Version classiqueVersion mobile

De la mer du Nord à la mer Baltique. Identités, contacts et communications au Moyen Âge

 | 
Alban Gautier
, 
Sébastien Rossignol

Les monnaies de saint Étienne de Hongrie dans l’espace baltique1

Adrien Quéret-Podesta

Texte intégral

  • 1 L’auteur tient à exprimer tout particulièrement sa gratitude à Mlle Manon Quéret-Podesta pour l’ex (...)
  • 2 Voir par exemple H. Mäkeler, « Wikingzeitlicher Geldumlauf im Ostseeraum. Neue Perspektiven », Qua (...)

1Parmi les différents exemples nationaux de débuts de production monétaire survenus en Europe centrale, orientale et septentrionale autour de l’an mille, le cas de la Hongrie est particulièrement remarquable en raison de l’importance et de la vitalité de sa production monétaire dès son commencement, qui survint vraisemblablement à l’extrême début du XIe siècle2. Dès le règne d’Étienne Ier, la diffusion de cette production dépasse largement les frontières du royaume des Arpads, et prend clairement le chemin du Nord. De nombreuses pièces de monnaies émises par le premier roi hongrois ont ainsi été retrouvées dans les territoires situés immédiatement au nord et au nord-ouest de la Hongrie, c’est-à-dire en Moravie et en Pologne, mais elles apparaissent également au sein des trésors monétaires découverts sur le pourtour de la mer Baltique.

2La présence des plus anciennes monnaies hongroises dans cette région du continent européen suscite bien évidemment plusieurs interrogations, en particulier concernant l’itinéraire suivi par ce flux monétaire : la première partie de la présente contribution visera donc à résumer rapidement nos connaissances sur ce phénomène. Il convient en outre de signaler qu’un certain nombre de monnaies découvertes dans les trouvailles monétaires provenant de l’espace baltique sont considérées par les chercheurs hongrois comme des imitations des monnaies d’Étienne, tandis que des numismates d’autres pays d’Europe affirment que la majorité de ces pièces auraient été réellement frappées par le premier roi de Hongrie. Le second volet de notre intervention constituera par conséquent une brève présentation des enjeux de cette épineuse question. Pour ce faire, nous nous intéresserons essentiellement au cas le plus controversé, à savoir celui du denier portant la légende – RESLAWA CIVITAS et retrouvé notamment dans plusieurs trésors monétaires de l’île de Gotland.

Du bassin des Carpates aux rivages de la mer Baltique et au-delà

  • 3 Voir par exemple I. Gedai, A magyarpénzverés kezdete (Le début du monnayage hongrois), Budapest, A (...)
  • 4 L. Húszar, « Der Umlauf... », art. cit., p. 183 Un tel constat souligne clairement le caractère in (...)
  • 5 Voir à ce sujet l’article de F. Laval dans le présent volume.

3Une analyse rapide de la répartition des trésors monétaires contenant des monnaies frappées par EtienneIer de Hongrie permet de constater l’existence de deux grands foyers de concentration, à savoir la Pologne et file de Gotland, et de plusieurs foyers secondaires, comme la haute vallée de l’Elbe, l’embouchure de l’Oder et l’île danoise de Bornholm3. A l’exception du cours supérieur de l’Elbe, ces foyers se situent tous sur un axe Sud-Nord débutant aux Carpates et s’achevant à Gotland ; l’existence de cet axe, jalonné de nombreuses trouvailles monétaires contenant – généralement en faible proportion – des monnaies frappées par EtienneIer de Hongrie indique clairement que celles-ci étaient pleinement intégrées au flux monétaire se dirigeant vers le Nord4. La répartition géographique des trésors contenant des monnaies frappées par le futur saint Étienne est d’ailleurs assez semblable à celles des monnaies tchèques de cette période5, ce qui démontre l’utilisation par ces deux flux monétaires des mêmes itinéraires commerciaux et confirme au passage l’importance de la Pologne des premiers Piasts dans ce processus de circulation. L’existence de ces différents éléments prouve donc que les trois principautés d’Europe centrale formées peu avant l’an mille faisaient indéniablement partie du système d’échanges commerciaux centré autour du bassin de la mer Baltique au haut Moyen Âge.

Illustration no 1 : Les trésors monétaires du Nord-est de l’Europe contenant des monnaies frappées par saint Étienne de Hongrie (Carte tirée de L. Húszar, Szent István penzei, Budapest, 1938, p. 25).

  • 6 S. Suchodolski, « Les routes fluviales et maritimes du commerce de la Baltique : le témoignage des (...)
  • 7 S. Suchodolski, « Les routes fluviales... », art. cit., p. 683.
  • 8 S. Suchodolski, « Les routes fluviales... », art. cit., p. 685.
  • 9 L. Húszar, « Der Umlauf... », art. cit., p. 183.
  • 10 Sur ce point, voir par exemple S. Suchodolski, « Les routes fluviales... », art. cit., p. 686 et H (...)
  • 11 L. Húszar, « Der Umlauf... », art. cit., p. 183-184.
  • 12 S. Suchodolski souligne ainsi l’existence de routes commerciales reliant cette île aux principaux (...)

4Les itinéraires généralement suivis par les plus anciennes monnaies hongroises dans cet espace apparaissent plus clairement suite à une analyse approfondie de la répartition géographique des trouvailles monétaires contenant des monnaies frappées par le premier roi de Hongrie. Ainsi, l’examen détaillé de la localisation de ces dernières sur le territoire de factuelle Pologne permet de distinguer trois zones particulièrement denses en trésors monétaires contenant des pièces hongroises, à savoir le cours de l’Oder, celui de la Vistule et la région de Grande Pologne. Cette répartition n’est d’ailleurs pas spécifique aux trouvailles contenant des monnaies émises par saint Étienne, mais correspond à la répartition générale des trésors monétaires dans ce pays. Le numismate polonais Stanislaw Suchodolski explique ainsi l’importante quantité de trouvailles en Grande Pologne par la présence de plusieurs lieux centraux notables dans cette région durant le règne des premiers souverains Piasts6 ; le numismate varsovien précise également que la forte densité de trésors monétaires retrouvés le long de la Vistule et de l’Oder est clairement due au rôle de voies de circulation de ces deux fleuves7. Suchodolski souligne en outre l’importance de l’embouchure de l’Oder, et notamment du site portuaire de Wolin, en tant que plaque tournante du commerce dans l’espace baltique8 ; la présence en cet endroit de plusieurs trésors monétaires contenant des monnaies frappées par saint Etienne indique que le terme de ce fleuve constituait également un point de transit important pour les plus anciennes monnaies hongroises. L’itinéraire emprunté par ces monnaies traverse alors la mer Baltique et l’analyse de la répartition des trouvailles monétaires démontre clairement que leur destination principale était l’île suédoise de Gotland9. Ce constat n’a toutefois rien de surprenant, puisque le rôle privilégié de cette île dans le commerce baltique médiéval transparaît aisément à l’étude des nombreuses trouvailles monétaires qui y furent réalisées10. L’importance de Gotland dans les échanges commerciaux au sein du bassin baltique est particulièrement visible en ce qui concerne la question de la circulation des monnaies frappées par Étienne Ier dans le Nord de cet espace : Lajos Huszár affirme en effet que les monnaies hongroises retrouvées dans les trésors finlandais auraient transité par ce lieu11. Enfin, le rôle de plaque tournante joué par Gotland dans le commerce baltique est probablement à l'origine de la présence de monnaies hongroises dans plusieurs trouvailles monétaires provenant des pays baltes12, de Carélie et du Nord de la Suède.

  • 13 L. Húszar, « DerUmlauf... », art. cit., p. 183-184.
  • 14 I. Gedai, A magyar..., op. cit., p. 88.
  • 15 I. Gedai, A magyar..., op. cit., p. 88. Cette monnaie provient du trésor monétaire de Sandur, sur (...)
  • 16 Voir S. Suchodolski, « Les routes fluviales... », art. cit., p. 686 et H. Mäkeler, « Wikingzeitlic (...)

5L’origine des monnaies frappées par le premier roi de Hongrie présentes au sein des trésors découverts dans le reste de la Scandinavie s’avère en revanche plus difficile à déterminer13. Ainsi, il est possible que les monnaies retrouvées en Scandinavie méridionale (Danemark et sud de factuelle Suède) proviennent de l’embouchure de l’Oder (avec peut-être dans certains cas une étape supplémentaire dans l’île danoise de Bornholm), mais un tel itinéraire demeure hypothétique. La question de l’origine des monnaies d’Etienne retrouvées dans la partie occidentale de la Scandinavie se révèle encore plus épineuse, en raison du faible nombre de trésors contenant des monnaies hongroises dans cette région. En effet, seules trois trouvailles monétaires provenant de cet espace contiennent des pièces frappées par le futur saint Étienne. Parmi ces trois trésors, qui ne contiennent tous qu’une seule monnaie d’origine hongroise, deux proviennent de Norvège14, tandis que le dernier a été découvert aux îles Féroé15. Si la présence de monnaies hongroises dans cette région résulte évidemment de l’existence de liens commerciaux entre cette zone et le reste de la Scandinavie16, il s’avère en revanche très difficile de proposer un essai de reconstruction de l’itinéraire précis suivi par ces monnaies.

La question de l’authenticité des monnaies de saint Étienne retrouvées dans l’espace baltique : l’exemple du denier Preslawa civitas

  • 17 L. Húszar, Münzkatalog Ungarn von 1000 bis heute, Budapest, Corvina Kiadó, 1979, p. 31, monnaie n° (...)
  • 18 L. Húszar, Münzkatalog Ungarn..., op. cit., p. 31, monnaie n° 2. Les spécialistes non magyars cons (...)
  • 19 Voir par exemple L. Húszar, Münzkatalog Ungarn..., op. cit., p. 32, monnaies n° 4 et 5, ainsi que (...)

6L’analyse des différents types de monnaies émis par ÉtienneIer de Hongrie et découverts dans les trouvailles monétaires démontre clairement que l’immense majorité de ces monnaies appartenait au type dit Huszar 1 (ci-dessous abrégé en H117), tandis que les autres types monétaires n’apparaissent que beaucoup plus rarement. Parmi ceux-ci, il convient de citer le denier de type Huszar 2, plus connu sous le nom de denier Lancea regis18 ainsi que les différentes monnaies présentant une légende et une iconographie semblables à celle de H1 ; toutefois, en raison de légères imperfections épigraphiques et d’un poids différent de celui de H1, ces monnaies sont généralement considérées comme des imitations par les chercheurs hongrois19.

Illustration no 2 : Le denier de type H 1 (illustration tirée du site www.numismatics.hu). Légende de l’avers : STEPHANUS REX ; légende du revers : REGIA CIVITAS.

  • 20 Sur la question de la genèse des imitations monétaires, voir également M. Bompaire et F. Daumas, H (...)
  • 21 Voir L. Húszar, « Der Umlauf ungarischer Münzen... », art. cit., p. 185-186 et I. Gedai, « The Eco (...)
  • 22 I. Gedai, « The Economic and Political Background... », art. cit., p. 51.
  • 23 L. Húszar, Münzkatalog Ungarn... op. cit., p. 32, monnaie n° 3, L. Kovács, « Das Münzwesen... », a (...)
  • 24 Lire notamment G. Probszt, Osterreichische Münz-und Geldgeschichte, [1973], 3e éd., Vienne et Colo (...)
  • 25 Voir par exemple G. Probszt, Österreichische..., op. cit., p. 333.
  • 26 L. Húszar, Münzkdtdlog Ungarn..., op. cit., p. 32, monnaie no 3.

7Selon les numismates de ce pays, l’existence de ces imitations constituerait une preuve indéniable de la popularité des monnaies hongroises20, en particulier en Europe du Nord21, et le spécialiste hongrois Istvan Gedai estime que cette popularité aurait été avant tout due à leur grande qualité de fabrication22. Néanmoins, la question des imitations étrangères des monnaies frappées par le premier roi de Hongrie demeure un phénomène difficile à évaluer en raison des oppositions entre chercheurs et il convient en effet de souligner que plusieurs types monétaires considérés par les numismates hongrois comme des imitations sont classés comme authentiques par leurs homologues non magyars. Parmi les différents types de monnaies controversés, le cas le plus épineux est indiscutablement celui du denier dit Preslavva civitas, dont l’authenticité est généralement rejetée par les chercheurs hongrois, qui classent cette monnaie comme imitation en raison d’inexactitudes épigraphiques et de sa faible diffusion23, mais est reconnue par l’ensemble des numismates étrangers24. Afin de mieux comprendre les raisons d’une telle opposition, il nous paraît opportun de décrire rapidement cette monnaie et son origine. Connu uniquement par un petit nombre d’exemplaires provenant essentiellement de l’île de Gotland25, ce denier doit son nom à l’inscription partiellement effacée (il ne reste que la séquence – RESLAVVA CIV –) figurant sur son revers26.

Illustration no 3 : Revers du denier Preslavva civitas (dessin Manon Quéret-Podesta, d’après L. Húszar, Münzkatadlog Ungarn von 1000 bis heute, Munich, 1979, p. 32, monnaie no 3).

  • 27 Sur cette question, voir notamment I. Gedai, « The Economic and Political Background... », art. ci (...)
  • 28 L. Húszar, Münzkatalog Ungarn..., op. cit., p. 32, monnaie no 3.
  • 29 L. Húszar, Münzkatalog Ungarn..., op. cit., p. 32, monnaie no 3.

8Cette légende, qui désigne de toute évidence la localité dans laquelle cette monnaie fut frappée, entoure une représentation stylisée d’église rappelant celle figurant notamment sur les monnaies carolingiennes, bavaroises, tchèques et polonaises – elle diffère en revanche assez sensiblement de celle ornant le denier Lancea regis27 –, tandis que l’avers représente une croix et quatre petites sphères28. La légende de l’avers est elle aussi partiellement effacée et certaines lettres sont gravées à l’envers, mais le fragment restant – +PHAИVS (lettre gravée à l’envers) REX29 – démontre clairement que le texte original de cette inscription était composé des mots Stephanus (Étienne) et rex (roi).

Illustration no 4 : Avers du denier Preslawa civitas (dessin Manon Quéret-Podesta, d’après L. Húszar, Münzkatalog Ungarn von 1000 bis heute, Munich, 1979, p. 32, monnaie no 3).

  • 30 Voir notamment G. Probszt, Osterreichische..., op. cit., p. 333 et S. Suchodolski, « O sposobach i (...)
  • 31 Annales Altbaenses Majores, s.a. 1052, éd. par W. von Giesebrecht et E. Oefele, Hanovre, 1868 (MGH (...)
  • 32 Voir par exemple sur ce point Mil ans d’histoire hongroise. Histoire de la Hongrie de la Conquête (...)

9Cette légende constitue donc clairement une référence à Étienne de Hongrie, puisqu’il n’existe aucun autre monarque européen de ce nom au début du XIe siècle. Si l’identification du rex Stephanus mentionné par l’avers de notre denier avec le premier roi hongrois ne soulève que peu d’objections chez les chercheurs, il n’en va pas de même pour le toponyme présent sur le revers. Ainsi, les chercheurs non magyars considèrent unanimement qu’il faut lire Preslawa et que ce terme se réfère indubitablement à l’actuelle ville slovaque de Bratislava30. En effet, si elle est connue en hongrois sous le nom de Pozsony et dans les sources latines de ce pays sous la forme Poson, cette localité figure notamment dans les Annales majeures de Niederaltaich sous l’appellation Preslawaspurch31. Ce nom est de toute évidence issu d’une altération du toponyme Brezlavaspurch, c’est-à-dire « bourg de Brezlav », du nom du dignitaire slave commandant la région avant l’arrivée des Hongrois dans le bassin des Carpates32.

  • 33 I. Gedai, A magyar..., op. cit., p. 96.
  • 34 L. Kovács, « Das Münzwesen », art. cit., p. 198.
  • 35 L. Kovács, « Das Münzwesen... », art. cit, p. 197. Selon Stanislaw Suchodolski, le principal ateli (...)
  • 36 Voir par exemple L. Kovács, « Das Münzwesen... », art. cit, p. 197.
  • 37 S. Suchodolski, « O sposobach interpretacji... », art. cit., p. 132-134.

10Les spécialistes hongrois contestent cependant l’identification de la Preslavva civitas de notre denier avec Bratislava et considèrent cette théorie comme une possibilité d’explication parmi d’autres : István Gedai affirme ainsi que l’inscription du revers serait sans doute une imitation corrompue de la légende Regia civitas figurant sur les autres monnaies d’Etienne33, tandis que Laszlo Kovács indique que le terme de Preslavva pourrait désigner, en sus de Bratislava, les agglomérations de Brečlav en Moravie ou encore de Preslav en Bulgarie34, ce qui est plausible du point de vue linguistique mais peu compatible avec les données et le contexte historiques de l’époque. Cette nette réticence des chercheurs hongrois à accepter l’authenticité de cette monnaie et à associer la légende figurant sur son revers à la localité de Bratislava – qui faisait alors partie du royaume de Hongrie – nous semble devoir être mise en rapport avec le fait que la reconnaissance de l’origine hongroise de cette monnaie bouleverserait considérablement la vision traditionnelle des débuts du monnayage hongrois par la recherche numismatique de ce pays. En effet, les chercheurs hongrois considèrent habituellement que la frappe monétaire y fut extrêmement centralisée dès ses débuts : les spécialistes affirment ainsi que durant les premiers siècles de son existence, le royaume n’aurait disposé que d’un seul atelier monétaire situé soit à Esztergom, soit à Székesfehérvár35. L’acceptation de l’authenticité du denier dit Preslavva civitas remettrait donc en cause cette théorie et pourrait également rouvrir la discussion sur la chronologie du monnayage d’Étienne de Hongrie, en particulier sur la question de l’identité de la première monnaie frappée par ce souverain. Si les spécialistes hongrois s’accordent généralement à conférer ce titre au denier dit Lancea regis, dont la frappe a vraisemblablement débuté vers 1000/100136, le numismate polonais Stanislaw Suchodolski a en effet émis l’hypothèse que le denier Preslavva civitas pourrait lui être légèrement antérieur et qu’il s’agirait donc de la plus ancienne monnaie hongroise jamais émise37. Cependant, une telle supposition demeure extrêmement difficile à vérifier à l’heure actuelle.

Conclusion

  • 38 Voir S. Suchodolski, « Les routes fluviales... », art. cit., p. 688.
  • 39 Cf. à ce sujet l’article de F. Laval dans le présent volume.

11L’examen des monnaies émises par le roi Étienne Ier de Hongrie et retrouvées dans les trésors monétaires Scandinaves s’avère riche d’enseignements dans plusieurs domaines. L’étude de la circulation des plus anciennes monnaies hongroises dans l’espace baltique vient ainsi confirmer ce que nous savons de l’organisation du flux monétaire dans cette zone. L’analyse des trésors contenant des monnaies émises par Étienne Ier de Hongrie constitue ainsi une preuve supplémentaire du rôle de plaque tournante joué par l’île de Gotland et certains ports situés sur le rivage méridional de la mer Baltique, comme par exemple Wolin, dans l’organisation du commerce au sein de cet espace durant le haut Moyen Âge. L’analyse de la répartition de ces trésors permet en outre de souligner une nouvelle fois la primauté du transport maritime et fluvial sur les voies de communications terrestres dans l’Europe du Nord-Est à cette période38. Les trésors monétaires découverts dans l’actuel territoire suédois nous fournissent également de précieuses informations dans le cadre de la recherche concernant les débuts du monnayage en Hongrie, et en particulier sur les types monétaires émis. L’exemple de la polémique entourant le denier dit Preslavva civitas démontre cependant l’existence de grandes divergences d’opinion sur ce point entre les chercheurs hongrois et leurs homologues originaires d’autres pays. En dépit de cette opposition, l’analyse des trésors monétaires retrouvés en Scandinavie constitue indéniablement un outil précieux pour l’étude d’une des phases clés de l’histoire économique hongroise et s’avère également d’un grand intérêt dans la recherche sur l’épineuse question des débuts de l’économie monétaire en Europe centrale39.

Notes

1 L’auteur tient à exprimer tout particulièrement sa gratitude à Mlle Manon Quéret-Podesta pour l’exécution des deux dessins du denier Preslavva Civitas figurant dans le présent article, à M. Baptiste Quéret-Podesta pour son aide précieuse dans le traitement des illustrations ainsi qu’à M. Attila Györkös, docteur en histoire médiévale à l’Université de Debrecen, pour nous avoir facilité l’accès à plusieurs ouvrages spécialisés rédigés par des chercheurs hongrois.

2 Voir par exemple H. Mäkeler, « Wikingzeitlicher Geldumlauf im Ostseeraum. Neue Perspektiven », Quaestiones Medii Aevi Novae, no 10, 2005, p. 136.

3 Voir par exemple I. Gedai, A magyarpénzverés kezdete (Le début du monnayage hongrois), Budapest, Akad. K., 1986, p. 71-89 et L. Húszar, Szent István penzei (Les monnaies de saint Etienne), Budapest, 1938, p. 22-27 (carte p. 25). Le lecteur germanophone pourra se reporter à l’article de L. Húszar, « Der Umlauf ungarischer Münzen des 11. Jahrhunderts in Nordeuropa », Acta archaelogica academiae scientiarum Hungariae, 19, 1967, no 1-2, p. 175-200 (carte p. 178). Il convient toutefois de signaler que cette dernière étude ne concerne pas uniquement les monnaies de saint Etienne, mais traite, ainsi que son titre l’indique, de l’ensemble des monnaies hongroises émises au XIe siècle.

4 L. Húszar, « Der Umlauf... », art. cit., p. 183 Un tel constat souligne clairement le caractère indirect de la transmission des plus anciennes monnaies hongroises vers la Scandinavie et démontre que l’hypothèse émise par certains chercheurs hongrois concernant l’existence de liens commerciaux privilégiés entre ces deux régions au haut Moyen Âge (voir par exemple I. Gedai, « The Economic and Political Background of St. Stephens Coinage », dans The First Millenium of Hungary in Europe, éd. par Klara Papp et János Barta, Debrecen, Dup, 2002, p. 51) ne fonctionne pas pour le XIe siècle (c’est également l’avis de L. Húszar, « Der Umlauf... », art. cit., p. 183).

5 Voir à ce sujet l’article de F. Laval dans le présent volume.

6 S. Suchodolski, « Les routes fluviales et maritimes du commerce de la Baltique : le témoignage des trouvailles monétaires (IXe-XIe siècles) », dans L’acqua nei secoli altomedievali, Spolète, 2008 (Settimane di studio del CISAM, n° 55), p. 685. L’apparition des pièces hongroises dans les trésors monétaires polonais semble par ailleurs suggérer que les pièces frappées par saint Etienne auraient peut-être eu pour fonction de contribuer à pallier en partie la modestie de l’émission monétaire des premiers Piasts et son interruption pour plusieurs décennies à partir de 1020 ; à propos des débuts du monnayage polonais, voir par exemple S. Suchodolski, « Najdawniejsze monety polskie jako zrôdlo dajqce poznac historii pierwszej monarchii » (Les plus anciennes monnaies polonaises en tant que source auxiliaire à la connaissance de l’histoire de la première monarchie), dans Aetas media aetas moderna. Studia ofiarowane profesorowi Henrykowi Samsonowiczowi w siedemdziesiqtq rocznicç urodzin (Études offertes au professeur Henryk Samsonowicz pour son soixantedixième anniversaire), Varsovie, Instytut Historyczny Uniwersytetu Warszawskiego, 2000, p. 307.

7 S. Suchodolski, « Les routes fluviales... », art. cit., p. 683.

8 S. Suchodolski, « Les routes fluviales... », art. cit., p. 685.

9 L. Húszar, « Der Umlauf... », art. cit., p. 183.

10 Sur ce point, voir par exemple S. Suchodolski, « Les routes fluviales... », art. cit., p. 686 et H. Mäkeler, « Wikingzeitlicher Geldumlauf... », art. cit., p. 124 (tableau), 141-143, 149 (carte). L’importance du rôle économique de Gotland était également bien connue des cartographes du bas Moyen Âge et de l’époque moderne : voir à ce sujet l’article de W. Iwańczak dans le présent volume.

11 L. Húszar, « Der Umlauf... », art. cit., p. 183-184.

12 S. Suchodolski souligne ainsi l’existence de routes commerciales reliant cette île aux principaux fleuves baltes. Voir S. Suchodolski, « Les routes fluviales... », art. cit., p. 686.

13 L. Húszar, « DerUmlauf... », art. cit., p. 183-184.

14 I. Gedai, A magyar..., op. cit., p. 88.

15 I. Gedai, A magyar..., op. cit., p. 88. Cette monnaie provient du trésor monétaire de Sandur, sur l’île de Sandoy.

16 Voir S. Suchodolski, « Les routes fluviales... », art. cit., p. 686 et H. Mäkeler, « Wikingzeitlicher Geldumlauf... », art. cit., p. 149 (carte).

17 L. Húszar, Münzkatalog Ungarn von 1000 bis heute, Budapest, Corvina Kiadó, 1979, p. 31, monnaie n° 1. Ce type monétaire est également parfois désigné sous le terme de Corpus Nummorum Hungarie (CNH) I. 1.

18 L. Húszar, Münzkatalog Ungarn..., op. cit., p. 31, monnaie n° 2. Les spécialistes non magyars considèrent qu’il existe deux types authentiques de cette monnaie, tandis que leurs homologues hongrois considèrent le second type comme une imitation. Voir à ce sujet S. Suchodolski, « Włócznia świçtego Stefana » (La lance de saint Etienne), Kwartalnik historyczny, CXII, 2005, no 3, p. 98, note 28.

19 Voir par exemple L. Húszar, Münzkatalog Ungarn..., op. cit., p. 32, monnaies n° 4 et 5, ainsi que L. Kovács, « Das Münzwesen und andere Formen der Währung in Ungarns », dans Europas Mitte um 1000, éd. par A. Wieczorek et H.-M. Hinz, Stuttgart, Theiss, 2000, t. 1, p. 198.

20 Sur la question de la genèse des imitations monétaires, voir également M. Bompaire et F. Daumas, Humismatique médiévale, Turnhout, Brepols, 2000 (L’Atelier du médiéviste, no 7), p. 543.

21 Voir L. Húszar, « Der Umlauf ungarischer Münzen... », art. cit., p. 185-186 et I. Gedai, « The Economic and Political Background... », art. cit., p. 51.

22 I. Gedai, « The Economic and Political Background... », art. cit., p. 51.

23 L. Húszar, Münzkatalog Ungarn... op. cit., p. 32, monnaie n° 3, L. Kovács, « Das Münzwesen... », art. cit., p. 198 et I. Gedai, A magyar..., op. cit., p. 30-33 et 94-96.

24 Lire notamment G. Probszt, Osterreichische Münz-und Geldgeschichte, [1973], 3e éd., Vienne et Cologne, Böhlau, 1994, t. 1, p. 333; S. Suchodolski, « O sposobach interpretacji źródel numizmatycznych. Poglqdy na powstanie mennictwa w Polsce, w Czechach i na Wçgrzech » (Des différentes manières d’interpréter les sources numismatiques. Les opinions sur la naissance du monnayage en Pologne, en Bohème et en Hongrie), dans Ad fontes. O naturze źródla historycznego (Sur la nature de la source historique), éd. par S. Rosik et P. Wiszewski, Wroclaw, Wydawnictwo Uniwersytetu Wroclawskiego, 2004, p. 132-134.

25 Voir par exemple G. Probszt, Österreichische..., op. cit., p. 333.

26 L. Húszar, Münzkdtdlog Ungarn..., op. cit., p. 32, monnaie no 3.

27 Sur cette question, voir notamment I. Gedai, « The Economic and Political Background... », art. cit., p. 51-52.

28 L. Húszar, Münzkatalog Ungarn..., op. cit., p. 32, monnaie no 3.

29 L. Húszar, Münzkatalog Ungarn..., op. cit., p. 32, monnaie no 3.

30 Voir notamment G. Probszt, Osterreichische..., op. cit., p. 333 et S. Suchodolski, « O sposobach interpretacji... », art. cit., p. 132-134. Signalons que la question de savoir si la première lettre de l’inscription était un P ou un B n’a selon nous qu’une importance très relative étant donné la grande proximité entre ces deux consonnes, tant sur le plan graphique que sur le plan phonétique.

31 Annales Altbaenses Majores, s.a. 1052, éd. par W. von Giesebrecht et E. Oefele, Hanovre, 1868 (MGH Scriptores in-folio, t. XX), p. 806.

32 Voir par exemple sur ce point Mil ans d’histoire hongroise. Histoire de la Hongrie de la Conquête jusqu à nos jours, éd. par I. Gyorgy Tóth, Budapest, Corvina, 2003, p. 26.

33 I. Gedai, A magyar..., op. cit., p. 96.

34 L. Kovács, « Das Münzwesen », art. cit., p. 198.

35 L. Kovács, « Das Münzwesen... », art. cit, p. 197. Selon Stanislaw Suchodolski, le principal atelier monétaire des premiers souverains hongrois se trouvait vraisemblablement à Székesfehérvàr. Voir par exemple S. Suchodolski, « Wlócznia swiçtego Stefana... », art. cit., p. 98, note 28.

36 Voir par exemple L. Kovács, « Das Münzwesen... », art. cit, p. 197.

37 S. Suchodolski, « O sposobach interpretacji... », art. cit., p. 132-134.

38 Voir S. Suchodolski, « Les routes fluviales... », art. cit., p. 688.

39 Cf. à ce sujet l’article de F. Laval dans le présent volume.

Table des illustrations

Légende Illustration no 1 : Les trésors monétaires du Nord-est de l’Europe contenant des monnaies frappées par saint Étienne de Hongrie (Carte tirée de L. Húszar, Szent István penzei, Budapest, 1938, p. 25).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Illustration no 2 : Le denier de type H 1 (illustration tirée du site www.numismatics.hu). Légende de l’avers : STEPHANUS REX ; légende du revers : REGIA CIVITAS.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2826/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Illustration no 3 : Revers du denier Preslavva civitas (dessin Manon Quéret-Podesta, d’après L. Húszar, Münzkatadlog Ungarn von 1000 bis heute, Munich, 1979, p. 32, monnaie no 3).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2826/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Illustration no 4 : Avers du denier Preslawa civitas (dessin Manon Quéret-Podesta, d’après L. Húszar, Münzkatalog Ungarn von 1000 bis heute, Munich, 1979, p. 32, monnaie no 3).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2826/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

Auteur

Centre d'Histoire des Espaces et des Cultures, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search