Version classiqueVersion mobile

Éducation, Religion, Laïcité (xvie-xxe s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants

 | 
Jean-François Condette

Deuxième partie. Éducation, religions, laïcité: tensions et conflits

Hors de France

Le devenir belge des établissements secondaires jésuites de la province de Champagne (1901-1914)

Philippe Marchand

Texte intégral

  • 1 Titre III, articles 13-21. Rappelons que deux décrets du 22 mars 1880 avaient décidé l’expulsion de (...)
  • 2 Fondée le 3 décembre 1863 à la suite d’un partage de la province de Paris, la province de Champagne (...)
  • 3 Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles. Répertoire topo-b (...)
  • 4 G. Huville et P. Delattre, « Florennes : Le collège Saint-Jean Berchmans », Les établissements... o (...)
  • 5 15 rue Marcheron, 92 170 Vanves. Les archives de la province de Champagne seront citées AP Champagn (...)

1Au lendemain de la loi sur les associations (1er juillet 1901) interdisant aux congrégations non autorisées d’enseigner1, les jésuites de la province de Champagne2 doivent à nouveau se disperser. Soucieux de poursuivre leur mission éducative, ils décident alors de s’installer en Belgique où ils ouvrent trois collèges : le collège du Sacré-Coeur à Antoing, le collège Saint-Jean Berchmans à Florennes, le collège Notre-Dame du Tuquet à Mouscron. Ces trois établissements, qui fonctionnent jusqu’en 1914, ont fait l’objet de notices dans l’ouvrage dirigé par le Père Delattre, Les établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles3. Pour intéressantes qu’elles soient, elles s’attachent surtout à la description de l’histoire chronologique et institutionnelle de ces trois établissements plutôt qu’à leur fonctionnement social et pédagogique4. Or les très riches archives de la province de Champagne, conservées à Vanves5, permettent de questionner leur histoire en fonction des exigences actuelles de l’histoire de l’éducation. Après avoir rappelé les conditions d’installation puis les fonctions de ces trois collèges, notre étude portera sur la population scolaire et les résultats des élèves aux examens.

Le choix de la Belgique et l’installation des trois collèges

2La décision des Pères de la province de Champagne de s’installer en Belgique pour y ouvrir trois collèges est prise dès l’annonce des intentions du gouvernement Waldeck-Rousseau d’interdire aux congrégations non autorisées d’enseigner. Leur choix se porte sur trois localités : Antoing, Florennes et Mouscron. Pour quelles raisons ?

Le choix des trois implantations

  • 6 Sur Antoing, voir « Antoing » dans Hervé Hasquin, Raymond Van Uytven et Jean-Marie Duvosquel, Commu (...)
  • 7 Sur Florennes, voir Hervé Hasquin, op. cit., p. 491-492. Sur le domaine des Beaufort, Jacques Franç (...)
  • 8 AP Champagne F 602, Collège du Sacré-Cœur (Antoing), Propos du P. Herrengt, premier recteur du coll (...)
  • 9 AP Champagne F 602, Collège du Sacré-Cœur (Antoing), Prospectus 1911 ; AP Champagne 985, Collège Sa (...)
  • 10 On sait que la question de la fortune des ordres religieux faisait l’objet de supputations souvent (...)
  • 11 Dans son Histoire du château d’Antoing, le père Delattre, qui a été professeur au collège, ne dit m (...)
  • 12 Marthe Marie d’Haubersart, veuve de Raoul des Rotours, maire d’Avelin, conseiller général et député (...)
  • 13 J. François, Histoire des écoles de Florennes... op. cit.

3Pour les jésuites, plusieurs facteurs entrent en ligne de compte dans le choix des villes capables d’accueillir les établissements destinés aux élèves français. À Antoing, petite ville de 4 000 habitants, proche de Tournai, se trouve un château, propriété des princes de Ligne, situé au milieu d’un vaste parc et vide d’occupants pouvant accueillir le scolasticat universitaire de Lille6. À Florennes, gros bourg campagnard situé à 20 kilomètres au sud de Charleroi, un vaste domaine d’une superficie de 21 hectares, ancienne propriété des ducs de Beaufort, comprenant un modeste château, des bois, un verger, des prairies, est alors mis en vente7. Au Tuquet enfin, nom sous lequel on désigne un hameau de la commune de Mouscron, les Dames de Marie veulent se défaire d’une de leurs maisons. Il faut donc saisir ces occasions rapidement. Outre la présence de locaux disponibles, deux considérations amènent les jésuites à retenir ces trois villes. « Ces terres d’exil » tout d’abord sont proches de la France « terre natale » qu’on ne peut et qu’on ne doit pas oublier8. Antoing est à huit kilomètres de la frontière française. Seize kilomètres séparent Florennes de Givet. Enfin, Mouscron jouxte la frontière française et Roubaix. De plus, et les prospectus destinés aux parents le soulignent, ces trois localités sont bien desservies par les lignes de chemin de fer partant de Paris, Dijon, Amiens, Lille, Nancy vers Mons, Charleroi pour Florennes, Tournai pour Antoing et Tourcoing pour Le Tuquet. Des omnibus assurent l’acheminement des élèves entre les gares et les collèges9. Reste la question financière10. En ce qui concerne Antoing, on ignore tout des conditions consenties par les propriétaires du château pour sa location11. À Mouscron, les jésuites bénéficient d’un don fait par la baronne des Rotours pour l’achat de la maison délaissée par les Dames de Marie12. Pour Florennes, on sait que la valeur du domaine des Beaufort est volontairement sous-estimée par le notaire chargé de la vente qu’il veut réaliser à son profit. Une subtile manœuvre orchestrée par des habitants de Florennes favorables aux jésuites y fait obstacle et le 13 août 1901, jour de la Saint-Jean Berchmans, le domaine est vendu aux jésuites13. Guère adaptés à leur nouvelle destination, les locaux doivent être aménagés pour accueillir des classes, des études, des dortoirs, des lingeries, des chapelles... Le succès croissant des trois établissements est ensuite à l’origine de nombreux travaux.

Les fonctions des trois collèges

  • 14 Les jésuites conservent dans les trois collèges l’appellation traditionnelle rhétorique pour désign (...)
  • 15 Henri Dion, « Chronique d’Antoing », Hors de France, Antoing, numéro 11, janvier 1911, p. 234, « Pl (...)
  • 16 AP Champagne, F 602, Collège du Sacré-Cœur, F 602, Où conduit Antoing ?

4Au collège du Sacré-Coeur d’Antoing qui ouvre ses portes dès le 1er octobre 1901, la quelque dizaine de scolastiques venus avec les Pères est vite rejointe par une quarantaine d’élèves des classes préparatoires aux écoles de l’État (École centrale, Institut agronomique) jusque-là annexées au collège Saint-Joseph de Lille. Très rapidement, les Pères y ajoutent trois sections, la première préparant à la seconde partie du baccalauréat (série philosophie et série mathématiques), la seconde à la première partie (série latin-sciences) et la troisième à l’Institut catholique des arts et métiers (ICAM). En même temps, ils renoncent au scolasticat qui part s’installer à Florennes. Il n’y aura jamais à Antoing de classes en dessous de la rhétorique14 latin-sciences. Deux raisons expliquent ce choix. Les locaux s’avèrent très vite trop petits pour y ouvrir toutes les classes du cursus secondaire. Mais surtout, dans l’esprit du Père Herengt, premier recteur du collège, Antoing a pour vocation d’être un établissement d’excellence spécialisé dans la préparation au baccalauréat, et encore pas à toutes les séries, et aux grandes écoles, en particulier Centrale. Les élèves n’y viennent donc que pour un temps limité15. À la veille de la Première Guerre mondiale, cinq sections fonctionnent : rhétorique latin-sciences, philosophie, mathématiques élémentaires, mathématiques spéciales 1re année et mathématiques spéciales 2e année (préparation à Centrale). Si la préparation à l’École centrale reste « l’un des buts principaux d’Antoing », les élèves peuvent au cours des deux années de mathématiques spéciales passer d’autres concours : Agro, École des Hautes études industrielles de Lille, ICAM...16. Enfin, le cours de philosophie offre des conférences scientifiques réservées aux élèves venant d’établissements où ils ont suivi des classes littéraires et se destinant à des études scientifiques ce qui les amène à passer le baccalauréat série mathématiques élémentaires après celui de philosophie

  • 17 Ibid., F 100, Prospectus, 1904. Rappelons que les organisations catholiques, et en particulier l’Al (...)
  • 18 Ibid., F 1001, Lettre du recteur E Damade à Henri Chéron : « De la dernière réforme des études (il (...)
  • 19 Louis de Senilhes, « Éphémérides antoniennes », Hors de France, mai 1908, p. 113. Dans sa chronique (...)

5Comme les établissements secondaires français, les deux autres collèges réunissent les classes allant de la sixième, parfois même de la septième, à la terminale. Ils n’en présentent pas moins certaines spécificités. Voulant témoigner de sa fidélité « à la tradition classique et au but de l’enseignement secondaire qui est la formation générale de l’esprit »17, le collège Saint Jean Berchmans ne prépare pendant ses deux premières années d’existence que la première partie du baccalauréat série latin-grec18 et à la seconde partie série philosophie. En octobre 1906, à la demande de nombreuses familles, une préparation à la première partie série latin-langues vivantes est ouverte. Les Pères organisent aussi un cours facultatif de mathématiques dans la classe de philosophie permettant aux élèves se destinant aux grandes écoles scientifiques de s’inscrire à Antoing pour y préparer le baccalauréat de mathématiques élémentaires19. On notera aussi que dans leur attachement à l’humanisme classique, les Pères débutent l’enseignement du grec dès la sixième pour les élèves se destinant à la série latin-grec alors que dans l’enseignement secondaire public français son enseignement a été repoussé en quatrième en 1880.

  • 20 Sur cet établissement et l’incendie, voir P. Delattre, « Boulogne : Le collège Notre-Dame 1871-1907 (...)
  • 21 AP Champagne F 1097, Collège Notre-Dame, Le Tuquet, Annuaire 1908-1909.

6Utilisé d’abord pour l’accueil de Pères et de Frères âgés, de scolastiques de santé fragile et d’élèves en retard, le collège Notre-Dame voit son destin changer à partir de la rentrée de 1905-1906. La mise en application de la loi de Séparation de l’Église et de l’État provoque un premier afflux d’élèves dont les familles souhaitent un enseignement dirigé par des religieux. Mais c’est surtout l’incendie du pensionnat du collège Notre-Dame de Boulogne-sur-Mer en janvier 190720, à l’origine d’une arrivée massive d’élèves, qui décide les Pères à construire un vaste bâtiment ouvert en octobre 1908. Les élèves peuvent y suivre le cycle complet des études secondaires et y préparer la première partie du baccalauréat (série philosophie, séries latin-grec, latin-langues-vivantes, latin-sciences) et la seconde partie série philosophie21. Comme à Florennes, les élèves désirant s’engager dans une voie scientifique gagnent Antoing pour y préparer le baccalauréat de mathématiques élémentaires.

La population scolaire des trois collèges jésuites

  • 22 Ibid., F 602, Collège du Sacré-Cœur (Antoing) Prospectus, 1903. « À titre exceptionnel, l’École rec (...)

7Les trois établissements jésuites attirent rapidement une population scolaire croissante qui possède certaines caractéristiques sociales et géographiques spécifiques. La première condition de recrutement est d’être de nationalité française. Cette décision résulte d’un accord passé entre les autorités ecclésiastiques belges et les Pères pour éviter une concurrence avec les autres établissements religieux. Dans la notice consacrée au collège Notre-Dame Le Tuquet, le Père Delattre signale que l’évêque de Malines ne donne son autorisation aux travaux de construction du collège qu’à la condition qu’il ne reçoive aucun élève belge. Cette clause est soigneusement observée dans les collèges de Florennes et du Tuquet. En revanche, le collège d’Antoing accepte parfois, à titre exceptionnel, des enfants de familles belges qui habitent dans des communes voisines avec la qualité de demi-pensionnaires22.

Pesée globale des effectifs et évolutions annuelles

  • 23 AP Champagne F 622, Collège du Sacré-Cœur (Antoing), Inscription des élèves 1901-1914.
  • 24 Ibid., F 1003, Collège Saint-Jean Berchmans (Florennes), Répertoire des élèves 1902-1914.
  • 25 Ibid., F 1111, Collège Notre-Dame (Le Tuquet), Liste des élèves, Ordre des classes, 1903-1912.
  • 26 Ibid., F 623, Collège du Sacré-Cœur (Antoing), Liste d’élèves, 1901-1913.
  • 27 Louis de Senilhes, « Éphémérides antoniennes », op. cit.
  • 28 AP Champagne, F 1005, Collège Saint-Jean Berchmans (Florennes), Listes des élèves par classes, 1902 (...)
  • 29 AP Champagne, 2F 1111, Collège Notre-Dame (Le Tuquet), Liste des élèves, Ordre des classes, 1903-19 (...)

8Grâce à la conservation des registres qui fournissent la liste des élèves par classes, on peut suivre l’évolution des effectifs scolaires. C’est ainsi que 695 élèves sont inscrits à Antoing entre 1901 et 191423, 855 au collège de Florennes de 1902 à 191424 et 701 au collège du Tuquet de 1903 à 191225. De la lecture du tableau des effectifs du collège d’Antoing, on peut tirer plusieurs remarques26. Après avoir suivi une marche ascendante de 1901-1902 à 1906-1907, ils connaissent une légère baisse de 1907-1908 à 1909-1910 pour repartir fortement à la hausse en 1911-1912, puis retomber à nouveau à la veille de la Première Guerre mondiale ; Il faut aussi remarquer que, tout au long de la période, Antoing reste un petit établissement, les effectifs annuels ne dépassant jamais 90 élèves. La vocation du collège d’être un lieu de préparation à l’École centrale et au baccalauréat mathématiques élémentaires ne cesse de se confirmer pendant ses douze années d’existence. En témoigne le dédoublement de la section préparant à Centrale et ce propos d’un élève présentant le collège du Sacré-Cœur comme « l’asile des Mathématiques » ainsi que l’indique « la devise qui s’enroule autour de son écusson Semper linea recta »27. Le 1er octobre 1902, à l’ouverture des classes de Saint-Jean Berchmans, quarante-cinq élèves sont inscrits28. Ce chiffre augmente cependant rapidement. Dès le 1er octobre 1903, les élèves sont au nombre de 113. La croissance continue jusqu’à la rentrée scolaire 1907-1908 où 273 élèves sont présents. Dans les années qui suivent, les Pères de Florennes enregistrent une légère diminution de leurs effectifs qui se stabilisent autour de 250 élèves chaque année. La forte croissance d’élèves a pour conséquence le dédoublement de certaines classes, ainsi que l’ouverture d’une classe de septième à deux reprises. Au Tuquet, on observe une évolution similaire avec une nette croissance des effectifs qui, de 16 élèves en 1905-1906, passent à 82 en 1905-1906, puis à 125 au lendemain de l’arrivée massive des élèves du pensionnat Notre-Dame de Boulogne. Le maximum atteint en 1909-1910 est suivi d’une légère décroissance juste avant 191429.

Les effectifs du collège du Sacré-Cœur (Antoing) de 1901 à 1914

Les effectifs du collège du Sacré-Cœur (Antoing) de 1901 à 1914

* : section dédoublée

Les Effectifs du collège Saint-Jean Berchmans (Florennes) de 1902 à 1914

Les Effectifs du collège Saint-Jean Berchmans (Florennes) de 1902 à 1914

* : classe dédoublée

Les effectifs du Collège Notre-Dame (Le Tuquet) de 1903 à 1912

Les effectifs du Collège Notre-Dame (Le Tuquet) de 1903 à 1912

L’aire de rayonnement des collèges

9La documentation disponible dans les dossiers d’archives permet de connaître le lieu de la résidence familiale de 611 élèves du collège du Sacré-Cœur, de 725 élèves du collège Saint-Jean Berchmans et de 701 élèves du collège Notre-Dame. Il est alors important de pouvoir mesurer d’où viennent ces élèves et jusqu’où ces trois collèges exercent leur attraction sur le territoire national ? Peut-on saisir des similitudes ou des différences dans la distribution géographique des élèves entre les trois institutions ? On constate en fait la forte concentration du recrutement des trois établissements dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais mais avec des différences notables entre les trois institutions. Si nous prenons le collège Notre-Dame-Le Tuquet, la prépondérance des élèves originaire du Nord-Pas-de-Calais s’avère écrasante avec 525 élèves soit 74,5 % du total. Le département du Nord l’emporte avec 218 élèves, le Pas-de-Calais en fournissant 209 dont une bonne partie vient de Boulogne et du Boulonnais. Même s’il arrive loin derrière, il faut souligner le bon score de la Picardie fournissant 11 % des élèves dont beaucoup viennent du collège jésuite de la Providence (Amiens) comptant plus de 300 élèves en 1901. Du reste du territoire français n’arrive au Tuquet qu’une poignée d’élèves. Si le recrutement du collège Saint-Jean Berchmans a été dans sa première année réduit à la Bourgogne avec 42 élèves sur 45 originaires du collège Saint-Ignace de Dijon, la situation évolue rapidement. On relève toujours une forte concentration du recrutement dans le Nord-Pas-de-Calais, 18,9 % des élèves dont 195 pour le Nord et seulement 19 pour le Pas-de-Calais. Cette fois, le Nord-Pas-de-Calais est suivi de près par la Champagne-Ardennes (14,5 % des élèves). Arrivent un peu plus loin derrière la région parisienne (9,20 %), la Picardie (8,6 %), la Bourgogne (8,1 %) et la Lorraine (8,1 %). Au total, le recrutement de Florennes se fait donc dans le quart nord-est de la France. Le vivier du collège du Sacré-Cœur est lui aussi constitué par la région du Nord-Pas-de-Calais avec cette fois encore un net avantage pour le Nord (279 élèves) sur le Pas-de-Calais (78 élèves) soit 62,3 % du recrutement total. Comme pour Florennes, la région parisienne est aussi bien présente dans le recrutement d’Antoing avec 64 élèves soit 11,3 % dont la majeure partie vient préparer le concours d’entrée à Centrale.

Les origines sociales des élèves

  • 30 À Antoing, le coût de la pension s’élève à 1 200 francs par an pour les élèves de philosophie et de (...)

10Dans la plupart des cas, la documentation conservée ne dit rien de la profession des parents. De longues recherches pourraient être menées dans les registres de l’État-civil à partir des lieux de naissance mais leur ampleur dépasse le cadre de cet article. On a pu cependant identifier la profession de 252 pères d’élèves appartenant au collège d’Antoing. Précisons qu’il s’agit pour la plupart de pères qui résident dans les principales villes du département du Nord et dont la profession est mentionnée dans l’Annuaire Ravet-Anceau pour le département du Nord. Les autres sont des militaires dont le grade est toujours mentionné et des médecins qui semblent attachés à la mention de leur profession lors de l’inscription. Deux catégories socio-professionnelles dominent. C’est tout d’abord celle des fabricants et industriels avec 90 représentants dont 32 appartiennent au patronat textile de l’agglomération de Lille-Roubaix-Tourcoing. Arrivent derrière 61 représentants des professions libérales. Les médecins au nombre de 19 et les avocats au nombre de 15 sont les plus nombreux. En troisième position, on trouve les fonctionnaires. Ils sont 30, se répartissant entre 23 militaires dont le moins élevé en grade est commandant, 5 professeurs dont 3 sont professeurs des facultés catholiques de Lille et 3 inspecteurs des Eaux et Forêts. Viennent ensuite les propriétaires et propriétaires rentiers qui sont 29 pour la plupart titulaires de fonctions électives dans leurs communes de résidence et de la légion d’Honneur. Les négociants au nombre de 26 occupent la5e place suivis par les banquiers et agents de change qui sont 11. Enfin, on trouve deux modestes employés dont l’un est d’ailleurs sous les ordres d’un banquier dont les fils sont au collège d’Antoing. Au total, le recrutement se fait dans les couches supérieures de la société fidèles à certaines traditions éducatives et pouvant payer les frais qu’entraînent cette mise en pension30.

La distribution socio-professionnelle des pères d’élèves du collège du Sacré-Cœur d’Antoing

La distribution socio-professionnelle des pères d’élèves du collège du Sacré-Cœur d’Antoing

11Deux autres remarques s’imposent à la lecture des registres d’inscriptions. C’est tout d’abord la présence de nombreux « rejetons » de la vieille noblesse. Dans ce qui constitue un véritable Who’s who de cette vieille noblesse, citons à titre d’exemples relevés parmi les élèves du collège d’Antoing, les enfants du baron de Bretzel, du marquis de Dreux-Brézé, du vicomte de Bray, du général de Castelnau... C’est ensuite le constat d’un placement groupé des enfants d’une même famille : les Amblard, les Dion, les de Gaulle...

Former des chrétiens mais aussi préparer aux examens et concours

  • 31 Le contenu du projet éducatif et sa mise en œuvre seront développés dans d’autres contributions. On (...)
  • 32 En témoigne par exemple la place occupée par les passages consacrés à la période des examens dans l (...)

12Si le projet éducatif des Pères a pour objectif de former des chrétiens informés des questions modernes et profondément imprégnés de l’idéal patriotique31, la grande affaire reste l’examen du baccalauréat et les concours d’entrée aux grandes écoles32.

Craintes et stratégie des Pères

13« Quand une famille nous présente un enfant, je lui dis en premier lieu : réfléchissez. D’ici peu de temps, il se peut que les élèves de Florennes soient privés du droit de se présenter aux examens publics, grandes écoles ou simple baccalauréat. En nous donnant vos enfants vous l’exposez à se voir fermer les carrières de l’État ou même les carrières simplement libérales qui réclament un diplôme de docteur ou de licencié ». Cet avertissement du père Damade à un père d’élève souhaitant placer son fils au collège Saint-Jean Berchmans reflète la crainte des Pères de voir le gouvernement français refuser l’inscription de leurs élèves au baccalauréat et aux concours d’entrée dans les grandes écoles. Il n’en est rien cependant et toute liberté est laissée aux élèves des établissements jésuites situés à l’étranger de se présenter aux examens et concours français.

  • 33 Les jésuites de la province de Paris venus s’installer à Marneffe (Belgique) pour y ouvrir le collè (...)
  • 34 AP Champagne, F 825, Collège Saint-Jean Berchmans (Florennes), Examen du baccalauréat
  • 35 Parmi ces cinq cours, figure le cours Fontanes fondé et dirigé par Henri de Gaulle au lendemain de (...)
  • 36 Le Journal d’Henri Dion montre que quelques candidats se présentaient dans d’autres académies que P (...)

14Cependant, dans le climat d’affrontement né au lendemain de la loi sur les associations (1901), les Pères ne sont guère rassurés en particulier pour les demandes de dispenses d’âge au baccalauréat et pour l’oral de ce même examen. En effet, les demandes de dispenses d’âge doivent préciser le nom de l’établissement où le requérant fait ses études ainsi que les appréciations de ses professeurs. Et à l’oral du baccalauréat, les candidats peuvent depuis 1890 présenter un livret scolaire mentionnant le nom de l’établissement fréquenté et les appréciations des professeurs. Aussi leur semble-t-il préférable que leurs élèves n’apparaissent pas comme des élèves des jésuites. En conséquence, les jésuites des trois collèges décident d’une stratégie permettant de les présenter comme des élèves de cours privés parisiens et non comme des élèves de religieux interdits d’enseignement en France33. Cette stratégie est longuement explicitée dans un document manuscrit34. Elle repose sur une association avec cinq cours privés parisiens ouverts à Paris et donnant de plus un enseignement par correspondance35. Rangés dans la seconde catégorie, les élèves de nos trois collèges sont donc considérés « comme préparant l’examen et se faisant corriger des devoirs ». Ces cours font les démarches pour l’obtention des dispenses d’âge et établissent les livrets scolaires présentés à l’examen. Au terme de chaque trimestre, les directeurs et professeurs des cours parisiens reçoivent des devoirs notés accompagnés d’appréciations. Il ne leur reste plus qu’à établir les demandes de dispenses dûment motivées et les livrets scolaires. Ceux-ci sont remis aux candidats venus à Paris dans les jours précédant l’examen. On profite de leur venue pour les instruire des réponses à faire en cas de questions trop inquisitrices posées par des examinateurs soupçonneux. Toute la correspondance - devoirs, appréciations, demandes de dispense - doit être envoyée de France par les parents. Les frais occasionnés par l’établissement du livret scolaire devaient être réglés directement par les parents au cours privé, « cela déchargeant le collège de toute responsabilité »36.

Les résultats au baccalauréat et aux concours

15Le baccalauréat tout d’abord. Comme le montrent les tableaux ci dessous, on peut constater que dans la course à l’excellence, le collège Saint-Jean Berchmans arrive nettement en tête avec près de 80 % de reçus pour la série philosophie et 72,8 % de reçus pour la première partie (les deux séries latin-grec et latin-sciences confondues). Il est suivi par le collège Notre-Dame dont 77 % des candidats obtiennent le baccalauréat de philosophie et un peu plus de 50 % la première partie (les deux séries aussi confondues). Enfin, le collège du Sacré-Cœur s’avère moins performant, le taux global de réussite ne dépassant pas 60 % dans les séries mathématiques et philosophie, atteignant seulement 60 % pour la première partie.

Collège Saint-Jean Berchmans : résultats au baccalauréat de 1903-1904 à 1913-1914

Collège Saint-Jean Berchmans : résultats au baccalauréat de 1903-1904 à 1913-1914

Collège Notre-Dame : résultats au baccalauréat de 1906-1907 à 1912-1913

Collège Notre-Dame : résultats au baccalauréat de 1906-1907 à 1912-1913

Collège du Sacré-Cœur : résultats au baccalauréat de 1901-1902 à 1912-1913

Collège du Sacré-Cœur : résultats au baccalauréat de 1901-1902 à 1912-1913
  • 37 Les rapports établis pendant les années 1890-1900 donnent parfois les résultats du public et du pri (...)
  • 38 Paul Gerbod, « The baccalaureat and its role in the recruitment and formation of French elites in n (...)

16Pour prendre sens, ces résultats doivent faire l’objet de comparaisons. Les recherches entreprises pour les comparer avec les résultats enregistrés dans l’académie de Lille n’ont pas donné de résultats, les procès-verbaux des sessions de baccalauréat ne mentionnant pas le nom des établissements des candidats et les rapports des doyens ne faisant plus état pour notre période des résultats obtenus par les collèges et lycées publics et privé de l’académie37. Le seul élément dont nous disposons pour situer les performances des trois collèges jésuites belges est l’estimation du taux de réussite national pour la période 1840-1900. Ce taux se situe entre 39 et 46 %38. Nos trois collèges sont loin devant ce qui explique la satisfaction du Père Delattre. Si nous connaissons le nombre d’élèves présentés chaque année, il n’est pas toujours fait mention du nombre de reçus en ce qui concerne les concours d’entrée dans les grandes écoles. D’après le Père Delattre, de 1906 à 1911, sur les 22 élèves présentés au concours de l’Institut agronomique, 11 ont été reçus soit 50 %. Des 24 élèves présentés à Centrale, 17 furent admis soit 70 %.

  • 39 Leurs effectifs sont-ils comptabilisés dans les statistiques de l’enseignement secondaire privé ?

17En juillet 1914, les élèves quittèrent Antoing, Florennes et Le Tuquet les uns pour aller passer le baccalauréat ou un concours d’entrée aux grandes écoles, les autres pour rentrer chez eux aux lendemains de la distribution des prix. Ils ne devaient pas revenir en Belgique car les trois établissements ne devaient pas rouvrir au lendemain de la Première Guerre mondiale. Les quelques pages que nous leur consacrons n’épuisent guère le sujet. Elles sont un point de départ pour une histoire des établissements secondaires congréganistes partis s’établir à l’étranger au lendemain de la loi sur les associations. Cette histoire est encore mal connue. Or, installés hors de France, ces établissements n’en constituent pas moins une concurrence redoutable pour les établissements secondaires publics39. Ils témoignent aussi de la fidélité de familles à un modèle éducatif soucieux de former des chrétiens dans le respect de l’humanisme classique.

Annexes

Annexe I. Le relevé de notes et d’appréciations sur l’élève Henri Dion, juillet 1909

Il est scolarisé au collège du Sacré-Cœur d’Antoing (Belgique) mais ses notes ont été transmises au Cours Fontanes de Paris qui réalise un « faux bulletin », donnant l’illusion qu’il est bien scolarisé en France et suit les cours par correspondance. Source : Archives Jacqueline Dion, cliché Philippe Marchand.

Annexe II. Le château d’Antoing qui abrite le collège du Sacré-Cœur

Source : Philippe Marchand

Annexe III. Carte de l’espace géographique de recrutement des élèves du collège de Florennes

Source : Philippe Marchand

Annexe IV. Carte de l’espace géographique de recrutement des élèves du collège du Tuquet

Source : Philippe Marchand

Annexe V. Carte de l’espace géographique de recrutement des élèves du collège d’Antoing

Source : Philippe Marchand

Notes

1 Titre III, articles 13-21. Rappelons que deux décrets du 22 mars 1880 avaient décidé l’expulsion des jésuites et exigé des congrégations non autorisées qu’elles sollicitent dans un délai de trois mois une autorisation. Les jésuites quittèrent alors la France pour y revenir dans les années 1890 profitant d’une certaine tolérance de la part des autorités.

2 Fondée le 3 décembre 1863 à la suite d’un partage de la province de Paris, la province de Champagne regroupe les diocèses d’Amiens, d’Arras, de Cambrai, de Soissons, de Reims, de Verdun, de Metz, de Nancy, de Strasbourg, de Langres, de Dijon, de Sens et de Troyes et s’étend sur 16 départements. À la veille des décrets de 1880, la province de Champagne comprend cinq collèges : Amiens (594 élèves dont 360 pensionnaires), Boulogne (358 élèves dont 291 pensionnaires), Reims (289 élèves dont 173 pensionnaires), Dijon (186 externes) et Lille (509 externes). Dès 1886, des résidences se reconstituent et les Pères rentrent discrètement dans les collèges. En quelques années, la province de Champagne reconstitue un important réseau d’institutions éducatives avec les ouvertures à Lille du collège Saint-Louis de Gonzague (1884), d’un petit scolasticat universitaire (1885) et de l’Institut catholique des arts et métiers (ICAM, 1888), à Reims du collège Saint Stanislas, à Boulogne-sur-Mer du collège Saint-Joseph (1887) et à Saint-Dizier d’un collège (1887). D’autre part de nombreux Pères enseignent dans les collèges qu’ils ont quittés en 1889 et qui ont été remis à des sociétés civiles par exemple le collège Saint-Joseph à Lille, le collège Notre-Dame de Boulogne-sur-Mer.

3 Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles. Répertoire topo-bibliographique, Enghien-Wetteren, 4 volumes, 1949-1958.

4 G. Huville et P. Delattre, « Florennes : Le collège Saint-Jean Berchmans », Les établissements... op. cit., t. 3, col. 460-470 ; P. Delattre, « Antoing Le collège du Sacré-Cœur : 1901-1918 », Les établissements... op. cit., t. 1, col. 286-287 ; P. Delattre, « Le Tuquet, Collège Notre-Dame du Tuquet », Les établissements... op. cit., t. 3, col. 826-837.

5 15 rue Marcheron, 92 170 Vanves. Les archives de la province de Champagne seront citées AP Champagne suivies du nom du collège et de la cote. Je remercie le Père Bonfils de son accueil.

6 Sur Antoing, voir « Antoing » dans Hervé Hasquin, Raymond Van Uytven et Jean-Marie Duvosquel, Communes de Belgique : dictionnaire d’histoire et de géographie administrative, tome I : Wallonie, Crédit communal de Belgique, La Renaissance du Livre Ancien, 1942, p. 56-58 ; Sur le château d’Antoing, voir P. Delattre, Le château d’Antoing : esquisse historique, Bruxelles, Georges van Campenhout éditeur, s.d.

7 Sur Florennes, voir Hervé Hasquin, op. cit., p. 491-492. Sur le domaine des Beaufort, Jacques François, « Histoire des écoles de Florennes depuis les temps les temps anciens », Revue Florinas Chronique de la Société d’Histoire et d’Archéologie du Florennois, XXe-XXIIe année, 1982-1985, Acoz, 1985, p. 161-165.

8 AP Champagne F 602, Collège du Sacré-Cœur (Antoing), Propos du P. Herrengt, premier recteur du collège.

9 AP Champagne F 602, Collège du Sacré-Cœur (Antoing), Prospectus 1911 ; AP Champagne 985, Collège Saint-Jean Berchmans (Florennes), Prospectus manuscrit, s.d. Les deux prospectus donnent les horaires détaillés avec les correspondances. Les élèves peuvent être conduits par leurs parents mais les trois collèges proposent aussi un accompagnement depuis Paris pour Antoing et Le Tuquet, depuis les principales villes françaises pour Florennes.

10 On sait que la question de la fortune des ordres religieux faisait l’objet de supputations souvent sérieuses.

11 Dans son Histoire du château d’Antoing, le père Delattre, qui a été professeur au collège, ne dit mot des conditions faites aux jésuites.

12 Marthe Marie d’Haubersart, veuve de Raoul des Rotours, maire d’Avelin, conseiller général et député du Nord, décédé prématurément en 1900, fut à l’origine de la création de nombreuses sociétés civiles et religieuses.

13 J. François, Histoire des écoles de Florennes... op. cit.

14 Les jésuites conservent dans les trois collèges l’appellation traditionnelle rhétorique pour désigner la classe de première. À Florennes et au Tuquet, la classe de troisième continue de s’appeler humanités.

15 Henri Dion, « Chronique d’Antoing », Hors de France, Antoing, numéro 11, janvier 1911, p. 234, « Plus qu’ailleurs nous nous succédons avec rapidité, et la place de celui qui s’en va est aussitôt reprise. Nos aînés étaient ici hier, et nous voici, nous, les aînés d’aujourd’hui, sur leurs bancs et devant leurs tables, pour les mêmes travaux ».

16 AP Champagne, F 602, Collège du Sacré-Cœur, F 602, Où conduit Antoing ?

17 Ibid., F 100, Prospectus, 1904. Rappelons que les organisations catholiques, et en particulier l’Alliance des maisons d’éducation chrétienne mène le combat en faveur de l’humanisme classique.

18 Ibid., F 1001, Lettre du recteur E Damade à Henri Chéron : « De la dernière réforme des études (il s’agit de la réforme de 1902 dite réforme des cycles à l’origine de la création de quatre séries pour la première partie du baccalauréat : latin-grec, latin-langues, latin-sciences et sciences-langues, de deux séries, philosophie et mathématiques pour la deuxième partie), nous n’avons pris que la série latin-grec convaincu que même pour des colons, des agriculteurs, des industriels, la formation littéraire s’impose avant toute autre si on veut avoir des hommes de valeur complète. On les aura en remettant leur formation technique à la sortie du collège et en leur donnant ici une formation littéraire ».

19 Louis de Senilhes, « Éphémérides antoniennes », Hors de France, mai 1908, p. 113. Dans sa chronique consacrée en particulier à la rentrée scolaire, Louis de Sénilhes signale que le compartiment du train qui l’amène à Antoing est « plein d’élèves passés en bloc à l’école d’Antoing ».

20 Sur cet établissement et l’incendie, voir P. Delattre, « Boulogne : Le collège Notre-Dame 1871-1907 », Les établissements... op. cit., t. 1, col. 826-837.

21 AP Champagne F 1097, Collège Notre-Dame, Le Tuquet, Annuaire 1908-1909.

22 Ibid., F 602, Collège du Sacré-Cœur (Antoing) Prospectus, 1903. « À titre exceptionnel, l’École recevra comme demi-pensionnaires les enfants des familles habitant la région ».

23 AP Champagne F 622, Collège du Sacré-Cœur (Antoing), Inscription des élèves 1901-1914.

24 Ibid., F 1003, Collège Saint-Jean Berchmans (Florennes), Répertoire des élèves 1902-1914.

25 Ibid., F 1111, Collège Notre-Dame (Le Tuquet), Liste des élèves, Ordre des classes, 1903-1912.

26 Ibid., F 623, Collège du Sacré-Cœur (Antoing), Liste d’élèves, 1901-1913.

27 Louis de Senilhes, « Éphémérides antoniennes », op. cit.

28 AP Champagne, F 1005, Collège Saint-Jean Berchmans (Florennes), Listes des élèves par classes, 1902-1914.

29 AP Champagne, 2F 1111, Collège Notre-Dame (Le Tuquet), Liste des élèves, Ordre des classes, 1903-1912.

30 À Antoing, le coût de la pension s’élève à 1 200 francs par an pour les élèves de philosophie et de 1 400 francs pour les autres élèves. Répétitions particulières, fournitures de dessin et de laboratoire, frais de voyage, leçons d’art et d’agrément se paient à part : leçon d’escrime : 1 fr 25 ; leçon de gymnastique : 7 fr 50 par mois, leçon de piano : 2 francs la demi-heure, 1 fr 75 pour les autres instruments (AP Champagne, F 602, Prospectus, 1910, 1911). À Florennes, les Pères demandent 1 000 francs pour la pension. Pour le reste les conditions sont les mêmes qu’à Antoing (AP Champagne F 985, Prospectus).

31 Le contenu du projet éducatif et sa mise en œuvre seront développés dans d’autres contributions. On se permet déjà de renvoyer à Philippe Marchand, « Journal d’Henri Dion, élève du collège du Sacré-Cœur d’Antoing (1er mai 1908-13 juillet 1913) », Bulletin de la Commission historique du Nord, 2010, à paraître.

32 En témoigne par exemple la place occupée par les passages consacrés à la période des examens dans les « Éphémérides antoniennes » publiées dans Hors de France. Ils font souvent état des craintes des candidats à la veille de l’examen et de l’importance attachée aux résultats pour « la réputation d’Antoing ».

33 Les jésuites de la province de Paris venus s’installer à Marneffe (Belgique) pour y ouvrir le collège Saint-Joseph appliquent la même stratégie.

34 AP Champagne, F 825, Collège Saint-Jean Berchmans (Florennes), Examen du baccalauréat

35 Parmi ces cinq cours, figure le cours Fontanes fondé et dirigé par Henri de Gaulle au lendemain de la fermeture en 1905 du collège jésuite de l’immaculée Conception où il enseignait l’histoire, la philosophie et les mathématiques.

36 Le Journal d’Henri Dion montre que quelques candidats se présentaient dans d’autres académies que Paris. Ils étaient aussi considérés comme élèves de ces cours privés.

37 Les rapports établis pendant les années 1890-1900 donnent parfois les résultats du public et du privé dans un but de comparaison.

38 Paul Gerbod, « The baccalaureat and its role in the recruitment and formation of French elites in nineteenth century » dans Jolyon Howorth and Philipp. G Cerny, Elites in France, Origins, reproduction and power, Londres, Pinter, 1981, p. 46-56.

39 Leurs effectifs sont-ils comptabilisés dans les statistiques de l’enseignement secondaire privé ?

Table des illustrations

Titre Les effectifs du collège du Sacré-Cœur (Antoing) de 1901 à 1914
Légende * : section dédoublée
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Les Effectifs du collège Saint-Jean Berchmans (Florennes) de 1902 à 1914
Légende * : classe dédoublée
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Les effectifs du Collège Notre-Dame (Le Tuquet) de 1903 à 1912
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2793/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre La distribution socio-professionnelle des pères d’élèves du collège du Sacré-Cœur d’Antoing
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2793/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Collège Saint-Jean Berchmans : résultats au baccalauréat de 1903-1904 à 1913-1914
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2793/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Collège Notre-Dame : résultats au baccalauréat de 1906-1907 à 1912-1913
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2793/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Collège du Sacré-Cœur : résultats au baccalauréat de 1901-1902 à 1912-1913
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2793/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2793/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Source : Philippe Marchand
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2793/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Source : Philippe Marchand
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2793/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Source : Philippe Marchand
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2793/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Source : Philippe Marchand
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2793/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search