Version classiqueVersion mobile

De la mer du Nord à la mer Baltique. Identités, contacts et communications au Moyen Âge

 | 
Alban Gautier
, 
Sébastien Rossignol

Le commerce d’esclaves dans les mers du Nord au haut Moyen Âge : un bilan historiographique

Florent Jouffret

Texte intégral

1La question du commerce d’esclaves dans les mers septentrionales au haut Moyen Âge est un sujet doublement problématique. Tout d’abord parce que la catégorie sociale formée par les esclaves fait problème, nécessite d’être questionnée et justifiée. Ensuite, parce que le sujet de l’esclavage est mal connu pour cette période : les sources sont rares. De plus, l’étude de l’esclavage présente de nombreux obstacles, tant au niveau méthodologique qu’en raison de la difficulté d’interpréter les termes classiques désignant l’esclave, c’est-à-dire de comprendre la réalité sociale derrière la terminologie.

2De la même manière, il est nécessaire de s’interroger sur les formes qu’ont pu prendre les échanges à une époque où le commerce se distingue mal du reste des relations sociales, notamment le pillage, la razzia, ainsi que de leurs contreparties pacifiques, le don et le contre-don (pour Karl Polanyi il faut attendre la fin du XVIIIe siècle pour voir l’apparition d’un champ économique autonome). En outre, il est nécessaire d’identifier les étapes de l’essor du commerce de main-d’œuvre servile. Cela me semble d’autant plus indispensable que l’esclavage est par nature lié à l’économie prémarchande. En effet, comme on le verra, la grande source de l’esclavage a été, au haut Moyen Âge, la guerre. Au départ de la transformation d’un homme en marchandise, il y a donc non pas un acte marchand mais un acte de violence et de contrainte lié à l’activité guerrière.

3Je vais donc procéder en trois temps. D’abord, je vais tenter de cerner la réalité de l’esclavage dans l’Europe du Nord-Ouest à travers ses pratiques et ses théorisations. En particulier, je vais chercher à savoir si on peut parler d’esclavage comme appropriation privée de l’homme par l’homme et, ce qui est encore différent, dans quelle mesure on peut parler d’esclave-marchandise dans les premiers siècles du haut Moyen Âge. Ensuite, je chercherai à distinguer trois étapes dans le développement du commerce d’esclaves en mer du Nord et en mer Baltique. Enfin, il s’agira de comprendre comment les sociétés d’Europe du Nord-Ouest en sont arrivées à rejeter le commerce d’esclaves comme un élément qui leur était devenu étranger.

Théories et pratiques de l’esclavage en Europe du Nord-Ouest au haut Moyen Âge

  • 1 Alcuin, Interrogationes et responsiones in Genesin, PL, 100 557 B :» enim homo ab homine superatus (...)
  • 2 Voir M. I. Finley, Slavery in Classical Antiquity, Londres, Heffet & Sous, 1959, et M. McCormick, (...)

4L’esclavage est une notion qui existe bel et bien au haut Moyen Âge. Elle est une catégorie sociale pensée et réfléchie par les hommes de cette époque : ainsi pour Alcuin, à la fin du VIIIe siècle et au tout début du IXe siècle, il est évident que la guerre produit des esclaves. Son interprétation du terme latin classique servus est tout à fait significative. On sait qu’à cette époque l’étymologie, réelle ou imaginaire, détermine le sens de la plupart des mots, au fil des analogies et des associations de mots et suivant une logique symbolique. En s’appuyant sur une tradition ancienne qui remonte au droit impérial de l’Antiquité tardive par l’intermédiaire des Origines d’Isidore de Séville, Alcuin pensait que le mot servus dérivait du mot servatus, qui signifie littéralement « préservé »1. Le servus, l’esclave, serait donc celui qui a été préservé de la mort à l’issue d’une capture lors de la guerre, celui dont la vie aurait été épargnée par son vainqueur. De même, toujours pour Alcuin, dans ses Interrogationes et responsiones in Genesin, l’autre terme classique pour désigner l’esclave, le terme mancipium, aurait la signification de « celui qui a été fait captif par la force » (manus)2.

  • 3 P. Bonnassie, « Survie et extinction du régime esclavagiste dans l’Occident du haut Moyen Âge (IVe(...)
  • 4 Saint Augustin, Cité de Dieu, trad. du latin de Louis Moreau (1846) ; rev. par Jean-Claude Eslin, (...)
  • 5 1Co 7.20-24; Ep 6.5-9; Phm.
  • 6 Isidore de Séville, Sententiae, Turnhout, Brepols, 1998, III, 47.
  • 7 Sur le thème classique de la dépravation de l’esclave dans l’Espagne wisigothique, voir P. D. King (...)

5Or, il semble qu’il ne s’agit pas seulement d’une étymologie descriptive, mais aussi d’une réflexion normative : on voit chez Alcuin, comme le note Pierre Bonnassie, une légitimation religieuse de l’esclavage comme catégorie dans l’ordre social-chrétien3. Cette légitimation est dans la continuité d’une réflexion chrétienne ancienne, puisqu’on peut la faire remonter à saint Augustin dans sa Cité de Dieu4. En remontant encore plus loin, on peut constater que la réflexion de l’Église sur ce sujet trouve son origine chez l’apôtre Paul, dont trois passages des épîtres légitiment clairement l’institution servile5. C’est par le biais d’Isidore de Séville6 que cette pensée a fait école parmi les penseurs du haut Moyen Âge7. Ainsi, chez les penseurs chrétiens, les conceptions sociales sont commandées par des catégories religieuses et, tout en reprenant l’héritage juridique romain, ils comprennent l’esclavage comme une institution découlant du péché.

  • 8 Bède, Historia Ecclesiastica gentis Anglorum, IV, 22, éd. B. Colgrave et R. A. B. Mynors, Oxford, (...)
  • 9 S. Lebecq, « Imma, Yeavering, Beowulf. Remarques sur la formation d’une culture aulique dans l’Ang (...)

6Cette théorie de l’esclavage recoupe des pratiques sociales profanes qui existaient indépendamment d’elle et quelle devait prendre en compte. Pour l’Angleterre du haut Moyen Âge, nous disposons d’un témoignage central, celui de Bède le Vénérable. Ce dernier nous relate dans son Historia ecclesiastica gentis Anglorum (731 ou 732) l’histoire d’Imma, un jeune noble northumbrien lait prisonnier sur le champ de bataille puis vendu comme esclave en 6788. On voit bien dans l’étude par Stéphane Lebecq du cas d’Imma apparaître, derrière l’histoire édifiante, le mécanisme social de l’asservissement tel qu’il semble exister en Angleterre au haut Moyen Âge : quand un combattant est fait prisonnier, le vainqueur a le choix entre la mise à mort et la sauvegarde9. Pour un maître, laisser sa vie au captif, soit en le gardant avec lui, soit en le vendant, c’est le « délier », c’est-à-dire d’une certaine façon le libérer de la mort. Mais en le sauvegardant, le maître s’approprie le captif et ne fait que suspendre la menace de mort. « Mort-vivant », mort en sursis, mort social, tel est le cas du prisonnier qui, coutumièrement, était tué par le vainqueur. Si ce dernier le laissait vivre, le prisonnier le reconnaissait comme son maître. Nous avons là une sorte de don et de contre-don : la vie contre la servitude. Dans ce sens, le maître redonne la vie, engendre de nouveau l’esclave, et est donc comme un nouveau parent de l’esclave. L’entrée en servitude est comme le début d’une nouvelle vie, et il apparaît logique que le maître nomme ce dernier. L’esclave est un puer, un enfant dans le sens où il a été de nouveau « engendré » par celui qui l’a laissé vivre, le maître, à qui l’esclave doit la vie.

  • 10 Pactus legis salicae, II, 8, 14; III, 4, 7, 8; X, 1, 3, 4: éd. K. A. Eckhardt dans MGH, Leges nati (...)
  • 11 Sur tous ces aspects statutaires permettant de définir ce qu’est l’esclave dans les codes « german (...)

7De cette manière, l’esclave apparaît comme un bien, comme la propriété privée d’un maître. De fait, dans plusieurs textes normatifs on ne lui reconnaît pas de personnalité juridique, comme par exemple dans la Loi salique. Il n’est jamais considéré comme une victime, mais comme le bien d’un propriétaire, au même titre qu’une vache ou un cheval. C’est comme cela que dans le Pactus legis salicae, les vols d’esclaves sont présentés comme similaires aux vols de bétail, de chiens, de porcs, etc.10 Selon la mentalité esclavagiste, on établit une différence d’espèce entre l’esclave et le libre. L’esclave est entièrement soumis à l’arbitraire de son maître ; il est coupé de la société des libres par des interdits matrimoniaux sévères. Il peut se voir infliger des peines physiques très lourdes. Bien que son témoignage n’ait pas de valeur juridique, on a le droit d’utiliser la torture pour le faire parler11.

8Il est très révélateur que l’esclave continue à être désigné dans les sources par le terme mancipium. Ce mot a la signification générale de « propriété privée » ; le mot est d’ailleurs de genre neutre, ce qui exprime bien la réification de l’esclave. Le mancipium s’oppose au possesseur de biens, le dominus.

  • 12 Je reprends ici en grande partie les développements de la synthèse classique d’histoire économique (...)
  • 13 Sur l’esclavage à Rome, voir la synthèse d’Y. Thébert, « L’esclave », dans L’homme romain, éd. par (...)

9Mais l’esclave est-il pour autant un esclave-marchandise, entrant pleinement dans le jeu de l’échange marchand ? Cela me paraît contestable. À mon sens, il s’oppose avant tout à son maître comme quelqu’un qui est coupé de sa parenté face à quelqu’un qui peut compter sur une solidarité de sa parenté. L’esclave, en Europe du Nord-Ouest, s’oppose au guerrier libre qui participe aux expéditions régulières de pillage et de razzia, et dont la liberté se définit elle-même... par la capacité de faire des vaincus des esclaves12. La catégorie de l’esclavage est complexe, puisque l’esclave est dans un entre-deux mal défini entre le libre et la simple propriété, et cette ambiguïté pose une série de problèmes juridiques et religieux. C’est pourquoi la catégorie d’« esclave-marchandise » héritée de l’Antiquité gréco-romaine ne me semble pas pleinement satisfaisante pour les sociétés de l’Europe du Nord-Ouest au haut Moyen Âge. L’esclave y est certes considéré comme un bien, mais on ne trouve, par exemple, pas de droit commercial de l’esclave. Le droit de l’esclave tourne autour des conflits que peuvent avoir des propriétaires paysans entre eux : vol commis par un esclave, vol ou meurtre d’un esclave par un autre libre. Il n’existe pas, au haut Moyen Âge, de droit commercial complexe impliquant l’esclave, comme il existait dans le droit romain à partir de la fin de la République, alors que l’esclavage était devenu un rapport de production essentiel en Italie, où l’on pouvait trouver des cas de location et de vente d’esclave, voire une autonomie commerciale accordée par un maître à un esclave pour des opérations marchandes au loin13. Autrement dit, si l’esclave apparaît bien, au début du haut Moyen Âge, comme une valeur d’usage dont le travail peut être exploité par le maître, il semble n’avoir été inséré que dans une faible mesure dans le jeu de l’échange commercial. Il apparaît donc rarement comme valeur d’échange à proprement parler.

Quel commerce d’esclaves en mer du Nord ?

10Mais si l’esclave du haut Moyen Âge entre difficilement dans la catégorie de l’esclave-marchandise telle que l’Antiquité l’a pensée, dans quelle mesure peut-on parler de commerce d’esclaves ? En fait, l’histoire du commerce d’esclaves en mer du Nord est celle d’un lent développement, à travers trois étapes, à partir d’un étiage au Ve siècle.

  • 14 C’est le sens de la démonstration de S. Lebecq, « Entre Manche et mer du Nord, entre Grande-Bretag (...)

11En effet, depuis le Ve siècle et la fin du commerce interne à l’Empire romain, on connaissait certes des relations d’échange le long des rivages de la Manche et de la mer du Nord, mais ni les textes du VIe siècle, ni les fouilles archéologiques, ne fournissent d’indication sur l’existence de places de commerce spécifiques, ou d’un corps de marchands professionnels. Par ailleurs, aucun des peuples nouvellement installés ne frappait encore monnaie, ce qui semble généralement indiquer un faible développement des systèmes d’échanges14. Les échanges se réalisaient sans doute essentiellement par le troc et la pratique du don et du contre-don, qui faisait partie des usages diplomatiques.

  • 15 R. Hodges, Dark Age Economies. The Origins of Towns and Trade, A.D. 600-1000, Londres, Duckworth, (...)

12Richard Hodges pense que l’échelle de ces échanges, que l’on ne pourrait qualifier véritablement de commerce, serait probablement modeste15.

  • 16 Bède, HE, II, 1 ; cf. S. Lebecq, Marchands et navigateurs frisons du haut Moyen Age, Lille, Presse (...)
  • 17 S. Lebecq, « Sklave. A) Westen. 1) West und Mitteleuropa », dans Lexikon des Mittelalters, vol. VI (...)

13En échange des objets de prestige apportés au Nord pour la cour mérovingienne, des esclaves étaient envoyés jusqu’en Italie, où le pape Grégoire le Grand en trouva sur le marché aux esclaves de Rome16. De même, on voit des aristocrates ou rois mérovingiens du VIIe siècle entretenir en leur maison des esclaves anglo-saxonnes, la plus célèbre étant Bathilde, épouse de Clovis II, qui devint reine17. Les îles Britanniques étaient en effet réputées au haut Moyen Âge pour être un lieu de recrutement d’esclaves prisonniers de guerre, qui étaient vendus loin au Sud.

  • 18 Voir S. Lebecq, « La Neustrie et la mer », dans La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à (...)
  • 19 S. Lebecq, « Le grand commerce frison au début du Moyen Âge : une mise à jour », Revue du Nord, no(...)

14Avec le début du VIIe siècle, nous voyons en revanche apparaître des échanges que l’on peut qualifier de véritablement commerciaux, c’est-à-dire avec un recours systématique au numéraire, ainsi que le développement de structures portuaires nouvelles pour les zones côtières du continent comme Dorestad, située à la tête du delta du Rhin, et Quentovic, dans l’estuaire de la Canche18. Enfin, on constate à partir de cette époque l’existence d’acteurs que l’on peut dès lors qualifier de véritables marchands professionnels, de negotiatores. Leur métier était de se livrer à l’importation et l’exportation de marchandises ; ils voyageaient avec de l’argent et formaient des colonies à l’étranger. Stéphane Lebecq a analysé les Miracles de saint Goar ; écrits au IXe siècle, qui font état de ces petits entrepreneurs indépendants, assurant avec un bateau, quelques esclaves, une cargaison et du numéraire, la liaison entre les rives de la mer du Nord19. Parmi ceux-ci, on notera particulièrement la présence de Frisons, un peuple qui a joué, à partir de leur région située au centre des échanges commerciaux, un rôle fondamental d’intermédiaires entre la haute Rhénanie, l’Angleterre, mais aussi la Scandinavie, de la fin du VIIe siècle jusqu’à la fin du IXe siècle. La meilleure preuve de leur spécialisation en tant que marchands professionnels est sans doute l’existence de quartiers, voire de colonies frisonnes à l’étranger – en Angleterre, Londres et surtout York au VIIIe siècle – où ils s’expatriaient avec femmes et enfants.

  • 20 Bède, HE, IV, 22.
  • 21 S. Lebecq, Marchands et navigateurs..., op. cit., p. 135.

15Il semble donc de l’avis général des historiens que le commerce d’esclaves ait fait partie intégrante de ce renouveau proprement commercial que Stéphane Lebecq a identifié aux touts débuts de VIIe siècle : il est tout à fait significatif que le premier marchand frison qui émerge des sources écrites, vers 678, ait été occupé, à Londres, à racheter des prisonniers de guerre20. Ainsi, on peut constater, avec Stéphane Lebecq, l’importance du commerce d’esclaves au sein du commerce frison dans le fait que la vente des mancipia in paganas gentes, ou encore extra patriam, est le seul commerce de grande envergure mentionné dans la Lex Frisionum du début du IXe siècle21. Et de fait, tout indique que les Frisons aient amené vers le Sud, depuis leur propre pays ou depuis leurs lointains marchés d’approvisionnement situés outre-mer, avec les peaux, les fourrures et les draps, des cargaisons d’esclaves.

  • 22 M. McCormick, Origins..., op. cit., p. 654.
  • 23 Ibid., p. 761.

16Y avait-il d’autres sources de captifs pour les Frisons que la Grande-Bretagne ? On peut supposer que les Frisons en achetaient aussi en Scandinavie. Nous savons qu’ils importaient à Dorestad des esclaves puisqu’à Utrecht la cathédrale fut en partie financée par les rois francs avec les droits de douane (decima) perçus sur les ventes d’esclaves, aussi bien que sur d’autres marchandises. Le long du Rhin, on trouvait des équipes d’esclaves qui tiraient le bateau de leur maître contre le courant. Le même récit des Miracles de saint Goar (IXe siècle) nous montre un marchand frison remontant le fleuve accompagné de quatre esclaves, un à bord pendant que les trois autres tiraient, ce qui semble avoir été leur fonction spécifique. Toujours dans ce récit, on observe un autre marchand frison, lui aussi accompagné d’un groupe d’esclaves puisque, pris d’un accès de colère, il aurait tué un esclave qui s’était enfui et réfugié près d’un autel22. On sait aussi que des marchands mosans fréquentaient les îles zélandaises, où ils venaient peut-être prendre livraison des esclaves vendus par les marchands frisons, pour ensuite les revendre au Sud, sur le grand marché de Verdun. Les voies les plus probables du grand commerce d’esclaves menaient vers le Sud, et à partir de Verdun, à la Méditerranée par la vallée du Rhône23.

17L’utilisation d’esclaves pour le transport de marchandises laisse penser que commerce d’esclaves ne portait sans doute pas sur un grand nombre d’asservis à la fois, et il n’était probablement pas séparé du commerce d’autres marchandises. De plus, les esclaves avaient cet avantage, parmi les autres marchandises, qu’ils pouvaient fournir une force pour en transporter d’autres.

  • 24 Bède, HE, IV, 22 : omnes fratres et cognati.
  • 25 S. Lebecq, « Imma, Yeavering... », art. cit.

18Après avoir signalé les grands traits de ce commerce dans les premiers siècles du haut Moyen Âge, il faudrait aussi en signaler les limites. Tout d’abord, la transformation de l’asservi en une marchandise destinée à être vendue au loin ne semble être qu’une solution de dernier recours dans le cas d’Imma : il aurait dû dans un premier temps être tué comme combattant du parti adverse, puisque le comte mercien aurait menacé de faire endosser à son prisonnier la responsabilité de la mort de « tous ses frères et parents24 » tués au combat. Le réflexe premier n’était donc pas de transformer l’asservi en marchandise et de le revendre, mais bien de venger les frates et cognati ; il s’agit de la relation d’hostilité sur des bases de parenté, dans la tradition de la faide. Ce n’est que par un concours de circonstances extraordinaires qu’Imma a échappé à la mort. Et même ensuite, avant d’être vendu à l’étranger par un marchand frison, il a été racheté par le roi de Kent, à cause des relations familiales et auliques de ce dernier avec Imma, qui était issu de la haute aristocratie northumbrienne. La vente à l’étranger semble donc bien être une voie de dernier recours, après l’échec des interventions de la parenté25.

  • 26 Voir P. Holm, « The Slave Trade of Dublin, Ninth to Twelfth Centuries », Peritia, 5, 1986, p. 317- (...)

19Et de fait l’asservissement était sans doute à cette époque plus souvent destiné à déboucher sur une rançon et une négociation avec la parenté du captif que sur la vente au loin. Ainsi, selon l’historien danois Poul Holm, à partir du IXe siècle, la capture de prisonniers était une partie intégrante des hostilités menées par les Vikings, mais elle n’était pas le motif premier des raids. Il faudrait plutôt comprendre la capture de prisonniers comme un moyen de défier l’adversaire, de marquer sa supériorité militaire, voire de marquer une relation de subordination politique, qui pourrait en même temps être une alliance. Tout cela pouvait être bien sûr accompagné de l’imposition d’un tribut aux vaincus ou d’une rançon. En préservant la vie du vaincu, on faisait de lui et de sa parenté des obligés26.

20Il faut d’ailleurs être attentif à la relation entre guerre et commerce d’esclaves : à cette étape du développement commercial nous voyons des commerçants acheter des prisonniers de guerre capturés et acheminés par leurs ennemis locaux. Il n’est cependant pas question d’expéditions guerrières, de chasses organisées aux esclaves dans le but d’approvisionner régulièrement un marché. En effet, il semble qu’un facteur central manquait au développement du commerce d’esclaves : une demande régulière et massive en esclaves sur des marchés lointains, avec des acheteurs capables de payer le prix fort pour des esclaves. En effet, nous n’avons pas d’indications claires laissant entendre que la demande en esclaves lointains aurait été forte sur les rives de la mer du Nord.

21Le cas des Frisons semble révélateur : ils se livraient au commerce d’esclaves avant tout pour les revendre à des marchands continentaux. Les Miracles de saint Goar nous montrent un commerce d’esclave portant sur un nombre réduit d’asservis ; de plus, les esclaves n’apparaissent jamais comme le seul type de « marchandise » transportée. Il semble donc bien qu’il n’ait pas existé avant le IXe siècle en mer du Nord un commerce d’esclaves distinct des autres activités commerciales. C’est seulement avec les débuts de l’ère carolingienne que l’on assiste à la naissance d’un nouveau type de commerce esclavagiste.

  • 27 Graphique 25.1 dans M. McCormick, Origins..., op. cit., p. 756, et discussion p. 755-757.
  • 28 À titre d’exemple, on sait qu’un raid esclavagiste arabe en Septimanie en 793 a produit une quanti (...)

22Dans la deuxième moitié du VIIIe siècle apparaît une demande très puissante en main-d’œuvre servile dans la Méditerranée musulmane, c’est-à-dire au sein du califat de Bagdad et l’Espagne musulmane. Les prix des esclaves en Orient atteignirent des sommets inégalés comparés à ceux des esclaves vendus sur les rives européennes de la Méditerranée. Le graphique établi à ce sujet par Michael McCormick est très éloquent : on parvient à des rapports de valeur monétaire de 1 à 6, voire plus, et on peut estimer qu’un esclave peut tripler ou quadrupler de valeur après avoir été acheminé sur l’autre rive de la Méditerranée27. On ne saurait sous-estimer la puissance de l’attrait de l’or musulman pour les marchands d’esclaves. Elle provoqua une vaste chasse aux esclaves en Méditerranée, puis dans les régions slaves avec des raids spécifiquement destinés à faire des captifs pour les revendre, ce qui était une pratique tout à fait nouvelle à cette époque28.

  • 29 M. McCormick, « Voyageurs, monnaies, et esclaves. Aux origines de l’économie européenne », Dossier (...)
  • 30 Voir M. McCormick, Origins..., op. cit., p. 755-757.

23Michael McCormick a fait une analyse détaillée de ce commerce d’esclaves d’Occident en Orient, qui aurait été pour lui le moteur d’un renouveau du commerce méditerranéen, voire de l’économie marchande européenne en général, entre la deuxième moitié du VIIIe siècle et la fin du Xe siècle29. Les routes esclavagistes principales du IXe siècle auraient mené de l’Europe centrale slave jusqu’à Lyon et l’Espagne d’une part et de l’autre vers Venise en passant par les Alpes. Le nombre d’asservis aurait été d’une tout autre échelle que dans l’Europe du Nord à la période antérieure : il ne s’agirait pas de quelques esclaves, mais de dizaines, voire de « cargaisons » de l’ordre d’une centaine d’esclaves qui auraient été échangées30.

  • 31 Voir R. M. Karras, Slavery and Society in Medieval Scandinavia, New Haven et Londres, Yale Univers (...)

24Quelles conséquences ce trafic a-t-il eues sur les mers du Nord de l’Europe ? Il semble que l’attrait de l’or musulman se soit fait sentir jusqu’en mer du Nord et en mer Baltique, régions pourtant bien périphériques par rapport à la « serre chaude » du commerce esclavagiste qu’était la mer Méditerranée. Il n’y a là rien d’étonnant : le commerce d’esclaves fonctionne précisément comme un courant à longue distance entre deux pôles opposés de richesse et de circulation monétaire, l’un avancé et l’autre retardataire ; le profit marchand naît de ce gradient. Ce sont les Vikings, maîtres des mers septentrionales après le sac et la disparition du grand port frison de Dorestad en 863, qui ont probablement répondu à la demande. Ils se sont lancés dans la capture des Francs, des Anglo-Saxons et des Irlandais. Ainsi, l’historienne R. M. Karras, spécialiste de l’esclavage dans le monde Scandinave, a identifié, pour le IXe siècle, la chasse d’esclaves comme une activité spécifique des Vikings31.

  • 32 Ibid., p. 46.

25Des trouvailles de monnaie nous montrent des liens entre la Scandinavie et le Proche-Orient par le biais de la Russie. Le plus souvent on a interprété la présence importante de dirhams en Scandinavie, surtout dans le Gotland, comme un indice d’un commerce d’esclaves slaves qui serait passé par la Baltique pour la vente dans l’Orient musulman32. Par ailleurs, il est à peu près certain que les Suédois ont poussé, au-delà de la Baltique, vers le Dniepr jusqu’à Kiev, la mer Noire puis Byzance – autre grand importateur d’esclaves –, vendant des fourrures, de la cire, de l’ambre et des esclaves.

  • 33 S. Lebecq, « Sklave... », art. cit.

26Ainsi on assiste avec les débuts de l’ère carolingienne à une nouvelle étape, il faudrait dire une inflexion, du développement du commerce d’esclaves en mer du Nord. L’histoire de ce commerce d’esclaves fait donc apparaître un paradoxe : si les esclaves ont probablement été la principale marchandise échangée en mer du Nord au haut Moyen Âge, les textes et les données archéologiques suggèrent que la traite des esclaves était essentiellement destinée à l’approvisionnement des marchés méditerranéens : Rome d’abord, puis les villes musulmanes d’Espagne, Constantinople et au-delà le Proche-Orient musulman. Si l’esclave-marchandise existait, c’était donc essentiellement en tant que « marchandise » de luxe en circulation à l’intérieur, voire aux périphéries de l’Europe du Nord-Ouest, pour les aristocraties fortunées de la Méditerranée33.

  • 34 C. Wickham, Framing..., op. cit., p. 543.
  • 35 R. M. Karras, Slavery and Society..., op. cit., p. 76-92; D. Pelteret, Slavery in Early Medieval E (...)

27Comme le note Chris Wickham, l’esclave-marchandise n’a jamais réussi à pénétrer de manière significative le domaine de la production en Europe du Nord34. C’est que nulle part, dans la zone géographique dont il est ici question, il ne semble que l’agriculture ait reposé sur des grands domaines cultivés par des esclaves venant de l’étranger ; dans l'immense majorité des cas, que cela soit dans le monde Scandinave, en Frise ou en Angleterre, les esclaves travaillaient côté à côte avec leurs maîtres comme valets de ferme de condition servile, quand il ne s’agissait pas de femmes concubines donnant des enfants au maître, dont certains droits étaient reconnus. Dans les deux cas, ils étaient intégrés dans la maisonnée, bien qu’en position subordonnée35. Ce développement du trafic esclavagiste conduisit, en retour, à une nouvelle conception de la catégorie de l’esclave-marchandise et à une nouvelle définition de la servitude.

Servus et sclavus

28En effet, au même moment, une nouvelle réflexion ecclésiastique sur l’asservissement faisait son apparition. On n’en resta pas à la conception augustinienne de l’esclave comme homme déchu, écrasé par le péché originel, qu’il serait juste d’asservir. Le niveau de réflexion devint plus proprement politique, acquérant sa place en s’articulant avec le religieux.

  • 36 Leges Alamannorum, 27, 1-2, 97.1-17

29Avec la construction politique carolingienne, ainsi que l’essor des royaumes anglo-saxons en Angleterre, les souverains apparurent en effet comme sacrés et garants du salut du peuple de Dieu. Dans cette optique, pour les souverains, il devenait condamnable que certains de leurs sujets soient asservis et vendus à l’étranger. Ainsi le duc Landfrid d’Alémanie interdit la vente d’esclaves à l’étranger sans son autorisation dans la deuxième ou troisième décennie du VIIIe siècle36.

  • 37 Je reprends ici en grande partie l’argumentation de G. Duby, Guerriers et paysans..., op. cit., p. (...)

30Ces réflexions sont anciennes, mais elles prennent un aspect tout à fait nouveau avec le commerce lointain en direction des pays d’Islam. En effet, on perçut comme un scandale, du point de vue chrétien, de vendre un chrétien à un musulman, car on pouvait ainsi condamner l’âme du captif. Il s’agissait de tout à fait autre chose que de vendre un chrétien à Rome. En conséquence, celui qui contribuait à cette damnation était passible de damnation lui-même. À une époque qui connaissait un souci extrême du salut, c’était là une limite considérable posée au commerce d’esclaves, une sorte d’infamie qui lui était associée, une infamie supplémentaire à celle traditionnellement associée au commerce d’êtres humains, voire au commerce en général. De plus, si la traite esclavagiste, que nous avons vu se développer en direction de l’Orient, concernait surtout des païens germains et slaves, il n’en reste pas moins que pour l’Église, il s’agissait d’autant d’âmes à conquérir. Les trafiquants étaient en outre connus pour rafler au passage nombre de chrétiens, dans un monde où le commerce se distinguait mal du pillage37.

  • 38 Voir sur la question des législations les développements de M. McCormick, Origins..., op. cit., p. (...)

31À cause de cela, les interdits se multiplièrent, promulgués par les souverains à partir du milieu du VIIIe siècle. Certes, leur répétition montre bien les limites des interdits, mais dans l’espace franc du VIIIe siècle, il est évident que ces interdits dressaient des obstacles considérables à l’asservissement et à la vente de Francs et de chrétiens, en général à l’étranger. En conséquence, le commerce vers l’Islam se reporta entièrement sur les Slaves païens38. Avec la christianisation et une première unification politique se construisit une définition d’un espace intérieur où l’on ne pouvait légitimement puiser des esclaves. Tout se passe comme si la promotion du critère d’humanité dans un vaste espace intérieur s’accompagnait de sa négation radicale à l’extérieur ; il y a là la manifestation d’un mécanisme anthropologique récurrent.

  • 39 Voir le bilan sur cette question de D. Pelteret, Slavery..., op. cit., p. 74-79.

32Certes, la chronologie de l’extinction du commerce d’esclaves s’étire sur de longues périodes en Europe du Nord-Ouest. Malgré tout, le cas de l’Angleterre en dit long : à partir du milieu du Xe siècle, avec l’unification politique et la christianisation du pays, il devint illégitime de capturer et de vendre des esclaves sur le marché intérieur anglais. Dès le IXe siècle le commerce d’esclaves anglais vers le continent a été évincé par le commerce de captifs slaves39.

  • 40 M. McCormick, Origins..., op. cit., p. 737.

33À terme, on aboutit donc à la distinction et à l’opposition entre deux types d’asservis : d’un côté les « asservis de l’intérieur » (mancipia ou servi), liés à la terre et immobiles, se reproduisant par hérédité, et de l’autre les captivi, un terme nouveau qui se répand sous le règne de Charles le Chauve pour désigner l’esclave-marchandise, réduit en captivité par la violence, que l’on pouvait vendre au loin40. Pour prendre une image, on pourrait dire que du point de vue des maîtres la gestion des mancipia s’opposait à celle ces captivi comme l’élevage s’opposait à la chasse.

  • 41 C. Meillassoux, Anthropologie de l’esclavage, Paris, PUF, 1986, notamment le chapitre II « Extrané (...)

34L’anthropologue africaniste Claude Meillassoux a noté que la catégorie de l’esclavage-marchandise mettait en jeu, dans les civilisations d’Afrique de l’Ouest, une zone culturelle parmi laquelle il est légitime de recruter les asservis. Cette zone est forcément celle de l’étranger, voire du « barbare » ; on parvient ainsi à une opposition entre des inclus et des exclus, un dehors et un dedans de la civilisation41.

35On constate l’apparition d’une distinction sémantique très importante avec le terme sclavus. L’« esclave » devient le « Slave », c’est-à-dire l’étranger lointain, le païen. Autrement dit, seul l’étranger lointain pouvait être radicalement asservi au niveau de l’esclave-marchandise. Le chrétien, lui, pouvait bien être un servus, mais ce servus faisait partie de l’ordre social. Il était inclus dans cette société, il n’est pas un exclu radical que l’on pouvait vendre et acheter. Il s’opposait donc nettement à l’esclave-marchandise de l’extérieur. C’est de là que vient l’évolution étymologique divergente entre sclavus-esclave et servus-serf. L’opposition entre les deux types d’asservis semble donc s’opérer sur la base d’une distinction à la fois géographique, politique, religieuse et ethnique.

  • 42 M. McCormick, Origins..., op. cit., p. 737, confirme S. Lebecq, « Sklave... ».
  • 43 Voir à titre d’exemple É. Renard, « Les mancipia carolingiens étaient-ils des esclaves ? Les donné (...)

36À une conception assez indifférenciée de la servitude qui voyait un flottement, une ambiguïté entre des termes quasi-interchangeables – entre le mancipium, le servus, voire le puer – s’est donc substituée peu à peu une distinction nette entre le servus et le sclavus au cours du Xe siècle, en terre allemande d’abord. Cette distinction s’est répandue depuis dans toutes les langues vernaculaires de l’Europe occidentale sous les formes Sklave, slave, esclave...42. La conception de la liberté et de la servitude n’était alors plus la même. Elle n’était plus marquée par cette imprécision, cette ambiguïté que l’on avait encore à l’époque carolingienne, alors que la paysannerie recelait toute une hiérarchie complexe43.

  • 44 G. Duby, Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme, [1978], rééd. dans Id., Féodalité, op. ci (...)

37Ce mouvement trouva son achèvement dans la société féodale où les oppositions se simplifièrent entre dépendants et seigneurs, du fait d’une homogénéisation sociale de la paysannerie. Le contraste avec le haut Moyen Âge devient alors clair. Sur une base coutumière et locale, l’ensemble de la paysannerie d’une seigneurie, relativement unifiée, faisait face au seigneur. La barrière entre libres et non-libres au sein de la paysannerie disparut, en même temps que s’établissait l’asservissement de la paysannerie dans son ensemble. Paradoxalement, le terme classique pour l’esclave, servus, en vint à désigner le serf. Cette évolution déboucha sur la pensée d’Adalbéron de Laon et de Gérard de Cambrai, dans les années vingt du XIe siècle, avec leur schéma hiérarchique trifonctionnel. On connaît le succès que cette structure mentale de longue durée a ensuite rencontré. Une rupture, ou du moins une nette inflexion, était ainsi consommée d’avec les représentations sociales du haut Moyen Âge44.

38Nous avons vu que l’essor du commerce en mer du Nord a été, de fait, indissociable de celui du commerce d’esclaves, par lequel l’homme lui-même devient marchandise. Cependant, on peut dire que la destinée de l’esclavage dans les pays de la mer du Nord, pays « neufs » à l’économie marchande naissante au haut Moyen Âge, a pris une tournure sensiblement différente de celle de la Méditerranée antique, où la domination romaine sur la grande mer intérieure et le commerce sans cesse croissant de populations serviles avaient conduit à une généralisation de l’esclavage comme force de travail. Peut-on risquer, avec Moses Finley, une comparaison historique large ? L’historien américain a bien mis en avant le contraste qui oppose la société esclavagiste romaine classique, ainsi que les sociétés dites « germaniques » des premiers siècles du haut Moyen Âge, à la société féodale qui naît au XIe siècle. Dans les premières, une coupure nette opposait les libres – dont les relations politiques étaient pensées sous le signe d’une relative égalité – aux esclaves, alors que cette dernière comprenait au contraire un continuum de servitude au sein d’une société qui rejetait l’esclavage.

39Loin d’être un facteur de généralisation de l’esclavage, il semble bien que le commerce d’esclaves ait provoqué en retour un rejet de la catégorie de l’esclave-marchandise en Europe du Nord, et ce en raison d’un faisceau complexe de facteurs qui tiennent aux structures économiques et sociales de cette région, mais aussi aux conditions politiques et culturelles, notamment religieuses. Il apparaît ainsi que le commerce d’esclaves, en distinguant et précisant la catégorie de l’esclave-marchandise, a contribué à l’évolution des catégories de liberté et de servitude dans l’Europe du Nord à la fin du haut Moyen Âge.

Notes

1 Alcuin, Interrogationes et responsiones in Genesin, PL, 100 557 B :» enim homo ab homine superatus, jure belli possit occidi, quia servatus est, servus est appellatus. Inde et mancipia, quia [sunt] manu capta » ; Isidore de Séville, Origines, 9, 4, 43 et 45

2 Voir M. I. Finley, Slavery in Classical Antiquity, Londres, Heffet & Sous, 1959, et M. McCormick, Origins of the European Economy: Communication and Commerce A. D. 300- 900, Cambridge, Cambridge University Press, 2001. Pour la situation à Byzance, où la même étymologie de servus est reprise, ainsi que le même mécanisme d’asservissement voir Y. Rotman, Les esclaves et l’esclavage. De la Méditerranée antique à la Méditerranée médiévale, VIe-XIe siècles, Paris, Les Belles-Lettres, 2004.

3 P. Bonnassie, « Survie et extinction du régime esclavagiste dans l’Occident du haut Moyen Âge (IVe-XIe siècles) », Cahiers de Civilisation médiévale, no 78, 1985, p. 307-343. La polysémie du terme dotninus est en soi significative : maître de la maisonnée, propriétaire, seigneur, évêque, roi et Dieu. On peut ainsi faire l’hypothèse selon laquelle la catégorie de servitude a fonctionné comme une catégorie « totalisante » au haut Moyen Âge, permettant de penser les relations économiques, sociales, politiques, religieuses et de parenté.

4 Saint Augustin, Cité de Dieu, trad. du latin de Louis Moreau (1846) ; rev. par Jean-Claude Eslin, Paris, Éditions du Seuil, 1994, XIX, 15 et 16.

5 1Co 7.20-24; Ep 6.5-9; Phm.

6 Isidore de Séville, Sententiae, Turnhout, Brepols, 1998, III, 47.

7 Sur le thème classique de la dépravation de l’esclave dans l’Espagne wisigothique, voir P. D. King, Law and Society in the Visigothic Kingdom, Cambridge, Cambridge University Press, 1972.

8 Bède, Historia Ecclesiastica gentis Anglorum, IV, 22, éd. B. Colgrave et R. A. B. Mynors, Oxford, Oxford University Press, 1969 (désormais HE).

9 S. Lebecq, « Imma, Yeavering, Beowulf. Remarques sur la formation d’une culture aulique dans l’Angleterre du VIIe siècle », dans La Culture du haut Moyen Age : une question d’élites ?, éd. par F. Bougard, R. Le Jan et R. McKitterick, Turnhout, Brepols, 2009, p. 239-256.

10 Pactus legis salicae, II, 8, 14; III, 4, 7, 8; X, 1, 3, 4: éd. K. A. Eckhardt dans MGH, Leges nationum Germanicarum, IV/1, Hanovre, 1967.

11 Sur tous ces aspects statutaires permettant de définir ce qu’est l’esclave dans les codes « germaniques », la référence reste à mon sens la synthèse de P. Bonnassie, « Survie et extinction... », art. cit.

12 Je reprends ici en grande partie les développements de la synthèse classique d’histoire économique et sociale de G. Duby, Guerriers et paysans, VIIe-XIIe siècle. Premier essor de l’économie européenne, [1973], rééd. dans ID., Féodalité, Paris, Gallimard, 1996, qui me semblent sur ces points tout à fait confirmés par celle de P. Bonnassie et, plus récemment, par les travaux de Chris Wickham, notamment son ouvrage majeur : C. Wickham, Framing the Early Middle Ages. Europe and the Mediterranean (400-800), Oxford, Oxford University Press, 2005, notamment les p. 428-441 et 535-547.

13 Sur l’esclavage à Rome, voir la synthèse d’Y. Thébert, « L’esclave », dans L’homme romain, éd. par A. Giardina, Paris, Seuil, 1992.

14 C’est le sens de la démonstration de S. Lebecq, « Entre Manche et mer du Nord, entre Grande-Bretagne et continent, les relations à travers le détroit dans les premiers siècles médiévaux », dans Les champs relationnels en Europe du Nord et du Nord-Ouest des origines à la fin du Premier Empire, éd. par S. Curvillier, Calais, 1994.

15 R. Hodges, Dark Age Economies. The Origins of Towns and Trade, A.D. 600-1000, Londres, Duckworth, 1982.

16 Bède, HE, II, 1 ; cf. S. Lebecq, Marchands et navigateurs frisons du haut Moyen Age, Lille, Presses universitaires de Lille, 1983, vol. 1, p. 24.

17 S. Lebecq, « Sklave. A) Westen. 1) West und Mitteleuropa », dans Lexikon des Mittelalters, vol. VII, Munich 1995, col. 1977-1980.

18 Voir S. Lebecq, « La Neustrie et la mer », dans La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, éd. par H. Atsma, Sigmaringen, Thorbecke, 1989 (Beihefie der Francia, 16/1 et 16/2), p. 405-440.

19 S. Lebecq, « Le grand commerce frison au début du Moyen Âge : une mise à jour », Revue du Nord, no 79, 1997, p. 995-1005 ; Id., « Pour une histoire des équipages (mers du Nord, Ve-XIe siècles) », dans Les Hommes et la mer dans l’Europe du Nord-Ouest de l’Antiquité à nos jours. Actes du colloque de Boulogne-sur-Mer, éd. par A. Lottin, J.-C. Hocquet et S. Lebecq, Lille/Villeneuve-d’Ascq, 1986, p. 233-255.

20 Bède, HE, IV, 22.

21 S. Lebecq, Marchands et navigateurs..., op. cit., p. 135.

22 M. McCormick, Origins..., op. cit., p. 654.

23 Ibid., p. 761.

24 Bède, HE, IV, 22 : omnes fratres et cognati.

25 S. Lebecq, « Imma, Yeavering... », art. cit.

26 Voir P. Holm, « The Slave Trade of Dublin, Ninth to Twelfth Centuries », Peritia, 5, 1986, p. 317-45.

27 Graphique 25.1 dans M. McCormick, Origins..., op. cit., p. 756, et discussion p. 755-757.

28 À titre d’exemple, on sait qu’un raid esclavagiste arabe en Septimanie en 793 a produit une quantité prodigieuse d’esclaves. On a même avancé le chiffre de 225 000 prisonniers. Ce chiffre, tout à fait exagéré, donne pourtant une idée de la puissance de la demande arabe en esclaves : voir E. Lévi-Provençal, Histoire de L’Espagne musulmane, 2e éd., Paris, Maisonneuve, 1950-1953. Quant à M. McCormick, il suggère le chiffre de 45 000 captifs : Origins..., op. cit., p. 773.

29 M. McCormick, « Voyageurs, monnaies, et esclaves. Aux origines de l’économie européenne », Dossiers d’Archéologie, no 256, septembre 2000, p. 44-47.

30 Voir M. McCormick, Origins..., op. cit., p. 755-757.

31 Voir R. M. Karras, Slavery and Society in Medieval Scandinavia, New Haven et Londres, Yale University Press, 1988.

32 Ibid., p. 46.

33 S. Lebecq, « Sklave... », art. cit.

34 C. Wickham, Framing..., op. cit., p. 543.

35 R. M. Karras, Slavery and Society..., op. cit., p. 76-92; D. Pelteret, Slavery in Early Medieval England, Woodbridge, Boydell, 1995, p. 251-254.

36 Leges Alamannorum, 27, 1-2, 97.1-17

37 Je reprends ici en grande partie l’argumentation de G. Duby, Guerriers et paysans..., op. cit., p. 108-110.

38 Voir sur la question des législations les développements de M. McCormick, Origins..., op. cit., p. 740 et 748-752.

39 Voir le bilan sur cette question de D. Pelteret, Slavery..., op. cit., p. 74-79.

40 M. McCormick, Origins..., op. cit., p. 737.

41 C. Meillassoux, Anthropologie de l’esclavage, Paris, PUF, 1986, notamment le chapitre II « Extranéité », p. 68-85.

42 M. McCormick, Origins..., op. cit., p. 737, confirme S. Lebecq, « Sklave... ».

43 Voir à titre d’exemple É. Renard, « Les mancipia carolingiens étaient-ils des esclaves ? Les données du polyptyque de Montier-en-Der dans le contexte documentaire du IXe siècle », dans Les moines du Der (673-1790). Actes du colloque international d’histoire, éd. par P. Corbet, Joinville/Montier-en-Der, Dominique Guéniot éditeur, 1998, p. 179-209.

44 G. Duby, Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme, [1978], rééd. dans Id., Féodalité, op. cit., p. 611-616. J. Le Goff note que le schéma triparti révèle une promotion idéologique du travail et des travailleurs ruraux qui se dégagent en partie de la macule servile : J. Le Goff, Travail, techniques et artisans dans les systèmes de valeurs du haut Moyen Age (Ve-Xe siècle), in Un autre Moyen Âge, Paris, Quarto Gallimard, 1999, p. 120-121.

Auteur

Collège Moulin Blanc, Saint-Amand-les-Eaux

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search