Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éducation, Religion, Laïcité (xvie-xxe s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants

 | 
Jean-François Condette

Deuxième partie. Éducation, religions, laïcité: tensions et conflits

Les questions éducatives au cœur des affrontements religieux de la fin du xvie siècle au milieu du xviie siècle

Académies protestantes versus collèges catholiques ?

Véronique Castagnet

Texte intégral

  • 1 « Les hommes ne naissent pas, ils se fabriquent », dans Declamatio de pueris statim ac liberaliter (...)
  • 2 Les jésuites, expulsés du royaume de France à l’issue de l’attentat perpétré par Jean Chastel contr (...)
  • 3 Pierre-Daniel Bourchenin, Étude sur les académies protestantes en France au XVIe siècle et au XVIIe(...)
  • 4 Selon Solange Deyon, il convient de noter huit académies protestantes en France, toutes « fondées c (...)
  • 5 Dans l’historiographie protestante (S. Deyon, cf. supra), Orange appartient au groupe des fondation (...)
  • 6 Cette fondation n’est citée ni par Solange Deyon, ni par Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia (...)

1Homines non nascuntur sed finguntur1 : en ces termes Érasme pose la question de l’éducation en la plaçant au cœur des nouvelles problématiques humanistes et réformatrices nées au XVIe siècle. Les humanistes ont en effet longuement réfléchi à la refonte des écoles, autour de valeurs telles que humanitas, civitas, pietas. Ils défendent ainsi une formation intellectuelle de l’élève d’une part, et une formation religieuse civique d’autre part. Les efforts des réformés se portent sur cette dernière. Dans le contexte de l’affrontement confessionnel entre catholiques et protestants (calvinistes) dès la seconde moitié du XVIe siècle à l’échelle du royaume de France, et sur fond de réformes au sein de la Chrétienté (réformes protestantes, réforme catholique), les enjeux autour des projets éducatifs et de leur concrétisation par la fondation de collèges catholiques (jésuites et oratoriens2), de collège et d’académies protestants, deviennent cruciaux. Les deux structures relèvent de logiques différentes pour reprendre l’expression de Pierre-Daniel Bourchenin : « S’il y avait nombre de collèges sans académies, il n’y avait point d’académies sans collège »3. Les académies se greffent en général sur un collège pré-existant et réunissent dans une même institution, l’enseignement « primaire », « secondaire » et « supérieur », pour reprendre une terminologie contemporaine. Sur la trentaine de collèges protestants, douze sont créés entre 1565 et 1599 ; sur les onze académies (implantées dans le territoire actuel de la France, donc progressivement intégrés au royaume de France aux XVIe-XVIIIe siècles4), cinq sont fondées entre 1562 et 1573 (Nîmes en 1562, Orthez et Strasbourg en 1566, La Rochelle en 1571 ; la fondation d’Orange en 1573 posant un problème historiographique5), cinq le sont, au début du règne d’Henri IV, dans les années 1596-1599 (Saumur en 1596, Montauban, Montbéliard6, Montpellier en 1598 et Sedan en 1599). Ces établissements sont appelés « universités » dans les sources protestantes à partir du synode de La Rochelle de 1607. L’assemblée politique des réformés à Saumur en 1611 demande explicitement l’autorisation pour ces établissements d’enseignement supérieur la collation des grades, ce qui est refusé par le pouvoir royal.

  • 7 Ces statistiques sont établies par É. Lamalle, « Les catalogues des provinces et des domiciles de l (...)
  • 8 Luce Giard, « Le devoir d’intelligence ou l’insertion des jésuites dans le monde du savoir », dans (...)
  • 9 Fr. Isambert, A. Jourdan, A. Taillandier, Recueil général des anciennes lois françaises, depuis l’a (...)
  • 10 W. Goisnard (abbé), « L’installation des oratoriens à Notre-Dame des Ardillliers de Saumur », Orato (...)

2À tous les échelons, ces fondations entrent en concurrence avec les fondations des ordres religieux enseignants post-tridentins, les jésuites et les oratoriens (dans le cas de l’Académie de Saumur uniquement). L’expansion de la Compagnie de Jésus en France, dans sa fonction d’enseignement, est des plus rapides : les jésuites fondent et dirigent 293 collèges en 1608, 372 en 1616, 444 en 1626, 578 en 1679, 612 en 1710 et 699 en 17497. Luce Giard précise d’ailleurs que « l’ampleur et la qualité de leur réseau de collège étaient indiscutables »8, tout en soulignant l’apport de leurs enseignements au cours de la période moderne. En août 1614, des lettres patentes signées par Louis XIII donnent aux jésuites établis à Paris la chapelle de Notre-Dame des Ardilliers9. Après de nombreuses difficultés, ce sont finalement les oratoriens qui en reçoivent la charge, ainsi que celle d’enseigner aux jeunes catholiques de Saumur10.

  • 11 Cette tendance est illustrée par la synthèse d’Henri Meylan, « Collèges et académies protestantes e (...)
  • 12 Ferdinand Buisson, Répertoire des ouvrages pédagogiques du XVIe siècle, Paris, Collection du Musée (...)
  • 13 De institutione grammatica, libri tres, cet ouvrage connaît plus de 13 éditions entre 1580 et 1599 (...)
  • 14 Par exemple, De francicae linguae recta pronunciatione, Genève, Eustache Vignon, 1584 (Bibliothèque (...)
  • 15 Pierre Toussain, L’Ordre qu’on tient en l’Église de Montbéliard en instruisant les enfants, S.l.n.d (...)
  • 16 Voir Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia (dit.), Les collèges français, tome I, Répertoire d (...)

3La lecture historiographie, prisonnière d’une histoire religieuse confessionnelle en France, dissociait traditionnellement l’étude des collèges des travaux sur les académies11. Ferdinand Buisson appelant à l’enrichissement des études sur l’histoire de l’instruction publique, établit un premier répertoire des ouvrages nécessaires aux collèges catholiques, aux collèges et académies protestantes12, non sans condamner les atteintes portées à cette instruction par l’Inquisition et les jésuites : les ouvrages du grammairien portugais de la Compagnie de Jésus, à savoir Emmanuel Alvares13 (1526-1583), côtoient ceux de Théodore de Bèze14 (1519-1605) ou de Pierre Toussain15 (1496-1574), le pasteur français réformateur de la ville de Montbéliard. Ses contemporains, historiens protestants comme historiens catholiques, offraient de nombreuses monographies sur les centres de formation, académies ou collèges. Plus récemment, Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia les ont réunis dans leur répertoire des collèges français16. En effet, la réflexion portée sous l’angle de l’histoire de l’éducation aboutit à nuancer, chronologiquement et spatialement, les conflits entre professeurs jésuites et professeurs protestants, au gré des différentes politiques religieuses des rois de France, d’Henri IV à Louis XIV. Ces confrontations (dans certains cas réelles, et pouvant se traduire par des querelles éducatives ou théologiques voire de violences physiques contre les personnels et les écoliers) assurent au final la diffusion de l’alphabétisation auprès de l’ensemble des catégories sociales et aboutissent à la formation des personnels administratifs nécessaires à la constitution des Églises et l’État moderne.

Calvinistes et catholiques face à l’éducation de la jeunesse

4Dans le royaume de France où les affrontements confessionnels ont été vifs et prolongés durant les huit guerres de religion entre 1562 et 1598, les tenants des deux écoles, catholique et protestante, ont œuvré afin d’obtenir des garanties pour l’enseignement confessionnel, au fil des édits de pacification et des paix, des édits de soumission.

Un profond travail d’éducation auprès des jeunes enfants

  • 17 Les quatre premiers édits de pacifications ne s’attachent aucunement à évoquer l’enseignement : l’é (...)
  • 18 Article 10 « Leur deffendant tres expressement de faure aucun exercice de lad. Religion, tant pour (...)
  • 19 Article 8 : « Seront receuz indifferamment aux universitez, escolles, hospitaux, malladeries et aul (...)
  • 20 Archives nationales, X1A 8633 f° 61 r° - 75 v°, registre.
  • 21 Article 9 des articles généraux : « Deffendant tres expressement à tous ceulx de lad. Religion fair (...)
  • 22 Archives nationales, X1A 8635 f° 204 v° - 213 r°, registre.
  • 23 Archives nationales, X1A 8635 f° 281 r° - 289 r°, registre.
  • 24 Article 13 « Deffendons tres expressément à tous ceulx de lad. Religion faire aucun exercice d’icel (...)
  • 25 Article 37 : « Ne pourront ceux de lad. Religion tenir escholes publicques, sinon es villes et lieu (...)

5Les premières clauses17 consacrées à l’enseignement ne figurent que dans l’édit de Saint-Germain-en-Laye de 1570 au sujet des écoles et de l’enseignement supérieur (articles 10 et 12)18. Ces articles se retrouvent exprimés en des termes équivalents dans l’article 8 de la paix de La Rochelle de 157319, identique à l’article 11 de la paix de Monsieur de 157620 ; puis dans les articles 9 et 15 de la paix de Bergerac de 157721, avant le silence de la conférence de Nérac de 157922 et des conférences de Fleix et de Coutras de 158023. Le dernier édit de pacification, l’édit de Nantes, accorde la possibilité aux réformés d’être reçu dans l’enseignement « secondaire » et « supérieur », sans distinction de religion, laissant le choix aux parents de l’éducation confessionnelle voulue pour leurs enfants (articles 13, 22 des articles généraux)24, intégrant toutefois la fondation d’écoles publiques dans les articles particuliers, sans doute pour ne pas déplacer les lieux d’affrontements confessionnels vers le domaine éducatif (articles 37 et 38 des articles particuliers)25.

  • 26 Pierre-Daniel Bourchenin affirme trouver l’origine de l’instruction des jeunes enfants dans les act (...)
  • 27 Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., tome I, p. 126-127.

6Les clauses de ces édits vont dans le sens souhaité par les réformés depuis la seconde moitié du XVIe siècle. En réalité, la question de la formation de la jeunesse n’est abordée que lors du neuvième synode national des Église réformées de France, à Sainte-Foy en 1578, dans les matieres generales (article I)26 : « Les Députes des Provinces seront chargés d’avertir & d’exhorter leurs dites Provinces à faire instruire la jeunesse, & de penser à tous les moiens qu’elles pourront trouver pour dresser des Écoles, où la dite Jeunesse puisse être élevée & rendûë propre à servir un jour l’Église de Dieu, par l’exercice du saint Ministère »27. Aucune référence n’est faite à la Discipline de 1559 ou à des actes antérieurs : il s’agit donc bien d’une nouveauté ! Car les membres du synode distinguent l’instruction de la catéchèse laissée à la charge des Églises (article VII).

  • 28 En 1584, sous l’influence de Charles Borromée et de l’œuvre accomplie en Italie, une école dominica (...)
  • 29 Lois et règlement de l’académie de Montauban, dressés en l’an 1600, au mois d’octobre, et publiés a (...)
  • 30 P. de Félice, Les lois de l’académie de Béarn 1568-1580. Version latine et traduction en français, (...)
  • 31 Dans le cas de La Rochelle, suivant l’application des termes de l’édit de soumission de la citadell (...)
  • 32 À Castres, en 1644, « les consuls catholiques profitèrent de la mort d’un des deux régents réformés (...)
  • 33 À Alençon en 1652, un conflit éclate entre les jésuites et le sieur Postere, se disant maître des p (...)
  • 34 Pour plus de facilité langagière, l’expression enseignement « primaire », quoiqu’anachronique, est (...)

7Protestants et catholiques, régents et religieux accomplissent dès le XVIe siècle un profond travail d’éducation porté auprès des populations, rurales et urbaines, méridionales et septentrionales, par le biais des collèges et des écoles dominicales pour les enfants âgés de plus de 6 ans (principalement les garçons) ; les réalisations du XVIIe siècle sont davantage connues en raison des sources. Le cas le plus répandu est celui du recours à l’enseignement comme moyen de lutte confessionnelle et instrument de la recatholicisation, comme dans les diocèses septentrionaux de Cambrai et Arras28. Il apparaît dès lors fondamental de souligner l’enjeu des petites classes des collèges au sein des académies protestantes. L’enseignement élémentaire est développé dans cette structure pour les enfants dès la classe de septième ; les règlements précisent ce point en des termes équivalents pour différentes institutions. À Montauban, « le sous-maistre de la septième classe enseignera les petits enfans à lire, non-seulement en français, mais aussi en latin, leur baillant, pour patron, les déclinaisons, les Distiques de Caton ; et ceux qui seront en l’aige [sic] commenceront d’apprendre à escrire »29. À Orthez « la classe de septième est celle des élèves qui apprennent les premiers éléments des lettres, l’assemblage des syllabes, la lecture, la prononciation et l’écriture »30. Ces enfants sont ainsi l’objet d’enjeux éducatifs dans les villes reconquises comme La Rochelle en 162831, ou les villes ayant une forte minorité protestante, comme à Castres en 164432 ou Alençon en 165233. L’intervention des jésuites en la matière n’est pas anodine : ils étaient en effet en charge du collège royal de la ville d’Alençon et s’assurer du fonctionnement d’un enseignement « primaire »34, en ville ou à la campagne (par le biais des missions de la Compagnie) leur permettaient d’espérer recruter de nouveaux élèves pour leur établissement « secondaire », la qualité de cet enseignement étant confirmée par le contrôle épiscopal sur les régents. Pour les réformés, il importait d’inspirer la poursuite des études dans les collèges réformés.

  • 35 Catherine Bergeal, Antione Durrleman, Protestantisme et libertés en France au XVIIe siècle. De l’éd (...)
  • 36 Ibid., p. 103.

8Toutefois, à partir de la seconde moitié du XVIe siècle, le changement de la politique royale vis-à-vis des réformés se mesure également dans le domaine de l’éducation. Tout d’abord, dans la déclaration du roi du 2 avril 1666, l’article XX stipule : « Pareilles défenses sont faites aux consistoires et synodes de censurer ni autrement punir les pères, mères et tuteurs qui envoient leurs enfants ou pupilles aux collèges et écoles des catholiques ou qui les font instruire par des précepteurs catholiques sans toutefois que lesdits enfants y puissent être contraints pour le fait de leur religion »35. Cette disposition est renforcée dans la déclaration du 1er février 1669, par son article XVIII : « Défendons pareillement aux Consistoires et Synodes, de censurer ni autrement punir les Pères, Mères et Tuteurs, qui envoient leurs Enfants ou pupilles aux Collèges et Écoles des Catholiques, ou les font instruire par des Précepteurs Catholiques, si ce n’est qu’ils aient des preuves évidentes que l’on veuille contraindre ou induire les Enfants à changer de Religion, auquel cas ils pourront avertir les Pères, Mères et Tuteurs, pour s’en plaindre aux Magistrats »36.

Une aide extérieure pour les nouvelles fondations

  • 37 Il convient de tenir compte de l’extension du royaume de France entre le XVIe et la fin du XVIIe si (...)
  • 38 Jean-Paul Pittion, « Les académies protestantes à l’époque de l’édit de Nantes », dans Le collège r (...)
  • 39 Retranscription d’actes importants pour l’histoire de cette académie, J. Coudirolle, Étude sur l’ac (...)

9Tant pour les fondations catholiques que pour les fondations réformées, plusieurs acteurs ont facilité le développement du réseau d’établissements, à savoir les roi et princes37, les autorités municipales (pour Strasbourg et Nîmes uniquement) et les autorités ecclésiales (assemblées synodales, évêques et congrégations religieuses). Jean-Paul Pittion considère qu’« une fois la scission religieuse accomplie, après l’échec du colloque de Poissy [en 1561], il était inévitable que les collèges gérés par des municipalités gagnées à la réforme ou installés dans des villes dont le prince s’était converti, acquièrent un profil occasionnel de plus en plus accusé »38. Les princes territoriaux, convertis au protestantisme, ont, très tôt, accordé une place privilégiée à la question de l’enseignement de leurs sujets, dans le cadre de la confessionnalisation de leurs États. À Orthez, La Rochelle, Orange, Montbéliard et Sedan, ils ont favorisé le développement de l’Église réformée, puis l’implantation de collèges et d’académies protestantes. S’appuyant sur la sécularisation des biens de l’Église catholique, Jeanne d’Albret accorde aux réformés les locaux du couvent des frères prêcheurs d’Orthez le 14 décembre 1564 pour fonder l’académie39 ; elle agit de même à La Rochelle en 1571.

  • 40 Hubert Bost, « Les académies protestantes de Montpellier et Montauban au XVIIe siècle », Études thé (...)

10D’un côté, le roi de France accorde des dotations aux Églises réformées, dotations dont une partie est aussitôt affectée au développement de l’enseignement protestant (tableau 1). Le brevet dit des pasteurs de l’édit de Nantes affecte la somme annuelle de 45 000 écus pour le salaire des pasteurs et le financement de l’école protestante. D’une manière générale, Hubert Bost estime que « le fonctionnement des académies représente par conséquent 7,7 % de la dotation royale prévue par l’édit de Nantes »40. Les actes des synodes nationaux soulignent le montant du don royal en faveur des collèges et des académies protestantes, et s’attachent à l’évocation de la situation financière de six fondations : Saumur, Montauban, Montpellier, Nîmes, Sedan, Die... et le collège de Bergerac.

  • 41 Source : Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France auxquels on a joint des (...)

Tableau 1 : Répartition du don royal entre académies (et universités) protestantes entre 1603 et 1626 d’après les comptes des synodes nationaux41

Tableau 1 : Répartition du don royal entre académies (et universités) protestantes entre 1603 et 1626 d’après les comptes des synodes nationaux41

1. En réalité, les académies de Montpellier et de Nîmes se partagent la somme de 2 500 livres (Aymon, op. cit., tome I, p. 378-379).
2. La somme de 2 600 livres est pour les deux académies... et le collège de Béziers...
3. Somme toujours à diviser en deux académies.
4. Désormais les deux académies ont fusionné dans celle de Nîmes (Aymon, op. cit., tome II, p. 122-123).
5. Somme tenant compte des sommes données au collège de Bergerac. Les cases grisées signifient l’absence de données chiffrées dans les actes des synodes.

11Des nombreux débats aboutissent à cette répartition inégale des dons royaux. Les académies les mieux dotées sont celles de Saumur et de Montauban, puis celle de Sedan à partir de 1617.

  • 42 Dans les actes synodaux de La Rochelle (1607), un Reglement touchant les legs testamentaires est pu (...)
  • 43 Marcellin (abbé) & G. Ruck, « Lois et règlements de l’Académie de Montauban formulés en 1600 », Bul (...)
  • 44 Archives communales de Pau, GG 211, copie des lettres patentes (archives non déposées aux AD des Py (...)

12D’un autre côté, le roi de France favorise la création de collèges royaux. À l’inverse des collèges et académies réformés, l’aide apportée aux collèges catholiques relève d’une politique royale plus ponctuelle, connue grâce à des monographies, et s’accorde avec les volontés de l’Église catholique (le Concile de Trente). À la différence aussi des établissements réformés, les collèges jésuites jouissent de revenus tirés de l’affermage de parcelles ou de bâtiments dont ils sont propriétaires à l’issue de don ou de legs, auquel s’ajoute la vente des fruits de la terre42. Quelques particularités apparaissent : à Saumur en mars 1593, les lettres patentes d’Henri IV prévoient de « construire ériger et bâtir un collège dans ladite ville [de Saumur], voulant qu’il soit composé de 5 classes pourvues de bons régents et de 5 professeurs, à savoir trois pour les trois langues [latin, grec et hébreu], et deux pour la philosophie et les mathématiques » soit un collège d’humanités avec une influence des préoccupations réformées en faveur de la ville dont Duplessis-Mornay est le gouverneur depuis quatre ans. A Montauban, Henri IV consent une rente de 200 livres d’après des lettres patentes du 14 octobre 159743. À Pau, en janvier 1622, Louis XIII autorise une fondation jésuite44. Dans le cas palois, Louis XIII se montre généreux en affectant aux jésuites la somme de 12 000 livres, à prendre sur la somme de 78 000 livres d’une rente affectée par le roi. En réalité cependant, la démarche du roi entre dans le contexte plus large de restitution des biens ecclésiastiques autrefois confisqués ou vendus au profit de l’Église réformée par sa grand-mère Jeanne d’Albret lors du calvinisme exclusif, la rente royale étant allouée pour le remplacement des biens ecclésiastiques béarnais.

  • 45 Aymon, op. cit., tome I, p. 378, article III.
  • 46 Au sujet des questions éducatives dans cette ville, exemple de biconfessionnalité, Thierry Azéma so (...)
  • 47 « Ceux de la Ville de Bergerac assistés des Députes de leurs Provinces, representant qu’ils ont soi (...)
  • 48 Aymon, op. cit., tome I, p. 378, article III.

13Les synodes nationaux ont en charge le contrôle la gestion des dons faits annuellement par le roi (voir tableau supra) et le contrôle des établissements académiques. L’union entre Montpellier et Nîmes se comprend en fonction d’une proximité géographique et surtout de conditions financières. Ainsi les participants aux synodes de Tonneins de 1614, de Vitré en 1617 et de Charenton en 1623 sont pris dans une contradiction. Certes le problème financier s’accroît, mais il leur paraît impossible de décider de la fermeture d’une académie « sans de grands Inconvenients45 ». Les tensions sont vives lorsqu’il s’agit d’arbitrer sur le choix du lieu de fondation de l’académie. Même si des lettres patentes en mai 1593 signées par Henri IV précisent sa volonté de voir ouvrir un collège et une université à Montélimar46, le parlement de Grenoble refuse de les enregistrer : au final le choix du synode d’Embrun se porte sur la ville de Die en 1603. De plus, la concurrence est très rude entre Montauban et Bergerac, deux villes qui voudraient voir se développer leur collège : à Montauban, l’académie existe déjà mais la ville se montre peu attentive quant à son financement. À Bergerac, les autorités protestantes de la ville et de l’Église réformée insistent pour accueillir la même académie dès le synode de La Rochelle de 160747. La conclusion de cet affrontement est formulée dans les actes du synode national de Saint-Maixent en 1609 : « Et en ce cas que la Ville de Montauban refuse d’entretenir le Colege composé d’un Principal & de sept Regens : on lui declare dès à présent que son Droit Academique sera devolu à la Ville de Bergerac, qui fait offre d’un plus grand entretien »48. Les questions financières unissent la destinée de ces deux types d’institutions, collèges catholiques et académies protestantes. Il leur fallait bénéficier d’un soutien financier. Pour les académies, il importe de recevoir le soutien du roi et des autorités ecclésiales protestantes représentées par les synodes nationaux ou provinciaux.

Une vision opposée de l’enseignement dans des établissements confessionnels ?

  • 49 Des éléments de réflexion ont été avancés par Solange Deyon, Joël Fouilleron et Anne Blanchard. Voi (...)

14La question est de savoir s’il existe une doctrine pédagogique spécifique aux protestants, différente de celle des catholiques, ou bien si l’affrontement confessionnel n’implique pas nécessairement de différences dans les méthodes et les contenus d’enseignement. La présentation générale laisse apparaître des éléments communs liés à une réflexion similaire dans l’Europe de la Renaissance49.

15Pour ce qui est des règlements, les cadrages généraux sont contenus dans les constitutions et règles de chaque ordre religieux, et les établissements scolaires sont visités, « inspectés », annuellement par les supérieurs. Les lois générales pour uniformiser les règlements des académies réformées sont adoptées en 1620, lors du synode d’Alais. Quelques adaptations restent toutefois possibles par le conseil ou sénat académique de chaque institution.

16Les exercices travaillés par les élèves sont de même nature dans les établissements catholiques et dans les fondations protestantes, une des raisons étant la préparation à l’affrontement théologique ! Il s’agit de questions et de disputes : dans le cadre de la persistance d’un héritage médiéval, les écoliers s’interrogent mutuellement sur les matières étudiées en commun et se critiquent, l’un l’autre, en présence du maître. Il s’agit d’une forme d’exercice préparatoire à l’émulation, ressort de la formation, et aux controverses, essentielles aux joutes oratoires. S’ajoutent les déclamations (l’élève déclame publiquement en vers ou en prose sa composition ; cet exercice prépare à la prédication et aux disputes théologiques), l’amplification (au cours de cet exercice, les élèves peuvent utiliser différents procédés rhétoriques, des figures de styles, des effets lexicaux, grammaticaux ou déclamatoires, afin de mettre un sujet en évidence en faisant ressortir son importance, sa beauté, son horreur, par exemple). Enfin, dans l’apprentissage du latin, les professeurs protestants, comme les jésuites, préfèrent le thème d’imitation (l’élève doit traduire en français, un texte latin qu’il faut restituer le plus fidèlement possible) alors que les oratoriens insistent sur la version assortie de commentaires grammaticaux.

  • 50 Ces références sont soulignées dans les Regulae : « Enfin qu’ils se souviennent de ce que notre Per (...)

17Enfin, les règlements fournissent une liste de références bibliographiques, susceptible d’être revue et étendue pour intégrer d’autres enseignements (le cas a déjà été montré pour l’introduction de l’enseignement des sciences dans les collèges jésuites). Ces références constituent le support de cours. Dans le cas des jésuites, les textes normatifs insistent sur la nécessité fondamentale de connaître d’une part les écrits d’Ignace de Loyola50 et les statuts de l’Ordre, les Regulae Societatis Iesu, comme le stipulent celles publiées à Lyon en 1606, reprises et traduite en français dans la version publiée à Paris en 1734, précisent en effet :

  • 51 Regulae Societatis Iesv, Lyon, Jacob Roussin, 1606, Summarium earum constitutionnum quae ad Spiritu (...)

« Omnes denium observationi Constitutionum studeant ; ad quam easdem scire, saltern quae ad quemlibet pertinent, necesse est. Quare legere, vel audire easdem singulis mensibus oportebit »51.

  • 52 Véronique Castagnet, « La formation religieuse reçue par les sœurs des congrégations enseignantes. (...)
  • 53 Véronique Castagnet, « Les bibliothèques jésuites dans le royaume de France aux XVIe et XVIIIe sièc (...)

18Ces fortes recommandations impliquent donc la lecture régulière des chapitres et reflètent la particularité de l’enseignement dispensé par les ordres religieux52. L’étude des formations dispensées par les jésuites aboutit à déduire la liste des ouvrages impérativement présents dans les bibliothèques des collèges d’après le Ratio studiorum de 1599, complété en 1625 par l’Instructio pro scholis à l’usage de la province franco-belge53.

  • 54 Les idées avancées par Aristote étant susceptibles d’être débattues, une précaution est prise : « D (...)

19Les références bibliographiques sont ainsi précisées selon les classes et les enseignements reçus par les écoliers. Ainsi lors de la première année de formation, l’étudiant doit travailler les ouvrages philosophiques d’Aristote à savoir : la Logique, la Métaphysique, le Traité de l’interprétation (second livre) et les deux livres des Premiers Analytiques (sauf les huit ou neuf premiers chapitres du premier). Lors de la seconde année : la Physique (deuxième livre), le Traité de l’âme (deuxième livre), les extraits des Topiques, le Traité du Ciel, le Traité de la Génération (premier livre), la Météorologie. Au cours de la troisième année, il doit lire : Traité de la Génération (livre second), Traité de l’âme et Métaphysique (sauf les questions du Dieu et sur les intelligences)54.

  • 55 Ibid., p. 132.
  • 56 Ibid., p. 165.
  • 57 P. de Félice, Les lois de l’académie de Béarn 1568-1580. Version latine et traduction en français, (...)

20À ces références s’ajoutent Les Éléments d’Euclide55. Par ailleurs, le professeur de rhétorique doit fonder ses enseignements sur les ouvrages de rhétorique de Cicéron et Aristote56. Ces lectures et usages bibliographiques sont équivalents à ceux signalés dans les règlements académiques pour les protestants. Les auteurs grecs et latins sont largement cités dans les règlements des académies protestantes, avec une grande variété de choix en ce cas : Caton (pour la classe de sixième), Cicéron (en cinquième), Cicéron Térence Ovide (en quatrième), César Justin Virgile et Ovide (en troisième), Tite-Live Horace Platon, Isocrate et Ésope (en seconde), Xénophon Plutarque, Hésiode et Salluste (en première57).

  • 58 Ibid., p. 153. Le professeur des classes inférieures, pour sa part, « recommandera vivement la lect (...)
  • 59 Ibid., p. 52.
  • 60 A. Demoustier et D. Julia, Ratio studiorum, op. cit., p. 115. Ce point est rappelé plusieurs fois d (...)
  • 61 Ibid., p. 19.
  • 62 Ibid., p. 196.
  • 63 Ces précisions sont soulignées non dans les textes normatifs (lois et règlements) mais dans la corr (...)
  • 64 Éliane Itti, op. cit., p. 618.
  • 65 L’expression « bibliothèque domestique » désigne la bibliothèque générale du collège jésuite. Elle (...)
  • 66 Véronique Castagnet, « Les bibliothèques jésuites... », op. cit., en cours de parution.

21En revanche quelques traits diffèrent en profondeur (par exemple la référence aux vies de saints58). Dans les académies, dès la classe de première, les élèves travaillent à partir des écrits de Melanchton59. Et en matière théologique, professeurs et élèves doivent se tourner vers les apports de saint Thomas : « Les Nôtres suivront entièrement, dans la théologie scholastique, la doctrine de Saint Thomas, et le tiendront pour leur docteur propre ; ils consacreront tout leur travail à disposer leurs étudiants le mieux possible à son endroit »60. La maîtrise de ses idées théologiques est fondamentale et donc « s’il arrive que deux ans ne suffisent pas à ceux qui ont la capacité de prêcher pour étudier en classe les sujets de théologie, dont la connaissance semble nécessaire pour leur permettre de s’acquitter avec sûreté et sans erreur de leur charge (par exemple les questions enseignées dans la Prima pars de la Somme de Saint Thomas, avant la dispute sur les anges ; dans la Tertia Pars, sur l’Incarnation et les sacrements, et dans la Prima seconduae sur la grâce), le provincial pourra leur accorder une troisième année de théologie pour y parvenir61. Quant à la « formation de ceux qui pendant deux ans répètent la théologie en l’étudiant personnellement », elle doit reposer sur la lecture quotidienne de la Sainte Écriture, des conciles et des canons, des controverses62. De possibles échanges sont à souligner : ainsi des professeurs protestants utilisent dans les collèges et les académies des ouvrages écrits par des jésuites ou des oratoriens, dont les pères Lamy et Pomey63 et initient leurs élèves à la controverse grâce à l’abrégé du Père Drelincourt64. Si des ouvrages protestants se trouvent conservés dans les bibliothèques domestiques65 des collèges jésuites, c’est uniquement à destination exclusive des enseignants, et à condition qu’ils soient placés dans une section particulière de la bibliothèque (les « enfers » ou « sous-bibliothèque ») et qu’ils soient commentés (dans le vocabulaire jésuite, « expurgés de leurs erreurs66).

Un enseignement supérieur protestant mal accepté par les catholiques

22Il convient de distinguer trois types de fondations académiques : les fondations princières, les fondations municipales, et les fondations synodales. Toutes ont en commun de proposer un enseignement complet, à savoir du « primaire » au « supérieur », même si leur structure peut varier au cours de leur histoire propre. Dans les académies protestantes, le schéma général d’organisation des études est finalement assez simple. À la base, on trouve la « Basse école » ou collège classique. Cette structure est ensuite complétée par la « Grande école » qui correspond à l’enseignement supérieur et qui est placée sous la direction d’un recteur. Cette « Grande école » est elle-même divisée entre une section de philosophie et une section de théologie.

Un éphémère partage des collèges, dont certains touchent aux académies...

23Le mécontentement des catholiques porte sur les attributions de ces nouvelles structures. L’enjeu est particulièrement grand sur les « collèges académiques ». La politique de partage de ces derniers est perçue comme un moyen de réguler les tensions entre calvinistes et catholiques au sujet de la formation de la jeunesse. En 1629, après le retour des catholiques dans la ville de Montauban et la fin des affrontements religieux sous leur forme militaire dans le Midi et le Sud de la France, l’évêque demande aux autorités urbaines, à majorité réformée, l’exercice du droit de nomination des régents du collège en application de lettres patentes obtenues auprès d’Henri III, en d’autres temps... Les protestants s’y opposent vivement, en arguant que ce droit était prescrit car non exercé depuis cinquante ans. L’affaire s’envenimant, l’intendant de la généralité est dans l’obligation de se poser en arbitre et décide donc, au nom du roi, que l’évêque ferait les nominations, si les calvinistes ne consentent pas à contribuer pour une part à la construction d’un collège catholique. Finalement, devant l’hostilité de ces derniers, le partage du collège est décidé en 1632 (tableau 2).

24Selon des chronologies différentes mais avec des formes identiques, plusieurs expériences de collèges mi-parties sont menées dans le royaume de France, dont trois concernent des « collèges académiques » : Montpellier, Nîmes et Montauban. En 1633, un arrêt du conseil ordonne le partage des chaires des collèges jusque-là gérés par les calvinistes, à Montauban, à Nîmes... comme à Castres (collège classique sans dimension académique). En décembre 1633, cette décision royale est enregistrée par la chambre de l’édit et donne lieu à la création d’une commission composée d’un conseiller catholique et d’un conseiller protestant : des professeurs catholiques doivent être installés aux postes de principal et de régents de physique, première, troisième et cinquième ; les professeurs protestants conservent la logique, la seconde, la quatrième et la sixième. Toutefois des particularités sont ménagées comme le dédoublement des classes de théologie et d’hébreu à Nîmes, ou de la direction du « collège académique » de Montauban.

  • 67 « PRO » pour désigner un enseignant protestant ; « JETS » pour un professeur jésuite.

Tableau 2 : Les conséquences du partage des « collèges académiques » sur le plan des études67

Modèle général

Académie de Montpellier

Académie de Nîmes

Académie de Montauban

Dates du fonctionnement en collège mi-partie

1604

1633-1634

1633-1659

Basse école ou collège classique
sous lu direction d’un principal

Basse école ou collet classique
sous la direction d’un principal

Basse école ou collège classique
sous la direction d’un principal JETS

Basse école ou collège classique
sous la direction d’un principal protestant PRO et d’un principal catholique JETS

7e (régent)
6e (régent)
5e (régent)
4e (régent)
3e (régent)
2nde (régent)
1re (régent)

6e (régent) PRO
5e (régent) JETS
4e (régent) PRO
3e (régent) JETS
2nde (régent) PRO
1re (régent) JETS

6e (régent) PRO
5e (régent) JETS
4e (régent) PRO
3e (régent) JETS
2nde (régent) PRO
1re (régent) JETS

6e (régent) PRO
5e (régent) JETS
4e (régent) PRO
3e (régent) JETS
2nde (régent) PRO
1re (régent) JETS

Grande école (enseignement « supérieur)
sous la direction d’un recteur

Grande école (enseignement « supérieur)
sous la direction d’un recteur

Grande école (enseignement « supérieur)
sous la direction d’un recteur

Grande école (enseignement « supérieur)
sous la direction d’un recteur

Section de philosophie
- 1re année : Logique :
aboutissant à la présentation au baccalauréat.

Section de philosophie
1 classe de philosophie JETS
1 classe de philosophie PRO

Section de philosophie
1 classe de Logique PRO
1 classe de physique JETS

Section de philosophie
1 classe de philosophie JETS

- 2e année : Physique :
aboutissant à la maîtrise ès arts. S’ils le désirent, les philosophes deviennent des proposants, à savoir des jeunes gens destinés à des études de théologie. D’où la présence nécessaire de professeurs de philosophie.

Section de théologie
1 classe de théologie JETS
1 classe de théologie PR
1 classe d’hébreu JETS
1 classe d’hébreu PR

Section de théologie

Section de théologie

Section de théologie
à l’issue de la formation, les proposants reçoivent une attestation (et non un grade universitaire). Nécessité de la présence de professeurs de théologie, hébreu et grec.

  • 68 Le cadre chronologique est posé par Robert Sauzet, « Une expérience originale de cohabitation relig (...)
  • 69 Les catholiques, en l’occurrence les jésuites, préparent avec leurs élèves l’installation d’un théâ (...)
  • 70 AD du Tarn-et-Garonne, D 1.

25L’arrivée des jésuites dans les structures académiques résulte du choix fait par les autorités catholiques des villes concernées. Par exemple, à Nîmes, le 15 janvier 1634, les commissaires demandent aux consuls catholiques de pourvoir les places : à l’issue d’une réunion avec le chapitre cathédral, les consuls et les chanoines décident de solliciter l’aide des jésuites de la province de Lyon pour se faire68. La proximité des écoliers protestants et des écoliers catholiques encourage la montée des tensions entre les deux communautés, comme à Montauban en 1659, au sujet de la préparation d’une représentation théâtrale69. Ces partages ont également comme conséquence inévitable la répartition entre enseignants protestants et enseignants catholiques, des gages, conformément aux lettres patentes du 31 octobre 1634, dans le cas de Montauban70.

Des relations ambiguës entre les autorités catholiques et les académies

  • 71 Laurence Beuzit, L’académie protestante de Saumur de 1614 à 1664, Tours, Centre d’Études Supérieure (...)
  • 72 Il est cependant regrettable que des références documentaires ne soient pas apportées pour étayer c (...)
  • 73 AD du Tarn-et-Garonne, D 1.

26Les relations entre enseignants calvinistes et oratoriens, à Saumur, auraient été relativement cordiales. Laurence Beuzit souligne, dans ses recherches, qu’il eût été impossible d’imprimer l’ouvrage de Louis Cappel Critiqua sacra grâce à l’appui du père Morin71 et que lors des cours de Louis Thomassin (professeur de théologie à l’Oratoire entre 1648 et 1653) des étudiants protestants sont présents dans l’auditoire. Il est même question de la présence de catholiques lors des concours en vue de l’obtention de telle ou telle chaire par des candidats protestants voire des proposants. C’est le cas en 1664 pour la chaire de philosophie, le concours ayant lieu entre Jean-Robert Chouet (cartésien) et Pierre de Villemandry (aristotélicien), en présence d’un grand nombre de catholiques dont les savants défendent la thèse cartésienne (Louis de Forges, médecin exerçant à Saumur ; le père Bernard Lamy et ses élèves) ; finalement le premier Chouet, l’emporte72. À défaut d’irénisme, il est bel et bien question d’entente, de concorde entre les enseignants montalbanais dès 1640. Le 23 août 1640, un arrêt du conseil privé du roi et de la commission autorise l’accord du 18 juillet 1640 entre les jésuites et les RPR sur le collège de Montauban. Cet accord signé du Père Vidal Théron, supérieur du collège, Antoine Garrissoles, Timothée Delom professeurs et Pierre Nodilhan syndic, comprend 10 articles au nombre desquels figure un accord d’enseignement commun entre les catholiques et les RPR73. Le 2 avril 1641 intervient l’accord pour l’exécution dudit arrêt.

  • 74 É. Arnaud, Histoire de l’académie protestante de Die en Dauphiné, Paris, Grassart, 1872, p. 71-72.

27En réalité, ce ne sont pas tant les oratoriens qui sont la cible des attaques portées par les autorités réformées (synodes provinciaux, nationaux et assemblées politiques) ; ce sont les jésuites. L’assemblée politique générale de Saumur, qui se réunit le 27 mai 1611, demande de son côté à la régente qu’il ne fût « pas permis aux Jésuites : 1° de dresser un collège ou séminaire ou une maison d’habitation dans une ville de sûreté ; 2° d’y résider eux-mêmes, d’y prêcher, d’y enseigner, d’y confesser. » Il fut répondu : « Aucun collège de Jésuites ne peut être établi en aucun endroit du royaume que par la permission de Sa Majesté, qui y saura bien pourvoir, en sorte que ceux de la RPR. N’aient aucune occasion de se plaindre. » On retrouve des arguments équivalents dans le cahier de plaintes des réformés en 161274. Ce changement s’appuie sur la promulgation de lettres patentes par le roi, le 7 octobre 1667 et ordonne aux intendants « d’informer des entreprises contraventions et innovations faites à l’édit de Nantes et à celui de 1629 [et de] recevoir et entendre [sur cela] les plaintes [et] interventions des représentants du clergé et des habitants. » Il ne s’agit rien de moins que de donner aux catholiques un moyen de contester les garanties données aux réformés et en particulier sur le plan des institutions collectives, parmi lesquelles les académies. L’utilisation de cette possibilité juridique aboutit à placer Saumur « au cœur d’une censure royale et d’une censure ecclésiastique » (Jean-Paul Pittion) en 1679. Tout d’abord, le syndic du clergé d’Anjou porte plainte auprès de l’intendant en 1668, après des incidents survenus lors de la Fête-Dieu. Il dénonce « l’usurpation » du droit d’exercice ayant abouti à l’installation d’une Église et d’une académie réformées. Une commission est formée ; les oratoriens se gardent bien de se faire représenter mais signifient tout de même qu’ils sont disposés à reprendre et le collège et la bibliothèque de l’académie. La contestation se porte même sur les droits de propriété de l’Église et de l’académie...

L’académie protestante, prétexte à un affrontement confessionnel aux visages variés

  • 75 É. Arnaud, Notice historique et bibliographique sur les controverses religieuses en Dauphiné pendan (...)

28L’affrontement entre académie et collège repose avant tout sur un affrontement intellectuel entre professeurs des deux institutions, sur fond de controverse religieuse particulièrement vive, entre l’édit de Nantes et l’édit de grâce d’Alais, soit entre 1598 et 162075.

Un affrontement avant tout intellectuel entre les professeurs des deux institutions

  • 76 Il relate ce fait dans un ouvrage de controverse : Excellence de la succession, où est montrée que (...)
  • 77 « Jean-François de Visconti, professeur de philosophie à l’esprit très vif, ancien dominicain qui, (...)

29Un des exemples les plus parlants est celui de Die. Au synode de Die en 1613, Antoine Rambaud76, juge mage et controversiste à Die, insiste sur la préparation par les professeurs protestants Sharp, Visconti (professeur de philosophie à Die77) et Daniel Peyrol (pasteur à Montpellier) de cinq disputes (dont quatre sont actuellement documentées) contre le père Arnoux de Riom, professeur d’humanités, de philosophie et de théologie. Les thèmes débattus le sont également dans le domaine de leurs enseignements : l’autorité des livres canoniques et de l’Écriture en matière de foi, sur l’Église romaine considérée comme seule source de la vérité et du salut, sur la contradiction impliquée d’après les docteurs catholiques dans l’expression d’Église universelle, sur la doctrine de la transsubstantiation.

Le déplacement de l’affrontement de nature éducative... dans le domaine de l’édition

  • 78 Un exemple pour les étudiants du professeur de théologie, Lambert Daneau : Theses theologi-/cae, Qu (...)
  • 79 L. Desgraves, « Le livre à Saumur au XVIIe siècle », extrait de La Diffusion de l’information et du (...)
  • 80 Jean-Paul Pittion, « Notre for a Saumur Bibliography. Part. II The Printers as publisher 2. Desbord (...)
  • 81 Harry H. Kretzer, Calvinismus und französiche Monarchie im 17. Jahrhundert. Die politische Lehre de (...)
  • 82 Actes du second synode national d’Orléans de 1562, d’après Aymon : Article XX : « Les Imprimeurs, L (...)
  • 83 AD de la Drôme, D 53.
  • 84 Voir l’article de N. Weiss, « Une des premières écoles de théologie protestante en France (Orléans (...)
  • 85 L. Lacaze, Les imprimeurs et libraires en Béarn (1552-1833), Pau, 1884.

30La co-présence d’institutions protestantes et de collèges catholiques encourage la production éditoriale dans les villes de province comptant une académie. En effet, une grande partie de la production concerne les ouvrages scolaires et les textes classiques d’auteurs grecs (pour l’enseignement protestant), les débats théologiques portés par les enseignants catholiques ou protestants, et les thèses des étudiants78. Cet affrontement assure, paradoxalement, le rayonnement de ces villes de province, derrière les grands centres de la production imprimée pour le royaume de France : Paris et Lyon. Selon Louis Desgraves, « la ville de Saumur constitue un exemple assez caractéristique d’un développement de l’imprimerie lié essentiellement à l’existence de l’Académie protestante et, à un moindre degré, aux efforts de la Contre-Réforme catholique pour combattre l’enseignement qui y était dispensé »79. Parmi les auteurs qui alimentent cette activité d’impression, les enseignants protestants figurent en première position avec Moïse Amyraut, théologien, dont 121 titres furent imprimés entre 1624 et 1674. Autre fait important, l’Académie décide de réserver une partie de son budget à la publication des thèses de ses étudiants ; le 16 avril 1617, le Conseil académique de l’Académie rappelle que le synode provincial a prévu l’attribution à Thomas Portau d’une somme annuelle de 60 livres pour l’impression de 12 thèses par an ; par la suite, Desbordes et Lesnier deviennent les imprimeurs attitrés de l’Académie en ce domaine80. Il en est ainsi à Saumur, comme à Genève, à Sedan81, à Montauban, à Orthez, avec un degré d’intensité différent. Pour maintenir l’exclusivité de ces imprimeurs en faveur des autorités académiques, les synodes nationaux dès le départ (synode d’Orléans de 1562, articles XX et ΧΧVI82) ne cessent de formuler, à leur encontre, l’interdiction d’imprimer des ouvrages de nature catholique. Cette interdiction devient encore plus cruciale lorsqu’il s’agit de rendre hommage à un protestant converti. Pour cette raison, l’académie de Die fait défense, en 1626, à l’imprimeur Benoît (imprimeur de l’académie) accusé d’avoir publié une oraison funèbre à la mémoire de Lesdiguières à la requête de Dufau (chanoine théologal de la ville) sous peine de suspension de sa charge83. Cette émulation aboutit à une augmentation significative des publications, mais les imprimeurs catholiques ne sont pas en mesure de concurrencer leurs collègues protestants et après la promulgation de l’édit de Fontainebleau de 1685 et la fermeture de l’Académie, l’imprimerie décline à Saumur. La faiblesse des imprimeurs catholiques à Saumur (René Hernault, Antoine Hernault, François Ernou) est liée au fait que les auteurs catholiques de cette ville protestante préfèrent se tourner vers les professionnels de Bordeaux et de Poitiers. Certains imprimeurs, itinérants, travaillent successivement pour plusieurs académies protestantes, à l’instar de Louis Rabier à Orléans entre1563-156884 à Montauban de 1577 à 1588 et, avec un chevauchement, à Orthez après158385.

Des débouchés similaires mais avec des fortunes différentes

31L’importance de la formation de la jeunesse protestante et de la jeunesse catholique est liée soit au service du prince soit au service des Églises, catholique ou protestante.

  • 86 Bernard Roussel, « Jeanne d’Albret et ses théologiens », dans Jeanne d’Albret et sa Cour, Paris, Ch (...)
  • 87 La Bourgonnière, ministre protestant, requiert ainsi son aide pour payer les frais de scolarité de (...)
  • 88 Amanda Eurich, « Le pays de Canaan : l’évolution du pastorat sous Jeanne d’Albret », dans Jeanne d’ (...)
  • 89 « La Reine de Navarre a demandé conseil, si elle peut en concience rétenir (sic) ou établir des Off (...)
  • 90 « Advenant aussy vaccation desd. estatz, charges et offices, pour le regard de ceulx qui seront en (...)
  • 91 « Et à celle fin de donner tant plus d’occasion à tous nos Sujets de vivre cy-après en bonne union (...)

32Dans les principautés territoriales, le prince souligne dans les ordonnances ecclésiastiques le besoin de personnel ecclésiastique formé pour l’encadrement des fidèles. De plus, il a besoin de s’entourer de théologiens afin de mettre en place la réforme, surtout lorsqu’il s’agit d’une réforme de type calvinien86. Un encouragement déterminant est la fondation de bourses pour aider les jeunes gens dans leur choix. En ce qui concerne l’académie d’Orthez, la reine Jeanne d’Albret stipule qu’elle nommera 20 élèves sur 50 enfants, les autres étant désignés par l’Église et donc destinés au pastorat. Elle répond favorablement à plusieurs requêtes de parents protestants sollicitant son aide87. De fait, l’accession au pastorat est un moyen d’ascension sociale en raison du montant de leur salaire, des avantages et privilèges sociaux (comme le supplément à la dot des filles de pasteur apporté par le trésor ecclésiastique, dont une institution essentielle dans l’État confessionnel). D’après les comptes du conseil ecclésiastique de Béarn, le montant des salaires des pasteurs varie de 300 livres en 1570 à 400 en 1600, puis 450 en 1623 et 480 en 164488. Par ailleurs, le prince a recours à un personnel administratif de mieux en mieux formé et la question de leur confession se pose très rapidement dans le processus de confessionnalisation. La première demande en cette matière est adressée par Jeanne d’Albret à l’assemblée synodale de La Rochelle en 1571. Dans le titre des reglemens particuliers, le synode revient, dans l’article XLVI, sur l’article 4 de la Discipline ecclésiastique de 1559. La réponse exclut des emplois publics tous les catholiques89, et de fait, les ordonnances ecclésiastiques de la reine de Navarre introduisent une « protestantisation » des offices. Dans le royaume de France, les clauses favorables à l’emploi de protestants dans les administrations accroissent l’attractivité des collèges et des académies protestants et introduisent une concurrence entre protestants et catholiques. Dans l’édit de Nantes, applicable au royaume de France, il faut faire référence à l’article 27 en faveur de l’emploi des réformés90. Dans l’édit de Fontainebleau, applicable dans les terres patrimoniales d’Henri IV restées majoritairement protestantes, il s’agit de l’article 14 pour les catholiques »91. Les dispositions des édits de 1598 et 1599 entrent en résonance avec certaines clauses des édits de 1576 (article 17 et 46) et de 1577 (article 19).

  • 92 Amanda Eurich, « Religious Frontiers and the Resistance to the Reformation in Sixteenth-Century Bea (...)

33En parallèle, d’autres débouchés s’offraient à la jeunesse diplômée : le service des Églises. Cette aventure est séduisante dans le contexte de diffusion des réformes catholique et protestante. Toutefois, l’évolution des conditions politiques dans le royaume de France et le changement de contexte économique, au cours du « seconde édit de Nantes », détournent une partie des jeunes gens du pastorat alors que les ordres religieux, et en particulier la Compagnie de Jésus connaît un vif succès tout au long du XVIIe siècle. Sont, par exemple, concernés les pasteurs des deuxième et troisième générations en Béarn d’après Amanda Eurich : « Bien que le roi ait autorisé les trésoriers provinciaux à payer les salaires des pasteurs sur les revenus locaux jusqu’à sa mort, les autres avantages (les dots, pensions de veuves, et surtout de bourses) déclinèrent en proportion inverse de la création de pensions royales pour les nouveaux convertis »92. Ce mouvement est accentué par le manque de soutien des autorités synodales entre 1659 (date du dernier synode général) et 1685 (date de l’édit de Fontainebleau portant révocation de l’édit de Nantes, dates aussi des arrêts de suppression de certaines académies)...

  • 93 Ces trois mots sont rayés dans la source montrant les hésitations dans la rédaction.
  • 94 « Documents inédits et originaux. Finances des académies et collèges », Bulletin de la Société d’Hi (...)
  • 95 Véronique Castagnet, Prosopographie d’une société en reconstruction : le clergé des diocèses béarna (...)

34Le 2 mars 1648, le recteur Dize s’adresse au sénat académique de Die en suggérant une définition de l’académie protestante, par opposition à l’enseignement dispensé par les jésuites : « Une Académie de ceste sorte93 est vn champ sacré ou mille plantes s’eslevent pour remplir l’Église et la republique de fruicts extremement nécessaires à notre conseruation et que c’est un grand moyen pour empescher que la jeunesse n’aille humer comme autrefois ce mauuais air d’une discipline semblable à celles des Commetes qui ont vne lumière accompaignée de malignité »94. Poser alors la question de l’affrontement religieux aux XVIe-XVIIe siècle dans le domaine de l’éducation revient à analyser plusieurs évolutions. Du côté calviniste, avant les années 1630, les professeurs protestants affichent un fort engagement politique. Par la suite, ils montrent un attachement plus grand pour l’encadrement de la spiritualité des fidèles afin de répondre à la crise identitaire des réformés après la Paix d’Alès de 1629. Du côté catholique, les attaques changent de formes. Avant 1670, il s’agit avant tout de moyens théologiques, d’affrontements intellectuels. Après 1670, les attaques de l’ensemble du clergé et des catholiques des « villes académiques » s’expriment par des voies juridiques et bénéficient des nouveaux dispositifs juridiques mis en place par le roi dont certains aboutissent à la fermeture progressive des académies protestantes à partir de 1664 et jusqu’en 1685 (date de la révocation de l’édit de Nantes)95.

Notes

1 « Les hommes ne naissent pas, ils se fabriquent », dans Declamatio de pueris statim ac liberaliter instituendis, 1529. Traduction française en 1537 sous le titre : Déclamation contenant la manière de bien instruire les enfans, dès leur commencement.

2 Les jésuites, expulsés du royaume de France à l’issue de l’attentat perpétré par Jean Chastel contre le roi, reprennent la fondation de collèges à partir de 1603 (édit de rétablissement de cet ordre en 1603, enregistré au parlement de Paris en janvier 1604). Quant aux oratoriens, leur présence en France débute en 1611.

3 Pierre-Daniel Bourchenin, Étude sur les académies protestantes en France au XVIe siècle et au XVIIe siècle, Thèse de doctorat, Paris, Grassat, 1882, p. 155.

4 Selon Solange Deyon, il convient de noter huit académies protestantes en France, toutes « fondées chacune dans un moment et des circonstances spécifiques » : Sedan, Die, Orange, Nîmes, Montpellier, Montauban, Orthez, Saumur. Voir Solange Deyon, « Les académies protestantes en France », Bulletin de la Société d’histoire du Protestantisme Français, 1989, p. 77.

5 Dans l’historiographie protestante (S. Deyon, cf. supra), Orange appartient au groupe des fondations académiques d’origine princière (Ludovic de Nassau). Cependant, Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia ne lui confèrent que le statut de collège de plein exercice. Voir Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia (dir.), Les collèges français, tome I, Répertoire de la France du Midi, Paris, 1984, p. 508-510.

6 Cette fondation n’est citée ni par Solange Deyon, ni par Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, sans doute pour des questions géographiques.

7 Ces statistiques sont établies par É. Lamalle, « Les catalogues des provinces et des domiciles de la Compagnie de Jésus. Notes de bibliographie et de statistique », Archivium Historicum Societatis Iesu, tome XIII, 1944, p. 77-101.

8 Luce Giard, « Le devoir d’intelligence ou l’insertion des jésuites dans le monde du savoir », dans Les jésuites à la Renaissance. Système éducatif et production du savoir, Paris, PUF, 1995, p. XIII.

9 Fr. Isambert, A. Jourdan, A. Taillandier, Recueil général des anciennes lois françaises, depuis l’an 420 jusqu’à la Révolution de 1789 : contenant la notice des principaux monumens des Mérovingiens, des Carlovingiens et des Capétiens, et le texte des ordonnances, édits, déclarations, lettres patentes, règlemens... de la troisième race, qui ne sont pas abrogés, ou qui peuvent servir, soit à l’interprétation, soit à l’histoire du droit public et privé, Paris, 1822-1833, tome XVI, p. 52.

10 W. Goisnard (abbé), « L’installation des oratoriens à Notre-Dame des Ardillliers de Saumur », Oratoriana, nouvelle série, 1969, p. 51-91 : cet article fait le point sur les difficultés liées au redressement du pèlerinage de Notre-Dame des Ardilliers et aux modalités d’implantation des oratoriens.

11 Cette tendance est illustrée par la synthèse d’Henri Meylan, « Collèges et académies protestantes en France au XVIe siècle », Actes du 95e congrès national des sociétés savantes de Reims en 1970. Section de philologie et d’histoire jusqu’à 1610, Paris, Bibliothèque nationale, 1975, p. 301-309.

12 Ferdinand Buisson, Répertoire des ouvrages pédagogiques du XVIe siècle, Paris, Collection du Musée pédagogique et de la bibliothèque centrale de l’enseignement primaire, Imprimerie nationale, 1885, 692 p.

13 De institutione grammatica, libri tres, cet ouvrage connaît plus de 13 éditions entre 1580 et 1599 (Bibliothèque nationale de France site de Tolbiac 4-X-529).

14 Par exemple, De francicae linguae recta pronunciatione, Genève, Eustache Vignon, 1584 (Bibliothèque municipale de Poitiers D 2203) ; ou encore Les vrays portraits des hommes illustres, plus 44 emblêmes chrestiens, traduction du latin, Genève, Jean de Laon, 1581 (Bibliothèque Nîmes 975 théologie).

15 Pierre Toussain, L’Ordre qu’on tient en l’Église de Montbéliard en instruisant les enfants, S.l.n.d., 1559 (Bibliothèque de Montbéliard).

16 Voir Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia (dit.), Les collèges français, tome I, Répertoire de la France du Midi, Paris, 1984, 759 p. ; tome II, Répertoire de la France du Nord et de l’Ouest, Paris, CNRS, 1988, 710 p. ; tome III, Répertoire de Paris, Paris, INRP, 2002, 477 p.

17 Les quatre premiers édits de pacifications ne s’attachent aucunement à évoquer l’enseignement : l’édit de Saint-Germain-en-Laye de 1562 (Archives nationales, X1A 8 624 fol. 225 r° - 228 v°, registre) ; l’édit d’Amboise de 1563 (AN, X1A 8624 f° 369 r° - 382 v°, registre) ; la Paix de Longjumeau de 1568 (Archives nationales, X1A 8627 f° 183 v° - 186 v°, registre) et l’édit de Saint-Maur-des-Fossés de 1568 (Archives nationales, X1A 8627 f° 333 r° - 337 v°, registre).

18 Article 10 « Leur deffendant tres expressement de faure aucun exercice de lad. Religion, tant pour le ministere que reiglement, discipline publicque des enffans et autres, fors que es lieux cy dessus permis et octroyez » ; Article 12 « Ne sera faicte deffirence ny dictinction pour raison de religion à recevoir tant es universitez, escolles, hospitaulx, malladeryes que aulmonsnes publicques, les escolliers, mallades et pauvres. » L’exercice de la R.P.R. est autorisé dans 24 lieux pour les 12 gouvernements du royaume de France (Archives nationales, X1A 8628 f° 347 v° - 356 r°, registre).

19 Article 8 : « Seront receuz indifferamment aux universitez, escolles, hospitaux, malladeries et aulmosnes publicques les escolliers, mallades et paouvres, de quelque religion qu’ilz soient. » (Archives nationales, X1A 8630 f° 470 r° - 476 r°, registre).

20 Archives nationales, X1A 8633 f° 61 r° - 75 v°, registre.

21 Article 9 des articles généraux : « Deffendant tres expressement à tous ceulx de lad. Religion faire aucun exercice d’icelle, tant pour le ministere que reiglement, discipline ou institution publicque d’enfans et autres, en cestuy nostred. royaume et païs de nostre obéissance, en ce qui concerne la religion, fors que es lieux cy dessus permis et octroiez » ; Article 15 : « Ordonnons qu’il ne sera faict difference ny distinction, pour le regard de lad. Religion, à recevoir les escolliers pour estre instruictz es universitez, colleiges et escolles, et les malades et paouvres es hospitaulx, maladeries et aulmosnes publicques. » (Archives nationales, X1A 8633 f° 460 v° - 475 r°, registre).

22 Archives nationales, X1A 8635 f° 204 v° - 213 r°, registre.

23 Archives nationales, X1A 8635 f° 281 r° - 289 r°, registre.

24 Article 13 « Deffendons tres expressément à tous ceulx de lad. Religion faire aucun exercice d’icelle, tant pour le ministere, reglemens, discipline ou instruction publique d’enffans et autres en cestuy nostre royaume et pays de notre obeïssance, en ce qui concerne la religion, fors qu’ez lieux permis et octroyez par le present eedit » ; Article 22 « Ordonnons qu’il ne sera faict difference ne distinction, pour le regard de lad. Religion, à recevoir les escoliers pour estre instructz ez universitez, colleges et escoles, et les mallades et pauvres ez hospitaulx et aulmosnes publiques » (édit général : Archives nationales, X1A 8644 f° 1 à 18.).

25 Article 37 : « Ne pourront ceux de lad. Religion tenir escholes publicques, sinon es villes et lieux où l’exercice public d’icelle leur est permis ; et les provisions qui leur ont esté cy devant accordées pour l’erection et entretenement des colleges seront verifiées où besoin sera et sortiront leur plain et entier effect » ; Article 38 : « Sera loisible aux peres faisans profession de lad. Religion de pourvoir à leurs enfans de tels educateurs que bon leur semblera, et en substituer un ou plusieurs par testament, codicille ou autre declaration passée par devant notaires, ou escrite et signée de leurs mains » (Actes royaux, Morel & Mettayer, 1621, copie fiable).

26 Pierre-Daniel Bourchenin affirme trouver l’origine de l’instruction des jeunes enfants dans les actes des synodes nationaux de Poitiers (1560) et de Paris (1565). Il cite les articles en précisant l’article I du chapitre II de la Discipline ecclésiastique. Cette discipline ecclésiastique est insérée dans le compte rendu fait par Aymon du premier synode national des Église réformées de France, Paris en 1559. Mais l’article 1er du chapitre II à savoir des « faits spéciaux », n’évoque pas ce point ! Aymon reprend 40 « articles et faits spéciaux » (Aymon, p. 1-12). Nous reproduisons les articles que P.-D. Bourchenin cite, sans que pour autant nous les ayons trouvés dans les actes synodaux d’Aymon. Voir synode de Poitiers, 1560 : « pour le moment on est entièrement hors d’état de les [les requérants au sujet de l’éducation des jeunes protestants] satisfaire, mais qu’on leur conseiller d’avoir un grand soin de bien faire élever la jeunesse, et qu’elle apprenne les langues et les Sciences divines, afin que dans la suite ils [les élèves] puissent être emploiés au saint Ministère » (référence non trouvée à l’endroit indiqué soit Aymon, I, 22). Voir synode de Paris, 1565 : « À cause du petit nombre des Ministres qu’il y a aujourd’hui, et afin de pourvoir aussi à l’avenir au bon soin des lieux ou il en faudra établir ou substituer, les Églises seront averties que celles qui en ont le moien doivent principalement avoir soin d’entretenir des écoliers dans les Universités [à savoir Genève ou Nîmes] qui soient rendus capables d’être un jour emploies au saint Ministère » (référence non trouvée à l’endroit indiqué soit Aymon, I, 70). Voir : Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France auxquels on a joint des mandemens roiaux et plusieurs lettres politiques, sur ces Matieres Synodales, Intitulées Doctrine, Culte, Morale, Descipline, Cas de conscience, erreurs, impietés, Vice, Désordres, Apostasies, Censures, Suspensions, Anathemes, Griefs, appels, Débats, Procedures, Decrets, et jugemens definitifs, concernant les Édits de Pacification & leurs Infractions, les Places de Sûreté & leurs Gouverneurs, les Chambres Miparties & leurs Conseillers, les Assemblées Politiques & leurs Privilèges, les Universités & leurs Professeurs, les Coleges & leurs Regens, les Églises & leurs Pasteurs, les Consistoires & leurs Membres, les Coloques & leurs Departemens, les Synodes & leurs Moderateurs, ajoints, Commissaires, Députes, & secrétaires, qui ont aprouvés ces Actes, La Haye, Charles Delo, 1710.

27 Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., tome I, p. 126-127.

28 En 1584, sous l’influence de Charles Borromée et de l’œuvre accomplie en Italie, une école dominicale est fondée à Valenciennes avec un catéchiste jésuite, le père Guillaume Marc entre 1607 et 1638. Il s’agissait d’une école obligatoire pour tous les garçons âgés de 6 à 18 ans, se tenant le dimanche et les jours fériés de 7 heures à 10 heures en été et de 8 heures à 10 heures en hiver (soit avant la grande messe), de 13 heures à 15 heures (avant vêpres). Cet enseignement donne lieu à un enseignement public. La finalité entre dans le cadre des affrontements confessionnels tout en s’attachant à l’alphabétisation des populations : « Il y a deux choses à quoy l’escole dominicale vise... La première est l’instruction de la jeunesse en la doctrine chrétienne ; et la deuxième est l’instruction en la lecture et l’escriture ». Voir : Alain Lottin, « La catéchèse en milieu populaire au XVIIe siècle. L’exemple de l’école dominicale de Valenciennes et du Père Marc 1584-1638 », dans Alain Lottin (dir.), Être et croire à Lille et en Flandre du XVIe au XVIIIe siècle, Artois, Artois Presses Université, 2000, p. 410.

29 Lois et règlement de l’académie de Montauban, dressés en l’an 1600, au mois d’octobre, et publiés au grand temple, dans Marcellin (abbé) & G. Ruck, « Lois et règlements de l’Académie de Montauban formulés en 1600 », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, 1860, p. 394-408.

30 P. de Félice, Les lois de l’académie de Béarn 1568-1580. Version latine et traduction en français, Paris, Imprimerie nationale, Hachette et Delagrave, 1889, p. 47-48.

31 Dans le cas de La Rochelle, suivant l’application des termes de l’édit de soumission de la citadelle huguenote en 1628, le roi était favorable à une instruction sous contrôle : « Ordonnons que le nommé Espie pourra enseigner et apprendre à lire et escripre seullement les enfans des habitants de la R.P.R. Demeurans à La Rochelle, au nombre qu’ils se trouveront, pourveu qu’ils soient originaires d’icelle, avecq defances audit Espie de docgmetizer ny prendre avec luy aucuns regens estransgers ou autre pour enseigner la langue latine et le faire venir chez luy des escoliers à ceste fin ». Voir N. Weiss, « Interdiction aux réformés d’enseigner le latin à La Rochelle (1645) [retranscription d’acte] », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, 1892, p. 470.

32 À Castres, en 1644, « les consuls catholiques profitèrent de la mort d’un des deux régents réformés pour destituer l’autre, ainsi que tous les suppôts de cette religion : le prétexte de ce coup d’autorité était que les protestants avaient seulement le droit de tenir des petites écoles dans le faubourg ». Voir P.-D. Bourchenin, Étude sur les académies protestantes..., op. cit., p. 75.

33 À Alençon en 1652, un conflit éclate entre les jésuites et le sieur Postere, se disant maître des petites écoles des habitants de la RPR en 1652. Les jésuites (en charge du collège royal d’Alençon) obtiennent un certificat par Antoine de la Fournerie, lieutenant civil et criminel au bailliage d’Alençon et par les autres officiers de ce siège, constatant qu’il ne s’est présenté devant cette juridiction aucun maître d’école pour régent pour être reçu à régenter ou instruire les habitants de la ville professant la RPR en 1651. Archives départementales de l’Orne, D 3.

34 Pour plus de facilité langagière, l’expression enseignement « primaire », quoiqu’anachronique, est retenue afin de désigner l’enseignement dispensé dans les petites écoles pour les enfants de 6 à 13 ans environ aux XVIe-XVIIe siècles ; il se prolonge par l’enseignement « secondaire » dans les collèges catholiques et protestants.

35 Catherine Bergeal, Antione Durrleman, Protestantisme et libertés en France au XVIIe siècle. De l’édit de Nantes à sa révocation 1598-1685. Textes d’histoire protestantes rassemblés et commentés, Carrières-sous-Poissy, La Cause, 1985, p. 91.

36 Ibid., p. 103.

37 Il convient de tenir compte de l’extension du royaume de France entre le XVIe et la fin du XVIIe siècle.

38 Jean-Paul Pittion, « Les académies protestantes à l’époque de l’édit de Nantes », dans Le collège royal et l’Académie protestante de Nîmes aux XVIe et XVIIe siècles. Actes du colloque de Nîmes du 31 janvier 1998, sous la direction de Roger Grossi, Nîmes, Société d’Histoire du Protestantisme de Nîmes et du Gard/Atelier occitan, p. 56.

39 Retranscription d’actes importants pour l’histoire de cette académie, J. Coudirolle, Étude sur l’académie d’Orthez, Orthez, J. Goude-Dumesnil, 1885, p. 12.

40 Hubert Bost, « Les académies protestantes de Montpellier et Montauban au XVIIe siècle », Études théologiques et religieuses, volume 71 (4), 1996, p. 39.

41 Source : Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France auxquels on a joint des mandemens roiaux et plusieurs lettres politiques, sur ces Matieres Synodales, Intitulées Doctrine, Culte, Morale, Descipline, Cas de conscience, erreurs, impietés, Vice, Désordres, Apostasies, Censures, Suspensions, Anathemes, Griefs, appels, Debats, Procedures, Decrets, et jugemens definitifs, concernant les Édits de Pacification & leurs Infractions, les Places de Sûreté & leurs Gouverneurs, les Chambres Miparties & leurs Conseillers, les Assemblées Politiques & leurs Privilèges, les Universités & leurs Professeurs, les Coleges & leurs Regens, les Églises & leurs Pasteurs, les Consistoires & leurs Membres, les Coloques & leurs Departemens, les Synodes & leurs Moderateurs, ajoints, Commissaires, Députes, & secrétaires, qui ont aprouvés ces Actes, La Haye, Charles Delo, 1710, tomes I et II.

42 Dans les actes synodaux de La Rochelle (1607), un Reglement touchant les legs testamentaires est publié pour la première fois, et stipule qu’il est désormais possible de donner en fonds, en constitution ou en argent... en faveur d’un collège... (Aymon, tome I, p. 336).

43 Marcellin (abbé) & G. Ruck, « Lois et règlements de l’Académie de Montauban formulés en 1600 », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, 1860, p. 394.

44 Archives communales de Pau, GG 211, copie des lettres patentes (archives non déposées aux AD des Pyrénées-Atlantiques).

45 Aymon, op. cit., tome I, p. 378, article III.

46 Au sujet des questions éducatives dans cette ville, exemple de biconfessionnalité, Thierry Azéma souligne : « la co-existence des deux formes d’enseignement au collège devient cohabitation quand un arrêt du conseil d’État de 1623 regroupe tout le monde dans un bâtiment appelé ‘la grande écolle’, rue des Aleyras, proche du Temple ». Thierry Azéma, « Montélimar au XVIIe siècle une biconfessionnalité », dans Robert Sauzet (dir.), Les frontières religieuses en Europe du XVe au XVIIe siècle, Paris, Vrin, 1992, p. 142.

47 « Ceux de la Ville de Bergerac assistés des Députes de leurs Provinces, representant qu’ils ont soigneusement travaillé à recueillir de quoi faire un Fonds pour entretenir une Academie, pour l’Instruction de la Jeunesse, afin qu’elle soit retenûe d’aller au Colege des Jesuites : la Compagnie loue leur Zele, & leur Diligence, & autorise leur Colege déjà fondé, par leur Colecte & Menagement. Mais sur les Plaintes generales de toutes les Provinces, du trop grand nombre d’Academies, on ne peut pas permettre qu’on en établisse de nouvelles ; Le Colege de Bergerac étant d’ailleurs suffisant, tel qu’ils l’ont decrit, à rendre du tout inexacusable ceux qui envoient leurs enfans aux Jesuites, attendu que ledit Colege est pourvu de Regens assi habiles que ceux des Aversaires, pour les belles-lettres & la Philosophie. » (Aymon, op. cit., tome I, p. 379, article IV).

48 Aymon, op. cit., tome I, p. 378, article III.

49 Des éléments de réflexion ont été avancés par Solange Deyon, Joël Fouilleron et Anne Blanchard. Voir S. Deyon, « Les académies protestantes en France », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, 1989, p. 80 ; J. Fouilleron et A. Blanchard, « Conclusions », dans Jean Boisset (dir.), La Réforme et l’éducation. Actes du 3e colloque du Centre d’Histoire de la Réforme et du Protestantisme, Montpellier, Privat, 1974, p. 181-190.

50 Ces références sont soulignées dans les Regulae : « Enfin qu’ils se souviennent de ce que notre Pere S. Ignace a laissé par écrit, sçavoir, que comme c’est le propre des Prêtres, & des Ouvriers spirituels, de servir la Compagnie, confessant, prêchant, faisant le catechisme, & enseignant les lettres ; de même c’est le propre des Coadjuteurs de s’occuper dans tous les offices les plus bas & les plus humbles, qui leur seront donnés » (Regles de la Compagnie de Jesus, Paris, 1734, règles des coadjuteurs temporels, article 11, p. 136-137). Mais en réalité dans son « autobiographie » (le Récit du pèlerin) rédigée suite à l’insistance de ses premiers compagnons, Ignace de Loyola avouait avoir été sensible à quelques lectures, finalement peu nombreuses, au cours de sa vie : la Vita Christi de Ludolfe le Saxon et la Legenda aurea de Jacques de Voragine portant attention aux vies de saint François et de saint Dominique. Au cours de son cheminement vers l’état ecclésiastique, il apprécia le Livre d’exercices pour la vie spirituelle de Garcia Jimenez de Cisneros, abbé réformateur de Montserrat. Les biographes du fondateur de la Compagnie ne soulignèrent que très peu aux lectures d’Ignace de Loyola, à l’instar du récit de Jean de Bussières, jésuite français (1607-1678) : « quoy que ces soins fussent forts grands, c’estoit du Ciel principalement qu’il attendoit toute sa conduite, & tout l’éclaircissement dans ses doutes, & dans ses dernieres resolution [de rédiger les Constitutions de ce dernier]. Car en premier lieu, il n’avoit pour tout livre dans sa chambre, que le nouveau Testament, & le petit livre de l’Imitation de Iesus-Christ. » En charge de l’organisation de la nouvelle congrégation dès 1539, Ignace de Loyola (supérieur général de 1541 à 1556) et les supérieurs généraux qui lui succédèrent, en particulier Claudio Acquaviva (de 1581 à 1615), consignèrent d’autres recommandations aux jésuites. Voir Jean de Bussières, La vie de Saint Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus, Lyon, Antoine Molin, 1620, p. 229-230.

51 Regulae Societatis Iesv, Lyon, Jacob Roussin, 1606, Summarium earum constitutionnum quae ad Spiritualem Nostrorum institutionem pertinent, & ab omnibus observandae sunt, article 52, p. 25. Ce point est repris en 1734 avec la traduction suivante : « Que tous enfin s’appliquent sérieusement à l’observance des Constitutions : pour à quoi parvenir, il est nécessaire que chacun les sçache, au moins celles, qui le regardent ; c’est pourquoi il faudra qu’il les lise, ou qu’il les entende lire tous les mois » (Regles de la Compagnie de Jesus, Paris, 1734, sommaire des constitutions, article 50, p. 51-52).

52 Véronique Castagnet, « La formation religieuse reçue par les sœurs des congrégations enseignantes. Une évidence pour les ursulines de Belgique, France et Nouvelle-France ? (XVIIe et XVIIIe siècles) », contribution dans le même volume.

53 Véronique Castagnet, « Les bibliothèques jésuites dans le royaume de France aux XVIe et XVIIIe siècles : constitution, composition, conservation », dans un ouvrage collectif à paraître en 2010 aux éditions Beauchesne.

54 Les idées avancées par Aristote étant susceptibles d’être débattues, une précaution est prise : « Dans les matières de quelque importance, il ne s’éloignera pas d’Aristote, sauf s’il s’y rencontre un point étranger à la doctrine approuvée universellement par les universités, et surtout, si ce point est contraire à la foi orthodoxe. » A. Demoustier et D. Julia, Ratio studiorum. Plan raisonné des institutions des études dans la Compagnie de Jésus. Edition bilingue latin-français, Paris, Belin, 1997, « règle du professeur de mathématiques », p. 124.

55 Ibid., p. 132.

56 Ibid., p. 165.

57 P. de Félice, Les lois de l’académie de Béarn 1568-1580. Version latine et traduction en français, Paris, Imprimerie nationale, Hachette et Delagrave, 1889, p. 49-52.

58 Ibid., p. 153. Le professeur des classes inférieures, pour sa part, « recommandera vivement la lecture spirituelle, surtout celle de la vie des saints ; en revanche, non seulement il s’abstiendra lui-même d’expliquer à la jeunesse des écrivains impurs et, en général, ceux qui offrent des passages qui peuvent nuire aux bonnes mœurs, mais encore il détournera le plus possible les élèves de les lires hors de la classe ».

59 Ibid., p. 52.

60 A. Demoustier et D. Julia, Ratio studiorum, op. cit., p. 115. Ce point est rappelé plusieurs fois dans le Ratio studiorum de 1599 : « Quels livres il faut distribuer et à qui. Aux étudiants de théologie et de philosophie, il n’accordera pas n’importe quels livres, mais des livres déterminés, avec l’accord du recteur et sur le conseil des maîtres, à savoir, outre la Somme de Saint Thomas pour les théologiens et Aristote pour les philosophes, quelque commentaire choisi qu’ils puissent consulter dans leur travail personnel. Tous les théologiens auront le Concile de Trente, et un exemplaire de la Bible, dont la lecture doit leur être familière. Il examinera avec le recteur s’ils doivent avoir aussi l’un des Pères de l’Église. En outre, il distribuera à tous les théologiens et philosophes un livre contenant les études d’humanités, et les encouragera à ne pas omettre de le lire, à certains moments déterminés où ce sera opportun » (p. 102).

61 Ibid., p. 19.

62 Ibid., p. 196.

63 Ces précisions sont soulignées non dans les textes normatifs (lois et règlements) mais dans la correspondance des étudiants protestants avec leurs parents. Voir en particulier Éliane Itti, « Lettres d’Élie Bouhéreau, élève de première à l’Académie de Saumur, à ses parents (mai 1684-août 1684) », Bulletin de la Société du Protestantisme Français, 2008, p. 610.

64 Éliane Itti, op. cit., p. 618.

65 L’expression « bibliothèque domestique » désigne la bibliothèque générale du collège jésuite. Elle est distincte d’une bibliothèque réservée aux seuls professeurs appelée « sous-bibliothèque » ou « enfers » en raison de l’importance quantitative des ouvrages protestants.

66 Véronique Castagnet, « Les bibliothèques jésuites... », op. cit., en cours de parution.

67 « PRO » pour désigner un enseignant protestant ; « JETS » pour un professeur jésuite.

68 Le cadre chronologique est posé par Robert Sauzet, « Une expérience originale de cohabitation religieuse : le collège mi-partie de Nîmes au XVIe siècle », dans Chronique des frères ennemis. Catholiques et protestants à Nîmes du XVIe au XVIIIe siècle, Caen, Paradigme, 1992, p. 131. Repris de Robert Sauzet (dir.), Les frontières religieuses en Europe du XV au XVIIe siècle, Paris, Vrin, 1992, p. 283-290.

69 Les catholiques, en l’occurrence les jésuites, préparent avec leurs élèves l’installation d’un théâtre en vue de la représentation d’une pièce tragique ; les « proposants » (étudiants en théologie) et leur ministre demandent la destruction. Les consuls protestants et les consuls catholiques viennent sur les lieux et cela se termine par un battu et plusieurs blessés. Les protestants retournent au collège car des épées en vue de la destruction, les jésuites menacés appellent au secours avec les cloches de l’église. Cet épisode est fort signalé car il est à l’origine de la fermeture de cette académie et son déplacement à Puylaurens. Marcellin (abbé) & G. Ruck, « Lois et règlements de l’Académie de Montauban formulés en 1600 », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, 1860, p. 394-408, p. 408 ; éléments repris de L’histoire de Montauban, publiée en 1844 par les mêmes auteurs.

70 AD du Tarn-et-Garonne, D 1.

71 Laurence Beuzit, L’académie protestante de Saumur de 1614 à 1664, Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, maîtrise, 1990, p. 115. L’auteur de cette étude perçoit cependant de façon très irénique les relations entre les deux institutions, l’académie et l’oratoire.

72 Il est cependant regrettable que des références documentaires ne soient pas apportées pour étayer cette vision.

73 AD du Tarn-et-Garonne, D 1.

74 É. Arnaud, Histoire de l’académie protestante de Die en Dauphiné, Paris, Grassart, 1872, p. 71-72.

75 É. Arnaud, Notice historique et bibliographique sur les controverses religieuses en Dauphiné pendant la période de l’édit de Nantes, Grenoble, Édouard Allier Fils, 1872, 64 p.

76 Il relate ce fait dans un ouvrage de controverse : Excellence de la succession, où est montrée que par le moyen de la succession des personnes on se peut asseurer infailliblement quelle est la vraye Église et la vraie doctrine de Jésus-Christ, Lyon, 1616, in-8°, 85 p., (Bibliothèque municipale de Lyon, cote 810775 CGA).

77 « Jean-François de Visconti, professeur de philosophie à l’esprit très vif, ancien dominicain qui, après pas mal de désordres à Die, devait retourner au catholicisme, et faciliter la conversion de son protecteur, le duc de Lesdiguières lui-même, en 1622 », d’après A. Roux, « L’Académie de Die, en Dauphiné (1604-1684) » dans La Réforme et l’éducation..., p. 115.

78 Un exemple pour les étudiants du professeur de théologie, Lambert Daneau : Theses theologi-/cae, Quae Ab Aliquot S. Theologiae Candidatis Examin-Nandis Defendentur In Acade-/Mia Regia Bearnensi. V. Valen. Novemb. Annon Domini 1585/Preside D. Lamberto Daneo,/ S. Teologie Professore/[marque typographique] Orthesii/Apud L. Rabirium, Regis Typographum, in-8°, 8 p. Bibliothèque universitaire de Leyde (Pays-Bas). Voir Louis Desgraves, « Les premières thèses de l’Académie protestante d’Orthez et de Lescar (1585-1592) », Revue de Pau et du Béarn, Pau, 1977, no 5, p. 153-154.

79 L. Desgraves, « Le livre à Saumur au XVIIe siècle », extrait de La Diffusion de l’information et du savoir de 1610 à nos jours, actes du 105e Congrès national des Sociétés savantes, Histoire moderne et contemporaine, Caen, 1980, t. 1, p. 35.

80 Jean-Paul Pittion, « Notre for a Saumur Bibliography. Part. II The Printers as publisher 2. Desbordes and Lesnier, printers to the Academy », dans Long Room, 1974, p. 7-17 ; et « Aspect oh the history of the Saumur Protestant book trade (1601-1684) », dans That Woman ! Studias in Irish Bibliography. A Frestchrift for Mary « Paul » Pollard, Dublin, Charles Benson & Siobhan Fitzspatrick, 2005, p. 194-212.

81 Harry H. Kretzer, Calvinismus und französiche Monarchie im 17. Jahrhundert. Die politische Lehre der Akademien Sedan und Saumur, mit besonderer Berücksichtigung von Pierre du Moulin, Moyse Amyraut und Pierre Jurieu, Berlin, 1975, 486 p.

82 Actes du second synode national d’Orléans de 1562, d’après Aymon : Article XX : « Les Imprimeurs, Libraires, Peintres & en general tous les fiddles, notamment tous ceux qui auront charge en l’Église, seront avertis de ne faire aucune chose de leur art, office ou emploi, qui dépende des superstitions de l’Église Romaine, ou qui les favorise. Et quant aux faits particuliers, & ensemble à la correction qui y écherroit, ce sera au Consistoire d’en juger. » (Aymon, op. cit., tome I, p. 27). Article XXVI : « Les Églises, où il y aura des imprimeurs é des libraires, les avertiront soigneusement de n’imprimer aucuns livres concernant la Religion, ou la Discipline de l’Église, sans les avoir auparavant communiqués au Consistoire, pour éviter les inconveniens qui en sont arrivés. Et quant auxdits Libraires & contreporteurs de ne vendre aucuns livres scandaleurs : & pareillement d’être raisonnable en la vente de leurs livres, se contentant d’un gain raisonnable. » (Aymon, op. cit., tome I, p. 27-28).

83 AD de la Drôme, D 53.

84 Voir l’article de N. Weiss, « Une des premières écoles de théologie protestante en France (Orléans 1561-1568) », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, 1911, p. 218-224.

85 L. Lacaze, Les imprimeurs et libraires en Béarn (1552-1833), Pau, 1884.

86 Bernard Roussel, « Jeanne d’Albret et ses théologiens », dans Jeanne d’Albret et sa Cour, Paris, Champion, 2004, p. 20.

87 La Bourgonnière, ministre protestant, requiert ainsi son aide pour payer les frais de scolarité de son fils le 26 novembre 1572, ce que Jeanne d’Albret accepte à hauteur de 11 livres, 4 sous et 6 deniers. Arch. Dép. des Pyr.-Atl. B 2193, cité par L. Lochard, Le cayer des despenses de la Cour de Béarn 1520-1623, Pau, Léon Ribaut, 1886, p. 41-42.

88 Amanda Eurich, « Le pays de Canaan : l’évolution du pastorat sous Jeanne d’Albret », dans Jeanne d’Albret et sa Cour, Paris, Champion, 2004, p. 121.

89 « La Reine de Navarre a demandé conseil, si elle peut en concience rétenir (sic) ou établir des Officiers Catholiques Romains, à faute d’autres, & si elle en peut aussi laisser parmi ses Domestiques ? Sur quoi Sa Majesté a été suppliée de bien regarder de prés à ceux qui seront ses Oficiers Domestiques, & de se service le plus qu’elle pourra de gens de nôtre Réligion (sic), & craigrans Dieu. Quant aux Papistes qui sont paisibles & de bonne vie, qu’il lui plaisir de faire ensorte qu’ils soient bien instruits. Et quant aux traîtres qui l’ont abandonnée dans sa nécessité, é& exercé de grandes cruautés pendant ces troubles, qu’elle le les reçoivent jamais dans l’exercice d’aucune charge publique ; ni à sa Cour, non plus que parmi ses Domestiques. » (Aymon, op. cit., tome I, p. 108).

90 « Advenant aussy vaccation desd. estatz, charges et offices, pour le regard de ceulx qui seront en nostre disposition, il y sera par nous pourveu indifferemment et sans distinction de personnes capables, comme chose qui regarde l’union de noz subjectz. Entendons aussy que ceulx de lad. Religion pretendue reformée puissent estre admis et receus en tous conseilz, deliberations, assemblées et fonctions qui dépendent des choses dessusd., sans que pour raison de lad. Religion ilz en puissent estre rejectez ou empeschez d’en jouir. »

91 « Et à celle fin de donner tant plus d’occasion à tous nos Sujets de vivre cy-après en bonne union & concorde sous nôtre obeissance, mesmes pour lever à l’advenir tout sujet de plainte & mécontentement aux Catholiques, Nous les avons declarez & declarons capables de tenir & exercer tous Estats, Dignitez, Offices, Charges & Fonctions publiques, tant Militaires, que de Iudicature Finances, administration de Villes, & autres de quelque nature, ou condition quelles soient grandes ou petites, supremes, ou subalternes, pour en estre pourveus, l’occasion s’offrant indifferemment avec nos autres Sujets, sans que pour raison de ladite Religion Catholique, ils en puissent estre esclus, ny privez, ou qu’à leur reception ladite qualité leur puisse estre objectée » (Extraict des registres de la Chambre des Comptes de Navarre, imprimé S.l.n.d., p. 6-7. Bibliothèque nationale de France, site de Richelieu F 23610 (559) et copie aux AD des Pyrénées-Altantiques, 1 Mi 120). Néanmoins le conseil souverain de Béarn, hostile à cet édit, précise dans un arrêt du 17 août 1599 que : « lou 14 article sera publiquat et neanmoins tres humbles remonstrances seran feites à S.M. Que sie sou bou plaser ajustar que avenent vaquation per lou regard deus jurats et deu conseil, lou nombre dequets qui fen professiou de la religiou romane nou poira excedir lou nombre doquets qui fen profession de la reformade. »

92 Amanda Eurich, « Religious Frontiers and the Resistance to the Reformation in Sixteenth-Century Bearn », dans Proceedings of the western Society for French History, no 24, 1997, p. 128. Elle fonde son raisonnement sur un document des AD des Pyrénées-Atlantiques, B 433.

93 Ces trois mots sont rayés dans la source montrant les hésitations dans la rédaction.

94 « Documents inédits et originaux. Finances des académies et collèges », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, 1873, p. 222.

95 Véronique Castagnet, Prosopographie d’une société en reconstruction : le clergé des diocèses béarnais de Lescart et d’Oloron de l’édit de Fontainebleau à la Révolution (1599-1791), Thèse de doctorat, 2002 ; Véronique Castagnet, Olivier Christin et Naïma Guermani (dir.), Les affrontements religieux en Europe (début XVIe-mi XVIIe siècles), Lille, Septentrion, 2008, 272 p.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Répartition du don royal entre académies (et universités) protestantes entre 1603 et 1626 d’après les comptes des synodes nationaux41
Légende 1. En réalité, les académies de Montpellier et de Nîmes se partagent la somme de 2 500 livres (Aymon, op. cit., tome I, p. 378-379).2. La somme de 2 600 livres est pour les deux académies... et le collège de Béziers...3. Somme toujours à diviser en deux académies.4. Désormais les deux académies ont fusionné dans celle de Nîmes (Aymon, op. cit., tome II, p. 122-123).5. Somme tenant compte des sommes données au collège de Bergerac. Les cases grisées signifient l’absence de données chiffrées dans les actes des synodes.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2783/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540