Version classiqueVersion mobile

De la mer du Nord à la mer Baltique. Identités, contacts et communications au Moyen Âge

 | 
Alban Gautier
, 
Sébastien Rossignol

Ex Livonia ultima regione Europea

L’image de la Livonie dans la littérature de l’Europe occidentale du ixe au début du xvie siècle

Rafał Simiński
Traduction de Anna Michałek-Simińska et Sébastien Rossignol

Texte intégral

  • 1 Les noms géographiques sont d’après : « Indeks nazw geograficznych i etnicznych », préparé par P. A (...)
  • 2 Liv-, Est-und Curländisches Urkundenbuch, éd. par F. G. Von Bunge, H. Hildebrandt, P. Schwarz, L. A (...)

1En 1383, le pape Urbain VI proposa comme nouvel évêque d’Ösel (Saaremaa en Estonie) l’érudit et ancien professeur d’université à Paris Henri de Langenstein. Dans une lettre à Langenstein qui nous est parvenue, l’auteur, qui n’est pas mentionné mais qui est probablement l’évêque de Worms Eckard von Ders, tente de le convaincre de refuser cette dignité. Selon lui, la Livonie serait un pays nordique au climat froid et humide, ce qui pourrait causer des problèmes de santé pour Langenstein, élevé sous un climat doux1. En outre, l’évêché d’Ösel serait loin des régions d’origine de la famille de Langenstein, en Hesse2. Il est difficile de juger dans quelle mesure les arguments mentionnés ci-dessus ont influencé la décision d’Henri, mais finalement il n’a pas accepté le poste qui lui était offert.

  • 3 Dans cet article, la Livonie comprend les actuelles Estonie et Lettonie. À la fin du XIIe siècle, o (...)
  • 4 Sur le problème de la mise à jour de l’image de l’Europe du point de vue de la cartographie médiéva (...)
  • 5 L. Arbusow, « Zeitgenössische Parallelberichte zum Chronicon Livoniae Heinrichs von Lettland », Ver (...)

2Le but de cet article est de présenter l’image de la Livonie3 dans la conscience géographique des Européens occidentaux entre le IXe et le XVe siècle, sur la base de sources choisies4, et de mettre en lumière le processus d’augmentation des connaissances disponibles sur la Livonie, conséquence d’une amélioration de la communication. Jusqu’à présent, les historiens n’ont pas donné à cette question toute l’attention qu'elle mérite. Si quelques études préliminaires ont été réalisées, elles se limitent toutefois au repérage des sources nécessaires5.

  • 6 S. Mund, « Constitution et diffusion d’un savoir occidental sur le monde “russe” au Moyen Âge (fin (...)

3Le tournant du XIIe au XIIIe siècle représente une césure chronologique importante dans l’histoire de la Livonie, puisque c’est à partir de ce moment que ces terres ont commencé à être systématiquement connues, et que des informations à leur sujet ont atteint la conscience des auteurs d’Europe occidentale. Peu à peu, ces connaissances ont rempli les nombreuses taches blanches sur la carte de l’Europe avec des informations concrètes et spécifiques. On les ajouta systématiquement, bien que non sans problème, à l’ensemble des représentations sur la construction géographique de l’Europe. L’étude de ce type de phénomène a récemment été affinée grâce à la méthode proposée par Stephan Mund, qui a analysé les sources occidentales pour leur contenu informatif sur la Russie. Ce chercheur a compilé toutes les références, puis les a analysées. Les questions qu’il a soulevées peuvent également être intéressantes en ce qui concerne le problème de la Livonie : dans quelle mesure l’Occident latin connaissait-il la Livonie au Moyen Âge ? quelles informations étaient connues et diffusées à son sujet ? comment la périphérie était-elle perçue dans le centre, et dans quelle mesure ces informations circulaient-elles en Europe de l’Ouest6 ? On se penchera d’abord sur le problème du nom du pays – la Livonie –, puis sur les opinions concernant son emplacement et ses caractéristiques. On tentera enfin une reconstruction des voies suivies par l’information.

  • 7 H. Pross, Medienforschung, Darmstadt, Habel, 1972, p. 19. À propos des recherches sur les communica (...)
  • 8 W. Rösener, « Einleitung », dans Kommunikation in der ländlichen Gesellschaft, éd. par W. Rösener, (...)

4Cette étude s’appuie sur les instruments conceptuels des sciences de la communication dans la médiévistique contemporaine. Le flux d’informations résulte de la communication qui, selon la définition de Harry Pressa, désigne « toutes les formes de mouvement, de circulation, de médiation et de compréhension », qui comprennent le « processus d’information, ses moyens, les actions et réactions et les conséquences inévitables »7. Les processus de communication se produisent à deux niveaux fondamentaux, qui peuvent varier en fonction de critères de direction, de temps, d’espace, des moyens de communication et du cercle des participants. La communication directe interpersonnelle est la première et la plus fondamentale. La communication impersonnelle se déroule surtout indirectement, à travers toutes sortes de médias que l’on peut répartir en deux catégories : ceux de la langue et du corps, par lesquels des informations sont transmises directement de personne à personne, et ceux de l’écriture, de l’image et du livre8.

  • 9 R. Sprandel, Chronisten als Zeitzeugen. Forschungen zur spätmittelalterlichen Geschichtsschreibung (...)

5L’historien Rolf Sprandel a traité du flux d’informations entre le sud et le nord de l’Allemagne au Moyen Âge tardif, en faisant la distinction entre la communication écrite et la communication orale9. En analysant les problèmes de la communication écrite, il s’est intéressé à l’étendue spatiale de l’impact des chroniques et à l’horizon géographique des chroniqueurs. Du point de vue du problème qui nous occupe ici, l’échange d’informations réalisé grâce à la communication orale est particulièrement important : Rolf Sprandel mentionne comme moyens de communication les contacts entre ordres religieux, les voyages des étudiants, les pèlerinages, les contacts commerciaux et les ambassades.

Le nom du pays

  • 10 V. Diederichs, « Nîflant », Mitteilungen aus dem Gebiete der Geschichte Liv-, Est-und Kurlands, 12, (...)
  • 11 LUB, vol. 1, no 10.
  • 12 LUB, vol. l, no 12.
  • 13 L. Arbusow Jr., « Ein verschollener Bericht des Erzbischofs Andreas von Lund aus dem Jahre 1207 übe (...)
  • 14 LUB, vol. 1, no 20.
  • 15 LUB, vol. 1, no 16, 20.
  • 16 LUB, vol. 1, no 25.
  • 17 LUB, vol. 1, no 40.
  • 18 LUB, vol. 6, no 2716, 2724, 2729.
  • 19 LUB, vol. 1, no 45.
  • 20 LUB, vol. 1, no 39.
  • 21 G. Tangl, Die Teilnehmer an den allgemeinen Konzilien des Mittelalters, Weimar, Böhlau, 1932, p. 22 (...)

6Le nom latin du pays, Livonia, est dérivé du nom de la première tribu que les marchands allemands ont rencontrée et avec laquelle ils ont mené des échanges commerciaux, dans la région de l’embouchure de la Dvina occidentale (en letton Daugava)10. En 1 188, le pape Célestin III confirme la consécration du premier évêque de Livonie, Meinard, du monastère augustinien de Bad Segeberg, comme évêque d’Üxküll (Ikšķile en Lettonie) in Ruthenia, mais en 1193 Meinard est nommé évêque de la Livoniae gens11. La curie pontificale a probablement compris que le nom Ruthénie signifiait la zone de la côte de la mer Baltique, qui n’était en fait pas habitée par la population ruthène, mais par les tribus de la Livonie et des Lettons subordonnés aux princes de Polotsk et de Pskov. Dans la bulle suivante, datée de 1199, le pape Innocent III appelle Meinard « évêque de Livonie », dans la « province de Livonie12 ». Le nom Livonia apparaît dans la relation envoyée en 1207 au pape Innocent III par l’archevêque de Lund, Andreas Sunesen, sur les progrès de la christianisation en Livonie13. Une version allemande, Liefflandt, se trouve pour la première fois en 1211 dans le document par lequel l’évêque Albert de Riga confirme les privilèges commerciaux des commerçants de l’île de Gotland14. On rencontre alors, à côté du nom Livonia, le nom de Lettia ou Letthia15. Les peuples de Lyvoniae Lettiaeque sont mentionnés dans un diplôme de l’empereur Otton IV, émis en 121216. Ces deux noms se rapportent aux terres habitées par des tribus de la Livonie et de la Lettonie. Bientôt, le nom de Livonia a commencé à désigner non seulement les terres de Livonie stricto sensu, mais aussi toute la région, définie comme les terres situées « en Livonie », ou comme les « régions en Livonie » [partes in Livonia17). Cette expression est utilisée par exemple pour l’évêché de Dorpat (Tartu en Estonie), pour les îles Ösel et Mohn (Muhurnaa en Estonie) et pour la Courlande18. Une bulle pontificale de 1219 mentionne l’Estonia, la Selonia et la Semigallia comme des terres « acquises en Livonie19 ». En 1220, le pape Honorius III mentionne les évêques de Livonie, de Sélonie et de Leal (Lihula en Estonie) « dans les régions de Livonie » (partibus Livoniae). Une bulle du pape Honorius III en 1217 a mentionné les terme Livonicae20. En 1215, un évêque de Livonia figure dans la liste des participants au concile de Latran21.

  • 22 Scriptores rerum Livonicarum. Sammlung der wichtigsten Chroniken und Geschichtsdenkmale von Liv-, E (...)
  • 23 Arnold de. Lübeck, Chronica Slavorum, éd. par G. H. Pertz, Hannover, 1868 (MGH Scriptores rerum Ger (...)
  • 24 H. Von Bruiningk, « Livländisches aus den Fragmcnten des Caesarius von Heisterbach », Sitzungsberic (...)
  • 25 L’auteur était franciscain et avait d’abord enseigné à l’Université de Paris, puis en 1230 comme le (...)

7Le nom de la Livonie est également mentionné22 dans la chronique d’Arnold de Lübeck23, dans les Annales d’Albert de Stade et dans l’œuvre de Césaire de Heisterbach24. Il est cependant évident que l’utilisation de cette appellation n’était pas encore généralisée puisque, dans son encyclopédie, à côté de la Livonie, Barthélemy l’Anglais mentionne également la Revalia, la Semigallia et la Vironia25. Le nom de la Livonie avait aussi un double sens dans les Descriptiones terrarum, un traité géographique anonyme du XIIIe siècle, où il désignait à la fois le pays habité par des tribus de Livonie et la métropole, Riga.

Perceptions de l’emplacement du pays

  • 26 Rimbert, Vita Anskari, éd. par G. Waitz, Hanovre, Hahn, 1884 (MGH Scriptores rerum Germanicarum in (...)
  • 27 L. Arbusow, Zeitgenossische Parallelberichte..., op. cit., p. 40.
  • 28 A. E. Schönbach, « Des Bartholomaeus Anglicus Beschreibung... », art. cit., p. 75,78.
  • 29 Aeneas Sylvius Piccolomini, De Livonia, dans Scriptores rerum Prussicarum, Leipzig, Hirzel, 1866, v (...)
  • 30 Voir B. Karageorgos, « Der Begriff Europa im Hoch-und Spatmittelalter », Deutsches Archiv fur Erfor (...)
  • 31 J. Wyrozumski, « Polska w Brevis Germaniae descriptio Jana Cochlaeusa z 1512 roku », dans Scriptura (...)

8L’image de la Livonie s’est formée sous l'influence du sentiment de son éloignement des centres de l’Europe latine de l’époque. Une prise de conscience de ce fait semble déjà avoir été exprimée par Rimbert, auteur de la Vie du missionnaire Ansgar à la fin du IXe siècle, qui a décrit les Coures comme « un certain peuple situé loin d’eux [les Suédois]26 ». La Liflandia de Sidon, chanoine augustinien de Neumünster écrivant vers 1195-1196, était « au-delà de la mer27 », tout comme la Livonie et la Rivalie de Barthélemy l’Anglais au XIIIe siècle28. Alors qu’il décrivait la Livonie au milieu du XVe siècle, Enea Silvio Piccolomini – le futur pape Pie II29 – la considérait comme la « dernière province des chrétiens30 ». On retrouve près d’un demi-siècle plus tard une opinion semblable à celle du célèbre pape chez un autre humaniste et érudit, Jean Cochläus31.

  • 32 Adam de Brême, Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum, éd. par B. Schmeidler, Hanovre, Leipzig, (...)
  • 33 H. Laakmann, « Estland und Livland in frühgeschitlicher Zeit », dans Baltische Lande, vol. 1: Ostba (...)
  • 34 Adam de Brême, Gesta..., op. cit., p. 164-165; W. Schlüter, « Die Ostsee und die Ostseelander in de (...)
  • 35 Ibid., p. 165; H. Krabbo, « Nordeuropa... », art. cit., p. 49-50.

9Adam de Brême, auteur, à la fin du XIe siècle, d’une histoire des archevêques de Hambourg accompagnée d’une description géographique du Nord de l’Europe, décrit des territoires appartenant à la zone de christianisation potentielle de l’archevêché d’Allemagne du Nord32 : il est le premier à offrir des informations sur l’emplacement des terres de Livonie. Il situe la Courlande et l’Estonie dans la partie septentrionale de la mer Baltique33, et explique qu’il dénombre les terres appartenant à la Suède, directement après les territoires subordonnés au Danemark34. Selon Adam, la Courlande serait située « non loin de la Birka des Suédois » et l’Estonie (Aestland) aurait été « proche de l’île de la terre des femmes35 ».

  • 36 Olivier de Paderborn, Historia regum terrae sanctae, éd. par H. Hoogeweg, Tübingen, Literarischer V (...)
  • 37 Gervasius Tilberiensis, Otia Imperialia, dans Scriptores rerum Brunsviciensium, éd. par G. G. Leibn (...)
  • 38 Albricus Monachus Trium Fontium, Chronica, éd. par P. Scheffer-Boichorst, dans Monumenta Germaniae (...)
  • 39 SRL.vol. 1, p. 323.

10Dans le chapitre 144 de son Historia regum Terrae Sanctae, écrite vers 1222, le chanoine de Cologne Olivier de Paderborn décrit les peuples estes et lives comme un « peuple septentrional »36. Gervais de Tilbury, courtisan de l’empereur Otton IV, qui enseignait le droit canon à Bologne et avait participé aux négociations entre le pape Alexandre III et l’empereur Frédéric II, inclut entre 1211 et 1216 dans ses Otia imperialia un chapitre de géographie intitulé De Europa a parte Septentrionis. Il y écrit qu’entre la Pologne et la Livonie résidait le peuple païen des Iarimenses, et situe la Livonie « vers le nord »37. Selon le cistercien Albéric de Trois Fontaines († 1252), auteur d’une Chronique du monde38, la Livonie serait située « entre la Suède, la Prusse et la Pologne39 ».

  • 40 A. E. Schönbach, « Des Bartholomaeus Anglicus Beschreibung... », art. cit., p. 75, 78, 80.
  • 41 Albert le Grand, De natura locorum.op. cit., p. 36.
  • 42 Ibid., p. 40-41.
  • 43 C. de Bridia, « Historia Tatarów », dans Spotkanie dwoch swiatôw. Stolica Apostolska a swiat mongol (...)
  • 44 La péninsule (en allemand Samland) située au nord de Factuelle Kaliningrad, l’ancienne Kônigsberg.
  • 45 Ë. Mugurëvičs, « Geographische Beschreibung... », art. cit., p. 125-130.
  • 46 Arcturus est une étoile de la constellation du Bouvier proche du pôle nord galactique. Voir K. Górs (...)
  • 47 D’après Karol Górski, ce devrait être « Ruscia ». Voir K. Górski, « Descriptiones... », art. cit., (...)
  • 48 Roger Bacon, Opus Maius, éd. par J. H. Bridges, Londres, Clarendon, 1900, vol. 1, p. 358-360. Voir (...)
  • 49 Roger Bacon, Opus Maius..., op. cit., p. 358-359; J. Miethke, « Die Kritik... », art. cit., p. 51.
  • 50 « Die Erd-und Völkerkunde in der Weltchronik des Rudolf von Hohen Ems », éd. par O. Doberentz, Zeit (...)

11Chez Barthélemy l’Anglais, la Livonie est « séparée des extrémités de l’Allemagne par un large espace de mer océane ». La province de Rivalia serait très éloignée du Danemark et une de ses parties serait appelée la Vironia : elle serait proche de la Scythie et séparée des pays des tribus des Norici et des Megardi par le fleuve Narva. Barthélemy place la Semigallia derrière la mer Baltique, à côté d’Ösel et de la Livonie, en « Asie Mineure » (sic). La Vironia se trouverait « au-delà du Danemark, vers l’est » et le fleuve Narva la séparerait de Novgorod et de la Russie40. Albert le Grand, l’un des plus éminents représentants de la plupart des sciences du XIIIe siècle, situe la Livonie au nord, à côté du Danemark, de la « Gothie » (à savoir le Götaland, en Suède) et du pays des Slaves à l’est41. Dans un autre passage, Albert place la Livonie à côté de la Pologne (sic), de la Russie et de la Prusse : elle formerait l’extrémité orientale de l’Europe42. Selon C. de Bridia, auteur mystérieux de la relation d’une expédition chez les Mongols écrite au XIIIe siècle, les terres de la Livonie seraient à l’extrémité orientale de la civilisation latine, car « l’Occident commence à partir de la Livonie »43. Selon l’auteur des Descriptiones terrarum, la Courlande serait située au nord de la Sambie44 et serait baignée par la mer à l’ouest et au sud. Au nord de la Courlande s’étendrait la Liuonia45, puis l'Estonia vers le nord, « sous Arcturus46 ». Au sud, l’Estonia serait « maritime », à l’ouest elle avoisinerait la Vironia. La Lettonie, l’Estonie et la Livonie seraient voisines de la Russie47. C’est non seulement sur la base des autorités de l’Antiquité, mais aussi, entre autres, à partir d’informations fournies par le franciscain Guillaume de Rubrouck, que Roger Bacon († 1294) décrit le monde qu’il connaît48. Il place l’Estonie sur la côte septentrionale de la mer Baltique, à proximité immédiate de la Suède. Il situe la Livonie à côté de l’Estonie ; plus au sud, la Courlande avoisinerait la Prusse ; au nord de la Livonie, vers l’est, se trouverait la Sémigalle. Tous ces territoires avoisineraient la Lituanie, laquelle à son tour serait voisine de la Russie, sur les deux côtés de la mer Baltique (sic)49. Rudolf von Hohen Ems, auteur au XIIIe siècle d’une chronique universelle, localise la Livonie, comme d’ailleurs la Prusse, parmi les terres des Slaves50.

  • 51 El libro del Conoscimiento de todos los Reinos, tierras y Senories que son por el Mundo, éd. par M.(...)
  • 52 El libro del Conoscimiento..., op. cit., p. 30-33; A. Gieysztor, « Polska... », art. cit., p. 410-4 (...)
  • 53 Mandeville’s Travels, éd. par M. Letts, Londres, Hakluyt Soc., 1953, vol. 1, p. 4. Voir A. Steiner,(...)
  • 54 Mandeville’s Travels..., op. cit., p. 4.

12On retrouve des informations sur l’emplacement des terres bordant la mer Baltique dans le deuxième et le troisième chapitre du Livre de la Connaissance de tous les royaumes, terres et seigneuries qu’il y a de par le monde, œuvre d’un franciscain espagnol anonyme du milieu du XIVe siècle51. L’auteur situe dans le voisinage immédiat de la Lituanie, dans le royaume polonais, cinq grandes villes, dont Rinalia et Virona, c’est-à-dire Reval (Tallinn en Estonie) et la Vironie, qu’il situe en Livonie. La Courlande est mentionnée sous le nom de Catalant, mais il s’avère difficile d’affirmer si Vçibant était un autre nom de la Livonie ou de la Courlande52. Jean de Mandeville, auteur au XIVe siècle d’une compilation de récits de voyage53, écrit que le royaume russe se serait étendu jusqu’à la Livonie54.

  • 55 « Gilbert von Lannoy’s Reise durch Livland in dem Herbst und Winter 1413 auf 1414 », éd. par F. G. (...)
  • 56 SRP, vol. 3, p. 446-447.
  • 57 SRP, vol. 4, p. 231. La Samogitie représente aujourd’hui le quart nord-est de la Lituanie.

13Gilbert de Lannoy, auteur d’une relation de voyage dans les pays d’Europe de l’Est, qui a visité la Livonie en 141255, offre des informations précises sur l’emplacement de la Livonie et de ses pays voisins. À la lumière de sa relation, la Livonie serait près de la mer au nord et à l’ouest, au sud elle serait voisine de la Lituanie et à l’est, de Novgorod56. Enfin, Enea Silvio Piccolomini situe la Livonie au nord, dans le voisinage de la Russie. À l’ouest, elle serait baignée par la mer Baltique, au sud elle serait voisine de la Samogitie57.

Les caractéristiques du pays

  • 58 Rimbert, Vita..., op. cit., p. 94 sq. Seeburg correspond à Grobin, en Courlande.
  • 59 Adam de Brême, Gesta..., op. cit., p. 164.
  • 60 SRP, vol. 4, p. 446-447.

14Rimbert définissait les terres habitées par la tribu des Coures comme un regnum, dans lequel se seraient trouvées cinq civitates. Deux d’entre elles seulement sont mentionnées, à savoir Seeburg et la forteresse Apulia, éloignée de la première de cinq jours de marche58. Pour Adam de Brême, la Courlande serait le plus grand des pays qui appartenaient à la Suède (il estime sa taille à huit jours de voyage), et l’Estonie serait plus petite que la Courlande59. Gilbert de Lannoy mentionne quant à lui les villes de Dorpat, qu’il décrit comme « très belle ville et bien fortifiée », Riga, « un port, un château, une ville fortifiée et la capitale du pays », Segewold (Sigulda en Lettonie), qui serait éloignée de sept miles de Riga, et Windau (Ventspils en Lettonie) serait « une grosse ville fortifiée ». Il mentionne aussi le chastel de Wolmar (Valmiera en Lettonie), Narva, « un château situé sur la frontière de la Russie », Kokenhusen (Koknese en Lettonie), qui serait « à l’évêque de Riga », et Dünaburg (Daugavpils en Lettonie), une ville frontalière60.

  • 61 Mandeville’s Travels..., op. cit., p. 83.
  • 62 Ë. Mugurēvičs, « Geographische Beschreibung... », art. cit., p. 125-130.
  • 63 El Libro de conosrimiento..., op. rit., p. 30.

15Certains auteurs s’attardent sur les cours d’eau du pays. Jean de Mandeville, décrivant son voyage depuis le territoire de la Horde d’Or et les terres ruthènes, en passant, entre autres, par la Livonie, rappelle les difficultés de communication dans cette région, pleine de larges rivières et de marais, qui ne pourraient être surmontées qu’en hiver, lorsque les eaux seraient gelées61. L’auteur des Descriptiones terrarum mentionne en Livonie le grand fleuve Duna, qui coulerait depuis la Russie62. Selon le Livre de connaissances espagnol, entre Novgorod et la Vironie coulerait un grand fleuve. Il prendrait son origine dans le lac Tanaïs et se jetterait dans la « mer d’Allemagne » (c’est-à-dire la mer Baltique). Par la Pologne coulerait un autre grand fleuve, Echan, en formant un grand lac à proximité de la Vironie. Le Nu est probablement la Neva, alors qu’Echan désigne la Narva, qui s’écoule du lac Peïpous, soit le cours d’eau faisant la frontière entre la Vironie et Novgorod63. Gilbert de Lannoy mentionne le fleuve Live (l’Aa courlandaise, en polonais Lipawa, en letton Lielupe) qui aurait son origine en Courlande et en Samogitie ; l’Aa livonienne (en letton Gauja) en Sémigallie, qui serait seulement à deux miles de Riga ; la Narva, qui serait une « grosse rivière » ; et la Dvina.

  • 64 M. Bláhová, « Geographische Vorstellungen und Kenntnisse der böhmischen mittelalterlichen Chroniste (...)
  • 65 SRL, vol. 1, p. 319-321.
  • 66 Barthélemy l’Anglais, op. cit., p. 75, 80.
  • 67 Ibid., p. 78.

16Plus d’une description générale du pays a été établie en conformité avec les exigences de la rhétorique médiévale, suivant le topos du locus amoenus, le « lieu agréable64 ». Un exemple est donné par Arnold de Lübeck, qui décrit la Livonie comme « un pays aux champs fertiles, riche en prairies, où s’écoulent les rivières, assez poissonneux et boisé »65. Un tableau similaire est offert par Barthélemy l’Anglais. La Rivalia, subordonnée au Danemark, serait une province « autrefois barbare ». Sa partie appelée Vironia tirerait son nom de la couleur verte, car elle était abondante en pâturages et en forêts. Les terres de Vironie seraient moyennement fertiles, mais abondantes en eau et en lacs poissonneux. Cette caractérisation est ensuite répétée dans le chapitre consacré exclusivement à la Vironie66. Quant à la Sémigallie, il s’agirait d’une « province moyenne, avec une bonne terre fertile, riche en prairies et pâturages67 ».

Les voies de la diffusion et de l’échange d’informations sur la Livonie au Moyen Âge

  • 68 Sur la diffusion des connaissances en Europe médiévale, voir R. Lufft, Wissensvermittlung im europà (...)
  • 69 Dans les sources latines, cette contrée est nommée Iatwesya (dans la Descriptio terrarum) ou Sudovi (...)
  • 70 L. Arbusow, Zeitgenôssische Pararellberichte..., op. cit., p. 40-46.

17Les informations sur la Livonie ont atteint l’Europe occidentale par communication directe interpersonnelle ou par communication indirecte impersonnelle68. Le premier groupe comprend les connaissances obtenues en personne ou en utilisant des informations fournies par des témoins. Deux des sources analysées contiennent des renseignements obtenus suite à des visites en Livonie ou à des séjours dans les pays voisins. L’auteur des Descriptiones terarrum a pris part à la christianisation de la Sudovia69. Gilbert de Lannoy s’est rendu en Livonie en 1412. On doit également ajouter la relation de l’archevêque de Lund, Andreas Sunessen, qui a visité la Livonie : elle a été envoyée en octobre 1207 au pape Innocent III70.

  • 71 W. Schlüter, « Beitrage zu den Zeugnissen über den Aufenthalt livlandischer Bischöfe und Äbte in De (...)

18La grande majorité des sources contient des informations sur la Livonie acquises grâce à des contacts avec des participants directs aux événements. Dans une large mesure, c’était le résultat de l’interaction des communautés cisterciennes, franciscaines et dominicaines de Livonie avec leurs homologues d’Europe occidentale. Des contacts routiniers au sein de l’Église ont aussi été fréquents. Par exemple, les informateurs de Césaire de Heisterbach étaient l’évêque de Riga Albert, l’abbé du monastère cistercien de Dünamünde (Daugavgrīva en Lettonie) et plus tard évêque de Leal, Thierry de Treiden (Tureida en Lettonie) et Bernard zur Lippe, l’abbé de ce monastère, plus tard évêque de Sélonie, mais il est probable que seul Bernard ait rencontré Césaire personnellement : celui-ci écrit en effet qu’il a obtenu ses informations sur les terres de la Livonie auprès de « l’évêque de la Livonie, qui est beaucoup mieux informé sur l’affaire dont il a été question71 ». Un autre moine cistercien, Albéric de Trois Fontaines, de la lointaine France, a pu obtenir des informations sur les régions de l’embouchure de la Dvina par le biais des moines cisterciens des monastères de Dünamünde et de Falkenau en Saxe, qui avaient participé au chapitre général.

  • 72 L. Lemmens,Die Franziskanerkustodie Livland und Preussen. Beitrag zur Kirchengeschichte der Gebiete (...)
  • 73 G. Walther-Wittenheim, Die Dominikaner in Livland im Mittelalter. Die Natio Livoniae, Rome, Ist. St (...)

19Les franciscains Barthélemy l’Anglais et Roger Bacon ont probablement utilisé dans leurs ouvrages des connaissances acquises grâce aux liens de leur ordre, qui avait un couvent à Riga72. Chez le premier, la description de la Livonie est très schématique et ne correspond pas aux connaissances contemporaines sur ces terres. Cependant, Barthélemy l’Anglais séjournait depuis 1230 à Magdebourg, où il a probablement pu obtenir des informations précises sur les régions d’Europe centrale et de l’Est. Le dominicain Maurice de Reval était un disciple d’Albert le Grand, qui était lui-même également le supérieur de sa province dominicaine. En 1255, il a visité la province de Theutonia, à laquelle appartenaient les couvents de Riga et de Dorpat ; toutefois, on ne sait rien d’une éventuelle visite en Livonie73 .

  • 74 Ē. Mugurēvičs, « Geographische Beschreibung... », art. cit., p. 129.
  • 75 L. Arbusow, « Die mittelalterliche Schriftüberlieferung... », art. cit., p. 170; K. Voigt, Italieni (...)
  • 76 A. Gieysztor, « Polska... », art. cit., p. 399; Ē. Mugurēvičs, « Geographische Beschreibung... », a (...)

20L’auteur anonyme des Descriptiones terrarrum a pu profiter des connaissances de l’archevêque de Riga, Albert Suerbeer, ou de l’évêque Friedrich von Llaseldorp74. Il est difficile de déterminer qui était l’informateur d’Enea Silvio Piccolomini. On pointe le plus souvent vers Jérôme de Prague, qui a dirigé la mission de Lituanie et qui a rencontré Piccolomini lors du concile de Bâle75. Les informations sur la Livonie dans la chronique d’Arnold de Lübeck n’étonnent guère, considérant que de nombreux navires partaient de Lübeck pour se rendre en Livonie. Albert de Stade a puisé des connaissances chez les pèlerins qui revenaient de Livonie. Des connaissances sur les territoires de la Livonie ont donc été obtenues par communication indirecte : c’est ce qu’on observe dans les œuvres d’Adam de Brême, de Rimbert, de l’auteur des Descriptiones terrarum, du chroniqueur Henri de Livonie et du franciscain espagnol qui a réalisé des cartes pour les marins génois et baléares76.

  • 77 Ceci est confirmé par les opinions dominantes en Europe sur la Finlande voisine. En 1392, le pape B (...)
  • 78 F. Cardini, « Mito del Nordo e conoscenza del Settentrione europeo in alcune fonti fiorentine del t (...)

21Pour conclure, on peut constater que, à la lumière des textes présentés, la Livonie a été perçue en Europe occidentale au Moyen Âge comme un pays périphérique, situé au nord-est de l’Europe. Ce point de vue reflète l’idée généralisée de la situation périphérique de cette région dans le monde chrétien77. Pour les habitants des centres culturels européens, la Livonie, comme la Scandinavie, se serait trouvée à l’extrémité du monde connu. En s’appuyant sur les textes des auteurs de l’Antiquité, on la plaça dans les régions éloignées et inhospitalières du Nord, dangereuses, habitées par des créatures bizarres78. Peu à peu, on recueillit cependant à son sujet de plus en plus d’informations.

  • 79 F. E. Reichert, Begegnungen mit China. Die Entdeckung Ostasiens im Mittelalter, Sigmaringen, Thorbe (...)
  • 80 LUB, vol. 1, no 31; M. Gąssowska, « Kancelaria Zakonu Kawalerów Mieczowych », dans Kancelarie krzyź (...)
  • 81 Die Berichte der Generalprokuratoren des Deutschen Ordens an der Kurie, éd. par K. Forstreuter et H (...)

22À cet égard, la césure cruciale est le XIIIe siècle, période où des données pouvaient être obtenues auprès de témoins vivants, ou simplement en se rendant soi-même en Livonie. Pourtant, comme l’ont montré les recherches de Volker Reichert sur l’acquisition de connaissances sur la Chine au Moyen Âge, le processus « d’ajustement » des messages reçus directement par les voyageurs avec les informations héritées de l’Antiquité, ou de conciliation avec les attentes, était laborieux et plein d’embûches79. La situation était semblable, bien qu’à plus petite échelle, dans le cas de la Livonie. En témoignent les deux exemples suivants. En 1213, suite à une plainte déposée par l’Ordre de Livonie, le pape ordonna de prendre la défense de cette communauté face à l’archevêque de Lund. Or le pape introduisit dans son argumentation l’information fautive selon laquelle l’Estonie, sur laquelle portaient les prétentions de l’Ordre, aurait été située à proximité de la Gothlandia (l’île de Gotland), de la Northlandia (sans doute le Norrland, en Suède) et de la Sutherlandia (le Södermanland, ou Sudermanie, en Suède)80. Une situation semblable se produisit à nouveau deux siècles plus tard à la curie romaine au sujet de la nomination d’un nouvel évêque à Dorpat. En 1213, les fonctionnaires de la curie, amicalement disposés envers les chanoines du chapitre de Dorpat, tentèrent de convaincre le pape que l’Ordre teutonique ne pouvait avoir aucune influence sur le personnel de cet évêché, puisqu’il était situé en Suède et donc n’appartenait pas au territoire de l’Ordre. N’ayant aucune idée de la fiabilité de cette information, le pape accepta l’argumentation et, contrairement à la volonté des représentants de l’Ordre teutonique, nomma à l’évêché de Dorpat le candidat des chanoines, Dietrich Reseler81.

Notes

1 Les noms géographiques sont d’après : « Indeks nazw geograficznych i etnicznych », préparé par P. A. Jeziorski, dans Inflanty w sredniowieczu. Wladztwa zakonu krzyzackiego i biskupów, éd. par M. Biskup, Torun, Towarzystwo Naukowe w Toruniu, 2002, p. 139-146.

2 Liv-, Est-und Curländisches Urkundenbuch, éd. par F. G. Von Bunge, H. Hildebrandt, P. Schwarz, L. Arbusow, Reval, Riga, Kluge und Ströhm, Deubner, 1853-1914 (dorénavant : LUB), Abt. I, vol. 6, n° 3097 : Item, Livonia est regio polaris, in tempstate frigida et humida, grossi aëris : tu vero nutritus et educatus es in aëre temperato, qui periculis vitae et aegritudinem te exponeres. [...] Item propter nimiam distantiam episcopatus illius a natali solo [...]. Voir G. Kreuzer, Heinrich von Langenstein. Studien zur Biographie und zu den Schismatraktaten unter besonderer Berücksichtigung der Epistola pacis und der Epistola concilii pacis, Paderborn, Schöningh, 1987, p. 77-79.

3 Dans cet article, la Livonie comprend les actuelles Estonie et Lettonie. À la fin du XIIe siècle, on retrouvait dans les zones situées entre le fleuve Niémen (en allemand Memel, en lituanien Nemunas) et le golfe de Finlande des peuples appartenant à deux grands groupes linguistiques : Baltique et finno-ougrien. Les territoires situés au nord du pays étaient habités par les Estoniens, qui vivaient sur le continent et sur les îles Ösel et Dago. À l’est du golfe de Riga, près de l’embouchure de la Dvina occidentale (en allemand Düna, en letton Daugava), habitaient les Lives ougriens, apparentés aux Estoniens : leur zone d’habitat s’étendait partiellement vers l’ouest en direction de la mer Baltique. Le peuple balte des Coures dominait la zone située entre l’isthme de Courlande et l’embouchure du Niémen. À l’est des Coures habitaient les peuples baltes de la Sémigalle (en letton Zemgale), dans le bassin l’Aa courlandaise (en letton Ljelupe) et les peuples de la Sélonie sur les territoires qui s’étendaient jusqu’au milieu du cours de la Dvina occidentale, à la frontière de la Lettonie et de la Lituanie actuelles. Les terres situées sur la rive droite de ce fleuve, jusqu’à la Russie, étaient occupées par les Latgaliens. Voir M. Biskup, « Panstwa zakonne nad Baltykiem w XIII-XIV wieku », dans Rozkwit sredniowiecznej Europy, éd. par H. Samsonowicz, Warszawa, Bellona, 2001, p. 426-427 ; N. Angermann, « Livland », dans Lexikon des Mittelalters, vol. 5, 1991, col. 2045-2047.

4 Sur le problème de la mise à jour de l’image de l’Europe du point de vue de la cartographie médiévale, voir A.-D. von den Brincken, « Das geographische Weltbild um 1300 », dans Das geographische Weltbild um 1300. Politik im Spannungsfeld von Wissen, Mythos und Fiktion, éd. par P. Moraw, Berlin, Duncker und Humblot, 1989, p. 9-32; EAD., « Descriptio terrarum. Zur Repräsentation von bewohntem Raum im späteren deutschen Mittelalter », dans Raumerfassung und Raumbewusstsein im späten Mittelalter, éd. par P. Moraw, Munich, Thorbecke, 2002 (Vorträge und Forschungen, 49), p. 87-125. À propos de l’image de la Livonie dans la cartographie médiévale, voir L. Arbusow, « Vorläufige Ubersicht über die Kartographie Altlivlands bis 1595 », Sitzungsberichte der Gesellschaftfür Geschichte und Altertumskunde zu Riga, 1935, p. 33-119; Ē. Mugurēvičs, « Early Maps of the Baltic Region », dans Old Maps of the Baltics: 15th International Symposium, 6-9 October 1996, éd. par J. Štrauhmanis, Riga, Jāna Sëta, 1996, p. 19-21; R. Simiński, « Obraz ziem inflanckich w świetle kartografii i kronikarstwa Europy Zachodniej okresu średniowiecza », dans Z dziejów kartografii, vol. XXII, Dawna mapa zródlem wiedzy o świecie, éd. par S. Alexandrowicz et R. Skrycki, Szczecin, 2008, p. 105-117.

5 L. Arbusow, « Zeitgenössische Parallelberichte zum Chronicon Livoniae Heinrichs von Lettland », Verhandlungen der Gelehrten Estnischen Gesellschaft zu Dorpat, 1938, p. 40-46; ID., « Die mittelalterliche Schriftüberlieferung als Quelle für die Frühgeschichte der ostbaltischen Vôlker », dans Baltische Lande, vol. 1: Ostbaltische Frühzeit, éd. par A. Brackmann et C. Engel, Leipzig, Hirzel, 1939, p. 167-171; M. Hellmann, Das Lettenland im Mittelalter. Studien zur Ostbaltischen Frühzeit und lettischen Stammesgeschichte, insbesondere Lettgallens, Münster et Cologne, Böhlau, 1954, p. 112, n. 1.

6 S. Mund, « Constitution et diffusion d’un savoir occidental sur le monde “russe” au Moyen Âge (fin Xe-milieu XVe siècle)(1er partie) », Le Moyen Âge, n° 110/2, 2004 p. 275-275-314 ; Id., « Constitution et diffusion d’un savoir occidental sur le monde “russe” au Moyen Âge (fin Xe-milieu XVe siècle) (2e partie) », Le Moyen Âge, n° 110/3-4, 2004, p. 539-593.

7 H. Pross, Medienforschung, Darmstadt, Habel, 1972, p. 19. À propos des recherches sur les communications au Moyen Âge, voir J. Bezinger, « Zum Wesen und zu den Formen von Kommunikation und Publizistik im Mittelalter. Eine bibliographische und methodologische Studie », Publizistik, n° 15, 1970, p. 295-318; Die Bedeutung der Kommunikation fiir Wirtschaft und Gesellschaft. Referate der 12. Arbeitstagung der Gesellschaft fiir Sozial-und Wirtschaftsgeschichte vom 22.-25. 4. 1987 in Siegen, Stuttgart, Steiner, 1989 (VSWG Beiheft, 87); M. Mostert, « New Approaches to Medieval Communication? », dans New Approaches to Medieval Communication, éd. par M. Mostert, Turnhout, Brepols, 1999 (Utrecht Studies in Medieval I.iteracy), p. 15-37; V. Depkat, « Kommunikationsgeschichte zwischen Mediengeschichte und der Geschichte sozialer Kommunikation. Versuch einer konzeptionellen Klarung », dans Medien der Kommunikation im Mittelalter, éd. par K.-H. SPIESS, Stuttgart, Steiner, 2003 (Beitrage zur Kommunikationsgeschichte, 15), p. 9-47.

8 W. Rösener, « Einleitung », dans Kommunikation in der ländlichen Gesellschaft, éd. par W. Rösener, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 2002, p. 10-11.

9 R. Sprandel, Chronisten als Zeitzeugen. Forschungen zur spätmittelalterlichen Geschichtsschreibung in Deutschland, Cologne, Weimar et Vienne, Böhlau, 1994 (Kollektive Einstellungen und sozialer Wandel im Mittelalter, N. F., 3), p. 249-257.

10 V. Diederichs, « Nîflant », Mitteilungen aus dem Gebiete der Geschichte Liv-, Est-und Kurlands, 12, 1875, p. 381-385; R. Wittram, « Baltische Lande-Schicksal und Name. Umrisse der äusseren geschichtlichen Wandlungen seit dem 13. Jahrhundert im Spiegel des Landesnamens », dans Baltische Lande..., op. cit., p. 480-482.

11 LUB, vol. 1, no 10.

12 LUB, vol. l, no 12.

13 L. Arbusow Jr., « Ein verschollener Bericht des Erzbischofs Andreas von Lund aus dem Jahre 1207 über die Bekehrung Livlands », Sitzungsberichte der Gesellschaft für Geschichte und Altertumskunde zu Riga, 1910, p. 4-6; T. K. Nielsen, « The Missionary Man: Archbishop Anders Sunesen and the Baltic Crusade », dans Crusade and Conversion on the Baltic Frontier, 1150-1500, éd. par A. V. Murray, Aldershot, Ashgate, 2001, p. 95-117; ID., « Archbishop Anders Sunesen and Pope Innocent III: Papal Privileges and Episcopal Virtues », dans Archbishop Absalon of Lund and his world, éd. par K. Friis-Jensen, I. Skovgaard-Petersen, Roskilde, Roskild Museums Forlag, 2000, p. 113-132.

14 LUB, vol. 1, no 20.

15 LUB, vol. 1, no 16, 20.

16 LUB, vol. 1, no 25.

17 LUB, vol. 1, no 40.

18 LUB, vol. 6, no 2716, 2724, 2729.

19 LUB, vol. 1, no 45.

20 LUB, vol. 1, no 39.

21 G. Tangl, Die Teilnehmer an den allgemeinen Konzilien des Mittelalters, Weimar, Böhlau, 1932, p. 223.

22 Scriptores rerum Livonicarum. Sammlung der wichtigsten Chroniken und Geschichtsdenkmale von Liv-, Est-und Kurland, Riga, Leipzig, Frantzen, 1853 (dorénavant: SRL), vol. 1, p. 319 sq.

23 Arnold de. Lübeck, Chronica Slavorum, éd. par G. H. Pertz, Hannover, 1868 (MGH Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 14). Voir R. Damus, « Die Slavenchronik Arnolds von Lübeck », Zeitschrift des Vereins fur Lübeckische Geschichte undAltertumskunde, 3, 1876, p. 195-253; B. U. Hucker, « Die Chronik Arnolds von Lübeck als “Historia regum” », Deutsches Archiv fur Erforschung des Mittelalters, 44, 1988, p. 97-119; H. G. Walther, « Zur Verschriftlichung nordelbischen Selbstbewusstseins um 1200 in der Chronik Abt Arnolds von Lübeck », dans Schriftkultur und Landesgeschichte. Studien zum südlichen Ostseeraum vom 12. Jahrhundert bis zum 16. Jahrhundert, éd. par M. Thumser, Cologne, Weimar et Vienne, Bôhlau, 1997 (Mitteldeutsche Forschungen, 115), p. 1-21.

24 H. Von Bruiningk, « Livländisches aus den Fragmcnten des Caesarius von Heisterbach », Sitzungsberichte der Gesellschaftfur Geschichte und Altertumskunde der Ostseeprovinzen Ruβlands, 1904, p. 226-230; L. Wirth-Poelchau, « Caesarius von Heisterbach über Livland », Zeitschrift fur Ostforschung, no 31, 1982, p. 481-498; B. Bombi, « The Authority of Miracles: Caesarius of Heisterbach and the Livonian Crusade », dans Aspects of Power and Authority in the Middk Ages, éd. par B. Bolton et Ch. Meek, Turnhout, Brepols, 2007, p. 305-325.

25 L’auteur était franciscain et avait d’abord enseigné à l’Université de Paris, puis en 1230 comme lecteur dans une nouvelle école franciscaine à Magdebourg : A. Buchuoltz, « Eine Stimme des vierzehnten Jahrhunderts über Liv-und Ehsdand », Mitteilungen aus dem Gebiete der Geschichte Liv-, Est- und Kurlands, no 4, 1849, p. 533-536 ; A. E. Schönbach, « Des Bartholomaeus Anglicus Beschreibung Deutschlands gegen 1240 », Mitteilungen des Instituts fur Österreichische Geschichtsforschung, no 27, 1906, p. 54 sq. Voir C. Hünemörder et M. Mückshof, « Bartholomaus Anglicus », dans Lexikon des Mittelalters, vol. 1, MünchenZürich, 1980, col. 1492 sq. ; H. Meyer, Bartolomäus Anglicus, « De proprietatibus rerum. Selbstverstandnis und Rezeption », Zeitschrift fur deutsches Altertum und deutsche Literatur, n° 117, 1988, p. 237-274 ; M. Tamm, « Signes d’altérité. La représentation de la Baltique orientale dans le De proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais (vers 1245) », dans Frontiers in the Middle Ages. Proceedings of the Ihird European Congress of Medieval Studies Jyväskilä, 10-14 June 2003, éd. par O. Merisalo, Louvain-la-Neuve, Fédération internationale des instituts d’études médiévales, 2006 (Textes et Etudes du Moyen Âge, 35) p. 147-170.

26 Rimbert, Vita Anskari, éd. par G. Waitz, Hanovre, Hahn, 1884 (MGH Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 55), p. 94 sq.

27 L. Arbusow, Zeitgenossische Parallelberichte..., op. cit., p. 40.

28 A. E. Schönbach, « Des Bartholomaeus Anglicus Beschreibung... », art. cit., p. 75,78.

29 Aeneas Sylvius Piccolomini, De Livonia, dans Scriptores rerum Prussicarum, Leipzig, Hirzel, 1866, vol 4, p. 231 (dorénavant : SRP). Voir K. Voigt, Italienische Berichte aus dem spätmittelalterlichen Deutschland. Von Francesco Petrarca zu Andrea de’Franceschi (1333-1492), Stuttgart, Klett, 1973 (Kieler Historische Studien, 17), p. 127-153 ; K. Baczkowski, « Europa Środkowowschodnia w oczach wloskich historyków i pamiçtnikarzy II polowy XV w. », Biuletyn Biblioteki Jagiellońskiej, 49, 1999, p. 111-125 ; J. Smolucha, Polityka Kurii Rzymskiej za pontyfikatu Piusa II (1458-1464) wobec Czech i krajόw sąsiednich. Z dziejów dyplomacjipapieskiej w XV wieku, Cracovie, Ksiçgarna Akademicka, 2008, p. 117-125.

30 Voir B. Karageorgos, « Der Begriff Europa im Hoch-und Spatmittelalter », Deutsches Archiv fur Erforschung des Mittelalters, 48, 1992, p. 148; K. Oschema, « Der EuropaBegriff im Hoch-und Spatmittelalter. Zwischen geographischem Weltbild und kultureller Konnotation », Jahrbuch fur Europdische Geschichte, 2, 2001, p. 191-236; K. Herbers, « Europa und seine Grenzen im Mittelalter », dans Grenzräume und Grenzüberschreitungen im Vergleich. Der Osten und der Westen des mittelalterlichen Lateineuropa, éd. par K. HERBERS et N. Jaspert, Berlin, Akademie-Verlag, 2007 (Europa im Mittelalter, 7), p. 21-41.

31 J. Wyrozumski, « Polska w Brevis Germaniae descriptio Jana Cochlaeusa z 1512 roku », dans Scriptura custos memoriae. Prace historyczne, éd. par D. Zydorek, Poznan, Instytut Historii UAM, 2001, p. 567-574.

32 Adam de Brême, Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum, éd. par B. Schmeidler, Hanovre, Leipzig, Hahn, 1917 (MGH Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 2), p. 164-165. Voir H. Krabbo, « Nordeuropa in der Vorstellung Adams von Bremen », Hansische Geschichtsblätter, no 36, 1909, p. 37-53; W. Schlüter, « Adams von Bremen geographische Vorstellung vom Norden », Hansische Geschichtsblätter, no 37, 1910, 1, p. 555-570; L. Weibull, « Geo-ethnographische Interpolationen und Gedankengange bei Adam von Bremen », Hansische Geschichtsblätter, no 58, 1933, p. 3-16; G. Witkowski, « Opis wysp Pótnocy Adama Bremenskiego jako dzielo etnografii wczesnośredniowiecznej », dans Studia z dziejôw Europy Zachodniej i Śląska, éd. par R. Zerelik, Wroclaw, Silesia, 1995 (Prace Historyczne, 16), p. 9-43; D. Fraesdorff, Der barbarische Norden. Vorstellungen und Fremdheitskategorien bei Rimbert, Ihietmar von Merseburg, Adam von Bremen und Helmold von Bosau, Berlin, Akademie-Verlag, 2005 (Orbis mediaevalis, 5), p. 91; R. Simiński, « Ziemie pruskie w swietle zródel dunskich do przelomu XIII-XIV wieku », Pruthenia, no 4, 2008, p. 198, n. 32.

33 H. Laakmann, « Estland und Livland in frühgeschitlicher Zeit », dans Baltische Lande, vol. 1: Ostbaltische Frühzeit, éd. par A. Brackmann et C. Engel, Leipzig, Hirzel, 1939, p. 204-261.

34 Adam de Brême, Gesta..., op. cit., p. 164-165; W. Schlüter, « Die Ostsee und die Ostseelander in der Hamburgischen Kirchengeschichte des Adam von Bremen », Sitzungsberichte der Gelehrten Estnischen Gesellschaft zu Dorpat, 1903, p. 1-28.

35 Ibid., p. 165; H. Krabbo, « Nordeuropa... », art. cit., p. 49-50.

36 Olivier de Paderborn, Historia regum terrae sanctae, éd. par H. Hoogeweg, Tübingen, Literarischer Verein in Stuttgart, 1894 (Bibliothek des Literarischen Vereins in Stuttgart), p. 156. Voir L. Arbusow, « Die mittelalterliche Schriftüberlieferung... », art. cit., p. 168.

37 Gervasius Tilberiensis, Otia Imperialia, dans Scriptores rerum Brunsviciensium, éd. par G. G. Leibniz, Hannover, Fôrster, 1707-1710, vol. 2, p. 765. Voir Gervais de Tilbury, Otia Imperialia. Recreation for an Emperor, éd. par S. E. Banks et J. W. Binns, Oxford, Clarendon Press, 2002, p. 765; J. Strzelczyk, Gerwazy z Tilbury. Studium z dziejów uczoności geograficznej w sredniowieczu, Wroclaw, Zakl. Nar. im. Ossolińskich, 1970, p. 160.

38 Albricus Monachus Trium Fontium, Chronica, éd. par P. Scheffer-Boichorst, dans Monumenta Germaniae Historica, Scriptores, vol. XXIII, Hanovre, Hahn, 1874, p. 631-950. Voir I,. Arbusow, Zeitgenossische Parallelberichte..., op. cit., p. 46 ; A. M. Wyrwa, « Alberyk z Trois-Fontaines i jego sredniowieczna Kronika świata », dans Cognitioni gestorum. Studia z dziejów średniowiecza dedykowane Profesorowi Jerzemu Strzelczykowi, éd. par D. A. Sikorski et A. M. Wyrwa, Poznań, Varsovie, DiG, 2006, p. 319-344 ; ID., « Alberyk z Trois-Fontaines o poczqtkach chrześcijanstwa w Prusach », dans Wielkopolska-Pokka-Czechy Studia z dziejów sredniowiecza ofiarowane Profesorowi Bronistawowi Nowackiemu, éd. par Z. Górczak et J. Jaskulski, Poznan, Instytut Historii UAM, 2009, p. 69-99 ; M. Tamm, « Communicating Crusade. Livonian Mission and the Cistercian Network in the Thirteenth Century », Ajalooline Ajakiri, 129/130, 2009, p. 341-372, particulièrement p. 355 sq., 359 sq.

39 SRL.vol. 1, p. 323.

40 A. E. Schönbach, « Des Bartholomaeus Anglicus Beschreibung... », art. cit., p. 75, 78, 80.

41 Albert le Grand, De natura locorum.op. cit., p. 36.

42 Ibid., p. 40-41.

43 C. de Bridia, « Historia Tatarów », dans Spotkanie dwoch swiatôw. Stolica Apostolska a swiat mongolski w polowie XIII w. Relacje powstale w zwiqzku z misjq Jana di Piano Carpiniego do Mongolów, éd. par]. Strzelczyk, Poznań, Abos, 1993, p. 234.

44 La péninsule (en allemand Samland) située au nord de Factuelle Kaliningrad, l’ancienne Kônigsberg.

45 Ë. Mugurëvičs, « Geographische Beschreibung... », art. cit., p. 125-130.

46 Arcturus est une étoile de la constellation du Bouvier proche du pôle nord galactique. Voir K. Górski, « Descriptiones terrarum (nowo odkryte zródlo do dziejôw Prus w XIII w.) », Zapiski Historyczne, n° 46, 1981, 1, p. 9, n. 5.

47 D’après Karol Górski, ce devrait être « Ruscia ». Voir K. Górski, « Descriptiones... », art. cit., p. 10.

48 Roger Bacon, Opus Maius, éd. par J. H. Bridges, Londres, Clarendon, 1900, vol. 1, p. 358-360. Voir A.-D. Von Den Brincken, Finis Terrae. Die Enden der F.rde und der vierte Kontinent auf mittelalterlichen Weltkarten, Hanovre, Hahn, 1992 (MGH Schriften, 36), p. 104-105 ; J. D. North, « Roger Bacon », dans Lexikon des Mittelalters, vol. 7, 1995, col. 840-842 ; H. M. Howe, « Roger Bacon on Geography and Cartography », dans Roger Bacon and Sciences, éd. par]. Hackett, Leiden, Brill, 1997 (Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters, 57), p. 199-222 ; B. Englisch, « “Artes” und Weltsicht bei Roger Bacon », dans Artes im Mittelalter, éd. par U. Schaefer, Berlin, Akademie-Verlag, 1999, p. 53-67 ; J. Miethke, « Die Kritik des Franziskaners Roger Bacon an der Schwertmission des Deutschen Ordens », dans Prusy-Polska-Europa. Studia z dziejôw sredniowiecza i czasow wczesnonowozytnych. Prace ofiarowane Profesorowi Zenonowi Hubertowi Nowakowi, éd. par A. Radziminski et]. Tandecki, Toruń, Uniwersytet Mikolaja Kopernika, 1999, p. 49-51.

49 Roger Bacon, Opus Maius..., op. cit., p. 358-359; J. Miethke, « Die Kritik... », art. cit., p. 51.

50 « Die Erd-und Völkerkunde in der Weltchronik des Rudolf von Hohen Ems », éd. par O. Doberentz, Zeitschrift fur deutsche Philologie, 13, 1882, p. 192.

51 El libro del Conoscimiento de todos los Reinos, tierras y Senories que son por el Mundo, éd. par M. Jimenéz de la Espada, Boletin de la Sociedad geográfica de Madrid, 2, 1877; version anglaise: Book of the Knowledge of All the Kingdoms, Lands and Lordships that Are in the World, éd. par C. Markham, Londres, Hakluyt Society, 1912. Voir A. Gieysztor, « Polska w “El libro del Conoscimiento” z polowy XIV wieku », Przeglqd Historyczny, 56, 1965, p. 397-412 (avec la version espagnole de cette source et sa traduction en polonais) ; ID., « Le Centre et l’Est européens au XIVe siècle vus de la Méditerranée », dans Mélanges en l'honneur de Fernand Braudel, Toulouse, Privât, 1973, vol. 1, p. 219-225.

52 El libro del Conoscimiento..., op. cit., p. 30-33; A. Gieysztor, « Polska... », art. cit., p. 410-411. Identification des noms de lieux utilisés par l’auteur de la source d’après A. Gieysztor, « Polska... », art. cit., p. 406-408.

53 Mandeville’s Travels, éd. par M. Letts, Londres, Hakluyt Soc., 1953, vol. 1, p. 4. Voir A. Steiner, « The Date of Composition of Mandeville’s Travels », Speculum, no 9, 1934, p. 144-147 ; C. Deluz, Le livre de Jehan de Mandeville. Un « géographe » au XIV s., Louvain-la-Neuve, Institut d’Etudes médiévales, 1989 (Publications de l’Institut d’Etudes médiévales. Textes, études, congrès, no 8) ; J. Kaliszuk, « Recepcja “Podrózy” Johna Mandeville’a w Polsce póznego sredniowiecza i u progu czasów nowozytnych », Przeglqd Historyczny, no 89/3,1998, p. 343-359 ; S. Röhl, Der» livre de Mandeville » im 14. und 15. Jahrhundert. Untersuchungen zur handschriftlichen Überlieferung der kontinentalfranzdsischen Version, München, Fink, 2004 (Mittelalter Studien, no 6).

54 Mandeville’s Travels..., op. cit., p. 4.

55 « Gilbert von Lannoy’s Reise durch Livland in dem Herbst und Winter 1413 auf 1414 », éd. par F. G. von Bunge, Archiv fur die Geschichte Liv-, Esth-und Curlands, no 5, 1847, p. 167 sq. ; « Voyaiges de Guillebert de Lannoy 1412 », dans SRP, vol. 3, Leipzig, Hirzel, 1866, p. 443-452. Voir H. Rebas, « Die Reise des Ghillebert de Lannoy in den Ostseeraum 1413/14. Motive und Begleitumstände », Hansische Geschichtsblätter, n° 101, 1983, p. 29-42.

56 SRP, vol. 3, p. 446-447.

57 SRP, vol. 4, p. 231. La Samogitie représente aujourd’hui le quart nord-est de la Lituanie.

58 Rimbert, Vita..., op. cit., p. 94 sq. Seeburg correspond à Grobin, en Courlande.

59 Adam de Brême, Gesta..., op. cit., p. 164.

60 SRP, vol. 4, p. 446-447.

61 Mandeville’s Travels..., op. cit., p. 83.

62 Ë. Mugurēvičs, « Geographische Beschreibung... », art. cit., p. 125-130.

63 El Libro de conosrimiento..., op. rit., p. 30.

64 M. Bláhová, « Geographische Vorstellungen und Kenntnisse der böhmischen mittelalterlichen Chronisten », dans Raum und Raumvorstellungen im Mittelalter, éd. par J. A. Aertsen et A. Speer, Berlin, New York, De Gruyter, 1998 (Miscellanea Mediaevalia), p. 540-560. À propos du thème locus aemoneus, voir E. R. Curtius, Literatura europejska a iacinskie sredniowiecze, trad. A. Borowski, Cracovie, Universitas 1997, p. 202-206 (éd. fr. : La littérature européenne et le Moyen Age latin, Paris, PUF, 1956).

65 SRL, vol. 1, p. 319-321.

66 Barthélemy l’Anglais, op. cit., p. 75, 80.

67 Ibid., p. 78.

68 Sur la diffusion des connaissances en Europe médiévale, voir R. Lufft, Wissensvermittlung im europàischen Mittelalter. « Imago mundi » -Werke und ihre Prologe, Tübingen, Niemeyer, 1999 (Texte und Textgeschichte, 47).

69 Dans les sources latines, cette contrée est nommée Iatwesya (dans la Descriptio terrarum) ou Sudovia. C’est une partie de la Prusse

70 L. Arbusow, Zeitgenôssische Pararellberichte..., op. cit., p. 40-46.

71 W. Schlüter, « Beitrage zu den Zeugnissen über den Aufenthalt livlandischer Bischöfe und Äbte in Deutschland », Sitzungsberichte der Gelehrten Estnischen Gesellschaft zu Dorpat, 1904, p. 38-44 (Haec revelata sunt ab episcopo Livoniae, qui multo melius et plenius rem novit, quam a me sit relata ; Haec nobis relata sunt a nobili viro Bernardo, quondam domino de Lippe, tunc abbate in Livonia, domu ordinis Cisterciensis et postea episcopo, atque eius monacho, qui hominem noverunt) ; L. Arbusow, Zeitgenôssische Parallerberichte..., op. cit., p. 42. Voir N. Bourgeois, « Les Cisterciens et la croisade de Livonie », Revue historique, no 635, 2005, p. 521-559.

72 L. Lemmens,Die Franziskanerkustodie Livland und Preussen. Beitrag zur Kirchengeschichte der Gebiete des Deutschen Ordens, Düsseldorf, Schwann, 1912 ; H. Niedermeier, « Die Franziskaner in PreuEen, Livland und Litauen im Mittelalter », Zeitschriftfur Osftorschung, no 27, 1978, 1, p. 1-31, sp. p. 19-23 ; A. Selart, « Die Bettelmönche im Ostseeraum zur Zeit des Erzbischofs Albert Suerbeer von Riga (Mitte des 13. Jahrhunderts) », Zeitschrift für Ostmitteleuropa-Forschungen, no 56, 2007, 4, p. 475-499.

73 G. Walther-Wittenheim, Die Dominikaner in Livland im Mittelalter. Die Natio Livoniae, Rome, Ist. Storico Domenicano, 1938, p. 30; L. Arbusow, « Die mittelalterliche Schriftüberlieferung... », art. cit., p. 170; W. Senner, « Die Studienorganisation des Dominikanerordens im Mittelalter mit Berücksichtigung Estlands », dans Estnische Kirchengeschichte im vorigen Jahrtausend, éd. par R. Altnurme, Kiel, Wittig, 2001, p. 36.

74 Ē. Mugurēvičs, « Geographische Beschreibung... », art. cit., p. 129.

75 L. Arbusow, « Die mittelalterliche Schriftüberlieferung... », art. cit., p. 170; K. Voigt, Italienische Berichte.op. cit., p. 90-91, 152-153; I. Zarębski, Stosunki Eneasza Sylwiusza z Polskq i Polakami, Cracovie, Gebethner & Wolff, 1939, p. 72-95 (Rozprawy Polskiej Akademii Umiejçtności, seria II, t. 70), p. 82-87; J. Smolucha, Polityka..., op. cit., p. 120.

76 A. Gieysztor, « Polska... », art. cit., p. 399; Ē. Mugurēvičs, « Geographische Beschreibung... », art. cit., p. 129.

77 Ceci est confirmé par les opinions dominantes en Europe sur la Finlande voisine. En 1392, le pape Boniface IX a donné la permission d’établir un couvent de dominicains à Vyborg. Le document pontifical a souligné clairement que « les fidèles du Christ qui résident dans cette terre, château et forteresse à cause de la proximité des Ruthènes et d’autres nations infidèles sont souvent frappés par les incursions de ces mêmes Ruthènes et des infidèles ». Cité d’après C. Krötzl, « Migrations-und Kommunikationsstrukturen im finnischen Mittelalter », Medium Aevum Quotidianum, no 19, 1989, p. 19, n. 19 ; voir L. de Anna, « L’immagine della Finlandia nella cultura medievale », Quaderni medievali, n° 23, 1987, p. 55-71 ; Id., Conoscenza e immagine della Finlandia e del Settentrione nella cultura classico-medievale, Turku, Turun Yliopisto, 1988 (Annales Universitatis Turkuensis, B, 180) ; Id., « Il nutrimento del pregiudizio. Codici alimentari riferiti agli abitanti della Finlandia e del Settentrione nelle fonti occidentali », Medium Aevum Quotidianum, no 19, 1989, p. 29-44.

78 F. Cardini, « Mito del Nordo e conoscenza del Settentrione europeo in alcune fonti fiorentine del trecento », dans Minima mediaevalia, Firenze, Arnaud, 1987, p. 211-234.

79 F. E. Reichert, Begegnungen mit China. Die Entdeckung Ostasiens im Mittelalter, Sigmaringen, Thorbecke, 1992 (Beitrâge zur Geschichte und Quellenkunde des Mittelalters, 15).

80 LUB, vol. 1, no 31; M. Gąssowska, « Kancelaria Zakonu Kawalerów Mieczowych », dans Kancelarie krzyźackie. Stan badan i perspektywy badawcze. Materialy z miçdzynarodowej konferencji naukowej Malbork 18-19 X 2001, éd. par J. Trupinda, Malbork, Muzeum Zamkowe, 2002, p. 45-87, ici p. 55, n. 63.

81 Die Berichte der Generalprokuratoren des Deutschen Ordens an der Kurie, éd. par K. Forstreuter et H. Koeppen, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1961-1976, vol. 2, p. 160, 165.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search