Version classiqueVersion mobile

Éducation, Religion, Laïcité (xvie-xxe s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants

 | 
Jean-François Condette

Deuxième partie. Éducation, religions, laïcité: tensions et conflits

Les deux « guerres » des manuels scolaires dans le Nord et le Pas-de-Calais (1882-1883 et 1908-1910)

Jean-François Condette

Texte intégral

  • 1 Journal officiel de la République française, Chambre des députés, Compte rendu in extenso des déba (...)

« Mieux vaut garder les vaches que fréquenter les écoles diaboliques [...]. Tous les enfants qui la fréquentent seront crevés (sic) avant l’âge de vingt ans [...]. On ne s’en tient pas là. La guerre contre les livres n’est qu’un prétexte [...]. Presque partout, c’est en faveur des écoles libres une campagne effrénée. Le prêtre ne craint pas d’aborder les enfants dans la rue, de circonvenir les parents à domicile, de multiplier sommations et menaces. La pression des riches et des hobereaux a raison des indécis ; l’école libre est imposée par le propriétaire ou l’employeur »1.

1Ainsi s’exprime, se référant à un rapport de l’inspecteur d’académie du Morbihan, le ministre Gaston Doumergue, le 18 janvier 1910 à la Chambre des députés alors que l’on discute du budget de l’Instruction publique. En réalité, depuis le 14 et jusqu’au 24 janvier, les débats se focalisent sur la question de l’école « neutre » et sur la seconde guerre des manuels, commencée depuis la Déclaration des cardinaux, archevêques et évêques de France du 12 septembre 1908 puis renforcée par la Lettre pastorale du 14 septembre 1909 qui a interdit 14 manuels. Une forte agitation règne à ce sujet dans plusieurs départements et de nombreux députés, dont Jean Jaurès et Maurice Barrés, viennent à la tribune, manuels à la main, pour démontrer soit les bienfaits de l’école laïque soit les méfaits de l’école « sans Dieu ». Cette guerre des manuels, qui marque les années 1908-1910, n’est cependant que la seconde du nom car une première agitation avait animé le monde scolaire juste après l’adoption de la loi du 28 mars 1882 instaurant l’obligation et la laïcisation des programmes, la Congrégation de l’Index n’hésitant pas à condamner, le 15 décembre 1882, quatre manuels d’instruction civique et morale. Les départements du Nord et du Pas-de-Calais, par l’importance de leur population et la densité de leur réseau d’écoles primaires, à la fois publiques et privées, mais aussi par le contraste entre certaines zones marquées par un net renouveau religieux et d’autres espaces profondément détachés de la religion, offrent un terrain de choix pour l’étude de ces conflits. Il faut alors repérer les caractéristiques principales de ces deux moments de tensions scolaires, tout en déterminant les facteurs qui permettent de les expliquer.

La première guerre des manuels (1882-1883) : un impact modéré

2Si l’agitation contre les réformes scolaires républicaines est importante dans les milieux conservateurs dès 1880, celle-ci se renforce en 1882-1883.

Rappel sur le contexte et sur les manuels incriminés

  • 2 Jacques Gadille, La pensée et l’action politiques des évêques français au début de la IIIe Républi (...)
  • 3 Louis Caperan, Histoire contemporaine de la laïcité française, tome II, La révolution scolaire, Pa (...)
  • 4 Archives nationales, F17 79 125-1, lutte contre la loi du 28 mars 1882, nombreux articles de l’Uni (...)
  • 5 Yves Deloye, École et citoyenneté. L’individualisme républicain de Jules Ferry à Vichy : controver (...)
  • 6 Louis Caperan, Histoire de la laïcité républicaine, tome III : La laïcité en marche, Paris, Nouvel (...)

3L’enjeu majeur de la querelle des manuels est celle de l’inculcation aux enfants de France de valeurs morales communes. Si, depuis des siècles, les cours de morale se fondaient sur les préceptes du catholicisme diffusés par le catéchisme fait en classe mais aussi par l’étude de l’histoire sainte et les liens multiples tissés entre l’École et l’Église, la loi du 28 mars 1882 marque une rupture fondamentale. Le contexte de la guerre des manuels est donc celui de relations très tendues entre l’épiscopat français et le régime républicain depuis « l’adoption de la législation sécularisant l’instruction primaire et la vie sociale »2. Plus que la loi sur la gratuité (16 mars 1881), c’est celle du 28 mars 1882 sur l’obligation et la laïcisation des programmes qui déclenche la colère des milieux catholiques. Face à « la révolution scolaire »3, la presse conservatrice, en particulier L’Univers, crie au scandale de « lois scélérates »4. Si, pour les républicains, il est urgent d’assurer la formation du citoyen qui se définit comme un individu conscient de ses droits et de ses devoirs, affirmant par là même un fort individualisme qui est fondé sur l’aptitude à se gouverner soi-même, à maîtriser ses passions pour s’affirmer comme un être raisonnable, il est tout aussi fondamental de dépasser cet individualisme en l’intégrant dans une dynamique commune, fondée sur la solidarité et le partage d’un certain nombre de valeurs permettant d’affirmer l’existence d’une communauté nationale. Pour le camp conservateur, cet individualisme républicain est un danger funeste qui détruit les communautés séculaires alors qu’il lui apparaît impossible de fonder une morale sans la présence de Dieu. Dès lors, la querelle oppose deux modèles d’intégration nationale. « Si le premier accorde le primat à l’individu et à la raison universelle, le second entend rappeler la faiblesse de l’homme et sa dépendance vis-à-vis de la communauté dans laquelle il vit. Si le premier fonde la citoyenneté républicaine sur l’apprentissage de la tolérance religieuse, le second considère que seule l’éducation religieuse – et prioritairement en France l’éducation catholique -, peut former des citoyens respectueux de l’ordre social et politique »5. À l’automne 1882, une question très concrète stimule l’opposition. L’enseignement religieux ayant été remplacé par l’instruction civique et morale, de nombreux manuels sont publiés6 dont plusieurs apparaissent aux catholiques comme ne respectant pas le pacte de neutralité.

  • 7 Paul Bert, L’instruction civique à l’école (Notions fondamentales, causeries du maître avec ses él (...)
  • 8 Ibid., titre de la leçon 1 du chapitre VII, p. 135 et suivantes.

4 Le manuel de Paul Bert, par exemple, L’instruction civique à l’école, ne cache pas son esprit militant, au service de l’idée républicaine et d’une laïcité combattante, la lutte contre les « superstitions » apparaissant dans de nombreux passages. Paul Bert (1833-1886), professeur de physiologie, député, ministre de l’Instruction publique du 14 novembre 1881 au 29 janvier 1882, laisse son nom à la loi du 9 août 1879 qui rend obligatoire pour chaque département l’entretien d’une école normale d’instituteurs mais aussi d’une école normale d’institutrices. Libre penseur, il est opposé à l’enseignement catholique et ne cesse de réclamer un enseignement républicain qui forme à la fois un patriote et un citoyen, accordant une place très importante à l’enseignement d’une morale qu’il détache de tout précepte religieux. Dans L’instruction civique à l’école7, Paul Bert place sciemment au début de l’ouvrage le service militaire et l’amour de la patrie (11 leçons) et ce n’est qu’ensuite qu’il présente les autres devoirs dont le paiement de l’impôt (9 leçons) avant de présenter la justice (6 leçons), l’ensemble des institutions (« Le parlement-la loi-le gouvernement », 10 leçons ; « État-Communes-Départements-Administration », 13 leçons) puis les droits et devoirs généraux du citoyen autour des notions de « Liberté, Égalité et Fraternité » (11 leçons). Le dernier chapitre, le plus conséquent (34 p.), s’intitule « La Révolution » (15 leçons) et revient sur cet événement fondateur qui libère les Français du joug de la monarchie mais aussi d’une Église toute-puissante. Il faudrait d’ailleurs ajouter à ce tableau des « bienfaits de la Révolution »8, qui décrit de manière noire la vie des Français sous l’Ancien Régime, opprimés par la coalition des puissants, l’annexe documentaire qui fournit aux élèves la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. L’avant-propos fixe les objectifs.

  • 9 Ibid., avant-propos, p. 5.

« Si en effet, nous devons d’abord, dans l’école, former des hommes et des femmes dont l’âme, fortement trempée, ne subordonne pas l’idée de la morale aux croyances religieuses, et qui puissent être moraux sans avoir été ou après avoir cessé d’être croyants, notre premier souci doit être ensuite d’y former des citoyens. Or c’est ce qu’on a complètement oublié dans notre système actuel d’enseignement [...]. Un bon élève connaîtra sur le bout des doigts le nom des douze tribus d’Israël et la règle des participes mais cet enfant, qui demain sera ou citoyen ou épouse de citoyen, à peine saurait-il que la France est une république, et ce que signifient les élections pour le Sénat, pour la Chambre des députés, pour les conseils départementaux et communaux [...] Une telle ignorance peut convenir à un régime despotique qui ne veut que brutalement ou hypocritement imposer ses volontés ; elle serait en contradiction flagrante avec un régime de liberté, de discussion et d’élections libres »9.

  • 10 Gabriel Compayré, Éléments d’éducation civique et morale, Paris, Garcet, Nisius et Cie Éditeurs, 1 (...)

5Le manuel de Gabriel Compayré, Éléments d’éducation civique et morale10, paru en 1880 et réédité dès 1881, insiste davantage sur les questions morales. En 1881, Gabriel Compayré (1843-1913) est professeur à la faculté des lettres de Toulouse mais aussi député du Tarn.

  • 11 Ibid., préface, p. V-VI.

« Le but de ce petit livre est de préparer, de former, dès l’école, le futur citoyen. L’instruction civique, déjà réclamée avec énergie par les assemblées de la Révolution, mais systématiquement, négligée par les gouvernements monarchiques, est un des premiers besoins d’une société républicaine [...]. Dans un pays qui se gouverne lui-même, où chaque individu participe librement par ses votes à la direction des affaires publiques, comment admettre que la majorité des citoyens, ceux qui ne fréquentent que l’école primaire, restent dans l’ignorance de leurs obligations politiques et sociales »11.

6La première partie est un abrégé des devoirs de l’enfant dans la famille et dans l’école. La seconde élargit l’horizon pour expliquer les avantages et les conditions de la vie sociale, la nature des droits civils, de la liberté, les obligations du patriote et du citoyen (« La société et la patrie »). La troisième partie est consacrée à l’exposition des devoirs de l’homme considéré soit comme individu, soit comme membre de la société humaine (« La nature humaine et la morale »). Dans la dernière partie, intitulée « La vie politique », Gabriel Compayré propose une initiation aux institutions, par l’examen de l’organisation administrative de la commune et du département, l’organisation politique de l’État et du gouvernement.

  • 12 Louis Caperan, Histoire de la laïcité républicaine, tome III..., op. cit., « La querelle des manue (...)
  • 13 Yves Deloye, École et citoyenneté. L’individualisme républicain..., op. cit., « Les guerres scolai (...)
  • 14 Archives nationales, F19 6088, décret de la Sacrée Congrégation de l’Index du 15 décembre 1882.

7Dans les milieux cléricaux, ces manuels apparaissent dangereux même s’ils servent aussi de prétexte pour en découdre avec le régime républicain. Vingt évêques saisissent la Sacrée Congrégation de l’Index qui émet par décret, le 15 décembre 1882, une condamnation contre quatre manuels12. Il s’agit des livres de Jules Steeg (Instruction morale et civique. L’Homme et le Citoyen), Gabriel Compayré (Éléments d’éducation civique et morale), Paul Bert (L’instruction civique à l’école) et Madame Henry Gréville (Instruction morale et civique des Jeunes filles)13. « En conséquence, que personne, de quelque grade et condition qu’il soit, n’ait l’audace d’éditer, de lire ou de garder les ouvrages précités en quelque lieu et langue que ce soit, mais que chacun soit tenu de les livrer à l’ordinaire des lieux ou aux inquisiteurs de la perversité hérétique, sous les peines édictées dans l’Index des livres défendus »14. L’Univers publie le décret les 10 et 11 janvier 1883. Le ministre de l’Instruction publique, qui est aussi celui des Cultes, Émile Flourens, interdit la lecture en chaire du décret. D’après la loi française en effet, la publication d’une bulle pontificale doit être autorisée par un décret pris en Conseil d’État. Malgré ce rappel, un certain nombre d’évêques le font connaître et rédigent des mandements que doivent lire les prêtres.

  • 15 Yves Deloye, École et citoyenneté..., op. cit., p. 218 (carte p. 219).
  • 16 Jacques Gadille, La pensée et l’action politiques des évêques français..., op. cit., p. 220-222.
  • 17 Bernard Ménager, La laïcisation des écoles communales dans le département du Nord (1879-1899), Lil (...)

8Dès lors, la guerre des manuels s’enclenche qui est parfois très dure débouchant sur des destructions d’ouvrages et des refus de sacrements. Mais au total, selon Yves Deloye, la mobilisation touche un peu moins de 6 % des communes françaises et ne débouche que rarement sur des incidents violents. Dans un nombre réduit de départements (Ariège, Doubs, Drôme, Gers, Gironde, Landes, Haute-Marne, Pyrénées-Orientales, Tarn, Var et Vosges), « les incidents se multiplient et entraînent une radicalisation du conflit »15. À l’inverse, une vingtaine de départements se tiennent à l’écart de toute agitation : la Somme, un grand Bassin Parisien jusqu’au Limousin, l’ouest de la façade méditerranéenne (Bouches-du-Rhône, Hérault, Gard, Vaucluse), quelques départements isolés (Alpes Maritimes, Hautes-Alpes). Ailleurs, dans la majorité des départements donc, des incidents isolés se produisent. Avec Annecy (Monseigneur Isoard), les diocèses où l’affaire prend le plus de développement sont ceux d’Albi, de Tulle et de Valence. Une grande partie de l’épiscopat témoigne cependant d’une « grande circonspection dans l’application du décret de l’Index »16. Les préfets transmettent quelque 2 000 demandes de suspension de traitement pour des ecclésiastiques dont 5 évêques. Après de délicates négociations avec le Saint-Siège, la circulaire du 30 juin 1883 signée Flourens, informe les évêques que l’effet des suspensions de traitement est différé, les invitant à se livrer avec l’administration à un réexamen des cas litigieux. Il y aura au total 250 suppressions de traitement environ17. La lettre de Jules Ferry aux instituteurs, le 17 novembre 1883, contribue ensuite à clarifier le positionnement des maîtres et à accentuer la politique d’apaisement.

La guerre des manuels n’a pas eu lieu ? Une faible agitation dans le Nord

  • 18 Archives départementales du Nord (désormais AD du Nord), 2 T 64, registre relié des procès-verbaux (...)
  • 19 AD du Nord, 2 T 64, conseil académique de Douai, séance du 23 novembre 1882.
  • 20 Bibliothèque municipale de Lille (désormais BM de Lille), Le Progrès du Nord du 2 février 1883.
  • 21 BM de Lille, Le progrès du Nord du 9 mars 1883.
  • 22 Ibid., Le Progrès du Nord, 2 novembre 1883.

9Les séances du conseil académique de Douai ne contiennent aucune allusion à des troubles18 et se concentrent, dans le respect des attributions statutaires du recteur depuis 1854, sur les enseignements secondaire et supérieur. Le recteur relève, dans la séance du 23 novembre 1882, que « la situation de l’enseignement primaire est généralement bonne. La nouvelle loi s’applique sans grande résistance »19. Il existe certes une agitation, décelable dès 1879 dans certaines communes, qui se renforce en 1881 et 1882, mais elle porte sur la condamnation des lois scolaires républicaines en général, non sur les manuels. Le Progrès du Nord, journal profondément républicain, et l’Écho du Nord, plus modéré, pourtant dépouillés en continu pour le second semestre 1882 et pour toute l’année 1883 ne font que peu de place à cette guerre des manuels et relatent très peu d’incidents. Le Progrès du Nord du 22 février 1883 rappelle les sanctions légales que l’État peut prendre contre les évêques qui agitent l’opinion20. Le journal répond aussi, de temps en temps, aux articles de la Vraie France, journal conservateur qui veut laisser croire que l’agitation est forte dans le Nord. À partir du dimanche 4 mars 1883 et jusqu’au 19 mars, le Progrès du Nord publie, par extraits, le manuel de Gabriel Compayré, Éléments d’éducation civique et morale, afin de montrer qu’il n’a rien de dangereux. Le Progrès du Nord du 9 mars 1883 se moque de la Congrégation de l’Index qui est « vieillie, démodée, fossile ». Les ouvrages incriminés n’ont qu’un défaut : « ils ont pour but de former des citoyens honnêtes et respectueux de toutes les libertés »21. Le journaliste rend alors hommage au bon sens du peuple nordiste qui n’entre pas dans le piège de la polémique. Le 2 novembre 1883, le journal critique l’archevêque de Cambrai, Monseigneur Duquesnay, qui a dénoncé la loi de 1882 comme étant une « satanique entreprise de l’école sans Dieu »22.

  • 23 Voir Bernard Ménager, La laïcisation des écoles communales..., op. cit., p. 76 et suivantes.
  • 24 Archives nationales, F17 9 125-1, La Vraie France du 1er avril 1882.
  • 25 L’Univers des 28 et 31 mars 1882.
  • 26 L’Univers du 24 avril 1882.
  • 27 Archives nationales, F17 9 125-1, Le Figaro du 14 juin 1882.
  • 28 Louis Caperan, Histoire contemporaine de la laïcité française, tome II, op. cit., p. 200 et suivan (...)

10En réalité, même si les sources sont peu bavardes, trois zones du département connaissent quelques incidents : la région lilloise, la Flandre et le Cambraisis23. Les catholiques de Lille se réunissent dès le 30 mars 1882 et publient une déclaration très dure contre la loi Ferry, la condamnant en principe et en pratique comme contraire à tous les droits « naturel, divin, politique, social ». Il ne saurait y avoir pour l’homme ni instruction complète ni éducation morale en dehors de Dieu, « qui est la raison dernière de toute science et le mobile de toute vertu, de sorte que l’école sans Dieu serait l’école du mensonge et de la perversion livrant l’homme à ses passions, à l’ignominie, à la convoitise et à la férocité, laissant sa vie sans frein dès lors qu’elle est sans la crainte des justices éternelles »24. On trouve alors dans la lutte le nouvel archevêque de Cambrai, Monseigneur Duquesnay, qui multiplie les réunions. À l’église Saint-Maurice, il stimule l’ardeur des 4 000 fidèles25. Une assemblée de plus de huit cents pères de famille se tient à Lille et applaudit à la conférence de Gustave Théry, l’éloquent défenseur des libertés religieuses, mais décide aussi de s’engager dans la lutte en assurant la promotion de l’Œuvre du denier des écoles libres, en créant aussi une caisse d’assurance pour indemniser les victimes de la résistance à la loi. Trois cents pères de famille, selon L’Univers, auraient refusé la loi26. Le Figaro du 14 juin 1882 relève qu’à Roubaix, « hier soir, M. Thellier de Poncheville, avocat à Valenciennes, a réalisé une conférence qui a rencontré un grand succès avec 3 000 personnes, au nom de l’Œuvre du denier des écoles catholiques »27. Le 25 juin, L’Univers relève qu’à Cambrai, le 25 juin, une assemblée générale du Denier des écoles catholiques a réuni 2 000 personnes. Ce vigoureux élan semble rapidement freiné par Paris mais aussi par « l’action modératrice de la nonciature »28. Les évêques sont appelés à davantage de modération et Monseigneur Duquesnay prend alors davantage de distance.

  • 29 BM de Lille, Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais 4 janvier 1883 et 10 janvier 1883 (pétitio (...)
  • 30 Ibid., 18 janvier 1883
  • 31 Ibid., 1er février 1883. Le journal mentionne les consignes et les combats de Monseigneur Isoard, (...)

11À Lille, l’agitation se fait plus tenace mais elle n’est pas menée par le clergé, la lutte étant surtout animée par les parents d’élèves. Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais, journal lié au parti catholique, ne mentionne pas d’incidents et focalise un temps son attention, en janvier, sur la décision républicaine de débaptiser la rue Notre-Dame en rue Gambetta29. Le 18 janvier, le journal mentionne que les édiles municipaux ont décroché les crucifix des écoles, façade de l’Esplanade30. Mais le journal, pour tenter d’activer la lutte, doit souvent décrire l’agitation qui règne dans d’autres diocèses31. L’offensive catholique commence le 25 février 1883 par un tract largement diffusé dans la ville et qui dénonce la présence du manuel de Gabriel Compayré dans trois écoles communales de Lille. Le tract dénonce alors ces « infects manuels par lesquels on veut corrompre l’âme de la France ».

  • 32 Ibid., Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais du 27 février 1883.

« Braves ouvriers ! Lorsqu’il y a un an, vos vrais amis vous disaient qu’avant peu, les écoles municipales de Lille deviendraient irréligieuses, beaucoup d’entre vous refusaient de le croire. Aujourd’hui, les faits confirment malheureusement ces prévisions. Les livres condamnés par le Pape [...] ont pénétré dans les écoles municipales et sont placés dans les mains de vos enfants. Deux surtout, le manuel de morale civique de Paul Bert et celui de Compayré, ont cours dans les écoles de Lille. Nous pouvons vous citer l’école de la rue du Long-Pot, dans la paroisse Notre-Dame de Fives. Dans cette école qui compte environ 500 garçons, chaque élève emporte chez lui, parmi ses livres classiques, le manuel Compayré [...]. Ce même manuel est dans les mains des élèves de l’école primaire supérieure de la rue du Lombard [...]. Dans d’autres écoles, on est plus prudent. On cherche à vous tromper. Beaucoup de maîtres retirent des mains des élèves les manuels condamnés ; d’autres plus habiles encore [...] en distillent la doctrine dans leurs leçons et leurs dictées »32.

  • 33 Le tract est publié dans Le Progrès du Nord du 28 février 1883.
  • 34 BM de Lille, Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais du 27 février 1883.
  • 35 Ibid., 10 mars 1883.
  • 36 Ibid., 11 mars 1883.
  • 37 Ibid., 17 mars 1883.
  • 38 Ibid., 1er avril 1883

12Il ne faut pas accepter que l’instituteur continue « l’empoisonnement de l’âme de vos enfants et s’il veut s’obstiner à pervertir le cœur de vos enfants, n’hésitez pas, retirez vos enfants des écoles municipales »33. Le propagateur précise l’objectif de la fronde. « Il s’est déjà fait un vide considérable dans les écoles communales depuis que les maîtres chrétiens en ont été chassés. Et si l’autorité académique ne renonce pas à ces infects manuels [...], les écoles seront mises en interdit par la grande majorité des familles »34. L’écho rencontré par cet appel demeure finalement assez faible. Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais continue en mars et en avril à stigmatiser ces écoles. Le samedi 10 mars 1883, le journal relève que « les manuels condamnés continuent d’être en usage dans l’école primaire supérieure de la rue du Lombard, à l’école de la rue Saint-Sébastien et à l’école de la rue du Long-Pot à Fives »35. Le 11 mars, le journal insiste sur le fait que « les masques sont enfin tombés » et que, par l’usage de ces manuels, « la guerre à la religion est déclarée »36. Le 17 mars, le journal signale toujours les trois écoles précédemment citées mais aussi les écoles des rues Notre-Dame et d’Artois où les enseignants prennent leurs dictées dans ces manuels37. Le 1er avril 1883, le journal continue sa dénonciation et ajoute d’autres écoles lilloises38.

  • 39 BM de Lille, Le Progrès du Nord du 11 mars 1883.
  • 40 AD du Nord, 1 T 68-1, tract « Amis », avril-mai 1883, demi-feuille A4, recto-verso.
  • 41 BM de Lille, Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais du 15 juin 1883.
  • 42 Bernard Ménager, La laïcisation des écoles communales… op. cit., p. 80.

13 Le Progrès du Nord relève le défi : « Envoyez vos enfants dans les écoles communales ; on enseigne avec les manuels d’instruction civique condamnés par le Pape. Vos enfants seront garantis contre la corruption cléricale »39. Un tract est distribué aux élèves et à leurs parents en avril-mai 1883, composé d’un feuillet recto-verso, et qui est un extrait de la Semaine religieuse du diocèse de Cambrai intitulé « Amis »40. Il fait appel au sens moral des familles pour dénoncer la morale républicaine véhiculée par l’école, en particulier en ce qui concerne le mariage civil et le concubinage qui font que les hommes vivent comme « des bêtes ». On va cependant prêcher le mariage civil dans les manuels. « Le pape a condamné ces livres, c’est-à-dire qu’il a défendu sous peine de péché mortel de les lire et même de les conserver ». Le gouvernement n’a rien fait pour les retirer et a même traduit devant le Conseil d’État les évêques et les prêtres qui ont lu le décret de l’Index, prononçant de nombreuses suppressions de traitement. « Comment expliquer que, dans un pays catholique, le gouvernement, après avoir rendu l’école obligatoire pour tous, y fasse enseigner des choses contraires à la religion [...]. Il serait facile de répondre à cette question. Mais pour cela, il faudrait parler de la franc-maçonnerie, dire ce que c’est, ce qu’elle veut [...] et voir la haute puissance qu’elle a su prendre dans le gouvernement de la République ». Les parents doivent retirer leurs enfants des écoles sans Dieu si c’est possible. Il faut sinon faire pression sur les maîtres et les maîtresses pour qu’ils retirent les mauvais livres. La lutte se poursuit jusqu’en juin 1883 et l’épisode le plus marquant se produit à l’école de la rue du Long-Pot-de-Fives, dans le collimateur du camp clérical depuis février. Certains enfants refusent de lire dans le manuel Compayré malgré l’intervention de l’inspecteur primaire et deux classes entrent en rébellion41. Le curé confisque les manuels Compayré mais l’instituteur somme les enfants et leurs familles de lui rendre les ouvrages. Des enfants quittent alors l’école communale pour aller chez les Frères, le curé exerçant de multiples pressions sur les familles. Un père écrit à l’instituteur : « Mon fils ne peut plus venir en classe jusqu’après la communion, où bien il serait renvoyé du catéchisme au rapport de l’instruction civique et morale »42.

  • 43 BM de Lille, Le Phare de Dunkerque, 10 mars 1883.
  • 44 BM de Lille, Le Libéral de Cambrai du 4 avril 1883
  • 45 BM de Lille, Le Progrès du Nord du 30 mai 1883.
  • 46 BM de Lille, Le Libéral de Cambrai du 25 avril 1883.
  • 47 AD du Nord, 1 T 68-1, lettre de l’inspecteur primaire d’Hazebrouck du 21 avril 1883.
  • 48 BM de Lille, Le Phare de Dunkerque du 10 mars 1883.
  • 49 AD du Nord, L’Émancipateur du 30 avril 1883 et Le Libéral de Cambrai du 11 avril 1883.
  • 50 BM de Lille, Le Phare de Dunkerque du samedi 10 mars 1883.
  • 51 BM de Lille, Le Phare de Dunkerque du samedi 3 novembre 1883.

14Des incidents sont aussi signalés à Coudekerque-Branche43, à Eswars44, à Hallennes-les-Haubourdin où des manuels sont détruits45. À Nieppe et à Ramillies46, le prêtre saisit les manuels et les fait enfermer. Les commissions scolaires exigent cependant que ces manuels achetés par les communes soient restitués ou remboursés. L’inspecteur primaire d’Hazebrouck écrit le 21 avril 1883 à l’inspecteur d’académie pour lui signaler que : « Monsieur l’instituteur de Nieppe, commune de Renescure, m’informe que Monsieur le Curé de ce hameau, s’est fait remettre par les élèves plusieurs exemplaires du manuel d’instruction civique de Compayré. On ne peut admettre que Monsieur le curé, en s’emparant des ouvrages employés dans l’école, entrave l’enseignement d’une matière que la loi du 28 mars 1882 a rendu obligatoire »47. L’instituteur de Coudekerque-Branche se plaint que le curé fasse promettre aux enfants de lui désobéir s’il ose utiliser le manuel48. À Naves, le désordre va plus loin. À l’école des filles les élèves refusent de faire certaines dictées et le maire doit venir en classe avec son écharpe municipale pour contraindre les enfants à l’obéissance49. Le Phare de Dunkerque du 10 mars 1883 se moque de la Congrégation de l’Index et de son « monopole de la vérité même quand elle condamne Galilée » mais relève aussi que les cléricaux « mènent cette violente campagne contre l’enseignement laïque au nom des droits de la famille [...]. Quelques membres du clergé de Dunkerque ne pouvaient rester étrangers à ce mouvement d’hostilité contre nos institutions républicaines ». À Coudekerque-Branche, l’abbé a fait apporter le manuel Compayré par les enfants de la première communion et l’a brûlé. Parmi ces livres brûlés, il « s’en est trouvé appartenant à la commune » et payés par elle afin de les prêter aux indigents. Le maire a exigé leur remboursement ce qui a été fait. Mais le prêtre continue la lutte. « Il fait la chasse aux livres dans les familles. [...]. Ce qui est plus grave, c’est qu’il pousse les parents à se rebeller contre la loi sur l’obligation en disant qu’il est préférable de tenir leurs enfants chez eux plutôt que de leur laisser commettre un pêché mortel en lisant ce livre en classe »50. Le même journal du 3 novembre 1883 relève dans plusieurs communes de l’arrondissement de Dunkerque, des prêches enflammés contre « les communards et pétroleurs des écoles officielles qui sont des écoles de corruption »51.

  • 52 BM de Lille, L’Écho du Nord du 18 mai 1883.

15Les tensions apparaissent cependant quitter très vite le seul champ des manuels et l’action dans le Nord se fait plus large, par la dénonciation des lois scolaires républicaines en général. Le vendredi 18 mai 1883, l’Écho du Nord relève que « le parti clérical continue à entraver dans la mesure du possible, l’accomplissement des mesures prescrites par la loi d’obligation de l’enseignement primaire ». Un avocat de Roubaix, M. Ruffefert, à qui la mairie avait adressé le bulletin destiné à recevoir l’adresse des établissements fréquentés par ses enfants (contrôle de l’obligation scolaire) a cru devoir renvoyer le billet avec la mention : « cela ne regarde pas Monsieur le maire ». Diverses tensions s’en sont suivies52. Des crispations locales, réelles mais finalement peu nombreuses, se produisent encore à la rentrée d’octobre 1883 mais les choses se calment rapidement, la lettre de Jules Ferry aux instituteurs du 23 novembre 1883 affirmant la volonté absolue de ne « choquer personne ». Dès lors quand s’achève cette première guerre des manuels, aucune sanction n’a été prise contre les ecclésiastiques engagés dans la lutte au sein du département du Nord.

Une lutte également modérée dans le Pas-de-Calais

  • 53 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d (...)

16Dans le département voisin, la lutte n’apparaît pas très vive non plus, même si l’on assiste en profondeur, à partir du milieu du XIXe siècle à un « renouvellement du catholicisme populaire »53. Les mesures de laïcisation choquent une partie de l’opinion mais la mobilisation des catholiques contre « l’école sans Dieu » se fait constructive par la création d’écoles libres. En août 1882 se constitue à Arras un Comité pour la défense de la liberté de l’enseignement alors que le cours normal de Dohem devient le lieu de formation des seuls maîtres des écoles libres après la construction de l’école normale de garçons puis de celle des filles à Arras en 1883. Dans beaucoup de communes rurales, le climat demeure paisible et le maître ou la maîtresse continue de servir de chantre et d’organiste à l’église, tout en utilisant des manuels anciens pour faire la classe. Intellectuel qui aime peu se mêler à la vie du monde, l’évêque d’Arras, Guillaume Meignan, prêche la modération. Dans la querelle des manuels, il demande aux curés de lui signaler les faits portant atteinte à la neutralité scolaire et joue l’apaisement. L’évêque d’Arras a compris que la politique républicaine de laïcisation allait exiger un travail bien plus important du clergé en matière d’instruction religieuse. Le catéchisme, l’histoire sainte, l’Évangile, le chant, la lecture sainte et la préparation au culte, abandonnés par l’instituteur, reviennent au prêtre qui doit se charger de ces missions fondamentales.

  • 54 Voir Camille Dhérent, « La guerre des manuels scolaires dans le Pas-de-Calais », Eulalie, 1998-1, (...)
  • 55 Archives départementales du Pas-de-Calais, V 217, cité par Camille Dhérent, « La guerre des manuel (...)
  • 56 AD du Pas-de-Calais, V 20/396, lettre de l’évêque d’Arras, Monseigneur Meignan, au préfet, 17 févr (...)
  • 57 BM de Lille, Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais du 4 février 1883.
  • 58 Ibid., 25 février 1883. (voir aussi celui du 18 mars 1883).
  • 59 Archives nationales, F17 11 652, lettre du recteur au ministre, 17 septembre 1883.

17Avant la loi de mars 1882, des incidents avaient déjà éclaté dans certaines communes lorsque le maire avait voulu procéder à la laïcisation de l’école publique. En 1878 par exemple, l’instituteur de Fontaine-les-Boulans, qui a créé une bibliothèque scolaire, se voit condamné, lors du prêche du dimanche pour avoir introduit « le poison, la peste même dans la paroisse parce que tous ces livres envoyés par l’Université sont écrits sous l’inspiration du démon et qu’il faut être républicain pour oser entreprendre une œuvre aussi abominable »54. À partir de la rentrée d’octobre 1882, les incidents se font plus nombreux. À Rumilly, l’instituteur compte sur l’appui de son inspecteur primaire, dans le conflit qui l’oppose au curé au sujet des livres de prix remis aux élèves par la commune et dans lesquels on trouve le manuel de Paul Bert. « Monsieur le Curé est décidé à renvoyer du catéchisme et de la première communion, tous les enfants qui garderont le livre et les parents ne recevront pas l’absolution aux prochaines Pâques. Il a décidé de faire un autodafé aux vêpres, comme en plein Moyen Âge »55. L’évêque d’Arras, Monseigneur Meignan se plaint au préfet, dans une lettre du 17 février 1883, de « l’introduction dans les écoles de livres manuels notoirement hostiles à la religion [...]. Est-ce que vous pensez que le caractère de neutralité [...] n’est pas méconnu par l’introduction officielle et l’obligation des dits manuels pour les enfants ? »56. Des tensions sont signalées en février 1883 à Renty, à Beaumont, à Rumilly et à Wailly-les-Arras. Il semble cependant que, bien souvent, les pressions soient finalement assez peu efficaces. Le propagateur du Nord et du Pas-de-Calais relève le 4 février 1883 que deux institutrices du Portel ont été réprimandées par le préfet pour avoir donné congé aux élèves le 26 décembre. L’instituteur de Baincthun a été révoqué qui, au lieu d’enseigner le français, faisait réciter le catéchisme et enseignait encore la morale religieuse57. Le 25 février, le journal note qu’à Aire-sur-la-Lys, des frères et des sœurs ont été frappés d’une réprimande car ils continuaient à enseigner le catéchisme à l’école mais en dehors des heures de classe58. Le recteur d’académie note le 17 septembre 1883 que dans le Pas-de-Calais, « aucun manuel n’a été mis entre les mains des enfants des écoles »59 et que cela ne sera fait que pour la rentrée de 1884 au mieux. On a ici, dans un département connu pour sa vitalité religieuse, à la fois la reconnaissance du poids des réalités, à savoir la lenteur mise par les écoles primaires pour changer de manuels, mais aussi certainement l’aveu d’un choix concerté de prudence, sorte d’autocensure des autorités administratives de l’Instruction publique, afin d’éviter que ne se développe cette guerre des manuels.

La seconde guerre des manuels (1908-1910) : des tensions plus vives

18Dans les premières années du XXe siècle, un certain nombre de manuels deviennent plus militants et s’affirment plus pacifistes et plus nettement laïcistes, diffusant une vision très négative, non seulement des combats de l’Église sous l’Ancien Régime, mais aussi des « superstitions religieuses ». Dans le contexte nouveau de la Séparation de l’Église et de l’État qui libère le clergé de son ancienne tutelle, en lien aussi avec les séquelles des conflits nés de la lutte contre les congrégations entre 1902 et 1905, la question des manuels ressurgit.

Le contexte idéologique et pédagogique

  • 60 Yves Lequin (dir.), Jean Bauberot, Guy Gauthier, Louis Legrand et Pierre Ognier, Histoire de la la (...)
  • 61 Voir André Lanfrey, Sécularisation ; séparation et guerre scolaire. Les catholiques français et l’ (...)
  • 62 Jacqueline Lalouette, La séparation des Églises et de l’État : Genèse et développement d’une idée (...)
  • 63 Christian Amalvi, « Les guerres des manuels autour de l’école primaire en France (1899-1914) », Re (...)
  • 64 Voir Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940 : tome III : le rect (...)
  • 65 Jules Payot, Cours de morale, Paris, Armand Colin, 1904, 236 p.

19Le contexte de cette seconde « guerre des manuels est bien celui des « séquelles » du moment Combes. Après une période de relatif apaisement60 dans les relations entre l’Église et le régime républicain entre 1890 et 1900, les tensions reprennent. L’application rigoriste, après la victoire des radicaux et radicaux-socialistes en 1902, de la loi sur les associations du 1er juillet 1901 en ce qui concerne les congrégations, la loi du 7 juillet 1904 qui interdit aux congrégations d’enseigner, puis la loi de séparation des Églises et l’État du 9 décembre 1905, changent fondamentalement la donne61. Les écoles congréganistes ferment, beaucoup de frères et de sœurs abandonnant la vie communautaire pour séculariser leurs écoles. La guerre scolaire est relancée et le camp catholique multiplie les créations d’écoles libres, tout en attaquant l’école sans Dieu, le clergé retrouvant aussi sa totale liberté de parole avec la fin du Concordat62. Dans le même temps, l’évolution idéologique de nombreux instituteurs vers la Gauche, leur intégration pour certains dans le mouvement socialiste, les font adopter une attitude plus dure envers la religion. Dès lors, certains manuels qui paraissent à partir de 1902, affichent une laïcité « ferme et exigeante qui stigmatise longuement tous les fanatiques, tous les intolérants de l’histoire et les catholiques en particulier »63. L’un des manuels de morale les plus contestés est celui du recteur Jules Payot (1859-1940). Auteur à succès de livres pédagogiques pour les maîtres et maîtresses du primaire et d’ouvrages de philosophie de l’éducation64, Jules Payot exerce, par ses livres, mais aussi par la direction d’une revue pédagogique, le Volume, une forte influence sur le monde éducatif. En 1904, il publie un ouvrage pour les maîtres du primaire, les enseignants du secondaire, les écoles normales, les étudiants et les pères de famille. Ce Cours de morale connaît six éditions en quatre ans65. La préface signale :

« Ce qui manque à l’école laïque, c’est un enseignement moral indépendant, non pas seulement de tout dogme mais de l’état d’esprit qui résulte de longues traditions confessionnelles : l’enseignement moral n’est pas laïcisé. Aussi les cours en usage ne sont-ils qu’une prédication au nom d’un devoir qu’on accepte sans l’établir : simple démarquage des morales religieuses, cet enseignement ordonne mais ne démontre pas. Fais ceci ! Fais cela ! Pourquoi ? Fais, ne raisonne pas ! ».

  • 66 Les fondements scientifiques de la morale (p. 7-34) ; Les devoirs envers soi-même (p. 35-99) ; Les (...)
  • 67 Ibid., p. 26.

20Il s’agit pour Jules Payot, en cinq parties66, de proposer une morale déconfessionnalisée, reposant sur l’éducation de la volonté et sur l’usage de la raison critique tout en affirmant la nécessité de la paix et de la solidarité entre les hommes. « Obéir à la raison, n’obéir qu’à elle, c’est être libre »67. La cinquième partie, en particulier, aborde la question des croyances religieuses. Jules Payot relève que « la crédulité est l’état naturel de l’intelligence non disciplinée par les méthodes scientifiques » et en vient ensuite à Confucius, à Bouddha, au christianisme et à Mahomet, exerçant une analyse critique de leurs messages. Ceux qui s’affirment comme les interprètes de Dieu ont toujours été des persécuteurs. « Aujourd’hui, nous avouons notre ignorance totale concernant une vie de l’âme après la mort : libre à chacun d’y croire et d’imaginer une survie telle qu’il l’espère ; mais nul, au nom de cette espérance, ne peut plus imposer ni ses terreurs ni ses croyances ».

  • 68 Jules Payot, La morale à l’École, Paris, Armand Colin (1907), réédition 1924, 256 p.
  • 69 Ibid., préface, p. III.

21En 1907, Jules Payot publie ensuite le manuel destiné aux élèves, La morale à l’École68. On y retrouve, en sept chapitres, l’ensemble des préceptes du manuel de 1904. « Ce petit livre de morale n’est pas un recueil de sermons abstraits. L’auteur a voulu donner aux enfants un secours efficace au milieu des difficultés de la vie. Il a constamment fait effort pour se mettre en face des réalités »69. Le plan adopté est identique, avec l’apparition d’illustrations et d’exemples plus facilement compréhensibles. Le dernier chapitre fait lui aussi le point sur les questions philosophiques et religieuses.

  • 70 Ibid., p. 231.

« Aucune croyance sur Dieu, sur l’origine du monde, sur l’origine et la destinée de l’homme n’est acceptée par tous ceux qui pensent : nous ne pouvons faire sur ces questions que des suppositions. Trois grandes religions se partagent la majorité des hommes : la religion des Bouddhistes, celle des Chrétiens, celle des Mahométans. Ces trois religions ne sont d’accord sur aucun dogme. [...]. Cela prouve que personne ne connaît toute la vérité »70.

22Dès lors, il ne faut persécuter personne pour ses croyances et chacun doit être libre de croire ou de ne pas croire. La réalisation d’une cité fraternelle passe par la tolérance.

  • 71 Sur l’Affaire Morizot, voir Yves Lequin (dir.), Jean Bauberot, Guy Gauthier, Louis Legrand et Pier (...)

23C’est dans ce contexte que se place l’intervention de l’Épiscopat français qui déclenche la seconde guerre des manuels, alors que l’on s’approche aussi des élections législatives d’avril et mai 1910. De nombreuses plaintes de parents commencent à s’élever contre les atteintes à la neutralité scolaire alors que le monde politique se divise, en 1907-1908, sur « l’Affaire Morizot »71. La circulaire du ministre de l’Instruction publique aux inspecteurs d’académie, le 4 avril 1908, relève :

  • 72 Archives nationales, F17 9 125-3, circulaire du ministre de l’Instruction publique aux inspecteurs (...)

« Mon attention a été appelée à maintes reprises depuis quelques mois, sur la campagne dirigée par certains membres du clergé et par diverses associations, notamment par l’Association dite des pères de famille, contre l’école laïque et contre les instituteurs. Sous prétexte de surveiller l’enseignement [...], ces ecclésiastiques et ces associations prétentent mettre en interdit les livres classiques approuvés par les commissions scolaires, susciter de véritables grèves de l’école, proscrire l’enseignement de quelques-unes des matières obligatoires inscrites dans la loi »72.

  • 73 Andrey Lanfrey, Sécularisation ; séparation et guerre scolaire..., op. cit., p. 312 et suivantes.
  • 74 Archives nationales, F17 9 125-3, lettre pastorale des cardinaux, archevêques et évêques de France (...)

24Devant la multiplication des affaires, Gaston Doumergue dépose, les 23 et 30 juin 1908, deux projets de lois, l’un pour protéger les instituteurs, l’État se portant garant de leur défense dans leurs pratiques pédagogiques, l’autre voulant sanctionner davantage les parents qui incitent à l’absentéisme scolaire. La « Déclaration des Cardinaux, Archevêques et Évêques de France aux Pères de famille de leur pays »73, publiée le 12 septembre 1908 dans la presse catholique, est lue en chaire le dimanche 20 septembre 1908. Elle rappelle la promesse de stricte neutralité de l’école contenue dans la loi Ferry et émet de multiples doutes sur son application. Dès que la possibilité existe, il vaut mieux placer son enfant dans une école catholique. La seconde intervention épiscopale prend ensuite la forme d’un texte de combat. Le 28 septembre 1909, La Croix publie la lettre pastorale du 14 septembre, signée par l’ensemble des cardinaux, archevêques et évêques de France, lettre qui doit être lue dans les églises le premier dimanche d’octobre. On y trouve une condamnation ferme du principe de la neutralité religieuse, « principe faux en lui-même et désastreux dans ses conséquences »74. Cette lettre fait un devoir rigoureux aux catholiques d’envoyer leurs enfants à l’école chrétienne partout où elle existe. Dans les communes sans école libre, les pères de famille ont le devoir de surveiller l’école publique. Une liste de quatorze manuels condamnés est dressée qui comprend surtout des ouvrages d’histoire (Histoire de France de Gauthier et Deschamps, Histoire de France de Brossolette, Histoire de France d’Aulard et Debidour, etc.) et de morale (Leçons de morale d’Albert Bayet, Cours de morale, La morale à l’école de Jules Payot, etc.). Le ministre écrit aux inspecteurs d’académie, le 23 octobre 1909 :

  • 75 Archives nationales, F17 9 125-3, circulaire du ministre aux inspecteurs d’académie, 23 octobre 19 (...)

« Plusieurs de vos collègues ont appelé mon attention depuis la publication de la Lettre des évêques sur la mise en demeure adressée par les membres du clergé ou pères des associations de pères de famille, aux instituteurs, d’avoir à retirer de nos écoles les livres de classe visés par cette lettre. Il ne vous échappera pas que des injonctions de ce genre, émanées d’une autorité étrangère à l’École, portent une atteinte intolérable à l’indépendance de l’enseignement et à la dignité de ceux qui la donnent [...]. Vous aviserez les instituteurs qui seraient l’objet de pareilles demandes, qu’ils n’ont pas à en tenir compte [...]. Quant aux enfants qui refuseraient systématiquement de recevoir quelques-uns des enseignements de l’école et de faire usage des livres régulièrement choisis, les maîtres devront se borner à leur appliquer les sanctions disciplinaires prévues par les règlements scolaires75 ».

  • 76 Yves Deloye, École et citoyenneté..., op. cit., p. 242 et suivantes.

25Les pressions des prêtres et des associations de pères de famille sont cependant tenaces et l’on retrouve, dans cette seconde guerre des manuels, l’importance des contextes locaux76. Dans une vingtaine de départements, la forte mobilisation du clergé entraîne la multiplication des incidents. Dans l’autre sens, plus d’une trentaine de départements restent largement indifférents (le Bassin parisien, le pourtour méditerranéen, etc.). Dans les autres départements, soit une quarantaine, les incidents sont isolés. Les départements à forte contestation se recrutent dans les bastions traditionnels du catholicisme : l’Ouest français, les deux départements du Nord et du Pas-de-Calais, la France de l’Est, la Savoie et les Alpes du Nord.

Des tensions assez réduites dans le département du Nord (1908-1910)

26Les procès-verbaux du conseil académique de Lille sont presque muets sur ces affaires. Mais le rapporteur fait, dans la séance du 30 novembre 1910, de « courtes observations sur la pression cléricale qui s’est exercée en vue de diminuer le recrutement des établissements publics d’enseignement », son propos s’appliquant au secondaire cependant :

  • 77 AD du Nord, 2 T 114-2, procès-verbaux du conseil académique, séance du 30 novembre 1910.

« Il veut se limiter à des faits qui se sont passés à Armentières, où la pression a été particulièrement vive sur les familles qui croyaient pouvoir concilier leurs sentiments religieux avec des sympathies pour l’enseignement libéral mais il pense qu’on peut tirer des conclusions d’ordre général. Voici d’abord un ancien élève du collège qui a gardé sa foi religieuse et qui a placé son fils au collège de garçons et sa fille au collège de jeunes filles. Madame et Monsieur étant allés se confesser chez le même prêtre, l’absolution est laissée en suspens pour la première, et le mari ayant déclaré qu’il attendrait pour obéir à l’injonction qui lui est faite au sujet de ses enfants, qu’on lui prouve que leur formation morale est en danger au collège, se voit refuser l’absolution [...]. Même dans le milieu de l’enseignement primaire où l’on est plutôt favorable aux idées du régime actuel, on constate un fléchissement de près de 10 % dans les écoles, à la suite des démarches faites auprès des parents »77.

  • 78 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au ministre, 11 mai 1 (...)
  • 79 Ibid., rapport du sous-préfet de Douai au préfet du Nord, 23 octobre 1909.

27La priorité est donnée, non à une contestation de la loi, mais au développement d’un réseau parallèle d’écoles libres. L’inspecteur d’académie écrit au ministre, le 11 mai 1909 : « Bien que l’enquête entreprise ne soit pas encore entièrement terminée, je puis cependant vous faire connaître qu’aucun incident ne s’est produit jusqu’ici dans le département du Nord du fait de l’organisation des associations de pères de famille. Ces associations ne paraissent pas avoir, jusqu’ici beaucoup d’extension. Elles sont tout à fait inconnues de la plupart des communes du Nord »78. Des actions existent localement mais qui n’enclenchent pas un vaste mouvement de contestation. Le sous-préfet de Douai informe le préfet du Nord, le 23 octobre 1909, que la lettre collective des évêques « a bien été lue en chaire dans toutes les églises. Mais ce n’est encore que dans quelques paroisses qu’elle a été commentée et que les instructions en ont été exécutées par les curés »79. À Douai, plusieurs élèves de l’école primaire annexée à l’école normale d’instituteurs ont été « mis en demeure, lors du catéchisme, dans les paroisses Notre-Dame et Saint-Pierre, d’avoir à cesser de se servir de certains livres sous peine de ne pas être admis à la première communion ». À Sin-le-Noble, à Warlaing, à Aniche, des consignes ont aussi été données. À Marchiennes, lors du sermon du 10 octobre 1909, le desservant a condamné l’usage de certains manuels. Au cours du catéchisme, le même vicaire a ordonné aux élèves de l’école laïque de ne plus apprendre leurs leçons dans les livres indiqués sous peine de privation de première communion. Le 26 octobre 1909, l’inspecteur d’académie du Nord fait le point sur les tensions :

  • 80 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au préfet du Nord, 26 octobre 1909.

« Bien que cette lettre ait été lue dans toutes églises du département, le dimanche 17 octobre, bien qu’elle ait été commentée avec plus ou moins de violence par un certain nombre de curés et alimentée la propagande plus active et plus perfide organisée pendant les dernières vacances au profit des écoles privées [...], toute cette campagne n’a soulevé qu’une émotion négligeable. Le seul fait que, dans un département où fonctionnent près de 5 000 classes, je puisse raconter en quelques lignes les incidents qui se sont produits jusqu’ici est très significatif à cet égard »80.

28Dans l’arrondissement de Lille, qui compte près d’un million d’habitants, « aucun incident ne s’est produit ». Dans les circonscriptions de Valenciennes et d’Avesnes, « on prévoit que des difficultés pourront se produire mais il n’en existe aucune jusqu’à présent ». À Preux-aux-Bois, le curé a prêché plusieurs dimanches contre les écoles publiques où l’on fait usage de L’Histoire de France de Brossolette, faisant du chantage à la première communion. Trois pères de famille ont retiré leurs filles de l’école publique. Dans la circonscription de Cambrai, les mêmes procédés sont employés. À Gouzeaucourt, une mère est venue dire que son enfant n’apprendrait plus son histoire. Dans la circonscription de Douai, l’inspecteur signale des tensions à Marchiennes où 9 enfants refusent d’apprendre leur histoire. « L’influence de l’instituteur et l’intervention du maire auprès des familles ont suffi à neutraliser les agissements du vicaire ». La circonscription de Dunkerque est calme mais « le cléricalisme est d’ordinaire très intransigeant dans la région de Gravelines, de Wormhout, de Watten et il est probable que la campagne entreprise contre nos écoles y produira prochainement une certaine agitation ». À Hondschoote, le curé est intervenu auprès du directeur pour faire interdire le Devinat. Dans l’arrondissement d’Hazebrouck où « dans presque toutes les communes, sauf à Merville, le cléricalisme est le maître absolu, nous nous attendons à de sérieuses difficultés et nous craignons un recul de l’effectif de nos écoles au profit des écoles privées rivales ». À Bailleul, douze pères de famille sont allés demander à l’institutrice de ne plus utiliser le Gauthier et Deschamps et le Devinat. L’inspecteur conclut :

  • 81 Ibid.

« Et c’est tout. De tous les rapports qui m’ont été adressés par Messieurs les inspecteurs primaires, il résulte que la déclaration de guerre des évêques ne passionne nullement les masses. Mon impression est que des incidents se produiront sur des points où excerceront des prêtres combattifs par tempérament et que, dans la plupart de nos communes, l’orage passera sans laisser de trace »81.

  • 82 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport du préfet du Nord au ministre de l’Intérieur et des Cult (...)
  • 83 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au préfet, 26 octobre 1909.

29À partir de ce rapport, le préfet du Nord écrit au ministre de l’Intérieur et des Cultes, le 2 novembre 1909, insistant sur « l’émotion négligeable » causée par la seconde lettre des évêques mais aussi sur ses craintes. « Peu à peu, par les Semaines religieuses, les Croix, les tracts ou les imprimés glissés à profusion sous les portes, une certaine agitation pourra être créée mais c’est dans quelque temps seulement qu’il sera possible d’apprécier d’une façon complète la suite donnée aux injonctions épiscopales »82. L’agitation s’accroît en effet en novembre-décembre 1909 puis au premier semestre 1910. L’inspecteur d’académie écrit au ministre le 5 novembre 1909 pour signaler de nouveaux incidents. À Cartignies, un élève a refusé d’apprendre une page de son manuel d’instruction civique. À Taisnières-en-Thiérache, le curé a défendu aux élèves de se servir de l’Histoire de France de Gauthier et Deschamps mais un seul élève a suivi le prélat et brûlé son manuel. Une mère a refusé que son fils apprenne son histoire et l’instituteur a menacé de ne pas le présenter au certificat d’études, ce qui a calmé les ardeurs contestataires83.

30L’inspecteur d’académie écrit de nouveau au ministre le 16 novembre 1909 et insiste sur l’existence d’incidents « peu importants ». À Ennetières-en-Weppes, des élèves qui utilisaient l’Histoire de France de Devinat, ont rapporté l’ouvrage à l’institutrice. Deux enfants ont déclaré que leur mère avait brûlé le manuel. À Thiennes, les enfants sont mis en demeure, sous peine d’être interdits de première communion, de remettre au curé le Devinat et viennent en classe avec le manuel de Lavisse. À Bailleul, le clergé a exercé de nombreuses pressions sur l’institutrice et dix élèves ont quitté l’école publique.

  • 84 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au ministre de l’Instruction publique, 16 novemb (...)

« Sur nombre de points du département, l’autorité morale de l’instituteur et le tact dont il fait preuve dans les circonstances actuelles, tiennent en échec l’autorité agressive du prêtre. Mais que faire contre une municipalité que paie les livres classiques et refuse d’acheter ceux qui sont condamnés par l’Église [...]. En résumé, la situation générale reste très calme dans le département du Nord. Les menaces d’excommunication lancées du haut de la chaire tous les dimanches [...] contre les parents qui enverraient leurs enfants à l’école publique, la critique passionnée et presque toujours injuste des livres de classe [...], tous les tracas de la politique entretenus par les journaux [...], tout cela n’a pas suffi à émouvoir sérieusement notre clientèle de familles et d’élèves »84.

  • 85 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au ministre, 19 janvier 1910.
  • 86 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au ministre, 26 avril 1910.
  • 87 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au ministre, 22 septembre 1910

31Les rapports de l’inspecteur, entre décembre 1909 et juin 1910, montrent ensuite des tensions certes existantes mais finalement peu importantes. Le 19 janvier 1910, il note « quelques incidents nouveaux »85 dans les circonscriptions d’Hazebrouck et de Cambrai. À Arnèke, les sermons du desservant ont rappelé les sanctions qui menacent les élèves utilisants les manuels interdits. C’est la même chose à Villers-Outreau, Bertry et Clary. L’inspecteur relève dans son rapport du 26 avril 1910, que la directrice et le directeur des écoles publiques de Marchiennes demandent l’autorisation de retirer le manuel Devinat. L’agitation, déjà ancienne dans cette commune, a gagné en importance par le « caractère très militant du curé qui nous fait la guerre pour favoriser le recrutement des écoles privées voisines, notamment celle de Somain »86. Heureusement les instituteurs et les institutrices ont la sympathie des familles et deux élèves seulement ont quitté les écoles. L’inspecteur répond qu’il ne faut pas mettre en quarantaine le Devinat. Si quelques tensions existent ici ou là, l’inspecteur d’académie, dans son rapport du 22 septembre 1910, ne signale aucun incident majeur. À Marchiennes, le vicaire a déclaré « dimanche dernier que les livres d’histoire mis entre les mains de l’école de garçons (le Guiot et Mane) attaquent la religion catholique ». Il a donné ordre aux enfants, lors du catéchisme, de ne plus apprendre la leçon d’histoire sous peine d’exclusion de la première communion et 9 élèves sur 226 ont obéi87. A Bailleul, « dimanche dernier, à l’issue de la messe, une délégation d’une douzaine de pères de famille s’est présentée à l’école mixte ». Ils ont demandé à l’instituteur de renoncer à l’usage de deux ouvrages d’histoire (Gauthier et Deschamps et Devinat). Il leur a répondu que ces ouvrages figuraient sur la liste départementale et qu’ils seraient maintenus.

  • 88 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au ministre, 21 avril 1911.
  • 89 Ibid., lettre du préfet du Nord au ministre de l’Instruction publique, le 21 avril 1913 et tract d (...)

32Diverses actions sont encore menées au second semestre 1910 et en 1911 par les Associations de pères de famille et les prêtres mais qui n’arrivent pas à agiter en profondeur le département. Le 4 avril 1913, l’inspecteur d’académie note des tensions dans certains secteurs. C’est ainsi qu’à Bollezeele, une école libre de garçons a été ouverte le 28 mars 1913. Le directeur de l’école publique relève que « le curé, dans ses visites domiciliaires, fait une propagande acharnée pour son école. Il menace les parents qui continuent à envoyer leurs enfants à l’école laïque de leur refuser l’absolution ». L’inspecteur ajoute dans la marge : « Au mois d’avril 1912, 93 élèves étaient inscrits à l’école publique de Bollezeele. À la rentrée de Pâques 1913, il n’en reste que 22 »88. Le préfet du Nord envoie au ministre de l’Instruction publique, le 21 avril 1913, un tract de quatre pages distribué à Le Cateau qui fait un terrible amalgame entre l’école publique laïque et la hausse déclarée de la délinquance, de l’insoumission et de la désertion lors du service militaire. Le tract s’intitule « La faillite » et oppose la croissance permanente du budget de l’Instruction publique à la faiblesse déclarée de ses résultats. « On comptait à la caserne, en 1872, 14 % d’illettrés. En 1912, 30 %. Le nombre des assassinats commis par des jeunes gens de 16 à 20 ans est signalé en très forte hausse tout comme celui des délinquants de droit commun ». Le tract cite alors de brefs extraits des manuels de morale d’Albert Bayet et de Jules Payot pour les opposer aux Dix commandements et à quelques extraits des Évangiles. « Pas de Dieu, rien à craindre dans l’autre vie ! Pas de bonheur à espérer sinon en celle-ci ! Alors, il lui en faudra tout de suite [...]. Il vivra sa vie comme Bonnot [...]. En tuant Dieu vous avez fait disparaître toute morale ! »89. Le département du Nord est donc davantage touché par la seconde guerre des manuels que par la première mais son impact demeure cependant limité. La lutte est assez brève, surtout centrée sur l’année 1909 et le premier semestre de 1910, et ne concerne que certaines parties du département, en particulier la Flandre et le Cambrésis.

Une agitation précoce, forte et durable dans le Pas-de-Calais (1905-1913)

  • 90 Voir Philippe Marchand, « Une dynastie d’imprimeurs-libraires-éditeurs classiques lillois : les Ro (...)
  • 91 Depuis 1898, un groupe d’instituteurs sous la direction de V.-S. Lucienne, est habitué à publier d (...)
  • 92 AD du Pas-de-Calais, T 1285-2, dossier de Mademoiselle Charlet, extraits du manuel Lucienne, pages (...)

33Dans le Pas-de-Calais, d’importants conflits réapparaissent dès l’année 1905, en lien avec l’utilisation dans certaines écoles du Cours Lucienne. Il s’agit d’un mémento de préparation de classe, édité chez Robbe, « dynastie d’imprimeurs-libraires-éditeurs lillois qui s’étaient spécialisés dans le champ de l’édition scolaire »90 et dont l’auteur est un collectif dirigé par V.S. Lucienne91. Le Cours Lucienne remporte un net succès chez les enseignants et il est ensuite édité sous forme de manuel classique. Diverses pages conservées dans les rapports de police permettent d’en savoir plus sur son contenu. L’ouvrage affirme que les hommes « furent d’abord très proches des animaux », l’Église étant aussi accusée d’entretenir « les superstitions et le fanatisme ». Dans sa 58e leçon, l’ouvrage déclare : « Ce que je lis dans les livres de classes peut être discuté et prouvé. C’est pourquoi l’école laïque enseigne des vérités scientifiques. Mais la science n’enseigne pas tout. Elle ne tente pas d’éclairer l’obscurité de la destinée humaine ; c’est pour elle l’inconnu. Des hommes inquiets devant cet inconnu ont imaginé un créateur, une vie future : ils se sont ainsi fait des croyances religieuses ». La 59e leçon aborde les religions et signale que les croyances religieuses sont nombreuses et variées. « L’être suprême imaginé par les hommes » est personnifié quelquefois en un seul Dieu, souvent en plusieurs ». La 60e leçon insiste sur la liberté religieuse : « Chacun a le droit d’adorer le Dieu qui lui plaît. On a même le droit de n’en adorer aucun. Il ne suffit pas de tolérer les opinions contraires à la nôtre ; il faut les respecter »92.

  • 93 AD du Pas-de-Calais, T 540, rapport de l’inspecteur primaire de Boulogne-sur-Mer à l’inspecteur d’ (...)
  • 94 Archives nationales, F17 9 125-6, La Croix du 19 novembre 1905, tract « Aux pères de famille » à O (...)
  • 95 AD du Pas-de-Calais, T 540, lettres du 7 juin 1905 de l’évêque d’Arrras au préfet du Pas-de-Calais

34L’inspecteur primaire de Boulogne-sur-Mer écrit à l’inspecteur du Pas-de-Calais le 26 février 1905 pour lui signaler de nombreuses pétitions contre l’emploi des Résumés Lucienne à l’école des garçons d’Outreau93. Divers incidents sont signalés dans le courant de l’hiver 1904-1905. Les journaux catholiques déclenchent alors une campagne de presse contre ce qu’ils estiment être une manœuvre de la libre-pensée94. Dans un courrier du 7 juin 1905, Monseigneur Williez, évêque d’Arras, alerte le préfet : « Dans ma lettre du 20 mai dernier, j’ai eu l’honneur de vous signaler les passages si nettement opposés à la neutralité scolaire, repérés dans le Cours Lucienne [...]. Avec un vif sentiment de peine, j’apprends que cet ouvrage est plus répandu dans les écoles du département que je ne le croyais d’abord [...]. Ne serait-il pas possible de m’épargner le souci de condamner, par un acte public, l’ouvrage en question » ?95 Le préfet interroge le ministère le 28 décembre 1905 et lui demande de faire examiner le livre pour savoir s’il convient de mettre les instituteurs en garde contre son usage :

  • 96 Archives nationales, F17 9 125-6, lettre du préfet du Pas-de-Calais au ministre, 28 décembre 1905.

« J’ai l’honneur d’appeler votre attention sur un livre de classe ayant pour titre Nouveau résumés, publié par un groupe d’instituteurs sous la direction de V. S. Lucienne à Lille. Ce livre [...] est dénoncé avec violence et opiniâtreté par un certain nombre de familles, par des prêtres, par les journaux [...] comme une œuvre antireligieuse, violant la neutralité scolaire. J’ai été saisi directement de pétitions et même de protestations de l’évêque d’Arras »96.

  • 97 AD du Pas-de-Calais, T 540, note du directeur de l’Enseignement primaire au préfet du Pas-de-Calai (...)

35Le ministère répond le 8 janvier 1906 et demande l’envoi d’un exemplaire, ce livre étant inconnu de l’administration. Le préfet se charge de l’envoi le 19 janvier et une note de la direction de l’Enseignement primaire lui revient le 10 février : « Le livre est pédagogiquement mauvais ; il n’est pas à recommander mais il ne comporte rien qui puisse motiver une interdiction ». Le 13 février, le directeur de l’Enseignement primaire écrit au préfet : « J’ai lu ce livre et j’estime qu’il n’y a pas lieu de le soumettre à l’examen de la section permanente du Conseil supérieur de l’Instruction publique »97. Le 28 novembre 1905, l’inspecteur primaire de Béthune rend compte de l’agitation qui règne à Robecq.

  • 98 AD du Pas-de-Calais, T 1285-2, dossier de Jeanne-Gabrielle Charlet, née en 1875, normalienne à Arr (...)

« Je crois devoir vous mettre au courant de ce qui se passe à Robecq, à propos d’un livre scolaire que vous connaissez, Mes nouveaux résumés par V.-S. Lucienne. Cet ouvrage qui avait paru l’an dernier en livraisons mensuelles, est édité cette année en un volume [...]. Mademoiselle Charlet, institutrice à Robecq, introduisit ce livre dans son école. Quelques jours se passèrent puis elle reçut la visite d’une mère de famille, suivie de deux autres qui lui dirent : « Vous avez donné à nos filles des livres contraires à la religion. Nous ne désirons pas que nos enfants les conservent »98.

  • 99 Ibid., pétition du conseil municipal de Robecq.
  • 100 AD du Pas-de-Calais, T 540, rapport de l’inspecteur primaire, novembre 1905.
  • 101 AD du Pas-de-Calais, T 1412, rapport de l’inspecteur primaire Mercier au préfet, novembre 1906.
  • 102 AD du Pas-de-Calais, T 88, La semaine religieuse du 14 décembre 1906.
  • 103 Archives nationales, F17 9 125-6, La Voix de Saint-Aubin, Bulletin paroissial mensuel de Radinghem (...)

36La maîtresse a alors proposé que l’on supprime les passages qui peuvent choquer en découpant les manuels mais le prêtre a multiplié les prêches contre « le poison des mauvais livres ». L’institutrice est attaquée par le journal conservateur Le Patriote du 14 octobre 1905 mais aussi par le journal de gauche, La Défense du 22 octobre 1905, qui lui reproche d’avoir arraché les pages contestées et de s’agenouiller devant le prêtre. Une pétition, signée par 132 parents (dont beaucoup d’élèves en fait), initiative soutenue par le maire, interdit « de la façon la plus absolue à ce que les enfants reçoivent à l’école un enseignement opposé à la doctrine de la religion catholique. Nous protestons avec indignation et de toute notre énergie contre les livres impies et athés qui ont été mis entre leurs mains, notamment celui qui a pour titre Nouveaux résumés de VS Lucienne »99. À Boulogne-sur-Mer, en novembre 1905, un conflit s’enclenche et l’inspecteur primaire défend ses instituteurs en répondant que « le Lucienne est inscrit sur la liste départementale des ouvrages autorisés et « qu’il ne faut pas donner gain de cause à une minorité cléricale contre un instituteur républicain qui n’a jamais eu l’intention d’offenser les croyances religieuses de personne »100. Le curé n’a, de toute manière, que 19 signatures sur plus de 170 familles. Pendant les années 1906 et 1907, donc bien avant les déclarations des évêques, les incidents se multiplient, en particulier à Herbinghen, Pronville, Setques, Fiefs, Lestrem, Parenty et à Sailly-Labourse. L’inspecteur Mercier relève en novembre 1906 qu’il y a « en ce moment, visiblement, une cabale montée à l’instigation des prêtres et des plus violents réactionnaires contre les instituteurs du canton d’Heuchin101 ». La Semaine religieuse du 14 décembre 1906 demande aux parents de protéger leurs enfants de la menace des manuels dangereux, incitant à « la grève des écoliers »102. La Voix de Saint-Aubin, Bulletin paroissial mensuel de Radinghem et de Dennebroeucq, en juin 1906, place en première page une circulaire de l’évêque d’Arras du 28 mai 1906 qui menace de ne pas admettre à la première communion les enfants qui travaillent sur le Lucienne, à moins que les « mauvaises pages n’aient été toutes supprimées »103.

  • 104 Ibid., lettre du maire de Labourse à l’inspecteur d’académie qui fait le récit des événements.
  • 105 AD du Pas-de-Calais, T 232, lettre du commissaire spécial de police de Béthune au sous-préfet de B (...)
  • 106 Ibid., décision du Tribunal du 6 août 1907.

37Les 14 et 15 avril 1907, l’abbé Derache, curé de Sailly Labourse et de Labourse, déchire les pages contestées dans plusieurs exemplaires de Mes nouveaux résumés mettant en colère le conseil municipal qui a acheté ces ouvrages, remis gratuitement aux élèves, et qui décide de porter l’affaire en justice104. Le parquet de Béthune transmet l’affaire au tribunal de simple police du canton de Cambrin105. Le juge de paix, dans son jugement du 6 août 1907 condamne l’abbé Derache à 15 francs d’amende et à 30 francs de dommages et intérêts pour « lacération de livres classiques »106. Mais le curé agit auprès des familles pour qu’ils retirent leurs enfants de l’école publique, menaçant de ne pas leur laisser faire leur première communion. Onze garçons et quinze filles suivent ses conseils. La commission scolaire punit alors de « l’affichage », les parents qui ne respectent pas la loi sur l’obligation scolaire. Des exclusions sont prononcées mais, lors du retour des exclus, il manque une dizaine d’élèves.

  • 107 Archives nationales, F17 9 125-6, une liste est diffusée par le Courrier du Pas-de-Calais le 21 se (...)
  • 108 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du 2 mai 1908.
  • 109 AD du Pas-de-Calais, M. 4895, rapport du sous-préfet de Montreuil au préfet du 10 octobre 1908.
  • 110 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur primaire de Calais à l’inspecteur d’acad (...)
  • 111 Ibid., Le Mois paroissial de Fauquembergues et de Saint-Martin d’Hardinghem, appel du L’avril 1908

38Le conflit s’étend progressivement au cours des années 1907 et 1908, donc avant les lettres collectives des évêques de France. Des listes d’ouvrages proscrits circulent qui sont au départ très longues, allant jusqu’à exclure l’Histoire de France d’Ernest Lavisse pourtant très respectueuse de la religion107. Les attaques des curés se concentrent surtout le Cours Lucienne, l’Histoire de Calvet et l’Histoire d’Aulard et Debidour108. Des associations de pères de famille se créent pour surveiller l’enseignement. Le sous-préfet de Montreuil écrit le 10 octobre 1908 : « la guerre menée contre l’école laïque ne semble pas prendre fin. À Berck, à Étaples, dans le canton d’Hucqueliers, des groupes nouveaux se forment pour surveiller l’enseignement donné par les instituteurs publics »109. L’inspecteur primaire de Calais rend compte, le 13 mars 1908, d’incidents à Nortkerque. « Dès l’année dernière, ce prêtre a émis la prétention de faire remplacer quelques-uns des manuels employés dans les deux écoles publiques »110. Le 16 juillet, il s’est rendu chez l’institutrice et lui a ordonné de changer le manuel d’histoire (Calvet). Devant son refus, il a alors renforcé la lutte. En octobre, l’institutrice a adopté le Gauthier et Deschamps mais la guerre s’est déplacée vers l’école de garçons. Les choses se sont aggravées avec la venue dans la commune de deux pères missionnaires qui donnent l’instruction religieuse aux enfants tous les jours de classe à partir de 11 h 30. Des conflits d’horaires se sont produits. La cloche de l’église annonce le catéchisme plusieurs minutes avant la fin du cours des maîtres. Le Mois paroissial de Fauquembergues et de Saint-Martin d’Hardinghem diffuse un appel à la résistance, le 1er avril 1908, « contre les manuels impies »111.

  • 112 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur primaire à l’inspecteur d’académie, 9 av (...)
  • 113 Ibid., rapport de l’inspecteur primaire de Saint-Omer à l’inspecteur d’académie 14 avril 1908.
  • 114 Ibid., rapport de l’inspecteur primaire de Montreuil-sur-Mer à l’inspecteur d’académie, 14 avril 1 (...)
  • 115 Ibid., lettre de l’institutrice de Réty à l’inspecteur primaire de Boulogne-sur-Mer, 10 avril 1908
  • 116 Ibid., rapport de l’inspecteur primaire de Lens, 14 avril 1908.

39L’inspecteur Mercier, à Saint-Pol-sur-Ternoise, informe l’inspecteur d’académie le 9 avril 1908, de fortes tensions à Fiefs « où le desservant a déclaré que les garçons qui garderaient l’Histoire de France de Calvet, ne feraient pas leur première communion112 ». L’inspecteur de Saint-Omer relève, le 14 avril 1908 que le clergé a tenté de faire disparaître certains ouvrages classiques ou d’empêcher la fréquentation scolaire. À Aire-sur-la-Lys, « le clergé dénigre les écoles publiques du haut de la chaire »113. À Arques, une association de pères de famille a été fondée à la suite de « racontars faits par un élève du cours d’adultes. Cet élève a rapporté qu’on avait parlé du transformisme et de l’origine de l’homme contraire aux propos de la Bible ». À Cléty, Essoy-Saint-Julien, Dennebroeucq, Escoeuilles, Fauquembergues, Houlle, Inghem, Laires, Oblinghem, Moulle, Nortkerque, Saint-Omer Capelle, Rebecq, Serques, Westbecourt, Wismes, Wisques, Quiestède, Coulomby, des tensions existent. À Quiestede, les manuels Lucienne et Calvet sont ramassés par le curé qui les brûle. L’inspecteur primaire de Montreuil-sur-Mer écrit le 14 avril 1908 pour décrire « l’hostilité toujours croissante des réactionnaires contre l’école laïque. Le milieu est ici des plus favorables. Le niveau intellectuel moyen est au-dessous de l’étiage, les superstitions nombreuses. Le clergé a conservé la plus grande part de son influence »114. Des incidents sont signalés également à Tingry, à Verlincthun et Rety. Des mots d’absence sont présents dans les archives et concernent l’école de Mercatel : « Émile et Gaston ne vont plus à l’école primaire parce qu’ils ne seraient pas admis à la première communion ». La Croix du Pas-de-Calais du 12 avril 1908 titre sur la grève scolaire de Réty et l’institutrice écrit à l’inspecteur dès le 10 avril, pour lui annoncer que l’opposition continue contre le Cours Lucienne. Douze enfants ont quitté l’école mais quinze s’en servent sans difficulté115. L’inspecteur primaire de Lens informe le même jour l’inspecteur d’académie que la circonscription de Lens offre un terrain peu favorable aux partis ligués contre l’école laïque ; « les incidents sont isolés et ne produisent que peu d’effets »116. Le seul incident notable a eu lieu à Labourse à propos du Lucienne. L’inspecteur d’académie, faisant la synthèse, écrit au ministre, le 2 mai 1908 :

  • 117 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Pas-de-Calais au ministre daté du 2 mai 1908.

« Il semble bien établi que le clergé est conduit, bon gré mal gré, par l’évêché, à attaquer nos instituteurs. Le mot d’ordre est transmis par la Semaine religieuse. On a mis à l’Index toute une série de livres classiques ; on proscrit plus particulièrement le Cours Lucienne. C’est une publication lilloise analogue à beaucoup d’autres, qui mâche la besogne aux instituteurs et leur évite la peine de réfléchir à ce qu’ils auront à dire. Ce cours est nettement libre penseur mais il n’est pas à proprement parler anticlérical »117.

  • 118 Ibid., rapport de l’institutrice du 31 octobre 1909.

40Dès lors, les deux lettres collectives de l’épiscopat, publiées en septembre 1908 et septembre 1909, trouvent un terrain très favorable dans le Pas-de-Calais. La seconde lettre, celle du 14 septembre 1909, en donnant une liste de quatorze manuels interdits, clarifie les choses, permettant aux pères de famille de mener une lutte plus efficace. Dans cette liste d’ailleurs le Lucienne ne figure pas. Dès lors, les conflits se multiplient. Le curé de Lottinghen lance un terrible combat contre l’école publique. Le dimanche 10 octobre 1909, il prêche contre l’école laïque puis consacre de nouveau son sermon du 17 octobre à expliquer à ses paroissiens les conséquences pratiques de la condamnation : « comme catholiques, vous faites partie d’une société spirituelle à laquelle vous devez obéir »118. Le 24 octobre, le curé poursuit sa dénonciation. « Les écoles d’aujourd’hui étant des écoles franc-maçonnes, les enfants sont donc appelés à devenir des libres-penseurs [...]. Il faut marcher, mettre sabre au clair, et brûler les livres sans attendre demain ».

  • 119 Ibid., rapport du préfet du Pas-de-Calais au ministre de l’Instruction publique, 28 octobre 1909.
  • 120 Ibid, rapport de l’Inspecteur d’académie au ministre de l’Instruction publique, 19 novembre 1909.

41Le préfet du Pas-de-Calais écrit au ministre le 28 octobre 1909 pour donner les résultats de son enquête. La lettre des évêques « a fait l’objet de prônes dominicaux sur la plupart des paroisses. Les bulletins paroissiaux l’ont reproduite en l’accompagnant de commentaires. La presse cléricale lui a donné une place importante »119. Dans son rapport du 19 novembre 1909, l’inspecteur d’académie pointe les principaux incidents récents et la liste s’allonge. À Sainte-Marie-Kerque, le desservant donne des fruits aux enfants qui refusent le Guiot et Mane ; À Fiennes, les « élèves brûlent les livres » ; À Oye, à Saint-Omer-Capelle, à Halinghen Lottinghen, Fiers, Pressy-les-Pernes, Selles, Wissant et Ayette, des tensions sont apparues. À Ayette par exemple, un père de famille a fait déposer sur le bureau du maître, par son fils, le manuel Calvet coupé en trois morceaux120. Il relève aussi des incidents à Beaumetz-les-Cambrai, Courcelles-le-Comte, Graincourt-les-Flavrincourt, Gouy-en-Artois, Guemappe, Saint-Folquin, Audruicq, Nortkerque, Pénin, Savy-Berlette, Bours, Arques. « En résumé, la guerre des curés contre l’école n’a pas été jusqu’ici très efficace mais il se peut qu’elle le devienne ». Dans La semaine religieuse du diocèse d’Arras, Boulogne et Saint-Omer du 3 décembre 1909, Monseigneur Williez envoie un « Directoire relatif à l’application des doctrines exposées dans la lettre des Évêques de France sur les écoles neutres ou mauvaises ». Ces instructions sont réservées aux curés mais sont très précises :

  • 121 AD du Pas-de-Calais, M. 4891, La semaine religieuse du diocèse d’Arras, Boulogne et Saint-Omer, 3 (...)

« Instruire de plus en plus solidement les fidèles sur la responsabilité qui leur incombe devant Dieu quand ils ont une école à choisir pour leurs enfants. Cette instruction désormais, doit être donnée partout, en classe, dans les œuvres, au confessionnal, dans les conversations privées et surtout dans des visites à domicile faites à dessein pour calmer les consciences [...]. Éviter avec soin tout ce qui pourrait avoir un caractère agressif contre le personnel universitaire en général. On doit voir clairement que les critiques visent uniquement les maîtres répréhensibles. S’y montrer très bon pour la personne des parents et des instituteurs. Dire toute la peine que ressent le clergé d’être obligé de sévir [...]. De l’école neutre : Ne pas perdre de vue le principe de sa nocivité intrinsèque par l’effet de son silence sur Dieu, sur NSJC, sur la morale chrétienne et ses sanctions ainsi que sur l’Église »121.

42L’école neutre est mauvaise en soi et il faut tout faire pour l’éviter. Si c’est impossible, il faut exiger du maître qu’il respecte la religion. Il faut donc lutter contre les écoles qui utilisent les livres condamnés ou visiblement condamnables, contre celles où l’on sait l’impiété du maître ou qui pratiquent la coéducation des sexes. L’évêque d’Arras réagit de nouveau dans une lettre pastorale du 6 février 1910 parue dans La Semaine religieuse du 11 février. Dans leur décision, les cardinaux admettent l’idée que d’autres manuels méritaient la censure de l’Église et qu’il appartenait à chaque évêque d’en proscrire l’usage dans son diocèse. « Aussi nous déclarons interdits pour le diocèse d’Arras, les livres composés par un groupe d’instituteurs sous la direction de V. S Lucienne ».

  • 122 AD du Pas-de-Calais, M. 4896, rapport du commissaire de police de Boulogne-sur-Mer, septembre 1909
  • 123 Ibid., rapport du commissaire de police de Boulogne-sur-Mer, octobre 1909.
  • 124 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur d’académie du 19 novembre 1909.
  • 125 AD du Pas-de-Calais, M. 4891, Bulletin paroissial de Vieille-Eglise, transmis par l’instituteur le (...)

43En septembre 1909, le commissaire de police de Berck-sur-Mer note des réunions nombreuses de la Ligue de l’Évangile mais pense que les instructions du clergé auront un impact « nul » dans la plupart des foyers122. Le mois suivant, il modère son optimisme : « la campagne contre l’école laïque n’a encore produit que peu d’effets car elle est à son début. Dans quelques communes, deux ou trois enfants ont été retirés des écoles par leurs parents mais l’effet en général n’a pas encore répondu à l’effort produit. À Calais, des associations de chef de famille sont fondées depuis quelque temps par les curés de quelques paroisses123 ». Mais l’agitation est plus forte dans d’autres parties du département. À Fiers, un père de famille détruit le manuel de Guiot et Mane et remet à son fils l’ouvrage de Lavisse124. Le Bulletin paroissial de Vieille-Église du 1er décembre 1909 propose une petite pièce de théâtre. La scène se déroule dans un cabaret. Un fermier (Monsieur de la Cressonnière) discute du contenu du Gauthier et Deschamps (Histoire de France, cours moyen) avec Mademoiselle Raymonde, « une jolie blonde qui possède le certificat d’aptitude pédagogique » et réussit, tout en jouant aux cartes, à la convaincre de la nocivité de l’ouvrage125.

  • 126 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du 19 novembre 1909.
  • 127 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Pas-de-Calais au ministre, 4 décembre 1909.

44L’activité catholique est très forte à l’automne 1909 et l’inspecteur d’académie, dans son rapport du 19 novembre 1909, le reconnaît en avouant la situation délicate de nombreuses institutrices. « Elles feraient bon marché de leurs livres auxquels elles ne tiennent pas, la valeur et la couleur de l’enseignement du maître ne dépendant pas nécessairement du livre. Il en est qui, pour des raisons pédagogiques, eussent volontiers abandonné leurs manuels et qui regrettent de n’avoir pas la liberté de le faire. En général la bataille ne leur plaît guère »126. Dans son rapport du 4 décembre 1909, l’inspecteur d’académie fait de nouveau part de son inquiétude. « Je constate quelque énervement dans mon personnel et même mes inspecteurs primaires commencent à être excédés [...]. Si l’Église ne gagne point, elle ne cède pas non plus. Elle voit devant elle non seulement le Paradis mais les élections »127.

45À Wissant, l’institutrice rencontre la forte résistance de quelques élèves qui refusent d’apprendre leur leçon dans l’Histoire de Calvet. Quatre des élèves exclues sont rentrées mais trois ont immédiatement refusé de copier le résumé alors que deux autres ont jeté ostensiblement leur livre sous la table. À Dannes, « il se trouve que le curé est le proche parent de plusieurs familles et les instituteurs et institutrices se trouvent désarmés devant la résistance qu’on leur oppose ». Des fillettes exclues ont quitté le public mais l’inspecteur relève qu’une « bonne partie de la population donne tort au curé ». À Selles, douze enfants continuent à se servir du Guiot et Mane mais dix-sept s’y refusent et copient, après la classe, un résumé de la leçon. À Brunembert, « tous les élèves du cours moyen et élémentaire ont déclaré qu’ils n’apprendraient pas la leçon d’histoire dans le Guiot et Mane parce que Monsieur le curé le leur avait défendu ». À Calais, on annonce la fondation d’une Association de pères de familles comprenant 21 membres par quartier. Le directeur de l’école Van Grutten a dû exclure une élève qui a refusé de lire dans le Gauthier et Deschamps. À Valhuon, le 25 novembre, le curé s’en prend à un enfant de cœur qui utilise le manuel Calvet. Le sous-préfet de Boulogne-sur-Mer note en novembre 1909 :

  • 128 Ibid., rapport du sous-préfet de Boulogne-sur-Mer au préfet du Pas-de-Calais, novembre 1909.

« La lutte entreprise par le clergé et par les cléricaux contre l’école laïque est toujours menée avec une très grande activité et une insistance prenante et audacieuse. Évidemment dans un certain nombre d’endroits, on parvient à détacher quelques enfants et surtout à susciter des ennuis aux instituteurs mais on remarque en général que l’opinion publique reste peu sensible aux instructions et menaces qui lui sont faites. Certes, le fait de priver les enfants de la communion est de nature à vaincre la résistance de certains parents mais aussi à les indisposer ou à leur rendre le clergé peu sympathique. Enfin, dans les campagnes, on a généralement dans l’instituteur une confiance qui fait qu’on se montre un peu sceptique lorsqu’on vient dire que les livres dont il se sert et l’enseignement qu’il donne sont de nature à compromettre le salut de l’âme des enfants »128.

  • 129 Ibid., rapport du sous-préfet de Saint-Pol au préfet du Pas-de-Calais, 3 décembre 1909.
  • 130 Ibid., rapport du sous-préfet de Saint-Omer au préfet du Pas-de-Calais, 2 décembre 1909.

46Le sous-préfet de Saint-Pol-sur-Ternoise est soucieux de la suite des événements dans son rapport du 3 décembre 1909. La lettre des évêques a été très largement diffusée et commentée en chaire, le 21 novembre 1909. Mais l’impact lui apparaît encore limité : « C’est à peine si à Bours, Pernes, Sains-les-Pernes, Valhuon, Pressy, Mingoval, Givenchy, Averdoingt, deux ou trois enfants se sont vus retirer par leurs parents les livres mis à l’Index. À Valhuon cependant, le maire et le conseil municipal ont exercé une pression sur l’instituteur pour qu’il retire l’Histoire de Calvet »129 mais il a refusé. Le sous-préfet de Saint-Omer, le 2 décembre 1909 relève lui aussi des incidents. À l’école des filles de la rue Courteville à Saint-Omer, une sœur de l’Hôpital général est venue dans la cour pour emmener les élèves. Elle a ouvert « la porte de deux classes et exigé leur sortie »130. À Acquin, un père de famille a brûlé le livre d’histoire de son fils et a écrit à l’instituteur pour lui demander de ne plus enseigner l’histoire tant qu’il n’aura pas changé de livre. L’enfant a été puni pour n’avoir pas su sa leçon d’histoire. « N’ayant pas fait son pensum, l’instituteur l’a exclu trois jours ». Le sous-préfet note aussi que les associations de pères de famille sont nombreuses et que « ce sont des missionnaires envoyés par l’évêque d’Arras » qui en sont les promoteurs.

  • 131 Ibid., motion du conseil municipal de Béthune du 27 novembre 1909.

47Face à cette agitation, certains conseils municipaux réagissent. Dans sa séance du 27 novembre 1909, celui de Béthune vote une motion à l’unanimité pour condamner la lettre collective des évêques. « Cette levée de crosses contre la liberté de conscience semble être le chant du cygne du cléricalisme, cependant elle nous oblige à nous défendre [...]. L’âme de Torquemada a dû tressaillir de joie en voyant un commencement d’autodafé comme en son bon vieux temps où elle pouvait livrer au bras séculier, non seulement des livres mais encore des les auteurs et les maîtres »131. Le conseil réaffirme sa confiance dans le personnel enseignant et vote un soutien à l’Association amicale des instituteurs et institutrices du Pas-de-Calais qui a décidé de lancer des poursuites judiciaires contre l’évêque.

  • 132 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur d’académie au ministre, 4 février 1910, (...)
  • 133 Dans les communes de : Izel-les-Equerchin, Neuville-Vitasse, Sailly-en-Ostrevent, Riencourt-les-Ca (...)
  • 134 Dans les communes de : Amettes, Labeuvrière, Allouagne, Auchel et Barlin.
  • 135 Dans les communes de : Bainghen, Audembert, Beuvrequen, Dannes, Lottinghen, Nesles, Saint-Etienne- (...)
  • 136 Dans les communes de : Hardinghen, Licques, Nordausques, Bois-en-Ardres, Audruicq, Sainte-Marie-Ke (...)
  • 137 Dans les communes de : Campigneulles-les-Petites, Canlers, Ruisseauville, Rumilly, Planques, Sorru (...)
  • 138 Dans les communes de : Arques, Dohem, Blayenghem-les-Séninghem, Surques, Thiembronne et Affringues
  • 139 Dans les communes de : Aubigny, Conteville, Fiers, Frevillers, Hautecloque, Houvin-Houvigneul, Lis (...)
  • 140 Archives nationales, F17 9 125-11, lettre de l’inspecteur d’Arras à l’inspecteur d’académie du Pas (...)
  • 141 Ibid., lettre du Garde des Sceaux au ministre de l’Instruction publique, 14 janvier 1909.

48L’agitation se poursuit en décembre et en janvier. Le 4 février 1910, l’inspecteur d’académie relève que la campagne « prend chaque jour plus d’extension. Les tentatives de MM. les curés n’ont épargné aucune commune et je ne vous signale que les incidents notables132 ». Il relève alors 79 incidents : 21 dans les deux circonscriptions d’Arras133, 5 dans celle de Béthune134, 1 dans la circonscription de Lens (à Bully), 12 dans celle de Boulogne135, 13 pour celle de Calais136, 8 pour la circonscription de Montreuil137, 6 pour celle de Saint-Omer138 et 13 pour la circonscription de Saint-Pol139. Au total, plus de 100 élèves ont été exclus des écoles et 70 ont quitté le Public. À Izel-les-Équerchin par exemple, « à l’instigation du curé, la grande majorité des enfants a refusé d’étudier dans le livre d’histoire de Calvet ». À l’école des filles, deux élèves sont venues en classe avec un livre mutilé. « Les parents ont déchiré dans le Lucienne, la feuille concernant le devoir de tolérance, la question de la liberté de conscience ». À Neuville-Vitasse, « quatre garçons refusent d’étudier dans le livre d’histoire de Gauthier et Deschamps [...] ; les filles viennent d’être prévenues qu’elles ne feraient pas leur première communion tant qu’elles fréquenteraient une école où l’on lit l’Histoire de Calvet : quelques-unes ont déserté l’école publique ». À Riencourt-les-Cagnicourt, « le curé ayant exigé que les élèves lui remissent leur livre d’histoire (Devinat), deux sur six élèves du cours moyen lui ont obéi et les ouvrages ont été brûlés par lui ». À Sailly-en-Ostrevent, le curé a distribué des récompenses aux enfants qui avaient été exclus de l’école pour refus d’obéissance. Il a promis des récompenses similaires à ceux qui feront de même140. À Neuville-Vitasse, l’affaire s’envenime car l’abbé apparaît très ardent. Il est déféré au tribunal mais la Cour d’appel de Douai, par un arrêté du 6 janvier 1909, prononce la relaxe de l’abbé qui avait refusé de faire la première communion aux enfants utilisant l’Histoire de France de Calvet »141. À Labreuvrière et à Allouagne, c’est le maire qui fait pression pour que l’instituteur change le manuel. À Auchel, c’est le directeur des Houillères. À Barlin, le curé demande le retrait du Guiot et Mane et le directeur de la Compagnie des Houillères fait un chèque pour acheter un autre livre.

  • 142 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur d’académie au ministre, 4 février 1910.
  • 143 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du 15 septembre 1910.

49Dans la circonscription de Lens, l’inspecteur ne relève rien de grave dans une zone où « le clergé n’a que peu d’influence sur les familles ». À Bully, le conseil des maîtresses décide de lui-même de couper deux feuilles sur la Réforme et l’Inquistion dans la nouvelle édition du Calvet pour éviter les tensions mais l’inspecteur dénonce cette intiative intempestive. Dans la circonscription de Boulogne-sur-Mer, les incidents sont par contre très nombreux. À Bainghem, le maire a demandé aux instituteurs de retirer le Guiot et Mane. Devant le refus des maîtres, le maire a retiré son fils comme quelques autres familles. À Beuvrequen, sur la pression du curé, 19 élèves sur 24 sont venus en classe sans leur livre d’histoire (Guiot et Mane). Trois ont été exclus parce qu’ils maintenaient leur position. À Ardres, dans la circonscription de Calais, on relève des pressions exercées par Madame de Saint-Just, propriétaire, qui a mis comme condition au renouvellement du bail de certains logements, la venue des enfants à l’école privée ». À Dohem, dans la circonscription de Saint-Omer, « trois garçons du cours moyen ont déclaré à l’instituteur avoir brûlé leur livre d’histoire et deux autres sont venus sans leur manuel (Gauthier et Deschamps) ». L’inspecteur d’académie conclut son rapport du 4 février 1910 en insistant sur la très bonne organisation du camp adverse qui lutte désormais pour peupler ses écoles privées. « On ne peut nier que l’agitation grandisse. Nos maîtres en souffrent [...]. Et de fait, jamais l’Église n’a été si combative et si bien organisée pour la lutte. Elle a mis la main sur l’enseignement privé tout entier »142. La rentrée d’octobre 1910 voit une reprise de l’agitation, le conflit devenant une « guerre d’usure »143 comme le note l’inspecteur d’académie le 15 septembre 1910. Dans son rapport du 8 décembre 1910, il relève que les instituteurs souhaitent l’apaisement pour que leurs écoles ne se vident pas sous les offensives répétées du clergé et des associations de père de famille. « C’est surtout dans la région comprise entre Calais, Boulogne et Saint-Omer [...] que l’instituteur et l’institutrice rencontrent des difficultés ».

  • 144 Archives nationales, F17 9 125-3, séance du 15 mai 1914 de la Section permanente.
  • 145 Ibid., séance du 22 mai 1914 de la Section permanente.

50Malgré le déclin progressif de l’agitation, des tensions locales existent épisodiquement jusqu’en 1914. Des plaintes sont déposées devant la Section permanente de l’Instruction publique par des associations de pères de famille. C’est ainsi que dans sa séance du 15 mai 1914, la Section permanente examine divers recours. « Il s’agit de savoir s’il y a lieu de faire sortir de l’école des livres qui ont été régulièrement inscrits sur des listes départementales »144. Des rapporteurs sont à chaque fois désignés qui donnent leur avis après examen des livres. Dans sa séance du 22 mai 1914, la Section permanente examine trois protestations rédigées par des pères du village de Croisilles dans le Pas-de-Calais contre le Cours de morale d’Albert Bayet et le Cours de morale de Jules Payot. C’est Alfred Croiset qui fait le rapport, signalant que le livre de Jules Payot n’est pas destiné aux enfants mais aux éducateurs et aux parents. « L’auteur s’y exprime avec une entière indépendance philosophique, en même temps d’ailleurs qu’avec une grande élévation morale »145. Examinent La morale à l’école du même auteur, qui est bien un manuel scolaire, le rapporteur conclut que « tous ces griefs réunis ne paraissent pas de nature à faire rayer de la liste un livre qui est rempli de bons conseils et de hautes pensées ». Lors de la même séance, le rapporteur Bernès traite de Mes résumés et de Mes nouveaux résumés par V.S. Lucienne, suite à la demande de pères de famille du Pas-de-Calais et d’une plainte de l’évêque d’Arras.

  • 146 Ibid., lettre du recteur Georges Lyon au ministre de l’Instruction publique, 25 février 1914.

51Le 20 juin 1914, le ministre écrit à une quinzaine de pères de famille du Pas-de-Calais pour donner une réponse négative à leur demande d’interdiction de certains manuels, requête émise auprès du recteur de l’académie de Lille, Georges Lyon. Le recteur avait écrit au ministre le 25 février 1914. « J’ai l’honneur de vous faire connaître que je viens de recevoir de Monsieur Tierny, avocat à Arras, par l’intermédiaire de Monsieur l’Inspecteur d’académie du Pas-de-Calais, de nouvelles demandes de radiation de la liste départementale des livres classiques, émises par plusieurs pères de familles »146. Plus d’une dizaine de manuels y sont indiqués dont les manuels d’histoire de Devinat, d’Aulard et Debidour, de Brossolette, de Guiot et Mane, de Gauthier et Deschamps. On y trouve aussi plusieurs manuels de morale dont ceux d’Albert Bayet, de Jules Payot et Mes résumés et Nouveaux résumés de Lucienne. Le recteur a examiné attentivement les manuels et donne son avis sur chacun dans un rapport du 24 mars 1914, n’y voyant pas de réelles « attentations au principe de la neutralité ».

  • 147 Ibid., rapport du recteur Georges Lyon au ministre sur les manuels scolaires, 24 mars 1914, 15 p.

« Il faut noter que les manuels signalés sont en usage un peu partout dans l’académie de Lille. Cependant les protestations que j’ai reçues venaient du seul département du Pas-de-Calais. Quoique l’épiscopat soit bien militant dans notre Nord, il est à croire que, dans le département voisin, il existe plus de combativité encore. Et, en effet, Monseigneur Lobbedey, évêque d’Arras, prélat dont je suis loin de méconnaître les talents, est ami de la lutte. Aussi serais-je bien surpris que son inspiration tout au moins ne fût pas pour beaucoup dans cette nouvelle subite levée de bouclier [...]. Toutes les protestations sont composées de la même manière »147.

52Dans le Pas-de-Calais, la guerre des manuels commence bien avant les initiatives des évêques de France de 1908-1909, et dès 1905, de nombreuses tensions surgissent autour d’un ouvrage, Le Lucienne. Dès lors, sur ce terrain déjà préparé, les initiatives épiscopales postérieures créent une forte agitation qui dure en certains points jusqu’en 1914.

Les facteurs explicatifs de cette mosaïque de situations différenciées

  • 148 Pour le Pas-de-Calais, voir Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle : la vie religieuse (...)

53Tout au long de ces conflits, des divergences existent entre les deux départements mais aussi à l’intérieur de chaque département entre les circonscriptions primaires, différences qui reflètent à la fois la composition socio-professionnelle mais aussi les traditions politiques et religieuses des espaces locaux. Les rapports insistent ainsi sur la vive agitation rencontrée dans la Flandre catholique, sur le littoral et dans la région de Cambrai alors que la lutte est peu active ailleurs. Dans le Pas-de-Calais, l’intérieur très rural, la région de Saint-Omer et de Montreuil sont fortement agités alors que le bassin minier reste calme. Sans revenir sur cette géographie religieuse et politique de la France du Nord148, nous voudrions insister sur quelques points qui permettent d’expliquer l’intensité variable de cette lutte scolaire.

L’importance du rôle modérateur ou incitateur des autorités religieuses et civiles

54La situation dépend en fait beaucoup du positionnement personnel de l’épiscopat et de l’action du clergé local mais aussi de l’attitude des préfets et des représentants de l’État enseignant que sont les maîtres, les inspecteurs d’académie ou les inspecteurs primaires.

  • 149 Louis Capéran, Histoire contemporaine de la laïcité française, tome II, op. cit., p. 193.
  • 150 Pierre Pierrard (dir.), Histoire des diocèses de France, tome VIII, Cambrai et Lille..., op. cit.,(...)

55 Le rôle des évêques. Dans le Nord, les autorités à la fois civiles et religieuses font tout pour éviter le conflit direct, donnant des consignes de modération et de dialogue. Les évêques apparaissent modérés et ralliés à la République même s’ils souhaitent bien évidemment une école réellement neutre et l’affirmation d’une forte école privée chrétienne. En mai 1881, Monseigneur Alfred Duquesnay (1814-1884), ancien aumônier du lycée Henri IV et de l’École normale supérieure, ancien évêque de Limoges, remplace à la tête du diocèse de Cambrai Monseigneur Régnier, en poste depuis 1850 et décédé en janvier 1881. S’il multiplie à son arrivée, les déclarations hostiles aux lois scolaires, n’hésitant pas à affirmer que ces lois sont plus funestes que la guerre de 1870 et que, « si ce régime dure dix ans, la France sera pourrie jusqu’à la moelle, la France sera rayée des nations civilisées »149, il est vite rappelé à plus de modération par le pouvoir et par Rome. Il a aussi la réputation d’être un prélat assez libéral, faisant le choix de la résistance légale150. Il n’intervient pas vraiment dans la première guerre des manuels. Il faut se préparer à livrer bataille sur le long terme par une œuvre d’apostolat et d’éducation des masses. Dans sa longue lettre pastorale du 29 juin 1882 sur les écoles et l’enseignement primaire, il fait un point précis de la situation et appelle, au-delà de la dénonciation générale des lois Ferry, à une attitude de modération et de défense des intérêts catholiques mais dans le respect de la loi.

Lettre pastorale de Monseigneur Duquesnay, 29 juin 1882
« Alfred DUQUESNAY, par la miséricorde divine et l’autorité du Saint-Siège apostolique, Archevêque de Cambrai, [...]. Au clergé et aux fidèles de notre diocèse, salut et bénédiction en Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Nos très chers Frères,

L’un des principaux devoirs de notre charge pastorale est de vous signaler les dangers qui menacent votre foi et de vous indiquer les moyens de les conjurer. Il nous serait plus doux assurément de travailler avec vous à orner vos âmes des dons de la Grâce et de vous enseigner les chemins de la perfection chrétienne [...]. Mais l’heure présente est au combat et à la défense. Nous avons à nous concerter pour sauvegarder nos plus chers intérêts. Il s’agit, NTCF, de vos enfants, de leur foi religieuse, de leur salut éternel. Est-il au monde affaire plus importante ? Le 28 mars dernier, une loi a définitivement mis la religion, ses enseignements et ses pratiques à la porte des écoles publiques. De par cette loi, défense de prier à l’école, défense d’y faire apprendre le catéchisme ; et quant à l’assistance aux offices du dimanche, quant à la confession et à la communion des enfants, l’instituteur n’a plus à s’en occuper, la loi le lui défend [...].

  • 151 AD du Nord, 2 V 117, lettre pastorale et mandement de Monseigneur Duquesnay, 29 juin 1882, 15 p.

Une des raisons mises en avant pour enlever à la loi nouvelle son caractère anti-religieux et calmer vos légitimes appréhensions est celle-ci : les écoles régies par la loi du 28 mars ne seront pas, dit-on, hostiles à la religion, elles sont simplement neutres ; c’est-à-dire que si l’on n’y fait plus prier les enfants, si on ne leur enseigne plus le catéchisme, on ne dira rien et on ne fera rien contre la religion, on ne s’en occupera pas, laissant ce soin aux parents et aux pasteurs. NTCF, le simple bon sens fait justice de cette erreur ; car c’est une erreur et des plus dangereuses. En effet, n’est-il pas évident qu’il y a certaines questions sur lesquelles la neutralité n’est ni possible ni permise ? Dites, peut-on, doit-on rester neutre et indifférent quand il s’agit de propriété, d’honneur, de patriotisme ? Êtes-vous, pouvez-vous être neutres et indifférents quand la santé et la vie de vos enfants est en jeu ? Et l’on prétend que vous soyez neutres sur ces grandes et capitales questions de la foi et de la loi chrétienne ; et l’on veut que vous consentiez à confier vos enfants de 6 à 13 ans, à des maîtres qui ne leur diront jamais un seul mot de religion [...]. Ne voyez-vous pas, ne comprenez-vous pas que votre enfant n’entendant jamais parler de la religion, en concluera qu’elle n’a aucune importance et qu’on peut très bien s’en passer ; que n’étant jamais convié à la prière, il ne priera jamais ? Il grandira cet enfant, il vivra sans religion [...]. Non, NTCF, mille fois non, la neutralité religieuse n’est ni licite ni possible dans l’enseignement donné à la jeunesse, le bon sens pratique suffit à le démontrer. [...]. Quoique nous puissions nous dire, il faut subir cette loi ; mais comme le disait encore N.S. Père Léon XIII, « s’il n’est pas en notre pouvoir de changer l’état présent des choses, il est de notre devoir de chercher à en amoindrir les maux et à rendre moins sensibles les dommages qui en sont la conséquence »151.

56Il s’adresse alors aux curés et vicaires pour insister sur leurs missions démultipliées. Ils doivent « neutraliser autant que possible les effets désastreux de la nouvelle loi scolaire » en s’engageant dans l’enseignement du catéchisme et en favorisant les associations d’hommes et de femmes qui pourront y contribuer. Il faut recruter des catéchistes volontaires et vérifier la présence des enfants à la messe. « Prêtres de J-C, un autre Hérode s’est trouvé qui a prescrit un nouveau et cruel massacre des Innocents. Plus heureux que les mères de ces premiers martyrs de J-C, vous lutterez avec non moins de courage et avec plus de succès ». L’archevêque s’adresse ensuite aux chefs de famille pour insister sur le fait qu’ils ne peuvent se désintéresser de l’éducation chrétienne de leurs enfants. La famille doit être le premier lieu d’apprentissage et de pratique de la religion.

« Si dans vos paroisses vous avez le bonheur de posséder une école chrétienne, n’hésitez pas à la préférer à l’école neutre et sans Dieu. Comprenez bien que ce n’est pas un simple conseil que nous vous donnons, c’est un devoir strict et rigoureux que nous vous rappelons. Qu’il serait donc désirable de voir s’élever dans chaque paroisse des écoles chrétiennes libres ! Nos frères et voisins, les catholiques belges nous ont devancés. Au prix des plus généreux sacrifices, ils ont presque partout leurs écoles primaires libres. Nous en avons, nous aussi, grâce à Dieu, et nous ne saurions trop louer et bénir les comités paroissiaux ou diocésains, les œuvres du denier des écoles qui coopèrent à la fondation et à l’entretien de ces établissements ».

57Dans les communes où elles n’existent pas, il faut subir l’école neutre mais en la surveillant pour que rien n’y soit entrepris contre la religion. L’archevêque s’adresse ensuite aux instituteurs et aux institutrices pour leur renouveler sa confiance. « Aux religieux et religieuses, nous dirons : ne quittez qu’à la dernière extrémité le poste que vous occupez ; acceptez, subissez les conditions qui vous sont imposées pourvu qu’elles n’engagent pas votre conscience de chrétiens et de religieux [...]. Soyez déférents aux autorités municipales et universitaires sans cependant aller jusqu’à des complaisances qui compromettraient la dignité de votre caractère ». Il témoigne alors de sa sympathie envers les instituteurs et institutrices laïques qui, pour la plupart, sont toujours chrétiens. Ils doivent continuer à donner le bon exemple. L’archevêque de Cambrai, on le voit, dénonce certes les lois Ferry mais on perçoit nettement sa volonté, à plus long terme, de réaffirmer les préceptes de la vie chrétienne.

  • 152 Bernard Ménager, La laïcisation des écoles communales..., op. cit., 1971, p. 77.

58Dans l’affaire des manuels, l’attitude de Monseigneur Duquesnay apparaît « remarquablement prudente »152. Il s’abtient de lire en chaire le décret de l’Index mais garde aussi le silence dans son mandement de carême et dans toutes ses lettres officielles. Il donne la conduite à tenir dans une lettre aux doyens, curés et prêtres de son diocèse le 15 décembre 1882. L’archevêque y revient sur « l’application de la triste loi du 28 mars » et signale que, dans plusieurs communes, « on paraît user de ménagements et on laisse encore faire comme par le passé » par peur des réactions des populations. Les curés ont multiplié les initiatives pour contrer la loi, réunissant les élèves avant l’heure de l’école pour faire réciter le catéchisme. Des catéchistes volontaires sont venus aider le prêtre. Monseigneur Duquesnay vante alors les mérites d’une certaine forme de méthode mutuelle :

  • 153 AD du Nord, 2 V 117, Lettre circulaire de Monseigneur l’Archevêque de Cambrai, 15 décembre 1882, 4 (...)

« Laissez-moi vous indiquer un moyen très ingénieux, employé avec un remarquable succès. Le doyen avait divisé son catéchisme en groupes de douze enfants. À la tête de chaque groupe, il avait placé un petit moniteur ou une petite monitrice, choisis parmi les plus intelligents et formés ad hoc par le curé. À un moment donné, ces groupes se disséminaient, çà et là dans l’église et les moniteurs ou monitrices faisaient réciter la lettre et même répétaient les explications les plus élémentaires. Le bon curé, lui, se promenait à travers ces groupes, surveillait et encourageait tout ce petit monde »153.

59Curieux renversement de situation quand on sait que l’Église combattit de manière très forte entre 1815 et 1830, la méthode lancastérienne. L’archevêque en vient alors aux manuels :

  • 154 Ibid.

« J’appelle, Messieurs, toute votre vigilance sur ces livres, ils peuvent empoisonner l’âme des enfants. Si on introduit dans vos écoles un mauvais manuel, cherchez d’abord par la persuasion à l’en faire sortir. Faites vous appuyer dans vos réclamations par des pères de famille et, si vous le pouvez, par l’autorité municipale. Si l’instituteur résiste, envoyez-nous immédiatement le mauvais livre, et je vous promets que nous soutiendrons vos légitimes protestations »154.

  • 155 Archives nationales, F19 5900, lettre du préfet Cambon sur l’attitude électorale du clergé du Nord (...)

60Monseigneur Duquesnay invite son clergé à user de démarches officieuses plutôt que de recourir à des actions publiques spectaculaires. Le préfet Jules Cambon maintient des contacts réguliers avec lui et la plupart des conflits sont réglés à l’amiable, en lien avec les inspecteurs d’académie. Le préfet Cambon le relève d’ailleurs dans une note concernant l’attitude électorale du clergé en 1885 : « Lorsque la question du non-enseignement du catéchisme dans les écoles et le manuel Paul Bert passionnaient la France, la conscience religieuse de nos populations fut profondément troublée [...]. Je pus constater que, dans ce département considérable où les populations sont si pieuses et le clergé si nombreux et si puissant, l’attitude de nos ecclésiastiques fut assez réservée et que je n’eus à signaler à l’archevêque que quatre ou cinq de ses prêtres »155. Le Progrès du Nord insiste d’ailleurs, le 24 septembre 1882, sur l’application assez facile des lois Ferry. « La loi sur l’enseignement primaire obligatoire reçoit partout son application avec une facilité et une régularité que les journaux cléricaux n’attendaient pas ». L’Écho du Nord semble voir juste lorsqu’il insiste, le 3 mars 1883, dans un article intitulé « Ultramontains et concordataires » et qui reprend un texte paru dans L’indépendance belge, sur la retenue du haut clergé nordiste :

  • 156 BM de Lille, L’Écho du Nord du 3 mars 1883.

« L’archevêque de Cambrai est un des quarante et quelques prélats français qui ne se sont pas mêlés officiellement à la campagne menée contre les livres de classe condamnés par la Congrégation de l’Index. Son dernier mandement ne touche à aucune question irritante et la presse cléricale attend encore ses appréciations sur les livres de Madame Gavoille, de Messieurs Compayré et Paul Bert. De guerre lasse, ne voyant rien venir, les cléricaux ont pris le parti d’agir par eux-mêmes »156.

  • 157 Voir Pierre Pierrard (dir.), Histoire des diocèses de France, tome VIII, Cambrai et Lille..., op. (...)

61Lors de la seconde guerre des manuels, en 1908-1910, c’est Monseigneur Étienne-Marie Alphonse Sonnois qui est à la tête du diocèse de Cambrai depuis janvier 1893 (jusqu’à sa mort en juin 1913) et qui apparaît également libéral et modéré157.

  • 158 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle... op. cit., volume I, « Jean-Baptiste Lequette  (...)
  • 159 Ibid., tome II, p. 662.
  • 160 BM de Lille, Le progrès du Nord du 24 septembre 1882. Voir aussi Yves-Marie Hilaire, Une chrétient (...)
  • 161 BM de Lille, Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais du 9 février 1883.

62Dans le Pas-de-Calais voisin, le contexte de la première guerre des manuels est celui de mutations rapides des évêques qui n’ont pas réellement le temps d’agir en profondeur. Après les longs exercices épiscopaux du cardinal de la Tour d’Auvergne (1802-1851), de Pierre Louis Parisis (1851-1866) et de Monseigneur Jean-Baptiste Lequette158 (1866-juin 1882), le diocèse d’Arras connaît des années plus instables. « Le siège épiscopal d’Arras qui n’a eu que trois titulaires en quatre-vingts ans se trouve trois fois vacant en dix ans. À chaque vacance, le problème de l’adaptation de la politique religieuse régionale et de la pastorale diocésaine aux circonstances nouvelles est posé159 ». Après bien des tensions entre ultramontains et libéraux, Monseigneur Meignan (1827-1896) est choisi par le décret du 20 septembre 1882. Il a une réputation de clerc conciliateur et libéral160, mais quitte le diocèse dès janvier 1884 pour rejoindre l’archevêché de Tours. Guillaune-René Meignan a, un temps, suivi les cours de Victor Cousin à Paris et fréquenté les universités de Munich, Dresde, Lepizig et Berlin. Auteur de nombreux ouvrages, il a aussi été professeur d’écriture sainte en Sorbonne et membre du Conseil supérieur de l’Instruction publique. Il connaît donc bien le monde de l’enseignement public et n’apparaît pas comme un intransigeant. Prélat expérimenté, figure intellectuelle de grande valeur, il aime la vie retirée mais entretient des rapports courtois avec l’administration républicaine. Le propagateur du Nord et du Pas-de-Calais, le 9 février 1883, fait mention de la brillante instruction pastorale de Monseigneur Meignan qui appelle « à la fermeté chrétienne » face à l’offensive antireligieuse, en appelant à un approfondissement de la foi. Mais le texte ne mentionne pas la question des manuels scolaires161.

  • 162 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle..., op. cit., tome II, « Alfred Williez », p. 70 (...)
  • 163 Ibid., p. 761. Voir aussi Archives nationales, F17 9 125-11, L’Univers du 27 mai 1910.
  • 164 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle... op. cit., tome II, « L’épiscopat d’Émile Lobb (...)
  • 165 Voir Catherine Gremion et Philippe Levillain, Les lieutenants de Dieu. Les évêques de France et la (...)

63Pour la seconde guerre des manuels, par contre, le département du Pas-de-Calais s’agite davantage. Si tout n’est pas lié à la seule présence de l’évêque nommé à la tête du diocèse depuis avril 1892, il est vrai que Monseigneur Alfred-Alexis-Casimir Williez, cette fois, souffle plutôt sur les braises qu’il ne tente de les éteindre. C’est pourtant un disciple de Meignan jugé modéré lorsqu’il arrive à Arras, ce qui inquiète d’ailleurs les intransigeants162. En fait, après une période où l’évêque joue la carte du ralliement, il reconsidère peu à peu son attitude et insiste sur les limites de la politique de conciliation face aux « épreuves de la séparation », se transformant alors en un énergique défenseur des droits de l’Église face à la politique radicale des gouvernements après 1899. L’Amicale des instituteurs du Pas-de-Calais assigne d’ailleurs Monseigneur Williez devant le Tribunal civil d’Arras pour son combat contre l’école laïque163. Le 25 mai 1909, le tribunal condamne l’évêque à verser 500 francs de dommages et intérêts aux Amicales et aux dépens. Monseigneur Williez fait alors appel mais décède en 1911 avant que la cour ne rende son jugement. C’est alors Monseigneur Émile-Louis Lobbedey164 qui lui succède jusqu’en 1915, poursuivant la lutte. Flamand, issu d’une famille bourgeoise de Bergues, cet ancien évêque de Moulins est soutenu par les catholiques intransigeants et apparaît comme un adversaire acharné de l’abbé Lemire et des prêtres démocrates. Les « lieutenants de Dieu sur la terre165 » n’ont donc pas un positionnement unanime dans ces affaires de manuels scolaires, en particulier en 1908-1910, ce qui peut expliquer les différences relevées entre le Nord et le Pas-de-Calais.

  • 166 André Bargeton (dir.), Dictionnaire biographique des préfets (1870-1940), Paris, Archives national (...)
  • 167 Bibliothèque municipale de Lille, Le Progrès du Nord du 2 février 1883.

64 Le rôle des administrateurs de l’État. Les inspecteurs d’académie, aux commandes des deux départements, prêchent la modération, tout en défendant comme ils peuvent les maîtres, en lien avec le recteur d’académie mais surtout avec le préfet. Le préfet du Nord Jules Cambon (février 1882-1887) applique certes les mesures de laïcisation mais il apparaît prudent et conciliateur, tout comme le préfet Paul Bihourd dans le Pas-de-Calais (1880-1883) et son successeur Henry Vel-Durand166. Les inspecteurs d’académie multiplient les consignes auprès des inspecteurs primaires, qui doivent certes relever les violations du droit, mais aussi négocier, expliquer et désamorcer les tensions. Dans le Nord, l’inspecteur Anthoine, très respectueux du clergé, est remplacé en 1880 par Irénée Carré, plus favorable à la laïcité scolaire, mais il est promu inspecteur général en 1882 au grand regret des républicains. Il est alors remplacé par Bruneel qui applique la loi de manière modérée. Le Progrès du Nord du 2 février 1883 insiste ainsi sur les bienfaits des conférences pédagogiques organisées par l’inspecteur d’académie. « Afin de conserver à l’instruction primaire du Nord son unité et afin de l’empêcher de s’égarer faute de direction précise »167, l’inspecteur d’académie a réuni les 67 inspecteurs primaires et un groupe d’instituteurs représentant toutes les circonscriptions, pour donner ses consignes. Dans le Pas-de-Calais, les inspecteurs d’académie Beurier (jusqu’en 1882) puis C.-F. Ridoux font de même.

  • 168 Archives nationales, F17 11 652, lettre du recteur au ministre, 17 septembre 1883.

65En 1908-1910, préfets et inspecteurs jouent toujours la carte de l’apaisement. Dans le Pas-de-Calais, les préfets Félix Trépont (1907-1911) puis Léon Briens (1911-1918) tentent de soutenir les maîtres de l’école publique sans jeter d’huile sur le feu. Dans le Nord, le préfet Louis Vincent, grand connaisseur d’un département qu’il dirige entre 1899 et 1911, multiplie les signes d’apaisement tout comme son successeur Félix Trépont venant d’Arras. Les inspecteurs d’académie du Nord, Dubuc et Prélat, comprennent vite qu’ils n’ont pas intérêt à se lancer dans l’agitation recherchée par le parti clérical et gèrent, au cas par cas, avec les inspecteurs primaires, les points de tension. L’inspecteur d’académie L.-H. Ferrand (jusqu’en 1910) puis son successeur M. Béquignon pratiquent la même politique dans le Pas-de-Calais. Il ne faut pas non plus croire, en particulier pour la première guerre des manuels en 1882-1883, à une application instantanée des lois Ferry. Il y a loin du texte à la pratique et l’application de la législation fait l’objet d’accommodements. Il est ainsi fréquent de voir l’instituteur opter pour un enseignement moral et civique consensuel en évitant l’emploi des manuels contestés. Le maître demeure encore bien souvent le chantre à l’église et conduit les élèves à la messe le dimanche, étant lui-même souvent catholique. Dans de nombreuses communes, les maîtres et maîtresses continuent à travailler en 1883 comme ils le faisaient auparavant. Le conseil municipal n’est d’ailleurs pas prêt à faire le sacrifice financier pour acheter les nouveaux manuels. Le recteur de Douai note, le 17 septembre 1883, que dans le département du Pas-de-Calais, « aucun manuel n’a été mis entre les mains des enfants des écoles »168 et que cela ne sera fait que pour la rentrée de 1884 au mieux. Le concret des situations éducatives empêche ici l’agitation nationale relayée par la presse d’opinion.

L’importance fondamentale des contextes locaux : deux exemples

66Les évêques dirigent une troupe nombreuse de desservants qui, dans les paroisses, animent la vie religieuse. Si le devoir d’obéissance existe, les prêtres ne forment cependant pas une troupe uniforme. Dès lors, le nuancier de l’attitude des prêtres – comme des maîtres d’école d’ailleurs - est infini. Le contexte local apparaît fondamental et la question des manuels peut très bien ne mobiliser personne comme elle peut faire rejouer d’anciennes failles politico-religieuses dans une partie de la population.

L’affaire de Mingoval : un prêtre et un inspecteur peu conciliants

  • 169 AD du Nord, 2 T 412, dossier Mercier, rapport d’avril 1908 signé de l’inspecteur d’académie du Pas (...)

67C’est ainsi que l’inspecteur primaire Mercier, à la tête de l’arrondissement de Saint-Pol-sur-Ternoise (Pas-de-Calais), ardent défenseur de la laïcité, est en partie responsable de l’agitation forte qui règne dans sa circonscription. Il recommande le Cours Lucienne, ce qui met en colère les associations de pères de famille. Elles écrivent au ministre qui tente de faire intervenir l’inspecteur d’académie pour l’appeler à plus de diplomatie mais l’inspecteur Mercier estime avoir le droit pour lui, le Lucienne étant conforme à l’Organisation pédagogique départementale approuvée par le Conseil départemental du 27 octobre 1904. Né en 1861 dans la Somme, Louis Adolphe Mercier est un ancien élève de l’école normale d’Amiens (1877-1880), qui est enseignant en Cochinchine, à Saigon, pendant de nombreuses années (1883-1896), avant de devenir inspecteur primaire. Il arrive à Saint-Pol-sur-Ternoise en 1901, conservant un fort esprit missionnaire. Ses supérieurs relèvent à la fois son travail et son absence de tact. « Inspecteur très laborieux qui se surmène avec une bonne volonté admirable pour diriger lui-même toutes ses écoles. Et c’est bien là son tort. Son action n’est plus en simple contrôle, elle serre de trop près l’instituteur ; elle anéantit chez lui toute spontanéité [...]. Il y a chez lui de l’apôtre »169. Mais cet apôtre de l’école laïque, lorsqu’il rencontre sur son chemin un apôtre tout aussi dynamique du catholicisme, laisse parler la poudre. L’affaire de Mingoval, qui a les honneurs de la presse nationale, est un bon exemple de l’importance des facteurs personnels et locaux dans cette guerre des manuels. Chaque fois qu’un instituteur est l’objet de pressions de la part d’un prêtre, l’inspecteur se mêle à la lutte pour le défendre. Son attitude, si elle permet de régler de nombreuses affaires, rencontre à Mingoval un opposant de poids en la personne du prêtre, M. de Bersacques. Le dimanche 6 mars 1910, une grande cérémonie est organisée, présidée par le secrétaire personnel de l’évêque d’Arras, M. Delpierre, qui félicite les 9 enfants du cours moyen qui ont refusé de suivre les leçons d’histoire dans le Guiot et Mane. M. Delpierre remet solennellement une médaille aux élèves dissidents. L’inspecteur primaire, furieux, se rend sur place dès le lundi pour interroger les élèves. Le curé lui reproche alors d’avoir dicté des réponses mensongères et le conflit s’envenime, l’Univers relatant l’affaire dans son édition du 14 mars 1910. Quelques jours plus tard, des élèves du cours élémentaire refusent de répondre aux questions du maître.

  • 170 Archives nationales, F17 9 125-11, Affaire de Mingoval. Voir L’Univers du 13 avril 1910, Le Gauloi (...)
  • 171 AD du Pas-de-Calais, T 1383, Le Journal de Saint-Pol du 17 juillet 1910.
  • 172 Bulletin religieux de Mingoval décembre 1911.

68L’inspecteur Mercier décide d’intenter un procès contre l’envoyé de l’évêque (M. Delpierre) et contre le curé (M. de Bersacques) devant le tribunal correctionnel de Saint-Pol-sur-Ternoise, persuadé que ce sont leurs paroles qui ont incité les élèves à la rébellion170. Lors de l’audience du 8 juillet 1910, la salle est comble. Une vingtaine d’ecclésiastiques sont là. L’inspecteur Mercier qui est retenu par l’examen du certificat d’études, ne peut être présent. Les accusés minimisent alors leur rôle dans l’agitation mais le Président du Tribunal rend hommage à la sincérité de l’inspecteur Mercier, signalant qu’aucun doute ne peut exister sur l’exactitude de ses déclarations. Le président renvoie cependant les prévenus sans dépens. Cet acquittement ne satisfait pas les instituteurs du canton d’Aubigny qui, le soir même, votent une motion pour protester contre les attaques injustifiées dirigées contre l’école. L’Univers du 10 juillet 1910 titre au contraire sur « l’effondrement d’une machination » et loue la décision. Le journal de Saint-Pol publie le 17 juillet, un compte rendu du procès et s’inquiète : « les prêtres ont le droit de bafouer les lois scolaires, d’approuver ceux qui les violent, d’exciter les enfants à violer les lois scolaires »171. Le procureur fait appel de la sentence et l’affaire est rejugée par la Cour d’appel de Douai en octobre 1910 qui prononce un nouvel acquittement. C’est alors le ministre de l’Instruction publique qui se pourvoit en cassation, la cour se rangeant cependant, le 3 février 1911, derrière la décision de la cour d’appel. Le curé de Mingoval peut laisser éclater sa joie revancharde : « Nous sommes acquittés à Saint-Pol, à Douai, à Paris. Voilà, Messieurs les primaires. Trois bonnes vestes l’une sur l’autre. Heureux primaires ! Vous voilà chaudement vêtus pour passer le reste de l’hiver »172.

  • 173 AD du Nord, 2 T 412, dossier de l’inspecteur primaire Mercier, Le Journal de Saint-Pol du 25 févri (...)
  • 174 Ibid., rapport de notation de l’inspecteur d’académie daté du 23 mars 1912.

69La lutte se poursuit ensuite. L’abbé, dans le Bulletin religieux de Mingoval de mars 1911, s’en prend toujours à l’inspecteur. « À la manière de Descartes, M. Mercier dit : J’expulse donc je suis là ». L’exclusion des élèves récalcitrants est portée de huit à quinze jours puis dure jusqu’à la soumission complète. L’inspecteur polémique avec le curé de Mingoval via la presse locale en 1912. Le Journal de Saint-Pol du dimanche 25 février 1912, publie en première page, une longue lettre ouverte de Mercier destinée à Monsieur de Bersacques où il continue à croiser le fer sur la religion et son rôle, insistant sur « Pourquoi je ne vais plus à la messe », l’inspecteur discutant de théologie et d’exégèse sur la figure de la Vierge Marie et ses équivalents dans d’autres religions. « Les cérémonies catholiques sont tout simplement une copie des fêtes païennes [...]. Avons-nous au moins une garantie que la Sainte Vierge est bien une figure originale ? »173. L’inspecteur d’académie tente de le faire taire, lui demandant de ne plus signer d’articles de son nom, mais l’inspecteur continue avec un pseudonyme qui ne trompe personne. Les deux adversaires se répondent par journal interposé, l’un par le Bulletin paroissial ou la Croix d’Arras, l’autre par le Courrier de Saint-Pol. L’inspecteur d’académie note dans son rapport du 23 mars 1912 : « Il était bien au-dessus de ses forces de convertir le curé de Mingoval à l’espèce de religion laïque que professe Monsieur Mercier »174.

L’affaire de Clary : derrière le manuel, chercher le politique

  • 175 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur d’académie du Nord du 28 mars 1910.

70L’affaire de Clary est également exemplaire des interférences multiples qui se produisent entre le champ scolaire et les enjeux politiques communaux ou les rancœurs locales175. Suite à de nombreux incidents dans la commune, située au sud-est de Cambrai, l’inspecteur primaire Dessaint se rend sur place et rencontre le maire, l’instituteur et l’institutrice.

  • 176 AD du Nord, 1 T 68-11, rapport de l’inspecteur primaire de Cambrai à l’inspecteur d’académie, 24 f (...)

« Jusqu’aux vacances de 1909, la situation scolaire à Clary était des plus normales. Monsieur François, directeur de l’école de garçons y exerçait depuis 1905. 11 paraissait avoir gagné peu à peu la confiance des familles. Mademoiselle Dhélin, directrice de l’école de filles, était à Clary depuis 1908 seulement. Très réservée, elle vivait peut-être un peu trop retirée et était relativement peu connue de la population [...]. Survint la lettre des Évêques. Aussitôt l’agitation commence. Un jeune vicaire turbulent commence la guerre à l’école laïque sur le prétexte qu’à l’école des filles on enseigne l’Histoire de France de Gauthier et Deschamps et qu’à l’école de garçons, on use des Lectures morales de Devinat (qu’il confond sans doute avec l’Histoire du même auteur) »176.

71À force d’exhortations en chaire, au catéchisme ou lors de ses visites dans les familles, le vicaire réussit à mobiliser un certain nombre de parents. Les critiques se multiplient contre Mademoiselle Dhélin. À la fin de l’année 1909, une première pétition, signée par 26 pères de famille (sur plus de 200 familles dans la commune), est remise au maire, Monsieur Brasseur. Au lieu de temporiser, le maire multiplie les pressions sur les deux maîtres pour qu’ils changent de manuels. À l’école de filles, un certain nombre d’enfants refusent de se servir de leur livre d’histoire, mais aussi d’apprendre et de réciter leur leçon. Après bien des discussions, la maîtresse décide trois jours d’exclusion pour plusieurs élèves. Ces dernières reviennent dans le même état d’esprit et sont exclues un mois. Le conseil municipal se mêle de l’affaire et décide, dans sa délibération du 16 février 1910, de centraliser la distribution des fournitures scolaires qui ne passera plus par les instituteurs. L’affaire en étant à ce stade, l’inspecteur va sur place rencontrer le maire qui lui propose de venir rencontrer les parents. Un second rapport de l’inspecteur, daté du 3 mars 1910, permet de comprendre qu’il est tombé dans un piège lors de cette réunion du 2 mars.

  • 177 Ibid., rapport de l’inspecteur primaire de Cambrai du 3 mars 1910, 7 p.

« Au jour dit, à 11 heures, j’étais au lieu du rendez-vous où se trouvaient déjà Monsieur le maire de Clary et environ une douzaine de pères et mères de famille [...]. Nui parmi nous, leur dis-je, ne songe à déclarer que vos enfants ne vous appartiennent pas, que vous ne pouvez pas les élever comme bon vous semble. Vous êtes catholiques : vous avez le droit de l’être. Vous avez le droit d’élever vos enfants dans vos croyances. L’école ne doit pas se permettre de porter atteinte à ce droit. MAIS nous recevons aussi à l’école des enfants de protestants, des enfants de libres penseurs : ils ne sont pas plus que les autres mais ils ne sont pas moins non plus »177.

72Le maire demande que l’on en vienne au cœur du sujet, mettant sous les yeux de l’inspecteur « une liasse de plaintes ». Selon l’inspecteur, la plupart ont été rédigées par les enfants qui ont ensuite fait signer leurs parents alors que le maire et le vicaire, la veille au soir, ont réalisé une vaste tournée au domicile des parents pour recueillir les signatures.

  • 178 Ibid.

Les griefs des chefs de famille contre l’institutrice de Clary
1) « Mademoiselle Dhélin aurait dit à ses élèves que le mot Dieu ne doit pas prendre de majuscule ». L’inspecteur répond que, dans les règles orthographiques françaises, cela peut être vrai et qu’il faut bien saisir l’exemple qui a été utilisé. Il va donc procéder à une enquête auprès de la maîtresse et des élèves présents ce jour-là. 2) « Mademoiselle Dhélin a fait apprendre une poésie dont elle a supprimé deux strophes où l’on parlait de Dieu ». L’inspecteur répond qu’elle en a le droit car le texte était long et qu’elle l’a certainement fait justement pour respecter la neutralité scolaire. 3) « Dans Le Tour de la France par deux enfants, on a passé ce qui est relatif à Jeanne d’Arc. Mademoiselle Dhélin aurait dit : « nous verrons cela en histoire ». L’inspecteur répond que c’est son droit. 4) En histoire, « Mademoiselle Dhélin dit que Jeanne d’Arc a cru entendre des voix. Autrefois on disait : elle a entendu des voix ». L’inspecteur Dessaint doit argumenter longuement sur cette nuance qui est, selon lui, une nouvelle preuve de la volonté de l’institutrice de respecter la neutralité. « Le catholique reste libre de croire à la réalité des voix mais l’institutrice laïque ne peut affirmer cette réalité sans manquer à son devoir de neutralité ». 5) Mademoiselle Dhélin a dit à quatre élèves qu’elle se ferait enterrer civilement ». L’inspecteur va mener une enquête pour savoir si cela a vraiment été dit et dans quel contexte. 6) Mademoiselle Dhélin est une mauvaise institutrice. « Ces élèves n’apprennent rien ; elle ne fait aucune heure supplémentaire ». L’inspecteur vante les mérites pédagogiques de la maîtresse qu’il a déjà inspecté. Les heures supplémentaires ne sont pas une obligation. Sa santé est fragile. 7) « On ne veut plus du livre d’histoire Gauthier et Deschamps ni du livre de lecture et de morale de Devinat ». L’inspecteur argumente et signale que ces livres étaient déjà en usage il y a plusieurs années sans que cela ne pose aucun problème ; on les utilisait même dans des écoles privées. Puis « survient la lettre des évêques et alors voilà les réclamations qui surgissent ». Les pères de famille signalent alors que les évêques sont plus capables que quiconque dans ces questions et que les catholiques doivent leur obéir. On examine alors quelques pages des manuels178. « Le maire se lève, hors de lui, et commence à crier ; Vous ne voyez donc pas qu’il se moque de vous, qu’il vous fait perdre votre temps et le mien [...]. Oh ! Elle est jolie votre liberté ! [...]. Nous avons moins de liberté qu’en Russie. [...]. Je les connais les administrateurs. [...]. Vous êtes au service des Loges. Ce sont les francs-maçons qui sont envoyés ici ».

73L’inspecteur demande des sanctions contre le maire :

  • 179 Ibid.

« Si des mesures énergiques ne sont pas prises à l’égard du maire de Clary, je ne sais ce qui va advenir de cette commune [...]. On a déjà brisé les vitres chez l’institutrice ; on a déjà barbouillé sa porte avec des excréments ; on a déjà lancé dans sa cour et son jardin des projectiles divers [...]. Cette institutrice ne mérite en aucune manière les mauvais traitements qu’on lui inflige. On n’ose pas s’attaquer à l’instituteur parce qu’il est un homme et que, peut-être, il saurait se défendre179 ».

  • 180 Ibid., rapport du sous-préfet de Cambrai au préfet du Nord, 14 mars 1910.

74Le sous-préfet de Cambrai écrit le 14 mars 1910 au préfet et propose que le maire soit sanctionné. Le maire est « l’homme-lige des réactionnaires180 ». Il a ameuté la population contre l’école laïque, fait désobéir les élèves et abusé de son autorité. Il a aussi injurié grossièrement l’inspecteur Dessaint, l’administration du gouvernement et de la République. Le maire est alors suspendu pendant un mois par un arrêté préfectoral du 2 avril 1910. La question des manuels scolaires n’est ici qu’un prétexte pour condamner plus largement l’école laïque, on le devine dans la pluralité des griefs adressés à l’institutrice.

L’inégale densité des réseaux scolaires public et privé

  • 181 Christian Amalvi, « Les guerres des manuels autour de l’école primaire en France (1899-1914) », ar (...)
  • 182 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au ministre, 11 mai 1 (...)

75Un dernier élément apparaît fondamental pour expliquer la diversité des réactions. Si Christian Amalvi relève le caractère essentiellement rural des conflits181, il note également l’importance du contexte scolaire. Le fait de disposer d’une importante offre scolaire privée apparaît comme un facteur d’apaisement, le conflit ne faisant qu’accentuer l’hémorragie des effectifs de l’école laïque. A contrario, si le département ne dispose pas d’écoles privées nombreuses où les familles mécontentes puissent déplacer leurs enfants, l’enjeu du contrôle de l’école publique devient majeur. L’inspecteur d’académie du Nord, dans sa lettre au ministre du 11 mai 1909, dégage bien cette réalité en montrant la faiblesse du mouvement de création des associations de pères de familles. « Il y a lieu de penser que ces associations hostiles à l’école laïque n’exerceront dans notre département qu’une influence limitée. Le nombre des écoles privées est encore considérable dans notre région, et cette circonstance que, dans beaucoup de localités, les parents ont le choix entre l’école publique et l’école privée, favorise mal un contrôle malveillant des familles sur l’enseignement de nos écoles »182. L’inspecteur d’académie du Pas-de-Calais, quant à lui, perçoit en février 1910, les efforts faits par le camp clérical pour développer les écoles privées à son profit.

  • 183 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Pas-de-Calais au ministre, 4 février 1910.

« Jamais l’Église n’a été si combative et si bien organisée pour la lutte. Elle a mis la main sur l’enseignement privé tout entier ; jadis les congrégations et l’Évêché s’entendaient plus ou moins ; Aujourd’hui, l’enseignement privé fait un corps bien homogène, bien hiérarchisé, bien inspecté. L’évêque nomme, les inspecteurs diocésains contrôlent, les curés surveillent. On a réalisé en fait, et peut-être en droit, un véritable syndicat des écoles privées du diocèse [...]. Il existe donc à l’Évêché, une inspection académique bis »183.

  • 184 M. Pierre, « Situation du service de l’instruction primaire dans le département du Nord pendant l’ (...)

76 Dans le département du Nord, le rapport sur la situation de l’instruction primaire en 1898, permet de saisir les principales évolutions entre 1876 et 1898184.

Nombre des écoles primaires publiques dans le département du Nord (sans les écoles maternelles, les cours complémentaires et les EPS)

Nombre des écoles primaires publiques dans le département du Nord (sans les écoles maternelles, les cours complémentaires et les EPS)

Nombre des écoles primaires privées dans le département du Nord (sans les écoles maternelles, les cours complémentaires et les EPS)

Nombre des écoles primaires privées dans le département du Nord (sans les écoles maternelles, les cours complémentaires et les EPS)
  • 185 Bernard Ménager, La laïcisation des écoles communales… op. cit., p. 117 et suivantes.
  • 186 M. Pierre, « Situation du service de l’instruction primaire..., op. cit., p. 340.

77Comme l’a analysé Bernard Ménager185, le mouvement de laïcisation des écoles publiques, commencé dès 1870 dans certaines communes, accéléré après 1886, se traduit par la disparition assez rapide de la présence des congréganistes dans les écoles publiques de garçons. En 1898, les 694 écoles publiques masculines sont aux mains de laïques. Pour les filles, le mouvement est plus lent. Il faut dire qu’en 1876, plus de 51 % des écoles publiques de filles étaient aux mains de congréganistes. En 1898, il en reste 89 sur 585 soit 15,2 %. Au total, si l’on tient compte des écoles masculines, féminines et de celles qui sont mixtes, les congréganistes contrôlent 350 écoles publiques en 1876 sur 1283 écoles existantes (27,2 % du total des écoles) mais 90 sur 1496 (6 % du total) en 1898. Pour contrer ce déclin, les congréganistes investissent l’enseignement privé. Comme le note l’inspecteur, « chaque laïcisation, pour ainsi dire, est suivie immédiatement de la création d’une école privée correspondante »186. Le nombre des écoles libres laïques décline de manière continue, passant de 145 en 1876 à 57 en 1898 alors que, pour les mêmes dates, le nombre des écoles libres congréganistes passe de 207 à 467. De 58,8 % du marché scolaire primaire privé en 1876, les écoles congréganistes en représentent en 1898, 89,1 %. Lors de la première guerre des manuels, les populations hostiles à la politique républicaine peuvent donc trouver une structure scolaire aux mains de religieux qui accepte de recevoir leurs enfants.

  • 187 Ministère de l’Instruction publique, Statistique de l’enseignement primaire, tome VII, année 1901- (...)

78En 1901-1902, pour les garçons, le Nord compte désormais 688 écoles primaires publiques laïques (sans les maternelles) alors que les écoles publiques congréganistes n’existent plus. Pour les filles, les écoles publiques laïques sont 642 alors qu’il reste encore 37 écoles publiques tenues par des congréganistes. 128 écoles sont mixtes. Au total, pour les écoles publiques masculines et féminines réunies, la laïcisation est clairement mise en œuvre avec 1495 écoles dans le département dont 1458 laïques (97,5 %). Mais dans le même temps, s’est affirmé l’enseignement privé catholique. Pour les garçons, les écoles privées laïques sont 38 mais il existe à leur côté 108 écoles privées congréganistes. Les écoles privées laïques féminines sont 20 mais on compte 403 écoles privées congréganistes. Il y a aussi six écoles privées mixtes. L’enseignement primaire privé compte donc au total 575 écoles dont 513 congréganistes (89,2 %)187. Le département possède au total, public et privé réunis, 2070 écoles dont 550 congréganistes (26,5 %). Lorsque l’on passe aux effectifs, les écoles publiques laïques de garçons et de filles rassemblent 198 769 élèves en 1901-1902 alors qu’il demeure 4 831 élèves (filles) dans des écoles publiques aux mains des congrégations. 6 288 élèves fréquentent des écoles privées laïques masculines ou féminines. Les écoles privées congréganistes regroupent 87 012 élèves dont 27 487 garçons et 59 525 filles. L’enseignement congréganiste rassemble ainsi au total, en 1901-1902, 91 843 des 296 900 élèves du primaire du département, soit 30,9 % (18,6 % des garçons et 43,1 % des filles).

  • 188 Voir Maryvone Leblond, La scolarisation dans le département du Nord au XIXe siècle, Lille 3, maîtr (...)

79La politique de lutte contre les congrégations, à partir de 1901, qui culmine avec la loi de 1904 interdisant aux congrégations d’enseigner, entraîne une nouvelle mutation des caractéristiques des écoles privées. Elles se décongréganisent et se transforment en écoles libres catholiques. Dès lors, la seconde guerre des manuels s’intègre dans la stratégie de promotion de ces écoles privées catholiques. Si en 1909, les écoles publiques rassemblent 230 689 élèves, les écoles privées en regroupent 73 569 (24,17 % du total)188.

  • 189 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? op. cit., tome I, chapitre X, p. 345-372. (ici (...)
  • 190 Ibid., tome II, p. 662 et suivantes.
  • 191 Ibid., p. 667.
  • 192 Statistique de l’enseignement primaire, tome VII, année 1901-1902, op. cit., p. 27 et 28.

80 Dans le département du Pas-de-Calais, on retrouve globalement la même évolution mais avec un développement moins net des écoles privées. « En 1850, les écoles primaires du Pas-de-Calais accueillent 45 000 garçons et 38 000 filles. En 1876-1877, elles instruisent 62 000 garçons et 60 000 filles »189. Le nombre des écoles primaires de filles passe ainsi de 248 à 585 en 26 ans, cet essor étant pour beaucoup l’œuvre du personnel congréganiste. En 1876, celui-ci fournit 67,8 % de l’effectif des institutrices pour 16,6 % de l’effectif des enseignants primaires. Face à la crise politico-religieuse des années 1880190, le clergé se mobilise. Entre 1879 et 1888, 103 écoles sont laïcisées dans le Pas-de-Calais. « Entre 1878-1879 et 1887-1890, le nombre des écoles publiques congréganistes du département baisse de près de moitié passant de 222 à 115 ; celles de garçons disparaissent presque totalement tandis que celles de filles diminuent de 37 %. Cependant les catholiques répliquent aux 107 suppressions d’écoles congréganistes publiques en ouvrant 82 écoles congréganistes privées (28 de garçons et 54 de filles) »191. En 1901-1902, pour les garçons, le Pas-de-Calais compte 481 écoles publiques laïques et aucune école publique n’est plus entre les mains des congréganistes. Pour les filles, les écoles publiques laïques sont 413 mais il demeure encore 52 écoles publiques aux mains des congrégations. 500 écoles sont mixtes. Dans les écoles publiques donc, la sécularisation est nette avec 1446 écoles au total dont 1394 laïques (96,4 %) et 52 congrénanistes. Dans le même temps, l’école privée s’est développée. Pour les garçons, on compte, en 1901-1902, 17 écoles laïques privées pour 45 écoles congréganistes privées. Pour les filles, les écoles privées laïques ne sont que 37 pour 262 écoles congréganistes privées. Il y a deux écoles mixtes privées. Pour l’ensemble de l’enseignement privé, soit 363 écoles, les écoles congréganistes représentent désormais 85,1 % du total. Au niveau des effectifs, garçons et filles réunis, le Pas-de-Calais compte 170 465 élèves au sein des écoles primaires dont 127 242 dans les écoles publiques laïques (74,6 %), 5 691 dans des écoles publiques aux mains des congréganistes (3,3 %), 4 490 dans des écoles privées laïques (2,6 %) et 33 042 dans des écoles privées congréganistes (19,3 %). L’enseignement congréganiste rassemble 22,7 % des effectifs globaux mais 11,6 % des garçons et 34,7 % des filles192.

  • 193 AD du Pas-de-Calais, série N, Conseil général, d’août 1910, « Rapport de l’inspecteur d’académie s (...)

81Le mouvement de création d’écoles privées s’accélère après 1902, en lien avec la « politique anticongrégation » du gouvernement. Les statistiques montrent cependant que cet essor n’est pas aussi net que dans le Nord. Selon le rapport de l’inspecteur d’académie, les écoles élémentaires publiques laïques, au 1er septembre 1910, sont 1 484 (485 de filles, 518 de garçons et 481 mixtes) alors qu’il n’existe plus d’écoles publiques congréganistes. Au 1er juin 1910, l’inspecteur relève 264 écoles privées élémentaires et cinq écoles congréganistes, toutes de filles193. La répartition des élèves au 1er juin 1910 est la suivante.

  • 194 Voir Jean-Marie Robidet, La scolarisation dans le département du Pas-de-Calais au XIXe siècle, Lil (...)

82On compte ainsi en juin 1910, toutes structures primaires réunies, de la maternelle aux EPS, 201 873 élèves dans le Pas-de-Calais. Les écoles publiques en rassemblent 83,4 %, les 16,6 % restant étant dans l’enseignement privé. La domination de l’école publique, très forte chez les garçons (87,9 % des 101 052 garçons) est légèrement moindre chez les filles avec 78,7 % des 100 821 filles. L’inspecteur relève cependant que, par rapport à juin 1909, les écoles publiques de garçons (+3 608 élèves) et de filles (+1 288) gagnent des élèves alors que les écoles privées de garçons (-107) et de filles (+260) connaissent soit une baisse soit un moindre développement. Cette faiblesse relative de l’enseignement libre peut alors rendre compte, en partie des tensions liées à la querelle des manuels194.

83Les départements du Nord et du Pas-de-Calais connaissent donc les tensions liées aux deux guerres des manuels. La première, assez brève, marque la fin de l’année 1882 et l’année 1883, en réponse au décret de la Congrégation de l’Index du 15 décembre 1882 condamnant quatre manuels. Dans l’ensemble, l’agitation demeure limitée dans les deux départements septentrionaux, de par la volonté conjointe des évêques, des administrateurs de l’Instruction publique et de l’adhésion sinon du ralliement des populations à la politique républicaine. La seconde guerre des manuels apparaît plus longue et plus vive. Dans le Nord, l’impact de la déclaration des cardinaux, archevêques et évêques de France de septembre 1908 puis de la lettre pastorale du 14 septembre 1909 condamnant l’école laïque et 14 manuels, est nettement perceptible dans certaines zones du département, en particulier en Flandre, dans le Dunkerquois et dans le Cambrésis. Pressions sur les maîtres et les maîtresses de la part du curé ou d’un groupement de parents, pressions sur les élèves menacés de ne pas faire leur première communion, destruction de manuels, grève de certains cours sont bien présents dans certaines communes mais les tensions retombent pour la fin de l’année 1910. Le Pas-de-Calais voisin se distingue cette fois par l’intensité plus forte de la lutte et surtout par la précocité de l’action menée contre certains manuels, repérable dès 1905, donc bien avant les lettres de l’épiscopat. Les tensions durent aussi plus longtemps et certaines affaires secouent toujours le département vers 1912-1913. Dans cette pluralité des positionnements face à une même question, de nombreux facteurs entrent en ligne de compte, l’échelle départementale n’étant pas entièrement satisfaisante, le nuancier des attitudes étant beaucoup plus subtil entre les différentes entités socio-économiques mais aussi politiques et religieuses composant le département. Le poids des traditions religieuses et politiques joue son rôle tout comme la personnalité des différents acteurs impliqués qu’ils soient évêques, préfets, inspecteurs d’académie, inspecteurs primaires, curés ou maîtres. Le paysage scolaire est aussi très important car là où existe un dense réseau d’écoles privées, la lutte se fait immédiatement moins vive pour contrôler ce qui se fait dans l’école communale. En 1908-1910, le camp catholique utilise assurément l’affaire des manuels scolaires pour renforcer la structuration de son système scolaire et pour débaucher le maximum d’élèves vers l’école libre. Se devine dans ces conflits autour de quelques livres, une forte opposition entre deux systèmes de valeurs et deux modes de socialisation des hommes, celui de l’Église et celui de l’État républicain laïc. C’est qu’il s’agit d’abord de former par l’École, soit un citoyen raisonnable de la République française, soit un fidèle pour l’Église et pour la Cité de Dieu.

Notes

1 Journal officiel de la République française, Chambre des députés, Compte rendu in extenso des débats, paragraphe cité dans l’intervention du ministre Gaston Doumergue, 18 janvier 1910, p. 159-173. (ici, p. 171).

2 Jacques Gadille, La pensée et l’action politiques des évêques français au début de la IIIe République (1870-1883), tome II, chapitre IV, Paris, Hachette, 1967, p. 195-250.

3 Louis Caperan, Histoire contemporaine de la laïcité française, tome II, La révolution scolaire, Paris, Marcel Rivière et Cie, 1960, 290 p.

4 Archives nationales, F17 79 125-1, lutte contre la loi du 28 mars 1882, nombreux articles de l’Univers en mars et avril 1882.

5 Yves Deloye, École et citoyenneté. L’individualisme républicain de Jules Ferry à Vichy : controverses, Paris, Presses de la FNSP, 1994, p. 16.

6 Louis Caperan, Histoire de la laïcité républicaine, tome III : La laïcité en marche, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1961, « Une floraison de manuels de morale », p. 19 et suivantes ; Jean Bauberot, La morale laïque contre l’ordre moral, Paris, Seuil, 1997, 366 p. ; Alain Mougniotte, Les débuts de l’instruction civique en France, Lyon, PU de Lyon, 1991, 235 p.

7 Paul Bert, L’instruction civique à l’école (Notions fondamentales, causeries du maître avec ses élèves, résumés, lexique, exercices oraux et écrits, devoirs de rédaction, gravures et cartes), Paris, Librairie Picard-Bernheim et Cie, 1882, 178 p.

8 Ibid., titre de la leçon 1 du chapitre VII, p. 135 et suivantes.

9 Ibid., avant-propos, p. 5.

10 Gabriel Compayré, Éléments d’éducation civique et morale, Paris, Garcet, Nisius et Cie Éditeurs, 1881, 191 p.

11 Ibid., préface, p. V-VI.

12 Louis Caperan, Histoire de la laïcité républicaine, tome III..., op. cit., « La querelle des manuels », p. 25 et suivantes.

13 Yves Deloye, École et citoyenneté. L’individualisme républicain..., op. cit., « Les guerres scolaires », p. 199-286.

14 Archives nationales, F19 6088, décret de la Sacrée Congrégation de l’Index du 15 décembre 1882.

15 Yves Deloye, École et citoyenneté..., op. cit., p. 218 (carte p. 219).

16 Jacques Gadille, La pensée et l’action politiques des évêques français..., op. cit., p. 220-222.

17 Bernard Ménager, La laïcisation des écoles communales dans le département du Nord (1879-1899), Lille 3, Centre régional d’études historiques, ANRT, 1971, p. 77.

18 Archives départementales du Nord (désormais AD du Nord), 2 T 64, registre relié des procès-verbaux des réunions du conseil académique de Douai, dépouillement des séances des années 1882, 1883 et 1884.

19 AD du Nord, 2 T 64, conseil académique de Douai, séance du 23 novembre 1882.

20 Bibliothèque municipale de Lille (désormais BM de Lille), Le Progrès du Nord du 2 février 1883.

21 BM de Lille, Le progrès du Nord du 9 mars 1883.

22 Ibid., Le Progrès du Nord, 2 novembre 1883.

23 Voir Bernard Ménager, La laïcisation des écoles communales..., op. cit., p. 76 et suivantes.

24 Archives nationales, F17 9 125-1, La Vraie France du 1er avril 1882.

25 L’Univers des 28 et 31 mars 1882.

26 L’Univers du 24 avril 1882.

27 Archives nationales, F17 9 125-1, Le Figaro du 14 juin 1882.

28 Louis Caperan, Histoire contemporaine de la laïcité française, tome II, op. cit., p. 200 et suivantes.

29 BM de Lille, Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais 4 janvier 1883 et 10 janvier 1883 (pétition des habitants).

30 Ibid., 18 janvier 1883

31 Ibid., 1er février 1883. Le journal mentionne les consignes et les combats de Monseigneur Isoard, évêque d’Annecy.

32 Ibid., Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais du 27 février 1883.

33 Le tract est publié dans Le Progrès du Nord du 28 février 1883.

34 BM de Lille, Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais du 27 février 1883.

35 Ibid., 10 mars 1883.

36 Ibid., 11 mars 1883.

37 Ibid., 17 mars 1883.

38 Ibid., 1er avril 1883

39 BM de Lille, Le Progrès du Nord du 11 mars 1883.

40 AD du Nord, 1 T 68-1, tract « Amis », avril-mai 1883, demi-feuille A4, recto-verso.

41 BM de Lille, Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais du 15 juin 1883.

42 Bernard Ménager, La laïcisation des écoles communales… op. cit., p. 80.

43 BM de Lille, Le Phare de Dunkerque, 10 mars 1883.

44 BM de Lille, Le Libéral de Cambrai du 4 avril 1883

45 BM de Lille, Le Progrès du Nord du 30 mai 1883.

46 BM de Lille, Le Libéral de Cambrai du 25 avril 1883.

47 AD du Nord, 1 T 68-1, lettre de l’inspecteur primaire d’Hazebrouck du 21 avril 1883.

48 BM de Lille, Le Phare de Dunkerque du 10 mars 1883.

49 AD du Nord, L’Émancipateur du 30 avril 1883 et Le Libéral de Cambrai du 11 avril 1883.

50 BM de Lille, Le Phare de Dunkerque du samedi 10 mars 1883.

51 BM de Lille, Le Phare de Dunkerque du samedi 3 novembre 1883.

52 BM de Lille, L’Écho du Nord du 18 mai 1883.

53 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914), Lille, PUL, 1977, tome I, p. 383 et suivantes.

54 Voir Camille Dhérent, « La guerre des manuels scolaires dans le Pas-de-Calais », Eulalie, 1998-1, Le livre dans les provinces du Nord de la France. Dix siècles de médiation culturelle, p. 275.

55 Archives départementales du Pas-de-Calais, V 217, cité par Camille Dhérent, « La guerre des manuels... », p. 276.

56 AD du Pas-de-Calais, V 20/396, lettre de l’évêque d’Arras, Monseigneur Meignan, au préfet, 17 février 1883.

57 BM de Lille, Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais du 4 février 1883.

58 Ibid., 25 février 1883. (voir aussi celui du 18 mars 1883).

59 Archives nationales, F17 11 652, lettre du recteur au ministre, 17 septembre 1883.

60 Yves Lequin (dir.), Jean Bauberot, Guy Gauthier, Louis Legrand et Pierre Ognier, Histoire de la laïcité, Besançon, CDRP de Franche-Comté, 1994, « La laïcité scolaire dans son histoire (1880-1945), p. 71 et suivantes.

61 Voir André Lanfrey, Sécularisation ; séparation et guerre scolaire. Les catholiques français et l’école (1901-1914), Paris, Cerf, 2003, 639 p.

62 Jacqueline Lalouette, La séparation des Églises et de l’État : Genèse et développement d’une idée (1789-1905), Paris, Seuil, 2005, 456 p. ; Jean-Marie Mayeur, La séparation des Églises et de l’État, Paris, Édition de l’Atelier, 2005, 256 p.

63 Christian Amalvi, « Les guerres des manuels autour de l’école primaire en France (1899-1914) », Revue historique, no 532, octobre-décembre 1979, p. 367.

64 Voir Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940 : tome III : le recteur, l’École, la nation : entre réalités scolaires locales et politiques éducatives nationales, Lyon, INRP-SHE, 2009, p. 543-549.

65 Jules Payot, Cours de morale, Paris, Armand Colin, 1904, 236 p.

66 Les fondements scientifiques de la morale (p. 7-34) ; Les devoirs envers soi-même (p. 35-99) ; Les devoirs envers autrui (p. 100-140) ; Les devoirs spéciaux (p. 141-188) ; Croyances religieuses et sanctions (p. 189-226).

67 Ibid., p. 26.

68 Jules Payot, La morale à l’École, Paris, Armand Colin (1907), réédition 1924, 256 p.

69 Ibid., préface, p. III.

70 Ibid., p. 231.

71 Sur l’Affaire Morizot, voir Yves Lequin (dir.), Jean Bauberot, Guy Gauthier, Louis Legrand et Pierre Ognier, Histoire de la laïcité, op. cit., p. 159 et suivantes.

72 Archives nationales, F17 9 125-3, circulaire du ministre de l’Instruction publique aux inspecteurs d’académie, 4 avril 1908.

73 Andrey Lanfrey, Sécularisation ; séparation et guerre scolaire..., op. cit., p. 312 et suivantes.

74 Archives nationales, F17 9 125-3, lettre pastorale des cardinaux, archevêques et évêques de France sur les droits des parents relativement à l’école, lettre du 14 septembre 1909.

75 Archives nationales, F17 9 125-3, circulaire du ministre aux inspecteurs d’académie, 23 octobre 1909.

76 Yves Deloye, École et citoyenneté..., op. cit., p. 242 et suivantes.

77 AD du Nord, 2 T 114-2, procès-verbaux du conseil académique, séance du 30 novembre 1910.

78 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au ministre, 11 mai 1909.

79 Ibid., rapport du sous-préfet de Douai au préfet du Nord, 23 octobre 1909.

80 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au préfet du Nord, 26 octobre 1909.

81 Ibid.

82 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport du préfet du Nord au ministre de l’Intérieur et des Cultes, 2 novembre 1909.

83 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au préfet, 26 octobre 1909.

84 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au ministre de l’Instruction publique, 16 novembre 1909.

85 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au ministre, 19 janvier 1910.

86 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au ministre, 26 avril 1910.

87 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au ministre, 22 septembre 1910

88 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au ministre, 21 avril 1911.

89 Ibid., lettre du préfet du Nord au ministre de l’Instruction publique, le 21 avril 1913 et tract de quatre pages.

90 Voir Philippe Marchand, « Une dynastie d’imprimeurs-libraires-éditeurs classiques lillois : les Robbe (1860-1927) », Bulletin de la Commission historique du département du Nord, tome XLIX, 1996-1997, AD du Nord, 1999, p. 169-208.

91 Depuis 1898, un groupe d’instituteurs sous la direction de V.-S. Lucienne, est habitué à publier des ouvrages de révision ou de préparation de la classe chez C. Robbe à Lille. Dans son répertoire chronologique, Philippe Marchand relève, entre 1877 et 1933, 152 manuels publiés dans leurs différentes éditions. Les manuels signés VS Lucienne en comptent 35 et obtiennent souvent d’importants tirages. La première occurrence apparaît en 1898 avec Certificat d’études. Mes résumés, morale et instruction civique, sciences usuelles et agriculture, la civilité à l’école et dans la famille, arithmétique et système métrique. Les titres se multiplient ensuite comme : Leçons d’anti-alcoolisme rédigées conformément au programme des écoles publiques (1899, rééditions successives) ; Le cours élementaire : morale et instruction civique. Histoire et notions de géographie. Sciences élémentaires et agriculture, arithmétique, système métrique et géométrie, Langue française, grammaire et composition (1900, rééditions successives) ; La préparation de la classe au cours élémentaire. Plan détaillé de toutes les leçons. Lectures et anecdotes morales et civiques. Développement et corrigé des devoirs. Directions pédagogiques mensuelles (1901 et rééditions) ; La préparation de la classe au cours moyen. Plan détaillé des leçons. Questions données aux examens. Expériences et exercices pratiques. Directions pédagogiques mensuelles. Première et seconde partie (1904 et rééditions).

92 AD du Pas-de-Calais, T 1285-2, dossier de Mademoiselle Charlet, extraits du manuel Lucienne, pages arrachées contenues dans le rapport de l’inspecteur primaire de Béthune du 28 novembre 1905, 58e à 60e leçons pour le mois de mai.

93 AD du Pas-de-Calais, T 540, rapport de l’inspecteur primaire de Boulogne-sur-Mer à l’inspecteur d’académie, 26-11-1905.

94 Archives nationales, F17 9 125-6, La Croix du 19 novembre 1905, tract « Aux pères de famille » à Outreau.

95 AD du Pas-de-Calais, T 540, lettres du 7 juin 1905 de l’évêque d’Arrras au préfet du Pas-de-Calais.

96 Archives nationales, F17 9 125-6, lettre du préfet du Pas-de-Calais au ministre, 28 décembre 1905.

97 AD du Pas-de-Calais, T 540, note du directeur de l’Enseignement primaire au préfet du Pas-de-Calais, 13 février 1906.

98 AD du Pas-de-Calais, T 1285-2, dossier de Jeanne-Gabrielle Charlet, née en 1875, normalienne à Arras (1891-1894), lettre de l’inspecteur primaire de Béthune à l’inspecteur d’académie du Pas-de-Calais, 28 novembre 1905.

99 Ibid., pétition du conseil municipal de Robecq.

100 AD du Pas-de-Calais, T 540, rapport de l’inspecteur primaire, novembre 1905.

101 AD du Pas-de-Calais, T 1412, rapport de l’inspecteur primaire Mercier au préfet, novembre 1906.

102 AD du Pas-de-Calais, T 88, La semaine religieuse du 14 décembre 1906.

103 Archives nationales, F17 9 125-6, La Voix de Saint-Aubin, Bulletin paroissial mensuel de Radinghem et de Dennebroeucq, juin 1906.

104 Ibid., lettre du maire de Labourse à l’inspecteur d’académie qui fait le récit des événements.

105 AD du Pas-de-Calais, T 232, lettre du commissaire spécial de police de Béthune au sous-préfet de Béthune, 15 août 1907.

106 Ibid., décision du Tribunal du 6 août 1907.

107 Archives nationales, F17 9 125-6, une liste est diffusée par le Courrier du Pas-de-Calais le 21 septembre 1907 (plus de 70 ouvrages) ; une autre est diffusée par Th. Mermet, le curé de Coulomby, le 3 octobre 1907 (46 ouvrages).

108 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du 2 mai 1908.

109 AD du Pas-de-Calais, M. 4895, rapport du sous-préfet de Montreuil au préfet du 10 octobre 1908.

110 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur primaire de Calais à l’inspecteur d’académie, 13 mars 1908.

111 Ibid., Le Mois paroissial de Fauquembergues et de Saint-Martin d’Hardinghem, appel du L’avril 1908.

112 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur primaire à l’inspecteur d’académie, 9 avril 1908.

113 Ibid., rapport de l’inspecteur primaire de Saint-Omer à l’inspecteur d’académie 14 avril 1908.

114 Ibid., rapport de l’inspecteur primaire de Montreuil-sur-Mer à l’inspecteur d’académie, 14 avril 1908.

115 Ibid., lettre de l’institutrice de Réty à l’inspecteur primaire de Boulogne-sur-Mer, 10 avril 1908.

116 Ibid., rapport de l’inspecteur primaire de Lens, 14 avril 1908.

117 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Pas-de-Calais au ministre daté du 2 mai 1908.

118 Ibid., rapport de l’institutrice du 31 octobre 1909.

119 Ibid., rapport du préfet du Pas-de-Calais au ministre de l’Instruction publique, 28 octobre 1909.

120 Ibid, rapport de l’Inspecteur d’académie au ministre de l’Instruction publique, 19 novembre 1909.

121 AD du Pas-de-Calais, M. 4891, La semaine religieuse du diocèse d’Arras, Boulogne et Saint-Omer, 3 décembre 1909.

122 AD du Pas-de-Calais, M. 4896, rapport du commissaire de police de Boulogne-sur-Mer, septembre 1909.

123 Ibid., rapport du commissaire de police de Boulogne-sur-Mer, octobre 1909.

124 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur d’académie du 19 novembre 1909.

125 AD du Pas-de-Calais, M. 4891, Bulletin paroissial de Vieille-Eglise, transmis par l’instituteur le 27 novembre 1909.

126 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du 19 novembre 1909.

127 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Pas-de-Calais au ministre, 4 décembre 1909.

128 Ibid., rapport du sous-préfet de Boulogne-sur-Mer au préfet du Pas-de-Calais, novembre 1909.

129 Ibid., rapport du sous-préfet de Saint-Pol au préfet du Pas-de-Calais, 3 décembre 1909.

130 Ibid., rapport du sous-préfet de Saint-Omer au préfet du Pas-de-Calais, 2 décembre 1909.

131 Ibid., motion du conseil municipal de Béthune du 27 novembre 1909.

132 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur d’académie au ministre, 4 février 1910, 9 p.

133 Dans les communes de : Izel-les-Equerchin, Neuville-Vitasse, Sailly-en-Ostrevent, Riencourt-les-Cagnicourt, Boiry-Notre-Dame, Beaumont, Saint-Sauveur-les-Arras, Ablin-Saint-Nazaire, Saudemont et Dainville (première circonscription) ; Achiet-le-Petit, Ayette, Beaumetz-les-Cambrai, Bihucourt, Graincourt-les-Havrincourt, Courcelles-le-Comte, Gouy-en-Artois, Hamelincourt, Pommera, Rocquigny et Velu (seconde circonscription d’Arras).

134 Dans les communes de : Amettes, Labeuvrière, Allouagne, Auchel et Barlin.

135 Dans les communes de : Bainghen, Audembert, Beuvrequen, Dannes, Lottinghen, Nesles, Saint-Etienne-Audisques, Selles, Wissant, Wierre-Effroy, Wacquinghen et Rety.

136 Dans les communes de : Hardinghen, Licques, Nordausques, Bois-en-Ardres, Audruicq, Sainte-Marie-Kerque, Saint-Omer-Capelle, Vieille-Eglise, Landrethun-le Nord, Herbinghen, Bouquehault, Oye et Alembon.

137 Dans les communes de : Campigneulles-les-Petites, Canlers, Ruisseauville, Rumilly, Planques, Sorrus, Berck-Plage, La Callotterie.

138 Dans les communes de : Arques, Dohem, Blayenghem-les-Séninghem, Surques, Thiembronne et Affringues.

139 Dans les communes de : Aubigny, Conteville, Fiers, Frevillers, Hautecloque, Houvin-Houvigneul, Lisbourg, Mingoval, Penin, Roëllecourt, Savy-Berlette, Tramecourt et Valhuon.

140 Archives nationales, F17 9 125-11, lettre de l’inspecteur d’Arras à l’inspecteur d’académie du Pas-de-Calais, 1er mars 1910.

141 Ibid., lettre du Garde des Sceaux au ministre de l’Instruction publique, 14 janvier 1909.

142 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur d’académie au ministre, 4 février 1910.

143 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du 15 septembre 1910.

144 Archives nationales, F17 9 125-3, séance du 15 mai 1914 de la Section permanente.

145 Ibid., séance du 22 mai 1914 de la Section permanente.

146 Ibid., lettre du recteur Georges Lyon au ministre de l’Instruction publique, 25 février 1914.

147 Ibid., rapport du recteur Georges Lyon au ministre sur les manuels scolaires, 24 mars 1914, 15 p.

148 Pour le Pas-de-Calais, voir Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle : la vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914), Lille, PUL, 1977, deux volumes, 1017 p. ; Pour le Nord, Pierre Pierrard, (dir.), Histoire des diocèses de Cambrai et de Lille, Paris, Beauchesne, 1978, 352 p.

149 Louis Capéran, Histoire contemporaine de la laïcité française, tome II, op. cit., p. 193.

150 Pierre Pierrard (dir.), Histoire des diocèses de France, tome VIII, Cambrai et Lille..., op. cit., p. 59 et suivantes ; Jacques Gadille, « Monseigneur Duquesnay et la République (1872-1884), Revue du Nord, no 178, avril-juin 1963, p. 187-208.

151 AD du Nord, 2 V 117, lettre pastorale et mandement de Monseigneur Duquesnay, 29 juin 1882, 15 p.

152 Bernard Ménager, La laïcisation des écoles communales..., op. cit., 1971, p. 77.

153 AD du Nord, 2 V 117, Lettre circulaire de Monseigneur l’Archevêque de Cambrai, 15 décembre 1882, 4 p.

154 Ibid.

155 Archives nationales, F19 5900, lettre du préfet Cambon sur l’attitude électorale du clergé du Nord en 1885.

156 BM de Lille, L’Écho du Nord du 3 mars 1883.

157 Voir Pierre Pierrard (dir.), Histoire des diocèses de France, tome VIII, Cambrai et Lille..., op. cit., p. 282 et suivantes.

158 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle... op. cit., volume I, « Jean-Baptiste Lequette », p. 286-292.

159 Ibid., tome II, p. 662.

160 BM de Lille, Le progrès du Nord du 24 septembre 1882. Voir aussi Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle... op. cit., tome II, « l’échec d’un évêque conciliateur, Meignan (1882-1884) », p. 674 et suivantes.

161 BM de Lille, Le Propagateur du Nord et du Pas-de-Calais du 9 février 1883.

162 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle..., op. cit., tome II, « Alfred Williez », p. 705 et suivantes.

163 Ibid., p. 761. Voir aussi Archives nationales, F17 9 125-11, L’Univers du 27 mai 1910.

164 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle... op. cit., tome II, « L’épiscopat d’Émile Lobbedey : montée et limites de l’intransigeantisme », p. 780 et suivantes.

165 Voir Catherine Gremion et Philippe Levillain, Les lieutenants de Dieu. Les évêques de France et la République, Paris, Fayard, 1986, 416 p.

166 André Bargeton (dir.), Dictionnaire biographique des préfets (1870-1940), Paris, Archives nationales, 1994, 555 p.

167 Bibliothèque municipale de Lille, Le Progrès du Nord du 2 février 1883.

168 Archives nationales, F17 11 652, lettre du recteur au ministre, 17 septembre 1883.

169 AD du Nord, 2 T 412, dossier Mercier, rapport d’avril 1908 signé de l’inspecteur d’académie du Pas-de-Calais.

170 Archives nationales, F17 9 125-11, Affaire de Mingoval. Voir L’Univers du 13 avril 1910, Le Gaulois du 12 juillet 1910.

171 AD du Pas-de-Calais, T 1383, Le Journal de Saint-Pol du 17 juillet 1910.

172 Bulletin religieux de Mingoval décembre 1911.

173 AD du Nord, 2 T 412, dossier de l’inspecteur primaire Mercier, Le Journal de Saint-Pol du 25 février 1912.

174 Ibid., rapport de notation de l’inspecteur d’académie daté du 23 mars 1912.

175 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur d’académie du Nord du 28 mars 1910.

176 AD du Nord, 1 T 68-11, rapport de l’inspecteur primaire de Cambrai à l’inspecteur d’académie, 24 février 1910.

177 Ibid., rapport de l’inspecteur primaire de Cambrai du 3 mars 1910, 7 p.

178 Ibid.

179 Ibid.

180 Ibid., rapport du sous-préfet de Cambrai au préfet du Nord, 14 mars 1910.

181 Christian Amalvi, « Les guerres des manuels autour de l’école primaire en France (1899-1914) », article cité.

182 Archives nationales, F17 9 125-6, rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au ministre, 11 mai 1909.

183 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie du Pas-de-Calais au ministre, 4 février 1910.

184 M. Pierre, « Situation du service de l’instruction primaire dans le département du Nord pendant l’année 1898 », dans Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Direction de l’Enseignement primaire, L’inspection académique, Paris Imprimerie nationale, 1900, p. 321-402.

185 Bernard Ménager, La laïcisation des écoles communales… op. cit., p. 117 et suivantes.

186 M. Pierre, « Situation du service de l’instruction primaire..., op. cit., p. 340.

187 Ministère de l’Instruction publique, Statistique de l’enseignement primaire, tome VII, année 1901-1902, Paris, Imprimerie nationale, 1903, p. 27 et 28.

188 Voir Maryvone Leblond, La scolarisation dans le département du Nord au XIXe siècle, Lille 3, maîtrise, 1968, 153 p.

189 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? op. cit., tome I, chapitre X, p. 345-372. (ici, p. 351).

190 Ibid., tome II, p. 662 et suivantes.

191 Ibid., p. 667.

192 Statistique de l’enseignement primaire, tome VII, année 1901-1902, op. cit., p. 27 et 28.

193 AD du Pas-de-Calais, série N, Conseil général, d’août 1910, « Rapport de l’inspecteur d’académie sur la situation de l’enseignement primaire dans le département du Pas-de-Calais du 1er juin 1909 au 1er juin 1910 », année 1910, p. 599-639.

194 Voir Jean-Marie Robidet, La scolarisation dans le département du Pas-de-Calais au XIXe siècle, Lille 3, maîtrise, 1969, 164 p.

Table des illustrations

Titre Nombre des écoles primaires publiques dans le département du Nord (sans les écoles maternelles, les cours complémentaires et les EPS)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Nombre des écoles primaires privées dans le département du Nord (sans les écoles maternelles, les cours complémentaires et les EPS)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2792/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2792/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search