Version classiqueVersion mobile

Éducation, Religion, Laïcité (xvie-xxe s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants

 | 
Jean-François Condette

Deuxième partie. Éducation, religions, laïcité: tensions et conflits

Dieu ou la République ?

La naissance d’une école primaire laïque (1792-1802)

René Grevet

Texte intégral

  • 1 Reprise et renouvelée dans la présente communication, cette problématique avait été abordée pour le (...)
  • 2 Ferdinand Buisson (dir.), Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, partie I, tome II, 1 (...)
  • 3 Cité par J. Guillaume, dans Dictionnaire de pédagogie..., op.cit., partie I, tome I, notice « Conve (...)

1En étudiant l’histoire de l’École, l’historien rencontre inévitablement l’histoire religieuse. Et sous la Révolution, l’histoire religieuse est aussi et surtout une histoire politique. Sans exagération particulière, on peut même dire que l’échec républicain a été en partie dû à la politique déchristianisatrice des révolutionnaires. « Il faut que Louis meure pour que vive la République », s’exclamait Saint-Just mais pour que vive la République, fallait-il que disparût la religion chrétienne ancestrale ? Ce fut le choix révolutionnaire à partir de 1793 et ce choix devait marquer d’une manière durable l’histoire de l’école. La période de la révolution a vu naître en effet le dualisme scolaire : d’un côté, l’école traditionnelle ou « la petite église des enfants » dans laquelle l’enseignement religieux formait la base de l’éducation, et de l’autre, l’école républicaine et citoyenne dans laquelle la formation civique ne laissait plus de place à la morale chrétienne1. Une école avec Dieu, une école sans Dieu : derrière ce dualisme, se profile évidemment la problématique de la laïcité scolaire pendant la Révolution. Remarquons que le titre de cette communication parle de la naissance d’une école laïque. La nuance est importante car nous verrons que ce ne fut pas tout à fait l’école de Jules Ferry2. Pour mettre ceci en évidence, il convient de rappeler d’abord ce que fut l’action des autorités révolutionnaires pour promouvoir une nouvelle école, républicaine et laïque. En second lieu, on s’intéressera aux réactions et aux tensions auxquelles se heurta cette volonté politique pour parvenir durablement à « pétrir la jeunesse dans le moule républicain »3. À défaut d’y voir un échec officialisé par la signature du Concordat, l’historien peut saisir le fil d’une continuité depuis le début des années 1760 jusqu’au début des années 1830 où l’on voit l’État enseignant revendiquer sa part d’autorité au sein d’une école contemporaine.

La mise en œuvre d’une nouvelle école

2Un enseignement républicain dispensé par des enseignants laïcs et assermentés sous le contrôle d’une autorité publique, voilà ce que devait être l’école voulue par les Révolutionnaires à partir de septembre 1792.

Les principes

  • 4 Octave Gréard, La législation de l’instruction primaire en France depuis 1789 jusqu’à nos jours, Pa (...)
  • 5 René Grevet, École, pouvoirs et société (fin XVIIe siècle-1815). Artois, Boulonnais/Pas-de-Calais, (...)

3Avant même l’instauration de la République, l’obligation faite aux enseignants de prêter serment de fidélité à la Constitution avait provoqué une fracture entre les assermentés et les réfractaires, évidemment plus nombreux parmi les ecclésiastiques, religieux et religieuses chargés d’enseignement4. Sous le régime républicain, le serment de fidélité politique sous ses différentes formes, entre 1792 et l’an VIII fut exigé de façon beaucoup plus contraignante pour l’exercice public de l’enseignement. Cette question du serment ne doit pas être négligée car elle traça la ligne de fracture entre un enseignement officiel et différent de l’enseignement traditionnel qui se maintint plus ou moins clandestinement selon les évolutions de la législation révolutionnaire. La loi du 27 brumaire an III autorisa l’existence des « écoles libres » qui ne fut pas remise en cause par celle du 3 brumaire an IV. Cette liberté de l’enseignement mit en pleine lumière le maintien ou la réapparition des écoles traditionnelles, appelées « particulières », beaucoup plus nombreuses que les écoles publiques et républicaines. Pourtant, à la suite de la réaction politique de fructidor an VI et de ses prolongements, les enseignants « particuliers » furent eux aussi soumis à une surveillance accrue pour les astreindre aux serments et à un enseignement républicain5. Plusieurs lois scolaires définirent les contours de cette école républicaine et laïque. Quelles en furent les principales innovations ?

Les enseignants et l’enseignement

  • 6 Archives nationales, F17 10 138, pièce VI : en raison de la « pénurie de sujets », les membres du j (...)
  • 7 Condorcet, Écrits sur l’instruction publique, tome I : Cinq Mémoires sur l’Instruction publique, Pa (...)
  • 8 Condorcet, Écrits..., op. cit., tome I, p. 60.
  • 9 Ibid., tome II, p. 91-116.

4Dans ce système, les enseignants sont des laïcs, même si à partir de l’an III, les autorités locales se sont posées la question de savoir s’il leur était possible d’engager les ci-devant ecclésiastiques constitutionnels qui n’avaient pas renoncé à leur vocation6. Au-delà des programmes élémentaires (lire, écrire, compter, etc.), la grande innovation, celle qui provoque tant de résistances, réside dans l’introduction de la laïcité. Dès 1791, Condorcet en avait défini les principes dans ses Cinq Mémoires sur l’Instruction publique avant de les formuler à nouveau dans son fameux Rapport sur l’instruction publique d’avril 17927.Pour ne pas attenter à la liberté des opinions politiques, morales ou religieuses, la société ne doit surtout pas s’emparer des « générations naissantes pour leur dicter ce qu’elles doivent croire8 ». La connaissance de la Constitution et de la Déclaration des droits forme un enseignement civique sans que cela ne doive ressembler à « une religion politique ». Condorcet maintient un enseignement moral séparé des « principes de toute religion particulière » et fondé « sur les seuls principes de la raison »9. Il exclut donc tout enseignement religieux des écoles publiques.

  • 10 René Grevet, L’avènement de l’école contemporaine..., op.cit., p. 59-75.
  • 11 Bulletin des Lois, nivôse an II, t. XXXVIII, p. 87

5Comme on le sait, les propositions de Condorcet ne sont pas appliquées mais les Conventionnels ont pu s’en inspirer pour établir leur législation scolaire établie par trois lois votées par la Convention de décembre 1793 à octobre 179510 La loi du 29 frimaire an II (19 décembre 1793) demande aux enseignants de se conformer aux livres élémentaires officiels dont « les droits de l’Homme, la Constitution, le Tableau des actions héroïques ou vertueuses ». Le décret Bouquier leur interdit d’enseigner « des préceptes ou des maximes contraires aux lois et à la morale républicaine ». Certes l’interdiction ne vise pas explicitement l’enseignement religieux mais aucun doute n’est plus guère permis quand l’on voit apparaître les premiers catéchismes républicains qui doivent supplanter les catéchismes traditionnels. D’ailleurs, dans sa séance du nivôse an II (2 janvier 1794), la Convention nationale indique que son intention, en adressant dans toutes les écoles le Recueil des actions héroïques et civiques des républicains français, est de « donner à tous les jeunes citoyens un livre élémentaire de morale [...] substitué au catéchisme, aux livres bleus, dont on obscurcissait leur imagination et avec le secours desquels on les préparait à l’esclavage en les éloignant de la vérité »11. Le programme scolaire de la loi du 27 brumaire an III (17 novembre 1794), plus développé, reprend les mêmes dispositions en matière d’enseignement civique et moral. En autorisant l’ouverture des « écoles particulières et libres », ce décret laisse toutefois aux parents la possibilité de choisir un enseignement traditionnel et confessionnel. La loi du 3 brumaire an IV (25 octobre 1795) n’innove guère en ce domaine, en stipulant que dans chaque école primaire, « on enseignera à lire, à écrire, à calculer, et les élémens de la morale républicaine ».

La direction et le contrôle de l’enseignement

  • 12 Guinguené, Chaptal, Roederer et Fourcroy occupèrent successivement cette fonction sous le Directoir (...)
  • 13 Louis Grimaud, Histoire de la liberté d’enseignement en France, t. 2, « La révolution », Paris, Art (...)

6Ces attributions reviennent exclusivement à la puissance publique. Depuis décembre 1793, la nomination des institutrices et des instituteurs publics relève des autorités locales et départementales sous le contrôle de jurys d’instruction mis en place à partir de l’an III. Sous le Directoire et le Consulat, les écoles publiques sont placées sous la tutelle des administrations centrales de département dont dépend la validation des propositions faites par les municipalités cantonales. À l’échelon central, les grandes directives réglementaires relèvent d’un Directeur général de l’Instruction publique placé sous l’autorité du ministre de l’Intérieur12. Cette tutelle laïque de l’enseignement ne peut cependant que heurter les familles attachées à l’ancienne instruction et à la tutelle cléricale. Elle mécontente également les évêques qui se réfèrent toujours à un édit royal de 1695 qui leur avait confié exclusivement la tutelle sur les petites écoles. C’est pourquoi les évêques constitutionnels se manifestent en ce sens dès 1795 en publiant leurs Lettres encycliques13 dans lesquelles ils rappellent la nécessité d’enseigner les textes chrétiens.

Les difficultés de l’école républicaine

7En prairial an II, un nommé Chemelat, « instituteur républicain » à Paris, adresse au comité d’instruction publique un plan d’organisation des futures écoles républicaines, plan dans lequel il trace ce que doit être selon lui leur enseignement :

  • 14 Archives nationales, F17 1310, pièce 45.

« Les principaux exercices des écoles primaires seront la lecture, l’écriture et le calcul. Les livres élémentaires mis entre les mains des enfants seront les droits de l’homme et l’acte constitutionelle (sic), le receuil (sic) des faits héroïques et des actions vertueuses des républicains français, le catéchisme de notre Constitution, une grammaire française républicanisée, un abrégé historique de la république contenant les événements qui ont préparé, nécessité et accompagné notre immortelle révolution, un abrégé de géographie, un livre élémentaire d’agriculture14. »

L’hostilité des populations

  • 15 L. Grimaud, Histoire de la liberté. op. cit., t. 2, p. 279.

8Dans la pratique, la nouvelle école pensée et imposée par les Révolutionnaires se heurte à une grande hostilité de la population qui ne veut pas d’une école déchristianisée. L’exemple vient même parfois des autorités, tels ces administrateurs du département du Pas-de-Calais qui envoient leurs enfants « suivre les classes des écoles particulières »15. La correspondance d’un instituteur public de Condé-sur-Vire (Manche), datée du 7 prairial an III, nous présente un aperçu de cette situation :

  • 16 Archives nationales, F17 1351.

« L’esprit publique n’étant pas dans le sent de notre sublimes révolution, il ne cest présenté que fort peu d’élèves aux instructionts [...] le fanatisme cest enparé de l’instruction des enfans. La seurs d’un officier municipal tien une de sest deus Écoles aux deux sexes. Un autres fanatiques a qui il fut défendu par les autorités constitué de tenir les Écoles pour n’avoir pas voulut preter le serment Civique tien aussy une Écoles de filles quoy qu’il y ait une institutrices ; il tiennet leurs écoles les jours de décades pour empecher les enfans de connaître ce jours [...] dans cete commune on a couppé l’arbres de la Liberté »16.

  • 17 Archives nationales, F17 11 648.

9Sous le Directoire, la situation s’aggrave du fait de la diminution des écoles publiques qui, dans le Pas-de-Calais par exemple, représentent à peine le tiers des écoles ouvertes. Les autorités ne peuvent que constater la désaffection des écoles républicaines au profit des écoles privées. Le 21 prairial an VII, un nommé Picart, commissaire du Directoire exécutif près les tribunaux de la Marne, dénonce « la corruption mortelle que des maîtres fanatiques par intérêt et par goût, disséminent dans leurs dangereuses écoles »17.

Les difficultés au quotidien : loger l’école

  • 18 Bulletin des Lois, no 90 : la loi du 27 brumaire an III stipulait : « Dans toutes les communes de l (...)
  • 19 Archives nationales, F17 1 344/35, pièce 23 : correspondance du 28 floréal an III.
  • 20 Archives nationales, F17 1351, pièce 203.
  • 21 Archives nationales, F17 1362, pièce 400 : correspondance du 5 germinal an V de l’agent de la commu (...)

10Dans la pratique quotidienne de l’enseignement, les difficultés de l’école républicaine se manifestent par toute une série de refus. Tout d’abord celui de loger l’école et par conséquent la difficulté de trouver un lieu scolaire approprié. Sous la Révolution, toutes les communes rurales ne disposent pas encore d’une maison d’école. Seules les localités les plus aisées avaient commencé à s’en préoccuper dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Avec la suppression des cultes publics, les législateurs révolutionnaires ont pensé pouvoir affecter les presbytères à la tenue des écoles publiques18. Cette affectation soulève de nombreuses difficultés dont témoignent les questions posées en floréal an III, par les administrateurs ardéchois à propos des presbytères. La loi du 25 brumaire an II a stipulé que les presbytères situés dans les paroisses ayant renoncé au culte public seraient destinés à l’instruction mais comment et par quels actes une commune est-elle censée avoir renoncé au culte public ? Celles qui ne sont pas censées avoir renoncé peuvent-elles continuer à faire servir les presbytères à l’exercice de leur culte19. Dans la pratique, l’utilisation des presbytères pour la tenue des écoles publiques ne peut être généralisée en raison des nombreuses résistances de la population qui cache les clés de ces locaux, en vue de maintenir un culte en assurant l’hébergement des prêtres clandestins ou de ceux qui reviennent en l’an III. En vendémiaire an IV, Guinguené qui préside la Commission exécutive de l’Instruction publique souligne ces difficultés dans ses Observations sur les écoles primaires : « À peine la loi qui affectait les presbytères à l’instruction publique a-t-elle été rendue qu’elle a éprouvé beaucoup d’obstacles dans son exécution »20. Sous le Directoire, la loi du 3 brumaire an IV ne prévoit plus de mise à disposition de ces presbytères pour les écoles, ce qui entraîne fréquemment leur mise en vente21. Il arrive néanmoins que l’instituteur bénéficie de l’attribution d’un presbytère mais cette chance tourne au cauchemar quand la population tente d’expulser l’occupant par la force comme ce fut le cas à Salles (Aude). Marcou, l’instituteur de cette localité, raconte ainsi sa mésaventure :

  • 22 Cité par C. Bloch, « L’instruction primaire dans l’Aude pendant la Révolution », Revue internationa (...)

« Ils sont venu en foulle chés moi pour moter la vie s’ils avoient peut. Moi voiant une partie de la populasse ci effrenné, je leur ai fermé la porte au néds et je ne leur ai rendu aucune reponse attandant que les premiers qu’ils auroient enfoncé ma porte et qu’ils serriont entré pour avoir mes boyaux, tel qu’ils crioit en d’héors, de faire feu et dé mé défendre jusque a la dernière goutte dé mon sang ét dé souttenir la constitution répuiblicaine : tels ont été mes sentimens depuis le commencément de la révollution et lé serront jusqu’à la mort »22.

Les difficultés au quotidien : la question des manuels et de leur contenu

  • 23 R. Grevet, L’avènement de l’école contemporaine..., op.cit., p. 305-319. Entre autres exemples, rel (...)
  • 24 Archives nationales, F17 1 344/33, pièce 69.
  • 25 Ibid., pièce 173. Pour d’autres exemples, voir l’article de Robert-Emmet Kennedy et Marie-Laurence (...)

11Un autre refus massif et durable est celui des nouveaux livres ou textes républicains, rejetés pour assurer le maintien des « anciens livres » et principalement du catéchisme chrétien. Lors de la période montagnarde, les administrations locales sont enjointes de surveiller les enseignants tenus de n’enseigner que les textes officiels déjà cités23. Ces premiers livres et notamment les catéchismes républicains sont publiés certes avec retard et en nombre insuffisant mais leur contenu est souvent récité dans les sociétés populaires où doivent se rendre les enfants des écoles. On y déclame ainsi : Les dix commandements de la république française dont le neuvième était ainsi formulé : « Le dix-août sanctifieras ; Pour l’aimer éternellement ». À quelques jours près de l’anniversaire d’une grande fête chrétienne, cette sanctification laïque d’une assomption républicaine pouvait apparaître comme une provocation intolérable pour une population demeurant majoritairement chrétienne et faisant pression sur les enseignants pour qu’ils continuent à apprendre l’ancien catéchisme aux enfants. Après quelques flottements lors de l’application de la loi du 27 brumaire an III et du retour d’anciens constitutionnels, les autorités réitèrent leurs injonctions. Ainsi en germinal an VI, dans une correspondance adressée au Directoire exécutif, l’administration centrale de la Drôme exprime son souhait de voir disparaître des écoles primaires « l’usage de ces livres enfantés par les préjugés d’une foule de cultes superstitieux et ridicules [qui] inondent encore la république et sont presque généralement préférés aux livres élémentaires républicains qu’on repousse avec une sorte d’horreur religieuse »24. Assez souvent pourtant, dans les écoles particulières mais aussi dans des écoles publiques, on voit s’instaurer une pratique pédagogique mixte, comme peuvent le constater les commissaires en charge d’une visite d’inspection dans le canton de Dompaire (Vosges) : « L’école primaire de Derbancout est tenue par Jean Calus, citoyen probe, âgé de cinquante à soixante ans ; les leçons qu’il donne sont prises dans des livres mi-partie républicains et culticoles ; il admet ces derniers sous le prétexte que les parents de ses élèves résistent à l’usage des premiers pour leurs enfans »25. Dans ce cas d’ailleurs, il semble évident que les livres républicains sont d’un usage peu fréquent pour ne pas froisser les familles et servent de garantie pour éviter les foudres des autorités. Le rejet fréquent des textes qui doivent servir de support à l’enseignement républicain traduit un net refus de nature religieuse, celui d’un enseignement moral centré sur une religion déiste. Tout enseignement d’un culte particulier est proscrit comme le précisent, le 11 ventôse an III, dans leur règlement pour les écoles, les membres du jury d’instruction du district d’Agen :

  • 26 Archives nationales, F17 1 344/35 ; le 6 pluviôse an VI, l’administration centrale de l’Aude rappel (...)

« L’instituteur doit regarder, comme l’un de ses premiers devoirs, de saisir toutes les occasions propres à développer en présence de ses élèves, les principes consacrés par le peuple français sur l’existence de l’Être suprême et sur l’immortalité de l’âme. L’enseignement relatif à toute opinion religieuse est étranger aux fonctions d’instituteur »26.

  • 27 Archives nationales, F17 10 138, pièce 31 (correspondance d’Acher). Signalons aussi l’Invocation au (...)
  • 28 « Nul ne peut être empêché d’exercer, en se conformant aux lois, le culte qu’il a choisi ».
  • 29 On se reportera utilement sur cette question à L. Grimaud, Histoire de la liberté d’enseignement, o (...)
  • 30 Archives nationales, F17 1 344/33, pièce 150.

12Il existe pourtant une réelle ambiguïté dans la mesure où la croyance en l’Être suprême peut être considérée comme une opinion religieuse incompatible avec le christianisme. C’est d’ailleurs ainsi qu’elle est perçue à l’époque. Pour compléter l’enseignement de la morale républicaine dans les écoles, un membre du jury d’instruction du district de Beauvais envoie au Comité d’instruction publique un Hymne à l’Être Suprême qu’il a composé à l’intention des écoles de son district. Il y défend l’existence d’un être divin, puissant « en tous lieux » pour terroriser les méchants et rassurer les justes « par l’espérance d’une juste immortalité », subjuguant ainsi l’erreur de l’impie qui croit au « vuide du néant »27. Avec ce rattachement de la morale à l’existence d’un Être suprême, peut-on parler encore d’une morale laïque ? À partir de la loi du 3 ventôse an III et à la faveur de l’article 35 de la constitution de l’an III28, l’on voit réapparaître le clergé constitutionnel et en particulier les évêques qui publient des lettres encycliques et se réunissent à Paris en concile national du 15 août 1797 (28 thermidor an V) au 19 novembre 1797 (29 brumaire an VI)29. Respectant le pouvoir directorial en place, ces prélats se penchent sur l’organisation des « écoles chrétiennes » en condamnant les « enseignements emphatiques et arides qu’on a voulu substituer aux éléments de la religion » et en demandant que l’on rende aux écoliers « le trésor » que constituaient les Saintes Écritures, l’Imitation de Jésus-Christ, la Vie des Saints. Ils ajoutent : « ce n’est pas seulement un catéchisme politique qu’il faut destiner à l’instruction du peuple », ce qui ne l’exclut pas non plus ! Pourtant, on ne peut ignorer la résistance d’une grande partie des familles qui manifestent leur attachement à l’ancienne instruction en scolarisant leurs enfants dans des écoles tenues par des enseignants particuliers, souvent mais pas toujours d’anciens ecclésiastiques, comme en témoignent les arrêtés de fermeture prononcés sous le Directoire. Ainsi le 26 thermidor an VI, l’Administration centrale de Haute-Loire décide-t-elle la fermeture d’écoles particulières tenues par d’ex-religieux à Brioude, « où le fanatisme et la morale anti-républicaine sont placés au premier rang de l’instruction tandis que tous les principes et les institutions républicaines sont méprisés et tournés en ridicule »30.

Le refus du calendrier et des fêtes révolutionnaires

  • 31 Archives municipales Montreuil-sur-Mer, registre des délibérations 1793-anII, fos 154-156 « Règleme (...)
  • 32 AD du Pas-de-Calais, 2L2/89.
  • 33 Archives nationales, F17 1 344/33, pièce 30.
  • 34 Archives nationales, F17 1362 ; voir aussi d’autres exemples dans AF III 109, pièces 15 et 82.

13Le refus du calendrier révolutionnaire et, en particulier la suppression du dimanche comme jour de repos et de fermeture des écoles, a provoqué également de nombreuses résistances. Dès l’an II, le décadi est devenu la journée obligatoire de congé scolaire pendant laquelle les enseignants doivent conduire leurs élèves au temple de la raison, à la société populaire afin d’« y puiser les maximes qui doivent former un Français régénéré »31. Les archives nous livrent plusieurs exemples de résistance à cette injonction. Par exemple, en prairial an II, un maître d’école du district de Bapaume est dénoncé car il choisit encore « les cy-devant jours de dimanche pour donner congé à ses élèves »32. Lors de la période directoriale, l’article 6 de la loi du 13 fructidor an VI rappelle aux enseignants cette obligation civique33. Les résistances sont cependant nombreuses. En l’an VII, l’administration départementale de Charente-Inférieure, décide l’interdiction de l’école tenue à Charente par l’instituteur Tessier car « il ne ferme sa classe les jours de décades et nationales que parce qu’il y est absolument contraint par l’administration municipale mais qu’il la tient fermée les jours consacrés au fanatisme de l’ancien Régime, ce qui est absolument contraire aux principes et au calendrier républicain ». Pour sa défense, cet instituteur public qui veut conserver son emploi présenté comme « sa seule ressource » déclare que « c’est aux parens qu’il faut s’en prendre si les élèves « ne se sont pas rendus chez lui les jours des ci-devant dimanches »34. Plus généralement, la population se montre hostile au bouleversement des repères spatio-temporels traditionnels et manifeste clairement son refus des nouveaux emblèmes républicains adoptés par les instituteurs. De Reims, le citoyen Picart, que nous avons déjà signalé, écrit au ministre de l’Intérieur pour dénoncer ce qu’il a vu à savoir un enseignement rejetant la symbolique républicaine au profit des marques chrétiennes :

  • 35 Archives nationales, F17 11 648 : correspondance du 6 ventôse an VII.

« On n’y admet ny les droits et devoirs, ny le calendrier républicain ; la qualité de citoyen y est méprisée ; la cocarde tricolore est foulée aux pieds. On n’y donne, on n’y prend que les noms qui perpétuent le souvenir de la féodalité ; on n’y parle que la langue du royalisme. Les cloches, la semaine, le dimanche, l’abstinence, voilà de quoi on barbouille l’enfance »35.

  • 36 Archives nationales, F17 1 344/34 ; la fermeture dominicale des écoles fut autorisée officiellement (...)

14En fructidor an VIII encore, au préfet de police de Paris qui lui demande si les instituteurs sont toujours tenus de fermer leurs classes le dimanche, le ministre de l’Intérieur répond : « Il n’est pas permis [...] à ceux qui aiment et servent la république de faire usage d’une autre manière de diviser le temps36 ».

  • 37 Sur ces aspects, voir R. Grevet, L’avènement de l’école contemporaine..., op.cit., p. 317-318.
  • 38 R. Grevet, École, pouvoirs et société..., op.cit., p. 259.

15Le républicanisme festif apparaît également comme une provocation et une atteinte à une tradition pluriséculaire. Les écoliers en effet, nous l’avons dit, participent aux fêtes révolutionnaires37. Cherchant à fortifier l’opinion républicaine en célébrant « une histoire annuelle et commémorative de la révolution française » (la formule est de M.-J. Chénier), ces fêtes doivent être aussi, selon Robespierre, « le plus puissant moyen de régénération » en s’emparant de l’imagination (Mirabeau). La mise en scène de ces fêtes cherche à marquer les esprits en rappelant l’exécution de Louis XVI, la suppression du clergé, la mise en œuvre d’un calendrier républicain se substituant au calendrier chrétien. À Nantes, en brumaire an II, les enfants des écoles habillés en « petits sans-culottes » défilent en compagnie d’adultes portant les bustes de Marat et de Le Peletier ou hissant irrévérencieusement des mannequins costumés en ecclésiastiques et conduits au bûcher après avoir dansé la carmagnole autour de la colonne de la Liberté. Dès octobre-novembre 1793, se déroulent des fêtes d’inauguration du nouveau calendrier dans lesquelles défilent des écoliers armés d’une petite lance et d’un bouclier sur lequel est inscrit le nom d’un mois révolutionnaire. La plupart de ces fêtes ont lieu le1er vendémiaire (22 septembre) mais certaines, comme à Saint-Omer, sont programmées le jour ou la veille de fêtes chrétiennes, la Toussaint en l’occurrence, ce qui ne peut être perçu que comme un outrage sacrilège par l’immense majorité de la population38.

Le rejet des enseignants républicains

  • 39 Archives nationales, F17 1351, pièce 2. En nivôse an III, Elisabeth Desaint, institutrice du villag (...)
  • 40 Archives nationales, F17 1 344/33, pièce 173.
  • 41 Archives nationales, F17 10 138, pièce 25 : expression utilisée par les membres du jury d’instructi (...)
  • 42 L. Grimaud, Histoire de la liberté d’enseignement, op.cit., t. 2, p. 238.
  • 43 R. Grevet, École, pouvoirs et société..., op.cit., p. 210. « Ils décrient avec fureur les institute (...)

16Toutes ces résistances conduisent fréquemment au rejet des enseignants républicains, rejet d’ailleurs anticipé par celui des enseignants assermentés ou constitutionnels ayant osé faire leur soumission à une tutelle civile. Par la suite, à la faveur de l’autorisation des écoles libres, de nombreuses familles choisissent comme enseignants d’anciens clercs ou ecclésiastiques réfractaires, rejetant les anciens constitutionnels et parmi eux plus particulièrement les anciens ecclésiastiques mariés. Précisons cependant que certaines mises à l’écart, qui peuvent apparaître comme des représailles de la part de jurys d’instruction modérés à l’encontre d’enseignants très républicains, semblent justifiées par l’insuffisance des compétences maîtrisées par ces enseignants39. Pour éviter l’opprobre consécutive à une prestation de serment, certains enseignants tentent d’atténuer leur adhésion en la bredouillant ou en la considérant comme forcée. Ainsi sous le Directoire, à partir du moment où les autorités renforcent leur surveillance sur les écoles particulières, des enseignants de ces établissements prêtent un serment formel en estimant, comme cet instituteur vosgien, que « serment de bouche ne gâte pas le cœur » s’il permet de maintenir l’enseignement traditionnel40 ou « l’ancien régime des écoles41 ». D’ailleurs les mots nouveaux d’instituteur et d’institutrice officialisés par la Révolution cristallisent le refus massif des écoles républicaines. En floréal an V, un maître de Lure (Haute-Saône) écrit au ministre de l’Intérieur : « Ce mot d’instituteur effraye les fanatiques, les persuade que cet instituteur fait changer à ses élèves leur doctrine de religion42. À Arras en l’an VI et en l’an VII, les instituteurs publics se plaignent d’être insultés par des élèves fréquentant des « écoles non avouées par la République » et se défendent en dénonçant d’anciens (?) ecclésiastiques qui, selon eux, usurpent « le titre sacré d’instituteur »43.

  • 44 L’expression est de Paul Ricœur dans un article publié dans Le Monde du 11 décembre 2003.
  • 45 Cité par L. Grimaud, Histoire de la liberté d’enseignement..., op.cit., p. 293.

17L’enseignement républicain a été souvent anti-clérical, anti-chrétien mais pas forcément anti-religieux si l’on considère que le culte de l’Être Suprême est une « religion civile » qui reconnaît un Dieu créateur et juge au tribunal de l’immortalité pour récompenser les vertueux et châtier les méchants. Au nom de cette religion « naturelle », les Révolutionnaires ont voulu imposer « une laïcité d’exclusion »44 en proscrivant la religion chrétienne dans l’école mais aussi, et ce fut là le nœud du conflit, hors de l’école. Du côté des adversaires de la Révolution, le refus de tout républicanisme éloignait tout terrain d’entente. D’un côté, des républicains qui rejetèrent le christianisme, de l’autre des chrétiens qui refusent tout républicanisme, le compromis ne semblait pas possible. Il a existé pourtant une autre voie possible, du moins s’est-elle manifestée par endroits et par moments, à savoir une laïcité de cohabitation ou de compromis qui permettait l’enseignement des deux catéchismes par des enseignants républicains et chrétiens. C’est d’ailleurs ce que préconisaient les évêques constitutionnels dont le célèbre Grégoire qui, en mars 1795, indiquait qu’il fallait développer « les qualités qui constituent le citoyen et le chrétien »45. À Luhier (district de Montbéliard), en l’an II, un instituteur qui, « quoique bon catholique », ne mettait entre les mains de ses élèves que les livres autorisés par la Convention, suggérait qu’une catéchèse pouvait être autorisée après la classe et assurée par le secrétaire-greffier de la commune. Il écrivait de même au comité d’instruction publique :

  • 46 Cité par A. Gazier, « L’instruction publique (1794-1802) », Revue internationale de l’enseignement,(...)

« Le seul moyen d’établir ces écoles avec succès serait peut-être une proclamation de votre Comité ou même de la Convention, que la morale républicaine qui sera enseignée aux élèves ne contredira aucun culte particulier, qu’il est défendu aux instituteurs de parler pour ou contre aucune sorte, quoiqu’ils pourraient, après la classe nationale, enseigner le catéchisme aux enfants des parents qui le désireraient et qui les salarieraient pour cette fonction supplétive »46.

  • 47 Voir R. Grevet, L’avènement..., op.cit., p. 326-332. Citons l’exemple de l’instituteur public de Ma (...)
  • 48 Lire à ce propos les pages suggestives de Jacqueline Lalouette, La République anticléricale..., op. (...)

18Une telle situation a donc existé, parfois par conviction, le plus souvent par obligation et nécessité. En effet pour maintenir les effectifs dans leurs classes et pour éviter les représailles administratives comme une fermeture d’école, de nombreux enseignants ont maintenu l’ancienne instruction tout en admettant les nouveaux livres républicains. Le coup d’État de Bonaparte a sonné le glas d’un régime républicain pour un demi-siècle avec pour conséquence l’effacement de ces figures enseignantes peu ou prou républicaines. Les archives nous montrent cependant que survit malgré tout une mentalité laïque pendant la première moitié du XIXe siècle. Cette mentalité est incarnée par ces instituteurs patriotes qui ont suivi la Révolution républicaine, qui ont beaucoup discouru dans les sociétés populaires, qui ont transformé leurs classes en petites sociétés républicaines, qui ont emmené leurs élèves au temple de la Raison pour honorer l’Être Suprême47. Au fil des législations scolaires révolutionnaires, pionnières en la matière, et des conflits qu’elles ont suscités jusqu’à tracer une ligne de fracture très nette, s’est dessiné le profil d’une école contemporaine. Au début du XIXe siècle, cette école se cherche encore car sous la Révolution, elle n’a pas vraiment ou totalement rompu avec la religion. En ce sens, le titre de cette communication est réducteur en opposant Dieu à la République : ce Dieu-là est bien évidemment le Dieu chrétien trinitaire, non pas le Dieu des Philosophes que la république révolutionnaire a honoré pour en faire le garant de sa morale civique. En cherchant à imposer l’apprentissage de cette morale fondée sur le déisme et sur la croyance à l’Être Suprême, c’est-à-dire en ne libérant pas la morale de la religion48, la révolution a peut-être, de façon paradoxale, freiné la naissance de l’école laïque et favorisé le retour officiel d’une école avec Dieu mais sous contrôle universitaire, c’est-à-dire de l’État enseignant.

Notes

1 Reprise et renouvelée dans la présente communication, cette problématique avait été abordée pour les départements du Nord et du Pas-de-Calais dans René Grevet, « L’école d’Ancien Régime face à la déchristianisation dans le Nord de la France (vers 1760-1801) », dans Alain Lottin (dir.), Église, vie religieuse et Révolution dans la France du Nord, Lille, CHREN-O, 1990, p. 121-139.

2 Ferdinand Buisson (dir.), Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, partie I, tome II, 1882-1893, notices « Laïcité » et « Liberté d’enseignement », p. 1469-1479 et p. 1575-1586 ; voir aussi Jacqueline Lalouette, La République anticléricale, XIXe-XXe siècles, Paris, Seuil, 2002 ; René Grevet, L’avènement de l’école républicaine en France (1789-1835). Laïcisation et confessionnalisation de la culture scolaire, Lille, Septentrion, 2001.

3 Cité par J. Guillaume, dans Dictionnaire de pédagogie..., op.cit., partie I, tome I, notice « Convention », p. 391 (pétition du département de Paris, 15 septembre 1793).

4 Octave Gréard, La législation de l’instruction primaire en France depuis 1789 jusqu’à nos jours, Paris, Delalain, 2e éd., 1890-1902, t. 1, p. 6-7 pour les décrets des 22 mars et 15-17 avril.

5 René Grevet, École, pouvoirs et société (fin XVIIe siècle-1815). Artois, Boulonnais/Pas-de-Calais, Lille, Centre de recherche, 1991, p. 200-201 : application des dispositions de la loi du 17 pluviôse an VI.

6 Archives nationales, F17 10 138, pièce VI : en raison de la « pénurie de sujets », les membres du jury d’instruction de Montaigu (Puy-de-Dôme) demandent au comité d’instruction publique s’il leur est possible d’admettre aux fonctions d’instituteur « des ci-devant prêtres assermentés, reconnus d’ailleurs par leur civisme et leurs talents, capables de donner aux enfants l’instruction nécessaire à des hommes libres »

7 Condorcet, Écrits sur l’instruction publique, tome I : Cinq Mémoires sur l’Instruction publique, Paris, Edilig, 1989, (introduction et notes de Charles Coutel et Catherine Kintzler), 295 p. ; tome II : Rapport sur l’instruction publique, 326 p.

8 Condorcet, Écrits..., op. cit., tome I, p. 60.

9 Ibid., tome II, p. 91-116.

10 René Grevet, L’avènement de l’école contemporaine..., op.cit., p. 59-75.

11 Bulletin des Lois, nivôse an II, t. XXXVIII, p. 87

12 Guinguené, Chaptal, Roederer et Fourcroy occupèrent successivement cette fonction sous le Directoire et le Consulat.

13 Louis Grimaud, Histoire de la liberté d’enseignement en France, t. 2, « La révolution », Paris, Arthaud, 1944, p. 293-298 ; A. Gazier, « L’école primaire et les évêques constitutionnels », Revue des Deux-Mondes, t. 57, 1910, p. 673-690.

14 Archives nationales, F17 1310, pièce 45.

15 L. Grimaud, Histoire de la liberté. op. cit., t. 2, p. 279.

16 Archives nationales, F17 1351.

17 Archives nationales, F17 11 648.

18 Bulletin des Lois, no 90 : la loi du 27 brumaire an III stipulait : « Dans toutes les communes de la république, les ci-devant presbytères non-vendus au profit de la république, sont mis à la disposition des municipalités pour servir, tant au logement de l’instituteur, qu’à recevoir les élèves pendant la durée des leçons ; en conséquence tous les baux existans sont résiliés ».

19 Archives nationales, F17 1 344/35, pièce 23 : correspondance du 28 floréal an III.

20 Archives nationales, F17 1351, pièce 203.

21 Archives nationales, F17 1362, pièce 400 : correspondance du 5 germinal an V de l’agent de la commune Dorval (?) (Somme) ; en Seine Inférieure, de nombreux presbytères invendus qui n’avaient pas été affectés à l’instruction publique, menaçaient ruine, comme en témoigne une correspondance datée du 29 frimaire an IX, émanant du conseiller d’État chargé des domaines nationaux (Archives nationales, F17 1 344/34, pièce 284) ; Pour le Pas-de-Calais, voir R. Grevet, École, pouvoirs..., op.cit., p. 232-233.

22 Cité par C. Bloch, « L’instruction primaire dans l’Aude pendant la Révolution », Revue internationale de l’enseignement, tome 27, 1894, p. 56-57.

23 R. Grevet, L’avènement de l’école contemporaine..., op.cit., p. 305-319. Entre autres exemples, relevons celui-ci : en frimaire an II, un instituteur d’Éperon adresse au président de la Convention nationale une lettre dans laquelle il décrit l’organisation de sa classe et les livres utilisés : « Citoyen Président, je te fais passer la marche que je suis dans ma classe et la manière dont je la dirige ; elle est montée d’un président et secrétaire qui se nomment tous les quinze jours. Le matin, l’ouverture est faite par une prière républicaine ; le soir, elle est terminée par le chant pieux des himnes de la Liberté ; j’ai supprimé les livres de l’Ancien régime ; la lecture n’est composée que de celle des droits de l’homme, de la constitution, des décrets et numéros du paire Duchène ».

24 Archives nationales, F17 1 344/33, pièce 69.

25 Ibid., pièce 173. Pour d’autres exemples, voir l’article de Robert-Emmet Kennedy et Marie-Laurence Netter, « Les écoles primaires sous le Directoire », Annales historiques de la Révolution française, tome 53, 1981, p. 3-38.

26 Archives nationales, F17 1 344/35 ; le 6 pluviôse an VI, l’administration centrale de l’Aude rappelait dans un message adressé aux administrations municipales du département que « dans ces écoles l’enseignement est indépendant de tout culte puisque la constitution n’en adopte aucun à l’exclusion des autres » (Archives nationales, F17 1 344/33, pièce 5).

27 Archives nationales, F17 10 138, pièce 31 (correspondance d’Acher). Signalons aussi l’Invocation au Dieu de la Liberté et de l’Égalité, rédigée en brumaire an III par l’agent national du district de Saint-Omer, Bibliothèque municipale de Saint-Omer, 7377/84-2.

28 « Nul ne peut être empêché d’exercer, en se conformant aux lois, le culte qu’il a choisi ».

29 On se reportera utilement sur cette question à L. Grimaud, Histoire de la liberté d’enseignement, op.cit., p. 293-305 ainsi qu’à A. Gazier, « L’école primaire et les évêques... », op. cit., p. 676-677.

30 Archives nationales, F17 1 344/33, pièce 150.

31 Archives municipales Montreuil-sur-Mer, registre des délibérations 1793-anII, fos 154-156 « Règlement pour les écoles de Montreuil-sur-Mer, 25 mars 1794 », cité par R. Grevet, De l’École d’Ancien régime aux débuts de l’École contemporaine : la genèse d’un double enjeu (Artois et Boulonnais, fin XVIIe-1815), Université Lille 3, thèse, 1988, vol. 3, annexe XVI, p. 956.

32 AD du Pas-de-Calais, 2L2/89.

33 Archives nationales, F17 1 344/33, pièce 30.

34 Archives nationales, F17 1362 ; voir aussi d’autres exemples dans AF III 109, pièces 15 et 82.

35 Archives nationales, F17 11 648 : correspondance du 6 ventôse an VII.

36 Archives nationales, F17 1 344/34 ; la fermeture dominicale des écoles fut autorisée officiellement par une circulaire du 24 floréal an X (arrêté du préfet de la Seine en date du 29 prairial an X).

37 Sur ces aspects, voir R. Grevet, L’avènement de l’école contemporaine..., op.cit., p. 317-318.

38 R. Grevet, École, pouvoirs et société..., op.cit., p. 259.

39 Archives nationales, F17 1351, pièce 2. En nivôse an III, Elisabeth Desaint, institutrice du village d’Ay (district d’Epernay), écrit à la Convention pour se plaindre des persécutions que lui fait subir un officier municipal qui « prit le parti d’invecter l’obget de sa haine toutes les fois qu’elle se présentoit à la maison commune », allant jusqu’à lui dire publiquement qu’« elle mériteroit qu’il lui donne de son pieds au derrière » et qu’elle « ne scavoit ny lire ni ecrire et pas un mot d’ortographe Cette pauvre femme, nommée institutrice publique en l’an II, n’a pas été reconduite dans ses fonctions en l’an III par le jury d’instruction en raison de son « peu de talens ». Elle éprouve d’autant plus de peine à comprendre cette attitude qu’elle a toujours donné « des preuves authentiques » de son civisme, notamment en composant des textes récités par ses élèves à la société populaire. C’est probablement ce qui a engendré « la haine invétérée » de son « inexorable ennemi » et les réserves du jury d’instruction.

40 Archives nationales, F17 1 344/33, pièce 173.

41 Archives nationales, F17 10 138, pièce 25 : expression utilisée par les membres du jury d’instruction de Sarrebourg (29 ventôse an III).

42 L. Grimaud, Histoire de la liberté d’enseignement, op.cit., t. 2, p. 238.

43 R. Grevet, École, pouvoirs et société..., op.cit., p. 210. « Ils décrient avec fureur les instituteurs que vous avez choisis et qu’on traite de gens sans religion ».

44 L’expression est de Paul Ricœur dans un article publié dans Le Monde du 11 décembre 2003.

45 Cité par L. Grimaud, Histoire de la liberté d’enseignement..., op.cit., p. 293.

46 Cité par A. Gazier, « L’instruction publique (1794-1802) », Revue internationale de l’enseignement, t. 27, 1894, p. 426.

47 Voir R. Grevet, L’avènement..., op.cit., p. 326-332. Citons l’exemple de l’instituteur public de Marsillargues (Hérault) qui décrit ainsi son zèle républicain : « Je suis patriote dès l’aurore de la révolution. Passionné pour la liberté, je me suis toujours montré son zélé défenseur, son Apôtre, l’un des fondateurs de la société populaire de cette commune. J’ai fait très souvent retentir la sale de ses séances des doux accents de la vertu. J’ai prononcé 39 discours, soit à la société populaire, soit sur les places publiques aux différentes époques de la révolution. J’ai instruit mes élèves publiquement les jours de congé et j’avois soin d’inviter aux instructions un officier municipal qui s’y rendoit, décoré de son écharpe », Archives nationales, F17 1351, pièce 127.

48 Lire à ce propos les pages suggestives de Jacqueline Lalouette, La République anticléricale..., op.cit., p. 142-148. La laïcité implique qu’on doive « libérer la morale » pour ne pas en faire « une fille de la religion ».

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search