Version classiqueVersion mobile

De la mer du Nord à la mer Baltique. Identités, contacts et communications au Moyen Âge

 | 
Alban Gautier
, 
Sébastien Rossignol

Immensité, délimitation et appropriation de la mer dans les Gesta Danorum de Saxo Grammaticus

Agnès Guénolé

Texte intégral

  • 1 M. Elder, Le peuple de la mer, Paris, Maréchal, rééd. 1946, p. 201. L’ouvrage a fait l’objet d’une (...)

« Il était revenu pour naviguer [...]. Il était revenu par instinct, parce que son sang roule dans ses artères du même rythme que les océans, qu’il a besoin de la mer pour vivre1 ».
Marc Elder, Le peuple de la mer.

  • 2 Is 40, v. 12 ; Si 1, v. 1-3. Dans la Bible, c’est en tant que Créateur que Dieu connaît la mesure (...)
  • 3 Is 23, v. 4, 14 ; Ap 20, v. 7-8.
  • 4 Ou, plus exactement, ce qui ressemble à une mer ayant la transparence du cristal : Ap 4. v. 6.
  • 5 Ap 20, v. 13-14 (v. 11, une mer s’étend devant le trône blanc ; la mer s’oppose au ciel et à la te (...)

1Dans la Bible, Dieu a la capacité d’évaluer la quantité des eaux de la Terre, il détient la connaissance des choses. L’eau, le sable et la profondeur de la mer évoquent l’infini impossible à saisir pour l’homme2. La mer parle de disparitions, les navires hurlent, les grains de sable figurent les nations, innombrables3. La mer de cristal de l’Apocalypse de Jean4 rend les morts comme après un naufrage ; elle représente le lieu de l’Hadès5, puis disparaît simplement, faisant place à la Jérusalem céleste :

  • 6 Ap 21, v. 1-2.

Puis je vis un ciel nouveau, une terre nouvelle – car le premier ciel et la première terre ont disparu, et de mer, il n’y en a plus. Et je vis ma Cité sainte, Jérusalem nouvelle, qui descendait du ciel, de chez Dieu [...]6.

  • 7 P. Boglioni, « Les animaux dans l’hagiographie monastique », dans L’animal exemplaire au Moyen Age (...)
  • 8 P. Boglioni, art. cit., p. 60-61, 71. La mort du saint est datée de 1170. Finchale est situé en An (...)
  • 9 Les Gesta Danorum (désormais GD) sont une oeuvre latine de seize livres d’inégale longueur qui ret (...)
  • 10 GD, 6, IV, 10 (GD, livre, chapitre, section).
  • 11 Les naufrages, nombreux dans les Gesta Danorum, ne sont pas vraiment causés par la mer elle-même, (...)
  • 12 La Fortune (fortuna), ou le Destin, détermine l’histoire des Danois, que ce soit dans leur passé v (...)

2Dans l’hagiographie, le monde de la mer est le plus souvent décrit de façon à inspirer la terreur, ou comme un désordre maîtrisé par l’action de Dieu. Au XIIe siècle, la figure du diable dans les récits hagiographiques connaît des métamorphoses plus fréquentes en animaux. Ce type de diable dit « panzooïque7 » apparaît notamment en monstre marin à l’ermite anglo-saxon saint Godric de Finchale, à cause des « hantises héritées de son expérience de navigateur et de pirata8 ». Toujours dans le nord de l’Europe au XIIe siècle, l’historien danois Saxo Grammaticus commençait la rédaction des Gesta Danorum9 dans la période qui suivit la mort du roi de Danemark Valdemar Ier le Grand (1182). L’univers maritime domine le récit, sans toutefois que l’auteur ne représente les mers et leur « peuplement » de façon uniforme. Il y a bien quelques dragons ou serpents monstrueux surgissant des profondeurs, mais ils ne se manifestent que rarement10. La mer apparaît peuplée par les hommes du Nord, Scandinaves ou « étrangers », et jamais elle n’est elle-même mauvaise envers les hommes ou effrayante11. Elle figure l’arrière-plan d’une grande fresque humaine et sa force destructrice apparaît comme l’instrument du Destin, de la volonté de Dieu, et départage parmi les marins innombrables les piratae méritants12.

  • 13 Cf. le testament de l’archevêque de Lund, Absalon, daté avant le 21 mars 1201 ; diplôme n° 32, p.  (...)
  • 14 Dans le dernier quart du XIIe siècle, Absalon cumulait sa charge d’archevêque (1178-1201) avec cel (...)

3Dans cette contribution sera étudiée une part de la représentation danoise de la mer à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle : comment la mer, d’un espace naturel fréquenté, devint progressivement un espace en voie de « délimitation » et d’« appropriation » par les hommes, en particulier en mer Baltique, d’après les Gesta Danorum de Saxo Grammaticus, clerc13 de l’archevêque Absalon de Lund14.

  • 15 Un schéma double (Past/Present) pour une approche méthodologique de l’histoire de la perception a (...)
  • 16 D’après l’expression piraticae usus ; cf GD, 10, IX, 2. Dans ce passage, Saxo prétend que, sous le (...)

4L’étude se divise en deux temps, s’ouvrant d’abord sur la possible « conception15 » du rapport des hommes à leur environnement maritime dont Saxo a donné un foisonnant témoignage. Les grands traits de la navigation des Scandinaves seront brièvement définis, l’« usage » de la navigation16 recouvrant des conceptions apparemment paradoxales – liberté, sociabilité – dont les implications sont multiples et participent tout autant à sa définition : fuite de la société sur un espace illimité, mais aussi défense du pays, autorité étendue par-delà les terres, sur la mer, en quelque sorte délimitée. C’est cette relative « délimitation » de l’espace maritime qu’il conviendra d’illustrer dans un second temps, en la replaçant dans son contexte, sachant qu’au début du XIIIe siècle, au moment de l’achèvement des Gesta Danorum, l’établissement du droit maritime n’en était qu’à ses débuts. L’action directe des marins issus d’une région donnée déterminait encore l’occupation et le contrôle de la mer, celle-ci prenant les premiers caractères d’une « mer territoriale ». L’« appropriation » de la mer par les Scandinaves est multiple, sa dimension militaire ne prévalant pas sur une dimension culturelle et idéologique.

« Usage » de la navigation et « délimitation » de l’espace maritime

  • 17 Ch. Deluz, « Pèlerins et voyageurs face à la mer (XIIe-XIVe siècles) », dans Horizons marins, itin (...)
  • 18 La protection des navires et des équipages dépendait (symboliquement) du choix des « patrons marin (...)

5Depuis le XIIe siècle et jusqu’aux grandes découvertes, les pèlerins et voyageurs nous ont laissé des récits marqués par la crainte que leur inspirait la mer ou l’océan qu’ils avaient à sillonner durant de longues traversées. La dimension onirique et merveilleuse des descriptions de l’environnement maritime dans les contrées lointaines faisait aussi partie d’une perception de la mer17, toujours mise à distance, en tout cas jamais familière à ces marins qui, pourrait-on dire, étaient « de circonstance ». Il pouvait en être autrement des marins « véritables », de métier et de tradition. Les populations de pêcheurs, en particulier dans l’aire atlantique, entretenaient avec la mer un rapport de proximité à tous égards. Au XIIIe siècle se produisit massivement dans ce vaste espace une christianisation de l’onomastique des navires18. Le pêcheur (voire l’équipage) est ainsi indissociable de son bateau avec lequel il partage son identité et son Destin (ou sa Fortune). Ce rapport presque existentiel de l’homme à la mer se retrouve, à mon sens, dans les Gesta Danorum.

  • 19 Saxo est influencé en particulier par les sagas islandaises et norvégiennes ; cf. sur ce point les (...)
  • 20 Notamment la figure héroïque de Starkad (lat. Starcatherus) ouvre le chap. V (sections 1 et 16) du (...)
  • 21 Exemple dans GD, 5, III, 25 ; cf. Saxo (T), p. 193.
  • 22 Exemple dans GD, 5, III, 35 ; cf. Saxo (T), p. 199.
  • 23 Ou l’Orateur, dan. den Veltalende, lat. Ericus Disertus-, au livre V, héros légendaire norvégien, (...)
  • 24 Lat. Gotharus-, au livre V, roi légendaire norvégien.

6Le discours de Saxo Grammaticus sur la navigation ressemble à celui que l’on peut observer dans les légendes germaniques et nordiques19 : la mer n’est pas décrite précisément et l’on ne sait rien des traversées20, sinon que les navires disparaissent à l’horizon21. Mais Saxo donne beaucoup d’informations sur les agissements des marins affairés dans leurs navires, occupés notamment à faire couler l’adversaire. On en sait beaucoup sur les attaques, les combats navals, mais aussi terrestres, et la tactique employée. La navigation nocturne est fréquente, utilisée pour les repérages, l’attaque surprise, la protection22 ou le retour discret d’une prise de butin. Ces agissements ont lieu sur une mer favorable, plutôt bienveillante à l’égard des marins, mais ceux qui le méritent aux yeux de Saxo, comme par exemple Erik l’Éloquent23, guerrier norvégien d’origine roturière au service du roi de Norvège Gøtar24. Erik affronte les Danois dans une opération de repérage et les fait périr ; Saxo rapporte ainsi :

  • 25 Saxo (T), p. 176 ; GD, 5, II, 13. Le roi de Norvège projetait d’envahir le Danemark. Erik est d’au (...)

Ce furent les vagues, non les armes, qui firent la guerre pour Erik. La mer se battit pour lui, en lui ouvrant la voie et en lui conférant un pouvoir destructeur. Mieux servi par la houle que par le fer, il donna l’impression de lutter à distance par l’entremise des flots quand les eaux du large vinrent à son secours25.

  • 26 Lat. Frotho ; au livre V, roi légendaire danois.

7Dans la suite du récit, Erik a une longue altercation avec le roi de Danemark Frode26 qui cherche à connaître son identité. L’altercation se déroule comme un « combat d’éloquence » sur le modèle romain, et Saxo, loin de faire intervenir des monstres marins, évoque la présence de dauphins sur la route que l’orateur prétend avoir écumée ; Erik a notamment cette réplique :

  • 27 Saxo (T), p. 181-182 ; GD, 5, III, 10.

Quand j’ai quitté mon rocher, mon navire a vogué de-ci de-là, et j’ai rencontré un dauphin. [...J Je suis allé de dauphin en dauphin27.

8Les répliques n’ont rien de descriptif ; Erik parle de dauphins pour ne pas avoir à décrire sa route et sort vainqueur de ce « combat » d’éloquence.

  • 28 Le héros est bien ici un Norvégien, mais les Danois ne sont pas pour autant humiliés dans le disco (...)

9Le héros n’a pas rencontré de monstres, et que ce soit par la mer elle-même ou cette espèce de poisson ami de l’homme, le marin est guidé favorablement28.

  • 29 Lat. Otharus ; au livre VII, héros légendaire sjaellandais. Lat. Syritha, au livre VII, fille d’un (...)

10C’est d’ailleurs en général sur un espace que l’on s’imagine favorable que l’on symbolise la quête d’une liberté pour l’homme. Saxo figure la liberté sur la mer, notamment dans le cadre d’histoires d’amour contrarié où les protagonistes recherchent la fuite et la « pensent » possible sur la mer, libre des contraintes de la société. C’est le cas du fils d’un guerrier (ou pirata) non noble, Othar, et d’une princesse vertueuse de Sjaelland, Sigrid29 ; son prétendant résiste aux refus qu'elle lui oppose par ‘pudeur’ et lui fait cette avance :

  • 30 Saxo (T), p. 292 ; GD, 7, IV, 5. Othar, fils d’Ebbe ; Sigrid, fille de Sigvald, lui-même roi légen (...)

Rejoignez avec moi mes bateaux bien-aimés et vivez en liberté !30

  • 31 Cf. l’étude approfondie de N. Lund sur le leding depuis l’époque viking jusqu’au XIVe siècle. Les (...)
  • 32 M. H. Gelting, « Military Organization... », art. cit., p. 51.

11Saxo Grammaticus dépeint les sociétés de l’espace baltique, aussi bien les roturiers (vus dans les exemples précédents) que les aristocrates (ou magnats) et les rois. Ces hommes de diverses conditions se distinguent socialement en mer lors d’expéditions militaires (lat. expeditiones, dan. leding) qu’ils accomplissent comme un devoir très ancien, une conscription obligatoire à laquelle nul ne pouvait se soustraire31. Selon les époques, le leding connaît cependant des adaptations. Au XIIIe siècle, la capacité militaire du royaume danois s’appuyait majoritairement sur des mercenaires professionnels rétribués en argent, et recrutés par le biais de la mise en gage d’offices et de domaines royaux32.

  • 33 Seulement dans les dictionnaires J. F. Niermeyer, 2002 et C. D. Du Cange, t. V, 1845, on peut trou (...)
  • 34 Saxo (FJZ), dan. Kœmpe (sg.).
  • 35 Saxo (FJZ), dan. Hevding, Vikingehevding (sg.).
  • 36 H.-J Hube propose une lecture de passages concernant certains « Seekönige » dans les livres légend (...)
  • 37 GD, préface de Saxo, II, 8 ; Saxo (T), p. 30-31, et Saxo (FJZ) : « Par-delà l’immensité d’une mer (...)

12C’est dans le cadre du leding Scandinave que la mer représente de fait un haut lieu de sociabilité masculine. La plupart des marins de la haute noblesse sont dépeints en « pirates » (piratae) valeureux33, c’est-à-dire en « guerriers » ou « combattants34 » sur mer, ou « capitaines35 » de vaisseau, comme l’indiquent les choix actuels de traduction danoise du terme pirata. Au sein des sociétés Scandinaves, ce sont les « rois » (reges) que Saxo montre exerçant leur autorité sur la mer36, celle-ci devenant comme le prolongement de leur espace territorial. Sur terre, le royaume est nécessairement limité par la présence des peuples voisins. Sur mer, toute délimitation de l’espace est moins évidente. Sur une surface presque sans repères, c’est l’action des hommes uniquement qui impose le partage arbitraire des eaux. L’auteur évoque l’immensité de la mer, en particulier quand il trace les contours de la Scandinavie depuis la mer de Norvège jusqu’à la mer Blanche37 ; mais en mer Baltique, les rois confèrent à leur royaume de nouvelles limites, au-delà des terres.

13Saxo rapporte au livre VII que le roi danois Oluf veilla à ce que ses deux fils lui succèdent, tant sur terre que sur mer ; Saxo relate ainsi :

  • 38 Saxo (T), p. 279 ; GD, 7, I, 1-2. L’autorité sur la mer semble comporter un certain prestige, supé (...)

Il enjoignit à l’un d’être le seigneur des mers, et à l’autre d’exercer sa royale autorité sur les contrées terrestres, puis stipula que ce partage du pouvoir serait exclusif d’une situation établie pour toujours et supposerait un échange annuel des prérogatives des deux souverains. [...] Frode fut le premier à avoir le contrôle des mers, mais il abandonna la partie à la suite de ses échecs répétés dans son métier de pirate. [...] Au bout de quelque temps, Harald, le cadet, eut donc à s’imposer sur l’océan38.

14En complémentarité d’une autorité royale gagnée sur les eaux, apparaît dans le discours de Saxo, à partir du livre VII, une tendance à tracer les limites arbitraires d’un espace maritime en Baltique, une délimitation relative s’articulant entre Scandinaves. Au livre VII, Saxo relate le cas du norvégien Ole le Hardi (den Raske), très méritant, qui reçoit un double pouvoir pour régner en haute mer, par son père et par son oncle, respectivement en Norvège et au Danemark :

  • 39 Saxo (T), p. 327 ; GD, 7, XI, 12-13. Lat. Ringo, roi légendaire suédois. Le Scandinave Ole accéda (...)

Il obtint de Sigurd de pouvoir régner sur l’océan, et, bien vite, il vint à bout de soixante-dix seigneurs de la mer, en combat naval. [...] Là-dessus, il alla voir Harald, et celui-ci lui donna des responsabilités dont il eut à s’acquitter encore sur la mer avant qu’il ne rejoignît l’armée de Ring39.

  • 40 A. Guénolé, « Piraticum bellum. Ein môglicher Kulturtransfer in den Gesta Danorum von Saxo Grammat (...)

15Notons que c’est aussi le livre VII qui compte en proportion le plus d’occurrences de pirata et ses dérivés. Les événements légendaires du livre VII se seraient déroulés environ au VIIIe siècle. Saxo y plonge vraisemblablement les racines d’une tradition qui, pour reprendre l’expression de Marc Elder, est celle d’un « peuple de la mer ». Naviguer permettait de gagner sa liberté, mais aussi le pouvoir, les honneurs (civils et militaires), et pour les rois de prolonger l’étendue de leur royaume sur la mer. C’est ce rapport culturel des Scandinaves à la mer que Saxo, invariablement, personnifie par le terme pirata. Il traduit ce rapport culturel par l’expression piraticae usus qui affirmerait le caractère « coutumier » d’un art maîtrisé de la navigation40.

Vers une appropriation de la mer Baltique

Une conception élargie du territoire

  • 41 Il convient de mentionner l’organisation par J. Rüdiger (Francfort/Main) d’un colloque (Visby, 200 (...)
  • 42 J. Rüdiger, « Barbarernes hav og fremskridtets baerere. Østersøen I Europahistorien : et debatopla (...)
  • 43 J. Rüdiger, « Barbarernes hav... », art. cit. p. 10.

16L’historien allemand Jan Rüdiger s’est interrogé sur la notion de « territoire » pour la mer Baltique, ainsi que sur le pouvoir que les hommes y ont étendu ; sur ces points, le concept de « thalassocratie » est le terme consacré41. Il a dressé un bilan de l’état de la recherche actuelle portant sur l’espace baltique (dan. Østersoområdet, qui peut signifier le « territoire » ou la « zone de la mer Baltique ») du Moyen Âge au XIXe siècle. De nombreuses rencontres scientifiques d’historiens ont ainsi eu lieu depuis 2004, en particulier à Stockholm et à Kiel. La considérant comme une « mer intérieure » de Factuelle Union européenne, les chercheurs proposent ainsi de porter leurs regards vers ce qu’ils appellent l’« Europe baltique » (dan. baltisk Europa), un espace dont les « régions-frontières » sont les suivantes : une « frontière allemande » marquée par le Holstein, une « frontière de l’Est de l’Europe » située en Lettonie, et une « frontière nordique » estimée au Danemark42. Jan Rüdiger a porté son étude sur, tout d’abord, la mer Baltique en tant qu’« unité » (dan. Enhed), puis en tant que « paradigme de l’européanisation » (dan. Europæiserings-paradigmet) et, enfin, sur les mythes historiques rattachés à la mer Baltique (dan. Hystoriemyterne). Une limite chronologique (dan. Epokegmnse, « époque-frontière ») à ces mythes historiques est située vers 120043. Les Gesta Danorum s’inscrivent à cette époque charnière.

17Relevons deux passages des livres dits « historiques », où la mer Baltique devient un espace approprié par l’autorité monarchique. Au livre historique XIII, le danois Knud Lavard (duc de Schleswig au début du XIIe siècle), de retour sur mer avec un magnifique butin, est accusé injustement par le roi d’avoir exercé son activité pirate dans les eaux suédoises :

  • 44 Traduction de l’auteur d’après Saxo (FJZ) ; GD, 13, V, 5 ; trad. angl. dans Saxo (C), 1.1, p. 120.

Peu après, il allait navigant ça et là en pirate (piratica peruagatus) à travers les régions de l’Est, et fut de retour chez lui (domum) avec un magnifique butin pour lequel il espérait recevoir une reconnaissance accrue de ces mérites (dignitatis incrementa) ; en guise de reconnaissance, il fut soumis à l’accusation et rendu coupable par le roi de ce qu’il aurait fait du butin dans le domaine de la Suède (in re Suetica)44.

  • 45 Il est admis par les historiens que l’île de Rügen fut conquise en 1168 (vraisemblablement au prin (...)
  • 46 Nostri faisant référence aux Danois et à la notion de patria.
  • 47 Saxo (C), t. III, n. 531, p. 848. E. Christiansen renvoie à l’étude de A. Ekbom, Ledung och tidig (...)
  • 48 La prise définitive de Rügen par le Danemark en 1168 survint après plusieurs expéditions déjà mené (...)
  • 49 Helmold De Bosau, Chronica Slavorum, 2, XII : trad. angl. par J. Tschan, New York, Columbia Univer (...)
  • 50 Avec néanmoins la mention du service militaire de Poméraniens, mais ceux-ci apparaissent comme che (...)
  • 51 Christoffer était un fils illégitime ; E. Christiansen a posé la question de savoir si le roi Vald (...)

18Le livre historique XIV, démesurément long par rapport à l’ensemble de l’œuvre et retraçant le règne de Valdemar Ier avec un rôle de premier plan pour Absalon, comporte notamment un passage où ce mode d’occupation de l’espace maritime atteint son paroxysme. Saxo se montre prolixe sur la description de la conquête de l’île de Rügen (116845) au livre XIV, chapitre XXXIX. Il termine la description de cette victoire sur les « païens » slaves en réaffirmant son « patriotisme », et c’est de la mer Baltique qu’il parle comme de la mer des Danois (maris nos tri46), dans un contexte militaire relatif au leding. Pour les expéditions, la conscription de navires avec leur équipage était exigée par district au Danemark. La conquête de Rügen compta probablement environ 200 navires dans l’armée danoise (et ses alliés)47. Quand l’île de Rügen et son sanctuaire païen majeur d’Arkona sont pris48, même si le chroniqueur allemand Helmold de Bosau minimise le rôle du Danemark dans cette victoire49, Saxo Grammaticus en fait une victoire exclusivement danoise50, mettant l’archevêque Absalon au premier plan avec Christoffer, un fils du roi Valdemar Ier51. La mer des Danois (cunctos maris nostri secessus, « tous les recoins de notre mer ») était soi-disant outragée par des Slaves pirates, et les conquérants, à savoir l’archevêque et le fils du roi, ne se contentaient plus des « limites » des flots chez eux, mais dépassaient ces « limites » sur le littoral rugien et jusqu’aux criques des Lutices :

  • 52 Traduction de l’auteur d’après Saxo (FJZ) ; GD, 14, XXXIX, 49 ; trad. angl. dans Saxo (C), t. II, (...)

Rügen ayant été prise, alors que jusqu’à maintenant le fléau de la piraterie (pyratice labes) avait dévasté tous les recoins de notre mer [...]. Leurs chefs Absalon et Christoffer les menaient [les jeunes guerriers de la flotte danoise], et, non satisfaits par les limites des flots chez eux (ou de leur pays, domestici freti liminibus), ils naviguèrent aussi vers les rivages de Rügen et ceux des Lutices dont ils scrutèrent les détours52.

  • 53 L’idée est exprimée en danois moderne. Soterritorialgranse : frontière (ou limite) de la mer terri (...)
  • 54 Cf. K. Friedland, « Maritime Law and Piracy: Advantages and Inconveniences of Shipping in the Balt (...)
  • 55 K. Friedland, « Maritime Law », art. cit., p. 34-35.
  • 56 Ibid., p. 32.
  • 57 Ibid., p. 34.

19Que l’on emploie « limites »ou» délimitation » de la mer Baltique, l’idée concerne moins un accaparement précis de l’espace qu’un « dépassement des limites » terrestres que marquent naturellement les côtes. Le discours de Saxo témoigne probablement de la conception de la « mer territoriale » que les Danois eurent à un moment donné de leur histoire53. Il pourrait s’agir des débuts d’une conception de l’espace qui fait aujourd’hui partie du droit maritime ; les États actuels sont souverains sur les eaux bordant leurs terres, et ces eaux sont qualifiées de « territoriales ». En Baltique, la naissance de cette conception est vraisemblablement liée à l’émergence du droit maritime au Moyen Âge ; émergence du droit dont cette conception est l’une des causes. La régulation imposée par le droit maritime, d’abord local et urbain aux XIIe-XIIIe siècles, mais devenu progressivement international au XVe siècle (en Europe du Nord) sous l’effet des mesures prises communément par les villes majeures de la Hanse, visait à défendre les navires de commerce avec leur équipage et leurs marchandises54. La régulation appliquée à l’espace maritime l’était en même temps aux marins, qui ne pouvaient plus agir aussi librement sur la mer. Ce n’est qu’au XVe siècle que l’exercice de la piraterie fut considéré comme un crime et sanctionné comme tel pour défendre les navires marchands55. On considérait désormais que la « piraterie », désignée comme telle, était une « trahison à la communauté maritime56 ». Dans le Nord, ce changement fut initié par le droit de Lübeck, qui était, au début du XVe siècle, la haute cour en matière de droit du commerce, et où se déroulait le Hansetag57. Mais aux XIIe et XIIIe siècles, la piratica n’est pas l’apanage des voleurs ou des pillards ; par son exercice, un contrôle royal est établi d’autorité sur la mer et incorpore celle-ci dans l’étendue du royaume. Ce prolongement du royaume sur la mer est encore « fictif » car non fixé par le droit et toujours remis en cause par de nouveaux défis militaires.

Le modèle romain : continuité et correspondances dans les Gesta

  • 58 Saxo a utilisé les oeuvres de nombreux auteurs romains classiques, principalement Quinte-Curce, Ju (...)
  • 59 K. Friis-Jensen, « Saxo Grammaticus’s Portrait of Archbishop Absalon », dans Archbishop Absalon of (...)
  • 60 Cf. notamment J. Rüdiger, « Barbarernes hav... », art. cit., p. 7.
  • 61 Th. Riis, Les institutions politiques centrales du Danemark 1100-1332, Presses universitaires d’Od (...)
  • 62 E. Christiansen, « The Place of Fiction in Saxo’s Later Books », dans Saxo Grammaticus: A Medieval (...)

20Il m’a semblé que le bref passage cité précédemment sur la conquête de Rügen peut être rapproché de l’expression romaine mare nostrum, dans un contexte analogue – toute proportion gardée – d’expansion territoriale. Saxo, qui prend la majeure partie de ses modèles dans l’Antiquité romaine classique58, contribue par son œuvre historique à édifier la grandeur du royaume danois. Le passage en question ne surgit pas tout d’un coup sans avoir été, en quelque sorte, annoncé par d’autres passages de l’œuvre, où l’on peut entrevoir une analogie entre la Rome antique et le royaume danois. Plusieurs historiens danois, dont Karsten Friis-Jensen, ont montré que Saxo Grammaticus a construit l’histoire du royaume de Danemark comme une « alternative à l’histoire de Rome59 ». Sur un plan plus général, la ville de Rome est considérée dans l’historiographie récente comme le « centre » d’où, au Moyen Âge, les normes étaient données à l’ensemble de la chrétienté60. Les livres que l’on dit « légendaires » (1 à 9) sont donc bien élaborés dans une perspective historique, pour montrer que les premiers rois de Danemark sont aussi anciens que ceux de Rome – d’autant plus que les livres « légendaires » furent vraisemblablement écrits après les livres dits « historiques » (10 à 16)61 et que ces derniers sont également marqués par la légende et la fiction62. Il faut ainsi comprendre et mettre en perspective l’extrait sur la prise définitive de Rügen avec d’autres épisodes d’époque antérieure, qui font référence plus ou moins directement à la politique expansionniste des Valdemar du temps de Saxo.

21Tout d’abord au livre VII, après avoir réussi par les armes à reconstituer une unité géographique au royaume danois, alors assailli et divisé, le roi légendaire Harald Hildetand (dans la première moitié du VIIIe siècle) apparaît vêtu vraisemblablement à l’image d’un empereur :

  • 63 Saxo (T), p. 318-321 ; GD, 7, X, 5.

Lorsque le combat fut engagé, il s’avança vers l’ennemi, vêtu d’un grand manteau pourpre et coiffé d’un bandeau brodé d’or. Au lieu de porter une armure, il faisait secrètement confiance au Destin et semblait être en habits de fête plutôt qu’en tenue guerrière63.

  • 64 GD, 7, X, 9.

22Harald, nouvel empereur danois sur le modèle romain, étend d’ailleurs un empire légendaire jusqu’en Aquitaine et en Bretagne64, et sa souveraineté s’exerce tant sur terre que sur mer :

  • 65 Saxo (T), p. 321 ; GD, 7, X, 10.

Les succès du stratège faisant sa réputation, le bruit de celle-ci eut pour effet que Harald fut bientôt secondé par une troupe de mercenaires, une cohorte de champions venus à lui des quatre coins du monde. [...] De plus, personne ne s’arrogea la maîtrise des mers en allant contre sa volonté, à une époque où précisément la souveraineté du Danemark était terrestre et maritime65.

  • 66 Saxo (FJ7.) ; GD, 10, II, 1 ; trad. angl. dans Saxo (C), t. I, p. 6.
  • 67 Cf. GD, notamment préface, I, 1 et 6 ; 7, 1, 5 ; 7, X, 6 et 10 ; 10, XIV, 1, 4 et 6 ; 14, XXIV, 4  (...)
  • 68 Y. Coz, L’image de la Rome antique dans l’Angleterre anglo-saxonne (VIIe siècle – 1066), thèse de (...)
  • 69 Ibid., p. 527, 534, 540, 548. Cependant, le contexte historique de production des Gesta Danorum es (...)
  • 70 R. Folz, L’idée d’Empire en Occident du V au XIVe siècle, Paris, Aubier, 1953, p. 15.
  • 71 Exemple dans GD, 10, IX, 3 ; Saxo (FJZ) ; trad. angl. dans Saxo (C), t. I, p. 16. E. Christiansen (...)

23Au livre historique X, le roi danois Harald à la Dent Bleue (Blåtand), aidé du magnat suédois Styrbjørn, impose sur mer, au Xe siècle, la « suprématie des Danois », Danicum imperium66. Saxo fait référence à la notion d’empire, ici vraisemblablement, mais aussi dans de nombreux passages de l’œuvre67. Dans un autre contexte de l’Europe du Nord, Yann Coz a mis en relief le « rêve d’Empire » des rois anglo-saxons aux Xe-XIe siècles. Dans l’Historia Brittonum, notamment, la Grande-Bretagne est représentée comme « une terre romaine depuis l’origine68 ». Les rois anglo-saxons n’auraient cependant pas revendiqué de pouvoir « impérial », mais essentiellement royal69 ; ce qui semble être le cas des rois de Danemark aux XIIe-XIIIe siècles. Toutefois, comme l’a montré Robert Folz, « l’idée impériale n’est pas forcément liée à Rome, [...] elle pouvait ouvrir la perspective de l’accession à l’Empire d’un souverain non romain, en possession de l’hégémonie70 ». Mais Saxo a la particularité de s’inspirer fortement des auteurs romains. C’est vraisemblablement d’après ces modèles qu’il évoque souvent les contrées « barbares71 », c’est-à-dire « étrangères » à un espace Scandinave géographiquement et culturellement. Dès la préface des Gesta, les Scandinaves sont déjà distingués des nombreux Barbares :

  • 72 Saxo (T), p. 31 ; GD, préface, II, 10.

Du côté où le soleil se couche, la Suède a vue sur le Danemark et la Norvège, mais, là où il se lève, ainsi qu’au sud de son territoire, c’est l’océan qu'elle découvre en voisin, tandis qu’au-delà d’elle, à l’est, se profile le domaine des peuples barbares, aussi divers qu’infiniment nombreux72.

Conclusion

  • 73 La crainte que pouvait inspirer aux hommes leur départ en mer était réelle ; les sources médiévale (...)

24Les Gesta Danorum dépeignent bien un monde multiculturel où la fréquentation de la mer apparaît recherchée et appréciée par ces hommes du Nord. La mer conserve dans le récit les caractéristiques d’un « décor », comme celui d’un théâtre animé de nombreuses « représentations » ; la mer n’est pourtant pas un élément superficiel du discours. Si dans les Gesta Danorum elle ne paraît pas représenter directement des symboles liés à la crainte des hommes face à la nature ou à la mort73, la vision de la mer, omniprésente, y semble intériorisée et essentielle sur un plan culturel. Elle y a perdu, en quelque sorte, la valeur symbolique que d’autres textes, bibliques et hagiographiques, lui attribuent habituellement.

  • 74 Les livres « légendaires » n’introduisent pas réellement les livres « historiques », mais, à l’inv (...)
  • 75 Pour une définition des différentes acceptions du concept de patria chez Saxo, cf. Th. Rus, Les in (...)

25À la fin du XIIe siècle, l’essor du royaume danois a conditionné le discours de Saxo Grammaticus qui accentue un rapport particulier, voire privilégié, des Danois avec la mer Baltique. Depuis l’époque viking, les Scandinaves, déjà maîtres dans leurs terres, deviennent des seigneurs de la mer, et chacun des rois étend sur les eaux sa souveraineté. Les mers s’offraient à eux comme un espace immense à première vue, le prolongement idéal d’un royaume limité. Le « dépassement des limites » terrestres et la relative « délimitation » nouvelle de la mer s’inscrit dans la continuité historique que Saxo a donnée à l’ensemble de son œuvre74. Les prétentions des hommes pour le contrôle d’un espace, la mer Baltique, qui n’était au XIIe siècle encore qu’assez peu soumis au droit, imposent progressivement des conceptions analogues à celles attachées aux territoires. La « patrie » (patria) des Danois75, étendue alors du Jutland-du-Sud à la Scanie, en passant par l’île de Sjaelland, voit ses contours gagner sur la mer. Dans le discours des Gesta Danorum, la conquête définitive de file de Rügen (1168) représente un moment crucial, où les Danois conçoivent en Baltique une limitation plus précise de leur propre espace ainsi que de leur souveraineté, sur terre autant que sur mer. La conquête menée par la monarchie ne visait pas seulement les territoires des Slaves (XIIe siècle) ou des Estes (en Estonie païenne au début du XIIIe siècle), mais imposait une domination danoise sur la mer Baltique, mare nostrum à l’instar de Rome d’après les auteurs classiques sur lesquels Saxo fonda cette Histoire. Son discours exprime un certain élan « patriotique » qui semble donner à la Baltique la dimension d’une « mer patrie ». La mer, alors, confondue avec le « pays », s’y intègre. En son sein, la rencontre des peuples, aussi divers qu’ils étaient et même hostiles, impliqua le fait que, sur les eaux, une redéfinition de l’espace fut possible.

Notes

1 M. Elder, Le peuple de la mer, Paris, Maréchal, rééd. 1946, p. 201. L’ouvrage a fait l’objet d’une réédition en mars 2010 (éd. La Découvrance). L’auteur, de son vrai nom Marcel Tendron, fut critique d’art, conservateur du patrimoine, écrivain, et reçut le prix Concourt 1913 pour ce roman achevé en 1911. Il fait le récit croisé de la vie de plusieurs familles de pêcheurs de la côte atlantique au début du XXe siècle (Vendée, Bretagne, Charente-Maritime).

2 Is 40, v. 12 ; Si 1, v. 1-3. Dans la Bible, c’est en tant que Créateur que Dieu connaît la mesure des mers. Les citations latines de la Bible sont faites d’après Biblia Sacra Vulgatae Editionis Sixti V Pontificis Maximi jussu recognita et Clementis VIII auctoritate edita, Paris, Desclée Lefevbre, 1901, et les citations françaises d’après La Bible de Jérusalem, Paris, Desclée de Brouwer, 1975, dont nous adoptons les abréviations pour les livres bibliques.

3 Is 23, v. 4, 14 ; Ap 20, v. 7-8.

4 Ou, plus exactement, ce qui ressemble à une mer ayant la transparence du cristal : Ap 4. v. 6.

5 Ap 20, v. 13-14 (v. 11, une mer s’étend devant le trône blanc ; la mer s’oppose au ciel et à la terre, qui disparaissent tandis qu’elle rend les morts), Ap 21, v. 4.

6 Ap 21, v. 1-2.

7 P. Boglioni, « Les animaux dans l’hagiographie monastique », dans L’animal exemplaire au Moyen Age, Ve-XVe siècles, éd. par J. Berlioz et A.-M. Polo de Beaulieu, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999, p. 68-72.

8 P. Boglioni, art. cit., p. 60-61, 71. La mort du saint est datée de 1170. Finchale est situé en Angleterre.

9 Les Gesta Danorum (désormais GD) sont une oeuvre latine de seize livres d’inégale longueur qui retrace le passé mythique des Scandinaves (Danois, Norvégiens, Suédois) et la période historique du royaume danois jusqu’au règne de Knud VI inclusivement. L’oeuvre fut composée vers 1185/90-1208/16. Cf. Gesta Danorum, Danmarkshistorien, livres I-XVI, texte latin avec trad. danoise, commentaires et annexes, éd. par K. Friis-jensen et P. Zeeberg, Copenhague, Gads, 2005, 2 vol ; Danorum regum heroumque historia, livres X-XVI, fac-similé avec trad. angl. et commentaires, éd. par E. Christiansen, Oxford, BAR International Series, 1980 (t. I), 1981 (t. II et III) ; La Geste des Danois (Gesta Danorum), livres I-IX, trad. fr. par J.-R Troadec, Paris, Gallimard, 1995 ; Saxonis Gesta Danorum, éd. par J. Olrik et H. Raeder, Copenhague, Levin & Munksgaard, 1931, 1957, 2 vol. ; sous la direction d’Y. Boserup (1996), le texte latin de cette édition a été mis en ligne sur le site de la bibliothèque royale du Danemark : http://www2.kb.dk/elib/lit//dan/ saxo/lat/or.dsr/. Désormais Saxo (FJZ), Saxo (C), Saxo (T). Les noms de personnes dans les Gesta sont ici uniformisés en danois d’après Saxo (FJZ) ; les noms propres ont été modifiés et mis en italique dans les citations de Saxo (T).

10 GD, 6, IV, 10 (GD, livre, chapitre, section).

11 Les naufrages, nombreux dans les Gesta Danorum, ne sont pas vraiment causés par la mer elle-même, qui, avec les hommes, n’est que le jouet de la Fortune (fortuna) ou du Destin. Ce sont les embarcations des ennemis « étrangers », voire des Scandinaves non méritants, qui sont susceptibles de sombrer.

12 La Fortune (fortuna), ou le Destin, détermine l’histoire des Danois, que ce soit dans leur passé viking païen ou au temps de l’auteur, issu du royaume chrétien de Danemark. La capacité du Dieu des chrétiens à « incarner » la Fortune (ou le Destin) est l’une des adaptations de son discours. Le thème du Destin est un thème majeur dans la plupart des œuvres médiévales produites dans le nord de l’Europe : cf A. Papahagi, Destin et providence dans la littérature vieil-anglaise (VIIe-XIIe siècle), thèse de doctorat, Paris IV – Sorbonne, 2006.

13 Cf. le testament de l’archevêque de Lund, Absalon, daté avant le 21 mars 1201 ; diplôme n° 32, p. 55-63, dans Diplomatarium Danicum, éd. par N. Skyum-Nielsen, série 1, t. IV (1200-1210), Copenhague, Ejnar Munksgaard, 1958 ; mention de Saxoni clerico suo, p. 62.

14 Dans le dernier quart du XIIe siècle, Absalon cumulait sa charge d’archevêque (1178-1201) avec celle d’évêque de Roskilde (1158-1192). Il était l’un des plus puissants dignitaires de l’Église dans le Nord, avec l’archevêque de Norvège. Absalon était aussi proche conseiller du roi de Danemark (ValdemarIer le Grand puis son fils Knud VI) et homme d’armes. Comme son successeur au siège archiépiscopal de Lund, Anders Sunesφn (1201-1223), Absalon était issu du « groupe familial » des Hvide au Danemark. Au début du XIIIe siècle, « cette famille immensément riche était capable de mener sa propre armée pour intervenir en Suède [...] »: cf. M. H. Gelting, « Military Organization, Social Power and State Formation in Denmark, Eleventh-Thirteenth Century », dans Military Aspects of Scandinavian Society in a European Perspective, AD 1-1300, éd. par A. Nørgard Jørgensen et B. Clausen, Copenhague, Publications from the National Museum, t. II, 1997, p. 50.

15 Un schéma double (Past/Present) pour une approche méthodologique de l’histoire de la perception a été donné par Hans-Werner Goetz. La « perception » dans les sources écrites est la composante d’un processus dont le résultat est ce que l’on appelle la « représentation » dans le discours écrit. Le processus comporte la « conception » initiale du fait historique par l’auteur, ses « intentions » ainsi que les « traditions littéraires » ; on ne saurait réduire l’approche à une « perception » des faits ; cf H.-W. Goetz, « Constructing the Past. Religious Dimension and Historical Consciousness in Adam of Bremen’s Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum », dans The Making of Christian Myths in the Periphery of Latin Christendom (c. 1000-1300), éd. par L. B. Mortensen, Copenhague, Museum Tusculanum Press, 2006, p. 19.

16 D’après l’expression piraticae usus ; cf GD, 10, IX, 2. Dans ce passage, Saxo prétend que, sous le règne de SvenIer à la Barbe Fourchue, les Slaves ont repris 1’usus de la piratica aux Danois. Il s’agit d’une conception de la « piraterie » pouvant comporter un sens honorifique.

17 Ch. Deluz, « Pèlerins et voyageurs face à la mer (XIIe-XIVe siècles) », dans Horizons marins, itinéraires spirituels (Ve-XVIIIe siècles), t. II, éd. par H. Dubois, J.-C. Hocquet, A. Vauchez, Paris, Publications de la Sorbonne, 1987, p. 277-288.

18 La protection des navires et des équipages dépendait (symboliquement) du choix des « patrons mariniers », appelés aussi « porte-chance » ou « auguratifs ». Cf. G. et H. Bresc, « Les saints protecteurs de bateaux, 1200-1460 », Ethnologie française, IX/2, 1979, p. 162.

19 Saxo est influencé en particulier par les sagas islandaises et norvégiennes ; cf. sur ce point les importants commentaires d’E. Christiansen dans Saxo (C), passim.

20 Notamment la figure héroïque de Starkad (lat. Starcatherus) ouvre le chap. V (sections 1 et 16) du livre VI des Gesta Danorum. Il est alors l’unique rescapé d’un naufrage « grâce à sa robustesse ou grâce à la chance » et réapparaît subitement après sa traversée : « [...] Starkad fit son apparition, revenant de ses vagabondages sur les flots » (supervenit Starcatherus piratica iam regressus) ; cf. Saxo (T), p. 242, 248 et Saxo (FJZ).

21 Exemple dans GD, 5, III, 25 ; cf. Saxo (T), p. 193.

22 Exemple dans GD, 5, III, 35 ; cf. Saxo (T), p. 199.

23 Ou l’Orateur, dan. den Veltalende, lat. Ericus Disertus-, au livre V, héros légendaire norvégien, puis, au livre VI, roi légendaire en Suède.

24 Lat. Gotharus-, au livre V, roi légendaire norvégien.

25 Saxo (T), p. 176 ; GD, 5, II, 13. Le roi de Norvège projetait d’envahir le Danemark. Erik est d’autant plus valeureux, pour Saxo, qu’il ne met finalement pas à mal les Danois ; il sauve le roi Frode (5, III, 20) après l’avoir pourtant mis volontairement en péril, le raisonne dans sa détresse et s’attire sa sympathie par son éloquence hors du commun (5, III, 22). Il mérite même, toujours par son éloquence, son union (pourtant abusive) avec la danoise Gunver (lat. Gunwara) la Belle (dan. den Smukke), sœur du roi (5, III, 15), et mérite qu'elle lui accorde son amour. Erik va jusqu’à vaincre la cupidité – prétendue par Saxo – du roi de Norvège Gotar.

26 Lat. Frotho ; au livre V, roi légendaire danois.

27 Saxo (T), p. 181-182 ; GD, 5, III, 10.

28 Le héros est bien ici un Norvégien, mais les Danois ne sont pas pour autant humiliés dans le discours de Saxo car, finalement, le roi de Danemark Frode apparaît plus sage que celui de Norvège Gothar, cupide et sot, ne sachant pas récompenser le héros, Erik.

29 Lat. Otharus ; au livre VII, héros légendaire sjaellandais. Lat. Syritha, au livre VII, fille d’un roi légendaire de Sjaelland et aimée d’Othar. On peut rajouter l’exemple d’Alf et Alvild (respectivement roi légendaire de Sjaelland et princesse suédoise, 7, VI, 4).

30 Saxo (T), p. 292 ; GD, 7, IV, 5. Othar, fils d’Ebbe ; Sigrid, fille de Sigvald, lui-même roi légendaire de Sjaelland et fils du roi de Gotland (Suède), Ungvin.

31 Cf. l’étude approfondie de N. Lund sur le leding depuis l’époque viking jusqu’au XIVe siècle. Les lois provinciales du Danemark, fixées principalement à partir du XIIe siècle, représentent des sources majeures sur la question du leding. N. Lund, Lið leding og landevarn : hoer og samfund i Danmark i oeldre middelalder, Roskilde, Vikingeskibshallen, 1996, en particulier le résumé « Army and Society in Mediaeval Denmark », p. 291-301.

32 M. H. Gelting, « Military Organization... », art. cit., p. 51.

33 Seulement dans les dictionnaires J. F. Niermeyer, 2002 et C. D. Du Cange, t. V, 1845, on peut trouver une définition plus positive de pirata. Chez Niermeyer : en premier sens « matelot », « marin » et seulement en deuxième sens « brigand ». Chez. Du Cange : comme synonyme de miles maritimus et nauta ainsi qu’une définition donnée par Olaus Wormius au début du XVIIe siècle. Les définitions du glossaire plus récent ne donnent que des définitions négatives de pirata ou piratica : « pirata », « piraterium », « piratica », « piraticum », « piraticus », dans Novum Glossarium Mediae Latinitatis, tome PingualisPlaka, éd. par F. Dolbeau et alii, Genève, Droz, 2007, col. 271-278. Cependant Saxo Grammaticus, même cité dans ce tome, ne figure pas à ces entrées. Pirata est défini comme « qui pratique la piraterie en mer », « par ext., bandit », « envahisseur arrivant par la mer ». Piratica est définie par « piraterie, brigandage en mer ». À mon sens, la piratica chez Saxo semble être tantôt l’exercice de la soreveri (piraterie, brigandage maritime), tantôt l’expression de la positive samandsliv (vie de marin, carrière maritime), mais aussi celle de la sekrigsbrug (pratique de la guerre maritime) selon les contextes ; cf. trad. du danois dans A. Blinkenberg, M. Thiele, Dansk Fransk Ordbog, Copenhague, H. Hagerup, 1937. En raison d’une part négative de l’acception du terme par Saxo, on peut à mon sens traduire en français piratica de façon littérale par « piraterie », tout en sachant bien la polysémie de ce mot dans les Gesta. Enfin, précisons que chez Saxo pirata se « décline » également au féminin, principalement dans les livres légendaires.

34 Saxo (FJZ), dan. Kœmpe (sg.).

35 Saxo (FJZ), dan. Hevding, Vikingehevding (sg.).

36 H.-J Hube propose une lecture de passages concernant certains « Seekönige » dans les livres légendaires. Cf. H.-J. Hube, Saxo Grammaticus, Gesta Danorum. Mythen und Legenden, Wiesbaden, Marix, 2004, p. 84-92, 172-176, 490-493.

37 GD, préface de Saxo, II, 8 ; Saxo (T), p. 30-31, et Saxo (FJZ) : « Par-delà l’immensité d’une mer semi-intérieure » (ab aduersis... partibus interflua pelagi separauit immensitas). Autre citation sur l’immensité de la mer à proximité de la mer Blanche, ibid. section 9.

38 Saxo (T), p. 279 ; GD, 7, I, 1-2. L’autorité sur la mer semble comporter un certain prestige, supérieur à l’autorité sur les terres. Saxo insiste en tout cas sur le contrôle des mers.

39 Saxo (T), p. 327 ; GD, 7, XI, 12-13. Lat. Ringo, roi légendaire suédois. Le Scandinave Ole accéda au trône de Danemark, mérita la main d’Aesa (lat. Esa), princesse du Varmland au Danemark, menacée de viol par des « étrangers », et, enfin de retour au royaume de Norvège, il mérita, après avoir secouru son père, de régner sur l’océan.

40 A. Guénolé, « Piraticum bellum. Ein môglicher Kulturtransfer in den Gesta Danorum von Saxo Grammaticus », dans Mittelalterliche Eliten und Kulturtransfer östlich der Elbe. Interdisziplinäre Beiträge zu Archéologie und Geschichte im mittelalterlichen Ostmitteleuropa, éd. par A. Klammt et S. Rossignol, Göttingen, Göttinger Universitatsverlag, 2009, p. 127-128, 130.

41 Il convient de mentionner l’organisation par J. Rüdiger (Francfort/Main) d’un colloque (Visby, 2005) et d’un atelier (Schleswig, 2008) en collaboration avec le « Zentrum für Ostseestudien » de l’Université de Gotland, puis le « Archaologisches Landesmuseum Schloss Gottorf », portant chacun sur le thème de la « Mittelalterliche Thalassokratie » : http://www.geschichte.uni-frankfurt.de/ma/mitarbeiter/ruediger/Bilder/Ihalassokratie_-_Website.pdf. La conférence de J. Rüdiger, « Thalassocraties médiévales : pour une histoire politique des espaces maritimes », présentée lors du colloque « Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche » (Paris, 9 juin 2009 – 10 juin 2009). J. Rüdiger propose le concept (en français) de « maritoire » : http://geschichte-transnational.clio-online.net/tagungsberichte/id=2708. Je remercie M. T. Geelhaar (Francfort/Main) pour m’en avoir informée.

42 J. Rüdiger, « Barbarernes hav og fremskridtets baerere. Østersøen I Europahistorien : et debatoplaeg » (all. « Das Barbarenmeer und die Fortschrittsbringer. Die Ostsee in der Europageschichte: ein Debattenbeitrag »), 1066-Tidsskrift for Historie, no 36, 2006, p. 1, 8, 12.

43 J. Rüdiger, « Barbarernes hav... », art. cit. p. 10.

44 Traduction de l’auteur d’après Saxo (FJZ) ; GD, 13, V, 5 ; trad. angl. dans Saxo (C), 1.1, p. 120.

45 Il est admis par les historiens que l’île de Rügen fut conquise en 1168 (vraisemblablement au printemps), mais la conquête eut encore des conséquences directes en 1169, quand Rügen fut placée sous la juridiction du diocèse de Roskilde, et quand la monarchie danoise obtint du pape la canonisation de Knud Lavard, duc de Schleswig au début du XIIe siècle et père de Valdemar Ier. Cf. Saxo (C), t. III, n. 474, 531, p. 834-835, 848.

46 Nostri faisant référence aux Danois et à la notion de patria.

47 Saxo (C), t. III, n. 531, p. 848. E. Christiansen renvoie à l’étude de A. Ekbom, Ledung och tidig jordtaxering i Danmark, Stockholm, A.-B. Nordiska Bokhandeln, 1979 ; A. Ekbom estime que le royaume comptait alors 212 Vi cantons ou circonscriptions (dan. herreder) astreints à procurer chacun quatre équipages. Toutefois, E. Christiansen précise que, si l’on en croit une autre source que les Gesta, d’après la Knytlinga Saga (chap. 123), la levée de l’armée danoise fut réduite pour la conquête de Rügen à un seul équipage par circonscription.

48 La prise définitive de Rügen par le Danemark en 1168 survint après plusieurs expéditions déjà menées contre l'île dans la première moitié du XIIe siècle ; en particulier par le duc polonais Boleslas III Bouche-Torse (1122/23), par Henri d’Alt-Lübeck (1124-1127), ce même Henri et le duc Lothaire de Saxe (hiver 1125) devenu empereur germanique en août/septembre 1125 (expédition en 1128), et par le royaume de Danemark (1136). D’autres expéditions étaient aussi menées par les Allemands, les Polonais, et avec une participation des Danois, contre les Slaves du sud-ouest de la Baltique, notamment contre les Stodéraniens (1100/1101), contre les Lutices (all. Liutizen, 1121), en Poméranie (1128 alliance dano-polonaise) et chez les Abodrites (ou Obotrites, 1147 alliance entre Allemands, Polonais et Danois). Cf. H.-O., Gaethke, « Saxo und die Geschichte der Ranen auf Rügen in der 1. Hälfte des 12. Jahrhunderts », dans Saxo and the Baltic Region: A Symposium, éd. par T. Nyberg, Odense, University Press of Southern Denmark, 2004, p. 127-128, 131, 136.

49 Helmold De Bosau, Chronica Slavorum, 2, XII : trad. angl. par J. Tschan, New York, Columbia University Press, 1966 (1re éd. 1935), p. 274. On apprend que le duc Henri le Lion aurait exhorté des Slaves (Poméraniens, Abodrites) à aider le roi de Danemark à conquérir l’île de Rügen. Cf. aussi Saxo (C), t. III, n. 527, p. 847 ; E. Christiansen renvoie à une étude sur les rapports de Rügen avec le Danemark après la conquête (C. Hamann, Die Beziehungen Rügen zu Danemark vom 1168 bis 1325, Greifswald, 1933).

50 Avec néanmoins la mention du service militaire de Poméraniens, mais ceux-ci apparaissent comme cherchant à dérober le gouvernement de l’île ; GD, 14, XXXIX, 45. Soulignons que la conquête définitive de Rügen représentait pour le royaume danois une étape décisive dans sa tentative d’hégémonie sur les territoires du sud-ouest de l’espace baltique : cf. H.-O. Gaethke, « Saxo und die Geschichte der Ranen... », art. cit., p. 138.

51 Christoffer était un fils illégitime ; E. Christiansen a posé la question de savoir si le roi Valdemar Ier aurait placé ce fils « bâtard » à la conquête de Rügen jusqu’à son terme pour le tenir à l’écart de l’intronisation de son fils légitime, Knud VI, après la conquête (cf. précédemment en note de cet article). Christoffer mourut en 1173, alors qu’il venait d’atteindre l’âge adulte. Cf Saxo (C), t. III, n. 149, 540, p. 757, 850.

52 Traduction de l’auteur d’après Saxo (FJZ) ; GD, 14, XXXIX, 49 ; trad. angl. dans Saxo (C), t. II, p. 510 ; E. Christiansen propose la traduction « every quarter of our sea » (cunctos maris nostri secessus) qui peut évoquer la notion de séparation (secessus) et pourrait indiquer une notion, même relative, de délimitation.

53 L’idée est exprimée en danois moderne. Soterritorialgranse : frontière (ou limite) de la mer territoriale ; frontière maritime ; SΦterritorialret. droit de souveraineté [et de juridiction] sur la mer territoriale ; Seterritorium : mer territoriale, eaux territoriales, territoire maritime, zone de mer littorale, etc. ; Fiske paa fransk Seterritorium : pêcher dans les eaux françaises. Cf A. Blinkenberg, M. Thiele, Dansk-Fransk..., op. cit., p. 1412. L’expression courante de « mer territoriale » est équivalente au concept de « maritoire » proposé par J. Rüdiger.

54 Cf. K. Friedland, « Maritime Law and Piracy: Advantages and Inconveniences of Shipping in the Baltic », dans Ships, Guns and Bibles in the North Sea and the Baltic States, c. 1350-c. 1700, éd. par A. I. Macinnes, TH. Riis et F. Pedersen, East Linton, Tuckwell Press, 2000, p. 30-37. Cf. aussi K.-F. Krieger, « Die Anfänge des Seerechts im Nord-und Ostseeraum (von der Spätantike bis zum Beginn des 13. Jahrhunderts) », dans Untersuchungen zu Handel und Verkehr der vor-und frühgeschichtlichen Zeit in Mittel-und Nordeuropa, t. IV, éd. par K. Düwel, H. Jankuhn, H. Siems et D. Timpe, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1987, p. 246-265. E. Christiansen mentionne comme autre source les lois de Flensburg d’après lesquelles, dès le XIIe siècle, la monarchie danoise et l’Église auraient sanctionné la petite piraterie professionnelle (skiprover ou praedones maritimi) : cf. Saxo (C), t. III, n. 94, p. 737. E. Christiansen renvoie aussi aux lois provinciales du Danemark. Je renvoie sur ce point à N. Lund, « Wendenzüge, Kreuzzüge, Vasallen und Leding », dans Saxo and the Baltic Region..., éd. par T. Nyberg, op. cit., p. 161-172 ; cf aussi M. H. Gelting, « Military Organization... », art. cit., p. 49, notamment note 12, pour un bilan sur les ouvrages et les thèses avancées concernant les lois dans le Danemark médiéval, XIIe-XIIIe s.

55 K. Friedland, « Maritime Law », art. cit., p. 34-35.

56 Ibid., p. 32.

57 Ibid., p. 34.

58 Saxo a utilisé les oeuvres de nombreux auteurs romains classiques, principalement Quinte-Curce, Justin et Valère Maxime, avec une majorité des emprunts faits chez ce dernier : cf. le registre spécifique dans Saxo (FJZ), t. II, p. 627-638.

59 K. Friis-Jensen, « Saxo Grammaticus’s Portrait of Archbishop Absalon », dans Archbishop Absalon of Lund and his World, éd. par K. Friis-Jensen et I. Skovgaard-Petersen, Roskilde Museum, 2000, p. 164; K. Friis-Jensen, « Saxo Grammaticus’s Study of the Roman Historiographers and His Vision of History », dans Saxo Grammaticus tra storiografia e letteratura, éd. par C. Santini, Rome, Il Calamo, 1992, p. 61-81.

60 Cf. notamment J. Rüdiger, « Barbarernes hav... », art. cit., p. 7.

61 Th. Riis, Les institutions politiques centrales du Danemark 1100-1332, Presses universitaires d’Odense, 1977, p. 28-29.

62 E. Christiansen, « The Place of Fiction in Saxo’s Later Books », dans Saxo Grammaticus: A Medieval Author between Norse and Latin Culture (Danish Medieval History and Saxo Grammaticus. A symposium, t. II), éd. par K. Friis-Jensen, Copenhague, Museum Tusculanum Press, 1981, p. 27-37.

63 Saxo (T), p. 318-321 ; GD, 7, X, 5.

64 GD, 7, X, 9.

65 Saxo (T), p. 321 ; GD, 7, X, 10.

66 Saxo (FJ7.) ; GD, 10, II, 1 ; trad. angl. dans Saxo (C), t. I, p. 6.

67 Cf. GD, notamment préface, I, 1 et 6 ; 7, 1, 5 ; 7, X, 6 et 10 ; 10, XIV, 1, 4 et 6 ; 14, XXIV, 4 ; 14, XXV, 20 et 23 ; 14, XXXIX, 42.

68 Y. Coz, L’image de la Rome antique dans l’Angleterre anglo-saxonne (VIIe siècle – 1066), thèse de doctorat, Paris IV – Sorbonne, 2007, p. 505, 534.

69 Ibid., p. 527, 534, 540, 548. Cependant, le contexte historique de production des Gesta Danorum est assez différent ; le royaume de Danemark à cette époque était en rivalité avec l’empire Staufen, et la dynastie des Valdemar ne craignait pas d’afficher ses prétentions « impériales ». Toutefois, comme dans le cas des rois anglo-saxons, le pouvoir revendiqué demeure également un pouvoir royal (dans les Gesta ainsi que les diplômes) et les prétentions politiques sont celles d’une extension territoriale au sud et à l’est de la Baltique.

70 R. Folz, L’idée d’Empire en Occident du V au XIVe siècle, Paris, Aubier, 1953, p. 15.

71 Exemple dans GD, 10, IX, 3 ; Saxo (FJZ) ; trad. angl. dans Saxo (C), t. I, p. 16. E. Christiansen établit des rapprochements avec l’oeuvre de Sven Aggesøn ainsi qu’avec des variations norro-islandaises : cf. Saxo (C), t. I, p. 177, n. 58.

72 Saxo (T), p. 31 ; GD, préface, II, 10.

73 La crainte que pouvait inspirer aux hommes leur départ en mer était réelle ; les sources médiévales et de l’époque moderne l’attestent : cf. M. Mollat, « Les attitudes des gens de mer devant le danger et devant la mort », Ethnologie française, IX/2, 1979, p. 191-200.

74 Les livres « légendaires » n’introduisent pas réellement les livres « historiques », mais, à l’inverse, les prolongent puisqu’ils confirment par la tradition les événements de la période chrétienne du Danemark et l’actualité de l’auteur.

75 Pour une définition des différentes acceptions du concept de patria chez Saxo, cf. Th. Rus, Les institutions politiques centrales..., op. cit., p. 86-101 ; G. Dupont-Ferrier, « Le sens des mots “patria” et “patrie” en France au Moyen Âge et jusqu’au début du XVIIe siècle », Revue historique, no 188/1, 1940, p. 92, 95, 98, 100, 104.

Auteur

Université de Poitiers

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search