Version classiqueVersion mobile

De la mer du Nord à la mer Baltique. Identités, contacts et communications au Moyen Âge

 | 
Alban Gautier
, 
Sébastien Rossignol

Modes de communication dans les emporia de la mer Baltique

Sébastien Rossignol

Texte intégral

  • 1 C. Lübke, « Multiethnizität und Stadt als Faktoren gesellschaftlicher und staatlicher Entwicklung (...)

1Le caractère multiethnique, multiculturel et pluri-religieux des populations des emporia de la mer Baltique au haut Moyen Âge a depuis longtemps attiré l’attention ; on y voit même une des caractéristiques les plus fondamentales de ces types d’habitat dont la fonction première était le commerce1. Les marchands qui s’y rencontraient provenaient souvent d’horizons lointains, transportant des marchandises sur de très longues distances. Ajoutons que ces emporia étaient des foyers de diffusion du christianisme, les missionnaires mettant à profit les réseaux développés par les commerçants ; ceux-ci étaient eux-mêmes, dans bien des cas, les premiers chrétiens dans des régions encore plongées dans le paganisme.

2L’aspect diversifié de ces postes de traite est confirmé par les travaux des archéologues, même si, comme on le sait, les restes matériels ne peuvent en soi nous informer sur les origines culturelles ou ethniques d’une population donnée ; ils ne peuvent qu’indiquer des zones de contacts et témoigner de réseaux d’échanges. Les auteurs des sources écrites contemporaines, malgré le fait qu’ils ne soient pas très nombreux à s’intéresser à ces emporia et ne mentionnent qu’une partie d’entre eux, sont cependant unanimes sur un point : l’origine variée de la population y est toujours soulignée d’une manière ou d’une autre.

  • 2 Christian Lübke insiste sur les échanges, la présence de gens d’origines ethniques variées, la tol (...)

3On s’est peu questionné, jusqu’à maintenant, sur la manière dont les habitants de ces agglomérations communiquaient entre eux2. Bien sûr, les textes qui nous sont parvenus n’offrent que des possibilités limitées : il n’y est généralement question que des contacts et des relations entre les missionnaires et les représentants des élites. Il serait malgré tout intéressant d’observer de plus près comment les personnages qui y interviennent se comportent lorsqu’ils doivent communiquer avec des gens d’autres origines culturelles.

*

  • 3 Annales regni Francorum, éd. G. H. Pertz et F. Kurze, Hanovre, 1895 (MGH Scriptores rerum Germanic (...)
  • 4 Pour un aperçu général, voir H. Jöns, « Handel und Handwerk an der südlichen Ostsee vor 1000 Jahre (...)
  • 5 H. Jöns, « Der frühgeschichtliche Seehandelsplatz von Groß Strömkendorf », dans Struktur und Wande (...)
  • 6 H. Jöns et W. Mazurek, « Groß Strömkendorf... », art. cit., p. 205-206; H. Jöns, « Neue Untersuchu (...)
  • 7 H. Jöns, F. Luth et M. Müller-Wille, « Ausgrabungen... », art. cit., p. 205; F. Wietrzichowski, Un (...)
  • 8 A. Poche, Perlen, Trichtergläser, Tesserae. Spuren des Glashandels und Glashandwerks auf dem frühg (...)
  • 9 M. Müller-Wille, avec L. Hansen et A. Tummuscheit, Frühstädtische Zentren der Wikingerzeit und ihr (...)
  • 10 M. Müller-Wille et al., Frühstàdtische Zentren..., op. cit., p. 37; U. Schmölcke, Nutztierhaltung, (...)

4Le site portuaire de Gro Strömkendorf, près de Wismar dans l’actuel Mecklembourg et qui, à cause de sa datation, doit sans doute être vu comme l'emporium Reric des Annales royales franques3 est typique de la première phase de sites portuaires au sud de la mer Baltique commençant au VIIIe siècle4. Il s’agissait d’une agglomération non fortifiée située en un endroit permettant un accès facile à la mer par le biais de la baie de Wismar5. Les constructions d’habitations suivaient des traditions connues en Scandinavie, dans l’empire franc et chez les Slaves, traditions qui s’y rencontrèrent et s’influencèrent mutuellement6. On y retrouvait des artisans et des commerçants7 : ainsi, on fabriquait des perles bleues d’un type spécial8. Les relations commerciales des marchands de l’endroit témoignent de contacts avec les royaumes francs – on y a retrouvé de la céramique de Badorf et des meules en pierre de basalte de Mayen – et avec la Scandinavie – comme en témoignent des pierres à aiguiser et divers objets en métal9. En outre, des échanges avec la population slave de l’arrière-pays sont attestés10.

  • 11 U. Schoknecht, Menzlin. Ein frühgeschichtlicher Handelsplatz an der Peene, Berlin, Deutscher Verla (...)
  • 12 U. Schoknecht, Menzlin..., op. cit., p. 76.
  • 13 U. Schoknecht, Menzlin..., op. cit., p. 75-76; H. Jöns, « Zur Rekonstruktion der historischen Topo (...)

5Le site de Menzlin, situé un peu plus à l’est et daté du IXe siècle, présente de nombreuses similitudes avec Groß Strömkendorf. L’agglomération était située sur les rives de la Peene, ce qui permettait un accès facile à la mer Baltique comme à l’hinterland. On y retrouve tout près des tombes avec tumuli en forme de bateaux, selon une tradition funéraire typique des populations Scandinaves. Plusieurs constructions ont pu être identifiées comme des ateliers d’artisans11. Les produits des artisans servaient la population de l’arrière-pays ; eux-mêmes importaient des produits comme la céramique12. Bien que la trouvaille d’une balance atteste la présence d’activités commerciales, il est concevable que la plupart des objets provenant de Scandinavie ou d’autres régions lointaines – perles, pierres à aiguiser, céramique de types Badorf et Tating – n’aient été utilisés que par les habitants de l’agglomération, sans qu’ils n’aient été destinés à être redistribués au-delà. Il semble que les habitants de Menzlin aient importé des produits de régions lointaines pour leurs propres besoins, mais qu’ils n’aient été intégrés au commerce régional que pour les produits utilitaires de l’artisanat local13.

  • 14 J. Herrmann, Ralswiek auf Rügen. Die slawisch-wikingischen Siedlungen und deren Hinterland. Teil I(...)
  • 15 S. Kleingärtner et A. Tummuscheit, « Zwischen Haithabu und Wolin... », art. cit., p. 217-223; S. K (...)

6À Menzlin comme à Groß Strömkendorf, auxquels on pourrait ajouter Ralswiek sur l’île de Rügen14, des agglomérations situées en terre slave mais que Sunhild Kleingärtner et Astrid Tummuscheit qualifient comme étant « de type Scandinave »15, plusieurs indices semblent laisser entendre qu’une partie substantielle des habitants eux-mêmes, et non seulement ceux qui n’étaient que de passage, étaient d’origine lointaine : les traditions funéraires et les types de construction d’habitation sont plus souvent transposées par de nouveaux arrivants qu’adaptés par des indigènes en imitant des modèles étrangers.

7Parmi les sites de la deuxième phase, qui connaissent un essor aux Xe et XIe siècles, on pourrait nommer Haithabu, Birka et Wolin. Ces emporia d’un nouveau type ont plusieurs caractéristiques communes : contrairement à ceux de la première période, ils sont tous entourés d’un mur d’enceinte ou accompagnés d’un fortin. Mais on y retrouve tout autant une population composée en majorité d’artisans et de commerçants, ainsi que des indices de contacts multiples avec des régions lointaines et d’origines diversifiées des habitants.

  • 16 H. Jankuhn, Haithabu. Ein Handebplatz der Wikingerzeit. 8., neu bearbeitete und stark erweiterte A (...)
  • 17 H. Jankuhn, Haithabu.,.,op. cit., p. 65-68;C. Radtke, « Haidaby. Archäologisches », dans Reallexik (...)
  • 18 V. Hilberg, « Hedeby in Wulfstan’s Days: A Danish emporium of the Viking Age between East and West(...)
  • 19 V. Hilberg, « Hedeby... », art. cit., p. 97-100.
  • 20 V. Hilberg, « Hedeby... », art. cit., p. 100.
  • 21 Voir aussi K.-H. Willroth, « Frühstadtische Siedlungen und Handelsplätze des südlichen Ostseegebie (...)
  • 22 C. Radtke, « Haiâaby... », art. cit., p. 372-377; H. Jankuhn, Haithabu..., op. cit., p. 79-117, 11 (...)

8Haithabu était situé sur les rives de la Schlei, au sud du Jutland et aux confins des terres des Danois, des Saxons et des Slaves. En outre, une route terrestre permettait de rejoindre facilement la mer du Nord16. Une première agglomération du VIIIe siècle, connue sous le nom de Südsiedlung, a ensuite fait place à un établissement légèrement plus au nord, qui allait être fortifié au cours du Xe siècle17 Les artisans de l’agglomération fabriquaient, outre la céramique produite localement, des peignes avec des bois de cervidés, des perles, des outils en métal et des produits textiles. La distribution de plats coulés en bronze fabriqués à Haithabu indique des contacts avec la Frise, l’Angleterre et la Rhénanie, de même qu’avec Birka, File de Gotland et les pourtours de la mer Baltique18. Grâce aux relations commerciales, on pouvait se procurer, par exemple, des meules en basalte de Mayen, des pierres à aiguiser de Norvège, des attaches et des broches provenant d’Angleterre19. On a aussi découvert des tonneaux en bois de conifères qui servaient probablement à transporter des marchandises. Des articles d’habillement signalent des contacts personnels avec les habitants de Gotland et des zones orientales de la Baltique20. En outre, on a frappé monnaie à Haithabu aux IXe et Xe siècle : la distribution de ces pièces de monnaie dans les environs immédiats comme dans les îles danoises et sur les pourtours de la mer Baltique témoigne du rayonnement commercial de la localité21. Les activités marchandes sont en outre indiquées par les trouvailles de balances et de poids22.

  • 23 L. Holmquist Olausson, « Birkas befästningsverk – resultat fran de senaste ârens utgrävningar », d (...)
  • 24 B. Arrhenius, « Birka. Archäologisches », dans Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, vol. 3 (...)
  • 25 B. Ambroslani, « Birka im 10. Jahrhundert unter besonderer Berücksichtigung der Ostverbindungen », (...)
  • 26 B. Arrhenius, « Birka... », art. cit., p. 23-26.
  • 27 B. Ambrosiani, « Birka im 10. Jahrhundert... », art. cit., p. 234.

9Le site portuaire de Birka se trouvait sur une île du lac Mälar, en Suède actuelle. L’endroit était déjà habité au VIIIe siècle, mais c’est au Xe siècle que l’agglomération fut fortifiée, bien qu’un fortin ait sans doute existé sur une colline des environs immédiats dès la fin du IXe siècle23. On fabriquait sur place des produits de corne ou d’ivoire, ou faits avec de l’ambre, ainsi que divers outils et des bijoux en métal24. Les artefacts découverts sur le site permettent de reconnaître des contacts commerciaux avec les régions occidentales, nordiques et orientales du continent25. Ainsi, on a découvert des pièces de monnaie arabes et d’autres objets d’origine orientale ; des deniers, des bijoux et des produits de l’empire franc ; de la céramique de Tating, ou encore de type dit slave26. Il semble qu’au fil du temps, les contacts avec les régions orientales de la mer Baltique se soient intensifiés, probablement grâce au commerce des fourrures et des esclaves, en lien avec la Russie de Kiev et par le biais de Staraïa Ladoga. À partir de la fin du Xe siècle, ce sont ces contacts orientaux qui dominaient les relations marchandes des habitants de Birka27.

  • 28 On trouvera un aperçu des sources écrites dans D. Wehner, Der frïthgeschichtliche Seehandelsplatz (...)
  • 29 W. Filipowiak, « Wollin – ein frühmittelalterliches Zentrum an der Ostsee », dans Europas Mitte... (...)

10Wolin, près de l’embouchure de la Dziwna dans la mer Baltique, en actuelle Pologne du Nord-Ouest, est connu des sources écrites sous le nom de Iumne28. Des premières fortifications protégeant l’agglomération apparurent dès le milieu IXe siècle, mais c’est au Xe siècle qu’elles furent remplacées par des constructions plus imposantes. L’établissement connaissait alors un essor tant en ce qui concerne l’artisanat que le commerce ; c’était une agglomération multipartite de dimensions impressionnantes. Les artisans travaillaient le métal et fabriquaient des bijoux, des perles et de la céramique, de même que des produits avec les bois de cervidés et avec de l’ambre. On y importait des perles, des peignes de type frison, de la céramique de Rhénanie et de type Tating. Des restes de textiles et d’autres objets importés indiquent des contacts avec l’Angleterre et la Scandinavie29.

*

  • 30 Annales regni Francorum, op. cit., s.a. 808, p. 126: distructo emporio, quod in oceani litore cons (...)
  • 31 Éginhard, Vita Karoli, éd. G. H. Pertz et G. Waitz, Hanovre, 1911 (MGH Scriptores rerum Germanicaru (...)
  • 32 Texte original et traduction anglaise : Wulfitan’s Report, éd. par J. Bately, dans Ohthere's Voyag (...)
  • 33 À propos de cette source, voir J. Bateley, « Ohthere and Wulfstan in the Old English Orosius », da (...)
  • 34 Annales regni Francorum, op. cit., s.a. 809, p. 129.

11Les mentions du site portuaire de Reric, dans les Annales royales franques, bien que lapidaires, témoignent déjà de la diversité des habitants de l’endroit. Il s’agit, en 808, de negotiatores – dont l’origine ethnique n’est pas précisée – que le roi danois Gottfried aurait forcé à aller s’installer au portas de Sliesthorp – c’est-à-dire Haithabu –, où il aurait pu mieux les contrôler. L’annaliste précise que l'emporium aurait été appelé, « dans la langue des Danois », Reric’30. Pourtant, les régions au sud de la mer Baltique étaient généralement considérées comme étant habitées par des Slaves ; c’est ainsi qu’Éginhard31 les décrit, quelques décennies plus tard, de même que le voyageur Wulfstan dans son récit en vieil anglais32 à la fin du IXe siècle33. On comprendrait mal pourquoi 1'emporium aurait porté un nom danois s’il n’avait été occupé, ou visité, que par des Slaves. Peut-être est-ce pour cette raison que l’annaliste a tenu à préciser de quelle langue le nom provenait, bien qu’on ne puisse exclure la possibilité que cette précision soit simplement due au fait que les informations sur Reric disponibles aux Francs ne leur soient parvenues que par l'intermédiaire de Danois. Quoi qu’il en soit, quelques années plus tard, il est question dans les mêmes annales d’un prince du peuple slave des Abodrites, Thrasco, qui aurait résidé à Reric lorsqu’il fut assassiné par des hommes de Gottfried34. Il semble donc que l’emporium ait été un lieu de rencontre pour des Danois et des Slaves de différentes catégories sociales, marchands ou membres des élites.

  • 35 Adam de Brême, Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum, éd. B. Schmeidler, Hanovre et Leipzig, 1 (...)
  • 36 W. Laur, « Haithabu. Eine frühmittelalterliche Namenform im modernen Sprachgebrauch », Beitrdge zu (...)
  • 37 Chronicon Æthelweardi, 1, 4 : Porro Anglia vetus sita est inter Saxones et Giotos, habens oppidum (...)

12Le site portuaire de Haithabu, près de l’actuelle ville de Schleswig, est connu des sources contemporaines parallèlement sous deux noms. Adam de Brême donne systématiquement les deux formes : Sliasivich, quae nunc Heidiba dicitur35. Apparemment, Haithabu et ses dérivés étaient le nom danois, alors que les différentes formes de Schleswig étaient saxonnes36 : du moins, c’est ce que prétend l’auteur de la Chronique d’Æthelweard à la fin du Xe siècle37. Si cette observation ne nous dit rien sur l’origine ethnique des habitants eux-mêmes, cela témoigne tout au moins que l’endroit était connu – et donc fort probablement fréquenté – par des Danois autant que par des Saxons.

  • 38 W. Haas, « Foris apostolus – intus monachus. Ansgar als Mönch und “Apostel des Nordens” », Journal (...)
  • 39 Rimbert, Vita Anskarii, c. 24, éd. G. Waitz, Hanovre, 1884 (MGH Scriptores rerum Germanicarum in u (...)
  • 40 F.-J. Schmale, « Adam von Bremen », dans Die deutsche Literatur..., op. cit., vol. 1, 1978, col. 5 (...)
  • 41 L. Leciejewicz, Slowianie zachodni. Z dziejôw tworzenia siç sredniowiecznej Europy, Wrociaw, Varso (...)
  • 42 Adam de Brème, Gesta..., op. cit., 2, 22, p. 79. Voir C. Lübke, « Multiethnizität... », art. cit., (...)

13La présence de marchands de différentes origines dans les emporia est mentionnée explicitement par les auteurs de plusieurs sources narratives. Dans la Vita Anskarii de Rimbert, écrite à la fin du IXe siècle et dont l’auteur avait été un compagnon du missionnaire dont il racontait les exploits38, il est question de chrétiens originaires de Hambourg et de Dorestad, qui auraient habité à Sliaswich et auraient appartenu au groupe des primores39. Quant à Adam de Brême, écrivant vers 1075 et dépeignant les régions septentrionales de l’Europe40, il décrivit la population de Iumne : y auraient habité (incolunt) des Slaves, des « barbares » et des « Grecs » (c’est-à-dire des chrétiens de rite oriental, soit des Russes41) ; on y aurait retrouvé aussi des Saxons, mais qui auraient été considérés comme des étrangers (advenue). Les chrétiens y auraient été tolérés tant qu’ils n’auraient pas professé publiquement leur religion42.

14Bref, tous ces témoignages convergent pour pointer dans une même direction : les sites portuaires de la mer Baltique étaient, apparemment, peuplés et fréquentés par des gens d’origines diverses et donc, implicitement, parlant des langues différentes. De même, ces gens s’identifiaient à plusieurs religions et arrivaient tout de même à cohabiter de manière pacifique. Mais tout cela ne nous apprend pas encore comment ils communiquaient au-delà de la barrière des langues.

*

  • 43 Rimbert, Vita..., op. cit., c. 11, p. 32.
  • 44 Ibid., c. 11, p. 32 : Ubi benigne a rege eorum, qui Bern vocabatur, suscepti sunt, missis eius ref (...)

15Observons maintenant comment le missionnaire Ansgar, se rendant à Birka, est accueilli dans le portas et comment il communique avec les habitants43. Tout d’abord, Rimbert raconte qu’Ansgar aurait été reçu à Birka par le roi Björn en personne, qui apparemment y résidait à ce moment. Cependant, Ansgar et ses compagnons ne se seraient pas adressés à Björn, même s’ils étaient en sa présence : selon Rimbert, ils auraient expliqué aux missi du roi, à ses représentants, le but de leur voyage. Immédiatement après, Björn aurait délibéré avec ses fideles44. Pourquoi Ansgar et ses compagnons, mis en présence du roi, ne se sont-ils pas adressés à celui-ci, mais à ses missi ? Rimbert ne le dit pas explicitement, mais l’explication qui s’impose, c’est qu’Ansgar et ses compagnons, originaires de Francie orientale, ne parlaient sans doute pas la même langue que le roi des Svear. Ils se sont donc adressés aux missi, qui ont servi d’interprètes et ont expliqué à Björn ce que les nouveaux venus venaient de dire. Björn en discuta avec ses proches, puis fit savoir aux missionnaires – sans doute à nouveau par le biais des interprètes – qu’il leur donnait la permission de s’installer et de s’adonner à la prédication.

16Dès qu’ils auraient obtenu l’autorisation du roi, poursuit Rimbert, les missionnaires se seraient mis au travail et auraient répandu leur doctrine. Plusieurs les auraient écoutés avec enthousiasme, raconte l’hagiographe, et parmi ceux-ci se seraient retrouvés surtout des prisonniers chrétiens. Il ajoute que de nombreux habitants se seraient alors fait baptiser, mais peut-on s’attendre à autre chose dans un récit hagiographique ? Ce qui retient l’attention, c’est que les premiers qui auraient porté attention aux paroles des missionnaires auraient été, non seulement déjà chrétiens, mais des prisonniers venus de régions lointaines : autrement dit, ils parlaient sans doute la même langue, ou un dialecte proche, qu’Ansgar et ses compagnons...

  • 45 Ibid., c. 19, p. 39-40.
  • 46 Ibid., c. 19, p. 40 : Nemo quoque incredulorum eiuspraedicationi audebat resistere, quia, qua poen (...)
  • 47 Ibid., c. 19, p. 40 : Suggestione quoque praefati Herigarii, regis qui tunc erat iussu et licentia (...)

17Quelques années plus tard, alors qu’Ansgar était de retour en Francie, et puisque les chrétiens de Birka n’avaient pas de prêtre, il aurait décidé de leur envoyer un moine nommé Ardgarius45. Celui-ci aurait été reçu avec bienveillance par Hériger, le représentant du roi des Svear qu’avait baptisé Ansgar. La prédication d’Ardgarius aurait été écoutée par les chrétiens, mais aussi par les païens, puisque, selon Rimbert, « ils se souvenaient, l’âme apeurée, des punitions qu’avaient subies ceux qui avaient repoussé les serviteurs de Dieu46 ». Autrement dit : pour qu’ils écoutent, il aurait fallu qu’Hériger les menace... Ils écoutaient, mais comprenaient-ils ? Le roi des Svear, qui aurait aussi été présent, aurait alors fait savoir à Ardgarius qu’il pouvait célébrer les rites chrétiens en public. Mais le roi, bien qu’il ait été sur place, ne se serait pas adressé directement au moine : il aurait donné l’ordre à Hériger, qui l’aurait transmis à Ardgarius47. Hériger aurait donc apparemment servi d’interprète.

  • 48 Ibid., c. 19, p. 40-44.
  • 49 Ibid., c. 20, p. 46.

18Rimbert donne ensuite de nombreux exemples de la manière dont Hériger se serait efforcé de convaincre les habitants de Birka de se faire chrétiens, et de la puissance du dieu chrétien qui aurait été bien supérieure à celle des dieux païens : il les aurait convaincus par son comportement exemplaire et par ses paroles, mais plus encore par une série de miracles48. Ce qui étonne, c’est que Rimbert ne raconte rien de semblable à propos d’Ardgarius. Celui-ci n’a qu’un rôle passif, alors que c’est Hériger qui aurait pris toutes les initiatives. D’ailleurs, à la mort d’Hériger, Ardgarius aurait quitté Birka et serait retourné en Francie49. Il n’avait plus rien à y faire : Hériger avait certes été un grand soutien pour ses entreprises, mais le moine franc aurait-il été capable de communiquer efficacement avec la population locale sans l’aide de son interprète ?

  • 50 Adam de Brême, Gesta..., op. cit., 2,79, p. 136.

19Les emporia étaient des lieux de rencontre dans des situations très diverses : on les choisissait parfois comme endroits où se rencontrer pour des discussions d’ordre politique. Adam de Brême raconte ainsi que Magnus Ier (1024-1047), roi du Danemark et de Norvège, aurait rencontré l’archevêque de Hambourg-Brême à Sliaswig50. L’archevêque aurait été accompagné du duc Bernard, de l’évêque de Hildesheim Thiadmar et de l’évêque de Sliaswig Rodolphe. Adam se donne la peine de préciser que Thiadmar aurait été originaire du Danemark et que son nom « barbare » aurait en fait été Tymmo ; il aurait obtenu son poste grâce à l’intervention de la reine Gunhild, qui aurait d’ailleurs été présente lors de la rencontre en question. Il s’agissait d’une réunion pour discuter de politique : on y aurait décidé du mariage de la sœur du roi Magnus avec le fils du duc Ordulf. En fait, même si ce n’est pas dit explicitement, on peut croire que la raison pour laquelle l’archevêque et le duc Bernard étaient accompagnés de Thiadmar était pour qu’il serve d’interprète. Né au Danemark, vivant en Saxe, il était la personne idéale pour aider dans les négociations – connaissant les deux cultures et, surtout, parlant les deux langues.

*

20Doit-on conclure de tout cela que personne, parmi ceux qui fréquentaient les emporia de la mer Baltique, même les marchands, ne maîtrisait de langue étrangère et que tous devaient avoir recours en tout temps à des traducteurs ?

  • 51 J. Bateley, « Ohthere... », art. cit.; S. Lebecq, « Ohthere et Wulfstan... », art. cit.
  • 52 L’identification de ce people est incertaine : peut-être un peuple de Carélie du Nord, peut-être d (...)
  • 53 Peuple sami. Voir J. Bateley, « Translation Notes », art. cit., p. 53; S. Lebecq, « Ohthere et Wul (...)
  • 54 « Ohthere’s Report », éd. par J. Bateley, dans Ohthere’s Voyages..., op. cit., p. 45: Pa Finnas, h (...)

21Les seuls récits individuels de marchands qui nous soient parvenus pour le Nord et le Nord-Est de l’Europe à cette époque sont ceux d’Ohthere et de Wulfstan, qui ont été mis par écrit en vieil anglais à la cour du roi Alfred de Wessex à la toute fin du IXe siècle51. Aucun des deux voyageurs ne mentionna explicitement de quelle manière il serait arrivé à communiquer avec la population locale lorsqu’il se rendait dans les sites portuaires de la mer du Nord ou de la mer Baltique. Toutefois, Ohthere – qui était originaire du nord de la Norvège et s’était rendu, outre l’Angleterre, jusqu’à Haithabu – mentionne au moins le fait qu’il aurait eu une certaine affinité avec les langues étrangères, ou en tout cas qu’il s’intéressait à la diversité des langues dans les régions qu’il visitait. Alors qu’il décrit le peuple des Beormas52, Ohthere explique que ceux-ci lui auraient raconté (ou à ses compagnons) des histoires à propos de leur pays et des terres environnantes. Ohthere précise à cette occasion qu’« il lui sembla que les Finnas53 et les Beormas parlaient à peu près le même langage54 ». On serait tenté d’en déduire qu’Ohthere, qui avait tant voyagé dans des régions où on parlait des langues si diverses – Scandinaves, germaniques, slaves, finno-ougriennes –, avait développé une curiosité pour les langues. Il ne serait certes pas étonnant qu’il ait été polyglotte.

*

  • 55 M. Gravier, « Tulkr tulka. Interprètes et interprétation au temps des sagas », dans Festschrifi (...)

22Ces remarques tirées de sources des IXe–XIe siècles s’accordent en fait assez bien avec ce qu’on connaît de textes plus tardifs, principalement des sagas Scandinaves. Comme l’a étudié Maurice Gravier, les auteurs de sagas mentionnent à de nombreuses reprises des personnages qui avaient une fonction décrite comme tulkr, et qui auraient joué le rôle à la fois d’interprètes et d’intermédiaires dans toutes sortes de situations55.

  • 56 Ibid., p. 160-161.
  • 57 Ibid., p. 162.
  • 58 Ibid., p. 163.

23Ainsi, le tulkr aurait normalement accompagné un chef d’expédition et l’aurait aidé à communiquer lors d’entreprises commerciales dans des pays lointains où l’on parlait des langues toutes différentes. Un code de loi norvégien rédigé à l’initiative du roi Magnus VI Lagabote (1263-1280) a même rendu obligatoire pour tout équipage de navire d’être accompagné d’un tulkr56. Une des fonctions du tulkr, selon Maurice Gravier, aurait été d’assister les marchands lors de négociations commerciales : il faisait alors sans doute souvent plus que simplement traduire, il aurait été une sorte d’agent qui négociait pour le compte d’autrui57. Outre les marchands, les rois ou les chefs auraient aussi fait appel aux services d’un tulkr lors de discussions avec d’autres personnages. De manière générale, le tulkr les aurait assistés pour la communication58.

  • 59 Ibid., p. 160-161.

24D’où venait le tulkr ? Dans certains cas, on peut reconnaître son origine : il se serait agi, bien souvent, de descendants d’esclaves provenant de pays lointains. Ainsi, la Laxdœla saga (XIIIe siècle) fait état d’un certain Islandais nommé Olaf Höskuldsson qui aurait maîtrisé la langue irlandaise. Or, on sait que sa mère avait été faite prisonnière en Irlande et emmenée en Islande. Olaf aurait donc appris l’irlandais dans la maison familiale et sa maîtrise de cette langue lui serait devenue utile à l’âge adulte59.

25Les tulkar n’étaient pas les seuls à maîtriser des langues autres que l’ancien norrois. Ainsi, on rencontre dans la Knýtlinga saga (XIIIe siècle) un certain Viðgautr qui aurait parlé plusieurs langues et n’aurait pas eu besoin de tulkr ; on apprend qu’il parlait le vende (c’est-à-dire le slave).

  • 60 Ibid., p. 160.

26Apparemment, connaître des langues étrangères était suffisamment rare pour que ce soit quelque chose dont on ait pu se vanter60.

  • 61 Chronique anglo-saxonne, s.a. 787 (recte 789), The Anglo-Saxon Chronicle: A Collaborative Edition,(...)
  • 62 Chronicon Æthelweardi, op. cit., 3, 1, p. 27.
  • 63 S. Lebecq, « Aux origines du phénomène viking. Quelques réflexions sur la part de responsabilité d (...)

27Dans tous ces récits et ces indications tirées des sagas, on observe surtout une différence majeure avec ce qu’on a pu déduire du récit de Rimbert à propos de Birka : tous ces navigateurs s’en vont au loin en s’assurant d’être accompagnés d’un traducteur et médiateur, alors qu’à Birka, les autorités locales tenaient à s’assurer qu’il y ait des personnes sur place – Hériger ou les missi du roi – qui puissent assurer ces services lorsque des gens de l’extérieur séjournaient dans le site portuaire. Cela n’était pas nécessairement unique à Birka. En Angleterre de la fin du VIIIe siècle, il semble que les marchands étrangers qui accostaient devaient s’attendre à être reçus par un représentant du roi. Selon la Chronique anglo-saxonne, des pirates danois auraient sévi sur la côte anglaise en 78761. Or, d’après la Chronique d’Æthelweard de la fin du Xe siècle, qui rapporte le même incident, le « prévôt du roi » (exactor regis), un certain Beaduheard, serait venu à leur rencontre au portas près de Dorchester ; il aurait pris les pirates pour des « marchands » (negotiatores) et leur aurait donné l’ordre de l’accompagner jusqu’à la résidence de son souverain. Or, l'exactor et ses compagnons auraient été tués sur-le-champ par les nouveaux venus62. Il apparaît raisonnable de croire, comme le déduit Stéphane Lebecq, qu’il faisait partie des responsabilités de ce personnage d’accueillir les commerçants et de veiller au bon fonctionnement de leurs opérations63. S’il en est ainsi, il devait avoir un rôle semblable à celui de Hériger à Birka. Il n’est sans doute pas exagéré de supposer que Beaduheard devait également être apte à communiquer avec les nouveaux venus dans différentes langues.

28Ces quelques exemples nous laissent sur notre faim. Ils ne nous disent rien sur la manière dont les habitants ordinaires, artisans et commerçants, communiquaient entre eux dans les agglomérations portuaires. Les seuls épisodes qui nous donnent des indications sur les modes de communication – et qui ne le font en général que de manière indirecte – ne concernent que des missionnaires et des membres des élites : des rois et leurs représentants. Malgré tout, on peut en tirer quelques conclusions :

  1. Les emporia n’étaient pas seulement des lieux d’échange dans le cadre du commerce. C’étaient aussi des lieux appropriés pour toutes autres sortes de rencontres : pour les missionnaires à la recherche de terrain propice à leur prédication ; pour les rencontres au sommet des membres des élites, ainsi lorsque le roi rencontrait des envoyés de l’étranger. C’étaient sans doute des endroits simples à rejoindre d’un point de vue logistique et où l’on avait les ressources nécessaires pour recevoir des nouveaux venus64.
  2. Tout indique qu’on avait un grand besoin d’interprètes pour communiquer au-delà de la barrière des langues. Il semble que même parmi les élites, on ne devait pas toujours s’attendre à des connaissances en langues étrangères.
  3. On pouvait « amener » son interprète – comme Thiadmar ou comme, à l’époque des sagas, un tulkr – ou avoir recours à des personnes sur place : ainsi Hériger, qui résidait à Birka, et les missi du roi Björn.
  4. Au sein de la population des emporia, ceux qui semblent avoir été les plus aptes à communiquer avec des étrangers étaient les représentants du roi et les prisonniers chrétiens. On peut croire que les premiers avaient souvent affaire avec des étrangers, marchands ou autres, et qu’il faisait partie de leurs responsabilités de les accueillir sur place. Pour ce qui est du reste de la population – non seulement les marchands, mais aussi les artisans – rien n’indique qu’ils aient pu facilement communiquer avec des étrangers : au contraire, les missionnaires semblent avoir eu du mal à les atteindre sans l’intervention d’Hériger.

29Bref, la situation était complexe, plusieurs groupes distincts se retrouvant réunis dans l’espace restreint de ces agglomérations de modestes dimensions. Les communications pouvaient se réaliser selon divers paramètres, selon ce qu’exigeait la situation. Ce que les sources nous permettent de reconnaître, c’est que des gens d’origines variées se rencontraient dans les emporia, mais que ceux qui venaient de loin n’étaient bien souvent que de passage. Pour assurer des échanges efficaces, on avait besoin d’« experts en communication » comme Hériger qui non seulement traduisait d’une langue à l’autre, mais était également un relais indispensable pour les missionnaires, apte à « communiquer » la nouvelle religion.

Notes

1 C. Lübke, « Multiethnizität und Stadt als Faktoren gesellschaftlicher und staatlicher Entwicklung im östlichen Europa », dans Burg–Burgstadt–Stadt. Zur Genese mittelalterlicher nichtagrarischer Zentren in Ostmitteleuropa, éd. par H. Brachmann, Berlin, Akademie Verlag, 1995 (Forschungen zur Geschichte und Kultur des östlichen Mitteleuropa), p. 36 ; la section sur les emporia de la mer Baltique dans Europas Mitte um 1000. Beitrage zur Geschichte, Kunst und Archäologie. Handbuch zur Ausstellung, éd. par A. Wieczorek et H.-M. Hinz, Stuttgart, Theiss, 2000, vol. 1, p. 152 sq., est intitulée « Multiethnische Handelsplätze an der Ostsee und an den transkontinentalen Handelsrouten ».

2 Christian Lübke insiste sur les échanges, la présence de gens d’origines ethniques variées, la tolérance religieuse, mais n’adresse pas le problème des modes de communication : C. Lübke, « Multiethnizität... », art. cit.

3 Annales regni Francorum, éd. G. H. Pertz et F. Kurze, Hanovre, 1895 (MGH Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 6), s.a. 808, p. 126. Voir H. Jöns, « War das emporium Reric der Vorläufer Haithabus? », Bodendenkmalpflege in Mecklenburg-Vorpommern Jahrbuch, n° 47, 1999, p. 201-213.

4 Pour un aperçu général, voir H. Jöns, « Handel und Handwerk an der südlichen Ostsee vor 1000 Jahren », Archäologie in Deutschland, n° 5, 2007, p. 18-19; ID., « Frühmittelalterliche Handelsplatze an der Ostseeküste – Vorläufer der hochmittelalterlichen Handels-und Hansestädte? », dans Archäologie unter dem Strafienpflaster. 15 Jahre Stadtkernarchäologie in Mecklenburg-Vorpommern, éd. par H. Jöns, F. Lüth et H. Schäfer, Schwerin, Archaologisches Landesmuseum Mecklenburg-Vorpommern, 2005, (Beitrage zur Ur-und Frühgeschichte Mecklenburg-Vorpommerns, 39), p. 71-78; Id., « Ports and Emporia of the Southern Coast: from Hedeby to Usedom and Wolin », dans Wulfstan's Voyage. The Baltic Sea Region in the Early Viking Age as Seen from Shipboard, éd. par A. Englert et A. Trakadas, Roskilde, Viking Ships Museum, 2009 (Maritime Culture of the North, 2), p. 160-181; S. Kleingartner et A. Tummuscheit, « Zwischen Haithabu und Wolin – die frühe Phase der Urbanisierung an der südwestlichen Ostseeküste », Quaestiones Medii Aevi Novae, no 12, 2007, p. 215-252; S. Kleingartner, « Die frühe Phase (8. bis 11. Jahrhundert) der Urbanisierung an der südwestlichen Ostseeküste », dans Die Urbanisierung Europas von der Antike bis in die Moderne, éd. par G. Fouquet et G. Zeilinger, Berne et al., Peter Lang, 2009, p. 81-100.

5 H. Jöns, « Der frühgeschichtliche Seehandelsplatz von Groß Strömkendorf », dans Struktur und Wandel im Früh-und Hochmittelalter. Eine Bestandsauf aktueller Forschungen zur Germania Slavica, éd. par C. Lübke, Stuttgart, Akademie Verlag, 1998 (Forschungen zur Geschichte und Kultur des östlichen Mitteleuropa, 5), p. 127-143 ; Id., « Neue Untersuchungen auf dem frühgeschichtlichen Handelsplatz von Groi Strömkendorf bei Wismar », Archaeologia Baltica, no 4, 2000, p. 109-134 ; H. Jöns, F. Lüth et M. Müllerwille, « Ausgrabungen auf dem frühgeschichtlichen Seehandelsplatz von Groß Strömkendorf, Kr. Nordwestmecklenburg. Erste Ergebnisse eines Forschungsprojektes », Germania, no 75/1, 1997, p. 193-221 ; H. Jöns et W Mazurek, « Groß Strömkendorf – nadmorska osada rzemieslnictwo-handlowa i cmentarzysko z okresu wczesnoslowianskiego nad zatoką Wismarska », Slavia Antiqua, no 39, 1998, p. 181-214 ; A. Tummuscheit et M. Gerds, « Reri-Zankapfel zwischen Slawen und Dänen », Archäologie in Deutschland, no 5, 2007, p. 24-27.

6 H. Jöns et W. Mazurek, « Groß Strömkendorf... », art. cit., p. 205-206; H. Jöns, « Neue Untersuchungen... », art. cit. p. 119; P. Donat, Haus, Hof und Dorf in Mitteleuropa vom 7.-12. Jahrhundert, Berlin, Akademie Verlag, 1980 (Schriften zur Ur-und Frühgeschichte, 33); H. JÔNS, « Reric... », art. cit., p. 24.

7 H. Jöns, F. Luth et M. Müller-Wille, « Ausgrabungen... », art. cit., p. 205; F. Wietrzichowski, Untersuchungen zu den Anfdngen des frühmittelalterlichen Seehandels im südlichen Ostseeraum unter besonderer Berücksichtigung der Grabungsergebnisse von Groß Strömkendorf, Wismar, Stadtgeschichtliches Museum, 1993 (Wismarer Studien zur Archäologie und Geschichte, 3), p. 43.

8 A. Poche, Perlen, Trichtergläser, Tesserae. Spuren des Glashandels und Glashandwerks auf dem frühgeschichtlichen Handelsplatz von Groß Strömkendorf, Landkreis Nordwestmecklenburg, Schwerin, Archaologisches Landesmuseum, 2005 (Beiträge zur Ur-und Frühgeschichte Mecklenburg-Vorpommern, 44. Forschungen zu Groß Strömkendorf, 2).

9 M. Müller-Wille, avec L. Hansen et A. Tummuscheit, Frühstädtische Zentren der Wikingerzeit und ihr Hinterland. Die Beispiele Ribe, Hedeby und Reric, Stuttgart et Mayence, Steiner, 2002 (Akademie der Wissenschaften und der Literatur. Abhandlungen der Geistesund sozialwissenschaftlichen Klasse, Jahrgang 2002, no 3), p. 33; F. Wietrzichowski, Untersuchungen..., op. cit., p. 43.

10 M. Müller-Wille et al., Frühstàdtische Zentren..., op. cit., p. 37; U. Schmölcke, Nutztierhaltung, Jagd und Fischfang. Zur Nahrungsmittelwirtschaft des frühgeschichtlichen Handelsplatzes von Groß Strömkendorf, Landkreis Nordwestmecklenburg, Lübstorf, Archaologisches Landesmuseum, 2004 (Beitrâge zur Ur-und Frühgeschichte MecklenburgVorpommerns, 43. Forschungen zu Groß Strömkendorf, 1), p. 128.

11 U. Schoknecht, Menzlin. Ein frühgeschichtlicher Handelsplatz an der Peene, Berlin, Deutscher Verlag der Wissenschaften, 1977 p. 68; S. Kleingärtner, « Menzlin – Metropole an der Peene », Archäologie in Deutschland, no 5, 2007, p. 29.

12 U. Schoknecht, Menzlin..., op. cit., p. 76.

13 U. Schoknecht, Menzlin..., op. cit., p. 75-76; H. Jöns, « Zur Rekonstruktion der historischen Topographie und Infrastruktur des Handelsplatzes Menzlin an der Peene », Bodendenkmalpflege in Mecklenburg-Vorpommern. Jahrbuch, no 53, 2005, p. 86-92.

14 J. Herrmann, Ralswiek auf Rügen. Die slawisch-wikingischen Siedlungen und deren Hinterland. Teil I Die Hauptsiedlung, Lübstorf, Archäologisches Landesmuseum, 1997 (Beitrâge zur Ur-und Frühgeschichte Mecklenburg-Vorpommerns, 32); ID., « Ralswiek », EuropasMitte..., éd. A. Wieczorek et H.-M. Hinz, 2000, vol. 1, p. 163-166.

15 S. Kleingärtner et A. Tummuscheit, « Zwischen Haithabu und Wolin... », art. cit., p. 217-223; S. Kleingàrtner, « Die frühe Phase... », art. cit., p. 89.

16 H. Jankuhn, Haithabu. Ein Handebplatz der Wikingerzeit. 8., neu bearbeitete und stark erweiterte Auflage, Neumünster, Karl Wachholtz, 1986, p. 117-119.

17 H. Jankuhn, Haithabu.,.,op. cit., p. 65-68;C. Radtke, « Haidaby. Archäologisches », dans Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, vol. 13, 1999, p. 369-370.

18 V. Hilberg, « Hedeby in Wulfstan’s Days: A Danish emporium of the Viking Age between East and West », dans Wulfstan's Voyage..., op. cit., p. 80-81.

19 V. Hilberg, « Hedeby... », art. cit., p. 97-100.

20 V. Hilberg, « Hedeby... », art. cit., p. 100.

21 Voir aussi K.-H. Willroth, « Frühstadtische Siedlungen und Handelsplätze des südlichen Ostseegebietes und ihr Umland. Anmerkungen zu Distribution und Diffusion », dans Archaologie des Mittelalters und Bauforschung im Hanseraum. Eine Festschriftfur Günter P. Fehring, éd. par Manfred Glaser, Rostock, Reich, 1993 (Schriften des Kulturhistorischen Museums in Rostock, 1), p. 277-288.

22 C. Radtke, « Haiâaby... », art. cit., p. 372-377; H. Jankuhn, Haithabu..., op. cit., p. 79-117, 119-187.

23 L. Holmquist Olausson, « Birkas befästningsverk – resultat fran de senaste ârens utgrävningar », dans Birkas krigare, éd. M. Olausson, Stockholm, Arkeologiska forskningslaboratoriet, 2001, p. 10-13.

24 B. Arrhenius, « Birka. Archäologisches », dans Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, vol. 3 (1973), p. 26.

25 B. Ambroslani, « Birka im 10. Jahrhundert unter besonderer Berücksichtigung der Ostverbindungen », dans Europa im 10. Jahrhundert. Archaologie einer Aufbruchszeit. Internationale Tagung in Vorbereitung der Ausstellung « Otto der GroJIe, Magdeburg und Europa », éd. par J. Henning, Mayence, von Zabern, 2002, p. 227-235.

26 B. Arrhenius, « Birka... », art. cit., p. 23-26.

27 B. Ambrosiani, « Birka im 10. Jahrhundert... », art. cit., p. 234.

28 On trouvera un aperçu des sources écrites dans D. Wehner, Der frïthgeschichtliche Seehandelsplatz Wolin und sein Umland. Eine Studie zu Zentrum und Peripherie, Neumünster, Karl Wachholtz, 2007 (Studien zur Siedlungsgeschichte und Archäologie der Ostseegebiete, 8), p. 18-20.

29 W. Filipowiak, « Wollin – ein frühmittelalterliches Zentrum an der Ostsee », dans Europas Mitte..., op. cit., vol. 1, p. 152-153 ; ID., Wolin – Vineta. Wykopaliska zatopionego miasta. Ausgrabungen in einer versunkenen Stadt, Rostock et Stralsund, Kulturhistorisches Museum, 1986, p. 17-24; Id. et H. Gundlach, Wolin. Vineta. Die tatsächliche Legende vom Untergang und Aufstieg der Stadt, Rostock, Hinstorff, 1992.

30 Annales regni Francorum, op. cit., s.a. 808, p. 126: distructo emporio, quod in oceani litore constitutum lingua Danorum Reric dicebatur.

31 Éginhard, Vita Karoli, éd. G. H. Pertz et G. Waitz, Hanovre, 1911 (MGH Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 25), c. 12, p. 15.

32 Texte original et traduction anglaise : Wulfitan’s Report, éd. par J. Bately, dans Ohthere's Voyages. A Late 9th-century Account of Voyages along the Coasts of Norway and Denmark and Its Cultural Context, éd. par J. Bateley et A. Englert, Roskilde, Viking Ships Museum, 2007 (Maritime Culture of the North, 1), p. 48. Trad. fr. S. Lebecq, « Ohthere et Wulfstan : deux marchands-navigateurs dans le Nord européen à la fin du IXe siècle », dans Horizons marins, itinéraires spirituels (V-XVIIIe siècles), vol. 2 : Marins, navires et affaires, éd. H. Dubois, J.-C. Hocquet et A. Vauchez, Paris, Publications de la Sorbonne, 1987, p. 177.

33 À propos de cette source, voir J. Bateley, « Ohthere and Wulfstan in the Old English Orosius », dans Ohthere’s Voyages..., op. cit., p. 18-39; J. Bateley, « The Language of the Text », dans Wulfstans Voyage..., op. cit., p. 20-28; J. Jesch, « Who Was Wulfstan? », dans Wulfttan's Voyage..., op. cit., p. 29-36; S. Lebecq, « Ohthere et Wulfstan... », art. cit.; N. Lund (éd.), Two Voyagers at the Court of King Alfred, The Ventures of Ohthere and Wulfstan, Together with the Description of Northern Europe from the Old English Orosius, York, Sessions, 1984.

34 Annales regni Francorum, op. cit., s.a. 809, p. 129.

35 Adam de Brême, Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum, éd. B. Schmeidler, Hanovre et Leipzig, 1917 (MGH Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 2), 1, 57, p. 57 ; apud Heidibam, quae Sliaswig dicitur : 2, 35, p. 96 ; Sliaswig, quae et Heidiba dicitur. 4, 1, p. 228.

36 W. Laur, « Haithabu. Eine frühmittelalterliche Namenform im modernen Sprachgebrauch », Beitrdge zur Schleswiger Stadtgeschichte, no 14, 1969, p. 67-76.

37 Chronicon Æthelweardi, 1, 4 : Porro Anglia vetus sita est inter Saxones et Giotos, habens oppidum capitale, quod sermone Saxonico Slesuuic nuncupatur, secundum vero Danos, Haithaby, éd. et trad. angl. A. Campbell, The Chronicle of AEthelweard, Londres, Routledge, 1962, p. 9.

38 W. Haas, « Foris apostolus – intus monachus. Ansgar als Mönch und “Apostel des Nordens” », Journal of Medieval History, no 11/1, 1985, p. 1-30; W. Trillmich, « Einleitung », dans Quellen des 9. und 11. Jahrhunderts zur Geschichte der Hamburgischen Kirche und des Reiches, éd. par W. Trillmich et R. Buchner, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1968, p. 3-14; R. Düchting, « Rimbert », dans Die deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon, vol. 8, 1992, col. 77-79.

39 Rimbert, Vita Anskarii, c. 24, éd. G. Waitz, Hanovre, 1884 (MGH Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 55), p. 52.

40 F.-J. Schmale, « Adam von Bremen », dans Die deutsche Literatur..., op. cit., vol. 1, 1978, col. 50-52 ; W. Trillmich, « Einleitung », dans Quellen des 9. und 11. Jahrhunderts..., op. cit., p. 137-158; T. Reuter, « Introduction to the 2002 Edition », dans Adam of Bremen. History of the Archbishops of Hamburg-Bremen, trad. F. J. Tschan, New York, Columbia University Press, 2002, p. XI-XXI; F. J. Tschan, « Introduction », dans Adam of Bremen..., op. cit., p. XXV-XLVI.

41 L. Leciejewicz, Slowianie zachodni. Z dziejôw tworzenia siç sredniowiecznej Europy, Wrociaw, Varsovie, Cracovie, Gdansk, Lodz, Ossolineum, 1989, p. 182.

42 Adam de Brème, Gesta..., op. cit., 2, 22, p. 79. Voir C. Lübke, « Multiethnizität... », art. cit., p. 38-41. Selon Lübke, la tolérance religieuse se serait appuyée sur le droit d’hospitalité. Celui-ci aurait été, dans des sociétés traditionnelles, une condition incontournable pour les échanges commerciaux.

43 Rimbert, Vita..., op. cit., c. 11, p. 32.

44 Ibid., c. 11, p. 32 : Ubi benigne a rege eorum, qui Bern vocabatur, suscepti sunt, missis eius referentibus, qua de causa advenerint. Cognita itaque legatione eorum, et cum suis de huiusmodi negotio pertractans fidelibus, omnium pari voto atque consensu dedit eis licentiam ibi manendi et euangelium Christi praedicandi [...].

45 Ibid., c. 19, p. 39-40.

46 Ibid., c. 19, p. 40 : Nemo quoque incredulorum eiuspraedicationi audebat resistere, quia, qua poena multati fuerint qui servos Dei inde expulerant, mente pavida meminerant.

47 Ibid., c. 19, p. 40 : Suggestione quoque praefati Herigarii, regis qui tunc erat iussu et licentia, publice eoepit Dei eelebrare mysteria.

48 Ibid., c. 19, p. 40-44.

49 Ibid., c. 20, p. 46.

50 Adam de Brême, Gesta..., op. cit., 2,79, p. 136.

51 J. Bateley, « Ohthere... », art. cit.; S. Lebecq, « Ohthere et Wulfstan... », art. cit.

52 L’identification de ce people est incertaine : peut-être un peuple de Carélie du Nord, peut-être des Finnois baltiques. Voir J. Bateley, « Translation Notes », dans Ohthere’s Voyages..., op. cit., p. 52 ; S. Lebecq, « Ohthere et Wulfstan... », art. cit., p. 173.

53 Peuple sami. Voir J. Bateley, « Translation Notes », art. cit., p. 53; S. Lebecq, « Ohthere et Wulfstan... », art. cit., p. 173-174.

54 « Ohthere’s Report », éd. par J. Bateley, dans Ohthere’s Voyages..., op. cit., p. 45: Pa Finnas, him puhte, 7pa Beormas spraecon neah an gepeode. Trad. fr. S. Lebecq, « Ohthere et Wulfstan... », art. cit., p. 175.

55 M. Gravier, « Tulkr tulka. Interprètes et interprétation au temps des sagas », dans Festschrifi fur Oskar Bandle. Zum 60. Geburtstag am 11. Januar 1986, éd. par H.-P. Naumann, Bâle et Francfort, Helbing & Lichtenhahn, 1986, p. 159-166.

56 Ibid., p. 160-161.

57 Ibid., p. 162.

58 Ibid., p. 163.

59 Ibid., p. 160-161.

60 Ibid., p. 160.

61 Chronique anglo-saxonne, s.a. 787 (recte 789), The Anglo-Saxon Chronicle: A Collaborative Edition, vol. 3 : Ms. A, éd. par J. M. Bately, Cambridge, D. S. Brewer, 1986, p. 39; trad. angl. par M. Swanton, The Anglo-Saxon Chronicle, Londres, Everyman, 1996, p. 54. La chronique indique l’année 787, mais il s’agit de 789.

62 Chronicon Æthelweardi, op. cit., 3, 1, p. 27.

63 S. Lebecq, « Aux origines du phénomène viking. Quelques réflexions sur la part de responsabilité des Occidentaux (VIIIe-début IXe siècle) », dans La Progression des Vikings, des raids à la colonisation, éd. par A.-M. Flambart Héricher, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2003 (Cahiers du GRHIS, n° 14), p. 15-16.

64 Voir S. M. Sindbaek, « Routes and Long-distance Traffic-the Nodal Points of Wulfstan’s Voyage », dans Wulfitan’s Voyage..., op. cit., p. 72-78.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search