Version classiqueVersion mobile

Éducation, Religion, Laïcité (xvie-xxe s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants

 | 
Jean-François Condette

Première partie. Éducation et religion dans la formation des enseignants

De la foi catholique à la « foi laïque »

La religion dans la formation des instituteurs et des institutrices du département du Nord (1834-1914)

Jean-François Condette

Texte intégral

  • 1 Octave Gréard, La législation de l’instruction primaire en France depuis 1789 jusqu’à nos jours, Pa (...)

« On ne saurait trop le répéter, Messieurs, autant vaut le maître, autant vaut l’école elle-même [...]. Un bon maître d’école est un homme qui doit en savoir beaucoup plus qu’il n’en enseigne, afin de l’enseigner avec intelligence et avec goût ; qui doit vivre dans une humble sphère et qui doit pourtant avoir l’âme élevée pour conserver cette dignité de sentiments et même de manières sans laquelle il n’obtiendra jamais le respect et la confiance des familles [...]. Faire des maîtres, Messieurs, qui approchent d’un pareil modèle, est une tâche difficile ; et cependant il faut y réussir ou nous n’avons rien fait pour l’école primaire. Un mauvais maître d’école, comme un mauvais curé, comme un mauvais maire, est un fléau pour une commune [...]. Il faut tâcher d’en former de bons, et pour cela, Messieurs, des écoles normales primaires sont indispensables »1.

  • 2 Voir jean-François Condette, Histoire de la formation des enseignants en France aux XIXe-XXe siècle (...)

1Ainsi s’exprime François Guizot dans l’exposé des motifs de son projet de loi sur l’Instruction primaire, déposé à l’Assemblée le 2 janvier 1833. Instruit et formé pédagogiquement, humble mais conscient de l’importance de son rôle, le bon instituteur doit avoir « l’âme élevée » et être profondément marqué par les préceptes du christianisme. Si le souci de la formation des maîtres existe déjà sous l’Ancien Régime, dans de nombreuses congrégations religieuses qui mettent en place des noviciats2, et si la Conduite des écoles chrétiennes de Jean-Baptiste de la Salle (1720) a une forte influence sur les esprits, c’est bien le XIXe siècle qui voit les pouvoirs publics se saisir de cette question par l’imposition progressive du « modèle » normalien. Cette rupture que marque l’intervention de l’État s’accompagne cependant d’une continuité certaine dans le message transmis au sein de ces écoles professionnelles, l’imprégnation chrétienne étant constante. Il faut ensuite attendre « le moment Ferry » pour voir se mettre en place un nouvel univers idéologique marqué par la laïcité. Dans le département du Nord, fortement peuplé, la demande en maîtres et en maîtresses est importante. L’école normale masculine ouvre à Douai dès 1834. Pour les filles par contre, l’école normale n’est fondée qu’en 1883 et les institutrices sont formées, à partir de 1845, au sein d’un cours normal, celui des Dames de Flines, dirigé par les Bernardines. Il est alors intéressant de tenter de mesurer précisément la place des pratiques et des enseignements religieux à la fois dans l’institution publique masculine et dans le cours normal féminin. Comment s’opère ensuite la laïcisation de la formation après 1881-1882 et quelle place est alors faite à la religion alors que se définit peu à peu la nouvelle « foi laïque » ?

La formation des instituteurs sous la double tutelle de l’État et de la religion catholique (1834-1882) : le cadre normalien douaisien

  • 3 Archives départementales du Nord (désormais AD du Nord), 2 T 68, lettre du recteur au préfet, 18 no (...)
  • 4 Gilbert Cavro, L’école normale de Douai de sa fondation en 1834 à sa transformation en 1971, Lille (...)

2Dans le département du Nord, des démarches existent en 1828, suite aux consignes du ministre Vatimesnil pour tenter de fonder une école normale masculine. Le recteur écrit ainsi au préfet le 18 novembre 1828 pour qu’il tente d’influencer le conseil général et la municipalité de Douai de manière favorable3 mais la commission municipale de Douai refuse, mettant en avant le coût d’une telle mesure et l’absence de bâtiment4.

La fondation de l’école normale masculine de Douai

  • 5 AD du Nord, 2 T 2590, extrait du registre des délibérations du conseil général du Pas-de-Calais, 6 (...)
  • 6 AD du Nord, 2 T 2590, avis du baron Méchin.
  • 7 AD du Nord, 2 T 2590, règlements multiples des écoles normales existantes envoyés au préfet et au r (...)

3Le dossier est ensuite repris avec succès en 1832 et le conseil général du Nord vote les crédits nécessaires en 1833. Dans sa séance du 6 août 1833, le conseil général du Pas-de-Calais vote à son tour un crédit de 6 000 francs pour six boursiers et douze demi-boursiers5 qui seront placés au sein de l’école normale de Douai qui devient ainsi interdépartementale. Le 31 octobre 1833, un arrêté ministériel nomme le premier directeur, Monsieur Boulanger (1833-1842). Par son avis du 19 novembre 1833, le baron Méchin, préfet du Nord, annonce l’organisation définitive de l’école normale et fixe les conditions à remplir pour être admis. Il faut avoir seize ans, être reconnu de bonne vie et mœurs, pouvoir présenter un certificat médical constatant qu’on n’est affligé d’aucune infirmité ou que celles que l’on peut avoir ne sont pas incompatibles avec les fonctions d’instituteur. Il faut être vacciné ou avoir eu la petite vérole. Le candidat doit aussi prouver par le résultat d’un examen ou d’un concours qu’il sait lire et écrire correctement, qu’il possède les premières notions de grammaire et de calcul et qu’il a une « connaissance suffisante de la religion qu’il professe »6. Le ministre a envoyé au recteur et au préfet de nombreux modèles de règlements intérieurs d’écoles normales7 ainsi que le règlement général adopté le 14 décembre 1832.

  • 8 André Canivez, L’école normale d’instituteurs de Douai de 1834à 1961, Douai, Amicale des anciens él (...)
  • 9 Richard Hemeryck, « La congréganisation des écoles normales du département du Nord au milieu du XIX(...)

4Le registre des délibérations de la commission de surveillance est ouvert par le recteur Pierre Alexandre Gratet-Duplessis, le 11 novembre 1833. Définitivement organisée le 2 janvier 1834, l’école normale ne dispose pas encore de locaux et la mairie décide de l’installer dans un bâtiment assez vétuste rue de la Charte, ancien couvent qu’il faut rénover. L’école ouvre alors le 16 mai 1834 et malgré l’avis diffusé dans les communes par le préfet et le recteur, les populations sont restées assez indifférentes. 31 élèves seulement sont admis (16 du Nord et 15 du Pas-de-Calais). D’autres arrivent en juin et juillet puis en novembre. Tous ces élèves sont d’abord placés dans un cours unique puis l’école s’organise en deux années successives. Elle dispose au départ de trois maîtres : un directeur, un maître-adjoint et un surveillant. Le décret du 24 mars 1851 crée un second poste de maître-adjoint même si le surveillant disparaît. L’aumônier du lycée et un maître chargé des cours de chant, interviennent aussi. Le directeur, Monsieur Boulanger est remplacé par M. Giroud (1842-1850), ancien directeur de l’école primaire supérieure de Douai et futur député-maire de la ville. Le 1er octobre 1846, l’école s’installe rue des Carmes avant de rejoindre la rue d’Arras pour la rentrée de septembre 18778. Jusqu’en 1844, les études durent deux ans puis une troisième année est ajoutée, le conseil général du Nord et celui du Pas-de-Calais créant quelques bourses complémentaires pour « alimenter » cette troisième année9.

L’importance de la religion dans la vie de l’école

  • 10 Marcel Grandière, Remi Paris et Daniel Galloyer, La formation des maîtres en France (1792-1911) : R (...)
  • 11 Ibid., Catalogue des livres qui doivent composer les bibliothèques des écoles normales primaires, 7 (...)

5Avant d’imposer le cadre normalien pour la formation des instituteurs par la loi Guizot du 28 juin 1833, le Règlement concernant les écoles normales primaires du 14 décembre 1832 était déjà venu préciser le cadre général des études, mettant en première place l’instruction morale et religieuse comme devait le faire ensuite la loi Guizot pour les écoles primaires en elles-mêmes. « Dans toute école destinée à former des instituteurs primaires, l’enseignement comprend : l’instruction morale et religieuse, la lecture, l’arithmétique y compris le système légal des poids et mesures, etc. »10. Cette instruction religieuse est donnée aux élèves-maîtres par les ministres des divers cultes reconnus par la loi. La formation religieuse est fondée sur trois points : les pratiques de piété (prières, lectures, offices), l’instruction morale et religieuse (le catéchisme) et les leçons d’histoire sainte. Le catalogue des livres qui doivent composer les bibliothèques des écoles normales primaires, daté du 7 juillet 1835, compte quinze titres pour l’instruction morale et religieuse11. La Bible (traduction de Sacy), Le Nouveau Testament (Idem), Abrégé de l’histoire de l’Ancien Testament avec explication (par Mesenguy, 10 volumes), Imitation de Jésus-Christ, Catéchisme de Montpellier, L’ouvrage des six jours (Duguet), Mœurs des Israélites et des Chrétiens (Fleury), De l’existence de Dieu (Fénelon), Doctrine chrétienne (Lhomond), Choix de sermons (Bossuet), Des devoirs des hommes (Silvio Pellico), Premières et secondes lectures françaises (Wilm, 2 volumes), Simon de Nantua et ses œuvres posthumes (L. de Jussieu) et Hymnes du premier âge ou cantiques en prose (imités de l’anglais).

  • 12 AD du Nord, 2 T 2590, registre des délibérations du Conseil royal de l’Instruction publique, séance (...)

6Le Conseil royal de l’Instruction publique, dans sa séance du 10 décembre 1833, après avoir examiné la lettre du recteur de Douai, datée du 22 novembre, et le règlement de la future école normale, décide d’approuver ce règlement, largement inspiré du cadre général de 183212.

Règlement de l’école normale primaire de Douai validé le 10 décembre 1833
Le cours d’études est partagé en deux années. Les élèves-maîtres ne peuvent être admis, s’ils ne savent lire et écrire, s’ils ne possèdent les premières notions de la grammaire française et du calcul et s’ils n’ont une connaissance suffisante de la religion qu’ils professent.
Objets du cours de la première année
1° Instruction religieuse. Un cours spécial leur fera connaître l’histoire de l’Ancien et du Nouveau Testaments. Ils feront à la suite des conférences et des leçons d’instruction religieuse, des rédactions qu’ils remettront à qui de droit et qui leur seront rendues après avoir été revues et corrigées. Ils apprendront par cœur l’Évangile de chaque semaine et le catéchisme du diocèse auquel chacun d’eux appartient.
Lecture : Les élèves seront exercés tous les jours à la lecture des livres français, des livres latins et des manuscrits. On s’assurera par de fréquentes questions, que les élèves comprennent ce qu’ils lisent en français ; on aura soin de veiller à la justesse de l’accent et à l’observation exacte des signes de la ponctuation.
3°. Il y aura tous les jours une leçon d’écriture, on exercera les élèves sur tous les genres d’écriture et l’on aura soin de leur faire connaître, par la théorie et par la pratique, les principes qui constituent la formation régulière des caractères.
Grammaire française. On fera apprendre par cœur aux élèves une bonne grammaire française dont on aura soin de leur expliquer la théorie. On leur dictera de nombreux exemples à l’appui des règles et on les exercera fréquemment à l’analyse grammaticale. On leur dictera également des exercices d’orthographe et il y aura au moins deux compositions par semaine dans cette faculté.
Arithmétique complète. Les élèves de première année recevront par semaine quatre leçons d’arithmétique et devront voir l’arithmétique complète dans l’année, y compris les fractions ordinaires, les fractions décimales et les proportions. Dans ce cours sera comprise l’exposition du système métrique ainsi que la conversion des anciennes mesures en nouvelles.
Cours d’astronomie un peu développé, d’histoire et de géographie. Ce cours aura lieu deux fois par semaine. Il aura pour objet de faire connaître sommairement aux élèves les plus simples éléments de l’astronomie, les grandes divisions du globe terrestre, les principaux faits géographiques relatifs à la France, enfin les événements les plus notables de l’histoire générale ancienne et moderne.
7°. Méthode d’enseignement. Une leçon spéciale, donnée une fois par semaine, fera connaître aux élèves les procédés et les formes des deux principales méthodes d’enseignement, la méthode mutuelle et la méthode simultanée. Une fois par semaine également, les élèves seront exercés à la pratique de ces deux méthodes [...].
Matières du cours de la seconde année
Instruction religieuse. Une conférence particulière sur la religion, faite par un ecclésiastique, aura lieu une fois par semaine pour les élèves de seconde année. Ils assisteront de plus à l’instruction destinée aux élèves de première année. Ce qui est dit des rédactions, pour les élèves de première année, s’appliquera aux élèves de seconde année.
2°. Lecture perfectionnée. Deux fois par semaine, et à tour de rôle, un élève fera lecture d’un livre d’histoire désigné. Chacun des élèves présents à cette lecture devra faire une analyse écrite de cette lecture. Cette analyse sera examinée tous les samedis et devra être conservée dans un cahier particulier.
Écriture. Leçon deux fois par semaine.
Dessin linéaire. Leçon trois fois par semaine.
Grammaire française. On exercera les élèves à l’analyse logique et de plus, à exprimer leurs idées par écrit ; on continuera de les faire écrire sous la dictée et de les faire composer en orthographe. Le cours aura lieu trois fois par semaine.
Cours de géométrie élémentaire et application de la géométrie à l’arpentage, au toisé, au lever des plans : le cours aura lieu trois fois par semaine.
7° une fois par semaine, le dimanche ou le jeudi, les élèves suivront un cours très élémentaire de physique et d’histoire naturelle. À la fin de ce cours, on leur fera connaître les machines les plus simples et les plus usuelles.
Cours d’astronomie un peu développé, de géographie et d’histoire de France : ce cours aura lieu trois fois par semaine
Leçons de musique et de plain-chant, deux fois par semaine.
Les jeudi et dimanche de chaque semaine, on aura soin de laisser aux élèves la faculté de consacrer au moins deux heures à la lecture particulière d’un livre intéressant et instructif. Pendant les quatre derniers mois de la seconde année, on consacrera deux heures par semaine à exercer les élèves à la rédaction des actes les plus ordinaires de l’État civil et deux autres heures à leur donner quelques leçons d’horticulture. On leur donnera également des notions élémentaires d’agriculture. Durant les six derniers mois de l’année, les élèves du cours supérieur seront exercés trois fois par semaine à la pratique de la méthode d’enseignement mutuel et à celle de l’enseignement simultané [...].

  • 13 AD du Nord, 2 T 1043, règlement pour les études de l’école normale de Douai, 23 octobre 1849.

7Le respect du cadre fixé par Guizot se maintient très longtemps et dans le règlement du 23 octobre 1849, il y a deux leçons de 1 h 30 d’instruction morale et religieuse par semaine (première et seconde années) et une heure en troisième année13. Ces leçons sont données par l’aumônier du collège royal de Douai, l’abbé Fournet.

  • 14 AD du Nord, 2 T 2591, école normale primaire de Douai, listes des ouvrages.

8Les listes des livres acquis pour la bibliothèque montrent des achats finalement assez peu nombreux pour les cours de religion par rapport aux autres disciplines. Un courrier du directeur, le 2 novembre 1843, relève 57 acquisitions depuis le 24 octobre dont un seul se rapporte à la religion, La Logique de Port Royal d’Arnauld14. Les ouvrages historiques (Guizot, Augustin Thierry, etc.) sont beaucoup plus nombreux tout comme ceux de sciences et de grammaire. Il semble, au-delà du rappel permanent du nécessaire habitus chrétien qui doit être celui de l’élève maître, au-delà aussi d’une pratique fréquente des sacrements, que le cœur de la formation ne soit pas la religion mais bien les apprentissages multiples des disciplines « scolaires » que le maître aura à enseigner et la découverte des diverses facettes du métier. Après une tournée des inspecteurs généraux dans l’académie, une lettre du ministre au recteur, le 24 juillet 1847 relève :

  • 15 AD du Nord, 2 T 2595, lettre du ministre au recteur, 24 juillet 1847.

« Le cours d’instruction morale et religieuse, donné d’ailleurs avec un zèle digne d’éloge par Monsieur l’abbé Fournet (aumônier du collège royal), a paru trop élevé pour des futurs instituteurs. Il serait utile que cet enseignement si important fut mis complètement à la portée des élèves qui ont besoin surtout d’acquérir des notions nettes et précises propres à frapper leur intelligence et à se fixer d’une manière durable dans leur mémoire »15.

Des velléités d’émancipation vite réprimées (1848-1851)

  • 16 AD du Nord, 2 T 2592, lettre du recteur au directeur de l’école, 15 mars 1848.
  • 17 Ibid., lettre du directeur de l’école normale au recteur, datée du 18 mars 1848.

9Dès le début des événements de février 1848, le directeur de l’école normale, Giroud, adhère aux projets d’Hippolyte Carnot. Le 15 mars, le recteur écrit au directeur de l’école normale : « Vous trouverez dans L’instituteur du Nord et du Pas-de-Calais toutes les circulaires de Monsieur le ministre de l’Instruction publique et des cultes. J’ai l’honneur de vous inviter à faire connaître à vos élèves les importantes améliorations que le gouvernement de la République a l’intention de réaliser dans l’intérêt des instituteurs et de l’enseignement primaire »16. Le jour même, le directeur écrit au recteur pour lui signaler les mesures prises afin d’enseigner les devoirs et les droits du citoyen. Il veut conquérir les esprits à la République. Il décide pour cela de multiplier des entretiens avec les élèves, tout en leur faisant connaître « les actes populaires et généreux du gouvernement républicain »17. Dans son rapport annuel sur l’année 1847-1848, le directeur note :

  • 18 Ibid., rapport du directeur sur l’année 1847-1848.

« L’application des élèves-maîtres s’est heureusement peu ressentie des préoccupations naturelles où les ont tenus quelques-temps les évènements politiques [...]. Craignant avec raison que les bruits du dehors n’arrivassent à eux que grandis et dénaturés par l’ignorance, la peur ou la passion, j’ai pensé que je devais moi-même, par un langage franc mais plein de mesure, leur faire prendre-part, pour ainsi dire, à la révolution qui s’accomplissait, les rassurer [...], leur en faire connaître et aimer les principes, afin qu’ils pussent eux-mêmes contribuer à en assurer le triomphe. Le résultat a répondu à mon attente et à leurs efforts »18.

  • 19 AD du Nord, 2 T 2593, rapport du directeur du 23 décembre 1848.
  • 20 Ibid., lettre du directeur au recteur, 5 juin 1849 ; lettre du recteur au ministre du 10 février 18 (...)

10Les cours de religion sont maintenus durant cette période. Le clergé de Saint-Pierre à Douai souhaite même que des élèves aillent tous les dimanches participer plus activement aux offices. C’est alors qu’un incident se produit, signe d’une certaine volonté d’émancipation de la jeunesse normalienne. Le comte de Falloux, dans une lettre au recteur du 3 février 1849, exige un rapport « spécial et détaillé », un premier rapport du 23 décembre 1848 étant jugé trop vague. Le jeudi 21 décembre 1848, pendant l’étude, de 11 à 12 heures, le maître de chant est venu, sans y être autorisé par le directeur, inviter les élèves à prendre part à la répétition d’une messe qui devait être chantée, le jour de Noël en l’église paroissiale. Plusieurs élèves, douze environ, « alléguant la nécessité de consacrer du temps à l’étude »19, refusent. Le directeur, immédiatement prévenu, accourt. Certains des élèves, après discussion, acceptent de passer dans la salle de chant mais un élève refuse de nouveau, signalant qu’il n’est pas dans ses intentions de devenir chantre. Il est alors privé de sortie. Des incidents se reproduisent en juin 1849 où deux élèves refusent d’aller chanter, signalant qu’il « n’entre pas dans leurs projets d’avenir d’accepter jamais les fonctions de chantre ». Le directeur demande alors leur exclusion20.

  • 21 AD du Nord, 2 T 2593, lettre du comte de Falloux au recteur, 25 janvier 1849.
  • 22 Ibid., rapport du directeur du 26 décembre 1849.
  • 23 Ibid., procès-verbal de la commission de surveillance, 28 décembre 1848.

11Un nouvel incident se produit la veille de Noël 1849, lors de la promenade du 24 décembre, qui coûte sa place à un maître d’étude21. Le rapport du directeur de l’école, daté du 26 décembre, est accablant. Le 24 décembre, une promenade plus longue qu’à l’habitude est accordée aux élèves qui sont dispensés des vêpres, devant aller à la messe de Noël le lendemain. Ils partent à 13 h 45 sous la direction du maître d’étude mais ne sont toujours pas rentrés à 17 h 30. Soudain, une voiture dépose un élève « dans un état complet de prostration. Croyant à une attaque de choléra, je le fais transporter à l’infirmerie »22. Le médecin, arrivé sur les lieux, conclut à un cas d’ivresse lourde. Le reste de la troupe rentre ensuite vers 18 heures. En fait, lors de la promenade, des élèves ont quitté le groupe sans que le maître d’études ne les voit, et sont allés boire de l’eau-de-vie dans un cabaret. C’est ensuite qu’ils ont rejoint le groupe mais deux d’entre eux étaient dans l’impossibilité de marcher, se faisant porter par des camarades. Un élève est porté jusqu’à Ferin d’où un cabriolet l’emporte jusqu’à l’école, alors que l’autre est laissé dans une maison, chez un ouvrier-charron à Lambres. Un domestique de l’école normale est alors envoyé le chercher23.

  • 24 Archives nationales, Fl7 9285, rapport du recteur Guillemin au ministre, 18 juin 1856.
  • 25 AD du Nord, 2 T 89, minute du recteur au ministre, 20 août 1850.

12Dès lors, les critiques contre l’école normale se multiplient de nouveau dans le camp conservateur. Le recteur signale que le directeur est « un homme imbu des idées de 1848 »24. Le 20 août 1850, il insiste de nouveau sur « la difficulté de la position de M. Giroud, directeur de l’école normale. Des préventions existent contre ce fonctionnaire, et bien qu’elles ne soient pas justifiées par sa conduite, M. Giroud n’en reconnaît pas moins « qu’il ne lui est plus possible de faire tout le bien désirable dans le poste qu’il occupe aujourd’hui »25. En 1849, le débat s’ouvre sur le maintien ou la suppression de l’école normale alors que le département du Pas-de-Calais a décidé de retirer ses boursiers de Douai pour les confier à un pensionnat ecclésiastique, celui de l’abbé Panet à Dohem. Les débats nationaux sont aussi très importants en particulier au sein de la Commission extraparlementaire dirigée par Adolphe Thiers. Beaucoup voient dans les normaliens des « petits rhéteurs » à l’esprit démagogique et aux prétentions multiples. Il faut alors former les maîtres de manière à leur donner les habitudes d’une vie modeste sans leur mettre dans la tête des connaissances inutiles.

  • 26 AD du Nord, 2T 1043, lettre du directeur de l’école normale au recteur, 16 août 1850.
  • 27 Richard Hemeryck, « La congréganisation des écoles normales du département du Nord au milieu du XIX(...)

13Le conseil général du Nord ne suit pas cependant le discours ambiant et repousse la plupart des critiques. Il faut maintenir l’école normale mais en renforçant la présence de la religion et en réduisant certains apprentissages. Avec le retrait des boursiers du Pas-de-Calais, le problème devient cependant financier plus qu’idéologique. Ce département supportait les 2/5e des frais de fonctionnement de l’école, en plus des bourses, et c’est une perte de 14392 francs que le conseil général du Nord doit prendre en compte. Dès lors, le recteur monte un dossier de défense de l’école normale, recherche les possibles coupes financières à effectuer. Le directeur propose la suppression de trois bourses de troisième année, la diminution des 500 à 450 francs des autres bourses26. Le préfet soutient la proposition et demande au conseil général le vote des crédits nécessaires au maintien de l’école lors de la session d’août 1850, argumentant sur le bon état esprit des normaliens du Nord, peu touchés par les sanctions liées aux événements de 184827. Le conseil général du Nord ne fait donc pas le choix de la suppression de l’école normale ni celui de sa transformation en un cours normal confié à une congrégation religieuse mais celui de la réforme interne de l’école existante.

  • 28 Marcel Grandière, Remi Paris et Daniel Galloyer, La formation des maîtres en France..., op. cit., R (...)
  • 29 Ibid., circulaire du 24 avril 1851, p. 149-150.
  • 30 Ibid., arrêté du 31 juillet 1851 fixant les programmes d’enseignement dans les écoles normales, p.  (...)

14Dans de nombreux départements, les écoles normales masculines survivent mais elles sont désormais sous étroite surveillance alors que l’on réduit les programmes et que l’on renforce la place de la religion. Le règlement du 24 mars 1851 vient préciser le cadre général. Il est rappelé que l’enseignement dans les écoles normales comprend « l’instruction morale et religieuse, la lecture l’écriture, etc. » (article 1er). L’article 20 rappelle aussi que « les journées commencent et finissent par une prière. La prière du matin et du soir est suivie d’une lecture de piété. Les jours de dimanche et de fêtes légalement reconnues, les élèves sont conduits aux offices publics par le directeur assisté des maîtres adjoints »28. La circulaire du 24 avril 1851 explique aux recteurs et aux directeurs le nouveau règlement et insiste pour que l’aumônier de l’école réside « dans l’intérieur de l’établissement afin qu’il puisse, indépendamment des examens et de l’enseignement religieux proprement dit, concourir à l’éducation des élèves-maîtres »29. Le concours de recrutement est supprimé, remplacé par une admission sur dossier et une enquête préalable. L’arrêté du 31 juillet 1851 vient ensuite fixer les programmes d’enseignement dans les écoles normales primaires, discipline par discipline. « Les lectures de piété, prescrites dans l’article 20 du décret du 24 mars 1851, se feront dans des livres indiqués par l’aumônier et approuvés par l’autorité religieuse compétente »30. Pour les lectures de latin, il faut employer le Psautier, le Diurnal et les autres livres approuvés par l’autorité religieuse. La répartition horaire par discipline donne 3 heures (sur 35 en première année, sur 35 en seconde année, sur 32 en troisième année) à l’instruction religieuse et à l’histoire sainte. Le chant religieux quant à lui dispose de 3 heures en première année mais aussi en seconde année pour une seule en dernière année.

L’école normale de Douai de 1851 à 1881 : Un petit séminaire ?

  • 31 AD du Nord, 2 T 89, minute du recteur au ministre, 23 octobre 1850.
  • 32 AD du Nord, 2 T 59, procès-verbaux du conseil académique, séance du 18 décembre 1851.
  • 33 AD du Nord, 2 T 2509, école normale de Douai (1854-1858), rapport de la commission de surveillance, (...)

15Dans le Nord, les textes de 1851 sont appliqués mais l’école normale connaît encore quelques mois délicats. Le directeur choisi pour remplacer Giroud, M. Solaire, est contesté. « Homme de mœurs équivoques, de principes politiques fort douteux »31 note une minute du recteur, le 23 octobre 1850. C’est sous l’autorité du directeur suivant, M. Juge, que la vie de l’école se restructure à partir de mai 1851. Le conseil académique, dans sa séance du 18 décembre 1851, examine le projet de règlement qui s’inspire beaucoup du cadre national mais le recteur le trouve trop long (100 articles) et le conseil propose d’aller à l’essentiel32. Une école annexe est ouverte en octobre 1851 pour renforcer la dimension pratique des apprentissages alors qu’il est également attaché à l’école normale un aumônier spécifique qui n’est installé qu’à la fin de 1853. Dès lors, le travail de formation s’opère dans un esprit de collaboration étroite entre les autorités civiles (le recteur et le directeur de l’école) et les autorités religieuses (évêque et aumônier), toutes cherchant à former un bon-chrétien qui soit instruit et pédagogue. Le rapport de la commission de surveillance de juillet 1855 applaudit « au bon effet produit par les leçons de Monsieur l’aumônier et par les études avec les élèves. Elle émet cependant le vœu que les leçons données par ce digne prêtre soient moins longues et plus nombreuses à la fois, afin que les pratiques de cet enseignant pénètrent davantage dans les habitudes des élèves-maîtres »33.

16Un tableau du personnel indique la présence de six maîtres permanents à l’école en 1852. Monsieur Juge, le directeur, est né à Sarlat en 1807, marié et père d’un enfant. Il a été nommé le 29 novembre 1850. Ancien régent de sixième et de cinquième (1827-1835), inspecteur primaire (1835-1842) puis directeur d’école normale à Cahors (1842-1850), il se charge des cours de lecture et de langue française. Monsieur Leclercq, curé de la Gorgue depuis vingt ans, aumônier, donne les cours d’instruction religieuse. Monsieur Descamps est maître-adjoint. Né en 1814, c’est un ancien régent de sixième et de cinquième en collège (1834-1842). Il est chargé de l’enseignement de l’histoire-géographie et de l’arithmétique. Monsieur Décousu, né en 1825, ancien maître d’études à l’école (1849-1851), enseigne l’écriture, le dessin linéaire, la physique, la chimie, l’agriculture. Monsieur Vasseur, né en 1825, est le directeur de l’école annexe. Monsieur Husser, né en 1820, se charge du chant. Le rapport sur les études, pour l’année 1854-1855, insiste sur la « réputation de bonne moralité » de l’école. Le cours d’instruction religieuse contribue à ces bons résultats.

  • 34 Ibid., rapport sur les études et la discipline pour l’année 1854-1855, daté du 15 juillet 1855.

« Les exhortations de l’aumônier et ses leçons, données avec affection, ont exercé sur les élèves une heureuse influence. Il a porté la conviction dans leur esprit ; il a réveillé au fond de leur âme le sentiment religieux. Et, en leur inspirant avec l’amour de leurs devoirs, le désir de toujours les accomplir [...]. Il a développé les notions qui peuvent fortifier et nourrir de consolantes croyances. Dogme, morale, histoire sainte, tout a été soigneusement étudié »34.

  • 35 AD du Nord, 2 T 386, dossier de l’abbé Loizellier. Voir aussi Archives nationales, F17 21 192, doss (...)
  • 36 AD du Nord, 2 T 2509, rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au recteur, 29 décembre 1855.

17En 1855, Monsieur Juge décède et c’est l’abbé Loizellier qui est choisi comme directeur, le 9 septembre 1855. Né en 1812 à Reims35, c’est un ecclésiastique, « veuf avec enfant », qui est bachelier ès lettres (1836) et possède le brevet pour l’instruction primaire (1838). Après avoir été maître de pension à Paris (1837-1839), il est tour à tour sous-inspecteur de l’instruction primaire dans les Basses-Alpes (1839), en Lozère (1840) et en Indre-et-Loire (1842). Il est promu inspecteur primaire dans le Haut-Rhin (1844), en Haute-Garonne (1846), dans la Somme (octobre 1846), dans le Calvados (mars 1848), dans le Pas-de-Calais (juillet 1848) et en Seine-et-Oise (juin 1849). Il est ensuite inspecteur primaire de l’arrondissement de Versailles (1850) puis directeur de l’école normale de Versailles (août 1854). Il est installé à Douai, le 18 décembre 1855. Veuf en 1849, père d’une fille, il décide d’entrer dans les ordres et devient prêtre le 10 juin 1854. L’abbé Loizellier contribue au renforcement des apprentissages et des pratiques religieuses au sein de l’école. À la fin de l’année 1855, il tente de modifier l’emploi du temps mais l’inspecteur d’académie est réticent. « Je n’admets pas volontiers qu’il soit fait, par semaine, cinq leçons de catéchisme et d’histoire sainte au lieu de trois que propose le règlement officiel »36. Dans son rapport pour l’année 1855-1856, l’abbé Loizellier relève que l’école normale est un établissement destiné à former des instituteurs aptes à « inculquer à la jeunesse des sentiments religieux et moraux sans lesquels la société serait en péril ».

  • 37 Ibid., rapport de l’abbé Loizellier sur l’année 1855-1856, daté du 1er août 1856.

« Messieurs les doyens de Saint-Pierre et de Notre-Dame ont bien voulu permettre que nos jeunes gens allassent fortifier le lutrin de leur chœur et, chaque dimanche ou jour de fête solennelle, dix élèves du premier cours (6 pour Saint-Pierre et 4 pour Notre-Dame) vont chanter l’office. Je n’ai reçu que des louanges [...]. Depuis que nous avons reçu les orgues, la contrebasse [...], nos jeunes gens ont pris un goût tout particulier pour le chant sacré [...]. Ils ont formé entre eux une petite société musicale harmonique [...]. Les airs de danse sont sévèrement proscrits »37.

  • 38 Archives nationales, F17 9282, rapport mensuel des recteurs, novembre 1856.
  • 39 AD du Nord, 2 T 2509, emploi du temps validé par l’inspecteur d’académie Gisclard, le 14 janvier 18 (...)

18Matin et soir, l’abbé assiste à la prière et à la lecture de piété. Les cours d’instruction religieuse sont augmentés et passent de 3 à 4 heures en première année, de 3 à 5 heures en seconde et troisième années (sur un total de 34 à 37 heures). À la messe et aux vêpres du dimanche, s’ajoute une seconde messe le jeudi. Le chant et la musique religieuse occupent 5 heures par semaine remplaçant les autres leçons de chant. Il est aussi demandé, en novembre 1856, à la municipalité douaisienne d’installer une chapelle pour l’usage des élèves « qui ne cesseront pas pour cela d’assister aux offices solennels de la paroisse »38. Le règlement, approuvé le 14 janvier 1856, répartit les leçons de la manière suivante39 :

L’emploi du temps des normaliens douaisiens en 1856-1857 (volumes horaires)

Première année

Seconde année

Troisième année

Instruction religieuse

4

5

5

Lecture et récitation

6

3

3

Écriture

5

5

5

Langue française

8

6

6

Arithmétique

5

3

3

Chant religieux

5

5

5

Histoire et géographie

-

2

2

Sciences physiques

-

-

3

Arpentage

-

2

2

Dessin linéaire

4

3

3

1 = première année ; 2 = seconde année ; 3 = troisième année.

  • 40 Archives nationales, F17 9282, Rapport mensuel des recteurs, rapport de juin 1856.

19Dès lors, l’école normale ressemble, par de nombreux aspects, à un petit séminaire. Monseigneur Régnier, archevêque de Cambrai, vient visiter l’école le 12 juin 1856. Il est accueilli par le recteur Guillemin, les membres du conseil académique et de la commission de surveillance. Il se retire en « témoignant toute sa satisfaction de ce qu’il a vu »40. L’abbé Loizellier multiplie également les contacts avec les prêtres pour recruter de bons élèves et donne des nouvelles fréquentes aux curés. Il leur écrit ainsi le 15 février 1858 :

  • 41 AD du Nord, 2 T 70, Lettre de l’abbé Loizellier aux curés du diocèse, 15 février 1858.

« J’ai tenu à l’honneur de poser haut et ferme, mes principes de chrétien et de prêtre et de dire que j’entendais diriger l’établissement qui m’est confié de manière à former, pour les paroisses de bons instituteurs, disposés à seconder leur curé de tout leur pouvoir. J’ai voulu, non seulement faire estimer, mais aussi leur faire aimer le prêtre, et leur montrer que, sous notre soutane, bat un cœur dévoué, un cœur plein de charité »41.

  • 42 AD du Nord, 2 T 2510, École normale de garçons de Douai (1856-1860), rapport annuel du directeur da (...)

20Le recrutement est alors assuré, les prêtres ne craignant plus d’envoyer des jeunes gens vers Douai ou de recevoir dans leur commune un normalien. Le directeur écrit souvent aux prêtres pour leur demander du détail sur la conduite de « nos jeunes gens pendant les vacances »42. Dès tensions apparaissent cependant entre l’abbé Loizellier et les autorités de l’Instruction publique. Les inspecteurs en visite dans l’établissement, le recteur lui-même, relèvent des cas d’élèves qui ne se conforment aux règles édictées que par calcul, non par un sincère amour du devoir. L’abbé se contente d’un ralliement de façade et ne vérifie pas assez la maîtrise des connaissances religieuses et leur influence sur les âmes. L’inspecteur d’académie écrit au recteur, le 19 septembre 1857 pour lui faire part d’un incident alors que la commission de surveillance a également mal noté le directeur. Lors d’une inspection, un élève n’a pas répondu à certaines questions d’instruction religieuse. Le directeur, vexé, l’a interpellé (« Mais je vous ai enseigné ceci » !) et l’élève a soutenu que non.

  • 43 AD du Nord, 2 T 2509, Lettre de l’inspecteur d’académie du Nord au recteur, 19 septembre 1857.

« Monsieur le directeur, après l’examen, s’est transporté dans la classe de Monsieur l’aumônier où étaient réunis les élèves de la division à laquelle appartient celui qui avait été interrogé. Il a de nouveau affirmé, en leur présence, avoir traité le point dont il était question dans l’examen et il en a successivement appelé au témoignage de plusieurs élèves qui ont nié absolument. L’un deux se leva en disant : « Je prends Dieu à témoin que ceci n’a pas été enseigné ». Monsieur le Directeur s’est alors retiré en pleurant »43.

  • 44 . AD du Nord, 2 T 964, Rapport de l’inspecteur Bourgeois, 21 janvier 1858.
  • 45 Archives nationales, F17 20 955, dossier personnel de Prosper Hilaire.
  • 46 Ibid., lettre de Monseigneur Régnier au ministre de l’Instruction publique, 12 août 1858.

21Une enquête discrète est faite et l’inspecteur conclut que les élèves sont menés d’une manière « plus douce que sous Monsieur Juge et qu’ils travaillent moins ». Le rapport de l’inspecteur Bourgeois, daté du 21 janvier 1858, est plus dur : « Les élèves maîtres ne savent pas enseigner les prières aux enfants [...]. L’Évangile, si recommandé dans toutes les écoles primaires, n’est pas appris à l’école d’application. Quant au catéchisme, il faut interroger plusieurs élèves avant d’avoir une réponse exacte. Il a été remarqué que les élèves-maîtres qui le font réciter sont loin de le savoir eux-mêmes comme il conviendrait »44. La vie disciplinaire apparaît surtout tatillonne, n’entraînant pas une conversion des âmes. On reproche à l’abbé Loizellier de n’être pas fait pour l’administration et la commission de surveillance espère un changement rapide de directeur. Il ne reprend pas son activité à la fin de l’année 1858 et se retire chez sa fille devenue religieuse dans la Congrégation de Notre-Dame-de-Sion. La nécessité de son remplacement fait réapparaître l’idée d’une congréganisation de l’école. Profitant de l’émotion causée par le relâchement de la discipline, des conseillers généraux proposent le transfert de l’école normale à la campagne et sa réorganisation sur le modèle de Dohem, le cours normal du Pas-de-Calais. Les élites départementales décident cependant de conserver l’école normale alors que l’on nomme Prosper Hilaire nouveau directeur. Ce dernier assure alors longuement la direction de l’école normale, à la grande satisfaction de l’archevêque de Cambrai et du recteur. Né en 1816, dans le Loir-et-Cher, marié et père d’un enfant, instituteur primaire à Saint-Aignan (1836-1841), sous-inspecteur primaire dans le Loir-et-Cher (1841-1850), il est inspecteur primaire dans le Nord (Cambrai) de 1850 jusqu’à sa nomination à la tête de l’école normale de Douai, le 28 septembre 185845. En très bon terme avec le clergé, il dirige l’école de 1858 à 1885. L’archevêque de Cambrai a d’ailleurs écrit au ministre, le 12 août 1858, pour appuyer sa nomination46. Dès lors, avec ce directeur ferme et très religieux, il n’est plus question de congréganiser l’école. Dans son rapport sur l’année 1858-1859, le nouveau directeur écrit :

  • 47 AD du Nord, 2T 2510, rapport de Prosper Hilaire au recteur, 24 juillet 1859.

« Les élèves comprennent maintenant que l’école normale n’est pas seulement un établissement d’instruction mais surtout d’éducation. C’est en effet un séminaire où le cœur se fortifie, où le sentiment religieux s’épure, grandit, où les idées se développent et s’élèvent, où le jugement se forme et où la conscience s’éclaire. C’est là que la vocation s’éprouve par un noviciat sérieux [...]. Tout repose sur le sentiment du devoir, la connaissance de la vérité, la pratique du bien, l’amour de notre sainte Religion et l’observation exacte et sincère de ses divins préceptes [...]. Comme base de toute éducation, comme fondement capital de tout enseignement normal, l’instruction morale et religieuse doit ici se rattacher nécessairement à tout. [...] ; Nous sommes toujours ramenés vers l’auteur de toute chose, vers Dieu »47.

22En 1863, l’aumônier, l’abbé Leclercq, est logé à l’intérieur de l’école, après l’achat d’une maison à proximité qui « sera aisément mise en communication avec les bâtiments ». La vie commune des maîtres-adjoints à l’internat, au milieu de leurs élèves est systématiquement imposée afin de permettre une forte influence des adultes. Pendant l’été 1860, un oratoire est élevé à l’intérieur de l’école afin de réduire les occasions de sortie.

  • 48 Ibid., rapport de Prosper Hilaire au recteur, 15 juillet 1860.

« Il [l’oratoire] nous permettra de développer chez nos jeunes gens, le goût des cérémonies du culte, l’habitude de la prière en commun. La sainte messe y sera célébrée à certains jours de l’année, les saluts de l’Avent, du Carême et du mois de mai, cérémonies auxquelles nous ne pouvions assister à la paroisse sans détruire l’ordre et la régularité de nos exercices de travail, y seront chantés. Mais nous n’en continuerons pas moins nos habitudes à la paroisse : offices du dimanche et principales fêtes »48.

  • 49 Marcel Grandière, Remi Paris et Daniel Galloyer, La formation des maîtres en France..., op. cit., d (...)
  • 50 AD du Nord, 2 T 2512, compte rendu sur l’école normale, 8 mai 1864.
  • 51 AD du Nord, 2 T 2510, rapport du directeur Hilaire, 20 juillet 1860.

23L’accomplissement des devoirs religieux est strictement vérifié. Au retour de toutes les vacances, les élèves-maîtres doivent présenter des certificats de bonne conduite. Dès lors, avec une telle imprégnation chrétienne, le directeur peut réduire le nombre des heures d’instruction religieuse et ainsi respecter les horaires officiels (3 heures pour chacune des trois années). Le directeur Hilaire applique ensuite le nouveau règlement du 2 juillet 1866, dû à Victor Duruy, et la circulaire du même jour qui renforce les apprentissages théoriques et réduit quelque peu les horaires d’instruction religieuse (2 heures/semaine dans chacune des trois années) alors que l’on trouve encore 3 heures hebdomadaires pour chaque année de « chant et d’orgue » pour un total général de 33 à 32 heures par semaine49. Le concours d’entrée est également restauré. Les élèves-maîtres sortant de l’école normale de Douai sont recherchés par les communes et obtiennent le soutien des prêtres qui trouvent en eux de fidèles serviteurs et des maîtres compétents. Ils peuvent aussi rendre de nombreux services comme greffier de mairie, « chantre ou organiste »50. Vers 1865, la plupart des élèves sont capables d’accompagner le chant d’église et quelques-uns sont assez forts pour tenir dans les églises de Douai les orgues d’accompagnement51.

La formation des institutrices au sein du cours normal de Douai : Former une bonne chrétienne qui soit aussi pédagogue (1845-1883)

  • 52 Collectif, Les religieuses enseignantes (XVe–XXe siècles), Actes de la quatrième rencontre d’histoi (...)
  • 53 Françoise Mayeur, « La formation des institutrices avant la loi Paul Bert : les cours normaux » dan (...)
  • 54 Rebecca Rogers, Les bourgeoises au pensionnat : l’éducation féminine au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2 (...)

24Au XIXe siècle, les liens entre éducation et religion sont encore plus étroits en ce qui concerne les filles, on le sait, et l’on retrouve cette dimension dans la formation des institutrices septentrionales52. La structure dominante est le cours « normal aux mains de religieuses »53. L’historiographie républicaine, pour justifier la politique de laïcisation et l’imposition du cadre normalien en 1879, a beaucoup insisté sur la mauvaise formation reçue par les institutrices dans ces cours, d’abord préoccupés de la formation religieuse. Dispensées par la lettre d’obédience de produire un brevet d’institutrice, modalité réaffirmée par la loi Falloux de 1850 (article 31), ces religieuses sont signalées comme ayant une qualification inférieure à celle des professeurs des écoles normales. On critique l’instruction insuffisante mais aussi les méthodes défectueuses des enseignantes passées par les cours normaux. Parfois confié à une maîtresse de pension laïque, le cours normal est souvent confié à des religieuses. Le cours n’est pas un établissement indépendant mais il est annexé à une institution religieuse. Ce pensionnat accueille en qualité de boursières du département et de l’État, un certain nombre d’élèves-maîtresses. Il semble cependant, si l’on retourne au plus près des sources, que le cours normal de Douai, ait longtemps satisfait les autorités septentrionales par la formation d’institutrices certes pieuses mais aussi habiles à mener la classe54.

Le choix des Dames de Flines de Douai

  • 55 AD du Nord, 2 T 2612, Dames de Flines (1843-1849), Lettre de Villemain au préfet du Nord, 11 janvie (...)
  • 56 Ibid., Lettre de l’Archevêque de Cambrai au recteur datée du 6 avril 1842.
  • 57 Ibid., Lettre du recteur Gratet-Duplessis à l’Archevêque de Cambrai, 30 mai 1842.

25La première vague de créations des cours normaux date du début des années 1840 et suit l’ordonnance du 3 juin 1836 sur les écoles de filles qui se veut le complément de la loi Guizot. Sans obliger les départements à ouvrir ces cours normaux, l’ordonnance tente de lancer une dynamique en invitant les conseils généraux à voter des crédits pour l’entretien des élèves-maîtresses dans un cours normal. L’État peut lui aussi aider, si l’institution est sérieuse, par la création de bourses. Après la fondation d’un cours normal à Argentan (1838), confié aux Sœurs de l’éducation chrétienne, les cours normaux sont trente dans le royaume quand ouvre celui de Douai en 1845. Une lettre du ministre Villemain au préfet du Nord, le 11 janvier 1841, lui donne son accord pour entreprendre des négociations avec une congrégation établie en Belgique et qui doit venir s’installer en France (la Sainte-Union), l’idée de fonder une école normale primaire de filles commune avec le Pas-de-Calais ayant été acceptée55. L’archevêque de Cambrai écrit au recteur Gratet-Duplessis, le 6 avril 1842 pour lui signaler que « les Dames de la Sainte-Union, par le but et les règles de leur institution, me paraissent comme à vous, réunir les conditions désirables pour l’excellente œuvre que vous nous proposez d’élever et de leur confier »56. Le recteur précise de nouveau ses volontés à l’évêque dans une lettre du 30 mai 1842 : « Depuis plusieurs années, Monseigneur, j’ai conçu le projet d’élever une école normale pour former des institutrices, et, après un sérieux examen, j’ai pensé que la direction d’une école de ce genre ne pouvait, sous tous les rapports, être mieux confiée qu’à une congrégation religieuse. La question a été tranchée dans ce sens auprès du conseil général »57 En 1842, le recteur Gratet-Duplessis travaille donc à cette réalisation mais ne trouve pas de religieuses acceptant de diriger le cours normal. Une circulaire du ministre Villemain, le 12 juillet 1843, incite les recteurs à élargir aux filles la loi du 28 juin 1833 exigeant la création d’une école normale masculine par département.

  • 58 Ibid., Circulaire du ministre Villemain aux recteurs d’académie, 12 juillet 1843.

« Les bons résultats que produisent les écoles normales primaires d’instituteurs ont fait naître la pensée de créer des établissements analogues pour les jeunes filles qui se destinent à l’enseignement [...]. Parmi les écoles normales primaires constituées par ordonnance royale, il en est deux, celle de Besançon et de Lons-le-Saulnier, qui ont été établies dans des bâtiments achetés, appropriés et réalisés aux frais du département pour cette destination spéciale. Pour les autres, des congrégations religieuses enseignantes se sont obligées par des traités passés avec les administrations départementales, à pourvoir à l’instruction ainsi qu’aux dépenses de logement, de nourriture et d’entretien des élèves-maîtresses. Ce ne sont pas toutefois des institutrices religieuses qui sont formées dans ces communautés mais des institutrices laïques, dévouées à la profession et en état de transmettre à leurs élèves des principes solides de religion et de morale en même temps que les connaissances qui constituent l’instruction primaire »58.

  • 59 Ibid., Rapport de l’inspecteur Carlier, 28 juillet 1843.

26L’inspecteur primaire Carlier réalise une étude sur la situation de l’enseignement primaire féminin dans le département du Nord et son rapport est adressé au recteur le 28 juillet 1843. Il donne un état des lieux très clair de la situation dans les communes rurales et justifie alors la nécessité de créer une école normale pour former les nombreuses enseignantes dont le département a besoin59.

L’enseignement primaire féminin dans le département du Nord en juillet 1843

L’enseignement primaire féminin dans le département du Nord en juillet 1843

1 = Communes rurales devant et pouvant avoir une école communale de filles et n’en ayant pas.
2 = Communes rurales ayant une école communale de filles.
3 = Communes rurales distribuant seulement une indemnité à une institutrice.
4 = Institutrices sans autorisation.
5 = Institutrices avec autorisation provisoire.
6 = Communes rurales disposées à voter ou ayant voté des fonds pour une école de filles.

  • 60 Ibid.

27L’inspecteur note que les 36 écoles situées dans les villes ne sont pas comprises dans le présent état. Si on les intègre, on arrive alors au chiffre de 154 écoles communales de filles pour le département en juin 1843. Sur les 295 communes rurales du département qui sont jugées aptes à avoir une école de filles, 118 seulement en possèdent une et 38 versent une indemnité très faible à une maîtresse. Il reste 139 communes privées d’école de filles. L’inspecteur insiste aussi sur la faiblesse des maîtresses en poste. « On peut affirmer qu’à peine 100 institutrices dans les communes rurales sont à la hauteur de leur mission et que, par conséquent, 200 communes auraient besoin d’une institutrice capable ». Il est donc urgent de créer une école normale. « Vainement dirait-on que les congrégations religieuses viennent suppléer au manque d’institutrices laïques. Aujourd’hui les maisons mères religieuses ont envoyé dans les campagnes tous les sujets capables et les communes qui en demandent sont obligées d’attendre des années avant de pouvoir en obtenir »60.

  • 61 AD du Nord, 6 V 84, Dames de Flines (documents divers sur cette congrégation).
  • 62 Voir l’abbé E. Hautcoeur, Histoire de l’abbaye de Flines, Paris, J.-B. Dumoulin, 1874, et Lille, L (...)
  • 63 AD du Nord, 2 T 2612, lettre de sœur Stéphanie au recteur, 15 septembre 1844.
  • 64 Ibid., lettre du ministre Villemain au préfet du Nord, 21 septembre 1844.

28Dans sa session de 1843, le conseil général du Nord vote alors dix bourses pour des élèves-maîtresses. Dès le départ, le recteur pense aux Dames de Flines dont il connaît l’application dans les études. Reconnue le 17 janvier 1827 par ordonnance royale, une simple lettre d’obédience leur suffit pour enseigner61. Les Dames de Flines refusent cependant invoquant leur faiblesse en personnel et l’étroitesse de leurs locaux62. Une lettre de Sœur Stéphanie, supérieure des religieuses de Flines au recteur, le 15 septembre 1844, déclare : « nous acceptons volontiers la proposition bienveillante que vous avez bien voulu nous adresser. Mais comme déjà, nous nous trouvons à l’étroit avec l’école communale qui est annexée à notre établissement, il faudrait que l’administration voulut fournir un local convenable proche de notre établissement »63. Ne trouvant pas de solution immédiate, le recteur négocie avec les religieuses de la Sainte-Union de Douai. L’archevêque de Cambrai est d’accord et un traité est signé par le préfet et la supérieure générale le 9 décembre 1843. Mais le ministère refuse car la congrégation de la Sainte-Union n’est pas légalement reconnue64. Des négociations sont alors entreprises avec diverses congrégations mais pendant trois années, le dossier n’avance guère.

  • 65 AD du Nord, 2 T 2612, arrêté préfectoral du 29 septembre 1845.
  • 66 Archives nationales, F17 9311, rapport de l’inspecteur Carlier, 19 décembre 1846.

29En 1845, le recteur se tourne de nouveau vers les Dames de Flines et ces dernières finissent par accepter. Un traité est signé le 23 mai 1845 entre le préfet et la supérieure de la Communauté de Flines. L’école normale d’institutrices du Nord est « annexée au couvent des Dames de Flines de Douai », même si elle forme un établissement distinct et séparé du couvent, sauf pour les repas et les exercices religieux qui peuvent être communs. L’arrêté du préfet du 29 septembre 1845 désigne alors les dix élèves boursières du département, « vu la délibération du Conseil général du Nord en date du 30 août 1844 portant création de dix bourses de 400 francs au profit d’une communauté religieuse qui prendra l’engagement d’instruire et de faire breveter des institutrices laïques dans un délai de deux ans »65. Le 1er octobre 1845, le cours normal ouvre avec dix jeunes filles dont deux boursières de l’État et huit du département66. Pendant près de quarante ans, les institutrices, boursières du département, sont formées au sein de ce cours normal intégré dans la communauté des Dames de Flines, le conseil général n’ayant d’autres dépenses à supporter que le paiement des bourses des élèves-maîtresses, la communauté vivant surtout de son pensionnat de 250 élèves internes et externes délivrant une instruction primaire supérieure.

L’évolution de la formation au sein du cours normal

  • 67 AD du Nord, 2 T 2612, procès-verbal de l’examen d’admission, août 1849.
  • 68 E. Hautcoeur, Histoire de l’abbaye de Flines.... op. cit., p. 366.

30Les autorités universitaires tentent d’augmenter les effectifs d’élèves-maîtresses, demandant au conseil général de multiplier les bourses. Les rapports annuels montrent une surveillance constante mais des promotions encore assez réduites. Pour l’année 1847-1848, les registres indiquent 22 jeunes filles qui sont nées entre 1824 et 1829. Le caractère des élèves est systématiquement décrit (« docile, effacée ») et les relevés semestriels de notes sont communiqués au rectorat. Le procès-verbal de l’examen d’admission d’août 1849 donne la liste des admises. Elle compte 11 noms de jeunes filles nées entre le 8 février 1825, pour la plus âgée, et le 29 juillet 1833 pour la plus jeune. Pour dix des onze élèves, la profession du père est indiquée : cultivateurs (4), instituteurs (2), ouvrier dans une fonderie (1), boucher (1), boulanger (1) et valet de charrue (l)67. L’arrêté du 21 décembre 1851 valide une délibération du conseil général du Nord qui porte de 20 à 30, à partir du 1er janvier 1851, le nombre de bourses entretenues par le département au sein du cours normal, par l’ouverture d’une troisième année d’études. L’État quant à lui fonde six bourses à la fin de l’année 1853. « Cette prolongation du séjour à l’école était désirée par les directrices plus encore au point de vue de leur formation religieuse, morale et pédagogique, qu’au point de vue de l’enseignement et de la science. Deux ans, c’était peu pour inculquer aux institutrices futures l’enseignement de leur vocation »68. Le cours normal a alors 36 élèves et demeure à ce chiffre jusqu’en 1879.

  • 69 AD du Nord, 2 T 2613, règlement intérieur, 23 mai 1845.
  • 70 Ibid., séance du Conseil royal de l’Instruction publique, 25 février 1845.

31Le règlement intérieur des études est signé par la Supérieure des religieuses de Fines et le préfet le 23 mai 184569. Les élèves prennent l’engagement d’exercer le métier d’institutrices pendant dix ans (article 4). La congrégation s’engage à fournir à chaque boursière une couchette, une paillasse et « tout le dedans de lit à l’exception des draps », le chauffage, l’éclairage, les frais de médecin et de médicaments (article 5). Elle se soumet aussi aux programmes fixés par le ministre et le recteur (article 6). Le Conseil royal de l’Instruction publique, dans sa séance du 25 février 1845, après avoir dit oui au contrat, précisait déjà les caractéristiques de l’établissement : « Le but de l’établissement est de former, suivant la meilleure méthode, des institutrices pour l’enseignement primaire élémentaire et supérieur »70 La direction de l’établissement est confiée à la Supérieure des Dames de Flines de Douai qui est assistée par deux ou trois religieuses brevetées (article 3). Nulle élève ne peut être admise si elle n’est âgée de 17 ans au moins et de 23 ans au plus (article 9) sauf obtention d’une dérogation spéciale. Les postulantes doivent subir devant la commission un examen sur les objets suivants : « l’instruction religieuse, la lecture, l’écriture, les éléments de la grammaire et du calcul » (article 11). Le titre III, à partir de l’article 18, s’intéresse plus spécifiquement à l’enseignement donné. Le lever est fixé à 5 heures et le coucher à 21 heures.

  • 71 Ibid., règlement intérieur validé par le Conseil royal.

« L’enseignement comprendra : 1°) l’instruction religieuse, 2°) la lecture, 3°) l’écriture, 4)° la grammaire française, l’analyse grammaticale et l’analyse logique ; 5°) l’arithmétique y compris le système légal des poids et mesures ; 6) Les éléments de l’histoire de France et de la géographie ; 7°) quelques notions de dessin linéaire, celles qu’il peut être utile de connaître pour la broderie ; 8°) le chant ; 9°) la pédagogie ou le développement des méthodes d’enseignement et d’éducation ; 10°) Les divers ouvrages d’aiguille, principalement ceux qui sont d’un usage très fréquent tel que la couture, le tricot (article 19). Les élèves-maîtresses sont de plus exercées aux divers travaux relatifs aux soins du ménage (article 20). Dans l’enseignement des méthodes, on s’attachera particulièrement aux procédés les plus simples, les plus rapides, les plus pratiquées dans les écoles de campagne (article 21). Le cours d’instruction morale et religieuse se composera de l’explication du catéchisme du diocèse de Cambrai, de l’étude de l’histoire sainte (Ancien et nouveau Testaments), de l’histoire abrégée de la religion et de l’explication raisonnée des choix des diverses conditions sociales et en particulier des devoirs des institutrices. On s’attachera à leur faire comprendre la dignité des fonctions auxquelles elles sont destinées et tout le dévouement que ces fonctions exigent (article 22) »71.

32Le titre IV concerne la pratique religieuse :

« Les journées commenceront et finiront par une prière faite en commun. Les repas seront précédés et suivis des prières d’usage. Toutes les pratiques prescrites par la religion seront exactement observées ; aussi les élèves assisteront aux offices de paroisse ou de la chapelle les dimanches et fêtes concernées. Elles entendront en outre la messe au moins les jeudis et les jours de congés [...] (article 32). L’aumônier attaché à l’établissement est chargé de l’instruction religieuse et de préparer les élèves-maîtresses à la fréquentation des sacrements [...]. (article 33). Tous les jours, une lecture sera faite pendant le dîner et le souper. Pour s’assurer que les élèves auront profité de ces lectures, on exigera de temps en temps, qu’elles en fassent, soit par écrit, soit de vive voix, une analyse succincte (article 34) ».

  • 72 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie au recteur, 24 août 1854.

33L’inspecteur d’académie, le 24 août 1854, note : « Je me suis rendu le jeudi 17 et le vendredi 18 août au cours normal d’institutrices établi à Douai, chez les Dames Bernardines de Flines afin d’y procéder à l’examen des élèves maîtresses qui forment, en ce moment, la seconde et la première année du cours »72. Il était accompagné de l’inspecteur primaire de Douai, du proviseur du lycée impérial de Douai, d’un enseignant de physique du même lycée et d’un abbé. Chaque élève a été interrogée en instruction religieuse, en lecture, en écriture, en grammaire française, en arithmétique, en histoire-géographie puis sur les travaux d’aiguille. En seconde année, on compte neuf élèves pour quatorze en première année. Les dernières de chaque promotion ont droit à une sévère remontrance de sa part.

  • 73 AD du Nord, 2 T 68, rapport du recteur Guillemin au ministre, 13 février 1864.
  • 74 AD du Nord, 2 T 69, lettre de la directrice du cours normal à l’inspecteur, 24 mai 1867.
  • 75 Archives nationales, Fl7 9285, rapport du recteur Guillemin au ministre, 18 juin 1856.
  • 76 Archives nationales, F17 9270, rapport sur le département du Nord, 11 juin 1872 par l’inspecteur Ga (...)

34Le cours normal de Flines ne peut cependant satisfaire la demande en institutrices et divers noviciats de sœurs continuent à former des maîtresses. Le recteur Guillemin le déplore d’ailleurs dans son rapport du 13 février 1864, demandant l’augmentation du nombre des bourses et une amélioration du traitement des institutrices qui éviterait ainsi de nombreux abandons du métier au bout de quelques années de misère73. Les sœurs bernardines sont d’accord pour recevoir plus d’élèves mais se plaignent du faible niveau de certaines jeunes filles, peu aptes au métier74. Par les cours reçus, elles comblent peu à peu l’essentiel de leurs lacunes et presque toutes sortent avec le brevet alors qu’une élite est préparée au brevet supérieur. Le recteur Guillemin, dans son inspection de l’année 1856, note : « J’ai pu constater en assistant aux examens, combien la direction des Dames de Flines est prudente et habile. Je n’ai rencontré nulle-part de jeunes personnes sachant autant et sachant aussi bien ; nulle-part, je n’ai trouvé un savoir aussi solide relevé par autant de modestie »75 L’inspecteur général note, en juin 1872, que le cours normal « vaut l’école normale voisine »76.

  • 77 Richard Hemeryck, « La congréganisation des écoles normales du département du Nord au milieu du XIX(...)
  • 78 AD du Nord, 2 T 970, lettre de l’inspecteur Jarry au recteur, 13 novembre 1870.
  • 79 AD du Nord, 2 T 2512, rapport du 4 avril 1868.

35On peut estimer avec Richard Hemeryck que 400 institutrices se forment chez les Dames de Flines en tant que boursières entre 1845 et 187077. Elles sont même un peu plus car, à côté des boursières, l’habitude se prend d’accepter des élèves libres qui payent leur pension. Dans le pensionnat des Dames de Flines (pension de 350 francs par an), de nombreuses filles se destinent aussi au métier d’institutrice. L’inspecteur Jarry le signale dans son rapport du 13 novembre 1870 : « Ces pensionnaires sont presque toutes des filles d’instituteurs du département et se préparent à devenir institutrices »78. Le rapport du 4 avril 1868 relève 38 élèves au cours normal dont 19 en première année (4 boursières d’État, 13 boursières du département et 2 pensionnaires), 9 en seconde année (boursières du département) et 10 en troisième année (2 boursières d’État et 8 du département). Sœur Marie Lutgarde assure la direction, entourée de six maîtresses dont trois sont pourvues du brevet complet79.

36Dans les apprentissages, il est bien évident que la religion tient une place importante, même si les élèves maîtresses sont aussi instruites des matières profanes et reçoivent un enseignement pédagogique de qualité. Le programme des études, approuvé par le conseil académique du 22 avril 1852, est maintenu jusqu’en 1881. Pour ce qui est de la religion, et en dehors des exercices quotidiens de piété, on relève :

  • 80 Ibid., copie du programme des études du cours normal d’institutrices de Douai-Flines, avril 1852.

« Première année : instruction religieuse : explication des apôtres, des commandements de Dieu et de l’Église ; Les saints. Histoire sainte : Ancien Testament. On consacrera par semaine 5 heures réparties en 4 instructions. Seconde année : Instruction morale et religieuse : revoir ce qui a été appris en première année ; explication des sacrements, la prière ; les principales pratiques du culte divin instituées par l’Église ; principales fêtes de l’année. Histoire sainte : explication plus détaillée de l’Ancien Testament et de la figure du Messie ; Vie de Notre Seigneur jusqu’à son ascension ; Prédictions ; Des apôtres au christianisme propagé. 5 heures par semaine réparties en 4 instructions ». Troisième année : Instruction morale et religieuse et histoire sainte : Les persécutions, les schismes, les hérésies. Voir ce qu’il y a de plus important dans l’étude de l’Église ; Revoir ce qui a été appris en première et en seconde année ; Apprendre à faire le catéchisme aux jeunes enfants dans les classes communales »80.

37On est là, certes, au sein d’un cours profondément marqué par l’esprit religieux et les pratiques de piété mais les emplois du temps montrent également l’importance des apprentissages théoriques qui sont ceux des disciplines enseignées dans les écoles primaires et le souci de préparer les futures institutrices à leur métier. Les heures d’instruction morale et religieuse ne sont pas beaucoup plus nombreuses que dans l’école normale masculine voisine.

La formation d’institutrices publiques : un enjeu politique (1879-1883)

  • 81 Archives nationales, F17 10 869, rapport de l’inspectrice Caillard sur le cours des Dames de Flines (...)
  • 82 Richard Hemeryck, « La congréganisation des écoles normales du département du Nord... », article ci (...)
  • 83 Archives nationales, F17 10 869, rapport d’inspection de Madame Caillard, année 1874-1875.

38Ce contenu des cours reste identique jusqu’au transfert de la formation au sein de l’école normale d’institutrices ouverte à Douai en octobre 1883, sans que l’on sache vraiment comment s’opèrent les éventuelles prises en compte par les Dames de Fines des textes réglementaires de 1879-1882 qui réorganisent la formation. Les sœurs bernardines restent fidèles à leur mission traditionnelle et semblent satisfaire la plupart des observateurs. En 1875, lors d’une inspection une élève lit un texte signalant : « nous aimerons Dieu, la patrie, et nous nous efforcerons d’inspirer un jour à nos élèves, ces deux grands amours, sources et foyers de tous les autres »81. Le programme des études du cours normal, revu en 1852, comprend cinq heures d’instruction religieuse et d’histoire sainte en première et seconde années et « certainement aussi en troisième année »82. On trouve toujours le même programme en 1868. L’enseignement religieux est donné par l’aumônier des sœurs, le chanoine Hautcoeur. Avec lui, les élèves-maîtresses sont préparées « avec autant de zèle que de science, aux luttes qu’elles pourront avoir à soutenir un jour avec les ignorants et les incrédules en matière de religion »83.

  • 84 Archives nationales, F17 10 874, rapport de l’inspectrice générale Monternault, 25 septembre 1868.
  • 85 Richard Hemeryck, « La congréganisation des écoles normales du département du Nord... », article ci (...)

39Dès lors, par leur modestie et leurs habitudes religieuses, les institutrices formées à Douai ressemblent beaucoup à des institutrices congréganistes et maintiennent, une fois sorties du cours, une sorte de règle de vie proche de celle des religieuses, un certain nombre devenant même religieuses. En 1875, les quatre maîtresses des classes communales, où les élèves-maîtresses donnent leurs leçons pratiques, sont d’anciennes élèves du cours normal, entrées dans les ordres. Chaque année, une retraite annuelle des anciennes élèves est organisée à Douai. En 1868, elles sont 128 et Madame Monternault, l’inspectrice générale, vient les rencontrer quelques heures pour leur faire une leçon de pédagogie sur les petites classes84. En 1873, elles sont 147 (sur 200 en activités environ) à être présentes pendant quatre jours de retraite. L’Archevêque vient lui-même terminer la retraite et les encourager alors que le recteur Fleury assiste à la messe finale85. Les institutrices formées au cours normal de Flines ont bonne réputation et sont recherchées par le clergé et par les autorités communales. Inspecteurs et recteurs ne cessent de louer leurs compétences mais aussi leur acceptation des règlements universitaires.

  • 86 AD du Nord, 6 V 84, Dames de Flines, nombreux contrats et documents notariés.

40La congrégation des Dames de Flines connaît sous le Second Empire et pendant la première décennie de la Troisième République, un développement important qu’attestent de nombreuses transactions financières et foncières qui débouchent sur l’achat de terrains et de maisons86. Cet essor n’est pas forcément bien vu de tous, alors que la République peine aussi à s’enraciner dans l’opinion. Après 1879, le contexte idéologique change avec la victoire définitive des républicains qui sont désormais maîtres des rouages de l’État et de nombreuses voix s’élèvent, au sein du conseil général et dans l’élite politique régionale, mais aussi chez les membres de l’Instruction publique, pour demander l’ouverture d’une école normale confiée à des enseignantes laïques et non plus à des religieuses alors qu’il faut aussi des promotions d’institutrices plus nombreuses. Comme le relève Jules Ferry dans son discours au Sénat, le 1er août 1879, justifiant la création d’écoles normales féminines :

  • 87 Intervention de Jules Ferry au Sénat, le 1er août 1879, extrait de P. Chevallier et B. Grosperrin, (...)

« Aurions-nous un corps enseignant, un corps d’instituteurs aussi honorable et aussi universellement honoré que celui que nous possédons, si l’on s’était contenté des cours normaux, si les départements, par une économie mal entendue, s’étaient bornés à placer par petits groupes les élèves-maîtres dans des écoles, s’ils s’étaient résignés à les recruter dans les rangs de l’enseignement libre ? Eh bien ! Voulez-vous, oui ou non, un corps enseignant d’institutrices ? Si vous n’en voulez pas, si votre désir [...] est de conserver les congréganistes pour une proportion des deux tiers dans l’enseignement des filles ; si vous voulez maintenir ce que j’appellerais moi, presque un monopole, oh ! alors combattez l’établissement des écoles normales. Mais s’il y a, comme je le crois, dans cette Assemblée, une majorité décidée à compléter l’outillage scolaire de la France, qu’elle n’hésite pas à nous donner la seule institution qui puisse nous former un corps enseignant d’institutrices (vive adhésion à gauche) ; la seule qui soit propre à développer chez elles la solidarité, l’esprit de corps et l’unité de direction pédagogique [...]. Couvrez la France de ce réseau d’écoles normales, et vous aurez constitué l’enseignement des filles dans le pays »87.

  • 88 AD du Nord, 2 T 64, registre des délibérations du conseil académique de Douai, séance du 26 juin 18 (...)
  • 89 Ibid., séance du 27 juin 1874.
  • 90 Ibid., séance du 24 juin 1875.

41Les rapports, présentés chaque année au conseil académique, continuent d’insister sur la bonne qualité de la formation dispensée chez les Bernardines. Dans la séance du 26 juin 1873, l’inspecteur Carré, chargé du rapport général sur la situation de l’enseignement primaire dans l’académie, met en avant les difficultés de recrutement et « le nombre décroissant des candidats aux fonctions d’instituteurs et d’institutrices »88. Il insiste sur la même réalité le 27 juin 1874 devant le conseil académique et propose que les maîtres et maîtresses en poste opèrent une sorte de prérecrutement en formant un bon élève qu’ils poussent vers la carrière89 Il revient à la charge dans son rapport du 24 juin 1875 : « Il est très urgent que les traitements, notoirement insuffisants, soient augmentés car l’intelligence, l’instruction et l’activité trouvent facilement ailleurs des débouchés, des emplois moins pénibles et mieux rétribués. Les difficultés du recrutement grandissent de jour en jour »90.

  • 91 Ibid., séance du 18 juin 1877.
  • 92 AD du Nord, 2 T 92, préparation du conseil académique, juin 1878.

42Le 18 juin 1877, l’inspecteur Carré insiste sur la question de la formation : « Enfin, pour avoir de bonnes écoles, il ne suffit pas d’avoir des locaux convenables et d’y amener les enfants. Il faut encore de bons maîtres pour les diriger. Le recrutement du personnel enseignant se fait assez difficilement »91. Il insiste cependant sur les « sacrifices considérables » faits par les départements pour la bonne installation de leurs écoles normales. Dans le Nord, une nouvelle école normale masculine est en cours de construction à Douai pour 150 élèves. Dans la Somme, une école normale de filles a été construite. Il n’y a que le Pas-de-Calais qui s’obstine à n’avoir que deux cours normaux au sein du pensionnat de Dohem. Un autre rapport sur la situation de l’enseignement primaire au 31 décembre 1877, destiné au conseil académique de juin 1878, relève que l’école normale de garçons de Douai a pris possession en octobre de ses nouveaux bâtiments. « Elle y a transporté, sous une direction que nous connaissons depuis longtemps, ses anciennes traditions d’ordre intérieur, de discipline, de travail »92. Le cours normal de Flines, quant à lui, « continue à nous donner tout ce que l’on peut attendre de lui. Les élèves qu’il a présenté aux divers examens ont été honorablement reçues ». Le 3 juillet 1878, l’inspecteur Carré déclare :

  • 93 AD du Nord, 2 T 64, registre des délibérations du conseil académique séance du 3 juillet 1878.

« Messieurs les inspecteurs s’accordent à reconnaître que nos meilleurs maîtres sont ceux qui ont été formés dans nos écoles normales. Tant vaux le maître, tant vaut l’école et le maître en général vaut d’autant mieux qu’il a été mieux préparé à remplir ses fonctions par un apprentissage sérieux [...]. L’Aisne, les Ardennes, le Nord et la Somme ont des écoles normales pour les garçons qui suffisent ou qui suffiront prochainement pour assurer les besoins. Les Ardennes et la Somme ont également des écoles normales de filles bien organisées et suffisantes. Mais dans le Nord et dans l’Aisne, les cours normaux ne suffisent pas aux besoins. Le Pas-de-Calais n’a que deux cours normaux, l’un pour instituteurs et l’autre pour institutrices dont la direction est confiée aux congréganistes de Dohem [...] et qui sont dans un état d’infériorité vraiment regrettable relativement à nos écoles normales [...]. Sur 48 boursiers qui se sont présentés à l’examen du brevet, 18 seulement ont été reçus ; sur les 17 boursières, 3 seulement ont été reçues »93.

43Les autorités administratives, s’ils jugent très négativement le cours normal du Pas-de-Calais, reconnaissent le travail sérieux opéré par les Dames de Flines et ce n’est donc pas sur le volet scientifique et pédagogique que leur participation à la formation des maîtresses laïques du département est remise en cause. C’est la dimension politique qui l’emporte ici, par le choix du cadre normalien décidé par la loi Paul Bert d’août 1879 puis par la laïcisation du programme des études dans les écoles normales.

La sécularisation de la formation des maîtres et maîtresses du primaire (1882-1914)

44L’imprégnation forte de la religion sur la formation des élèves et sur leur vie quotidienne est maintenue sans grand changement entre 1870 et 1881-1882, à la fois au sein de l’école normale masculine et plus logiquement encore au sein du cours normal tenu par les Bernardines. En application des lois républicaines de 1879, 1881 et 1882, de profondes modifications vont cependant s’opérer qui vont progressivement laïciser la formation, même si l’on conserve longtemps une référence à Dieu dans le nouvel enseignement de morale.

La sécularisation des études à l’école normale masculine de Douai

  • 94 AD du Nord, 4 N 571, construction école normale, séance du conseil général du 8 avril 1875.
  • 95 Ibid, procès-verbal de réception définitive des travaux, 22 juillet 1878 (nombreux documents).
  • 96 AD du Nord, 2 T 2604, école normale de garçons de Douai, rapports hebdomadaires, semaine du 22 au 2 (...)
  • 97 Ibid., rapport du 31 août au 7 septembre 1874.
  • 98 Ibid., rapport sur la semaine du 19 au 26 mai 1877.

45Prosper Hilaire demeure à la tête de l’école normale masculine jusqu’en 1886 et maintient la tradition d’une forte discipline. Il est ensuite remplacé par M. Jadot (1886-1893). Le projet de construction d’une nouvelle école normale, rue d’Arras, est progressivement mené à son terme. Le conseil général du Nord approuve, dans sa séance du 8 avril 1875, les plans et les devis de la future école normale pour un montant estimé à 352 000 francs94. Les travaux sont achevés pour 1877 et le procès-verbal de réception définitive, signé le 22 juillet 1878, relève, chose exceptionnelle, que le devis n’a pas été dépassé et qu’il atteint 327 026 francs95. La discipline demeure très stricte dans les années 1870-1881 et la présence de la religion quotidienne. Les rapports hebdomadaires insistent systématiquement sur l’activité religieuse des élèves. Le rapport sur la semaine du 22 au 29 novembre 1873 note : « Comme les années précédentes, nos élèves ont suivi pendant cette semaine les sermons du père Perraud de l’Oratoire. Ces sermons qui ont lieu le soir, n’ont pas changé nos travaux »96. Le rapport du 31 août au 7 septembre 1874 relève : « Nos élèves ont chanté la messe et les vêpres à Saint-Pierre, le jour de la Toussaint. Aujourd’hui, a eu lieu à l’école une messe97 ». Le rapport couvrant la semaine du 19 au 26 mai 1877 relève que « les élèves ont chanté à l’église Saint-Pierre les offices de la Pentecôte : messe, vêpres et salut. Ils ont rempli leur devoir religieux à la chapelle de l’école mercredi et jeudi »98. À ce niveau, la rupture est nette avec les réformes républicaines de 1881-1882. Le recteur faisant le bilan de la décennie 1878-1888, signale :

  • 99 Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Recueil des monographies pédagogiques publié (...)

« C’est dans le régime disciplinaire et dans l’enseignement que les modifications ont été les plus profondes. Le caractère demi-ecclésiastique qui faisait jadis de nos écoles normales des espèces de séminaires et de nos instituteurs des adjoints au curé, d’autant plus appréciés qu’ils étaient meilleurs chantres, ce caractère a complètement disparu. Les aumôniers ont été supprimés par le décret du 9 janvier 1883. Depuis cette date, les élèves des écoles normales remplissent au dehors, à leur gré, leurs devoirs religieux ; les sorties nécessaires leur sont accordées à cet effet »99.

46Dans le même temps, le recteur insiste sur le nouvel état d’esprit. « La discipline intérieure est devenue beaucoup plus libre sans cesser d’être ferme ». Il y a eu promotion de l’autodiscipline. « En étude, en récréation, au réfectoire, ils sont libres ». Le rapport du directeur de l’école normale sur l’année 1881-1882 relève 160 élèves (60 en première année, 57 en seconde année et 43 en troisième année) mais insiste surtout sur les grandes modifications apportées par les républicains.

  • 100 AD du Nord, 2 T 2600, rapport du directeur de l’école normale de Douai sur l’année 1881-1882.

« Le décret du 29 juillet 1881 a apporté des modifications considérables dans l’organisation interne et dans l’enseignement des écoles normales. Sans enlever à l’autorité départementale sa part légitime d’influence, le décret a fait des écoles normales des établissements de l’État, soumis à l’action directe de l’Université et du recteur [...]. Par de nouveaux programmes bien définis, on a imprimé une impulsion nouvelle aux études, donné une allure plus libérale à l’éducation et fait une part suffisante à l’intelligence et aux exercices du corps. [...]. L’instruction qu’ils reçoivent et la direction qui leur est donnée tendent à former des hommes de caractère, des citoyens éclairés et des fonctionnaires utiles »100.

  • 101 Ibid., lettre du 23 septembre 1883.
  • 102 Ibid., rapport du directeur sur l’année 1882-1883, daté du 27 juin 1883.

47En 1882-1883, on voit ainsi apparaître le professeur Penjon, enseignant à la faculté des lettres de Douai, qui vient à l’école normale donner 4 heures de cours de psychologie et de morale. Le doyen de la faculté de droit, De Folleville, vient faire le cours d’instruction civique, de législation et d’économie politique (2 heures)101. Le rapport du directeur sur l’année 1882-1883 relève 180 places pour 174 élèves présents (60 en première année, 60 en seconde année et 54 en troisième année). Cinq élèves de première année ont été sanctionnés dont trois d’exclusion pour « introduction dans l’école d’écrits pornographiques »102. Le rapport annuel sur l’année 1884-1885 indique 168 élèves et relève leurs bons résultats :

  • 103 Ibid., rapport du directeur sur l’année 1884-1885, daté du 13 juin 1885.

« La discipline et le travail sont de tradition à l’école normale. Les sorties libres sont passées maintenant dans les habitudes. Les élèves n’abusent pas de la liberté qui leur est accordée mais ils ne savent pas toujours la faire servir à leur éducation. On désirerait pour eux des relations plus utiles, des distractions plus intelligentes. Je crains que le plaisir de l’estaminet, si cher aux Flamands de tous les temps, ne soit encore un des grands attraits des sorties »103.

  • 104 Ibid., registre des délibérations de la commission de surveillance de l’école normale, 16 janvier 1 (...)
  • 105 Ibid., lettre du ministre Léopold Paye au recteur, 7 février 1888.

48La laïcisation des programmes, par la fin de la présence de l’enseignement de l’histoire sainte et du catéchisme (1881) et le départ de l’aumônier (1883), font que la chapelle de l’école normale n’est plus utilisée. Le comité de surveillance, dans sa séance du 16 janvier 1888, reprend alors « le projet ajourné pour insuffisance de ressources d’affecter l’ancienne chapelle de l’école à des réunions générales des élèves-maîtres et à l’installation d’un musée pédagogique complet »104. L’inspecteur d’académie, dans un courrier du 26 janvier 1888, appuie la demande de création de ce foyer de lecture et de discussion. Un premier projet a échoué faute d’argent. Le ministre Léopold Faye écrit au recteur, le 7 février 1888, pour donner son accord au prélèvement sur les fonds disponibles de l’établissement d’une somme de 897,61 francs destinée à la « transformation de l’ancienne chapelle en une salle de réunion pour les élèves »105. Une page de l’histoire de la formation des maîtres est bien tournée.

La fondation de l’école normale d’institutrices de Douai

  • 106 AD du Nord, 4 N 575, école normale d’institutrices, lettre du 21 septembre 1882 de l’architecte au (...)
  • 107 Ibid., documents divers sur la construction (nombreuses lettres de réclamation de l’entrepreneur Fi (...)

49Pour les institutrices, il ne peut être question de demander aux Dames de Flines de renoncer au contenu religieux de leur formation et, en application de la loi Paul Bert (9 août 1879), les élites départementales doivent construire une école normale. Dans sa session d’août 1880, le conseil général du Nord vote en faveur de la construction d’une école normale alors que la ville de Douai offre un terrain, rue d’Esquerchin. L’adjudication des travaux est passée le 20 juillet 1881 pour un accord préfectoral obtenu le 23 juillet. Diverses lettres de l’architecte pressent le préfet pour qu’il donne des instructions pour les travaux de construction et d’installation du mobilier, « l’école devant ouvrir le 1er octobre 1883 »106. La loi du 6 août 1881 approuve le vote émis par le conseil général à la date du 28 avril 1881 qui demande l’autorisation d’emprunter à la Caisse des lycées, collèges et écoles, une somme de 400 000 francs pour la construction de l’école normale d’institutrices. Le procès-verbal de réception définitive est signé le 9 août 1884 pour une somme globale de 441 543,49 francs107. Le premier règlement est rédigé par la Commission de surveillance, le 17 décembre 1883.

  • 108 AD du Nord, 2 T 2614, registre des délibérations de la Commission de surveillance, séance du 17 déc (...)

Extraits du règlement général de l’école normale des filles de Douai (17 décembre 1883)108
I. Distribution générale des heures de la journée
Article 1 : Le lever a lieu à 5 heures en été et à 6 heures en hiver ; Article 2 : Les heures des repas sont ainsi fixées : déjeuner 7 h 45 ; dîner : 12 heures ; goûter : 16 h 30 ; souper : 20 heures ; Article 3 : Les récréations ont lieu de 7 à 8 heures, de 12 à 13 h 30, de 16 h 30 à 17 heures et de 20 à 21 heures. En outre, une petite récréation a lieu de 9 h 55 à l0 h 10. Une promenade suivra toujours le dîner quand le temps le permettra. Dans le temps indiqué pour la récréation est compris le temps consacré aux repas, aux exercices de gymnastique, aux travaux de jardinage et aux soins du ménage.
II. Observations particulières sur l’emploi du temps des heures de la journée pour le dimanche, le jeudi et les jours de congé
Article 4 : Les élèves seront conduites en promenade le dimanche et le jeudi par deux maîtresses. Les promenades dureront 2 heures en hiver et auront lieu de 13 à 15 heures ; en été, elles se prolongeront d’une demi-heure et auront lieu de 17 à 19 h 30 ; Article 5 : Autant que possible, les promenades du jeudi seront consacrées à des excursions instructives, herborisations, visites de fermes, d’usines. Les élèves ne se rendront jamais dans les manufactures sans que leur visite ait été préalablement annoncée au chef de ces établissements.
III. Dispositions relatives aux sorties
Article 6 : Une sortie est accordée aux élèves une fois par mois, à condition que les parents ou un correspondant désigné par les parents et agréé par la directrice, viennent prendre et ramener l’élève à l’établissement. Les heures de sortie sont fixées de midi à 17 heures en hiver et de midi à 19 h 30 en été.
IV. Récréations et promenades
Article 7 : Les élèves resteront dans la cour de l’école pendant les récréations et ne pourront se rendre dans une autre partie de l’établissement sans y être autorisées par la maîtresse de surveillance ; Article 8 : Le service de propreté de la maison est fait par les élèves-maîtresses d’après une répartition de travail arrêtée par la directrice. Ce service se fait pendant la récréation du matin ; Article 9 : Les exercices de gymnastique ont lieu en récréation ; Article 10 : Lorsque les élèves vont en promenade, elles sortent en rang et suivant l’itinéraire préalablement arrêté par la directrice et la maîtresse de surveillance. Les rangs ne sont rompus qu’à la sortie de la ville et sur l’invitation de la maîtresse ; Article 11 : Pendant la promenade, une élève ne peut quitter son rang et ne doit entrer en relation avec aucune autre personne étrangère sans permission ; Article 12 : Il est expressément défendu de s’écarter du lieu de la promenade et de se soustraire à la surveillance.
V. Exercices de l’intérieur de l’école
Article 13 : Le silence le plus strict est imposé aux élèves pendant les études et surtout au dortoir ; Article 14 : Les élèves sont autorisées à parler au réfectoire mais il faut que la conversation conserve un ton calme et reste dans les limites d’une parfaire convenance ; Article 15 : Les élèves ne peuvent introduire des comestibles au réfectoire ; Article 16 : Le déjeuner, le dîner et le souper se prennent au réfectoire ; le goûter a lieu dans la cour ; Article 17 : Les élèves ne sont appelées au parloir que pendant les heures de récréation. Aucune personne ne sera introduite dans l’établissement sans la permission de la directrice ; [...] ; Article 20 : Il est défendu aux élèves d’introduire dans l’école aucun objet étranger aux études, ni aucun livre imprimé ou morceau de chant qui n’ait été préalablement présenté à la directrice ; Article 21 : Les élèves correspondent avec leurs familles aux heures fixées par l’emploi du temps. Toutes les lettres seront portées dans le cabinet de la directrice par l’élève chargée de ce soin. C’est par ce moyen unique que les élèves enverront leurs lettres [...] ».

  • 109 AD du Nord, 2 T 2614, rapport sur la situation matérielle et morale de l’école normale des filles d (...)

50Le régime est certes plus libéral qu’autrefois mais demeure encore bien rigoureux. Le rapport général sur la situation de l’école normale pour l’année 1883-1884 relève la présence de 87 élèves (dont 18 en troisième année, 20 en seconde année et 49 en troisième année), l’école ayant été bâtie pour 1 50 élèves. L’année a été marquée par le décès de la directrice, Madame Granet. Le rapport sur l’année 1884-1885 permet de savoir l’essentiel. L’école compte 120 élèves réparties entre la première (51), la seconde (48) et la troisième année (21). Trente places sont encore disponibles à l’internat et seront occupées à partir de la prochaine rentrée109. La nourriture est jugée « saine, variée, abondante et bien préparée. L’état sanitaire général ne laisse rien à désirer » dans un bâtiment qui est aussi très récent. Concernant la conduite des élèves, la directrice note que « le grand nombre des élèves en rend la direction difficile et exige une discipline très ferme, une surveillance de tous les instants [...]. L’enseignement est donné par huit maîtresses institutrices dont quatre sont pourvues du titre de professeurs [...]. L’enseignement du chant, du dessin et des langues vivantes est donné par des professeurs extérieurs ».

  • 110 Ibid., lettre de l’inspecteur d’académie du Nord au recteur, 30 novembre 1885.
  • 111 Ibid., lettre du ministre au recteur, 20 mai 1885.
  • 112 Ibid., lettre de l’inspecteur d’académie au recteur, 6 mai 1885.
  • 113 AD du Nord, 2 T 2614, lettre de l’inspecteur d’académie au recteur, 1er février 1886.

51Le milieu normalien reste rigoriste. L’inspecteur d’académie signale au recteur, dans une lettre du 30 novembre 1885, son refus d’autoriser les élèves institutrices à assister à la conférence d’histoire d’Ernest Langlois à la faculté des lettres sur l’influence du pouvoir royal et impérial au Moyen-Âge, malgré le souhait du doyen et de la directrice. « Les élèves retireraient certainement profit de ces conférences mais elles ne disposent d’aucun moment libre, le programme des études étant très chargé. En outre, la présence de ces jeunes filles à des cours publics dans une ville qui renferme des étudiants en grand nombre ne laisserait pas de présenter des inconvénients »110. Le maintien de la discipline et d’une bonne morale exige des mesures fermes et les deux écoles normales n’hésitent pas à renvoyer des élèves jugés « dangereux ». Une lettre du ministre au recteur, le 20 mars 1885 accepte ainsi l’exclusion de deux élèves de troisième année de l’école normale des filles, décidée par la commission de surveillance et confirmée par un avis du recteur du 7 mai 1885. Elles étaient déjà « convaincues dans le mois de mars de l’année dernière d’être sorties furtivement du dortoir pendant quatre nuits consécutives, de 10 à 11 heures »111. Le ministre est même en colère du retard constaté dans la sanction et demande des explications au recteur. Ce dernier répond, dans un rapport du 29 mai 1885, signalant qu’il n’était pas au courant des premières affaires et que les rapports hebdomadaires de la directrice n’en faisaient pas mention. L’agitation remonte à l’année 1884. La directrice a été changée et la situation est meilleure désormais. L’inspecteur d’académie, dans une lettre au recteur du 6 mai 1885, en dit un peu plus. « Leurs examens de fin de trimestre et d’année sont invariablement mauvais ; elles sont les deux dernières de leur classe » et des voisines les ont vues échanger de loin par les fenêtres du dortoir des signes avec les militaires de la caserne qui est à proximité. On a aussi retrouvé des mots dans le jardin de l’école112. En 1886, une nouvelle affaire secoue l’école normale et l’inspecteur la résume dans une lettre du 1er février 1886. Une élève de 3e année a été exclue car elle recevait des lettres d’un jeune homme et, malgré les remontrances de la directrice, a continué à en recevoir. Une lecture attentive des courriers montre qu’elle passe ses vacances avec ce jeune-homme. « On a trouvé aussi dans sa table un écrit pornographique intitulé Description d’une première nuit de noces »113.

  • 114 AD du Nord, 6 V 84, rapport de police 13 juillet 1904.

52On ne peut donc dire, pour le département du Nord, qu’il y ait réellement laïcisation de la structure de formation des institutrices mais plutôt dédoublement des structures avec d’un côté l’école normale laïque ouverte en 1883 et de l’autre le maintien de l’activité du cours normal chez les Sœurs de Flines qui continue, jusqu’en 1904, à former des institutrices mais uniquement pour les écoles privées désormais. Le 13 juillet 1904, le commissaire de police de la commune de Douai « certifie s’être transporté à la maison mère de la Compagnie ci-dessus mentionnée (Dames de Flines) et avoir remis à Madame la Supérieure générale un extrait de l’arrêté de Monsieur le Président du Conseil, ministre de l’Instruction publique et des Cultes, en date du 10 juillet 1904, inseré au Journal officiel du 11 du même mois, prononçant la fermeture dans un délai qui expirera le 1er octobre 1904 des établissements congréganistes enseignants dont la désignation précède »114.

La place de Dieu et de la religion dans le cours de morale après 1882-1883

53Il ne semble pas y avoir de conflits violents au sein des deux écoles normales jusqu’en 1914 et la laïcité se montre à l’usage assez tolérante. Chaque élève-maître est laissé libre de conserver la religion de son choix, même si sa pratique se déroule désormais dans le cadre privé et en dehors de l’école normale. En 1885 cependant, signe des tensions du temps et des enjeux très politiques de ces questions, l’école normale des jeunes filles de Douai est agitée par une affaire de « morale ». L’inspecteur d’académie en fait le récit dans une lettre du 25 mars 1885 : « Mademoiselle Thomas, économe de l’école normale d’institutrices de Douai, se marie prochainement et compte donner sa démission le 1er avril prochain » mais elle assure encore l’intérim jusqu’à l’arrivée de sa remplaçante. La Vraie France dans son numéro du 28 avril 1885 parle alors d’un « scandale universitaire », revenant aussi sur la nomination de Madame Granet à la tête de l’école puis sur son décès.

  • 115 AD du Nord, 2 T 2614, La vraie France, 28 avril 1885.

« Il semble que l’école normale de filles de Douai veuille porter de continuels défis à l’opinion catholique. L’an dernier La Vraie France relatait le scandale de la nomination d’une protestante comme directrice de cent jeunes filles catholiques. Elle flétrissait le spectacle de l’enterrement calviniste de cette dame qui a été escortée à sa dernière demeure par ses élèves et par toute la gent universitaire de Douai. Aujourd’hui, cette même ville nous offre le nouveau scandale d’un mariage avec un divorcé [...]. Charlotte Thomas, maîtresse-adjointe et économe, épouse M. Charles Tourtel, membre du conseil général de la Meurthe-et-Moselle, époux divorcé [...]. Quant aux malheureuses jeunes filles enfermées dans le gynécée de la rue d’Esquerchin, elles pourront méditer à loisir, dans leurs heures de rêveries, sur l’étrange situation matrimoniale que va se créer la future madame Tourtel. Elles se rappeleront sans doute que, devant l’Église comme devant la conscience, le divorce est toujours défendu même quand la loi civile le permet [...]. Il est triste de songer que des jeunes filles qui ont reçu de telles leçons de choses et qui ont sous les yeux de pareils exemples, vont ensuite recevoir la mission d’enseigner la morale à tout un peuple d’enfants. Que vont penser, que vont dire du divorce celles qui, l’an prochain, peut-être seront les prêtresses attitrées de la morale civique »115.

  • 116 Marcel Grandière, Remi Paris et Daniel Galloyer, La formation des maîtres en France…, op. cit., déc (...)
  • 117 Ibid., Arrêté relatif au programme d’enseignement dans les écoles normales du 22 janvier 1881, p. 2 (...)

54En réalité, et jusqu’au début du XXe siècle pour le moins, la morale laïque que vont mettre en place et diffuser les réformateurs républicains, par le biais des écoles normales, apparaît encore fortement empreinte de spiritualisme et respectueuse de la religion. Dans le décret relatif à l’organisation de l’enseignement dans les écoles normales primaires du 22 janvier 1881, il est encore noté, dans l’article 1er, que « l’enseignement dans les écoles normales primaires soit d’instituteurs soit d’institutrices, comprend, en dehors de l’instruction religieuse, réservée aux ministres des cultes, l’instruction morale et civique, la lecture, l’écriture, etc. »116. L’instruction religieuse est donnée aux élèves, « suivant la religion qu’ils professent, par les ministres des différents cultes nommés aumôniers ou agréés par le ministre de l’Instruction publique. Le vœu des pères de famille sera toujours respecté et suivi en ce qui concerne la participation de leurs enfants à l’instruction religieuse (article 2) ». L’arrêté du 22 janvier 1881 relatif au programme d’enseignement dans les écoles normales ne porte que sur les programmes de quatre disciplines : l’instruction religieuse (donnée par l’aumônier), l’instruction morale et civique, la pédagogie et l’administration scolaire117. L’instruction morale (deux heures par semaine en première puis en deuxième année) porte tout d’abord sur des notions de psychologie et de morale théorique (les facultés humaines, le plaisir et la douleur, l’intelligence, les sentiments, etc.) pour aboutir sur quelques grands principes (la conscience morale, le bien, le devoir, etc.). On notera en fin de première année des leçons sur « les sanctions de la morale : sanction individuelle (satisfaction morale et remords), sanctions sociales ; sanctions supérieures : la vie future et Dieu ». En seconde année, le cours est davantage tourné vers la morale pratique (les devoirs individuels, familiaux, professionnels, devoirs du citoyen, etc.). Ici encore, l’année s’achève par les « devoirs religieux et les droits correspondants. Liberté des cultes. Rôle du sentiment religieux en morale ».

  • 118 Ibid., Décret relatif à l’organisation des écoles normales primaires du 29 juillet 1881, p. 297 et (...)
  • 119 Ibid., Arrêté relatif au règlement, à l’emploi du temps, à la répartition des matières d’enseigneme (...)

55Le décret relatif à l’organisation des écoles normales primaires du 29 juillet 1881 ne modifie rien en ce qui concerne ces enseignements spécifiques. L’article 10 note cependant que les aumôniers « résident en dehors de l’établissement »118. Cette fonction d’aumônier est ensuite supprimée par le décret du 9 janvier 1883. Deux arrêtés relatifs au règlement, à l’emploi du temps, à la répartition des matières d’enseignement et aux programmes d’études dans les écoles normales du 3 août 1881 font ensuite paraître l’ensemble des programmes, matière par matière, pour les garçons et pour les filles119. Le programme de morale est le même pour les normaliens et les normaliennes et demeure identique à celui fixé en janvier de la même année alors que l’instruction religieuse disparaît. L’instruction morale et civique dispose de deux heures hebdomadaires en première année puis en seconde année (sur 29 heures) et d’une heure par semaine pendant un semestre en dernière année. Pour les filles, l’instruction morale et civique entre pour une heure par semaine pour chaque année.

  • 120 Pierre Ognier, Une école sans Dieu ? (1880-1895), l’invention d’une morale laïque sous la IIIe Répu (...)
  • 121 Marcel Grandière, Remi Paris et Daniel Galloyer, La formation des maîtres en France..., op. cit., I (...)

56Le programme de morale a été rédigé par Ferdinand Buisson (directeur de l’Enseignement primaire), Henri Marion (professeur de philosophie en lycée) et Paul Janet (professeur de philosophie à la Sorbonne). La morale du devoir qui est ainsi définie se termine par des conclusions d’ordre religieux, à la fois dans le programme de morale théorique (première année) et dans celui de morale pratique (seconde année). Dans cette conception de la morale, le mot laïque ne s’oppose pas au mot religieux mais au mot ecclésiastique, affirmant une morale indépendante de toute Église. L’idée de Dieu intervient comme le terme de la morale, comme « le symbole supérieur et la condensation vivante de tout ce qu’il y a de grand, de noble et de saint parmi les hommes »120. L’instruction spéciale sur l’application des programmes d’enseignement dans les écoles normales, datée du 18 octobre 1881, insiste sur l’importance du nouvel enseignement d’instruction morale et civique qui revient au directeur : « C’est pour la première fois qu’un cours réglé et méthodique d’instruction morale et civique va être professé dans les écoles normales. La matière est délicate autant que nouvelle et, pour la bien traiter, ce n’est pas trop de toute l’expérience et de tout le zèle des directeurs »121.

  • 122 Voir Patrick Cabanel, Le Dieu de la République. Aux sources protestantes de la laïcité (1860-1900),(...)

57L’imprégnation d’une certaine forme de religiosité existe encore que l’on peut longtemps déceler dans les cours de morale. S’affirme une forme de religion laïque, confessionnellement neutre, fondée sur une « idée morale de Dieu », sorte de compromis entre protestants libéraux et philosophes spiritualistes122. C’est le religieux institué et lié à une confession spécifique, c’est-à-dire le catéchisme, les prières et les invocations en début et en fin de classe, qui est évacué de l’école publique en 1882 mais le religieux spiritualiste, détaché de tout appareil dogmatique et rituel est maintenu. Il y a bien le maintien d’une religion sans dogmes, sans rites et sans structure ecclésiale et cléricale.

58L’arrêté du 10 août 1885 relatif à l’enseignement de la morale et des sciences physiques et naturelles dans les écoles normales, reprend une heure aux horaires d’écriture pour la donner aux sciences naturelles et physiques. De nouveaux programmes sont aussi dressés, en particulier pour le cours de morale et d’instruction civique. En première année, le cours commence par la révision des programmes de morale du cours supérieur des écoles primaires puis s’intéresse surtout à la morale sociale (la famille, la société, la justice, la charité, la fraternité, etc.) avant de terminer avec la patrie (droits et devoirs du citoyen, impôt, vote, « droits qui correspondent à ces devoirs », etc.).

  • 123 Marcel Grandière, Remi Paris et Daniel Galloyer, La formation des maîtres en France..., op. cit., A (...)

« Dans chacun de ces chapitres du cours de morale sociale, on fera remarquer à l’élève, sans entrer dans des discussions métaphysiques [...], la distinction entre la loi écrite et la loi morale : l’une fixe un minimum de prescriptions que la société impose à tous ses membres sous des peines déterminées, l’autre impose à chacun, dans le secret de sa conscience, un devoir que nul ne le contraint à remplir, mais auquel il ne peut faillir sans se sentir coupable envers lui-même et envers Dieu »123.

59En seconde année, le programme porte sur les notions élémentaires de psychologie puis sur les grands principes de cette morale théorique (la conscience morale), le Bien et le Mal, l’obligation et le devoir, les sanctions de la morale qu’elles soient individuelles, sociales ou « supérieures : la vie future et Dieu ». En troisième année, le cours porte sur la morale pratique et ses applications, définissant les multiples devoirs de l’homme à la fois dans son individualité, dans ses relations avec les autres, dans ses devoirs professionnels, civiques, politiques mais aussi religieux. On retrouve alors la thématique suivante : « Devoirs religieux et droits correspondants : liberté des cultes. Rôle du sentiment religieux en morale ». Il s’agit bien là de la reprise de l’ancien programme de morale.

  • 124 Ibid., Arrêté pour l’exécution de la loi organique de l’enseignement primaire, 18 janvier 1887, p.  (...)
  • 125 Ibid., Arrêté du 10 janvier 1889 relatif à l’emploi du temps, à la répartition des matières d’ensei (...)

60Le programme de morale en usage dans les écoles normales est ensuite remanié en application de la loi Goblet du 30 octobre 1886. L’arrêté du 18 janvier 1887124 puis celui du 10 janvier 1889 relatif à l’emploi du temps, à la répartition des matières d’enseignement et aux programmes des études dans les écoles normales primaires125 viennent modifier les horaires et les programmes. À partir de janvier 1887, l’instruction civique dispose d’une heure par semaine en troisième année alors que la morale dispose de deux heures par semaine en première année puis en seconde année. En janvier 1889, le bloc « psychologie-morale-pédagogie » dispose de deux heures chaque semaine dans chacune des trois années alors que l’instruction civique, associée à l’histoire désormais, compte trois heures hebdomadaires, à la fois chez les garçons et les filles. L’enseignement moral comprend désormais, en première année, une partie entièrement nouvelle qui propose, après une présentation des notions élémentaires de psychologie, une « application des notions de psychologie à l’éducation » (éducation physique, intellectuelle, morale). On assiste alors nettement à une accentuation de l’approche psychologique, en lien avec le futur métier d’enseignant (jeux et exercices de l’enfant, développement des facultés intellectuelles aux différents âges ; méthodes d’enseignement, la discipline, les récompenses et les punitions, etc.). En seconde année, on retrouve la morale théorique et ses grands principes (conscience morale, liberté et responsabilité, l’obligation et le devoir, etc.). En fin d’année, les élèves-maîtres s’intéressent aux « sanctions de la morale » : individuelles, sociales mais aussi à la « sanction supérieure : la vie future et Dieu ». La dimension religieuse est conservée mais elle est désormais réduite en perdant « le rôle du sentiment religieux en morale ». La fin de la seconde année s’intéresse ensuite à la morale pratique et à ses applications (devoirs individuels, familiaux, sociaux, devoirs de justice, devoirs civiques, etc.). En troisième année, le premier trimestre est consacré à des révisions des cours de première et de seconde années puis à des cours de pédagogie pratique et d’administration scolaire et à des notions d’économie politique.

  • 126 Ibid., décret du 4 août 1905 relatif aux écoles normales primaires, p. 556 et suivantes.

61Il semble en fait que cette référence à Dieu comme « sanction suprême de la morale » s’estompe progressivement dans les années 1890 puis surtout dans les premières années du XXe siècle. On assiste, dans de nombreuses écoles normales, à une forme de radicalisation du message exprimé dans les cours de morale, l’articulation avec un possible Dieu s’estompant. Le décret relatif aux écoles normales primaires du 4 août 1905 vient aussi changer profondément l’organisation des études normaliennes en regroupant les enseignements théoriques dans les deux premières années pour professionnaliser davantage la troisième126. L’arrêté du même jour revoit les programmes et l’on retrouve le bloc « psychologie-morale-pédagogie » pour 2 heures par semaine en première année puis en seconde année. L’instruction civique est associée à l’histoire pour deux heures par semaine en première année puis en seconde année. En troisième année, on retrouve une heure d’histoire et d’instruction civique et deux heures liées à la morale, à l’éducation et aux doctrines pédagogiques, pour les garçons comme pour les filles. Les thématiques générales du cours de morale demeurent identiques. La première année porte sur des notions élémentaires de psychologie puis sur leur application à l’éducation et à l’enfant. On ne trouve plus qu’une petite mention des « inclinaisons impersonnelles : amour du vrai, du beau, du bien. Le sentiment religieux ». En seconde année, le cours porte sur la morale théorique à la fois au niveau individuel, dans la famille et la société (relation à autrui, monde professionnel, etc.) puis dans la nation avant de se clore par « les devoirs et les droits des nations ». La recherche du bien moral n’est plus articulée à la présence finale de sanctions divines. Il s’agit de montrer le « pouvoir de l’homme sur lui-même », l’importance de la solidarité, mais aussi le respect des personnes dans leurs croyances et leurs opinions par application de la liberté.

  • 127 AD du Nord, 2 T 2604, rapport mensuel, sujets de composition française, avril 1898, école normale m (...)
  • 128 Ibid., sujets de composition française, décembre 1899, école normale masculine.
  • 129 Ibid., sujets de composition française, janvier 1900, école normale masculine.
  • 130 AD du Nord, 2 T 2606, rapports mensuels, école normale de garçons de Douai, mars 1902, troisième an (...)
  • 131 Ibid., sujet de seconde année, mars 1911.
  • 132 Ibid., sujet de seconde année, décembre 1913

62L’examen des sujets de composition française donnés aux normaliens et normaliennes de Douai, très souvent indiqués dans les rapports, permet d’entrer dans cet univers moral souhaité. En avril 1898, on trouve par exemple, ce sujet : « Dégager les deux morales qui se trouvent mises en action dans la fable La cigale et la fourmi. L’une ou l’autre suffisent-elles comme règle de conduite127 (première année) » ? En décembre 1899, l’un des sujets de la troisième année demande (garçons) : « Quelles qualités et quelles vertus voulez-vous acquérir pour réaliser, dans la carrière que vous avez choisi, l’honnête homme et le bon citoyen tel que nous l’avons conçu dans notre cours de morale ? »128. En janvier 1900, on peut trouver, parmi de nombreux sujets (garçons), : « Expliquer cette pensée : vouloir, c’est pouvoir ; Est-ce vrai que de la discussion jaillit la lumière ? ; Développer cette pensée de Voltaire : le travail éloigne de nous trois grands maux : l’ennui, le vice et la misère »129. Parmi les sujets de mars 1902, à l’école normale masculine, on peut relever : « Quels sont les principes essentiels de la Déclaration des droits de l’homme ? Quelle place l’instituteur doit-il lui faire à l’école primaire ? »130. Dans les sujets de mars 1911, celui de seconde année demande de développer ce mot de Voltaire prêchant la tolérance : « Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères, qu’ils aient en horreur la tyrannie exercée sur les âmes comme ils ont en exécration le brigandage qui ravit par la force le fruit de leur travail »131. En décembre 1913, les normaliens de seconde année travaillent sur la solidarité : « Pour quels motifs pratique-t-on, selon vous, la solidarité entre camarades, entre collègues. Jusqu’à quel point peut-on compter sur cette solidarité ? »132.

  • 133 AD du Nord, 2 T 2618, école normale des filles de Douai (1886-1900), rapport du 28 février 1898
  • 134 AD du Nord, 2 T 2619, école normale des filles de Douai (1900-1914), rapport mensuel de juillet 190 (...)
  • 135 Ibid., rapport mensuel d’octobre 1910.

63On retrouve dans l’ensemble les mêmes thématiques chez les filles. Le rapport hebdomadaire du 28 février 1898 note les sujets suivants : « Expliquer cette expression : être raisonnable. Essayer de faire le portrait d’une personne raisonnable ? » (première année) » ; Que pensez-vous de cette maxime : Il faut bien faire et laisser dire ». Préciser en la portée et dites s’il est bon de ne jamais se préoccuper de l’opinion des autres ? »133. En juillet 1905, en troisième année, l’un des sujets est le suivant : « Expliquer ce mot que Gargantua écrivait à son fils : Science sans conscience n’est que ruine de l’âme : Quelles réflexions doit-il suggérer et quelles résolutions est-il de nature à faire prendre à de futures institutrices ? »134. L’un des sujets d’octobre 1910 demande : « Madame de Maintenon disait souvent aux Demoiselles de Saint-Cyr : « Soyez simples ». En quoi consiste, selon vous, la simplicité ? Montrer comment elle se manifeste dans la tenue, les manières, le langage et les sentiments (seconde année) ? »135. Nous sommes bien ici dans une morale humaine du devoir et de la volonté raisonnable.

64Dans le département du Nord, le développement des structures de formation professionnelle des maîtres et des maîtresses est net sur la longue durée du XIXe siècle. Si l’on peut relever la progressive affirmation des prérogatives de l’État sur cette formation, par le biais des écoles normales, de leurs règlements et de leurs programmes uniformisés, le mouvement s’opérant d’abord chez les garçons, il faut aussi insister sur certaines continuités avec les situations existantes avant la Révolution française. L’une des principales est la volonté constamment maintenue jusqu’au « moment Ferry » de fonder l’éducation normalienne sur les préceptes du christianisme. Le « bon » instituteur et la « bonne » institutrice sont certes instruits et armés pédagogiquement pour faire la classe mais ils doivent et d’abord être de « bons chrétiens », pratiquant et expliquant les préceptes de la religion. Au sein de l’école normale masculine fondée à Douai en 1834, les cours d’histoire sainte et de catéchisme, mais aussi les pratiques de piété, sont constantes. Il en va de même bien évidemment au sein du cours normal féminin ouvert en 1845 et annexé au couvent des Bernardines (Dames de Flines). À ce niveau, la rupture des années 1879-1883 est nette, par la laïcisation des programmes mais aussi de la vie quotidienne des élèves-maîtres qui demeurent cependant au sein de la même école normale. Pour les élèves-maîtresses, ce processus de laïcisation s’accompagne d’une mutation spatiale, par leur transfert au sein de la nouvelle école normale ouverte en 1883. Au-delà de ce constat général, il faut néanmoins relativiser certaines analyses souvent trop vite menées et ceci sur trois points.

65La formation normalienne jusqu’en 1881-1882 est certes fortement marquée par la religion mais il ne faut pas survaloriser ce poids du religieux. Dans les volumes horaires globaux des leçons, dans les activités hebdomadaires des élèves, dans les achats d’ouvrages de la bibliothèque aussi, la religion est certes présente mais à côté de nombreux autres savoirs et d’autres activités. Il faut aussi replacer cette présence du religieux dans le contexte général de l’époque qui demeure très fortement marqué par le catholicisme. Dans le même temps, de nombreux indices laissent à penser que cette « imprégnation religieuse » des élèves est aussi parfois assez superficielle. C’est une obligation du temps en même temps que de l’institution mais il n’y a pas forcément pénétration au plus profond des âmes normaliennes des savoirs transmis et des croyances espérées. La formation dispensée par les Dames de Flines, loin des images véhiculées par les réformateurs républicains en quête d’arguments pour justifier l’imposition des écoles normales féminines, n’est pas de mauvaise qualité. Certes, les Bernardines ne peuvent former des cohortes nombreuses d’institutrices ; certes le lien qui se crée alors entre la congrégation et les maîtresses est souvent durable, mais les communes, les prêtres et les autorités administratives de l’Instruction publique reconnaissent le bon travail opéré par les sœurs dans la formation d’institutrices qui demeurent laïques. La laïcisation des programmes, la fin de la présence de l’aumônier, la transformation de la chapelle en « foyer des élèves », la disparition des exercices de piété marquent à l’évidence une rupture décisive. Il faut cependant, là encore, se garder d’imaginer une sortie immédiate du « religieux ». Une place est longtemps faite dans les programmes du cours de morale au « rôle du sentiment religieux en morale » et à la « sanction supérieure » que représentent la vie future et Dieu. La morale scolaire laïque comporte ainsi longtemps une forte dimension religieuse, même si elle est déconfessionnalisée. On peut néanmoins remarquer un déclin assez net de cette présence du religieux dans les premières années du XXe siècle.

Notes

1 Octave Gréard, La législation de l’instruction primaire en France depuis 1789 jusqu’à nos jours, Paris, A. Delalain, tome II, 1891, « Exposé des motifs du projet de loi présenté à la Chambre des députés par M. Guizot », p. 1-11.

2 Voir jean-François Condette, Histoire de la formation des enseignants en France aux XIXe-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 2007, 354 p.

3 Archives départementales du Nord (désormais AD du Nord), 2 T 68, lettre du recteur au préfet, 18 novembre 1828.

4 Gilbert Cavro, L’école normale de Douai de sa fondation en 1834 à sa transformation en 1971, Lille 3, maîtrise, 1991, 219 p.

5 AD du Nord, 2 T 2590, extrait du registre des délibérations du conseil général du Pas-de-Calais, 6 août 1833.

6 AD du Nord, 2 T 2590, avis du baron Méchin.

7 AD du Nord, 2 T 2590, règlements multiples des écoles normales existantes envoyés au préfet et au recteur.

8 André Canivez, L’école normale d’instituteurs de Douai de 1834à 1961, Douai, Amicale des anciens élèves, 1962, 186 p.

9 Richard Hemeryck, « La congréganisation des écoles normales du département du Nord au milieu du XIXe siècle (1845-1883) », Revue du Nord, Janvier-Mars 1974, no 220, p. 13-28.

10 Marcel Grandière, Remi Paris et Daniel Galloyer, La formation des maîtres en France (1792-1911) : Recueil de textes officiels, Lyon, INRP, 2007, p. 53-57.

11 Ibid., Catalogue des livres qui doivent composer les bibliothèques des écoles normales primaires, 7 juillet 1835, p. 68-72.

12 AD du Nord, 2 T 2590, registre des délibérations du Conseil royal de l’Instruction publique, séance du 10 décembre 1833.

13 AD du Nord, 2 T 1043, règlement pour les études de l’école normale de Douai, 23 octobre 1849.

14 AD du Nord, 2 T 2591, école normale primaire de Douai, listes des ouvrages.

15 AD du Nord, 2 T 2595, lettre du ministre au recteur, 24 juillet 1847.

16 AD du Nord, 2 T 2592, lettre du recteur au directeur de l’école, 15 mars 1848.

17 Ibid., lettre du directeur de l’école normale au recteur, datée du 18 mars 1848.

18 Ibid., rapport du directeur sur l’année 1847-1848.

19 AD du Nord, 2 T 2593, rapport du directeur du 23 décembre 1848.

20 Ibid., lettre du directeur au recteur, 5 juin 1849 ; lettre du recteur au ministre du 10 février 1849.

21 AD du Nord, 2 T 2593, lettre du comte de Falloux au recteur, 25 janvier 1849.

22 Ibid., rapport du directeur du 26 décembre 1849.

23 Ibid., procès-verbal de la commission de surveillance, 28 décembre 1848.

24 Archives nationales, Fl7 9285, rapport du recteur Guillemin au ministre, 18 juin 1856.

25 AD du Nord, 2 T 89, minute du recteur au ministre, 20 août 1850.

26 AD du Nord, 2T 1043, lettre du directeur de l’école normale au recteur, 16 août 1850.

27 Richard Hemeryck, « La congréganisation des écoles normales du département du Nord au milieu du XIXe siècle (1845-1883), Revue du Nord, Janvier-Mars 1974, no 220, p. 16.

28 Marcel Grandière, Remi Paris et Daniel Galloyer, La formation des maîtres en France..., op. cit., Règlement relatif aux écoles normales primaires du 24 mars 1851, p. 145-149.

29 Ibid., circulaire du 24 avril 1851, p. 149-150.

30 Ibid., arrêté du 31 juillet 1851 fixant les programmes d’enseignement dans les écoles normales, p. 153 et suivantes.

31 AD du Nord, 2 T 89, minute du recteur au ministre, 23 octobre 1850.

32 AD du Nord, 2 T 59, procès-verbaux du conseil académique, séance du 18 décembre 1851.

33 AD du Nord, 2 T 2509, école normale de Douai (1854-1858), rapport de la commission de surveillance, juillet 1855.

34 Ibid., rapport sur les études et la discipline pour l’année 1854-1855, daté du 15 juillet 1855.

35 AD du Nord, 2 T 386, dossier de l’abbé Loizellier. Voir aussi Archives nationales, F17 21 192, dossier de l’abbé Loizellier.

36 AD du Nord, 2 T 2509, rapport de l’inspecteur d’académie du Nord au recteur, 29 décembre 1855.

37 Ibid., rapport de l’abbé Loizellier sur l’année 1855-1856, daté du 1er août 1856.

38 Archives nationales, F17 9282, rapport mensuel des recteurs, novembre 1856.

39 AD du Nord, 2 T 2509, emploi du temps validé par l’inspecteur d’académie Gisclard, le 14 janvier 1856.

40 Archives nationales, F17 9282, Rapport mensuel des recteurs, rapport de juin 1856.

41 AD du Nord, 2 T 70, Lettre de l’abbé Loizellier aux curés du diocèse, 15 février 1858.

42 AD du Nord, 2 T 2510, École normale de garçons de Douai (1856-1860), rapport annuel du directeur daté du 20 août 1858.

43 AD du Nord, 2 T 2509, Lettre de l’inspecteur d’académie du Nord au recteur, 19 septembre 1857.

44 . AD du Nord, 2 T 964, Rapport de l’inspecteur Bourgeois, 21 janvier 1858.

45 Archives nationales, F17 20 955, dossier personnel de Prosper Hilaire.

46 Ibid., lettre de Monseigneur Régnier au ministre de l’Instruction publique, 12 août 1858.

47 AD du Nord, 2T 2510, rapport de Prosper Hilaire au recteur, 24 juillet 1859.

48 Ibid., rapport de Prosper Hilaire au recteur, 15 juillet 1860.

49 Marcel Grandière, Remi Paris et Daniel Galloyer, La formation des maîtres en France..., op. cit., décret relatif aux écoles normales primaires du 2 juillet 1866 et Instruction aux recteurs du 2 juillet 1866, p. 205-215.

50 AD du Nord, 2 T 2512, compte rendu sur l’école normale, 8 mai 1864.

51 AD du Nord, 2 T 2510, rapport du directeur Hilaire, 20 juillet 1860.

52 Collectif, Les religieuses enseignantes (XVe–XXe siècles), Actes de la quatrième rencontre d’histoire religieuse, Fontevraud, 4 octobre 1980, Angers, Presses universitaires d’Angers, 1981, 164 p.

53 Françoise Mayeur, « La formation des institutrices avant la loi Paul Bert : les cours normaux » dans Revue d’histoire de l’Église de France, tome LXXXI, no 206, janvier-juin 1995, L’enseignement catholique en France aux XIXe et XXe siècles, Paris, 1995, p. 121-130.

54 Rebecca Rogers, Les bourgeoises au pensionnat : l’éducation féminine au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2007, chapitre V : « Vocations et professions : l’exemple de la sœur enseignante », p. 179-210 ; Sarah A. Curtis, L’enseignement au temps des congrégations : Le diocèse de Lyon (1801-1905), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2003, 282 p.

55 AD du Nord, 2 T 2612, Dames de Flines (1843-1849), Lettre de Villemain au préfet du Nord, 11 janvier 1841.

56 Ibid., Lettre de l’Archevêque de Cambrai au recteur datée du 6 avril 1842.

57 Ibid., Lettre du recteur Gratet-Duplessis à l’Archevêque de Cambrai, 30 mai 1842.

58 Ibid., Circulaire du ministre Villemain aux recteurs d’académie, 12 juillet 1843.

59 Ibid., Rapport de l’inspecteur Carlier, 28 juillet 1843.

60 Ibid.

61 AD du Nord, 6 V 84, Dames de Flines (documents divers sur cette congrégation).

62 Voir l’abbé E. Hautcoeur, Histoire de l’abbaye de Flines, Paris, J.-B. Dumoulin, 1874, et Lille, L Quarré Librairie, 523 p. et annexes (surtout le chapitre 30 : « le cours normal d’institutrices et le pensionnat de Flines », p. 364 et suivantes).

63 AD du Nord, 2 T 2612, lettre de sœur Stéphanie au recteur, 15 septembre 1844.

64 Ibid., lettre du ministre Villemain au préfet du Nord, 21 septembre 1844.

65 AD du Nord, 2 T 2612, arrêté préfectoral du 29 septembre 1845.

66 Archives nationales, F17 9311, rapport de l’inspecteur Carlier, 19 décembre 1846.

67 AD du Nord, 2 T 2612, procès-verbal de l’examen d’admission, août 1849.

68 E. Hautcoeur, Histoire de l’abbaye de Flines.... op. cit., p. 366.

69 AD du Nord, 2 T 2613, règlement intérieur, 23 mai 1845.

70 Ibid., séance du Conseil royal de l’Instruction publique, 25 février 1845.

71 Ibid., règlement intérieur validé par le Conseil royal.

72 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie au recteur, 24 août 1854.

73 AD du Nord, 2 T 68, rapport du recteur Guillemin au ministre, 13 février 1864.

74 AD du Nord, 2 T 69, lettre de la directrice du cours normal à l’inspecteur, 24 mai 1867.

75 Archives nationales, Fl7 9285, rapport du recteur Guillemin au ministre, 18 juin 1856.

76 Archives nationales, F17 9270, rapport sur le département du Nord, 11 juin 1872 par l’inspecteur Gandon.

77 Richard Hemeryck, « La congréganisation des écoles normales du département du Nord au milieu du XIXe siècle (1845-1883) : Aux origines de l’école normale de Douai : le cours normal des Dames de Flines », Revue du Nord, no 217, Avril-juin 1973, p. 116.

78 AD du Nord, 2 T 970, lettre de l’inspecteur Jarry au recteur, 13 novembre 1870.

79 AD du Nord, 2 T 2512, rapport du 4 avril 1868.

80 Ibid., copie du programme des études du cours normal d’institutrices de Douai-Flines, avril 1852.

81 Archives nationales, F17 10 869, rapport de l’inspectrice Caillard sur le cours des Dames de Flines, année 1874-1875.

82 Richard Hemeryck, « La congréganisation des écoles normales du département du Nord... », article cité, p. 117.

83 Archives nationales, F17 10 869, rapport d’inspection de Madame Caillard, année 1874-1875.

84 Archives nationales, F17 10 874, rapport de l’inspectrice générale Monternault, 25 septembre 1868.

85 Richard Hemeryck, « La congréganisation des écoles normales du département du Nord... », article cité, p. 119.

86 AD du Nord, 6 V 84, Dames de Flines, nombreux contrats et documents notariés.

87 Intervention de Jules Ferry au Sénat, le 1er août 1879, extrait de P. Chevallier et B. Grosperrin, L’enseignement français de la Révolution à nos jours, tome II : Documents, Paris, Mouton, 1971, p. 303-304.

88 AD du Nord, 2 T 64, registre des délibérations du conseil académique de Douai, séance du 26 juin 1873.

89 Ibid., séance du 27 juin 1874.

90 Ibid., séance du 24 juin 1875.

91 Ibid., séance du 18 juin 1877.

92 AD du Nord, 2 T 92, préparation du conseil académique, juin 1878.

93 AD du Nord, 2 T 64, registre des délibérations du conseil académique séance du 3 juillet 1878.

94 AD du Nord, 4 N 571, construction école normale, séance du conseil général du 8 avril 1875.

95 Ibid, procès-verbal de réception définitive des travaux, 22 juillet 1878 (nombreux documents).

96 AD du Nord, 2 T 2604, école normale de garçons de Douai, rapports hebdomadaires, semaine du 22 au 29 novembre 1873.

97 Ibid., rapport du 31 août au 7 septembre 1874.

98 Ibid., rapport sur la semaine du 19 au 26 mai 1877.

99 Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Recueil des monographies pédagogiques publiées à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889, tome II, Paris, Imprimerie nationale, 1889, p. 574.

100 AD du Nord, 2 T 2600, rapport du directeur de l’école normale de Douai sur l’année 1881-1882.

101 Ibid., lettre du 23 septembre 1883.

102 Ibid., rapport du directeur sur l’année 1882-1883, daté du 27 juin 1883.

103 Ibid., rapport du directeur sur l’année 1884-1885, daté du 13 juin 1885.

104 Ibid., registre des délibérations de la commission de surveillance de l’école normale, 16 janvier 1888.

105 Ibid., lettre du ministre Léopold Paye au recteur, 7 février 1888.

106 AD du Nord, 4 N 575, école normale d’institutrices, lettre du 21 septembre 1882 de l’architecte au préfet du Nord.

107 Ibid., documents divers sur la construction (nombreuses lettres de réclamation de l’entrepreneur Fidon).

108 AD du Nord, 2 T 2614, registre des délibérations de la Commission de surveillance, séance du 17 décembre 1883.

109 AD du Nord, 2 T 2614, rapport sur la situation matérielle et morale de l’école normale des filles de Douai en 1884-1885.

110 Ibid., lettre de l’inspecteur d’académie du Nord au recteur, 30 novembre 1885.

111 Ibid., lettre du ministre au recteur, 20 mai 1885.

112 Ibid., lettre de l’inspecteur d’académie au recteur, 6 mai 1885.

113 AD du Nord, 2 T 2614, lettre de l’inspecteur d’académie au recteur, 1er février 1886.

114 AD du Nord, 6 V 84, rapport de police 13 juillet 1904.

115 AD du Nord, 2 T 2614, La vraie France, 28 avril 1885.

116 Marcel Grandière, Remi Paris et Daniel Galloyer, La formation des maîtres en France…, op. cit., décret relatif à l’organisation de l’enseignement dans les écoles normales primaires du 22 janvier 1881, p. 278 et suivantes.

117 Ibid., Arrêté relatif au programme d’enseignement dans les écoles normales du 22 janvier 1881, p. 280-284.

118 Ibid., Décret relatif à l’organisation des écoles normales primaires du 29 juillet 1881, p. 297 et suivantes.

119 Ibid., Arrêté relatif au règlement, à l’emploi du temps, à la répartition des matières d’enseignement et aux programmes d’études des écoles normales du 3 août 1881, p. 307 et suivantes.

120 Pierre Ognier, Une école sans Dieu ? (1880-1895), l’invention d’une morale laïque sous la IIIe République, Toulouse, Presses du Mirail, 2008, p. 81 (paroles de Paul Janet).

121 Marcel Grandière, Remi Paris et Daniel Galloyer, La formation des maîtres en France..., op. cit., Instruction spéciale du 18 octobre 1881, p. 353 et suivantes.

122 Voir Patrick Cabanel, Le Dieu de la République. Aux sources protestantes de la laïcité (1860-1900), Rennes, PUR, 2003, 282 p.

123 Marcel Grandière, Remi Paris et Daniel Galloyer, La formation des maîtres en France..., op. cit., Arrêté du 10 août 1885 relatif à l’enseignement de la morale et des sciences physiques et naturelles, p. 399 et suivantes.

124 Ibid., Arrêté pour l’exécution de la loi organique de l’enseignement primaire, 18 janvier 1887, p. 436 et suivantes.

125 Ibid., Arrêté du 10 janvier 1889 relatif à l’emploi du temps, à la répartition des matières d’enseignement et aux programmes des études dans les écoles normales primaires, p. 468 et suivantes.

126 Ibid., décret du 4 août 1905 relatif aux écoles normales primaires, p. 556 et suivantes.

127 AD du Nord, 2 T 2604, rapport mensuel, sujets de composition française, avril 1898, école normale masculine.

128 Ibid., sujets de composition française, décembre 1899, école normale masculine.

129 Ibid., sujets de composition française, janvier 1900, école normale masculine.

130 AD du Nord, 2 T 2606, rapports mensuels, école normale de garçons de Douai, mars 1902, troisième année.

131 Ibid., sujet de seconde année, mars 1911.

132 Ibid., sujet de seconde année, décembre 1913

133 AD du Nord, 2 T 2618, école normale des filles de Douai (1886-1900), rapport du 28 février 1898

134 AD du Nord, 2 T 2619, école normale des filles de Douai (1900-1914), rapport mensuel de juillet 1905.

135 Ibid., rapport mensuel d’octobre 1910.

Table des illustrations

Légende 1 = première année ; 2 = seconde année ; 3 = troisième année.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre L’enseignement primaire féminin dans le département du Nord en juillet 1843
Légende 1 = Communes rurales devant et pouvant avoir une école communale de filles et n’en ayant pas.2 = Communes rurales ayant une école communale de filles.3 = Communes rurales distribuant seulement une indemnité à une institutrice.4 = Institutrices sans autorisation.5 = Institutrices avec autorisation provisoire.6 = Communes rurales disposées à voter ou ayant voté des fonds pour une école de filles.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search