Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Niveaux de vie, misère et intégration sociale par le logement

Peuple des villes, peuple de locataires ?

Étude comparée des modalités d'habitation du peuple dans les villes de la France du Nord au xviiie siècle

Sylvain Vigneron

Texte intégral

  • 1 Victor Hugo, Les Châtiments, IX, « Joyeuse vie », 1853.
  • 2 Arch. hosp., Lille, XVI G 3, Dissertations par Pierre-Louis-Joseph Carette, apothicaire, sur les mo (...)

1Un siècle avant Victor Hugo horrifié par le logement dans les caves de « fantômes (...) blêmes, courbés, ployés »1, la connaissance des conditions de vie du peuple dans ses logements avait pris le pas sur toute autre considération. Il est vrai qu’au-delà du discours humanitaire, l’entassement des populations prolétarisées faisait craindre des difficultés hygiéniques qui alarmaient les professionnels de la santé : en 1779, un médecin de l’Hôpital Général de Lille s’interrogeait sur les moyens utiles pour « parvenir à guérir ou même soulager des malades renfermés dans des caves profondes, humides, pleines d’un air grossier et infect, le plus souvent occupés par une douzaine de personnes, hommes, femmes, enfants, couchés pêle-mêle sur le même lit ou plutôt sur le même fumier »2. Or, si spectaculaires que fussent ces discours, ils n’en doivent pas pour autant faire négliger le fait qu’ils s’attachaient à décrire une réalité qui ne concernait pas tout le peuple, mais seulement les plus pauvres ; en outre, on peut croire que les modalités d’occupation étaient, tout autant que les conditions de vie, caractéristiques du logement populaire.

  • 3 B. Garnot, Le peuple au siècle des Lumières. Échec d’un dressage culturel, Paris, Imago, 1993, p. 1 (...)
  • 4 J. Meyer, Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, 1972, p. 272.
  • 5 À Amiens, les professions artisanales particulières n’apparaissaient qu’à partir de 6 livres. P. De (...)
  • 6 Pour comparaison, à Rennes, ville parlementaire où l’élite était nombreuse, les contribuables soumi (...)

2Dans un cadre limité aux seules villes de Lille et de Cambrai, la connaissance des modalités d’habitation peut s’appuyer sur deux catégories de sources, les actes de vente passés devant les notaires royaux ou les échevinages et les sources fiscales du vingtième royal qui se présentent sous la forme de rôles d’imposition et aussi, dans le cas de Cambrai, de déclarations des propriétaires. Encore convenait-il de cerner le populaire si massif dans les sociétés urbaines des villes du Nord et pourtant si délicat à délimiter. Pour Benoît Garnot, « être du peuple au XVIIIe siècle, c’est participer en même temps à un état de non-fortune, mais pas forcément de misère »3. Certains historiens ont du coup proposé des bornes fiscales qui ont l’avantage d’exister, même si elles figent des réalités sociales souvent mouvantes : à l’instar de Jean Meyer, l’aisance naît à partir d’une cote de capitation de 20 livres4 ; le seuil de5 livres signalait par ailleurs la fin de la précarité sociale propre au petit peuple 5. Les profils fiscaux des deux villes retenues laissent entrevoir l’importance des catégories populaires au sein de la hiérarchie fiscale : les contribuables imposés à moins de 5 livres représentaient en effet de 69,3 % à Lille à 70,8 % à Cambrai des capités à la fin du XVIIe siècle. La désindustrialisation de ces villes s’accompagna en outre au XVIIIe siècle d’un appauvrissement d’une part notable de la population : la dégradation sociale fut alarmante à Cambrai puisqu’en 1790, le petit peuple représentait alors 80,6 % de la population capitée, alors qu’à Lille, cette proportion ne s’éleva pas au delà de 70,4 % grâce à un important effort de restructuration et de diversification du travail textile. A l’inverse, c’était un véritable laminage que dut subir dans le même temps le peuple moyen imposé à 5-20 livres : à Cambrai, cette catégorie chutait en effet de 22,8 % à 15,4 % des capités au cours du XVIIIe siècle ; en revanche, à Lille, ce processus fut amorti, ce peuple représentant encore 22,8 % des capités en 1790. En bref, les catégories populaires entraient pour 94 à 96 % dans la hiérarchie fiscale des villes de la France du Nord6.

  • 7 Les déclarations des propriétaires de maison à Cambrai ont été conservées pour l’année 1750 pour to (...)

3Ceci dit, le recours systématique aux cotes de capitation pour fixer dans une catégorie fiscale chaque propriétaire et locataire, dont la liste est connue grâce aux rôles du vingtième royal du milieu du XVIIIe siècle7, s’avère difficile, et même impossible en ce qui concerne Cambrai dont aucun rôle de capitation ne nous est parvenu pour cette période. Outre les recherches longues et minutieuses qu’il conviendrait d’engager pour mener à bien cette opération, celles-ci peuvent paraître vaines dans la mesure où les obstacles sont nombreux : privilégiés et pauvres exemptés, homonymies nombreuses d’autant que les patronymes n’étaient pas toujours accompagnés du prénom, forte mobilité résidentielle de la population. Dans ces conditions, nous sommes contraint de trouver une solution de repli : à la multiplication des cas individuels, nous optons en fin de compte pour une étude globale basée sur des groupes socioprofessionnels spécifiquement populaires, c’est-à-dire dont plus de 95 % des membres payaient effectivement moins de 20 livres de capitation. À Lille et à Cambrai, quatre groupes socioprofessionnels correspondaient à ce critère : les artisans et boutiquiers, les journaliers, les domestiques et les « agriculteurs ». Pour autant, nous excluons de cette étude les domestiques dont les modalités d’habitation étaient très (trop) spécifiques.

4Ainsi se trouvent définies les catégories populaires qui vont désormais nous accompagner. Elles se différencient par leurs moyens financiers, médiocres ou faibles, en particulier pour les journaliers et certains « agriculteurs », par la vocation de l’habitat qui cumulait la fonction locative et celle de lieu de travail chez les artisans et boutiquiers. Nul doute que ces caractéristiques différentes jouaient sur la capacité, ou même seulement la volonté, de se porter acquéreur d’un logement. Notre ambition est donc triple : appréhender les interventions du peuple sur les marchés immobiliers de Lille et de Cambrai, dresser le portrait des propriétaires issus des catégories populaires, mesurer le poids de la location comme mode d’habitation populaire.

LE PEUPLE SUR LE MARCHÉ IMMOBILIER DES VILLES DE LA FRANCE DU NORD VERS LE MILIEU DU XVIIIe SIÈCLE

Une place non négligeable parmi les acteurs du marché ?

  • 8 Au milieu du XVIIIe siècle, le marché lillois était particulièrement atone : comptabilisant seuleme (...)
  • 9 G. Béaur, L’immobilier et la dévolution. Marché de la pierre et mutations urbaines. 1770-1810, Pari (...)

5Dans des villes où la fréquence des ventes était assez faible8, le peuple des artisans et boutiquiers était « le fer de lance de l’animation du marché immobilier »9 (Tableau 1).

Tableau 1 : L’activité du peuple (part du total des transactions) sur le marché immobilier de Lille et de Cambrai en 1751 et 1752

LILLE

CAMBRAI

Clergé

1,65

9,15

Noblesse

5,5

Bourgeoisie

497

57.5

Peuple des artisans et boutiquiers

27,6

28,4 4

Peuple des journaliers

0 25

Peuple des « agriculteurs »

0,35

Personnes seulesa

15

5

a. Ce groupe hétérogène rassemble les individus isolés dans le veuvage et le célibat pour lesquels nous ne disposons d’aucune donnée professionnelle. En revanche, ces personnes seules ont été à chaque fois ventilées dans la catégorie professionnelle du défunt quand elle nous était connue.

  • 10 Ph. Jarnoux, op. cit., p. 147.

6Ce rôle moteur qu’il tenait avec la bourgeoisie, notamment négociante, était saisissant puisqu’il réalisait de Lille à Cambrai entre 27 et 28 % des opérations immobilières. Certes largement dépassé par une bourgeoisie omniprésente sur le marché immobilier dans lequel elle intervenait sur plus de la moitié des transactions, le peuple laborieux des ardsans apparaissait en deuxième position comme animateur du marché, reléguant les « privilégiés » à un rôle marginal sans commune mesure avec leur capacité financière. Cette situation n’était du reste guère étonnante, mais tout de même minimisée par rapport à d’autres villes du royaume : ainsi, à Rennes où les élites étaient pourtant plus nombreuses que dans les villes de la France du Nord, « la présence remarquable de l’artisanat »10 élevait le peuple à la première place parmi les intervenants dont il représentait 45,34 % des membres. Pour autant, le rôle des artisans dans 1'animation du marché immobilier répondait davantage à leur poids dans la société réelle qu’à un dynamisme spécifique de ce groupe socioprofessionnel. À l’examen du marché lillois, il apparaît que dans tous les cas, l’activité des métiers artisanaux était en fait minorée par rapport à la place que ceux-ci occupaient dans la hiérarchie fiscale : ils représentaient globalement 40 % du corps capité, mais n’agissaient au mieux que sur 28 % du marché immobilier. Par conséquent, si on rapporte le nombre des contribuables de chaque groupe socioprofessionnel à l’activité de ce groupe sur le marché, les artisans se trouvent relégués derrière la bourgeoisie et, plus encore, la noblesse : en effet, en moyenne, un artisan capité intervenait, comme vendeur et comme acheteur, sur seulement 0,02 maison par an, là où le rapport était de 0,07 pour un bourgeois, et surtout 0,22 pour un aristocrate. C’était donc bien par le jeu d’un effet mécanique de masse que le monde de l’artisanat se trouvait propulsé sur le devant du marché de l’immobilier urbain ; du reste, seule une infime minorité des artisans capités, environ 1,45 % à Lille, investissait chaque année ce marché.

  • 11 Les flux de propriété étaient en effet « liés à la fonctionnalité des villes, mais indépendamment d (...)
  • 12 L. Trénard éd., Histoire de Lille, L’ère des révolutions (1715-1815), Toulouse, Privat, 1991, p. 82

7En revanche, le menu peuple des « agriculteurs » et des journaliers était le véritable oublié : totalement absent à Cambrai, il ne réalisait même pas 1 % des transactions immobilières à Lille. Souvent incapable d’amasser les sommes nécessaires à une acquisition immobilière dont le montant était d’autant plus onéreux que le bien était situé dans une capitale provinciale où la pression sur les prix était plus forte qu’ailleurs11, le petit peuple se trouvait en outre évincé d’un marché où il était écrasé par le poids de la bourgeoisie et de l’artisanat. Comment pourrait-il du reste en être autrement ? Un bon ouvrier, dont la journée de travail durait en moyenne 18 heures, pouvait au mieux gagner 4 livres par semaine vers 177012 ; si on se place dans une hypothèse optimiste pour laquelle l’épouse et deux enfants apportaient l’équivalent hebdomadaire du père, une famille ouvrière lilloise disposait d’un budget annuel de 416 livres tournois, soit environ 333 florins. Dans ces conditions, la maison « moyenne » dont le prix s’élevait à 3 345 florins représentait dix années d’effort, compte non tenu des frais d’alimentation, de chauffage et autres soucis domestiques. L’appropriation immobilière était donc inaccessible au monde ouvrier, au moins pour les habitations de valeur intermédiaire et plus.

8Un réel fossé séparait donc le petit peuple mis hors jeu par son incapacité à agir sur ce marché, qui pouvait d’ailleurs paraître vain à des catégories attachées d’abord à se prémunir contre les aléas de la vie et surtout à garantir un quotidien souvent difficile, et le monde de l’artisanat dont l’activité motrice sur l’animation des échanges était le fait seulement d’une minorité.

9Quoi qu’il en soit, les catégories populaires, dès lors qu’elles choisissaient d’intervenir sur le marché immobilier, n’étaient pas perdantes en ce sens que le solde des ventes et achats était presque systématiquement positif. Le résultat de deux années d’activité immobilière, 1751 et 1752, est en effet sans ambiguïté (Graphique 1).

Graphique 1 : Les soldes du peuple dans le marché immobilier de Lille et de Cambrai en 1751 et 1752.

Graphique 1 : Les soldes du peuple dans le marché immobilier de Lille et de Cambrai en 1751 et 1752.

10Les biens des catégories populaires ne furent nullement dispersés à la différence de ceux des nobles et surtout du groupe composite des personnes isolées dans le veuvage et le célibat. Les faibles interventions du menu peuple des journaliers et paysans ne pouvaient à l’évidence donner de grandes amplitudes, leurs ventes étant rares et leurs acquisitions exceptionnelles. Leurs soldes, qui étaient alors le résultat d’une ou deux interventions, témoignaient en fait de leur rôle très marginal dans les échanges immobiliers : ni perdantes, ni véritablement gagnantes, les couches les plus populaires avaient en effet peu à perdre et pas les moyens de gagner. Du reste, la fragilité de leur propriété immobilière apparaissait au grand jour à l’occasion des crises de l’Ancien Régime : à Lille, si les bonnes années permettaient des gains modiques n’excédant pas trois maisons par an, les années de crise suscitaient des pertes elles aussi très peu nombreuses ; à l’occasion de la période 1711-1712 où le dérangement militaire s’ajoutait à une crise de subsistances sévère, le solde du menu peuple n’était négatif que de quatre petites maisons.

  • 13 Les lacunes du tabellion de Cambrai sont seules responsables des faibles amplitudes des soldes : le (...)
  • 14 Sur ce thème, nous renvoyons le lecteur vers A. Croquez, Histoire politique et administrative d’une (...)
  • 15 Arch. dép. Nord, tabellion 2275, acte du 1er février 1751.
  • 16 Une belle étude de ce spéculateur, le principal de son temps, a été menée par Hugo Soly : voir H. S (...)
  • 17 Le nombre des maisons de bois a chuté de 1709 à 790 édifices entre 1699 et 1730 ; la campagne de de (...)
  • 18 Les nombreuses demandes des propriétaires pour construire des burguets, entrées de cave donnant sur (...)
  • 19 D’après les comptes généraux de l’Hôpital Comtesse, les loyers nominaux ont globalement cru de 28 % (...)
  • 20 Le Parisien, Charles Sabliez, de passage à Lille le 26 mai 1731, s’amusait de la facilité que cette (...)
  • 21 L’effondrement de la production lainière lilloise, déjà engagée dès la seconde moitié du XVIIe sièc (...)

11En revanche, le monde de l’artisanat était le premier des « gagnants » à Cambrai13 comme à Lille : dans cette dernière ville, le solde était positif de 65,5 habitations, plus du double de la bourgeoisie dont les gains ne portaient que sur près de 32 maisons, il est vrai en général plus onéreuses. Ces gains étaient permis par un déséquilibre flagrant entre les ventes et les achats : à la différence des bourgeois dont les opérations immobilières étaient relativement équilibrées, celles des artisans, pourtant moins nombreuses, portaient plus sur les acquisitions ; sur le marché lillois, le volume des acquisitions en terme d’unités d’habitation était 1,8 fois supérieur à celui des ventes alors que le taux de couverture des intervenants bourgeois ne dépassait pas 1,23. Bref, le marché immobilier était le lieu d’expression des appétits du monde artisanal pour la pierre. Pour autant, cet attrait ne concernait pas tous les secteurs d’activité au même titre. De fait, les véritables vainqueurs œuvraient dans l’alimentation, le bois et surtout la construction, seuls secteurs à présenter à Lille des gains supérieurs à 6 habitations par an, et même plus de14 en ce qui concerne les professions liées au bâtiment. Il est vrai que les seuls métiers de la construction présentaient des gains importants, + 33,2 maisons pour + 97183 florins en 1751-1752, grâce à une politique frénétique d’acquisitions menée par quelques-uns. La plupart intervenaient certes timidement à l’image de Charles-Antoine-Joseph Wardavoir, maître couvreur, apparu une seule fois pour l’acquisition d’une maison située dans la rue de Sainte-Catherine15 ; mais quelques-uns œuvraient dans de multiples directions, en particulier Sébastien-Joseph Delos et Erasme Veu, maîtres maçons, dont les acquisitions s’élevaient à plus de 54000 florins. La ville de Lille, à la différence de Cambrai, offrait aux métiers du bâtiment un cadre propice à la spéculation immobilière même si celle-ci ne suscita pas l’émergence de grands entrepreneurs sur le modèle de Gilbert van Schoonbeke, grand spéculateur anversois du XVIe siècle16 : au milieu du XVIIIe siècle, l’urbanisation de la paroisse de Saint-André née de l’agrandissement dessiné par Vauban en 167046 étant presque achevée, ce n’était plus le principal chantier de la ville. En revanche, l’effort de rénovation du bâti dans la ville ancienne se poursuivait puisqu’il convenait de remplacer le bois des habitations traditionnelles par des matériaux plus solides et moins inflammables17 et d’adapter l’habitation pour répondre au problème de l’entassement urbain18. La bonne conjoncture de hausse des loyers19, accompagnée jusqu’en 1767 par une évolution favorable des prix céréaliers, justifiait par ailleurs le goût pour la pierre devenue plus rentable. En revanche, à Cambrai, le marché immobilier ne trouva pas chez les entrepreneurs du bâtiment de grands acteurs ; les principaux gains allaient à des métiers traditionnels comme le travail des cuirs et peaux, et surtout le secteur alimentaire. Comme à Lille, les cabaretiers étaient actifs dans les échanges immobiliers dont ils sortaient vainqueurs : les gains qu’ils tiraient de leur commerce20 étaient alors investis pour partie dans l’acquisition d’une maison soit à des tins de rentabilité locative, soit à un usage personnel. Pour un artisan boutiquier en relation avec une clientèle, l’achat d’un immeuble était un moyen de se fixer dans l’espace urbain et par là même de fidéliser une clientèle de quartier ; à l’occasion, le propriétaire libéré du paiement d’un loyer, qui grevait parfois lourdement la rentabilité d’une affaire, pouvait escompter une petite rente provenant de la location d’une chambre à un apprenti ou une servante. En revanche, les autres métiers artisanaux étaient bien moins conquérants puisqu’à Lille, leurs gains chutaient en dessous de deux maisons par an pour chaque secteur d'activité. Parmi ceux-ci, les métiers du secteur textile étaient certes actifs sur le marché lillois puisqu’ils réalisaient 26,4 % des interventions effectuées par le monde artisanal, mais leurs gains des plus médiocres ne portaient que sur les trois quarts d’une habitation ; en fait, leurs opérations arrivaient à un quasi-point d’équilibre qui témoignait de la difficulté rencontrée par certaines professions soumises à la concurrence des manufactures rurales, comme la sayetterie et la bourgeterie21, rencontrées parmi les vendeurs, mais aussi du dynamisme de certains secteurs, notamment la filterie que certains maîtres fabricants représentaient parmi les acheteurs.

12L’attitude des catégories populaires par rapport au marché immobilier était donc très diverse : non seulement le petit peuple se différenciait nettement du monde de l’artisanat par sa marginalisation, mais au sein même du secteur artisanal, les dissensions étaient grandes entre les professions. Pour autant, le peuple se caractérisait par la médiocrité de ses opérations immobilières.

Des opérations immobilières le plus souvent médiocres

  • 22 J. Dupâquier, « Problèmes de mesure et de représentation graphique en histoire sociale », Actes du (...)

13Les opérations effectuées par les couches populaires étaient bien entendu à la mesure de la médiocrité globale de leurs moyens d’intervention. La ventilation de leurs interventions en fonction de la valeur de la marchandise permet de déterminer la nature des biens sur lesquels le peuple jetait son dévolu. A la méthode arithmétique, nous avons préféré celle préconisée par Jacques Dupâquier22. Pour autant, vu l’étroitesse de certains échantillons, trois catégories seulement ont été définies et préférées aux fines tranches statistiques proposées par celui-ci : transactions médiocres quand leurs valeurs étaient inférieures à la moitié de la valeur moyenne, transactions intermédiaires entre la moitié et le double, transferts onéreux au-delà du double de la valeur pivot (Tableau 2).

Tableau 2 : La nature des transactions opérées par le peuple sur le marché immobilier de Lille et de Cambrai en 1751 et 1752.

Tableau 2 : La nature des transactions opérées par le peuple sur le marché immobilier de Lille et de Cambrai en 1751 et 1752.
  • 23 Arch. dép. Nord, Tabellion 2107, 2124, actes du 23 mars 1751 et 4 octobre 1751.

14Le monde de l’artisanat, l’une des clés de voûte du marché immobilier, était certes présent sur tous les segments du marché, ou peu s’en faut ; il n’est qu’à Cambrai où leur absence sur le marché onéreux était remarquable. Pour autant, les métiers artisanaux étaient plus enclins à intervenir sur des transactions de médiocre valeur : à Lille, et surtout à Cambrai, cette catégorie agissait par préférence sur des biens d’une valeur au moins inférieure à la moitié de la moyenne des transactions pratiquées sur le marché. En revanche, leurs opérations immobilières étaient plus équilibrées à Lille même si elles étaient toujours sous-représentées par rapport à la situation générale. Certains parvenaient même à intervenir sur le marché onéreux où ils effectuaient 4,4 % de leurs transactions dont la nature portait souvent sur des marchandises à usage professionnel, comme une brasserie ou une amidonnerie, à l’exemple de la vente consentie pour 14 500 florins par Joseph-François Boussemart qui profitait de cette manne pour investir dans une manufacture de faïence23 leur présence était toutefois rare sur un marché réservé pour l’essentiel à la noblesse et à la bourgeoisie, ainsi qu’à quelques chanoines. Quoi qu’il en soit, l’incapacité des artisans de Cambrai à intervenir sur ce marché coûteux, et même à être plus présents sur les transactions intermédiaires, témoignait des grandes difficultés d’un secteur économique qui semblait avoir rencontré, plus qu’à Lille, des problèmes pour se diversifier et faire face à la crise mulquinière. Il n’empêche qu’ils maintenaient tout de même un avantage par rapport au menu peuple capable seulement d’intervenir sur le segment le plus modeste ; d’ailleurs, la moyenne de leurs transactions, au mieux 825 florins pour les « agriculteurs » lillois, était 2,6 fois inférieure à celle des artisans, et même près de quatre fois inférieure à la moyenne générale. Bref, si le peuple dans son ensemble ne pouvait prétendre intervenir qu’essentiellement sur les marchés modestes et intermédiaires, le petit peuple, déjà marginalisé par son rôle dans l’animation du marché, n’apparaissait que pour de pentes transactions.

15Du coup, dans l’espace urbain intra-muros, les opérations réalisées par le peuple concernaient préférentiellement les paroisses les plus populaires où les prix moyens de l’habitat étaient les plus modérés (Tableau 3).

Tableau 3 : Les transactions immobilières des artisans et boutiquiers dans la ville de Lille en 1751 et 1752.

Paroisses

Prix moyen des maisons (florins)

Nombre de maisons vendues

Nombre de maisons achetées

Solde des opérations immobilières

Saint-Sauveur

2041,7

- 16

+ 26,4

+ 10,4

Sainte-Catherine

3333,3

- 10

+ 24

+ 14

Saint-Maurice

3438,3

- 7,85

+ 21,6

+ 13,75

La Madeleine

3481,5

- 3,04

+ 11,17

+ 8,13

Saint-Pierre

3832,7

- 2

+ 4

+ 2

Saint-André

4386,6

- 8,5

+ 13,5

+ 5

Saint-Étienne

4474,3

- 5,22

+ 13,86

+ 8,64

16Si on considère le cas lillois, on constate une évidente concordance entre les paroisses les moins coûteuses sur le marché de la pierre et l’activité immobilière du monde des artisans. Après tout, il n’y a rien de surprenant à ce que les couches populaires interviennent d’abord dans les paroisses correspondant à leur principal cadre de vie. Ceci dit, les gains n’étaient pas négligeables dans la paroisse de La Madeleine, et surtout à Saint-Etienne où pourtant les prix pratiqués étaient les plus élevés, près de 4500 florins ; et pour cause cette dernière était le cœur économique de la cité. Les artisans pouvaient donc profiter des échanges immobiliers pour renforcer leurs positions dans des quartiers où ils étaient jusqu’alors moins présents ; leur orientation géographique se portait alors sur des zones économiquement dynamiques comme la paroisse Saint-Étienne et certains secteurs de La Madeleine. Seules les paroisses aristocratiques de Saint-Pierre et de Saint-André demeuraient en retrait ; les rues populaires n’y étaient pourtant pas absentes à tel point qu’il ne fallait pas s’éloigner de beaucoup de la prestigieuse rue Royale pour rencontrer des populations déshéritées dans les rues Dauphine et de Saint-André notamment.

  • 24 En l’espace de deux années, en 1751-1752, Erasme Veu acheta douze maisons et demie pour un investis (...)

17Mais, à cette incapacité à se projeter au-delà des marchés médiocres, s’ajoutait leur difficulté à investir à plusieurs reprises dans la pierre. Plus que pour les autres catégories socioprofessionnelles, les couches populaires cumulaient rarement les achats ou les ventes : en effet, au milieu du siècle, ils étaient, à Lille, 84,8 % des acheteurs à n’apparaître qu’une seule fois ; tous étaient en revanche dans ce cas sur le marché cambrésien qui ne semblait pas être le lieu de prédilection d’une propriété rentière et spéculative. Dans ces conditions, on peut estimer qu’il n’y avait guère d’investisseurs massifs dans la pierre au sein des classes populaires : à Lille, seuls quelques artisans du bâtiment se montraient attirés par la pierre jusqu’à intervenir huit à onze fois à l’instar de Pierre-François Caulier, maître charpentier, et Erasme Veu, maître maçon24.

18En définitive, le marché immobilier éclaire les relations entretenues entre le peuple et le logement ; il insiste sur les nettes divergences entre le menu peuple, exclu des échanges immobiliers, et le monde de l’artisanat, fer de lance de l’animation du marché au sein duquel leurs opérations portaient d’abord sur des transactions de médiocre valeur. Toutefois, il ne s’agit que d’indices qui ne doivent pas nous conduire à faire l’économie d’étudier les modalités d’occupation de l’habitat, car, après tout, une infime minorité du peuple seulement s’était montrée intéressée aux échanges immobiliers.

POSSÉDER SON HABITATION, LE FAIT D’UNE MINORITÉ DU PEUPLE

Catégories populaires et propriété immobilière

  • 25 La moyenne locative à Cambrai, d’après les 2032 déclarations effectuées en 1750 par les propriétair (...)
  • 26 J.-P. Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, SEDES, Re (...)

19Incontestablement, la propriété immobilière n’allait pas de soi dans les sociétés urbaines du XVIIIe siècle dans la mesure où une petite minorité seulement des occupants était effectivement détentrice de son habitation. Du reste, le niveau général d’appropriation du logement dépendait largement du loyer moyen25, reflet du niveau de fonctionnalité des villes : alors qu’à Cambrai, 28,4 % des occupants étaient propriétaires, ce rapport s’effondrait à 10,7 % à Lille encore moins que les 17 % de Rouen26.

  • 27 Du reste, Benoît Garnot garantit que c’est la situation vis-à-vis de la propriété qui fait la diffé (...)
  • 28 Compte tenu des difficultés déjà rappelées, seules 1534 cotes ont pu être attachées dans la table d (...)

20Pour autant, tous les citadins n’étaient pas égaux devant l’appropriation immobilière27. Nombreux sont les critères qui déterminent la capacité des habitants d’une ville à entrer en possession d’une maison. Les facteurs sociaux, la fortune ou la misère de la population facilitaient ou interdisaient une telle acquisition ; mais le prix moyen de l’investissement immobilier pouvait entrer en conflit avec la seule sociologie. Intervenait également le poids des stratégies personnelles et des contraintes professionnelles. Un premier éclairage peut être apporté par la corrélation entre le taux d’appropriation et les cotes de capitation lilloises28 (Tableau 4).

Tableau 4 : Corrélation entre les niveaux de capitation et le taux d’appropriation immobilière à Lille en 1757-1772

Tableau 4 : Corrélation entre les niveaux de capitation et le taux d’appropriation immobilière à Lille en 1757-1772

21S’il est vrai que les chiffres ne mentent pas, ces statistiques n’en sont pas moins très heureusement éclairantes : à mesure que les cotes de capitation dues par les occupants croissaient, le taux d’appropriation augmentait. Cette corrélation laisse en outre entrevoir divers paliers à cinq, vingt et quarante livres. Les moins imposés formaient le gros du bataillon des locataires : en ce sens, l’équation petit peuple, peuple de locataires était avérée facilement puisque 5 % des occupants lillois payant moins de 5 livres d’impôt possédaient effectivement leur habitation. La césure de 20 livres qui distingue relativement le peuple moyen de la bourgeoisie était également apparente en termes de niveau d’appropriation : dégagé de la précarité sociale qui empêchait les plus médiocres capités d’accéder à la propriété, le peuple imposé à 5-20 livres ne pouvait prétendre pour autant disposer des capacités financières des bourgeois et riches nobles, dont les niveaux d’appropriation s’élevaient au-delà du tiers des occupants, excédant même la moitié d’entre eux dès lors que la capitation dépassait 40 livres. Du coup, seulement 17 à 23 % des capités à 5-20 livres étaient détenteurs de leur capital immobilier. En ce sens, la hiérarchie fiscale semblait imprimer une forte pression sur les capacités d’appropriation.

22Cependant, les contraintes professionnelles pouvaient bousculer cette corrélation ; en ce sens, elles avaient toute leur place dans la compréhension des modes d’occupation de l’habitat urbain. Les profils lillois et cambrésiens étaient particulièrement différents (Graphique 2).

Graphique 2 : La propriété du logement occupé chez le peuple de Lille et de Cambrai en 1751 et 1752

Graphique 2 : La propriété du logement occupé chez le peuple de Lille et de Cambrai en 1751 et 1752
  • 29 La situation du menu peuple lillois était assez comparable à celui de Paris où seulement 12 % des s (...)
  • 30 Ces questions ont été partiellement abordées dans un article intéressé seulement aux paroisses de S (...)
  • 31 Les maisons canoniales, à l’image de celles détenues par le chapitre Sainte-Croix, étaient distribu (...)

23À Lille, le taux d’appropriation semblait guidé uniquement par des raisons financières dans la mesure où il correspondait à la hiérarchie sociale, une noblesse propriétaire de ses murs pour une courte majorité, un petit peuple de locataires29 ; du reste la masse populaire présentait des niveaux globaux d’appropriation inférieurs (ou presque) à la moyenne générale, au mieux 11 % des artisans et boutiquiers logeant dans une habitation qu’ils détenaient. Il semblerait donc que les hauts niveaux de prix des maisons exerçaient une pression telle sur les acteurs du marché que les stratégies individuelles en étaient masquées ; seule la hiérarchie sociale influait alors sur la possession immobilière. En revanche, à Cambrai, la réalité sociale ne démontrait pas une telle capacité d’inflexion du niveau d’appropriation30 : en témoignent les artisans - boutiquiers et le peuple agricole en majorité tournés vers la propriété du capital immobilier, devançant du coup bourgeois et nobles. Il est vrai que sur ce marché moins onéreux, les stratégies professionnelles pouvaient s’exprimer plus librement par rapport aux contingences sociales. La possession du capital immobilier s’avérait souvent être une nécessité professionnelle pour des boutiquiers et artisans soucieux, en s’enracinant dans un quartier ou une rue, de fidéliser une clientèle toujours prompte à aller voir ailleurs ; l’échoppe était alors reconnaissable, repérable et s’intégrait d’autant plus facilement que son tenancier était membre du quartier où il pouvait tisser des liens familiers avec le voisinage. À l’instar de Mathias-Joseph Jayez, boulanger installé dans la rue des Ligniers, les métiers de l’alimentation étaient particulièrement intéressés à la propriété de leur maison : 76 % d’entre eux détenaient effectivement les murs de leur lieu de vie et de travail. Nombreux étaient aussi les mulquiniers à s’inscrire dans le registre de la propriété qui garantissait la stabilité économique d’un atelier textile dont les murs pouvaient servir d’hypothèques en cas de difficulté passagère ; le paiement d’un loyer n’alourdissait plus, en outre, les charges de cette micro-entreprise. La propriété offrait enfin un ancrage topographique à des métiers « polluants », qu’ils fussent créateurs de nuisances sonores ou odorantes, que l’urbanisme aériste menaçait de délocaliser. En revanche, le menu peuple des journaliers et ouvriers se retrouvait en majorité coincé dans la location puisque 26 % seulement d’entre eux pouvaient montrer des titres de propriété ; seul le clergé faisait moins bien, mais il est vrai que les ecclésiastiques s’inscrivaient souvent dans le cadre du « logement de fonction » détenu en fait par des institutions du clergé31.

Les visages du peuple propriétaire

  • 32 Les propriétaires forains ne représentaient que 2,2 à 2,3 % des détenteurs immobiliers à Cambrai et (...)

24Si la propriété immobilière émanait presque intégralement de citadins indigènes32, tel était plus encore le cas des propriétaires issus du peuple : des quarante-cinq étrangers disposant d’une maison lilloise, trois seulement étaient des artisans boutiquiers, soit 8,9 % d’entre eux ; à Cambrai, un seul de ces forains appartenait aux couches populaires. Il est donc incontestable que le cercle géographique de la propriété immobilière diminuait à mesure qu’on s’enfonçait dans la hiérarchie sociale ; encore peut-on penser que ces détenteurs si particuliers avaient reçu ces biens en héritage. Presque exclusivement autochtone par ses origines, le propriétaire était le plus souvent issu des rangs de la bourgeoisie et du peuple des artisans et boutiquiers (Tableau 5).

Tableau 5 : Le peuple dans la société des propriétaires immobiliers de Lille et de Cambrai au milieu du XVIIIe siècle

Tableau 5 : Le peuple dans la société des propriétaires immobiliers de Lille et de Cambrai au milieu du XVIIIe siècle
  • 33 Voir Ph. Jarnoux, op. cit., p. 138.

25Si la bourgeoisie formait, comme à Rennes du reste, le plus gros des troupes des propriétaires immobiliers33, elle n’occupait nulle part une position prééminente : au mieux, elle détenait 36,3 % du stock immobilier à Cambrai, alors qu’à Lille, moins du tiers des maisons lui revenait effectivement. La présence du peuple moyen, bien qu’elle fût plus médiocre que celle de la bourgeoisie, était pour autant loin d’être symbolique puisque les artisans et petits boutiquiers étaient plus nombreux que les ecclésiastiques et même que les nobles, surtout à Cambrai où le second ordre tirait, moins qu’à Lille, ses origines de la ville. Pour autant, leur participation à la propriété immobilière était assez inégale entre Lille où ceux-ci ne détenaient que 12,3 % des maisons, et Cambrai où 22,5 % d’entre elles étaient en leur possession.

  • 34 B. Garnot, Un déclin : Chartres au XVIIIe siècle, Paris, CTHS, 1991, p. 111.
  • 35 Sans augurer des différences parfois notables existant entre les différents faubourgs, les prix imm (...)

26En revanche, les membres du petit peuple, disposant de moins de 1 % du stock immobilier, étaient « les seuls grands exclus de la propriété immobilière »34. Cette incapacité à intervenir sur un marché trop onéreux eu égard à leurs disponibilités très réduites était également partagée par le monde des « agriculteurs » dont le salut venait le plus souvent des faubourgs où ils exerçaient et où les demeures plus rustiques étaient plus abordables35 ; certains parvenaient toutefois à maintenir une propriété dans les espaces intra-muros où des jardins avaient échappé à l’urbanisation, en particulier dans le quartier lillois de Saint-André où quelques travailleurs de la terre détenaient des demeures, à l’instar de Pierre-François Hennion et de Jacques Tiers, propriétaires respectivement dans les rues Princesse et Neuve-Saint-Pierre. Incontestablement, la ligne de démarcation séparant les propriétaires des exclus de la propriété passait donc entre le menu peuple et les autres catégories de la société urbaine.

27Pour autant, les biens possédés créaient des revenus locatifs très variés : quel rapport, en effet, entre un hôtel particulier ou une maison spacieuse avec porte cochère et une modeste baraque ? Pourtant, la hiérarchie ne se trouve pas fondamentalement remise en cause par la prise en compte des valeurs locatives. L’exclusion du petit peuple n’en était que plus impressionnante, l’association des ouvriers et des « agriculteurs » ne parvenant même pas à concentrer plus de 1 % des revenus locatifs. L’avantage du nombre pour le peuple moyen s’effritait également dès lors qu’on prenait en compte les valeurs ; l’érosion, comparable à Lille et Cambrai, était toutefois réduite à environ 2 points. Si ce fléchissement était sans conséquence dans la hiérarchie des valeurs locatives à Cambrai, il renvoyait à Lille les artisans derrière la noblesse dont les revenus locatifs cumulés étaient le double de ceux du peuple moyen qui n’atteignaient pas 60 000 florins ; ce recul relatif tenait surtout aux capacités d’intervention de la noblesse lilloise intéressée à la propriété d’un hôtel particulier occupé lors de la saison hivernale et même à l’accumulation de quelques maisons de rapport qui n’offraient toutefois qu’une médiocre part des revenus nobiliaires fondamentalement liés aux ressources de la terre. Il n’empêche que les catégories de l’artisanat et de la boutique, à la différence du menu peuple, occupaient une place notable dans la société des propriétaires de maisons urbaines. Seulement, leurs moyens réfrénaient leurs ambitions sur des maisons de valeur assez médiocre et limitaient leur capacité à accumuler les biens bâtis.

  • 36 Les petits propriétaires détenant moins de cinq demeures urbaines étaient de loin les plus nombreux (...)

28Dans des villes où la propriété immobilière présentait irréfutablement les caractéristiques de l’émiettement36, les catégories populaires se fondaient plus aisément encore dans le modèle de la petite propriété (Tableau 6).

Tableau 6 : Caractéristiques de la propriété immobilière du peuple de Lille et de Cambrai au milieu du XVIIIe siècle

Tableau 6 : Caractéristiques de la propriété immobilière du peuple de Lille et de Cambrai au milieu du XVIIIe siècle
  • 37 Celle-ci occupait 40 à 41 % des places au banquet des rassembleurs de pierre ; les meilleures posit (...)

29Au sein du menu peuple, il s’agissait quasiment d’un modèle unique puisqu'à l’exception d’un Lillois détenteur de six modestes maisons, ouvriers et travailleurs de la terre disparaissaient au-delà de cinq demeures. Moins systématique, la petite propriété n’en était pas moins impressionnante également pour le groupe des artisans boutiquiers dont 93 à 94,3 % des propriétaires immobiliers avaient moins de cinq maisons. Au delà de six habitations, les rassembleurs de pierre étaient donc rares : ils n’étaient que neuf à Cambrai et vingt-et-un à Lille, non compris le cas particulier de Lobez, porteur de charbon habitant la rue des Tours dont les six demeures étaient modestes ou au mieux médiocres. Du coup, les catégories populaires étaient ou absentes ou fortement sous-représentées parmi les gros propriétaires immobiliers qui se recrutaient d’abord au sein de la bourgeoisie37. Pour autant, dans la capitale de la Flandre wallonne, les concentrations opérées par le peuple étaient plus grandes qu’à Cambrai où l’un des plus gros de ces propriétaires, Jean-Baptiste Lemaire, mulquinier, ne parvenait à accumuler que neuf maisons ne lui rapportant pas plus de 431 florins par an ; le rapport maisons - gros propriétaires en rend du reste compte puisqu’il s’élève à 8,14 à Lille et 7,44 dans la cité archiépiscopale. Mais, ces collections étaient trop exceptionnelles pour masquer la médiocrité des possessions populaires qui demeuraient en fin de compte le fait d’une frange très minoritaire des couches les moins aisées.

LA LOCATION, UN MODE D’HABITATION SPÉCIFIQUE AU PEUPLE ?

Trouver à se loger selon ses moyens

30Aujourd’hui comme hier, les loyers dus au propriétaire étaient guidés entre autres par le niveau d’aisance des occupants. Sans augurer de la valeur de l’échantillon lillois, la correspondance est remarquable entre les niveaux des loyers et les cotes de capitation dues par les locataires non propriétaires de leur logement (Tableau 7).

Tableau 7 : Valeur locative et niveau de capitation des locataires à Lille en 1757-72

Tableau 7 : Valeur locative et niveau de capitation des locataires à Lille en 1757-72

31Bien entendu, les moyennes locatives les plus modestes accompagnaient les populations les moins imposées. Au delà de 20 livres qui ouvraient les portes de l’aisance, les distinctions se faisaient sans doute moins sur la hauteur des loyers dus que sur l’appropriation des biens immobiliers.

32Quoi qu’il en soit, la corrélation entre loyer et imposition est corroborée par le graphique 3 qui fixe la relation entre le statut professionnel des locataires et les valeurs locatives. Les loyers moyens de chaque groupe socioprofessionnel peuvent ainsi être comparés par rapport à la moyenne générale pratiquée en ville, soit 128 florins à Lille et seulement 49 florins dans la cité cambrésienne (Graphique 3).

Graphique 3 : Les loyers de maisons dus par le peuple de Lille et de Cambrai au milieu du XVIIIe siècle

Graphique 3 : Les loyers de maisons dus par le peuple de Lille et de Cambrai au milieu du XVIIIe siècle
  • 38 De 1 600 habitants en 1726, la paroisse de Wazemmes atteignait en 1790 une population de 4 355 indi (...)

33À la différence des ecclésiastiques et des élites bourgeoises et nobiliaires, les catégories populaires disposaient de logements dont les loyers étaient généralement inférieurs à la moyenne générale des valeurs locatives. Aux loyers les plus modestes, le petit peuple et le monde agricole urbain et suburbain ! Cette grande modestie était flagrante pour les salariés qui devaient à Cambrai un loyer moyen de 33 florins ; sur le marché locatif lillois, ceux-ci rendaient annuellement à leur propriétaire un loyer de 64 florins, moitié moins que la moyenne générale. En revanche, la situation était plus contrastée chez les travailleurs de la terre, ce qui témoignait sans doute des différences dans les paysages bâtis suburbains : contrairement aux faubourgs lillois en cours d’urbanisation parfois rapide38, le terroir de Cambrai était plus marqué par la rusticité dont les petites maisons au toit de chaume étaient les traces les plus visibles. Quant aux catégories artisanales, les loyers moyens qu’elles devaient payer entraient dans une fourchette assez étroite et proche de la moyenne générale ; à Cambrai, ils la dépassaient même de peu, atteignant près de 54 florins par an, ce qui les laissait encore à une demi-longueur de la population bourgeoise et à près de trois des nobles. Du reste, ce groupe était traversé par de profondes disparités locatives dont une ventilation des loyers selon la méthode Dupâquier permet de rendre compte (Graphique 4).

Graphique 4 : Ventilation des loyers de maisons des artisans et boutiquiers de Lille et de Cambrai en 1757-72

Graphique 4 : Ventilation des loyers de maisons des artisans et boutiquiers de Lille et de Cambrai en 1757-72
  • 39 Gérard Crépy, tanneur capité à 18 livres, devait assumer un double loyer, celui de sa maison qui ra (...)

34La granulation des valeurs locatives met effectivement en évidence l’étalement relatif par rapport au pivot « x » fixé à 53,60 florins à Cambrai et 126,40 florins à Lille ; celui-ci semble un peu plus important dans la capitale flamande où 26,1 % des loyers n’étaient pas compris entre la moitié et le double de la moyenne ; sur les bords de l’Escaut, cette disposition portait seulement sur 23,4 % des valeurs locatives. Pour autant, cet étalement restait circonscrit dans des limites relativement étroites puisque, en deçà du quart et au-delà du quadruple de la moyenne, les loyers dus par les artisans et petits boutiquiers étaient assez rares : quatorze artisans seulement payaient annuellement plus de 500 florins de loyer à Lille pour des habitations situées essentiellement dans la paroisse Saint-Étienne, autour de la Grand’Place et de la rue Esquermoise. En fait, cette dispersion même modeste témoigne des disparités sociales qui traversent le groupe des artisans et boutiquiers. En outre, les contraintes professionnelles propres à certains métiers gourmands en espace ou exigeants en matériels spécifiques jouaient à plein dans l’élévation de certains loyers. Faut-il alors s’étonner de compter parmi les 149 artisans lillois payant un loyer supérieur à 252,80 florins, des activités et des habitations dont la vocation professionnelle était bien définie. Parmi les métiers de l’alimentation qui étaient les plus nombreux dans cette fourchette locative, dominaient les brasseurs, quelques boulangers, mais aussi des cabaretiers parfois relativement modestes comme le sieur Decorne capité à 6 livres qui tenait son débit de boisson dans une cave de la Grand’Place qu’il louait 259 florins ; les ateliers n’étaient pas rares, en particulier des tanneries39, des teintureries ou des faïenceries particulièrement onéreuses, le sieur Peterinck, capité à 10 livres, installé dans la rue Esquermoise, devant débourser 621 florins. Le paiement de ces loyers créait évidemment du lien social avec des propriétaires qui toléraient la sous-location nécessaire pour alléger les charges locatives de l’entreprise familiale.

Une relation à trois : le propriétaire, le locataire et le sous-locataire

35Le choix d’une habitation était d’abord lié à des impératifs économiques, alors que sa localisation topographique dépendait également des stratégies d’implantation professionnelle ou d’affinités personnelles. Mais, il faut convenir également que les liens particuliers tissés entre le propriétaire et le locataire laissent à penser que les relations humaines n’étaient pas négligées dans le choix résidentiel. À l’instar de Nicolas Bénicourt qui occupait à Cambrai une maison détenue par sa sœur, le locataire pouvait tirer avantage de l’existence d’un patrimoine familial dont il n’était pourtant pas le propriétaire. Sans doute pouvait-il alors profiter d’une minoration de loyer, le propriétaire s’interdisant d’exiger d’un de ses parents le montant réel. Mais en l’absence d’une enquête généalogique rigoureuse, il demeure difficile d’appréhender les relations familiales pouvant unir un locataire à son propriétaire.

36Toujours est-il que les locataires issus des catégories populaires entretenaient avec les propriétaires un lien proprement exogame (Tableau 8).

Tableau 8 : Le peuple locataire et son propriétaire à Lille en 1757-72

Tableau 8 : Le peuple locataire et son propriétaire à Lille en 1757-72

37À la différence des occupants clercs, nobles et bourgeois dont les premiers propriétaires provenaient de leur propre milieu socioprofessionnel, le peuple locataire trouvait ses propriétaires en dehors des couches populaires : en effet, la majorité des locataires populaires avait contracté avec des bourgeois et des personnes isolées dans le veuvage ou le célibat ; à l’inverse, le peuple propriétaire apparaissait au mieux dans 9,8 % des relations avec un occupant du moyen peuple. Cette situation propre aux couches populaires tient à plusieurs raisons aisément déterminables. En ce qui concerne le menu peuple, qu’il fût salarié ou agricole, son expulsion de la propriété immobilière lui imposait de traiter avec d’autres catégories sociales ; le peuple moyen était certes plus présent au sein de la société des propriétaires, mais il n’était qu’un modeste rassembleur de pierre ; celui-ci avait par conséquent peu à offrir en location, ce qui n’était pas le cas des institutions ecclésiastiques et des élites nobiliaires et bourgeoises parmi lesquelles se recrutaient les principaux collectionneurs immobiliers. Bref, la répartition sociale de la propriété limitait la capacité de sélection des propriétaires par le peuple locataire. En outre, le choix du locataire était guidé par la structure de la propriété des quatre principaux pourvoyeurs de maisons à loger : en ce sens, la gamme des produits immobiliers proposés par la noblesse était surtout orientée vers des niveaux locatifs supérieurs qui ne coïncidaient pas avec les attentes du peuple. Enfin, la préférence accordée à la bourgeoisie témoignait de l’existence de relations économiques : en effet, 11,8 % des propriétaires de maisons occupées par les catégories du moyen peuple appartenaient au monde de la bourgeoisie marchande. On peut croire que le capitalisme marchand qui unissait le négoce et l’artisanat influait sur les choix résidentiels des catégories populaires.

  • 40 Arch. dép. Nord, tabellion de Cambrai, 2E 26-37, baux passés devant Louis Bancelin, 1719-1724.
  • 41 Le registre des revenus locatifs de l’abbaye de Saint-Sépulcre nous apporte un éclairage intéressan (...)
  • 42 Pour comparaison, la durée moyenne de location s’élevait à 14,6 ans à Rouen, mais il est vrai que J (...)
  • 43 V. Passelergue, Composition sociale et activités, d'après les registres de capitation, dans la Neuv (...)
  • 44 À Marseille, le prolétariat flottant était composé en premier lieu par des activités axées sur la s (...)

38Ces relations étaient établies et confirmées à l’occasion des tractations sur le loyer au cours desquelles chaque partenaire cherchait à profiter d’une conjoncture favorable pour tirer le meilleur parti. Dans une société de plus en plus formaliste, ces négociations donnaient lieu en définitive à la signature d’un bail passé devant notaire qui garantissait les droits de chaque contractant. Un sondage réalisé dans le tabellion de Cambrai entre 1719 et 172440 démontre que les baux étaient généralement conclus pour une durée relativement longue, neuf et plus souvent encore treize ans ; ni la hauteur des loyers exigés, ni la qualité du preneur ne semblaient du reste remettre en cause cette règle qui tombait alors dans la routine procédurière. Cette durée s’appliquait globalement dans le marché réel : les vingt-neuf maisons que possédait à Cambrai l’abbaye du Saint-Sépulcre41 étaient occupées sur une durée moyenne de 12,9 ans42. Pour autant, 44 % des locataires ne demeuraient pas fidèles à l’abbaye plus de dix ans ; certaines installations pouvaient même être exceptionnellement écourtées par la disparition du locataire, souvent insolvable, l’abbé n’hésitant pas à l’occasion à solder les comptes pour précipiter le départ d’un occupant négligeant trop souvent ses obligations financières. Ces départs contraints s’ajoutaient en outre à une mobilité résidentielle volontaire qui n’épargnait aucune catégorie socioprofessionnelle : une enquête menée sur les rues lilloises de Neuve-Saint-Pierre, Dauphine, Princesse et d’Anjou, à partir des rôles de capitation, a démontré que 71 à 85 % des capités étaient demeurés sur place moins de dix années, la majorité y restant même moins de cinq ans43 ; or, si la sédentarisation était plus forte chez les rentiers, les négociants et les artisans boutiquiers liés à des contraintes matérielles fortes (échoppe, stock, atelier), la mobilité résidentielle grandissait chez les hommes de loi et les officiers, mais également dans les rues Dauphine et Princesse où la population prolétarisée des métiers textiles et des activités saisonnières44 était plus nombreuse.

  • 45 L’Hôpital Comtesse de Lille, propriétaire de 95 maisons en 1789, tolérait sur une partie de son pat (...)
  • 46 Michelle Daty avait ainsi trouvé à se loger gratuitement dans la rue des Capucins à Cambrai, moyenn (...)

39Pour faire face à cette instabilité résidentielle qui concernait le menu peuple au même titre que les pauvres, les relations propriétaire - locataire devaient être régies selon d’autres modalités. Dans une société où l’oralité tenait une place encore importante, de nombreux baux verbaux établis sur la base de la confiance mutuelle étaient encore pratiqués au milieu du XVIIIe siècle comme en témoignent certaines déclarations fournies par les propriétaires cambrésiens en 1750 ; sans augurer du contenu de ces accords, nul doute qu’ils apportaient une souplesse recherchée par des locataires instables, et admise par les propriétaires allégés du paiement d’une partie des droits notariaux. Certaines maisons étaient également occupées sans bail ; celles-ci étaient souvent détenues par des institutions ecclésiastiques et hospitalières45 qui recevaient en échange de menus services46. Cette attitude aux racines chrétiennes n’était pas exempte d’intérêts économiques d’autant que l’occupation gratuite permettait au moins d’éviter la dégradation d’une habitation vacante qui perdrait alors de sa valeur. Mais, ces expériences ne pouvaient être que temporaires, le propre d’un propriétaire étant de louer son habitation contre argent comptant.

  • 47 Voir B. Garnot, « Le logement populaire au XVIIIe siècle : l’exemple de Chartres », Revue d’histoir (...)
  • 48 Sur l’initiative de Mgr. Henri de Rosset de Fleury, archevêque de Cambrai, un dénombrement des chef (...)
  • 49 Arch. mun. Lille, Affaires Générales 514, Dénombrement de la population, 1740.
  • 50 Nous avons repris à notre profit le coefficient proposé par Ph. Guignet dans Vivre à Lille sous l’A (...)

40C’est pourquoi la sous-location était satisfaisante pour toutes les parties : le propriétaire avait la garantie de percevoir un loyer puisque celui-ci était partagé entre plusieurs occupants, et évitait en outre la menace de la vacance qui devenait alors pour lui un coût. Le locataire principal allégeait la charge locative qui grevait parfois lourdement son budget ; quant au sous-locataire, il trouvait là un mode d’habiter répondant à ses modestes moyens et à sa mobilité résidentielle. Or, la sous-location, qui était la partie immergée de l’iceberg locatif, était ignorée par l’administration fiscale. Pour traquer cet inconnu, il convient donc de pratiquer un jeu statistique dont les règles ont été définies par Benoît Garnot47 : la population sous-locataire peut être évaluée en soustrayant le nombre de feux connus comme occupant d’une maison, au titre de la propriété ou de la location, et le nombre de feux totaux ; étant donné que le fisc enregistrait le chef de famille, nous connaissons dans tous les cas les feux théoriques ; en ce qui concerne les feux réels, si le dénombrement de 1778 nous les offre pour Cambrai48, il a fallu les calculer pour Lille en divisant le nombre d’habitants connus en 174049, par un coefficient multiplicateur, en l’occurrence 4,750 (Tableau 9).

Tableau 9 : La sous-location à Lille et à Cambrai au milieu du XVIIIe siècle

Tableau 9 : La sous-location à Lille et à Cambrai au milieu du XVIIIe siècle
  • 51 Voir C. Martin, Assistance et paupérisme à Cambrai et dans le Cambrésis, 1750-1800, Université de L (...)
  • 52 Ces pourcentages nous sont par ailleurs connus à travers le mémoire de maîtrise de N. Maillard qui (...)
  • 53 À Rennes, les hommes de loi réalisaient en effet 51 % des déménagements de la bourgeoisie. Voir P. (...)
  • 54 Compte tenu des choix de sectorisation professionnelle adoptée par Nicolas Maillard, nous ne pouvon (...)

41Dans les villes du Nord, la sous-location apparaît comme un phénomène certes secondaire, mais d’importance puisque de Lille à Cambrai, 30,7 à 41,8 % des occupants d’une maison n’étaient ni des propriétaires, ni des locataires principaux. Il existait incontestablement un lien étroit entre la sous-location et l’habitat populaire, voire entre la sous-location et la paupérisation. Du reste, l’ampleur du phénomène dans la cité cambrésienne témoigne de la misère importante générée par la désindustrialisation textile, 27,76 % de la population étant plongée dans la pauvreté à la fin de l’Ancien Régime51. Pour autant, le sous-locataire est un individu qui nous file largement entre les doigts ; les inventaires après décès étaient en outre trop peu diserts sur ce problème pour nous apporter une réponse nette. Quoi qu’il en fût, la géographie de la sous-location n’était pas strictement parallèle avec celle de la non-fortune. Les paroisses les moins riches connaissaient certes amplement cette manière d’habiter : dans la paroisse lilloise la plus populaire, Saint-Sauveur, 44,7 % des occupants étaient des sous-locataires ; la situation était comparable à Cambrai dans la paroisse de Sainte-Croix où les petits métiers textiles étaient nombreux dans les rues proches des bras de l’Escaut. En revanche, les paroisses aisées n’ignoraient nullement ce phénomène : la paroisse centrale de Saint-Étienne, deux fois plus capitée en moyenne que celle de Saint-André, était nettement concernée par la sous-location pour 30,2 % des occupants ; à Cambrai, ce mode d’habiter était même majoritaire dans les paroisses les plus riches, Saint-Nicolas et Saint-Georges. Pour y voir plus clair, il fallait appréhender peu ou prou la société des locataires ignorés. Sans augurer de la part d’arbitraire qui peut être grande, nous pensons l’opération envisageable pour Lille. La méthode utilisée précédemment devait dès lors s’appliquer non plus au niveau paroissial, mais pour les groupes socioprofessionnels ; nous avons divisé la population totale de la ville en 1740 par la part de chacun de ces groupes pour connaître leur poids effectif52 ; puis, ces chiffres ont été comparés à la répartition socioprofessionnelle des occupants connus de maison. Le résultat est sans appel : la sous-location concerne en priorité le peuple urbain dont la majorité, environ53 %, vivait en dehors du cadre de la propriété ou de la location principale. Il ne fait nul doute que la plupart appartenaient au petit peuple et même à la pauvreté54 ; la sous-location demeurait effectivement un indice de dégradation sociale. Pour autant, les catégories populaires n’avaient pas le monopole de ce mode d’habiter qui trouvait aussi des adeptes parmi les gens de l’administration et des offices connus pour leurs « habitudes de déménagements » 54.

CONCLUSION

42En définitive, la location était le premier et le principal mode d’habiter populaire. Cette situation naissait d’une grande difficulté à intervenir dans les échanges immobiliers pour lesquels il fallait être en mesure de rassembler des sommes dont la plupart des gens du peuple étaient incapables : du coup, le menu peuple en était exclu définitivement ; quant au monde de l’artisanat, s’il en était un acteur important, seule une petite minorité parvenait à s’y exprimer. Pourtant, à Cambrai, les couches populaires, surtout les moins défavorisées, parvenaient à entrer en propriété, profitant, il est vrai, d’un marché atone et de prix moins onéreux qu’à Lille ; ces possessions restaient toutefois médiocres et ne donnaient que très rarement lieu à la constitution de patrimoines immobiliers importants dont il fallait trouver les détenteurs parmi les élites bourgeoises et nobiliaires, ainsi qu’au sein des institutions ecclésiastiques.

43La location n’était pas du reste une manière d’habiter propre aux couches populaires tant il est vrai que d’autres catégories plus aisées trouvaient dans ce système une souplesse que des déménagements fréquents rendaient nécessaire. Cependant, le peuple y était plus facilement soumis ; aux contraintes économiques qui le poussaient vers la location s’ajoutait une dépendance sociale à 1'égard de propriétaires issus en premier lieu de la bourgeoisie marchande et rentière ; quant au menu peuple, la précarité de ses modes d’habiter, en particulier la sous-location, répondait à ses difficultés sociales aggravées par la crise des industries textiles urbaines et la conjoncture de hausse des loyers au cours du XVIIIe siècle. En tout état de cause, qu’il fût propriétaire ou locataire, le peuple ne pouvait loger que dans des maisons de valeur moyenne si ses finances le lui permettaient, et plus souvent dans des logements précaires et exigus ; la pratique de la sous-location impliquait une vie commune dans un même immeuble et participait donc à l’entassement des populations.

Notes

1 Victor Hugo, Les Châtiments, IX, « Joyeuse vie », 1853.

2 Arch. hosp., Lille, XVI G 3, Dissertations par Pierre-Louis-Joseph Carette, apothicaire, sur les moyens utiles d’apporter un secours prompt aux malades, suivi du détail des accidents traités à l'Hôtel-Dieu, P 2-2v°, 1779.

3 B. Garnot, Le peuple au siècle des Lumières. Échec d’un dressage culturel, Paris, Imago, 1993, p. 11.

4 J. Meyer, Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, 1972, p. 272.

5 À Amiens, les professions artisanales particulières n’apparaissaient qu’à partir de 6 livres. P. Deyon, Amiens, capitale provinciale. Étude sur la société urbaine au XVIIe siècle, Paris - La Haye, Mouton, 1967, p. 245.

6 Pour comparaison, à Rennes, ville parlementaire où l’élite était nombreuse, les contribuables soumis à moins de 20 livres de capitation ne correspondaient qu’à environ 85-90 % de la population imposée. Ph. Jarnoux, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au XVIIIe siècle, Rennes, P.U. Rennes, 1996, p. 39.

7 Les déclarations des propriétaires de maison à Cambrai ont été conservées pour l’année 1750 pour toutes les paroisses : Arch. dép. Nord, C 20322, C 20861, C État 259/1-2. En revanche, les propriétaires et locataires lillois ont pu être traqués à travers les rôles du dixième des années 1757 et 1772. Arch. mun. Lille, Inventaire général 1582, 1584-1587, 1593, 1595.

8 Au milieu du XVIIIe siècle, le marché lillois était particulièrement atone : comptabilisant seulement 171 ventes par an en moyenne, c’était seulement 2,2 % du stock immobilier total qui changeait annuellement de main. De ce point de vue, la situation des « chefs-villes » différait assez remarquablement de celle des petites villes où l’activité du marché était plus soutenue.

9 G. Béaur, L’immobilier et la dévolution. Marché de la pierre et mutations urbaines. 1770-1810, Paris, A. Colin, Cahiers des Annales, no 44, 1994, p. 46.

10 Ph. Jarnoux, op. cit., p. 147.

11 Les flux de propriété étaient en effet « liés à la fonctionnalité des villes, mais indépendamment de leur taille » : G. Béaur, op. cit., p. 49. De ce point de vue, les prix moyens de vente pratiqués à Lille et Cambrai, respectivement 3345 et 2670 florins, étaient deux à trois fois plus élevés que ceux des petites villes voisines, reproduisant ainsi la place des villes dans la hiérarchie urbaine, bref leur niveau de fonctionnalité.

12 L. Trénard éd., Histoire de Lille, L’ère des révolutions (1715-1815), Toulouse, Privat, 1991, p. 82.

13 Les lacunes du tabellion de Cambrai sont seules responsables des faibles amplitudes des soldes : les services archivistiques, en l’occurrence Monsieur Guy, archiviste aux Archives départementales du Nord, ont en effet fixé les pertes à 60 % des minutes notariales ; vu la disparition presque intégrale du dépôt municipal de Cambrai, cette forte lacune n’a pu être comblée par le recours aux actes d’échevinage incendiés pendant la première guerre mondiale.

14 Sur ce thème, nous renvoyons le lecteur vers A. Croquez, Histoire politique et administrative d’une province française, la Flandre, Louis XIV en Flandre. Les institutions, les hommes et les méthodes dans me province nouvellement annexée (1667-1708), Paris, 1920, p. 1-99.

15 Arch. dép. Nord, tabellion 2275, acte du 1er février 1751.

16 Une belle étude de ce spéculateur, le principal de son temps, a été menée par Hugo Soly : voir H. Sot.Y, Urbanisme en kapitalisme te Antwerpe in de 16 de eeuw. De stedebouwkundige en industriale oudermingen van Gilbert van Schoonbeke, Bruxelles, Crédit Communal de Belgique, 1977.

17 Le nombre des maisons de bois a chuté de 1709 à 790 édifices entre 1699 et 1730 ; la campagne de destruction de cet habitat d’aspect médiéval s’est poursuivie dans la seconde moitié du XVIIIe siècle puisque la maison dite du Bras d’or qui se tenait au coin de la rue de la Grande Chaussée et du marché aux Fleurs fut rénovée en 1767. Le Magistrat, par son œuvre réglementaire, a certes joué un rôle d’aiguillon dans cette campagne, mais il ne faut pas pour autant négliger l’importance de la hausse du prix du bois et le changement de goût des Lillois qui avaient désormais un nouveau modèle architectural dans la paroisse de Saint-André.

18 Les nombreuses demandes des propriétaires pour construire des burguets, entrées de cave donnant sur le flégard, témoignent d’une volonté d’agrandir l’espace habitable des demeures.

19 D’après les comptes généraux de l’Hôpital Comtesse, les loyers nominaux ont globalement cru de 28 % entre 1730 et 1789. Voir F. Charlet, Cl. Lecompte, Revenus, salaires, profits dans les Flandres sous l’Ancien Régime d'après les revenus de l’Hôpital Comtesse, Université de Lille 3, mémoire de Maîtrise, 1969, p. 83-85.

20 Le Parisien, Charles Sabliez, de passage à Lille le 26 mai 1731, s’amusait de la facilité que cette profession avait d’alléger les bourses des Lillois qui « font leurs affaires le matin, et l’après dînée celles des cabaretiers ». Voir F. Decroix, « Notes d’un Parisien, Charles Sabliez, sur Lille en 1731 et réception chez un bourgeois de Lille, Jean-Baptiste Courouwanne », bulletin de la Société d’études de la Province de Cambrai, 1969, p. 8.

21 L’effondrement de la production lainière lilloise, déjà engagée dès la seconde moitié du XVIIe siècle, est devenu net à partir de 1743 ; après l’arrêt de 1762, le déclin devenait irrésistible. Voir la mise au point de Ph. Guignet, Vivre à Lille sous l’Ancien Régime Paris Perrin, 1999, p. 146-155.

22 J. Dupâquier, « Problèmes de mesure et de représentation graphique en histoire sociale », Actes du 89 Congrès National des Sociétés Savantes, Paris, tome II, 1967, p. 77-86.

23 Arch. dép. Nord, Tabellion 2107, 2124, actes du 23 mars 1751 et 4 octobre 1751.

24 En l’espace de deux années, en 1751-1752, Erasme Veu acheta douze maisons et demie pour un investissement total de 29 765 florins.

25 La moyenne locative à Cambrai, d’après les 2032 déclarations effectuées en 1750 par les propriétaires, était de 49 florins ; elle s’élevait à 128 florins par an à Lille si on s’en tient aux 6800 déclarations inscrites dans les registres du dixième du milieu du XVIIIe siècle.

26 J.-P. Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, SEDES, Regards sur l’Histoire, 1983, p. 95.

27 Du reste, Benoît Garnot garantit que c’est la situation vis-à-vis de la propriété qui fait la différence principale entre les catégories sociales, et particulièrement à l’intérieur même du peuple. B. Garnot, Le peuple au siècle des lumières, op. cit., p. 22.

28 Compte tenu des difficultés déjà rappelées, seules 1534 cotes ont pu être attachées dans la table des propriétaires de maisons ; nous pouvons par conséquent porter à notre connaissance le montant de l’impôt pour 42 % des propriétaires occupants.

29 La situation du menu peuple lillois était assez comparable à celui de Paris où seulement 12 % des salariés étaient propriétaires en 1775-1790. D. Roche, Le peuple de Paris, Paris, Fayard, 1984, rééd. 1998, p. 144-145.

30 Ces questions ont été partiellement abordées dans un article intéressé seulement aux paroisses de Saint-Georges et Sainte-Marie-Madeleine : voir S. Vigneron, « Valeurs locatives et propriétaires cambrésiens au milieu du XVIIIe siècle », Revue du Nord, tome LXXVIII, no 314, janvier-mars l996, p. 87-104.

31 Les maisons canoniales, à l’image de celles détenues par le chapitre Sainte-Croix, étaient distribuées aux chanoines suivant un droit d’ancienneté ; le chapitre exigeait toutefois des « entrants » un droit de mutation de 50 florins et une prise d’occupation de 200 florins avant même de verser tout loyer. Voir V. Capron, Le chapitre collégial de Sainte-Croix à Cambrai au XVIIIe siècle, Université de Lille 3, mémoire de maîtrise, 1989, p. 113-137.

32 Les propriétaires forains ne représentaient que 2,2 à 2,3 % des détenteurs immobiliers à Cambrai et Lille. Malgré cet infime pourcentage, le poids des propriétaires « étrangers » était plus faible encore à Montpellier où il n’excédait pas 1 % : se reporter à H. Michel, « Maisons et propriétaires montpelliérains au milieu du XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, octobre-décembre 1983, p. 606.

33 Voir Ph. Jarnoux, op. cit., p. 138.

34 B. Garnot, Un déclin : Chartres au XVIIIe siècle, Paris, CTHS, 1991, p. 111.

35 Sans augurer des différences parfois notables existant entre les différents faubourgs, les prix immobiliers pratiqués dans le terroir urbain extra-muros étaient deux à trois fois plus faibles qu’à l’intérieur de l’enceinte ; à Lille, ils tombaient en moyenne aux alentours de 1 200 florins, ce qui rendait compte de la vétusté de ce bâti semi-rural et des réalités d’une occupation destinée massivement aux catégories populaires et agricoles. La règle selon laquelle « les prix se forment du centre vers la périphérie » était parfaitement avérée : voir sur ce sujet J.P. Lacaze, « Formation des prix et marquage social », Études-foncières, no 38, mars 1988, p. 38-43.

36 Les petits propriétaires détenant moins de cinq demeures urbaines étaient de loin les plus nombreux à Cambrai et à Lille où ils représentaient respectivement 89,4 et 90,9 % d’entre eux. La situation était du reste assez semblable dans toutes les villes du royaume, notamment à Chartres. Voir B. Garnot, Un déclin..., op. cit., p. 109.

37 Celle-ci occupait 40 à 41 % des places au banquet des rassembleurs de pierre ; les meilleures positions revenaient alors aux rentiers et négociants, puis au monde des offices municipaux.

38 De 1 600 habitants en 1726, la paroisse de Wazemmes atteignait en 1790 une population de 4 355 individus. Alors que la croissance démographique lilloise se ralentissait après 1740, se développait à sa périphérie méridionale « un véritable village-champignon ». Ph. Guignet, op. cit., p. 22.

39 Gérard Crépy, tanneur capité à 18 livres, devait assumer un double loyer, celui de sa maison qui rapportait 270 florins à son propriétaire, le sieur Aronio de la Vigne, et celui de son atelier, installé dans la rue des Tanneurs, qui coûtait annuellement 422 florins.

40 Arch. dép. Nord, tabellion de Cambrai, 2E 26-37, baux passés devant Louis Bancelin, 1719-1724.

41 Le registre des revenus locatifs de l’abbaye de Saint-Sépulcre nous apporte un éclairage intéressant sur les relations entre le propriétaire et les locataires. Arch. dép. Nord, 3 H 1171, Comptabilité du domaine de l’abbaye de Saint-Sépulcre de Cambrai, 1765-1790.

42 Pour comparaison, la durée moyenne de location s’élevait à 14,6 ans à Rouen, mais il est vrai que Jean-Pierre Bardet s’appuyait sur un échantillon plus large. Voir J.-P. Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles..., op. cit., p. 174-175.

43 V. Passelergue, Composition sociale et activités, d'après les registres de capitation, dans la Neuve-SaintePierre, à Lille, et ses rues adjacentes (rue Dauphine, rue d’Anjou, rue Princesse) de Louis XIV à la Révolution française, Université de Lille 3, mémoire de maîtrise, 2000, p. 145-150.

44 À Marseille, le prolétariat flottant était composé en premier lieu par des activités axées sur la satisfaction des besoins urbains. Voir M. Vovelle, « Le prolétariat flottant à Marseille sous la Révolution française », Annales de Démographie historique, 1968, p. 111-138.

45 L’Hôpital Comtesse de Lille, propriétaire de 95 maisons en 1789, tolérait sur une partie de son patrimoine ces occupations mal réglementées. Voir F. Charlet, Cl. Lecompte, op. cit., p. 83.

46 Michelle Daty avait ainsi trouvé à se loger gratuitement dans la rue des Capucins à Cambrai, moyennant quoi elle se chargeait de laver le linge de l’église Saint-Vaast. Arch. dép. Nord, C État 259-1, Déclarations des maisons par les propriétaires, 1750.

47 Voir B. Garnot, « Le logement populaire au XVIIIe siècle : l’exemple de Chartres », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome XXXVI, avril-juin l989, p. 185-210.

48 Sur l’initiative de Mgr. Henri de Rosset de Fleury, archevêque de Cambrai, un dénombrement des chefs de famille et des communiants avait été entrepris en 1778. Arch. dép. Nord, C 20868-20869, Dénombrements de population des paroisses du Cambrésis, 1778. L’essentiel des résultats a été reproduit par P. Boucard dans « Dénombrement de la population du Cambrésis en 1778 », Hommage à Marcel Reinhard : Sur la population française au XVIIIe et au XIXe siècles, Société de Démographie historique, Paris, 1973, p. 71-97.

49 Arch. mun. Lille, Affaires Générales 514, Dénombrement de la population, 1740.

50 Nous avons repris à notre profit le coefficient proposé par Ph. Guignet dans Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, p. 76.

51 Voir C. Martin, Assistance et paupérisme à Cambrai et dans le Cambrésis, 1750-1800, Université de Lille 3, mémoire de maîtrise, 1985, p. 103.

52 Ces pourcentages nous sont par ailleurs connus à travers le mémoire de maîtrise de N. Maillard qui a étudié les registres de mariage en 1750-54. Toutes ces données sont disponibles dans Ph. Guignet, op. cit., p. 231.

53 À Rennes, les hommes de loi réalisaient en effet 51 % des déménagements de la bourgeoisie. Voir P. Jarnoux, Les bourgeois et la terre..., op. cit., p. 103-105.

54 Compte tenu des choix de sectorisation professionnelle adoptée par Nicolas Maillard, nous ne pouvons distinguer entre les artisans boutiquiers et les salariés.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Les soldes du peuple dans le marché immobilier de Lille et de Cambrai en 1751 et 1752.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 2 : La nature des transactions opérées par le peuple sur le marché immobilier de Lille et de Cambrai en 1751 et 1752.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2748/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 4 : Corrélation entre les niveaux de capitation et le taux d’appropriation immobilière à Lille en 1757-1772
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2748/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 2 : La propriété du logement occupé chez le peuple de Lille et de Cambrai en 1751 et 1752
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2748/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 5 : Le peuple dans la société des propriétaires immobiliers de Lille et de Cambrai au milieu du XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2748/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 6 : Caractéristiques de la propriété immobilière du peuple de Lille et de Cambrai au milieu du XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2748/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 7 : Valeur locative et niveau de capitation des locataires à Lille en 1757-72
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2748/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 3 : Les loyers de maisons dus par le peuple de Lille et de Cambrai au milieu du XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2748/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graphique 4 : Ventilation des loyers de maisons des artisans et boutiquiers de Lille et de Cambrai en 1757-72
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2748/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 8 : Le peuple locataire et son propriétaire à Lille en 1757-72
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2748/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 9 : La sous-location à Lille et à Cambrai au milieu du XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2748/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search