Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Niveaux de vie, misère et intégration sociale par le logement

Le logement social à Roubaix au xxe siècle1

Alice Thomine

Texte intégral

  • 1 Cette recherche doit beaucoup aux travaux réalisés au sein de l’association des archives d’architec (...)
  • 2 Paris, éditions Anthropos, 1983.
  • 3 Roubaix Alma gare, Lutte urbaine et architecture, Paris, 1975.

1Contrairement aux précédentes interventions de ce colloque, cette communication ne prétend aucunement au statut d’étude historique. Il s’agit plutôt d’une évocation des nouvelles pistes de recherche qui pourraient être empruntées pour améliorer la connaissance de l’histoire du logement social à Roubaix, en complétant la principale étude faite sur la question, l’ouvrage de Didier Cornuel et Bruno Duriez, Le Mirage urbain, histoire du logement à Roubaix. Paru voici plus de 15 ans2, ce livre a été rédigé par deux sociologues dans une optique d’histoire, ce qui a permis aux auteurs d’offrir une vision très complète et des approches très variées de la question. Par ailleurs, cet ouvrage a été conçu dans l’atmosphère particulière qui entourait l’expérience de l’Alma gare (1974-19813), opération qui, une fois encore, mettait Roubaix à la pointe en matière d’expérimentation dans le logement social. Or, aujourd’hui la ville de Roubaix paraît plutôt en panne dans ce domaine puisqu’elle s’investit dans des opérations d’urbanisme que l’on pourrait qualifier de tertiaire (Mac Arthur Glenn, le projet de centre commercial de la grand rue) et, désireuse de rehausser le niveau de vie roubaisien, fait en sorte de restreindre le parc des logements sociaux. Ce changement d’orientation incite à ré-interroger le passé d’un œil nouveau. De plus, la possibilité d’interviewer les principaux acteurs du logement social de la seconde moitié du XXe siècle, aujourd’hui en train de se restreindre, rend de plus en plus urgente la nécessité de lancer un nouveau travail de fond sur cette question. Après une brève présentation des étapes qui ont marqué l’histoire du logement social à Roubaix seront évoqués les aspects qui pourraient mériter à mes yeux, donc de façon fort subjective, d’être approfondis.

BREF RAPPEL DE L’HISTOIRE DU LOGEMENT SOCIAL À ROUBAIX : DES COURÉES AU CIL

  • 4 Le phénomène des courées a déjà été étudié, notamment par Philippe Guignet, dans ce colloque.
  • 5 Toujours plus loin, Mémoires d'Albert Prouvost (1909-1991), Paris, 1993 (écrites en 1987), p. 75.

2Les courées4 ont constitué très tôt une des spécificités de Roubaix en matière de logement social et continuent à marquer très fortement le tissu urbain roubaisien au XXe siècle. C’est d’ailleurs la vétusté de ces habitations qui va faire office de repoussoir, tous les acteurs du logement social mettant en avant la pauvreté de ces logements pour en promouvoir de nouveaux. Ainsi Albert Prouvost évoque de façon très noire les courées : en 1943, il observe que « Roubaix possède près de 13 000 logements en courées, bâtis à la perpendiculaire des rues de la ville. On y accède par un petit couloir sombre qui débouche sur deux rangées d’une dizaine de logements qui se font face séparées par une ruelle de 4 à5 mètres de large. Ces maisons d’environ 30 m2 de surface habitable ont une chambre en bas avec cheminée pour la cuisine et une étage mansardé qui peut abriter une petite chambre » 5. La situation décrite par Prouvost devait pourtant être bien meilleure que celle du début du siècle, notamment du fait des améliorations réalisées par l’office municipal des HBM.

  • 6 La création de l’office municipal de Roubaix a lieu la même année que celle de l’office de Lille ma (...)

3En effet, à la fin de la première guerre mondiale, l’immobilier roubaisien était particulièrement vétuste, malgré les réalisations d’ailleurs limitées d’associations philanthropiques, de coopératives et d’œuvres diverses. Il s’est même trouvé appauvri par la guerre car, pendant les hostilités et l’occupation de 14-18, on n’avait évidemment ni bâti ni réparé. A Roubaix la moyenne annuelle de la construction, 456 maisons avant 1900, était tombée à 40 dans la décennie suivante. Or en 1921, le recensement révélait mille foyers de plus qu’en 1911. L’initiative privée ne permettait plus de combler le déficit accru par la guerre, que l’on évalue alors à 1 600 logements. Une intervention municipale était donc indispensable. C’est dans ce contexte que le socialiste Jean-Baptiste Lebas (1878-1944), élu maire de Roubaix en 1912, crée en 1921 l’office municipal des HBM6. Le quartier du Nouveau Roubaix est la principale opération menée par l’office grâce au soutien de la ville qui acheta les terrains, donna de nombreuses subventions, assura les avances financières et la mise en état de viabilité. Cette opération, qui débute en 1923, soit cinq ans avant la loi Loucheur de 1928, comprend 775 logements (191 maisons et 584 appartements), situés entre le boulevard de Fourmies, l’avenue Alfred Motte, la rue Jean Macé et l’avenue Linné et construits en trois tranches successives (1923, 1927-1929). Avec le nouveau Roubaix, Lebas a essayé de créer une ébauche de cité nouvelle, qui se caractérise par le recours aux immeubles d’appartements, en opposition au modèle, traditionnel dans le Nord, de la maison individuelle. Malheureusement, cette entreprise est gravement entravée par la crise. Il faudra attendre la formation du CIL (comité interprofessionnel du logement) pour que Roubaix retrouve une dynamique en matière de logements.

4Le CIL occupe une place à part dans l'histoire du logement social. C'est en effet une structure originale ambitieuse, et qui fit école, que crée Albert Prouvost, héritier de la Lainière. Bernard d’Halluin, qui connaît son intérêt pour les questions sociales, lui confie la commission sur le logement au sein du Syndicat patronal textile où son père l’a chargé de représenter les entreprises familiales. C’est à ce titre qu’il va mettre en place et présider le comité interprofessionnel du logement, organisme sans but lucratif destiné à rassembler l’argent nécessaire à compléter les financements des sociétés de HLM. Sa vocation est le financement du logement ouvrier à l'aide d'une cotisation patronale de 2 % de la masse salariale. Pour la première fois la prise en charge du logement social n'est plus le fait des forces socialistes, ni des patrons philanthropes, mais d'un patronat éclairé qui s'écarte des solutions utopistes ou purement pragmatiques. Il s'agit de construire une logique en opposition avec les solutions misérabilistes des « Forts » tout autant qu'avec les systèmes utopistes de la gauche d'entre les deux guerres.

5Sa création témoigne d'une prise de conscience, par le patronat, de la crise du logement, endémique déjà entre les deux guerres, et que la création de l’office municipal des HBM n'est parvenu à résorber que de 775 logements. Le succès de cette formule est tel qu’elle est officialisée en 1953 par l’État qui étend à toute la France cette mesure, en la réduisant à 1 %, le fameux 1 % logement.

6C’est aussi le témoignage de la recherche de règles définissant la paix sociale entre patrons et ouvriers : le CIL sera géré en partenariat par des représentants du patronat et des ouvriers. Les différents personnages qui ont créé officieusement le CIL en 1943, dans le bureau du maire de Roubaix, reflètent le paritarisme de la structure : Albert Prouvost, Victor Provo - maire de Roubaix-, Gabriel Tetaert (responsable de la CGT) qui fut bientôt rejoint par Robert Payen pour la CFTC.

7Le CIL de Roubaix-Tourcoing s’engage tout d’abord dans des réalisations qui privilégient le logement individuel, les terrains ne manquant pas à la fin de la guerre. Les premières réalisations sont donc des maisons individuelles : groupe Justice (10 logements), groupe gare de Débord (87 logements), groupe des Trois Baudets (9 logements individuels). L’exception est l’ensemble des 118 appartements au Galon d’eau. Mais assez rapidement, du fait de l’engorgement foncier, le CIL se lance vers le logement vertical. Le phénomène s’accentue dans les années 1960, avec le lancement par l’État de la politique de construction des grands ensembles. Le CIL s’engage dans cette voie notamment en participant à l’urbanisation de la Plaine des Hauts Champs à Hem, des ZUP de Mons-en-Bareuil, Beaulieu à Wattrelos, de la Bourgogne à Tourcoing et des Trois Ponts à Roubaix.

8À partir de 1966, le CIL de Roubaix-Tourcoing perd son indépendance puisqu’il fusionne avec le CIL de Lille au sein du CIL Métropole Nord dans le but de grouper leurs moyens financiers et d’assurer la cohésion de leur action dans une optique métropolitaine. En 1988, le CIL Métropole Nord fusionne avec le CIL de la vallée de la Lys.

9Parallèlement, les sociétés d’HLM partenaires du CIL se regroupent. En 1970 est créé Logicil qui réunit 4 sociétés d‘HLM : le Bien être familial de Wattrelos, la SAT - société anonyme tourquennoise d’HLM-, la SAHRO - société anonyme d’habitations roubaisienne - et le Toit Familial. Enfin, en 1989 est fondée la CMH (compagnie métropolitaine de l’habitat) qui rassemble Logicil, la SLE (société des HLM de Lille et de ses environs créée en 1906) et Notre Maison, (héritière de la Maison Roubaisienne mise en place au le début du siècle).

QUELQUES PISTES POUR APPROFONDIR L’HISTOIRE DES RÉALISATIONS ARCHITECTURALES DU CIL

10Face à l’ampleur des réalisations du CIL — quelques 4 000 logements en quinze ans (1947-1962)-, deux grands types de questions émergent : « comment » et « combien ». Ce sont en fait les deux grands interrogations qui viennent après la question fondamentale qui est « pourquoi », c’est à dire les motivations sociales, politiques et économiques à laquelle le livre de Bruno Duriez et Didier Cornuel donnent beaucoup de réponses. Il est vrai que ces questions ont directement trait à la matérialisation de l’action du CIL, c’est à dire les bâtiments, qui relève plus de l’histoire de l’architecture que de l’histoire sociale qui était le principal angle d’approche des deux auteurs du Mirage urbain.

Mieux évaluer les modalités des choix architecturaux du CIL

11Se demander comment ont été construits les bâtiments du CIL revient à s’interroger sur les modalités des choix architecturaux du CIL (mécanisme de commande, rôle respectif du maître d’œuvre et du maître d’ouvrage, mise en œuvre du projet, rédaction des programmes etc.). Cette question n’est pas anodine car l’après seconde guerre mondiale, du fait de l’ampleur des travaux de reconstruction, constitue un tournant important dans l’histoire de l’architecture du XXe siècle. En effet, la reconstruction des grandes villes détruites de Le Havre à Dunkerque, en passant par Maubeuge et Amiens, ou même Marseille, est l’occasion pour l’Etat sous l’impulsion du Ministère de la Reconstruction et de l’urbanisme, et de ses dirigeants, Raoul Dautry puis Eugène Claudius Petit, d’imposer, à travers un encadrement administratif fort de l’architecture, des architectes et des partis prix architecturaux, notamment celui de la modernité. Il est donc important d’étudier les choix architecturaux d’une structure comme le CIL dont le mode de fonctionnement paritaire se distingue des opérations de reconstruction entièrement gérées par l’Etat qui caractérisent l’époque.

12La première question est de savoir comment sont choisis les architectes. D’après le témoignage de l’entrepreneur René Dutilleul qui a souvent travaillé pour le CIL, c’est par le biais d’un concours de prototypes, organisé parallèlement à la fameuse Exposition sur l’habitat qui eut lieu à Roubaix en 1946 parallèlement à la construction de la cité expérimentale du Congo à Mouvaux, que le CIL comptait choisir un architecte. C’est Guy Lapchin alors associé à l’architecte Joseph Delplanque, qui remporta le concours. Ces deux architectes restèrent responsables des opérations du CIL, jusqu’à la création du CIL de la vallée de la Lys, date à laquelle Delplanque prit la tête du CIL de la vallée de la Lys, Lapchin restant responsable de Roubaix. Ces deux architectes, comme leur rôle réel au sein du Cil (coordination, contrôle technique, choix des architectes, rédaction des programmes), sont très mal connus.

13En effet, le mode de commande du CIL reste vague et demande à être mieux connu. Comment ont été recruté les grands architectes qui ont réalisé ponctuellement des constructions pour le CIL ? On peut ainsi s’interroger sur Jean Dubuisson, fils d’Émile Dubuisson (l’architecte de l’Hôtel de ville de Lille), prix de Rome en 1945, qui s’est illustré avec la réalisation du Shape Village à Saint-Germain-en-Laye où il utilise le procédé Camus (1951-1952). Cette commande sans doute le fit remarquer par Prouvost qui fut conduit à lui confier la résidence du Parc à Croix. Il réalisa aussi à Roubaix les Hauts Champs pour le CIL à travers la société d’HLM le Toit Familial. De même pour Guillaume Gillet, premier grand prix de Rome en 1946, qui participe à la Reconstruction de Royan, et fut également un architecte officiel du Ministère de la Justice (construction de Fleury-Mérogis). De la résidence du Parc à Croix jusqu’au fameux « Os à moelle » de l’opération Roubaix 2000, il fut un des fidèles du CIL. Ou encore pour Jean Prouvé, un des plus grands architectes constructeurs du XXe siècle, dont le travail va de façon très originale s’attacher à la mise en œuvre du métal qu’il essaiera de rendre la plus économique, la plus rationnelle et la plus raffinée possible. Après avoir conçu en 1952 la façade du pavillon des expositions de Lille, il réalise en 1959 les murs rideaux d’aluminium de la tour du fer à cheval élevée par Guillaume Gillet. D’après les Mémoires d’Albert Prouvost, c’est Lapchin, d’origine parisienne, qui a eu l’idée de recourir à Gillet, Dubuisson ou Prouvé. Il faudrait cependant approfondir cette question qui reste valable pour les architectes locaux. Comment jean Willerval, l’architecte du Palais de justice de Lille, du musée d’art contemporain de Dunkerque et des « Folies » de métal et de verre qui entourent le forum des Halles, ou Henri Chomette, l’architecte de la reconstruction de Douai ont-ils été amené à participer aux opérations du CIL ?

  • 7 Interview du 17 novembre 2000. Robert Gascon était directeur du CIL de Roubaix-Tourcoing.
  • 8 Toujours plus loin, Mémoires d’Albert Prouvost (1909-1991), Paris, 1993 (écrites en 1987) p 78.
  • 9 Ibid., p. 78.
  • 10 Ibid., p. 79 et sv.

14Mais Albert Prouvost, qui préside le CIL, semble avoir joué un rôle extrêmement important en ce sens. Des témoins, comme Robert Gascon7, le confirme : « Prouvost n’était pas un homme facile et il avait des idées. Les architectes n’ont pu agir que sous la férule d’Albert Prouvost qui voyageait beaucoup et ramenait des idées architecturales. » Influencé par son beau-père, architecte, il a été profondément marqué par la visite de la cité jardin du Foyer rémois et raconte que c’est lui qui a choisi le premier architecte du CIL, un certain René Magnan : « Je m’assure le concours d’un architecte, René Magnan, qui deviendra un grand urbaniste et dirigera notre bureau d’étude, aidé de Jean-Serge Dubus, ancien journaliste à l’Écho du Nord et d’Henri Hof, ancien directeur financier de la ville de Lille »8. Au point d’en oublier la procédure du concours qui a amené Lapchin au CIL : « Bientôt Guy Lapchin, remarquable architecte remplacera René Magnan »9. Il raconte aussi très précisément comment il s’est personnellement opposé à l’intervention de Le Corbusier. « Pour les immeubles de la résidence du parc construits sur le terrain du peignage Holden, nous avons fait appel à Jean Dubuisson. Pour la Marquise à Hem, nous hésitons... » Claudius Petit lui conseille alors Le Corbusier. Mais raconte Prouvost, « le célèbre architecte... nous soumet un projet qui ne plaît pas : immeubles trop hauts trop rapprochés les uns des autres, balcons conformes au modulor qui ne laissent apercevoir qu’un pan de ciel et ne permettent pas de profiter des beaux arbres de la marquise d’Auray. » Et il ajoute : « Je le lui fais remarquer en m’efforçant à la diplomatie »10. Le projet resta sans suite.

  • 11 CAMT, 1999 020 0030.
  • 12 Ibid.

15Il convient également d’évoquer une opération illustrant bien la mainmise de Prouvost, la construction des prototypes U53 à Roubaix rue du commandant Bossut. Cette opération est documentée en partie par un dossier conservé à Roubaix au CAMT dans le fonds du peignage Amédée11. On y découvre que c’est un certain Bastien, responsable du bureau technique des peignages Amédée Prouvost, qui est le maître d’œuvre de l’opération. Ce dossier d’archives révèle donc la totale confusion administrative entre la structure du CIL et celle du Peignage Amédée. Il témoigne aussi du contrôle direct exercé par Prouvost puisque Bastien précise aux entrepreneurs le 27 février 1953 : « Les deux maisons pour lesquelles vous participez à la construction doivent être réalisées dans un délai de 11 semaines. Ce délai de rigueur imposé par M. Albert Prouvost doit être tenu »12. De plus, les archives laissent penser que ces prototypes ont été entièrement financés par les Peignages Amédée.

Le statut des architectes du CIL

  • 13 Toujours plus loin, Mémoires d’Albert Prouvost (1909-1991), Paris, 1993 (écrites en 1987), p. 78
  • 14 Ibid.
  • 15 Roubaix, lutte contre les taudis et la rénovation de la cité, Ville de Roubaix, 1975.

16Les architectes du CIL, suivant le témoignage de Robert Gascon, étaient salariés pour le compte du CIL, mais il faudrait connaître plus précisément les modalités de leur rémunération, la différence de statut qui pouvait exister entre les architectes parisiens chargés ponctuellement d’un projet et les architectes locaux chargés d’en surveiller la réalisation. On sait également, d’après les mémoires de Prouvost13 et le journal Nord Éclair de 1953, qu’ils étaient regroupés au sein du CIL dans un « bureau d’études formé de techniciens avertis »14. Il existait par ailleurs des commissions au sein du CIL qui contrôlaient leur travail, notamment la commission technique et la commission des programmes15. Il est pourtant difficile d’évaluer quel était le rôle de ces commissions et de ce fait quel était le réel périmètre d’intervention des architectes. Si au cours des années 1950, le CIL fait le choix de recourir à des architectes prestigieux, auquel il laisse un certaine liberté de conception, il semble que par la suite ce mode de fonctionnement ait évolué : Gascon se souvient que les architectes recevaient un forfait pour signer les yeux fermés les plans dessinés par les bureaux techniques du CIL. En matière de rédaction des programmes, il se rappelle qu’au cours des années 1960, la mainmise de l’État par l’intermédiaire des règlements des ZUP a peu à peu enlevé une grande marge de manœuvre au CIL.

Le paritarisme architectural

  • 16 A.-.A Prouvost, Le problème du logement, conférence donnée le 5 mars 1948 à la Société des ingénieu (...)
  • 17 Toujours plus loin, Mémoires d’Albert Prouvost (1909-1991), Paris, 1993 (écrites en 1987) p. 78

17La mainmise de Prouvost, le pouvoir croissant de l’État posent clairement la question du paritarisme architectural. Le rôle joué par Prouvost et plus généralement par le patronat s’exprime clairement dans le fait que les premières réalisations du CIL seront des logements individuels. Il s’agit là d’une des grandes particularités du Nord, à laquelle le patronat est traditionnellement attaché. D’ailleurs, Albert Prouvost privilégie dans ses écrits la référence à la maison individuelle : « Cherchant à allier dans la vie les joies de la famille et le développement de l’individu, nous sommes attachés à la conception de la maison individuelle et nous regrettons vivement la tendance trop marquée en France, par rapport aux pays anglo-saxons en particulier, d’édifier des immeubles collectifs qui ne répondent pas, pensons-nous, au désir de l’homme »16. Et Robert Gascon confirme que selon lui, « le logement de l’homme du nord est par essence individuel ». Malgré la construction de collectifs, qui arrive assez rapidement dans l'histoire de l'organisme (résidence du parc de Dubuisson en 1951-53), le CIL penche plutôt pour l'individuel, dans des structures proches de celles des cités-jardins, en imposant une visibilité totale des jardins à partir de la rue, afin d'éviter les constructions sauvages par le contrôle réciproque des habitants. Mais le contrôle du patronat laisse quand même la place à l’expression des revendications des habitants : ainsi, Prouvost mentionne dans ses mémoires un questionnaire distribué aux 87 200 visiteurs de la cité expérimentale de Mouvaux17. La question du rôle des habitants dans les réalisations du CIL est une thématique qu’il conviendrait d’approfondir tant en regard du caractère paritaire du CIL que de la grande réalisation roubaisienne des années 1970, l’Alma Gare, où les habitants ont eu le rôle moteur que l’on connaît. 11 faudrait également s’interroger sur le rôle joué par les syndicats dans les choix architecturaux.

Le quantitatif

  • 18 Ibid.

18Bien sûr, pour cerner l’ampleur de l’action du CIL, il faudrait pouvoir évaluer quantitativement ses réalisations, par le biais d’un repérage des réalisations, indiquant leur localisation, l’analyse de leur architecture et leur état de conservation. Il faut réaliser la complexité de cette opération de recensement du fait que le CIL n’était pas un office d’HLM classique : c’est un organisme purement financier. Il reversait les fonds qu’il avait collectés par le biais du 1 %. Le CIL a construit pour le compte des sociétés d’HLM qu’il anime (Maison roubaisienne, le Toit familial crée en 1948 sous l’impulsion du CIL, la Société anonyme roubaisienne d’Habitations ouvrières). Il n’est donc pas toujours facile de déterminer les opérations auxquelles le CIL a pris part. De plus, les réalisations du CIL de Roubaix dépasse les limites de Roubaix, Albert Prouvost expliquant lui-même dans ses mémoires que du fait des nouveaux moyens de transport, les logements des ouvriers roubaisiens peuvent se situer à l’extérieur : « Les maisons individuelles peuvent donc fleurir à Croix, Hem, Mouvaux et Wattrelos »18.

19Il conviendrait donc de mieux connaître le rôle respectif du CIL et des sociétés d’HLM. Les sociétés auxquelles le CIL recourt ont chacune leur spécificité : Le Toit familial, La Location, La Maison roubaisienne, l’Accession à la propriété. Le CIL construit également pour des organismes extérieurs, comme la société roubaisienne immobilière d’économie mixte. Par rapport à ses sociétés de HLM, le CIL pouvait imposer ses vues, ce que Didier Cornuel et Bruno Duriez évoquent pour l’affaire des Hauts Champs où le CIL a préféré faire affaire avec le Toit familial plutôt qu’avec la société La Maison roubaisienne. Didier Cornuel et Bruno Duriez ont déjà mis en évidence le contrôle technique exercé par le CIL sur les sociétés d’HLM qu’il finance (conformité des terrains, mise en place des nouvelles formes architecturales) mais il faudrait approfondir ces questions de façon à déterminer.

Autour du CIL

20Le CIL n’est pas non plus une initiative isolée. Il faut se rappeler l’émergence simultanée d’autres mouvements témoignant également de la volonté patronale d’améliorer le logement social. Ainsi, le PACT (propagande et action contre les taudis), fondé en 1954 par Ignace Mulliez et Mme Pollet-Béghin, dont le rôle était d’assurer la consolidation et l’assainissement des logements vétustes jusqu’à ce que la construction de nouveaux immeubles soit achevée révèle l’importance de l’action chrétienne dans ce domaine (Mulliez était membre du mouvement chrétien d’action sociale).

  • 19 Outre le dossier issu du fonds du Peignage Amédée, déjà cité, il faut mentionner le fonds de la CFD (...)
  • 20 Notamment à travers les permis de construire, les photographies, le bulletin de propagande municipa (...)
  • 21 Ainsi, la CMH accepterait d’ouvrir les portes de ses archives.
  • 22 Notamment dans la série des permis de construire et les dossiers de contrôle des HLM par la préfect (...)
  • 23 Entre autres, les archives de Lapchin (conservées au CAMT), de Dubuisson et Gillet (conservées à l'(...)
  • 24 Des acteurs existent encore mais la plupart commencent à atteindre un âge canonique.

21En conclusion, ce n’est que par le croisement des archives inexploitées (au CAMT19, aux archives municipales de Roubaix20, aux archives des offices d’HLM21, aux archives départementales22, dans les archives des architectes23) ou à constituer (les archives orales24) que les historiens arriveront à répondre à toutes ces questions.

Notes

1 Cette recherche doit beaucoup aux travaux réalisés au sein de l’association des archives d’architecture du Nord, présidée par Philippe Louguet.

2 Paris, éditions Anthropos, 1983.

3 Roubaix Alma gare, Lutte urbaine et architecture, Paris, 1975.

4 Le phénomène des courées a déjà été étudié, notamment par Philippe Guignet, dans ce colloque.

5 Toujours plus loin, Mémoires d'Albert Prouvost (1909-1991), Paris, 1993 (écrites en 1987), p. 75.

6 La création de l’office municipal de Roubaix a lieu la même année que celle de l’office de Lille mais deux ans après celle de l’office de Tourcoing (1919), et un an après celle de l’office des HBM du Nord (1920).

7 Interview du 17 novembre 2000. Robert Gascon était directeur du CIL de Roubaix-Tourcoing.

8 Toujours plus loin, Mémoires d’Albert Prouvost (1909-1991), Paris, 1993 (écrites en 1987) p 78.

9 Ibid., p. 78.

10 Ibid., p. 79 et sv.

11 CAMT, 1999 020 0030.

12 Ibid.

13 Toujours plus loin, Mémoires d’Albert Prouvost (1909-1991), Paris, 1993 (écrites en 1987), p. 78

14 Ibid.

15 Roubaix, lutte contre les taudis et la rénovation de la cité, Ville de Roubaix, 1975.

16 A.-.A Prouvost, Le problème du logement, conférence donnée le 5 mars 1948 à la Société des ingénieurs de France, Paris, 1949, p. 2.

17 Toujours plus loin, Mémoires d’Albert Prouvost (1909-1991), Paris, 1993 (écrites en 1987) p. 78

18 Ibid.

19 Outre le dossier issu du fonds du Peignage Amédée, déjà cité, il faut mentionner le fonds de la CFDT, de Dancoine, du CNPF, du fonds sur le Consortium industriel Textile, du Crédit coopératif et du CSCV.

20 Notamment à travers les permis de construire, les photographies, le bulletin de propagande municipale.

21 Ainsi, la CMH accepterait d’ouvrir les portes de ses archives.

22 Notamment dans la série des permis de construire et les dossiers de contrôle des HLM par la préfecture (série W).

23 Entre autres, les archives de Lapchin (conservées au CAMT), de Dubuisson et Gillet (conservées à l'IFA), de Le Corbusier (conservées à la Fondation Le Corbusier) et de Prouvé (conservées aux archives départementales de Lorraine).

24 Des acteurs existent encore mais la plupart commencent à atteindre un âge canonique.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search