Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la mer du Nord à la mer Baltique. Identités, contacts et communications au Moyen Âge

 | 
Alban Gautier
, 
Sébastien Rossignol

De la mer du Nord à la mer Baltique

Géographie, communications, cultures

Alban Gautier et Sébastien Rossignol

Texte intégral

  • 1 J. Kloczowski, Mlodsza Europa. Europa Środkowo-Wschodnia w kręgu cywilizacji chrześcijanskiej średn (...)

1On lit souvent qu’une des caractéristiques fondamentales des régions orientales et nordiques de l’Europe au Moyen Âge consiste en l’absence de traditions d’origine romaine1. Cette observation s’applique certainement aux régions riveraines de la mer Baltique ; elle ne s’applique cependant qu’en partie aux rivages de la mer du Nord. Des provinces romaines avaient existé sur les deux rives de la Manche, bien qu’en Brittania, les continuités aient été rompues par la période des Dark Ages ayant suivi le retrait des troupes romaines. Le Nord de l’île, cependant, et les terres situées de l’autre côté de la mer – dans ce qui allait devenir le Danemark et la Norvège – n’avaient jamais été intégrés dans les structures de l’Empire. L’époque médiévale hérita donc de traditions complexes et nuancées.

  • 2 K. Modzelewski, L’Europe des barbares. Germains et Slaves face aux héritiers de Rome, trad. par A. (...)

2Une comparaison historique des espaces des mers du Nord et Baltique ne s’avère donc pas simple. Certes, on ne considère plus aujourd’hui les différences entre cultures germanique et slave comme étant aussi fondamentales qu’on l’a longtemps cru – au-delà de la différence de groupes linguistiques, les sociétés des régions nordiques, centrales et orientales du continent ont présenté d’étonnantes similitudes2. D’autres facteurs ont pu avoir des conséquences plus importantes : l’héritage de la civilisation antique, par exemple, ou encore la géographie et les réseaux de contacts qu’elle rendit possibles. Ce sont surtout sur les similitudes que se concentreront les contributions à ce volume. Les deux espaces étudiés étaient des zones de contacts propices aux échanges entre sociétés aux passés et aux cultures très variés.

3En guise d’introduction, il n’est sans doute pas superflu de rappeler les grands traits de la géographie et de l’histoire des espaces des mers du Nord et Baltique. Afin de mettre en perspective les fonctions et les modes de la communication dans ces deux zones, quelques remarques suivront sur l’état des recherches dans l’étude des communications.

Mer du Nord, mer Baltique

  • 3 On trouvera de nombreux renseignements sur la géographie, la géologie et l’économie de ces deux mer (...)
  • 4 J. Haywood, Atlas des Vikings, 789-1100, Paris, Autrement, 1996, p. 86-91.
  • 5 Histoire de Calais, éd. par A. Derville et A. Vion, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1985. Sur la (...)
  • 6 R. Delmaire, « La région Manche-Mer-du-Nord dans l’espace politique et économique romain », dans Le (...)
  • 7 Statistiques du « World Port Ranking » pour l’année 2008, effectué par l’American Association of Po (...)

4La mer du Nord et la mer Baltique semblent a priori deux mers que tout oppose3. La mer du Nord est une mer largement ouverte sur l’extérieur et le monde de l’Atlantique Nord, et ce à travers trois amples passages : la vaste trouée que représente le couloir des Orcades, des Shetland et des Féroé a été empruntée au moins depuis le IXe siècle par les navigateurs Scandinaves faisant voile vers l’Islande4 ; le grand appendice septentrional qu’est la mer de Norvège permet d’accéder aux régions polaires ; quant au Pas-de-Calais, sa relative largeur (33 km au point le plus étroit) explique sans doute en partie qu’aucune puissance, après le départ des légions romaines de Bretagne vers 410, ne soit parvenue à contrôler parfaitement le détroit en s’implantant de manière complète et durable sur les deux rives : même la longue présence anglaise à Calais à la fin du Moyen Âge (plus de deux siècles), et plus brièvement à Boulogne au début du XVIe siècle (sous Henri VIII), n’a pas entraîné un tel contrôle du détroit5, dont la largeur permettait déjà aux pirates saxons du IVe siècle, malgré la présence des forts romains du Litus Saxonicum, de défier les défenses côtières de l’Empire et de venir piller les côtes gauloises jusqu’en Aquitaine6. Cet espace qu’aucun adjectif ne permet en français de caractériser (le mot « nordique » est déjà pris) est donc depuis longtemps ouvert aux échanges, au commerce et à toutes les communications. Aujourd’hui encore, Rotterdam, le troisième port du monde en tonnage (derrière Shanghai et Singapour), se trouve sur la mer du Nord, et quatre des cinq premiers ports européens ouvrent sur cet espace (à savoir Rotterdam, Anvers, Hambourg et Amsterdam – Marseille regardant vers un autre horizon7). Ajoutons Bergen, Brême, Zeebrugge, Dunkerque, Londres, Felixstowe, Grimsby, Hartlepool et les ports écossais de l’estuaire du Forth, et nous couvrons une grande partie du commerce maritime européen au début du troisième millénaire.

  • 8 P. Jeannin, « Les comptes du Sund comme source pour la construction d’indices généraux de l’activit (...)

5La mer Baltique est en revanche une mer fermée, toute en longueur. Des seuils de hauts fonds la divisent en bassins bien distincts : baie de Lübeck, golfe de Finlande, golfe de Riga, golfe de Botnie. La seule ouverture de cette mer à la salinité plus faible que les autres, particulièrement en surface, se trouve aux détroits danois du Sund (ou Øresund) et des deux Belts, qui font communiquer la Baltique avec l’ensemble Kattegat/Skagerrak et, au-delà, avec la mer du Nord. Là, plus de quatre cents îles – dont les plus grandes sont celles de Seeland (ou Sjælland) à l’est, de Fionie (ou Fyn) à l’ouest et de Lolland au sud – dessinent un labyrinthe de passages suffisamment étroits pour être bien souvent aujourd’hui traversés par des ponts. Un accès beaucoup plus facile à contrôler, donc, et qui semble l’avoir été de manière efficace par les rois danois depuis le IXe siècle au moins. Ce contrôle étroit est particulièrement bien illustré par la mise en place, au début du XVe siècle, de péages sur le Sund puis, à l’époque moderne, de péages similaires sur les deux Belts8. Ce n’est qu’après le Moyen Âge que la montée en puissance de l’État suédois a contesté aux Danois le contrôle du Sund : ainsi ce n’est qu’en 1658, à la paix de Roskilde, que Malmö, Lund et Helsingborg, sur la rive orientale du Sund, deviennent suédoises ; et le contrôle des Belts n’a jamais été vraiment disputé au Danemark, malgré les fluctuations de la frontière germano-danoise dans la région du Schleswig. Aujourd’hui, aucun des cinquante premiers ports mondiaux n’est un port de la Baltique (le premier, Saint-Pétersbourg, n’arrive en 2008 qu’en 66e position), alors que l’on trouve dans les classements plusieurs ports de la Méditerranée et de la mer Noire, qui sont pourtant elles aussi des mers fermées.

  • 9 Nous utilisons ici la base de données « Fish Base », qui recense des informations multilingues sur (...)
  • 10 Famille de poissons incluant (par ordre décroissant de taille) le cabillaud ou morue (Gadus morhua) (...)

6Ces oppositions apparentes sont bien évidemment à nuancer. Les deux mers ont pour point commun d’être peu profondes, parsemées de hauts fonds comme le fameux Dogger Bank, entre le Jutland et les côtes anglaises, où se concentrent aujourd’hui les plates-formes pétrolières britanniques et danoises. Une conséquence importante de cette faible profondeur, et des contrastes de températures importants qui en découlent, est l’abondance des bancs de poisson, principalement le hareng. Cette abondance des ressources halieutiques est une caractéristique commune essentielle des deux espaces que nous allons étudier : elle est un des substrats probables du développement précoce de la navigation, des échanges et des communications dans l’ensemble de notre espace. Et pourtant, même dans ce domaine, tout n’est pas uniforme. Au milieu du XVIIIe siècle, le Suédois Linné a nettement distingué deux sous-espèces de hareng9 – le hareng atlantique (Clupea harengus harengus), et son cousin le hareng baltique (Clupea harengus membras), en moyenne plus petit et, nous disent les amateurs, plus goûteux que son homologue occidental. En outre, la mer du Nord est marquée, tout comme l’Atlantique Nord, par l’abondance des diverses espèces de gadidés10, moins présents en Baltique.

  • 11 J.-M. Maillefer, « Les Vikings en Russie », dans Les Vikings, premiers Européens (VIIIe-XIe siècle) (...)

7La mer du Nord est bien un espace ouvert, nous en conviendrons ; mais la fermeture de la Baltique est une notion beaucoup plus relative. Les rives méridionales et orientales de la Baltique donnent sur la grande plaine nord-européenne et sur ses longs fleuves navigables qui offrent aux voyageurs la possibilité de pénétrer très avant dans l’intérieur des terres et de rejoindre les systèmes fluviaux qui descendent ensuite vers la mer Noire ou la Caspienne. D’est en ouest, on découvre donc successivement, en ne mentionnant que les principales voies : la Néva qui mène au lac Ladoga, puis le Volkhov que l’on remonte vers Novgorod, fondée par les Scandinaves à l’entrée du lac Ilmen, qui distribue les possibilités en direction du bassin de la Volga11 ; la Dvina occidentale (la Daugava des Lettons) qui débouche à Riga et que l’on remonte vers Vitebsk, s’approchant alors de la haute vallée du Dniepr, le fleuve que descendaient au Xe siècle, pour rejoindre Constantinople, les Rus’ parcourant la célèbre « route des Varègues aux Grecs » ; le Niemen (la Memel des Allemands) conduit vers Grodno et l’actuelle Biélorussie ; la Vistule mène vers la Mazovie, la Galicie et le sud de la Pologne actuelle, qui au-delà des Carpates communique avec la plaine pannonienne ; l’Oder enfin permet d’accéder à la Posnanie, à la Silésie et, par le seuil de la Porte morave, au bassin du Danube. Tout cela sans compter les innombrables fleuves côtiers dont les estuaires, de celui de la Trave lübeckienne à celui de la Narva, ont vu se développer une multitude de ports, dont certains (Lübeck, Rostock, Vyborg pour n’en citer que trois) ont atteint une renommée et une importance régionales, voire internationales. Sur la rive Scandinave, les fleuves sont certes moins longs et moins paresseux, mais les vallées n’en sont pas moins anciennement pratiquées par les voyageurs et les commerçants. Parmi celles-ci, une place toute particulière doit être faite au lac Mälar (ou Mälaren), vaste formation glaciaire qui était encore à l’époque viking une baie de la mer Baltique à laquelle accédaient les navires de haute mer : c’est dans un de ses innombrables îlots que se trouvait au haut Moyen Âge l'emporium de Birka, et c’est sur le damier complexe de ses îles, péninsules et canaux qu’est édifiée l’actuelle métropole de Stockholm.

  • 12 Willibald, Vie de saint Boniface, archevêque de Mayence, éd. par W. Levison, Hanovre, 1905 (MGH Scr (...)
  • 13 R. Bruce-Mitford, The Sutton Hoo Ship Burial: A Handbook, Londres, British Museum, 2e éd., 1972; M.(...)
  • 14 On peut mentionner les études réunies dans le volume The North Sea World in the Middle Ages. Studie (...)
  • 15 S. Lebecq, « Aux origines du phénomène viking. Quelques réflexions sur la part de responsabilité de (...)

8La mer du Nord et la Manche ont toujours, de leur côté, rendu possibles des contacts entre les diverses populations de ses régions frontalières. La traversée du détroit était chose courante au haut Moyen Âge – ainsi, Willibald, auteur d’une Vie de saint Boniface composée au IXe siècle, raconte comment son héros se rendit d’Angleterre sur le continent : tout d’abord, il arriva à Lundenwich, un « marché pour les échanges commerciaux », et c’est là qu’il trouva un navire dans lequel il put prendre place et qui le transporta jusqu’à Dorstet l’embouchure du Rhin12. De même, la mer du Nord a longtemps relié la Grande-Bretagne au monde Scandinave : le trésor du VIIe siècle exhumé à Sutton Hoo, sur les côtes du Suffolk, en 1938, comprenait nombre d’objets originaires des régions centrales de la Suède13, et de nombreux historiens anglophones ont insisté sur les liens étroits, culturels, religieux ou politiques qui unissaient les deux rives14. Certes, les eaux séparant les îles Britanniques, le continent et la Scandinavie ne servaient pas seulement aux déplacements à des fins pacifiques – commerçants transportant leurs marchandises, missionnaires et lettrés voyageant d’une contrée à l’autre. C’est également de la mer que l’on vit arriver à partir du IXe siècle, dans les îles Britanniques autant que chez les Francs, les vikings à la recherche de pillage et de butin. C’est grâce à leurs navires rapides et aux progrès des techniques de navigation que les Scandinaves purent effectuer des raids aussi efficaces15. Ce qu’ont en commun tous ces phénomènes, c’est d’avoir mis en contact des populations d’origines diverses – dans des situations de conflit ou d’échanges multilatéraux – par le biais de la communication que rendaient possible la Manche et la mer du Nord.

9La mer Baltique était certes beaucoup moins connue des auteurs occidentaux à la même époque. Éginhard, biographe de Charlemagne, la décrit en ces mots :

  • 16 Éginhard, Vie de Charlemagne, éd. par O. Holder-Egger, Hanovre, 1911 (MGH Scriptores rerum Germanic (...)

C’est une sorte de golfe qui s’étend de l’océan occidental en direction de l’orient, d’une longueur encore inconnue, d’une largeur qui cependant ne dépasse jamais cent milles, et qui est en plusieurs endroits plus étroite que cela. De nombreux peuples habitent ses pourtours16.

10L’auteur poursuit en évoquant les Scandinaves au nord, les Slaves au sud et les Aisti à l’est. Bien que ces régions aient été méconnues à son époque, comme il le précise d’ailleurs lui-même, ce qui pour Éginhard caractérise la zone baltique, c’est avant tout la multiplicité des peuples et des cultures qui en occupent les rives. Comme pour la mer du Nord, on constate la fonction centrale de la mer Baltique pour les contacts entre populations d’origines diverses.

  • 17 A. Woolf, From Pictland to Alba, 789-1070, Edimbourg, Edinburgh University Press, 2007 (New Edinbur (...)
  • 18 A. Nissen-Jaubert, « Lieux de pouvoir et voies navigables dans le sud de la Scandinavie avant 1300  (...)
  • 19 E. Roesdahl, The Vikings, Londres, Penguin, 2e éd., 1998, p. 120-123; Wics. The Early Mediaeval Tra (...)
  • 20 J. Callmer, « Urbanization in Scandinavia and the Baltic Region ca AD 700-1100 », dans Development (...)

11Dès le VIIIe siècle cependant, un même espace de civilisation Scandinave unit les deux régions centrales de ces espaces « nordo-baltiques » : de part et d’autre des détroits danois, la culture de type Scandinave fait fi de la géographie, ou plutôt tourne à son profit cette géographie. L’unité culturelle de ce monde Scandinave apparaît comme une évidence, et s’explique par des contacts sans doute bien plus maritimes, de part et d’autre du Sund et des Belts, que terrestres – même si Alex Woolf a récemment rappelé l’importance des routes intérieures et montagnardes qui permettaient, par exemple, de rejoindre le golfe de Botnie et la mer de Norvège en remontant les fleuves suédois, en traversant la région longtemps norvégienne du Jämtland, et en redescendant vers le vaste fjord du Trondelag, où se trouvait au XIe siècle le cœur de la puissance des rois des Norvégiens, avec le sanctuaire de Nidaros où reposaient les reliques du saint roi Olaf17. Malgré ces nuances, c’est bien la mer qui unifiait ce monde Scandinave et qui lui permit de connaître une expansion vers l’ouest, des îles atlantiques à la Manche, comme vers l’est en direction de la future Russie18. L’importance de l’isthme de Schleswig, qui permet d’éviter le contournement de la péninsule du Jutland, est ici évidente, et les fouilles de Hedeby/Haithabu ont permis de montrer comment les souverains danois ont très tôt cherché, en s’appuyant sur la ligne fortifiée du Danevirke et de ses extensions, à concentrer et à canaliser pour leur profit, mais aussi pour celui des voyageurs et des marchands, l’ensemble des activités commerciales de la région19. Les fouilles de Hedeby, mais aussi d’autres en de nombreux points du littoral du Danemark, de l’Allemagne et de la Pologne, ont ainsi permis de mieux saisir le fonctionnement du portage qui reliait l’embouchure de la Schlei à la côte qui fait face aux îles de la Frise septentrionale, et de comprendre comment les Danois avaient pu relier leurs propres places de commerce, comme Ribe sur la mer du Nord, à celles du littoral méridional de la mer Baltique20. Avec le Sund et les deux Belts, les rois danois contrôlaient donc efficacement et maintenaient hors de portée de la puissance franque, puis saxonne et germanique, un quatrième point de passage entre Baltique et mer du Nord, entre Europe du Nord-Est et Europe du Nord-Ouest. Le canal de Kiel remplit aujourd’hui ce rôle en territoire allemand.

  • 21 R. Boyer, Les sagas islandaises, Paris, Payot, 2e éd., 1992.
  • 22 Vikings de Jomsborg : Jómsvikinga Saga, trad. par R. Boyer, Bayeux, Heimdal, 1982 ; sur les Gesta D (...)

12L’unité de ce monde Scandinave eut de nombreux effets. Au XIIIe siècle, même les auteurs islandais de sagas, dont les intérêts étaient surtout norvégiens et tournés vers le monde Scandinave occidental21, ne négligeaient pas à l’occasion d’évoquer de grands personnages du monde baltique. Les « vikings de Jomsborg » (ou Jómsvíkingar), qu’ils aient ou non une épaisseur historique (et rien n’est moins sûr), représentent un bel exemple de ces Scandinaves actifs de part et d’autre des détroits danois. Installés vers la fin du Xe siècle à Jomsborg, que la plupart des commentateurs situent dans l’île aujourd’hui polonaise de Wolin à l’embouchure de l’Oder, ils sont, nous disent la saga éponyme et les Gesta Danorum de Saxo Grammaticus22, implantés en plein cœur des territoires des Wendes, c’est-à-dire des Slaves de la Baltique. Dès cette époque, ils auraient représenté des auxiliaires du roi danois, mais aussi des opérateurs guerriers indépendants, combattant à la fois contre les Suédois (on nous les montre combattant à Uppsala vers 985) et contre les Norvégiens (immédiatement après, la saga les décrit affrontant les jarls de Lade, dans le Trandelag). La saga nous les montre aussi combattant en Angleterre pour le compte du roi danois Svein Barbe-Fourchue, père de Cnut le Grand. Enfin, ce serait un roi norvégien ambitieux et conquérant, ayant su s’imposer au Danemark comme en Norvège, Magnus le Bon, qui les aurait éliminés au milieu du XIe siècle.

  • 23 On trouvera le texte dans The Old English Orosius, éd. J. A. Bately, Oxford, 1980 (Early English Te (...)

13Mais nul n’est besoin de recourir à la légende pour voir, dès le IXe siècle, les extrémités des deux mers entrer en contact, et peut-être communiquer. Le voyage de Wulfstan de Hedeby, marchand dont le rapport au roi Alfred le Grand s’est retrouvé inséré dans le premier livre de la traduction commandée par ce dernier de l'Histoire contre les païens de Paul Orose23, en témoigne. Depuis Hedeby, Wulfstan (dont le nom pourtant typiquement anglais pourrait aussi bien dissimuler un Ulfsteinn Scandinave, tout comme son comparse Ohthere trahit un Óttarr originel) a gagné en sept jours Truso, à l’embouchure de la Vistule (près de l’actuelle Elblag, à environ 40 km à l’est de Gdansk), parcourant une étendue d’eau qu’il appelait Estmere, le lac des Este (ou lac de l’Est ?). Au-delà de la Vistule et du pays des Wendes, il visita en effet le pays des Este, qu’il appelait Witland ou Estland. Ainsi, à la fin du IXe siècle, les Anglo-Saxons entendirent-ils parler de ces populations qui vivaient au-delà des régions reconnues comme slaves.

  • 24 « Les nations des Estes (Aestiorum gentes) ont les mœurs et l’extérieur des Suèves mais une langue (...)
  • 25 Nous résumons ici les arguments développés dans A. Gautier, « “Regards ethnographiques sur le rebor (...)
  • 26 Pour un parallèle Scandinave, cf. A. Sanmark, « Dietary Regulations in Early Christian Norway », Vi (...)

14Ces Este étaient-ils ces mêmes Aisti mentionnés quelques décennies plus tôt par Éginhard ? De manière peu commode, Éginhard puis les compilateurs de l’Orose vieil-anglais ont utilisé pour désigner les peuples du fond de la Baltique un vieil ethnonyme, connu au moins depuis Tacite24, alors même que Wulfstan avait sans doute rencontré lors de son périple des populations de langue balte, qui n’avaient donc rien à voir avec les Estoniens de langue finno-ougrienne. En tout cas, et quelle que soit leur identité précise, ces Este ont été constitués dans l’Orose vieil-anglais comme un miroir parfait de l’Anglais chrétien du IXe siècle, à travers un regard ethnographique héritier de l’Antiquité et donc les modèles remontaient à Hérodote et à Tacite25. Comme l’explique le rédacteur de la description, les pauvres buvaient « chez eux », au fond de la Baltique, ce que les riches buvaient « chez nous » en Angleterre (à savoir de l’hydromel), tandis la boisson qui « chez eux » était celle des élites (le lait de jument) n’existait pas « chez nous ». De fait, « leur » boisson privilégiée n’existait pas « chez nous » parce qu'elle ne pouvait entrer dans « notre » système, auquel elle était entièrement étrangère. Par ailleurs il y aurait eu chez eux « suffisamment d’hydromel », ce qui expliquerait d’après Wulfstan qu’on n’y brasse pas de bière. Pays de cocagne d’une part, l’Estland était en même temps présenté comme profondément barbare, puisque les élites, pour se distinguer, devaient recourir à une boisson « qui n’existait pas » ou qui, si elle avait existé, aurait dû être placée infiniment plus bas dans le système anglo-saxon : il s’agissait en effet d’un liquide provenant d’un animal dont la consommation, incongrue dans le monde gréco-romain, était mal vue (sinon interdite) par les autorités ecclésiastiques, et dont la chair était considérée comme impropre à la consommation en dehors des périodes de famine26. D’ailleurs la bière, produit de la céréaliculture, n’était pas brassée chez les Este : c’est que le pays vivait dans une sorte de sauvagerie marquée par l’ignorance des arts agricoles et en particulier du labour, forcé donc de tirer sa boisson de l’élevage (le lait de jument) ou de la cueillette (le miel pour l’hydromel).

  • 27 Tacite, Germania, XLV, 4-8, éd. citée, p. 154-157.

15Double fantasmé de la mer du Nord, espace méconnu d’où à l’époque d’Alfred venaient à la fois nouveautés, richesses et dangers, la Baltique était déjà en cette fin du IXe siècle, pour un peuple situé à l’autre extrémité de la mer du Nord, un espace imaginé, à la fois complémentaire et affronté, arrière-cour fabuleuse, bizarre et inquiétante d’un Occident en formation. L’ambre jaune, déjà reconnu par Tacite comme une des richesses de la région27, est emblématique de cette vision : d’origine mystérieuse aux yeux des hommes de l’Antiquité et du premier Moyen Âge – débris marin ? résine d’un arbre ? –, il parcourait de longues distances pour orner le cou des belles Romaines, et sa valeur marchande était considérable, ce qui permet à Tacite de le comparer à l’encens et au baume venus de l’Orient lointain. On comprend donc pourquoi le thème des contacts et du commerce en mer Baltique et mer du Nord, de la manière de créer du lien et de se procurer ces richesses tant convoitées, devait être étudié en lien avec ceux de la communication et des identités. À l’intérieur de l’espace baltique comme autour de la mer du Nord, mais aussi entre les deux régions, la compréhension ou la communication n’allaient pas de soi. Des peuples très différents les bordaient, parlant des langues très diverses, et leurs contacts n’avaient rien d’immédiat. Surtout, les contacts semblent avoir été, dans le haut Moyen Âge du moins, nécessairement médiatisés par le filtre Scandinave – rôle peut-être dévolu plus tard à un semblable filtre hanséatique, dont les villes centrales étaient elles aussi solidement campées à cheval sur les deux espaces, à la jointure entre les deux mondes, sur les routes et les canaux qui reliaient Lübeck à Hambourg.

  • 28 W. Shakespeare, Hamlet, éd. bilingue par A. Lorant, Paris, Aubier, 1988, acte V, scène 2, vers 352- (...)

16La mer Baltique était toujours présente à l’esprit d’un public occidental au début de l’époque moderne : à la fin de Hamlet, le roi norvégien Fortinbras, revenant d’une campagne polonaise, s’empare sans coup férir du trône de Danemark, dont la famille royale vient de s’entretuer dans un épilogue sanglant auquel assistent les ambassadeurs anglais28. Qu’évoquait vraiment, pour le spectateur londonien des temps élisabéthains, une telle géographie ? Que voulaient dire, pour un homme dont les horizons ouvraient vers l’est sur cette mer du Nord, les mots de Norvège, Danemark ou Pologne ? Il est bien difficile de répondre à ces questions. Mais il semble bien que toutes ces régions, de part et d’autre du Sund que surplombait le palais d’Elseneur, faisaient pour lui, même confusément, partie d’un même monde.

Communications et identités

  • 29 V. Depkat, « Kommunikationsgeschichte zwischen Mediengeschichte und der Geschichte sozialer Kommuni (...)
  • 30 H. Pross, Medienforschung, Darmstadt, Habel, 1972, p. 19; V. Depkat, « Kommunikationsgeschichte...  (...)
  • 31 W. Frijhoff, « Communication et vie quotidienne à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne : réfle (...)
  • 32 J. Lohisse, La Communication. De la transmission à la relation, Bruxelles, De Boeck, 2001, p. 8-18.
  • 33 S. Menache, The Vox Dei. Communication in the Middle Ages, New York et Oxford, Oxford University Pr (...)
  • 34 J. Habermas, Théorie des kommunikativen Handelns, Francfort/M., Suhrkamp, 1981 (STW, 1175), 2 vol.; (...)

17On peut définir la communication comme un « processus de transmission de messages par différentes sortes de signes »29, ou encore comme le « processus de transmission, ses moyens, ses actions, les réactions et les conséquences qui doivent en résulter »30. La transmission se fait à l’aide de signes qui sont des réalités tangibles, mais l’association du signe avec ce qu’il désigne est variable et peut être ambiguë ; il s’agit en général d’une pure convention31. La communication est cependant plus qu’une simple transmission d’information : elle implique la mise en relation de protagonistes selon des paramètres variables32 et l’interaction dans un contexte social33. C’est une interaction qui a certes pour objectif d’atteindre un consensus et la compréhension mutuelle, mais qui est aussi fondamentale pour la coordination des actions et pour la socialisation34.

  • 35 W. Faulstich, Medien und Offentlichkeiten im Mittelalter 800-1400, Gottingen, Vandenhoeck & Ruprech (...)
  • 36 C. Gansel, « Macht und Ohnmacht der Medien. Zur Entwicklung der Medien und ihrer Leistung in kommun (...)

18La communication peut se réaliser par le biais de plusieurs media ou « canaux de communication ». Il s’agit souvent de la langue, écrite ou parlée, mais il peut être également question de communication non verbale. Bien que certains chercheurs insistent sur les différences entre les media utilisés à différentes époques et dans différentes sociétés35, on a pu observer que les media restent en général fondamentalement les mêmes, bien que leurs formes et leur importance se transforment. Ce qui change serait avant tout leur importance sociale respective. Ainsi, avec le passage de l’oralité à une société s’appuyant sur l’écrit, l’écriture est devenue plus importante ; mais grâce à des innovations technologiques, mutatis mutandis, l’oralité et les images retrouvent aujourd’hui une place de premier plan36.

  • 37 V. Depkat, « Kommunikationsgeschichte... », art. cit., p. 39. À propos de l’oralité, voir H.-W. Goe (...)
  • 38 M. Mostert, « Communication, Literacy and the Development of Early Medieval Society », dans Comunic (...)
  • 39 M. T. Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307. Second Edition, Oxford, Cambridge, (...)
  • 40 M. Banniard, Viva voce. Communication écrite et communication orale du IV au IXe siècle en Occident (...)
  • 41 R. Wright, « Early Medieval Pan-Romance Comprehension », dans Word, Image, Number. Communication in (...)
  • 42 M. Townend, Language and History in Viking Age England. Linguistic Relations Between Speakers of Ol (...)

19Les sociétés médiévales présentent un exemple bien documenté du côtoiement de différents modes ou canaux de communication écrite, orale et non verbale37. Chaque groupe social se caractérisait par des pratiques culturelles différentes dans le domaine de la communication38. Le passage de la prédominance de l’oral à celle de l’écrit, literacy ou Schriftlichkeit, est considéré, en particulier depuis les travaux pionniers de Michael Clanchy, comme un des phénomènes majeurs de la période médiévale39. On a aussi remarqué que les langues ne sont pas seulement un outil de communication, mais aussi parfois un obstacle : comme l’a montré Michel Banniard, si les réformes carolingiennes ont mené à une homogénéisation du latin écrit, elles ont aussi eu comme conséquence un problème de compréhension entre les lettrés parlant latin et les locuteurs de dialectes issus du latin40. Si nous avons peu de témoignages directs sur la compréhension entre locuteurs de dialectes ou langues proches, il ressort des travaux de Roger Wright que les lexiques des dialectes romans sont pendant longtemps restés suffisamment proches pour rester compréhensibles, mais moyennant une graduelle et nécessaire adaptation aux différences phonétiques41. En Angleterre après le IXe siècle, l’installation de populations d’origine Scandinave a mené à la cohabitation de langues germaniques proches : Matthew Townend a montré que, trois siècles après les migrations anglo-saxonnes en Grande-Bretagne, l’intercompréhension restait grande entre parlers germaniques insulaires et Scandinaves, et que les auteurs anglais connaissaient et comprenaient les rudiments du norrois42.

  • 43 Voir les articles dans Communicare e significare..., op. cit. ; H. Röckelein, « Kommunikation – Cha (...)
  • 44 G. Althoff, Die Machtder Rituale. Symbolik undHerrschaft im Mittelalter, Darmstadt, Primus, 2003; F (...)
  • 45 G. Althoff, « Herrschaftsausübung durch symbolisches Handeln oder; Möglichkeiten und Grenzen der He (...)
  • 46 H. Röckelein, Reliquientranslationen nach Sachsen im 9. Jahrhundert. Über Kommunikation, Mobilität (...)
  • 47 S. Menache, The Vox Dei..., op. cit., p. 27-30; H. Röckelein, « Kommunikation... », art. cit., p. 8 (...)
  • 48 U. Müller « Medien der Kommunikation – Materielle Kultur zwischen Sender und Empfänger », dans Medi (...)
  • 49 J. M. Bak, « Symbolik und Kommunikation im Mittelalter. Ein Rohbericht », dans Kommunikation und Al (...)

20Malgré tout, des approches récentes ont souligné l’importance constitutive, en Europe médiévale, de la communication à l’aide de rituels et de toute une panoplie de moyens non verbaux43. Comme l’ont montré entre autres les travaux de Gerd Althoff, les rituels servaient de modes de communication dans les situations les plus diverses44. Les sociétés médiévales attachaient une grande importance aux manifestations à caractère public, qui faisaient l’objet de véritables mises en scènes nécessitant une complexe coordination des protagonistes. Ce type de communication servait à faire passer de manière condensée des messages importants ; ils étaient particulièrement utiles pour faciliter le consensus, puisque chaque participant se devait d’exprimer son accord ou son désaccord en présence de tous45. Les manifestations à caractère public – comme les translations de reliques vouées à propager le culte des saints, étudiées par Hedwig Röckelein – mettaient en outre à profit des moyens visuels autant qu’auditifs et olfactifs pour communiquer leur message46. Les images, les symboles architecturaux, les cloches des églises servaient tout autant, dans les sociétés médiévales, à transmettre des messages et des informations47. Plusieurs archéologues ont également attiré l’attention sur l’importance d’objets en tant que media de communication : objets à caractère symbolique, servant à communiquer un message ou plus généralement à transporter des valeurs ou des idées. Ulrich Müller présente l’exemple de bols en bronze servant à se laver les mains et décorés de motifs allégoriques : utilisés dans des rituels de réception d’invités décrits dans la littérature courtoise en moyen haut allemand, ils servaient à communiquer un message sur le statut social de l’hôte et sur les valeurs morales inhérentes au christianisme. La communication se réalisait donc à plusieurs niveaux. La difficulté en ce qui concerne l’interprétation de tels objets est surtout qu’il est rarement simple de reconstruire le contexte dans lequel ils étaient utilisés48. Ils pouvaient avoir des fonctions à la fois pratiques et symboliques ; la signification qui leur était accordée pouvait dépendre des circonstances ou des paroles qui étaient prononcées dans un contexte donné49.

  • 50 V. Depkat, « Kommunikationsgeschichte... », art. cit., 41-42; S. Menache, The Vox Dei..., op. cit.,(...)
  • 51 H. C. Peyer, « Das Reisekônigtum des Mittelalters », dans ID., Könige, Stadt und Kapital. Aufsätze (...)
  • 52 S. Menache, The Vox Dei..., op. cit.,p. 18-21;M. Richter, « Oral Communication », art. cit.

21Ce qui distingue en outre les modes de communication des sociétés médiévales – et explique la prédominance de la communication non verbale malgré la diffusion de l’écrit – est le fait que la communication se réalisait en premier lieu de manière personnelle et directe, dans un contexte de rencontres face à face50. La présence des protagonistes était un préalable de première importance, comme on le voit dans le cas de l’exercice du pouvoir des monarchies dites itinérantes51 ; on accordait aussi une importance particulière à l’aspect performatif, même pour la communication écrite, puisqu’on lisait à voix haute52.

  • 53 G. Berings, « Transport and Communication in the Middle Ages », dans Kommunikation und Alltag..., é (...)
  • 54 S. Menache, The Vox Dei..., op. cit., p. 11-12.
  • 55 U. Müller, art. cit., p. 106; E. Gringmuth-Dallmer, « Wege, Mittel und Ebenen der Kommunikation aus (...)
  • 56 S. Lebecq, « Entre Antiquité tardive et très haut Moyen Âge : permanence et mutations des systèmes (...)
  • 57 Ibid., p. 462-477.
  • 58 Ibid., p. 500-501; G. Berings, « Transport... », art. cit., p. 64-68.
  • 59 H. Steuer, « “Objektwanderung”... », art. cit., p. 420-423.
  • 60 G. Berings, « Transport... », p. 49-52.
  • 61 J.-P. Devroey, « Communiquer et signifier entre seigneurs et paysans », dans Comunicare e significa (...)
  • 62 G. Berings, « Transport... », p. 50.

22Cependant, la communication se réalisait en bien des cas au-delà de vastes distances. Toute communication nécessitait un déplacement physique, d’où l’importance primordiale des voyageurs en tant que porteurs de communications53. La communication sur de longues distances se réalisait souvent de manière très lente, mais ce pouvait être rapide lorsque la situation le rendait nécessaire54 – en mettant à profit des réseaux, infrastructures55 et systèmes de communication56. Si l’utilisation des routes romaines continua dans les premiers siècles du Moyen Âge57, on observa une tendance graduelle à privilégier le déplacement par voie fluviale58. Les objets de la vie quotidienne pouvaient se déplacer grâce au commerce, mais aussi au sein des structures d’administration des vastes domaines59. Les échanges organisés par les propriétaires de grands domaines du haut Moyen Age avaient pour conséquence de nombreux contacts directs entre les protagonistes60, soit à l’aide des médiateurs qu’étaient les administrateurs des domaines et qui relayaient les communications entre les paysans et les seigneurs61. Dans les siècles centraux et tardifs du Moyen Âge, cependant, les réseaux d’échanges s’appuyèrent de plus en plus sur le commerce, ce qui nécessitait des structures d’échanges plus complexes, mais avait aussi pour conséquence que les contacts – et donc la communication – devenaient impersonnels, faisant appel à un plus grand nombre d’intermédiaires62.

  • 63 W. Faulstich, Medien..., op. cit.; S. Menache, The Vox Dei..., op. cit., p. 12-13.
  • 64 M. A. Denzel, « “Wissensmanagement” und “Wissensnetzwerke” der Kaufleute: Aspekte kaufmannischer Ko (...)
  • 65 S. Lebecq, « L’économie de la voie d’eau dans le nord de la Gaule à l’époque mérovingienne : réflex (...)
  • 66 Untersuchungen zu Handel und Verkehr der vor-und frühgeschichtlichen Zeit in Mittelund Nordeuropa. (...)
  • 67 H. Steuer, « “Objektwanderung”... », art. cit., p. 430-438.
  • 68 E. Mugurëvics, « Aspekte der Kulturkominunikation anhand archäologischer Funde im baltischen Raum » (...)
  • 69 H. Steuer, « “Objektwanderung”... », art. cit., p. 424-430.

23Les modalités, contenus et objectifs des communications étaient en outre différents selon les groupes socio-culturels au sein desquels elles se réalisaient63. Les activités commerciales représentent un objet d’étude de choix sur les modes de communication dans l’Europe médiévale64. Les réseaux d’échanges65, les marchandises colportées et le rôle des marchands dans les sociétés médiévales66 ont attiré l’attention et ont été attentivement étudiés. L’archéologie permet de retrouver des traces de contacts et de reconstruire des réseaux de communication : les objets qui se déplacent témoignent d’influences culturelles qui peuvent être expliquées par des modes ou des diffusions de styles, ou par l’adoption de nouvelles technologies67. Souvent, la diffusion d’influences culturelles se réalisait exclusivement au sein de groupes sociaux distincts. Ainsi, on a pu observer qu’en Livonie médiévale, la culture matérielle de type allemand – architecture castrale et ecclésiale, armes, produits de luxe – se répandait au sein des cercles des élites, mais que la culture des paysans – outils agricoles, objets de la vie quotidienne – continuait à se développer de manière parallèle en suivant des modèles locaux, peu touchés par les influences venant de l’extérieur68. Cependant, de nombreux objets retrouvés et qui pointent vers des réseaux servaient explicitement à faire passer des messages précis par ceux qui les utilisaient : qu’on pense aux emblèmes de pèlerins qui témoignaient des accomplissements de celui ou celle qui le portait, ou aux étiquettes des guildes qui assuraient de la qualité des marchandises, ou à toute une série d’objets décorés d’inscriptions69. Souvent, cependant, la portée sociale et culturelle des échanges et leurs conséquences à long terme sont restées dans l’ombre.

24On pouvait, à l’occasion de contacts, transmettre des informations – sur des contrées lointaines, leur géographie et leur culture ; sur des modèles socio-culturels ; des messages à caractère religieux – ou des objets. Dans un cas comme dans l’autre, l’historien et l’archéologue doivent tenter de reconstruire le contexte, d’expliquer les manières dont informations ou objets ont été transmis, et le sens que l’on apportait à leur transmission. Les zones de contact des mers du Nord et Baltique, de même que des régions avoisinantes, présentent des terrains d’investigation particulièrement attrayants à cause de la présence de groupes culturels diversifiés, s’influençant mutuellement, mais rendant la communication souvent ardue – il n’y a pas que les langues qui étaient différentes, mais aussi les symboles et les systèmes de référence. Cela pouvait mener à des manières originales de franchir les barrières culturelles, mais aussi à l’incompréhension. Les mêmes objets, gestes ou symboles pouvaient avoir une signification toute différente dans un autre contexte.

  • 70 Ethnic Groups and Boundaries. The Social Organization of Culture Différence, éd. par F. Barth, Berg (...)
  • 71 L’Étranger au Moyen Âge.XXXe Congrès de la. SHMES (Göttingen, juin 1999), Paris, Publications de la (...)
  • 72 M. de Jong, R. McKitterick, W. Pohl et I. Wood, « Introduction », dans Texts and Identities in the (...)
  • 73 Strategies of Distinction. Ihe Construction of Ethnie Communities 300-800, éd. par W. Pohl et H. Re (...)
  • 74 Regionale Identität und soziale Gruppen im deutschen Mittelalter, éd. par P. Moraw, Berlin, Duncker (...)
  • 75 H.-W. Goetz, Geschichtsschreibung und Geschichtsbewufltsein im hohen Mittelalter, Berlin, Akademie (...)
  • 76 Archaeological Approaches to Cultural Identity, éd. par S. Shennan, Londres, Unwin Hyman, 1989, en (...)

25Contacts, actes de communication, échanges dans des zones d’interaction culturelle sont étroitement liés à la perception de différences et de particularités, à la formation d’identités. On s’est depuis longtemps rendu compte que la construction d’identités est inséparable de la perception de l’altérité : on se perçoit en opposition à l’autre70. De nombreux travaux récents ont été consacrés à la perception de l’autre dans les sociétés médiévales, à la manière dont des peuples et sociétés étrangers furent perçus et décrits par les contemporains71. Le processus de formation d’identités se laisse observer dans le discours de textes historiques et hagiographiques avec lesquels des processus d’identification ont été construits, adaptés ou transformés72. La création d’identités ethniques a fait couler beaucoup d’encre73, mais on s’est aussi intéressé aux identités locales et régionales74, sans oublier les identités institutionnelles75, à la fois du point de vue de l’histoire des textes et de l’archéologie76. Les espaces de la mer du Nord et de la mer Baltique, où échanges et contacts étaient particulièrement fréquents, étaient bien évidemment propices à l’apparition de tels phénomènes.

26Les contributions de ce volume seront donc axées sur ces thèmes. On étudiera les modes de transmission d’informations géographiques et culturelles entre l’Europe du Nord-Est et l’Europe de l’Ouest et les conséquences qu’ont eues ces processus pour la représentation de contrées orientales et nordiques perçues comme lointaines et étranges (Wojciech Iwańczak, Rafat Simiński). La transmission d’objets découverts par les archéologues, témoignages de contacts, ses modalités et objectifs seront au centre de tentatives d’explications et de mises en contexte, autant sur les rives de la Manche que dans l’espace baltique (Vianney Rassart, Jean Soulat, Adrien Quéret-Podesta, Magdalena Wojcieszak). Les contacts entre membres de différentes cultures ont mené à des problèmes de compréhension ou à des stratégies originales pour rendre la communication efficace (Alban Gautier, Rafal Simiński, Sébastien Rossignol). Les membres des élites étaient, de par leurs réseaux de contacts européens, des communicateurs de premier rang et contribuaient à la diffusion d’idées, de modèles et de valeurs (Veronica Ortenberg West-Harling). Le commerce au long cours a eu des conséquences pour les formations culturelles, politiques et sociales entre les espaces nordiques et méditerranéens, de même qu’en Bohême, Hongrie et Pologne : les réseaux d’échanges ont rendu possible le trafic d’esclaves (Florent Jouffret, Filip Laval) ; le commerce a été fondamental pour l’économie et les débuts des principautés de Bohême (Filip Laval) et de Hongrie (Adrien Quéret-Podesta) et a contribué à l’échanges d’idées et de modèles culturels en Angleterre, en Scandinavie (Florent Lenègre) et en Pologne (Magdalena Wojcieszak) ; il a aussi représenté un élément dynamique de la transformation des sociétés dans la période de colonisation et de transformation du Centre-Est européen (Marek Slon). Politique, échanges et communication étaient souvent étroitement liés (Filip Laval, Veronica Ortenberg West-Harling, Adrien Quéret-Podesta, Marek Slon). Les échanges, contacts et influences variés ont favorisé l’émergence d’identités distinctes en Angleterre (Magali Coumert, Jean Soulat) et de l’autre côté du détroit (Vianney Rassart), la perception de différences entre Anglais et Scandinaves (Alban Gautier, Florent Lenègre), et la formation d’une identité liée au contrôle de la mer chez les Danois (Agnès Guénolé).

La mer baltique : carte de localisation. Carte réalisée par A. Gautier, à partir d’un fond de carte obtenu sur le site d-maps. com

La mer baltique : carte de localisation. Carte réalisée par A. Gautier, à partir d’un fond de carte obtenu sur le site d-maps. com

La mer du Nord : carte de localisation. Carte réalisée par A. Gautier, à partir d'un fond de carte obtenu sur le site d-maps.com

La mer du Nord : carte de localisation. Carte réalisée par A. Gautier, à partir d'un fond de carte obtenu sur le site d-maps.com

Notes

1 J. Kloczowski, Mlodsza Europa. Europa Środkowo-Wschodnia w kręgu cywilizacji chrześcijanskiej średniowiecza, Varsovie, Państwowy Instytut Wydawniczy, 1998, p. 12.

2 K. Modzelewski, L’Europe des barbares. Germains et Slaves face aux héritiers de Rome, trad. par A. Kozak et I. Macor-Filarska, Paris, Aubier, 2006.

3 On trouvera de nombreux renseignements sur la géographie, la géologie et l’économie de ces deux mers, ainsi que des bibliographies, dans l’Encyclopaedia Universalis, articles « Nord (mer du) », par A. Perrodon, et « Baltique (mer) », par J.-P. Pinot (consultation en ligne, http://www.universalis-edu.com, 2 mars 2011).

4 J. Haywood, Atlas des Vikings, 789-1100, Paris, Autrement, 1996, p. 86-91.

5 Histoire de Calais, éd. par A. Derville et A. Vion, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1985. Sur la Manche et la région du détroit à l’époque moderne, cf. surtout R. Morieux, Une mer pour deux royaumes. La Manche, frontière franco-anglaise (XVIIe-XVIIIe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

6 R. Delmaire, « La région Manche-Mer-du-Nord dans l’espace politique et économique romain », dans Les Hommes et la mer dans l’Europe du Nord-Ouest de l’Antiquité à nos jours, Revue du Nord, no 1 spécial hors-série, 1986, p. 153-161 ; C. Lorren, « Manche et mer du Nord du IIIe au VIIIe siècle », dans Les Barbares et la mer : Les migrations des peuples du Nord-Ouest de l’Europe du V au Xe siècle, éd. par J.-Y. Marin, Caen et Toulouse, Musée de Normandie et Musée des Augustins, 1992, p. 145-169 ; A. Gautier, « Les relations transmanche aux IVe et Ve siècles », dans Se déplacer du Moyen Age à nos jours. Actes du sixième colloque européen de Calais, 2006-2007, éd. par S. Curveiller et L. Buchard, Calais, 2009, p. 16-24.

7 Statistiques du « World Port Ranking » pour l’année 2008, effectué par l’American Association of Port Authorities (AAPA) (consultation en ligne, http://www.aapa-ports.org/Industry/content.cfm?ItemNumber=900, 2 mars 2011).

8 P. Jeannin, « Les comptes du Sund comme source pour la construction d’indices généraux de l’activité économique en Europe (XVe-XVIIIe siècle) », Revue historique, no 88, 1964, p. 55-102 et p. 307-340.

9 Nous utilisons ici la base de données « Fish Base », qui recense des informations multilingues sur plus de 25 000 espèces de poissons (consultation en ligne, http://www.fishbase.org, 2 mars 2011) ; cf. aussi A. M. Locker, The Rôle of Stored Fish in England, 900-1750 AD. The Evidence from Historical and Archaeological Data, thèse inédite, Université de Southampton, 2000.

10 Famille de poissons incluant (par ordre décroissant de taille) le cabillaud ou morue (Gadus morhua), la lingue ou julienne (.Molva molva), le merlu ou colin (Merluccius merluccius), le lieu jaune (Pollachius pollachius), le lieu noir – lui aussi couramment appelé colin (Pollachius virens), l’églefin ou haddock (Melanogrammus aeglefinnus) et le merlan (.Merlangius merlangus).

11 J.-M. Maillefer, « Les Vikings en Russie », dans Les Vikings, premiers Européens (VIIIe-XIe siècle). Les nouvelles découvertes de l’archéologie, éd. R. Boyer, Paris, Autrement, 2005, p. 106-130 ; R. Hall, Exploring the World of the Vikings, Londres, Thames & Hudson, 2007, p. 96-101.

12 Willibald, Vie de saint Boniface, archevêque de Mayence, éd. par W. Levison, Hanovre, 1905 (MGH Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 57), ch. 4, p. 16.

13 R. Bruce-Mitford, The Sutton Hoo Ship Burial: A Handbook, Londres, British Museum, 2e éd., 1972; M. Carver, Sutton Hoo: Burial Ground of Kings? Londres, British Museum, 1998.

14 On peut mentionner les études réunies dans le volume The North Sea World in the Middle Ages. Studies in the Cultural History of North-Westem Europe, éd. par T. R. Liszka et L. E. M. Walker, Dublin, Four Courts Press, 2001, qui envisagent la question sous l’angle culturel.

15 S. Lebecq, « Aux origines du phénomène viking. Quelques réflexions sur la part de responsabilité des Occidentaux (VIIIe-début IXe siècle) », dans La Progression des Vikings, des raids à la colonisation, éd. par A.-M. Flambard-Héricher, Rouen, Publications de l’université de Rouen, 2003 (Cahiers du GRHIS. Identité et pratiques sociales), p. 15-25 ; P. Bauduin, Les Vikings, Paris, Presses universitaires de France, 2004 (Que sais-je ? no 1188), p. 36-49 ; R. Simek, « L’émergence de l’âge viking : circonstances et conditions », dans Les Vikings, premiers Européens..., op. cit., p. 9-26.

16 Éginhard, Vie de Charlemagne, éd. par O. Holder-Egger, Hanovre, 1911 (MGH Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum separatim editi, 25), c. 12, p. 15.

17 A. Woolf, From Pictland to Alba, 789-1070, Edimbourg, Edinburgh University Press, 2007 (New Edinburgh History of Scodand, vol. 2), p. 51.

18 A. Nissen-Jaubert, « Lieux de pouvoir et voies navigables dans le sud de la Scandinavie avant 1300 », dans Ports maritimes et ports fluviaux au Moyen Age (XXXV Congrès de la SHMESP), éd. par M. Bochacca et M. Tranchant, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 217-233.

19 E. Roesdahl, The Vikings, Londres, Penguin, 2e éd., 1998, p. 120-123; Wics. The Early Mediaeval Trading Centres of Northern Europe, éd. par D. Hill et R. Cowie, Sheffield, Sheffield Academie Press, 2001; S. Rossignol, « Les ports de la Baltique (VIIIe-IXe siècles) », dans Quentovic. Environnement, archéologie, histoire, éd. par B. Béthouart, S. Lebecq et L. Verslype, Villeneuve-d’Ascq, Université Charles-de-Gaulle Lille-3, 2010, p. 409-427.

20 J. Callmer, « Urbanization in Scandinavia and the Baltic Region ca AD 700-1100 », dans Development around the Baltic Sea in the Viking Age (The Twelfth Viking Congress), éd. par B. Amrosiani et H. Clarke, Stockholm, 1994 (Birka Studies, 3), p. 50-90; M. Müller-Wille, « Les ports contemporains de Quentovic entre mer du Nord et Baltique », dans Quentovic..., op. cit., p. 381-408.

21 R. Boyer, Les sagas islandaises, Paris, Payot, 2e éd., 1992.

22 Vikings de Jomsborg : Jómsvikinga Saga, trad. par R. Boyer, Bayeux, Heimdal, 1982 ; sur les Gesta Danorum de Saxo, cf. l’article d’A. Guénolé dans le présent volume, n. 9 (le passage sur les vikings de Jomsborg est au livre 10).

23 On trouvera le texte dans The Old English Orosius, éd. J. A. Bately, Oxford, 1980 (Early English Text Society Supplementary Series, G), p. 17 ; traduction dans S. Lebecq, « Ohthere et Wulfstan : deux marchands-navigateurs dans Nord-Est européen à la fin du IXe siècle », dans Horizons marins, itinéraires spirituels, Ve-XVIIIe siècles. Etudes en l’honneur de Michel Mollat, éd. par H. Dubois, J.-C. Hocquet et A. Vauchez, Paris, Publications de la Sorbonne, vol. II, p. 167-181; on peut désormais consulter Wulfstan’s Voyage: the Baltic Sea region in the Early Vikings Age as seen from shipboard, éd. par A. Englert et A. Trakadas, Roskilde, Viking Ship Museum, 2009 (Maritime Culture of the North, 2).

24 « Les nations des Estes (Aestiorum gentes) ont les mœurs et l’extérieur des Suèves mais une langue plus proche de celle des Bretons », écrivait Tacite, visiblement confus, au tournant du IIe s. de notre ère : Tacite, Germania, XLV, 2, trad. par J. Perret, dans ID. et A.-M. Ozanam, Tacite : Vie d’Agricola, La Germanie, Paris, Les Belles Lettres, 1997 (Classiques en Poche, 14), p. 154-155

25 Nous résumons ici les arguments développés dans A. Gautier, « “Regards ethnographiques sur le rebord du monde” : les modèles alimentaires méditerranéens dans l’Angleterre du haut Moyen Âge », dans Pratiques et discours alimentaires en Méditerranée de l’Antiquité à la Renaissance (Actes du 18e colloque de la Villa Kérylos, 4-5-6 octobre 2007), éd. par J. Leclant, A. Vauchez et M. Sartre, Paris, De Boccard, 2008 (Cahiers de la Villa Kérylos, no 19), p. 293-315. Pour le modèle que constitue Hérodote, nous renvoyons à F. Hartog, Le miroir d’Hérodote : Essai sur la représentation de l’autre, Paris, Gallimard, 2001.

26 Pour un parallèle Scandinave, cf. A. Sanmark, « Dietary Regulations in Early Christian Norway », Viking and Medieval Scandinavia, 1, 2005, p. 203-224.

27 Tacite, Germania, XLV, 4-8, éd. citée, p. 154-157.

28 W. Shakespeare, Hamlet, éd. bilingue par A. Lorant, Paris, Aubier, 1988, acte V, scène 2, vers 352-394, p. 316-319.

29 V. Depkat, « Kommunikationsgeschichte zwischen Mediengeschichte und der Geschichte sozialer Kommunikation. Versuch einer konzeptionellen Klarung », dans Medien der Kommunikation im Mittelalter, éd. par K.-H. Spiess, Stuttgart, Steiner, 2003 (Beitrâge zur Kommunikationsgeschichte, 15), p. 9.

30 H. Pross, Medienforschung, Darmstadt, Habel, 1972, p. 19; V. Depkat, « Kommunikationsgeschichte... », art. cit., p. 9.

31 W. Frijhoff, « Communication et vie quotidienne à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne : réflexions de théorie et de méthode », dans Kommunikation und Alltag in Spdtmittelalter und früher Neuzeit. Internationaler Kongress Krems an der Donau, 9. bis 12. Oktober 1990, éd. par H. Hundsbichler, Vienne, 1992 (Österreichische Akademie der Wissenschaften. Philosophisch-historische Klasse. Sitzungsberichte, 596. Veröffentlichungen des Instituts für Realicnkunde des Mittelalters und der frühen Neuzeit, 15), p. 17-19.

32 J. Lohisse, La Communication. De la transmission à la relation, Bruxelles, De Boeck, 2001, p. 8-18.

33 S. Menache, The Vox Dei. Communication in the Middle Ages, New York et Oxford, Oxford University Press, 1990, p. 5.

34 J. Habermas, Théorie des kommunikativen Handelns, Francfort/M., Suhrkamp, 1981 (STW, 1175), 2 vol.; V. Depkat, « Kommunikationsgeschichte... », art. cit., p. 12-18.

35 W. Faulstich, Medien und Offentlichkeiten im Mittelalter 800-1400, Gottingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1996 (Die Geschichte der Medien, 2); V. Depkat, « Kommunikationsgeschichte... », art. cit., p. 29.

36 C. Gansel, « Macht und Ohnmacht der Medien. Zur Entwicklung der Medien und ihrer Leistung in kommunikationstheoretischer Sicht », dans Medien derKommunikation..., op. cit., p. 49-62.

37 V. Depkat, « Kommunikationsgeschichte... », art. cit., p. 39. À propos de l’oralité, voir H.-W. Goetz, Moderne Mediävistik. Stand und Perspektiven der Mittelalterforschung, Darmstadt, Primus, 1999, p. 349-353; H. Vollrath, « Das Mittelalter in der Typik oraler Gesellschaften », Historische Zeitschrift, 233, 1981, p. 571-594; M. Richter, Sprache und Gesellschaft. Untersuchungen zur mündlichen Kommunikation in England von der Mitte des elften bis zum Beginn des vierzehnten Jahrhunderts, Stuttgart, Hiersemann, 1979 (Monographien zur Geschichte des Mittelalters, 18); ID., The Oral Tradition in the Early Middle Ages, Turnhout, Brepols, 1994 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 71); ID., « Oral Communication », dans Communicare e significare nell’alto Medioevo: Settimane di studio del Centro Italiano di Studi sull’alto Medioevo, no 52, Spolète, t. 1, p. 447-464.

38 M. Mostert, « Communication, Literacy and the Development of Early Medieval Society », dans Comunicare e significare..., op. cit., t. 1, p. 30.

39 M. T. Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307. Second Edition, Oxford, Cambridge, Blackwell, 1993; Charters and the Use of the Written Word in Medieval Society, éd. par K. Heidecker, Turnhout, Brepols, 2000; W. Faulstich, Medien..., op. cit., p. 269-272; H.-W. Goetz, Moderne..., op. cit., p. 339-343; The Uses of Literacy in Early Medieval Europe, éd. par R. Mckitterick, Cambridge, Cambridge University Press, 1990; M. Mostert, « Communication... », art. cit., p. 30-35; W. Frifhoff, « Communication... », art. cit., p. 29-32. On consultera aussi le volume Pratiques de l’écrit, éd. par E. Anheim et P. Chastang, Médiévales, no 56, 2009.

40 M. Banniard, Viva voce. Communication écrite et communication orale du IV au IXe siècle en Occident latin, Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 1992 (Collection des Etudes Augustiniennes. Série Moyen Âge et Temps Modernes, no 25) ; ID., « Niveaux de langue et communication latinophone (Ve-VIIIe siècle) », dans Comunicare e significare..., op. cit., t. 1, p. 155-208.

41 R. Wright, « Early Medieval Pan-Romance Comprehension », dans Word, Image, Number. Communication in the Middle Ages, éd. par J. J. Contreni et S. Casciani, Sismel, 2002 (Micrologus’ Library, 8), p. 25-42.

42 M. Townend, Language and History in Viking Age England. Linguistic Relations Between Speakers of Old Norse and Old English, Turnhout, Brepols, 2002.

43 Voir les articles dans Communicare e significare..., op. cit. ; H. Röckelein, « Kommunikation – Chancen und Grenzen eines mediavistischen Forschungszweiges », Das Mittelalter. Perspektiven mediävistischer Forschung, 6,1, 2001, p. 5-13; H.-W. Goetz, Moderne..., op. cit., p. 360-365.

44 G. Althoff, Die Machtder Rituale. Symbolik undHerrschaft im Mittelalter, Darmstadt, Primus, 2003; Formen undFunktionen öffentlicher Kommunikation im Mittelalter, éd. par G. Althoff, Stuttgart, Thorbecke, 2001 (Vortrage und Forschungen. Konstanzer Arbeitskreis für Mittelalterliche Geschichte, 51); ZeichenRituale – Werte. Internationales Kolloquium des Sonderforschungsbereichs 496 an der Westfälischen Wilhelms-Universitdt Münster, éd. par G. Althoff, Münster, Rhema, 2004 (Symbolische Kommunikation und gesellschaftliche Wertesysteme, 3). On notera toutefois que cette tendance à analyser les récits médiévaux en termes de rituels a été vigoureusement contestée par P. Buc, Dangereux rituel. De l’histoire médiévale aux sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, 2003.

45 G. Althoff, « Herrschaftsausübung durch symbolisches Handeln oder; Möglichkeiten und Grenzen der Herrschaft durch Zeichen », dans Comunicare e significare..., op. cit., t. 1, p. 367-391.

46 H. Röckelein, Reliquientranslationen nach Sachsen im 9. Jahrhundert. Über Kommunikation, Mobilität und Öffentlichkeit im Frühmittelalter, Stuttgart, Thorbecke, 2002 (Beihefte der Francia, 48), p. 349-359; Ead., « Nonverbale Kommunikationsformen und-medien beim Transfer von Heiligen im Frühmittelater », dans Medien der Kommunikation..., op. cit., p. 83-105.

47 S. Menache, The Vox Dei..., op. cit., p. 27-30; H. Röckelein, « Kommunikation... », art. cit., p. 85-86.

48 U. Müller « Medien der Kommunikation – Materielle Kultur zwischen Sender und Empfänger », dans Medien der Kommunikation..., op. cit., p. 105-137; H. Steuer, « “Objektwanderung” als Quelle der Kommunikation. Die Möglichkeiten der Archaologie », dans Kommunikation und Alltag..., éd. par H. Hundsbichler, op. cit., p. 401-440.

49 J. M. Bak, « Symbolik und Kommunikation im Mittelalter. Ein Rohbericht », dans Kommunikation und Alltag..., éd. par H. Hundsbichler, op. cit., p. 39-45.

50 V. Depkat, « Kommunikationsgeschichte... », art. cit., 41-42; S. Menache, The Vox Dei..., op. cit., p. 9; H. Rôckelein, « Kommunikation... », art. cit., p. 98.

51 H. C. Peyer, « Das Reisekônigtum des Mittelalters », dans ID., Könige, Stadt und Kapital. Aufsätze zur Wirtschafts-und Sozialgeschichte des Mittelalters, Zurich, Verlag Neue Zürcher Zeitung, 1982 (1964), p. 98-115; J. W. Bernhardt, Itinerant Kingship and Royal Monasteries in Early Medieval Germany, c. 936-1075, Cambridge, Cambridge University Press, 1993; R. Schieffer, « Von Ort zu Ort. Aufgaben und Ergebnisse der Erforschung ambulanter Herrschaftspraxis », dans Orte der Herrschaft. Mittelalterliche Konigspfalzen, éd. par C. Ehlers, Gottingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002, p. 11-23.

52 S. Menache, The Vox Dei..., op. cit.,p. 18-21;M. Richter, « Oral Communication », art. cit.

53 G. Berings, « Transport and Communication in the Middle Ages », dans Kommunikation und Alltag..., éd. par H. Hundsbichler, op. cit., p. 47.

54 S. Menache, The Vox Dei..., op. cit., p. 11-12.

55 U. Müller, art. cit., p. 106; E. Gringmuth-Dallmer, « Wege, Mittel und Ebenen der Kommunikation aus der Sicht der Archäologie », dans Kommunikation in der ländlichen Gesellschaft vom Mittehlter bis zur Moderne, éd. par W. Rösener, Gottingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2000 (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 156), p. 21-45.

56 S. Lebecq, « Entre Antiquité tardive et très haut Moyen Âge : permanence et mutations des systèmes de communications dans la Gaule et ses marges », dans Morfologie sociali e culturali in Europa fra tarda Antichità e alto Medioevo : Settimane di studio del Centro Italiano di Studi sull’alto Medioevo, no 45, Spolète, 1998, t. 1, p. 461-501.

57 Ibid., p. 462-477.

58 Ibid., p. 500-501; G. Berings, « Transport... », art. cit., p. 64-68.

59 H. Steuer, « “Objektwanderung”... », art. cit., p. 420-423.

60 G. Berings, « Transport... », p. 49-52.

61 J.-P. Devroey, « Communiquer et signifier entre seigneurs et paysans », dans Comunicare e significare..., op. cit., t. 1, p. 121-152.

62 G. Berings, « Transport... », p. 50.

63 W. Faulstich, Medien..., op. cit.; S. Menache, The Vox Dei..., op. cit., p. 12-13.

64 M. A. Denzel, « “Wissensmanagement” und “Wissensnetzwerke” der Kaufleute: Aspekte kaufmannischer Kommunikation im späten Mittelalter », Das Mittelalter. Perspektiven mediàvistischer Forschung, 6,1, 2001, p. 73-90; S. Lebecq, « Communication and Exchange in Northern Europe in Ohthere’s Time », dans Ohthere’s Voyages. A Late 9th-century Account of Voyages along the Coasts of Norway and Denmark and its Cultural Context, éd. par J. Bately et A. Englert, Roskilde, Viking Ship Museum, 2007 (Maritime Culture of the North, 1), p. 170-179. Pour la zone méditerranéenne, voir H. Kühnel, « Kommunikation zwischen Orient und Okzident. Alltag und Sachkultur. Versuch eines Resumées », dans Kommunikation zwischen Orient und Okzident. Alltag und Sachkultur. Internationaler Kongress Krems an der Donau 6. bis 9. Oktober 1992, éd. par H. Hundsbichler, Vienne, Osterreichische Akademie der Wissenschaften, 1994 (Veröffentlichungen des Instituts für Realienkunde des Mittelalters und der Frühen Neuzeit, 16), p. 5-24.

65 S. Lebecq, « L’économie de la voie d’eau dans le nord de la Gaule à l’époque mérovingienne : réflexions historiographiques et problématiques », dans Voies d’eau, commerce et artisanat en Gaule mérovingienne, éd. par J. Plumier et M. Regnart, Namur, Ministère de la Région wallonne, 2005 (Etudes et documents d’archéologie, 10), p. 11-28.

66 Untersuchungen zu Handel und Verkehr der vor-und frühgeschichtlichen Zeit in Mittelund Nordeuropa. Teil III. Der Handel des frühen Mittelalters. Bericht über die Kolloquien der Kommission fur die Altertumskunde Mittel-und Nordeuropas in den Jahren 1980 bis 1983, éd. par K. Düwel, H. Jankuhn, Fl. Siems et D. Timpe, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1985 (Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Göttingen. Philologisch-historische Klasse. Dritte Folge, 150); H. Adam, Das Zollwesen im fränkischen Reich und das spätkarolingische Wirtschafisleben. Ein Überblick über Zoll, Handel und Verkehr im 9. fahrhundert, Stuttgart, Steiner, 1996 (Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte. Beihefte, 126).

67 H. Steuer, « “Objektwanderung”... », art. cit., p. 430-438.

68 E. Mugurëvics, « Aspekte der Kulturkominunikation anhand archäologischer Funde im baltischen Raum », dans Kommunikation und Alltag..., éd. par H. Hundsbichler, op. cit., p. 441-458.

69 H. Steuer, « “Objektwanderung”... », art. cit., p. 424-430.

70 Ethnic Groups and Boundaries. The Social Organization of Culture Différence, éd. par F. Barth, Bergen, Universitetsvorlaget, 1969. Pour les sociétés médiévales, voir H. Kühnel, « Das Fremde und das Eigene. Mittelalter », dans Europàische Mentalitätsgeschichte. Hauptthemen in Einzeldarstellungen, éd. par P. Dinzelbacher, Stuttgart, Kröner, 1993, p. 415-428; V. Scior, Das Eigene und das Fremde. Identität und Fremdheit in den Chroniken Adams von Bremen, Helmolds von Bosau und Arnolds von Lübeck, Berlin, Akademie Verlag, 2002 (Orbis mediaevalis. Vorstellungswelten des Mittelalters, 4), p. 10-15 et 17-27.

71 L’Étranger au Moyen Âge.XXXe Congrès de la. SHMES (Göttingen, juin 1999), Paris, Publications de la Sorbonne, 2000 ; The Stranger in Medieval Society, éd. par F. R. P. Akehurst et S. Cain Van D’Elden, Minneapolis et Londres, University of Minnesota Press, 1997 ; D. Fraesdorff, Der barbarische Norden. Vorstellungen und Fremdheitskategorien bei Rimbert, Thietmar von Merseburg, Adam von Bremen und Helmold von Bosau, Berlin, Akademie Verlag, 2005 (Orbis mediaevalis. Vorstellungswelten des Mittelalters, 5). Concernant les espaces de la mer du Nord et de la mer Baltique : H. Brall, « Vom Reiz der Ferne. Wandlungen eines Vorstellungsschemas in Geschichtsschreibung und Dichtung des Mittelalters », Das Mittelalter. Perspektiven mediävistischer Forschung, 3,2, 1998, p. 45-61; G. Witkowski, « Opis wysp pólnocy Adama Bremenskiego jako dzielo etnografii wczesnosredniowiecznej », dans Studia z dziejów Europy Zachodniej i Slqska, éd. par R. Zerelik, Wroclaw, Instytut Historyczny Uniwersytetu Wroclawskiego, 1995 (Prace historyczne, 16), p. 9-43; S. Rossignol, « Early Towns and Regional Identities on the Eastern Coast of the Baltic Sea and in the Land of the Rus’as Perceived in Western and Central European Sources (9th – Early 12th Centuries) », dans Ethnic Images and Stereotypes – Where is the Border-line? (Russian-Baltic Cross-cultural Relations). Proceedings of the III. International Scientific Conference on Political and Cultural Relations between Russia and the States of the Baltic Region (Narva, October 20-22, 2006), éd. par J. Nômm, Narva, Tartu Ülikool Narva Kolledz, 2007 (Studia Humaniora et Paedagogica Collegii Narovensis, II), p. 241-252; C. Lübke, Fremde im östlichen Europa. Von Gesellschaften ohne Staat zu verstaatlichen Gesellschaften (9.-11. Jahrhundert), Cologne, Weimar et Vienne, Steiner, 2001 (Ostntitteleuropa in Vergangenheit und Gegenwart, 23).

72 M. de Jong, R. McKitterick, W. Pohl et I. Wood, « Introduction », dans Texts and Identities in the Early Middle Ages, éd. par R. Corradini, R. Meens, C. Pössel et P. Shaw, Vienne, Verlag der Ôsterreichische Akademie der Wissenschaften, 2006 (Forschungen zur Geschichte des Mittelalters, 12), p. 11-13.

73 Strategies of Distinction. Ihe Construction of Ethnie Communities 300-800, éd. par W. Pohl et H. Reimitz, Leyde, Boston et Cologne, Brill, 1998 (Transformation of the Roman World, 2); On Barbarian Identity. Critical Approaches to Ethnicity in the Middle Ages, éd. par A. Gillett, Turnhout, Brepols, 2002 (Studies in the Early Middle Ages, 4); P. J. Geary, The Myth of Nations. The Medieval Origins of Europe, Princeton, Oxford, Princeton University Press, 2002, trad. fr. : Quand les nations refont l’histoire. L'Invention des origines médiévales de l’Europe, Paris, Flammarion, 2004 ; M. Coumert, Origines des peuples. Les récits du Haut Moyen Age occidental (550-850), Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2007 ; Franks, Northmen and Slavs : Identities and State Formation in Early Médiéval Europe, éd. par 1. H. Garipzanov, P. J. Geary et P. Urbanczyk, Turnhout, Brepols, 2008, en particulier l’introduction des éditeurs, p. 1-14 ; T. Lienhard, « À qui profitent les guerres en Orient ? Quelques observations à propos des conflits entre Slaves et Francs au IXe siècle », Médiévales, 51, 2006, p. 69-83.

74 Regionale Identität und soziale Gruppen im deutschen Mittelalter, éd. par P. Moraw, Berlin, Duncker & Humblot, 1992 (Zeitschrift für Historische Forschung Beihefte, 14) ; Identité régionale et conscience nationale en France et en Allemagne du Moyen Age à l’époque moderne. Actes du colloque organisé par l’Université Paris XII-Val de Marne, l’Institut universitaire de France et l'Institut historique allemand à l’Université Paris XII et à la Fondation Singer-Polignac, les 6, 7et8 octobre 1993, éd. par R. Babei, et J.-M. Moeglin, Sigmaringen, Thorbecke, 1997 (Beihefte der Francia, 39).

75 H.-W. Goetz, Geschichtsschreibung und Geschichtsbewufltsein im hohen Mittelalter, Berlin, Akademie Verlag, 1999 (Orbis mediaevalis. Vorstellungswelten des Mittelalters, 1).

76 Archaeological Approaches to Cultural Identity, éd. par S. Shennan, Londres, Unwin Hyman, 1989, en particulier l’introduction de l’éditeur, p. 1-32.

Table des illustrations

Titre La mer baltique : carte de localisation. Carte réalisée par A. Gautier, à partir d’un fond de carte obtenu sur le site d-maps. com
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre La mer du Nord : carte de localisation. Carte réalisée par A. Gautier, à partir d'un fond de carte obtenu sur le site d-maps.com
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2814/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540