Version classiqueVersion mobile

De la mer du Nord à la mer Baltique. Identités, contacts et communications au Moyen Âge

 | 
Alban Gautier
, 
Sébastien Rossignol

Le commerce au long cours en Bohême au xe-xiie siècle

Bilan archéologique d’un problème et notes sur l’économie d’une principauté naissante

Filip Laval

Texte intégral

  • 1 M. Bláhová, J. Frolík et N. Profantová, Velké dějiny zemí Koruny české I., Prague et Litomyšl, Pase (...)

1Malgré tous les problèmes inhérents à notre discipline, la médiévistique tchèque dispose aujourd’hui de quelques synthèses récentes où je croyais trouver des informations suffisantes1 pour compiler un aperçu des opinions actuelles et de ce sur quoi elles s’appuient, de même que de l’évolution des recherches sur le commerce en Bohême médiévale. Selon les idées reçues, le commerce au long cours aurait notamment joué un rôle fondamental dans la formation de Prague qui, depuis le haut Moyen Âge et jusqu’à nos jours, a une fonction capitale dans le pays. C’est surtout en ce lieu que le commerce avec des régions lointaines aurait acheminé des marchandises luxueuses qui auraient contribué au maintien de l’autorité des élites. Or, comme d’habitude, les idées faciles ne se justifient pas dans notre discipline. Je m’efforcerai donc dans cet article de résumer le témoignage des sources archéologiques et celui des sources écrites : nous sommes bien obligés d’inclure dans cette considération les sources écrites et d’autres types de sources sans lesquelles l’archéologie, à vrai dire, ne nous donnerait qu’une image très partielle. En guise de conclusion, je tenterai, à la lumière des interprétations présentées, d’évaluer l’importance du commerce et des contacts au long cours pour le haut Moyen Âge dans les pays tchèques.

Sources écrites

  • 2 Inquisitio de theloneis Raffelstettensis, éd. par A. Boretius et V. Krause, dans Capitularia regum (...)
  • 3 Ibid., p. 252.
  • 4 L. Poláček, « Der mährische Handel », dans Europas Mitte um 1000. Handbuch zur Ausstellum, Band 1, (...)

2Le fait que les chemins commerciaux n’évitaient pas le territoire de la Bohême est documenté, pour le début de la période ici retenue, par les ordonnances douanières de Raffelstetten, promulguées en 904-906 sous le règne de Louis IV l’Enfant, roi des Francs orientaux2. Parmi plusieurs informations précieuses contenues dans ce document, on peut souligner qu’y est mentionné le « marché des Moraves » (mercatum Marahorum3) ainsi que des esclaves, qui auraient été une des marchandises présentes dans la région. La mention des Moraves rappelle l’existence de l’empire dit de « Grande Moravie », entité politique qui n’aurait pu exister sans contacts lointains, y compris commerciaux4. En ce qui concerne les esclaves, il s’agit là d’un des plus importants phénomènes qui sont au cœur des discussions sur le commerce du haut Moyen Âge en Bohême.

  • 5 J’utilise ici l’édition qui m’est le plus facilement accessible : Magnae Moraviae Fontes Historici (...)
  • 6 Il faut rappeler qu’on ne dispose que d’extraits du texte d’origine. Certains extraits se référent (...)

3Le plus riche des témoignages historiques se trouve dans la fameuse relation d’Ibrâhîm ibn Ya‘qûb al-Turtûshî5, un juif andalou qui a visité Prague dans les années soixante du Xe siècle. Selon l’interprétation la plus courante aujourd’hui, il aurait été un commerçant chargé par son maître, le calife de Cordoue, d’une mission non officielle lors de son voyage à travers l’Europe. Le présent article n’a pas pour but d’analyser à nouveau cette source qui a déjà fait l’objet d’innombrables études6 (Fig. 1).

  • 7 J. Štěpková, « Ibrahim b. Jakúb a směnné prostředky v Praze », Časopis Národního muzea, no 125, 195 (...)
  • 8 On traduit d’habitude l’expression d’Ibrâhîm mitkal al markatija par « le poids des marchands », ma (...)
  • 9 Pour l’historiographie française à propos de la relation de voyage d’Ibrâhîm, on peut se référer à (...)

4Néanmoins, on peut rappeler les informations principales qu’on y trouve, qui encadrent l’image que l’on se fait du commerce de la principauté naissante de Bohême. Prague (Fragha) est décrite comme une ville en pierre et en chaux. Le souverain de la ville, Bujislav (il s’agit du prince Boleslas Ier, 935-972), aurait régné sur Prague, la Bohême et Cracovie. Au marché de Prague, Ibrâhîm aurait remarqué des monnaies dont la provenance était très probablement locale. C’est ainsi qu’on explique le terme de kinschar ou kirat qu’Ibrâhîm utilise pour décrire les monnaies qu’il a vues à Prague7. Ibrâhîm aurait rencontré à Prague des Slaves et des Russes (venant) de Cracovie, qui auraient apporté des marchandises indéterminées. En ce qui concerne les Russes, il s’agit probablement de Varègues qui venaient de Kiev via Cracovie, et que les Arabes distinguaient des Slaves. Du pays des « Turcs » seraient arrivé à Prague des musulmans, des juifs et des Turcs, eux aussi avec des marchandises et, de plus, avec des « poids des marchands »8. Les divers traducteurs de la relation d’Ibrâhîm ne sont pas d’accord sur l’interprétation du mot « Turc » : il pourrait se référer aux Magyars ou aux Khazars. Ibrâhîm caractérise une des frontières du pays de Bujislav par son voisinage avec le pays des « Turcs ». Il s’agit ici sans doute des Magyars, mais plus loin, alors qu’Ibrâhîm décrit les peuples représentés à Prague, on lit que les musulmans « venus des pays des Turcs, les juifs et les Turcs [...] exportent depuis Prague des esclaves »9. La double présence des « Turcs » dans cette phrase a causé différentes traductions.

5Ibrâhîm nous fait connaître les prix sur le marché de Prague. Contre un kinschar, on aurait reçu une quantité d’orge suffisante pour un cavalier durant 40 nuitées ou une quantité de froment pour une personne pendant un mois. De même, pour un kinschar, on aurait obtenu dix poules. De plus grande valeur pour nous est l’information sur l’usage de morceaux de tissu (mouchoirs) qui, d’après Ibrâhîm, ne « servent à nulle chose pratique », en tant que moyen de paiement de plutôt petite valeur. Pour un kinschar, on aurait obtenu « en tout temps » dix toiles/mouchoirs. Ils auraient représenté « la propriété et la valeur de toutes choses » et on les aurait utilisés pour acheter « toutes sortes de marchandises, le froment, la farine, les chevaux, l’or, l’argent et toutes choses ».

  • 10 Legenda Christiani. Vita et passio sancti Venceslai et sancte Ludmilae ave eius, éd. par J. Ludviko (...)
  • 11 Vita et passio sancti Adalbertí, éd. par F. Palacký, dans Fontes rerum Bohemicarum I, Prague, Nákl. (...)

6Nous n’allons passer ici en revue que très rapidement les témoignages des légendes hagiographiques datant de la fin du Xe ou du début XIe siècles. Elles mettent en scène saint Venceslas envoyant ses serviteurs au marché de Prague pour acheter des garçons, afin d’obtenir un nombre satisfaisant de personnes présentes au baptême de Pâques10 ; elles évoquent le nombre toujours croissant des esclaves chrétiens achetés et emmenés de Prague par les marchands juifs comme l’une des trois raisons pour lesquelles saint Adalbert aurait quitté son siège archiépiscopal à Prague11.

  • 12 Cosmas Pragensis, Chronica Boemorum, éd. par B. Bretholz, Berlin, 1923 (MGH Scriptores rerum german (...)
  • 13 Prague a connu en 1096 le baptême violent et forcé de juifs lors de la croisade. Ces faits violents (...)
  • 14 Cosmas, Chronica..., op. cit., p. 232.
  • 15 L. Polanský, « Kníže a otrok. K ikonografii denáru knížete Vladislava I », Studia mediaevalia prage (...)

7La Chronica Bohemorum du chanoine Cosmas, écrite vers 1125, rapporte deux anecdotes remarquables. Le 22 juillet 1124, le prince Ladislas Ier faisait arrêter un certain Jacques Apella12, qui portait alors le titre inusité et nullement connu ailleurs de post ducem vicedominus. Ce juif Jacques, apostat chrétien13, fut accusé d’avoir détruit volontairement un autel chrétien installé dans la synagogue et d’avoir jeté des reliques sacrées dans ses latrines. Tout l’épisode donne la forte impression d’une machination préméditée : sans le vouloir, Cosmas indique la vraie raison de la chute de Jacques Apella en ajoutant que, hormis son origine juive, ce qui lui aurait valu la prison aurait été son énorme richesse, sa « fortune de fausseté » (Mammona inquitatis14). Cette interprétation est confirmée dans la suite de l’épisode : contrairement à toute attente, Jacques ne fut pas condamné à mort, mais ses confrères furent incités à payer une lourde rançon pour lui sauver la vie (et manifestement pour se sauver eux-mêmes). La somme de cette recette extraordinaire de la caisse princière aurait atteint 3 000 marcs d’argent et 100 marcs d’or. Comme le chroniqueur a rédigé son texte quelques années seulement après cette affaire, on a tendance à accorder crédibilité au montant mentionné. Le prince aurait aussitôt utilisé la rançon pour racheter des esclaves qui étaient en la possession de juifs et il aurait désormais interdit qu’un esclave chrétien puisse se trouver entre les mains d’un propriétaire juif. On a pu établir que le montant de la rançon collectée parmi les juifs pragois aurait correspondu au prix de mille esclaves masculins et mille esclaves féminines15. De plus, on observe dans cette richesse une partie des sommes et des biens qui circulaient au marché de Prague ou qui se trouvaient dans la possession des juifs. En plus de ces constatations, on peut noter que l’anecdote rapportée par Cosmas pour l’an 1124 indique la forte présence de juifs ainsi que la présence d’esclaves en grand nombre à Prague. Selon moi, cette histoire permet de supposer qu’il ne s’agissait pas d’esclaves qui auraient été seulement de passage, mais bien d’esclaves résidant sur place. En ce qui concerne leurs occupations, elles restent toutefois pour nous une énigme.

  • 16 Cosmas, Chronica..., op. cit., p. 151-153.
  • 17 Cosmas, Chronica..., op. cit., p. 152.
  • 18 Cet épisode a été analysé de nouveau dans un article de M. Ježek, « A Mass for the Slaves : ad font (...)

8Cosmas raconte un autre épisode important pour la recherche d’informations sur le commerce. En 1091, à la veille d’un affrontement entre le roi Vratislas (prince de Bohême de 1061 à 1085, puis roi de Bohême de 1085 à 1092) et son frère Conrad, duc de Brno, la femme de ce dernier, la duchesse Wirpirk, se serait rendue dans le camp du roi et l’aurait prié de renoncer à l’affrontement avec son mari16. Wirpirk se serait adressée à Vratislas en lui demandant pourquoi il voulait attaquer son mari, tuer ses soldats et détruire ses biens, alors que tout cela lui appartenait en tant que souverain du pays. Elle lui aurait conseillé (avec ironie ?) d’aller plutôt « à Prague et au pied de la forteresse de Vysehrad » où auraient habité « des juifs possédant beaucoup d’or et d’argent, là où demeurent de toutes nations les plus riches marchands (negotiatores ditissimi) »17 et elle aurait aussitôt proposé au roi une réponse sans équivoque : le roi n’irait pas détruire ses propres biens. À travers ces paroles de la duchesse Wirpirk, Cosmas nous a laissé une indication nette du fait que se trouvaient là « de toutes les nations les plus riches marchands » et, de plus, on peut en déduire que le prince de Bohême (ou au moins le souverain de Prague) était perçu comme étant le maître des juifs de Prague18.

  • 19 J. Štĕpková, « Agio stříbra v obchodních stycích islámského východ a zemí severovýchodní Evropy v 9 (...)

9Ainsi la condition la plus importante pour l’existence et le maintien de tous les types de commerce, la raison de la présence des marchands étrangers en Europe, y compris en Europe centrale, nous est indiquée par les sources arabes et réside dans la présence d’argent et de contacts commerciaux entre les pays musulmans et l’Est, le centre et le Nord de l’Europe19.

Témoignages archéologiques

  • 20 K. Tomková, « Bernstein in frühmittelalterlichen Böhmen », Památky archeologické, no 89, 1998, p. 6 (...)

10En ce qui concerne le début du Xe siècle, l’archéologie met en évidence une concentration des trouvailles d’ambre en Bohême, particulièrement dans les sites les plus importants20. Malheureusement, les datations ne sont pas suffisamment précises ; mais on peut prendre pour acquise, environ à cette époque, l’apparition de nouveaux réseaux de contacts commerciaux avec les pourtours de la mer Baltique.

  • 21 L. Košnar, « Raně středověké třmeny ze Zbečna a Kolína », Praehistorica, no 10, 1982, p. 53-74.

11L’orientation nordique est aussi indiquée par quelques trouvailles d’objets décoratifs ou faisant partie de l’équipement de cavaliers. Citons là un étrier provenant des environs d’une cour princière, découvert dans la réserve de chasse des Přemyslides, ou encore un bracelet trouvé à proximité de la localité de Novy Knin, dont le contexte historique suggère également un milieu en lien avec des élites21 (cf. fig. 1).

Fig. 1. Deux exemples des objets trouvés en Bohême dont les origines sont cherchés au nord de l'Europe.

  • 22 Legenda Christiani..., op. cit., p. 34.

12Ces objets, qu’on retrouve en grand nombre dans les collections des musées tchèques, pointent dans la même direction que les cartes de distribution de l’ambre : ils indiquent des liaisons nordiques. L’exemple des objets appartenant à l’équipement de cavaliers démontre qu’il s’agissait de membres des élites qui assuraient où profitaient de ces contacts lointains. On interprète comme un indice supplémentaire de liaisons nordiques (Scandinaves) ou avec l’Europe du Nord-Est des noms comme ceux de Tuna et Gommon, les deux guerriers qui auraient assassiné sainte Ludmila22.

  • 23 J. Havrda, J. Podliska et J. Čiháková, « Surovinové zdroje, výroba a zpracování železa v raně střed (...)

13Revenons sur les résultats des fouilles archéologiques à Prague, dont les fonctions centrales sont attestées, entre autres choses, par la visite d’Ibrâhîm ibn Ya‘qûb. Dès la fin du IXe ou le début du Xe siècle, on trouvait à Prague de nombreux ateliers métallurgiques23. Les données archéologiques (cf. fig. 2) permettent de constater l’existence de dizaines d’objets pyrotechnologiques qui s’y trouvaient parallèlement.

Fig. 2. Sites de travail des metaux à Prague en haut Moyen Âge. D’après J. Havrda-j. Podliska-j. Čiháková, art. cit. en note 23.

14Il s’agit à la fois du travail primaire du fer et de son traitement consécutif. La production concentrée au même endroit se poursuivit au cours du Xe et au XIe siècle pour ensuite disparaître durant la première moitié du XIIe siècle. Les archéologues pragois ne sont pas certains qu’il se soit agi d’une disparition totale : il pourrait plutôt s’agir du simple abandon de sites au cœur même de l’agglomération, au profit de localités qui n’avaient été jusque-là que périphériques. Il se peut que la réalité ait tenu des deux phénomènes. L’image qu’on peut se faire de Prague au haut Moyen Âge, qu’Ibrâhîm ibn Ya‘qûb estimait être « la meilleure ville des peuples du Nord, la mieux fournie en marchandise et la meilleure en ce qui concerne le commerce », est complétée par deux traits importants : la présence de nombreuses églises (cf. fig. 3) et de maisons romanes (cf. fig. 4).

Fig. 3. Les églises à Prague en haut Moyen Âge. 1 – actuelle Place de la Vielle ville, endroit présumé du marché de Prague en au Moyen Âge, cf. fig. 4, 2 – Château de Prague, la résidence des souverains Premyslides, 3 – Vysehrad, lieu fort de l’agglomeration pragoise, cf. note 16. D’après V. Huml – Z. Dragoun – R. Nový, « Der archäologische Beitrag zur Problematik der Entwicklung Prags in der Zeit vom 9. bis zur Mitte des 13. Jahrhunderts und die Erfassung der Ergebnisse der historisch – archäologischen Erforschung Prags », Zeitschriftfür Archàologie des Mittelalters, no 18/19, 1990-1991, p. 33-69.

Fig. 4. Les vestiges des maisons romanes autour de la place de la Vielle ville actuelle, dont sa position centrale en tant que lieu de marché remonte en haut Moyen Age. D’après J. Klápště, Proměna českých zemí ve středověku, Prague, Nakladatelství Lidové noviny, 2005.

  • 24 Z. Dragoun, J. Škabrada et M. Tryml, Románské domy v Praze – Romanesque bouses in Prague, Prague et (...)

15Nous avons pu documenter plus d’une soixantaine de ces maisons et le chiffre n’est peut-être pas encore définitif. Les analyses actuelles situent leurs débuts seulement dans la seconde moitié du XIIe siècle24. En ce qui concerne les églises romanes de Prague, leurs débuts se perdent dans l’obscurité, mais on peut exceptionnellement supposer une fondation remontant au XIe siècle. Les fondateurs, sauf exception, ne sont pas connus. Selon une interprétation courante, on pourrait considérer les maisons et les églises comme des ensembles formant les résidences de seigneurs qui auraient dépendu de la cour des princes de Bohême ; mais aucune relation spatiale incontestable n’a pu être démontrée. Nous en sommes donc réduits à répéter la phrase devenue classique selon laquelle ces maisons semblent « étrangères au territoire de Bohême » (et de Moravie). Cela nous rappelle que selon une autre interprétation, on pourrait y voir les demeures ou les entrepôts de marchands étrangers.

  • 25 L. Hrdlička, Týnský dvür a středověká Praha. Archeologický výzkum 1976-1986, Prague, Institute of A (...)

16N’oublions pas de noter la présence à Prague d’un autre monument lié au milieu marchand – la cour des marchands étrangers dite Ungelt, qui se trouvait derrière l’église principale de la Vielle Ville. Dans l’appellation allemande de cet objet résonne l’argent (Geld) ; en revanche le mot tchèque (tyn) fait allusion à un espace protégé ou enclos. Les fouilles archéologiques ont prouvé l’existence d’une fortification et d’un usage de cet espace allant bien en amont de l’époque de la première mention de l’Ungelt dans une source historique de 125125. Malheureusement, les fouilles dans des conditions extrêmement compliquées, menées pendant deux décennies, n’ont pas encore été publiées de manière exhaustive.

  • 26 Z. Petráň, První české mince, Prague, Set out, 1998.
  • 27 G. Skalský, « Český obchod 10. a 11. století ve světle nálezû mincí », Numismatický sborník, no 1, (...)

17Parmi les sources d’informations les plus importantes concernant notre sujet, on retrouve les résultats de la numismatique. Selon l’opinion prépondérante chez les spécialistes tchèques de cette discipline, les débuts de la frappe de monnaies originaires de Bohême serait à attribuer au règne du prince Boleslas Ier (935-967)26. À titre de preuve, on cite aussi la relation d’Ibrâhîm ibn Ya‘qûb et sa mention de l’usage à Prague des kinschars, derrière lesquels se cacheraient les deniers frappés par le souverain de Bohême. Si l’on accepte que l’information d’Ibrâhîm concernant l’usage de morceaux de tissu en tant qu’instruments de paiement est crédible, on est bien obligé de supposer qu’existait à Prague, vers le milieu du Xe siècle, un degré de monétisation de l’économie avancé. En ce qui concerne la première moitié du Xe siècle, nous avons affaire à différentes monnaies étrangères en provenance, notamment, de Ratisbonne. On ne peut pas exclure de nos considérations la possibilité que l’argent fragmenté (Hacksilber) ait fonctionné comme moyen de paiement, mais les trouvailles de tels trésors sont très rares sur le territoire tchèque. De même, nous sommes confrontés jusqu’au XIIIe siècle à l’absence de trouvailles de balances qu’auraient utilisées les marchands sur les territoires de Bohême et de Moravie. L’absence seule n’est pas un argument suffisant, mais on peut tout de même remarquer que, par exemple, le territoire de la Pologne est riche en ce type d’objets pour tout le haut Moyen Âge. Cette disproportion dans la représentation des trouvailles tchèques par rapport aux régions du Nord et du Nord-Est de l’Europe a déjà été observée depuis longtemps par les spécialistes27.

  • 28 J. Štěpková, « Ibrahim b. Jakúb... », art. cit.
  • 29 Mesco Ier, duc de Pologne (960-992). Ces principautés qui venaient de naître n’avaient pas encore l (...)
  • 30 D. Třeštík, « Veliké město... », art. cit., p. 62, utilise cet épisode en ce sense : Povest vremenn (...)

18Dans sa relation sur Prague, Ibrâhîm ibn Ya‘qûb donne quelques renseignements précieux. Prague aurait été inscrite dans un réseau du commerce international qui aurait fonctionné grâce aux monnaies étrangères et à l’argent pesé. Parmi les marchandises qu’on exportait de Prague, Ibrâhîm mentionne l’étain, les fourrures et les esclaves : on ne s’étonnera donc pas que l’archéologie n’apporte pas de preuves tangibles au sujet de ces marchandises. En plus du commerce international, Ibrâhîm évoque un marché local où auraient circulé des produits d’usage quotidien et, très probablement, une monnaie d’origine pragoise – un denier d’argent28. Puisque certaines des principautés précoces du Xe siècle pouvaient exister sans propre monnaie, comme on peut le voir avec l’exemple des « pays de Mesco29 », la question de l’intérêt de l’émission d’une monnaie indigène est incontournable. On parle en général de « prestige » ou, de manière assez vague, d’intérêts économiques. Le fondement des nouvelles principautés d’Europe centrale était surtout l’armée, bien organisée et équipée. L’organisateur, le chef de l’armée, c’est-à-dire le prince, finançait les armes, les chevaux et les soldats avec des métaux précieux. On en observe des indices dans le passage du récit d’Ibrâhîm concernant les soldes payées par Mesco à ses soldats ou, par exemple, dans l’histoire du prince russe Vladimir Ier, mise par écrit au XIIe siècle : celui-ci aurait cessé d’accepter les amendes payées par des bandits et aurait commencé à les exécuter. En conséquence, les conseillers de Vladimir se seraient plaints du manque de moyens permettant de procurer leur armement aux soldats30. Mais que devenaient ces soldes payées par les princes ?

  • 31 Ch. Warnke, « Zur Problematik des thesaurierten Geldes im frühen Mittelalter », Studien zur europäi (...)
  • 32 Z. Petráň, První české mince, Prague, Set out, 1998, p. 36.

19Dans les régions qu’on peut identifier comme les « pays de Mesco », les trésors de monnaies étrangères et/ou d’argent fragmenté sont fortement représentés pour le Xe siècle31. Pour les pays tchèques en revanche, la carte de distribution de ces trouvailles est pratiquement vide : aujourd’hui, on ne compte en Bohême que huit trésors datant du Xe siècle32. Cette différence entre les « pays de Mesco » et les « pays de Boleslas » ne serait-elle pas due à l’existence ou à l’absence d’une monnaie locale ? La tentative de dépasser des formulations générales postulant des acquis prestigieux ou économiques indéterminés apportés à son promoteur par la frappe d’une monnaie spécifique doit commencer par une mise à jour des circonstances et des suppositions sous-jacentes à cette problématique :

    • 33 M. Holub, « Několik poznámek ložiskového geologa ke sborníku „Těžba a zpracování drahých kovû: síde (...)

    Les gisements d’argent existant sur les territoires actuels de Bohême et de Moravie ne peuvent pas avoir été exploités avant le Xe siècle33.

  • La frappe de monnaie nécessite une importante accumulation de la matière première, l’argent.

    • 34 D. Třeštík, « Veliké město... », art. cit., p. 63.

    Il est possible et même probable que l’argent soit arrivé à Prague par la voie du commerce international, au Xe siècle surtout du commerce des esclaves34.

  • La monnaie indigène était frappée par le prince de Prague. C’était donc celui-ci qui avait accumulé les plus grandes richesses en profitant du commerce international.

  • La frappe de monnaie peut être interprétée comme une sorte de « signature » de l’argent qui, dans notre cas, appartenait aux princes de Prague.

  • Cette « signature » pouvait remplir sa vocation dans le cas où elle désignait des monnaies destinées à la circulation à l’intérieur du pays. Pour le commerce international, on disposait déjà de suffisamment de moyens d’échange.

  • L’intention d’imposer une monnaie frappée avec l’argent du prince pour la circulation intérieure suppose de pouvoir collecter des taxes, impôts, douanes, amendes, etc.

  • Une autre condition sous-jacente au fonctionnement d’un tel système repose sur sa clôture. Les fuites vers l’étranger de monnaies frappées par le prince signifiaient en réalité des pertes pour ce dernier. On observe grâce aux trouvailles de trésors en Europe du Nord-Est qu’une partie des monnaies attribuées aux princes de Prague quittait effectivement son pays d’origine. Certes, il ne s’agissait pas de quantités significatives. D’un autre côté, l’afflux d’argent qui était hors du contrôle du prince aurait pu provoquer de l’inflation. Les prix du marché, y compris ceux de l’armement et de l’équipement de l’armée, auraient augmenté en même temps que les demandes d’augmentation des soldes.

  • En conséquence, on doit supposer à Prague au Xe siècle l’existence de deux systèmes de commerce séparés, d’une part pour le commerce international sous contrôle du prince, qui apportait de l’argent à la caisse princière, d’autre part pour le marché local, auquel la monnaie des Přemyslides était destinée.

20Les émissions monétaires fréquentes pouvaient servir à contrer la thésaurisation qui, en fin de compte, avait pour conséquence des pertes d’argent princier.

  • 35 I. H. Garipzanov, « Coins as Symbols of Early Medieval “Staatlichkeit” », dans Der frühmittelalterl (...)

21Les réflexions présentées ci-dessus soulignent l’importance de l’initiation de la frappe de la monnaie en tant qu’élément permettant de stabiliser les revenus princiers, donc les revenus de la principauté. De même, la frappe de monnaie locale représentait une condition de base pour la mise en œuvre d’un véritable système fiscal. On peut trouver un exemple comparable dans la situation du sud du Jutland dans la première moitié du IXe siècle. À cette époque, les premières monnaies ont été frappées à Haithabu et à Ribe. On explique ce phénomène par l’expression symbolique de l’appartenance de ces sites à l’autorité du roi des Danois35 à l’époque de l’expansion franque. On pourrait se demander si le but d’une telle opération ne reposait pas dans la séparation ou même dans la création d’un système fiscal et d’échange intérieur sous le contrôle du roi des Danois.

  • 36 J. Žemlička, « Expanze, krize a obnova Čech v letech 955-1055. K systémovým proměnám ranych státü v (...)

22On peut considérer le fonctionnement régulier du prélèvement d’impôts comme un attribut très important d’une principauté centralisée. Si l’on accepte l’idée qu’au Xe siècle les « pays de Bujislav » existaient comme une principauté dotée des caractéristiques mentionnées dans cet article (existence d’une armée, nécessité d’un système fiscal), il serait difficile de s’imaginer que les impôts et les taxes aient été collectés autrement que sous la forme d’une monnaie locale, frappée par le prince. Ainsi, on observe une symbiose entre le grand commerce international et le marché local. Cette symbiose a obtenu une nouvelle qualité grâce au prince de la dynastie encore jeune des Přemyslides, qui a décidé d’investir l’argent provenant du commerce lointain en initiant la frappe d’une monnaie locale et son imposition pour la circulation intérieure. Le fonctionnement d’échanges s’appuyant sur la monnaie peut avoir contribué fortement à la survie de la principauté de Bohême lors de sa première grande crise, au début du XIe siècle36.

Notes

1 M. Bláhová, J. Frolík et N. Profantová, Velké dějiny zemí Koruny české I., Prague et Litomyšl, Paseka, 1999 ; P. Charvát, Zrod Českého státu 568-1055, Prague, Vyšehrad, 2007 ; J. Žemlička, Čechy v době knížeci (1034-1198), Prague, Nakladatelství Lidové noviny, 1997.

2 Inquisitio de theloneis Raffelstettensis, éd. par A. Boretius et V. Krause, dans Capitularia regum francorum, tom. II, Hanovre, 1897 (MGH Leges, Sectio II), p. 249-252, no 253.

3 Ibid., p. 252.

4 L. Poláček, « Der mährische Handel », dans Europas Mitte um 1000. Handbuch zur Ausstellum, Band 1, éd. par A. Wieczorek et H.-M. Hinz, Stuttgart, Theiss, 2000, p. 146-147.

5 J’utilise ici l’édition qui m’est le plus facilement accessible : Magnae Moraviae Fontes Historici III, éd. par I. Hrbek, Brno, 1969 (Opera Universitatis Purkynianae brunensis facultasphilosophica, 134), p. 410-420.

6 Il faut rappeler qu’on ne dispose que d’extraits du texte d’origine. Certains extraits se référent à leurs sources, mais plus souvent il n’y a pas d’indication. Voir le schéma de filiation du texte publié par D. Třeštĺk, « Veliké město Slovanü jménem Praha. Státy a otroci ve střední Evropě v 10. století », dans Přemyslovský stát kolem roku 1000, éd. par L. Polanský, J. Sláma et D. Třeštík, Prague, Nakladatelství Lidové noviny, 2000, p. 49-71, reproduit ici en fig. 1.

7 J. Štěpková, « Ibrahim b. Jakúb a směnné prostředky v Praze », Časopis Národního muzea, no 125, 1956, p. 17-23 ; Z. Petráň, « Jaké mince vlastně viděl na pražském třzišti Ibrahím ibn Jákúb ? Několik poznâmek k počátkù českého mincovnictví », dans Dějiny ve věku nejistot. Sborník k přiezitosti 70. narozenin Dušana Třeštíka, éd. par J. Klápštĕ, E. Plešková et J. Žemlička, Prague, Nakladatelství Lidové noviny, 2003, p. 209-219.

8 On traduit d’habitude l’expression d’Ibrâhîm mitkal al markatija par « le poids des marchands », mais selon certains chercheurs, Ibrâhîm aurait appelé ainsi la monnaie étrangère apportée et utilisée par des commerçants sur le marché de Prague : cf. D. Třeštík, « Veliké město... », art. cit., p. 49-71. Il s’agissait très probablement des dirhems arabes, la monnaie dominante du commerce international de l’époque : cette traduction nous obligerait à modifier l’interprétation classique du prélèvement des impôts dans le pays de Mesco.

9 Pour l’historiographie française à propos de la relation de voyage d’Ibrâhîm, on peut se référer à M. Canard, « Ibrāhīm ibn Ya‘qūb et sa relation de voyage en Europe », dans Études d’orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal, Paris, 1962, t. II, p. 503-508, et A. Miquel, « L’Europe occidentale dans la relation arabe d’Ibrâhîm b. Ya'qûb (Xe siècle) », Annales ESC, no 21, 1966, p. 1048-1064.

10 Legenda Christiani. Vita et passio sancti Venceslai et sancte Ludmilae ave eius, éd. par J. Ludvikovský, Prague, Vyšehrad, 1978, p. 66-68.

11 Vita et passio sancti Adalbertí, éd. par F. Palacký, dans Fontes rerum Bohemicarum I, Prague, Nákl. Musea Království Českého, 1873, p. 244.

12 Cosmas Pragensis, Chronica Boemorum, éd. par B. Bretholz, Berlin, 1923 (MGH Scriptores rerum germanicarum. Nova series, II), p. 231, 232.

13 Prague a connu en 1096 le baptême violent et forcé de juifs lors de la croisade. Ces faits violents ont été décrits par le même chroniqueur, Cosmas, qui a aussi noté que l’évêque Hermann se reprocha, à sa mort en 1022, de ne pas être arrivé à maintenir les juifs récemment baptisés dans la foi chrétienne et de les avoir laissés retomber dans le judaïsme.

14 Cosmas, Chronica..., op. cit., p. 232.

15 L. Polanský, « Kníže a otrok. K ikonografii denáru knížete Vladislava I », Studia mediaevalia pragensia, no 7, 2006, p. 106.

16 Cosmas, Chronica..., op. cit., p. 151-153.

17 Cosmas, Chronica..., op. cit., p. 152.

18 Cet épisode a été analysé de nouveau dans un article de M. Ježek, « A Mass for the Slaves : ad fontes Early Medieval Prague », dans Studien zur Archàologie Europas. Praktische Funktion, gesellschaftliche Bedeutung undsymholischer Sinn derfrühgeschichtlichen Zentralorte in Mitteleuropa, Bonn, Rudolf Habelt, sous presse. La présente contribution doit beaucoup aux approches nouvelles et aux conclusions de l’article de M. Ježek.

19 J. Štĕpková, « Agio stříbra v obchodních stycích islámského východ a zemí severovýchodní Evropy v 9.-11. stol. », dans Akta I. Międzynarodowego Kongresu Archeologii Stowiańskiej, no 3, 1968, p. 154-159.

20 K. Tomková, « Bernstein in frühmittelalterlichen Böhmen », Památky archeologické, no 89, 1998, p. 64-103.

21 L. Košnar, « Raně středověké třmeny ze Zbečna a Kolína », Praehistorica, no 10, 1982, p. 53-74.

22 Legenda Christiani..., op. cit., p. 34.

23 J. Havrda, J. Podliska et J. Čiháková, « Surovinové zdroje, výroba a zpracování železa v raně středověké Praze (historie, současný stav a další perspektivy bádání) – Sources of Raw Materials, the Production and Working of Iron in Early Medieval Prague (the History, Present State and Future Perspectives of Research) », Archeologické rozhledy, no 53, 2001, p. 93-118.

24 Z. Dragoun, J. Škabrada et M. Tryml, Románské domy v Praze – Romanesque bouses in Prague, Prague et Litomyšl, Paseka, 2002.

25 L. Hrdlička, Týnský dvür a středověká Praha. Archeologický výzkum 1976-1986, Prague, Institute of Archaeology of the Academy of Sciences of the Czech Republic, 2005.

26 Z. Petráň, První české mince, Prague, Set out, 1998.

27 G. Skalský, « Český obchod 10. a 11. století ve světle nálezû mincí », Numismatický sborník, no 1, 1953, p. 13-43.

28 J. Štěpková, « Ibrahim b. Jakúb... », art. cit.

29 Mesco Ier, duc de Pologne (960-992). Ces principautés qui venaient de naître n’avaient pas encore les appellations sous lesquelles on les désignerait plus tard : cf. D. Třeštík, « Veliké město... », art. cit., p. 57 ; Magnae Moraviae Fontes Historici III, éd. par I. Hrbek, Brno, 1969, p. 415.

30 D. Třeštík, « Veliké město... », art. cit., p. 62, utilise cet épisode en ce sense : Povest vremennych let, éd. par D. S. Lichacev, Moscou, 1950.

31 Ch. Warnke, « Zur Problematik des thesaurierten Geldes im frühen Mittelalter », Studien zur europäischen Vor-undFrühgeschichte, Neumünster, 1968, p. 302-310.

32 Z. Petráň, První české mince, Prague, Set out, 1998, p. 36.

33 M. Holub, « Několik poznámek ložiskového geologa ke sborníku „Těžba a zpracování drahých kovû: sídelní a archeologické aspekty“ », Archeologické rozhledy, no 57, 2005, p. 390-409.

34 D. Třeštík, « Veliké město... », art. cit., p. 63.

35 I. H. Garipzanov, « Coins as Symbols of Early Medieval “Staatlichkeit” », dans Der frühmittelalterliche Staat – europäische Perspektiven, éd. par W. Pohl et V. Wieser, Vienne, Osterreichische Akademie der Wissenschaften, 2009 (Forschungen zur Geschichte des Mittelalters, 16), p. 411-421.

36 J. Žemlička, « Expanze, krize a obnova Čech v letech 955-1055. K systémovým proměnám ranych státü ve střední Evropě », Český časopis historický, no 93, 1995, p. 205-222.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 1. Deux exemples des objets trouvés en Bohême dont les origines sont cherchés au nord de l'Europe.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2831/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 2. Sites de travail des metaux à Prague en haut Moyen Âge. D’après J. Havrda-j. Podliska-j. Čiháková, art. cit. en note 23.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2831/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 3. Les églises à Prague en haut Moyen Âge. 1 – actuelle Place de la Vielle ville, endroit présumé du marché de Prague en au Moyen Âge, cf. fig. 4, 2 – Château de Prague, la résidence des souverains Premyslides, 3 – Vysehrad, lieu fort de l’agglomeration pragoise, cf. note 16. D’après V. Huml – Z. Dragoun – R. Nový, « Der archäologische Beitrag zur Problematik der Entwicklung Prags in der Zeit vom 9. bis zur Mitte des 13. Jahrhunderts und die Erfassung der Ergebnisse der historisch – archäologischen Erforschung Prags », Zeitschriftfür Archàologie des Mittelalters, no 18/19, 1990-1991, p. 33-69.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2831/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 4. Les vestiges des maisons romanes autour de la place de la Vielle ville actuelle, dont sa position centrale en tant que lieu de marché remonte en haut Moyen Age. D’après J. Klápště, Proměna českých zemí ve středověku, Prague, Nakladatelství Lidové noviny, 2005.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2831/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 297k

Auteur

Université Charles, Prague

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search