Version classiqueVersion mobile

Éducation, Religion, Laïcité (xvie-xxe s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants

 | 
Jean-François Condette

Deuxième partie. Éducation, religions, laïcité: tensions et conflits

Une reconquête éducative catholique par le livre : l’Action populaire et les éditions SPES (1922-1960)

Philippe Rocher

Texte intégral

« Quelques distinctes que soient l’ΑΡ et la Société des éditions Spes – la première reste une œuvre, la seconde est une affaire (une affaire catholique, certes, mais une affaire vraiment) – les deux maisons seront « amies et alliées » : à défaut d’identité, une amitié, une entr’aide, de mutuels services et de commun idéal les unit -, comme un bon éditeur et un bon auteur qui servent, en définitive, l’un et l’autre, la même cause, la cause de la rechristianisation de notre patrie ». [Spes, tract, 1923]

  • 1 Tenter de « faire de l’histoire » à partir de livres, mais aussi des archives des jésuites à Vanve (...)

1L’éducation, à cause ou non des religions, a pu être l’occasion de tensions et de conflits : l’histoire le montre, des livres d’histoire le rappellent. Dans cette histoire, le livre tient parfois une place qui peut être très importante, comme lors de « la querelle des manuels » par exemple. S’il est des livres sujets de conflit, il est aussi des livres nés du conflit, issus du conflit, c’est-à-dire destinés à entrer dans la lutte, à alimenter le débat voire à fournir les armes du combat, pour faire triompher les idées. Dans l’exploration d’une période de conflit, l’entre-deux-guerres, l’affrontement continué entre les « deux écoles », catholique et laïque, l’histoire des éditions Spes est intéressante. Car c’est dans les pages des livres des éditions Spes que demeure l’écho des vives tensions d’hier, puis de leur progressif apaisement. L’histoire des éditions Spes oblige à faire mention des « jésuites ». Le nom des adversaires des laïques républicains de la fin du XIXe siècle évoque à lui seul les tensions et les conflits. S’il s’agit de jésuites, ce sont cependant ceux de l’Action populaire, l’œuvre créée par le père Leroy à Reims puis développée par le père Desbuquois, l’âme véritable de l’institution durant presque un demi-siècle. De 1922 à 1960, dans le rapport de l’éducation et des religions, l’histoire des éditions Spes, au vrai l’essai d’« une reconquête éducative catholique par livre », peut être retracée en trois grandes périodes couvrant les années 1922-1932 puis 1932-1944 et enfin 1944-1960. Quelques ouvrages serviront à évoquer ce parcours historique1.

SPES : les jésuites de l’Action populaire dans la « bataille du livre » (1922-1932)

  • 2 Gustave Desbuquois, cité par Paul Droulers, Politique sociale et christianisme, Le père Desbuquois (...)

2En septembre 1914, à Reims, le bombardement et l’incendie des bureaux de l’Action populaire ont détruit son dépôt de revues, de brochures et de tracts. « Le feu a été si intense qu’il a pénétré dans les caves et y a consumé les caisses de papier mises à l’abri ; les magasins de publications, les dossiers de la bibliothèque sont complètement détruits »2. Dirigée depuis 1905 par le père Desbuquois, l’œuvre s’installe à Noisy-le-Sec près de Paris, au lendemain de la Première Guerre mondiale.

Les jésuites de l’Action populaire dans la « bataille du livre »3

  • 3 L’expression est de Gaëtan Bernoville.
  • 4 Les jésuites du « Canada français » qui fondent l’École sociale populaire sur le modèle de l’Actio (...)
  • 5 Archives des jésuites à Vanves (désormais AFSI), Action populaire et Éditions SPES, F1671, dossier (...)

3En ce temps de réorganisation, le directeur s’interroge sur l’inconvénient de cette installation. « L’action, sur certains milieux, qui requiert une présence habituelle est fort amoindrie où tourne à néant. Telle l’action sur les milieux parlementaires, sur les milieux patronaux, sur le clergé. » Avec une nouvelle adresse, éventuellement à Boulogne-sur-Seine, il réfléchit aux activités d’édition. La première idée de Gustave Desbuquois est d’organiser avec les jésuites de Belgique la publication des Dossiers de l’Action populaire. Le titre aurait une édition belge et une autre française. Il est envisagé une formule analogue avec le Canada4. Avec la province jésuite de Belgique, il est aussi envisagé l’édition du Manuel social du père Vermesch. Sa partie documentaire serait adaptée à la Belgique et à la France5. Ces partenariats sont toutefois abandonnés alors que se fait jour un second projet, autrement plus ambitieux : donner naissance, dans le seul cadre français, à une véritable maison d’édition, mais sans qu’elle dépende directement de l’Action populaire. Jusqu’ici, périodiques et brochures sont rédigés par une équipe de jésuites issus des quatre provinces de l’Assistance de France. Les jésuites assurent toutes les tâches : mise en forme, préparation de l’impression, diffusion et distribution des titres. Or, le maniement d’argent pose problème. « Que sera l’Action populaire ? Restera-t-elle Maison d’édition comme elle l’est à présent ? L’Action populaire est une Maison d’édition en ce sens qu’elle édite des publications. Elle ne fait pas de commerce au sens strict du mot, car elle ne fait pas de bénéfices, au contraire. À cet égard, stricto sensu, elle est en règle avec le Droit Canon de l’Église et de l’Institut : ainsi l’a déclaré le père Ogetti dans une consultation, il y a une dizaine d’années, sur la demande du RP Fine. Toutefois, il reste une « species negotii » qui paraît fâcheuse. Tout se passe ad extra comme si une maison de la Compagnie vendait à l’instar d’un éditeur, ce qui est un pis-aller et peu religieux, apparemment du moins. De plus, ce quasi-commerce prend du temps, absorbe des forces. L’idéal serait donc que l’Action populaire s’en abstint ». Fixé dans le détail, le projet participe de ce souhait d’alléger la charge des jésuites mais aussi de l’ambition d’accroître l’influence de l’œuvre au sein du catholicisme français.

  • 6 Les Études continueront cependant à être éditées indépendamment de l’Action populaire.

« Voici comment nous espérons procéder. Suggérer à des amis de constituer une Société d’Édition qui soit vraiment leur affaire, leur propriété. Cette société passerait contrat avec l’Action populaire, éditerait ses publications, comme le font des éditeurs ordinaires. J’ai tout lieu de penser, après avoir étudié la chose avec qui de droit, que les Études, et d’autres revues catholiques, traiteraient de même avec cette société, qui éditeraient encore tous les bons livres qui lui seraient présentés. Cette société serait dirigée par des amis. Nous serions son « Conseil moral ». Grâce à un système inspiré de la Coopérative, les bénéfices, après qu’un dividende moyen aurait distribué (sic) aux actionnaires, serait réparti entre les diverses œuvres et les divers auteurs qui auraient confié leurs publications à la Société, au prorata du chiffre d’affaires conclu avec la Société. La Société aurait son installation au centre de Paris. Cette installation comprendrait deux éléments : une Maison d’édition et des Bureaux, des permanences pour chacune des œuvres ayant passé contrat avec la Société d’Édition. Cette installation deviendrait ainsi un centre de rapprochement et d’influence pour les œuvres. En ce qui concerne l’Action populaire, elle serait débarrassée de sa charge d’édition ou de quasi-commerce, et sa maison gagnerait en tranquillité favorisant la vie religieuse et le travail intellectuel. Tout ce projet, dont je ne trace qu’une esquisse rapide, a été étudié en détail avec de bons spécialistes. Nous le soumettrons aux supérieurs et le mettront, Dieu aidant, à exécution, dès que l’Action populaire aura décidé son installation définitive, bientôt donc nous l’espérons. Au terme de cette création nouvelle, on peut entrevoir une Grande maison d’édition, éditions française et universelle, centre de publications pour la Compagnie surtout et un grand nombre d’autres œuvres et auteurs où nous exercerions un bienfaisant contrôle devenant rapidement international et répondant au besoin qu’ont aujourd’hui les Ordres religieux, les grandes institutions quelles qu’elles soient, d’avoir un puissant instrument de presse pour l’exercice de leur apostolat ; et cela, en évitant l’écueil du « species negotii », ainsi que le poids très lourd de gros soucis financiers et temporels »6.

  • 7 AFSI, Action populaire et Éditions SPES, F1671 dossiers 1 à 8, lettre Desbuquois à Harmel 23 octob (...)
  • 8 Ibid., Lettre de L. Harmel à G. Desbuquois, 25 octobre 1922.

4« Conseil moral », l’Action populaire dirige l’activité éditoriale, sans toutefois en assumer la charge financière et administrative. Le 22 octobre 1922, Gustave Desbuquois sollicite Léon Harmel7. Ce dernier accepte immédiatement. « Nous admirons depuis longtemps le magnifique effort de l’Action populaire et les excellents fruits qui en résultent comme propagation de la vérité, au point de vue chrétien et social. Aussi, nous sommes heureux d’entrer dans vos vues et nous acceptons de donner notre nom pour sonner le ralliement autour de la belle œuvre que vous voulez continuer et développer »8. Alors que l’Action populaire s’est installée à Vanves, l’organisation se précise ; la recherche de capitaux donne lieu à la diffusion de tracts. Celui de décembre 1922 s’adresse « Aux membres du Clergé abonnés ou lecteurs de l’Action populaire. » Pour mobiliser les souscripteurs, il est d’abord fait rappel de l’histoire de l’œuvre, puis du rôle de l’École dans la déchristianisation de la France.

« Vingt nouvelles années d’école païenne ont détourné de leur Voie, de la Vérité, de la Vie, l’esprit sinon le cœur, de centaines de milliers d’enfants qui aujourd’hui sont arrivés à l’âge d’homme et que, plus que jamais, il nous faudra disputer à l’erreur ; car nous voulons les reconquérir, à l’heure où dans le camp du Progrès Civique et du Quotidien 12 000 souscripteurs peuvent apporter neuf millions. Dans la lutte pour la rechristianisation de notre patrie, l’ΑΡ d’après guerre n’aspire qu’à bien servir » et toute sa devise est de vous « aider » ; il ne tiendra pas à elle que sa collaboration, tout en restant discrète, ne se fasse à votre appel toujours plus étroite et plus cordiale. Et désormais la maison nouvelle des « Éditions Spes » - votre maison – va, elle aussi, grâce à vous, avec vous, aider et servir ».

5Le 1er janvier 1923, un appel spécifique est lancé aux femmes. Le texte explicite les dispositions et l’objectif du projet.

  • 9 Ibid., Tract, 1er janvier 1923.

« Quelques distinctes que soient l’ΑΡ et la Société des éditions Spes – la première reste une œuvre, la seconde est une affaire (une affaire catholique, certes, mais une affaire vraiment) – les deux maisons seront « amies et alliées » : à défaut d’identité, une amitié, une entr’aide de mutuels services et de commun idéal les unit -, comme un bon éditeur et un bon auteur qui servent, en définitive, l’un et l’autre, la même cause, la cause de la rechristianisation de notre patrie. Dès lors, aider les éditions Spes à se constituer définitivement, à se développer largement, c’est bien, en toute vérité, alléger le labeur de l’Action populaire, c’est bien seconder notre action et prêter main-forte à la tâche immense et magnifique de la restauration de l’ordre chrétien [...]. À l’heure où les murs de Paris et de tant de nos villes, et parfois de nos villages, se couvrent des affiches du Progrès Civique et de sa nouvelle feuille Le Quotidien – dont on sait les tendances et le programme, - à l’heure où pour la campagne du « laïcisme intangible » plus de 12 000 souscripteurs peuvent amasser neuf millions, il importe que les « fils de lumière » ne soient pas « moins avisés » [...]. Le nom seul de la nouvelle Société est un mot – c’est le mot même – d’Espérance, riche de promesse et d’énergie aussi, s’il est vrai que la confiance est la première condition de toute action forte. Cette confiance, nous la plaçons d’abord en Dieu, que nous ne voulons que servir, nous la mettons aussi en vous, qui saurez et voudrez répondre à cet appel, pour la cause de la véritable paix chrétienne9 ».

6Le 31 janvier, le père Desbuquois s’adresse à l’archevêque de Paris pour lui demander de soutenir la campagne de souscription et de souscrire personnellement. « Une nouvelle maison d’édition catholique, se fonde avec cet idéal d’honorer et de servir la cause de l’Église, en ne publiant que des ouvrages dignes d’elle, et de créer un arsenal d’armes modernes pour les soldats qui la défendent. L’Action populaire, que la Providence a associée à cette entreprise, ose prier respectueusement Votre Éminence de lui donner son encouragement et, s’il était possible, l’aide plus matérielle de sa souscription ».

La stratégie éditoriale des éditions Spes

  • 10 AFSI. D’après la brochure éditée pour l’Assemblée générale de 1925. Alfred Michelin (1883-1975), j (...)
  • 11 Le père Desbuquois est l’un des principaux membres du « comité théologique consultatif » institué (...)
  • 12 SPES est l’acronyme de Société Parisienne d’Éditions Sociales. Ces lettres forment aussi spes, ter (...)
  • 13 AFSI, catalogue, novembre 1924.
  • 14 AFSI, F 1671/3, contrat 20 septembre 1923, art. 1.

7Grâce à la souscription, les 1 000 000 francs du capital de la Société anonyme sont rapidement réunis. Le contrat est établi entre les éditions Spes et l’Action populaire le 25 juin 1923. Il est signé, d’une part, par le père Desbuquois et, d’autre part, par les administrateurs, Léon Harmel, président, Alfred Michelin, administrateur-délégué10, et P. Cribler, A. Dassonville, N. Hénon et Gaston Tessier11, issus du catholicisme social, de la presse catholique et du syndicalisme chrétien. L’adresse de la maison d’édition a été choisie pour l’inscrire physiquement dans l’espace éditorial de la capitale. « Les « Éditions Spes »12, Société anonyme au capital de 1 000 000 francs, ont été fondées par M. Léon Harmel et installées par lui à Paris, en plein centre du quartier universitaire et de l’édition »13. Le 20 septembre, un premier contrat lie les éditions Spes à l’Action populaire. L’article 1 stipule la cession par le père Desbuquois à la société « Éditions Spes », de « tous ses droits de propriété littéraire sur les titres et le contenu des publications de l’œuvre de propagande dénommée l’Action Populaire de Reims, et notamment les revues suivantes : les Dossiers de l’Action populaire ; Peuple de France ; La Pratique Sociale ; Les Archives du Manuel Social ; En quatre pages »14. L’article 2 dispose que le père Desbuquois « s’engage à fournir à société durant 20 ans édition exclusive de toutes les publications nouvelles ». L’article 3 formule « l’engagement pris » par les éditions Spes « de verser à M. D. [Desbuquois] une somme de cent quarante mille francs, payable la moitié comptant, soit soixante-dix mille francs, le reste par tranche de cinq mille francs par mois à partir de décembre 1923 ».

8Un second contrat, daté également du 20 septembre 1923, est signé entre la société Spes, représentée par MM. Tessier et Michelin, et « M. G. Desbuquois, publiciste ». Ce dernier, dans l’article 1, « s’engage pour une durée de vingt ans à partir de ce jour à écrire ou faire écrire par des collaborateurs de son choix et dont la rémunération sera à sa charge des articles en nombre suffisant et de variété voulue pour que les publications cédées par M. Desbuquois à la société des Ed. Spes, suivant acte sous seing privé, en date du 20 sept. 1923, puissent continuer à paraître régulièrement à l’aide de ces seuls articles dont l’agencement sera fait par les soins de M. D. ou de ses collaborateurs ». En regard, « SPES s’engage à verser des droits d’auteur ». L’article 7 dispose que « la Société des « Ed. Spes » confiera à M. D. l’organisation et la direction d’un service de propagande spéciale et directe de l’ΑΡ pour les milieux suivants : clergé français et étranger, catholique dirigeant ; milieux sociaux, presse, institutions, œuvres, établissements d’enseignement, etc. La marche de ce service spécial sera assurée en plein accord et collaboration avec un représentant accrédité et aux frais de la Société « Éditions Spes ». Dès octobre, les éditions Spes peuvent proposer leurs premiers volumes. Plusieurs titres sont rapidement édités.

Les catalogues de la profusion

  • 15 Anne Simonin distingue entre le catalogue d’éditeur, « la recension de l’ensemble des livres dispo (...)

9Au début de 1924, un véritable « catalogue en images »15 donne à voir le premier bilan de l’activité éditoriale et s’enorgueillit de l’« effort » accompli. Soixante-dix titres ont été déjà édités, soit près de six livres par mois. Dans cette profusion, alors que tous les « anciens » n’ont pas été rappelés, figurent dix ensembles principaux. Dans les « Éditions sociales », les conférences du père Coulet ont pour sujet les questions internationales, l’Église et le problème de la famille, les minorités dans le Droit international ; la représentation professionnelle en Allemagne, le programme des « Républicains démocrates ». Il est question aussi de la banlieue parisienne et de ses taudis, du nationalisme, de la grève, des associations diocésaines, de la « question sociale », de la convention collective de travail, des entretiens de « morale sociale » pour la jeunesse, du progrès social que représente la journée de 8 heures...

Document I : Publications Spes : « une année d’effort », document publicitaire, année 1924.

Document I : Publications Spes : « une année d’effort », document publicitaire, année 1924.

Sources : Archives des Jésuites de Vanves Cliché Philippe Rocher

10Les « études agricoles » abordent la vinification, le problème des assurances sociales et de « la coopération de Crédit Agricole ». Les « éditions documentaires » traitent de « la tyrannie soviétique et le malheur russe », en publiant Mgr d’Herbigny, ainsi que d’autres études sur les conséquences de la révolution soviétique sur la société russe. Les « Annuaires internationaux » sont des annuaires des universités et grands établissements scientifiques, des organisations catholiques. Les « éditions religieuses » comptent à la fois des ouvrages de spiritualité, avec les litanies à saint-Joseph, et l’histoire des jésuites missionnaires, le spiritisme, l’apologétique du père Eymieu et les premiers essais du père Raoul Plus. Les « éditions familiales et éducatives » sont constituées des publications sur la politique familiale, la dépopulation et le péril de mort qu’elle représente, et des travaux de l’Académie d’Éducation et d’Entr’aide sociales. Les éditions Spes éditent aussi des « Biographies et histoire », dont la biographie de René Bazin par R. Baussan, ainsi que des « Romans ». Trois titres sont des « romans sociaux populaires » : Si l’on savait ; À l’atelier ; A la lumière de la mort. Le catalogue des éditions Spes compte enfin une « Collection théâtrale, chansons » et une « Collection scoute ».

  • 16 AFSI, dactylographiées (double) sd 1927, 3 p.

11Les éditions Spes éditent aussi treize titres de périodiques, à la périodicité et au contenu variés. La Revue du Jeune Français est présentée comme un « magazine hebdomadaire illustré destiné aux jeunes gens ». Deux fois par mois, les éditions Spes éditent les Dossiers de l’Action populaire, Le Dimanche Paroissial, Les Cahiers catholiques, « revue apologétique et littéraire qui s’adresse à tous ceux qui ont compris que le catholicisme est la plus haute expression de la vie sociale religieuse et artistique ». Ils publient aussi Nos Chansons Françaises, « revue musicale et littéraire de la famille et des sociétés », En quatre pages, « journal littéraire et documentaire donnant en « quatre pages », format journal, la matière d’une brochure sur un sujet unique. » Chaque mois paraissent Peuple de France et Les Nouveautés choisies de la Librairie Française, la « revue bibliographique mensuelle donnant sur 16 pages, l’indication des meilleurs livres dans tous les genres ». Chaque trimestre paraissent La Pratique sociale, en fascicules, L’Action populaire, « journal trimestriel de propagande sociale et religieuse », la Revue d’Histoire des Missions, « publiée sous la direction de MM. G. Goyau, J. Brunhes, R. Pinon, J-B. Piolet », Relations de Chine, « la revue des Missions de la Province de Kang-Nan ». Seuls les fascicules intitulés Les Archives sont sans périodicité fixe. En 1926, le capital des éditions Spes est porté à 1 500 000 francs16. Un document imprimé dresse un bilan, constate les premiers déficits, mais fixe aussi les nouveaux objectifs aux éditions Spes.

12Leur but est de se montrer le bon ouvrier de la restauration sociale catholique et de donner aux catholiques, et à la masse plus grande encore des indifférents, sur toutes les questions religieuses, sociales, politiques, familiales, littéraires, des idées précises et justes, génératrices d’action. Elles y parviennent par les périodiques qui sont leur propriété ou dont elles assurent la gestion, et par de nombreux livres qu’elles ont publiés depuis leur fondation et qui constituent aujourd’hui un catalogue important.

  • 17 Ibid., le document, un double conservé aux archives, ne comporte pas de chiffre.

13En quatre années, les Éditions Spes - s’appuyant sur l’Action populaire dont elles ont acquis le droit exclusif de publier les œuvres – ont édifié une maison d’édition importante qui a pris une des premières places parmi ses confrères catholiques. Leurs livres se rencontrent chez tous les libraires, jusque dans les bibliothèques des Gares où ils font pénétrer l’influence catholique et sociale. Leur chiffre d’affaires, - qui durant le premier exercice écoulé entre le mois d’octobre 1923 et le mois de juin 1924, s’est élevé à 741 000,00 F, - est monté pour l’exercice du premier juillet 1924 au 30 juin 1925, à 2 061 000 francs. L’exercice 1925-1926 a obtenu le chiffre de 2 196 000 francs et celui qui se termine au 30 juin 1927 a atteint le chiffre de […17], malgré la crise très vive qui a sévi sur les affaires, tout aussi bien les affaires d’édition que les autres affaires industrielles. Les deux premiers exercices pendant lesquels les Éditions Spes ont dû créer, en même temps que leur fonds de vente, leur clientèle et leur organisation, ont entraîné des dépenses supérieures aux bénéfices, au moins pour le premier exercice, mais l’année 1925-1926 a fait réaliser un bénéfice qui a permis d’amortir une partie du déficit précédent et d’assurer une répartition aux actions.

14Durant ces quatre années d’efforts, ayant pris une position de premier plan dans l’édition, que ce soit pour les questions sociales et religieuses qui restent leur principale préoccupation, où pour toutes les manifestations de l’activité littéraire dont les catholiques ne doivent pas rester éloignés, les Éditions Spes – pourvues d’un catalogue abondant et appuyées par des périodiques qui tiennent en haleine une nombreuse clientèle – comptent marcher plus avant dans la propagande des idées justes et saines. L’approche des élections 1928 nécessitera de leur part un effort plus grand pour éclairer l’opinion, soit quelles répandent davantage leurs éditions sociales, soit que par leurs tracts, plans, brochures de propagande, affiches et fiches, elles fournissent des armes aux groupements catholiques. Leurs collections littéraires qui ont obtenu un excellent accueil continueront à paraître, ainsi que les collections familiales qui s’adressent aux parents pour leur faire connaître tout ce qui est utile à la constitution et à la Vie de leurs familles, et aux enfants en leur offrant des Albums illustrés et des livres d’histoires pour former leur goût et leur intelligence ».

  • 18 Annuellement ? Outre celui de 1924, seuls ont été retrouvés aux archives les catalogues-brochures (...)
  • 19 AFSI, Douze années d’activité d’une Maison d’édition catholique 1923-1935, Spes, mars 1935, 160 p. (...)
  • 20 Les « ventes groupées » sont une offre d’achat de trois ouvrages au moins parmi des titres à grand (...)
  • 21 Estimation faite grâce au catalogue de la BNF. Les notices indiquent les variantes possibles de me (...)
  • 22 Le format d’un livre des éditions Spes est le plus souvent proche d’un in 12.

15Parmi les catalogues quelles présentent18, celui de 1935 a une forme et une place particulières19. En cent soixante pages, sept rubriques permettent de distinguer « les Conférences de Notre-Dame de Paris », « les Ventes groupées »20, « Romans, Littérature, Théâtre et Musique », « Ouvrages religieux. Philosophie », « Études sociales ; familiales. Grands problèmes d’aujourd’hui », « Éducation. Ouvrages pour la jeunesse », « Propagande d’idées. Brochures populaires ». Le résumé analytique et la description des ouvrages sont présentés en une ou deux pages avec une photographie de l’auteur. Le volume se clôt avec une table alphabétique d’auteurs. Ce qui donne à voir les noms les plus cités : en plus des titres édités sous le nom de l’Action populaire, les jésuites Bessières, François Charmot, Croizier, Guitton et Rigaux, ainsi que Jacques Debout et Colette Yver. Les éditions Spes éditent à profusion : plus d’un millier d’ouvrages au total jusqu’au seuil des années 196021. Les mentions d’édition portées sur la couverture ou en page de titre situent l’influence de l’Action populaire : Association du mariage chrétien ; Centre d’études pédagogiques ; CFTC ; DRAC ; JEC ; JOCF ; Œuvres des missions OMI ; Scouts et Guides de France ; Société de Marie-auxiliatrice. Celles des co-éditions avec le Cerf, des dominicains, et les éditions ouvrières, issues de la JOC, illustrent l’évolution du paysage éditorial catholique à partir de l’entre-deux-guerres. La production des ouvrages et leur diffusion évoluent avec la diversité des formats22, la qualité du papier et le soin de plus en plus grand apporté aux couvertures.

SPES et les jésuites : une reconquête éducative par le livre (1922-1944)

  • 23 Denis Pelletier, « Intellectuels catholiques ou dreyfusistes chrétiens ? Histoire d’un écart », da (...)
  • 24 Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté, La pensée catholique française entre modernisme (...)

16Au lendemain du conflit, le catholicisme entend riposter à la laïcisation conduite par la Troisième République depuis ses origines. Depuis le début du siècle, un « militantisme de type socioprofessionnel » qui cherche à éviter l’écueil du politique et un mouvement de « renaissance littéraire catholique » cherchent à diffuser les valeurs de la culture catholique23. Dans la « bataille du livre », l’intransigeance est la première attitude. Un premier accommodement est cependant perceptible au terme de la décennie, écho des voix nouvelles des « réformistes » qui refusent le « modernisme » sans souscrire au « thomisme » exclusif24.

De l’intransigeance à « l’accommodement » (1922-1932)

  • 25 Maurice Ligot, Laïcisme et laïcité, Action populaire - éditions SPES, 1926 [préface de Mgr Rumeau, (...)
  • 26 Henri du Passage, L’anticléricalisme français, Hier et demain, SPES, 1925.

17La « laïcité » et le « laïcisme » sont les cibles du combat catholique25, sur la défensive face à l’anticléricalisme26. L’une et l’autre ont touché les congrégations religieuses enseignantes, au premier rang desquelles la Compagnie de Jésus. L’École n’est pas seulement concernée, c’est toute la société que le « laïcisme » projette d’arracher au christianisme. Enjeu de la reconquête catholique de la société française, la jeunesse doit donner naissance à une nouvelle élite chrétienne qui surpassera les élites laïques au pouvoir.

Document II : François Charmot, Une élite dans la jeunesse française, Une expérience de formation morale, Spes, 1925 (collection personnelle de Philippe Rocher)

Document II : François Charmot, Une élite dans la jeunesse française, Une expérience de formation morale, Spes, 1925 (collection personnelle de Philippe Rocher)
  • 27 Philippe Rocher, « François Charmot, pédagogue de « l’élite » chrétienne », dans Guy Avanzini (dir (...)
  • 28 Dominique Avon, Paul Doncœur, Un croisé dans le siècle, Cerf, 2001.

18Préfet des études au collège jésuite de Mongré, à Villefranche-sur-Saône, le père Charmot présente au public l’expérience d’une « acclimatation » du scoutisme en milieu scolaire27. Le temps de l’épreuve est terminé pour l’Église catholique et les congrégations religieuses en France depuis les années 1880. En vue de la « reconquête », cette formation est morale et patriotique, placée sous le haut patronage de Jeanne d’Arc et digne héritière de la génération des glorieux aînés tombés durant la guerre. La préface du père Doncoeur28, intéressé par l’initiative et qui a donné naissance à sa suite au mouvement « Cadets », apporte un peu de la notoriété de l’auteur qui a défié le Cartel des gauches avec l’avertissement des religieux : « nous ne partirons pas ! ».

  • 29 Marc Dubruel, Le Règne des Pédagogues, L’École Unique, Spes, 1926, p. 50.
  • 30 Ibid., p. 56.
  • 31 Pierre Olivaint, jésuite, a été fusillé durant les derniers jours de la Commune de Paris.
  • 32 Ibid. p. 56-57.
  • 33 Ibid.
  • 34 Les éditions Spes éditent depuis janvier 1927 Politique, la revue du Parti démocrate populaire, do (...)

19La polémique entre catholiques et laïques s’intensifie autour de la question de l’École unique. Dans l’ouvrage publié par les éditions Spes, le père Dubruel dénonce ce projet de démocratisation de l’enseignement en situant ses origines à l’époque des Lumières. « La doctrine de l’École unique a été élaborée par les grands ancêtres de la Révolution française », avec Jean-Jacques Rousseau, mais aussi Robespierre. « Le patronage de ce célibataire, utopiste et sanguinaire, le patronage même de tous ces grands ancêtres est singulièrement compromettant pour les tenants de l’École unique ! »29 Le père Dubruel signale aussi la franc-maçonnerie, cite les extraits de textes des loges, dénonce les partis politiques parlementaires et fustige les associations laïques. « Si du Parlement nous passons à ces émanations de la Franc-Maçonnerie qui sont la Ligue des Droits de l’Homme et la Ligue de l’Enseignement ». Globalement, l’École n’est pas favorable aux catholiques. « Observons simplement que malheureusement en France, le corps enseignant a dans l’ensemble une doctrine philosophique et que cette doctrine n’est pas celle de l’Église »30. Il n’y a pas d’impartialité des maîtres formés dans le creuset de l’École normale supérieure où régna la « tyrannie intellectuelle » de Victor Cousin. Des catholiques ont eu à éprouver jusqu’au martyre cette opposition et la même doctrine influence toujours l’école primaire. « On peut lire encore dans l’histoire de Pierre Olivaint ce qu’il en coûta à un jeune normalien d’origine juive31 (converti depuis et devenu dominicain) pour avoir regimbé contre le joug [...]. Si, depuis, l’enseignement supérieur et secondaire ont échappé en partie, mais en partie seulement à l’agnosticisme ou au scientisme officiels, l’enseignement primaire en est encore infesté »32. Pour le père Dubruel, ce n’est pas « la sociologie de Durkheim dans les programmes des écoles normales qui redonnera confiance aux catholiques », non plus que « l’adhésion de 70 000 instituteurs à la CGT »33. L’intransigeance se justifie-t-elle ? Un « examen de conscience » par les catholiques de leur responsabilité dans les succès du « laïcisme » ne conduirait-il pas à chercher aussi des causes internes au catholicisme ? L’Action populaire soutient aussi les « militants » d’un « réformisme » catholique qu’irrigue la pensée de Maurice Blondel34. Trois années après la publication du livre du père Dubruel et de la mise à l’index de l’Action française, le père Croizier s’interroge.

  • 35 P. Croizier, Pour faire l’avenir, Leçons du passé, devoirs d’aujourd’hui, Action populaire, Spes, (...)
  • 36 Ferdinand Buisson dans La Grande Revue, 10 novembre 1909, p. 26.
  • 37 P. Croizier, Pour faire l’avenir, op. cit., p. 26.
  • 38 Ibid., p. 29.
  • 39 P. Croizier, Pour faire l’avenir, Leçons du passé, devoirs d’aujourd’hui, Action populaire, éditio (...)

20L’école laïque n’est pas seule en cause. Dans Pour faire l’avenir, où la mention de l’Action populaire figure en couverture, le père Croizier instruit le procès d’un certain « conservatisme social » catholique. Ce proche collaborateur du père Desbuquois constate d’abord des « réalités navrantes », mais distingue entre les explications insuffisantes et les remèdes illusoires. « La plupart de ceux que vous questionnez sur cette marée montante du paganisme dans les classes populaires (lesquelles forment, ne l’oublions pas, 90 % de la population) vous répondent sans hésitation : « C’est la faute de l’école, de la Franc-Maçonnerie, des meneurs ! »35. Le père Croizier résume l’action de l’école en citant une affirmation de Ferdinand Buisson : « le maître par destination, par fonction... est placé en bataille, non contre le curé, mais... contre l’Église »36. Il précise : « un grand nombre d’écoles, pas toutes, gardons-nous sévèrement de certaines généralisations, sont des foyers de laïcisme, soit latent, soit actif, où se forment des générations tristement ignorantes des choses de Dieu »37. L’École neutre n’est pas acceptable en soi, selon lui, car elle « exclut systématiquement la pensée religieuse qui normalement doit imprégner toute éducation ». Mais il pourrait cependant exister une forme d’école neutre respectueuse et « sympathique » pour la religion. Elle serait tolérable pour l’Église parce que permettant des « suppléances efficaces ». En fait, « quelles que soient les qualités ou même la religion de certains de nos instituteurs publics, l’école neutre, même respectueuse, tend à stabiliser ceux qu’elle forme dans un laïcisme de vie que l’Église n’est point seule à déplorer – les aveux sont fréquents ». Si l’école laïque ne fait qu’entériner, elle n’est donc pas « la » cause. Le père Croizier dénonce l’erreur historique qui consiste à en voir l’effet dans la laïcisation de l’École entreprise par Jules Ferry. Dès avant 1880, l’école officielle était en effet à base d’enseignement religieux. Les écoles étaient régies par l’ordonnance du 29 février 1816 ainsi que les lois du 28 juin 1833 et du 15 mars 1850. L’un des principaux promoteurs de cette législation n’était pas hostile. François Guizot était encore favorable en 1873 à un enseignement religieux à l’école primaire. Dans le statut de l’école de 1834, auquel collabora Frère Philippe, supérieur des FEC, le ministre avait même décrété que « l’instruction morale et religieuse tiendra le premier rang ». La loi de 1850 a fixé comme principal devoir à l’instituteur de « donner aux enfants une éducation religieuse et de graver profondément dans leurs âmes le sentiment de leurs devoirs envers Dieu, envers leurs parents, envers les autres et envers eux-mêmes ». Par ailleurs les congrégations d’hommes étaient bien présentes dans l’enseignement. Selon le père Croizier, il fallait donc bien en convenir : « durant presque tout le XIXe siècle, l’école de France fut chrétienne »38. Les causes profondes de l’expansion du « laïcisme » étaient donc à chercher ailleurs, chez les catholiques et précisément, dans leur [...] intransigeance. Alors qu’avec Méline la République était favorable à un apaisement des querelles religieuses et laïques, les élections législatives de 1898 ne furent pas favorables à ses candidats. En effet, les catholiques intransigeants, « irréductibles dans leur hostilité aux directives pontificales », préférèrent continuer la lutte « sur son ancien terrain, « avec l’union conservatrice pour base et la monarchie pour but »39. Ils exigeaient que les « républicains s’engagent « à réviser les lois scolaires et militaires ». Or, les députés mélinistes avaient besoin des voix catholiques pour être élus. Mais les catholiques intransigeants préférèrent présenter des candidats « défendant un programme intransigeant. Ils ne furent pas élus ; mais ils réussirent à faire élire à leur place des radicaux et des socialistes ». Au seuil des années 1930, les catholiques, instruits par cette expérience, n’ont plus selon le père Croizier qu’à appliquer le « vrai remède » : l’Action catholique.

  • 40 P. Droulers, Politique sociale et christianisme, op. cit., p. 67, note 104.
  • 41 Ibid., p. 172.
  • 42 Ibid., p. 174.
  • 43 Ibid., p. 177.
  • 44 Ibid., citation, p. 292.
  • 45 Alain-René Michel, Catholiques en démocratie, Paris, Cerf, 2006, p. 169-176.

21Un tel diagnostic n’est pas partagé par les catholiques qui lui font reproche de trop insister sur le conservatisme social des catholiques et pas assez sur l’influence de l’école laïque40. Des titres des éditions Spes ravivent les derniers feux de l’intransigeance catholique en matière d’éducation. En 1931, Paul Nourrisson, déjà auteur d’Un siècle de politique maçonnique, publie Jean-Jacques Rousseau et Robinson Crusoé. « Apôtre éminent et principe de toutes les anarchies », selon Maurice Barrès41, « père du socialisme », « le premier des communistes »42, « étranger à la France, il a exercé sur ce pays qui fut son pays d’adoption une action funeste qui dure encore »43. Un an après cette parution, l’influence de l’Action populaire, sensible dans le dénouement du conflit entre le syndicalisme chrétien et le patronat du Nord en 1928, est ouvertement dénoncée. En novembre 1932, le général de Castelnau dénonce, dans L’Écho de Paris, l’ACJF qui « se manifeste comme un groupement politique, une pépinière de recrues « au service » d’utopies dangereuses et de doctrines révolutionnaires »44. Il fustige le père Lalande, « la sentine de l’Action populaire, auprès de Mgr Courbe »45. Le père Desbuquois tente l’apaisement. En vain. Cessent alors aux éditions Spes, les coéditions « Action populaire-Fédération nationale catholique ».

L’humanisme chrétien et la pédagogie (1932-1944)

  • 46 François Charmot, L’humanisme et l’humain, Psychologie individuelle et sociale, Spes, 1934, p. 145
  • 47 Ibid., p. 186.

22François Charmot est l’un des « grands auteurs » des éditions Spes. Après Une élite dans la jeunesse française, il a signé, en 1931, L’âme de l’éducation, et La Teste bien faicte, essai sur la formation de l’intelligence. Maintenant préfet des études au juvénat des jésuites d’Yzeure, il est considéré comme le spécialiste des questions d’éducation au sein de la Compagnie de Jésus en France. En 1935, le catalogue des éditions Spes s’enorgueillit de présenter ce livre, véritable « manifeste » de l’humanisme chrétien. « C’est l’aspect social du grand problème de l’Humanisme que l’auteur considère. Tout « l’humain » et toute l’humanité entrent dans cette magnifique synthèse. » L’humanisme et l’humain, c’est d’abord le résultat d’une grande enquête sur les « humanités » dans l’enseignement à laquelle se sont ajoutés des commentaires qui forment la troisième partie de l’ouvrage : « documentation sur l’humanisme. » Deux parties « introductives », « L’esprit d’une éducation humaniste » et « La méthode humaniste et les techniques culturelles », constituent l’essai du père Charmot sur la question. En ce temps de débat sur « l’humanisme », l’auteur développe sa thèse de La Teste bien faicte. Comme il existe un « humanisme anti-chrétien », « le christianisme antihumaniste » est aussi critiquable. Paul Claudel et Jacques Maritain sont cités avant la distinction de trois humanismes : un « Humanisme clos » qui « refuse la dépendance de Dieu » ; un « Humanisme ouvert » qui « est docile à tout bien » et qui « rapproche du christianisme » ; un « Humanisme chrétien qui est « catholique » et qui comprend tout en Dieu », soit en définitive « le christianisme total »46. C’est au nom d’un « humanisme populaire » qu’il dénonce « le scientisme » des élites. « Depuis plus d’un siècle, la science qui promettait la rénovation du monde, a éloigné le peuple, par la faute de ses élites, des vraies sources de la culture. Au lieu de le mettre en contact plus intime, plus profond avec Dieu, avec la nature, avec la famille, avec l’homme, le Scientisme l’a livré à tous les artifices de la civilisation matérielle. Le peuple se révolte contre l’automatisme. Il veut redevenir humain. Il le redeviendra si les élites et tout d’abord les instituteurs ne détournement pas la science de sa fin »47.

  • 48 Ibid., p. 320.
  • 49 Ibid, p. 321.
  • 50 Ibid., p. 322. François Charmot signale « l’existence d’une Union des Trois Ordres de l’Enseigneme (...)
  • 51 Ibid., p. 323.

23François Charmot propose la formation de « pédagogues ». « La science est nécessaire ; la pédagogie l’est bien davantage. Qu’on donne aux enfants des professeurs qui sachent former des hommes ! C’est le cri qui s’échappe d’un cœur qui aime l’humanité. Humains d’abord ! L’Humanisme pour l’humain ! »48. Comme Henri Bouchet, il souhaite une réforme de l’enseignement et soutient le projet « d’unifier les trois ordres d’enseignement qui sont, en France, séparés, qui s’ignorent et qui finissent pas être animés d’un esprit très différent : primaire, secondaire et supérieur »49. Car cette « opposition entre les maîtres aboutit à la division des classes et des partis dans la société »50. Pour aider à développer « l’Humanisme chrétien », il appelle à la formation d’un Institut Supérieur pour l’Enseignement chrétien. « Les questions de pédagogie y seront traitées dans toute leur étendue et selon un esprit chrétien, avec une philosophie et une spiritualité chrétiennes »51.

Document III : Fiche promotionnelle pour l’ouvrage du père Charmot, L’humanisme et l’humain, Psychologie individuelle et sociale, Spes, 1934.

Document III : Fiche promotionnelle pour l’ouvrage du père Charmot, L’humanisme et l’humain, Psychologie individuelle et sociale, Spes, 1934.

Source : Collection personnelle Philippe Rocher (Cliché Philippe Rocher)

Les éditions Spes et la pédagogie jésuite

  • 52 Gustave Gautherot, Le monde communiste, Spes, nouvelle édition de 1927 ; RP Delaye, Pour connaître (...)
  • 53 Mgr Delabar, L’Éducateur à l’École de Pie XL. Questions générales d’éducation suivies de l’Encycli (...)
  • 54 Philippe Rocher, « Un dictionnaire de pédagogie catholique pour le XXe siècle ? Histoire d’un proj (...)
  • 55 Philippe Rocher, « André Ravier », dans Guy Avanzini (dir.), Dictionnaire historique de l’éducatio (...)
  • 56 Paul Christophe, Les catholiques et le Front populaire, Paris, Éditions ouvrières, 1986.
  • 57 Madeleine Singer, Le SGEN de 1937 à 1968, Paris, Cerf, 1993, p. 19.
  • 58 Anne-Marie Audic, Pierre Faure s.j. Vers une pédagogie personnalisée et communautaire, Éditions Do (...)
  • 59 André Ravier, L’éducation de l’homme nouveau, Paris, SPES, 1941, p. 196.

24Les tensions demeurent toujours vives dans la société française, mais avec le combat contre le laïcisme et le communisme sourd désormais la menace du « fascisme ». Dix ans après le livre de Gustave Gautherot qui présentait les « jeunesses communistes et les groupes d’enfants » du PCF en France, le père Delaye publie, au nom de l’Action populaire, Pour connaître le communisme. L’antifascisme de l’Internationale, explique-t-il, n’est pas une « façade » mais est issu de la « peur » que provoque la montée du fascisme52. L’Église catholique doit défendre son autorité dans l’éducation de la jeunesse que lui conteste le régime totalitaire, particulièrement en Italie. « Qui a l’enfant à l’avenir », répète Mgr Delabar, commentateur de Rappresentanti in terra, l’encyclique de Pie XI53. Quand le père Charmot projette un « Dictionnaire de pédagogie catholique54 », il soutient la formation d’une « académie pédagogique » au sein de la Compagnie de Jésus et l’effort de renouveau des méthodes pédagogiques, avec un retour à l’esprit du Ratio studiorum. André Ravier défend explicitement cette idée en 1936 dans les Lettres de Fourvière : l’esprit du Ratio, c’est l’adaptation55. Ce renouveau pédagogique est stimulé par la politique scolaire du Front populaire et dans la suite le rapprochement entre la République et l’Église56 Fondé en 1937 par des instituteurs de l’école laïque, dont certains sont membres de l’ACJF, le Syndicat général de l’Éducation nationale (SGEN) s’affilie à la CFTC57, ce qui permet au syndicat de prendre pied dans l’enseignement public. L’Action populaire aide aussi à la naissance en 1938 du Centre d’études pédagogique sous l’autorité de Pierre Faure58. André Ravier se consacre à une thèse sur l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau. Elle vise à aborder de front le différend qui sépare les catholiques d’une « pensée pédagogique » inspiratrice de « l’éducation nouvelle » : la liberté de l’enfant achoppe sur le problème de la bonté native contradictoire avec le « péché originel ». Elle vise pour cela à dénouer le conflit sur la portée religieuse de l’Émile. « M. Vial (et bien d’autres avant et après lui signeraient sa formule) déclare : « C’est à Rousseau que les révolutionnaires ont emprunté... non par un prolongement et par déduction, mais directement et en la transportant telle quelle d’Émile dans leurs Rapports et Projets de décrets, l’idée de ce que nous appelons aujourd’hui l’enseignement laïque et neutre »59. André Ravier cite l’argument à décharge de Pierre-Maurice Masson.

  • 60 Pierre-Maurice Masson, Rousseau et la Restauration Religieuse, p. 358-359, cité par A. Ravier.

« Jean-Jacques aura été l’un des mainteneurs du catholicisme dans l’élite intellectuelle française, non pas, sans doute, du dogme catholique comme tel, mais de cette sensibilité chrétienne qui, dans un pays de tradition catholique, facilite pratiquement l’adhésion au dogme, ou autorise du moins un compromis silencieux avec lui ; ce soi-disant révolutionnaire aura été, en religion, l’une des forces « conservatrices » du pays ; ce fils de Calvin aura travaillé, sans le vouloir peut-être, mais aussi sans le déplorer, pour le triomphe du « papisme »60.

25Entre ces deux auteurs, le jésuite Brou formulerait-il le « jugement équitable » ?

  • 61 Études, t. 151, avril-juin 1917, p. 729.

« Nous voyons clairement sa part [de Rousseau] dans la corruption du christianisme ; il est directement à l’origine du protestantisme libéral ; il est, par l’intermédiaire de Kant, aux sources du modernisme ; il est responsable de tout ce qu’il y a de malsain et de faux dans l’apologétique des prédicateurs dont nous avons parlé et dans le romantisme religieux de Chateaubriand ; il est même, par Lamennais, pour quelque chose dans les illusions du catholicisme libéral. Il est partout où nous voyons en religion quelque élément gâté. Mais s’il s’agit de la véritable restauration religieuse, celle qui a rouvert les églises, repeuplé les chaires, réorganisé la vie chrétienne, ressuscité les congrégations, réappris le chemin des confessionnaux, repris les œuvres interrompues, créé une école littéraire catholique dont le chef de fil est non pas Chateaubriand mais de Maistre, Rousseau n’y est pour rien ; or, en fait de restauration religieuse, il n’y a que celle-là qui compte »61.

  • 62 André Ravier, Doctrine d’Éducation de J-J. Rousseau, op. cit., p. 227.
  • 63 Ibid., p. 241.
  • 64 Ibid., p. 241.
  • 65 Ibid., p. XXV. Ce volume n’a pas vu le jour.
  • 66 Philippe Rocher, « François Charmot, pédagogue de « l’élite » chrétienne », op. cit.

26André Ravier considère que Rousseau doit en réalité beaucoup à ses lectures. L’Émile est avant tout un livre d’éducation morale, beaucoup plus que de technique et de méthode. Rousseau est le lecteur du livre du père Lamy, Entretiens sur les sciences. « C’était une espèce d’introduction à la connaissance des livres qui en traitent. Je le lus et relus cent fois ; je résolus d’en faire mon guide »62. A-t-il ainsi été lecteur de Platon, voire de saint Augustin, de Fénelon, Montaigne et Locke ? Il a lu aussi Robinson Crusoë. C’est avec ce livre qu’il rapproche Adam et Robinson, Adam et l’île suscitant ses images de l’homme solitaire sur la création. C’est avec ce livre que Rousseau a développé le thème d’une rêverie bien plus que d’une réflexion. Sa propre inclination à la vie retirée et solitaire, en rien misanthrope, mais si singulière qu’elle s’exprime seulement dans Robinson, a conduit Rousseau à rédiger un livre qui est, selon André Ravier, d’abord l’expression, « fût-elle critiquable », de sa pensée personnelle63. En note, il cite le « pamphlet de Pierre Nourrisson, Jean-Jacques Rousseau et Robinson Crusoë », qui soutient que le livre de Rousseau est d’abord une expression totale ou partielle de l’âme de son auteur. « La haine, écrit-il, rend parfois clairvoyant64 ». Dans la bibliographie, André Ravier indique ce que serait le prolongement de son travail. « C’est à l’aide de cette bibliographie que nous préparions notre troisième volume « l’Émile et les Pédagogies contemporaines »65. Rousseau « désarmé », la pédagogie jésuite, dans l’esprit du texte pédagogique du XVIe siècle, peut être réaffirmée. Le père Charmot le démontre avec La pédagogie des jésuites, publié en 1943 mais entamé avant guerre. La « pédagogie jésuite » dont il expose longuement les traits en citant les jésuites « pédagogues » est conciliable avec les « méthodes actives », elle peut être « de son temps » ; pour peu qu’elle soit servie par de véritables pédagogues, nécessairement jésuites66.

L’Action populaire et les éditions Spes : entre proximité et distance (1941-1944)

  • 67 Philippe Rocher, « Cité Nouvelle : 1941-1944 : les Jésuites entre incarnation et eschatologie », d (...)
  • 68 Dominique Avon et Philippe Rocher, Les jésuites et la société-française, XIXe-XXe siècle, Des huma (...)

27Le lien qui unit les éditions Spes à l’Action populaire est maintenant moins solide. Dans l’immédiat avant-guerre, le jésuite François de Dainville n’a pas souhaité que L’éducation des jésuites soit publiée aux éditions Spes. Leur image est trop peu scientifique. Beauchesne se charge de cette thèse appelée à faire référence. L’occupation bouleverse la France et distend les liens entre la capitale et la zone non occupée, particulièrement Lyon où s’est installée l’Action populaire. Cité Nouvelle est la revue qui succède d’abord à la Revue de l’Action populaire et aux Études. À ces dernières, la collection Construire succédera peu après67. Gustave Desbuquois, partisan d’une « présence » catholique auprès du gouvernement installé à Vichy, et Henri de Lubac, théologien de la « résistance spirituelle », sont en désaccord. Marque de bonne volonté, le premier entend aider l’édition d’un ouvrage du second. Mais Spes réticent, Aubier s’impose68.

  • 69 C’est ainsi que les Sources chrétiennes voient le jour. Voir Etienne Fouilloux, La collection « So (...)
  • 70 Henri de Lubac, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Namur, Culture et Vérité, 1989, p. 28-29.

« On était maintenant au lendemain de juin 1940. Le Père Gustave Desbuquois, directeur de l’Action populaire réfugiée de Paris (Vanves) à Lyon, nous offrait pour la publication la firme des éditions Spes [...]. Or il se trouva peu après que la direction des éditions Spes, demeurée à Paris, fit des difficultés. Pendant ce temps, l’éditeur Fernand Aubier projetait avec le Père Jean Daniélou une collection de Patristique, dont le premier volume serait la thèse soutenue en Sorbonne par Daniélou sur saint Grégoire de Nysse69. Il accepta d’élargir son projet et acheta nos deux volumes déjà imprimés. Ainsi prit son départ, dès avant la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la collection Théologie »70.

  • 71 Ibid, p. 39.

28Gustave Desbuquois n’abdique pas et parvient à obtenir de Spes l’édition d’un ouvrage du père de Lubac. « Ennuyé de ce que les éditions Spes n’eussent ratifié, à Paris, l’offre qu’il nous avait faite à Lyon pour la collection « Théologie », désirant aussi effacer l’ombre du léger sentiment entre nous à l’occasion politique de présence, le père Desbuquois m’offre spontanément de faire prendre livre de moi par les éditions Spes, dès son retour à Paris »71. Issu d’une série d’articles, dont certains parus dans Cité Nouvelle, Le drame de l’humanisme athée, édité par Spes en 1944 prolonge le débat ouvert durant l’entre-deux-guerres sur l’humanisme. Le père de Lubac signe alors dans Cité Nouvelle le compte rendu du livre d’André Ravier, « La malfaisance de Rousseau ».

  • 72 Ibid., p. 41. En janvier 1944, la consulte de la Province jésuite de Lyon constate que si le livre (...)

« Le Père André Ravier avait soutenu une importante thèse de doctorat sur l’éducation d’après Jean-Jacques Rousseau. L’ouvrage avait fait l’objet de dénonciation répétées, venant des milieux de l’Action française. Rome avait fini, pour y mettre un terme sans avoir à condamner, par exiger un article compensateur. Il fallait plus ou moins blâmer l’ouvrage. Choisi pour cette besogne, je m’arrangeai en outre de manière à critiquer plus fort les doctrines tenues ou du moins tolérées par certains des dénonciateurs. La malice était un peu risquée. Mais il se trouva que ce chant du cygne de Cité nouvelle sortit des presses juste au moment de la débâcle de Vichy et de la désorganisation des courriers, si bien que peu d’exemplaires parvinrent à destination »72.

La collection du Centre d’études pédagogiques de SPES et l’École dans la cité : l’espérance renouvelée ? (1944-1960)

  • 73 Philippe Rocher, « Les catholiques français en congrès pour l’École libre et l’enseignement chréti (...)

29En 1944-1945, une France nouvelle est à venir. Avec le grand retour de la « mission » au sein du catholicisme débutent les « prêtres-ouvriers ». Des jésuites s’engagent dans cette nouvelle approche du ministère sacerdotal, manière de manifester fortement la présence du catholicisme « au cœur des masses ». La France demeure traversée par des tensions, dont le conflit qui oppose catholiques et laïques à propos de l’École73.

L’École, lieu du « dialogue » ?

30Aux éditions SPES, la collection du « Centre d’études pédagogiques » marque un nouveau rapport des jésuites avec les questions d’éducation. Sur la couverture des ouvrages, les mots du titre à l’horizontale forment avec un rectangle vertical la croix d’un catholicisme moins immédiatement « visible », mais davantage présent « au cœur » de la société. Désireux de s’engager différemment, les jésuites éducateurs entendent, comme pédagogues, agir au service de la Cité. La pédagogie chrétienne est un service de l’Église catholique dans l’effort général d’éducation. Abandonnant l’esprit de forteresse, les pédagogues catholiques entendent être des acteurs du mouvement pédagogique contemporain. L’intransigeance n’est plus de mise. Dans les débats autour de l’École, Pierre Faure défend l’idée d’un statut national appliqué avec souplesse à toutes les catégories d’établissements et qui ferait place à leurs personnels, aux professeurs et à leurs usagers qui sont les familles, mais aussi, du point de vue de l’orientation des élèves, les professions, les municipalités, les régions et l’État lui-même.

« À cette condition, il sera [le statut national] dans la Cité un des facteurs d’union les plus efficaces qu’il se peut concevoir dans notre monde moderne. L’École en l’adoptant donnera à la nation le haut exemple, souverainement éducateur, d’une conciliation d’intérêts et d’une collaboration de pouvoirs dont la leçon lui est un grand besoin. C’est une des missions de l’école, de l’école privée comme de l’école publique ; une mission dont l’école devrait se faire gloire et qu’elle devrait être dans le pays la première à loyalement remplir ».

  • 74 Philippe Rocher, « De l’enseignement à l’éducation jésuite en région lyonnaise (1850-1950) », dans (...)
  • 75 Paul Foulquié, L’Église et l’École, CEP, Spes, 1947.

31Les jésuites ont leurs spécialistes en pédagogie, comme le père Faure, promoteur à partir du CEP d’une « pédagogie personnaliste et communautaire ». Ils ont aussi leur pédagogie propre, stipulée dans le Ratio studiorum mais renouvelée avec les « équipes », fondées d’abord au collège de Reims, puis étendues à un grand nombre d’établissements. Affronter l’école laïque n’est plus d’actualité pour bon nombre jésuites. D’aucuns se sentent d’ailleurs de moins en moins investis dans les questions strictement scolaires. Les vocations de « pédagogues » manquent ; elles foisonnent au contraire pour un apostolat éducatif différent, volontiers novateur, mais hors des collèges74. La « querelle scolaire » divise cependant toujours le pays : la crise est sévère, aiguë ; elle affecte la constitution des majorités parlementaires et des gouvernements. Dans ce contexte, la « mission » de l’Église catholique en matière d’éducation est rappelée, mais d’abord pour rappeler la tradition éducative de l’Église catholique que mettent en œuvre les établissements d’enseignement75.

Document IV : Pierre Faure, L’École et la Cité, SPES, 1945, CEP.

Document IV : Pierre Faure, L’École et la Cité, SPES, 1945, CEP.

Source : collection personnelle et cliché Philippe Rocher

Rousseau inoffensif : la « méthode Montessori » commune aux écoles d’aujourd’hui

  • 76 Hélène Lubienska de Lenval, La méthode Montessori, Esprit et technique, Spes, 1947, p. 100.

32« Disciple » de Maria Montessori, proche du père Faure, Hélène Lubienska de Lenval présente d’abord en douze chapitres les différents aspects de la méthode de la doctoresse italienne, dont un chapitre sur « éducation morale et religion » (pour être catholique, il n’est pas nécessaire d’apprendre à lire, mais d’apprendre à faire) et un autre sur la « métaphysique montessorienne ». L’ouvrage compte aussi trois appendices et deux témoignages. Dans les appendices, dont le texte sur « La place de Maria Montessori dans l’histoire de la Pédagogie », Hélène Lubienska de Lenval oppose « l’école sentimentale » et « l’école française ». Elle traite de la pédagogie selon Platon qui peut être un danger. « Voilà pourquoi prisons et écoles ont pris un tel air de ressemblance »76. Elle aborde ensuite Rousseau car il est souvent rapproché de Montessori à propos de la liberté laissée à l’enfant. La ressemblance de leur pédagogie est cependant plus apparente que réelle. Selon Rousseau, il faut laisser l’enfant libre et lui donner pour maître la Nature. Pour Montessori, la liberté doit être laissée à l’enfant de se mesurer avec la réalité d’un milieu préparé à cet effet, de fixer lui-même le choix de l’effort à faire, de l’exécuter « tout seul ».

Document V : Hélène Lubienska de Lenval, La méthode Montessori, Esprit et technique, Spes, 1947, CEP.

Document V : Hélène Lubienska de Lenval, La méthode Montessori, Esprit et technique, Spes, 1947, CEP.

Source : Médiathèque Recherche et patrimoine scolaire de l’IUFM Nord-Pas-de-Calais ; cliché Philippe Rocher

  • 77 Ibid., p 102.
  • 78 Ibid., p. 104.
  • 79 Ibid., p. 106.
  • 80 Ibid., p. 108.
  • 81 Ibid., p. 109.
  • 82 Bruno Poucet (dir.), La loi Debré, Paradoxes de l’État éducateur, Amiens, CRDP, 2001 ; Bruno Pouce (...)

33Plus généralement, Hélène Lubienska de Lenval juge mineure l’influence de Rousseau en matière de pédagogie. « Quelle fut l’influence de Rousseau ? Immense à son époque, dans tous les domaines ; elle se manifeste dans la pratique scolaire de nos jours par un vague souci de rapprocher l’enfant de la nature, et par quelques concessions à des promenades en forêt »77. Hélène Lubienska de Lenval passe ensuite en revue les apports de Pestalozzi et de Froebel. Le premier a transformé la classe lugubre en salle familiale où les enfants apprennent en montant sur ses genoux. Il a donné liberté aux enfants, mais sans s’en rendre compte, et n’a finalement laissé que le syllabaire. Froebel a donné la liberté à l’enfant, mais sans adapter le matériel scolaire. De fait, « l’école française » doit surtout à Itard, Seguin et Bourneville, tous trois arrivés à la pédagogie par la médecine et qui ont contribué à l’étude du fonctionnement psychologique de l’intelligence s’exprimant par l’appareil moteur78. Le Belge Ovide Decroly a voulu rapprocher l’enfant de la nature., mais il est en cela proche de « l’école sentimentale » alors que Montessori est proche de l’école française. « A-t-on assez dit de mal du programme français ? Dans la pratique scolaire, j’ai trouvé, au contraire, qu’il était un guide excellent pour la Montessorienne. À elle de créer « le milieu éducateur » qui permettra à l’enfant d’assimiler le contenu du programme. Il n’y a pas de programmes mal faits pour la Doctoresse, il n’y a que des applications défectueuses79 ». Sigmund Freud, s’il permet d’expliquer certains phénomènes observables dans la classe Montessori, n’en devient pas moins peu pertinent lorsque les enfants grandissent. Les « déviations » et « barrières psychiques » disparaissent en effet à mesure que se développe chez l’enfant le goût du travail. Cela conforte la réticence de Montessori à l’égard de la pensée de Freud, elle qui répugne aux indiscrétions de la psychanalyse et même à celles moins graves de la méthode des tests et des examens, car elle ne veut pas importuner enfant par des questions80. Rousseau inoffensif et la méthode de la doctoresse catholique Montessori apparentée à la France, où elle est déjà entrée depuis vingt ans dans l’école publique, Hélène Lubienska de Lenval n’a pas de peine à conclure : en 1947, le conflit entre les deux écoles, catholique et laïque, n’est pas pédagogique. « Par ses maîtres, Maria Montessori s’apparente à la France, et c’est en France que sa tournure d’esprit scientifique, son imagination riche mais disciplinée, sa technique variée et minutieuse, enfin son spiritualisme ardent, mais discret, devraient être le plus appréciés, car ils répondent aux plus belles qualités de l’âme française »81. Alors qu’un « dialogue pédagogique » est possible, une « liberté sous contrat » pourrait s’élaborer. C’est ce qu’instaure la « loi Debré »82, votée en décembre 1959, pour l’application de laquelle agit beaucoup le jésuite Edmond Vandermeersch.

SPES et l’Action populaire : vers « la liquidation de notre association »

  • 83 Etienne Fouilloux, « L’Action populaire au temps de la reconstruction (1946-1958) », dans Les chré (...)
  • 84 Dominique Avon et Philippe Rocher, Les jésuites et la société française, op. cit., p. 187-188. Le (...)
  • 85 AFSI, lettre de P. Bigo à A. Michelin, 27 août 1952.

34L’Action populaire est sortie affaiblie de la guerre83. La « présence » du père Desbuquois auprès du pouvoir à Vichy suscite la réprobation. Au seuil des années 1950, les tensions sont fortes dans la Compagnie de Jésus avec « l’affaire de Fourvière » et les conséquences de l’encyclique Humani generis pour la Compagnie de Jésus. André Ravier, provincial de Lyon, tente de protéger comme il le peut ses confrères sur lesquels s’abattent les foudres des autorités romaines qui admonestent et punissent. Le catholicisme est en mue. Pour les jésuites théologiens, Aubier, avec sa collection « Théologie », est le nouvel espace d’expression du mouvement théologique84. Difficile à résoudre, la question des modalités de diffusion des revues altère les relations entre l’Action populaire et les éditions Spes. Dans sa lettre à Alfred Michelin, le père Bigo le reconnaît sans difficulté. La réalisation des projets de l’AP suppose « une collaboration étroite avec les Éditions SPES »85. Il s’agit de la parution des Cahiers et de Peuple de France et d’une collection de volumes de vulgarisation, de 90 à 100 pages, « sur les sujets sociaux actuellement les plus brûlants : la paix, le Communisme, le Birth Control comme solution démographique, la Pastorale nouvelle, etc. »

« Cette publication accompagnerait l’édition d’ouvrages de fond plus techniques, qui constitueraient comme une artillerie lourde et appuieraient la publication des ouvrages de vulgarisation. Je serai heureux que vous me fassiez des propositions pour ces dernières. Pour que vous puissiez vous rendre compte de l’effort d’ensemble qui sera accompli par l’ΑΡ, je vous rappelle que tous ces projets se coordonnent dans le cadre d’une grande publicité que l’ΑΡ envisage de faire à l’occasion de son année jubilaire 1953 : nouvelle revue, nouvelle collection, effort de diffusion par l’ΑΡ elle-même, ouvrages de fond ; ce sont là des éléments d’un plan d’ensemble. »

  • 86 Etienne Fouilloux, « L’Action populaire au temps de la reconstruction... », op. cit., p. 223.
  • 87 AFSI, lettre de R Bigo à Alfred Michelin, 17 février 1958.
  • 88 Fautivement orthographié « Bernaert ».

35Quand de tels projets visent à enrayer le déclin de la diffusion des périodiques86, l’Action populaire ne parvient pas à s’entendre avec les éditions SPES. Dans sa lettre de février 1958, le père Bigo annonce que seront dénoncés les accords qui liaient l’Action populaire aux éditions SPES87. Le 18 juin, il fait part du désir de l’Action populaire de reprendre seule l’édition de la Revue de l’Action populaire et des Cahiers de l’action religieuse et sociale. Les problèmes sont d’ordre juridique, financier et commercial et seule est acceptée une prolongation des anciens accords jusqu’au 30 juin 1959. La rupture intervient en juillet 1961, un mois après que le père Dujardin, directeur de l’Action populaire, ait annoncé aux éditions Spes la « liquidation de notre association ». L’éditeur parisien ne délaisse pas les questions liées à l’éducation. Dans les volumes de sa collection « Convergences » qui réunit les travaux du « Groupe lyonnais d’études médicales philosophiques et biologiques » du docteur René Biot, avec l’abbé Monchanin et Victor Carlhian, figureront encore des jésuites : après François Charmot et Simon Jacquet, puis les scientifiques de Saint-Seine et Cruchon, le psychanalyste Louis Beirnaert88, le prédicateur François Varillon, l’ethnologue Goetz et les théologiens Gustave Martelet et Joseph Moingt.

36L’histoire des éditions Spes s’inscrit dans l’histoire de la Compagnie de Jésus en France. L’histoire de leurs origines est inscrite dans l’entre-deux-guerres, « moment » de « tensions » et de « conflit », particulièrement sur les questions d’éducation. Les éditions Spes n’ont pas alors publié que des ouvrages pour dénoncer le « laïcisme », mais leur production éditoriale a porté une contre-proposition catholique. De 1922 à 1932, le contenu de nombre de livres participe d’une nette tendance intransigeante, celle d’un catholicisme social qui veut « saper » les fondements de ce qui est désigné comme la cause d’une déchristianisation de la France. À partir du début des années 1930, les « tensions » sont autres dans la France et l’Europe de l’entre-deux-guerres. Les« catholiques sociaux « jésuites affirment au travers de la production éditoriale de Spes une « pédagogie catholique capable de transmettre un nouvel « humanisme chrétien ». Cet humanisme chrétien serait le seul à pouvoir accomplir l’humanisme, contre-pied des doctrines totalitaires païennes et antichrétiennes. C’est ainsi qu’apparaît, jusqu’aux années de la Seconde Guerre mondiale un premier « accommodement ». Le regard rétrospectif de l’historien peut mesurer à partir de la Libération la profondeur de cet « accommodement » : avant que les liens entre Spes et l’Action populaire ne se distendent complètement, le Centre d’études pédagogiques entend faire de l’École, par la pédagogie scolaire, le lieu de l’apaisement pour que cesse le conflit des « deux France ». Certes, l’Église catholique doit réaffirmer son droit à disposer d’écoles pour la transmission de ses valeurs. Mais la pédagogie scolaire et les questions d’éducation sont entendues désormais comme une contribution des catholiques au service de la Cité. Le temps de la « reconquête » apparaît bien éloigné. Les jésuites entendent favoriser le « dialogue » de leur Église avec la société contemporaine. Le catholicisme n’entend pas s’effacer, mais il n’est pas utile d’en affirmer les traits combatifs grâce à des « livres catholiques ». L’espérance demeure, mais elle s’est renouvelée, à distance des jésuites désormais. Spes se rapproche des éditions ouvrières avant de devenir propriété du groupe suisse Delta.

Notes

1 Tenter de « faire de l’histoire » à partir de livres, mais aussi des archives des jésuites à Vanves [AFSI], oblige à des remerciements. D’abord au père Robert Bonfils qui, comme depuis des années, a mis à disposition un dossier substantiel aujourd’hui conservé dans le fonds de l’Action populaire. Avec la mention de travaux d’historiens, il faudra entendre le témoignage de reconnaissance d’un historien qui n’a pas le dernier mot parce qu’il parle le dernier. Il ajoute seulement sa voix à une histoire partagée.

2 Gustave Desbuquois, cité par Paul Droulers, Politique sociale et christianisme, Le père Desbuquois et l’Action populaire, t. 1, Débuts. Syndicalisme et intégristes (1903-1918), Éditions ouvrières, 1969, p. 394.

3 L’expression est de Gaëtan Bernoville.

4 Les jésuites du « Canada français » qui fondent l’École sociale populaire sur le modèle de l’Action populaire n’auront pas de grand périodique avant 1941 et le début des Relations. Sur les liens entre les jésuites français et québécois, Philippe Rocher, « Jésuites français et québécois. Regards croisés : Se « voir », se rêver, se détacher », Français et Québécois : le regard de l’autre, actes du colloque du Centre de coopération interuniversitaire franco-québécoise, Paris, octobre 1999.

5 Archives des jésuites à Vanves (désormais AFSI), Action populaire et Éditions SPES, F1671, dossiers 1 à 8. ; 3 pages dactylographiées, « Projets », ajout manuscrit : « première idée de SPES ».

6 Les Études continueront cependant à être éditées indépendamment de l’Action populaire.

7 AFSI, Action populaire et Éditions SPES, F1671 dossiers 1 à 8, lettre Desbuquois à Harmel 23 octobre 1922.

8 Ibid., Lettre de L. Harmel à G. Desbuquois, 25 octobre 1922.

9 Ibid., Tract, 1er janvier 1923.

10 AFSI. D’après la brochure éditée pour l’Assemblée générale de 1925. Alfred Michelin (1883-1975), journaliste à La Croix depuis 1906, deviendra directeur général de la Bonne Presse en 1935 et président-directeur général en 1953. Il est jusqu’en 1937 l’auteur des billets parisiens de La Gazette de Liège. Il est aussi très actif dans les milieux syndicalistes chrétiens.

11 Le père Desbuquois est l’un des principaux membres du « comité théologique consultatif » institué auprès du bureau confédéral de la CFTC, particulièrement pour aider le syndicat dans l’interprétation des encycliques ; voir P. Droulers, Politique sociale et christianisme, Le père Desbuquois et l’Action populaire, t. 2, Dans la gestation d’un monde nouveau (1919-1946), Paris, éditions ouvrières, Rome, Presses de l’université grégorienne, 1981, p. 108-169.

12 SPES est l’acronyme de Société Parisienne d’Éditions Sociales. Ces lettres forment aussi spes, terme latin de bonne augure pour le projet.

13 AFSI, catalogue, novembre 1924.

14 AFSI, F 1671/3, contrat 20 septembre 1923, art. 1.

15 Anne Simonin distingue entre le catalogue d’éditeur, « la recension de l’ensemble des livres disponibles publiés par la maison d’édition » et le « livre catalogue rassemblant, non plus seulement les ouvrages disponibles mais l’ensemble des livres publiés depuis la fondation de leur entreprise. » Voir Anne Simonin, « Le catalogue de l’éditeur, un outil pour l’histoire. L’exemple des éditions de Minuit », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 81, janvier-mars 2004, p. 119-129.

16 AFSI, dactylographiées (double) sd 1927, 3 p.

17 Ibid., le document, un double conservé aux archives, ne comporte pas de chiffre.

18 Annuellement ? Outre celui de 1924, seuls ont été retrouvés aux archives les catalogues-brochures de 1931 et 1932.

19 AFSI, Douze années d’activité d’une Maison d’édition catholique 1923-1935, Spes, mars 1935, 160 p. Dans ce « livre catalogue », « livre des livres », selon la définition d’Anne Simonin, marque de l’apogée des éditions Spes, les ouvrages « intransigeants » des années 1920 n’apparaissent pas. La page de titre de ce petit volume indique : « Les Éditions Spes analysent brièvement ici 457 de leurs meilleurs ouvrages ». Alors qu’elle a disparu des couvertures depuis le début des années 1930, l’ancre de marine qui sert de marque aux éditions Spes est reprise comme « ex-libris ».

20 Les « ventes groupées » sont une offre d’achat de trois ouvrages au moins parmi des titres à grand tirage. « Nous n’offrons en « vente groupées » que des ouvrages inédits d’excellents auteurs ; nous leur donnons la présentation des ouvrages vendus habituellement 12 fr ; et nous les vendons au prix de 4 francs. [...] Pris isolément, ces ouvrages se vendent 7 fr. 50 ». [Douze années d’activité... p. 16] Parmi 18 titres, dont L’Espérance de Gustave Desbuquois, Le problème de l’apostolat dans le monde moderne de Mgr de Solages ou Tout l’Évangile dans toute la vie de l’abbé Thellier de Poncheville, les trois nouveautés, Madame Élisabeth par Jean Balde, La cité perdue par Henri Pourrat ou La vie secrète de Catherine Labouré par Colette Yver, peuvent être acquises ensemble, franco de port.

21 Estimation faite grâce au catalogue de la BNF. Les notices indiquent les variantes possibles de mention d’éditeur, jusqu’aux « Delachaux et Nestlé » et « Delta et Spes », indications du rachat de Spes par le groupe d’édition suisse. Faute d’archives (les éditions de l’Atelier, ex-éditions ouvrières, n’ont pas fait réponse sur leur possession d’éventuelles archives), les chiffres des tirages demeurent inconnus.

22 Le format d’un livre des éditions Spes est le plus souvent proche d’un in 12.

23 Denis Pelletier, « Intellectuels catholiques ou dreyfusistes chrétiens ? Histoire d’un écart », dans Michel Leymarie, Jean-François Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, PUF, 2003, p. 327-340 ; Hervé Serry, « Déclin social et revendication identitaire : la « renaissance littéraire catholique » de la première moitié du XXe siècle », Sociétés Contemporaines, 2002, no 44, p. 91-109.

24 Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté, La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II, DDB, 1998.

25 Maurice Ligot, Laïcisme et laïcité, Action populaire - éditions SPES, 1926 [préface de Mgr Rumeau, évêque d’Angers] ; Paul Simon, République et laïcité, discours à la Chambre des députés, les 26 et 27janvier 1925, au cours de la discussion sur les crédits de l’ambassade de France au Vatican, Spes, 1926.

26 Henri du Passage, L’anticléricalisme français, Hier et demain, SPES, 1925.

27 Philippe Rocher, « François Charmot, pédagogue de « l’élite » chrétienne », dans Guy Avanzini (dir.), Pédagogie chrétienne, pédagogues chrétiens, Actes du colloque d’Angers, septembre 1995, Éditions Don Bosco, 1996, p. 355-366.

28 Dominique Avon, Paul Doncœur, Un croisé dans le siècle, Cerf, 2001.

29 Marc Dubruel, Le Règne des Pédagogues, L’École Unique, Spes, 1926, p. 50.

30 Ibid., p. 56.

31 Pierre Olivaint, jésuite, a été fusillé durant les derniers jours de la Commune de Paris.

32 Ibid. p. 56-57.

33 Ibid.

34 Les éditions Spes éditent depuis janvier 1927 Politique, la revue du Parti démocrate populaire, dont le titre a été proposé par le père Danset. Elles publient en 1928 L’itinéraire philosophique de Maurice Blondel, Propos recueillis par Frédéric Lefèvre, dans « La Nef, Nouvel Essor Français », « collection de la renaissance catholique ». Sur les jésuites blondéliens, voir Etienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté, op. cit., p. 172-191.

35 P. Croizier, Pour faire l’avenir, Leçons du passé, devoirs d’aujourd’hui, Action populaire, Spes, 1929, p. 24.

36 Ferdinand Buisson dans La Grande Revue, 10 novembre 1909, p. 26.

37 P. Croizier, Pour faire l’avenir, op. cit., p. 26.

38 Ibid., p. 29.

39 P. Croizier, Pour faire l’avenir, Leçons du passé, devoirs d’aujourd’hui, Action populaire, éditions Spes, 1929, p. 70.

40 P. Droulers, Politique sociale et christianisme, op. cit., p. 67, note 104.

41 Ibid., p. 172.

42 Ibid., p. 174.

43 Ibid., p. 177.

44 Ibid., citation, p. 292.

45 Alain-René Michel, Catholiques en démocratie, Paris, Cerf, 2006, p. 169-176.

46 François Charmot, L’humanisme et l’humain, Psychologie individuelle et sociale, Spes, 1934, p. 145.

47 Ibid., p. 186.

48 Ibid., p. 320.

49 Ibid, p. 321.

50 Ibid., p. 322. François Charmot signale « l’existence d’une Union des Trois Ordres de l’Enseignement libre (UTO) » de Pierre Deffontaines, professeur aux facultés catholiques de Lille.

51 Ibid., p. 323.

52 Gustave Gautherot, Le monde communiste, Spes, nouvelle édition de 1927 ; RP Delaye, Pour connaître le communisme, Spes, 1936. Pour donner plus d’autorité à l’ouvrage, la page de couverture indique « RP Delaye de l’Action populaire » et « Action populaire - éditions Spes, Paris ».

53 Mgr Delabar, L’Éducateur à l’École de Pie XL. Questions générales d’éducation suivies de l’Encyclique de S.S. Pie XL sur l’Éducation chrétienne, Spes, 1936.

54 Philippe Rocher, « Un dictionnaire de pédagogie catholique pour le XXe siècle ? Histoire d’un projet franco-belge », Revue d’histoire ecclésiastique, no 3-4, 2001, p. 391-426.

55 Philippe Rocher, « André Ravier », dans Guy Avanzini (dir.), Dictionnaire historique de l’éducation chrétienne d’expression française, éditions Don Bosco, 2009 ; Philippe Rocher, « De l’enseignement à l’éducation jésuite en région lyonnaise (1850-1950) », dans Etienne Fouilloux et Bernard Hours (dir.), Les jésuites à Lyon : XVIe-XXe siècle, ENS-Éditions, 2005, p. 113-130.

56 Paul Christophe, Les catholiques et le Front populaire, Paris, Éditions ouvrières, 1986.

57 Madeleine Singer, Le SGEN de 1937 à 1968, Paris, Cerf, 1993, p. 19.

58 Anne-Marie Audic, Pierre Faure s.j. Vers une pédagogie personnalisée et communautaire, Éditions Don Bosco, 1998.

59 André Ravier, L’éducation de l’homme nouveau, Paris, SPES, 1941, p. 196.

60 Pierre-Maurice Masson, Rousseau et la Restauration Religieuse, p. 358-359, cité par A. Ravier.

61 Études, t. 151, avril-juin 1917, p. 729.

62 André Ravier, Doctrine d’Éducation de J-J. Rousseau, op. cit., p. 227.

63 Ibid., p. 241.

64 Ibid., p. 241.

65 Ibid., p. XXV. Ce volume n’a pas vu le jour.

66 Philippe Rocher, « François Charmot, pédagogue de « l’élite » chrétienne », op. cit.

67 Philippe Rocher, « Cité Nouvelle : 1941-1944 : les Jésuites entre incarnation et eschatologie », dans Chrétiens et sociétés, XVIe-XXe siècles, Bulletin de l’Équipe CNRS 46, Lyon 2-Lyon 3, no 2,1995, p. 7-82 [en ligne sur revue.org].

68 Dominique Avon et Philippe Rocher, Les jésuites et la société-française, XIXe-XXe siècle, Des humanités à un nouvel humanisme chrétien, Toulouse, Privat, 2001, p. 187-188.

69 C’est ainsi que les Sources chrétiennes voient le jour. Voir Etienne Fouilloux, La collection « Sources chrétiennes ». Éditer les Pères au XXe siècle, Paris, Cerf, 1995.

70 Henri de Lubac, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Namur, Culture et Vérité, 1989, p. 28-29.

71 Ibid, p. 39.

72 Ibid., p. 41. En janvier 1944, la consulte de la Province jésuite de Lyon constate que si le livre du père Ravier a bien été retiré du commerce à la demande du Saint-Office, l’éditeur Spes a fait « quelques difficultés » (AFSI, mLy 174 consultes)

73 Philippe Rocher, « Les catholiques français en congrès pour l’École libre et l’enseignement chrétien », dans Claude Langlois et Christian Sorrel (éd.), Le catholicisme en congrès, Lyon, Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires no 8, 2009, p. 117-135.

74 Philippe Rocher, « De l’enseignement à l’éducation jésuite en région lyonnaise (1850-1950) », dans Etienne Fouilloux et Bernard Hours (dir.), Les jésuites à Lyon…, op. cit., p. 113-130 ; Philippe Rocher, « Un jésuite éducateur sans collège : Maurice Gounon (1915-1999) et les « Amis de Jeudi-dimanche » au service des « jeunes qui n’ont personne », Maurice Gounon, Lyon, AJD, 2005, p. 6-33.

75 Paul Foulquié, L’Église et l’École, CEP, Spes, 1947.

76 Hélène Lubienska de Lenval, La méthode Montessori, Esprit et technique, Spes, 1947, p. 100.

77 Ibid., p 102.

78 Ibid., p. 104.

79 Ibid., p. 106.

80 Ibid., p. 108.

81 Ibid., p. 109.

82 Bruno Poucet (dir.), La loi Debré, Paradoxes de l’État éducateur, Amiens, CRDP, 2001 ; Bruno Poucet, La liberté sous contrat, Une histoire de l’enseignement privé, Paris, Fabert, 2009.

83 Etienne Fouilloux, « L’Action populaire au temps de la reconstruction (1946-1958) », dans Les chrétiens français entre guerre d’Algérie et mai 1968, Parole et Silence, 2008, p. 219-241.

84 Dominique Avon et Philippe Rocher, Les jésuites et la société française, op. cit., p. 187-188. Le chroniqueur des questions d’éducation aux Études, Jean Rimaud, publie L’éducation direction de la croissance chez Aubier-Montaigne en 1946, ses articles repris des Études et de Construire de 1939 à 1946 et ses pages du Chef des Scouts de France entre 1933 et 1934.

85 AFSI, lettre de P. Bigo à A. Michelin, 27 août 1952.

86 Etienne Fouilloux, « L’Action populaire au temps de la reconstruction... », op. cit., p. 223.

87 AFSI, lettre de R Bigo à Alfred Michelin, 17 février 1958.

88 Fautivement orthographié « Bernaert ».

Table des illustrations

Titre Document I : Publications Spes : « une année d’effort », document publicitaire, année 1924.
Légende Sources : Archives des Jésuites de Vanves Cliché Philippe Rocher
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2794/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Document II : François Charmot, Une élite dans la jeunesse française, Une expérience de formation morale, Spes, 1925 (collection personnelle de Philippe Rocher)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2794/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Document III : Fiche promotionnelle pour l’ouvrage du père Charmot, L’humanisme et l’humain, Psychologie individuelle et sociale, Spes, 1934.
Légende Source : Collection personnelle Philippe Rocher (Cliché Philippe Rocher)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2794/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Document IV : Pierre Faure, L’École et la Cité, SPES, 1945, CEP.
Légende Source : collection personnelle et cliché Philippe Rocher
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2794/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Document V : Hélène Lubienska de Lenval, La méthode Montessori, Esprit et technique, Spes, 1947, CEP.
Légende Source : Médiathèque Recherche et patrimoine scolaire de l’IUFM Nord-Pas-de-Calais ; cliché Philippe Rocher
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2794/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search