Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éducation, Religion, Laïcité (xvie-xxe s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants

 | 
Jean-François Condette

Première partie. Éducation et religion dans la formation des enseignants

D’Ignace de Loyola et de Jean-Baptiste de la Salle aux années 1870

Une formation des maîtres en adéquation avec l’idéal-type de l’éducateur chrétien, « avocat du vrai, de l’honnête et de la droite raison »

Philippe Guignet

Texte intégral

  • 1 Les dispositions laïques de la loi du 28 mars 1882 supprimèrent l’enseignement du catéchisme et de (...)
  • 2 Nous bornons nos observations aux écoles de garçons, puisque V. Castagnet et A. Bonzon traitent de (...)

1Pour apprécier les orientations de la formation des enseignants et le poids qu’y occupe la religion, il nous est apparu que cette formation ne pouvait se comprendre, surtout lorsqu’il s’agit de religieux enseignants, indépendamment des objectifs assignés à l’école ou au collège par les constitutions et les règles de fonctionnement des congrégations ou des ordres dont les fondements ont été établis par les fondateurs et précisés par leurs successeurs. Par ailleurs, avec les risques inhérents à l’exercice, nous avons fait choix de nous situer dans la longue durée afin de mieux cerner les continuités comme les infléchissements, en balayant une large période allant du XVIe siècle aux années 1870, avant le grand tournant laïcisateur1. Dans un premier temps, il nous avait semblé bien congruent de nous en tenir aux petites écoles tenues par des congrégations à travers l’exemple des Frères des Écoles chrétiennes. À la réflexion, il paraît difficile, sans prétendre à une quelconque exhaustivité, de ne rien dire des missions assignées aux études par les jésuites, dont l’exemple plus ou moins directement n’a pu manquer de peser sur les réflexions des initiateurs des écoles primaires congréganistes dont les premières apparaissent au temps de Louis XIV2 Au XIXe siècle, les orientations assignées à l’école ont évolué d’autant plus lentement que l’on eut peine pendant longtemps à imaginer que les enseignants pussent ne pas être chrétiens.

Des enseignants « coopérateurs de Jésus-Christ »

  • 3 Henri Fouqueray, Histoire de la Compagnie de Jésus des origines à la suppression (1528-1762), Paris (...)
  • 4 Ratio studiorum. Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, édition biling (...)
  • 5 Jean Bonifacio publia à Salamanque en 1575 une Christiani pueri institudo adolescentiaeque perfugiu (...)
  • 6 François Charmot, La pédagogie des jésuites. Ses principes, son actualité, Paris, Éditions Spes, 19 (...)
  • 7 On trouvera une utile note bio-bibliographique sur François Charmot, héraut d’un nouvel humanisme j (...)
  • 8 François Charmot, La pédagogie des jésuites..., op. cit., p. 429
  • 9 François de Dainville, L’éducation des jésuites : XVIe-XVIIIe siècles, textes réunis et présentés p (...)

2Certes, l’apostolat par l’enseignement ne fait pas partie des modalités d’action initialement envisagées par Ignace de Loyola. Du reste, la bulle de Paul III Regimini militantis Ecclesiae en 1540 n’en souffle mot. C’est devant l’afflux des demandes d’intervention pédagogique qu’Ignace de Loyola se décide à inscrire ce mode d’apostolat parmi les ministères propres de l’Institut, dont la formule fut présentée au pape Jules III. Pour le fondateur, l’apostolat de l’enseignement n’est au fond qu’une forme de la charité3. La doctrine pédagogique de la Compagnie, qui à ce moment n’en pose que les principes, est définie dans la quatrième partie des Constitutions et Ignace de Loyola, pour mieux assurer la formation religieuse, intellectuelle et humaine, double le temps du noviciat, se démarquant ainsi des autres ordres religieux. C’est dans les premières lignes du Ratio studiorum4 définitivement adopté en 1599 que le but que s’assignent les Pères de la Compagnie est définie de façon lapidaire : « Aider le prochain à connaître et aimer Dieu ». Naturellement les bonnes lettres et les sciences sont tenues en la plus haute estime par les jésuites, mais il ne faut jamais perdre de vue que pour ces religieux, ils ne valent pratiquement qu’à titre de moyens. Le Ratio, comme nous avons peut-être trop tendance à le croire, n’est pas un ensemble de recettes ou de ressorts ingénieux élaborés par des pédagogues aguerris. Le jésuite est d’abord un apôtre travaillant à Futilité spirituelle du prochain (7e partie des Constitutions). Il mène sa vie religieuse dans le ministère spécial de l’éducation, qui est une génération spirituelle, ce qui suppose, nous y reviendrons, la formation des éducateurs par la pratique de la spiritualité ignatienne. Le Père Mutius Vitelleschi, sixième préposé général de la Compagnie de Jésus (1615-1645), déclare en 1639 que l’éducation de la jeunesse est « le principal moyen que la divine Providence a accordé à la Compagnie pour réformer l’humanité ». Cette doctrine fut ensuite indéfiniment répétée. Le père Jean Bonifacio5 forge une formule voisine : « Puerilis institutio est renovatio mundi »6. Il faut certes transmettre des connaissances mais il faut plus largement travailler à la transformation de l’homme et en définitive de la société par la force du témoignage chrétien. Le Père François Charmot7, dans sa synthèse sur les principes de la pédagogie des jésuites, rappelle encore en 1951 cette évidence. Il s’agit bien de « se servir de l’éducation pour procurer la plus grande gloire de Dieu grâce aux disciples que l’on a formés ». Les Pères doivent tout mettre en œuvre afin que leurs élèves, exercés à la charité et au zèle, deviennent des ferments de vie chrétienne dans leur milieu. Il est certes bon de « travailler, de s’instruire, de se former, d’acquérir la puissance du style et de la parole », mais « tous les efforts doivent être estimés comme des moyens d’atteindre une fin plus élevée et plus universelle : la perfection de l’amour »8. Les travaux de François de Dainville ont montré que les Pères ne recrutaient pas exclusivement leurs élèves dans les milieux sociaux dominants et notamment aristocratiques9.

  • 10 Jean-Baptiste de La Salle fut béatifié en 1888 et canonisé en 1900 par Léon XIII. Pie XII déclara e (...)
  • 11 Armand Ravelet, Le bienheureux Jean-Baptiste de La Salle, Paris-Tours, Marne, 1888.
  • 12 Sur la vie et l’œuvre de J.-B. de La Salle, la bibliographie est très riche. On peut partir de la n (...)
  • 13 Yves Poutet, Genèse et caractéristiques de la pédagogie lasallienne, Éditions Don Bosco, 1995, p. 1 (...)
  • 14 Cahier lasalliens, 15, p. 66. Nous remercions la bibliothèque universitaire Vauban de l’Institut Ca (...)
  • 15 Armand Ravelet, Le bienheureux Jean-Baptiste de La Salle, op. cit., p. 94.

3Nul ne conteste pourtant que les lasalliens ont des élèves issus bien davantage des milieux populaires. Du reste, lorsqu’il annonce le tridium du bienheureux J.-B. de La Salle10, l’archevêque de Paris, Mgr François-Marie-Benjamin Richard, écrit en 1888 dans ses Lettres Pastorales que « Jean-Baptiste de la Salle a créé le véritable instituteur de l’enfant des classes ouvrières11 ». Il n’y a cependant pas de différences fondamentales entre les objectifs définis par Ignace de Loyola et les fondateurs de la Compagnie et par ailleurs ceux déterminés par l’ancien chanoine de Reims qui après avoir renoncé à ses biens et à son canonicat, voyait Jésus-Christ dans les pauvres12. Il suffit, pour s’en convaincre, de revenir encore et toujours à la Conduite des écoles chrétiennes. Pour La Salle, il va de soi que le métier d’enseignant chrétien est un ministère d’Église. Il est un maître exemplaire, Jésus-Christ et les maîtres d’école ne sont, écrit-il, que des « coopérateurs de Jésus-Christ »13. La première chose qu’un éducateur doive aux écoliers, c’est de leur donner le bon exemple et de les édifier. L’interpellation est sans détours : « Avez-vous pensé que vous devez être leurs modèles par les vertus que vous voulez leur faire pratiquer ? ». Il faut en effet miser sur « l’instinct d’imitation des élèves » qui les porte comme leurs maîtres à revêtir « le nouvel homme créé selon Dieu comme saint Paul le demande »14. C’est pourquoi La Salle présente l’école comme « le noviciat de la doctrine de Jésus-Christ où les enfants apprendront la science des saints, la pratique des vertus et les devoirs des bons chrétiens ». L’idée de l’école-noviciat n’est pas nouvelle, Adrien Bourdoise ne disait-il pas déjà que « l’école est le noviciat du christianisme, le séminaire des séminaires15 » ? Le mérite de La Salle est d’une part d’avoir construit une démarche pédagogique qui doit être uniformément reproduite par l’Institut et d’autre part d’avoir institué une congrégation de religieux, non-prêtres, donnant ainsi un contenu à ce qui n’était jusqu’alors qu’une ambition lorsqu’il s’agissait de l’enseignement primaire masculin. Sans doute l’écart est-il souvent bien grand entre les textes normatifs et la réalité vécue par les frères. La Salle en tout cas a donné une feuille de route des plus claires à ses disciples : « Le jeune maître fera, dira, ce que Jésus-Christ ferait et dirait lui-même ».

4Pour les disciples de La Salle, les maîtres sont responsables devant Dieu de l’éducation donnée à leurs élèves. Il y ajoute la notion de délégation de responsabilité donnée par les parents qui sont les premiers éducateurs de leurs enfants. Les maîtres ont donc reçu mission à la fois de l’Église et des familles pour « élever les enfants dans l’esprit du christianisme ». L’éducation morale des enfants qu’il faut prémunir contre les tentations de la chair et du monde est, dès lors, primordiale et nul ne s’étonnera qu’il soit précisé que « la religion est à la fois la base et le couronnement de l’éducation morale ». Ce projet éducatif s’accompagne chez La Salle d’un réel optimisme sur les fruits que l’on peut attendre d’une éducation bien conduite, tant la nature humaine, contrairement à ce que pensent les augustiniens, n’a pas été intégralement pervertie par le péché originel. La Salle maintient que « l’homme est un être perfectible » et que « sous l’influence de l’éducation, il peut ajouter indéfiniment à sa perfection morale ». Il y a chez l’être humain « des inclinations qui le portent au mal » mais existent aussi « d’heureuses tendances » et l’éducation doit développer avec ordre une action, afin de diriger le tempérament, les aptitudes et le caractère de l’élève sur la voie de la perfection chrétienne.

  • 16 Le Traité des études de Charles Rollin fut réédité sept fois de 1728 à 1789.
  • 17 Charles Rollin, Traité des études, VIII, 2e partie, art. 13.
  • 18 Ibid., I, p. 79-80.
  • 19 Ibid., p. 132. Naturellement, J.-B. de La Salle, qui dès 1703 publiait Les règles de la bienséance (...)
  • 20 Charles Rollin, Traité des études, édition 1823, tome I, p. 29.

5Une telle définition de l’enseignant faisant renaître en lui les états du Christ dans sa pratique pédagogique n’étonnera pas de la part de pédagogues engagés dans la vie religieuse. Ce qui est significatif, c’est que les normes de comportement et les exigences spirituelles ne sont pas radicalement différentes lorsqu’il s’agit d’enseignants demeurant dans la vie profane. Charles Rollin est un pédagogue et un écrivain d’une foi profonde qui de surcroît a le pli moral du jansénisme, même s’il n’entre pas dans les ordres. C’est l’université de Paris qui lui demande de composer un Traité des études publié en 1726 qui vaut à son auteur beaucoup d’éloges16. Rollin n’écrit donc pas qu’à l’intention de religieux, mais sa vision du monde éducatif n’est pas en contradiction avec les maximes lasalliennes. Du reste, un successeur de La Salle, le frère Agathon fait dans ses écrits de fréquents emprunts à Charles Rollin. Quelle est donc la mission du maître chrétien selon le pieux recteur de l’université de Paris ? « C’est un maître entre les mains de qui Jésus-Christ a remis un certain nombre d’enfants qu’il a rachetés de son sang et pour lesquels il a donné sa vie, en qui il habite comme dans sa maison et dans son temple, qu’il regarde comme ses membres, comme ses frères, comme ses cohéritiers, dont il veut faire autant de rois et de prêtres, qui règneront et serviront Dieu avec lui et par lui pendant toute l’éternité ». Par conséquent, l’augustinien Rollin s’inscrit ici dans le même sillon que les éducateurs façonnés par la pensée ignatienne, le but n’est pas de « faire des prêtres, des docteurs, des philosophes, des savants », mais de « faire fructifier le dépôt de l’innocence imprimée dans l’âme par le baptême et de faire de véritables chrétiens ». Voilà, ajoute-t-il, « ce qui est la fin et le but de l’éducation. Tout le reste ne tient lieu que de moyens »17. La mission du professeur est donc claire. Bien sûr, il lui faut maîtriser les savoirs qu’il dispense, mais son engagement éthique doit être sans réserves. Selon les propres termes de Rollin, l’enseignant est « un avocat qui plaide auprès de ses élèves la cause du vrai, de l’honnête et de la droite raison18 ». La civilité elle-même fait partie de la morale19 et tout doit être subordonné à la morale. Les bons maîtres « estiment peu les sciences, si elles ne conduisent pas à la vertu »20.

  • 21 Jean de Viguerie, « Le mouvement des idées pédagogiques aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans Gaston (...)
  • 22 Faut-il rappeler des passages du Dictionnaire philosophique de Voltaire : « Bavards prédicateurs, e (...)
  • 23 Marcel Grandière, L’idéal pédagogique en France au XVIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1998, (...)
  • 24 Dans les huit livres du Traité des études, Rollin, après avoir abordé la première éducation, évoque (...)
  • 25 « Le but de tous nos travaux, la fin de toutes nos instructions doit être la religion. Quoique nous (...)

6Par la suite, la formation morale est jugée unanimement, même par les esprits philosophiques, comme le plus important21. Certes, les tenants des Lumières laïcisent le message moral22, mais ils sont tout aussi pénétrés de sa nécessité puisqu’enseigner la morale, c’est « apprendre à l’enfant à ne pas nuire à lui-même ni aux autres ». Marcel Grandière estime que, dès l’œuvre de Rollin, se manifeste en fait un infléchissement. Le Traité des études selon lui introduit nettement la pédagogie dans le champ de la méthode en laissant moins de place à la spéculation chrétienne, aux fondements chrétiens de l’éducation23. Il n’est pas douteux que l’équilibre interne du Traité conduit le pieux Rollin à accorder prioritairement ses développements à la manière d’enseigner24, du reste Rollin ne consacre pas un livre spécifique à la religion. Cela une fois admis, on peut aussi considérer que l’imprégnation religieuse du message est peu ou prou décelable dans toutes les disciplines enseignées25 et que les racines chrétiennes de l’éducation appartiennent tellement au répertoire des vérités d’évidence qu’il apparaît inutile à Charles Rollin d’y revenir longuement.

  • 26 Liévin-Bonaventure Proyart, De l’éducation publique et des moyens d’en réaliser la réforme projetée (...)
  • 27 Liévin-Bonaventure Proyart fut sous-principal au collège Louis le Grand de 1772 à 1778, puis princi (...)
  • 28 Liévin-Bonaventure Proyart, De l’éducation publique et des moyens d’en réaliser la réforme..., op. (...)
  • 29 Ibid., p. 71.
  • 30 Ibid., p. 113.

7Nul ne contestera en revanche que la vibration mystique, la profonde conviction des destinées surnaturelles de l’homme devant ordonner toute l’œuvre éducative perdent dans le second XVIIIe siècle de leur intensité, mais chez les auteurs chrétiens, le même fonds est toujours bien présent. Il suffit pour en prendre conscience de compulser l’opuscule que l’abbé artésien Liévin-Bonaventure Proyart a commis en 1785 sous le titre De l’éducation publique et des moyens d’en réaliser la réforme26. L’homme n’a rien d’un grand mystique. Ce principal de collège27 est surtout connu pour son roman édifiant L’écolier vertueux ou la vie édifiante d’un écolier de l’université de Paris (1772) et pour les acerbes écrits contre-révolutionnaires composés au temps de son émigration. Ce qui nous retient ici est l’opuscule qu’il compose en réponse à une demande formulée par l’Assemblée générale du clergé de France. Assurément, une des préoccupations majeures de l’abbé Proyart est de se démarquer des nouveaux plans d’éducation inspirés par les philosophes depuis la chute des jésuites. Il n’a pas de mots assez durs à l’encontre de plans aux ambitions trop encyclopédiques, qui préconisent des études trop abstraites, provoquant une désaffection pour les humanités classiques. Il fait également le procès des désordres qui se développent dans les collèges remis à des bureaux d’administration qui n’ont pas ses faveurs. Son propos, ce qui n’apparaît guère, sinon positivement, chez La Salle et Rollin, appelle à la restauration du bon ordre par le renforcement du « pouvoir destituteur » du principal. Il est difficile de ne pas considérer le projet éducatif comme spirituellement affadi, lorsque l’on lit par exemple sous la plume de ce chef d’établissement que, pour parvenir à ses fins, le pédagogue doit « miser sur le ressort de l’intérêt toujours plus puissant par lui-même que celui de la conscience »28. L’essentiel pour notre propos n’est cependant pas là, mais dans la finalité du projet éducatif élaboré à l’intention des futurs maîtres qui doivent être instruits à « l’art de former l’esprit et le cœur de la jeunesse ». L’abbé Proyart est capable d’aphorismes bien frappés : « On est homme par le cœur » ; « l’éducation du cœur est préférable à celle de l’esprit »29. Qu’on ne s’y trompe pas, l’objectif visé de l’œuvre éducative demeure encore et toujours de « former la jeunesse à la connaissance et à la pratique de la religion » dans laquelle l’abbé Proyart identifie « la science de l’homme par excellence »30.

Beaucoup de continuités et quelques infléchissements entre 1815 et 1870

  • 31 Voir René Grevet et Philippe Marchand (dir.), Les débuts de l’école républicaine (1792-1802), numér (...)
  • 32 René Cailleau (éd), Pédagogie chrétienne, pédagogues chrétiens, Actes du colloque d’Angers (28-30 s (...)
  • 33 J.-B. Duroselle présente Eugène Rendu comme un démocrate-chrétien favorable au droit au travail et (...)

8Au-delà d’une période révolutionnaire et impériale riche en innovations comme en remises en cause31, peut-on dire qu’à partir de 1815 les objectifs de formation religieuse aient beaucoup changé ? Le signataire reconnaît volontiers être moins familier de l’histoire de l’éducation au XIXe siècle. Il a toutefois recueilli au gré de lectures buissonnières de nombreuses notations montrant la prégnance de l’idéal-type de l’enseignant-chrétien au moins jusqu’aux années 1870. Le colloque tenu à Angers en septembre 1995 sur Pédagogie chrétienne et pédagogues chrétiens32 offre une ample brassée de réflexions, même s’il est certain que le chantier de recherche demeure largement ouvert. On n’a, au vrai, que l’embarras du choix des citations. Eugène Rendu en 1861 dans son Manuel d’enseignement primaire rappelle que « l’instruction morale est nécessairement et intimement liée à l’instruction religieuse. Elle y trouve son point d’appui et sa sanction »33. Dans son Cours de pédagogie réédité en 1875, Ambroise Rendu rappelle les définitions de base : « L’éducation intellectuelle forme l’esprit ; l’éducation morale, plus importante encore, forme le cœur, c’est-à-dire qu’elle règle la conduite, en apprenant à la volonté à suivre les préceptes de la vertu, à se conformer au devoir ».

  • 34 Archives départementales du Pas-de-Calais, 3 J 2 ; Archives diocésaines d’Arras, 3 J 17 / 11, Cours (...)
  • 35 Émile Louchet, Cours de pédagogie, p. 5.
  • 36 Marcel Grandière, La formation des maîtres en France (1792-1914). Recueil des textes officiels, Lyo (...)

9Notre apport personnel au dossier, en complément de la contribution de Caroline Darnaux, sera étayé par une réflexion fondée sur la découverte d’un Cours de pédagogie sans prétention professé par l’abbé Émile Louchet (1835-1884), dont l’original se trouve aux Archives départementales du Pas-de-Calais et une copie aux Archives diocésaines d’Arras34. L’abbé Louchet donne cet enseignement au cours normal de Dohem en 1877,1878 et 1879. On y retrouve des prescriptions de la même étoffe que dans maintes autres productions pédagogiques du temps. L’éthique du métier n’a pas changé. « L’instituteur doit faire reposer tous ses préceptes sur l’autorité de la religion, il doit surtout mettre sa conduite en harmonie avec ses devoirs ». Émile Louchet aime, comme Jean-Baptiste de La Salle, énumérer les principales qualités morales de l’instituteur. Sont cités la bonté, la fermeté, la patience, l’esprit de justice, l’habitude des bonnes manières et surtout le dévouement à ses fonctions35. Il aime inscrire sa modeste réflexion dans le sillage des hommes qui depuis deux siècles, se sont occupés d’éducation et fait référence pour le XVIIIe siècle à J.-B. de La Salle bien sûr, mais aussi à Charles Rollin, Charles-François Lhomond, François de Salignac de la Mothe Fénelon, à l’abbé Charles-Michel de l’Épée et à son successeur à la tête de l’institution des sourds-muets, l’abbé Roch-Ambroise Sicard. Pour le XIXe siècle, au lieu de s’en tenir aux principaux témoins de la pensée catholique, il préfère énumérer quelques grands ministres de l’Instruction publique : François Guizot, Narcisse-Achille de Salvandy, Albert-François Villemain, Hippolyte Fourtoul et Victor Duruy. Le plus intéressant est sans doute la bibliothèque idéale de l’instituteur qu’il définit comme devant être « morale, instructive, éducative et religieuse ». Établir ce type de liste n’a du reste rien d’original. En juillet 1835, le Conseil royal de l’Instruction publique arrête un catalogue des livres devant composer les bibliothèques des écoles normales primaires36. L’abbé Louchet ne fait figurer qu’un petit nombre des références consacrées par les autorités publiques, il est vrai quarante ans plus tôt, mais il va de soi qu’il s’inspire également d’autres listes existantes et très vraisemblablement des possibilités documentaires à la disposition des élèves-maîtres de Dohem. C’est dire que scruter la composition de ce catalogue n’est pas de peu de prix pour saisir les principes inspirant tant la formation morale et religieuse que la pédagogie proposées aux élèves.

  • 37 Abbé Jean-Baptiste Glaire, (1798-1879) éd., La Sainte Bible en latin et en français, Paris, 1834-18 (...)
  • 38 Il s’agit d’Henri Wallon (1812-1904), l’auteur de l’amendement créant la IIIe République. Cet histo (...)
  • 39 Auguste Nicolas était conseiller à la cour d’appel de Paris. L’ouvrage ici cité a été publié à Bord (...)
  • 40 Henri-Marie Dubois (1801-1859), Pratique du christianisme ou nécessité de pratiquer ce que l’on cro (...)
  • 41 Albertine-Adrienne Necker de Saussure (1765-1841), L’éducation progressive ou Étude du cours de la (...)
  • 42 Théodore-Henri Barrau (1795-1865), Direction morale pour les instituteurs, Paris, 1841, 179 p.
  • 43 Théodore-Henri Barrau, De l’éducation morale de la jeunesse à l’aide des écoles normales primaires,(...)
  • 44 L’abbé Louchet manque de rigueur dans la présentation de ce livre dont le titre exact est De l’éduc (...)
  • 45 Charles-Auguste Salmon (1805-1880), Conférences sur les devoirs des instituteurs, Paris, 1843, 272  (...)
  • 46 Jacques Matter (1791-1864), L’instituteur primaire ou Conseils et directions pour préparer les inst (...)
  • 47 Joseph-Marie de Gérando (1772-1842), Cours normal des instituteurs primaires ou Directions relative (...)
  • 48 Ambroise Rendu (1778-1860), Cours de pédagogie, Paris, 1850.
  • 49 Augustin Thery (1796-1878), Lettres sur la profession d’instituteur, Paris, 1853. Cet ouvrage fut m (...)
  • 50 Il s’agit à l’évidence des Conseils aux mères sur les moyens de diriger et d’instruire leurs filles (...)
  • 51 Félix Dupanloup (1802-1878) publia pour la première fois cette vaste somme (405, 607 et 639 p.) ent (...)
  • 52 Jules Paroz (1824-1906), Histoire universelle de la pédagogie, Paris, 1867 (3e éd., 1883).
  • 53 Marie Pape-Carpentier (1815-1878), Conseils pour la direction des salles d’asile, Paris, 1845, 180  (...)
  • 54 Une fois de plus, Émile Louchet cite approximativement un ouvrage. Il s’agit du Cours d’éducation e (...)
  • 55 Michel Charbonneau, Cours théorique et pratique de pédagogie, Paris, 1863, 480 p.
  • 56 Alexandre Pinet, De l’organisation pédagogique des écoles d’après M. Villemereux, Paris, 1861, 172  (...)

Extrait de la bibliothèque idéale de l’instituteur selon l’abbé Louchet
1/Religion et morale
Sainte Bible contenant l’Ancien et le Nouveau Testament, abbé Glaire37
Sainte Bible, 2 vols., Henri Wallon38
Études philosophiques sur le christianisme, 4 vols., Nicolas39
Pratique du christianisme ou nécessité de pratiquer ce que l’on croit, M. l’abbé H. Dubois40
2/Pédagogie
Traité des études, Rollin
Éducation des enfants, Locke
De l’éducation des filles, Fénelon
L’éducation progressive, Madame Necker de Saussure41
Direction morale des instituteurs, Barrau42
De l’éducation morale de la jeunesse, Barrau43
De l’éducation populaire, Prosper Dumont44
Conférences sur les devoirs de l’instituteur, Salmon45
L’instituteur primaire, Matter46
Cours normal d’instituteurs, De Gérando47
Cours de pédagogie, Rendu48
Lettres sur la profession d’instituteur, A. Théry49
Conseil aux mères, A. Théry50
Lettres et entretien sur l’éducation, 3 vols., Madame de Maintenon
De l’éducation, 3 volumes, Dupanloup51
Histoire de la pédagogie, Paroz52
Conseils sur la direction des salles d’asile, Pape-Carpentier53
Manuel de l’instituteur, Pape-Carpentier54
Pédagogie théorique et pratique, Charbonneau55
Organisation pédagogique des écoles, Pinet56

  • 57 En 1835, le Conseil royal avait envisagé une collection forte de 33 ouvrages, dont 15 d’instruction (...)
  • 58 Le catalogue de 1835 retenait pour sa part la traduction de la Bible par Le Maistre de Sacy (autrem (...)
  • 59 Jean-Baptiste Glaire, Introduction historique et critique aux livres de l’Ancien et du Nouveau Test (...)

10Il est digne de mention que l’abbé ne donne pas une importance disproportionnée à la religion, à la morale et à la pédagogie qui rassemblent 24 des 118 ouvrages recensés57. L’histoire (20 références) et la littérature (23) font jeu égal avec la pédagogie. Il demeure que l’abbé Louchet, dont la culture générale n’est pas étriquée, donne la place qui convient aux Saintes Écritures qui ont pour vocation, rappelle-t-il, de « former le fonds de cette modeste collection » et d’en garantir la bonne composition. On notera que la Bible est présentée dans les versions, qui ne sont plus guère connues aujourd’hui, de l’abbé Jean-Baptiste Glaire et de l’historien Henri Wallon58. L’abbé Glaire, professeur d’Écriture sainte à la Faculté de théologie de Paris, était perçu en son temps pour une valeur sûre de l’apologétique. Il ne risquait pas de susciter de douloureux questionnements, puisqu’à l’issue de son Introduction historique et critique aux livres de L’Ancien et du Nouveau Testament, il conclut avec une tranquille assurance : « Nous avons établi l’inspiration divine de tous les livres du Nouveau Testament en général et prouvé par là même qu’ils ne contenaient que la vérité »59. La Bible de l’historien H. Wallon est d’une facture toute autre ; il s’agit selon ses propres termes d’une « simple narration », d’une sorte de résumé construit par l’auteur par exemple pour le Nouveau Testament à partir d’une lecture croisée des Évangiles, complétée par les apports des Actes des apôtres et des Épîtres. Wallon, qui a bénéficié du concours des abbés Rara et Darboy, observe qu’il « a mis du sien le moins possible » et suit dans l’ensemble la traduction de Bossuet. Bref, au début d’un Second Empire dont il n’appréciait que modérément le césarisme, l’historien, un temps en retrait de la vie publique, a mis à profit son retour à l’étude pour écrire deux volumes qu’il croit utiles aux fidèles soucieux d’un accès rapide et préalablement digéré à l’ensemble des Écritures, sans devoir en lire l’intégralité...

  • 60 Auguste Nicolas, Études philosophiques sur le christianisme, Paris, 1852, tome I, p. 10.
  • 61 Henri Dubois, Pratique du christianisme ou nécessité de pratiquer ce que l’on croit, Paris, Jacques (...)

11L’abbé Louchet complète la bibliothèque religieuse et morale de la « bonne institutrice » par des ouvrages d’Auguste Nicolas et Henri-Marie Dubois. L’ancien magistrat Nicolas est un apologiste du christianisme dont les Études philosophiques bénéficient d’une préface d’Henri Lacordaire qui, tout en relevant de trop nombreuses répétitions, a la bonté d’estimer les quatre tomes du pesant traité de « livre complet, instructif, habile et neuf »60. S’agissait-il pour Louchet de doter les institutrices formées à Dohem d’un ouvrage permettant d’argumenter à la mode du temps sur les preuves de l’existence de Dieu ? La présence de l’ouvrage de l’abbé Dubois, ancien supérieur du Grand Séminaire de Coutances, est moins déconcertante. Le chanoine qui fut missionnaire en Normandie se lamentait de voir trop de fidèles ayant la foi sans les œuvres. Son objet est de présenter une « religion belle, aimable, attrayante », de faire valoir les « célestes jouissances d’une vie chrétienne »61. On perçoit le profit que peuvent tirer d’un tel ouvrage des maîtresses d’école moins confrontées à un athéisme militant qu’à l’apathie de chrétiens d’habitude.

  • 62 Nous avons tiré partie des richesses des fonds patrimoniaux de la bibliothèque universitaire Vauban (...)
  • 63 Voir la notice composée pour le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferd (...)
  • 64 Voir la notice du Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, 1911, p. 1273 (...)
  • 65 Ibid., p. 159.
  • 66 Ibid., p. 1964-1965.
  • 67 Ibid., p. 1491. Voir Colette Cosnier, Marie Pape-Carpentier, fondatrice de l’école maternelle, Pari (...)
  • 68 Voir la notice de Louis Trénard, dans le Dictionnaire de biographie française, tome XV, 1982, p. 11 (...)

12Les ouvrages pédagogiques de référence peuvent paraître disparates, tant ils juxtaposent des autorités dont la réputation pour des raisons diverses a été consacrée par la postérité (Rollin, Locke, Fénelon, Dupanloup, Madame de Maintenon...) et des publicistes de second plan contemporains de l’abbé Louchet, bien qu’il ne faille pas voir dans ces travaux de simples recensions des idées reçues dans le monde des pédagogues de ce temps. Nous avons réussi à retrouver et à compulser la plupart de ces livres62. Au vrai, l’abbé Louchet cite des auteurs classiques en leur temps, occupant une position dans le système éducatif. Ambroise-Marie-Modeste Rendu fut un collaborateur de Fontanes, inspecteur et membre du Conseil supérieur de l’Instruction publique63. Jacques Matter64 fut chargé par Guizot de la rédaction du Manuel général de l’instruction primaire dont Théodore Henri Barrau était aussi un rédacteur persévérant65. Michel Charbonneau était comme Jacques Paroz directeur d’école normale ; Prosper Dumont fut inspecteur de l’enseignement primaire. Augustin-François Théry fut recteur d’académie et fut, note C. Defodon dans le Nouveau dictionnaire de F. Buisson, « l’un des premiers à créer des livres d’éducation et d’enseignement destinés aux filles »66. On peut avoir le sentiment d’une parole institutionnelle exprimant une pensée officiellement reconnue. Marie Pape-Carpentier a davantage une réputation de novatrice67. Elle faisait même figure d’esprit fort, ce qui lui valut quelques désagréments au temps du régime mac-mahonien d’ordre moral. Ce n’est toutefois pas dans les Conseils sur la direction des salles d’asile publiés pour la première fois à la fin de la monarchie de Juillet qu’elle exprimait les opinions philosophiques et politiques les plus dérangeantes. Dans une formation destinée à de futures maîtresses d’école, on ne voit pas de surcroît comment l’abbé Louchet aurait pu oublier l’une des fondatrices des salles d’asile. Louchet ne manque pas non plus de faire place à des personnalités sans responsabilité directe dans l’enseignement, mais connues pour leur engagement au service de l’œuvre d’éducation. C’était le cas du baron Joseph-Marie de Gérando68 et du procureur du roi à Saint-Mihiel, Charles-Auguste Salmon.

  • 69 Félix Dupanloup, De l’éducation, Paris, 1865, tome II, p. 4 (Les majuscules figurent dans le texte)
  • 70 Ibid., p. 3.
  • 71 Albertine Necker de Saussure, Éducation progressive..., op. cit., p. 208.
  • 72 Joseph-Marie de Gérando, Cours normal des instituteurs primaires..., op. cit., p. 158.
  • 73 Augustin Thery, Lettres sur la profession d’instituteur..., 2e éd. 1855, p. 122.
  • 74 Jules Paroz, Histoire universelle de la pédagogie..., op. cit., p. 3.
  • 75 Michel Carbonneau, Cours théorique et pratique..., op. cit., p. 23 et 25.

13La première impression qui se dégage est celle d’une profonde convergence des vues sur les finalités morales et religieuses de l’œuvre éducative. S’il y a des esprits un peu discordants dans ce domaine, Louchet se garde bien de les citer. On ne s’étonnera pas que Mgr Dupanloup soit le plus proche des accents lasalliens, puisqu’il fait apparaître Dieu dans le personnel de l’éducation : Dieu est « le grand Instituteur, le grand et perpétuel Éducateur du genre humain »69 ; le zélé défenseur du catholicisme libéral le clame sur tous les tons : « L’éducation de l’homme est une œuvre essentiellement divine »70. La Genevoise Albertine Necker de Saussure souligne les avantages d’un développement précoce du sentiment religieux et cite avec faveur J.-P. Richter pour qui l’athéisme n’est pas une opinion mais « un aveuglement, l’engourdissement d’un organe moral »71. Joseph-Marie de Gérando, figure de la promotion de l’enseignement élémentaire, a composé des conférences à l’intention de l’école normale de la Seine toutes bruissantes de foi : « L’homme n’atteint que par la religion à la plénitude du caractère de l’humanité [...]. La religion lui découvre, elle lui révèle les sommités où coulent les sources du vrai, du bon et du beau »72. Augustin Théry dans ses Lettres sur la profession d’instituteur recommande aux maîtres de témoigner au premier chef de trois vertus : la piété, le dévouement et le désintéressement. Il observe que « l’âme des enfants doit nous préoccuper avant leur intelligence » et met en doute la valeur d’une morale humaine détachée des préceptes religieux. « Une morale humaine qui ne tiendrait pas à la religion serait comme un édifice manquant de base et privé de ciment »73. Les directeurs d’école normale ne sont pas parmi les moins intransigeants. Jules Paroz, qui a, semble-t-il, de grandes obligations envers Victor Duruy, est très attentif aux apports de la pédagogie suisse et allemande de son temps. Il se veut ouvert aux innovations. Mais qu’on ne s’y trompe pas, quand il s’agit de la religion, il est de la plus grande fermeté et observe sans ambages qu’au-dessus de tous les principes et de toutes les expressions, il n’a cessé de « placer les saintes vérités du christianisme », faute de quoi, « l’éducation et la civilisation qui en découle » iront se perdre dans « les landes souvent fangeuses du doute et du matérialisme »74. En 1882, Michel Charbonneau est encore plus net dans la présentation des fins ultimes de l’éducation : « Tout dans ses leçons, dans les divers exercices de son école doit tendre en dernière analyse à développer le sentiment religieux, car c’est le but le plus élevé et le résumé de l’éducation du cœur [...]. Quel scandale qu’un instituteur irréligieux ! [...]. Un seul parti reste à prendre à l’instituteur irréligieux et sans mœurs, c’est de s’éloigner et sans retard »75.

  • 76 Joseph-Marie de Gérando, Cours normal des instituteurs primaires..., op. cit., p. 167.
  • 77 Charles-Auguste Salmon, Conférences sur les devoirs..., op. cit., p. 195.
  • 78 Augustin Thery, Lettres sur la profession d’instituteur, Paris, 2e éd., 1855, p. 122.

14N’y a-t-il donc nul infléchissement vis-à-vis de la Vulgate d’Ancien Régime ? En lisant ces publications, on peut certes éprouver un sentiment lassant de redites, bien qu’il faille se garder de dédaigner des ouvrages composés à l’évidence par d’honnêtes gens qui aspiraient moins à composer des œuvres appelées à figurer dans des anthologies de la littérature que des manuels pour une part de seconde main simplement utiles aux maîtres et maîtresses d’école. Il nous apparaît, sous bénéfice d’un inventaire plus précis, que dans deux domaines, la tonalité a un peu changé depuis le XVIIIe siècle. Une relative déconfessionalisation du message religieux est admise. Le pieux Gérando aborde la question des écoles mixtes où des enfants de confessions différentes cohabitent, pour mieux mettre en garde les maîtres contre tout « esprit de prosélytisme ». L’instituteur doit un respect absolu « à la foi religieuse de l’élève qu’il reçoit. [...]. Protégeons l’élève dont le culte sera en minorité contre les dédains du plus grand nombre »76. Même dans les classes où les élèves professent, en théorie du moins, la même foi, le maître ne doit pas « s’immiscer dans l’enseignement dogmatique » et se borner à « introduire les élèves à la morale ». Charles-Auguste Salmon, qui fait au demeurant de vifs éloges de M. de Gérando, professe la plus grande tolérance du moins entre croyants : « La tolérance est un devoir pour tous [...]. C’est un respect profond pour toutes les croyances des autres, un sentiment de bienveillance et d’estime qui s’attache à toutes les formes que peut revêtir le sentiment religieux »77. Au temps du Concordat, le prosélytisme catholique ne peut à l’évidence revêtir les mêmes formes. Augustin Théry le rappelle sans ambiguïté : « La loi ordonne de suivre le vœu des pères de famille ; respectez la croyance de chacun »78.

  • 79 Il est clair que J.-B. de La Salle voulait donner aux élèves des frères le sens de la discipline et (...)
  • 80 Joseph-Marie de Gérando, Cours normal des instituteurs primaires…, op. cit., p. 163.

15Il n’est pas douteux aussi, même si cette dimension n’est évidemment pas totalement absente à l’époque moderne79, que désormais l’utilité sociale de la religion apparaît assez indiscutable pour les notables soucieux de stabilité sociale. Les directeurs d’école normale y sont moins sensibles. En revanche, même un esprit ouvert à la question sociale comme M. de Gérando ne cache pas le message de conformisme social que peut véhiculer un enseignement de la morale et de la religion : « La religion, note-t-il, enseigne à être content de son sort, elle apprend à l’accepter avec joie [...]. Eclairé par elle, l’homme [...] se trouve à sa place dans l’ordre universel. Son lot lui a été donné par la volonté divine »80. L’appel au conformisme social et au respect des hiérarchies établies est loin d’être omniprésent dans ces divers opuscules et ce serait caricatural d’y déceler une dimension fondamentale ; il serait tout aussi exagéré d’en nier sporadiquement la présence. Quelles que soient les nuances que peut introduire une étude précise des ouvrages cités, on ne disconviendra pas de ce que, quelques années seulement avant que Jules Ferry ne fonde l’école primaire laïque et obligatoire, la formation morale est toujours présentée comme devant primer sur tous les autres enseignements et qu elle est perçue comme inséparable de l’éducation religieuse. La bibliothèque imaginaire et idéale de l’abbé Louchet nous incite à faire retour in fine sur les dispositifs de formation prévus pour former des religieux enseignants. Nous le ferons à partir des exemples fournis par les deux ordres ou congrégations s’assurant une réelle suprématie, l’un dans l’enseignement qu’on dit aujourd’hui secondaire, les jésuites, l’autre dans les « petites écoles », les frères des écoles chrétiennes.

Une formation des enseignants modelée par l’aspiration à la perfection chrétienne

  • 81 Le cycle des études comprend deux années de juvénat, trois ans de philosophie, trois ans de régence (...)
  • 82 Pierre Gervais, La pratique des Exercices spirituels d’Ignace de Loyola, Bruxelles, Éditions de l’I (...)
  • 83 Yves Poutet, Genèse et caractéristiques de la pédagogie lasallienne..., op. cit., p. 109.

16La formation des maîtres se doit d’être en harmonie avec les objectifs prioritairement religieux dévolus à l’école et au collège. Bien sûr, mais ce n’est pas l’objet de cet article, le maître doit être compétent, maîtriser les savoirs. Nul n’ignore les longues études des pères jésuites81, mais cette longue formation n’est jamais purement intellectuelle. Elle vise à engager la totalité de la personne, corps et âme, dans un processus de conversion au long d’un pèlerinage qui peut être long, lent et scandé d’hésitations82. Jean-Baptiste de La Salle ne néglige nullement la formation professionnelle et la Conduite des écoles chrétiennes définit avec netteté « neuf sortes de leçons » à prodiguer dans les petites écoles. Ce qui est primordial pour J.-B. de La Salle, lorsque l’on engage un frère, ce n’est pas simplement de vérifier s’il est capable d’enseigner la lecture, l’écriture, l’arithmétique, le catéchisme, l’orthographe et les règles de civilité. L’aspirant à la vie de frère lasallien doit d’abord « s’éprouver », autrement dit vérifier par lui-même s’il est appelé à une vie d’enseignant et de religieux consacré à l’éducation des pauvres et des enfants du peuple83.

  • 84 La spiritualité ignatienne n’est pas étrangère aux postulations ascétiques et mystiques des Frères (...)
  • 85 Le Père André Derville donne des définitions très claires du vocabulaire mystique de base permettan (...)
  • 86 Voir Joseph de Guibert, La spiritualité de la Compagnie de Jésus, op. cit.

17Pour sa part, la Compagnie de Jésus dispose, on le sait, d’un redoutable outil de perfectionnement religieux avec les Exercices spirituels84 qu’Ignace de Loyola a rédigés à partir de 1533 à partir de sa propre expérience mystique. L’examen de conscience est pour le fondateur un exercice essentiel pour approfondir la vie spirituelle. Cet examen peut être particulier et porté sur un sujet précis, par exemple un défaut à vaincre ; il doit être aussi périodiquement général et passer au crible toutes les actions du temps écoulé depuis la précédente révision de vie. Les Exercices spirituels imposent au retraitant un cheminement scandé par quatre semaines de méditations, développés à huis clos, afin que l’homme apprenne à se vaincre et à s’engager dans une conversion continue supposant une radicale réorientation personnelle. Au cours de la première semaine, correspondant à la voie purgative, l’homme prend conscience de sa fin surnaturelle et des obstacles qui l’en détournent. La « nuit obscure des sens » est une phase préalable nécessaire à la conversion. Pendant la deuxième semaine qui est illuminative, le directeur propose d’imiter Jésus-Christ et apprend au retraitant à choisir un état de vie. C’est à ce moment que se situe la réflexion sur les deux étendards. Le retraitant doit se quitter lui-même et chercher Dieu. Vient alors le moment décisif, « l’élection » quand le retraitant choisit les moyens lui permettant de réformer sa vie. La troisième semaine correspond à une semaine de contemplation de la Passion du Christ. Le jésuite est alors prêt à suivre la voie unitive. Le soldat du Christ, qui a connu les peines de la lutte aux côtés du Christ, peut aspirer à une christiformité, à une déiformité, bref à se conformer en toutes choses à ce que Dieu veut85. C’est à une expérience du sacrifice complet que convie en fin de compte le manuel d’ascétisme écrit par Ignace de Loyola86.

  • 87 Ignace de Loyola avait par exemple prévu de demander à chaque jésuite de travailler dans un hôpital (...)
  • 88 Aquaviva écrit que le « troisième an » a pour but d’« acquérir dans les exercices spirituels de dév (...)
  • 89 Ibid, p. 54.

18Ce n’est que progressivement que les noviciats furent structurés. Dans un premier temps, les novices demeuraient dans les collèges où leur vocation avait éclos. C’est sous le généralat du Belge Éverard Mercurian (1573-1581) que la formation donnée dans les noviciats, créés progressivement par la Compagnie, s’intensifia. Le niveau des bonnes pratiques religieuses, des dévotions est donc dépassé, comme l’est le temps des simples exhortations à la vertu. Certes, J. de Guibert observe que ne furent pas toujours mises en œuvre les épreuves ou « expériments » d’une singulière hardiesse que le père fondateur avait prévus87, mais l’appel à la pratique d’une abnégation radicale dans l’accomplissement de ses fonctions fut constamment rappelé. C’est en 1606, sous le généralat de Claude Acquaviva, que la pratique annuelle de la retraite selon les Exercices spirituels devint obligatoire. Michel de Certeau a recensé les codifications internes que la Compagnie s’est progressivement données (réglementation du noviciat en 1580, régularisation du « troisième an »88 ou troisième année de noviciat au terme des études dans les années 1593-1594, généralisation du juvénat en 1608, obligation de l’heure quotidienne d’oraison en 1580...)89.

  • 90 Yves Poutet, « Adrien Nyel, précurseur de saint Jean-Baptiste de La Salle », Cahiers lasalliens, 48 (...)
  • 91 Yves Poutet, Genèse et caractéristiques de la pédagogie lasallienne..., op. cit., p. 109.
  • 92 « Quelle que soit la différence qui sépare ces tristes maisons d’écoles de notre idéal moderne de l (...)
  • 93 Maurice Gontard, La question des écoles normales primaires..., op. cit., p. 3.
  • 94 Yves Laudet, L’instituteur des instituteurs, Saint Jean-Baptiste de La Salle, Tours, Marne, 1929, 2 (...)

19Jean-Baptiste de La Salle, même si initialement la formation mise en œuvre est d’une durée variable, comprend assez rapidement la nécessité de créer des centres de formation pour les maîtres. L’exemple d’Adrien Nyel l’inspire très visiblement90. La Règle imprimée en 1726 précise qu’on ne permet à aucun frère de prêter des vœux « qu’il n’y ait au moins deux ans qu’il soit dans l’Institut et qu’il ne soit éprouvé un an dans le noviciat et un an dans l’école91 ». Ces noviciats n’ont pas le sens canonique que l’on donne ordinairement à ce terme, mais sont simplement des lieux de formation pédagogique et d’initiation à la vie religieuse. C’est dire que les initiateurs, bien que l’on puisse s’interroger sur le niveau d’application de cette ambition, voulaient ne pas dissocier la formation professionnelle à l’emploi de maître de la préparation à la vie religieuse. Ce type de formation valut beaucoup d’éloges à l’époque contemporaine à J.-B. de La Salle. Il est notable que tout en marquant les différences avec l’école qu’il préconise, Gabriel Compayré, qui fit tant pour perfectionner la pédagogie des écoles normales, rendait hommage à La Salle92 et Maurice Gontard voit même dans ces noviciats « les véritables écoles normales d’avant 1789 »93. Fernand Laudet reprend la même idée dans sa biographie en présentant La Salle comme « l’instituteur des instituteurs »94.

  • 95 Outre la messe quotidienne, à laquelle il est tenu de participer avec ferveur, le novice récite les (...)
  • 96 Yves Poutet, Genèse et caractéristiques de la pédagogie lasallienne. op. cit., p. 115.
  • 97 Le frère Thimothée, supérieur en 1730, l’atteste : « La considération ou examen qui se fait deux fo (...)

20La troisième partie de la Conduite des écoles chrétiennes a pour titre « la conduite des formateurs des jeunes maîtres et inspecteurs des écoles ». Présente dans le manuscrit de 1706, elle ne figure d’ailleurs pas dans les premières éditions de la Conduite des écoles chrétiennes. Il faut attendre l’édition de 1811 pour qu’elle soit publiée. Jusqu’alors, elle était dictée aux futurs maîtres durant leurs stages de formation. L’emploi du temps des novices est décrit par Yves Poutet. Depuis le lever à 4 h 30 et jusqu’au coucher à 21 h 15, tout est minutieusement précisé. La formation religieuse s’y taille la part du lion95, puisque la préparation à la vie professionnelle n’occupe pasplus de trois heures par jour, si bien qu’Y. Poutet compare la communauté du noviciat à une petite Trappe96. Il est à noter que deux « coulpes » sont prévues chaque jour, à 11 h 30 et surtout à 18 h 3097. Ces aveux publics des défauts et des négligences en contradiction avec les Règles communes des Frères ne doivent pas être vécus comme des humiliations, mais comme de pressantes invitations à se corriger selon l’esprit lasallien qui se veut être un esprit de foi, un esprit de zèle et un esprit decommunauté. À l’évidence, Jean-Baptiste de La Salle croit d’abord pour la formation professionnelle à la vertu des stages en classe sous le contrôle de maîtres expérimentés. Des directoires appropriés ont été élaborés et mis à la disposition de l’inspecteur des écoles, comme des formateurs des nouveaux maîtres. Primordial est le façonnement de la personnalité de l’aspirant qui doit intérioriser et vivre les douze vertus du bon maître reprises à la fin de l’édition princeps de la Conduite des écoles chrétiennes :la gravité, le silence, l’humilité, la prudence, la sagesse, la patience, la retenue, la douceur, le zèle, la vigilance, la piété et la générosité. Les qualités de l’enseignant-modèle sont à ce point déterminante pour la réussite du projet éducatif que le frère Agathon croit nécessaire en 1785 d’en publier une Explicitation détaillée.

  • 98 Yves Poutet, Genèse et caractéristiques de la pédagogie lasallienne..., op. cit.,p. 131.
  • 99 Ces seize méditations pour les retraites font l’objet d’une reproduction anastatique dans les Cahie (...)
  • 100 Père Giry, Méditations pour les Sœurs maîtresses des écoles charitables du Saint Enfant-Jésus de l’ (...)

21L’idée d’une formation permanente des maîtres fut reprise à son compte par J.-B. de La Salle avant même l’ouverture du premier noviciat98. Le principe d’une retraite annuelle des Frères fut immédiatement retenu. Dès septembre 1691, La Salle réunit à Vaugirard les frères entrés dans la communauté depuis trois ou quatre ans « pour les renouveler en esprit ». L’habitude se prend d’obtenir des frères qu’ils rendent compte de leur conduite sur tous les plans par une lettre exigée tous les deux mois par la Règle de 1718. Des frères nommés « visiteurs » se livrent à des inspections annuelles avant de rejoindre leur communauté d’origine. Entre-temps, le Frère directeur assume la responsabilité d’animer la communauté éducative en recevant en particulier chaque frère chaque semaine, pour faire le bilan des difficultés rencontrées et des progrès pédagogiques et comportementaux que doit s’assigner l’éducateur au cours des jours suivants. Cet entretien est appelé « reddition ». J.-B. de La Salle mise sur la valeur formatrice des vacances fixées à l’époque en septembre. C’est à ce moment qu’est organisée la retraite annuelle pendant huit jours pleins. Certes les activités de nature religieuse n’y occupent pas l’intégralité du temps. Un renforcement des connaissances profanes et professionnelles liées à la conduite de la classe y trouve également place, mais comme le fondateur ne peut imaginer de séparer le profane du sacré, on imagine à quel point le couronnement de cette session de récollection annuelle est constitué par les seize méditations sur l’emploi de l’école99 que le fondateur eut le temps de composer à partir de 1707 avant d’être arraché à ce monde en 1719. De ce point de vue, La Salle est un fidèle disciple du Père minime Nicolas Barré qui avait traité des mêmes thèmes dans les conférences destinées aux Sœurs maîtresses du Saint Enfant-Jésus100.

  • 101 L’édition anastatique de l’édition originale figure dans le tome XII des Cahiers lasalliens.
  • 102 Cahiers lasalliens, 12, 2e partie, p. 245.
  • 103 Yves Poutet, Genèse et caractéristiques de la pédagogie lasallienne..., op. cit., p. 136. Les Règle (...)

22Une des particularités du fonctionnement interne de l’Institut est l’usage qui est fait des trois derniers jours de l’année, les 29, 30 et 31 décembre. On peut considérer qu’il s’agit d’une mini-retraite consacrée indissociablement à l’emploi et à la relation à Dieu. Dans les Méditations pour les dimanches et les principales fêtes101, J.-B. de La Salle donne les lignes de force structurant ces journées relatives aussi bien aux devoirs envers le prochain ou envers les écoliers qu’à la régularité des pratiques scolaires évaluées selon leur conformité avec les Règles de l’Institut. On y retrouve démarqués des épîtres pauliniennes des accents chers aux disciples d’Ignace : « Soit que vous mangiez, soit que vous buviez, enfin quelque chose que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu » ou encore « en parlant ou en agissant, faites tout au nom du Seigneur Jésus-Christ »102. Les occasions exploitées pour mieux cheminer vers la perfection chrétienne manquent d’autant moins que la lecture publique et périodique des Règles communes de l’Institut incite chaque Frère à ne jamais oublier l’objectif final de sa vocation et les bonnes mœurs permettant de se bien comporter. Enfin, et ce n’est pas la moindre disposition, tous les vendredis, au cours d’un exercice dit d’« avertissement des défauts », chaque frère doit prier publiquement ses confrères de lui signaler ses défauts pour lui permettre de s’en corriger. Cet exercice d’autocritique ou de « correction fraternelle » n’a disparu que dans la Règle de 1986103.

23La religion, ses préceptes et ses pratiques occupent une place fondamentale dans la formation des religieux qui se destinent à l’enseignement. Les constitutions et les règles de fonctionnement des congrégations ou des ordres accordent une place importante à cette question de la formation de maîtres instruits et pédagogues mais aussi et d’abord profondément chrétien. Du XVIe siècle aux années 1870, l’imprégnation chrétienne est constante dans cette formation et crée une continuité certaine entre les périodes historiques traversées. L’influence d’Ignace de Loyola, de Jean-Baptiste de la Salle ou de Charles Rollin par exemple, est très importante encore en plein cœur du XIXe siècle comme en témoigne le Cours de l’abbé Louchet à Dohem vers 1876-1879 ou sa Bibliothèque idéale de l’instituteur. À ce niveau, les lois Ferry, en particulier celle du 28 mars 1882 instaurant la laïcité dans les programmes, constituent à l’évidence une rupture fondamentale.

Notes

1 Les dispositions laïques de la loi du 28 mars 1882 supprimèrent l’enseignement du catéchisme et de l’histoire sainte dans les programmes de l’école primaire. Si incontestable qu’il soit, ce tournant, si l’on examine les contenus des enseignements, n’eut pourtant pas les effets immédiats drastiques que l’on imagine trop souvent.

2 Nous bornons nos observations aux écoles de garçons, puisque V. Castagnet et A. Bonzon traitent de celles des filles.

3 Henri Fouqueray, Histoire de la Compagnie de Jésus des origines à la suppression (1528-1762), Paris, A. Picard et fils, 1910, tome I, p. 176.

4 Ratio studiorum. Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, édition bilingue latin-français, présentée par Adrien Demoustier et Dominique Julia, Paris, Belin, 1997.

5 Jean Bonifacio publia à Salamanque en 1575 une Christiani pueri institudo adolescentiaeque perfugium (Joseph de Guilbert, La spiritualité de la Compagnie de Jésus. Esquisse historique, Rome, Institutum historiae, 1953, p. 201).

6 François Charmot, La pédagogie des jésuites. Ses principes, son actualité, Paris, Éditions Spes, 1951, p. 39. Lorsqu’il replaça le Collège romain sous l’autorité des jésuites, le pape Léon XII ne fit guère preuve d’originalité en observant que le collège « regarde l’éducation chrétienne comme le moyen par excellence de rendre facilement meilleure l’humanité ».

7 On trouvera une utile note bio-bibliographique sur François Charmot, héraut d’un nouvel humanisme jésuite dès l’entre-deux-guerres dans la synthèse composée par Dominique Avon et Philippe Rocher, Les jésuites et la société française (XIXe-XXe siècles), Toulouse, Privat, 2001, p. 141-142.

8 François Charmot, La pédagogie des jésuites..., op. cit., p. 429

9 François de Dainville, L’éducation des jésuites : XVIe-XVIIIe siècles, textes réunis et présentés par Marie-Madeleine Compère, Paris, Éditions de Minuit, 1978, 570 p.

10 Jean-Baptiste de La Salle fut béatifié en 1888 et canonisé en 1900 par Léon XIII. Pie XII déclara en 1950 La Salle « patron de tous les maîtres chrétiens ».

11 Armand Ravelet, Le bienheureux Jean-Baptiste de La Salle, Paris-Tours, Marne, 1888.

12 Sur la vie et l’œuvre de J.-B. de La Salle, la bibliographie est très riche. On peut partir de la notice d’Alphonse Hermans et Michel Sauvage dans le Dictionnaire de spiritualité (t. 8, col. 802-821). Rien ne peut remplacer la consultation de l’œuvre monumentale en 9 volumes de Georges Rigault, Histoire générale de l’Institut des frères des écoles chrétiennes, Paris, Plon, 1937-1953. L’historiographie lasallienne a été renouvelée récemment par le frère Yves Poutet.

13 Yves Poutet, Genèse et caractéristiques de la pédagogie lasallienne, Éditions Don Bosco, 1995, p. 139. Dans ses Méditations pour le temps de la retraite, La Salle insiste sur ce point : « C’est la vérité de Jésus-Christ qui parle par votre bouche, ce n’est qu’en son nom que vous les enseignez et c’est lui qui vous donne l’autorité sur eux. Ils sont eux-mêmes la lettre qu’il vous a dictée et que vous écrivez tous les jours dans leurs cœurs, non avec de l’encre, mais avec l’esprit de Dieu vivant qui agit en vous et par vous, par la vertu de Jésus-Christ » (Cahiers lasalliens, 13, p. 16-17).

14 Cahier lasalliens, 15, p. 66. Nous remercions la bibliothèque universitaire Vauban de l’Institut Catholique de Lille de nous avoir donné toutes facilités pour consulter la série complète des soixante-cinq Cahiers lasalliens publiés jusqu’en 2008.

15 Armand Ravelet, Le bienheureux Jean-Baptiste de La Salle, op. cit., p. 94.

16 Le Traité des études de Charles Rollin fut réédité sept fois de 1728 à 1789.

17 Charles Rollin, Traité des études, VIII, 2e partie, art. 13.

18 Ibid., I, p. 79-80.

19 Ibid., p. 132. Naturellement, J.-B. de La Salle, qui dès 1703 publiait Les règles de la bienséance et de la civilité chrétienne, considérait lui aussi que la civilité n’était pas une qualité purement humaine et mondaine. L’abbé Sicard a été frappé par ces passages de la Civilité chrétienne : « Il y a peu de personnes qui vivent et se conduisent selon l’esprit de Jésus-Christ. C’est cependant cet esprit qui doit animer toutes nos actions pour les rendre saintes et agréables à Dieu... Comme il n’y a pas une qui ne doive être faite par des motifs purement chrétiens ; ainsi toutes nos actions extérieures qui sont les seules qui puissent être réglées par la bienséance doivent toujours avoir et porter avec soi un caractère de vertu » (Augustin Sicard, L’éducation morale et civique avant et pendant la Révolution, Paris, Poussielgue, 1884, p. 34).

20 Charles Rollin, Traité des études, édition 1823, tome I, p. 29.

21 Jean de Viguerie, « Le mouvement des idées pédagogiques aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans Gaston Mialaret et Jean Vial (dir.), Histoire mondiale de l’éducation, tome II, 1981, p. 180.

22 Faut-il rappeler des passages du Dictionnaire philosophique de Voltaire : « Bavards prédicateurs, extravagants controversistes, misérables ergoteurs, prêchez la morale et rien de plus. Il n’y a qu’une morale. On ne peut trop répéter que la morale est la même chez tous les peuples qui font usage de leur raison ». Cité par Augustin Sicart, L’éducation morale et civique avant et pendant la Révolution (1700-1808), Paris, Lib. Poussielgue frères, 1884, p. 50-51.

23 Marcel Grandière, L’idéal pédagogique en France au XVIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1998, p. 61.

24 Dans les huit livres du Traité des études, Rollin, après avoir abordé la première éducation, évoque l’étude des langues, la poésie, la rhétorique, les trois genres d’éloquence, l’histoire, la philosophie et termine par le gouvernement intérieur des classes et du collège.

25 « Le but de tous nos travaux, la fin de toutes nos instructions doit être la religion. Quoique nous n’en parlions pas toujours, nous devons l’avoir toujours dans l’esprit et ne la perdre jamais de vue » (Traité des études, t. I, p. 22).

26 Liévin-Bonaventure Proyart, De l’éducation publique et des moyens d’en réaliser la réforme projetée dans La dernière Assemblée Générale du clergé de France, Paris, 1785.

27 Liévin-Bonaventure Proyart fut sous-principal au collège Louis le Grand de 1772 à 1778, puis principal du collège du Puy-en-Velay de 1780 à 1792. À la bibliothèque G. Lefebvre de l’Université de Lille 3, il est loisible de lire le mémoire de master, que nous avons dirigé en 2007-2008, de Camille Pezé sur Les idées éducatives et politiques dans les écrits de l’abbé Proyart (1743-1808).

28 Liévin-Bonaventure Proyart, De l’éducation publique et des moyens d’en réaliser la réforme..., op. cit., p. 36.

29 Ibid., p. 71.

30 Ibid., p. 113.

31 Voir René Grevet et Philippe Marchand (dir.), Les débuts de l’école républicaine (1792-1802), numéro spécial de la Revue du Nord, octobre-décembre 1996, p. 663-1040.

32 René Cailleau (éd), Pédagogie chrétienne, pédagogues chrétiens, Actes du colloque d’Angers (28-30 septembre 1995), Paris, Éditions Don Bosco, 1996, 553 p.

33 J.-B. Duroselle présente Eugène Rendu comme un démocrate-chrétien favorable au droit au travail et membre un temps du cabinet de l’Instruction publique (Jean-Baptiste Duroselle, Les débuts du catholicisme social jusqu’en 1870, Paris, PUF, 1951, p. 312).

34 Archives départementales du Pas-de-Calais, 3 J 2 ; Archives diocésaines d’Arras, 3 J 17 / 11, Cours de pédagogie de l’abbé Émile Louchet.

35 Émile Louchet, Cours de pédagogie, p. 5.

36 Marcel Grandière, La formation des maîtres en France (1792-1914). Recueil des textes officiels, Lyon, INRP, 2006, p. 68-71.

37 Abbé Jean-Baptiste Glaire, (1798-1879) éd., La Sainte Bible en latin et en français, Paris, 1834-1836, 3 tomes.

38 Il s’agit d’Henri Wallon (1812-1904), l’auteur de l’amendement créant la IIIe République. Cet historien catholique originaire de Valenciennes, rallié à l’idée d’une république modérée, était à l’époque aussi connu pour sa Sainte Bible résumée dans son histoire et ses enseignements en deux volumes dont la première édition remonte à 1854-1859.

39 Auguste Nicolas était conseiller à la cour d’appel de Paris. L’ouvrage ici cité a été publié à Bordeaux en 1843.

40 Henri-Marie Dubois (1801-1859), Pratique du christianisme ou nécessité de pratiquer ce que l’on croit, Paris, 1853, 567 p.

41 Albertine-Adrienne Necker de Saussure (1765-1841), L’éducation progressive ou Étude du cours de la vie, 3 tomes en 2 volumes, Paris, 1838-1841.

42 Théodore-Henri Barrau (1795-1865), Direction morale pour les instituteurs, Paris, 1841, 179 p.

43 Théodore-Henri Barrau, De l’éducation morale de la jeunesse à l’aide des écoles normales primaires, Paris, 1840, 284 p.

44 L’abbé Louchet manque de rigueur dans la présentation de ce livre dont le titre exact est De l’éducation populaire et des écoles normales primaires, 1841, 386 p.

45 Charles-Auguste Salmon (1805-1880), Conférences sur les devoirs des instituteurs, Paris, 1843, 272 p.

46 Jacques Matter (1791-1864), L’instituteur primaire ou Conseils et directions pour préparer les instituteurs primaires à leur carrière, Paris, 1832, 530 p. Le catalogue du Conseil royal de l’Instruction publique fait état de deux autres livres de Matter : Le visiteur des écoles et le Manuel de l’instituteur primaire.

47 Joseph-Marie de Gérando (1772-1842), Cours normal des instituteurs primaires ou Directions relatives à l’éducation physique, morale et intellectuelle dans les écoles primaires, Paris, 1832, 439 p.

48 Ambroise Rendu (1778-1860), Cours de pédagogie, Paris, 1850.

49 Augustin Thery (1796-1878), Lettres sur la profession d’instituteur, Paris, 1853. Cet ouvrage fut maintes fois réédité.

50 Il s’agit à l’évidence des Conseils aux mères sur les moyens de diriger et d’instruire leurs filles, Paris, 1859, 474 p.

51 Félix Dupanloup (1802-1878) publia pour la première fois cette vaste somme (405, 607 et 639 p.) entre 1850 et 1862. Une douzième édition sortit en 1897.

52 Jules Paroz (1824-1906), Histoire universelle de la pédagogie, Paris, 1867 (3e éd., 1883).

53 Marie Pape-Carpentier (1815-1878), Conseils pour la direction des salles d’asile, Paris, 1845, 180 p.

54 Une fois de plus, Émile Louchet cite approximativement un ouvrage. Il s’agit du Cours d’éducation et d’instruction primaire. Cours élémentaire, 1re année publié en 1869 par Marie Pape-Carpentier, Charles Delon et Madame Panney-Delon.

55 Michel Charbonneau, Cours théorique et pratique de pédagogie, Paris, 1863, 480 p.

56 Alexandre Pinet, De l’organisation pédagogique des écoles d’après M. Villemereux, Paris, 1861, 172 p.

57 En 1835, le Conseil royal avait envisagé une collection forte de 33 ouvrages, dont 15 d’instruction morale et religieuse et 18 de pédagogie.

58 Le catalogue de 1835 retenait pour sa part la traduction de la Bible par Le Maistre de Sacy (autrement dit la Bible de Port-Royal) et l’Abrégé de l’histoire de l’Ancien Testament avec des explications de F. P. Mesenguy qui, publié en 1747, ne comptait pas moins de 10 volumes in-12.

59 Jean-Baptiste Glaire, Introduction historique et critique aux livres de l’Ancien et du Nouveau Testament, Paris, Mequignon junior, 1843, tome V, p. 236.

60 Auguste Nicolas, Études philosophiques sur le christianisme, Paris, 1852, tome I, p. 10.

61 Henri Dubois, Pratique du christianisme ou nécessité de pratiquer ce que l’on croit, Paris, Jacques Lecoffre et Compagnie, 1853, p. 7 et 8.

62 Nous avons tiré partie des richesses des fonds patrimoniaux de la bibliothèque universitaire Vauban et plus encore des collections de la bibliothèque-Recherche de l’IUFM Nord-Pas-de-Calais.

63 Voir la notice composée pour le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson, Paris, 1911, p. 1753-1755. Maurice Gontard présente Ambroise Rendu comme « un catholique austère », chargé des écoles primaires au sein du Conseil royal. Il fut « l’homme de la tâche ingrate, des études techniques et de la correspondance quotidienne (Maurice Gontard, La question des écoles normales primaires de la Révolution de 1789 à nos jours, Paris, 2e éd., INRDP, 1975, p. 29).

64 Voir la notice du Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, 1911, p. 1273-1274.

65 Ibid., p. 159.

66 Ibid., p. 1964-1965.

67 Ibid., p. 1491. Voir Colette Cosnier, Marie Pape-Carpentier, fondatrice de l’école maternelle, Paris, Fayard, 2003, 418 p.

68 Voir la notice de Louis Trénard, dans le Dictionnaire de biographie française, tome XV, 1982, p. 1197-1199.

69 Félix Dupanloup, De l’éducation, Paris, 1865, tome II, p. 4 (Les majuscules figurent dans le texte).

70 Ibid., p. 3.

71 Albertine Necker de Saussure, Éducation progressive..., op. cit., p. 208.

72 Joseph-Marie de Gérando, Cours normal des instituteurs primaires..., op. cit., p. 158.

73 Augustin Thery, Lettres sur la profession d’instituteur..., 2e éd. 1855, p. 122.

74 Jules Paroz, Histoire universelle de la pédagogie..., op. cit., p. 3.

75 Michel Carbonneau, Cours théorique et pratique..., op. cit., p. 23 et 25.

76 Joseph-Marie de Gérando, Cours normal des instituteurs primaires..., op. cit., p. 167.

77 Charles-Auguste Salmon, Conférences sur les devoirs..., op. cit., p. 195.

78 Augustin Thery, Lettres sur la profession d’instituteur, Paris, 2e éd., 1855, p. 122.

79 Il est clair que J.-B. de La Salle voulait donner aux élèves des frères le sens de la discipline et de l’ordre tels que les codes idéologiques du temps pouvaient le concevoir. En ce sens, il n’appelait pas à la transformation des hiérarchies sociales en place. Il ne serait pas pour autant exact de voir dans l’école lasallienne destinée, répétons-le, à la promotion des garçons d’extraction populaire, une école de la soumission du moins plier les élèves à l’ordre ne trouvait pas en lui-même sa justification. Il s’agissait pour le fondateur de créer les conditions d’une élévation morale des garçons qui étaient confiés aux frères afin de les protéger des séductions du monde.

80 Joseph-Marie de Gérando, Cours normal des instituteurs primaires…, op. cit., p. 163.

81 Le cycle des études comprend deux années de juvénat, trois ans de philosophie, trois ans de régence, quatre ans de théologie et un temps mal fixé d’études supérieures. Il y a, il est vrai, des degrés d’incorporation dans la Compagnie. Tous les jésuites ne sont pas proies. On distingue même six catégories de personnes dans l’ordre : les novices, les frères temporels formés employés à de menus emplois (sacristains, portiers, cuisiner...), les scolastiques ou écoliers approuvés qui continuent la carrière des épreuves prévues par les Constitutions, les codajuteurs spirituels formés propres au gouvernement des collèges ou résidences, les proies des trois vœux, enfin les proies des quatre vœux qui composent la Société dans toute l’acception du terme (Jacques Cretineau-Joly, Histoire religieuse, politique et littéraire de la Compagnie de Jésus composée sur des documents inédits et authentiques, Paris, 1846, tome I, p. 93).

82 Pierre Gervais, La pratique des Exercices spirituels d’Ignace de Loyola, Bruxelles, Éditions de l’Institut d’Études théologiques, 1991, p. 89

83 Yves Poutet, Genèse et caractéristiques de la pédagogie lasallienne..., op. cit., p. 109.

84 La spiritualité ignatienne n’est pas étrangère aux postulations ascétiques et mystiques des Frères des écoles chrétiennes. Il est de ce point de vue caractéristique que le frère Irlide, supérieur général de 1875 à 1884, ait proposé à ses frères une spiritualité inspirée des Exercices avec pratique des « trente jours » (Dictionnaire de spiritualité, 1972, col. 806, notice d’Alphonse Hermans et Michel Sauvage).

85 Le Père André Derville donne des définitions très claires du vocabulaire mystique de base permettant de comprendre les finalités des Exercices spirituels (anéantissement, dépouillement intérieur, désappropriation, détachement, déiformité), dans Commentaire des Exercices spirituels d’Ignace de Loyola, suivi de l’Abrégé de la perfection chrétienne, par Achille Gagliardi (1537-1607), introduction par André Derville, Paris, Desclée de Brouwer, 1996, p. 25.

86 Voir Joseph de Guibert, La spiritualité de la Compagnie de Jésus, op. cit.

87 Ignace de Loyola avait par exemple prévu de demander à chaque jésuite de travailler dans un hôpital en assumant les besognes les plus humbles et de faire un long pèlerinage à pied, dépourvu de tout moyen financier, en mendiant chaque jour son pain et son gîte. Dans les Constitutions, il laissa cependant aux supérieurs le soin d’en régler la pratique de ces « expériments ». (J. de Guilbert, La spiritualité de la Compagnie de Jésus, op. cit., p. 90).

88 Aquaviva écrit que le « troisième an » a pour but d’« acquérir dans les exercices spirituels de dévotion cette intense familiarité avec Dieu que les Constitutions enseignent être nécessaire aux ouvriers de la Compagnie » (cité par J. de Guilbert, La spiritualité de la Compagnie de Jésus, op. cit., p. 225).

89 Ibid, p. 54.

90 Yves Poutet, « Adrien Nyel, précurseur de saint Jean-Baptiste de La Salle », Cahiers lasalliens, 48, 1988, p. 20-32.

91 Yves Poutet, Genèse et caractéristiques de la pédagogie lasallienne..., op. cit., p. 109.

92 « Quelle que soit la différence qui sépare ces tristes maisons d’écoles de notre idéal moderne de l’école gaie, active, animée, telle que nous la rêvons aujourd’hui, il n’en faut pas moins rendre justice aux efforts de La Salle et l’admirer pour les qualités qui étaient bien à lui ». (Gabriel Compayré, Histoire de la pédagogie, 1886).

93 Maurice Gontard, La question des écoles normales primaires..., op. cit., p. 3.

94 Yves Laudet, L’instituteur des instituteurs, Saint Jean-Baptiste de La Salle, Tours, Marne, 1929, 263 p.

95 Outre la messe quotidienne, à laquelle il est tenu de participer avec ferveur, le novice récite les heures monastiques (matines, laudes, prime, tierce, sexte, none, vêpres et complies). Il récite les Litanies du saint Enfant-Jésus à 8 heures, celles de la Passion de Notre Seigneur, puis celles de saint Joseph, patron de l’Institut à 13 heures, sans oublier le chapelet propre aux Frères (le Credo, le Pater, trois Ave puis six dizaines d’Ave précédées d’un Pater et terminées par un Gloria). Les repas sont accompagnés de lectures du Nouveau Testament ou de livres pieux, à commencer par l’Imitation de Jésus-Christ, sans compter l’étude du catéchisme pendant une heure et demie chaque jour.

96 Yves Poutet, Genèse et caractéristiques de la pédagogie lasallienne. op. cit., p. 115.

97 Le frère Thimothée, supérieur en 1730, l’atteste : « La considération ou examen qui se fait deux fois le jour en forme de méditation ou de réflexions sur les actions de sa vie et les devoirs de son état est d’une très grande importance » (Cahiers lasalliens, 13, p. 5).

98 Yves Poutet, Genèse et caractéristiques de la pédagogie lasallienne..., op. cit.,p. 131.

99 Ces seize méditations pour les retraites font l’objet d’une reproduction anastatique dans les Cahiers lasalliens, t. 13.

100 Père Giry, Méditations pour les Sœurs maîtresses des écoles charitables du Saint Enfant-Jésus de l’Institut de feu le R.P. Barré, Paris, 1687 (ouvrage cité par Y. Poutet, Genèse et caractéristiques de la pédagogie lasallienne..., op. cit., p. 136). On peut aussi se reporter à Yves Poutet, « Nicolas Barré, Nicolas Roland, Charles Demia et leurs « filles séculières », religieuses enseignantes au XVIIe siècle, dans Les religieuses enseignantes, XVIe-XXe siècles, Actes du centre de recherches d’histoire religieuse d’Angers, Angers, Presses de l’Université, 1981, p. 31-50.

101 L’édition anastatique de l’édition originale figure dans le tome XII des Cahiers lasalliens.

102 Cahiers lasalliens, 12, 2e partie, p. 245.

103 Yves Poutet, Genèse et caractéristiques de la pédagogie lasallienne..., op. cit., p. 136. Les Règles communes des Frères des écoles chrétiennes n’ont pas changé jusqu’au Concile de Vatican II, qui invita les ordres et congrégations à s’engager dans une opération d’adaptation et de rénovation en s’efforçant d’observer trois principes : demeurer fidèle au charisme du fondateur, être attentif aux signes du temps, donner la priorité à l’Évangile. Le 39e chapitre général de 1966 commença ce travail d’aggiornamento poursuivi ensuite jusqu’au 41e chapitre général de 1986 qui adopta un nouveau modèle d’école lasallienne avec la notion de « mission partagée » entre les frères et les autres laïcs associés, tout en introduisant quelques nouvelles dispositions dans les règles.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540