue de rouleaux où sont inscrits les nouvelles coutumes perçues sur les marchandises étrangères entrant et sortant du royaume d’Angleterre permet d’évaluer plus précisément la présence de marchands norvégiens dans les ports de la côte est entre 1303 et 131129. Cette source permet de dresser une liste des principaux sites fréquentés : King’s Lynn, Kingston upon Hull, Ravensworth et Scarborough.

  • 30 DN, no 436.
  • 31 Ibid.

23Quelques ports se distinguent, comme celui de King’s Lynn, où la concentration de navires norvégiens pendant la saison commerciale, d’avril à novembre, est plus importante qu’ailleurs. Entre 1304 et 1307, on compte ainsi 70 navires norvégiens taxés dans ce port30. Cela correspond à une moyenne d’un peu plus de deux bateaux par mois pendant la saison commerçante avec une intensification des voyages en début et fin de saison. En 1305, la fréquentation norvégienne s’échelonne de la sorte : 4 bateaux en avril, 6 en mai, 5 en juin, rien pour juillet, 3 pour août, 1 pour septembre, 5 pour octobre et 4 pour novembre31.

24Ces indices de fréquentation ne nous renseignent malheureusement que bien peu sur les possibles interactions entre les deux populations, même si la trace de quelques conflits marchands – ceux qui ont fait l’objet d’une intervention royale au cours des XIIIe-XIVe siècles – a été conservée.

L’étranger comme un autre

25Les chroniques et sagas composées de part et d’autre de la mer du Nord au XIIIe siècle fournissent, elles, une matière plus riche. Certaines laissent apparaître la manière dont chacun, dans les milieux aristocratiques, se perçoit et perçoit l’autre en comparaison. Du côté Scandinave, la Saga des Orcadiens cite un poème attribué au jeune Rögnvaldr Kali, futur jarl des Orcades. Ce dernier s’y réjouit de quitter Grimsby, dont il dresse un portrait peu amène, pour reprendre la mer vers la Norvège :

  • 32 Orc., p. 137.

Nous avons pataugé dans la vase
Pendant cinq affreuses semaines,
Il ne manquait vraiment pas de saleté
Quand nous étions en plein Grimsbaer.
Maintenant en revanche,
Nous laissons avec plaisir
Le navire cogner sur les vagues
En direction de Bergen32.

26Ouvrons à présent la Chronique de Lanercost, rédigée à Carlisle dans le Nord de l’Angleterre, entre la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle. Au sujet du mariage de Marguerite d’Ecosse, fille du roi d’Ecosse Alexandre III, avec le roi Erik de Norvège, le chroniqueur dénonce sans ménagement le manque de raffinement, voire l’inculture de la cour royale norvégienne :

  • 33 Chronicon de Lanercost. 1201-1346, éd. par J. Stevenson, Édimbourg, 1839 (désormais Lanercost), p.  (...)

Celui-ci [Erik] devenu adulte, [...] demanda la demoiselle en mariage et cela allait fort contre l’inclination de la jeune fille, de ses parents et de ses amis parce qu'elle aurait pu être alliée plus facilement et plus convenablement ailleurs33.

27Puis plus loin :

  • 34 Lanercost, p. 105.

Après avoir été couronnée solennellement et proclamée devant tous d’excellente parentèle, elle se comporta si gracieusement envers le roi et les siens que leurs manières s’améliorèrent. Elle lui enseigna la langue gauloise et anglaise et lui fit adopter une façon plus distinguée de s’habiller et de manger34.

  • 35 Orc., p. 138.

28Si seules quelques traces en ont été conservées, ces accusations ne devaient pas être rares à l’époque car on les retrouve parfaitement intégrées dans les sagas produites dans le monde Scandinave au XIIIe siècle. La Saga des Orcadiens s’en fait le relais indirect, toujours dans le même passage relatant le voyage commercial de Rögnvaldr de Grimsby à Bergen : « Kali se piquait d’élégance, vêtu avec raffinement, car il rentrait tout juste d’Angleterre35. »

29La Saga d’Håkon Håkonsson, saga royale écrite vers 1265 par l’Islandais Sturla Thordarsson, ne se contente pas de relayer ces accusations, elle entend bien, nous allons le voir un peu plus loin, y répondre de manière cinglante et non sans une certaine perfidie :

  • 36 Hákonar saga Hákonarsonar éd. G. Vigfusson, Londres (Rerum Britannicarum medii aevi scriptores, 88/ (...)

Sur le voyage du cardinal, il faut dire que, venant du sud, il arriva au printemps en Angleterre et fut bien reçu par le roi Henri. Des Anglais, parce qu’ils étaient jaloux des Norvégiens, lui dirent qu’il n’obtiendrait là-bas aucun honneur, qu’il n’aurait presque rien à manger et rien à boire à part du petit-lait. Les Anglais firent tout ce qu’ils purent pour le dissuader d’aller en Norvège et ils l’effrayèrent en lui parlant de la mer et de la sauvagerie des gens, s’il poursuivait son voyage36.

  • 37 HSH, § 310, p. 319.

30Et un peu plus loin, dans la bouche d’un chevalier écossais en ambassade auprès du roi de Norvège : « On m’avait dit qu’ici, dans ce pays, aucun chevalier n’était adoubé37. »

31Cette opposition symbolique se double-t-elle de problèmes de communication liés à la langue ? Outre le latin, langue commune à tous les acteurs identifiés, quatre langues vernaculaires cohabitent dans l’espace considéré : le français, l’anglais, le norrois et le gaélique. Chacune se décline naturellement en plusieurs dialectes. Cette multiplication nuit-elle à la communication ? Les sources littéraires et documentaires de l’époque montrent bien qu’une barrière linguistique existe au niveau des élites entre la Norvège, où le norrois reste dominant, et le domaine britannique davantage latinisé et francisé.

32Le passage de la saga d’Håkon Håkonsson relatant la mort du roi Håkon nous permet d’approcher de plus près la réalité de cette barrière linguistique. Le roi avait vraisemblablement reçu une éducation de clerc et avait été formé au latin. Malgré cela, voici le récit que donne Sturla Thordarson de ces derniers instants :

  • 38 HSH, § 329, p. 354.

Malade, il se fit d’abord lire des livres en latin. Mais alors il lui était pénible de devoir restituer mentalement la signification de chaque phrase. Il se fit alors lire des livres en norrois, jour et nuit38.

33Le roi, à l’évidence, connaît le latin mais ne le manie pas avec aisance. Cette connaissance est indispensable car plusieurs exemples montrent que la pratique de l’anglo-normand parmi les élites norroises n’est pas monnaie courante, ce qu’illustre bien la clause de corroboration du traité de Salisbury, conclu le 6 novembre 1289 entre la Norvège, l’Ecosse et l’Angleterre, dans le but d’organiser l’arrivée de Marguerite, fille du roi de Norvège et reine d’Ecosse, dans les îles Britanniques :

  • 39 DN, no 333, p. 237.

Et en témoignage des choses dessus dites, lesdits procureurs du roi de Norvège et les envoyés d’Ecosse ont apposé leur sceau sur cet écrit, chirographié en trois pièces (parmi lesquelles deux en français restent auprès du roi d’Angleterre et des gens d’Ecosse ; et la troisième, traduite en latin, auprès des procureurs de Norvège)39.

  • 40 DN, no 307, p. 211.

34Cette incompréhension entre Norrois et Anglo-Normands, hors recours au latin, est sans doute largement réciproque comme l’atteste un inventaire des archives du roi d’Ecosse dressé en 1282, où les actes relatifs à la Norvège sont analysés sommairement. Seuls deux actes restent sans bénéficiaire ni indication de contenu : ceux qui ont été dressés in lingua norica, en langue norroise40.

35Cette barrière n’est cependant pas absolue, elle est compensée par l’existence, essentiellement le long des côtes britanniques, d’espaces culturels mixtes. Marquées par les installations Scandinaves consécutives aux invasions vikings, ce sont des zones de brassage où cultures celtique, Scandinave et continentale se rencontrent et initient un dialogue fructueux. C’est le cas par exemple du Caithness, comté situé à la pointe nord de l’Ecosse. Aux XIIe-XIVe siècles, la majeure partie de la population de cette région est de culture celtique mais fortement imprégnée de norrois, du fait de l’histoire de la région et de la présence à proximité de la principauté norroise des Orcades, dont le jarl est épisodiquement nommé earl de Caithness au cours du XIIIe siècle. Cette situation se retrouve à des degrés divers également dans les Hébrides et peut-être même dans certains ports situés dans l’ancien Danelaw.

Synthèses culturelles

36Au-delà des oppositions que l’on vient d’évoquer entre mondes norvégien et britannique, les contacts fréquents entre les deux populations qui se rencontrent notamment au sein des zones de contact identifiées ci-dessus, mènent à l’élaboration de synthèses culturelles, autant dans les milieux aristocratiques qu’au sein de la bourgeoisie marchande urbaine.

  • 41 L. Holm-Olsen et K. Heggelund, Norges Litteratur historie, Oslo, 1974, t. 1., p. 131-150

37La culture aristocratique dominante au sein de notre espace nordique est celle de la cour d’Angleterre, une culture savante ou courtoise importée du continent dont les langues d’expression sont le latin et l’anglo-normand. Les élites norvégiennes s’en imprègnent dès le début du XIIIe siècle comme l’attestent les nombreuses traductions en norrois de romans courtois anglo-normands commandées par le roi Håkon Håkonsson41.

38L’analyse des traités et lettres de sauvegarde produits dans le cadre des contacts diplomatiques entre Norvège et îles Britanniques illustre le degré d’imprégnation courtoise et savante des élites Scandinaves dans la deuxième moitié du XIIIe siècle. Ces documents où le vernaculaire se heurte au latin sont l’occasion de mettre en avant ces nouveaux usages culturels.

  • 42 DN, no 314, p. 220.
  • 43 DN, no 304, 409.
  • 44 DN, no 301, p. 198-199.

39Côté norrois, il est nécessaire de donner une forme latine à des noms d’origine nordique : à côté de créations comme Bernerus ou de décalques approximatifs comme Vincun, souvent sous la plume de scribes anglais, les aristocrates norvégiens ne dédaignent pas de se parer, tout en restant dans la vraisemblance phonétique, de noms tirés des romans de chevalerie ou des écrits patristiques : Bjarne devient ainsi Bernardus, Vidkunn Vivianus42, Jon Ragnvaldsson se fait appeler Johannes Rollandi43. Plus spectaculaire encore, le chancelier du roi de Norvège, Oysteinn, se mue le temps d’un acte en Augustinus44.

  • 45 J. Stevenson (éd.), Chronica de Mailros, Édimbourg, 1835, p. 196.

40Toutes ces transformations ne sont évidemment pas sans poser quelques problèmes d’identification : derrière un Bernardus peut se cacher un Bjarne ou un authentique Bernard. Reginaldus, moine de Roxburgh utilisé dans le cadre des négociations du traité de Perth de 126645, est-il un Renaud de culture anglo-normande ou bien un Ragnvald originaire des Hébrides et donc maîtrisant le norrois ?

41Ce mouvement d’adoption d’une culture d’origine étrangère peut apparaître, de prime abord, comme une forme de colonisation culturelle. Il s’agit en réalité d’une adaptation des valeurs occidentales porteuses de modernité, voulue par les rois de Norvège dans le but de domestiquer leur aristocratie et d’affirmer leur place sur l’échiquier occidental en se ralliant à la culture dominante. Il y a dans cette tentative, qu’on peut rapprocher, toutes proportions gardées, de celle d’Atatürk pour intégrer la Turquie au monde occidental, une volonté manifeste de changer l’image que le royaume renvoie à l’étranger, d’affirmer sa modernité.

  • 46 E. M. Jónsson (trad.), Le Miroir royal, Paris, Esprit Ouvert, 1997 (désormais Miroir), p. 95.

42L’auteur norvégien du Miroir royal, somme encyclopédique rédigée vers 1250 prenant la forme d’un dialogue entre un père et son fils, insiste ainsi lorsqu’il décrit la charge d’ambassadeur, sur le fait que l’envoyé représente la culture de son pays et doit donc faire preuve de courtoisie46. La Saga d’Håkon Håkonsson nous livre, de son côté, plusieurs passages où les préjugés britanniques, et notamment écossais, en la matière, sont mis en scène avant d’être réfutés avec méthode et, parfois, férocité.

  • 47 HSH, § 307, p. 315.

Vinrent d’Écosse, à l’ouest, des messagers d’Alexandre, roi d’Écosse : un archidiacre et un chevalier qui s’appelait Michel. Il sembla au roi qu’ils venaient avec plus de bonnes paroles que de bonne foi. Ils partirent si discrètement que personne ne s’en rendit compte avant qu’ils aient tendu leurs voiles. Alors, le roi Håkon envoya Brynjólf Jónsson à leur poursuite et il les ramena avec lui. Le roi dit qu’ils devraient passer l’hiver en Norvège car ils étaient partis sans avoir demandé de permission, à la différence des autres messagers47.

43Cette affaire d’emprisonnement de représentants écossais a fait grand bruit et amené l’intervention du roi d’Angleterre Henri III. Dans cette perspective, la vocation de ce passage est clairement de justifier l’arrestation en montrant que le roi de Norvège est dans la légalité et connaît bien les usages diplomatiques modernes, à la différence des Ecossais. La démonstration de l’ignorance et de la barbarie écossaise ne s’arrête d’ailleurs pas là et continue quelques paragraphes plus loin :

  • 48 HSH, § 310, p. 319.

Le chevalier Michel, que le roi d’Ecosse avait envoyé auprès du roi Håkon, était là, debout dans le chœur et s’émerveillait grandement de cette cérémonie, car ce n’était pas la coutume en Ecosse de couronner les rois. La cérémonie lui fit tant d’effet qu’il se mit à pleurer, avant que ceux qui se tenaient près de lui ne viennent lui parler [...] : « On m’avait dit qu’ici, dans ce pays, aucun chevalier n’était adoubé ; mais je n’ai jamais vu un chevalier être adoubé avec plus d’honneur que celui-ci qui reçoit son épée cérémonielle de cinq des plus excellents chefs de ce pays48. »

44La charge est ici particulièrement vicieuse car il est vrai que les rois écossais ne sont pas couronnés au sens strict mais rituellement placés sur la pierre du destin à Scone. Ce passage, qui insiste sur les larmes du chevalier écossais, cherche à affirmer que la Norvège n’a plus rien à envier, voire surpasse son voisin en matière de courtoisie. Cette compétition courtoise dans laquelle la Norvège se lance avec enthousiasme montre bien que les valeurs empruntées à ses voisins ont été adaptées au contexte traditionnel norvégien : les cultes de l’exploit et de la réputation dans ces deux passages sont simplement transposés du domaine guerrier aux domaines juridique et courtois.

  • 49 Miroir, p. 45-77.
  • 50 Miroir, p. 32.

45À côté de ces emprunts, se maintiennent naturellement un grand nombre d’éléments culturels traditionnels Scandinaves. L’auteur du Miroir royal fait tout son possible pour promouvoir les valeurs courtoises, mais se laisse également aller, dans la première partie de l’ouvrage dédiée à la présentation de la profession de marchand, à une description détaillée des merveilles naturelles que l’on peut observer dans le Nord et en Irlande, autant d’éléments qui ne manqueront pas de fasciner l’auditeur continental et feront la spécificité du marchand norvégien49. Il résume excellemment la réponse contrastée que donnent les élites norvégiennes face à la culture continentale dominante en plaçant, dans la bouche du père, les paroles suivantes : « Étudie toutes les langues et surtout le latin et le français car ces deux langues sont les plus répandues. Mais ne perds pas ta propre langue pour autant50. » Ainsi, l’adoption d’une culture commune occidentale ne se fait pas sans le maintien d’une certaine altérité. Le passage de la mort d’Håkon, cité plus haut, peut également être lu dans cette perspective.

  • 51 De cette langue hybride, Philippe Jaworski présente quelques exemples particulièrement frappants, d (...)

46Cette altérité vient-elle, à force de fréquentation, féconder à son tour les usages culturels dominants ? L’observation attentive des documents administratifs produits sur la côte est de l’Angleterre, nous a amené à formuler une hypothèse, qui demande encore vérification. Les ports anglais situés dans l’ancien Danelaw apparaissent, dans les sources littéraires et documentaires, comme des lieux de brassage de populations diverses, originaires essentiellement du pourtour de la mer du Nord et de la Baltique. Nous inspirant entre autres du langage qui se développe au XIXe siècle chez les baleiniers français dans un milieu d’intense fréquentation franco-anglaise51, nous avons cherché à pister, dans la documentation, les traces de familiarité avec le norrois et d’éventuels mots d’emprunt.

47Les rouleaux de taxes, évoqués plus haut, fournissent en la matière un champ d’investigation à la fois large et riche. Tenus en latin, ils laissent apparaître plusieurs formes vernaculaires, lorsqu’il s’agit de nommer les navires, leurs capitaines ou les marchandises taxées. Ces formes, qui concernent essentiellement des marchandises traditionnellement importées de Scandinavie (bois, poisson), sont soit directement d’origine norroise, soit utilisées parallèlement au norrois dans d’autres langues germaniques vernaculaires comme le moyen anglais. Ce premier exemple est extrait des rouleaux de douanes du port de Hull en 1304 :

  • 52 DN, no 430, p. 489.

Navis Petri de Rokesberwe intravit in Portum i Hull XIII die septembris
Idem habuit XXV pecie de Wademale precii VI l., V s.
[...]52

  • 53 Article « waed », dans T. N. Toller (éd.), An Anglo-Saxon Dictionary, Based on the Manuscript Colle (...)

48Un certain Pierre de Roxburgh en Écosse fait ici entrer dans le port 23 pièces de Wademale, soit 25 pièces de laine crue. Il est certes possible de rapprocher ce mot de waed53, attesté en anglo-saxon avec le sens de vêtement, mais le parallèle avec le mot vaðmál, couramment utilisé en norrois au XIIIe siècle pour désigner précisément la marchandise ici taxée, s’impose davantage. Plutôt que d’un emprunt direct au norrois, il s’agit peut-être ici d’un emprunt au scots, dialecte de l’anglais parlé en Ecosse, dérivé du northumbrien et fortement marqué par l’influence Scandinave.

49Un deuxième exemple met en scène un navire du roi de Norvège entrant dans le port de Ravensworth en août 1305 :

  • 54 DN, no 442, p. 526.

Navis regis de Norwagia intravit ibidem VIII die augusti
Haystaynus Pare habuit D de Bulkebordprecii xx s. [...]
Idem habuit D de Balgjÿske precii xvi s. viii d. […]
54

  • 55 Article « baelg », dans T. N. Toller (éd.), An Anglo-Saxon Dictionary..., op. cit., vol. I, p. 66, (...)
  • 56 Article « belgr », dans R. Cleasby et G. Vigfússon (éds.), An Icelandic-English Dictionary, Oxford, (...)

50La forme Balgfyske, qu’on rencontre aux côtés du Flatfisk ou du Mydelfiske dans les rouleaux de douanes, indique une prononciation de ces mots à la Scandinave, le mot fisc étant prononcé en anglais jish dès la période anglo-saxonne. Les deux prononciations se rencontrent d’ailleurs dans les rouleaux de douane : à côté du jisk évoqué plus haut apparaissent aussi bien des fissh que des fisse. Le mot Balg, dans le sens de sac ou bocal se rencontre aussi bien en anglo-saxon55 qu’en norrois56.

51Qu’est-ce qui justifie dans ces cas le passage du latin à la forme vernaculaire ? Le scribe recopie-t-il ce qu’il entend sans comprendre ? Cela paraît peu probable et il faut supposer que la fréquentation marchande norvégienne dans les ports de la côte est a permis de faire passer dans l’usage courant, ou de perpétuer l’usage de certains mots ou modes de prononciation, pour désigner au moins des marchandises spécifiquement Scandinaves dans ces régions autrefois marquées par les invasions et installations Scandinaves.

  • 57 Miroir, p. 48-52.

52Peut-on aller un peu plus loin ? La première partie du Miroir royal, où le père explique à son fils comment doit se comporter un bon marchand, contient un passage sur les différentes espèces de baleines57 et, nous l’avons déjà évoqué, sur les différentes merveilles que l’on observe dans le Nord et en Irlande, soit dans la zone de rayonnement traditionnelle des marchands norvégiens. Le marchand peut-il être également celui qui, au sein d’un réseau de sociabilité, représente son pays d’origine et sa culture traditionnelle, en colportant histoires et anecdotes volontiers merveilleuses ?

  • 58 Lanercost, p. 97.

53La Chronique de Lanercost nous apprend que ce type de récit était sans doute particulièrement prisé sur les côtes anglaises : lorsqu’elle narre en effet le naufrage en 1275 à Hartlepool d’un évêque des Orcades nommé, sans doute à tort, William, elle insiste principalement sur le récit qu’il fit, une fois à terre, des merveilles naturelles que l’on peut observer en Islande58. Ces histoires contées par des marchands, dont le latin, le français ou l’anglais n’était pas la langue maternelle, devaient être assurément truffées de tournures et de mots empruntés au norrois. Peut-on considérer ces récits ou chansons populaires comme un des biais par lesquels se popularisaient un certain nombre d’éléments linguistiques norrois sur la côte est de l’Angleterre ? L’enquête est ouverte.

54Les contacts entre populations britannique et norvégienne sont l’occasion d’allers-retours fructueux entre identités et altérité. Elles mettent en jeu des identités bien distinctes qui se rejoignent au niveau aristocratique dans l’adoption de la culture continentale dominante. Cette adoption peut être paradoxalement l’occasion de se mesurer à l’autre et d’affirmer sa supériorité dans la pratique de ces valeurs. Les Norvégiens qui importent ces nouvelles pratiques d’Angleterre s’attachent, dans le même temps, à cultiver leurs différences traditionnelles, qui viennent à leur tour interagir au niveau local avec les usages anglais menant sans doute à l’élaboration, au moins dans les ports, d’une culture originale dont les contours restent à préciser.

Notes

1 B. E. Crawford, Scandinavian Scotland, Leicester, Leicester University Press, 1987; D. M. Hadley et J. D. Richards (éds.), Cultures in Contact: Scandinavian settlement in England, Turnhout, Brepols, 2000; G. Fellows-Jensen, Scandinavian Personal Names in Lincolnshire and Yorkshire, Copenhague, 1968; D. M. Hadley, The Northern Danelaw: Its Social Structure c. 800-1100, Londres, Leicester University Press, 2000; B. E. Crawford (éd.), Scandinavian Settlement in Northern Britain: Thirteen Studies of Place Names in their Historical Context, Londres et New York, Leicester University Press, 1995.

2 Nous empruntons cette expression à G. Donaldson, A Northern Commonwealth: Scotland and Norway, Édimbourg, Saltire, 1990.

3 F. Lenègre, Les relations diplomatiques entre la Norvège et les Iles Britanniques 1249-1319, les ambassadeurs et le service diplomatique du roi, thèse d’Ecole des chartes, 2002.

4 À ce sujet, voir entre autres E. L. G. Stones et G. G. Simpson (éds.), EdwardIand the Throne of Scotland. The Great Cause, Glasgow, Glasgow University Press, 1978.

5 Parmi les principaux recueils outre les collections éditées de lettres patentes et closes des rois d’Angleterre, citons A. Bugge (éd.), Diplomatarium Norvegicum, vol. 19, Christiania, 1910-1914 (désormais DN) ; Th. Rymer (éd.), Foedera, conventiones, litterae et cujuscumque generis acta publica, Londres, Record Commission, 1816-1869; J. Stevenson (éd.), Documents Illustrative of the History of Scotland, Édimbourg, 1870; J. Bain (éd.), Calendar of Documents Relating to Scotland, 4 vol. , Édimbourg, 1881-1888; G. G. Simpson et J. D. Galbraith (éds.), Calendar of Documents Relating to Scotland, vol. 5: Supplementary 1108-1516, éd., Édimbourg, 1986.

6 DN, passim : le no 2l4 mentionne notamment l’envoi en 1234-1235 par Henri III à Hakon d’un diadème d’or serti de pierres ; Lib. Rolls, 36 Henry III, m. 4 évoque également en 1252 le don par le roi de Norvège d’un ours blanc avec ses petits, cf. Calendar of the Liberate Rolls preserved in the Public Records Office, Reign of Henry III, 1251-1260, éd. par J. M. Thompson et A. Story-Maskelyne, Londres, HMSO, 1959, p. 70.

7 DN, no 302, p. 199-200.

8 Håkon tente en 1259 d’obtenir pour son fils Magnus, la main de Béatrice, fille d’Henri III, mais la tentative échoue, car son mariage est déjà prévu par le traité de Paris, voir DN, no 269, p. 172-173.

9 DN, passim, et notamment les traités de Brigham et Northampton, DN, no 354-355, p. 274-280.

10 DN, no 305, p. 202-207.

11 DN, vol. VIII, no 9, p. 13-17.

12 Lettre d’Henri III adressée à Håkon le 28 juin 1264, DN, no 276, p. 179-180.

13 DN, no 284, p. 183-185.

14 Accord attesté par une lettre adressée sans doute en 1223 par le jarl Skuli, proche du jeune roi Håkon, à Henri III, DN, no 152, p. 116-117.

15 DN, no 388, p. 424.

16 Lettre patente du 17 septembre 1289, DN, no 331, p. 233-234.

17 DN, no 253, p. 164.

18 Fountains est en effet la mère du monastère de Lyse en Norvège, dont les dignitaires se rendent à plusieurs reprises en Angleterre pour des missions diplomatiques au cours du XIIIe siècle. Voir G. Coppack, Fountains Abbey. The Cistercians in Northern England, Stroud, Tempus, 2003, p. 28; DN, no 114, 119, 120, 121, 195, 197, 300, 301, 304.

19 Outre B. E. Crawford, Earls of Orkney-Caithness and their Relations with Norway and Scotland, 1158-1470, thèse de doctorat, Université de Saint-Andrews, 1971, voir en particulier B. E. Crawford, « North Sea Kingdoms, North Sea Bureaucrat: A Royal Official who Transcended National Boundaries », Scottish Historical Review, 69, 1990, p. 175-184.

20 F. Lenègre, Les relations diplomatiques..., op. cit., annexe I, Partie I, A23, p. 103-104.

21 Les Orcades sont en effet un lieu de contact et de brassage entre cultures celtique, anglo-normande et Scandinave à cette époque puisqu’elles se trouvent à proximité des côtes écossaises et sous domination politique norvégienne.

22 F. Lenègre, Les relations diplomatiques..., op. cit., annexe II, Partie III, N16, p. 278-282.

23 Lettre datée du 25 mars, sans doute 1285, DN, no 314, p. 220.

24 J. Renaud (trad.), La Saga des Orcadiens, Paris, Aubier, 1990 (désormais Orc), p. 137.

25 Sverris saga konungs, éd. par S. Egilsson et al., Copenhague, Kongelige Nordiske oldskriftselskab (Fommanna sögur, 8), 1834, p. 250-251.

26 Orc., p. 137-138.

27 Londres, National Archives, DL 25, L 2459.

28 Londres, National Archives, DL 25, L 440.

29 DN, no 422, 423, 430, 436, 442, 447, 453, 454, 457, 458, 461, 464, 473, 475.

30 DN, no 436.

31 Ibid.

32 Orc., p. 137.

33 Chronicon de Lanercost. 1201-1346, éd. par J. Stevenson, Édimbourg, 1839 (désormais Lanercost), p. 104. Lorsqu’aucune traduction n’est mentionnée, les traductions sont de l’auteur.

34 Lanercost, p. 105.

35 Orc., p. 138.

36 Hákonar saga Hákonarsonar éd. G. Vigfusson, Londres (Rerum Britannicarum medii aevi scriptores, 88/2), 1887 (désormais HSH), § 249, p. 241.

37 HSH, § 310, p. 319.

38 HSH, § 329, p. 354.

39 DN, no 333, p. 237.

40 DN, no 307, p. 211.

41 L. Holm-Olsen et K. Heggelund, Norges Litteratur historie, Oslo, 1974, t. 1., p. 131-150

42 DN, no 314, p. 220.

43 DN, no 304, 409.

44 DN, no 301, p. 198-199.

45 J. Stevenson (éd.), Chronica de Mailros, Édimbourg, 1835, p. 196.

46 E. M. Jónsson (trad.), Le Miroir royal, Paris, Esprit Ouvert, 1997 (désormais Miroir), p. 95.

47 HSH, § 307, p. 315.

48 HSH, § 310, p. 319.

49 Miroir, p. 45-77.

50 Miroir, p. 32.

51 De cette langue hybride, Philippe Jaworski présente quelques exemples particulièrement frappants, dans la note qu’il consacre à sa traduction de Moby Dick : H. Melville, Moby Dick ; Pierre ou Les Ambiguïtés (Œuvres, III), trad. Ph. Jaworski, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 2006, p. 1162-1163.

52 DN, no 430, p. 489.

53 Article « waed », dans T. N. Toller (éd.), An Anglo-Saxon Dictionary, Based on the Manuscript Collections of the Late J. Bosworth, Oxford, Clarendon Press, 1898, vol. I, p. 1149-1150.

54 DN, no 442, p. 526.

55 Article « baelg », dans T. N. Toller (éd.), An Anglo-Saxon Dictionary..., op. cit., vol. I, p. 66, col. 1.

56 Article « belgr », dans R. Cleasby et G. Vigfússon (éds.), An Icelandic-English Dictionary, Oxford, Clarendon Press, 1957, p. 57.

57 Miroir, p. 48-52.

58 Lanercost, p. 97.

Auteur

Archives départementales de la Seine-Maritime, Rouen

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search