Version classiqueVersion mobile

Éducation, Religion, Laïcité (xvie-xxe s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants

 | 
Jean-François Condette

Première partie. Éducation et religion dans la formation des enseignants

Former des enseignants chrétiens : une des préoccupations des fondateurs de l’Université Catholique de Lille

Catherine Masson

Texte intégral

  • 1 Pierre Pierrard, « À propos du centenaire de la loi du 12 juillet 1875 : Les origines de l’Enseign (...)

1Former des enseignants chrétiens et de façon aussi essentielle former des enseignants : tel est effectivement l’un des soucis des fondateurs de l’Université catholique de Lille. Celle-ci, écrit Pierre Pierrard1, est née d’un double désir : « faire fleurir dans ce désert de l’enseignement supérieur et plus particulièrement du haut enseignement théologique », une institution féconde, et couronner par la création dans le Nord d’un établissement d’enseignement supérieur libre, l’œuvre de la loi Falloux qui avait contribué à doter cette région de nombreux établissements secondaires catholiques. Il s’agit aussi d’opposer à l’enseignement officiel, que l’on considère comme envahi par le positivisme et le scientisme, un enseignement conforme à l’orthodoxie catholique et romaine. Pour comprendre la manière dont les fondateurs de l’Université catholique ont tenté d’y répondre, il faut situer cette question au cœur de celles plus larges de la refondation de l’Université en France et de la prise de conscience, chez les catholiques comme dans l’Université publique, de la nécessité d’une solide formation scientifique des enseignants, assortie chez les premiers de la nécessité d’une aussi solide formation religieuse. Le combat pour la liberté de l’enseignement supérieur est marqué, non sans ambiguïtés, par ces préoccupations. Trois institutions, les facultés libres de lettres et de sciences et le séminaire académique en lien avec la faculté de théologie sont mises en chantier dès avant le vote de la loi de 1875 pour répondre à cet objectif : projet ambitieux dont les débuts sont difficiles et très modestes.

Le projet des fondateurs de l’Université catholique

2La suppression des universités pendant la Révolution (1793) a eu des conséquences catastrophiques sur l’enseignement supérieur français que les différents efforts, tout au long du XIXe siècle, pour faire renaître des facultés et reconstituer un véritable enseignement supérieur capable de stimuler la recherche, n’ont pas entièrement compensées. En droit et en médecine, les préoccupations sont alors davantage professionnelles que scientifiques alors que les facultés de lettres et de sciences, qui ne préparent à aucune profession précise, n’ont pas ou presque pas d’étudiants. Elles sont des jurys d’examen pour le baccalauréat, rattachées organiquement aux lycées, logiquement intégrées à l’enseignement secondaire. Les facultés continuent à végéter et, vers 1870-1880, les défauts du système français apparaissent de plus en plus nettement, tandis que l’on s’interroge, dans un contexte qui est aussi celui de la terrible défaite de 1870, sur le modèle allemand où l’université est naturellement le lieu de courants novateurs.

Refondation de l’Université et combat pour la liberté de l’enseignement

  • 2 Sous la Restauration, un clerc, Mgr Frayssinous fut Grand Maître de l’Université.

3Dans ce contexte se déroule également un autre combat, celui de la liberté de l’enseignement, qui a déjà permis la liberté de l’enseignement primaire (1833) et secondaire (1850) et aboutira en 1875 à la liberté de l’enseignement supérieur et, dans son sillage, à la création des cinq universités catholiques dont celle de Lille. Cette conquête progressive du principe de la liberté de l’enseignement au XIXe n’est pas d’abord le seul fait des catholiques. Elle est l’aboutissement de deux mouvements convergents : l’opposition, négative, au monopole mis en œuvre par Bonaparte, et la revendication, positive, doctrinale, de la liberté, en vertu d’une conception libérale du rôle de l’État et de ses rapports avec les particuliers. Sont invoqués les droits du père de famille, ceux de l’Église, et ceux de l’État, les trois partenaires traditionnels de l’enseignement. La liberté est réclamée à la fois contre le monopole de l’État, et contre celui de l’Église avec lequel il s’est souvent confondu dans l’histoire2. Sous la Restauration, le courant qui réclame la liberté de l’enseignement est nourri d’anticléricalisme, en même temps que s’affermit l’idée que l’État a un rôle actif à jouer dans l’enseignement. Parallèlement l’Église, dès lors qu’elle a perdu sa légitimité exclusive à assurer, ou au moins à surveiller, l’éducation et l’instruction, réclame aussi cette liberté. C’est ainsi que convergent dans le même combat la droite catholique la plus intransigeante, qui réclame la liberté de l’enseignement pour elle-même, sans se soucier de savoir si elle l’accorderait à d’autres, ni s’inquiéter de son désaccord fondamental avec l’idéologie révolutionnaire et l’idée même de Liberté, et ceux qui, avec Lamennais, posent les principes de « l’Église libre dans un État libre » et de « la liberté dans le droit commun ». Ces libéraux catholiques demandent à l’État de proclamer et d’assurer la liberté de l’enseignement sans autres limites que celles de l’exercice de ses propres prérogatives : ordre, sécurité publique...

4Ce sont eux qui, par les voix de Lamennais ou Montalembert, affirment avec le plus de vigueur les droits de la conscience individuelle en matière d’éducation, mettant en avant les droits des catholiques au sein de l’État et non ceux de l’Église en tant qu’institution. Une fois la liberté obtenue, il appartiendra aux fidèles de la faire fructifier, au profit d’une Église libérée de toute sujétion envers l’État. Le vote de la loi de 1875 est l’ultime triomphe de cette doctrine libérale catholique. Mais ses prolongements seront durables car elle offre peu de prise à ses adversaires. Sauf à renoncer à l’idée même de la liberté, les anticléricaux ne pourront jamais refuser, non à l’Église mais aux catholiques, ce minimum auquel ils ont un droit légitime en tant que citoyens : le bénéfice du droit commun. C’est sans doute pour cela que la loi du 12 juillet 1875 n’a jamais été abrogée et l’enseignement supérieur privé, confessionnel ou non, jamais remis en cause dans son existence, même dans la période la plus anticléricale de la IIIe République. Cette loi, que les fondateurs de l’Université catholique de Lille ont anticipée par l’ouverture de cours libres dès 1874, permet la création de l’Université catholique de Lille, dont les statuts sont déposés dès 1875 et qui est inaugurée officiellement en janvier 1877, après obtention de l’institution canonique.

Pourquoi une Université catholique à Lille ?

  • 3 Ni l’enseignement primaire, ni les très nombreuses religieuses enseignantes n’entrent à l’époque d (...)
  • 4 En mars 1808 a été créée en théorie une faculté des sciences à Douai, mais elle n’ouvre jamais ses (...)
  • 5 La loi Falloux en 1850 stipule qu’il suffit d’avoir le baccalauréat ou un brevet officiel pour ouv (...)

5Nous ne reviendrons pas ici sur la création de la faculté libre de droit qui est la première à voir le jour ni sur celle de la faculté libre de médecine qui reste aujourd’hui unique en France. Elles ne répondent pas à notre problématique sauf à noter qu’il s’agit de former des juristes ou des professionnels de santé chrétiens à l’instar du projet de formation d’enseignants chrétiens qui sous-tend la création des facultés de lettres et de sciences. Ce n’est que peu à peu que s’impose ce double souci de la compétence technique et théologique du corps enseignant du secondaire3 (essentiellement des clercs à cette époque). La situation dans la seconde moitié du XIXe siècle n’est guère brillante dans la région4, ce qui ne semble cependant pas beaucoup préoccuper les pouvoirs publics, ni d’ailleurs le clergé des diocèses concernés, d’autant que, dans le cadre de la loi Falloux, l’exigence en termes de diplôme est minimale5. Cette loi favorise cependant le développement des collèges libres dans de nombreuses villes des départements du Nord et du Pas-de-Calais. On compte parmi les ecclésiastiques enseignants dans ces collèges quelques licenciés mais aussi de nombreux autodidactes de qualité, tel l’abbé Chrétien Dehaisnes (1815-1897), qui sera vice-recteur de l’Université catholique. Mais globalement le niveau reste médiocre. Les évêques d’Arras, Mgr Parisis (1851-1866) et Mgr Lequette (1866-1882) n’encouragent pas les études supérieures dans leur clergé et restent très hostiles à l’Université. Le cardinal Régnier, archevêque de Cambrai (1850-1881), est surtout soucieux du ministère paroissial et ne tient pas à ce que la multiplication des collèges ecclésiastiques ne le prive d’un trop grand nombre de prêtres. À l’instar de nombreux évêques de cette époque, il est peu porté lui-même vers les spéculations intellectuelles et cherche surtout à former des prêtres pieux et attachés à leurs devoirs de pasteurs. C’est à cette mission que se consacre le lazariste Sudre, directeur du séminaire de Cambrai, « foyer plus fameux pour son austérité que pour sa science » (Pierre Pierrard). L’enseignement théologique, dispensé dans quelques facultés de théologie catholique ou protestante, reste médiocre si l’on excepte la Sorbonne (la plus proche de Lille) où Mgr Maret, doyen depuis 1853, s’efforce de développer un enseignement de qualité. Ces facultés sont moribondes, boudées par des évêques qui privilégient pour leurs séminaristes l’enseignement – souvent médiocre également – donné dans les séminaires. Elles sont aussi condamnées aux yeux de Rome par l’obligation d’y enseigner les quatre articles de 1682 et considérées à tort ou à raison comme des foyers de gallicanisme. On craint, en outre, le rationalisme qui imprègne alors la culture universitaire.

  • 6 Pierre Pierrard, « À propos du centenaire de la loi du 12 juillet 1875... », art. cit..

« Face à Taine et à Littré, qui contribuent en France au succès d’une philosophie dégagée de toute préoccupation religieuse ; face au progrès des sciences naturelles, historiques, philologiques ; face à la critique biblique rationaliste, le clergé français, démuni de manuels modernes et formé dans des séminaires mal pourvus en enseignants de valeur, s’en tient alors à une « théologie oratoire », ignorante de l’esprit historique et critique, crispée sur des positions anathémisantes et plus préoccupée de questions doctrinales dépassées (jansénisme, quiétisme...) que de problèmes contemporains »6.

  • 7 En témoigne, par exemple, le faible nombre d’abonnés (33 pour le Nord-Pas-de-Calais, sur 1641 la p (...)
  • 8 Catherine Masson et Xavier Thery (dir.), Philibert Vrau, 1829-1905, actes du colloque des 4 et 5 m (...)

6Ce constat encourage ceux qui en France demandent la liberté de l’enseignement supérieur. Le Nord ne semble pas pourtant prédisposé à voir fleurir celui-ci. Aucun véritable mouvement en faveur des universités catholiques7, ni expériences à l’instar de celles qui, à Paris ou ailleurs en France, s’efforcent d’organiser un embryon d’enseignement supérieur catholique. Aucune institution semblable à celles qui, à Angers ou à Paris, constitueront le noyau des futures universités catholiques : Écoles des Hautes Études Saint-Aubin à Angers, École des Carmes (1845) et Cercle du Luxembourg (1868) à Paris, ou encore École de théologie fondée par le P. d’Alzon à Nîmes. Pourtant l’Université catholique va bientôt y trouver ses plus ardents promoteurs en particulier au sein des comités catholiques du Nord-Pas-de-Calais, dont la première assemblée se tient à Lille, en octobre 1873, dans une ville en pleine transformation économique et sociale et où se développe également tout un mouvement catholique à la tête duquel on retrouve souvent, parmi d’autres, l’industriel Philibert Vrau8. La question de l’enseignement supérieur libre est au cœur des débats de cette première assemblée, faisant écho aux préoccupations de clercs qui eux aussi rêvent de renouveau.

  • 9 Lui-même a fait partie des premiers élèves envoyés par Mgr Giraud au séminaire français de Rome et (...)
  • 10 Revue des Sciences ecclésiastiques, 1860 et 1861.
  • 11 Il correspond avec célèbre juriste catholique allemand, François-Joseph von Buss (1803-1878), prof (...)

7Parmi eux l’abbé Édouard Hautcœur, fondateur, en 1860, avec son ami l’abbé Bouix, de la Revue des Sciences ecclésiastiques, qui est particulièrement soucieux de la formation scientifique du clergé et mène depuis plusieurs années un combat en ce sens9. Il a publié en 1860 et 1861 deux articles qui constituent une sorte de cri d’alarme : « Qu’arrivera-t-il si le clergé se tient en dehors de tout le mouvement scientifique de l’époque ? [...]. Le terrain appartiendra entièrement aux adversaires de la vérité religieuse10 », répond-il. Comme les facultés de théologie ne peuvent répondre à cet espoir et que la législation française ne permet pas d’ériger des universités catholiques, il préconise la création de plusieurs centres d’instruction théologique sur le territoire français où serait donné un enseignement de qualité pour des sujets envoyés par leur évêque : deux années de philosophie et quatre ou cinq ans de théologie, enseignement magistral qui serait complété par un travail personnel et de recherche. On ne peut espérer l’octroi par l’État de grades académiques pour ces établissements, mais si Rome donne l’institution canonique, ils peuvent aussi être le lieu d’une véritable impulsion pour les sciences théologiques. Par ailleurs l’abbé Hautcœur, comme d’autres érudits, admire les universités allemandes, leur enseignement et leurs recherches. Il leur a consacré plusieurs articles de la Revue des Sciences ecclésiastiques en 1861-1862, comparant la théologie allemande et la théologie française, invitant à un échange de communications, d’idées qui permettent à la théologie française de « s’engager résolument dans la voie du progrès »11.

Les premières réalisations pour l’enseignement supérieur catholique à Lille

  • 12 L’Université de Louvain, stimulée par la création du Royaume de Belgique (1831), trouve alors une (...)

8Dès qu’il apparaît certain que la loi sur la liberté de l’enseignement supérieur va être votée, les choses s’accélèrent à Lille. Des commissions de travail se constituent. Outre les universités allemandes, on s’intéresse particulièrement au modèle belge, la jeune Université de Louvain, née en 1834, étant la première université libre de l’histoire contemporaine, dans la mesure où les universités allemandes, le Collège romain où les facultés de théologie françaises, sont alors des organismes officiels. Elle exerce dès sa création une véritable fascination sur les facultés catholiques françaises, tant par son organisation que par la qualité de son enseignement scientifique et théologique12.

Les prémisses de l’Université

9Le chanoine Hautcœur rédige un rapport qui présente l’architecture complète du projet, en décembre 1873 et que Pierre Pierrard synthétise ainsi :

  • 13 P. Pierrard, op. cit. p. 15-16 : synthèse du rapport du chanoine Hautcœur le 15 décembre 1873.

« Au sommet, la théologie, « reine des sciences ». La faculté de droit et la faculté de médecine occuperont la seconde et troisième place [...]. Derrière ces trois « reines » s’avanceront les deux facultés de lettres et sciences, héritières des antiques facultés des arts et qu’on pourra regrouper en une faculté de philosophie. Ainsi se constituera dans le Nord « une école de hautes études où toutes les branches du savoir humain seront largement représentées. Cette école sera beaucoup plus qu’un « asile offert à notre jeunesse pour la soustraire à de funestes influences » ; elle sera « un foyer qui rayonnera sur tout le pays et dont les vives lumières dissiperont les ténèbres amassées comme à plaisir sur toutes les questions par la science incrédule »13.

  • 14 Une opportunité se présente lorsque les Dames du Sacré-Cœur manifestent, en février 1874, leur int (...)

10Vaste programme qui connaît très vite un début de réalisation. Non sans hésitation, c’est la ville de Lille qui est retenue après que la candidature d’Arras ait été écartée et que l’on ait renoncé aux avantages que pourrait présenter une installation au moins partielle (théologie, lettres et droit) à Douai, dont les partisans évoquent le passé prestigieux, l’activité judiciaire, le calme propice à la méditation. Mais Lille, capitale régionale, au cœur d’une agglomération importante (600 000 habitants) se doit d’abriter les facultés de sciences et de médecine et offre davantage de moyens humains et financiers. Il semble préférable de « frapper un grand coup » en regroupant toutes les installations en un même lieu. Il faut agir vite, car l’on pressent bien que les jours de l’Assemblée nationale sont comptés. Les premiers cours sont donnés en novembre 1874 (droit), rue Royale, dans les locaux du futur évêché qui viennent d’être acquis par les Dames du Sacré-Cœur14. Une société civile à capital variable est créée en août 1875, comme support juridique de la future Université. Il est décidé d’ouvrir une faculté de droit complète et quelques cours de lettres et sciences, embryons des futures facultés.

  • 15 Le 28 octobre 1875 une déclaration de fondation accompagnée des premiers statuts de l’ICL est envo (...)

11On s’inquiète également très tôt de la question de l’accueil des étudiants. Il a été décidé en 1874 que l’Université ne prendra en charge que le séminaire académique, la création d’autres internats restant à l’initiative privée. Mais pour Philibert Vrau, il s’agit d’une demi-mesure dont il ne peut s’accommoder. Pour lui les laïcs, plus que les clercs, ont besoin de protection. Aussi est-ce grâce à lui que, quelques années plus tard, l’Université catholique disposera de trois Maisons de famille. La Maison Albert le Grand, construite dès 1877, est le premier bâtiment de l’Université installée dans le quartier Vauban. Parallèlement se poursuit la construction juridique de la nouvelle université en même temps que s’accélère la recherche de financements15. On voit grand à l’époque, en termes de bâtiments, laboratoires, bibliothèques, mais aussi d’encadrement des étudiants et bien sûr d’enseignants.

  • 16 Dès lors le mot Université catholique disparaît-il au profit de Facultés catholiques, même si dans (...)

12Dès août 1875, on recherche les cadres de la nouvelle Université. Il s’agit de trouver des personnalités chrétiennes qualifiées, possédant les titres universitaires nécessaires : il faut autant de docteurs que la faculté officielle qui en compte le moins. Philibert Vrau, Camille Feron-Vrau, le chanoine Dehaisne s’y employent, sillonnant la France. La tâche est difficile. Le Nord est réputé froid et brumeux. Si certains sont tentés par l’aventure d’autres, surtout s’ils ont charge de famille, hésitent à quitter un poste sûr, une carrière, des attaches. On réussit à convaincre quelques personnalités. Édouard Villié, par exemple, qui appartient au corps des Mines. Mis en congé en 1876, il est obligé de choisir entre l’un ou l’autre. Il opte pour sa chaire à la faculté libre et donne sa démission au ministre. Il y a aussi des échecs. Le contexte est d’autant moins porteur qu’en 1880 sont supprimés les jurys mixtes et sont perdus la collation des grades et le droit de porter le titre d’Université16 : débuts d’un long combat difficile à vivre pour les enseignants. Il faut rappeler que les premiers professeurs recrutés pour l’Université catholique ont été formés par l’Université de France et l’ont également souvent servie. Ils n’ont a priori aucune animosité particulière à son endroit mais ils espèrent trouver dans la liberté et la religion le moyen de faire autrement et mieux qu’elle, tout en maintenant avec leurs collègues des liens fructueux sur le plan scientifique, et non être traités en parias. Peut-être le développement d’autres Universités libres face aux universités catholiques, à l’instar de ce qui se passe en Belgique ou aux États-Unis, aurait-il permis aux Universités catholiques d’être mieux respectées ? Mais en 1875 seuls les catholiques s’attachent en France à développer l’enseignement supérieur libre dans sa forme universitaire. La montée de l’anticléricalisme va cependant contrecarrer l’essor quelles sont censées prendre sous un régime de liberté.

L’ouverture à Lille des facultés libres de lettres et sciences

  • 17 Archives centrales de l’Université catholique de Lille, Le Journal des Sciences médicales de Lille (...)

13Le titre d’Université est lié à l’existence de trois facultés. Les résultats des élections législatives de 1876 faisant craindre le pire, les promoteurs de l’Université et l’épiscopat décident de mettre le plus rapidement possible en place les facultés des lettres et des sciences. Le Journal des Sciences médicales de Lille17 publie, en 1898, le texte d’une lettre de Mgr Baunard, recteur des facultés catholiques de Lille, aux évêques et au clergé de France, appliqué à la nécessité de former des médecins chrétiens, mais qui est écrit dans une perspective beaucoup plus large et à laquelle on pourrait donner le titre de « science et foi ». Il y plaide pour une formation scientifique (sciences physiques et naturelles) sérieuse du clergé, considérant qu’il y a péril pour l’Église à dissocier croyance et science :

« L’Église et le clergé d’une part, l’École et le pouvoir d’autre part [...]. Les sciences historiques, je le sais, ont été, elles aussi, enrôlées contre nous. Mais, à dire vrai, c’est avant tout, sur les sciences de la nature, physique, chimie, géologie et paléontologie, astronomie, physiologie, biologie, anthropologie, que l’antichristianisme compte pour assurer sa victoire [...]. Maîtresse de l’École, maîtresse du Pouvoir, la Science séparée aura bientôt fait de mettre la main sur le peuple ».

  • 18 Il a été lui-même supérieur du collège secondaire Saint-Joseph à Lille après le départ forcé des j (...)

14Il conclut en insistant sur le fait que le peuple lui-même a besoin d’un prêtre instruit dans le domaine de toutes les sciences. Ce n’est ni facultatif, ni surérogatoire mais lié à l’enseignement religieux et doctrinal lui-même. Cet enseignement doit se donner dans les petits et grands séminaires par des gens spécialisés et bien formés. Pour se faire, les Universités catholiques ont un rôle indispensable à jouer. Il s’agit donc bien, pour les fondateurs de l’Université catholique de Lille, de former des clercs, mais il nous faut rappeler que non seulement ceux-ci enseignent dans les séminaires mais qu’ils constituent également à l’époque l’essentiel du corps professoral des collèges catholiques. Si Mgr Baunard estime en 189818 que cet enseignement est insuffisant, il fait écho aux préoccupations de ceux qui 22 ans plus tôt ont présidé à la création des facultés de lettres, sciences et du séminaire académique et l’on peut sans doute considérer que leurs efforts ont déjà porté des fruits même si cela reste encore insuffisant.

  • 19 Ingénieur de formation, il accepte de repartir de rien et de passer sa licence puis son doctorat p (...)

15Pour trouver les enseignants avec les compétences et les diplômes reconnus en lettres et sciences, on compte sur des professeurs de Nancy : Amédée de Margerie, professeur de philosophie et Jules Chautard, professeur de physique. Chautard étant l’ami de Margerie, le recrutement de l’un doit faciliter celui de l’autre. Pour l’un comme pour l’autre, le dévouement catholique contribue à la décision finale. Servir la cause de Dieu et de la religion passe par-dessus les considérations personnelles. Les tractations sont cependant assez longues. Margerie a 10 enfants, Chautard est malade et l’on doit lui promettre un suppléant pour sa chaire de physique. Chautard réclame en outre des collaborateurs dont la notoriété n’est plus à faire et pose des conditions quant au recrutement du corps professoral de la faculté des sciences dont la mise en disponibilité n’est pas acquise sans démarches nouvelles, ni sans garanties, comme celle d’une retraite confortable. Les fondateurs de l’Université catholique négocient pied à pied pour obtenir son acquiescement et celui de deux polytechniciens Villié, et Salvert. Jules Chautard obtient le suppléant promis, en la personne d’Aimé Witz, jeune ingénieur très actif qui s’employe à l’installation d’un laboratoire de physique19. L’abbé Nicolas Boulay, botaniste et géologue, est chargé de la section des sciences naturelles.

16Amédée de Margerie, doyen de la faculté des lettres de 1877 à 1900, a encore plus de difficultés à trouver parmi les clercs ou les laïcs, les quatre docteurs compétents et orthodoxes dont il a besoin. On note parmi eux le jeune abbé Louis Baunard, très attaché à sa ville et à sa famille à Orléans et qui hésite longuement avant d’accepter la chaire d’éloquence sacrée. La difficulté vient surtout de ce qu’à la différence du droit ou de la médecine pour lesquels on peut trouver des enseignants chez les magistrats, avocats ou médecins, en marge du corps enseignant des facultés officielles, il y a très peu de docteurs ès lettres ou ès sciences en dehors de l’Université, y compris au sein du clergé. C’est donc en son sein qu’il faut aller les chercher. Les personnes sollicitées s’interrogent sur la pertinence d’un enseignement franchement catholique : ne sert-on pas mieux la science chrétienne en contribuant à défendre la vérité là elle est attaquée, se demande Margerie lui-même. D’autre part, quelle garantie y a-t-il pour l’avenir, si les Universités catholiques viennent à être supprimées ? C’est toute une carrière souvent déjà bien assurée qui est remise en cause, et ceux qui ont charge de famille hésitent à se lancer vers ces terres inconnues.

  • 20 Pour les bâtiments neufs du collège Saint-Joseph, rue Solferino.

17Il faut aussi des locaux et, si pour une faculté des lettres quelques salles et rayons de bibliothèque suffisent, pour une faculté des sciences, des laboratoires, des collections et instruments divers sont nécessaires, ce qui ajoute encore à la difficulté de recruter des enseignants. Installée dans un premier temps rue Royale où elle partage les locaux avec les facultés de droit et lettres, puis dans une installation provisoire rue de la Barre que les jésuites viennent de quitter20, la faculté des sciences se sent vite à l’étroit. Considérant d’autre part qu’il y a grand avantage pour elle-même et la faculté de médecine à partager certains laboratoires et collections et même certains enseignements, la question des locaux de la faculté des sciences suit les péripéties de la fondation de la faculté de médecine dont le projet, proposé par Camille Feron-Vrau, rencontre d’importantes difficultés liées au problème spécifique de l’hôpital nécessaire aux études.

18La faculté des lettres peut être ouverte officiellement le 25 novembre 1876, la faculté des sciences le 22 décembre. À l’époque le rôle des facultés de lettres est surtout d’offrir dans les villes où elles sont implantées des cours publics pour un auditoire le plus large possible. C’est ainsi que le conçoit Margerie. Ces cours commencent dès le lendemain de l’inauguration. Mais, outre ce public, Hautcœur entend inscrire aussi des vrais étudiants afin de préparer le recrutement des enseignants des collèges. Ceux-ci sont très peu nombreux à l’ouverture – quelques clercs des diocèses de Cambrai et Arras – mais on a confiance en l’avenir. Dans leur grande majorité, les étudiants sont alors et resteront longtemps des clercs, ce qui s’explique par les intentions des fondateurs : relever le niveau de l’enseignement dans les collèges catholiques où ils constituent l’essentiel du corps enseignant. Dans cette perspective, la faculté de théologie et le séminaire académique sont indispensables, car il s’agit également de relever le niveau de leur formation théologique et d’accompagner leur formation sacerdotale sans qu’ils doivent passer par les séminaires diocésains.

La faculté de théologie et le séminaire académique

  • 21 C’est ainsi qu’après le P. Cochard qui en 1874-1875 donne un cours de droit naturel et un cours ap (...)

19Ce n’est pas le moindre des paradoxes que la naissance, elle aussi difficile, de la faculté de théologie, qui n’ouvre ses portes qu’en novembre 1877. Dès avant la création de l’Université catholique, l’abbé Hautcœur, très préoccupé par la question de la réforme des études théologiques, avait prôné la création de plusieurs hautes écoles en France où chaque diocèse pourrait envoyer ses meilleurs sujets. D’autre part, lorsque sont lancés les cours libres de droit, il demande que l’on recrute deux théologiens en vue d’un cours de religion et d’un cours de philosophie destinés à tous les étudiants21. Une autre condition paraît indispensable au chanoine Hautcœur, à savoir que les étudiants aient une vie collégiale analogue à celle des séminaires. C’est pourquoi un séminaire est ouvert dès 1875 au cœur de l’université naissante (rue Royale). Il souhaite recruter d’emblée les étudiants sans qu’ils passent par le séminaire diocésain ce qu’il considère comme une source d’ennuis et de perte de temps compte tenu du niveau moyen des études qui doivent y être accessibles à tous. Ce projet, comme celui de la création d’une faculté de théologie, se heurte particulièrement à l’hostilité du supérieur du grand séminaire de Cambrai, le lazariste Sudre, et de quelques ecclésiastiques qu’inquiète la naissance d’un haut enseignement théologique indépendant des séminaires et risquant de les priver de leur élite et de leur autorité. Le séminaire académique qui accueille la première année 11 étudiants, est longtemps considéré comme « l’École Normale Supérieure Ecclésiastique de toute la Province » dira son supérieur M. Desmet (1931-1947), rappelant que ce qui attend les étudiants à la sortie, c’est le ministère sacerdotal dans un collège.

20Concernant la faculté de théologie, le chanoine Hautcœur en appelle directement à Rome qui envoie des modèles des statuts, ceux des collèges théologiques romains et italiens. C’est bien l’expression d’un soutien et cela permet la rédaction des statuts de la future faculté de théologie, approuvés pour 5 ans par Rome, dès le 11 novembre 1876. Pie IX tient à l’ouverture d’une faculté de théologie, condition indispensable de l’institution canonique. Mais en fait, celle-ci n’existe au début que sur le papier, si l’on excepte les deux chaires de philosophie et la chaire de droit canonique, ainsi que la chaire d’éloquence sacrée (abbé Baunard), momentanément rattachée à la faculté des lettres. En effet, il faut aussi trouver des enseignants compétents, même si les jésuites et les dominicains font rapidement savoir qu’ils sont intéressés. Mais Sudre se méfie des religieux ; quant aux séculiers où les trouver, sachant que l’on ne peut puiser dans les facultés d’État réputés gallicanes et d’ailleurs non canoniques et qu’il y a par ailleurs très peu de docteurs de qualité dans le clergé ? Après plusieurs contacts infructueux, l’abbé Jules Didiot, du diocèse de Verdun, qui a fait de brillantes études à Rome, ami de l’abbé Hautcœur, accepte de venir à Lille. Il y est rejoint par un autre ancien du collège romain, venu de Bruges, l’abbé Bouquillon (morale), les abbés Florence (exégèse biblique) et Fuzet (histoire ecclésiastique). Avec l’abbé Baunard, l’abbé Pillet (droit canonique) et le P. Delorme (philosophie préparatoire à l’étude de la théologie), on atteint le nombre de sept docteurs en théologie. On peut, dès lors, constituer une faculté de théologie et proposer le décanat à Jules Didiot. Mais se pose encore la délicate question de la forme légale sous laquelle constituer cette faculté. Les facultés de théologie ne sont en effet pas comprises dans les règles établies par la loi de 1875 et n’entrent pas dans les trois facultés exigées pour constituer une Université. Ne risque-t-on pas, érigeant une faculté de théologie, de se voir imposer pour celle-ci les mêmes règles que pour les autres facultés dans les questions liées aux jurys mixtes et aux proportions de docteurs ? Aussi le titre de collège théologique est-il préféré qui permet de se mettre à couvert du point de vue canonique, sans prendre le risque de tomber sous la coupe de l’État gallican. C’est sous ce nom que la nouvelle faculté canonique est inaugurée le 13 novembre 1877. Entre-temps, le 4 janvier 1877 l’Institut catholique a fait officiellement place à l’Université catholique de Lille. Ses statuts sont approuvés par la Sacrée Congrégation des Études en décembre 1876, Mgr Monnier nommé chancelier, le chanoine Hautcœur confirmé dans sa charge de recteur. L’inauguration solennelle a lieu le 18 janvier 1877.

Des débuts difficiles pour les facultés catholiques de Lille

21Les catholiques de Lille profitent de la « fenêtre » ouverte par le vote de la loi de 1875 et la naissance de l’Université catholique, aujourd’hui un vaste ensemble de facultés et d’écoles, qui regroupe quelque 20 000 étudiants, est très rapide. Pourtant ses débuts seront ensuite très modestes. En 1880, malgré l’orage, l’Université naissante s’adapte, non sans difficultés, aux conditions nouvelles. Les nouvelles dispositions légales et autres manifestations d’anticléricalisme créent à Lille comme dans les autres universités catholiques une crise de confiance. Elles n’ont plus ni le choix des programmes, ni la possibilité de décerner des diplômes. Sans doute la perte des jurys mixtes n’est-elle pas totalement vécue comme une catastrophe par les étudiants qui préfèrent souvent les jurys d’État plutôt moins sévères. Mais parallèlement les ressources financières diminuent du fait, entre autres, des lois sur la laïcité de l’enseignement qui font peser sur les catholiques la charge des écoles libres qu’ils se font alors un devoir d’ouvrir. Ceci oblige à sacrifier des chaires de moindre rendement ou empêche d’accorder aux enseignants les augmentations promises, tandis que les facultés libres sont obligées de demander une rétribution plus forte aux étudiants, ce qui a immédiatement des conséquences sur la sociologie du recrutement.

Les effectifs étudiants

  • 22 Et également 44 étudiants au collège théologique, 90 en faculté de droit, 75 en faculté de médecin (...)
  • 23 L’année 1881-82 ne compte que 207 étudiants, la courbe reprend son ascension dès l’année suivante (...)

22Les effectifs restent longtemps modestes. Pour l’année 1879-1880, 12 étudiants sont inscrits en faculté des lettres, 16 en faculté des sciences22. Pour la première fois, au lendemain de la loi de 1880, le nombre, encore faible mais en progression constante des étudiants, cesse de croître, même si les effectifs remontent les années suivantes23. L’effectif se stabilise à partir du milieu des années 1890 et jusqu’à la Première Guerre mondiale, autour de 600 étudiants. En 1901 la faculté des lettres compte 13 professeurs (la plupart ayant un doctorat) et 49 étudiants (en moyenne 40 à 50 étudiants jusque 1914), toujours en majorité des ecclésiastiques avec pour conséquence de lier étroitement la faculté de lettres comme celle des sciences au séminaire académique.

23Ceci explique l’allure des facultés en 1914 où une grande importance est donnée à toutes les décisions diocésaines relatives aux études des clercs. Les évêques sont de plus en plus attentifs à l’Université catholique. Ainsi le nouvel archevêque de Cambrai, Mgr Thibaudier (1889-1892), soucieux du relèvement intellectuel du clergé, ayant appris que le nombre des étudiants des facultés des lettres et des sciences est alors assez faible et que la faculté de théologie voit se tarir son recrutement - les rares séminaristes qui ont pu acquérir des grades en lettres ou sciences ayant été contraints de retourner à Cambrai pour leurs études de théologie et pour y recevoir les ordres – ordonne, malgré l’opposition de l’abbé Sudre, que l’on prépare à la licence ès lettres ou ès sciences la plupart des séminaristes qui en sont capables et que, une fois ces grades obtenus, les séminaristes poursuivent leur formation en faculté de théologie. Il veut ainsi donner aux nombreux collèges du diocèse un personnel pourvu des grades universitaires. Ceci contribue évidemment à la prospérité du séminaire académique. Lorsque Mgr Sonnois lui succède en 1892, l’impulsion a été donnée qui ne se démentira pas. Les évêques d’Arras, Mgr Dennel (1884-1891) puis Mgr Williez (1892-1911), manifestent l’un et l’autre les mêmes dispositions envers l’Université, ce qui contribue à la formation de nombreux licenciés pour leurs collèges. Mais lorsqu’en 1892 sont constatés de nombreux échecs aux examens de la faculté des sciences, l’évêque d’Arras l’année suivante préfèrera envoyer ses étudiants à l’Institut catholique de Paris où l’on réussit davantage et plus rapidement (2 ans au lieu de 3). L’importance attachée à l’enseignement secondaire est attestée par diverses initiatives, comme, par exemple, celle de l’Association des anciens étudiants qui, sur une idée d’un professeur d’astronomie à la faculté des sciences, organise à partir de 1892, des concours annuels entre les élèves des collèges catholiques du Nord et du Pas-de-Calais sur les différentes disciplines enseignées, œuvre d’émulation en même temps que contact utile entre l’Université et l’enseignement secondaire. En complément à la demande de Mgr Sonnois, est organisée dans le diocèse de Cambrai une véritable inspection académique des divers enseignements du secondaire, confiée aux professeurs de l’Université.

  • 24 Une seule en 1919 (une religieuse) ; elles seront 37 en 1928-29, plus de 100 en 1933-34, soit alor (...)

24Tout ceci ne concerne alors que les garçons, tant au niveau du secondaire que de la formation universitaire. En 1897 Mgr Baunard est sollicité par des parents pour que les jeunes filles ayant terminé leurs études secondaires puissent, elles aussi, bénéficier d’un enseignement supérieur. Le conseil d’administration confie la tâche à l’abbé Salembier qui recrute des maîtres, élabore un programme et ouvre des cours dans le pensionnat des Dames de la Sainte Union. Mais cela reste marginal et il n’est pas, pendant longtemps, question d’admettre des filles dans les facultés elles-mêmes. On commence à en débattre à partir de 1907, au conseil de la faculté des lettres, dans la perspective de préparer les cadres de l’enseignement dans les pensionnats et de se prémunir contre les mesures législatives toujours à craindre. Mais la discussion reste alors sans suite jusqu’au lendemain de la Première Guerre mondiale. Les premières filles seront admises en 1919 dans des conditions draconiennes24, la première femme n’entrant dans le corps professoral de la faculté des lettres qu’en 1948.

L’enseignement dans les facultés libres

  • 25 Émile Lesne, « Les cinquante premières années de l’Université catholique de Lille » rapport lu le (...)

25Le contenu des cours donnés dans les facultés libres de lettres et sciences, compte tenu de la nécessité de passer les examens devant un jury d’État, doit s’aligner sur celui des facultés officielles. La diversité des origines des étudiants ajoute encore à la complexité de leur organisation, les programmes n’étant pas les mêmes partout. Des exigences renforcent, en outre, le caractère propre, non seulement quant à la formation religieuse des étudiants, mais aussi quant à leur formation générale. En faculté des lettres, tous les étudiants sont astreints à suivre quatre cours généraux sur les littératures classiques (française, grecque et latine) et étrangères. Ces « cours », à distinguer des « conférences » destinées à préparer les auteurs du programme, ont pour objectif de garantir une bonne culture générale. Ils occasionnent aussi une certaine surcharge que quelques étudiants cherchent à éviter. Deux fois par an, jusqu’en 1921, un examen intérieur auquel aucun diplôme n’est attaché porte la marque des mêmes préoccupations : il est l’expression d’une pédagogie en même temps que d’une personnalité propre. Pour assurer cet enseignement, une fois atteint le nombre de docteurs exigé par la loi, les facultés recrutent aussi des enseignants moins qualifiés ou n’ayant pas encore achevé leur cursus : les engagements pris vis-à-vis des premiers enseignants grèvent en effet lourdement le budget et il faut faire quelques coupes sombres, même si l’on continue à veiller à la qualité et si on n’hésite pas à se séparer de tel ou tel qui ne répond pas à ce que l’on en attendait. Parmi les exigences de recrutement des enseignants, Mgr Lesne souligne qu’il faut qu’un professeur de faculté « puisse à la fois faire un cours convenable sur toute l’étendue de la science et honorer par des découvertes l’établissement auquel il [appartient] »25. Le travail de recherche est d’autant plus nécessaire qu’il faut assurer la crédibilité de la jeune institution.

26Sans doute les facultés de lettres et sciences connaissent-elles un rayonnement moindre que les facultés de droit ou de médecine du fait de leur recrutement. Toutefois leur corps professoral compte, dès cette époque, quelques personnalités marquantes, tandis qu’émergent déjà parmi leurs anciens étudiants ceux qui feront la renommée de l’institution dans les décennies suivantes. La collection « Mémoires et travaux des professeurs des facultés catholiques de Lille », fondée en 1905, atteste de la qualité de ces professeurs en particulier de la faculté des lettres, dont le rayonnement dépasse également les cercles de la faculté : Amédée de Margerie, inamovible doyen jusqu’en 1900, homme d’une grande culture philosophique et littéraire qui dirige la faculté avec distinction, souplesse et facilité d’esprit, l’historien Victor Canet, Auguste Charaux, professeur d’histoire de la littérature française et critique littéraire, ou encore l’historien Émile Lesne dès 1910. En faculté des sciences aussi les premiers professeurs ont des carrières brillantes et continuent à s’illustrer par leurs travaux. Elle rayonne alors des travaux d’Aimé Witz, qui a secondé Jules Chautard dans la chaire de sciences physiques, et à qui les recherches en thermodynamique, les publications sur les moteurs à gaz ou les machines à vapeur, ont valu plusieurs prix. En 1907 il est membre correspondant de l’Académie des sciences. On peut également citer Édouard Villié ou l’abbé Nicolas Boulay, qui jette à Lille les fondements d’un centre d’études de paléobotanique. Grâce à lui ou à Émilien Bourgeat, se constituent des collections uniques en sciences naturelles. L’un des soucis dans cette université très ultramontaine est bien évidemment de répandre l’enseignement souhaité par la papauté. Dès 1874 est recruté un philosophe thomiste le P. Delorme, soit quelques années avant même que Léon XIII n’encourage le retour à Thomas d’Acquin (Aeterni Patris, 1879). On cherche des enseignants capables de le commenter et de l’enseigner, comme l’abbé Jules Didiot qui est le premier doyen de la faculté de théologie. Le 12 avril 1895, le pape Léon XIII encourage la faculté de théologie dans cette voie en lui envoyant une somme de 100 000,00 francs pour fonder une chaire où serait enseigné le thomisme. Très tôt aussi est enseignée la doctrine sociale de l’Église. La faculté de droit joue un rôle particulier dans sa diffusion y compris dans les autres facultés aux lendemains de l’encyclique de Léon XIII, Rerum novarum (1891) qui y est longuement lue et commentée.

27Nous n’avons évoqué que les premiers temps de l’Université catholique de Lille. Le projet des fondateurs est ambitieux et sans doute les résultats ne sont-ils pas d’emblée à la hauteur des espérances. Les facultés libres de droit et de médecine, qui tout de suite recrutent davantage d’étudiants que les facultés de lettres et sciences, ont dès l’origine et pendant longtemps, une place plus importante, dans les faits comme peut-être aussi dans les préoccupations des fondateurs. La création d’une Université catholique, a pour ambition d’embrasser tous les domaines du savoir et de donner à tous ceux qui en ont les capacités une solide formation scientifique, répondant aux exigences de leur profession, en même temps qu’une solide formation religieuse et spirituelle. Les hommes d’affaires, industriels, médecins ou juristes catholiques qui y président se soucient de former des magistrats, des médecins, des industriels ou des ingénieurs chrétiens. La préoccupation de la formation des enseignants est alors liée à celle de la formation du clergé qui constitue pour l’essentiel le corps enseignant des collèges secondaires catholiques et l’histoire des débuts des facultés de lettres et sciences porte cette marque. Elle est surtout portée par quelques ecclésiastiques. Il faut l’opiniâtreté de Mgr Hautcœur, en particulier, encouragé par les premiers professeurs et soutenu par quelques évêques pour que celle-ci soit amorcée. Elle est en outre vécue dans un contexte conflictuel, qui donne plus de force encore à la volonté d’assurer aux professeurs une formation scientifique à la hauteur des progrès que connaissent alors tous les domaines du savoir, mais qui rend aussi plus difficile sa mise en œuvre. Pour évaluer les résultats à long terme, il nous faudrait poursuivre cette étude et distinguer selon les périodes, avec plusieurs questions à approfondir : les conséquences de la décléricalisation du corps enseignant ; l’ouverture aux filles ; le nombre d’enseignants du secondaire, puis plus récemment du primaire qui ont fait leurs études disciplinaires dans les facultés catholiques ; l’évolution des contenus des enseignements et des formations quant aux rapports entre leur dimension scientifique, pédagogique et religieuse...

Notes

1 Pierre Pierrard, « À propos du centenaire de la loi du 12 juillet 1875 : Les origines de l’Enseignement supérieur catholique à Lille », Ensemble, no 1, 1975, p. 3-34. Voir aussi Émile Lesne, Histoire de la fondation de l’Université catholique de Lille (1874-1877), Lille, 1927, 155 p.

2 Sous la Restauration, un clerc, Mgr Frayssinous fut Grand Maître de l’Université.

3 Ni l’enseignement primaire, ni les très nombreuses religieuses enseignantes n’entrent à l’époque dans ce projet.

4 En mars 1808 a été créée en théorie une faculté des sciences à Douai, mais elle n’ouvre jamais ses portes. La faculté des lettres, annexée au lycée de Douai (l’unique lycée pour les départements du Nord et du Pas-de-Calais) qui n’a qu’un seul professeur en exercice en 1814 est supprimée l’année suivante. Ce n’est qu’en 1865 que la ville, obtient une faculté de droit. En 1854, elle est dotée d’une faculté des lettres, tandis que Lille l’est d’une faculté des sciences, annexée au lycée, pour pallier les carences de jurys d’examen. Grande misère donc d’un enseignement supérieur, que traduisent les doléances des doyens et les rapports des recteurs. Pourtant les cours publics créés par la ville de Lille ont déjà attiré l’attention du public sur des travaux de qualité. Ces travaux furent poursuivis dans le cadre des nouvelles facultés où s’illustreront par exemple Louis Pasteur et Jean-Pierre Girardin, premiers doyens de la faculté des sciences. Ces facultés souffrent d’une pénurie d’étudiants : une seule licence octroyée par la faculté des sciences, douze pour celle de lettres pour toute l’académie de Douai (cinq départements : Nord, Pas-de-Calais, Somme, Aisne, Ardennes) en 1866 et d’un manque de moyens.

5 La loi Falloux en 1850 stipule qu’il suffit d’avoir le baccalauréat ou un brevet officiel pour ouvrir une école secondaire et n’exige aucun titre des professeurs. Ceci contribue à une certaine indifférence des clercs, en particulier, à l’endroit des diplômes universitaires.

6 Pierre Pierrard, « À propos du centenaire de la loi du 12 juillet 1875... », art. cit..

7 En témoigne, par exemple, le faible nombre d’abonnés (33 pour le Nord-Pas-de-Calais, sur 1641 la première année) à la revue lancée par l’abbé Gerbet en 1835, L’Université catholique, véritable université par correspondance.

8 Catherine Masson et Xavier Thery (dir.), Philibert Vrau, 1829-1905, actes du colloque des 4 et 5 mars 2005, Université catholique de Lille, Faculté libre de Lettres et Sciences humaines, Lille.

9 Lui-même a fait partie des premiers élèves envoyés par Mgr Giraud au séminaire français de Rome et est docteur en théologie. De retour dans son diocèse il enseigne au grand séminaire, tout en étant aumônier des Bernardines de Flines.

10 Revue des Sciences ecclésiastiques, 1860 et 1861.

11 Il correspond avec célèbre juriste catholique allemand, François-Joseph von Buss (1803-1878), professeur à l’université de Fribourg qui prône « pour l’avantage du clergé mais aussi des fidèles [...] des cours publics de théologie et de philosophie où tous iraient puiser comme à une source abondante ».

12 L’Université de Louvain, stimulée par la création du Royaume de Belgique (1831), trouve alors une nouvelle jeunesse. L’union des catholiques et des libéraux y a contribué et dès 1834, les évêques de ce jeune royaume jettent les bases d’une université catholique qui s’installe à Louvain l’année suivante. Sa revue Les Mélanges théologiques fondée en 1847 et devenue en 1869 La Nouvelle Revue théologique dépasse de beaucoup le poids scientifique de la Revue des sciences ecclésiastiques, même lorsque celle-ci est prise en charge par l’Université catholique de Lille en 1878.

13 P. Pierrard, op. cit. p. 15-16 : synthèse du rapport du chanoine Hautcœur le 15 décembre 1873.

14 Une opportunité se présente lorsque les Dames du Sacré-Cœur manifestent, en février 1874, leur intention d’acquérir l’ancien hôtel de la préfecture pour agrandir leur institution mitoyenne. Philibert Vrau estimant que cet hôtel (hôtel de Wambrechies, futur évêché) convient tout à fait pour abriter les débuts de l’Université, signe un accord avec elles selon lequel elles acquièrent l’immeuble et le louent pour 5 ans, lui-même prenant à sa charge les intérêts du prix d’achat, soit la somme de 32 250 F/an à titre de loyers. La somme est déjà considérable et l’on sait, d’après le témoignage de sa sœur, qu’il doit ajouter 100 000,00 F de sa poche, les enchères montant davantage que prévu : première manifestation d’une générosité discrète et continue, sans laquelle la Catho n’aurait sans doute pas pris l’essor qu’elle a connu alors.

15 Le 28 octobre 1875 une déclaration de fondation accompagnée des premiers statuts de l’ICL est envoyée au recteur d’académie : simple formalité légale, le texte ayant été ensuite retravaillé afin d’obtenir l’approbation de la Sacrée Congrégation des Études (11 novembre 1876) et ratifié le 16 décembre 1876 par lettres apostoliques. L’Université catholique de Lille est donc reconnue canoniquement et peut être inaugurée solennellement le 18 janvier 1877. En effet libre selon la loi, la nouvelle Université se veut surtout catholique et doit répondre aux exigences romaines non moins importantes que celles de l’État. Le 18 novembre 1875 est constituée la société anonyme de l’Université catholique de Lille. Celle-ci peut recevoir des dons et legs, mobiliers ou immobiliers, en vue de la fondation et de l’entretien de l’Université catholique de Lille. Le 21 novembre 1875, les deux évêques de la Province de Cambrai lancent une souscription. Le résultat est prodigieux puisqu’en 3 mois est réunie la somme de 6 473 263 F, grâce à 8 000 souscripteurs. Clercs, laïcs, riches et pauvres ont participé. Parmi les dons celui d’« une famille de Lille » qui avait versé 500 000 F... en fait la famille Vrau.

16 Dès lors le mot Université catholique disparaît-il au profit de Facultés catholiques, même si dans les faits il sera encore souvent utilisé y compris par les autorités publiques. « C’est la première fois, note Vareilles-Sommières, doyen de la faculté libre de droit, qu’on fait en France une loi pour défendre aux Français d’appeler une chose par son nom ». La suppression des jurys mixtes est vécue difficilement par les promoteurs de l’Université catholique et les enseignants. Cette part, somme toute modeste, faite à ces derniers dans des jurys conduisant aux grades d’État, leur permettait d’être autre chose que de simples répétiteurs et garantissait tout à la fois la liberté de leurs recherches et l’originalité de leur enseignement.

17 Archives centrales de l’Université catholique de Lille, Le Journal des Sciences médicales de Lille, no 33, 13 août 1898.

18 Il a été lui-même supérieur du collège secondaire Saint-Joseph à Lille après le départ forcé des jésuites (1881-1888).

19 Ingénieur de formation, il accepte de repartir de rien et de passer sa licence puis son doctorat pour avoir les grades requis pour enseigner à la faculté.

20 Pour les bâtiments neufs du collège Saint-Joseph, rue Solferino.

21 C’est ainsi qu’après le P. Cochard qui en 1874-1875 donne un cours de droit naturel et un cours approfondi de religion, sont créées la chaire de religion avec Mgr de Kernaëret et celle de philosophie thomiste avec le R Delorme.

22 Et également 44 étudiants au collège théologique, 90 en faculté de droit, 75 en faculté de médecine, 15 en faculté de pharmacie ce qui donne un total de 252 étudiants.

23 L’année 1881-82 ne compte que 207 étudiants, la courbe reprend son ascension dès l’année suivante et les rapports annuels des recteurs soulignent une progression constante. En 1882-83, 251 étudiants ; en 1883, 309 étudiants ; en 1884-85, ils sont 378 qui se répartissent entre médecine (150), droit (109), théologie (48), sciences (38) et lettres (27). En 1890, 400 étudiants sont inscrits ; en 1892 on compte 39 étudiants en théologie, 131 en droit, 170 en médecine, 50 en lettres, 32 en sciences. Ils sont 550 en 1894 et 630 en 1895, chiffre le plus élevé atteint en cette période. Les origines sont diverses. Si en 1884-85, 177 étudiants sur 309 étaient originaires du Nord, 50 du Pas-de-Calais, il en venait aussi de Normandie, Bretagne, Bourgogne, Irlande, Belgique, Suisse, Allemagne, Luxembourg, etc.

24 Une seule en 1919 (une religieuse) ; elles seront 37 en 1928-29, plus de 100 en 1933-34, soit alors la moitié de l’effectif total de la faculté des lettres.

25 Émile Lesne, « Les cinquante premières années de l’Université catholique de Lille » rapport lu le dimanche 27 mars 1927, lors des fêtes jubilaires du cinquantenaire, dans Collectif, Entre science et foi, une Université catholique, 1877-2001, Université catholique de Lille, 2001, p. 70-89.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search