Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Niveaux de vie, misère et intégration sociale par le logement

Les usines de Georges Forest : un modèle d'intégration sociale au début du xxe siècle à Tourcoing

Anne Langlet

Texte intégral

1Avant la première guerre mondiale, les pouvoirs publics prennent peu de décisions en matière de logements en dépit d’une population en augmentation constante dans les villes. Les produits de grande consommation en particulier ceux destinés à l’alimentation semblent être la préoccupation majeure de l’Etat et des organisations syndicales.

  • 1 O. Puydt, Le développement de l’habitat populaire à Tourcoing de 1880 à 1930, Université de Lille 3 (...)

2Les préoccupations de la ville de Tourcoing sont identiques à ce mouvement. L’étude des permis de construire conservés aux Archives municipales de Tourcoing concernant la période 1880-1910 permet de repérer les quelques industriels locaux qui prennent en charge le logement ouvrier. Il s’agit toujours de membres de la famille qui sont peu impliqués dans l’activité industrielle familiale, mais soucieux de concilier confort social et préoccupation charitable. Durant cette période, trois maisons sont construites par la famille Roussel-Toulemonde en 1882 dans le quartier de la Marlière (à l’Est de la ville) et les Lorthiois-Motte font construire cinq maisons en 1885 dans le centre1. Les industriels peuvent ainsi se reposer sur une classe de petits propriétaires qui constituent un vivier intéressant et un relais stable.

  • 2 O. Puydt, op. cit., p. 61.

3Comme l’ont souligné quelques chercheurs2, durant les vingt dernières années du XIXe siècle, les nouveaux logements destinés à accueillir les populations modestes n’augmentent en moyenne que de cinquante unités par an, ce qui est très insuffisant pour satisfaire la demande d’une population qui augmente de 23 000 habitants de 1886 à 1901. Phénomène accru par la vigueur démographique de ces populations.

  • 3 En 1900, les rues pavées à Tourcoing, hors du centre ville sont encore très rares. On pourra se réf (...)
  • 4 A. Lottin, op. cit., p. 30.

4Ce type d’habitat se compose de petites maisons étroites avec une façade inférieure à 4,50 mètres et peu profondes, avec ou sans étages, disposées en bandes parallèles sous la forme de rangs, sans eau courante, avec un poêle à charbon et des rues rarement pavées qui évacuent les eaux souillées à ciel ouvert3. Les jardins sont souvent supprimés au profit d’une petite cour close par un muret. Il semble que la construction en courée n’ait pas eu un caractère systématique à Tourcoing. L’habitat est numériquement plus modeste mais bâti en bandes sur des parcelles plus grandes4.

  • 5 Délibération du Conseil Municipal du 25 janvier 1900. Arch. mun. de Tourcoing,

5Une autre façon de pallier les déficiences du bâti est la décision définitive du 25 janvier 1900 concernant la construction d’un établissement de bains et douches ainsi que l’extension des travaux commencés par le maire Victor Hassebroucq, de 1881 à 1899, afin d’installer des infrastructures permettant l’adduction d’eau5.

  • 6 O. Puydt, op. cit., p. 74

6À partir de 1918, même si la ville n’a pas connu les destructions de la première guerre mondiale et a été épargné par les bouleversements dans sa trame urbaine, la crise du logement est aiguë. Face à l’urgence de la situation, les autorités municipales font construire hâtivement des baraquements pour loger les nombreuses familles d’ouvriers et d’artisans attirés par la reprise industrielle. Les quelques quatre cent quatre-vingts logements libérés après le départ des Allemands restent insuffisants compte tenu des immenses besoins6. Cet engorgement urbain provoque une avalanche de mesures pour accélérer la reprise de constructions ouvrières et permettre à une ville comme Tourcoing de limiter les exemples isolés et embryonnaires.

  • 7 O. Puydt, op. cit., p. 70
  • 8 O. Puydt, op. cit., p. 75

7Le patronat textile sort de son apathie dans les années vingt et l’on découvre des maisons hautes à deux étages et à façade étroite de 4,70 mètres de large. Les jardins attenant dans la prolongation de la bâtisse donnent une parcelle d’aspect laniéré propre à la majorité des cités ouvrières des grandes villes industrielles du Nord de la France7. Les quartiers qui se sont développés sont avant tout des quartiers périphériques : le Blanc Seau (au sud de la ville) et les différentes artères parallèles ou perpendiculaires à la Chaussée Berthelot (anc. Boulevard industriel) percé en 1900-19068.

8Les mesures prises à l’échelon national pour le développement de l’habitat ouvrier vont aider la ville de Tourcoing à adopter une réelle politique monumentale de constructions ouvrières.

  • 9 J.-P. Flamand, Loger le peuple : essai sur l’histoire du logement social, Paris, La Découverte, 198 (...)

9Durant le conflit, trois cent quinze mille logements ont été détruits surtout dans le Nord et l’Est. Le bilan de 1919 à 1939 se monte à un million huit cent mille logements achevés dont cent soixante quinze mille logements par HBM, cent vingt mille avec l’aide des sociétés de Crédit immobilier et trois cent mille par les industriels pour le logement de leur personnel. Sur cette production, trois quarts de logements sont en individuel et un quart en habitations collectives9.

  • 10 G. Funffrock, Les grèves ouvrières dans le Nord (1919-1935) : conjoncture économique, catégories ou (...)

10Dans le Nord, l’année 1919 est une année de reconstitution des forces socialistes, syndicales et patronales. Les syndicats ouvriers estiment que le gouvernement ne fait rien depuis 1918 pour améliorer la situation économique. Un certain nombre de revendications vont jalonner les grèves de 1919, 1920 et 1921 où la question du logement ne sera pas ouvertement évoquée. La question des salaires est la plus récurrente surtout à Tourcoing où les salaires sont moins importants que ceux de Roubaix. Les salaires sont inchangés alors qu’il y a surproduction. Les syndicats veulent l’application de la loi sur la journée de huit heures par les industriels, la reconnaissance du syndicat, la nationalisation des services publics, du chemin de fer, des assurances, des mines ; ils aspirent à la disparition totale du patronat et du salariat, ils veulent obliger les patrons à donner une instruction aux enfants d’ouvriers capable de les mettre à même de diriger des usines ; ils conseillent enfin aux ouvriers de changer souvent d’usines pour ne pas s’attacher à un patron et réagir contre le paternalisme (revendication plus rare après 1920)10.

11Les grèves textiles ont un effet d’entraînement sur les autres secteurs. Le textile est considéré par les ouvriers des autres secteurs comme la base de toute l’industrie. Le bilan des syndicats sera minime car le patronat accepte l’application de la loi de huit heures, mais donne de plus en plus d’heures supplémentaires, reconnaît les syndicats, promet d’embaucher des ouvriers français avant des ouvriers étrangers, accepte l’augmentation de salaire, mais l’associe au rendement.

  • 11 J. Bron, Histoire du mouvement ouvrier français : la contestation du capitalisme par les travailleu (...)

12Les syndicats chrétiens seront les premiers à faire des propositions en matière de logement car la propriété privée et personnelle est pour l’homme de droit naturel qu’elle soit collective ou individuelle11. En 1919, deux cent délégués syndicaux créent la CFTC (Confédération française des travailleurs chrétiens) qui condamne la lutte des classes, recherche la paix sociale et la charité chrétienne qui doivent animer les patrons et les ouvriers. La grève générale ne doit pas être la solution. Enfin, des commissions mixtes doivent être organisées pour résoudre les conflits. L’influence de la CFTC sera limitée chez les ouvriers du textile de Roubaix et Tourcoing : de 1920 à 1936, il y a quatorze mille cinq cents adhérents sur quatre vingt deux mille ouvriers.

  • 12 Eugène Mathon, industriel (1860-1935). Associé à Jean Dubrulle, il fonde la firme Mathon-Dubrulle à (...)
  • 13 Désiré Ley, Roubaisien, (1883-1971) n’appartient pas aux milieux d’affaires. Pin 1912, il est direc (...)
  • 14 J. Dumortier, Le syndicat patronal textile de Roubaix-Tourcoing de 1942 à 1972 : une page d’histoir (...)
  • 15 Son action s’étend sur Roubaix, Tourcoing, Halluin, Wervicq, Comines et Armentières, dans J. Dumort (...)
  • 16 On peut citer : le Syndicat des fabricants de tissus, l’Association des teinturiers apprêteurs, le (...)
  • 17 Rapport sur le Consortium de l’industrie textile de Roubaix-Tourcoing, 1919-1929 et Conseil d’admin (...)

13L’année 1919 voit également la naissance d’une association patronale - le Consortium du textile de Roubaix - Tourcoing - qui marque la région du Nord jusqu’en 1942 où une nouvelle génération de patrons n’adhère plus aux thèses du Consortium et créé un nouveau syndicat. Cette association créée par Eugène Mathon12 sera dirigée essentiellement par Désiré Ley13, figure controversée. Elle va occuper le devant de la scène de 1919 à 1930, date à laquelle sera mise en cause sa politique14. Les membres de l’Association catholique des patrons du Nord qui étaient demeurées à Roubaix-Tourcoing lors de l’invasion allemande de 1914 décident de dissoudre les syndicats mixtes et créent en 1919 une association confessionnelle pour engager une action sociale inter-entreprise dans l’industrie textile de Roubaix-Tourcoing15. Elle fonctionne avec un conseil d’administration composé de vingt-deux patrons représentant onze syndicats16. Une cotisation est versée par chaque adhérent, elle est égale à 5 % de la masse salariale. En décembre 1920, il y a deux cent quarante-six adhérents sur trois cent quarante-sept usines à Roubaix-Tourcoing ; en 1929, trois cent quatre-vingt huit et en 1931 : trois cent quatre-vingt usines employant soixante mille ouvriers français, trente mille frontaliers belges et dix mille étrangers résidant en France appartiennent au Consortium17.

14Quelques industriels refusent dès le début d’adhérer : les établissements Motte-Porisse à Roubaix, Lorthiois Frères à Mouvaux, Jules Desurmont et fils, Desurmont-Joire, Leclercq-Dupire, Lepoutre, Pollet à Tourcoing.

  • 18 R. Bruyneel, L’industrie textile de Roubaix-Tourcoing. La crise économique et la grève sociale de 1 (...)

15D’autres usines déçues par les actions du Consortium viendront rejoindre le groupe des Indépendants qui représente à la fin de l’année 1931 vingt-cinq mille ouvriers18. Malgré leurs désaccords, ils suivront toutes les initiatives et les décisions de Désiré Ley pour ne pas se trouver en état d’infériorité économique. En fait, l’association n’ayant pas de règles strictes, chaque industriel est libre de quitter l’organisation et de revenir dès que la situation devient plus tendue.

16Le Consortium met en place une série de mesures visant à l'amélioration des conditions de vie de l’ouvrier : les allocations familiales, le salaire moyen, la prime de naissance, les allocations maladies, la prime de fidélité et des avantages financiers en cas de grèves prolongées pour les patrons.

  • 19 Exposé d’un projet général de construction de maisons ouvrières pour la région de Roubaix-Tourcoing (...)
  • 20 Wasquehal, Marcq, Wattrelos, Neuville, Hem, Leers et Roncq
  • 21 « Il est malheureusement certain que les patrons ne donneront pas suite - pour cette année du moins (...)

17Il devient le maître d’ouvrage d’un projet de cinq mille maisons de 1928 à 193419. Ces maisons doivent se répartir en dix cités d’égale importance groupées autour des agglomérations de Roubaix-Tourcoing20. Les maisons seront louées à bail aux industriels qui en deviendront propriétaires au bout de vingt-cinq à trente ans. Chaque cité doit comporter onze à douze hectares de terrain d’un seul tenant. Compte tenu de la largeur des rues de douze mètres, le Consortium décompose son programme de la façon suivante : 36 m2 de demi-rue, 42 m2 d’habitation et de rez-de-chaussée et 138 m2 de jardin pour un total de 220 m2 par maisons. La disposition intérieure du logement ouvrier retenu, apparemment sans cave, présente un rez-de-chaussée avec une unique salle dite commune, une cuisine et une buanderie ; un étage avec trois chambres. Les plans (peu nombreux et sommaires) ne font pas apparaître de cabinet. En fait, il s’agit d’une tentative patronale cherchant à placer l’ouvrier dans une situation de dépendance par le logement, façon détournée de le contraindre à accepter sans discussion le montant du salaire et la prime de fidélité transformée en prime de présence. Après lecture des différents rapports, il semble que les patrons appartenant au consortium n’aient pas entériné le projet. Projet qui semble définitivement enterré avec les grèves de 1930-1931. Les quatre mille maisons prévues en 1933 et 1934 ne seront pas construites21.

18Dans ce contexte de développement architectural, Georges Forest (1881-1932), né à Solesmes, formé à l’école des Beaux-Arts de Valenciennes vient travailler à Tourcoing dès les années 1900 dans une agence d’architecture locale, comme coursier puis commis d’architecte. La situation favorable aux architectes et sa capacité à obtenir l’agrément, obligatoire au sein de la profession, lui permet d’installer son agence à la fin de l’année 1910 à Tourcoing.

  • 22 Armentières, Cysoing, Marcq-en-Baroeul, Wasquehal, Wattrelos, Mouscron, Lomme, La Madeleine, Tourna (...)

19Les archives de cette agence que nous avons inventoriées permettent de lui attribuer une liste impressionnante de réalisations. Ce sont cent trente usines installées bien au-delà des frontières de la métropole de Roubaix-Tourcoing22 mais essentiellement autour de ces deux centres. Ce sont au total : quatre vingt treize filatures, dix-huit tissages, deux bonneteries, une cimenterie, trois brasseries malterie, une huilerie, six peignages, deux usines chimiques, un atelier de confection, deux retorderies, une teinturerie. Parallèlement à cette activité, afin de compléter les installations industrielles, pour plus de cinquante négociants et industriels, l’architecte Georges Forest reçoit la mission de construire des logements et des équipements destinés aux ouvriers.

  • 23 Les Établissements Lepoutre et Cie, Paul et Henri Leurent, Peignage de Tourcoing, Alphonse Six, Jul (...)

20Le type des maisons ouvrières dans les huit exemples que nous avons analysés particulièrement à Tourcoing23 se présente en rangs à l’intérieur de l’enceinte même de la manufacture. Les maisons bordent les franges de la parcelle occupée par la manufacture ou le long de rues intérieures menant aux unités de production comme le peignage ou le magasin.

21La conception de la maison ouvrière de Georges Forest se présente sous la forme d’un ample rez-de-chaussée sur cave et d’un étage qui se développent sur 20 à 24 m2. Le rez-de-chaussée comporte : une entrée, une première pièce ou chambre, une vaste cuisine en position centrale avec sa cuisinière pour chauffer toute la maison, une seconde pièce en arrière pouvant servir de salon ou de chambre, un débarras pour la lessive et le bain des membres de la famille, un cabinet ou WC et enfin, un local à charbon. À l’étage on trouve deux vastes chambres et un grenier dans certains cas aménagé en deux chambres ou quatre chambres. Ces maisons sont donc de bonne ampleur, bien organisées pour la vie quotidienne d’une famille dotée d’un certain nombre d’enfants. Elles bénéficient également d’un relatif confort.

22Une recherche décorative triomphe sur les façades de ces maisons (document 1) mêlant jeux de briques, crépis tyrolien à relief, pignons supérieurs rappelant la décoration de la Belgique toute proche et un clin d’œil régionaliste dans l’imitation d’un colombage. Les maisons de directeur et de concierge dénotent une recherche décorative analogue. Rien ne les distingue extérieurement. L'organisation intérieure est encore plus soignée, l’espace est plus développé. Une salle de bains apparaît en haut de l’escalier à proximité des chambres.

23Il est possible de dénombrer seize maisons de directeur, en particulier deux bien connues à Tourcoing, trente-sept maisons de concierge (dont neuf à Tourcoing), six maisons de contremaître (en particulier deux chez Desurmont et Cie et Alph. Six en 1922 à Tourcoing), seize groupes de maisons ouvrières et deux Habitations à Bon Marché. Ces maisons sont elles aussi disposées à l'intérieur de l'usine. Ce sont quelquefois les clôtures de cour ou de jardin qui matérialisent la limite de l’espace usinier. Les deux habitations à bon marché citées précédemment sont naturellement exclues de cette organisation.

  • 24 En particulier, aux Ets Six en 1920-1926, Caulliez-Delaoutre en 1921-1924, Desurmont et Cie, Desurm (...)

24Ne négligeons pas les œuvres que Georges Forest conçoit pour le bien-être de la population ouvrière comme lui demandent ses commanditaires, à savoir : cinq dortoirs, neuf réfectoires, un gymnase, trois estaminets, cinq pouponnières, trois dispensaires, une école professionnelle, une coopérative, une salle de danse-bouloire. Il s’agit à nouveau de projets s’insérant dans le périmètre de l’usine qui n’est pas forcément matérialisé par une clôture comme dans les neuf exemples que nous avons relevés24.

  • 25 Caulliez-Delaoutre, 1922 ; Lepoutre et Cie, 1923 ; Jules Desurmont et fils, 1926 ; P. et H. Leurent (...)
  • 26 Chez Lepoutre et Cie, 1923 ; Peignage de Tourcoing, 1924 ; P. et H. Leurent, 1928

25Sur ces neuf industriels, quatre proposent des réfectoires (document 2) d’une centaine de places25 ; trois autres proposent des dortoirs séparés pour hommes et pour femmes de soixante-dix lits, chaque fois pour les travailleurs célibataires26.

26Dans ces exemples, nous n’avons pas trouvé de traces de chapelle pour les ouvriers au sein des ces ensembles, ce sont les églises paroissiales qui sont conçues pour répondre aux besoins religieux de ces populations.

  • 27 A. Viseux, Mineur de fond : fosses de Lens, soixante ans de combat et de solidarité, Paris, Plon, 1 (...)

27Il existe d’autres modèles de cités ouvrières dans le Nord, antérieurs au modèle de Georges Forest. La société houillère de Liévin parallèlement aux logements modestes propose des logements pavillonnaires (dans la Cité des Genettes par exemple)27 pour des familles de mineurs ayant au moins deux enfants. Ce sont les ouvriers les plus qualifiés qui bénéficient de ces pavillons à deux logements. Un jardin entoure la maison, les pièces sont plus grandes que la moyenne, plus nombreuses avec trois chambres à l’étage et plus claires.

  • 28 dp. cit., p. 16

28Des logements plus spacieux encore (Cité des Grands Bureaux) étaient réservés aux « cols blancs »28. Cette cité qui réunit à la fois des ouvriers qualifiés, des employés et des musiciens (de l’Harmonie des Mines) fait un peu exception.

29Après la première guerre mondiale, l’habitat minier se compose de maisons avec un rez-de-chaussée, deux petites pièces et à l’étage, deux petites chambres. De grands pavillons sont également construits et comportent deux logements de six pièces.

  • 29 L’habitation ouvrière dans l’agglomération dunkerquoise. Dunkerque, Section Urbanisme-Cadre de vie (...)

30Dans la région dunkerquoise, plusieurs cités sont construites. La filature Weill spécialisée dans le jute construit des maisons pour ses ouvriers qui restent de structures étroites, sans aucun confort, avec un point d’eau dans le couloir, les WC dans la cour, deux ou trois chambres et un petit jardin. Ce n’est pas le modèle Forest. A proximité de cette usine, une pouponnière est envisagée. L’idée de faciliter la relation ouvrière - enfant n’est pas neuve lorsque le patronat tourquennois envisage cette structure quinze ans plus tard. La cité Firminy, construite, elle en 1912, présente des logements plus spacieux que la cité Weill29. Ces deux usines disposent leurs cités à proximité de leurs moyens de production, mais elles ne sont pas intégrées directement dans cet outil de production comme à Tourcoing.

31Les chemins de fer du Nord ont également des structures pour améliorer la vie quotidienne de leurs ouvriers. De 1919 à 1939, dix mille huit cent vingt-six logements répartis en un grand nombre de cités sont construits dans les conditions les plus modernes et entourées de jardins. Six cent trente-six pour les trois cités de Dunkerque (dont la plus significative est Saint-Pol-sur-Mer), cinq cent quatre-vingt-trois pour Laon, huit cent dix-huit pour Lens, neuf cent huit pour Longueau, mille quinze enfin pour Tergnier. La société fait établir des types de maisons isolées, accolées ou groupées par quatre. Ce système hybride à mi-chemin du pavillon et de l’architecture rurale présente un réel confort. Les WC sont construits à l’intérieur des maisons, mais avec un accès sur le jardin. L’entrée s’effectue par la cuisine. Le reste de l’organisation est conforme au plan des années 20 : pièces commandées, escalier dans le séjour et chambres à l’étage.

  • 30 L. Pondeveaux, Le Nord, étude historique et technique d’un grand réseau français, Lille, V. Bresle, (...)

32Ces cités contiennent également cent vingt-six écoles primaires, trente-neuf écoles maternelles, vingt-quatre jardins d’enfants. On compte également treize services d’assistance, six gouttes de lait, vingt-cinq bibliothèques... Pour l’agrément et le délassement du personnel, il a été fondé quinze cercles artistiques. En 1929, ce sont près de trente sept mille personnes qui vivent dans les cités du Nord30.

33Ce système se rapproche du type adopté par Georges Forest par le confort, la circulation à l’intérieur des maisons, mais aussi de l’esprit par les équipements proposés aux ouvriers même si Tourcoing présente des ensembles plus modestes.

  • 31 Liste des Établissements associés, 22 juillet 1919, (CAMT, Archives du Consortium, 1996110/006).

34Le système de construction ouvrière n’est pas un concept nouveau lorsque Georges Forest construit ses bâtiments. Ce qui est nouveau, c’est le développement de logements et d’équipements au sein même de ces usines. Il est également difficile de dégager sur les neuf exemples choisis, l’influence du Consortium textile sur le schéma adopté par les commanditaires et son influence réelle sur Georges Forest. Sur ces huit exemples, trois usines appartiennent en juillet 1919 à La Familia, transformé en Consortium en 192031. Ce sont les Établissements Paul et Henri Leurent (1928), Jules Desurmont et fils (1926) et Caulliez-Dealoutre (1921-1924).

35Dans ces trois ensembles, les aménagements évoqués précédemment sont entrepris. Parallèlement à ces trois exemples, les Établissements Desurmont et Cie, Lepoutre et Cie n’appartenant pas au Consortium proposent également des équipements élaborés pour leurs ouvriers. Il semble qu’un caractère systématique ne puisse être dégagé. Georges Forest n’est pas l’architecte du Consortium. Il obéit à une commande. Commande qu’il effectue hors de la région de Roubaix-Tourcoing dans les mêmes dispositions avec des aménagements identiques pour les ouvriers.

36Le patronat de Tourcoing a donc conçu un type d’habitat spécifique pour ses ouvriers et ses classes laborieuses après les trois grèves de 1919,1920 et 1921, mais l’extension du modèle le long des rues, voire à l’intérieur des usines n’est pas systématique. Le souci de la convivialité festive est sensible ; toutefois cette dernière passe par l’intérieur ou la proximité de l’usine.

37Tous ces aménagements expriment la position de Désiré Ley et des membres du Consortium textile et visent avant tout à empêcher l’ouvrier de se diriger vers les cabarets et les foyers de propagande de la Maison du Peuple. Jeux de boules, salles de danse, gymnases, voire estaminets sont à sa disposition, en plus des activités proposées par les Cercles Catholiques et les patronages pour son plus grand profit. Georges Forest et ses commanditaires sont un exemple à part où le Consortium ne paraît pas être très influent.

Document 1 : Groupes de maisons ouvrières, 1923. Ets Desurmont-Joire et fils, Tourcoing

Document 1 : Groupes de maisons ouvrières, 1923. Ets Desurmont-Joire et fils, Tourcoing

Document 2 : Réfectoire : rez-de-chaussée, 1926. Ets Jules Desurmont et fils, Tourcoing

Document 2 : Réfectoire : rez-de-chaussée, 1926. Ets Jules Desurmont et fils, Tourcoing

Notes

1 O. Puydt, Le développement de l’habitat populaire à Tourcoing de 1880 à 1930, Université de Lille 3, mémoire de maîtrise, 1992, p. 68.

2 O. Puydt, op. cit., p. 61.

3 En 1900, les rues pavées à Tourcoing, hors du centre ville sont encore très rares. On pourra se référer à l’ouvrage rédigé sous la direction d’A. Lottin sur l’Histoire de Tourcoing, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1986, (Coll. « Histoire des villes »).

4 A. Lottin, op. cit., p. 30.

5 Délibération du Conseil Municipal du 25 janvier 1900. Arch. mun. de Tourcoing,

6 O. Puydt, op. cit., p. 74

7 O. Puydt, op. cit., p. 70

8 O. Puydt, op. cit., p. 75

9 J.-P. Flamand, Loger le peuple : essai sur l’histoire du logement social, Paris, La Découverte, 1989, p. 177-178.

10 G. Funffrock, Les grèves ouvrières dans le Nord (1919-1935) : conjoncture économique, catégories ouvrières, organisations syndicales et partisanes, Roubaix, EDIRES, 1988, p. 105, (Centre des Archives du Monde du Travail, H 2664).

11 J. Bron, Histoire du mouvement ouvrier français : la contestation du capitalisme par les travailleurs organisés, 1884-1950, Paris, Éd. ouvrières, 1979, p. 191.

12 Eugène Mathon, industriel (1860-1935). Associé à Jean Dubrulle, il fonde la firme Mathon-Dubrulle à Roubaix vers 1890. Président du Syndicat des fabricants de tissus de Roubaix-Tourcoing, il fonde en 1922 le Comité central de la laine.

13 Désiré Ley, Roubaisien, (1883-1971) n’appartient pas aux milieux d’affaires. Pin 1912, il est directeur de sa teinturerie, en 1918, il rencontre E. Mathon et en 1919-20, devient secrétaire puis administrateur délégué du Consortium jusqu’en 1966. Après la disparition d’E. Mathon, son influence diminue.

14 J. Dumortier, Le syndicat patronal textile de Roubaix-Tourcoing de 1942 à 1972 : une page d’histoire sociale, Lille, (1975), p. 25.

15 Son action s’étend sur Roubaix, Tourcoing, Halluin, Wervicq, Comines et Armentières, dans J. Dumortihr, op. cit., p. 26.

16 On peut citer : le Syndicat des fabricants de tissus, l’Association des teinturiers apprêteurs, le Syndicat des peigneurs, l’Association des retordeurs, le Syndicat des fabricants d’ameublement, des filateurs de coton, l’Union des filateurs de laine peignée, de laine cardée, l’association des teinturiers en matières, le Syndicat des négociants en laines et déchets et le Syndicat des laveurs et cardeurs de Roubaix-Tourcoing.

17 Rapport sur le Consortium de l’industrie textile de Roubaix-Tourcoing, 1919-1929 et Conseil d’administration du 13 mai 1929, CAMT, Arch. du Consortium, 1996, 110/0027 et 0003.

18 R. Bruyneel, L’industrie textile de Roubaix-Tourcoing. La crise économique et la grève sociale de 1931, Paris, éd. et publications contemporaines Pierre Bossuet, 1932, p. 42-43.

19 Exposé d’un projet général de construction de maisons ouvrières pour la région de Roubaix-Tourcoing, 3 novembre 1930, CAMT, Arch. du Consortium, 1996 110/0415.

20 Wasquehal, Marcq, Wattrelos, Neuville, Hem, Leers et Roncq

21 « Il est malheureusement certain que les patrons ne donneront pas suite - pour cette année du moins - à notre projet de constructions ouvrières », Lettre de Désiré Ley du 28 juillet 1931, CAMT, Arch. du Consortium, 1996 110/0417.

22 Armentières, Cysoing, Marcq-en-Baroeul, Wasquehal, Wattrelos, Mouscron, Lomme, La Madeleine, Tournai, Diest, Anderlecht, Berckem, Gand, Leuze, Avelghem, Arras, Houlle, Saint-Quentin, Malaunay, Oissel-sur-Seine, Sedan, Rethel, Sofia.

23 Les Établissements Lepoutre et Cie, Paul et Henri Leurent, Peignage de Tourcoing, Alphonse Six, Jules Desurmont et fils, Desurmont et Cie, Desurmont-Joire et fils, Caulliez-Delaoutre.

24 En particulier, aux Ets Six en 1920-1926, Caulliez-Delaoutre en 1921-1924, Desurmont et Cie, Desurmont-Joire et fils en 1922, Lepoutre et Cie en 1923, Le Peignage de Tourcoing en 1923-1924, Jules Desurmont et fils en 1926, P. et H. Leurent en 1928 et la Teinturerie des Francs en 1930.

25 Caulliez-Delaoutre, 1922 ; Lepoutre et Cie, 1923 ; Jules Desurmont et fils, 1926 ; P. et H. Leurent, 1928.

26 Chez Lepoutre et Cie, 1923 ; Peignage de Tourcoing, 1924 ; P. et H. Leurent, 1928

27 A. Viseux, Mineur de fond : fosses de Lens, soixante ans de combat et de solidarité, Paris, Plon, 1991, p. 13 (Bibl. mun. Saint-Corneille de Compiègne, 331 VIS).

28 dp. cit., p. 16

29 L’habitation ouvrière dans l’agglomération dunkerquoise. Dunkerque, Section Urbanisme-Cadre de vie de l’Union Féminine Civique et Sociale de Dunkerque, 1981, p. 32-36.

30 L. Pondeveaux, Le Nord, étude historique et technique d’un grand réseau français, Lille, V. Bresle, 1931, p. 191-192 (Les grands réseaux de chemin de fer, 1) (Bibl. mun. Saint-Corneille de Compiègne, F. Mo 986).

31 Liste des Établissements associés, 22 juillet 1919, (CAMT, Archives du Consortium, 1996110/006).

Table des illustrations

Titre Document 1 : Groupes de maisons ouvrières, 1923. Ets Desurmont-Joire et fils, Tourcoing
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Document 2 : Réfectoire : rez-de-chaussée, 1926. Ets Jules Desurmont et fils, Tourcoing
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 279k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search