Version classiqueVersion mobile

Éducation, Religion, Laïcité (xvie-xxe s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants

 | 
Jean-François Condette

Deuxième partie. Éducation, religions, laïcité: tensions et conflits

Les collèges des jésuites en Belgique (1831-1914)

Entre guerres ouvertes et tensions latentes

Xavier Dusausoit

Texte intégral

  • 1 Voir notamment l’article du Père Victor De Buck, « Les principes catholiques et la Constitution bel (...)

1La Compagnie de Jésus a représenté dans bien des pays d’Europe le fer de lance de la contre-révolution, le symbole de l’ultramontanisme et, à cet égard, elle a suscité la haine de plusieurs forces politiques. La province belge des jésuites n’a pas fait exception à cette règle. Pour beaucoup de libéraux, de radicaux ou de socialistes belges, cette congrégation put jouer pendant des décennies le rôle d’épouvantail et la presse de ces mouvements ne s’est pas privée d’attaquer très violemment les « enfants d’Ignace ». Les collèges d’enseignement secondaire que ceux-ci avaient ouverts en Belgique, en tant que vitrines de l’ordre ignatien, ne pouvaient être des écoles « comme les autres » et subirent les attaques des forces anticléricales. Notre projet est de retracer ces luttes qui s’inscrivent dans le cadre plus large des oppositions entre camp catholique et camp laïque en Belgique mais nous voudrions aussi fortement nuancer le propos sur quelques points. D’une part, les jésuites belges ont peut-être été moins caricaturalement les suppôts de l’ultramontanisme par rapport à d’autres pays1. D’autre part, leurs adversaires ont vraisemblablement moins menacé l’existence même de la congrégation et de ses écoles que dans d’autres états européens. Enfin, ces oppositions, dirions-nous, évidentes entre jésuites et forces anticléricales ne sont certainement pas les seules « guerres » auxquelles les collèges ignatiens eurent à faire face. À côté de la guerre « ouverte » dont parle le titre de cet article, des conflits « secrets », peut-être plus importants, les opposaient à d’autres tendances politico-religieuses dans le monde catholique belge et à d’autres sous-réseaux d’enseignement dirigés par les évêchés ou par d’autres congrégations masculines. Nous suivrons dans ce travail un plan chronologique classique mais nous nous efforcerons de faire ressortir à l’intérieur de chaque période la double thématique de la guerre ouverte contre les écoles « laïques » et de la guerre secrète au sein du monde catholique. Mais avant d’aborder ce récit chronologique, il est sans doute bon de fixer quelques chiffres et quelques lieux pour situer l’enseignement des jésuites dans le cadre belge depuis l’indépendance jusqu’au début du premier conflit mondial.

Quatre-vingts ans de fonctionnement ininterrompu

  • 2 Espagne, France, Suisse, Portugal ou états italiens se montrèrent parfois très favorables à la Comp (...)
  • 3 Un aperçu succinct de ces implantations peut se trouver dans l’ouvrage ancien mais fort utile d’Alf (...)
  • 4 Sur la nette domination libérale sur les principales villes belges, voir Hervé Hasquin et Adriaan V (...)
  • 5 9 collèges sur 14 sont wallons ou bruxellois. Sur les origines géographiques et sociales des jésuit (...)

2Un fait fondamental, et rare en Europe, consiste dans le parfait continuum que les écoles des Pères ont connu pendant toute cette période. Si les jésuites ont parfois vécu sous des gouvernements plus ou moins hostiles, leurs écoles n’ont jamais dû fermer et la congrégation n’a jamais connu les chemins de l’exil. Certes, l’Autriche-Hongrie ou la Grande-Bretagne leur ont offert la même chance mais celle-ci reste globalement une exception2. Au cours de ces 83 années, les jésuites belges ont ouvert de nombreux établissements : de 2 en 1831, on passe à 14 en 19143. Les implantations de ceux-ci montrent deux constantes dans la politique de la province belge. Les grandes villes, terres de mission par excellence des Pères, sont nettement privilégiées même si elles sont presque toujours dominées par les libéraux (mais ne faudrait-il pas dire « parce qu’ » elles sont dirigées par l’ennemi ?)4. Dans la même perspective apostolique, Bruxelles et la Wallonie sont plus souvent choisies par rapport à la Flandre alors que les jésuites belges de 1831 étaient essentiellement des flamands5.

  • 6 A. Poncelet, La Compagnie..., op. cit., p. 145.
  • 7 Les chiffres de l’enseignement officiel étaient publiés par les Rapports triennaux étudiés par J. A (...)
  • 8 Les chiffres de l’enseignement officiel étaient publiés par les Rapports triennaux étudiés par J. A (...)

3Au niveau des effectifs, la progression est impressionnante : de 167 élèves en 1832, on passe à plus de 7 400 en 1907. On constate aussi une prédominance de plus en plus forte des élèves externes6. L’internat dans lequel les jésuites mettaient beaucoup d’espoir vers 1831 est de plus en plus mis en seconde place par rapport aux grands collèges d’externes, forcément plus « démocratiques »7. Cette hausse de la population scolaire des jésuites n’est cependant pas suffisante pour augmenter significativement la proportion que ces écoles ignatiennes représentent par rapport au total des élèves de l’enseignement secondaire masculin en Belgique. Si elles progressent un peu par rapport aux réseaux officiels (après plus de vingt ans de gouvernement catholique), les écoles jésuites deviennent vraisemblablement un peu plus marginales face au développement considérable de l’enseignement épiscopal et congréganiste. Mais il faudra examiner vers quelle marge elles se dirigeront8.

Tableau 1 : Nombre de collèges d’enseignement secondaire des jésuites en Belgique (1830-1914)

1831

1851

1871

1891

1914

Nombre de collèges d’enseignement secondaire

02

08

11

12

14

Commune d’installation

Alost, Namur

Alost, Namur, Gand, Bruxelles, Anvers, Notre- Dame, Liège, Tournai, Mons

Idem
+ Verviers, Turnhout, Anvers-Saint-Ignace

Idem
+ Charleroi

Idem
+ Liège Saint-Louis, Etterbeek,

Tableau 2 : Population scolaire des collèges jésuites en Belgique (1831-1914)

1832

1857

1882

1907

Population scolaire des collèges

167

2 665

5 449

7 465

Proportion d’internes

68,3 %

28,9 %

20,2 %

16,3 %

4L’enseignement secondaire officiel masculin compte 9 663 élèves en 1854 (78,4 % du total) pour 2 665 élèves dans les collèges jésuites (21,6 %) en 1857, année la plus proche de la statistique de l’enseignement officiel. En 1902, l’enseignement secondaire officiel compte ensuite 23 134 élèves (75,6 %) pour 7465 élèves dans les collèges jésuites (24,4 %).

Carte des implantations des collèges jésuites en Belgique

Carte des implantations des collèges jésuites en Belgique

Source : Xavier Dusausoit

5Après avoir exposé fort brièvement ce que représentaient ces collèges jésuites en Belgique, voyons quelles grandes périodes de conflit ces écoles ont pu connaître.

Fausses peurs et vraies possibilités (1830-1840)

  • 9 L. Brouwers, Le rétablissement de la Compagnie de Jésus en Belgique (1773-1832), s.l.n.d. [Woluwé-S (...)

6Pour comprendre la situation nouvelle qui s’offre à l’enseignement des jésuites au moment de la Révolution belge de 1830, il faut rappeler succinctement que ceux-ci s’étaient trouvés dans une situation très défavorable sous le gouvernement de Guillaume Ier des Pays-Bas. L’ordre n’était pas reconnu par les autorités hollandaises et il ne pouvait y ouvrir ni noviciat ni école secondaire. Les Pères essayèrent bien de créer des écoles « crypto jésuites » derrière le paravent d’écoles privées (Alost en Flandre, Culemborg en Gueldre ou Beauregard près de Liège) mais le gouvernement les fit impitoyablement fermer après quelques mois ou, au mieux, quelques années. En 1830, quelques jésuites œuvraient dans une semi-clandestinité sur le territoire du Royaume-Uni des Pays-Bas mais la plupart s’étaient expatriés en Suisse où ils avaient ouvert des « collèges de l’exil » (Brigue, Fribourg) dans lesquels ils accueillaient des enfants du cru mais aussi des pensionnaires belges. Ajoutons que ces religieux étaient peu nombreux : une soixantaine au total9.

La première fondation : Alost

  • 10 Sur la Révolution belge de 1830, voir surtout d’E. Witte, Politieke machtstrijd in en om de voornaa (...)
  • 11 Voir notamment Archivium Romanum Societatis Jesu (Rome) (désormais ARSI). Lettres en provenance de (...)

7Il est évidemment impossible de retracer ici le déroulement de la Révolution de 1830 mais nous pointerons quelques éléments importants pour notre propos. En 1828, les opposants catholiques et libéraux au roi Guillaume 1er réalisèrent leur union. Le premier gouvernement provisoire belge de septembre 1830 compta des représentants des deux tendances. La Constitution de février 1831 comprendra un grand nombre de garanties pour les libertés des citoyens mais surtout de vastes possibilités en matière d’enseignement libre10. Catholiques amis de la liberté et libéraux qui allaient à la messe étaient tous sincèrement désireux de laisser se développer cette liberté d’enseignement. Visiblement, une atmosphère très favorable à la renaissance de collèges jésuites se développait et certains Pères, présents en Belgique, la percevait clairement. Toutefois, beaucoup de leurs compagnons jésuites vivaient dans la peur, une peur assez artificielle. C’était particulièrement vrai pour les autorités romaines de la Compagnie11.

  • 12 Sur le collège d’Alost avant le retour des jésuites, voir J. De Brouwer, De Jezuïten te Aalst, t. I (...)
  • 13 Archives de la Ville d’Alost (désormais SAA), Schepencollege. Procès-verbal de la Commission admini (...)
  • 14 Sur Saint-Acheul, P. Delattre, Les établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles. Rép (...)
  • 15 Henri-Jean-Baptiste Lefebvre (1790-1851), rentier, membre du Conseil de Régence (1824-1830) et lead (...)
  • 16 Mgr Jean-François Van de Velde (1779-1838), évêque de Gand (1829-1838), fondateur de nombreux collè (...)
  • 17 Sur la réouverture d’Alost et les hésitations du Général, on peut se référer, en néerlandais, à J. (...)

8Au printemps 1831, une première possibilité de rouvrir un collège se présenta à Alost, petite ville de Flandre orientale. La perspective était assez alléchante puisque la Compagnie pourrait reprendre des bâtiments qu’elle avait occupés avant la suppression de l’ordre en 1773. En outre, un vaste consensus se dégageait au sein du monde politique local. Avant 1830, la ville possédait une école qui avait été confiée à un directeur hollandais. Un véritable fiasco était survenu : les effectifs scolaires étaient devenus squelettiques12. Les partisans du gouvernement hollandais ayant été écartés des affaires, les nouveaux responsables « patriotes » étaient presque’unanimes pour confier l’école à une congrégation religieuse. Certains conseillers communaux catholiques de tendance démocrate pensaient aux FF. des Écoles chrétiennes de Ploërmel, dirigés par le frère de Félicité de Lamennais mais le projet était assez vague13. La majorité du conseil, composée de libéraux et de catholiques conservateurs, optait plutôt pour transmettre la gestion du collège à l’évêque de Gand qui l’aurait ensuite confié à la congrégation qui dirigeait Saint-Acheul, près de d’Amiens14. Or, sous couvert d’un séminaire épiscopal, Saint-Acheul était géré par les jésuites. Il est à noter que les deux chevilles ouvrières de ce projet sont des hommes politiques libéraux d’Alost : Henri Lefebvre et surtout Benoît Bruneau15. L’évêque de Gand, Mgr Van de Velde, n’était certainement pas un ultramontain fanatique mais la perspective de voir le collège d’Alost redevenir catholique et être confié à une bonne congrégation enseignante l’enthousiasmait16. Le responsable des jésuites en Belgique, le P. Van Lil, comprenait qu’il ne fallait pas manquer l’occasion mais il convenait d’être très prudent. Ses collègues jésuites rentrés en Belgique le pensaient aussi mais le Général Roothaan écrivait depuis Rome que le projet était déraisonnable et serait éphémère17. Pour de nombreux jésuites belges et plus encore pour Rome, les ouvertures évidentes que l’Indépendance belge avaient permises étaient paradoxales et même incompréhensibles. Que la Compagnie de Jésus se retrouve en position plus favorable après une révolution était une situation bizarre et sûrement temporaire. Qu’une Constitution libérale permette l’ouverture d’écoles jésuites était sans doute un piège à moyen terme. La guerre contre le libéralisme allait forcément reprendre et les collèges pourraient être rapidement balayés.

  • 18 La convention de reprise du collège par l’évêque de Gand est publiée par J. De Brouwer, De Jezuïten (...)
  • 19 Bruno Van Dorpe (1801-1889), vicaire à Courtrai, est désigné principal « officiel » de mars 1831 à (...)
  • 20 Vincent Lemaître (1787-1834), entré au noviciat des PP de la Foi à Montdidier (Amiens) en 1804, il (...)
  • 21 Les listes d’élèves du collège peuvent être mises en relation avec l’étude sur les élites alostoise (...)

9Par conséquent, le projet alostois se concrétisa mais avec un luxe de précautions sans doute inutiles18. La Ville d’Alost resta propriétaire du collège qui demeura donc un collège communal, assurant ainsi une première protection aux jésuites. La direction pédagogique fut confiée à l’évêque de Gand qui transforma en quelque sorte l’établissement en séminaire épiscopal. Cette deuxième protection fut complétée par le fait que Mgr Van de Velde y nomma évidemment des prêtres : des jésuites mais aussi des séculiers dont le premier directeur, l’abbé Bruno Van Dorpe19. Sous le couvert de cette « vraie-fausse » direction séculière, les jésuites commencèrent leur enseignement en mars 1831 et le P. Vincent Lemaître accéda à la direction officielle de l’école au bout d’un an20. Le collège d’Alost fonctionna normalement, année après année. Les inquiétudes romaines s’avéraient infondées d’autant que l’établissement accueillait les enfants non seulement des notables catholiques conservateurs mais aussi des catholiques démocrates, des libéraux et même des orangistes qui avaient dirigé la ville avant 183021.

Les autres projets et fondations

  • 22 Sur la reprise de Sainte-Barbe par les jésuites, on verra principalement L. Brouwers, De jezuieten (...)

10Les jésuites eurent encore recours à la technique du paravent épiscopal (couplé avec une brève direction d’un abbé séculier) pour reprendre le collège Sainte-Barbe de Gand, en 1833. Mais, durant cette période, la menace ne venait pas des libéraux, tout occupés à créer eux-mêmes « leurs » écoles. Les principaux opposants à l’essor de l’enseignement jésuite étaient plutôt les catholiques démocrates, fortement inspirés des idées menaisiennes. L’ordre ignatien leur avait soufflé la reprise du collège d’Alost mais surtout, le séminaire Sainte-Barbe avait été le fief de ces abbés démocrates pendant de nombreuses années. Son insuccès au niveau des effectifs scolaires avait conduit Mgr Van de Velde a envisagé sa fermeture. Sa reprise par les jésuites et son rapide succès les blessèrent d’autant plus et une partie du clergé gantois scruta les activités des Pères avec une attention vive mais peu bienveillante22.

  • 23 Voir E. Witte, La Construction de la Belgique..., art.cit., p. 69-125
  • 24 Sur les graves difficultés de recrutement d’Alost, voir X. Dusausoit, Les collèges jésuites..., op. (...)
  • 25 On peut citer, à Bruxelles, l’Institut Gaggia, le pensionnat Brown, l’Ecole Centrale. Certains étab (...)
  • 26 Les sources jésuites de Bruxelles, de Gand, de Mons, de Verviers sont fières d’annoncer à Rome que (...)
  • 27 Voir Archives de la Province belge méridionale et du Luxembourg (désormais ABMEL), Litterae annuae (...)

11Par la suite, fin des années 1830-début des années 1840, l’unionisme qui avait établi une cohabitation plutôt harmonieuse des camps catholique et libéral commença à se dégrader. En 1839, la reconnaissance par les Pays-Bas de l’indépendance de la Belgique leva d’ailleurs l’hypothèque sur l’existence du pays qui soudait les deux « partis » belges. Les polémiques se firent de plus en plus vives entre les deux factions et elles trouvaient souvent leur origine dans le domaine de l’enseignement23. Il faut d’ailleurs pointer deux éléments spécifiques au monde de l’enseignement secondaire qui conduisirent les jésuites à se retrouver en première ligne face aux attaques libérales. Ces deux éléments tiennent au succès des collèges jésuites. Mis à part Alost, qui connaît de grosses difficultés à se développer, les écoles des Pères voient leurs effectifs bondir durant cette période. Il n’est pas question de parler de fermeture, au contraire, les jésuites envisagent de nouveaux développements et, si possible, de nouvelles ouvertures d’écoles24. Or, les résultats enregistrés par les écoles favorisées par les libéraux sont plus mitigés. Certains athénées ou certains collèges communaux peinent à étendre leur recrutement mais surtout, il ne faut pas oublier que de nombreux établissements de sensibilité libérale sont alors des institutions purement privées ne bénéficiant pas du soutien de l’État ou des communes25. Nombre de ces écoles, notamment à Bruxelles, devront fermer leurs portes après quelques années d’existence. Le deuxième élément structurel qui accentue la concurrence des écoles « libérales » et des collèges jésuites est constitué par l’étroitesse du « marché » scolaire secondaire de la période. Dans beaucoup de villes, inscrire un garçon chez les jésuites c’est le « prendre » au monde scolaire laïque26. C’est gênant pour un collège communal soutenu par les deniers d’une ville et c’est mortel pour une école privée vivant de ses minervals. Nous verrons que, plus tard, les effectifs de l’enseignement secondaire augmenteront sensiblement et réduiront quelque peu cette concurrence impitoyable entre réseaux d’enseignement mais, vers 1835-1840, les jésuites disputent aux écoles laïques les mêmes élèves. Les divisions idéologiques et religieuses au sein des familles ne sont d’ailleurs pas encore très marquées. Les sources jésuites de l’époque sont fières d’annoncer aux autorités romaines que de nombreuses familles libérales inscrivent leurs enfants chez les Pères. Dans le collège de Bruxelles, on parlera même de deux tiers des élèves issus de familles libérales27.

« Le Juif errant » : (1840-1884) : des années difficiles pour les jésuites ?

  • 28 E. Sue, Le Juif errant, s.l.n.d. [Paris], [1983]. On notera que les principaux personnages du roman (...)

12L’évocation du célèbre roman d’Eugène Sue nous amène à envisager une seconde période commençant au début des années 1840 et se terminant par la grande victoire des catholiques aux élections de 1884. L’auteur de l’ouvrage est français et son entreprise de dénonciation de l’œuvre malfaisante des jésuites s’inscrit dans un cadre international qui dépasse les lignes de partage du monde politique belge28. Les Pères belges vont pâtir de cette tendance anti-jésuite qui affecte une grande partie de l’Europe. La radicalisation de la presse et des hommes politiques libéraux, la structuration de ce parti et sa domination presque sans partage de la vie politique belge pendant des dizaines d’années vont faire craindre aux jésuites que leur présence dans le pays pourrait être sérieusement menacée.

La progression de l’implantation jésuite malgré l’hostilité des libéraux

  • 29 En 1857, les jésuites belges ont atteint le chiffre de 490 compagnons. En 1882, ils seront 800 (A. (...)
  • 30 À côté des collèges ouverts par les Pères, au moins 9 autres propositions seront refusées jusqu’en (...)
  • 31 J’ai largement développé les circonstances de l’ouverture de ce collège dans X. Dusausoit, « « Voic (...)
  • 32 Deux travaux ont abondamment parlé de ces événements : A. Zumkir, La genèse des partis politiques d (...)
  • 33 Ces trois familles sont constituées de très importants industriels lainiers liés entre eux par des (...)
  • 34 Les manifestations populaires se déroulèrent du 15 au 18 septembre 1844 mais elles avaient été préc (...)

13Dans le même temps cependant, la province belge de la Compagnie de Jésus a vu ses effectifs progresser alors que le nombre de ses missions augmentait plus encore29. Le nombre de collèges s’est fortement accru tout comme ses autres œuvres apostoliques. Les jésuites belges cherchent encore à ouvrir quelques écoles supplémentaires mais ils savent qu’ils devront choisir parmi les propositions qui leur sont faites30. Conformément à leur tradition à la fois audacieuse et missionnaire, ils optent pour les grandes villes nettement dominées par l’opinion libérale, en particulier en Wallonie. L’ouverture d’une résidence à Mons, en 1841, devait être la première étape de la création d’un collège mais celui-ci devra attendre dix ans avant de naître. Les raisons en sont le manque de moyens financiers mais surtout l’hostilité de l’opinion publique montoise et la faiblesse de la petite minorité catholique qui soutenait l’initiative des jésuites en lui procurant de l’argent et aussi des élèves31. Mais, c’est à Verviers, dans la province de Liège, que l’hostilité anti-jésuite atteindra des sommets à l’automne 184432. Là aussi, les Pères voulaient ouvrir une résidence et ils bénéficiaient du soutien financier des trois plus grandes familles de l’industrie lainière locale (les de Biolley, les Simonis et les de Grand-Ry)33. Cependant la presse et les hommes politiques libéraux vont réussir à mobiliser une fraction très notable de la population verviétoise dans une série de journées de manifestations qui tourneront presque à l’émeute34. On verra même les manifestants prier la Vierge d’écarter de leur ville les « noirs corbeaux jésuites ». Suite à cette mobilisation populaire, le parti libéral triomphera à Verviers, les trois grandes familles pro-jésuites seront écartées de la gestion de la ville et, si les jésuites osent quand même créer une résidence en 1845, le collège Saint-François-Xavier devra attendre 11 ans avant d’ouvrir ses portes.

  • 35 Sur la possibilité d’expulsion suite à une révolution en Belgique qui semble très probable, voir AR (...)
  • 36 Le libéral Henri de Brouckère et le catholique Pierre De Decker tenteront, à cette époque et avec l (...)

14L’hostilité contre les jésuites va donc crescendo pendant les années 1840 et elle aurait dû atteindre un sommet en 1848. C’est ce qu’espéraient les ennemis de la Compagnie et ce que prévoyaient les religieux. Suite à la révolution parisienne de février, les Pères reçurent des instructions pour détruire ou dissimuler des documents, pour prévoir le renvoi des pensionnaires des collèges dans leur foyer et même pour envisager le départ discret des jésuites vers l’étranger35. Or, on sait que la révolution belge de 1848 n’eut pas lieu et que l’année scolaire se poursuivit assez paisiblement dans les collèges. Au contraire, 1849 et le début des années 1850 connurent une atmosphère plutôt conservatrice qui permit l’ouverture de plusieurs collèges (Mons en 1851, Anvers Saint-Ignace en 1852, Verviers en 1855) dans un climat relativement paisible36. C’est pourtant à cette époque que les jésuites crurent discerner une tentative réelle de limitation de la liberté constitutionnelle d’enseignement qui les avait si bien servis jusque-là.

  • 37 Lode Wils, Histoire des nations belges. Belgique, Flandre, Wallonie : quinze siècles de passé commu (...)
  • 38 Une brochure publiée par Le Journal de Bruxelles (quotidien catholique) L’enseignement libre et l’e (...)

15En 1849, le gouvernement dirigé par Charles Rogier fit voter une loi obligeant tout rhétoricien désireux d’accéder à l’enseignement universitaire à présenter un examen organisé par l’État37. Le but du gouvernement était de faire quelque peu « remonter le niveau » des élèves belges quel que soit leur réseau d’enseignement mais les jésuites crurent vraiment qu’il s’agissait d’une tentative des libéraux pour faire échouer les candidats issus d’écoles catholiques et, par conséquent, de provoquer le départ massif de toutes les familles désireuses de voir leur fils entrer à l’université. Cependant, malgré quelques candidats malheureux, la première année, cette disposition permit grosso modo aux collèges ignatiens de moderniser leur enseignement et surtout de montrer l’excellence de leur formation. Les années suivantes, les taux de réussite des élèves des jésuites atteignirent des scores inégalés par les autres types d’écoles38. Des professeurs, membres de la Compagnie de Jésus, furent aussi appelés à devenir membres de ces jurys d’examen. Ce que les Pères croyaient, à tort, être une attaque libérale se révéla être un excellent argument publicitaire pour leurs collèges. Ce compromis honorable entre Rogier et les jésuites doit certainement être remarqué au début des années 1850.

La montée de l’opposition contre les jésuites

  • 39 Pierre De Decker (1812-1891), ancien élève du pensionnat jésuite de Saint-Acheul, avocat, publicist (...)
  • 40 Les jésuites belges ont eux-mêmes résumé les troubles de 1857 dans un rapport envoyé à Rome (ARSI, (...)
  • 41 Sur les événements de Mons, voir X. Dusausoit, « « Voici la voix qui crie dans le désert (Mc 1,3) » (...)

16La fin des années 1850 allait cependant être marquée par des événements qui constitueront sans doute l’acmé de l’agitation anti-jésuite en Belgique. À partir de 1855, un gouvernement unioniste à dominante catholique avait ouvert des perspectives nouvelles pour la Compagnie de Jésus. Ce ministère De Decker avait notamment comme projet de faire voter une loi permettant de créer des fondations charitables privées39. Les adversaires libéraux de projet le baptisèrent la « loi des couvents » car ils y voyaient la restauration de la mainmorte ecclésiastique. Toutes les congrégations religieuses pouvaient être visées par la colère libérale mais les rédemptoristes et surtout les jésuites étaient en première ligne. L’opposition à ladite « loi des couvents » allait aussi montrer la grande diversité des situations religieuse, sociale et politique dans les villes où les jésuites étaient installés40. À Alost, non seulement il ne se passa rien mais l’administration communale renouvela la convention qui confiait le collège à la Compagnie de Jésus pour 25 années supplémentaires. Il est à noter que, depuis une dizaine d’années, Alost était dirigé par un collège échevinal libéral. Dans la plupart des autres villes où on trouvait des collèges jésuites, les derniers jours de mai 1857 virent de bruyantes manifestations se dérouler, éventuellement accompagnées de jets de pierre. La police communale, souvent dirigée par un bourgmestre libéral, dut, comme à Bruxelles, charger pour disperser les manifestants. Un cas particulier doit cependant être réservé pour le collège Saint-Stanislas de Mons41.

  • 42 Désiré Dethuin (1801-1868). Notaire (Université de Liège). Franc-maçon. Éligible au Sénat. Conseill (...)

17Le degré d’anticléricalisme et d’anti-jésuitisme était particulièrement élevé dans cette ville et dans la région toute proche du Borinage. Les 29 et 30 mai 1857, les manifestants ne se contentèrent pas de crier et de briser toutes les vitres du collège, il y eut aussi une tentative d’envahissement de l’école. Le bourgmestre libéral Dethuin estima ne plus pouvoir contenir l’émeute avec ses seules forces de police : la garde civique et l’armée furent appelées en renfort42. Des pièces d’artillerie furent déployées sur la Grand-Place ; des lanciers et la gendarmerie à cheval patrouillèrent dans la ville pendant plusieurs jours. Le calme revint ensuite. On peut remarquer que l’Institut Saint-Ferdinand, à Jemappes, dans le Borinage, fut effectivement mis à sac et des Frères des Écoles chrétiennes y furent malmenés. Cet incident constituant sans doute l’épisode le plus grave des réactions à la « loi des couvents » de 1857.

  • 43 Deux brochures anonymes largement diffusées ont résumé cette affaire de deux points de vue très dif (...)
  • 44 Jean-Baptiste Lhoir (1793-1871), fondateur du collège de Mons en 1851 et vice-recteur de 1851 à 185 (...)
  • 45 Paul Janson (1840-1913), docteur en philosophie et en droit. Avocat. Député libéral progressiste de (...)

18Les années qui suivirent n’apportèrent pas de grande modification au climat d’hostilité aux jésuites qui prévalait dans l’opinion libérale et radicale de cette époque. Parmi les multiples accusations que les ennemis de la Compagnie de Jésus lançaient contre elle, la figure du jésuite captateur d’héritage est sans doute celle qui revient le plus souvent. Or, en 1864, elle sembla recevoir un début de concrétisation avec l’Affaire De Buck43. Un certain M. De Boey, d’origine anversoise, s’était considérablement enrichi et il était aussi tombé sous la coupe des jésuites de sa ville. Les dons envers la Compagnie avaient été substantiels et les collèges d’Anvers, de Bruxelles et de Mons en avaient largement profité. À la mort de M. De Boey, ses héritiers avaient été très déçus de la modestie de l’héritage et des rumeurs avaient immédiatement couru sur le détournement que les jésuites auraient opéré ante mortem. Cependant, les héritiers – dont un jésuite – acceptèrent la succession telle qu’elle se présentait à l’exception d’un neveu, absent à l’époque des faits. Ce neveu s’appelait Benoît De Buck et il était alors détenu au bagne de Toulon. Ayant recouvré sa liberté, le personnage se tourna vers les jésuites pour réclamer son héritage disparu. Il se rendit notamment au collège de Mons et commit des voies de fait – certains dirent « une tentative de meurtre » - sur la personne du P. Lhoir qui avait autrefois aidé son oncle à « contenir les tendances délinquantes » de Benoît De Buck44. Emprisonné ensuite à Vilvorde, De Buck proféra des menaces de mort dans des lettres adressées à plusieurs Pères. Ces menaces entraînèrent une plainte et un procès d’assises s’ensuivit au cours duquel De Buck, bien défendu par le jeune avocat radical Paul Janson, fût acquitté45. L’opinion anticléricale jubila et, encore une fois, des manifestations secouèrent les collèges ignatiens.

  • 46 Notamment après la victoire des catholiques aux législatives de 1870.

19Celles-ci ne connurent pas la violence de 1857, même à Mons où elles furent cependant les plus virulentes. A contrario, à Alost, aucune manifestation n’eut lieu et les colporteurs qui essayaient de vendre des brochures anticléricales consacrées à l’Affaire De Buck furent chassés à coups de pierre par la population. Après 1864, des démonstrations hostiles eurent encore lieu épisodiquement devant les collèges, spécialement dans les villes les plus libérales et/ou radicales. Les victoires des catholiques aux élections entraînèrent plusieurs fois des rassemblements libéraux devant les collèges mais le degré d’intensité de ces protestations avait quand même baissé d’un cran et elles visaient moins directement l’ordre religieux lui-même46.

  • 47 Pierre Van Humbeéck (1829-1899), avocat, député libéral de Bruxelles, ministre de l’Instruction Pub (...)
  • 48 Hubert-Walthère Frère-Orban (1812-1896), avocat, député libéral de Liège (1847-1894). Ministre des (...)
  • 49 Ces créations de ces classes contribuèrent notamment à l’apparition de sections primaires complètes (...)
  • 50 X. Dusausoit, Les collèges jésuites..., op.cit., p. 50.

20C’est ainsi que la fameuse guerre scolaire, qui allait agiter la Belgique après le vote de la « loi de malheur » ou « loi van Humbeeck » en 1879, ne concerna qu’indirectement la Compagnie de Jésus47. La loi visait l’enseignement primaire, elle n’affectait pas les écoles de la Compagnie. Le gouvernement libéral Frère-Orban n’expulsa pas les jésuites et ne toucha pas à leur enseignement48. La seule implication véritable des Pères dans ce conflit fut de créer des nouvelles classes primaires dans leurs collèges pour participer à l’effort des catholiques afin de « sauver les âmes » du plus grand nombre possible d’enfants49. Accessoirement, une petite guerre scolaire opposa les jésuites d’Alost au gouvernement parce que celui-ci avait créé dans la ville une section d’athénée, rompant ainsi le monopole des jésuites dans le domaine de l’enseignement des humanités. Les Pères réussirent à dissuader un grand nombre de parents car la section d’Athénée ne dépassa pas le nombre de 14 élèves50. Notons enfin que durant toute cette période difficile (1840-1884), l’enseignement de la Compagnie de Jésus ne fut jamais menacé en tant que tel. Si les troubles de 1857 entraînèrent le renvoi des pensionnaires montois dans leur foyer, si le bris des vitres des écoles et leur réparation perturbèrent les classes pendant quelques jours, si le collège de Mons fut menacé de saccage pendant une heure environ ; l’hostilité des libéraux et des radicaux de l’époque ne signifia pas la mise sur pied sérieuse d’une interdiction d’enseignement pour la Compagnie de Jésus ou une menace d’expulsion de la congrégation du territoire. Peu à peu, les mondes de l’enseignement catholique et laïque devenaient de plus en plus séparés et la concurrence qui les opposait pour attirer le plus grand nombre possible d’élèves tendait à se réduire : la clientèle de l’Athénée et celle du collège des jésuites étaient deux réalités de plus en plus séparées. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

Les oppositions catholiques à la présence jésuite

  • 51 Nous renvoyons à l’ouvrage d’E. Lamberts déjà cité ainsi qu’à G. Braive, Histoire des Facultés univ (...)
  • 52 Sur la structure et l’organisation du parti catholique, voir J.-L. Soete, Structures et organisatio (...)
  • 53 Celui-ci se montra très insistant pour voir s’ouvrir le collège des jésuites de Tournai. Dans son d (...)

21Il en allait tout autrement pour les autres écoles catholiques. Des hostilités sourdes mais très réelles existaient entre la Compagnie de Jésus, certaines autres congrégations et certains évêques. Ces oppositions pouvaient avoir une origine idéologique, elles sont relativement bien connues mais elles ne sont peut-être pas aussi importantes que des concurrences structurelles dans le monde de l’enseignement catholique entre ce que nous pourrions appeler des « entreprises-écoles ». Commençons par les divisions idéologiques qui ont déjà souvent été étudiées par d’autres auteurs51. Les catholiques belges ne partageaient certainement pas tous les convictions ultramontaines de la plupart des jésuites. Le personnel politique conservateur appartenait massivement à la tendance catholique-libérale et le clergé séculier, notamment l’épiscopat, comptait aussi des représentants de cette tendance52. Cependant, hommes politiques ou prélats catholiques-libéraux effectuaient souvent une distinction assez nette entre le jésuite éducateur et le jésuite politique. Si le radicalisme de certaines positions ultramontaines de la Compagnie de Jésus pouvait effrayer, plusieurs évêques tenaient à trouver un accord avec les Pères afin de voir s’ouvrir un ou plusieurs collèges dans leur diocèse. Ce fut le cas, on l’a vu, pour l’évêque de Gand, Mgr Van de Velde ; ce sera également le cas pour l’évêque de Tournai, Mgr Labis53.

  • 54 Mgr Engelbert Sterckx (1792-1867), vicaire-général depuis 1827. Animateur de la résistance au gouve (...)
  • 55 Voir notamment Archives de l’Archevêché de Malines (désormais AAM), Actes de l’Archevêché, Mgr Ster (...)
  • 56 La quasi-totalité des parlementaires catholiques brabançons soutenaient ce projet, même s’ils étaie (...)
  • 57 Voir la présentation globale de ce projet dans G. Braive, Histoire des Facultés..., op.cit., p. 15- (...)

22Toutefois, le cardinal-archevêque de Malines, Mgr Sterckx, fut sans doute le prélat belge qui poussa le plus loin son opposition aux jésuites, y compris dans le domaine scolaire54. Dès 1834-35, il tenta de s’opposer à l’ouverture de leur collège de Bruxelles, leur préférant un projet pourtant plus vague des Oratoriens. L’archevêque voulait écarter les Pères de la Capitale et les envoyer ouvrir collège ou pensionnat dans les campagnes du Brabant wallon55. Devant l’insistance des jésuites et de leurs amis – dont plusieurs hommes politiques catholiques-libéraux – Mgr Sterckx dut donner son accord à l’ouverture du collège Saint-Michel56. Toutefois une autre passe d’armes eut lieu en 1858. Le problème venait alors de ce que de nombreux étudiants catholiques bruxellois s’inscrivaient, souvent pour des raisons financières, à l’Université libre de Bruxelles. Bien évidemment, l’épiscopat estimait qu’ils y recevaient un « très mauvais » enseignement philosophique. Dès lors, pourquoi ne pas créer alors une section de philosophie dans un établissement catholique bruxellois pour « blinder » ces jeunes chrétiens influençables ?57 Pour le nonce apostolique, certains évêques et les notables ultramontains, l’établissement existait et il suffisait de le munir d’une section de philosophie : c’était le collège Saint-Michel dirigé par les jésuites. Pour Mgr Sterckx, il n’en était pas question. Il préférait une solution apparemment plus compliquée consistant à transférer l’Institut Saint-Louis de Malines vers Bruxelles et d’y adjoindre ladite section. L’enseignement qui y serait dispensé serait évidemment plus conforme aux goûts du prélat.

  • 58 Mgr Sterckx comme les responsables jésuites usèrent réciproquement d’une grande hypocrisie camoufla (...)
  • 59 « Lot de consolation », les jésuites obtinrent la permission d’ouvrir une section de philosophie da (...)
  • 60 ARSI, PB.E 1003 (1853-1859-1871), 24/6/1858 (Belg. 3-V, 10) Victor De Buck (président de la société (...)

23La lutte fut aussi féroce qu’hypocrite puisque ni Sterckx ni les jésuites ne pouvaient avouer ouvertement leur haine de l’autre. Chacun sollicitant même officiellement l’appui de l’autre partie pour mener à bien le projet de section de philosophie58. L’avis du cardinal prévalut. L’Institut Saint-Louis (une école secondaire dotée d’une section de philosophie) vit le jour, au Boulevard Botanique (ancêtre des actuelles Facultés Universitaires Saint-Louis). Si l’on a retenu la victoire du prélat catholique-libéral sur les jésuites, il ne faudrait certainement pas négliger une des plaintes que ceux-ci élevaient face au projet du cardinal59. Dans le vivier d’élèves catholiques de Bruxelles, le monopole de la Compagnie était brisé et cela suscitait de vives inquiétudes pour la survie du collège Saint-Michel. Comme l’écrivaient les Pères de l’époque, la partie Nord de Bruxelles était « perdue » pour eux60.

  • 61 A Bruxelles, ville libérale par excellence, les sources estiment la proportion d’élèves de familles (...)
  • 62 L’ouverture des écoles des Frères des Écoles chrétiennes sera d’ailleurs à Bruxelles, à Mons ou à V (...)
  • 63 Sur cette problématique du contrôle de l’espace géographique de l’agglomération bruxelloise, voir X (...)

24Les archives jésuites de l’époque montrent en effet que leurs collèges subissaient une concurrence plus redoutable de la part des autres établissements catholiques que des écoles « libérales ». Une guerre secrète existait mais elle était âpre. Pour tenter de résumer la situation, disons que le conflit entre les collèges ignatiens et les athénées royaux ou les collèges communaux était clair, il était aussi réel : les deux types d’écoles se battaient pour une fraction encore non négligeable d’élèves « flottants »61. Cependant, ce pourcentage se réduisait du fait de l’apparition de plus en plus nette de deux mondes séparés : celui des familles catholiques et celui des familles plus ou moins laïques. Les élèves catholiques allaient donc être disputés entre établissements religieux. Certes, un accord à l’amiable pouvait être trouvé. Par exemple, à Bruxelles, les Frères des Écoles chrétiennes ou les Frères de la Charité se voyaient réserver le gros de l’enseignement primaire, notamment « pour les pauvres » et, au niveau du secondaire, l’enseignement secondaire artistique et une bonne part de l’enseignement professionnel leur écherraient aussi62. Aux jésuites revenaient les humanités classiques. Cependant, les Frères des Écoles chrétiennes et surtout l’enseignement épiscopal n’étaient pas toujours aussi compréhensifs pour laisser aux Pères les « beaux morceaux ». Alors commençait un conflit souterrain. À titre d’exemples, retenons les situations de Bruxelles et d’Alost. À Bruxelles, le statut de capitale amène, pendant tout le XIXe siècle, dans l’agglomération des centaines de milliers de nouveaux habitants (et de nouveaux élèves) mais, déjà, le centre s’appauvrissait et les familles aisées s’installaient dans les nouveaux quartiers des faubourgs. Or, le collège des jésuites est installé en plein centre, dans un secteur de moins en moins bien coté. Saint-Louis, situé, comme on l’a vu, à l’extrême nord de la ville de Bruxelles a « volé » les faubourgs de Saint-Josse et de Schaerbeek. En 1866, Saint-Boniface, à Ixelles, « prendra » une bonne partie des quartiers chic de l’Est. Dès lors, les jésuites utilisent un vocabulaire de stratège ou de joueur d’échecs et rêvent de déplacer leur école vers la périphérie afin de prendre l’ennemi à revers et de regagner la bonne bourgeoisie partie en banlieue. Or, l’ennemi, c’est l’enseignement épiscopal et la lutte se poursuivra pendant des décennies63.

  • 64 L’histoire de cet établissement officiel est décrite par J. D’Hooghe, Koninklijk Atheneum Aalst (18 (...)
  • 65 L’école des FF. prospère de 1854 à 1877. En 1870, elle a 258 élèves (127 internes, 18 demi-pensionn (...)
  • 66 Les archives du collège de Gand sont particulièrement riches au niveau comptable ; elles montrent l (...)
  • 67 Il existe une certaine concurrence entre les collèges des jésuites mais celle-ci est autorégulée pa (...)

25À Alost, au contraire de Bruxelles, la population ne compte qu’une bonne dizaine de milliers d’habitants et stagne. Pendant plus de vingt ans, les jésuites ont détenu le monopole de l’enseignement secondaire avant que l’État n’ouvre une école moyenne déclenchant ainsi un conflit clair mais qui n’affectera finalement pas beaucoup les effectifs du collège Saint-Joseph64. En revanche, l’apparition d’un Institut des Frères des Écoles chrétiennes causera de vifs soucis à la Compagnie. Même si la nouvelle école ne contient pas d’humanités classiques, ses sections professionnelles attirent beaucoup d’élèves de la région et menacent un collège ignatien assez maigrement peuplé65. Pour le malheur des Frères, en 1877, survint une affaire de mœurs que l’on baptiserait aujourd’hui de « pédophilie ». L’école eut évidemment à en souffrir et les jésuites ne soutinrent certainement pas la congrégation concurrente. Discrètement, ils contribuèrent à diffuser la rumeur puis ils firent savoir dans la région que l’Institut des Frères allait fermer. Sans doute espéraient-ils que cela serait une « self-fulfilling prophecy » ; leur concurrent congréganiste disparut effectivement peu de temps après. Les collèges jésuites sont alors des entreprises devant atteindre le seuil de rentabilité grâce à un nombre suffisant de minervals et/ou la justesse de leurs placements mobiliers et immobiliers66. Cette vérité fondamentale explique l’âpreté des réactions des responsables des collèges face à la concurrence même et surtout issue du monde catholique67.

Sous la protection des gouvernements catholiques (1884-1914)

  • 68 Voir E. Lamberts, J. Lory, 1884 : un tournant politique en Belgique : colloque – De machtswisseling (...)
  • 69 Voir G. Deneckere, « Les turbulences de la Belle Époque 1878-1905 », dans E. Witte, E. Gubin et J.- (...)

26Le choix de la date de début de cette période est contestable : en effet, les catholiques conquirent le pouvoir en Belgique en 1870 et ils le conservèrent jusqu’en 1878. L’enseignement catholique en général et les collèges jésuites en particulier bénéficièrent alors d’une bienveillance gouvernementale qu’ils n’avaient pas connue depuis longtemps. Cependant, cette domination catholique fut assez éphémère. Elle fut renversée, en 1878, par une éclatante victoire électorale du libéral Frère-Orban. Une très rude période d’affrontements allait suivre entre 1878 et 1884, elle allait être spécialement marquée par une guerre scolaire portant essentiellement sur les écoles primaires belges. Comme nous l’avons signalé, les jésuites y participèrent notamment en créant de nouvelles classes primaires dans leurs collèges pour accueillir un maximum d’enfants menacés par les « écoles sans Dieu ». Même si les Belges de 1884 l’ignoraient évidemment, la victoire que le parti catholique remporta cette année-là allait être une date-charnière de l’histoire politique belge68. Jusqu’en 1914, les catholiques purent conserver une majorité au Parlement et on peut même ajouter qu’après la fin de la Première Guerre mondiale, les coalitions parlementaires comptèrent toujours des catholiques en leur sein et ce, jusqu’en 194569. Doit-on dès lors arrêter ici une étude sur les affrontements auxquels les collèges de la Compagnie de Jésus eurent à faire face en Belgique ?

Un net changement d’atmosphère politique favorable aux jésuites

  • 70 Ces liens entre la Compagnie et les élites politiques catholiques ont été l’objet de mon article, X (...)
  • 71 C’est particulièrement vrai pour les congrégations des « Messieurs » d’Alost, Gand et Bruxelles mai (...)
  • 72 Gand, Bruxelles, Liège, Namur ont des associations présidées parfois par des ministres en exercice (...)
  • 73 APBS, A 17/1 De quaestione flandrica, boîte no 1, no 1 Lettres des provinciaux, Petit (provincial) (...)

27Si les écoles ignatiennes eurent encore à lutter contre des adversaires après 1884, force est de reconnaître que l’atmosphère politique a sensiblement changé. Les gouvernements catholiques sont désormais favorables au développement des écoles congréganistes. Pour les jésuites, la situation est d’ailleurs différente par rapport à d’autres ordres. Spécialistes de l’enseignement des humanités classiques, ils ont formé bon nombre des cadres du parti catholique. Une majorité absolue des parlementaires catholiques est issue des collèges ignatiens. Dans les ministères de la période 1884-1914, deux tiers des portefeuilles sont en général détenus par des Anciens. Le premier ministre est fréquemment un ancien élève70. Cette proximité sociologique des responsables catholiques et des Pères est souvent approfondie par des liens plus forts. Les Pères ont créé des congrégations mariales de prières dont celles dites des « Messieurs » accueillent la fine fleur de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie catholiques, ministres et parlementaires y sont nombreux71. Ces lieux sont évidemment importants pour la formation religieuse et pour la sociabilité de ces élites. Les jésuites pourront y exercer une influence notable. De même les associations d’anciens élèves qui se développent de plus en plus à cette époque sont souvent présidées par des hommes politiques importants72. Souvent, ces congrégations mariales et ces associations d’Anciens fourniront aux jésuites les hommes liges qui leur serviront de relais en politique. Les jésuites étaient et restent évidemment discrets sur leur influence politique mais dans de telles conditions, leurs connexions utiles étaient évidentes. On sait ainsi, qu’en 1890, la loi sur les conditions d’accès à l’enseignement universitaire est leur œuvre et celles des hommes politiques qu’ils ont inspirés73. Mais cet élément connu n’est peut-être bien que ce que l’on convient d’appeler la « partie visible de l’iceberg ». Cette période est-elle donc « sans histoire » dans le sens où craintes et conflits auraient disparu ?

Le maintien d’oppositions certaines

  • 74 M. Dumoulin, « L’entrée dans le XXe siècle 1905-1918 », dans M. Dumoulin, E. Gérard, M. Van Den Wyn (...)
  • 75 Ibid. ; sur les congrégations religieuses françaises, voir P.Cabanel-J.-D. Durand (dir.), Le Grand (...)
  • 76 ABMEL, Litterae annuae Provinciae Belgicae, 1884-1913 (versions imprimées).
    Pour cette problématique (...)
  • 77 Pour cette problématique de concurrence entre jésuites et enseignement archiépiscopal à Bruxelles, (...)
  • 78 Schaerbeek est une commune du Nord de l’agglomération de Bruxelles, Uccle est située au Sud et Jett (...)
  • 79 APBS, Saint-Michel-Saint-Jan-Berchmans, Dossier de aedificandi novum collegium (1901-1905) et Dossi (...)

28Sans exagérer l’importance de ceux-ci par rapport à l’époque précédente, il faut toutefois retenir que la période allant de 1884 à 1914 n’a pas été exempte de contrariétés pour les jésuites belges. Ils ignoraient évidemment que la majorité parlementaire catholique allait se maintenir aussi longtemps. Un retour au pouvoir des libéraux ou le succès électoral d’une coalition libéralo-socialiste était envisagé à chaque scrutin législatif. Plusieurs fois, les catholiques, comme leurs adversaires crurent bien que la défaite allait survenir pour le camp conservateur74. Or, la Belgique, qui avait accueilli nombre de congrégations chassées de plusieurs pays d’Europe (mais surtout de France) se voyait promettre par les partis anticléricaux un « grand nettoyage » qui aurait non seulement renvoyé chez eux les religieux étrangers mais qui y aurait aussi joint leurs confrères belges, au premier rang desquels se trouvaient les « malfaisants » jésuites75. Pareille crainte eut quelques répercussions dans le domaine de l’enseignement car les autorités de la province jésuite ou des collèges hésitaient à faire des investissements ou à ouvrir des maisons si un gouvernement hostile devait s’emparer des bâtiments76. Cependant, cette perspective resta fantasmatique. En revanche, le conflit officieux avec l’enseignement épiscopal restait bien réel dans plusieurs villes, notamment à Bruxelles. Les Pères du collège Saint-Michel développaient une mentalité de forteresse assiégée77. Outre l’Institut Saint-Louis qui leur avait « volé » le Nord de l’agglomération et Saint-Boniface qui avait « pris » l’Est, à la fin du XIXe et au début du XXe siècles. L’Institut Sainte-Marie avait investi Schaerbeek, le collège Saint-Pierre s’apprêtait à conquérir Uccle et le Sud de Bruxelles et l’Institut Saint-Pierre de Jette s’attaquait à l’Ouest78. Les jésuites belges réussirent alors une grande manœuvre consistant à installer dans les lointains faubourgs de l’Est (Etterbeek-Woluwé-Saint-Pierre) un « nouveau » collège Saint-Michel pour récupérer les élites politiques et administratives qui venaient y habiter. En conservant, leur « ancien » collège du Centre-ville les Pères purent valablement concurrencer les établissements de l’archevêché pourtant beaucoup plus nombreux79.

La question d’un enseignement en flamand

  • 80 X. Dusausoit, art.cit., dans Les jésuites belges 1542-1992..., op.cit., p. 152-156.
  • 81 Une histoire de Belgique écrite par le professeur Lode Wils (KUL) insiste particulièrement sur le d (...)
  • 82 Depuis 1883, depuis la première loi Coremans (cfr infra).
  • 83 Les archives de la province belge septentrionale conservent une correspondance exceptionnellement r (...)
  • 84 Edward Coremans (1835-1910). Avocat, secrétaire du Nederduitsche Bond dont il devint le président e (...)

29Enfin, les autorités de la province de la Compagnie connurent un autre grand affrontement avec des membres du parti et du monde catholiques. Ce parti avait dû faire une place aux représentants de la petite bourgeoisie et un courant démocrate-chrétien de plus en plus puissant se développait. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, nombre de jésuites étaient favorables au catholicisme social et même, parfois, à la démocratie chrétienne80. Toutefois, en Flandre, cette démocratisation progressive du parti catholique relayait l’essor du Mouvement flamand (Vlaamse Beweging)81. Celui-ci réclamait notamment la création d’écoles secondaires et d’une université néerlandophones. Un enseignement secondaire bilingue avait d’ailleurs été imposé depuis des dizaines d’années dans les écoles officielles82. Pour les activistes flamands, même sympathisants du parti catholique, l’enseignement libre devait suivre83. Or, les collèges des jésuites représentaient l’enseignement classique du XIXe siècle belge : on y faisait beaucoup de latin et de grec mais la langue véhiculaire, l’atmosphère et les valeurs culturelles y étaient françaises. De nombreux élèves d’origine modeste y étaient passés et avaient bénéficié par la suite de ce qu’on a appelé aujourd’hui « l’ascenseur social » mais ils avaient dû passer par les fourches caudines de la francisation. La menace contre ce type d’écoles se présenta sous la forme de la « proposition Coremans »84. En novembre 1901, la Chambre prit en considération la proposition d’Edward Coremans, parlementaire catholique anversois demandant à ce que les écoles secondaires catholiques de Flandre adoptent un enseignement bilingue dans lequel, grosso modo, la moitié des cours seraient donnés en néerlandais. Si cette future loi allait gêner nombre d’écoles épiscopales, les responsables de l’enseignement de la Compagnie allaient partir en croisade contre cette proposition.

  • 85 Voir les références de la note 83.
  • 86 La lettre d’instruction du provincial Petit précisa les méthodes d’action que les supérieurs de mai (...)
  • 87 Les décisions du cardinal, soutenues par les autres évêques de Belgique, furent publiées dans Instr (...)
  • 88 Certains voient dans la « germanité » du P. Wernz un élément favorable à l’évolution de la Compagni (...)
  • 89 Ce type de prévisions est assez fréquent dans les documents mais la position la plus complète et la (...)
  • 90 L’évolution sociologique et linguistique de la (puis des) province(s) dans les années 1920-1930 con (...)
  • 91 Voir APBS, A 17/1 De quaestione flandrien, boîtes no 1 et no 2 : après 1910, la correspondance, tou (...)

30Les archives conservées sur cette question permettent d’ailleurs d’observer le plus bel exemple de « lobbying » mené par la Compagnie de Jésus à cette époque85. Recteurs et supérieurs de maisons furent mobilisés par le provincial pour faire agir les hommes politiques « dévoués » à la Compagnie mais aussi pour convaincre les parlementaires catholiques susceptibles de voter la proposition Coremans86. Pour résumer brièvement les développements de cette affaire longue et compliquée, disons que les jésuites connurent des succès défensifs en retardant le vote de la loi pendant des mois, voire des années mais ils sentirent bien que la majorité du monde politique catholique ne les suivrait pas. Le cardinal-archevêque de Malines, Mgr Mercier trancha finalement la question en 1906 en obligeant l’enseignement catholique en Flandre à adopter une organisation bilingue de ses cours87. Le nouveau Général des jésuites, l’Autrichien Wernz, demanda aussi aux jésuites belges d’aller dans ce sens mais les résistances furent très vives jusqu’en 191488. Elles montrent déjà en filigrane les ferments de division qui conduiront à l’éclatement de la province belge dans les années 1930. Si, à partir de 1903, le provincial et la totalité des supérieurs locaux s’élevaient contre la loi Cooremans, c’était parce qu’ils se rendaient compte qu’un enseignement néerlandophone ou bilingue en Flandre allait détruire les pratiques de la Compagnie et conduire au démantèlement progressif de la province89. Si on admettait – comme tout le monde semblait le faire alors – que les Pères wallons ou bruxellois francophones étaient définitivement incapables d’apprendre le néerlandais (et encore moins d’enseigner dans cette langue), il devenait quasiment impossible de les employer en Flandre. Deux ensembles se créeraient naturellement : Bruxelles et la Wallonie peuplés de Pères francophones ; la Flandre de plus en plus constituée de Pères néerlandophones mais avec, temporairement, de très importants îlots francophones car les jésuites fransquillons (francophones de Flandre) étaient nombreux90. Au fil des ans, devant la détermination du Mouvement flamand à faire avancer la loi Coremans (ou un substitut valable), devant l’augmentation progressive du nombre de jésuites néerlandophones et flamingants, devant le ralliement du Général à la cause flamande, les responsables provinciaux durent reculer. Certains collèges flamands comme ceux d’Alost et de Turnhout basculèrent dans une atmosphère résolument flamande, voire anti-francophone. Le collège Notre-Dame, à Anvers, connut des affrontements entre flamingants et fransquillons, tant au niveau des élèves qu’à celui des jésuites. Le collège Sainte-Barbe, de Gand et l’Institut Saint-Ignace, d’Anvers restèrent des bastions francophones et firent tout pour réduire ou effacer les mesures de flamandisation prescrites par la province ou par Rome. En Wallonie et à Bruxelles, le règne du français était à peine contesté par une petite augmentation de l’horaire du cours de néerlandais91. Au total, ces divisions linguistiques à l’intérieur du camp catholique ne menaçaient pas l’existence de la Compagnie en Belgique mais elles allaient sonner le glas de la province belge telle quelle existait depuis 1832.

31Ce travail aura atteint son but s’il a pu nuancer les présupposés que l’on véhicule généralement à propos des jésuites, de leurs positions et de leurs adversaires. Certes, en Belgique, comme dans plusieurs pays d’Europe, l’opposition entre la Compagnie de Jésus, dont la présence la plus visible était constituée par ses collèges, et ses adversaires, a suscité des affrontements spectaculaires. Songeons notamment aux émeutes de 1857, en particulier à Mons. Cependant, force est de constater que leur liberté constitutionnelle d’enseigner ne fut jamais vraiment menacée et que les menaces de suppression de la congrégation ou de fermeture des écoles sont restées des exutoires électoraux pour les libéraux, les radicaux ou les socialistes. Lorsque des gouvernements anticléricaux « réels » comme celui de Frère-Orban furent au pouvoir, l’activité des collèges ne cessa pas un instant. En outre, nous l’avons dit, la concurrence très officielle entre écoles laïques et collèges ignatiens s’atténua de facto à partir du moment où les publics des deux réseaux se différencièrent de plus en plus nettement.

  • 92 Voir E. Lamberts, Kerk en libéralisme..., op.cit.·, H. Haag, Aux origines du catholicisme-libéral e (...)
  • 93 Sur le Père De Buck, voir la note 1. La communauté de Bruxelles défend notamment le journal catholi (...)

32L’hostilité plus sourde qui exista entre les jésuites réputés ultramontains et les catholiques démocrates et/ou les catholiques libéraux était elle aussi connue depuis les travaux des professeurs Haag et Lamberts92. L’étude de ce dernier sur le diocèse de Gand avait d’ailleurs montré que ce conflit avait porté sur le contrôle des grands collèges d’enseignement secondaire (Sainte-Barbe, à Gand). Toutefois, il faudrait là aussi nuancer le propos puisque les catholiques théoriquement opposés aux jésuites à cause de leurs tendances démocrates ou libérales les soutenaient souvent en tant que pédagogues afin de donner force et stabilité à l’enseignement secondaire catholique. Ajoutons qu’à partir de 1850 environ, de nouvelles générations de jésuites pencheront moins nettement dans le sens de l’ultramontanisme. Des personnalités comme le Père Victor De Buck ou des communautés comme celles de Bruxelles acquerront la réputation justifiée de catholiques-libéraux au sein de la Compagnie93. Avec des nuances, l’ensemble de la province jésuite belge sera d’ailleurs associé avec une modernité qui effrayait certains compagnons d’autres pays.

33En revanche, cette contribution a essayé de mettre l’accent sur l’importance de deux types de conflits fort importants à cette période et peut-être moins connus, du moins pour un public francophone. L’opposition résolue des autorités belges des jésuites aux demandes du Mouvement flamand en ce qui concerne une flamandisation partielle ou totale des collèges de Flandre a représenté une véritable « guerre de tranchées » dans laquelle les provinciaux jésuites investirent une énergie considérable. Même s’ils ne voyaient pas la force de l’évolution de la Flandre, même s’ils sous-estimaient le développement de ce nationalisme au sein même des nouvelles générations des novices issus des Flandres, ces responsables comprenaient bien que l’acceptation de mesures de flamandisation de certains cours conduirait plus ou moins à la fin de la province belge unitaire qui avait existé et prospéré pendant tout le XIXe siècle.

  • 94 J’ai tenté d’approfondir cet aspect essentiel de la survie économique des collèges et l’influence d (...)

34Enfin, pour quitter le domaine des affrontements idéologiques, nos recherches ont montré la force des oppositions entre les écoles épiscopales et les collèges jésuites lorsque la répartition des publics scolaires dans une ville n’avait pas fait l’objet d’un consensus. Sans qu’il soit ici question d’ultramontains ou de catholiques libéraux, le caractère alors purement privé des collèges faisait d’eux des entreprises devant absolument trouver un seuil de rentabilité sous peine de fermeture à plus ou moins long terme. Cette rentabilité exigeait un nombre minimal d’élèves et si d’autres écoles s’avisaient de les « voler » la guerre pouvait alors être sans merci94. Puisque familles catholiques et familles laïques évoluaient désormais dans des mondes de plus en plus distincts, la guerre la plus vive était intra-catholique et obéissait à des exigences principalement économiques.

Notes

1 Voir notamment l’article du Père Victor De Buck, « Les principes catholiques et la Constitution belge », Précis Historiques, t. XVIII, 1869, p. 102-113 où le président de la société des bollandistes exprime sa préférence marquée pour un régime constitutionnel garantissant les libertés (comme celle d’enseignement) par rapport à un régime dictatorial ou monarchique même catholique. Victor De Buck (1817-1876), ancien élève du collège jésuite d’Alost. Attaché à l’atelier bollandien depuis 1850, il devint ensuite Président de la Société des bollandistes. Catholique-libéral notoire au sein de la Compagnie de Jésus, auteur de très nombreux articles ou ouvrages religieux, politiques ou historiques. Pionnier du rapprochement œcuménique avec les anglicans et les orthodoxes. Théologien du P. Général au premier Concile du Vatican.

2 Espagne, France, Suisse, Portugal ou états italiens se montrèrent parfois très favorables à la Compagnie mais, à d’autres moments, les jésuites furent expulsés du territoire.

3 Un aperçu succinct de ces implantations peut se trouver dans l’ouvrage ancien mais fort utile d’Alfred Poncelet, La Compagnie de Jésus en Belgique. Aperçu historique, s.l.n.d ; Bruxelles, 1907.

4 Sur la nette domination libérale sur les principales villes belges, voir Hervé Hasquin et Adriaan Verhulst (dir.), Le libéralisme en Belgique. Deux cents dans d’histoire, Bruxelles, Centre Paul Hymans-Éditions Delta, 1989, p. 295-330.

5 9 collèges sur 14 sont wallons ou bruxellois. Sur les origines géographiques et sociales des jésuites belges au XIXe s., voir, entre autres, P. Hupez, Le recrutement des jésuites belges, 1832-1914, Mémoire UCL, Louvain-la-Neuve, 1990, 2 volumes.

6 A. Poncelet, La Compagnie..., op. cit., p. 145.

7 Les chiffres de l’enseignement officiel étaient publiés par les Rapports triennaux étudiés par J. Art, « Les rapports triennaux sur l’état de l’enseignement supérieur : un arrière-fond pour des recherches ultérieures sur l’histoire des élites belges entre 1814 et 1914 », Revue belge d’histoire contemporaine, t. XVII, 1986, no 1-2, p. 187-224. Pour les jésuites, une source facilement accessible fournissant des chiffres de base est le livre-anniversaire de Poncelet déjà cité. Comme nous le verrons, les jésuites chercheront à se réserver surtout le monopole des humanités classiques dans une ville et à avoir le public le plus « choisi » possible.

8 Les chiffres de l’enseignement officiel étaient publiés par les Rapports triennaux étudiés par J. Art, « Les rapports triennaux sur l’état de l’enseignement supérieur : un arrière-fond pour des recherches ultérieures sur l’histoire des élites belges entre 1814 et 1914 », Revue belge d’histoire contemporaine, t. XVII, 1986, no 1-2, p. 187-224. Pour les jésuites, une source facilement accessible fournissant des chiffres de base est le livre-anniversaire de Poncelet déjà cité. Comme nous le verrons, les jésuites chercheront à se réserver surtout le monopole des humanités classiques dans une ville et à avoir le public le plus « choisi » possible.

9 L. Brouwers, Le rétablissement de la Compagnie de Jésus en Belgique (1773-1832), s.l.n.d. [Woluwé-St-Pierre].

10 Sur la Révolution belge de 1830, voir surtout d’E. Witte, Politieke machtstrijd in en om de voornaamste Belgische steden, 1830-1848, s.l., 2 volumes, 1973 et « La Construction de la Belgique 1828-1847 », dans E. Witte, E. Gubin, J.-P. Nandrin (dir.), Nouvelle Histoire de Belgique, vol. 1, 1830-1905, Bruxelles, Complexe, 2005, p. 41-69.

11 Voir notamment Archivium Romanum Societatis Jesu (Rome) (désormais ARSI). Lettres en provenance de Germanie (1830-décembre 1832). La province belge n’existera qu’en décembre 1832, auparavant le territoire belge et néerlandais dépendait de la province de Germanie Supérieure. Voir aussi J. De Brouwer, De Jezuïten te Aalst, t. II, Herleving en nieuwe bloeitijd 1831-1981, Alost, 1981, p. 10-16.

12 Sur le collège d’Alost avant le retour des jésuites, voir J. De Brouwer, De Jezuïten te Aalst, t. I, Stichting en opheffing 1620-1773, Alost, 1979, p. 275-292.

13 Archives de la Ville d’Alost (désormais SAA), Schepencollege. Procès-verbal de la Commission administrative, 24/11/1830. Le joséphite Jorissen semble penser que des démocrates aient voulu introduire en Belgique la congrégation des FF de l’Instruction chrétienne de Ploërmel, dirigée par le frère de Lamennais, Jean-Marie et dont la méthode d’enseignement mutuel était empruntée à Lancaster et Bell.

14 Sur Saint-Acheul, P. Delattre, Les établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles. Répertoire topo-bibliographique, Enghien-Wetteren, t. I, 1949, col. 203-219.

15 Henri-Jean-Baptiste Lefebvre (1790-1851), rentier, membre du Conseil de Régence (1824-1830) et leader de l’opposition, vice-président de la Commission administrative (1830-1831), vice-président de la Réunion patriotique centrale du district d’Alost associée à la Réunion centrale de Bruxelles, membre suppléant du Congrès National (1830-1831), échevin d’Alost 1831-1833, Commissaire d’arrondissement (1833-1851), conseillert provincial libéral du canton d’Alost (1836-1847), candidat malheureux aux élections législatives de 1835. Membre de l’administration des différents établissements publics de la Ville hospices civils (1835-1851) ; Adrien-Benoît Bruneau (1805-1894). Docteur en droit de l’Université d’État de Louvain (1827), avocat au barreau de Termonde (1827-1861), rédacteur-en-chef de l’hebdomadaire libéral Het Verbond van Aelst (1848), administrateur de sociétés de chemin de fer, de carrières et de charbonnages. Conseiller communal d’Alost (1830), conseiller provincial libéral (1836-1838), député permanent de Flandre orientale (1839-1847), candidat malheureux aux législatives de 1843 comme libéral « modéré et gouvernemental », député libéral d’Alost (1847-1857), député libéral de Soignies (1866-1870)

16 Mgr Jean-François Van de Velde (1779-1838), évêque de Gand (1829-1838), fondateur de nombreux collèges et petits séminaires. Initiateur de l’Université catholique de Louvain. Tiraillé entre les tendances catholiques-libérales, démocrates et ultramontaines, il donna des gages tantôt à l’une, tantôt à l’autre partie. Mgr Van de Velde affirma, par exemple, sa confiance dans les jésuites pour redresser des écoles affaiblies lors de leur reprise de Sainte-Barbe à Gand (Archives de la Province belge septentrionale (désormais APBS), Sint-Barbara, Dossier Stichting van het college I, lettre de van der Ghote à van Crombrugghe, 15/5/1832).

17 Sur la réouverture d’Alost et les hésitations du Général, on peut se référer, en néerlandais, à J. De Brouwer, De Jezuïten te Aalst, t. II, Herleving en nieuwe bloeitijd 1831-1981, Alost, 1981, p. 10-16 ou, en français, à X. Dusausoit, Les collèges jésuites et la société belge du XIXe siècle (1831-1914). Échanges, influences et interactions, Thèse de doctorat en Histoire UCL, Louvain-la-Neuve, 2005, p. 51-58. Le supérieur de la résidence de Gand, le P. Van Lil (1795-1842) fait figure de provincial, il le deviendra officiellement le 23 décembre 1832, au moment de la création de la Province de Belgique. Le Hollandais Jan Roothaan (1785-1853) sera Général de la Compagnie de 1829 à sa mort.

18 La convention de reprise du collège par l’évêque de Gand est publiée par J. De Brouwer, De Jezuïten..., t. II, p. 12.

19 Bruno Van Dorpe (1801-1889), vicaire à Courtrai, est désigné principal « officiel » de mars 1831 à 1832. Il sera nommé ensuite directeur de Sainte-Barbe en septembre 1832. Van Dorpe transmit aux jésuites cet établissement avant d’être nommé vicaire du « Sinaï » près de Lokeren. Défenseur de la Constitution jusqu’en 1832, il changea sa position après Mirari Vos.

20 Vincent Lemaître (1787-1834), entré au noviciat des PP de la Foi à Montdidier (Amiens) en 1804, il y est professeur de rhétorique, puis professeur de français au petit séminaire de Roulers (1806-1811). Entré dans la Compagnie en 1815 à Destelbergen, il reste à Gand pour y aider le P. Bruson après 1818. En 1820, comme directeur spirituel de la baronne le Candèle de Gyseghem, principal soutien financier de la Compagnie à l’époque, il lui conseillera d’accueillir dans son château de Gyseghem, près d’Alost, à la fois des Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul et Mgr de Broglie lors de son bannissement. C’est donc un connaisseur de la région d’Alost qui est nommé comme premier recteur.

21 Les listes d’élèves du collège peuvent être mises en relation avec l’étude sur les élites alostoises menées par H. Liebaut, « De gezagsconcentratie in het arrondissement Aalst tijdens de 19e eeuw », Handelingen der Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent, nouvelle série, t. XXII, 1968, p. 3-107.

22 Sur la reprise de Sainte-Barbe par les jésuites, on verra principalement L. Brouwers, De jezuieten te Gent, 1585-1773-1823-heden, Gand, 1980, p. 168-172. Le conflit avec le clergé démocrate est détaillé dans E. Lamberts, Kerk en libéralisme in het bisdom Gent (1821-1857). Bijdrage tot de studie van het liberaal-katolicisme en ultramontanisme, Louvain, 1972, p. 114-120.

23 Voir E. Witte, La Construction de la Belgique..., art.cit., p. 69-125

24 Sur les graves difficultés de recrutement d’Alost, voir X. Dusausoit, Les collèges jésuites..., op.cit., p. 58-66.

25 On peut citer, à Bruxelles, l’Institut Gaggia, le pensionnat Brown, l’Ecole Centrale. Certains établissements durent parfois leur salut à la reprise par la Ville de Bruxelles ou par le Gouvernement.

26 Les sources jésuites de Bruxelles, de Gand, de Mons, de Verviers sont fières d’annoncer à Rome que de nombreuses familles libérales ont inscrit leurs enfants dans leurs collèges. En face, notables et journaux libéraux mènent campagne pour dissuader les parents d’envoyer leurs enfants dans les écoles de la Compagnie.

27 Voir Archives de la Province belge méridionale et du Luxembourg (désormais ABMEL), Litterae annuae Provinciae Belgicae, 1841-1913 (versions imprimée). Ces chroniques annuelles furent rédigées fidèlement par chaque collège puis synthétisées et imprimées par la province pour être envoyées à Rome. Même si elles sont un peu moins complètes que les versions originales manuscrites, les Litterae imprimées sont plus faciles d’emploi.

28 E. Sue, Le Juif errant, s.l.n.d. [Paris], [1983]. On notera que les principaux personnages du roman servirent de modèles à l’avocat radical Paul Janson pour caractériser les jésuites et leurs victimes lors du fameux procès De Buck, en 1864, dont nous parlerons plus loin.

29 En 1857, les jésuites belges ont atteint le chiffre de 490 compagnons. En 1882, ils seront 800 (A. Poncelet, La Compzgnie...op.cit., p. 145).

30 À côté des collèges ouverts par les Pères, au moins 9 autres propositions seront refusées jusqu’en 1879.

31 J’ai largement développé les circonstances de l’ouverture de ce collège dans X. Dusausoit, « « Voici la voix qui crie dans le désert (Mc 1,3) ». Les premières années d’existence de la Résidence de Mons et du collège Saint-Stanislas (1840-1870) », dans Les jésuites à Mons, 1584-1598-1998. Liber memorialis, s.l.n.d. [Mons] [1999], p. 251-279.

32 Deux travaux ont abondamment parlé de ces événements : A. Zumkir, La genèse des partis politiques dans l’arrondissement de Verviers à l’époque du suffrage censitaire (1831-1893), Liège, t. I, 1997, p. 29-177 et Freddy Joris, La presse verviétoise de 1818 à 1850, Paris-Louvain, 1978 (Cahier Interuniversitaire d’Histoire Contemporaine no 87)

33 Ces trois familles sont constituées de très importants industriels lainiers liés entre eux par des alliances matrimoniales. Elles sont toutes trois plus ou moins associées au parti catholique, le membre le plus éminent de ce clan était toutefois Raymond de Biolley (1789-1846) (vicomte en 1843), membre des États provinciaux de Liège (1820-1830), sénateur catholique de Verviers (1831-1846), fondateur et/ou président de multiples associations charitables ou culturelles.

34 Les manifestations populaires se déroulèrent du 15 au 18 septembre 1844 mais elles avaient été précédées par trois mois d’une campagne de presse de plus en plus dure. Les meneurs de ces manifestations figureront parmi les principales figures de proue du parti libéral verviétois jusque dans les années 1890.

35 Sur la possibilité d’expulsion suite à une révolution en Belgique qui semble très probable, voir ARSI, Provinciae Belgicae. Epistolae (désormais PB.E) 1002 (1842-18-52) : 2/2/1848 (Belg. 2-1, 12) Matthys (provincial de Belgique) à Roothaan (Général).

36 Le libéral Henri de Brouckère et le catholique Pierre De Decker tenteront, à cette époque et avec l’appui du roi Léopold 1er, de revenir à des formules de gouvernement unioniste transcendant la division philosophique et religieuse entre catholiques et libéraux.

37 Lode Wils, Histoire des nations belges. Belgique, Flandre, Wallonie : quinze siècles de passé commun, Louvain-la-Neuve, 1996, p. 160-161. Charles Rogier (1800-1885), un des artisans de l’indépendance belge en 1830, il sera parlementaire pendant plus de 50 ans et il occupa de multiples portefeuilles ministériels de 1831 à 1868. Il dirigea des cabinets d’abord unionistes puis libéraux pendant près de 20 ans au total.

38 Une brochure publiée par Le Journal de Bruxelles (quotidien catholique) L’enseignement libre et l’enseignement officiel. Niveau des études dans les collèges, Bruxelles, 1857 s’attachait même à le prouver, chiffres à l’appui.

39 Pierre De Decker (1812-1891), ancien élève du pensionnat jésuite de Saint-Acheul, avocat, publiciste et administrateur de sociétés. Député catholique de Termonde (1839-1866), gouverneur du Limbourg (1871). Chef de cabinet (premier ministre) (1855-1857).

40 Les jésuites belges ont eux-mêmes résumé les troubles de 1857 dans un rapport envoyé à Rome (ARSI, PB.E 1003 (1853-1859-1871), juin 1857 (Belg. 3-I, 23) Relation des troubles en Belgique).

41 Sur les événements de Mons, voir X. Dusausoit, « « Voici la voix qui crie dans le désert (Mc 1,3) »..., art.cit., p. 251-279.

42 Désiré Dethuin (1801-1868). Notaire (Université de Liège). Franc-maçon. Éligible au Sénat. Conseiller communal libéral de 1836 à 1845, échevin (1846-48), bourgmestre de Mons de 1849 à 1866. Sénateur libéral de 1851 à 1863.

43 Deux brochures anonymes largement diffusées ont résumé cette affaire de deux points de vue très différents : l’une rédigée par le jésuite Terwecoren (XYZ, E. Terwecoren, s.j.), « L’Affaire De Buck et Supplément à l’Affaire De Buck », Collection de Précis Historiques, t. ΧΙII, 1864, p. 379 et 393-394) développe le point de vue de la Compagnie ; l’autre exprime la position anticléricale (XYZ, Les jésuites et l’affaire De Buck, Bruxelles, 1864). Cette dernière brochure, reprenant la plaidoirie des défenseurs de De Buck, relie les protagonistes de l’Affaire aux personnages du Juif errant : le P. Lhoir est l’abbé Rodin d’Eugène Sue ; le P. Bossaert, l’abbé d’Aigrigny et De Buck, le pauvre Couche-tout-Nu.

44 Jean-Baptiste Lhoir (1793-1871), fondateur du collège de Mons en 1851 et vice-recteur de 1851 à 1854.

45 Paul Janson (1840-1913), docteur en philosophie et en droit. Avocat. Député libéral progressiste de Bruxelles (1877-1884, 1889-1894 et 1900-1913). Sénateur de Liège (1894-1900). Républicain, pacifiste et anticlérical, partisan de l’instruction publique obligatoire et du suffrage universel

46 Notamment après la victoire des catholiques aux législatives de 1870.

47 Pierre Van Humbeéck (1829-1899), avocat, député libéral de Bruxelles, ministre de l’Instruction Publique (1879-1884). Cette loi visait à obliger chaque commune belge à ouvrir une école primaire publique, les subventions communales aux écoles primaires catholiques étaient supprimées, les instituteurs devaient diplômés d’une école normale officielle et l’enseignement religieux serait désormais dispensé en dehors des heures de cours et à la demande expresse des parents : G. Deneckere, « Les turbulences de la Belle Epoque 1878-1905 », dans E. Witte-E. Gubin-J.-P. Nandrin (dir.), Nouvelle Histoire de Belgique, vol. 1, 1830-1905, Bruxelles, Complexe, 2005, p. 35.

48 Hubert-Walthère Frère-Orban (1812-1896), avocat, député libéral de Liège (1847-1894). Ministre des Travaux Publics et des Finances (1847-1848), des Finances (1848-1852, 1857-1870). Premier ministre et ministre des Affaires Étrangères (1868-1870, 1878-1884).

49 Ces créations de ces classes contribuèrent notamment à l’apparition de sections primaires complètes ou presque complètes alors que les jésuites ne possédaient initialement que des classes de dernière année primaire afin de préparer les élèves aux humanités gréco-latines.

50 X. Dusausoit, Les collèges jésuites..., op.cit., p. 50.

51 Nous renvoyons à l’ouvrage d’E. Lamberts déjà cité ainsi qu’à G. Braive, Histoire des Facultés universitaires Saint-Louis. Des origines à 1918, Bruxelles, 1984.

52 Sur la structure et l’organisation du parti catholique, voir J.-L. Soete, Structures et organisations de base du parti catholique en Belgique 1863-1884, Louvain-Louvain-la-Neuve, 1996, p. 295-343.

53 Celui-ci se montra très insistant pour voir s’ouvrir le collège des jésuites de Tournai. Dans son diocèse, outre Tournai et Mons, les jésuites français exilés ouvrirent le collège de Brugelette, près de Ath. Mgr Gaspard-Joseph Labis (1792-1872) Séminariste à Tournai puis à Arras. Prêtre à Tournai en 1815. Vicaire de Saint-Léger. 1820-1826 : curé à Willampuis. Professeur de théologie dogmatique au séminaire de Tournai. Membre du conseil épiscopal en 1830. Évêque en 1835. Très écouté à Vatican I.

54 Mgr Engelbert Sterckx (1792-1867), vicaire-général depuis 1827. Animateur de la résistance au gouvernement de Guillaume Ier. Archevêque de Malines en 1831. Soutien de la Constitution et des catholiques-libéraux. Il est à l’origine des réunions régulières des évêques belges (sur le personnage, voir l’ouvrage de A. Simon, Le cardinal Sterckx et son temps, 2 tomes, Wetteren, 1950).

55 Voir notamment Archives de l’Archevêché de Malines (désormais AAM), Actes de l’Archevêché, Mgr Sterckx à Boone, 6/9/1834 et 7/11/1834. Dans ces deux lettres, Mgr Sterckx veut diriger les jésuites vers le Brabant wallon et les écarter de Bruxelles.

56 La quasi-totalité des parlementaires catholiques brabançons soutenaient ce projet, même s’ils étaient très marqués dans la faction catholique-libérale. La famille de Mérode, qui comptait trois parlementaires était parmi les meilleurs amis des jésuites. Voir X. Dusausoit, « Le collège Saint-Michel, création indépendante du monde catholique bruxellois (1833-1843) », dans Les collèges jésuites de Bruxelles. Histoire et pédagogie 1604-1835-1905-2005, éd. par B. Stenuit, Bruxelles, Lessius, 2005, p. 155-191.

57 Voir la présentation globale de ce projet dans G. Braive, Histoire des Facultés..., op.cit., p. 15-29. Les archives jésuites de Rome révèlent que les prélats les plus ultramontains (le nonce Gonella et les évêques de Gand et de Liège) trouvèrent des relais chez les jésuites de même tendance comme le Général Beckx ou le vice-provincial le Grelle : ARSI, PB.E 1003 (1853-1859-1871), 12/1/1857 (Belg. 3-V, 6) Franckeville à Beckx et 22/1/1857 (Belg. 3-1, 20) le Grelle à Beckx (ces deux documents montrent les fortes pressions des prélats ultramontains) alors que le précédent provincial (Franckeville) et la consulte provinciale regimbaient à se lancer dans cette aventure et à vexer Malines : ARSI, PB.E 1003 (1853-1859-1871), 12/1/1857 (Belg. 3-V, 6). Beckx et le Grelle étaient même prêts à saborder la florissante section de philosophie de Namur pour la transférer à Bruxelles en espérant que son public l’y suivrait (ARSI, PB.E 1003 (1853-1859-1871), 23/10/1858 (Belg. 3-V, 14) le Grelle à Beckx).

58 Mgr Sterckx comme les responsables jésuites usèrent réciproquement d’une grande hypocrisie camouflant une hostilité féroce : ARSI, PB.E 1003 (1853-1859-1871), 9/12/1856 Sterckx à Franckeville (le cardinal proteste contre le projet des jésuites disant qu’il est inutile et que personne ne doit le réaliser ni l’Université de Louvain ni les jésuites ni lui-même) ; 23/3/1857 (Belg. 3-I, 13a et 13b) Sterckx à le Grelle et le Grelle à Sterckx (le cardinal se plaint des attaques des jésuites et de leurs amis et dit avoir ignoré leurs projets. Le Grelle dément les attaques des jésuites contre le cardinal et les attribue à des « laïcs de qualité » sans les citer) ; 27/3/1857 (Belg. 3-V, 9) Sterckx à le Grelle (le cardinal annonce officiellement le transfert du cours de commerce Saint-Louis de Malines vers Bruxelles et la création d’une section de philosophie. Il demande aux jésuites de lui trouver des bienfaiteurs pour financer le projet !).

59 « Lot de consolation », les jésuites obtinrent la permission d’ouvrir une section de philosophie dans leur collège de Gand pour contrer l’enseignement de certains professeurs de l’université de cette ville. Cependant, les effectifs furent dérisoires et la section ferma bien vite (ARSI, PB.E 1003 (1853-1859-1871), 12/1/1857 (Belg. 3-I, 20) le Grelle à Beckx). Dès l’ouverture, le provincial Coppens proposa de constater l’échec, de fermer cette section et de conseiller aux étudiants de rejoindre Louvain (ARSI, PB.E 1003 (1853-1859-1871), 22/10/1857 (Belg. 3-VI, 5) Berckmans (rect. de Gand) à Beckx ; 13/8/1857 (Belg. 3-I, 28a) Coppens à Beckx).

60 ARSI, PB.E 1003 (1853-1859-1871), 24/6/1858 (Belg. 3-V, 10) Victor De Buck (président de la société des Bollandistes) à Beckx.

61 A Bruxelles, ville libérale par excellence, les sources estiment la proportion d’élèves de familles libérales présentes au collège Saint-Michel à deux tiers en 1858, et à encore 20 % en 1900 (ARSI, PB.E 1003 (1853-1859-1871), 24/6/1858 (Belg. 3-V, 10) Victor De Buck (président de la société des Bollandistes) à Beckx. ; ARSI, PB.E 1008 (1894-1904), 3/4/1900 (Belg. 8-II, 10) François Davou (laïc bruxellois) au Général Martin).

62 L’ouverture des écoles des Frères des Écoles chrétiennes sera d’ailleurs à Bruxelles, à Mons ou à Verviers une première étape avant de passer à la création d’une école secondaire confiée aux jésuites. Ce sont les mêmes notables et hommes politiques qui soutiendront les deux projets successifs (voir X. Dusausoit, Les collèges jésuites..., op.cit., p. 87-155 et, du coté des Frères des Écoles chrétiennes, la synthèse monumentale mais vénérable de Fr. Hutin, L’Institut des Frères des Écoles chrétiennes en Belgique, t. II, Tamines, 1911, p. 203-233 et 409-417).

63 Sur cette problématique du contrôle de l’espace géographique de l’agglomération bruxelloise, voir X. Dusausoit, « L’implantation du collège Saint-Michel à Bruxelles et les raisons de son transfert à Etterbeek (1835-1905) », Cahiers bruxellois, t. XXIX, 1988, p. 107-128.

64 L’histoire de cet établissement officiel est décrite par J. D’Hooghe, Koninklijk Atheneum Aalst (1843-1950). Geschiedkundig overzicht, s.l.n.d., (Alost), (1950), p. 5-10.

65 L’école des FF. prospère de 1854 à 1877. En 1870, elle a 258 élèves (127 internes, 18 demi-pensionnaires et 113 quart-pensionnaires), plus que Saint-Joseph. Les archives des Frères décrivent cet épisode et les manœuvres peu sympathiques des jésuites (Archives des FF. des Écoles chrétiennes de Belgique-Nord, Grand-Bigard (désormais AFEC), EAB1, Note historique sur l’établissement des FF des Écoles chrétiennes à Alost).

66 Les archives du collège de Gand sont particulièrement riches au niveau comptable ; elles montrent le rôle vital des minervals et, une fois le seuil de rentabilité atteint, la politique de placement des jésuites gantois (APBS, Sint-Barbara, Journal comptable du Collège Sainte-Barbe 1838-1858).

67 Il existe une certaine concurrence entre les collèges des jésuites mais celle-ci est autorégulée par les autorités de la province. Une exception existe avec Brugelette, collège des jésuites français exilés et géré par une des provinces de France.

68 Voir E. Lamberts, J. Lory, 1884 : un tournant politique en Belgique : colloque – De machtswisseling van 1884 in Belgïe : colloquium. Bruxelles-Brussel, 24 novembre 1984, (Travaux et recherches, Facultés universitaires Saint-Louis, vol. 7), Bruxelles, Facultés universitaires Saint-Louis, 1986.

69 Voir G. Deneckere, « Les turbulences de la Belle Époque 1878-1905 », dans E. Witte, E. Gubin et J.-P. Nandrin, Nouvelle Histoire de Belgique, vol. 1, 1830-1905, Bruxelles, Complexe, 2005, p. 53-102 et X. Mabille, Histoire politique de la Belgique : facteurs et acteurs de changement, Bruxelles, CRISP, 2000.

70 Ces liens entre la Compagnie et les élites politiques catholiques ont été l’objet de mon article, X. Dusausoit, « Des maîtres de l’ombre ? L’influence politique des jésuites belges au XIXe s. (1830-1914) », dans Les jésuites belges 1542-1992, Bruxelles, AESM, 1992, p. 152-156.

71 C’est particulièrement vrai pour les congrégations des « Messieurs » d’Alost, Gand et Bruxelles mais les autres collèges sont aussi relativement bien pourvus.

72 Gand, Bruxelles, Liège, Namur ont des associations présidées parfois par des ministres en exercice ou d’anciens ministres. Les autres associations doivent « se contenter » de parlementaires catholiques.

73 APBS, A 17/1 De quaestione flandrica, boîte no 1, no 1 Lettres des provinciaux, Petit (provincial) à De Peuter (recteur) (juin 1905).

74 M. Dumoulin, « L’entrée dans le XXe siècle 1905-1918 », dans M. Dumoulin, E. Gérard, M. Van Den Wyngaert et V. Dujardin Nouvelle Histoire de Belgique, volume II : 1905-1950, p. 49-53 et 71-76.

75 Ibid. ; sur les congrégations religieuses françaises, voir P.Cabanel-J.-D. Durand (dir.), Le Grand Exil des congrégations religieuses françaises 1901-1914, Paris, CERF-Histoire, 2005.

76 ABMEL, Litterae annuae Provinciae Belgicae, 1884-1913 (versions imprimées).
Pour cette problématique de concurrence entre jésuites et enseignement archiépiscopal à Bruxelles, voir le riche dossier des APBS, Saint-Michel-Saint-Jan-Berchmans, Dossier de aedificandi novum collegium (1901-1905).

77 Pour cette problématique de concurrence entre jésuites et enseignement archiépiscopal à Bruxelles, voir le riche dossier des APBS, Saint-Michel-Saint-Jan-Berchmans, Dossier de aedificandi novum collegium (1901-1905).

78 Schaerbeek est une commune du Nord de l’agglomération de Bruxelles, Uccle est située au Sud et Jette au Nord-Ouest.

79 APBS, Saint-Michel-Saint-Jan-Berchmans, Dossier de aedificandi novum collegium (1901-1905) et Dossier de non supprimendi veterum collegium (1903-1907)

80 X. Dusausoit, art.cit., dans Les jésuites belges 1542-1992..., op.cit., p. 152-156.

81 Une histoire de Belgique écrite par le professeur Lode Wils (KUL) insiste particulièrement sur le développement des revendications du Mouvement flamand. Nous citons ici sa version française : L. Wils, Histoire des nations belges. Belgique, Flandre, Wallonie : quinze siècles de passé commun, Louvain-la-Neuve, 1996.

82 Depuis 1883, depuis la première loi Coremans (cfr infra).

83 Les archives de la province belge septentrionale conservent une correspondance exceptionnellement riche sur la question flamande et sur la menace représentée par le projet de loi Cooremans : voir APBS, A 17/1 De quaestione flandrica, boîte no 1, no 2 et le texte du P. J. Jageneau, sj, Het Coremans’ taalprojekt en de Jezuïeten (1903-1910) (een bijdrage voor eventuele geschiedenis), 44 p. (apparemment composé dans les années 1960 et conservé dans APBS, A 17/1 De quaestione flandrica, boîte no 1).

84 Edward Coremans (1835-1910). Avocat, secrétaire du Nederduitsche Bond dont il devint le président en 1865. Conseiller provincial catholique (1864-1868), conseiller communal (1866-1872), député d’Anvers (1868-1910). Il fut le premier parlementaire à s’adresser à la Chambre en flamand. Initiateur de plusieurs lois linguistiques : procédure pénale (1873 et 1891) et enseignement (1883 et 1910). Premier président de la Conférence du Barreau flamand, destiné à favoriser l’exercice du droit en néerlandais.

85 Voir les références de la note 83.

86 La lettre d’instruction du provincial Petit précisa les méthodes d’action que les supérieurs de maison devaient adopter : APBS, A 17/1 De quaestione flandrica, boîte no 1, no 2, Lettre circulaire du P. Petit aux différents supérieurs de maisons (19/12/1903). Les réponses des recteurs de collège au P. Petit suivirent dans les semaines suivantes avec les rapports d’entretiens avec les parlementaires catholiques.

87 Les décisions du cardinal, soutenues par les autres évêques de Belgique, furent publiées dans Instructions de NNSS les évêques sur l’enseignement de la langue flamande et approuvées par nous, s.l., 1906. Désiré-Joseph Mercier (1851-1926). Prêtre en 1874 et licencié en théologie en 1877, il est nommé professeur de philosophie à Malines. Premier titulaire de la chaire de philosophie thomiste à Louvain en 1882, président de l’Institut supérieur de philosophie en 1889 et du séminaire Léon XIII en 1892. Nommé archevêque de Malines en 1906, il est créé cardinal en 1907.

88 Certains voient dans la « germanité » du P. Wernz un élément favorable à l’évolution de la Compagnie de Jésus vis-à-vis du Mouvement flamand (comme J. De Brouwer, De jezuieten..., op.cit., t. II, p. 246-259). Franz-Xaver Wernz (1842-1914). Issu d’une famille de marchands, il entre dans la Compagnie en 1857. Il est professeur au collège de Feldkrich (Autriche) avant de poursuivre des études de droit canon. Il sera professeur de droit canon à l’université Grégorienne de Rome à partir de 1882 avant d’en devenir recteur en 1904. Préposé Général de la Compagnie de septembre 1906 à sa mort en août 1914.

89 Ce type de prévisions est assez fréquent dans les documents mais la position la plus complète et la plus pénétrante vis-à-vis de l’avenir est celle du P. de Wouters : APBS, A 17/1 De quaestione flandrien, boîte no 1, no 8 Avis des recteurs sur l’application de la loi Franck-Segers, de Wouters (recteur de Mons) à De Vos (22/5/1910).

90 L’évolution sociologique et linguistique de la (puis des) province(s) dans les années 1920-1930 confirmera cette prévision.

91 Voir APBS, A 17/1 De quaestione flandrien, boîtes no 1 et no 2 : après 1910, la correspondance, toujours aussi abondante, conservée par les archives montre cette double dichotomie qui apparaît, d’une part, entre collèges flamands et collèges bruxellois et wallons et, d’autre part, entre les établissements situés en Flandre selon qu’ils soient flamingants ou francophiles.

92 Voir E. Lamberts, Kerk en libéralisme..., op.cit.·, H. Haag, Aux origines du catholicisme-libéral en Belgique (1789-1839), Louvain, 1950 et Les droits de la cité. Les catholiques-démocrates et les défenses de nos franchises communales (1833-1836), Bruxelles, 1946.

93 Sur le Père De Buck, voir la note 1. La communauté de Bruxelles défend notamment le journal catholique-libéral Le Journal de Bruxelles auquel elle est très attachée contre les ordres du Général Beckx. Sur les tendances ultramontaines et catholiques-libérales au sein de la province belge, on peut consulter l’ouvrage déjà ancien de K. Van Isacker, Werkelijk en wettelijk land. De katholieke opinie tegenover de rechterzijde, 1863-1884, Anvers, 1955.

94 J’ai tenté d’approfondir cet aspect essentiel de la survie économique des collèges et l’influence de ces problèmes sur les choix de ceux-ci et sur la concurrence avec les autres écoles même et surtout catholiques dans le premier chapitre de ma thèse.

Table des illustrations

Titre Carte des implantations des collèges jésuites en Belgique
Légende Source : Xavier Dusausoit
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2785/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search