Version classiqueVersion mobile

De la mer du Nord à la mer Baltique. Identités, contacts et communications au Moyen Âge

 | 
Alban Gautier
, 
Sébastien Rossignol

La mer Baltique dans la cartographie médiévale

Wojciech Iwańczak

Texte intégral

La forme d’une mer

  • 1 Procope de Césarée, Histoire des guerres, VI, 15, éd. Par J. Haury, Cambridge (Mass.) et Londres, (...)

Thulé est dix fois plus grande que la Grande-Bretagne. Sa plus grande partie est couverte par un désert. Dans les régions habitées, on compte treize peuples, chacun ayant son roi. Chaque année survient une chose étonnante : pendant quarante jours, le soleil ne se couche pas à minuit et reste visible à l’horizon. Six mois plus tard, le soleil ne paraît plus : la nuit est longue, dure pour les hommes qui habitent là-haut. Malgré mes efforts, je n’ai pu aller sur cette île ni la voir. Mais je me suis renseigné auprès de ceux qui en revenaient1.

  • 2 J. K Wright, The Geographical Lore of the Time of the Crusades. A Study in the History of Medieval (...)

1Au VIe siècle, l’historien byzantin Procope de Césarée racontait ainsi les impressions d’ambassadeurs hérules, rapportées de chez leurs voisins du Nord. Dans ce cas-ci, cette légendaire Thulé, qui a fait l’objet de centaines de travaux, s’avère être la péninsule Scandinave qui, pendant très longtemps, a été considérée comme une île. Cela résulte du fait que le lointain et très lointain Nord ainsi que l’Est étaient très peu connus en Europe. Il y a quatre-vingts ans, l’excellent historien de la géographie John Kirtland Wright écrivait que, encore au XIIIe siècle, « l’Europe de l’Est et du Nord-Est était, pour les Occidentaux, presque aussi obscure et méconnue que l’Asie centrale ou le cœur de l’Afrique »2. Il est vrai que, de cet abîme d’ignorance, sortirent peu à peu quelques éléments concrets, reproduits plus tard de façon plus ou moins déformée. Procope parle d’une nuit longue de six mois, certainement glaciale. Nous retrouverons maintes fois plus tard des réflexions semblables, par exemple sur une magnifique carte datant de 1375, connue sous le nom d’Atlas catalan, où l’on peut lire, au sujet de la mer Baltique, l’inscription suivante :

  • 3 C’est-à-dire de Suecia.
  • 4 L’Atlas català de Cresques Abraham, Barcelone, Diafora, 1975; Der katalanische Weltatlas vom Jahre (...)

Cette mer est appelée mer de Lamanya et mer de Gotilandia et mer de Susia3 : sachez que cette mer est gelée pendant six mois de l’année, à savoir de la mi-octobre à la mi-mars, tellement que pendant cette saison on peut voyager dessus avec des chariots traînés par des bœufs, à cause du froid du Nord4.

  • 5 J. Favier, Wielkie odkrycia..., op. cit., p. 203.
  • 6 La littérature sur les cartes marines est abondante. On peut consulter Th. Fischer, Sammlung mitte (...)

2Au temps de Charlemagne, une connaissance plus vaste de ces régions, et surtout de la mer Baltique qui nous intéresse particulièrement, était parvenue aux esprits de l’élite intellectuelle. Le biographe de Charlemagne, Éginhard, ne connaît pas la longueur de la mer mais il semble avoir des informations sur sa largeur, peu importante5. Cette image de la mer Baltique, assez longue mais très étroite, dominera l’imagination cartographique du Moyen Âge. Au Nord vivent les Danois et les Suédois, c’est-à-dire les Normands. Le Sud est habité par les Slaves, les Estes et quelques autres peuples. L’avancée du savoir est sans aucun doute liée à la christianisation des territoires du Nord-Est ; les mouvements des missionnaires, des pèlerins et des marchands s’amplifient. Cependant, la cartographie médiévale ne reflète pas ces changements de manière univoque. Plusieurs raisons peuvent expliquer cet état de choses. D’une part, les régions dont il est question étaient très éloignées des principaux centres de vie du continent européen. D’autre part, la cartographie médiévale s’est fixée pendant très longtemps d’autres buts que ceux que nous donnons aujourd’hui à une bonne carte. Pendant longtemps, la cartographie n’avait pas un aspect pratique : elle ne servait pas à retrouver un emplacement concret ou une direction. Les cartes constituaient des sortes de signes, de symboles transmettant des informations déterminées, le plus souvent de nature religieuse, formant comme une sorte de Biblia pauperum. C’est seulement avec l’apparition des cartes marines, phénomène que nous observons au XIIIe siècle, que la cartographie médiévale a pris la direction de la pratique6.

  • 7 Hic capud europae, hic finis asiae; Dacia ubi et gothes [...] insula tile: A. Spekke, « A Brief Ca (...)
  • 8 W. Iwanczak, « Borders and Borderlines in Medieval Cartography », dans Frontiers in the Middle Age (...)

3Évidemment, les auteurs des sources antiques possédaient une certaine connaissance des régions du Nord-Est de l’Europe, mais c’était un savoir partiel et très souvent erroné. Cette constatation se rapporte autant à l’espace terrestre qu’à l’étendue de la mer Baltique. La reproduction de la forme correcte et des proportions des emplacements montrés sur les cartes posait problème. Pour les érudits, la délimitation des frontières entre les trois parties du monde connues à l’époque – l’Europe, l’Asie et l’Afrique – était d’une importance essentielle. Sur la carte du monde de Béatus de Castille, datant de 776 et qui constituait l’un des prototypes de toute la cartographie médiévale ultérieure, là où devrait être indiquée la mer Baltique, nous retrouvons l’inscription suivante : « Ici début de l’Europe, ici fin de l’Asie », ainsi que « Là se trouvent la Dacie et les Goths [...], l’île de Thulé »7. La mer Baltique, ne s’appelant pas encore ainsi, devait constituer la frontière entre l’Europe et l’Asie. Il convient d’ajouter que la frontière se rapportait alors peu à des notions géographiques mais constituait plutôt une barrière entre les civilisations8.

  • 9 W. Kowalenko, « Baltyk i Pomorze w historii kartografii (VII-XVI w.) », Przeglad Zachodni, no 10, (...)

4Sur les cartes du haut Moyen Âge, qui ne sont que de modestes schémas, nous retrouvons, aux endroits qui nous intéressent, des mentions telles que la Gaule, la Germanie, la Sarmatie et la Scythie ; elles constituent bien sûr un héritage de l’Antiquité. La Sarmatie et la Scythie ne se rapportaient pas uniquement à l’espace terrestre de l’Europe de l’Est, mais également à des étendues d’eau, puisque nous pouvons retrouver des appellations comme Sarmaticus Oceanus ou Scythicum Mare. Les cartes d’Orose, d’Honorius ou d’Isidore de Séville, où ne figurent ni l’Elbe, ni l’Oder, ni la Vistule, constituent une régression par rapport au travail du géographe romain Pomponius Mela (Ier siècle ap. J.-C.) qui, dans son De chorographia, place la Vistule sur le territoire sarmatien et scythe, et la reconnaît de plus comme formant une frontière entre l’Europe et l’Asie9.

  • 10 Adam de Brême, Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum, éd. B. Schmeidler, Hanovre et Leipzig, 1 (...)

5Dès le XIe siècle, la mer Baltique commence à être représentée – bien que toujours très éloignée de son tracé réel – comme un golfe ayant, sur différentes cartes, diverses formes. Cette image fut répandue par un auteur du XIe siècle, Adam de Brême, dont l’œuvre est une mine d’informations concernant les régions qui nous intéressent. Adam s’inspira d’Éginhard en reprenant son concept de la Baltique considérée comme « un golfe qui s’étend quelque peu vers l’est depuis l’Océan occidental10 ».

La Baltique dans les mappae mundi

  • 11 La bibliographie est très vaste ; Die Ebstorfer Weltkarte, éd. par E. Sommerbrodt, Hanovre, Hahn, (...)
  • 12 J. G. Lotter et F. A. Veith, Historia vitae atque meritorum Conradi Peutingeri iurisconsulti Augus (...)
  • 13 W. L. Bevan et H. W. Phillott, Medieval Geography. An Essay in Illustration of the Hereford Mappa (...)

6Cependant, les cartes conservées du XIe-XIIe siècle transmettent le même, très modeste, savoir d’antan. La Baltique est représentée comme une partie d’un énorme Océan qui englobe les régions nordiques du monde connu. Parmi les chercheurs étudiant les cartes anciennes, les opinions sont partagées en ce qui concerne le tournant dans le domaine de l’amélioration de l’image des régions qui nous intéressent. Quoi qu’il en soit, le XIIIe siècle apporte évidemment une certaine innovation : l’apparition d’énormes cartes du monde qui ont déjà fait l’objet de plusieurs études et analyses. Il convient d’apporter une attention particulière à la mappemonde d’Ebstorf11. Cette petite ville, située entre l’Elbe et la Weser, est devenue célèbre au XIXe siècle grâce à la découverte, dans le couvent des bénédictines, d’une mappemonde extraordinaire datant du XIIIe siècle. Ses dimensions sont impressionnantes, et aucune autre carte médiévale n’a atteint cette taille. La surface de 12,74 m2 impressionne, quand on la compare avec d’autres cartes géantes de l’époque. Elle est quatre fois plus grande que la carte du monde de Fra Mauro, datant du XVe siècle, six fois plus grande que la célèbre Table de Peutinger12 et sept fois plus grande que la carte de Hereford, datant de la fin du XIIIe siècle13. La mappemonde d’Ebstorf, peinte dans des couleurs vives, brûla en 1943 dans les archives de Hanovre lors d’un bombardement. La partie qui nous intéresse le plus, c’est-à-dire les environs du cours inférieur de la Vistule et la partie sud-est de la Baltique, fut malheureusement détruite ; mais nous retrouvons tout de même sur la carte de nombreuses informations importantes.

7Outre les emplacements et les symboles, on remarque plusieurs inscriptions intéressantes dont la plupart furent puisées dans les Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum – l’œuvre d’Adam de Brême que nous connaissons déjà. L’auteur place la « Pologne » entre l’Oder et la Vistule ; en revanche, la carte de Hereford, quelque peu ultérieure, attribuée à Richard de Haldingham, bien qu'elle mentionne les Slaves et la Vistule, n’évoque pas le nom de la Pologne. Il semble que ce soit dû à la distance, puisque l’auteur de la carte d’Ebstorf était voisin de ce pays. La carte d’Ebstorf fournit plusieurs informations sur les rivières du bassin versant de la mer Baltique. On retrouve ainsi le Niémen, Memela fluvius. Cette appellation transformée du nom letton Mémule est certainement parvenue au cartographe par l’intermédiaire des marchands et des navigateurs. Avec le temps, les Chevaliers teutoniques se sont également approprié cette appellation, ce que les noms tels que Christmemel confirment. Les termes Oldera fl. et Elba désignent l’Oder et l’Elbe. Là où sont représentées les sources de l’Oder, on trouve l’inscription suivante :

  • 14 J. Staszewski, « Polska i Baltyk na mapie swiata z Ebstorfu », Zeszyty Geograficzne Wyzszej Szkoty (...)

L’Oder et l’Elbe prennent leurs sources dans la Forêt Morave et coulent, dans un court espace, l’une à côté de l’autre dans des directions inverses. L’Oder tourne vers le nord et l’Elbe vers l’ouest pour enfin finir dans la mer Brettonique14.

  • 15 Ibid.
  • 16 R. Kiersnowski, Legenda Winety. Studium historyczne, Cracovie, Wydawnictwo Studium Slowianskiego U (...)

8L’auteur de la carte a certainement puisé dans l’œuvre d’Adam de Brême en ajoutant encore, là où se trouve l’embouchure de l’Oder, la remarque suivante : « À l’embouchure de l’Oder, baignée par les eaux scythiennes (la Baltique), se trouve la ville célèbre de Jumne15 ». Cette ville célèbre, c’est la légendaire Vineta, probablement située sur l’île de Wolin qui, aux temps d’Adam de Brême (XIe siècle), devait jouer un rôle capital dans la région de la mer Baltique. L’auteur de la carte d’Ebstorf ne la mentionne plus car elle a perdu son importance dans des circonstances qui, aujourd’hui encore, restent peu claires16.

  • 17 J. Staszewski, « Polska i Baltyk... », art. cit., p. 233.

9Le long des côtes sud-est de la mer Baltique, allant de la Pologne dans la direction nord-est, nous retrouvons sur la carte d’Ebstorf les noms des pays voisins de la Pologne. Curlant signifie bien sûr la Courlande (en letton Kurzeme) où, depuis 1219, se trouvait un évêché. Sanelant, c’est la péninsule de Sambie, le pays de l’ambre, où un évêché fut créé en 1254, qui avait son siège dans la cathédrale de Koenigsberg et faisait partie de l’archidiocèse de Riga. Quant à Semigallia, c’est le nom latinisé de la Zemgale, en lituanien « le pays du Nord » ; un évêché y fut créé en 1217. Prucia désigne enfin la région de Prusse, à l’époque récemment conquise par l’ordre Teutonique17. Les noms de ces quatre régions se retrouvent dans des documents de l’époque, ce qui prouve la bonne « orientation » de l’auteur de la carte.

  • 18 Ibid., p. 234-235.
  • 19 J. Strzelczyk, Odkrywanie Europy, Poznan, Wydawnictwo Poznanskie, 2000, p. 164 sq.
  • 20 J. Staszewski, « Polska i Baltyk... », art. cit., p. 235.

10Enfin, qu’en est-il de la Baltique sur la carte d’Ebstorf ? À côté des quatre régions mentionnées ci-dessus, on a laissé un espace libre désignant la mer mais, malheureusement, c’est précisément ce fragment de la carte qui a été endommagé. Nous n’avons donc pas la certitude que le cartographe avait bien situé la mer Baltique, car les informations la concernant, et surtout celles qui se rapportent à ses parties les plus éloignées des centres de la civilisation européenne, étaient alors très rares. Le nom de « mer Baltique » apparaît pour la première fois chez Adam de Brême, qui écrit : « Ce golfe s’appelle Baltique car, sur le modèle d’une ceinture [du latin balteus-ceinture], il relie par un long chemin les pays baltes à la Grèce18 ». Il s’agit ici d’une allusion très nette à la célèbre « route des Varègues aux Grecs », c’est-à-dire l’ancienne route des Varègues qui, par le Volkhov et Novgorod la Grande, puis ensuite par le Dniepr, se rendaient à Constantinople. Il est important d’ajouter que les choses se compliquent lorsque l’on parle de la Baltique, car ce nom était rarement utilisé. Certains chercheurs présument que la désignation du peuple ou du pays comportant la racine « balt » n’était utilisée que sur les côtes de la Baltique. Il se peut qu'elle provienne du nom d’un peuple, puisqu’il existe un maigre indice qui nous conduit à Pomponius Mela – l’écrivain romain que nous connaissons déjà. Il a écrit que la côte sud ou est de la mer Baltique était habitée par un peuple appelé les Belcae, ce qui fait clairement référence au nom de la mer polonaise19. L’historiographie polonaise médiévale utilise très rarement l’appellation « mer Baltique » ; Jan Dlugosz († 1480) la mentionne une seule fois en disant Balteum mare. Józef Staszewski suppose que, sur la partie détruite de la carte d’Ebstorf, le terme sinus Balticus aurait pu apparaître, mais nous ne le saurons jamais avec certitude20.

  • 21 S. C. Westrem, The Hereford Map…, op. cit., passim.
  • 22 E. Moritz, Die Entwicklung des Kartenbildes der Nord-und Ostseeländer bis auf Mercator. Mit besond (...)
  • 23 Ibid., p. 47.

11La carte de Hereford, un peu plus récente, n’atteint pas les dimensions de la mappemonde d’Ebstorf et ne contient pas autant d’informations, mais elle peut néanmoins susciter notre admiration, ne serait-ce parce qu'elle comprend environ 1 000 noms géographiques21. Le fait que l’exactitude des connaissances géographiques n’était pas le point fort de l’auteur demeure cependant un problème. Il s’est trompé dans les noms d’Afrique et d’Europe en tant que parties du monde et, sur les 120 noms se rapportant à l’Afrique, la moitié reste inidentifiable. La Baltique est désignée comme Sinus germanicus dans laquelle affluent les fleuves Visara (Weser), Albana (Elbe), Cidera (Eider) et Fistula (Vistule). La péninsule du Jutland ne possède pas de nom, mais elle est clairement montrée. Là où figure le Jutland, l’auteur a mis par écrit une légende qui connaît ses débuts chez Paul Diacre et dont Richard de Haldingham s’est inspiré, probablement par l’intermédiaire d’Adam de Brême. On y parle du « Golfe allemand » (Sinus germanicus) dans lequel sept hommes se jetèrent. Nous ne savons pas quand cela est supposé être arrivé, mais il est certain qu’ils étaient sept et que c’étaient probablement des Romains22. Les connaissances de l’auteur de la carte de Hereford sur la région nord-est ne sont pas tenues en grande estime par les experts dans ce domaine, mais remarquons que la mer du Nord est beaucoup mieux représentée que la Baltique, ce que nous pouvons également constater dans le cas de plusieurs autres cartes23.

La tradition cartographique italienne, majorquine et catalane

12Si les mappemondes que nous avons évoquées jusqu’ici accordaient plus d’importance au message moral et didactique qu’à la fidélité à la réalité, les cartes marines qui devaient aider les capitaines et leurs équipages constituent un tournant décisif vers la pratique. Les maîtres dans le domaine de la réalisation de ces cartes étaient les cartographes du bassin méditerranéen – les Italiens et les Catalans. Malheureusement, les régions nord-est ne les intéressaient que très peu et ils n’ont laissé une image précise que du bassin méditerranéen dans lequel ils se déplaçaient. Néanmoins, le progrès dans la représentation des régions nord-orientales reste indiscutable. Ces cartes modernes sont surtout beaucoup plus précises, même si elles possèdent des défauts.

  • 24 Th. Fischer, Sammlung..., op. cit., p. 117-126; P. Revelli, Cristoforo Colombo e la scuola cartogr (...)
  • 25 A. E. Nordenskiöld, Facsimile-Atlas to the Early History of Cartography with Reproductions of the (...)
  • 26 A.-D. von den Brincken, « Die kartographische Darstellung Nordeuropas durch italienische und mallo (...)

13Commençons par la carte italienne de Giovanni da Carignano24, malheureusement détruite dans les archives de Florence durant la Seconde Guerre mondiale. Seules quelques copies imparfaites en ont été conservées. L’auteur est présenté comme le recteur de l’église Saint-Marc à Gênes dans les années 1306-1314, ce qu’il a écrit lui-même sur la carte. De notre point de vue, son travail mérite à coup sûr notre attention. Pour la première fois, nous y trouvons une représentation du Danemark conforme à la réalité, situé sur quelques îles et sur la péninsule du Jutland. La Baltique y est également montrée dans toute sa splendeur, sous la forme d’un serpent d’une longueur un peu exagérée, d’orientation est-ouest. La péninsule Scandinave, sur laquelle on a indiqué la « Finnonie » (Finonia) à l’est et la « Norvège » (Norwegia) à l’ouest, est aussi trop longue. Carignano a placé sur sa carte beaucoup de noms géographiques de villes, de pays et d’îles. En allant du Danemark vers l’est, nous retrouvons les villes suivantes : Kiel, Lübeck, Hambourg, Wismar, Rostock, Greifswald, Anklam, Szczecin (all. Stettin), Gdansk (all. Danzig), Elblag (all. Elbing), Riga et Novgorod, dernière ville indiquée sur la côte sud de la Baltique. Sur la mer, nous pouvons voir entre autres des îles comme celles de Rügen et de Gotland et, parmi les pays situés au sud de la Baltique, on retrouve la Pologne, la Prusse, Eslavia et Misena. Nous pouvons remarquer ici que les cartographes utilisaient alors différents moyens d’expression : « la parole » des cartes médiévales est très diversifiée. N’oublions pas que les cartes étaient non seulement une source d’informations, mais également un objet suscitant l’admiration et un symbole de prestige pour leur propriétaire. Ainsi, l’île de Gotland était très souvent marquée des couleurs pourpre et or, vraisemblablement pour montrer sa puissance et sa richesse25. Cette prospérité trouva sa fin en 1361, quand le roi danois Valdemar IV détruisit Visby. Des traces d’idées anciennes apparaissent là où est représentée la mer Baltique orientale, avec des annotations sur les femmes guerrières, les Amazones, qui y auraient autrefois demeuré. Mais la carte de Carignano nous surprend surtout par les informations démontrant les connaissances de l’auteur sur l’intérieur du continent, plus que sur la mer Baltique, dont la situation dans l’espace est incorrecte : au lieu de s’étendre du sud-ouest vers le nord-est, elle s’étend d’ouest en est, et ses côtes nord et sud sont presque parallèles26.

  • 27 G. Gerola, « Le carte nautiche di Pietro Visconti dal punto di vista araldico », Atti del II Congr (...)
  • 28 Cf. A. Magnocavallo, Marin Sanudo il Vecchio e ilsuo progetto di crociata, Bergame, Istituto itali (...)

14Le début du XIVe siècle montre un profond renouveau de la cartographie, dont les centres les plus actifs étaient Gênes et Venise. Pietro Vesconte27, l’un des créateurs de cartes les plus intéressants de cette époque, est justement originaire de la ville de Saint-Marc. Ce qui nous intéresse le plus, ce sont les cartes qu’il a élaborées pour illustrer l’œuvre de Marino Sanudo dans laquelle l’auteur incitait à organiser une croisade en Terre Sainte28. Né dans une des familles vénitiennes les plus réputées, Marino Sanudo, appelé Torcello, consacra sa vie entière à cette propagande de la croisade. Il suggéra l’application de sanctions économiques envers le sultan d’Égypte et la préparation d’une nouvelle croisade. Le défaut d’application du blocus par les puissances européennes fut une déception énorme pour Sanudo. Il écrivit de nombreuses lettres aux rois de France et d’Angleterre ainsi qu’à l’empereur byzantin pour les inciter à entreprendre une action. L’œuvre que Sanudo a écrite pendant quinze ans comporte trois livres et porte le titre de Secreta fidelium crucis. Il la termina en 1321 et la présenta au pape Jean XXII. En 1337 parut sa traduction française, Le Livre de secrès des loiaus. Dans une partie des manuscrits conservés qui contiennent l’œuvre en entier, on retrouve des cartes attribuées à Pietro Vesconte. Les chercheurs présument qu’il a réalisé ces dernières à la demande de Sanudo.

  • 29 Marinus Sanutus, Liber Secretorum Fidelium Crucis, éd. par J. Bongars, Hanau, heredes J. Aubrii, 1 (...)
  • 30 K. Miller, Mappaemundi. Die ältesten Weltkarten, Stuttgart, J. Roth, 1897, vol. 3, p. 133: In hoc (...)
  • 31 Ruteni scismatici et procedunt usque ad Oceanum et ad Polonos: E. Moritz, Die Entwicklung..., op. (...)

15Les cartes qui concernent la partie de l’Europe qui nous intéresse montrent de bonnes connaissances de la part de l’auteur, ce qui peut sembler surprenant si l’on tient compte du fait que les informations au sujet de cette région arrivaient en Italie de manière déformée et en petit nombre. Mais on voit cependant sur les cartes l’influence d’un témoin oculaire, Marino Sanudo. Grâce à ses écrits personnels (ubi personaliter affui), nous savons qu’en menant sa propagande pour la croisade, il parvint également dans le Nord : il visita Londres, Bruges, le Holstein, la Frise, le Mecklembourg, Hambourg, Lübeck, Rostock, Stralsund, Greifswald, Szczecin et la Poméranie Occidentale29. C’est certainement grâce à ses informations sur les cartes qui accompagnent les Secreta fidelium crucis que nous pouvons constater le grand savoir du cartographe au sujet des côtes sud de la Baltique, même si la forme de la mer est encore très éloignée de la réalité. Il indiqua deux archipels, l’archipel danois et celui d’Aland, ainsi que quelques plus grandes îles, notamment Rügen à l’embouchure de l’Oder. Sur la Baltique (même si le nom n’y figure pas), on peut lire l’inscription suivante : « Dans cette mer, on trouve un très grand nombre de harengs30. » Sur le continent, nous voyons, du côté sud de la Baltique, les noms suivants : Saxonia, Slavia, Prucia, Toronum, Kurlant, Riga, Livonia, Estonia. On découvre également des informations concernant la situation religieuse des peuples habitant aux environs de la mer. Ainsi, nous savons que les Lituaniens sont des païens (Letoini pagani), que les Caréliens habitant le détroit Scandinave sont « des infidèles » (Kareli infideles) et que les Rus’ sont des « schismatiques qui habitent près de l’océan et de la Pologne31 ». Le terme d’océan est ici compréhensible, puisque la Baltique était toujours considérée comme une partie d’un énorme océan.

  • 32 A. Magnaghi, « Angellinus de Dalorco cartografo italiano della prima metà del secolo XIV », Rivist (...)
  • 33 E.-Th. Hamy, La mappemonde dAngelino Dulcert de Majorque (1339), Paris, Champion, 1903.
  • 34 A. Magnaghi, « Il Mappamondo... », art. cit., p. 512.

16À côté de l’Italie, Majorque constitue un autre centre de création des cartes marines ayant apporté un progrès considérable à la cartographie médiévale. Aux XIVe et XVe siècles, plusieurs cartes marines appelées portulans y furent créées. On considère que la première est la carte de Dalorto, datant de 1325 et conservée à Florence32. Un exemplaire semblable est gardé à Londres, au British Museum, et un autre, datant de 1339, est conservé à Paris : il est signé Dulcert33. Une discussion houleuse s’est développée dans le milieu des experts au sujet de ce personnage mystérieux, mais également sur le thème de l’attribution de la primauté aux Italiens ou aux Catalans dans le domaine des cartes marines. Ce qui nous intéresse, ce sont les connaissances de Dalorto et de ses successeurs au sujet de la Baltique et de ses environs. Si l’on reprend la définition du chercheur italien Alberto Magnaghi34, la représentation de cette étendue y est embryonnaire ; elle a la forme d’un sac posé sur le côté, long et comme divisé en deux bassins : le plus grand allant de l’ouest à l’est et l’autre allant du nord-est vers le sud-ouest. Les portulans de Majorque présentaient un tracé caractéristique de la ligne sud de la côte de la Baltique allant de Lübeck à Elblag en passant par Wismar, Rostock, Stralsund, Greifswald et Szczecin. Près de la dernière ville, située en face de la Suède méridionale, la mer se rétrécit ; Riga et Novgorod en constituent les frontières orientales. Ce qui est caractéristique est l’absence de la Finlande, du golfe de Finlande et du golfe de Botnie. Dalorto et ses successeurs donnent plusieurs noms de villes mais les cours des fleuves sont très mal représentés. L’Elbe coule presque parallèlement à la Baltique et le Rhin pratiquement d’est en ouest. Ces erreurs sont le résultat d’un raccourcissement radical, effectué par les cartographes, de la distance entre la Méditerranée et la Baltique. Connaissant les véritables longueurs de ces fleuves, ils ne pouvaient pas les situer dans la position correcte et ils étaient forcés de les dessiner dans une direction parallèle, même si, en réalité, ils coulent plutôt du sud vers le nord. En calculant l’échelle de la carte à environ 1/600 000e, nous obtenons entre les embouchures de l’Elbe et du Rhin une distance de 180 km ; la distance réelle est de 410 km.

Cartographie et navigation

  • 35 H. Rogge, Der Stapelzwangdes hansischen Kontors zu Brügge im 15. Jahrhundert, thèse de doctorat, U (...)

17L’image de la Baltique et de la mer du Nord est restée presque inchangée dans la cartographie majorquine puis catalane. Le modèle était copié et même les légendes se répètent sous une forme presque identique. On peut dire que le contenu ne changeait pas ou presque pas, tandis que les éléments esthétiques et décoratifs des cartes successives subissaient des changements considérables. Comment expliquer cette stagnation ? On admet généralement qu'elle est liée au développement de la puissance de la Hanse. Au XIVe-XVe siècle, les navigateurs italiens et catalans se déplaçaient surtout dans le bassin méditerranéen ; leurs destinations les plus lointaines étaient l’Angleterre et la Flandre. Si l’on examine les cartes méditerranéennes, on remarque une grande précision en ce qui concerne ces régions-là, tandis que la mer Baltique, la mer du Nord et la Scandinavie sont représentées de manière schématique et malhabile. Cela résulte du fait que la Hanse possédait le monopole sur les eaux du Nord et ne laissait pas entrer les navigateurs étrangers. Dès 1323, Bruges possède le droit ius stapulae pour l’Europe du Sud, de l’Ouest et du Nord et, avec Anvers, elle ferme l’accès à la mer du Nord et à la Baltique aux bateaux qui n’appartiennent pas à la Hanse35. C’est pourquoi les cartographes méditerranéens devaient puiser leurs informations de « seconde main ».

  • 36 Konungs skuggsjá. Speculum regale, éd. par F. Jônsson, Copenhague, H. H. Thiele, 1920, vol. I, p.  (...)
  • 37 E. Jäger, « Zur Entwicklung der Kartographie in der Hansezeit », dans Die Hanse und der deutsche O (...)
  • 38 Il mappamondo di Fra Mauro, éd. par T. Gasparini Leporace et R. Almagià, Rome, Libreria dello Stat (...)

18Les cartographes du Sud de l’Europe ne possédaient pas les données essentielles, et ceux de la Hanse n’acquirent la capacité de dessiner les cartes qu’à la fin du Moyen Âge. Il est difficile de leur attribuer a priori un talent moindre : c’est la situation dans laquelle ils se trouvaient qui ne l’exigeait pas. Nous devons nous rappeler que les étendues d’eaux du Nord étaient relativement étroites, parsemées d’îles, et que la navigation s’effectuait donc toujours près des terres. Il n’est pas possible de comparer cette situation à celle la Méditerranée ou de l’Atlantique où, dès le XIVe siècle, on se déplaçait de plus en plus hardiment. Les cartes portant sur les petites étendues de l’Europe du Nord n’étaient donc pas indispensables. La navigation y demandait une attention particulière, mais elle reposait surtout sur de bons vents pendant douze à vingt-quatre heures, comme le note le Miroir royal norvégien du milieu du XIIIe siècle36. On naviguait le long des côtes et on ne traversait la mer que dans des endroits étroits. Le cours était établi sur la base d’informations topographiques connues. Elles étaient d’abord transmises oralement de bateau en bateau ; ce n’est que plus tard qu’on s’est mis à les écrire et à les imprimer en tant qu’indications de navigation. Au XVe siècle est paru le Livre de navigation de la Basse Allemagne37, comportant un condensé d’informations sur les ports, les côtes, les distances et les profondeurs ainsi que sur les cours et les signes de navigation. Dans cette région, l’instrument le plus caractéristique et le plus anciennement utilisé dans la navigation était la sonde. Cet instrument était déjà connu d’Hérodote, et le cartographe italien Fra Mauro, sur sa magnifique mappemonde datant du milieu du XVe siècle, écrit à propos de la Baltique : « Sur cette mer, on ne navigue ni avec une carte ni avec une boussole, mais avec une sonde mesurant la profondeur38 ». Les recherches archéologiques prouvent que la sonde était déjà connue sur les côtes de la Baltique et de la mer du Nord en l’an 800.

  • 39 J. Schildhauer, Dzieje i kultura Hanzy, Varsovie, Panstwowy Instytut Wydawniczy, 1995, p. 82.
  • 40 Ibid.

19Auparavant, les navigateurs utilisaient les indices de navigation (ou amers) naturels, des éléments de la terre ferme comme les îles, les montagnes, les embouchures des fleuves ou les forêts. Dès le XIIIe siècle, on a commencé à prêter une plus grande attention aux signes artificiels tels que différents immeubles et surtout les tours des églises. La tour de l’église Saint-Pierre à Rostock, d’une hauteur d’environ 130 m, était visible à quelques dizaines de milles marins. Les anciens kourganes de l’époque de bronze, les dunes, les élévations artificielles ou encore les moulins étaient également bien visibles. Au tournant des XIIIe et XIVe siècles, les entrées dans les ports étaient signalées par des phares. En 1306, on note une information sur le phare de Hiddensee à l’ouest de Rügen ; la première information sur le gardien du phare vient de 1316 et concerne l’entrée dans le port de Lübeck à Travemünde. Au milieu du XIVe siècle fonctionnait déjà le phare de Warnemünde, près de Rostock39. Plus tard, des tonneaux ancrés par des chaînes à de lourdes pierres montraient la direction aux bateaux. Lorsqu’ils mesuraient la profondeur, les sondeurs prélevaient également des échantillons du fond marin, qui fournissaient aux timoniers expérimentés des informations importantes concernant la situation du navire. Le Nord de l’Europe avait également du retard sur le Sud en ce qui concerne l’utilisation de la boussole40. Cet instrument, popularisé relativement tôt dans les mers du Sud, même si des doutes persistent aujourd’hui sur la chronologie de son introduction, apparaît relativement tard dans les mers septentrionales. L’instrument auquel Christophe Colomb, par exemple, faisait aveuglément confiance, ne jouait pas un grand rôle dans le Nord et il apparaît encore rarement dans les sources du XVe siècle. Néanmoins, les livres de bord et les instructions de navigation permettent de reproduire les routes maritimes, en distinguant les routes principales des routes secondaires ; dans les endroits difficiles ou à l’entrée des ports, on pouvait profiter de l’aide d’un timonier.

  • 41 Sur cette carte, cf. P. Zurla, Il mappamondo di Fra Mauro, Venise, chez l’auteur, 1806 ; M. Santar (...)
  • 42 Il mappamondo..., éd. par T. Gasparini Leporace et R. Almagià, op. cit..., tabl. XXXV.

20Nous avons mentionné ci-dessus la carte de Fra Mauro41. Il semble qu’on ne puisse pas l’oublier quand on parle de la place de la Baltique dans l’imagination cartographique du Moyen Âge. C’est l’une des œuvres les plus splendides de ce type. Créée par le religieux camaldule Fra Mauro à Murano, près de Venise, elle suscite notre admiration par ses couleurs et la richesse de son contenu ; elle comporte également plusieurs légendes intéressantes, parmi lesquelles on retrouve les très passionnantes polémiques de l’auteur de la carte avec le grand géographe antique Ptolémée qui, à la fin du Moyen Âge, demeurait toujours une grande autorité intellectuelle. Fra Mauro nota au sujet de la Baltique : « Cette mer prussienne est presque douce et cela à cause de plusieurs fleuves qui y affluent de tous les côtés42. » Cette remarque confirme le fait empiriquement vérifié de la faible salinité de la Baltique. Mais le cartographe n’a pas réussi à reproduire la forme exacte de la mer. Elle est plus petite que dans la réalité, et la distance qui la sépare tant de la Méditerranée que de la mer d’Azov est considérablement raccourcie. En conséquence, cela provoque une représentation erronée du réseau fluvial, et la carte répète ainsi les défauts évoqués plus haut de la cartographie majorquine et catalane. L’iconographie de la carte de Fra Mauro mérite une analyse particulière ; ses couleurs et sa richesse impressionnent. Sur la Baltique, aux environs de l’isthme de Courlande et de Gdansk, on peut voir un grand navire sous voiles, et la mer est remplie de lignes ondulantes symbolisant les vagues.

  • 43 El Atlas Catalan..., op. cit.
  • 44 Cf. K. Kretschmer, Die italienischen Portolane..., op. cit., p. 137 sq. ; G. Guarnieri, Le corrent (...)

21Il convient également d’évoquer les noms utilisés par Fra Mauro pour désigner l’étendue d’eau qui nous intéresse. Le cartographe parle ainsi de Sinus Germanicus, puis de Mar d’Alemagna, et la partie située près de la région de Prusse est appelée Mar Prusia. La « mer Allemande », dans la nomenclature de Fra Mauro, se rapporte directement au courant majorquin et catalan chez qui ce terme apparaît plusieurs fois. Dans l'Atlas catalan de 1375, par exemple, on note Mar de Lamanya43 et, sur la mappemonde un peu plus récente se trouvant à Naples, on trouve la Mar dallemania44. Le chaos terminologique sur lequel nous avons plusieurs fois attiré l’attention existe également chez Fra Mauro. Sur l’emplacement du golfe de Finlande, on peut lire :

  • 45 Il mappamondo..., éd. par T. Gasparini Leporace et R. Almagià, op. cit., tabl. XL : Questo colfo e (...)

Ce golfe [...] a plusieurs noms et on l’appelle le golfe de Lübeck, Prussien, Sarmatien, Allemand ; comme la dernière appellation est la plus claire, j’ai donc noté le Golfe Allemand45.

  • 46 Pii II. Pontificis maximi. Historia rerum ubique gestarum, Venetiis, 1477, f° 3, r° : Baltici sinu (...)
  • 47 Il Mar Baltico o vogliam dire Golfo Venedico : A. Spekke, « L’influence italienne sur la côte orie (...)

22Nous avons déjà souligné que la Baltique, à travers les siècles, était désignée par différents noms : Océan Sarmatien, golfe des Vénètes (Ptolémée), mer des Goths, mer des Allemands, mer de l’Est, etc. Enea Silvio Piccolomini essaya d’expliquer cela en affirmant : « Personne parmi les Anciens n’a parlé du golfe Baltique. On croyait qu’il portait le nom de Germanique et faisait partie d’un océan46. » L’appellation Baltique fut utilisée pour la première fois, comme nous l’avons déjà dit, par Adam de Brême mais, en 1568 encore, Ruggiero notera : « la mer Baltique, ou je veux dire le golfe Vénète47. »

Autour de la Géographie de Ptolémée

  • 48 P. Gautier-Dalché, La géographie de Ptolémée en Occident (IV-XVIe siècle), Turnhout, Brepols, 2009
  • 49 A. A. Bjø bo et C. S. Petersen, Fyenboen Claudius Claussen Swart : Nordens aeldste kartograf, Cope (...)
  • 50 P. Gautier Dalché, « L’œuvre géographique du cardinal Fillastre († 1428). Représentation du monde (...)

23La fin du Moyen Âge fut marquée par la renaissance de l’œuvre de Ptolémée ; sa Géographie était alors l’une des œuvres les plus volontiers imprimées48. Mais on s’est très vite rendu compte que l’ensemble de ses cartes, toujours très précieux, n’était plus actuel. De cette façon est née l’idée de le compléter par de nouvelles cartes appelées tabulae modernae. La carte du Danois Claudius Clavus Swart est considérée comme la première d’entre elles49. Dans les années vingt du XVe siècle, il effectua un voyage à Rome ou à Florence et y découvrit la géographie de Ptolémée, le texte et peut-être même les cartes. Le nord-est, pour cause d’informations insuffisantes, n’était pas bien représenté sur les cartes de Ptolémée. Ainsi naquit l’idée de créer une carte de ces régions sur la base de nouvelles données. La carte fut ajoutée à l’atlas contenant les vingt-sept cartes traditionnelles de Ptolémée en tant que première Tabula moderna en 1427. Cette carte – ou plutôt sa copie, car l’original a disparu – est aujourd’hui conservée dans un manuscrit qui se trouve à Nancy. Le cardinal français Guillaume Fillastre, théologien, juriste, helléniste, actif durant le concile de Constance et légat du pape en France, fut l’inspirateur de la création de ce manuscrit ; il a également fait beaucoup pour la géographie et la cartographie au XVe siècle50. C’est lui qui a fait venir d’Italie en France la Géographie de Ptolémée ; pourtant, en tant qu’esprit critique, il lui adressait beaucoup de réprimandes, entre autres en ce qui concerne l’état des connaissances sur l’Europe du Nord. Les remarques du cardinal ou de son secrétaire, en marge du chapitre sur la Germanie, ont été conservées :

  • 51 B. Strzelecka, « Ze studiów nad geografia i kartografia XV w. », Czasopismo Geograficzne, no 30, 1 (...)

Dans cette partie de l’Europe du Nord, Ptolémée omet plusieurs régions dans le Nord sur lesquelles il n’avait sans doute pas d’informations, étant un homme du Sud. Il ne parle pas du golfe de Codan qui, sortant de l’océan en face de l’Angleterre et de l’Ecosse, va jusqu’en Prusse et en Pologne et sépare l’Allemagne de la Norvège et de la Suède. Dans ce golfe, il y a l’île de Dacie et un royaume qu’il appelle peut-être autrement ; dans ce golfe, on pêche également beaucoup de harengs et on navigue à travers lui pour aller de la région de Prusse vers la Gaule [la France] et dans la direction inverse. Il ne parle pas non plus de la mer qui s’appelle « gelée » car, pendant une grande partie de l’année, elle reste figée ; elle se trouve entre la Norvège et le Groenland, qu’il omet également, car il est situé le plus au nord dans la direction de l’ouest et de l’île Tyle51.

  • 52 H. Winter, « The Changing Face of Scandinavia and the Baltic in Cartography up to 1532 », Imago Mu (...)
  • 53 J. Granlund, « The Carta Marina of Olaus Magnus », Imago Mundi, no 8, 1951; ID., « A Note on Olaus (...)
  • 54 F. J. Dubiez, Cornelis Anthoniszoon van Amsterdam. Zijn leven en werken ca. 1508-1553, Amsterdam, (...)

24L’initiative du cardinal Fillastre est inestimable, mais la carte de Claudius Clavus ne constituait pas encore un tournant dans la représentation des étendues des eaux du Nord. Celui-ci s’est produit au XVIe siècle. Trois cartes des années trente et quarante de ce siècle sont un vrai pas en avant. En 1532, Jacobus Ziegler52 a montré pour la première fois une forme de la Scandinavie très proche de la réalité, s’étendant du nord vers le sud, avec les golfes de Finlande et de Botnie. Quelques années plus tard, en 1539, paraît la carte de l’ecclésiastique suédois Olaus Magnus53. Cette œuvre monumentale représente toute l’Europe du Nord, de l’Islande à la Finlande et de l’Angleterre à Novgorod en passant par l’Allemagne du Nord. Pendant plus de cent ans, elle est restée un modèle pour les tentatives suivantes de représentation de la Scandinavie. La Caerte van Oostlant54 du capitaine amstellodamois Cornelius Anthoniszoon, publiée quatre ans plus tard, était également d’un haut niveau. Élaborée par un praticien qui utilisa les livres de navigation, elle représente bien la côte germano-hollandaise et norvégienne ; en revanche, les côtes de la Baltique ne sont pas aussi bien représentées, à cause d’un nombre plus petit de livres de navigation concernant cet espace.

25Pour mettre fin à cette revue sélective des représentations de la mer Baltique dans la cartographie médiévale, il faut ajouter que la route était encore longue pour atteindre une précision parfaite. Le XVIIe siècle constituera une autre étape dans l’amélioration de cette image, mais il faudra attendre jusqu’au XIXe siècle pour voir apparaître la forme réelle de ces régions, telles que les représentent les cartes actuelles.

Notes

1 Procope de Césarée, Histoire des guerres, VI, 15, éd. Par J. Haury, Cambridge (Mass.) et Londres, Loeb Classical Library, 1914 ; cité par J. Favier, Les grandes découvertes, d’Alexandre à Magellan, Paris, Fayard, 1991 ; trad. polon., Wielkie odkrycia od ALeksandra do Magellana, Varsovie, Volumen, Bellona, 1996, p. 203.

2 J. K Wright, The Geographical Lore of the Time of the Crusades. A Study in the History of Medieval Science and Tradition in Western Europe, New York, American Geographical Society, 1925, p. 312.

3 C’est-à-dire de Suecia.

4 L’Atlas català de Cresques Abraham, Barcelone, Diafora, 1975; Der katalanische Weltatlas vom Jahre 1375, éd. par H. C. Freiesleben, Stuttgart, Brockhaus, 1977; G. Grosjean, The Catalan Atlas of the Year 1375, Zürich, Urs Graf, 1978.

5 J. Favier, Wielkie odkrycia..., op. cit., p. 203.

6 La littérature sur les cartes marines est abondante. On peut consulter Th. Fischer, Sammlung mittelalterlicher Welt-und Seekarten italienischen Ursprungs und aus italienischen Bibliotheken und Archiven, Venise, Ferdinand Ongania, 1886; N. A. E. Nordenskiöld, Periplus. An Essay on the Early Elistory of Charts and Sailing Directions, Stockholm, Norstedt & Söner, 1897; K. Kretschmer, Die italienischen Portolane des Mittelalters, Berlin, Mittler & Sohn, 1909; A. Magnaghi, « Sulle origini del portolano normale nel medio evo e della cartografia dell’Europa occidentale », dans Memorie Geografiche no 8, Supplemento Rivista Geografica Italiana, Florence, 1909, p. 115-186; E. L. Stevenson, Portolan Charts. Their Origin and Characteristics, with the Descriptive List of Those Belonging to the Hispanic Society of America, New York, Knickerbocker Press, 1911; R. Uhden, « Die antiken Grundlagen der mittelalterlichen Seekarten », Imago Mundi, no 1, 1935, p. 1-19; H. Winter, « The Origin of the Sea Chart », Imago Mundi, no 13, 1956, p. 39-44; G. Luca, « Carte Nautiche del Medio Evo disegnate in Italia », dans Acta Cartographica, no 4, Amsterdam, 1964, p. 314-349; R. Chauvin, Les secrets des portulans ou les cartes de l’inconnu, Paris, France-Empire, 1980; R. Putman, Early Sea Charts, New York, Abbeville Press, 1983; M. de la Roncière et M. Mollat, Les portulans. Cartes marines du XIIIe au XVIIe siècle, Fribourg et Paris, Nathan, 1984; P Mesenburg, « Untersuchungen zur kartometrischer Auswertung mittelalterlicher Portolane », Kartographische Nachrichten, no 40/l, 1990, p. 9-18; W. Iwanczak, « Mapy morskie i ich tajemnice », Mówia Wieki, no 404/1, 1993, p. 19-24; P. Mesenburg, « Portolankarten. Die “vermessene” Welt des Mittelalters », dans Gutenberg und die neue Welt, éd. par H. Wenzel, Munich, W. Fink, 1994, p. 59-74.

7 Hic capud europae, hic finis asiae; Dacia ubi et gothes [...] insula tile: A. Spekke, « A Brief Cartographic-Iconographic View of the Eastern Baltic Coast up to the Sixteenth Century », Imago Mundi, no 5, 1948, p. 40.

8 W. Iwanczak, « Borders and Borderlines in Medieval Cartography », dans Frontiers in the Middle Ages. Proceedings of the Third European Congress of Medieval Studies (Jyväskylä, 10-14 June 2003), éd. par O. Merisalo et P. Pahta, Turnhout, Brepols, 2006 (Textes et études du Moyen Âge, no 35), p. 661-673.

9 W. Kowalenko, « Baltyk i Pomorze w historii kartografii (VII-XVI w.) », Przeglad Zachodni, no 10, vol. 7/8, 1954, p. 355 ; cf. P. Arnaud, « L’affaire Mettius Pomposianus ou le crime de cartographie », Mélanges de l’Ecole Française de Rome. Antiquité, no 95, 1983, p. 677-699; C. M. Gormley, M. A. Rouse et R. H. Rouse, « The Medieval Circulation of the De chorographia of Pomponius Mela », Medieval Studies, no 46, 1984, p. 266-320.

10 Adam de Brême, Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum, éd. B. Schmeidler, Hanovre et Leipzig, 1917 (MGH Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 2), 2,16: Sinus quidam ab occidentali oceano orientem versusporrigitur. Cf. A. Spekke, « A Brief Cartographie... », art. cit., p. 44 ; S. Günther, Adam von Bremen, der erste deutsche Geograph, Prague, Fr. Rivnác, 1894 ; K. Krabbo, « Nordeuropa in der Vorstellung Adams von Bremen », Hansische Geschichtsblatter, no 15, 1909, p. 37-51 ; W. Schlüter, « Adams von Bremen geographische Vorstellungen vom Norden », Hansische Geschichtsblatter, n" 16, 1910, p. 555-570.

11 La bibliographie est très vaste ; Die Ebstorfer Weltkarte, éd. par E. Sommerbrodt, Hanovre, Hahn, 1891 ; K. Miller, Die Ebstorfkarte. Eine Weltkarte aus dem 13. Jh., Stuttgart et Vienne, J. Roth, 1900 ; W. Rosien, Die Ebstorfer Weltkarte, Hanovre, NALS, 1952 ; A. Wolf, « Die Ebstorfer Weltkarte als Denkmal eines mittelalterlichen Welt-und Geschichtsbildes », Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, no 8, 1957, p. 204-215 ; H. Appuhn, « Über Ursprung und Datierung der Ebstorfer Weltkarte », Lüneburger Blätter, no 14, 1963, p. 30-32 ; B. Hahn-Woernle, Die Ebstorfer Weltkarte, Ebstorf, Kloster Ebstorf, 1987 ; A. Wolf, « News on the Ebstorf World Map ; Date, Origin, Authorship », dans Géographie du monde au Moyen Age et à la Renaissance, éd. par M. Pelletier, Paris, CTHS, 1989, p. 51-68 ; Ein Weltbild vor Columbus, Die Ebstorfer Weltkarte. Interdisziplinäres Colloquium 1988, éd. par H. Kugler (avec M. Eckhard), Weinheim, VCH-Acta humaniora, 1991 ; J. Wilke, Die Ebstorfer Weltkarte, Gütersloh, Verlag für Regionalgeschichte, 2001 ; J. Strzelczyk, « Imago mundi Ebstorfiensis. Wokól problematyki największej z średniowiecznych map świata », dans Imago narrat. Obraz jako komunikat w spoleczeństwach europejskich, éd. par S. Rosik et P. Wiszewski, Wroclaw, Wydawnictwo Uniwersytetu Wroclawskiego, 2002, p. 11-27.

12 J. G. Lotter et F. A. Veith, Historia vitae atque meritorum Conradi Peutingeri iurisconsulti Augustani, Augsbourg, C. H. Stage, 1783 ; F. Philippi, De tabula Peutingeriana, thèse de doctorat, Université de Bonn, 1876 ; K. Miller, Weltkarte des Castorius, genannt Die Peutingersche Tafel, Ravensbnrg, O. Maier, 1887 ; Peutingeriana tabula itineraria, Vienne, ex typographia Trattneriana, 1888 ; H. Gross, Zur Entstehungsgeschichte der Tabula Peutingeriana, Bonn, H. Ludwig, 1913 ; K. Miller, Itineraria Romana. Römische Reisewege an der Hand der Tabula Peutingeriana, Stuttgart, Strecker & Schröder, 1916 ; E. König, Peutingerstudien, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 1918 ; L. Bosio, La Tabula Peutingeriana : una descrizionepittorica del mondo antico, Rimini, Maggioli, 1983 ; P. Arnaud, « L’origine, la date de rédaction et la diffusion de l’archétype de la table de Peutinger », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1988 (1990), p. 302-321.

13 W. L. Bevan et H. W. Phillott, Medieval Geography. An Essay in Illustration of the Hereford Mappa Mundi, Londres, E. Stanford, 1873; G. R. Crone, « The World Map by Richard of Haldingham in Hereford Cathedral », dans Royal Geographical Society. Reproductions of Tarif Manuscripts Maps, no 3, Londres, Royal Geographical Society, 1954; A. L. Moir, The Pictures in the Hereford Mappa Mundi, Hereford, Hereford Catheedral, 1955; N. Denholm-Young, « The Mappa Mundi of Richard of Haldingham at Hereford », Speculum, no 32, 1957, p. 307-314; G. R. Crone, « New Light on the Hereford Map », Geographical Journal, no 131, 4, 1965, p. 447-462; S. C. Westrem, The Hereford Map. A Transcription and Translation of the Legends with Commentary, Turnhout, Brepols, 2001 (Terrarum orbis. Histoire des représentations de l’espace; textes, images, no 1).

14 J. Staszewski, « Polska i Baltyk na mapie swiata z Ebstorfu », Zeszyty Geograficzne Wyzszej Szkoty Pedagogicznej w Gdansku, no 4, 1962, p. 233.

15 Ibid.

16 R. Kiersnowski, Legenda Winety. Studium historyczne, Cracovie, Wydawnictwo Studium Slowianskiego Uniwersytetu Jagiellonskiego, 1950 (Bibliotheka Studium Slowianskiego Uniwersytetu Jagiellonskiego, Seria A, no 6).

17 J. Staszewski, « Polska i Baltyk... », art. cit., p. 233.

18 Ibid., p. 234-235.

19 J. Strzelczyk, Odkrywanie Europy, Poznan, Wydawnictwo Poznanskie, 2000, p. 164 sq.

20 J. Staszewski, « Polska i Baltyk... », art. cit., p. 235.

21 S. C. Westrem, The Hereford Map…, op. cit., passim.

22 E. Moritz, Die Entwicklung des Kartenbildes der Nord-und Ostseeländer bis auf Mercator. Mit besonderer Berücksichtigung Deutschlands, Amsterdam, Meridian, 1967, p. 8.

23 Ibid., p. 47.

24 Th. Fischer, Sammlung..., op. cit., p. 117-126; P. Revelli, Cristoforo Colombo e la scuola cartografica genovese, Gênes, CNR, 1937, p. 235 sq.

25 A. E. Nordenskiöld, Facsimile-Atlas to the Early History of Cartography with Reproductions of the Most Important Maps Printed in the Fifteenth and Sixteenth Centuries, Stockholm, Norstedt & Söner, 1889, p. 52.

26 A.-D. von den Brincken, « Die kartographische Darstellung Nordeuropas durch italienische und mallorquinische Portolanzeichner im 14. und in der ersten Hälfte des 15. Jahrhunderts », Hansische Geschichtsblätter, no 92, 1974, p. 51.

27 G. Gerola, « Le carte nautiche di Pietro Visconti dal punto di vista araldico », Atti del II Congresso di Studi Coloniali (Napoli, 1-5 ottobre 1934), Florence, L.S.Olschki, 1936, vol. 2, p. 102-123; Pietro Vesconte, Carte Nautiche, éd. par O. Mazal et L. Pagani, Bergame, Grafica Gutenberg, 1977.

28 Cf. A. Magnocavallo, Marin Sanudo il Vecchio e ilsuo progetto di crociata, Bergame, Istituto italiano d’arti grafiche, 1901 ; O. et M. Dilke, « Marin Sanudo. Was He a Great Cartographer? », The Map Collector, no 29, 1987, p. 29-32.

29 Marinus Sanutus, Liber Secretorum Fidelium Crucis, éd. par J. Bongars, Hanau, heredes J. Aubrii, 1611, p. 72: Amburg, scilicet Lubec, Visinar, Rostoc, Xundis, Guspinal, Sectin...

30 K. Miller, Mappaemundi. Die ältesten Weltkarten, Stuttgart, J. Roth, 1897, vol. 3, p. 133: In hoc mari est maxima copia aletiorum.

31 Ruteni scismatici et procedunt usque ad Oceanum et ad Polonos: E. Moritz, Die Entwicklung..., op. cit., p. 49.

32 A. Magnaghi, « Angellinus de Dalorco cartografo italiano della prima metà del secolo XIV », Rivista Geografica Italiana, no 4, 1897, p. 282-294 et 361-369; ID., « Il Mappamondo del Genovese Angellinus de Dalorto (1325) », dans Atti del III Congresso Geografico Italiano, Florence, M. Ricci, 1899, vol. 2, p. 506-543; The Portolan Chart of Angellino de Dalorto MCCCXXV in the Collection of Prince Corsini at Florence, éd. par A. R. Hinks, Londres, Royal Geographical Society, 1929; G. Gerola, « L’elemento araldico nel portolano di Angelino Dallorto », Atti del Reale Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, no 93, 1933, p. 407-443; A. Magnaghi, « Alcune osservazioni intorno ad uno studio recente sul Mappamondo di Angelino Dalorto (1325) », Rivista Geografica Italiana, no 41, 1934, p. 1-27.

33 E.-Th. Hamy, La mappemonde dAngelino Dulcert de Majorque (1339), Paris, Champion, 1903.

34 A. Magnaghi, « Il Mappamondo... », art. cit., p. 512.

35 H. Rogge, Der Stapelzwangdes hansischen Kontors zu Brügge im 15. Jahrhundert, thèse de doctorat, Université de Kiel, 1903, p. 10.

36 Konungs skuggsjá. Speculum regale, éd. par F. Jônsson, Copenhague, H. H. Thiele, 1920, vol. I, p. 89 ; trad. fr. E. M. Jónsson, Le miroir royal, Paris, Esprit Ouvert, 1997.

37 E. Jäger, « Zur Entwicklung der Kartographie in der Hansezeit », dans Die Hanse und der deutsche Osten, éd. par N. Angermann, Lüneburg, Nordostdeutsches Kulturwerk, 1990, p. 137.

38 Il mappamondo di Fra Mauro, éd. par T. Gasparini Leporace et R. Almagià, Rome, Libreria dello Stato, 1956, tabl. XXXV : Per questo mar non se navega cum carta ni bossolo ma cum scandaio...

39 J. Schildhauer, Dzieje i kultura Hanzy, Varsovie, Panstwowy Instytut Wydawniczy, 1995, p. 82.

40 Ibid.

41 Sur cette carte, cf. P. Zurla, Il mappamondo di Fra Mauro, Venise, chez l’auteur, 1806 ; M. Santarem, « Note sur mappemonde du cosmographe Fra Mauro », Bulletin de La Société de Géographie, ser. 3, no 5, 1846, p. 251 sq. ; G. R. Crone, « Fra Mauro’s Representation of the Indian Ocean and the Eastern Islands », dans Comitato cittadino per la celebrazione Colombiane. V Centenario della nascità de Cristoforo Colombo. Convegno internazionale di studi colombiani, Gênes, Civico Istituto Colombiano, 1952, vol. 3, p. 57-64 ; H. Winter, « The Fra Mauro Portolan Chart in the Vatican », Imago Mundi, no 16, 1962, p. 17-28 ; G. Hamann, « Fra Mauro und die italienische Kartographie seiner Zeit als Quellen zur frühen Entdeckungsgeschichte », Mitteilungen des Instituts fur Österreichische Geschichtsforschung, no 78,1970, p. 348-371 ; W. Iwanczak, « Entre l’espace ptolémaïque et l’empirie : les cartes de Fra Mauro », Médiévales, no 18, printemps 1990, p. 53-69 ; Id„ « Polska na mapie swiata Fra Mauro – obraz umowny czy rzeczywisty ? », dans Literatura i kultura polskiego sredniowiecza. Cztowiek wobec swiata znakow i symboli, éd. par P. Buchwald-Pelcowa et J. Pelc, Varsovie, Wydawnictwa Fundacji « Historia pro futuro », 1995, p. 65-75.

42 Il mappamondo..., éd. par T. Gasparini Leporace et R. Almagià, op. cit..., tabl. XXXV.

43 El Atlas Catalan..., op. cit.

44 Cf. K. Kretschmer, Die italienischen Portolane..., op. cit., p. 137 sq. ; G. Guarnieri, Le correnti del pensiero geografico nell’antichità classica e il loro contributo alla cartografia nautica medievale, Pise, Giardini, 1968, vol. 1, p. 122 sq.

45 Il mappamondo..., éd. par T. Gasparini Leporace et R. Almagià, op. cit., tabl. XL : Questo colfo el qual Tolomeo non mete, ha piusor nomi e si dito lubech, prusico, sarmatico, germanico, e perchèè questo ultimo nome è più chiaro, perd ho notado colfo germanico.

46 Pii II. Pontificis maximi. Historia rerum ubique gestarum, Venetiis, 1477, f° 3, r° : Baltici sinus nemo veterum meminit. Occeanum esse crediderunt : eius partem qui germanicus appellatur.

47 Il Mar Baltico o vogliam dire Golfo Venedico : A. Spekke, « L’influence italienne sur la côte orientale de la Baltique avant et pendant la Renaissance », Acta Universitatis Latviensis. Faculté de phil. et philos., S. III.3, Riga, 1935, p. 55.

48 P. Gautier-Dalché, La géographie de Ptolémée en Occident (IV-XVIe siècle), Turnhout, Brepols, 2009.

49 A. A. Bjø bo et C. S. Petersen, Fyenboen Claudius Claussen Swart : Nordens aeldste kartograf, Copenhague, Host & Son, 1904.

50 P. Gautier Dalché, « L’œuvre géographique du cardinal Fillastre († 1428). Représentation du monde et perception de la carte à l’aube des découvertes », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Age, no 59 (67), 1992, p. 319-383.

51 B. Strzelecka, « Ze studiów nad geografia i kartografia XV w. », Czasopismo Geograficzne, no 30, 1959, p. 294, n. 17.

52 H. Winter, « The Changing Face of Scandinavia and the Baltic in Cartography up to 1532 », Imago Mundi, no 12, 1955, p. 54.

53 J. Granlund, « The Carta Marina of Olaus Magnus », Imago Mundi, no 8, 1951; ID., « A Note on Olaus Magnus’Map », Imago Mundi, no 9, 1952, p. 82; E. Gamby, Olaus Magnus, Carta Marina, Karta och bescrivning över de Nordiska Länderna samt de underbara ting som dàr F innas, Uppsala, Bokgillet, 1964; S. Richter, Olaus Magnus Carta Marina, Lund, Skânska Centraltryckeriet, 1967; E. A. Savel’eva, Olaus Magnus i ego « Istorija severnych narodov », Leningrad, Nauka, 1983, p. 30-56.

54 F. J. Dubiez, Cornelis Anthoniszoon van Amsterdam. Zijn leven en werken ca. 1508-1553, Amsterdam, H. D. Pfann, 1969; A. W. Lang, Die « Caerte van oostlant » des Cornelis Anthoniszoon 1543. Die älteste gedruckte Seekarte Nordeuropas und ihre Segelanweisung, Hambourg, Kabel, 1986.

Auteur

Institut historique de l’Université de Kielce

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search