Version classiqueVersion mobile

Éducation, Religion, Laïcité (xvie-xxe s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants

 | 
Jean-François Condette

Première partie. Éducation et religion dans la formation des enseignants

L’histoire des religions dans l’enseignement secondaire public masculin (1880-1914)

Les combats et l’influence de Maurice Vernès

Philippe Marchand

Texte intégral

  • 1 Yves Lequin et Henri Czajka (éds.), Enseigner l’histoire des religions dans une démarche laïque : r (...)
  • 2 Michel Despland, « Les sciences religieuses en France : des sciences que l’on pratique mais que l’o (...)
  • 3 Patrick Cabanel, « L’institutionnalisation des « sciences » religieuses en France (1879-1908) : Une (...)
  • 4 Les articles de M. Despland et surtout, ceux de Patrick Cabanel font une large place aux tentatives (...)
  • 5 Voir Philippe Marchand, L’histoire et la géographie dans l’enseignement secondaire. Textes officiel (...)
  • 6 Voir Annie Bruter et Philippe Marchand, « Grandeur et décadence d’une matière d’enseignement : l’hi (...)
  • 7 Maurice Vernes, « Quelques observations qu’il convient de faire sur la place qu’il convient de fair (...)
  • 8 Sur Maurice Vernes, voir : François Laplanche, « Maurice Vernes (25 septembre 1845-29 juillet 1923) (...)
  • 9 Vernes va s’employer activement à faire connaître le cas hollandais en publiant La réforme de l’ens (...)
  • 10 En janvier 1878, il ajoute à la traduction du discours d’ouverture de la chaire d’histoire des reli (...)

1La question de l’enseignement de l’histoire des religions au collège et au lycée a été l’objet de nombreux débats dans les années 1990. Les journées d’études et les colloques qui lui ont été consacrés ont été fort silencieux sur sa dimension historique1. Ce silence, fort curieux de la part des historiens engagés dans ces débats, pouvait laisser croire que cette question n’avait jamais été à l’ordre du jour dans le passé. Il n’en est rien. La question de l’institutionnalisation de l’histoire des religions dans l’enseignement supérieur, secondaire et primaire public a bien été posée dans les années 1880-1890 comme l’ont montré Michel Despland2 et Patrick Cabanel3. Mais leurs études, fondamentales pour la connaissance de l’histoire des campagnes menées en vue de l’institutionnalisation de l’histoire des religions en France et des débats quelles ont provoquées, portent principalement sur les enseignements supérieur et primaire publics. L’enseignement secondaire auquel se consacre cet article n’y apparaît qu’en pointillé4. Tout commence en 1880 avec la publication, le 2 août, par le ministère de l’Instruction publique de nouveaux programmes pour l’enseignement de l’histoire dans les classes des lycées et des collèges de la neuvième à la philosophie5. Les programmes de 1880 consacrent la laïcisation définitive de l’histoire enseignée au collège et au lycée avec la disparition de l’histoire sainte encore enseignée en neuvième et en huitième6. Quelques mois plus tard, la Revue de l’Histoire des Religions publie un article intitulé « Quelques observations sur la place qu’il convient de faire à l’histoire des religions aux différents degrés de l’enseignement public »7. Dans les pages 12 à 23, l’auteur, Maurice Vernes, passe au crible de la critique le nouveau programme d’histoire et formule un certain nombre de propositions. Sans entrer dans les détails de la biographie de Maurice Vernes8, il faut en donner quelques éléments présentant le contexte dans lequel se situe sa démarche. Maurice Vernes (1845-1923), fils de pasteur, après de solides études de théologie à Montauban (1864-1867), puis à Strasbourg (1871), couronnées par l’obtention d’une licence puis d’un doctorat en théologie, renonce au ministère pour voyager en Belgique, en Angleterre et en Hollande. Il y prend conscience, particulièrement en Hollande, de la place qu’occupe l’histoire des religions dans l’enseignement9. De retour en France, il est nommé maître de conférences chargé du cours de philosophie à la Faculté de théologie protestante de Paris (1877) et devient le premier directeur de la Revue de l’Histoire des Religions fondée en 1880. Ces années 1877-1880 le voient se lancer dans une campagne pour l’introduction d’une histoire des religions laïcisée dans l’enseignement public, campagne qu’il est possible de suivre à travers ses interventions publiques et les articles qu’il publie10. Après l’analyse des réflexions de M. Vernes et de leur réception, on s’interrogera sur le devenir de l’histoire des religions dans les programmes de 1885, 1890 et 1902. Enfin, si les textes officiels rendent bien compte d’éventuelles modifications, ils ne mettent pas en lumière un autre facteur de l’existence du développement d’un contenu d’enseignement, la place de l’histoire des religions dans la formation des professeurs d’histoire.

La pensée de Maurice Vernes et sa réception

  • 11 Maurice Vernes, « Quelques observations qu’il convient de faire sur la place qu’il convient de fair (...)
  • 12 Ibid., p. 14-15. « Je loue toutefois le programme de s’être servi du terme religion et non de celui (...)

2Si en introduction de ses réflexions, M. Vernes reconnaît que les programmes de 1880 augmentent « la place faite jusqu’à présent aux notions d’Histoire religieuse »11 avec, en particulier l’étude en sixième des religions de l’Assyrie-Babylonie, de l’Inde et de la Perse jusque-là ignorées dans les programmes antérieurs, s’il note aussi que le terme religion est désormais utilisé en lieu et place de celui de mythologie dans les développements consacrés à l’histoire grecque (classe de cinquième) et à l’histoire romaine (classe de quatrième)12, il n’en souligne pas moins ce qu’il considère comme d’importantes et graves lacunes.

1881 : « Donner à l’histoire des religions une place conforme à son importance »

  • 13 Ibid., p. 135 ; M. Vernes signale qu’un projet de programme rédigé par Pigeonneau, professeur d’his (...)

3Dans le programme de la classe de sixième, il relève « le silence complet » sur les idées religieuses et le culte lors de l’étude de l’histoire de la Palestine13. Pour Maurice Vernes qui attribue ce silence à « un scrupule excessif » du Conseil supérieur de l’Instruction publique dans sa volonté de laïcisation de l’enseignement de l’histoire, « on ne peut garder le silence sur un chapitre aussi attrayant de l’Antiquité, où le mérite littéraire de la tradition rend la tâche du professeur particulièrement facile ». Le professeur peut donc aborder la tradition hébraïque « avec la même curiosité sympathique que la tradition babylonienne ou phénicienne, que la tradition grecque ou hindoue ». Son dernier argument est fondé sur le progrès des études bibliques : « Ce qui aurait pu constituer un danger au moment où ces documents immortels étaient l’objet d’une polémique vive et ardente [...] n’est plus à craindre en un temps où quiconque s’occupe d’histoire ancienne trouve dans la Genèse la forme la plus complète, la plus haute et la plus littéraire qu’aient revêtue les traditions propres aux peuples de la Babylonie et de la Syrie ». Pour M. Vernes, « le Judaïsme doit faire sa place sans révolution aucune, sans troubles, sans alarmes. La Bible hébraïque prendra la place d’honneur qui lui revient dans l’histoire des civilisations anciennes ».

4Dans les programmes des classes de cinquième et de quatrième, M. Vernes pointe, outre le caractère réduit des mentions relatives à l’histoire des religions grecque et romaine, plusieurs absences regrettables : rien sur l’introduction de la religion grecque en Orient et en Occident après la mort d’Alexandre ; rien sur les caractères de la religion romaine sous Auguste et les premiers empereurs, sur le syncrétisme religieux gréco-oriental ; rien sur la religion juive après le retour de l’exil. La Loi, les Synagogues, la propagande dans l’Empire sont passées sous silence. L’élève arrive à l’organisation du christianisme « sans savoir à quoi celui-ci succède et par quoi il a été préparé ; et surtout rien sur les origines du christianisme ce qui soulève – et le mot n’est pas trop fort - l’indignation de M. Vernes :

  • 14 Ibid., p. 15-16.

« Mais ce christianisme, d’où vient-il ? Quel pays, quel homme lui ont donné naissance ? Quelles causes ont assuré ses progrès ? Comment se sont organisées les premières Églises, comment s’est constituée la doctrine, comment le culte ? Quoi, vous employez sept années (de la sixième à la philosophie) à retracer à vos élèves les principaux événements du passé qui doivent lui livrer le secret de l’ordre politique, social, intellectuel du temps présent, et vous éliminez purement et simplement du champ de l’histoire le plus grand des événements connus, celui qui a fait l’Europe et la société contemporaine ce qu’elle est ! Le jeune bachelier connaîtra tous les rouages de la machine ; mais l’arbre de couche manquera »14.

  • 15 Ibid., p. 16-17.

5Et, Maurice Vernes, qui attribue ce silence « à un préjugé dont l’enseignement public doit à tout prix se débarrasser s’il ne veut pas perpétuer de funestes malentendus », de réclamer « énergiquement » une réécriture du programme incluant les mentions suivantes : « Origines du christianisme, Jésus de Nazareth, les Apôtres, Nouveau Testament, Propagation du christianisme, Organisation des Églises, Établissement du dogme15 ».

  • 16 Ibid., p. 17.

6Pour ce qui est du reste du programme, M. Vernes ne relève pas de « graves omissions ». À condition de faire disparaître « la double lacune relative à la religion juive, aux commencements du christianisme et aux livres sacrés de ces deux religions », il estime que l’histoire des religions aura conquis « une place conforme à son importance »16. Ses critiques, qui ne portent finalement que sur l’absence des religions juive et chrétienne dans leurs aspects les plus anciens, sont suivies d’une définition de l’esprit dans lequel doit se faire l’enseignement de l’histoire des religions et des moyens à mettre en œuvre pour y parvenir. Cette histoire, écrit M. Vernes, « s’enseignera sans blesser aucune susceptibilité, car le professeur se tiendra en dehors de la polémique ».

  • 17 Ibid., p. 17, note 1.

« La polémique appliquée à l’Histoire des Religions et tout particulièrement aux origines du christianisme est une vue étroite et qui a fait son temps. Elle a pu avoir son heure de légitimité quand on contestait les droits de l’histoire et qu’on prétendait interdire certains terrains à la critique. Maintenant que ces barrières sont abaissées, ce serait se lier soi-même, et d’une façon peu intelligente, que subordonner son jugement sur l’histoire ancienne au jugement qui est porté sur elle par les Églises. Je dis subordonner, car, pour le plaisir de détruire une vue que l’on rejette pour des motifs essentiellement philosophiques, on néglige d’étudier les choses en soi, s’efforçant seulement de les présenter d’une façon directement opposée à celle qui prévaut dans certains cercles. Prendre le contre-pied de la tradition, c’est faire de la tradition retournée, ce n’est pas faire de l’histoire [...]. À cette tâche négative, dont l’époque est passée, nous substituons la tâche positive de la critique historique »17.

  • 18 Ibid., p. 22. En note, M. Vernes donne toute une série d’exemples montrant que les philosophies son (...)
  • 19 Ibid., p. 22-23.

7Fondé sur les règles de la critique historique, l’enseignement de l’histoire des religions transmettra aux élèves des collèges et des lycées « les résultats positifs de notre temps sur le domaine de l’histoire des religions et les mettra en possession d’une vue nette et précise de la place occupée par les idées et les usages religieux dans l’histoire générale des sociétés humaines ». Deux conditions sont nécessaires pour remplir cet objectif. Partant du constat que les principales données de l’histoire religieuse des peuples de l’Antiquité se trouvent « dispersées, émiettées » dans des leçons données aux élèves des classes de sixième, de cinquième et de quatrième « incapables d’en saisir autre chose que la superficie et les dehors », M. Vernes propose d’en reprendre l’étude, à raison d’une heure par semaine, sous la forme d’un cours comparé des religions dans la classe de philosophie « à un moment où les jeunes gens sont en âge de comprendre et de réfléchir ». Mais curieusement, alors qu’il vient de définir l’histoire des religions comme une matière fondée sur les règles de la critique historique, il propose de confier ce cours au professeur de philosophie : « Un professeur d’histoire pourrait se charger du nouvel enseignement. Toutefois, il conviendra davantage au professeur de philosophie [...]. L’histoire de la philosophie ne pourra qu’y gagner beaucoup à être constamment mise en relation avec l’évolution des idées religieuses, sans la connaissance desquelles elle reste constamment suspendue en l’air »18. Voulant sans doute prévenir des objections, Maurice Vernes ajoute que ce cours d’histoire des religions en philosophie réclame la création à l’École normale supérieure d’un enseignement d’histoire générale des religions pour les futurs professeurs de philosophie, enseignement ouvert aux historiens et aux littéraires. M. Vernes considère que son plan distinguant d’une part l’étude de notions d’histoire des religions dans l’histoire générale, d’autre part l’existence d’un cours comparé des religions de l’Antiquité, est applicable à l’enseignement secondaire des jeunes filles en cours de création et à l’enseignement secondaire spécial des garçons19.

La réception des idées de Maurice Vernes

  • 20 Aristide Astruc, « La critique religieuse et l’enseignement public », La Revue politique et littéra (...)
  • 21 Édouard Dreyfus-Brisac, « Bibliographie », Revue internationale de l’enseignement, 1881-1, p. 647-6 (...)
  • 22 Gabriel Monod, « Bulletin historique - Enseignement », Revue historique, juillet-août 1881, p. 393- (...)

8À peine connues, les propositions de Maurice Vernes suscitent de nombreuses réactions. Au soutien inconditionnel d’Aristide Astruc20 font contrepoids l’appréciation mitigée d’Édouard Dreyfus-Brisac21 et le regard critique de Gabriel Monod22. « Comme M. Vernes et, croyons-nous, comme beaucoup d’hommes désireux d’un sage progrès, nous pensons », souligne Aristide Astruc, que :

  • 23 Aristide Astruc, « La critique religieuse et l’enseignement public », art. cit., p. 209-210.

« le devoir de l’autorité universitaire est de porter à la connaissance des élèves des lycées les conclusions désormais indiscutables de la science sur l’histoire des Juifs comme sur celle des autres peuples de l’Orient [...].
Nous affirmons qu’il est impossible, si, comme le prescrit le nouveau plan d’études, on enseigne à notre jeunesse des lycées les antiquités religieuses, les mœurs et les coutumes de l’Égypte et de l’Assyrie, de l’Inde et de la Perse, si nous lui parlons des Védas et des lois de Manou, de s’en tenir aux notions rudimentaires indiquées pour la classe de sixième sur le séjour des Hébreux en Égypte, sur Moïse, les Juges, David et Salomon, sur le schisme des dix tribus et la destruction des deux royaumes »23.

  • 24 Procès-verbal du Conseil supérieur de l’Instruction publique, 2 août 1880. Cité dans P. Marchand, L (...)
  • 25 Ensemble de textes normatifs du judaïsme constitutifs de la loi orale élaborée entre le Ier et le I (...)
  • 26 Aristide Astruc, « La critique religieuse et l’enseignement public », article cité, p. 209-210.

9Le judaïsme, souligne Astruc, a été l’initiateur « d’une énergique réaction contre les mœurs polythéistes des anciens, de pures idées sur la justice et la solidarité et d’une longue série de luttes d’où est sorti le christianisme ». Si le Conseil supérieur de l’Instruction publique qui admet que « l’enseignement de l’histoire doit tendre à développer la connaissance des institutions, des mœurs et des usages [...] et à inspirer le respect et l’attachement pour les principes d’où est sortie et sur lesquels est fondée la société moderne »24 ne veut pas se contredire, il doit, par exemple, inscrire dans le programme de sixième l’étude de la loi de Moïse et de la prédication « si libérable » des Prophètes ; dans celui de cinquième la diffusion de l’esprit grec en Orient sous les Lagides et les Séleucides, le mouvement religieux des sectes à l’origine de celui de Jésus et des apôtres. Enfin en quatrième, il faut donner une idée des écoles juives « où se sont élaborés la Mischna25 et le Talmud ; on préparerait ainsi l’étude de l’islamisme et des hérésies et même de la Réformation »26.

  • 27 Édouard Dreyfus-Brisac, « Bibliographie », art. cit., p. 647-648.
  • 28 Gabriel Monod, « Bulletin historique, Enseignement », art. cit., p. 392.
  • 29 Ibid., p. 392.
  • 30 Allusion à la suppression de l’histoire sainte dans les petites classes des collèges et des lycées, (...)
  • 31 Cette condamnation de l’étude de la philosophie au lycée n’est pas explicitée. Elle rejoint celle f (...)

10Dans son bref compte rendu, Édouard Dreyfus-Brisac souligne « la compétence reconnue et l’allure vive et primesautière du talent de Maurice Vernes » ainsi que la persévérance qu’il met dans la défense d’une thèse dont il est « par droit le premier occupant ». Après cet hommage, il signale au lecteur que la question de l’histoire des religions lui semble « délicate »27. En conséquence, craignant de mal interpréter la pensée de l’auteur, il croit plus simple de ne reproduire que les conclusions générales de Maurice Vernes dont il pense qu’elles ne peuvent être mises en œuvre dans l’immédiat. Dans son Bulletin, Gabriel Monod ne retient de l’étude de Maurice Vernes que ses remarques sur l’enseignement secondaire. Après leur rappel, G. Monod expose successivement ses points d’accord et de désaccord. Comme M. Vernes, Gabriel Monod estime que l’histoire des religions, et surtout celle de la religion juive, est insuffisamment représentée dans l’histoire enseignée au collège et au lycée. « Nous croyons comme lui qu’un cours bien fait doit contenir des notions sur la religion juive aussi bien que sur la religion égyptienne et doit enseigner la formation de l’Église chrétienne aussi bien que la Réforme »28. Comme M. Vernes, il est convaincu que « l’on peut, sans froisser aucune croyance, donner ces notions d’un point de vue purement historique sans nier ni affirmer les faits surnaturels auxquels elles se rattachent »29. Cette conviction ne l’empêche cependant pas d’émettre de sérieuses réserves sur le plan pédagogique et sur le plan politique. Sur le plan pédagogique, G. Monod craint que beaucoup de professeurs manquent de « la discrétion, du tact, du talent même » nécessaires pour assurer cet enseignement et qu’ils se laissent entraîner à exprimer « leurs opinions religieuses personnelles ». Sur le plan politique, il imagine les réactions des parents qui, voyant « l’enseignement religieux, supprimé par ailleurs30, subsister dans les cours d’histoire, penseront que la réforme des programmes est inspirée « par des sentiments hostiles à la religion ». Sa conclusion est sans appel : « Aussi approuvons-nous le Conseil supérieur de s’être montré très réservé dans la rédaction des programmes ». Quant à la création d’un cours d’histoire des religions dans la classe de philosophie, il la juge totalement inutile, pour deux raisons. Il craint tout d’abord que ce cours, « même traité avec l’esprit scientifique le plus détaché de tout parti pris », ne se fasse pas sans froisser des « convictions respectables », car « l’histoire est la plus redoutable ennemie des religions ». En second lieu, pour Monod, l’enseignement de la philosophie n’est pas à sa place dans les lycées et les collèges : « Nous croyons que l’enseignement même de la philosophie dans les lycées est une erreur, à plus forte raison nous refusons d’y introduire ce cours nouveau. Nous le renverrons avec la philosophie aux Facultés »31.

L’évolution de la pensée de Maurice Vernes sur l’enseignement des religions

  • 32 Voir André Encrevé, « La première crise de la Faculté de théologie de Paris : la démission de Mauri (...)
  • 33 Maurice Vernes, L’Histoire des Religions. Son esprit, sa méthode et ses divisions. Son enseignement (...)

11Cinq ans plus tard, en 1886, Maurice Vernes qui, entre-temps, a démissionné de son poste à la faculté de théologie protestante de Paris et entamé une carrière politique32, publie un nouvel ouvrage dans lequel il reprend le texte de son article de 188133. Si la présence de cet article peut laisser croire que M. Vernes poursuit avec ardeur sa campagne en faveur de l’enseignement de l’histoire des religions, l’ouvrage comporte dans son introduction (p. 4) et dans le chapitre VII « L’enseignement de l’histoire des religions en France et à l’étranger » (p. 207-208) des remarques attestant une nette inflexion de sa pensée.

Le nouveau livre de Maurice Vernès sur l’histoire des religions (1886)

  • 34 Voir Marcel Launay, L’Église et L’École en France XIXe-XXe siècles, Paris, Desclée de Brouwer, 1988 (...)

12En effet, tout en maintenant ses observations relatives à la place qu’il convient de ménager à l’histoire des religions au lycée mais aussi dans le primaire, M. Vernes propose de procéder à son introduction « avec les plus extrêmes ménagements ». Cette nouvelle problématique trouve son origine dans le constat qu’il fait du contexte politique. En premier lieu, M. Vernes a pris conscience, au cours des années 1881-1886, que, dans l’âpre débat opposant laïques et catholiques en particulier sur la question de l’École34, ses propositions constituent une véritable provocation aux yeux des catholiques. Il écrit :

  • 35 Allusion à la question évoquée par Gabriel Monod.
  • 36 Maurice Vernes, L’Histoire des Religions. Son esprit, sa méthode et ses divisions..., op. cit.

« La question pédagogique35 a cessé d’être entière. La question religieuse s’y est mêlée de plus en plus ; les susceptibilités ont été soulevées, les consciences se sont émues. Nous qui sommes résolus à respecter les habitudes religieuses, à ne pas inquiéter les croyances, nous ne pouvons pas méconnaître que des propositions telles que celles que nous avons soutenues seraient, dans l’état actuel des esprits, envisagées comme des armes de guerre contre le catholicisme »36.

  • 37 Rappelons qu’en 1886, il est procédé à la laïcisation du personnel des écoles communales.

13En second lieu, même s’il n’y fait pas allusion, M. Vernes sait que ses positions ne font pas l’unanimité chez les spécialistes des sciences religieuses et dans le camp laïque. Tout en renonçant à sa campagne pour un enseignement scolaire de l’histoire des religions au lycée et au collège, il reste convaincu qu’il peut trouver sa place à deux conditions. Il faut tout d’abord qu’une « administration sage et tolérante calme les alarmes du parti catholique, ce qui n’est pas la tâche d’un jour [...]. Tout, au contraire, indique que les inquiétudes soulevées par une politique imprudente sont destinées à grandir jusqu’à l’exaspération »37. Il faut, ensuite, se prévenir de toute intervention de l’État à qui il ne demande que l’organisation « sans bruit, dans les principales Facultés des lettres et avec une très grande précaution dans le choix du personnel, de l’enseignement de l’histoire des religions. Cela fait nous le supplierons de s’abstenir rigoureusement sur le terrain de l’enseignement secondaire et, plus encore, sur celui de l’école primaire ». À ces deux conditions, M. Vernes espère qu’au fil du temps un consensus s’instaurera entre tous ceux qui,

« quelle que soit l’interprétation à laquelle chacun préfère s’attacher [...] s’accorderont à proclamer que faire le silence sur d’aussi hautes questions serait arracher du livre de l’humanité, destiné à servir de leçon aux jeunes générations, quelques-unes de ses plus belles pages. Dans ces conditions les notions d’histoire religieuse sauront, aux différents degrés et dans les différents lieux, se faire la place d’honneur que nous réclamons pour elles ».

  • 38 Maurice Vernes, Éléments d’histoire juive à l’usage des établissements d’instruction primaire et se (...)

14On notera que si Maurice Vernes admet que l’âpreté des luttes religieuses ne permet pas de réclamer l’introduction de l’histoire des religions dans les programmes des collèges et des lycées, il n’en continue pas moins de poursuivre, épisodiquement, cet objectif. En 1891, il publie la première partie d’une Histoire sainte destinée aux établissements d’instruction primaire et secondaire publics38. En 1906, il participe à une pétition réclamant une préparation des futurs professeurs à l’enseignement de l’histoire des religions.

Les réactions à la publication

  • 39 Jean Réville, « L’histoire des religions. Sa méthode et son rôle d’après les travaux récents de MM. (...)
  • 40 Émile Beaussire, « Quelques réflexions sur l’enseignement historique de l’histoire des religions »,(...)
  • 41 Jean Réville, « L’histoire des religions. Sa méthode et son rôle d’après les travaux récents de MM. (...)

15À peine publié, le nouvel ouvrage de Maurice Vernes est l’objet de deux comptes rendus, l’un, de Jean Réville, pasteur réformé, directeur de la Revue de l’Histoire des Religions depuis 188439, l’autre d’Émile Beaussire40. D’emblée, Jean Réville approuve M. Vernes d’avoir renoncé à poursuivre sa campagne pour l’introduction de l’histoire des religions dans les programmes de l’enseignement secondaire. Mais, contrairement à M. Vernes, il pense que cet abandon doit se faire, non pour des raisons d’ordre politique, mais bien plutôt pour des raisons d’ordre pédagogique. Jean Réville en appelle d’abord à la surcharge des programmes des lycées. « À l’exception de quelques très bons élèves, la plupart de nos écoliers ne parviennent pas à assimiler tout ce qui leur est enseigné. Nous ne croyons pas que le moment soit propice à l’adjonction d’un nouvel enseignement »41. Second argument de Jean Réville : la qualification du personnel dont il se demande s’il est apte à donner cet enseignement. Sur ce point, Jean Réville rejoint M. Vernes pour réclamer l’introduction d’un enseignement d’histoire générale des religions dans les programmes de licence et d’agrégation d’histoire. Mais, il tient à préciser que cet enseignement ne doit pas avoir pour objectif de former des spécialistes mais de futurs professeurs qui auront ainsi acquis « une connaissance de l’histoire des religions proportionnée à la nature de l’enseignement qu’ils sont appelés à donner, non pas pour qu’ils en fassent plus tard l’objet de leçons spéciales, mais pour que leur enseignement de l’histoire dite profane en soit pénétrée. On est stupéfait de voir combien il y a encore d’ignorance des faits de l’ordre religieux chez la plupart de nos professeurs ». Enfin, Jean Réville aborde un dernier problème, et non des moindres, celui des conflits qu’il pense inévitables entre d’une part l’enseignement religieux et, de l’autre, l’enseignement de l’histoire des religions, c’est-à-dire entre les représentants des différents cultes présents dans les lycées et collèges et les professeurs d’histoire. Pour éviter les conflits, il estime qu’il faut que les professeurs d’histoire introduisent dans leurs leçons les notions d’histoire des religions nécessaires à l’enseignement de l’histoire générale. Quant aux leçons spéciales et aux programmes spéciaux d’histoire religieuse, il faut les laisser aux ecclésiastiques des différents cultes « sous peine de s’engager dans des difficultés inextricables ».

  • 42 Émile Beaussire, La Liberté d’enseignement et l’Université sous la Troisième République, Paris, Hac (...)

16Les six pages d’Émile Beaussire sont une condamnation sans appel des thèses de Maurice Vernes dont il ne mentionne même pas l’inflexion. Elle repose sur un double constat portant sur les contenus de l’enseignement historique au collège et au lycée, sur la formation des futurs professeurs. Selon Beaussire, dans le secondaire, on enseigne l’histoire des peuples anciens et modernes, et donc nécessairement, l’histoire religieuse de ces divers peuples. L’entreprise de M. Vernes n’a donc pas de raison d’être « s’il ne voulait autre chose ». Par cet autre chose, Beaussire vise la revendication de M. Vernes d’un cours d’histoire des religions en philosophie dont il veut ignorer qu’elle n’est plus à l’ordre du jour dans la pensée de M. Vernes en 1886. Sur le second point, Émile Beaussire estime que l’enseignement de l’histoire des religions a une place « naturelle » au Collège de France et à l’École des Hautes études, « lieux de la science en construction, lieux de la science à faire ». En revanche, dans les facultés des lettres, « lieux de la science constituée », on prépare les professeurs à l’exercice d’une profession. L’histoire des religions n’y a donc pas sa place en tant que discipline autonome. Elle doit se contenter d’une « juste place » à travers l’histoire générale. Enfin, si Beaussire rejette l’idée d’un enseignement spécifique de l’histoire des religions, il n’en réclame pas moins le rétablissement, au collège et à l’école primaire, de l’histoire sainte dont voit dans la suppression « une concession déplorable à cet esprit de secte qui, de nos jours, tend à renouveler au profit bien entendu de la libre-pensée des pires excès du fanatisme »42.

Du côté des enseignants

  • 43 Que ce soit dans les procès-verbaux des séances du Conseil supérieur de l’Instruction publique (AN (...)
  • 44 Charles Seignobos, « L’enseignement de l’histoire dans les Facultés. Lettre à M. Lavisse, secrétair (...)
  • 45 Sur la problématique de Seignobos, voir Antoine Prost, « Seignobos revisité », Vingtième siècle, no(...)
  • 46 Huit leçons sont prévues au cours des sept semestres d’études ; La religion grecque - La religion r (...)

17Gabriel Monod excepté, on ne repère pas dans ces années 1880-1890 d’enseignant du supérieur ou du secondaire intervenant sur cette question de la place d’histoire des religions dans l’enseignement secondaire43. Est-ce le reflet d’un désintérêt ? En fait, cette question ne semble pas les interpeller parce qu’ils estiment qu’ils doivent enseigner à leurs étudiants l’histoire générale des sociétés. Devenus professeurs de collèges et de lycées, ils enseigneront à leurs élèves l’histoire générale dont l’histoire des religions ne constitue qu’une des entrées. On trouve un exemple de cette problématique dans un article de Charles Seignobos publié en 1883 en réponse à une question de la Société d’enseignement supérieur sur la nature de l’enseignement historique qui conviendrait aux facultés des lettres44. Seignobos y expose le plan d’études qui lui semble répondre aux besoins scientifiques et professionnels des étudiants. Les étudiants et leurs futurs élèves doivent s’ils veulent comprendre les événements qui font la trame de l’histoire étudier les institutions unissant les hommes entre eux45. Parmi les divers systèmes d’institutions qu’il entend parcourir dans ses cours depuis les royaumes grecs homériques jusqu’aux États modernes, figure celle qui apparaît pour l’Antiquité grecque et romaine sous le nom de religion, puis à partir du IVe siècle sous celui d’Église46. On notera que dans son programme, Seignobos ignore les civilisations antérieures à la Grèce homérique dont il réserve l’étude aux spécialistes.

  • 47 Ch. Seignobos, Ch.-V. Langlois, L. Gallouédec, M. Tourneur, L’enseignement de l’histoire. Conférenc (...)
  • 48 Amédée François Thalamas, élève de l’École normale supérieure, reçu 1er à l’agrégation d’histoire e (...)
  • 49 Ch. Seignobos, Ch.-V. Langlois, L. Gallouédec, M. Tourneur, L’enseignement de l’histoire. Conférenc (...)
  • 50 Jean Vales, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire en 1890.
  • 51 Charles Seignobos, Renseignement de l’histoire... art. cit., p. 128. Position partagée par Seignobo (...)
  • 52 En mettant fin à la discussion, Ernest Lavisse déclare : « Je suis porté à croire, comme plusieurs (...)

18Et les professeurs des lycées et collèges ? Il faut attendre 1907 et la discussion sur la conférence prononcée par Charles Seignobos au Musée pédagogique pour entendre quelques professeurs, issus des lycées parisiens, prendre la parole, non pas sur la question de la plus ou moins grande place de l’histoire des religions dans le secondaire, mais pour évoquer les difficultés rencontrées lors de l’enseignement des faits religieux47. La discussion est lancée par Amédée Thalamas48, professeur au lycée Charlemagne, qui rapporte les plaintes de parents contre des professeurs d’histoire à propos de leur enseignement des faits religieux et les sanctions prises par les autorités contre quelques collègues49. Deux positions s’affrontent. Pour Vales50, professeur d’histoire au lycée Voltaire, le professeur, dès lors qu’il est question de faits religieux, doit exposer ceux qui sont attestés par des documents historiques irréfutables. En revanche, le professeur évitera de présenter ceux qui, en l’absence de documents risquent de soulever des discussions « stériles et délicates »51. Pour Thalamas dont la position est partagée par plusieurs collègues et par Ernest Lavisse, président de séance52, l’enseignement de l’histoire ayant pour finalité le développement « des habitudes critiques », tout sujet peut être traité même quand il s’agit d’histoire des religions :

  • 53 Charles Seignobos, L’enseignement de l’histoire... op. cit., p. 125.

« Voici l’histoire des Hébreux. Vous n’avez pas le droit de laisser croire à vos élèves que la Bible est un document historique et que l’histoire sainte est une histoire critique. Vous ne pouvez pas présenter la conversation de Moïse avec Dieu comme un fait historique au même titre que la bataille de Salamine ou l’existence des Pyramides. Vous êtes forcés de leur faire voir une différence entre les deux ordres de fait, en votre qualité de professeur d’histoire. Si vous ne le faites pas, vous cherchez à escamoter une difficulté professionnelle, et je dirai presque que c’est une lâcheté professionnelle53 ».

L’histoire des religions dans les programmes de 1885, 1890 et 1902 et la question de la préparation des enseignants à cette thématique

  • 54 Voir Philippe Marchand, L’histoire et la géographie dans l’enseignement secondaire. Textes officiel (...)

19La publication, le 2 août 1880, par le ministère de l’Instruction publique de nouveaux programmes pour l’enseignement de l’histoire dans les classes des lycées et des collèges de la neuvième à la philosophie54 n’avait pas satisfait Maurice Vernes nous l’avons vu. Ces programmes sont ensuite modifiés à plusieurs reprises et il est important de mesurer si le ministère prend en compte les critiques émises par M. Vernes. Cette présence des thématiques liées à l’histoire des religions dans les programmes pose aussi le délicat problème de la formation des enseignants du secondaire à ces questions complexes à la fois pendant leurs études de licence et lors du concours d’agrégation.

Les modifications successives des programmes du secondaire

  • 55 Rapport au Conseil supérieur de l’Instruction publique sur la révision des programmes d’histoire et (...)

20De 1881 à 1913, les programmes sont modifiés à trois reprises : 1885, 1890 et 1902. Les lacunes relevées par Maurice Vernes ont-elles disparu ? Répondant aux vœux du Conseil supérieur de l’Instruction publique souhaitant donner un caractère plus simple et moins abstrait à l’enseignement de l’histoire en sixième et en cinquième, la Commission chargée de la rédaction des nouveaux programmes supprime l’histoire des religions de l’Inde et de la Perse. Cette décision est prise « au terme d’une courte discussion au prétexte que le chapitre des Aryas et de l’Inde antique appartient moins au domaine de l’enseignement secondaire qu’à celui d’une érudition dont les résultats ne sont peut-être pas définitifs55 ». On retrouve ici la distinction établie par Beaussire entre « histoire en construction » et « histoire constituée ».

  • 56 Ibid., p. 566, lettre aux membres du personnel administratif et enseignant, 15 juillet 1890.
  • 57 Ibid., p. 568.

21Si, dans le programme de 1890, la religion juive est toujours absente du programme de la classe de sixième, si dans le chapitre consacré à La Grèce primitive en cinquième, le terme religion est remplacé par les dieux « de peur que le mot religion n’induise le maître à faire un exposé complet et philosophique de la mythologie grecque »56, on peut cependant relever quelques avancées. En classe de quatrième, le commentaire du programme signale qu’une place plus grande est désormais accordée à l’histoire de l’Église chrétienne « qui ne peut être traitée en passant »57. L’histoire des débuts du christianisme à Rome fait l’objet d’un chapitre spécial pour lequel le commentaire du programme recommande la présentation des catacombes. En classe de troisième, le professeur doit dresser au terme de l’année scolaire un tableau de la civilisation chrétienne faisant état des hérésies, des ordres mendiants et de l’inquisition. En seconde, l’étude de la Réforme se fait plus complète avec l’introduction d’une leçon sur Henri VIII et l’anglicanisme. Et surtout, dans la quatrième partie du programme de la classe de philosophie, Développements et transformation des principes de 1789, apparaît une leçon « Libertés religieuses » faisant le point sur l’instauration de la liberté des cultes et la suppression des religions d’État.

  • 58 Les élèves de ces sections constituent le vivier des facultés des lettres, le latin étant obligatoi (...)

22Qu’apportent de neuf les programmes de 1902 élaborés dans le cadre de la réforme des cycles ? En classe de cinquième, les élèves étudient désormais « La religion en Gaule avant la conquête romaine et « le Développement du christianisme en Gaule ». Le chapitre consacré à « L’Église au Moyen Âge » introduit à l’étude des pratiques (excommunication, interdit, pénitences, pèlerinages) et non plus seulement à la connaissance des institutions ecclésiastiques. Mais c’est surtout dans le second cycle avec la création en seconde et en première des sections A (latin-grec) et B (latin-langues) pour lesquelles les antiquisants et les médiévistes réclament une reprise de l’étude de l’Antiquité et du Moyen-Âge qu’on relève d’importantes modifications58 Sont désormais étudiés dans ces deux sections : « Les Juifs..., Le culte... ; La religion : le culte, les grands sanctuaires dans le chapitre La civilisation grecque jusqu’au Ve siècle ; La religion, les dieux, le culte, les prêtres, le culte du foyer et des morts dans le chapitre La Rome primitive ; Transformation de la religion dans la rubrique Les conséquences des conquêtes romaines ; Culte impérial à Rome ; Les religions des peuples barbares et leur conversion au christianisme ; La religion dans l’Empire byzantin », donc la rupture entre orthodoxes et catholiques jusque-là absente des programmes antérieurs. Dans le programme d’histoire moderne applicable à toutes les sections, les notions de jansénisme, de gallicanisme et de calvinisme sont mentionnées dans l’étude des affaires religieuses sous Louis XIV. Pour le règne de Louis XV, il est fait mention des questions religieuses. Enfin, en classe de philosophie et de mathématiques élémentaires, les élèves sont invités à découvrir la formation des partis catholiques en France sous la Monarchie constitutionnelle. Avec les programmes de 1902, et surtout avec ceux des sections A et B du second cycle, certes réservés à une minorité d’élèves, l’histoire des religions commence à occuper « la place d’honneur » souhaitée par M. Vernes. Manque toujours dans le premier cycle la religion juive dont les élèves des classes de seconde C et D n’auront reçu aucune idée et, dans le programme des classes de seconde C et D, l’histoire de la religion juive

Les professeurs étaient-ils préparés à enseigner l’histoire des religions ?

23Comme on l’a signalé à plusieurs reprises, la question de la préparation des futurs professeurs à l’enseignement de l’histoire des religions revient constamment sous la plume de Maurice Vernes et de ses recenseurs. Pour tenter de voir ce qu’il en était, nous avons regardé les programmes de licence et les sujets des compositions écrites de l’agrégation d’histoire.

  • 59 Épreuves de la licence ès lettres. Instructions pour l’application du décret du 25 décembre 1880, v (...)

24Le décret du 25 décembre 1880 créant la licence ès lettres mention histoire afin de pourvoir les collèges, et dans « certains cas les lycées », de professeurs d’histoire et de géographie ayant reçu « en même temps qu’une culture littéraire distinguée, une instruction historique et géographique générale », est accompagné d’instructions indiquant les connaissances générales exigées des candidats lors de l’examen comprenant deux compositions écrites, la première d’histoire grecque ou romaine, la seconde d’histoire du Moyen-Âge ou d’histoire moderne ou contemporaine59. Dans les recommandations relatives à l’étude de l’Antiquité, aucun mot n’est dit de la religion grecque ou romaine, de la naissance et des premiers développements du christianisme. En revanche pour le Moyen Âge, pour les Temps modernes et l’époque contemporaine, périodes pour lesquelles est posée en règle « que l’histoire de France doit être le principal objet des études et de l’examen », les candidats sont invités à connaître « les principales questions de l’histoire de l’Église : l’Église sous l’empire romain, l’Église sous les Mérovingiens et les Carolingiens, les progrès de l’autorité pontificale et la civilisation ecclésiastique aux onzième et douzième siècles, les croisades, la querelle du sacerdoce et de l’empire, le schisme et les grands conciles, la réforme et les conséquences de la réforme en Europe ».

  • 60 Ces arrêtés, approuvés par le ministère de l’Instruction publique, sont publiés dans le Bulletin ad (...)

25Comment se traduisent ces recommandations dans les facultés des lettres ? Les arrêtés fixant pour chaque faculté les questions d’histoire et de géographie dans lesquelles seront choisis les sujets de composition en donnent une idée60. Sur 807 questions, 66 portent sur un sujet entrant dans la rubrique histoire des religions. L’analyse de la distribution de ces 66 questions suggère plusieurs remarques. Si l’on regarde la distribution selon les périodes, le Moyen-Âge arrive largement en tête avec 31 questions, suivi par l’Antiquité avec 22 questions. Arrivent loin derrière la période moderne avec 9 questions et, beaucoup plus loin encore, la période contemporaine qui ne compte que pour 3 questions. Si on observe maintenant la distribution selon la nature des questions, pour le Moyen Âge, les questions portent essentiellement sur les luttes opposant l’Église et l’Empire du XIe au XIIIe siècle (16 questions), sur les Croisades (5 questions), sur la papauté de Grégoire le Grand à l’an 800 (2 questions), sur le Grand schisme d’Occident (3 questions). Figurent enfin le christianisme en Occident (2 questions), l’Église au XIIe siècle (2 questions) et l’art gothique (1 question). Pour la période antique, est privilégiée l’étude de la religion grecque (10 questions) puis celle des premiers temps du christianisme dans l’Empire romain (9 questions). La religion romaine (2 questions) et la religion égyptienne noyée dans une étude globale de l’Égypte (1 question) font pâle figure. Pour la période moderne sont étudiées la Réforme en Allemagne (7 questions) et les affaires religieuses sous Louis XIV (3 questions). Enfin, pour la période contemporaine, revient à deux reprises la politique religieuse de la Révolution française de 1789 au Concordat, l’autre sujet retenu étant 1 État et l’Église en France de 1789 au concile du Vatican. Comme le montre notre analyse, l’histoire des religions est présente dans les programmes de licence. Mais cette histoire reste essentiellement politique. De plus, beaucoup de points que les futurs professeurs auront à traiter devant leurs élèves ne sont guère évoqués. Les religions des peuples de l’Orient pendant l’Antiquité et le Moyen Âge (l’Islam par exemple) sont totalement ignorées des programmes de licence de même que les grandes ruptures connues par la chrétienté au Moyen Age, l’instauration de la liberté des cultes et la suppression des religions d’État au XIXe siècle.

  • 61 Ernest Lavisse, Rapport sur le concours d’agrégation d’histoire, 1892, Revue universitaire, 1892, p (...)
  • 62 Charles-Victor Langlois, Rapport sur le concours d’agrégation d’histoire, 1908, Revue universitaire (...)

26La recension des compositions écrites à l’agrégation d’histoire est également éclairante. De 1892 à 1910, n’ont été relevés que deux sujets portant sur des faits religieux. En 1892, l’un des sujets porte sur « La politique religieuse en France pendant la Révolution jusqu’à la conclusion du Concordat »61. En 1908 ensuite, le sujet est le suivant : « Les rapports des Églises et de l’État en France sous Louis XIV »62. Dans son rapport, Ernest Lavisse, auteur du sujet de 1892, souligne l’ignorance des faits religieux, ignorance qu’il déplore chez des jeunes gens appelés à enseigner l’histoire contemporaine :

  • 63 Ernest Lavisse, art. cit., p. 387-388.

« Parmi les questions qui dominent l’histoire contemporaine [...] celle des relations des États et des Églises est, en tout pays, une des plus importantes. Eh bien, voici des jeunes gens qui, ayant achevé leurs études de lycée et d’université, vont enseigner l’histoire contemporaine l’an prochain. À quelques exceptions près, ils connaissent mal le régime de la Constitution civile du clergé, presque aussi mal celui du Concordat, et ils paraissent croire que la France a passé sans transition du premier au second. Du régime intermédiaire jusqu’en 1801, 68 candidats sur 70 ne savent absolument rien. Évidemment, l’an prochain, dans leur enseignement, ils glisseront sur ces questions très vite. Et l’on s’étonnera que tant de Français, parmi lesquels il y a bien quelques hommes politiques, parlent de la Constitution civile du clergé et du Concordat sans rien savoir sur ces questions que des mots »63.

  • 64 Ferdinand Buisson, La Foi laïque, Paris, Hachette, 1912. Voir la réédition récente de cet ouvrage a (...)
  • 65 Ferdinand Buisson, « Pour l’enseignement de l’histoire des religions », Le Petit Méridional, 2 févr (...)

27Ce constat d’un véritable analphabétisme en matière d’histoire des religions chez les futurs professeurs des lycées et des collèges est relayé quelques années plus tard par Ferdinand Buisson64. Faisant état de la démarche effectuée en 1908 auprès du ministre de l’Instruction publique par une délégation du Groupe d’Études et de Propagande rationalistes à l’effet d’obtenir l’inscription dans le budget et dans la loi de finances des crédits nécessaires à l’organisation d’un enseignement d’histoire des religions dans les facultés des lettres, Buisson écrit qu’il est « déplorable de songer que, sauf à Paris, nos futurs agrégés d’histoire, de philosophie, de lettres auront pu faire les plus brillantes, les plus complètes études, même dans nos premiers centres universitaires, sans savoir un mot des religions ni de l’ancien monde, ni du monde moderne, ni de l’Inde ou de la Perse antique, ni des peuples chrétiens de nos jours, catholiques, protestants et grecs »65.

  • 66 Programme de juin 1959.

28Que conclure de cette exploration de la question de l’histoire des religions au collège et au lycée dans les années 1880-1914 ? Elle révèle tout d’abord que la campagne menée par Maurice Vernes s’est principalement focalisée sur l’absence d’un enseignement de l’histoire juive et des débuts du christianisme considérés comme la matrice « de l’Europe et de la société contemporaine ». Une fois, cette question réglée, Maurice Vernes ne réclame rien d’autre considérant qu’il n’y a pas de « graves omissions » dans le programme de 1880. Notre contribution montre aussi que ses propositions initiales sur lesquelles il est revenu sont loin de faire l’unanimité. D’abord pour des raisons politiques, comme le soulignent Gabriel Monod et Jean Réville, conscients que la création d’un cours spécial d’histoire des religions risque de déclencher des conflits dans une France où les catholiques sont sur la défensive. S’impose, même à Maurice Vernes, l’idée que l’histoire des religions est une dimension de l’histoire générale enseignée par les professeurs d’histoire. Mais c’est ici que se pose le problème que Gabriel Monod qualifie de pédagogique. L’enseignement de l’histoire des religions compris comme une dimension de l’histoire générale ne peut exister que si les facultés des lettres l’inscrivent dans leurs programmes, pour éviter que n’existe chez les professeurs cet analphabétisme religieux dénoncé par Ferdinand Buisson. On retrouve ici une question dont on est en droit de se demander si elle n’est pas encore d’actualité. Qu’on permette à l’auteur de cet article de rappeler son désarroi quand, à la rentrée d’octobre 196266, il a dû enseigner en classe de terminales « Les civilisations du monde contemporain » envisagées sous toutes leurs formes humaine, politique... spirituelle », comprenant des développements sur l’islamisme, le bouddhisme, le confucianisme...

Annexe 1. L’histoire des religions dans les programmes d’histoire du secondaire de 1880 à 1890

Programme de 1880

Programme de 1885

Programme de 1890

6e

Histoire ancienne des peuples de l’Orient
- Ancienne Égypte, monuments, religion, mœurs et coutumes
- Chaldéens et Assyriens : monuments, religion, mœurs et coutumes
- Inde : les Vedas, la société brahmanique, les lois de Manou, le bouddhisme
- Iran : Zoroastre.

Histoire ancienne des peuples de l’Orient
- Ancienne Égypte, monuments, religion, mœurs et coutumes
- Assyrie, Babylone : monuments, religion, mœurs et coutumes

Histoire de l’Orient
- Égypte… religion
- Les Mèdes et les Perses… religion, mœurs et coutumes.

5e

Histoire de la Grèce
- La religion et les légendes, les oracles.

Histoire de la Grèce
- La religion et les légendes, les oracles

Histoire grecque : La race hellénique
- La religion et les légendes, les oracles

4e

Histoire romaine
- Fondation de Rome : Notions sur la religion romaine…
- Les Antonins… Développement du christianisme.
- Constantin… Concile de Nicée ; organisation de l’Église chrétienne.

Histoire romaine
- Fondation de Rome : Notions sommaires sur le culte
- Développement du christianisme.
- Constantin… Concile de Nicée ; organisation de l’Église chrétienne.
Réaction païenne de Julien…
- Suppression officielle du paganisme.

Histoire romaine
- Fondation de Rome : notions sommaires sur le culte
- Constantin : l’Édit de Milan Le Concile de Nicée ; Organisation de l’Église chrétienne
- Derniers temps de l’Empire
-Suppression officielle du paganisme

3e

Histoire de l’Europe et particulièrement de la France, 395-1270
- La Gaule sous l’Empire : le christianisme, l’épiscopat
- Mahomet. L’islamisme et le califat ;
- L’Église, épiscopat, papauté, conciles, ordres religieux ;
- L’Empire… La querelle des Investitures, Grégoire VII
- Les Croisades. Le royaume de Jérusalem
- Alexandre III et Frédéric Barderousse. Innocent III. Guerre des Albigeois ; Innocent IV et Frédéric II

Histoire de l’Europe et particulièrement de la France, du Ve siècle à la fin du XIIIe (395-270)
- La Gaule sous l’Empire : le christianisme, l’épiscopat
- Mahomet : l’islamisme et le califat
- L’Église, épiscopat, papauté, conciles, ordres religieux
- L’Empire… La querelle des Investitures, Grégoire VII
- Les Croisades. Le royaume de Jérusalem
- Alexandre III et Frédéric Barberousse.
- Innocent III.
- Guerre des Albigeois. Innocent IV et Frédéric II

Histoire de l’Europe et de la France jusqu’en 1270
- L’Empire romain à la fin du IV siècle… Le christianisme, les évêques, les conciles.
- Les Arabes : Mahomet ; le Coran
- La papauté. Grégoire le Grand. Monastères et missions en Occident.
- L’Allemagne et l’Italie L’empereur et le pape : la réforme de l’Eglise. Grégoire VII : la querelle des Investitures. Alexandre III et Frédéric Barberousse. Innocent III
- Les Croisades : Fondation du royaume latin de Jérusalem ; croisades et missions dans l’orient de l’Europe.
- Civilisation chrétienne et féodale : L’Eglise, les hérésies, les ordres mendiants ; l’Inquisition ; la croisade albigeoise.

Seconde

Histoire de l’Europe et particulièrement de la France depuis 1270 jusqu’à 1610
- Philippe le Bel… lutte contre Boniface VIII, condamnation des Templiers.
- Les papes à Avignon ; le grand schisme d’Occident ; Wyclef en Angleterre.
- Guerre des Hussites. Fin du grand schisme d’Occident.
- La Réforme en Suisse, en Allemagne et dans les Etats scandinaves. Zwingle et Luther
- Paix d’Augsbourg ; Calvin à Genève.
- Le Concile de Trente ; la Société de Jésus ; guerres religieuses.
- Commencement de la Réforme et guerres de religion en France.
- Henri IV et Sully ; Édit de Nantes.

Histoire de l’Europe et particulièrement de la France depuis 1270 jusqu’à 1610
- Philippe le Bel… lutte contre Boniface VIII, condamnation des Templiers.
- Les papes à Avignon ; le grand schisme d’Occident ; Wyclef en Angleterre
- Guerre des Hussites. Fin du grand schisme d’Occident
- La Réforme en Suisse, en Allemagne et dans les Etats scandinaves. Zwingle et Luther.
- Paix d’Augsbourg ; Calvin à Genève
- Le Concile de Trente ; la Société de Jésus
- Commencement de la Réforme en France et guerres de religion.
- Henri IV et Sully ; Édit de Nantes.

Histoire de l’Europe de la France depuis 1270 jusqu’à 1610
- L’Europe à la fin du XIIIe siècle : Empire et papauté…
- L’Église. : Les papes à Avignon ; le grand schisme d’Occident ; Wyclef et Jean Huss ; les grands conciles.
- La Réforme ; Zwingle, Luther, Calvin. La paix d’Augsbourg.- Henri VIII et l’anglicanisme.
- La contre-réforme : Le concile de Trente ; l’Inquisition ; la Société de Jésus.
- Guerres politiques et religieuses ; Philippe II : politique religieuse en Espagne et aux Pays-Bas.
- France : Catholiques et protestants
-Henri IV ; Édit de Nantes

Rhétorique

Histoire de l’Europe et particulièrement de la France depuis 1610 jusqu’en 1789
- Louis XIII et Richelieu ; Lutte contre les protestants.
- Louis XIV. Affaires religieuses ; Déclaration de 1682. Révocation de l’Édit de Nantes ; Le jansénisme.

Histoire de l’Europe et particulièrement de la France depuis 1610 jusqu’en 1789
- Louis XIII et Richelieu ; Lutte contre les protestants
- Louis XIV, Affaires religieuses ; Déclaration de 1682. Révocation de l’Édit de Nantes ; Port-Royal.

Histoire de l’Europe et de la France depuis 1610 jusqu’en 1789
- La France de l’avènement de Louis XIII à la mort de Mazarin : Richelieu : lutte contre les protestants.
- La Politique européenne ; Catholiques et protestants en Allemagne
- Louis XIV, la monarchie absolue ; Les affaires religieuses : la déclaration de 1682 ; la révocation de l’Édit de Nantes
- Dernières années de Louis XIV.- Port-Royal.

Philosophie

Histoire contemporaine de 1789 à la constitution de 1875
- État de la France avant la Révolution… Le clergé ;
- Assemblée constituante ; L’état civil ; Constitution civile du clergé.
- Consulat ; Le Concordat et les articles organiques.
- Angleterre ; émancipation des catholiques

Histoire contemporaine de 1789 à la constitution de 1875
- État de la France avant la Révolution… Le clergé ;
- Assemblée constituante ; Constitution civile du clergé.
- Consulat ; Le Concordat et les articles organiques.
- Angleterre ; Émancipation des catholiques

Histoire contemporaine
- Préliminaires et causes générales de la Révolution. : Les trois ordres.
- Assemblée constituante.- Suppression de l’Ancien Régime et constitution du nouvel état de choses.
- Le Consulat ; Le Concordat.
- Développement et transformation des principes de 1789 ; Liberté religieuse : liberté des cultes, suppression des religions d’État.

Source : Philippe Marchand, L’histoire et la géographie dans l’enseignement secondaire. Textes officiels, tome I : 1795-1914, Paris, INRP, 2000.

Annexe 2 : L’histoire des religions dans les programmes de 1902

PREMIER CYCLE

Sixième

L’Antiquité
- L’Égypte. Le Nil. Religions. Mœurs. Monuments, écriture
- La Grèce. Troie et Mycènes. Les dieux et les héros.
- Religion romaine. Le culte
- L’Église primitive. Les martyrs.
- Le christianisme religion d’État

Cinquième

Le Moyen Âge et le commencement des temps modernes
- Gaule Ancienne. Principaux Temples. Les Religions Et Les Mœurs.
- Gaude Romaine. ..Le Christianisme En Gaule
- Les Arabes. Mahomet.
- L’Église au Moyen Âge. La papauté. Grégoire VII. Innocent III. Boniface VIII. Rôle de l’Église dans la société : l’excommunication et l’interdit, les pénitences, les pèlerinages.- Les hérétiques, l’Inquisition, les Ordres mendiants.

Quatrième

Les temps modernes
- La Réforme. Luther et Calvin. L’anglicanisme. La réforme catholique : la Société de Jésus, le concile de Trente.
- Les guerres religieuses. Le calvinisme en France. La Saint Barthélemy. La Ligue. L’Édit de Nantes.
- Louis XIV. La politique religieuse.
- La société du XVIIe siècle. Clergé…

Troisième

L’époque contemporaine
- L’Ancien Régime en France… Clergé
- Le Consulat… le Concordat.

SECOND CYCLE

Sections A et B -- Histoire ancienne

Section A, B, C, D -- Histoire moderne

Classe de seconde
- L’Égypte. Religion : dieux ; culte des morts.
- Chaldée. Religion ; magie ; astrologie.
- Les Juifs… Le culte
- Phénicie… La religion.
- Les Perses… Religion.
La Grèce.
- Les mythes. Les dieux. Les héros.
- La civilisation jusqu’au Ve siècle. La religion, le culte ; les grands sanctuaires.

Classe de seconde
a) L’Europe du Xe au XVe siècle :
- L’Église. Les couvents et le clergé. La papauté et l’Empire. La théorie des pouvoirs pontifical et impérial. Grégoire VII. Innocent III. Boniface VIII. Les papes à Avignon. Les conciles du XVe siècle. L’opposition à l’Église : opposition religieuse, les hérésies ; opposition politique, les concordats.
b) La France et l’Europe au XVIe siècle :
- La crise religieuse au XVIe siècle ; La réforme luthérienne jusqu’à la paix d’Augsbourg. Les réformes luthérienne, calviniste, anglicane ; La réforme catholique ; la Société de Jésus ; l’œuvre du concile de Trente.
- Politique générale de Philippe II… Lutte contre la Réforme…
- L’Angleterre sous Élisabeth. Établissement de la monarchie protestante.
- Les luttes intérieures en France de 1559 à 1610… L’Édit de Nantes…
c) La France et l’Europe de 1610 à 1660
- La politique européenne de 1610 à 1660. Restauration catholique en Autriche… La guerre de Trente ans.
d) La France et l’Europe de 1660 à 1714
- L’Angleterre de 1660 à 1714. Les conflits religieux… Succession protestante…
- Louis XIV, la monarchie absolue… Les affaires religieuses : gallicanisme ; jansénistes ; calvinistes.
- La société française au XVIIe siècle. Le clergé.

Classe de première
- Rome primitive : La religion. Les dieux ; le culte ; les prêtres ; culte du foyer et des morts
- La République ; conséquences des conquêtes. Transformation dans la religion.
- L’Empire : Auguste. Organisation du gouvernement et du culte.
- Le christianisme. L’Église primitive ; les persécutions.
- Constantin. Triomphe du christianisme ; organisation de l’Église.
- Derniers temps de l’Empire. Julien. Suppression du paganisme.
- Des invasions barbares au Xe siècle : Les Barbares. Les Germains ; mœurs et religions… Conversion au christianisme.
- L’Église en Occident : La papauté. Grégoire le Grand
- Les Arabes. Mahomet ; le Coran ; l’Islam.
- L’Empire byzantin du Ve au Xe siècle… La religion.

Classe de première
- XVIIIe siècle : La France sous le règne de Louis XV… Les affaires religieuses.
- Révolution et Empire : Le gouvernement consulaire et impérial… Le Concordat et les Articles organiques.

Classes de Philosophie et de Mathématiques
- La Monarchie constitutionnelle en France… Formation des partis catholique...
- L’Église catholique. Pie IX. ; le Concile du Vatican. Léon XIII.
- Caractères généraux de la civilisation contemporaine… Liberté religieuse ; suppression des religions d’État.

Source : Philippe Marchand, L’histoire et la géographie dans l’enseignement secondaire. Textes officiels, tome I : 1795-1914, Paris, INRP, 2000

Notes

1 Yves Lequin et Henri Czajka (éds.), Enseigner l’histoire des religions dans une démarche laïque : représentations, perspectives, organisation des apprentissages, Actes du colloque de Besançon, 20-21 novembre 1991, Besançon, CRDP, 1992.

2 Michel Despland, « Les sciences religieuses en France : des sciences que l’on pratique mais que l’on n’enseigne pas », Archives des Sciences sociales des Religions, 2001, 116, octobre - décembre, p. 5-25.

3 Patrick Cabanel, « L’institutionnalisation des « sciences » religieuses en France (1879-1908) : Une entreprise protestante ? », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, janvier-février 1994, p. 33-80.

4 Les articles de M. Despland et surtout, ceux de Patrick Cabanel font une large place aux tentatives faites pour l’introduction d’une histoire sainte laïcisée à l’école primaire.

5 Voir Philippe Marchand, L’histoire et la géographie dans l’enseignement secondaire. Textes officiels, tome I : 1795-1914, Paris, INRP, 2000, p. 53-58, et p. 444-460. La publication de ces nouveaux programmes s’inscrit dans le cadre de la réforme des études secondaires classiques entreprise par Jules Ferry.

6 Voir Annie Bruter et Philippe Marchand, « Grandeur et décadence d’une matière d’enseignement : l’histoire sainte », Éducation et religion en Europe du Nord-Ouest et en Amérique du Nord, Colloque Boulogne-sur-Mer, 19, 20 et 21 novembre 2007. A paraître.

7 Maurice Vernes, « Quelques observations qu’il convient de faire sur la place qu’il convient de faire à l’Histoire des Religions aux différents degrés de l’enseignement public », Revue de l’Histoire des Religions, 1881-3, p. 1-30. Peu de temps après sa publication dans la revue, l’article de Maurice Vernes paraît en brochure (Paris, E. Leroux, 1881, 30 p.).

8 Sur Maurice Vernes, voir : François Laplanche, « Maurice Vernes (25 septembre 1845-29 juillet 1923), théologien réformé » dans André Encrevé (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, tome V, Les protestants, Paris, Beauchesne, p. 488-490 ; Patrick Cabanel, « Un fils prodigue du protestantisme : Maurice Vernes (1845-1923) et l’histoire des religions », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, juillet-août-septembre 2003, p. 481-509 ; Paul Alphandéry, « Nécrologie Maurice Vernes », Revue d’Histoire des Religions, 1923-88, p. 141-142.

9 Vernes va s’employer activement à faire connaître le cas hollandais en publiant La réforme de l’enseignement supérieur aux Pays-Bas, Paris, Hachette, 1879. Dans la Revue de l’Histoire des Religions, il publie l’étude de Van Hamel, « L’enseignement de l’histoire des religions en Hollande », 1880-1, p. 379-385 et celle de Hooykaas, « Études générales des religions Programme d’un cours supérieur de l’histoire des religions au point de vue de l’enseignement secondaire », 1880-2, p. 386-389.

10 En janvier 1878, il ajoute à la traduction du discours d’ouverture de la chaire d’histoire des religions de la faculté de Leyde une note signalant qu’en France l’histoire des religions n’a pas trouvé dans l’enseignement et dans le public la place qu’elle mérite (Revue politique et littéraire, 12 janvier 1878). L’année suivante, il publie dans la Revue scientifique (1879, p. 901-903.) un article sur « L’histoire sainte et sa place à l’école primaire » dont il avait exposé le contenu devant le grand public et qu’il reprend dans les Mélanges de critique religieuse, Paris, Fischbacher, 1880.

11 Maurice Vernes, « Quelques observations qu’il convient de faire sur la place qu’il convient de faire à l’Histoire des Religions aux différents degrés de l’enseignement public », Revue de l’Histoire des Religions, 1881-3, p. 12 ; M. Vernes attribue cette inflexion au changement affectant la conception de l’histoire enseignée. « Du moment où l’on attachait plus d’importance que par le passé aux institutions qui sont le vrai fond de la vie des peuples, tandis que les événements politiques, les guerres et les dates n’en constituent que le cadre, on devait faire une large place aux idées et aux rites consacrés par la religion ».

12 Ibid., p. 14-15. « Je loue toutefois le programme de s’être servi du terme religion et non de celui de mythologie auquel l’usage a donné en matière d’histoire et de littérature classiques, un sens étroit : notions détachées, sans lien intime, utiles pour l’intelligence des œuvres littéraires et artistiques ».

13 Ibid., p. 135 ; M. Vernes signale qu’un projet de programme rédigé par Pigeonneau, professeur d’histoire à la Faculté des Lettres de Paris, pour la Société d’enseignement secondaire, proposait l’étude de l’Histoire primitive du monde d’après la Genèse et la Bible.

14 Ibid., p. 15-16.

15 Ibid., p. 16-17.

16 Ibid., p. 17.

17 Ibid., p. 17, note 1.

18 Ibid., p. 22. En note, M. Vernes donne toute une série d’exemples montrant que les philosophies sont inexplicables « sans quelque teinture de théologie ».

19 Ibid., p. 22-23.

20 Aristide Astruc, « La critique religieuse et l’enseignement public », La Revue politique et littéraire, Revue de cours littéraires 3e série no 7, 12 février 1881, p. 209-210. Sur Elie-Aristide Astruc, voir Georges Weill, « Elie-Aristide Astruc, rabbin, écrivain, publiciste (Bordeaux, 2 décembre 1831- Bruxelles, 23 février 1905) », Archives juives, 2002/1, no 35, p. 137-143. Elie-Aristide Astruc, grand rabbin de Belgique de 1866 à 1879, puis grand rabbin du consistoire de Bayonne (1887-1891), prône une réforme religieuse privilégiant en particulier une explication rationnelle de la Bible considérant les miracles comme des événements naturels et les récits bibliques comme des allégories. Il est Fauteur en 1869 d’une Histoire abrégée des Juifs et de leurs croyances prônant une histoire sainte laïcisée.

21 Édouard Dreyfus-Brisac, « Bibliographie », Revue internationale de l’enseignement, 1881-1, p. 647-648. Secrétaire adjoint de la Société d’enseignement supérieur, il prend part à la fondation de la Revue internationale de l’enseignement dont il est le premier rédacteur en chef.

22 Gabriel Monod, « Bulletin historique - Enseignement », Revue historique, juillet-août 1881, p. 393-395. Agrégé d’histoire (1er, 1865), directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, fondateur avec Gustave Fagniez de la Revue historique (1876) dans laquelle il témoigne de son intérêt pour les questions d’enseignement et en particulier d’enseignement secondaire. Cf. Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris dictionnaire biographique 1898-1908, volume I, Paris, INRP-CNRS, 1985, p. 137-139.

23 Aristide Astruc, « La critique religieuse et l’enseignement public », art. cit., p. 209-210.

24 Procès-verbal du Conseil supérieur de l’Instruction publique, 2 août 1880. Cité dans P. Marchand, L’histoire et la géographie dans l’enseignement secondaire. Textes officiels, tome I : 1795-1914, op. cit., p. 460.

25 Ensemble de textes normatifs du judaïsme constitutifs de la loi orale élaborée entre le Ier et le IIIe siècle.

26 Aristide Astruc, « La critique religieuse et l’enseignement public », article cité, p. 209-210.

27 Édouard Dreyfus-Brisac, « Bibliographie », art. cit., p. 647-648.

28 Gabriel Monod, « Bulletin historique, Enseignement », art. cit., p. 392.

29 Ibid., p. 392.

30 Allusion à la suppression de l’histoire sainte dans les petites classes des collèges et des lycées, mais aussi à l’école primaire.

31 Cette condamnation de l’étude de la philosophie au lycée n’est pas explicitée. Elle rejoint celle formulée par A. A. Cournot, Des institutions d’instruction publique en France, Paris, Librairie Hachette, 1864, p. 70-81.

32 Voir André Encrevé, « La première crise de la Faculté de théologie de Paris : la démission de Maurice Vernes (1882), Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme, 1990-1, p. 77-101 ; Patrick Cabanel, « Un fils prodigue du protestantisme : Maurice Vernes (1845-1923) et l’histoire des religions », art. cit., p. 484.

33 Maurice Vernes, L’Histoire des Religions. Son esprit, sa méthode et ses divisions. Son enseignement en France et à l’étranger, Paris, Ernest Leroux, 1886, 281 p., 2e édition, 1887. Le texte de 1881 fait l’objet du chapitre IV, « L’histoire des religions aux différents degrés de l’enseignement public – Quelle place il convient de lui faire ? », p. 119-158. La même année, Maurice Vernes est nommé titulaire de la chaire d’exégèse biblique et d’histoire de la religion d’Israël à la Section des Sciences religieuses de l’École pratique des Hautes Études (EPHE).

34 Voir Marcel Launay, L’Église et L’École en France XIXe-XXe siècles, Paris, Desclée de Brouwer, 1988, 172 p.

35 Allusion à la question évoquée par Gabriel Monod.

36 Maurice Vernes, L’Histoire des Religions. Son esprit, sa méthode et ses divisions..., op. cit.

37 Rappelons qu’en 1886, il est procédé à la laïcisation du personnel des écoles communales.

38 Maurice Vernes, Éléments d’histoire juive à l’usage des établissements d’instruction primaire et secondaire et de l’enseignement de la famille, Paris, E. Leroux, 1891. Sur cette tentative et son échec, voir Patrick Cabanel, « L’institutionnalisation des « sciences » religieuses en France (1879-1908) : Une entreprise protestante ? », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, janvier-février 1994, p. 44-32.

39 Jean Réville, « L’histoire des religions. Sa méthode et son rôle d’après les travaux récents de MM. Maurice Vernes, Goblet d’Alviella et P Van den Gheyn », Revue de l’Histoire des Religions, 14-1887, p. 346-363. Sur Jean Réville, voir François Laplanche, « Jean Réville-Pasteur réformé et professeur. Fils d’Albert Réville. Rotterdam 06.11.1854 - Paris 06.05.1908 » dans Jean-Marie Mayeur et Yves-Marie Hilaire (dir.) Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, tome IX, Les sciences religieuses XIXe siècle, Paris, Beauchesne, 1991, p. 581-582.

40 Émile Beaussire, « Quelques réflexions sur l’enseignement historique de l’histoire des religions », Revue internationale de l’enseignement, XIII – 1887, p. 305-312. Sur Beaussire, voir Roman d’Amat (dit.), Dictionnaire de biographie française, « Emile Jacques Armand Beaussire », Paris, Letouzey, 1951, p. 1184-1185. Agrégé de philosophie, homme politique, fondateur avec Émile Boutmy de l’École libre des sciences politiques, membre du Conseil supérieur de l’Instruction publique, Beaussire collabore activement à la Revue internationale de l’enseignement.

41 Jean Réville, « L’histoire des religions. Sa méthode et son rôle d’après les travaux récents de MM. Maurice Vernes, Goblet d’Alviella et P. Van den Gheyn », art. cit., p. 346-363.

42 Émile Beaussire, La Liberté d’enseignement et l’Université sous la Troisième République, Paris, Hachette, 1884.

43 Que ce soit dans les procès-verbaux des séances du Conseil supérieur de l’Instruction publique (AN F*/17/3199 à 3211, 1880-1899), dans les procès-verbaux de la Section permanente du Conseil supérieur de l’Instruction publique (AN*/17/3212-3221, 1880-1899) où sont préparés les programmes ainsi que dans les revues, Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur, Revue internationale de l’enseignement et Revue universitaire.

44 Charles Seignobos, « L’enseignement de l’histoire dans les Facultés. Lettre à M. Lavisse, secrétaire général de la Société d’Enseignement supérieur », Revue internationale de l’enseignement, 1883, tome VI, p. 1076-1087 ; 1884, tome VIII, p. 35-60 ; 1884, tome IX, p. 97-111.

45 Sur la problématique de Seignobos, voir Antoine Prost, « Seignobos revisité », Vingtième siècle, no 43, juillet-septembre 1994, p. 100-118.

46 Huit leçons sont prévues au cours des sept semestres d’études ; La religion grecque - La religion romaine au temps de la République - La religion romaine au temps de l’Empire et l’entrée de l’Église dans le régime impérial - L’Église au IXe siècle ; Les luttes entre les papes et les empereurs - Le clergé au Moyen Âge - L’Église aux XV et XVIe siècles, les conséquences politiques des guerres de Religion ; l’Église aux XVIIe et XVIIIe siècles. Pour chaque leçon portant sur l’Église, Seignobos donne la liste des notions à étudier (p. 53-60)

47 Ch. Seignobos, Ch.-V. Langlois, L. Gallouédec, M. Tourneur, L’enseignement de l’histoire. Conférences du Musée pédagogique, Paris, Imprimerie nationale, 1907, p. 117 - 133.

48 Amédée François Thalamas, élève de l’École normale supérieure, reçu 1er à l’agrégation d’histoire en 1892. Professeur au lycée d’Amiens, puis au lycée Charlemagne. En 1904, suite à une leçon dans laquelle, en évoquant la mémoire de Jeanne d’Arc, il dénonce la Jeannolatrie, il tombe sous le coup d’une enquête diligentée par le ministère de l’Instruction publique. Elle lui vaut un blâme et le déplacement d’office au lycée Charlemagne. Il publie, la même année, Jeanne d’Arc, l’histoire, la légende, ouvrage dans lequel il étudie la vie de Jeanne d’Arc selon les règles de la méthode positiviste. Le cours libre qu’il donne à la Sorbonnne sur « La pédagogie de l’histoire » à partir de novembre 1904 est l’objet de manifestations hostiles souvent violentes organisées par les Camelots du Roi.

49 Ch. Seignobos, Ch.-V. Langlois, L. Gallouédec, M. Tourneur, L’enseignement de l’histoire. Conférences du Musée pédagogique, op. cit., p. 121. Parlant du Dieu Baal Adonaï de Byblos, un professeur le montre, mort, puis ressuscité et représenté par une statue avec une plaie au flanc. Un père d’élève vient trouver le proviseur et prétend que le professeur a voulu montrer que le Christ n’était que la copie de Baal Adonaï. Un autre professeur parle du pape Alexandre Borgia en n’en faisant pas un modèle de vertu. Un père d’élève vient lui demander des explications. Un professeur faisant observer que dans l’église primitive ni la vie monastique, ni l’infaillibilité pontificale, ni le culte des saints n’existaient est convoqué par son proviseur qui lui demande de fournir des explications.

50 Jean Vales, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire en 1890.

51 Charles Seignobos, Renseignement de l’histoire... art. cit., p. 128. Position partagée par Seignobos qui déclare : « Dans l’Enseignement secondaire, pour respecter la neutralité, il ne faut enseigner que des choses sur lesquelles il n’y a pas de discussion possible, sur lesquelles tout le monde est d’accord [...]. L’éducation que nous devons donner aux enfants consiste exclusivement à leur apprendre des choses sur lesquelles il n’y a pas de contestation, sur lesquelles absolument personne ne peut dire : Ce n’est pas vrai » (p. 128).

52 En mettant fin à la discussion, Ernest Lavisse déclare : « Je suis porté à croire, comme plusieurs de nos collègues l’ont dit tout à l’heure, qu’il est possible d’enseigner ce que l’on croit être la vérité, sans choquer personne » (p. 133).

53 Charles Seignobos, L’enseignement de l’histoire... op. cit., p. 125.

54 Voir Philippe Marchand, L’histoire et la géographie dans l’enseignement secondaire. Textes officiels, tome I : 1795-1914, Paris, INRP, 2000, p. 53-58, et p. 444-460.

55 Rapport au Conseil supérieur de l’Instruction publique sur la révision des programmes d’histoire et de géographie, décembre 1884. Cité dans Philippe Marchand, L’histoire et la géographie... op. cit., p. 502.

56 Ibid., p. 566, lettre aux membres du personnel administratif et enseignant, 15 juillet 1890.

57 Ibid., p. 568.

58 Les élèves de ces sections constituent le vivier des facultés des lettres, le latin étant obligatoire pour passer la licence.

59 Épreuves de la licence ès lettres. Instructions pour l’application du décret du 25 décembre 1880, voir Philippe Marchand, L’histoire et la géographie... op. cit., p. 469-475.

60 Ces arrêtés, approuvés par le ministère de l’Instruction publique, sont publiés dans le Bulletin administratif de l’Instruction publique. Ont été consultés les arrêtés des années 1901-1908, à l’exception de ceux de l’année 1903, les volumes correspondant étant absents de la collection consultée.

61 Ernest Lavisse, Rapport sur le concours d’agrégation d’histoire, 1892, Revue universitaire, 1892, p. 385-405.

62 Charles-Victor Langlois, Rapport sur le concours d’agrégation d’histoire, 1908, Revue universitaire, 1908, p. 277-293.

63 Ernest Lavisse, art. cit., p. 387-388.

64 Ferdinand Buisson, La Foi laïque, Paris, Hachette, 1912. Voir la réédition récente de cet ouvrage avec une présentation de Mireille Guiessaz, Sofia, Le Bord de L’Eau, 2007, 294 p.

65 Ferdinand Buisson, « Pour l’enseignement de l’histoire des religions », Le Petit Méridional, 2 février 1908, p. 209-211 (p. 210 dans l’édition de 2007). Rappelons que si Ferdinand Buisson adhère aux idées de Maurice Vernes sur la nécessité d’inclure dans la formation des futurs professeurs des lycées et des collèges un enseignement de l’histoire des religions, il refuse tout enseignement de l’histoire sainte même laïcisée à l’école primaire. Voir la conclusion de l’article « Histoire sainte » dans le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1911, p. 1284.

66 Programme de juin 1959.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search