Version classiqueVersion mobile

De la mer du Nord à la mer Baltique. Identités, contacts et communications au Moyen Âge

 | 
Alban Gautier
, 
Sébastien Rossignol

Aperçu des contacts à travers l’archéologie funéraire en Nord-Pas-de-Calais

Vianney Rassart

Texte intégral

  • 1 V. Rassart, « Aperçu de l’archéologie funéraire mérovingienne dans le département du Nord » dans L (...)
  • 2 V. Rassart, Carte archéologique du département du Nord du VIe au XIIe siècle, Mémoire de DEA sous (...)

1Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion de présenter une communication dont l’intitulé était « Aperçu de l’archéologie funéraire mérovingienne dans le département du Nord »1. Le département du Nord n’avait alors jamais fait l’objet d’une synthèse approfondie concernant la période mérovingienne. Il fallait bien une première fois, et c’est à travers un DEA2 effectué en 2003 qu’une première esquisse était écrite sur le département du Nord, en partenariat avec le Service Régional de l’Archéologie (SRA). Ce mémoire de master 2 – réforme oblige – m’a permis d’ouvrir un plus vaste sujet doctoral intitulé « Le peuplement de la région Nord-Pas-de-Calais à l’époque mérovingienne d’après l’archéologie funéraire ». Ce travail en cours d’achèvement représentera donc la première synthèse régionale pour cette période et constituera, je l’espère, un premier aperçu archéologique de cette région pour l’époque mérovingienne. Parler d’« aperçu » m’oblige heureusement à garder un regard critique puisqu’il ne s’agit que d’une synthèse fondée essentiellement sur des données récoltées durant plusieurs années pendant lesquelles le développement de l’archéologie préventive a vu le nombre de sites du haut Moyen Âge s’étoffer mais n’a guère favorisé la publication scientifique, principalement par manque de temps et de moyens.

Archéologie et identités : quelques points de méthode

2La première question est de savoir quelles informations l’on peut tirer d’une sépulture : l’interprétation que l’on en fera, les études que l’on rédigera et les conclusions que l’on pourra en tirer ne permettront jamais de restituer entièrement l’acte fait à un moment t et dans des circonstances que seuls les protagonistes de l’époque connaissaient. Ainsi, y a-t-il un lien possible ou imaginable entre le défunt et le « type » d’objets déposé dans sa tombe ? L’exemple d’un gobelet de type anglo-saxon dans une tombe peut révéler trois cas possibles :

  1. L’inhumé est anglo-saxon.
  2. L’inhumé a été en contact avec des Anglo-Saxons (commerce, mariage, don, vol...).
  3. Un protagoniste de l’enterrement (que l’inhumé peut ou non avoir connu) est anglo-saxon ou a eu des contacts directs ou indirects avec des Anglo-Saxons.

3De ce fait, on peut élargir cette explication à l’ensemble des données dites allogènes, si l’on évite d’attribuer systématiquement un objet à un peuple en particulier. La lecture doit être multiple et les considérations diverses pour ne pas tomber dans l’interprétation abusive. En cumulant les informations, il est tout à fait possible d’avoir un aperçu non seulement sur les objets, mais aussi sur les personnes qui pouvaient les côtoyer. Ces informations peuvent être classées au moins en deux catégories distinctes :

  1. Le mode d’inhumation.
  2. Le matériel funéraire.

4Les différentes composantes témoignent donc d’un ou plusieurs liens entre un objet, un mode culturel, une personne et un peuple. Ce lien n’est en aucune manière probant s’il n’est pas confronté avec d’autres indices plus significatifs. La région Nord-Pas-de-Calais possède de nombreux cas qui méritent d’être relevés et étudiés. Cette ébauche ne donnera donc qu’un aperçu limité mais assez significatif pour comprendre les éventuelles interactions entre l’objet, la personne et le monde extérieur.

  • 3 M. Kazanski et P. Périn, « Identité ethnique en Gaule à l’époque des grandes migrations et des roy (...)
  • 4 P. Pétrequin et A.-M. Pétrequin, Écologie d’un outil : la hache de pierre en Irian Jaya, Paris, CN (...)

5De nombreux chercheurs se sont essayés à proposer une explication sur l’identité d’une personne en se basant essentiellement sur les objets qui l’accompagnaient. Plusieurs réflexions, parfois opposées, peuvent avoir donné lieu à des argumentations plus ou moins confortées par des preuves. En 2008, Patrick Périn et Michel Kazanski ont ainsi réaffirmé l’idée qu’« il est donc tout à fait légitime, de même qu’en ethnologie, d’aborder les questions d’identité ethnique des populations anciennes à partir de leurs vestiges matériels, et donc de l’archéologie3 ». Réflexion intéressante qui rejoint les propos de Pierre et Anne-Marie Pétrequin en 19934. A contrario, Véronique Marthon écrivait en 2005 :

  • 5 V. Marthon, « La question de l’identité à travers l’étude des pratiques funéraires », Les petits c (...)

L’équation « culture matérielle égale ethnie » [...] est aujourd’hui jugée irrecevable car trop simpliste, tout comme l’attribution d’un objet particulier à une culture spécifique. [...] Nous savons également aujourd’hui que les coutumes funéraires se sont influencées les unes les autres lors de contacts entre les cultures différentes au début du Moyen Âge5.

6Cette idée n’avait certes rien de révolutionnaire puisqu’elle rejoignait la réflexion faite deux ans plus tôt par Anne Nissen-Jaubert :

  • 6 A. Nissen-Jaubert, « Historiographie de la spatialisation des élites : les approches archéologique (...)

Aujourd’hui, la plupart des chercheurs s’accordent à considérer ces pratiques funéraires comme une expression culturelle, qui n’implique pas forcément une origine ethnique précise, bien qu'elle soit toujours possible6.

7La question de l’identité est donc ouverte. Celle-ci est-elle le résultat de la volonté de l’individu et/ou de la volonté d’une personne en particulier et/ou de la communauté en général ? En 2000, Françoise Stutz supposait déjà que

  • 7 F. Stutz, « L’inhumation habillée à l’époque mérovingienne au sud de la Loire », Mémoires de la So (...)

grâce aux progrès des typochronologies et aux récentes études régionales, on peut désormais tenter de reconnaître les objets qui relèvent d’un costume ethnique, c’est-à-dire d’un costume caractéristique d’un groupe d’individus se reconnaissant de la même origine biologico-culturelle7.

8L’ensemble de ces réflexions étant rappelé, il fallait trouver une synthèse qui puisse servir de point de départ à notre étude. Françoise Vallet, à travers une formulation très attrayante, ne règle certes pas le sort de l’identité d’un individu mais suggère une réponse assez subtile :

  • 8 F. Vallet, « Regards critiques sur les témoins archéologiques des Francs en Gaule du Nord à l’époq (...)

La présence de nombreuses parures étrangères, témoignant d’une population aux origines très diverses, est une des caractéristiques des nécropoles de Gaule du Nord de la deuxième moitié du Ve siècle8.

9Cette affirmation reflète bien la complexité du questionnement sur l’identité. Plus largement, les propos de Iaroslav Lebedynsky sont sans doute les plus pertinents :

  • 9 I. Lebedynsky, Armes et guerriers barbares au temps des grandes invasions (IVe au VIe siècle ap. J (...)

La diffusion très rapide de certains styles, l’apparition presque simultanée d’équipements identiques dans des régions parfois très éloignées, semblent dues autant à des phénomènes de mode qu’aux migrations elles-mêmes9.

  • 10 M. Fondrillon, D. Germinet, A. Laurent, E. Marot, V. Marthon, N. Poirier et M. Salin, « Aborder la (...)
  • 11 J. Soulat, Le matériel archéologique de type saxon et anglo-saxon en Gaule mérovingienne, Saint-Ge (...)

10Si l’on part de ce constat, il est clair que les données issues de l’archéologie funéraire n’ont pas fini de faire parler d’elles10. Pour cette étude, je garderai donc la proposition du professeur Lebedynsky, qui assimile l’homogénéité ou l’hétérogénéité du matériel funéraire à un double facteur que sont les phénomènes de modes et les migrations. Je reprendrai aussi une distinction sur laquelle Jean Soulat a récemment insisté pour comprendre les relations possibles entre un défunt et un objet, et je garderai la notion de « type » que l’auteur utilise dans son étude du mobilier « de type anglo-saxon » : « C’est un terme neutre qui n’évoque pas le fait d’une fabrication insulaire ou continentale »11.

  • 12 A. Barbero, Barbares. Immigrés, réfugiés et déportés dans l’Empire romain, Paris, Tallandier, 2009 (...)

11Les réalités archéologiques sont donc propices à bon nombre d’interprétations. Les migrations des populations vont de pair avec les échanges, et la question reste de savoir si c’est l’objet qui est arrivé dans un lieu ou si c’est le migrant qui y a séjourné. Dans ce contexte, il semble difficile, mais non impossible, de déterminer avec précision les identités ethniques au sein du peuplement de la région. Qu’est-ce qui nous permet aujourd’hui de différencier un Franc, un Alain, un Anglo-Saxon, un Burgonde, un Wisigoth, un Saxon, un Frison, un Gallo-Romain, un guerrier étranger recruté par l’armée romaine12 ? Rien, si ce n’est le matériel qui l’accompagne, et même s’il est difficile de déterminer si celui-ci reflète l’ethnicité de l’individu plutôt qu’un comportement, une envie, une mode venue parfois de loin.

12Dès lors, la tombe devient le lieu symbolique de l’identité d’un homme, déterminée par le matériel funéraire entreposé par sa volonté ou par la volonté commune de gens proches de lui. La sépulture est aussi le lieu de toutes les expressions du pouvoir. Elle est à la fois le reflet d’une identité, d’une origine, et l’expression de la volonté du défunt et/ou de son clan. Il est toujours difficile de dire si celui-ci a choisi son mode d’inhumation et le matériel qui allait l’accompagner, ou si l’ensemble de ce rituel relevait de traditions ancestrales. En tout état de cause, choisi ou non, le mode d’inhumation exprime les tendances d’un groupe, souligne les influences et reflète une certaine idée du pouvoir. Si l’expression de l’identité ethnique s’exprime par la présence d’un matériel allogène, il est plus difficile de cerner l’importance d’un personnage par la simple étude de sa sépulture. Toutefois, le mode d’inhumation est une caractéristique essentielle qui apporte une information primordiale pour comprendre le statut d’un individu. Il paraît évident que le commun des mortels ne peut bénéficier des mêmes égards qu’un roi ou un prince. Cette différenciation nous renvoie au caractère très récent de « l’égalité devant la mort ».

La sépulture, lieu d’expression des contacts ?

  • 13 J’utilise le terme nécropole par facilité de langage, pour désigner l’ensemble des sites funéraire (...)

13La région Nord-Pas-de-Calais comptait en 2005, 280 nécropoles13 mérovingiennes. Certaines d’entre elles illustrent parfaitement l’expression du pouvoir, mais aussi, parfois, l’identité des individus.

Répartition géographique des nécropoles mérovingiennes dans la région Nord-Pas-de-Calais

14La tombe d’Artres (Nord) est sans doute l’exemple qui renferme à la fois l’idée de pouvoir d’un individu mais aussi celle d’une influence allogène. Cette sépulture est richement dotée, contenant entre autres deux fibules ansées à pied losangé de type Hahnheim, un bractéate et des bird brooches, matériel de type anglo-saxon. Cette idée est renforcée par la présence présumée d’un tertre. Laurent Verslype nous rappelle le contexte de cette sépulture et deux points importants :

  • 14 L. Verslype, « Tertres funéraires et sépultures délimitées en Neustrie septentrionale : Réflexions (...)

En 1855, un fermier souhaitait aplanir son champ et rasa un petit tertre. La construction de tertres [...] n’est pas rare dans le monde mérovingien. Les cas les plus modestes sont répartis dans de nombreux cimetières des mondes saxon, bavarois, thuringien, alaman, franc, anglo-saxon ; la présence de mobiliers allogènes et notamment de céramique tournée, ainsi que la présence de tombes richement dotées, ou dotées d’un mobilier particulièrement signifiant, et celle de sépultures de chevaux sont autant de caractères qui coïncident et qui plaident en faveur de l’existence de tumuli14.

15D’autres types d’inhumations expriment l’idée de pouvoir tout en étant accompagnées d’un matériel de caractère allogène. À Neuville-sur-Escaut, la sépulture 68 est à proximité d’une sépulture de chevaux. Cette nécropole renferme aussi des objets de type thuringien. La présence de chevaux inhumés, que l’on retrouve dans notre région, est l’expression typique d’une influence orientale parvenue jusqu’à nous. Selon Michael Müller-Wille,

  • 15 M. Müller-Wille, « Les tombes royales et aristocratiques à tumuli », Antiquités Nationales, 29, 19 (...)

il ne fait aucun doute qu’il y a, dans ces inhumations de chevaux, une influence orientale. La majorité des sépultures de chevaux qui nous sont parvenues se trouvent dans les cimetières datant du Ve au VIIIe siècle et sont situées entre le Rhin, l’Elbe et le Danube supérieur15.

16Plusieurs sites renferment des sépultures équines : on peut citer les nécropoles d’Hordain (N), Neuville-sur-Escaut (N), Haut-Lieu (N), Acquin (PdC), Béthune (PdC), Fréthun (PdC), Nesles (PdC), Preures (PdC), Zudausques (PdC).

  • 16 C. Tréffort, L’Église carolingienne et la mort, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1996, p. 76- (...)
  • 17 Si quis corpus defuncti hominis secundun ritum pagatiorum flamma consumi fecerit et ossa eius ad c (...)

17D’autres modes funéraires sont l’expression d’un caractère allogène à la culture gallo-romaine. Ainsi des incinérations qui, disparues au IIe-IIIe siècle au profit des inhumations, réapparaissent à travers de possibles migrations de populations danubiennes. Cette pratique semble plus liée aux coutumes de certains peuples qu’à un effet de mode que les autochtones auraient eu l’idée de reprendre, même si l’on ne peut exclure cette hypothèse. Dans la région, plusieurs incinérations ont été fouillées comme à Hordain (N), Neuville sur Escaut (N), Liévin (PdC), Waben (PdC). Comme le rappelle Cécile Tréffort16, elles n’ont été interdites de manière officielle que par le capitulaire saxon17 de Charlemagne en 785, texte qui fait de la crémation un crime capital.

18Autres signes distinctifs de contacts ou de migrations, la présence de crânes à déformation artificielle, répertoriée sur les deux cartes sous la dénomination de dolichocéphalie. La dolichocéphalie est une caractéristique soit naturelle, soit liée à l’action de l’homme. Selon Luc Buchet, les techniques de transformation crânienne, se regroupent en deux pratiques bien distinctes :

  • L’enfant est maintenu attaché au fond de son berceau dès la naissance à l’aide d’une planchette frontale, ce qui provoque un raccourcissement du crâne mais ne gêne pas sa croissance en largeur et en hauteur.
  • On se sert d’un ou deux bandeaux pour déformer la tête. Cette pratique freine le développement du crâne en hauteur et en largeur et provoque, à l’inverse, un accroissement exagéré de sa longueur18.
  • 19 M. Kazanski et P. Périn, « Identité ethnique... », art. cit., p. 193.
  • 20 A. Jacques, « Arras : un mystérieux sanctuaire germanique », Archeologia, no 270, 1991, p. 61-66, (...)
  • 21 M. Kazanski et A. Mastykova, Les peuples du Caucase..., op. cit., p. 187.

19Cette coutume est difficilement attribuable à un peuple en particulier, même si ces mœurs, selon Michel Kazanski et Patrick Périn « témoigne(nt) d’une coutume originaire du monde iranophone de la steppe19 ». Dans sa conclusion, Luc Buchet termine son argumentation par l’idée que « la découverte de tels crânes atteste l’existence d’éléments d’origine orientale au sein d’une population ». Pour le Pas-de-Calais, on recense les sites de Fréthun, Équihen-Plage, Hardenthun, Waben, La Calotterie, Preures, Offin, Ramecourt, Wissant, Liévin et Grenay. Pour le Nord, on note une présence sur le site de Haspres. Ce dernier site est sans doute l’un des plus énigmatiques en la matière. En effet, plus d’une vingtaine de crânes ont été regroupés dans une fosse située au centre de la nécropole. Aujourd’hui, les seules comparaisons possibles sont celle d’Arras, où une fosse située dans le « cimetière germanique »20 était remplie d’ossements, en particulier des crânes, et celle de la tombe 99 située à Borisovo en Bulgarie21 où des crânes dolichocéphales étaient disposés côte à côte.

Les témoignages allogènes dans les sépultures du Nord-Pas-de-Calais

Le type franc

20La conclusion de Françoise Vallet à ses « regards critiques » sur le matériel de type franc est sans doute une bonne introduction pour caractériser la présence franque dans notre région :

  • 22 F. Vallet, « Regards critiques... », art. cit., p. 238.

Les Francs sont une des composantes de l’armée romaine tardive de Gaule du Nord ; il nous est bien difficile de distinguer leurs armes et leurs parures de celles des nombreux petits groupes germaniques souvent d’origines fort mêlées déjà cantonnés dans les mêmes régions22.

21Pour autant, de nombreux auteurs attribuent un matériel spécifique au peuple franc. Citons par exemple l’argument d’Ursula Koch qui, dans son article sur les débuts de l’occupation franque dans la région Rhin-Neckar, propose de voir dans le seau un marqueur de l’expansion franque :

  • 23 U. Koch, « Le début de l’occupation franque dans la région Rhin-Neckar », dans Burgondes, Alamans, (...)

Le seau à armature en fer et attaches en fourche à trois dents est connu dès le début du VIe siècle et trouve son origine entre Meuse et Moselle, où sa présence dans les sépultures est un indicateur de position sociale privilégiée. Dans les territoires situés en rive droite du Rhin, les tombes avec seau de bois soulignent la progression de l’expansion franque23.

  • 24 Ce point sera développé dans le volume II de ma thèse de doctorat.

22Notre région posséderait, à ma connaissance24, 14 sites où l’on aurait répertorié ce type d’objet. On peut donner l’exemple des sites de Busigny (N), Bouvines (N), Warlus (PdC) et Neuville-sur-Escaut (N).

23La fameuse francisque reste une arme attribuée aux Francs, même si elle semble s’étendre à d’autres cultures. Pour notre région, les sites répertoriés sont assez nombreux : on peut citer entre autres des sites du Nord comme Avesnelles, Busigny, Bouvines ou Valenciennes, et dans le Pas-de-Calais ceux de Ramecourt, Liévin et Warlus. D’autres indices archéologiques d’un peuplement franc sont assez nombreux : on peut citer parmi les plus répandus les scramasaxes, présents sur approximativement 10 % des sites, ou des vases biconiques décorés à la molette.

  • 25 F. Vallet, « Regards critiques... », art. cit., p. 231-233

24Quelques auteurs ont essayé de manière intéressante d’attribuer des objets allogènes aux populations franques. Ainsi, le travail d’U. Koch en 1988, rapporté par F. Vallet, montre que certaines fibules ansées, de type thuringien, sont à trois digitations et que leur pied, droit ou légèrement trapézoïdal, est décoré d’ocelles qui se retrouvent aussi sur les digitations25. Ces fibules ont pu être portées par des femmes franques, notamment la fibule retrouvée à Uzelot (PdC).

25Au-delà des nombreux autres objets que l’on pourrait attribuer aux Francs, il semblerait que l’argument de F. Vallet soit, en quelque sorte, l’illustration des propos de l’historien Karl Ferdinand Werner :

  • 26 K. F. Werner, « La conquête franque de la Gaule : itinéraires historiographiques d’une erreur », B (...)

Ce n’est pas le « peuple franc » qui a « conquis et occupé » un pays, mais un roi, ou plutôt une dynastie, qui a pris le pouvoir dans un regnum qui existait déjà. [...] L’élite elle-même de ce royaume n’était pas exclusivement franque. Les sujets du roi étaient, si l’on peut dire, multinationaux, mais en majorité gallo-romains26.

Le type anglo-saxon

  • 27 J. Soulat, Le matériel archéologique..., op. cit., p. 41. Cf. aussi sa contribution au présent vol (...)
  • 28 M. Philippe, V. Rassart, M. Meurisse, G. Gosselin et al., « Les horizons néolithiques du site des (...)
  • 29 D. Piton, « Les témoins de la présence anglo-saxonne dans les contrées littorales d’après les déco (...)

26Le type anglo-saxon est, comme tous les faciès insulaires, un mélange de cultures autochtones et de cultures allogènes liées aux migrations. Les caractéristiques des objets de type anglo-saxon ont été rappelées par Jean Soulat27. La présence de ce faciès dans notre région est sans nul doute liée aux relations qu’entretenaient la Grande-Bretagne et le continent depuis plusieurs milliers d’années. Les fouilles entreprises sur le site néolithique des Sablins à Étaples-sur-Mer dans le Pas-de-Calais ont permis de mettre en évidence une correspondance entre le continent et l’Angleterre28. De nombreux travaux ont déjà mis en évidence ces installations anglo-saxonnes : outre ceux de Jean Soulat, on peut citer la communication de Daniel Piton au colloque « Quentovic » en 200429.

  • 30 J. Soulat, Le matériel archéologique..., op. cit., p. 31.

27Si les échanges entre les deux régions existaient dès le Néolithique, les périodes postérieures n’ont fait que les accentuer, et ce jusqu’à la conquête romaine. Les incursions sur les terres de l’Empire en Grande-Bretagne ont favorisé le recrutement par l’armée romaine de guerriers germaniques. Ces derniers se sont installés avec leurs familles et ont développé leur propre culture, issue de traditions anciennes. Ainsi la naissance du faciès de type anglo-saxon est le résultat d’échanges et de migrations, pacifiques ou guerrières. Il semblerait que le point culminant de ces migrations, qui ont pu entraîner des acculturations, doive être situé au cours des Ve et VIe siècles30. Celles-ci n’ont toutefois pas fait disparaître totalement les anciennes traditions continentales.

  • 31 J. Soulat, Le matériel archéologique…, op. cit, p. 56
  • 32 C. Lorren, Fibules et plaques-boucles à l’époque mérovingienne en Normandie, Contribution à l’étud (...)

28Plusieurs objets témoignent de cette présence, comme les square-headed brooches des sites de Waben et de Preures. Pour Jean Soulat, ces fibules résultent de « l’association entre les influences juto-scandinaves et saxonnes originaires de la Bretagne insulaire31 ». La fibule de Preures semble avoir subi le feu, ce qui tend à renforcer l’hypothèse de sa présence dans une incinération. Elle est assez proche de la fibule de Giberville dans le Calvados32. Les Kentish-headed brooches sont présentes dans notre région sur les sites de La Calotterie, Hardenthun, mais aussi Pincthun et LesRues-des-Vignes. Ces deux dernières diffèrent quelque peu des productions originales puisqu’elles ne possèdent pas de décors anthropomorphes ou zoomorphes, mais présentent un décor tripartite qui se distingue soit par trois grenats taillés en forme de triangle avec la pointe vers le centre pour celle de Pincthun, soit par trois grenats taillés en forme de demi-cercle pour celle des Rues-des-Vignes. Pour autant, elles possèdent toutes deux un décor filigrane. Par leur décor, leur taille et la disposition de leurs pierres, ces fibules pourraient recevoir l’appellation de Kentish-headed.

  • 33 J.-C. Routier, La nécropole de Fréthun, Mémoire de DEA, Université Charles-deGaulle Lille 3, 1993.

29Pour l’armement, les umbos coniques de type haut, sont sans doute la meilleure preuve de l’implantation où du moins de l’influence anglo-saxonne. Des umbos de ce style ont été retrouvés à Fréthun par les fouilles de J.-C. Routier33, mais aussi à Noeux et à Hardenthun.

  • 34 J. Soulat, Le matériel archéologique..., p. 78

30Quelques céramiques témoignent elles aussi des influences anglo-saxonnes. On peut faire référence aux sites de Waben, d’Offin ou d’Équihen dans le Pas-de-Calais. Sur ces deux derniers sites et sur celui de La Calotterie, on a retrouvé des céramiques de type long boss style 1 et 2. À Waben, une céramique de type Schalenurne qui aurait pu servir comme urne cinéraire, a été découverte dans les inhumations34.

Le type saxon

  • 35 D. Haigneré, Quatre cimetières mérovingiens du Boulonnais, Marseille, Laffitte, 1977, p. 5-76.
  • 36 J. Soulat, Le matériel archéologique..., p. 95
  • 37 J. Soulat, Le matériel archéologique..., p. 98

31Le faciès de type saxon est assez proche du faciès de type anglo-saxon. Là encore, les difficultés d’identification sont nombreuses et il est préférable de parler de contacts plutôt que d’implantations humaines. Il est tout de même possible d’attribuer quelques objets à une influence saxonne. Ainsi, les sites de Pincthun et d’Hardenthun possèdent des objets relatifs à la mode saxonne : citons la présence d’épingles à tête conique35. Pour les céramiques, les plus représentatives de ce faciès se retrouvent sur les sites d’Hordain, Wanquetin et Neuville-sur-Escaut. Ces céramiques sont du groupe dit vessels stamps. Elles sont décorées sur l’épaule avec parfois des lignes incisées36. La céramique de Barly dans le Pas-de-Calais est assez proche de celle retrouvé à Ciply dans le Hainaut (Belgique). Cette céramique est décorée de dépressions obliques sur la panse, ainsi que d’un décor sur l’épaule ; elle est d’influence saxonne continentale37.

Le type thuringien

  • 38 H. W. Böhme, « Les Thuringiens dans le Nord du royaume franc », Revue archéologique de Picardie, n(...)

32Les Thuringiens étaient installés au cœur de l’actuelle Allemagne entre les vallées de la Saale et de l’Unstrut. Une première migration continue, entre le IIIe et le début du Ve siècle serait liée à une conquête du Nord-Ouest de l’Allemagne, délaissé par les Saxons ayant migré vers l’Angleterre ; mais la plus importante aurait eu lieu dans la seconde moitié du Ve siècle, à l’occasion de recrutements de guerriers thuringiens dans l’armée romaine38.

  • 39 Ibid, p. 57.
  • 40 P. Demolon (dir.), La nécropole mérovingienne de Hordain (Nord), VIe-IXe siècle après J.-C., Douai (...)
  • 41 F. Vallet, « Regards critiques... », art. cit. p. 231.

33Pour l’heure, les archéologues n’ont pas encore retrouvé de véritables témoignages d’une présence thuringienne dans notre région. Quelques indices permettent cependant de souligner cette possibilité, des objets de type thuringien ayant été répertoriés sur quatre sites du Nord-Pas-de-Calais. On remarquera toutefois que cette présence n’est pas nécessairement la preuve de l’installation de populations thuringiennes : elle pourrait aussi bien être le signe d’échanges entre ces contrées et la Gaule du Nord. Les sites de Liévin et de Nœux dans le Pas-de-Calais, mais aussi de Hordain et de Neuville-sur-Escaut dans le Nord, laissent imaginer de tels échanges entre populations locales et thuringiennes. La fibule retrouvée à Hordain est du groupe C de la typologie de Böhme39 : elle possède une tête effrangée, presque cruciforme, avec des sortes de pinces latérales dont le pied ovale offre une large terminaison en tête d’animal. Selon Pierre Demolon40 qui reprend l’argumentation de Françoise Vallet41, il est possible d’imaginer que les femmes franques aient pu adopter ce type de fibule dans la seconde moitié du Ve siècle.

34Les sites de Liévin, Nœux et Neuville-sur-Escaut possèdent chacun une fibule du groupe D. Ces fibules ont une tête semi-circulaire à trois boutons décoratifs et ornée soit d’une double volute en taille biseautée comme celle de Liévin, soit d’une incrustation d’almandine comme à Nœux et Liévin. Le pied de la fibule est de largeur constante et latéralement cannelé. Il se termine par un petit bouton rond comportant une incrustation d’almandine comme à Liévin et Neuville-sur-Escaut.

Le type burgonde

  • 42 K. Escher, Les Burgondes, Ier-VIe siècles après J.-C., Paris, Errance, 2006, p. 65.
  • 43 Ibid., p. 11

35La présence burgonde dans notre région n’étant pas attestée par les textes, la présence d’un matériel de type burgonde paraît être le fait d’un commerce avec la Sapaudia, région d’implantation du second royaume burgonde dont l’extension la plus importante, atteinte en 517, allait du Jura aux Alpes et du Léman à la vallée du Rhône42. Le premier royaume burgonde se situait en Germania Prima, région qu’une grande partie de la population aurait quittée sous les multiples pressions des Huns et suite au massacre de leur élite en 43743.

  • 44 A. Mathiaut-Legros, « Céramique du haut Moyen Âge issue du contexte funéraire. Régions Bourgogne e (...)

36Un des critères de distinction proposés par Agathe Mathiaut-Legros44 se fonde sur la typologie des céramiques. Des gobelets de type burgonde semblent être présents dans notre région. S’ils ne peuvent être considérés avec certitude comme d’origine burgonde au vu de l’éloignement géographique, leur profil les en rapproche. On peut citer les exemples de Saint-Hilaire et de Saint-Nicolas-lès-Arras (PdC).

  • 45 C. Lorren, Fibules et plaques-boucles..., op. cit, p. 44.
  • 46 K. Escher, Les Burgondes..., op. cit, p. 188-193.
  • 47 J.-P. Urlacher, F. Passard-Urlacher et S. Gizard (dir.), Saint-Vit-Les Champs Traversains (Doubs). (...)

37La fibule de Nesles est à rapprocher de la paire de fibules retrouvée dans la tombe 62 de la nécropole d’Yverdon-les-Bains en Suisse. Mais elles ne peuvent pas, selon Katalin Escher, être attribuées aux seuls Burgondes. D’autres exemplaires ont été retrouvés en Normandie sur le site d’Envermeu, où Claude Lorren attribue ce type de mobilier à un type franc : « malgré les éléments gothiques, ce type, localisé très étroitement à la France du Nord, est de forme, de travail et d’ornementation purement francs45 ». Ainsi, même si l’attribution à une culture burgonde reste difficile à prouver, K. Escher précise que « l’habitude d’employer dans l’ornementation des têtes d’oiseaux vient sans doute de la Russie du Sud, de la région pontique ou du bassin du Danube46 », région où les Burgondes auraient longuement séjourné. De même, la poussée franque dans les terres burgondes démontre certainement une permanence culturelle autochtone après la conquête franque47.

38Enfin, la déformation crânienne évoquée plus haut, serait une coutume plus développée chez les Burgondes que chez les autres peuples germaniques.

Des faciès évoquant l’Europe orientale et danubienne

  • 48 E. Drouet, Note sur le cimetière franc de Lièvin, Douai, Société Houillère de Liévin, 1907, p. 15, (...)
  • 49 C. Seillier, « La présence militaire à Boulogne-sur-Mer au Bas-Empire », Acta archaeologica Lovani (...)

39De nombreux autres objets sont parvenus par les échanges ou les migrations de populations. Il est difficile de caractériser un véritable courant d’échanges tellement les influences sont nombreuses et complexes à identifier. On mentionnera par exemple la boucle de la nécropole de Liévin48, qui ressemble à celle découverte dans la nécropole du Vieil Âtre à Boulogne-sur-Mer49. Elle se rapproche aussi du modèle de la tombe 3 de Velika Bakta en Ukraine subcarpatique.

  • 50 G. G. Koenig, « Archäologische Zeugnisse westgotischer Präsenz im 5. Jahrhundert », Madrider Mitte (...)
  • 51 M. Kazanski, « À propos de quelques types de fibules ansées de l’époque des grandes invasions trou (...)

40Autre exemple d’échanges ou de contacts entre notre région et, cette fois, l’Europe danubienne, la fibule retrouvée à Marœuil dans le Pas-de-Calais est le témoin d’échanges entre la Gaule du Nord et les grandes plaines danubiennes. C’est une petite fibule ansée à tête semi-circulaire. Son décor d’orfèvrerie polychrome est caractéristique de la seconde moitié du Ve siècle. Michel Kazanski est revenu sur l’objet, que Koenig50 attribuait aux Wisigoths, en réfutant la thèse de l’auteur allemand et en rappelant que les Wisigoths avaient quitté l’Europe orientale dès 408. En l’occurrence, la fibule de Marœuil est issue de la région du Danube moyen51.

41Enfin, je ne peux terminer cette étude sans parler des fameuses fibules au griffon-aigle dépourvu d’ailes. Ces fibules sont une représentation symbolique du monstre regardant en arrière. Notre région en possède deux très beaux exemples : celle de Lens, qui est en or, et celles retrouvées dans la nécropole de La Calotterie. Selon Édouard Salin,

  • 52 É. Salin, La civilisation mérovingienne d’après les sépultures, les textes et le laboratoire, Pari (...)

ces figurations ont une origine commune qui doit être recherchée dans la Steppe eurasiatique. L’art sarmate intervient ici mais il est lui-même héritier de l’art scythe et, plus haut dans le temps, de l’art iranien52.

Conclusion

42Je reviendrai pour conclure au point initial de mon introduction, c’est-à-dire à la notion d’« aperçu ». C’est à Édouard Salin qu’en revient l’explication, puisque l’un des chapitres du premier tome de sa Civilisation mérovingienne était intitulé « Aperçu du peuplement en Gaule mérovingienne » :

  • 53 Ibid., t. I, p. 319.

Comme on l’a dit plus haut, l’étude complète du peuplement de la Gaule mérovingienne à partir des données qui précédent ne peut encore être menée à bien. Avant d’y procéder, il sera nécessaire en particulier de s’appuyer sur une série de fouilles de cimetières [...] mais on peut dès maintenant fixer les jalons et proposer un aperçu général53.

  • 54 La population gallo-romaine peut elle-même être considérée comme composite : elle a maintenu certa (...)

43Le peuplement de la région à l’époque mérovingienne est sans nul doute le résultat d’interactions entre la population gallo-romaine54 et des populations allogènes. Ces contacts, de natures différentes, expliquent la complexité de l’identité de ce peuplement. Si l’on part de ce constat, les indices d’installations étrangères sont faibles mais il existe réellement des preuves d’échanges intensifs entre les communautés. Grâce aux contacts commerciaux, des endroits stratégiques se sont développés, notamment pour et par la mer du Nord et la Manche, avec le port de Quentovic. Celui-ci a prospéré, avec une population totalement hétéroclite qui n’hésitait pas à commercer avec les locaux. Cependant, les routes maritimes n’étaient pas les seules à être empruntées par les populations qui vinrent s’installer dans la région. Il existait des voies intérieures, souvent fluviales comme les vallées de l’Escaut, de la Scarpe, de la Deûle ou de la Lys, qui permirent la pénétration de populations allogènes.

44Cet article se présente donc comme un premier jalon pour aborder les contacts et les échanges de notre région avec l’Europe dans toute son étendue. Si le thème de ce volume est « De la mer du Nord à la mer Baltique », mon argumentation a pu montrer, je l’espère, que cette région constituait une véritable plaque-tournante des contacts entre les civilisations, qu’elles soient insulaires ou continentales.

Références des illustrations
1. E. Drouet, Note sur le cimetière franc de Liévin, op. cit.
2. G. Hantute, Le cimetière mérovingien de Neuville-sur-Escaut, Saint-Martin-Boulogne, Septentrion, t. 12-13, 1989.
3. P. Demolon (dir.), La nécropole mérovingienne de Hordain..., op. cit.
4. Le Nord de la France de Théodose à Charles Martel, Association des Conservateurs de la Région Nord-Pas-de-Calais, Lille, 1983.
5. L. Steiner, « Les nécropoles d’Yverdon et de la Tour-de-Peilz (canton de Vaud, Suisse) Galloromains, Burgondes et Francs en Suisse Occidentale », dans Burgondes, Alamans..., éd. par F. Passard et al., op. cit., p. 181-190.
6. E. Drouet, Note sur le cimetière franc de Liévin, op. cit.
7. C. Seillier, « La présence militaire à Boulogne-sur-Mer... », art. cit.
8. M. Kazanski, « À propos de quelques types de fibules... », art cit.

Notes

1 V. Rassart, « Aperçu de l’archéologie funéraire mérovingienne dans le département du Nord » dans L. Verslype (éd.), Villes et campagnes en Neustrie : Sociétés, Économies, Territoires, Christianisation. Actes des XXVes Journées Internationales d’Archéologie Mérovingienne de l'AFAM, Montagnac, Monique Mergoil, 2007, p. 205-210.

2 V. Rassart, Carte archéologique du département du Nord du VIe au XIIe siècle, Mémoire de DEA sous la direction de S. Lebecq, Université de Charles-de-Gaulle Lille 3, 2003, 7 vols.

3 M. Kazanski et P. Périn, « Identité ethnique en Gaule à l’époque des grandes migrations et des royaumes barbares : étude de cas archéologiques », Antiquités Nationales, no 39, 2008, p. 181-215.

4 P. Pétrequin et A.-M. Pétrequin, Écologie d’un outil : la hache de pierre en Irian Jaya, Paris, CNRS Éditions, rééd. complétée 1999 (Monographies du CRA, no 12).

5 V. Marthon, « La question de l’identité à travers l’étude des pratiques funéraires », Les petits cahiers d’Anatole, no 19, 2005, p. 2-14

6 A. Nissen-Jaubert, « Historiographie de la spatialisation des élites : les approches archéologiques », Programme « Élites », Table ronde du 28 novembre 2003 : http://expedito.univ-parisl.fr/lamop/LAMOP/elites/nissen.pdf, 2003 (consulté le 23 juillet 2010).

7 F. Stutz, « L’inhumation habillée à l’époque mérovingienne au sud de la Loire », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, no 60, 2000, p. 33-47.

8 F. Vallet, « Regards critiques sur les témoins archéologiques des Francs en Gaule du Nord à l’époque de Childéric et de Clovis », Antiquités Nationales, no 29, 1997, p. 219-244.

9 I. Lebedynsky, Armes et guerriers barbares au temps des grandes invasions (IVe au VIe siècle ap. J.-C.), Paris, Errance, 2001.

10 M. Fondrillon, D. Germinet, A. Laurent, E. Marot, V. Marthon, N. Poirier et M. Salin, « Aborder la question de l’identité en archéologie : bilan bibliographique et réflexions dans des thèses en cours », Les petits cahiers d’Anatole, no 18, 2005

11 J. Soulat, Le matériel archéologique de type saxon et anglo-saxon en Gaule mérovingienne, Saint-Germain-en-Laye, AFAM, 2009 (Mémoires de l’AFAM, no 20), p. 17.

12 A. Barbero, Barbares. Immigrés, réfugiés et déportés dans l’Empire romain, Paris, Tallandier, 2009, p. 231 : « les chercheurs qui ont analysé [...] l’emploi du terme barbarus [...] sont parvenus à des conclusions en apparence surprenantes : les soldats de l’armée impériale, même lorsqu’ils appartiennent à des unités dont l’appellation ethnique est évidente [...] ne sont jamais définis comme barbari ».

13 J’utilise le terme nécropole par facilité de langage, pour désigner l’ensemble des sites funéraires allant d’une seule tombe à plusieurs centaines.

14 L. Verslype, « Tertres funéraires et sépultures délimitées en Neustrie septentrionale : Réflexions préliminaires sur les tumuli et les sépultures encerclées mérovingiennes », dans L’Austrasie. Société, économies, territoires, christianisation (Actes des XXVIes journées internationales d’archéologie mérovingienne, Nancy 22-25 septembre 2005), éd. par J. Guillaume et É. Peytremann, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2008, p. 344.

15 M. Müller-Wille, « Les tombes royales et aristocratiques à tumuli », Antiquités Nationales, 29, 1997, p. 245-257.

16 C. Tréffort, L’Église carolingienne et la mort, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1996, p. 76-78

17 Si quis corpus defuncti hominis secundun ritum pagatiorum flamma consumi fecerit et ossa eius ad cinerem redierit, capitae punietur : Capitulaire Saxon ou de Paderborn, MGH Leges II : Capitularia regum Francorum I, éd. par A. Boretius, Hanovre, 1883, p. 69.

18 L. Buchet, « La déformation crânienne en Gaule et dans les régions limitrophes pendant le haut Moyen Âge : son origine, sa valeur historique », Archéologie Médiévale, no 18, 1988, p. 55-71.

19 M. Kazanski et P. Périn, « Identité ethnique... », art. cit., p. 193.

20 A. Jacques, « Arras : un mystérieux sanctuaire germanique », Archeologia, no 270, 1991, p. 61-66, sp. p. 63.

21 M. Kazanski et A. Mastykova, Les peuples du Caucase..., op. cit., p. 187.

22 F. Vallet, « Regards critiques... », art. cit., p. 238.

23 U. Koch, « Le début de l’occupation franque dans la région Rhin-Neckar », dans Burgondes, Alamans, Francs, Romains dans l’Est de la France, le Sud-Ouest de l'Allemagne et la Suisse, éd. par F. Passard, S. Gizard, J.-P. Urlacher et A. Richard, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2003, p. 243-251.

24 Ce point sera développé dans le volume II de ma thèse de doctorat.

25 F. Vallet, « Regards critiques... », art. cit., p. 231-233

26 K. F. Werner, « La conquête franque de la Gaule : itinéraires historiographiques d’une erreur », Bibliothèque de l’École des Chartes, no 154, 1996, p. 15.

27 J. Soulat, Le matériel archéologique..., op. cit., p. 41. Cf. aussi sa contribution au présent volume.

28 M. Philippe, V. Rassart, M. Meurisse, G. Gosselin et al., « Les horizons néolithiques du site des Sablins, Étaples (Pas-de-Calais). Résultats préliminaires du programme 2003-2009 », poster présenté dans Le Néolithique du Nord de la France dans son contexte européen : habitat et économie aux 4 et 3 millénaires avant notre ère, 29e Colloque interrégional sur le Néolithique, Villeneuve d’Ascq, 2-3 octobre 2009, en cours de publication.

29 D. Piton, « Les témoins de la présence anglo-saxonne dans les contrées littorales d’après les découvertes archéologiques », communication au colloque Quentovic, un grand port européen à l’aube du Moyen Age (Actes du colloque des 11, 12 et 13 mai 2006).

30 J. Soulat, Le matériel archéologique..., op. cit., p. 31.

31 J. Soulat, Le matériel archéologique…, op. cit, p. 56

32 C. Lorren, Fibules et plaques-boucles à l’époque mérovingienne en Normandie, Contribution à l’étude du peuplement, des échanges et des influences, de la fin du V au début du VIIIe siècle, Saint-Germain-en-Laye, AFAM, 2001 (Mémoires de l’AFAM, no 8), p. 64.

33 J.-C. Routier, La nécropole de Fréthun, Mémoire de DEA, Université Charles-deGaulle Lille 3, 1993.

34 J. Soulat, Le matériel archéologique..., p. 78

35 D. Haigneré, Quatre cimetières mérovingiens du Boulonnais, Marseille, Laffitte, 1977, p. 5-76.

36 J. Soulat, Le matériel archéologique..., p. 95

37 J. Soulat, Le matériel archéologique..., p. 98

38 H. W. Böhme, « Les Thuringiens dans le Nord du royaume franc », Revue archéologique de Picardie, no 3-4, 1988, p. 57-69.

39 Ibid, p. 57.

40 P. Demolon (dir.), La nécropole mérovingienne de Hordain (Nord), VIe-IXe siècle après J.-C., Douai, Communauté d’agglomération du Douaisis, 2006 (Archaeologia Duacensis, no 20), p. 127.

41 F. Vallet, « Regards critiques... », art. cit. p. 231.

42 K. Escher, Les Burgondes, Ier-VIe siècles après J.-C., Paris, Errance, 2006, p. 65.

43 Ibid., p. 11

44 A. Mathiaut-Legros, « Céramique du haut Moyen Âge issue du contexte funéraire. Régions Bourgogne et Franche-Comté », dans Burgondes, Alamans..., op. cit, p. 51-57.

45 C. Lorren, Fibules et plaques-boucles..., op. cit, p. 44.

46 K. Escher, Les Burgondes..., op. cit, p. 188-193.

47 J.-P. Urlacher, F. Passard-Urlacher et S. Gizard (dir.), Saint-Vit-Les Champs Traversains (Doubs). Nécropole mérovingienne (VIe-VIIe siècle ap. J.-C.) et enclos protohistorique (IXe-Ve siècle av. J.-C.), Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 88.

48 E. Drouet, Note sur le cimetière franc de Lièvin, Douai, Société Houillère de Liévin, 1907, p. 15, planche IX.

49 C. Seillier, « La présence militaire à Boulogne-sur-Mer au Bas-Empire », Acta archaeologica Lovaniensia monographiae, 8, 1995, p. 241.

50 G. G. Koenig, « Archäologische Zeugnisse westgotischer Präsenz im 5. Jahrhundert », Madrider Mitteilungen, no 21, 1980, p. 226-240.

51 M. Kazanski, « À propos de quelques types de fibules ansées de l’époque des grandes invasions trouvées en Gaule », Archéologie Médiévale, no 14, 1984, p. 14.

52 É. Salin, La civilisation mérovingienne d’après les sépultures, les textes et le laboratoire, Paris, Picard, 1949-1959, t. 4, p. 222.

53 Ibid., t. I, p. 319.

54 La population gallo-romaine peut elle-même être considérée comme composite : elle a maintenu certaines de ses traditions ancestrales tout en adoptant des pratiques romaines, notamment dans l’habitat avec l’utilisation de tuiles. Je remercie Dimitri Mathiot pour cette remarque.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2821/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Répartition géographique des nécropoles mérovingiennes dans la région Nord-Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2821/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Références des illustrations1. E. Drouet, Note sur le cimetière franc de Liévin, op. cit.2. G. Hantute, Le cimetière mérovingien de Neuville-sur-Escaut, Saint-Martin-Boulogne, Septentrion, t. 12-13, 1989.3. P. Demolon (dir.), La nécropole mérovingienne de Hordain..., op. cit.4. Le Nord de la France de Théodose à Charles Martel, Association des Conservateurs de la Région Nord-Pas-de-Calais, Lille, 1983.5. L. Steiner, « Les nécropoles d’Yverdon et de la Tour-de-Peilz (canton de Vaud, Suisse) Galloromains, Burgondes et Francs en Suisse Occidentale », dans Burgondes, Alamans..., éd. par F. Passard et al., op. cit., p. 181-190.6. E. Drouet, Note sur le cimetière franc de Liévin, op. cit.7. C. Seillier, « La présence militaire à Boulogne-sur-Mer... », art. cit.8. M. Kazanski, « À propos de quelques types de fibules... », art cit.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2821/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

Auteur

Conservation Départementale d'Archéologie de Moselle

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search