Version classiqueVersion mobile

Éducation, Religion, Laïcité (xvie-xxe s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants

 | 
Jean-François Condette

Première partie. Éducation et religion dans la formation des enseignants

L’histoire sainte dans les écoles normales de 1833 à 1882

Annie Bruter

Texte intégral

1Comme celle de l’enseignement en général, l’historiographie de l’enseignement de l’histoire a jusqu’ici été faite d’un point de vue « laïc » qui excluait l’instruction religieuse des matières considérées. Aisément compréhensible si on le replace dans le cadre de la lutte anticléricale qui a marqué les débuts de la IIIe République, époque où se mit précisément en place la vision toujours dominante aujourd’hui du passé de l’école, ce point de vue n’en a pas moins des inconvénients, entre autres celui d’obscurcir le processus par lequel l’histoire est devenue une discipline scolaire. Il ignore, en effet, la place tenue par l’enseignement d’une histoire toujours largement considérée comme véridique au début du XIXe siècle : l’histoire sainte. Or, l’enseignement de celle-ci a précédé celui de l’histoire de France dans les écoles normales d’instituteurs comme dans les écoles primaires. Se pencher sur cet enseignement est donc une étape nécessaire pour comprendre comment l’histoire s’est « disciplinarisée » au XIXe siècle. Mais il n’est pas moins nécessaire de comprendre, au préalable, pourquoi l’existence de cet enseignement a si longtemps été oubliée. Car le point de vue « laïc » des historiens républicains de l’enseignement n’est pas le seul obstacle à mettre en cause. Le statut tout à fait spécifique de la matière scolaire qu’était l’histoire sainte, tel que le révèlent les sources, en constitue un autre, parce qu’il échappe aux cadres de pensée actuels. La séparation de l’Église et de l’État accomplie il y a plus d’un siècle a, en effet, induit une distinction tranchée entre le sacré et le profane qui n’était pas de mise auparavant : entre les deux se tenait une zone floue où ils s’interpénétraient, et c’est à cette zone qu’appartenait « l’instruction morale et religieuse », qui se décomposait à son tour en catéchisme et histoire sainte. C’est donc par l’examen du statut de l’histoire sainte dans l’enseignement des écoles normales qu’on commencera, avant d’en venir à ses contenus et ses pratiques pédagogiques, puis à sa disparition.

L’histoire sainte : un statut spécifique

  • 1 Bulletin universitaire contenant les ordonnances, règlements et arrêtés concernant l’Instruction p (...)
  • 2 Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique (désormais BAMIP), Paris, ministère (...)
  • 3 Recueil de lois et règlements concernant l’Instruction publique depuis l’édit d’Henri IV, en 1598, (...)
  • 4 Ibid, p. 136-137.
  • 5 BU, tome III, p. 286-292.
  • 6 Arrêté du Conseil relatif aux examens de capacité des institutrices primaires, 28 juin 1836, BU, t (...)
  • 7 Quelles sont les connaissances en histoire et en géographie que l’on doit exiger des institutrices (...)
  • 8 Manuel des aspirants aux brevets de capacité pour l’enseignement primaire élémentaire et pour l’en (...)

2L’instruction religieuse et morale est certes, au XIXe siècle, une matière scolaire, mais une matière scolaire bien particulière, car elle relève aussi des autorités religieuses. C’est une matière scolaire, puisque son enseignement est prescrit par les programmes officiels et sanctionné par une épreuve d’examen qui oriente, bien évidemment, l’enseignement dispensé. Comme pour les autres établissements scolaires, les règlements relatifs aux écoles normales primaires la placent en tête des matières énumérées, qu’il s’agisse de celui du 14 décembre 18321, édicté sous la monarchie de Juillet, ou de celui du 24 mars 1851, signé par Louis-Napoléon Bonaparte, alors président de la IIe République2. Elle fait l’objet d’une interrogation lors de 1 examen pour obtenir le brevet de capacité exigé des instituteurs aux termes de l’ordonnance du 29 février 18163. Mais, alors que l’Instruction du 14 juin de la même année4 n’exigeait la connaissance de l’histoire sainte que des candidats au brevet du premier degré (le degré le plus élevé), les candidats au brevet du deuxième et du troisième degré n’étant requis que de connaître le catéchisme, le nouveau règlement sur les examens du brevet adopté en juillet 18335 – c’est-à-dire au lendemain du vote de la loi Guizot sur l’instruction primaire – impose une épreuve d’histoire sainte à tous les candidats, quel que soit le type de brevet, élémentaire ou supérieur, qu’ils cherchent à obtenir. Et si le Conseil royal de l’Instruction publique dispense les candidates au brevet élémentaire de l’épreuve d’histoire lorsqu’il organise les examens des brevets de capacité féminins, en 18366, il précise dans un texte ultérieur « qu’il suffit, pour les institutrices du degré élémentaire, qu’elles aient les notions d’histoire et de géographie qui se rattachent à l’histoire sainte, et qui sont par là même une partie de l’instruction morale et religieuse7 ». Elles aussi doivent connaître l’histoire sainte. Celle-ci est dès lors bien une matière scolaire à part entière pour les futurs instituteurs et institutrices. Le Manuel pour les aspirants aux brevets de capacité publié au lendemain de l’édiction des règlements de 18338, qui a servi de programme officieux aux candidats et aux examinateurs en attendant la parution de programmes officiels (celle-ci n’intervint pas avant plusieurs années) et consiste en une série de questions d’examen, en contient 44 sur l’histoire sainte (sur 373 questions d’histoire en tout).

  • 9 Une circulaire du 5 août 1833 recommande cependant d’y faire figurer un « ministre de la religion  (...)
  • 10 BAMIP, 1re série, tome I, p. 57-80.
  • 11 BAMIP, 1re série, tome IV, p. 56-59.

3Cependant, cette matière scolaire diffère des autres en ce que son enseignement et son épreuve d’examen ne relèvent pas des personnels de l’Instruction publique. Il y a, en effet, plusieurs cultes reconnus en France. Aussi les règlements officiels pour les écoles normales, tant celui du 14 décembre 1832 que celui du 24 mars 1851, déclarent-ils que « l’instruction religieuse est donnée aux élèves-maîtres suivant la religion qu’ils professent, par les ministres des divers cultes reconnus par la loi » : c’est l’aumônier, catholique ou protestant, qui enseigne l’histoire sainte aux futurs instituteurs. Ce qui implique, logiquement, que les candidats soient interrogés par un ministre de leur culte à l’épreuve d’instruction religieuse du brevet et, par conséquent, que ce dernier fasse partie de la commission d’examen. Pourtant, cette participation n’est pas prévue de façon formelle par le règlement de juillet 1833 sur les brevets9, lacune qui ne sera comblée que par la loi relative à l’enseignement du 15 mars 185010, dite « loi Falloux ». Dès lors, les commissions d’examen comprendront nécessairement un ministre du culte professé par les candidats, et ce jusqu’à la loi de laïcisation du 28 mars 1882. Il faudra d’ailleurs un nouveau texte, le règlement du brevet du 15 février 185311, pour préciser que « les ministres des divers cultes ne peuvent prendre part, en ce qui concerne les matières religieuses, à l’examen des aspirants qui n’appartiennent pas à leur communion ». L’enseignement religieux, et par conséquent celui de 1’histoire sainte, est ainsi, au XIXe siècle, à cheval sur le domaine privé des convictions religieuses et le domaine public des enseignements obligatoires.

  • 12 BU, tome VII, p. 385-390.

4C’est ce statut hybride qui le rend difficile à saisir aujourd’hui. Car, relevant des autorités religieuses, cet enseignement échappait au contrôle de l’administration de l’Instruction publique et, par conséquent, aux sources habituellement utilisées par les historiens de l’éducation. Il n’y a jamais eu de programmes nationaux d’histoire sainte (alors qu’un programme pour l’enseignement de « l’histoire générale, et surtout l’histoire de France » dans les écoles normales a paru dès 1838)12. De même, les rapports d’inspection conservés aux Archives nationales n’apportent aucune lumière à son sujet, parce qu’elle ne relevait pas des compétences des inspecteurs. Le questionnaire dont ils étaient porteurs leur enjoignait d’enquêter sur les relations de l’aumônier avec le directeur de l’école normale et avec l’autorité diocésaine, ainsi que sur l’action qu’il exerçait sur les élèves, mais pas sur l’enseignement qu’il donnait : la liste des matières sur l’enseignement desquelles ils devaient donner leur appréciation ne comprenait pas l’instruction religieuse.

  • 13 Paul Bénichou, Le Temps des prophètes. Doctrines de l’âge romantique, Paris, Gallimard, 1977.
  • 14 Paul Viallaneix, Michelet, les travaux et les jours 1798-1874, Paris, Gallimard, p. 146.
  • 15 Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des (...)
  • 16 Jean-Baptiste Duverger, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du (...)

5Ce statut hybride tient, certes, à celui des cultes reconnus dans la France du XIXe siècle, à la fois affaire privée, puisque le choix de son culte appartient à l’individu, et affaire de l’État. Mais il tient aussi à la culture et l’épistémologie du temps. La science, dans la première moitié du siècle, n’a pas encore totalement répudié l’autorité de la Bible, et l’histoire sainte est toujours considérée comme le récit véridique de la création du monde et des débuts de l’humanité. Plus généralement, l’idée que le christianisme est l’une des forces motrices de l’histoire est alors largement partagée : on est au « temps des prophètes »13, à l’époque où les catholiques font bon accueil au volume de l’Histoire de France dans lequel Michelet évoque avec sympathie le christianisme médiéval et fait l’aveu de sa « foi indécise »14. De même, le Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales que fait paraître le collaborateur de Guizot Jacques Matter en 1836, après avoir expliqué que toute l’histoire ancienne doit être rattachée à celle du peuple hébreu puisque celui-ci s’est « trouvé en rapport avec toutes les nations célèbres de l’Antiquité », poursuit en déclarant que l’histoire des peuples modernes « se rattache de même au christianisme, à la propagation de ses doctrines religieuses et morales. En effet, dans les lois, dans les institutions, dans les mœurs des nations modernes [...], tout porte l’empreinte de la religion »15. L’histoire sacrée a donc son rôle à jouer dans tout l’enseignement historique. Ainsi, en un temps où le religieux et le profane ne sont pas encore distingués par la séparation tranchée d’aujourd’hui, l’enseignement de l’histoire sainte a une portée civique et culturelle autant que religieuse, comme en témoigne le rapport sur le projet de loi sur l’instruction primaire qu’Augustin-Charles Renouard présente devant la Chambre des députés en janvier 1833 : « la partie morale, la partie historique de l’instruction religieuse forment une des branches essentielles de tout enseignement civil, sans pour cela demeurer aucunement étrangères à l’enseignement ecclésiastique »16.

6Cet enseignement n’ayant, en raison de ce statut particulier, pas laissé de traces dans les archives publiques, la principale source utilisée pour cet article sera la réglementation officielle, en particulier celle du brevet de capacité, qui dictait leur programme aux écoles normales et qui s’imposait à l’aumônier aussi bien qu’au personnel laïc (l’aumônier était d’ailleurs, à l’époque, lui aussi salarié par l’État). On ne présente donc ici qu’une esquisse, suffisante cependant pour attester l’importance de cette matière dans les écoles normales pendant une cinquantaine d’années au XIXe siècle.

L’histoire sainte : une matière importante

7Non seulement l’instruction morale et religieuse est une matière de plein droit de l’enseignement avant la laïcisation, mais elle y tient aussi une place importante. L’enseignement de l’histoire sainte partage cette place privilégiée et apparaît même comme tenant plus de place que celui du dogme.

  • 17 Circulaire à MM. les directeurs des écoles normales primaires, contenant des instructions relative (...)
  • 18 BAMIP, 2e série 1864-1914, tome XXIII, p. 633-634.
  • 19 Circulaire du 1er février 1881, CIO, tome VIII, p. 439.

8La primauté de l’instruction morale et religieuse parmi les matières d’enseignement ne se marque pas seulement par la place qu’elle tient dans les textes officiels – la première – quand sont énumérées les matières obligatoires, ou par les déclarations solennelles des ministres. On connaît celle de Guizot affirmant dans une lettre aux directeurs d’école normale, à propos de cet « objet d’enseignement », que c’est « la loi elle-même qui, en le plaçant en tête de tous les autres, l’a commis plus spécialement à notre zèle »17. Plus prosaïquement, cette primauté se manifeste dans la pratique des examens du brevet de capacité, telle qu’elle est connue par les comptes rendus du Manuel général de l’enseignement primaire sur les sessions d’examen de Paris dans les années 1830. Selon ces comptes rendus, les deux premières épreuves sont celles qui portent sur les compétences de base : la dictée, permettant d’évaluer l’écriture et l’orthographe des candidats, et l’arithmétique. Elles sont éliminatoires. Les candidats qui survivent à ces premières épreuves subissent ensuite une série d’épreuves « de contenu », toutes orales, celle d’instruction religieuse en tête : les candidats compétents, mais dont la religion ou la morale sont suspectes, sont ainsi éliminés. On peut, d’autre part, déduire le poids longtemps prépondérant de cette matière d’un arrêté de 1880 précisant que, sur les vingt-cinq points qu’il faut obtenir à l’oral pour être déclaré admis, vingt au moins doivent être recueillis dans « les quatre épreuves orales autres que l’instruction religieuse »18 : sans dévoiler précisément le fonctionnement des commissions d’examen, cette précision laisse penser que les ministres du culte y jouissent d’un véritable droit de veto. Jules Ferry parle à ce sujet, dans un texte ultérieur, de « véritables épreuves d’orthodoxie religieuse »19.

  • 20 Livre d’instruction morale et religieuse, à l’usage des écoles primaires catholiques, élémentaires (...)
  • 21 Les exemples de questions d’histoire sainte cités dans le Manuel général de mai 1838 ont été publi (...)
  • 22 Prosper Dumont, De l’éducation populaire et des écoles normales primaires considérées dans leurs r (...)

9Or, des deux volets que comporte l’instruction morale et religieuse, l’histoire sainte n’est pas le moins important. Quantitativement, tout d’abord. Ouvrons, par exemple, le Livre d’instruction morale et religieuse publié sans nom d’auteur en 1833, qui est autorisé par le Conseil royal de l’Instruction publique dès sa seconde édition de 183420 et se présente comme destiné à tous les établissements primaires, mais que son épaisseur destine davantage aux écoles primaires supérieures et aux écoles normales d’instituteurs qu’aux écoles élémentaires : la partie doctrinale n’en occupe que les 55 dernières pages, les 200 premières étant consacrées à la partie historique. C’est donc sur celle-ci que doit porter le plus gros de l’effort de mémoire des candidats pour l’épreuve d’instruction religieuse. Les exemples de questions d’histoire sainte publiées par le Manuel général en mai 183821 montrent qu’on les interroge notamment sur les nombreux personnages de l’Ancien Testament, dont il faut donc avoir une connaissance précise. D’autres questions portent, bien entendu, sur le Nouveau Testament. Mais la connaissance de l’histoire sainte requise des futurs instituteurs ne s’arrête pas là : ils sont censés étudier également l’histoire de l’Église. Ainsi, à l’école normale de Strasbourg sur l’enseignement religieux duquel un ouvrage primé par l’Académie des sciences morales et politiques en 1840 nous donne des détails, le cours d’histoire sainte pour les élèves-maîtres catholiques est divisé en deux parties : avant et après la venue du Christ22.

  • 23 Voir le règlement du brevet du 15 février 1853, BAMIP, 1re série, tome IV, p. 56-59.
  • 24 Programmes d’enseignement pour les écoles normales primaires, 31 juillet 1851, BAMIP, 1re série, t (...)

10L’importance de l’histoire sainte dans l’examen du brevet, et par conséquent dans l’enseignement des écoles normales, s’accroît encore avec le règlement du brevet de capacité du 15 février 185323, qui ajoute aux épreuves écrites une rédaction consistant soit en « un récit emprunté à l’Histoire sainte », soit en « une lettre relative à la tenue de l’école ». Les candidats ne doivent plus seulement savoir répondre à des questions, ils doivent être capables de rédiger un récit, et ce sont l’histoire sainte et la pédagogie qui sont choisies pour en fournir la matière, de façon à porter les candidats à les étudier sérieusement. C’est que l’histoire sainte est désormais le seul élément d’initiation historique dispensé à l’ensemble des futurs instituteurs, les « éléments de l’histoire » ne faisant plus partie des matières obligatoires de l’enseignement primaire aux termes de la loi du 15 mars 1850 et ne faisant plus l’objet que d’une épreuve facultative au brevet et d’un enseignement facultatif à l’école normale, donné seulement en troisième année24. Encore cet enseignement facultatif n’a-il droit qu’à un contingent horaire d’une heure hebdomadaire, alors que l’instruction religieuse et l’histoire sainte bénéficient de trois heures par semaine durant les trois années d’études à l’école normale.

  • 25 Bulletin de l’instruction primaire, journal d’éducation et d’enseignement, publié sous les auspice (...)
  • 26 Ibid., p. 63.
  • 27 Ils figurent en annexe dans Annie Bruter, L’enseignement de l’histoire de la Révolution à nos jour (...)
  • 28 Articles de Jean-Jacques Rapet, dans BIP, tome II (1854), p. 63 et p. 221.
  • 29 Instructions sur les examens du brevet de capacité pour les fonctions d’instituteur et d’institutr (...)

11Quel fut le résultat de ce nouveau règlement ? L’inspecteur Jean-Jacques Rapet note, dans le compte rendu de la première session du brevet qu’il publie dans le Bulletin de l’instruction primaire en 1854, année où est mise en place l’épreuve de rédaction, que « le sujet de composition, dans un très grand nombre de départements, étant emprunté à l’histoire sainte, l’insuffisance d’instruction des candidats en religion » en a fait ajourner plus d’un25, mais remarque avec satisfaction, lors d’une session ultérieure, « que beaucoup de commissions [d’examen] signalent une amélioration marquée dans l’instruction religieuse des candidats. Ils paraissent s’être généralement mieux préparés pour subir cette épreuve, dont l’importance est de jour en jour mieux appréciée »26. Ainsi, la mise de l’histoire sainte au rang des épreuves écrites produit bien les résultats attendus : les candidats, d’abord surpris, se mettent à son étude dès qu’ils perçoivent le poids qu’elle tient désormais dans l’examen. Quant aux sujets d’histoire sainte donnés cette année-là (chaque commission d’examen fait à l’époque son propre sujet), ils nous sont connus par le même Bulletin de l’instruction primaire, où ils sont publiés en plusieurs fois27. Ils sont assez disparates quant aux compétences requises, certains exigeant des capacités rhétoriques (quand il faut mettre des discours dans la bouche des personnages) ou analytiques (quand il faut assortir le devoir de « réflexions utiles »), mais la plupart ne demandent qu’un simple récit et en fournissent même parfois le canevas. Ils portent, d’autre part, majoritairement sur l’Ancien Testament, qui offre un vaste choix de narrations pittoresques, ce qui fait craindre que les candidats négligent le reste de l’histoire sainte : les comptes rendus du brevet de l’inspecteur Rapet appellent les commissions à varier davantage leurs sujets28, et une instruction ministérielle insiste, l’année suivante, sur le fait que « l’histoire de la religion ne s’arrête pas à la mort du Sauveur. Tout instituteur doit posséder des notions suffisantes sur l’établissement du christianisme et sur ses progrès »29.

  • 30 BIP tome II (1854), p. 71-72.
  • 31 Félix Ansart, Petite histoire sainte : la première édition mentionnée par le catalogue Opale-Plus (...)
  • 32 Archives nationales, F17 9 260.
  • 33 Augustin Thery, Lettres sur la profession d’instituteur, Paris, Dezobry et E. Magdeleine, 1853. L’ (...)
  • 34 Voir Annie Bruter, « Un laboratoire de la pédagogie de l’histoire : l’histoire sainte à l’école pr (...)

12Comment prépare-t-on cette épreuve ? On trouve à ce sujet, dans le Bulletin de l’instruction primaire, des conseils de Rapet qui s’adressent aux candidats comme aux maîtres, signe que ces derniers n’ont parfois pas plus que leurs élèves l’expérience de ce genre de travail. La méthode de l’inspecteur Rapet consiste à lire dans un ouvrage d’histoire sainte le passage correspondant au sujet proposé, puis de fermer l’ouvrage et de rédiger de mémoire, d’abord immédiatement après avoir lu, puis en allongeant progressivement le temps de latence entre la lecture et la rédaction. Rapet assortit ces conseils de l’avertissement d’avoir soin « de s’écarter le moins possible du texte des livres saints », surtout « lorsque ce sont les paroles de Dieu même qu’on doit rapporter, et particulièrement celles qui sont dans l’Évangile, dont il faut craindre d’affaiblir fonction pénétrante », ajoutant que « l’exactitude avec laquelle ces paroles sont rapportées montre un esprit familiarisé avec la connaissance de nos Saintes Écritures »30. Ce qui pose le problème de la présence de la Bible dans les écoles normales, sujet sur lequel la recherche est encore à mener. Il semble toutefois probable que les élèves-maîtres catholiques se contentaient la plupart du temps du manuel d’histoire sainte en usage à l’école, non seulement parce que l’Église s’est de tout temps méfiée de l’accès direct des fidèles au livre saint, mais aussi en raison des réticences du XIXe siècle devant un texte sacré parfois un peu trop vert... À titre d’exemple, on peut citer la liste des livres à l’usage des élèves-maîtres de Besançon qui accompagne un rapport d’inspection de 1877 sur l’école normale d’instituteurs de cette ville : au chapitre « Instruction religieuse » figurent seulement, à côté du catéchisme du diocèse, l’Histoire sainte de Félix Ansart et la Vie de Jésus-Christ du même auteur31, ouvrages fort répandus dans les établissements de l’époque ; il est précisé que « l’aumônier dicte son cours »32. Par ailleurs, les manuels de pédagogie consacrent toujours un certain nombre de pages à la façon d’enseigner l’histoire sainte, ce qui laisse penser que les maîtres des écoles normales en font sans doute mention dans leur cours de pédagogie aux futurs instituteurs. Dans les années 1850, l’inspecteur Rapet dans ses articles, comme le recteur Théry dans ses Lettres sur la profession d’instituteur33, préconisent que le maître enseigne l’histoire sainte en la racontant lui-même au lieu de la faire lire par les élèves, de façon à les toucher davantage34, ce qui suppose évidemment qu’il en a une connaissance suffisante – celle, précisément, que les élèves des écoles normales tiraient du cours de l’aumônier.

L’effacement de l’histoire sainte

13Devenue une matière centrale de la formation des futurs instituteurs au milieu du XIXe siècle, l’histoire sainte ne connaît cependant qu’un règne assez court. Elle est rapidement remplacée par l’histoire de France, avant de perdre son statut de matière scolaire avec la laïcisation de l’enseignement primaire public.

  • 35 Loi sur l’enseignement primaire, 10 avril 1867, BAMIP, 2e série, tome VII, p. 344.
  • 36 Règlement concernant l’examen pour le brevet de capacité des instituteurs et institutrices primair (...)
  • 37 Ibid., décret relatif aux écoles normales primaires, 2 juillet 1866, p. 2-8.

14Le premier changement intervient dès 1867, sous le ministère de Victor Duruy, lorsque celui-ci fait voter une nouvelle loi sur l’enseignement primaire qui comprend, entre autres dispositions, un article faisant de l’histoire et de la géographie de la France des matières obligatoires de l’école primaire élémentaire35, où leur enseignement n’était jusque-là que facultatif. Ce vote entraîne la mise en œuvre du règlement pour les examens du brevet adopté en 1866, qui prévoit qu’après le vote de la loi l’épreuve de rédaction portera sur l’histoire de France au lieu de l’histoire sainte36. Un décret du jour précédent réorganisant les écoles normales primaires y rétablit, en effet, l’enseignement de l’histoire de France comme enseignement obligatoire37, et chacun sait qu’un enseignement qui ne reçoit pas de sanction n’est pas pris au sérieux. L’histoire sainte figure cependant toujours, avec le catéchisme, parmi les épreuves d’oral dans le nouveau règlement du brevet et, par conséquent, parmi les enseignements des écoles normales. La loi du 10 avril 1867 ouvre donc une période de coexistence entre les deux enseignements historiques – on plaint les malheureux candidats au brevet, soumis à un double effort de mémoire.

  • 38 L’ouvrage récent de Pierre Ognier, Une école sans Dieu ? 1880-1895. L’invention d’une morale laïqu (...)
  • 39 Nouveau règlement ; « Brevets de capacité. Certificat d’aptitude pédagogique. Examens », 5 janvier (...)
  • 40 Écoles normales primaires. Organisation de l’enseignement, 22 janvier 1881, BAMIP, t. XXIV, p. 156 (...)
  • 41 Circulaire relative à la nomination des commissions d’examen des brevets de capacité de l’enseigne (...)
  • 42 BAMIP, t. XXV, p. 807-813.
  • 43 Arrêté du 22 janvier 1881, BAMIP, tome XXIV, p. 158-166.

15Cette coexistence elle-même n’est cependant qu’éphémère, puisqu’elle prend fin avec les réformes républicaines. On ne reviendra pas ici sur la montée de l’anticléricalisme en France dans la seconde moitié du XIXe siècle, ni sur les combats menés autour de la loi de laïcisation de 188238. Ce qui est moins connu, c’est que, avant même le vote de cette loi, l’instruction religieuse, et par conséquent l’histoire sainte, ont perdu leur statut de matière obligatoire à l’examen du brevet et, par suite, dans l’enseignement des écoles normales primaires. Dès le 5 janvier 1881, en effet, paraît un nouveau règlement pour l’examen du brevet de capacité où l’épreuve d’instruction religieuse n’est plus mentionnée39 : il n’y a donc plus d’interrogation d’histoire sainte. Quelques jours plus tard, le nouveau règlement pour les écoles normales, avant d’énumérer les matières comprises dans l’enseignement (où l’instruction religieuse ne figure pas) précise : « en dehors de l’instruction religieuse réservée aux ministres des différents cultes »40. Celle-ci n’est donc pas supprimée, puisque la loi Falloux de 1850 n’est pas encore abrogée, mais elle est mise sur un plan différent de celui des autres disciplines. L’article 2 de ce règlement précise d’ailleurs : « Le vœu des pères de familles sera toujours consulté et suivi en ce qui concerne la participation de leurs enfants à l’instruction religieuse », ce qui ouvre aux élèves des écoles normales la possibilité de s’en dispenser totalement. Les ministres du culte continuent toutefois à faire partie des commissions d’examen, puisque leur présence est prévue par la loi Falloux toujours en vigueur, comme le précise une circulaire de Jules Ferry41. Mais ils ne sont là qu’en sursis, en attendant le vote de la loi de laïcisation, qui a lieu le 28 mars 188242. L’instruction religieuse disparaît dès lors totalement des programmes officiels et, avec elle, l’enseignement de l’histoire sainte. Ce qui ne veut pas dire qu’elle disparaît des écoles normales : elle continue à être enseignée par l’aumônier43. Mais, ne relevant plus désormais que des convictions personnelles des élèves-maîtres, elle a définitivement perdu le statut de matière scolaire qu’elle possédait depuis 1832.

  • 44 Les conférences que Buisson fait en Suisse contre cet enseignement sont immédiatement publiées à G (...)
  • 45 Ferdinand Buisson (dir.), Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 18 (...)
  • 46 Voir Annie Bruter, « Un laboratoire de la pédagogie de l’histoire... », art. cit.
  • 47 Voir François Laplanche, La Bible en France entre mythe et critique XVIe-XIXe siècle, Paris, Albin (...)

16Ce n’est naturellement pas un hasard si, dès son arrivée au ministère de l’Instruction publique en février 1879, Jules Ferry choisit pour occuper le poste de directeur de l’Enseignement primaire l’homme qui a, dix ans auparavant, pris publiquement position contre l’enseignement de l’histoire sainte : Ferdinand Buisson44. Celui-ci reprend l’essentiel de son argumentation contre cet enseignement, en l’adaptant à un public plus large que celui des pasteurs helvétiques, dans l’article « Histoire sainte » du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire dont il dirige la publication pour Hachette de 1876 à 188745. Éliminant toute référence à la théologie, il y pose la question « de la valeur de l’histoire sainte au point de vue pédagogique », en se demandant « quelle est son influence sur le développement de l’intelligence d’une part, de la conscience de l’autre ». Commençant par poser que « depuis quinze cents ans, d’un bout à l’autre de notre monde chrétien, c’est l’histoire sainte qui a fourni presque tous les éléments de la seule culture historique accessible au peuple », il explique cette « longue possession d’état » par l’efficacité propre de cette histoire (« par la simplicité de ses récits, par son caractère à la fois encyclopédique et populaire »), mais aussi par les manipulations dont elle peut être l’objet, de la part de l’Église catholique et même des protestants, malgré leur recours à la Bible : chez eux aussi, « elle n’a pu survivre et continuer à remplir une place importante dans l’enseignement qu’à la condition de subir les arrangements et les adaptations sans lesquels les textes sacrés sont inacceptables pour l’enfance dans un pays civilisé et chrétien ». Non seulement, en effet, l’histoire sainte donne de nombreux exemples de conduites répréhensibles telles que l’inceste, l’adultère, etc. – ce que le personnel de l’Instruction publique déplorait depuis longtemps46 –, mais c’est le fond même de cette histoire qui n’est pas acceptable, en ce que la notion de « peuple élu » blesse le sens moral en même temps que le sens historique. Le sens moral, car le Dieu de l’Ancien Testament apparaît injuste et cruel dans sa préférence pour les Hébreux et son soutien aux massacres ou aux fourberies commis par les membres du peuple élu. Le sens historique, car il faut, pour faire prendre l’histoire biblique au pied de la lettre, « laisser ignorer que dans tout l’Orient, chaque peuple a prétendu être le peuple saint, faire de son histoire l’histoire sainte et de son code religieux le seul véritable livre saint ». C’est donc, sous une forme simplifiée, le résultat des progrès accomplis par la critique biblique et l’histoire de l’Orient ancien au XIXe siècle47 que Buisson fait parvenir, à travers cet article, au personnel de l’enseignement primaire :

« À l’école publique surtout, l’histoire sainte n’est plus possible comme objet d’un enseignement régulier et distinct. L’histoire des Juifs, partie importante de l’histoire de l’humanité, aussi importante pour les peuples chrétiens que celle même de Rome et de la Grèce, ne saurait disparaître de nos programmes ; mais elle doit y rester comme toute autre partie de l’histoire, dépouillée de cette auréole qui en faisait comme un monde à part, sujette à l’examen de la critique historique, et tenue de se soumettre aux lois du bon sens et à celles de la conscience ».

  • 48 Programmes des écoles normales, 3 août 1881, BAMIP, tome XXIV, p. 1181-1216.

17Et c’est ce résultat qui s’impose dans les programmes des écoles normales dès 1881. Le programme d’histoire paru à cette date fait place, en deuxième année (la première année est consacrée à une révision de l’histoire de France), à un « aperçu d’histoire ancienne » où les Israélites figurent entre les Égyptiens, les Assyriens et les Babyloniens d’une part, les Phéniciens, les Carthaginois et les Perses de l’autre48, visant donc à faire connaître aux futurs instituteurs et institutrices le fruit de la recherche historique la plus en pointe de l’époque.

  • 49 Voir à ce sujet Maurice Crubellier, « De l’histoire sainte à l’histoire de France », Les Cahiers a (...)

18On peut se demander, pour terminer, dans quelle mesure une histoire sainte n’en a pas remplacé une autre dans l’enseignement primaire en général, et les écoles normales en particulier, à la suite des réformes scolaires de la IIIe République. Le peuple élu de cette nouvelle épopée n’est certes plus le même, puisque c’est le peuple français, et le miracle n’y a plus droit de cité – encore que les exploits de Jeanne d’Arc aient un côté miraculeux... Mais, au-delà des contenus49, ce sont la place importante accordée à l’histoire de France par les programmes républicains et le type de pédagogie que l’on demande aux maîtres de mettre en œuvre – une pédagogie qui doit émouvoir et pousser au devoir et au sacrifice, fût-ce le sacrifice suprême – qui incitent à ce rapprochement. Le bref intermède lors duquel l’histoire sainte a été matière d’examen pour les élèves des écoles normales apparaît, en ce sens, comme une étape majeure dans la construction d’un enseignement destiné à forger du lien social autant qu’à élever le niveau culturel des populations.

Notes

1 Bulletin universitaire contenant les ordonnances, règlements et arrêtés concernant l’Instruction publique (désormais BU), Paris, Imprimerie royale, 1830-1849, tome III, p. 143-144.

2 Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique (désormais BAMIP), Paris, ministère de l’Instruction publique, 1re série 1850-1863, tome I, p. 57-80.

3 Recueil de lois et règlements concernant l’Instruction publique depuis l’édit d’Henri IV, en 1598, jusqu’à nos jours, Paris, Brunot-Labbé, 1814-1828, tome VI, p. 107-117.

4 Ibid, p. 136-137.

5 BU, tome III, p. 286-292.

6 Arrêté du Conseil relatif aux examens de capacité des institutrices primaires, 28 juin 1836, BU, tome V, p. 149-152.

7 Quelles sont les connaissances en histoire et en géographie que l’on doit exiger des institutrices du degré élémentaire ? 15 septembre 1837, BU, tome VI, p. 266.

8 Manuel des aspirants aux brevets de capacité pour l’enseignement primaire élémentaire et pour l’enseignement primaire supérieur ; contenant toutes les matières déterminées par le règlement du 19 juillet 1833 et le statut du 25 avril 1834, par plusieurs membres de l’Université, Paris, Hachette/Firmin Didot frères/P. Dupont, 1834. Les « membres de l’Université » en question sont Louis Lamotte, Achille Meissas et Auguste Michelot. La deuxième édition de cet ouvrage, parue en 1835, fut approuvée par le Conseil royal de l’Instruction publique.

9 Une circulaire du 5 août 1833 recommande cependant d’y faire figurer un « ministre de la religion » : Circulaires et instructions officielles relatives à l’Instruction publique (désormais CIO), Paris, Jules Delalain, 1863-1902, 12 vols., tome II, p. 152-153.

10 BAMIP, 1re série, tome I, p. 57-80.

11 BAMIP, 1re série, tome IV, p. 56-59.

12 BU, tome VII, p. 385-390.

13 Paul Bénichou, Le Temps des prophètes. Doctrines de l’âge romantique, Paris, Gallimard, 1977.

14 Paul Viallaneix, Michelet, les travaux et les jours 1798-1874, Paris, Gallimard, p. 146.

15 Nouveau manuel des écoles primaires, moyennes et normales ou guide complet des instituteurs et des institutrices…, par un membre de l’Université, et revu par M. Matter, Paris, Roret, 1836, p. 143.

16 Jean-Baptiste Duverger, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du Conseil d’État... continuée depuis 1828 et formant un volume chaque année, tome XXXIII, p. 235.

17 Circulaire à MM. les directeurs des écoles normales primaires, contenant des instructions relativement à leurs fonctions, 11 octobre 1834, BU, tome IV, p. 84-92.

18 BAMIP, 2e série 1864-1914, tome XXIII, p. 633-634.

19 Circulaire du 1er février 1881, CIO, tome VIII, p. 439.

20 Livre d’instruction morale et religieuse, à l’usage des écoles primaires catholiques, élémentaires et supérieures, des écoles normales et des commissions d’examen. Autorisé par le conseil royal de l’Instruction publique, Paris/Strasbourg, Levrault, 2e éd. 1834. Cet ouvrage est attribué à la plume de Victor Cousin.

21 Les exemples de questions d’histoire sainte cités dans le Manuel général de mai 1838 ont été publiés en annexe dans Annie Bruter, L’enseignement de l’histoire de la Révolution à nos jours. Textes officiels, tome I, 1793-1914, Lyon, INRP, 2007, p 359.

22 Prosper Dumont, De l’éducation populaire et des écoles normales primaires considérées dans leurs rapports avec la philosophie du christianisme. Ouvrage auquel l’Académie des sciences morales et politiques a décerné un prix extraordinaire en 1840, Paris, Dezobry, Magdeleine et Cie, 1841, p. 142.

23 Voir le règlement du brevet du 15 février 1853, BAMIP, 1re série, tome IV, p. 56-59.

24 Programmes d’enseignement pour les écoles normales primaires, 31 juillet 1851, BAMIP, 1re série, tome II, p. 344.

25 Bulletin de l’instruction primaire, journal d’éducation et d’enseignement, publié sous les auspices de S. Exc. le ministre de l’Instruction publique (désormais BIP), Paris, Paul Dupont, tome II (1854), p. 40-41.

26 Ibid., p. 63.

27 Ils figurent en annexe dans Annie Bruter, L’enseignement de l’histoire de la Révolution à nos jours. Textes officiels, tome I, op. cit., p. 366-370.

28 Articles de Jean-Jacques Rapet, dans BIP, tome II (1854), p. 63 et p. 221.

29 Instructions sur les examens du brevet de capacité pour les fonctions d’instituteur et d’institutrice primaire, 8 mai 1855, BAMIP, 1re série, tome VI, p. 139-145.

30 BIP tome II (1854), p. 71-72.

31 Félix Ansart, Petite histoire sainte : la première édition mentionnée par le catalogue Opale-Plus est celle de Paris, H. Delloye, 1836, et l’ouvrage fut constamment réimprimé de 1837 à 1865 ; le catalogue Sudoc en mentionne une édition augmentée de 1872 (Paris, Ch. Fourault). Du même auteur, Vie de Notre-Seigneur Jésus-Christ, littéralement extraite des textes des Saints Évangiles, 2e éd. Paris, H. Delloye, 1839, a aussi connu plusieurs réimpressions.

32 Archives nationales, F17 9 260.

33 Augustin Thery, Lettres sur la profession d’instituteur, Paris, Dezobry et E. Magdeleine, 1853. L’ouvrage a connu sept rééditions, la dernière en 1882.

34 Voir Annie Bruter, « Un laboratoire de la pédagogie de l’histoire : l’histoire sainte à l’école primaire (1833-1882) », Histoire de l’éducation, no spécial 114, « Pédagogies de l’histoire (XVIIIe-XXIe siècles) », mai 2007, p. 53-86.

35 Loi sur l’enseignement primaire, 10 avril 1867, BAMIP, 2e série, tome VII, p. 344.

36 Règlement concernant l’examen pour le brevet de capacité des instituteurs et institutrices primaires, 3 juillet 1866, BAMIP, 2e série, tome VI, p. 20-25.

37 Ibid., décret relatif aux écoles normales primaires, 2 juillet 1866, p. 2-8.

38 L’ouvrage récent de Pierre Ognier, Une école sans Dieu ? 1880-1895. L’invention d’une morale laïque sous la IIIe République, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008, est désormais le livre de référence sur la question.

39 Nouveau règlement ; « Brevets de capacité. Certificat d’aptitude pédagogique. Examens », 5 janvier 1881, BAMIP, tome XXIV, p. 30-37. La disparition de l’épreuve d’instruction religieuse est confirmée par une Instruction spéciale pour les examens du brevet de capacité, 25 février 1881, BAMIP, tome XXIV, p. 464-475.

40 Écoles normales primaires. Organisation de l’enseignement, 22 janvier 1881, BAMIP, t. XXIV, p. 156-158.

41 Circulaire relative à la nomination des commissions d’examen des brevets de capacité de l’enseignement primaire, 29 janvier 1881, CIO, t. VIII, p. 431-433.

42 BAMIP, t. XXV, p. 807-813.

43 Arrêté du 22 janvier 1881, BAMIP, tome XXIV, p. 158-166.

44 Les conférences que Buisson fait en Suisse contre cet enseignement sont immédiatement publiées à Genève et Paris sous le titre De l’enseignement de l’histoire sainte dans les écoles primaires. Conférences données à Genève au Palais électoral le 25 février 1869, à Neuchâtel, etc., Paris/Genève, Joël Cherbuliez/A. Cherbuliez et Ci, 1869.

45 Ferdinand Buisson (dir.), Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1887, 1re partie, tome I, p. 1280-1284.

46 Voir Annie Bruter, « Un laboratoire de la pédagogie de l’histoire... », art. cit.

47 Voir François Laplanche, La Bible en France entre mythe et critique XVIe-XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994.

48 Programmes des écoles normales, 3 août 1881, BAMIP, tome XXIV, p. 1181-1216.

49 Voir à ce sujet Maurice Crubellier, « De l’histoire sainte à l’histoire de France », Les Cahiers aubois d’histoire de l’éducation, no spécial 10-a, Colloque 1988. Les manuels scolaires, 1988, p. 89-104.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search