Version classiqueVersion mobile

Éducation, Religion, Laïcité (xvie-xxe s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants

 | 
Jean-François Condette

Première partie. Éducation et religion dans la formation des enseignants

Les « régentes » du diocèse de Châlons et leur formation religieuse (xviie-xviiie siècles)

Anne Bonzon

Texte intégral

  • 1 B. Maes, « Du modèle congréganiste au modèle laïc de formation des maîtresses publiques de la Marne (...)
  • 2 F. Mayeur, « La formation des institutrices avant la loi Paul Bert. Les cours normaux », Revue d’Hi (...)
  • 3 Sur la figure et l’épiscopat de Félix Vialart, G. Cherest, L’évêque de la paix, Félix Vialart de He (...)
  • 4 On sait, notamment grâce aux visites pastorales, qu’au début du XVIIIe siècle chaque paroisse ou pr (...)
  • 5 Châlons a été la première ville de France à recevoir la congrégation Notre-Dame, en 1613 ; s’y ajou (...)
  • 6 Sur les régentes d’Alet, Cl.-M. Robion, « Des missionnaires de l’éducation chrétienne : les régente (...)
  • 7 M. Cottret, « Le jansénisme et l’éducation au XVIIIe siècle. L’exemple des frères Tabourin », Chron (...)
  • 8 Intitulé Règlemens faits par Mgr... [l’]evesque de Chaalons... pour la direction spirituelle et tem (...)
  • 9 Archives départementales de la Marne (désormais AD de la Marne), sous-séries 80 H à 82 H.

1En 1836, le Conseil général de la Marne juge inutile la création d’une école normale de filles au prétexte que les sœurs de la Sainte-Famille forment déjà des maîtresses nombreuses et de qualité sans rien coûter au département1. Sans être propre à la Champagne2, cette situation révèle néanmoins la permanence, sous des appellations diverses — Filles de la Sainte-Famille, de la Sainte-Enfance, puis Nouvelles Catholiques — de l’institution des Dames Régentes créée au XVIIe siècle par l’évêque réformateur Félix Vialart de Herse. Ce prélat, bien informé des initiatives dévotes de son temps et servi par la longue durée de son ministère (1641-1680), a, entre autres initiatives réformatrices, fondé le séminaire diocésain et instauré un véritable suivi de son clergé paroissial par le biais de visites pastorales, de retraites et de conférences ecclésiastiques3. Portée par la conviction que l’ignorance reste le principal obstacle à une christianisation en profondeur, son attention pour l’éducation ne s’oriente pas seulement en direction des futurs prêtres, elle s’adresse aussi aux enfants, garçons et filles, de cette province champenoise qui compte encore quelques foyers protestants. La création, dès le milieu du siècle, d’une congrégation spécialement destinée à la formation des maîtresses d’école du diocèse, s’enracine dans un terrain déjà bien labouré par les initiatives scolaires4. Les petites écoles de garçons y sont fort répandues et plusieurs familles religieuses se consacrent à l’enseignement des filles : la congrégation Notre-Dame de Pierre Fourier, les Ursulines et les Filles de la Charité5. Si la congrégation des Dames Régentes, inspirée d’une expérience menée par l’évêque d’Alet Pavillon6, se rattache à la nébuleuse des institutions scolaires dérivées du jansénisme7, ce n’est pas ce trait doctrinal qui retiendra notre attention ici, mais bien sa spécialisation dans la formation de maîtresses d’écoles. Celle-ci nous est connue grâce à d’abondantes sources normatives8, que complètent les documents de la pratique, titres et enseignements, actes de réception, registres de professions et comptabilités, conservés dans le fonds des Régentes de Châlons aux Archives départementales de la Marne9. À travers cette étude de cas, c’est la possibilité même de concevoir un enseignement spécifique à destination de futures maîtresses d’école qui sera questionnée ici.

La formation des enseignantes : un élément d’un vaste dispositif

2L’évolution séculaire de l’institution des Régentes s’effectue selon deux mouvements en apparence contradictoires : d’une part elle se fige dans des règlements de plus en plus contraignants, d’autre part la fonction de formation des maîtresses, bien que d’emblée centrale, s’en adjoint progressivement d’autres, toujours plus diverses.

Le développement d’une congrégation

  • 10 Louise Raulet, veuve de François Lallement seigneur de Fagnières est choisie pour être la première (...)
  • 11 Acte du 14 juin 1665 par lequel les habitants de la ville de Vertus consentent à l’établissement et (...)
  • 12 Le registre de professions de Châlons (AD de la Marne, 80 H 6) s’ouvre en 1666.
  • 13 En effet, l’édit de 1629, en soumettant à autorisation royale les nouvelles fondations d’instituts (...)

3Comme bien d’autres créations de la Réforme catholique, l’institution des Dames Régentes procède de la rencontre entre une initiative des milieux dévots locaux et la volonté de l’évêque Félix Vialart de Herse. Dans les années 1660, un petit groupe de veuves appartenant à des milieux aisés, Louise Raulet, Hélène Férat10 et Marie Le Blanc, décide de se consacrer à l’instruction des filles dans les secteurs les plus démunis du diocèse. La présence de ces maîtresses dévotes est mentionnée dès 1665 dans les archives de la ville de Vertus11, et en 1666 à Châlons12. Très rapidement, le 16 mai 1667, la maison de Vertus est dotée de lettres patentes : on sait l’importance d’un tel acte pour faire reconnaître les filles séculières dont l’existence vient heurter nombre de préjugés sociaux13 ; Châlons reçoit les siennes peu après. Ces premières communautés portent le nom de Filles de la Sainte Famille, ou de la Sainte Enfance, ou encore Filles de Saint-Joseph.

  • 14 C.-M. Robion, « Des missionnaires de l’éducation chrétienne : les régentes d’Alet (XVIIe-XVIIIe siè (...)

4Quant au mot Régentes, il désigne dans un premier temps ces femmes qui tiennent des petites écoles charitables, ici comme dans le diocèse d’Alet dont l’évêque Nicolas Pavillon est considéré, on l’a dit, comme l’un des inspirateurs du projet. Méfiant vis-à-vis des ordres religieux, ce dernier a mis au point — sans doute vers 1655 — pour les besoins de son diocèse rural et montagneux, une communauté de Régentes articulée en deux groupes : une partie « fixe » demeure dans une bourgade, tandis qu’une partie « itinérante » sillonne les campagnes pour y tenir, pendant une partie de l’année, les petites écoles14. Bien que le milieu naturel et humain soit fort dissemblable d’un diocèse à l’autre, on retrouve dans les débuts, à Châlons, la même distinction entre ville et campagne : l’institution implantée dans une ville est supposée rayonner sur les « lieux circonvoisins ».

  • 15 L’abbé de Beaufort écrit : « Ce saint evêque a reçu de grands secours pour le gouvernement de ces m (...)
  • 16 Mandement du 20 mai 1672, dans Règlemens faits par Mgr... [l’]evesque de Chaalons..., op. cit, p. 8 (...)
  • 17 Remarquons au passage que cette équivalence implicite, propre aux conceptions de ce temps, compliqu (...)

5Comme son confrère Nicolas Pavillon avec lequel il est en étroite relation, Félix Vialart souhaite disposer d’un outil de formation dont il s’assure le contrôle exclusif : voilà pourquoi la congrégation se limite aux seuls besoins du diocèse. Soucieux d’améliorer l’enseignement dispensé aux filles, l’évêque transforme l’établissement de Châlons, à partir de 1672, en une pépinière de maîtresses d’école – et c’est là l’originalité châlonnaise. Cet infléchissement n’empêche nullement l’affichage de la continuité avec les premières communautés informelles. Dans son mandement du 20 mai 1672, le prélat souligne la cohérence de son œuvre et des initiatives antérieures ; du reste, sa proximité avec Louise Raulet, la fondatrice et première supérieure de la maison de Châlons, dont il est le directeur de conscience, ne fait pas de doute15. La fondation invoque aussi les réalités qu’il a pu constater lors de la visite de son diocèse. Les garçons et les filles sont encore mélangés dans les écoles, les maîtresses, trop peu nombreuses, « s’acquittent mal de cet exercice pour n’y avoir pas esté formées » ; cette négligence vis-à-vis de la formation religieuse des filles a de lourdes conséquences : « l’ignorance mesme des mystères de notre religion règne dans la plupart des personnes de ce sexe »16. L’urgence est de former des maîtresses d’école — un besoin clairement identifié — pour l’instruction des filles, entendue comme leur instruction religieuse17. À partir de 1672, l’expression « Dames Régentes » désignera celles qui forment les enseignantes, dans la « maison-mère » de Châlons « et autres villes du diocèse ». En effet, aux deux premières maisons s’en ajoutent progressivement quatre autres : Vitry, Wassy, Sainte-Menehould et Sarry.

  • 18 Règlemens..., p. 70.
  • 19 Ainsi Marie Lhoste, reçue le 14 août 1682 à l’âge de 18 ans, après une épreuve de 7 ans, demande en (...)
  • 20 C’est le cas de sœur Madeleine Gaillet, reçue en 1729 à 27 ans, et renvoyée (pour mauvaise conduite (...)
  • 21 Quant à leur habit, il échappe volontairement à toute prescription mais les constitutions préconise (...)

6Dès le départ, ces établissements « dans lesquelles on vacqueroit à l’instruction chrétienne des jeunes filles, et on y formerait des maîtresses d’écoles pour envoyer dans les paroisses » sont définis18 comme des maisons séculières. Cette précision est, comme on sait, une nécessité imposée par la société de l’époque pour permettre à des femmes non mariées de concilier vie religieuse et activité au service d’autrui. Les Dames Régentes ne forment donc pas un ordre religieux ; leurs constitutions les définissent comme « communautés de filles et de veuves » qui se singularisent seulement par leur piété, leur « modestie », et la pratique des vertus chrétiennes qu’impose la vie commune. En réalité, cette convention repose sur un certain nombre de faux-semblants : les sœurs ne prêtent pas de vœu, certes, mais forment une « résolution » par laquelle elles s’engagent explicitement à l’« exercice des écoles et instructions chrétiennes des personnes de [leur] sexe » ; elles ne sont pas soumises à la clôture, mais ne peuvent aller et venir sans autorisation de la supérieure — certaines d’ailleurs, au bout de quelques années, demandent à sortir19 ou sont exclues20 ; enfin, elles ne suivent pas une règle mais leur existence est régie par des « constitutions » détaillées21.

  • 22 « Quelles ne pourront posséder ni avoir, recevoir, et acquérir en commun aucun fonds d’héritages qu (...)
  • 23 G. Cherest, L’évêque de la paix..., op. cit., p. 77. De fait, au XVIIIe siècle, les Régentes possèd (...)
  • 24 AD de la Marne, 80 H 6.
  • 25 Ibid., 80 H 2.
  • 26 Ibid.
  • 27 Puiseux, L’instruction primaire..., op. cit., p. 93
  • 28 AD de la Marne, 80H26.

7Pour la même raison, les Régentes ne disposent pas, au départ, d’autre propriété en commun que leur maison. Séculières, elles ne perdent pas leurs biens en entrant dans la communauté mais doivent y cultiver l’esprit de pauvreté. Chaque fille reçue est pourvue d’une dot de cent livres en argent, ou d’un bien de valeur équivalente. Et l’évêque fondateur prend des précautions pour que l’établissement n’évolue pas en couvent22. Pourtant, en 1681, six mois après la mort de Félix Vialart — lequel avait probablement prévu cette inflexion — son successeur Antoine de Noailles permet aux Régentes d’accepter les dons et legs23 et l’établissement s’aligne progressivement sur le modèle conventuel ; signe de cette évolution, au XVIIIe siècle, on parle de « noviciat », de « prise d’habit » et de « profession »24. Les effectifs, quant à eux, demeurent modestes. En 1675, trois ans après sa réorganisation, la maison de Châlons accueille quatre sœurs25 ; un inventaire du XVIIIe siècle mentionne 26 cellules, et une salle de réunion pouvant contenir 40 personnes, alors que la communauté compte 19 sœurs et 3 servantes26. Au total, le registre des professions de Châlons comprend 126 noms entre 1670 et 1791. Si l’on prend en compte l’ensemble des maisons de la congrégation, à la fin de l’Ancien Régime, les Dames Régentes contrôlent 92 écoles où enseignent 110 sœurs27. Leur compétence est reconnue dans le diocèse ; ainsi, lors de la fondation d’une école à Vassimont en 1756, la fondatrice demande que le curé et les marguilliers nomment « par préférence, une des filles de la communauté qui est établie à Châlons, et qui sont élevées et destinées a faire les écoles dans les villages du diocèse »28.

Au service des femmes : l’invention d’un nouveau personnage

  • 29 Ordonnance du 16 mars 1672 pour l’établissement de communautés de régentes, dans Règlemens..., p. 6 (...)

8Si elle apparaît d’emblée prépondérante, la vocation enseignante ne représente pourtant que l’une des facettes de cette nouvelle congrégation. Lorsqu’ils exposent l’emploi du temps des sœurs, en effet, les règlements et des constitutions réservent une place particulière à « celles qui sont destinées aux classes », laissant entendre que toutes les Régentes ne se consacrent pas à cet emploi. L’objectif recherché est plus vaste et plus ambitieux, conformément à celui des milieux dévots, désireux de christianiser en profondeur l’ensemble de la société, dont l’évêque Félix Vialart de Herse est un parfait représentant : enseigner aux filles permet de s’adresser aux femmes en général, car de l’éducation des filles ne dépend rien moins que « le bon ordre des familles »29.

  • 30 Les constitutions soulignent que « pour le fait des ecoles comme en toute autre chose, elles seront (...)
  • 31 Ibid, p. 312.
  • 32 Le registre des professions permet d’établir la liste suivante : Joseph de Beaufort, archidiacre, c (...)
  • 33 Constitutions, p. 81 et 113, dans Règlemens..., op. cit. Dans les faits, certaines occupent la fonc (...)
  • 34 Constitutions, p. 251 (dans Règlemens..., op. cit). L’article premier du règlement de 1672 (Ibid., (...)

9Ces vastes ambitions ne sont pas incompatibles avec la modestie du dispositif, lequel doit demeurer sous l’entier contrôle de l’évêque30. Si les supérieurs qui dirigent ces maisons sont en théorie élus31, dans les faits la fonction échoit presque toujours au vicaire général du diocèse32. Au sein même de la communauté, une supérieure élue pour trois ans, renouvelable une fois33, est dotée de larges pouvoirs. Son rôle est de diriger, d’instruire, d’inspecter et de donner l’exemple ; elle doit « être capable de discerner les esprits et les talens des filles ». Pour être éligible, il faut être âgée d’au moins trente ans et appartenir à la communauté depuis cinq ans, sauf qualités exceptionnelles. L’organisation prévue par l’évêque dessine un dispositif complexe, conçu de manière emboîtée, avec différentes formes d’enseignement qu’il n’est pas toujours facile de distinguer. En premier lieu, les Régentes reçoivent des externes, filles de la ville auxquelles elles enseignent gratuitement lecture, écriture, catéchisme, et travail manuel, ceci sous la surveillance d’une « intendante des écoles34 ».

  • 35 Règlemens..., op. cit., p. 75-76 : « De l’éducation chrétienne qu’il faut donner aux pensionnaires  (...)
  • 36 La plus explicite de ces mentions concerne Dauphine Vaillant : nièce du médecin ordinaire de la duc (...)

10Comme beaucoup de congrégations féminines, les Régentes reçoivent aussi de jeunes pensionnaires35 quelles éduquent. L’emploi du temps détaillé proposé à ces fillettes doit les former à la piété et les instruire — ces deux impératifs, on le verra, sont présents à chacun des niveaux de ces communautés. Il fait alterner prières, travail manuel, lecture et écriture, et trois séances de catéchisme hebdomadaires. Rien de bien original dans les lectures conseillées : Imitation, Vie des saints, œuvres de Grenade, saint François de Sales et autres « semblables jugés bons par la supérieure ». Présenté par les règlements comme une activité accessoire, l’accueil des pensionnaires est-il pratiqué dans un but lucratif ou comme école d’application ? Il semble en tout cas que le séjour dans la communauté, avec l’exemple offert quotidiennement par les sœurs, débouche naturellement sur la fonction de régente, comme le montrent certaines notations des actes de réception dans la communauté36.

  • 37 Constitutions, dans Règlemens..., op. cit., chap XXIV. Le règlement proposé par Louis-Antoine de No (...)
  • 38 Le recueil de Noailles renferme un mandement pour la retraite générale des maîtres d’école (Statuts (...)
  • 39 Règlement de 1672, article 3, p. 5 (dans Règlemens..., op. cit.)
  • 40 Constitutions, p. 29 et 30 (dans Règlemens..., op. cit.).
  • 41 Le brouillage des fonctions s’accentue en 1681, au moment où l’accueil des nouvelles converties s’a (...)

11Les textes réglementaires37 traitent à part un autre type de pensionnaires, désignées comme des « filles ou vefves reçues pour y être formées à faire les écoles ». Les constitutions n’évoquent pas de formation spécifique pour elles ; seul le texte, postérieur, de Louis-Antoine de Noailles, consacre un chapitre à « la maîtresse choisie pour élever les filles destinées à remplir les autres écoles ». Il semble bien que pour l’essentiel, selon le schéma dessiné par Félix Vialart, les élèves-maîtresses aient suivi la même formation que les « prétendantes » qui aspirent à devenir Dames Régentes. Il est également prévu que les maisons de la communauté reçoivent, pour une retraite spirituelle, des filles, femmes et veuves de bonne réputation, « principallement les maîtresses d’école » : ce séjour n’a pas de fins uniquement spirituelles, il dispense également une sorte de formation continue, puisque le règlement précise que la retraite doit permettre aux maîtresses d’éprouver leur vocation et d’apprendre à mieux remplir leurs devoirs. Le texte ne précise pas davantage ce que ces pensionnaires temporaires feront pendant leur séjour ; on peut néanmoins établir le parallèle avec la retraite annuelle de quelques jours dans le séminaire diocésain38 que les maîtres d’école sont invités par Félix Vialart de Herse à effectuer. Les échanges entre la maison et les écoles rurales s’effectuent également dans l’autre sens, puisque certaines des sœurs régentes sont envoyées, deux par deux ou trois par trois, pour un séjour de quelques mois (comme en mission) dans les paroisses de la campagne, où elles sont entretenues à la charge des fabriques. Soigneusement choisies par la supérieure, elles doivent faire l’école, le catéchisme, présider à des assemblées dominicales de filles et de femmes, et repérer et former — à raison d’une heure par jour — celles qui pourront devenir à leur tour maîtresses d’école39. L’instruction, on le voit, n’est que l’une des œuvres de charité qui leur incombent. Plus largement, leur action doit s’adresser à « toutes les personnes de leur sexe ». Elles sont considérées comme des agents de l’évêque au service de la christianisation en profondeur des femmes, dans les campagnes. Ces « maîtresses d’école du dehors », qui partagent leur temps entre séjours à l’extérieur et séjours dans la maison (où elles ont l’avant-dernier rang, juste avant la domestique)40 reviennent dans la communauté pour participer, par exemple, à l’élection de la supérieure41.

  • 42 M. Bernos, Femmes et gens d’Église dans la France classique. XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Cerf, 2003 (...)

12La congrégation se caractérise donc, au-delà de ces différentes fonctions que les prescriptions de l’évêque contribuent peut-être à obscurcir en voulant les distinguer, par sa grande souplesse. Elle n’a finalement d’autre ambition que de couvrir, le plus largement possible, tout le spectre de l’instruction des femmes : des petites filles de la ville et de la campagne, pensionnaires ou externes, aux adultes ignorantes, en passant par les futures maîtresses et celles qui, l’étant déjà, viennent se perfectionner. Instruction des filles signifie alors, en effet, instruction religieuse, le reste venant de surcroît42.

La formation proposée : « reconnoître leur vocation et s’instruire de leurs devoirs afin de s’en acquitter dignement »43

  • 43 Règlement de 1672, art. 4, p. 6 (dans Règlemens..., op. cit.)

13Avant d’aborder l’instruction proprement dite, les textes réglementaires consacrent de longs développements aux conditions de recrutement des régentes, dont il est, à vrai dire, beaucoup plus question que des élèves-maîtresses.

Les exigences du recrutement

  • 44 AD de la Marne, 80 H 6, passim.
  • 45 Par exemple sœur Jeanne Paté, en 1755 (AD de la Marne, 80 H 6, p. 93).
  • 46 AD de la Marne, 80 H 6, p. 35 et p. 109.
  • 47 L’une vient de Château-Chinon, une autre vient de Franche-Comté, une autre du Cateau-Cambrésis (AD (...)

14Il nous faut donc admettre le rôle formateur de l’entrée progressive dans la congrégation, lors de laquelle l’évêque souhaite que la vocation soit éprouvée et modelée. En effet, les régentes ne sont recrutées qu’après deux ans d’épreuve, durant lesquels elles ne sont que « prétendantes ». À leur entrée, une commission examine leurs motivations, leur âge, leur santé. De fait, le registre des postulantes mentionne un examen44 par le supérieur. Vouées au célibat, elles doivent être libres de tout autre engagement : ni mari, ni enfant, ni dettes. Les constitutions soulignent qu’il faut examiner chez elles les qualités d’esprit (humilité, « zèle du salut des âmes », courage etc.) plus que la naissance, la fortune ou même les talents. Alors que les fondatrices appartenaient à des milieux plutôt huppés — riches héritières et filles de professions libérales — les origines sociales du recrutement se font ensuite plus modestes, et les nouvelles recrues viennent le plus souvent de familles de maîtres-artisans. Certaines régentes, d’origine paysanne, demeurent l’exception : elles sont reçues gratuitement et occupent une place fondée, c’est-à-dire qu’elles n’ont pas à prendre en charge leur entretien45. Aucun renseignement n’est donné sur les capacités des postulantes mais en général elles savent signer et on trouve parmi elles quelques filles d’enseignants46. Originaires en majorité du diocèse ou de la province, elles peuvent aussi venir de beaucoup plus loin47.

  • 48 Constitutions, chap. 1, p. 1 (dans Règlemens..., op. cit.)
  • 49 Ibid., chap. 7, p. 88.
  • 50 Ibid., chap. 7, p. 84.

15D’une durée de deux ans, l’épreuve constitue une formation exigeante. Elle se déroule uniquement dans la maison de Châlons, où les postulantes partagent la vie communautaire sous l’observation étroite des autres sœurs48 ; elles sont aussi initiées à l’oraison mentale sous la direction de leur supérieure, et soumises à une pénitence publique hebdomadaire, devant les sœurs. Deux d’entre elles sont particulièrement chargées de les surveiller et rapporter leurs manquements. L’objectif poursuivi pendant ces mois d’épreuve est de modeler leur personnalité, de les former à la pratique des vertus « et à une vie vrayement intérieure »49, parce que leur office les amènera à vivre dans le monde et les exposera à toutes sortes de dangers. Néanmoins, elles suivent deux à trois fois par semaine des cours durant lesquels la supérieure leur enseigne les différents exercices de la communauté, « principalement à bien faire le catéchisme et les instructions »50. Il est précisé que ces novices doivent recevoir une formation particulière, « à part toute la journée dans une chambre ». Au bout des deux ans d’épreuve, elles subissent un nouvel examen, et sont recrutées par élection.

  • 51 Ibid., chap. 24, p. 261 et suivantes.
  • 52 Ibid., chap. 24, p. 266

16Les textes ne donnent pas, malheureusement, autant de précisions au sujet des élèves-maîtresses qu’à celui des postulantes. Leur entrée51 est soumise à la vérification de leur état et de leur bonne réputation, attestée par un certificat de leur curé, de l’évêque ou de personnes de piété. On attend d’elles qu’elles soient en bonne santé, sachent bien lire, un peu écrire, « ou au moins y puissent être facilement dressées ». Leur séjour dans la communauté, sous l’étroite surveillance de la supérieure et de l’intendante des écoles, dure trois mois au moins, durant lesquels on doit avoir « le mesme soin d’elles que si elles estoient de la communauté ». Prises en main par l’intendante des écoles, elles suivent les exercices de la maison en compagnie des prétendantes, hormis les conférences particulières auxquelles elles ne doivent pas assister. Les règlements dessinent le comportement que l’on attend d’elles, insistent sur des qualités telles que l’ordre et l’honnêteté, et soulignent que ces futures maîtresses doivent surtout acquérir la vertu qui « n’est pas moins necessaire que la science de leur profession, étant très-difficile d’imprimer dans les enfans l’amour et la crainte de Dieu qu’elles n’auroient pas elles-mêmes »52. C’est donc une formation surtout spirituelle qui leur est proposée.

  • 53 Ibid., p. 188 et 254

17Pour celles qui font l’exercice des écoles « au-dehors », une formation continue, sous la forme d’une conférence mensuelle53 tenue par la supérieure et l’intendante des écoles, vient en complément de cette formation initiale ; de même, la supérieure est censée de temps en temps assister à la classe et aux catéchismes.

Ce qui est explicité : contenu, méthodes, pédagogie en relation avec la fonction future

  • 54 Ibid., p. 75
  • 55 Ibid., p. 188. Le chapitre 22 des constitutions, consacré spécialement aux écoles, conseille aux sœ (...)
  • 56 Par exemple, le règlement donné en 1689 aux maîtresses d’école du diocèse de Laon par l’évêque Jean (...)
  • 57 Cette dignité est soulignée aussi pour les maîtres, qui occupent un rang « au-dessus du commun des (...)

18Les textes proposent une idée plutôt haute des fonctions d’enseignement, dont l’excellence est soulignée54 ; il faut les embrasser « avec beaucoup de joye » parce qu’elles contribuent au bien55 ; cette vision contraste avec la vision, courante dans les textes contemporains56, de l’enseignement comme un exercice de mortification. C’est principalement le catéchisme qui donne sa dignité à la fonction enseignante, qu’elle soit exercée par des femmes ou par des hommes57. Cependant, le métier n’est pas pour autant idéalisé. Dans le chapitre consacré à la mortification, il est bien précisé que l’exercice des écoles procure des contrariétés qu’il faut supporter patiemment, mais la mortification n’est pas à rechercher en tant que telle.

  • 58 Puiseux, L’instruction primaire..., op. cit., p. 63.
  • 59 Constitutions..., chap. 20, p. 226 et chap. 16, p. 196 (dans Règlemens..., op. cit.).
  • 60 Ibid., p. 283 ; on a une précision similaire dans le règlement de 1685, dans Statuts, ordonnances.. (...)
  • 61 P. Oudin, Le zèle du salut des âmes, Paris, Josse, 1669, p. 70.

19Le catéchisme, s’il revêt une importance primordiale au sein de cet enseignement, n’en constitue cependant qu’une partie. En effet, les textes laissent entendre qu’une formation intellectuelle est envisagée pour les sœurs. De fait, les inventaires dressés en 1790 mentionnent 300 volumes chez les régentes de Châlons et autant chez celles de Vertus58. Au sujet des lectures, les constitutions, sans indiquer de titre précis, se contentent de conseiller des ouvrages avec « des instructions solides ou profitables à la perfection des sœurs » et d’interdire, au nom de la chasteté et de la modestie, de lire les casuistes français, « quoy qu’à bonne intention »59 ! La supérieure garde l’entier contrôle des lectures, qu’elles soient communautaires ou particulières. Seule la question des catéchismes « bien expliqués et bien approuvés, [...] où elles puissent prendre la doctrine nécessaire pour donner les instructions » est véritablement développée. Pour préparer les sœurs à enseigner ce catéchisme, est prévue une lecture quotidienne en commun du manuel ; c’est donc par imprégnation et répétition inlassable que passe la formation quand elle touche à des questions aussi essentielles que la doctrine chrétienne. Les textes précisent d’ailleurs, au sujet des maîtresses envoyées dans les campagnes : « afin que l’on connoisse quelles ne disent rien d’elles-mêmes, elles tiendront leurs catéchismes ou feuilles à la main, lorsqu’elles feront la grande instruction60 ». Rappelons que c’est à cette époque (1669) que le chanoine Pierre Oudin, pourtant favorable à une prise de parole des femmes, préconise la même soumission à la hiérarchie ecclésiastique tout en reconnaissant qu’« il ne faut pas une grande étude, ni une science fort profonde, pour enseigner les vérités communes du catéchisme, que tous les chrétiens doivent savoir, particulièrement quand il ne s’agit pas de les approfondir (comme pour parler) à des personnes simples et ignorantes »61.

  • 62 Constitutions..., chap. 22, p. 237 (dans Règlemens..., op. cit.).
  • 63 Il s’agit d’un apprentissage par cœur, mais le contenu doit être au préalable expliqué. Ainsi pour (...)
  • 64 Ibid., p. 242. Le règlement de 1685 reprend et élargit ces prescriptions à toutes les maîtresses du (...)

20Le chapitre XXII des constitutions est spécialement consacré aux écoles, sans qu’on sache, à vrai dire, s’il traite de celles intégrées à la maison ou des classes « déconcentrées ». Au-delà des habituelles prescriptions relatives aux qualités morales attendues des maîtresses, il aborde aussi la question de leur instruction avec un niveau d’exigence non négligeable : « il faut aussi qu’elles soient bien instruites du catéchisme, de la lecture et de l’écriture, de l’orthographe, de l’arithmétique au jet et à la plume, et des petits ouvrages que l’on montrera aux petits enfans »62. Pourtant, cet apprentissage technique ne semble pas au programme de la formation ; il est censé faire partie du « bagage » déjà acquis à l’entrée dans la maison. Les constitutions insistent davantage sur le savoir-faire nécessaire à la direction d’une classe mais, sur ce point, elles s’en tiennent à de vagues conseils qui demeurent fort modestes : « qu’elles ayent l’adresse et la méthode nécessaire pour bien enseigner », « quelles scachent se proportionner à la portée de ces petits esprits » ! On recommande aux maîtresses de parler peu, de ne pas vouloir embrasser trop large, de faire répéter ce qui doit être appris63. Les seules véritables précisions sur les méthodes pédagogiques consistent à prôner l’usage de la méthode simultanée : « pour faire apprendre aux enfans avec plus de facilité, l’on se servira de la methode de montrer à lire en commun. L’on fera aussi épeler les syllabes en commun64.

  • 65 Les Règlemens pour la conduite des maîtresses d’école du diocèse de Chaalons (10 avril 1685) consac (...)

21Plus explicite sur la manière dont se transmet ce savoir-faire, le règlement de 168565 indique que, chaque matin et chaque soir, la régente « fera lire pendant une demie heure les filles qu’elle a à former pour être maîtresses ». L’importance de l’apprentissage pratique est soulignée. La formatrice doit proposer lectures et catéchismes aux futures maîtresses « afin de les former plus promptement par la pratique ». Elle doit aussi les faire venir, une par une, dans la classe « pour former par la pratique à l’instruction des enfans », et les reprendre ensuite, en particulier, sur les fautes quelles auront pu commettre.

22Bien que peu explicites, ces textes nous laissent donc deviner les contours d’une formation par l’exemple, essentiellement pratique, et en prise directe sur ce qui sera enseigné. Si des considérations morales dominent cette formation, la dimension réflexive passant par l’aller-retour entre théorie et pratique n’en est pas pour autant absente. Cependant, l’essentiel réside probablement dans la vie de type conventuel que l’on mène chez les Dames Régentes, et dans la discipline à laquelle doivent s’astreindre les maîtresses en poste dans les villages.

Ce qui demeure implicite : la vie chez les dames régentes comme une mise en condition

  • 66 Constitutions, p. 185 (dans Règlemens..., op. cit.).
  • 67 Règlement de 1672, p. 18-26 (dans Règlemens..., op. cit.).

23On a déjà souligné la difficulté à distinguer les différents niveaux de formation prévus chez les Dames Régentes, non par confusion chez le législateur, mais parce que les activités de la congrégation sont conçues en complémentarité. L’évêque n’opère pas de distinction entre le perfectionnement intérieur et l’action envers les autres et souligne que « leurs constitutions partagent leur vie entre la contemplation et l’action, et les obligent à procurer le salut du prochain en travaillant à leur propre perfection »66. Pour celles qui vivent dans la communauté, l’emploi du temps est marqué par la prière, la méditation, le travail manuel et les lectures spirituelles67. Ces activités ne sont pas conçues comme une fin en soi, mais destinées à développer les vertus d’humilité (chapitre XII), d’obéissance (chapitre XIII) et de charité (chapitre XIV). Ainsi, il est dit que le travail manuel ne doit jamais empiéter sur les exercices spirituels et les instructions, lesquels sont donc considérés comme prioritaires. Les textes insistent sur le rôle formateur de la prière en commun, mais aussi sur l’oraison mentale et la pénitence publique. Cette vie en vase clos, destinée principalement à l’intériorisation de la foi, peut alterner avec des périodes passées à l’extérieur, quelles contribuent à préparer en quelque sorte ; c’est assurément à cette logique que répondent les retraites proposées aux maîtresses en exercice ou aux futures maîtresses. S’opère donc un jeu subtil entre l’intérieur et l’extérieur : la foi, parce qu’elle est intériorisée, doit se diffuser vers l’extérieur ; de même, ce qui est acquis dans la maison va permettre aux sœurs d’agir au-dehors.

  • 68 Les Constitutions le disent explicitement, p. 296 (dans Règlemens..., op. cit.).
  • 69 Sur la signification de ce mot et son usage au XVIIe siècle, M. Bernos, Femmes et gens d’Église..., (...)
  • 70 Constitutions, p. 293 (dans Règlemens..., op. cit.).

24Celles qui partent en mission dans les villages gardent cependant un lien constant avec la maison-mère et doivent s’attacher au respect des constitutions, dont le chapitre XXV doit leur servir de guide, de recours, et de manuel de formation, pendant tout leur séjour dans la campagne68. Isolées, ces « maîtresses du dehors » s’exposent en effet à des dangers que ne connaissent pas celles qui demeurent dans la maison. Tout est fait pour qu’elles ne s’enracinent pas dans le village d’accueil où leurs relations sociales sont étroitement contrôlées. Les constitutions imprimées s’efforcent aussi de modeler leur manière d’être : modestie69, propreté, comportement à la fois doux et distant. C’est tout un habitus qu’il s’agit de modeler, à la fois pour ne pas donner prise à la calomnie, ce qui ruinerait leur entreprise, et pour servir d’exemple à leurs élèves. Dans le lieu où elles arrivent, elles doivent s’efforcer de repérer, dès leur arrivée, « s’il n’y a point quelques filles de piété, ou quelques veuves vertueuses, qui puissent après leur départ faire les prières et lectures à l’assemblée les jours de festes, mesmes faire l’École aux petites filles, que si il s’en trouve qu’elles jugent devoit estre propres, elles prendront un soin particulier de les former et rendre capables de ces exercices, leur donnant tous les jours une heure de leur temps à ce sujet »70. Peu importe, aux yeux de l’évêque, le faible temps consacré à cette formation (que peuvent-elles inculquer en une heure, au milieu d’un emploi du temps déjà chargé ?) ; l’impulsion de la formation, depuis la maison-mère de Châlons jusqu’aux filles du moindre village, est donnée.

  • 71 Ibid., p. 187.

25L’insistance sur les vertus et les qualités morales montre qu’au fond, la conversion intérieure constitue l’essentiel de leur formation ; elle leur donne la force de vivre religieusement dans le monde, fait d’elles des exemples pour les jeunes filles, et agit même au-delà, dans les familles de ces dernières, car leurs élèves sont de futures mères : « animées de ce zèle elles contribueront de tout ce qu’elles pouront, pour inspirer et renouveller dans les familles chrétiennes la veritable devotion »71. En effet, il leur est recommandé d’entrer en contact avec les familles de leurs élèves en « insinuant doucement aux mères la manière de les élever chrétiennement ». Ce qui se passe à l’école doit donc déboucher sur des résultats concrets dans les familles.

26On le voit, ces enseignantes se voient proposer une formation essentiellement religieuse. Elle est à la fois implicite et explicite, orale et écrite, instruction et mise en condition ; une formation abordée de manière globale, trop globale sans doute pour atteindre ses objectifs. D’autant que ceux-ci demeurent flous, en dépit de la minutie des règlements : s’agit-il de former de bonnes chrétiennes capables de transmettre le bon exemple de conduite à des fillettes qui sont de futures mères, de mettre à la disposition des régentes une série de recettes, ou bien de leur dispenser un véritable savoir, comparable à celui que l’on inculque aux futurs prêtres dans les séminaires ? Le législateur hésite en permanence entre ces différentes possibilités, mais cela n’empêche pas pour autant le succès durable de cette institution.

Notes

1 B. Maes, « Du modèle congréganiste au modèle laïc de formation des maîtresses publiques de la Marne (1849-1881) », dans La création des Écoles normales en Champagne-Ardennes, journée d’études du CRDP, Troyes, octobre 1999, p. 93-104.

2 F. Mayeur, « La formation des institutrices avant la loi Paul Bert. Les cours normaux », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXXXI, 1995, p. 121-130.

3 Sur la figure et l’épiscopat de Félix Vialart, G. Cherest, L’évêque de la paix, Félix Vialart de Herse, évêque et comte de Châlons-sur-Marne, pair de France, Châlons, 1977. L’ouvrage est précis et bien documenté en dépit de la volonté affichée par l’auteur de « laver la mémoire de Vialart des accusations de jansénisme portées contre lui ». La biographie édifiante de Félix Vialart a été rédigée par Goujet, La vie de messire Félix Vialart de Herse, évêque et comte de Châlons, Cologne, 1738, 339 p.

4 On sait, notamment grâce aux visites pastorales, qu’au début du XVIIIe siècle chaque paroisse ou presque possède sa petite école (relevé dans Ed. de Barthelemy, Variétés historiques et archéologiques sur le Châlonnais et le Rémois, VIe série, 1877, p. 45 et suiv.). Rappelons-le, on se trouve ici du bon côté de la ligne Saint-Malo-Genève : la zone correspondant à l’actuel département de la Marne connaît dès la fin du XVIIe siècle l’un des plus forts taux d’alphabétisation du royaume : 61 % pour les hommes, 25 % pour les femmes (F. Furet et J. Ozouf, Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, éd. de Minuit, 1977, t. II, p. 199-206).

5 Châlons a été la première ville de France à recevoir la congrégation Notre-Dame, en 1613 ; s’y ajoutent ensuite Vitry et Sainte-Menehould ; quant aux Ursulines, elles se sont installées en 1660 (Puiseux, L’instruction primaire dans le diocèse de Châlons-sur-Marne avant 1789, Châlons, 1881, p. 40-46).

6 Sur les régentes d’Alet, Cl.-M. Robion, « Des missionnaires de l’éducation chrétienne : les régentes d’Alet (XVIIe-XVIIIe siècles), dans R. Andreani, H. Michel, E. Pelaquier, Naissance, enfance et éducation dans la France méridionale du XVIe au XXe siècles. Hommage à Mireille Laget, Montpellier, Université Paul-Valéry-Montpellier III, 2000, p. 341-354. Cette parenté est soulignée dans les mémoires de l’abbé de Beaufort, supérieur de la maison des régentes de Châlons : Félix Vialart établit les régentes « à l’exemple d’un saint évêque, pour lequel il avoit un respect singulier, qu’il s’étoit proposé pour modèle, et que Dieu a tiré de ce monde peu de tems avant lui » (BNF, ms fr 14408, p. 68-69). La fondation châlonnaise est à son tour imitée : à Laon, le règlement donné par Jean d’Estrées en 1689 présente une grande parenté avec celui de Châlons (BM Reims, CHM 1447) ; l’évêque de Beauvais Nicolas Choart de Buzenval aurait souhaité lui aussi un tel établissement, mais serait mort avant d’avoir pu le réaliser (BNF, ms fr 19306, f° 274). Les écoles dominicales, dotées d’un règlement par cet évêque en 1673, représentaient probablement une première étape de cette réalisation (A. Bonzon, « Entre le monde et la clôture : un projet pour l’éducation religieuse des filles du peuple », dans La femme dans la ville : clôtures choisies, clôtures imposées (époque moderne et contemporaine), Histoire, Économie & Société, 2005-3, p. 343-353).

7 M. Cottret, « Le jansénisme et l’éducation au XVIIIe siècle. L’exemple des frères Tabourin », Chroniques de Port-Royal, 1981, p. 48-62 ; R. Taveneaux, La vie quotidienne des jansénistes, Paris, Hachette, 1973, p. 77-78.

8 Intitulé Règlemens faits par Mgr... [l’]evesque de Chaalons... pour la direction spirituelle et temporelle des communautés de Régentes, établies par luy dans la ville de Chaalons, et dans les autres villes de son diocèse, le recueil conservé au département des imprimés de la Bibliothèque nationale sous la cote E 4167 comprend : les règlements imprimés (105 p.), datés de MDCLXVII (erreur pour 1672), précédés du mandement épiscopal du 16 mars 1672, et suivis des constitutions de 1677 (352 p.) qui doivent servir de guide aux régentes dans la maison comme à celles qui sont en mission dans les villages. Reliés ensemble, ces textes sont paginés séparément. Nous disposons également des Reglemens pour la conduite des maîtresses d’école du diocèse de Chaalons, de l’évêque Louis-Antoine de Noailles (10 avril 1685), avec des prescriptions particulières pour la communauté destinée à former les maîtresses (dans les Statuts, ordonnances, mandemens, reglemens, et lettres pastorales, imprimez par ordre de monseigneur, l’illustrissime et reverendissime, messire, Louis-Antoine de Noailles, évêque comte de Chaalons, pair de France, Châlons, Seneuze, 1693, p. 381-390).

9 Archives départementales de la Marne (désormais AD de la Marne), sous-séries 80 H à 82 H.

10 Louise Raulet, veuve de François Lallement seigneur de Fagnières est choisie pour être la première supérieure (AD de la Marne, 80 H 6) ; Hélène Ferat est supérieure en 1675 (AD de la Marne, 80 H 2). Les origines de la congrégation sont présentées avec précision par G. Cherest, L’évêque de la paix..., op. cit., p. 75 et suiv.

11 Acte du 14 juin 1665 par lequel les habitants de la ville de Vertus consentent à l’établissement et déchargent d’impôt les 3 fondatrices (AD de la Marne, 80 H 1)

12 Le registre de professions de Châlons (AD de la Marne, 80 H 6) s’ouvre en 1666.

13 En effet, l’édit de 1629, en soumettant à autorisation royale les nouvelles fondations d’instituts à vœux simples, permet de facto aux communautés de religieuses non cloîtrées d’exister une fois dotées de lettres patentes. Sur ces questions désormais bien connues : E. Raplay, Les dévotes. Les femmes et l’Église en France au XVIIe siècle, Paris, Bellarmin, 1995 ; Colloque Les religieuses enseignantes XVIe-XXe siècle, Angers, Presses de l’Université, 1981.

14 C.-M. Robion, « Des missionnaires de l’éducation chrétienne : les régentes d’Alet (XVIIe-XVIIIe siècles) », art cit. ; abbé Lasserre, Recherches historiques sur la ville d’Alet et son diocèse, 1877, rééd. Paris, 2003.

15 L’abbé de Beaufort écrit : « Ce saint evêque a reçu de grands secours pour le gouvernement de ces maisons, et [...] pour y maintenir le bon ordre, d’une personne de qualité et de vertu qui étoit sous sa conduite lorsqu’il commença ces établissemens, et à qui Dieu mit dans le cœur d’en quitter un tres-honneste qu’elle avoit ailleurs, pour se donner autant qu’elle pouvoit à sa manière, à cette bonne œuvre. C’est par elle qu’il gouvernoit tout, et que toutes choses alloient à lui » (Bibliothèque nationale de France, ms fr 14 408, p. 71).

16 Mandement du 20 mai 1672, dans Règlemens faits par Mgr... [l’]evesque de Chaalons..., op. cit, p. 8-12.

17 Remarquons au passage que cette équivalence implicite, propre aux conceptions de ce temps, complique singulièrement notre tâche : comment distinguer la formation religieuse dès lors qu’elle irrigue l’ensemble de la formation ?

18 Règlemens..., p. 70.

19 Ainsi Marie Lhoste, reçue le 14 août 1682 à l’âge de 18 ans, après une épreuve de 7 ans, demande en 1695 à quitter la communauté pour venir en aide à ses parents âgés et infirmes. Elle obtient l’accord de l’évêque et de la communauté qui lui cède une rente. Elle a laissé une lettre dans laquelle elle exprime son attachement à la maison qu’elle vient de quitter. De même, Daufine Vaillant, entrée en 1682, quitte la communauté pour venir en aide à sa mère, et touche une pension depuis son départ (AD de la Marne, 80 H 5).

20 C’est le cas de sœur Madeleine Gaillet, reçue en 1729 à 27 ans, et renvoyée (pour mauvaise conduite ?) en 1745 avec une pension de 100 livres par an (AD de la Marne, 80 H 6, p. 77).

21 Quant à leur habit, il échappe volontairement à toute prescription mais les constitutions préconisent la plus grande simplicité (Constitutions, p. 68 et p. 335).

22 « Quelles ne pourront posséder ni avoir, recevoir, et acquérir en commun aucun fonds d’héritages que la maison nécessaire à leur logement, ny avoir aussi en commun aucune rente foncière, ou constituée, mais se contenteront de posséder leurs biens patrimoniaux, ou jouyr de quelques pensions viagères que leurs parens ou autres personnes leurs voudront donner, et de ce qu’elles pourront en commun gagner par le travail de leurs mains » (Reglemens..., p. 72).

23 G. Cherest, L’évêque de la paix..., op. cit., p. 77. De fait, au XVIIIe siècle, les Régentes possèdent 1786 l. 10 s. de revenu annuel en argent, et l’équivalent de 812 l. en grain (année commune) de rentes et loyers (AD de la Marne, 80 H 2).

24 AD de la Marne, 80 H 6.

25 Ibid., 80 H 2.

26 Ibid.

27 Puiseux, L’instruction primaire..., op. cit., p. 93

28 AD de la Marne, 80H26.

29 Ordonnance du 16 mars 1672 pour l’établissement de communautés de régentes, dans Règlemens..., p. 67-68 ; Cet aspect de l’éducation des filles a été traité par l’ouvrage de J. Delumeau (dir), La religion de ma mère. Le rôle des femmes dans la transmission de la foi, Paris, Cerf, 1992.

30 Les constitutions soulignent que « pour le fait des ecoles comme en toute autre chose, elles seront sous la correction et juridiction immédiate de Monseigneur l’evesque » (Constitutions, p. 236, dans Règlemens..., op. cit.).

31 Ibid, p. 312.

32 Le registre des professions permet d’établir la liste suivante : Joseph de Beaufort, archidiacre, chanoine théologal et vicaire général, supérieur en 1682 et en 1695 ; Antoine Laigneau jusqu’en 1705 ; Le Cocq, chanoine de la cathédrale, jusqu’en 1707 ; Nicolas Plusieurs en 1707 et 1708 ; l’abbé Taignier, vicaire général, de 1711 à 1718 ; Pierre Braux de Vaux, chanoine de la cathédrale, vicaire général, de 1720 à 1728 ; Chrétien Nicolas Cazotte, chanoine, archidiacre et vicaire général, en 1746 ; André Chorey, vicaire général, en 1759 (AD de la Marne, 80 H 6, passim, et G. Cherest, L’évêque de la paix…, op. cit., p. 87).

33 Constitutions, p. 81 et 113, dans Règlemens..., op. cit. Dans les faits, certaines occupent la fonction bien plus longtemps. Le registre des professions indique les noms suivants : Louise Raulet, Perrette Hocquet en 1697 et encore en 1726, Anne Roulot en 1728, Anne Thevart en 1734, Anne Collet en 1759, Marie-Jeanne Hocquelin en 1742.

34 Constitutions, p. 251 (dans Règlemens..., op. cit). L’article premier du règlement de 1672 (Ibid., p. 4) assigne aux régentes la tâche de « travailler dans les maisons des communautez à l’instruction chrétienne des jeunes filles des lieux où elles seront établies ». Les constitutions évoquent la « salle des externes » qui doit être balayée chaque jour (Ibid., p. 151) et un document du XVIIIe siècle mentionne trois salles de classes « où viennent des jeunes filles de la ville pour y apprendre à lire, écrire, leur catéchisme, et à travailler et où elles sont enseignées gratuitement » (AD de la Marne, 80 H 2).

35 Règlemens..., op. cit., p. 75-76 : « De l’éducation chrétienne qu’il faut donner aux pensionnaires ».

36 La plus explicite de ces mentions concerne Dauphine Vaillant : nièce du médecin ordinaire de la duchesse de Guise, cette pensionnaire des Dames Régentes pendant plusieurs années témoigne le désir de demeurer au nombre des régentes de la communauté de Châlons (AD de la Marne, 80 H 5).

37 Constitutions, dans Règlemens..., op. cit., chap XXIV. Le règlement proposé par Louis-Antoine de Noailles en avril 1685 vient compléter cette formation (Règlemens pour la conduite des maîtresses d’École du diocèse de Chalons, dans Statuts, ordonnances... op. cit., p. 381-390).

38 Le recueil de Noailles renferme un mandement pour la retraite générale des maîtres d’école (Statuts, ordonnances..., op. cit., p. 132) et un programme d’une semaine pour les assemblées de maîtres d’écoles qui doivent se tenir dans le séminaire (daté de 1676, Ibid., p. 133).

39 Règlement de 1672, article 3, p. 5 (dans Règlemens..., op. cit.)

40 Constitutions, p. 29 et 30 (dans Règlemens..., op. cit.).

41 Le brouillage des fonctions s’accentue en 1681, au moment où l’accueil des nouvelles converties s’ajoute à toutes ces missions liées à l’instruction (lettres patentes de janvier 1681, AD de la Marne, 80 H 1 et 80 H 2).

42 M. Bernos, Femmes et gens d’Église dans la France classique. XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Cerf, 2003, p. 110

43 Règlement de 1672, art. 4, p. 6 (dans Règlemens..., op. cit.)

44 AD de la Marne, 80 H 6, passim.

45 Par exemple sœur Jeanne Paté, en 1755 (AD de la Marne, 80 H 6, p. 93).

46 AD de la Marne, 80 H 6, p. 35 et p. 109.

47 L’une vient de Château-Chinon, une autre vient de Franche-Comté, une autre du Cateau-Cambrésis (AD de la Marne, 80 H 6, p. 61, 86, 101). On repère aussi des recrutements familiaux (par exemple plusieurs membres de la famille Hocquet entrent dans la congrégation pendant que Perrette Hocquet est supérieure).

48 Constitutions, chap. 1, p. 1 (dans Règlemens..., op. cit.)

49 Ibid., chap. 7, p. 88.

50 Ibid., chap. 7, p. 84.

51 Ibid., chap. 24, p. 261 et suivantes.

52 Ibid., chap. 24, p. 266

53 Ibid., p. 188 et 254

54 Ibid., p. 75

55 Ibid., p. 188. Le chapitre 22 des constitutions, consacré spécialement aux écoles, conseille aux sœurs de tenir en haute estime ces fonctions et celles qui les remplissent : « bien loin de dédaigner et mépriser jamais l’exercice [des écoles], elles estimeront heureuses celles qui ont reçu de Dieu la grâce d’y servir utilement et fidellement » (Ibid., p. 235). De même, on notera que dans le chapitre 12 des constitutions, intitulé « de l’humilité », les tâches d’enseignement ne sont jamais évoquées, alors que le propos vise à montrer que l’humilité est indispensable à la vie dans cette communauté.

56 Par exemple, le règlement donné en 1689 aux maîtresses d’école du diocèse de Laon par l’évêque Jean d’Estrées, inspiré du précédent châlonnais, évoque la possibilité d’une retraite dans la communauté pour les maîtresses qui « auront consommé leur jeunesse dans un si pénible emploi » (Instructions et règlemens donnez par monseigneur l’évêque duc de Laon..., 1689, mandement épiscopal). On sait que L’École paroissiale présentait l’emploi des maîtres d’école comme « très-rude et très-pénible », « sans éclat », « sans plaisir et sans goût » (J. de Batencour, Instruction méthodique pour l’école paroissiale, dressée en faveur des petites écoles..., 1669, préface).

57 Cette dignité est soulignée aussi pour les maîtres, qui occupent un rang « au-dessus du commun des fidèles » (cité par Puiseux, L’instruction primaire..., op. cit., p. 35). Pour les femmes, l’évêque souligne que le catéchisme, « qui fait une partie de cette fonction, est une portion du Ministère Apostolique, dont elles se doivent réputer très indignes » (Constitutions..., p. 236). On sait que la parole des femmes dans l’église est soumise à un contrôle très strict (M. Bernos, Femmes et gens d’Église dans la France classique…, op. cit.).

58 Puiseux, L’instruction primaire..., op. cit., p. 63.

59 Constitutions..., chap. 20, p. 226 et chap. 16, p. 196 (dans Règlemens..., op. cit.).

60 Ibid., p. 283 ; on a une précision similaire dans le règlement de 1685, dans Statuts, ordonnances..., op. cit., p. 383.

61 P. Oudin, Le zèle du salut des âmes, Paris, Josse, 1669, p. 70.

62 Constitutions..., chap. 22, p. 237 (dans Règlemens..., op. cit.).

63 Il s’agit d’un apprentissage par cœur, mais le contenu doit être au préalable expliqué. Ainsi pour le Pater, il est conseillé de l’expliquer et de le faire apprendre par morceaux, jusqu’à ce que toutes les élèves le sachent par cœur (Ibid., p. 246).

64 Ibid., p. 242. Le règlement de 1685 reprend et élargit ces prescriptions à toutes les maîtresses du diocèse et, prenant acte du succès des communautés de régentes, en crée une supplémentaire à Sarry (là où se trouve la résidence de l’évêque). Toutefois un passage du règlement de 1685 montre bien où se trouve l’essentiel de leur office : « se faire aimer de toutes les femmes et filles de la paroisse, afin d’être capables de les porter à aimer et servir Dieu » (Statuts, ordonnances... op. cit., p. 385) : emploi du temps régulier, pratique des vertus, confession et communion fréquente, exercices spirituels semblent constituer l’essentiel de leur formation...

65 Les Règlemens pour la conduite des maîtresses d’école du diocèse de Chaalons (10 avril 1685) consacrent deux pages à « la maîtresse choisie pour élever les filles destinées à remplir les autres écoles ». Elle doit être un exemple au second degré dans la pratique des vertus et l’observation du règlement. Le texte insiste sur ses qualités : charité et douceur, afin de pouvoir supporter les défauts de leurs élèves. La simplicité et le respect mutuel doivent présider aux relations entre ses élèves (Statuts, ordonnances... op. cit., p. 389-390).

66 Constitutions, p. 185 (dans Règlemens..., op. cit.).

67 Règlement de 1672, p. 18-26 (dans Règlemens..., op. cit.).

68 Les Constitutions le disent explicitement, p. 296 (dans Règlemens..., op. cit.).

69 Sur la signification de ce mot et son usage au XVIIe siècle, M. Bernos, Femmes et gens d’Église..., op. cit., p. 55-70.

70 Constitutions, p. 293 (dans Règlemens..., op. cit.).

71 Ibid., p. 187.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search