Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Niveaux de vie, misère et intégration sociale par le logement

L’architecture domestique à Valenciennes au xviiie siècle

Laurence Baudoux-Rousseau

Texte intégral

  • 1 Voir L. Baudoux-Rousseau, « Le choix de la modernité : les règlements d’urbanisme à Valenciennes, 1 (...)
  • 2 À cet égard, on ne saurait trop renvoyer à l’étude pionnière de Henri Forgeois, Les pouvoirs de pol (...)
  • 3 Parallèlement à la résistance de la population à l’égard de ses arrêtés, le Magistrat affiche avec (...)

1L’étude de l’architecture domestique de la conquête française à la Révolution à Valenciennes, d’après les sources conservées à la Bibliothèque municipale, est à l’origine d’une enquête dont les premiers résultats ont été publiés en 19971. Il apparaissait alors qu’avant de dégager les traits spécifiques de cette architecture sans gloire mais non sans intérêt, on ne pouvait ignorer l’impact déterminant des règlements d’urbanisme2 qui, épisodiquement et progressivement, devaient substituer une expression d’inspiration française à un langage spécifique et séculaire, fortement imprégné des modèles septentrionaux. En d’autres termes, en se laissant gagner dès 1677 par la volonté française d’embellissement de ses rues, l’harmonisation des proportions et l’uniformisation des modules et des matériaux, le visage de la ville gagnait, certes, en clarté et en logique, mais en contrepartie perdait son originalité. La vérité exige que l’on souligne la résistance du Valenciennois à ces pratiques imposées : la nécessité d’une promulgation répétée des ordonnances d’urbanisme atteste, mieux qu’une démonstration, l’inertie opposée par la population à toute ingérence « étrangère » dans son cadre de vie3.

  • 4 Cf. plus loin n.39.

2Parallèlement à ces dispositions d’ordre juridique communes à nombre de villes, il est opportun de se pencher aujourd’hui sur des aspects résolument valenciennois. Il faut d’abord cerner les interlocuteurs de tout habitant amené à restaurer ou reconstruire son logement, en d’autres termes définir les étapes d’un parcours administratif complexe. On tentera ensuite de dresser un tableau de l’activité constructrice, selon les quartiers pour une période donnée. Enfin, l’analyse comparative de documents graphiques permettra de dégager les caractéristiques de l’habitat et de son décor sous l’Ancien Régime et les grands traits de son évolution au long du XVIIIe siècle, sous l’emprise croissante de l’art français, base possible d’une typologie sensiblement différente de celle récemment établie par Jean Méreau4.

LE CADRE INSTITUTIONNEL

Le pouvoir de décision : commissaires aux travaux et procureur syndic

3Quiconque souhaite restaurer ou reconstruire sa maison en front de rue doit solliciter l’avis des deux commissaires aux travaux et du procureur syndic, voire obtempérer à leurs ordres : la nature de la façade, à la frontière du domaine public et du domaine privé, justifie pleinement la double compétence de ces agents aux compétences particulières.

  • 5 Le compte général de la massarderie enregistre alors 200 florins versés à chacun des échevins commi (...)
  • 6 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 718 (BB 55), 8e Registre des choses communes, f° 33-33v° 26 août 1657.
  • 7 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 721 (BB 58), 11e Registre des choses communes, f° 17, 3 août 1735. En a (...)

4Les premiers sont choisis au sein même du Magistrat : les deux échevins commissaires « aux ouvrages », dits aussi « aux travaux », ne doivent pas être confondus avec leurs homologues commissaires « aux logements » (militaires). Comme eux, ils émargent au 7e chapitre des dépenses de la ville (gages des officiers) et reçoivent leurs émoluments une fois l’an : 600 livres chacun5. Un règlement de 1657 fixe en cinq paragraphes les conditions d’exercice de la fonction : les commissaires aux ouvrages n’acceptent pas de pots de vin, ne favorisent personne « ni parents, ni amis », passent des contrats « en gros, sans les diviser en petites portions », n’agissent « [qu’] avec la résolution de Messieurs du Magistrat »6. En d’autres termes, ils sont bien les délégués du pouvoir échevinal ; si leur fonction s’exerce dans la limite des bâtiments publics, ils apparaissent aussi comme les interlocuteurs des particuliers pour ce qui concerne les problèmes de voirie et les façades des bâtiments en front de rue. Leur influence est grande, même s’ils n’ont aucun pouvoir décisionnel puisque les sentences sont collégiales. Un rapport de 1735 le confirme : les autorisations d’alignements, plans et ouvertures sur les rues de la ville sont données par le Magistrat, « sur le rapport [des] eschevins commis aux travaux et procureur sindicq, qui feront la visite desdits batimens et lieux a batir, feront dresser les procès verbaux et plans necessaires, a peine de nullité de ce qui se fera autrement »7.

  • 8 Arch. mun. Valenciennes, FF 263, Registre des conclusions du procureur syndic (1652-1700), f° 1 et (...)
  • 9 Arch. mun. Valenciennes, AA 1313, f° 11 v°, 13 juin 1690. Cf. DD 188, où le procureur syndic s’adre (...)

5Y a-t-il partage des responsabilités et des compétences ou au contraire concurrence, entre les commissaires aux travaux et le procureur syndic ? Cette charge existe à Valenciennes bien avant la conquête, sans qu’on puisse en préciser l’origine. En 1652, un règlement échevinal définit en dix-sept articles le statut et les fonctions du procureur syndic8. Sécurité des bâtiments et hygiène sont ses attributions essentielles : il veille à l’entretien des « murailles et édifices menassant ruines » (art. 9), et à la propreté des cours d’eau ; il peut, en cas de pollution de ceux-ci, se retourner contre les responsables, qu’ils soient « magistrat ou aultres » (art. 10). Le champ de ses prérogatives est d’ailleurs plus vaste encore : en 1690, après consultation du Magistrat, c’est lui qui délivre les plans et alignements aux particuliers9. Mais son statut l’autorise à intervenir de son propre chef dans tous les cas, publics ou privés, où la sécurité publique est menacée.

  • 10 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 719 (BB 56), p. 493-499.
  • 11 La charge de procureur syndic est établie par édit de mars 1694 (et non août 1695, comme l’indique (...)
  • 12 Bibl. mun. Valenciennes, BB 84, novembre-décembre 1733.

6La publication de l’édit de mars 169410 portant création de la charge de procureur syndic, conseiller du roi, a dû jeter le trouble dans les esprits en proposant sans doute une nouvelle définition de la fonction, mais celle-ci échappe curieusement aux villes intéressées11. C’est du moins ce qui ressort d’une enquête menée bien plus tard, en 1733, par le Magistrat de Valenciennes auprès de ses homologues du Hainaut12. Landrecies précise n’avoir connaissance d’aucun règlement concernant cet office, et que le dernier échevin nommé en a toujours assumé les fonctions, « dans toutes les affaires publiques et particulières » où elles sont nécessaires. Il concède au procureur syndic la faculté de « s’intéresser dans tout ce qui concerne l’aide et le bien public », c’est-à-dire tout ce qui regarde la police, dont le Magistrat a seul l’administration. Au Quesnoy, on a recherché le règlement, sans parvenir « à mettre la main dessus » (sic), mais on accorde au procureur syndic le droit de « faire des remontrances pour les passemens des octroys », on réclame sa « présence aux comptes de la ville, des églises et des pauvres », et dans toutes les « assemblées publiques, où il jouit des mêmes droits, émoluments et prérogatives que les échevins ». Quant à Maubeuge, la ville n’a jamais vu de règlement la concernant, et s’en passe depuis près de quinze ans.

  • 13 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 721 (BB 58), 11e Registre des choses communes, f° 17v° 3 août 1735.
  • 14 Ibid., f° 24v°, 16 janvier 1736. Ces deux ordonnances sont reprises dans les Extraits du 11e Regist (...)

7C’est dire le flou qui enveloppe et le personnage et la fonction, flou persistant comme l’indiquent deux ordonnances promulguées par le Magistrat de Valenciennes en 1735, à quatre mois d’intervalle. L’une précise que tous les alignements, élévations et ouvertures sur rue, en ville comme dans les faubourgs, nécessitent un rapport préalable signé conjointement par les échevins commissaires aux travaux et le procureur syndic13, l’autre déclare que « cette résolution est contraire aux ordonnances et cause préjudice à l’office de Conseiller du Roy procureur sindicq, qui a toujours joui seul de cette fonction »14. En conséquence, les commissaires aux travaux sont évincés de cette étape de la procédure.

  • 15 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 723 (BB 60), 13e Registre des choses communes, f° 301.
  • 16 Ibid., f° 303, 28 août 1781.

8C’est finalement du procureur syndic lui-même que provient en 1781 une information plus précise sur ses attributions. Il est alors question d’un grand projet, incluant salle de spectacle et halles, à construire sur la Grand’Place. Le conseiller du roi Delecambre de Mairival s’y oppose, le jugeant trop coûteux pour la ville : c’est que, dit-il, « parmi les fonctions de son ministère, il doit par état avoir l’œil attentif sur tout ce qui peut intéresser l’administration des deniers de la commune »15. La réponse du Magistrat ne se fait pas attendre : on renvoie le procureur syndic « dans les bornes de ses fonctions »16. Cette digression sur l’un des personnages publics de la cité n’était pas inutile ; tout en relevant un certain dysfonctionnement des institutions, elle a permis de relever le dénominateur commun à toutes les prérogatives de l’intéressé : le recours au procureur syndic, à la fois conseil et relais, est un passage obligé pour toute requête de voirie.

Contrôle et savoir-faire : la Cour Saint-Denis et la Branche de Saint-Joseph

  • 17 M. Hénault, Catalogue des manuscrits de Valenciennes. Supplément, p. 98, chap. XIII, (no 739, Annal (...)

9Les commissaires aux ouvrages disposent d’un outil exceptionnel, la Cour Saint-Denis, autrement dit le bureau des travaux de la ville en charge des édifices publics. Il n’est pas aisé de cerner véritablement cette institution, dont les origines demeurent obscures. Son nom même est indubitablement lié à la donation à l’abbaye de Saint-Denis, le 26 janvier 1376, d’un bâtiment situé en ville17. Par glissement de langage, le nom aurait fini par désigner le bureau des travaux de la ville qui s’y était installé.

  • 18 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 732, règlement des Archiducs du 28 mars 1615, fol. 19-22, chap. VI, « D (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 DD 180, f° 19v° (18 novembre 1786) : « ... à l’avenir les plans des batimens qui seront présentés a (...)

10Très hiérarchisée, avec deux surintendants qui servent « pour l’honneur et sans gages »18, et les deux échevins commis aux ouvrages (et rémunérés), elle regroupe maîtres-charpentiers et maçons, les premiers bénéficiant d’un statut privilégié qui n’étonne guère dans une ville où le bois a constitué longtemps l’élément de base de la construction. Cette institution exerce un véritable monopole sur l’activité constructrice bien avant la conquête française. Ses pouvoirs sont étendus (expertise, devis, passation des marchés pour l’acquisition des matériaux) et facilement outrepassés (pots-de-vin, surfacturation, banquets, détournement des matériaux à des fins autres que publiques). Ces abus, fréquents semble-t-il, justifient le 6e chapitre de l’édit des Archiducs en 1615 : les statuts et règlements de ce « service technique » y sont passés au peigne fin, et revus et corrigés dans le sens d’une plus grande fermeté19. Parallèlement à cette fonction publique, la Cour Saint-Denis joue aussi le rôle de « conservatoire » de tous les projets et plans présentés pour accord au Magistrat par les particuliers, puisque c’est elle qui centralise les demandes d’autorisation de travaux20, et établit les alignements en liaison avec le procureur syndic.

  • 21 Abbé Cappliez, Histoire des métiers de Valenciennes, Valenciennes, 1893, p. 271-277.
  • 22 Parmi ces règlements, on retient ceux du 30 octobre 1646, Bibl. mun. Valenciennes ms 716 (BB 53), e (...)
  • 23 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 721, 11e Registre des choses communes, f° 113v°, 29 novembre 1748. Igna (...)

11Quelles sont ses relations avec la Branche, ou « stil », de Saint-Joseph, qui siège également à la Cour Saint-Denis et regroupe tous les corps de métiers du bâtiment21 ? La confusion doit être grande, et les quiproquos fréquents, tant les deux institutions sont intimement liées : les maîtres de la Cour Saint-Denis sont aussi maîtres du « stil ». L’invocation sous laquelle elle se place en dit long sur l’importance des charpentiers au sein de la corporation, nécessitant des règlements particuliers22. Toutefois, leur prééminence s’amenuise progressivement au cours du XVIIIe siècle, alors que la pierre tend à remplacer la brique. C’est pourquoi, à partir de 1748, l’architecte de la ville, dont la fonction est mentionnée pour la première fois à cette date23, doit désormais être « égard » de pierre, c’est-à-dire expert. C’est en sa compagnie que le procureur syndic effectue ses visites.

RESTAURER OU RECONSTRUIRE : L’ENSEIGNEMENT DES SOURCES

12La stabilité démographique (grosso modo 20000 habitants d’un bout à l’autre du siècle), la canalisation des énergies humaines et des fonds vers 1’entretien des fortifications, l’absence d’une activité économique suffisamment attractive, alors même que l’exploitation de la houille dans les bourgs environnants ne laisse pas encore entrevoir leur développement ultérieur, ont pour corollaire une faible activité constructrice. Non que Valenciennes n’ait bâti, mais il apparaît qu’elle se soit surtout attachée à restaurer ce qui pouvait l’être, au détriment de toute création d’envergure. Ceci est vrai du domaine public comme de l’initiative privée.

Les « autorisations de bâtir », reflet des ordonnances échevinales

  • 24 DD 182, liasse, 236 pièces papier.
  • 25 DD 180, Registre [...] pour servir à l’enregistrement au greffe civil des requêtes et ordonnances d (...)

13C’est ce qui ressort du dépouillement de plusieurs séries incomplètes de documents, regroupées sous le terme général de « demandes d’autorisation de bâtir » au sein de la série DD ; il s’agit des Permissions de voirie et d’ouvertures de commerce (1765-1782)24, émanant du procureur syndic en réponse aux demandes à lui adressées, et des Requêtes et ordonnances du Magistrat concernant les plans, alignements, réparations et reconstructions (1785-1794)25. Les manques relevés au sein de ces sources ne nuisent pas vraiment à la compréhension de l’activité constructrice. On constate en effet une certaine constance dans les requêtes présentées ; qu’il s’agisse de transformations ou de reconstructions, elles sont l’écho des décisions échevinales.

  • 26 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 973, 13e Registre des bans politiques, reclassé en AA 1313 : le Magistr (...)
  • 27 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 937, 12e Registre des ordonnances de police, reclassé en AA 128, p. 168 (...)
  • 28 AA 1313, f°5.
  • 29 AA 1316 f 56 et 143, repris en AA 1323, f 84 ; voir aussi ms 722 (reclassé en BB 59) f° 59.

14Les règlements d’urbanisme promulgués depuis la conquête ont tracé effectivement les traits d’une réforme progressive, mais profonde de l’architecture en front de rue, dans le but avoué d’embellissement de la ville26 : l’ordonnance du 23 mars 1679 enjoint la destruction des auvents en bois et ardoises au-dessus des boutiques, interdit l’utilisation du bois dans la réparation ou la construction des maisons, au profit de la brique ou de la pierre, exige que les projets de façades soient soumis à l’avis du Magistrat27. L’ordonnance du 20 avril 1689 institue la mitoyenneté en grès comme principe de base de l’habitat, avec pour conséquences l’alignement au sol et la régularisation de la hauteur des maisons28. Celle du 15 avril 1728 réitère ces dispositions en insistant toutefois sur l’obligation de mitoyenneté et le respect de l’alignement29.

  • 30 La substitution de la croupe au pignon s’effectue par destruction des premières travées de la ferme (...)

15Dans le cas de transformations, les demandes concernent le plus souvent le remplacement des pignons par des croupes (« crépon » ou « kerpon »)30, celui d’un support en bois par un pilier en pierre, l’égalisation de la hauteur des appuis de fenêtres, les changements de huisseries (remplacer une croisée de pierre à meneaux par un châssis à petits bois), le déplacement d’une porte, notamment lors de la réunion de deux, voire trois maisons, derrière une seule et même façade etc. Se manifeste souvent l’intention de « regratter » et de « recrépir » les façades, ce qui suppose l’emploi, sinon généralisé du moins fréquent, d’un enduit. La nature des matériaux est aussi clairement mentionnée, certains demandeurs se voyant dans l’obligation de n’utiliser que la pierre blanche pour la façade sur rue. Ailleurs, les maisons voisines récemment transformées ou reconstruites imposent la contrainte de leur modénature ou de leur hauteur aux édifices voisins.

  • 31 Cf. n. 22. Ce document précis pourrait être exploité conjointement avec les registres de capitation (...)
  • 32 La numérotation des maisons, objet d’une ordonnance royale en 1765, s’avère d’une application diffi (...)
  • 33 H. Lanceun, Histoire de Valenciennes depuis ses origines, 1933, publie un plan de Valenciennes, réa (...)
  • 34 M.-J. Lussien-Maisonneuve, Mémoires sur l’intendance de Flandre wallonne présenté à la cour en 1698 (...)
  • 35 Une aquarelle de J. Farrington (1747-1821) intéresse notre propos, puisqu’elle montre la dévastatio (...)

16On peut tenter de dresser un bilan chiffré de ces travaux pour la période 1786-1794, en prenant appui sur le registre des requêtes du Magistrat31, document fiable puisqu’il précise non seulement le nom du demandeur, qu’il soit propriétaire ou locataire, la nature des travaux envisagés, et l’avis du procureur syndic, mais aussi le nom de la rue et le numéro de la maison32. Ces dernières données permettent d’établir un état par paroisse33 Cependant, aussi intéressant soit-il, ce bilan n’est pas exemplaire, parce que la source est amputée de deux années et demie, entre la fin de février 1790 et le début d’août 1793. Sur une estimation de 5000 habitations, avancée par l’intendant Dugué de Bagnols en 169834, chiffre qui a dû rester stable, la population n’ayant guère augmenté, le bilan est de 212 demandes en cinq ans, soit une cinquantaine par an. Les reconstructions et réparations consécutives au bombardement autrichien des mois de juin et juillet 179335 bouleversent naturellement l’activité architecturale : les onze mois (août 1793-juin 1794) qui suivent enregistrent 207 demandes d’autorisations de bâtir, réparations partielles et reconstructions totales confondues. Au demeurant, la répartition par paroisse s’effectue comme suit :

Période
Paroisse

1785-fév.l790

août 1793-1794
(après le bombardement)

Total

- Saint-Nicolas :

39

60

99

- Saint-Géry :

90

117

207

- Saint-Jacques :

33

20

53

- Notre-Dame de la Chaussée :

37

8

45

- Notre-Dame-la-Grande :

2

0

2

- Saint-Vaast

8

1

9

- l’Epaix intra muros

3

1

4

Total

212

207

419

N.B. Ont été laissés de côté quelques rues qu’on n’a pu localiser dans les paroisses citées, ainsi que les faubourgs. Ceci sans grand dommage, les chiffres étant minimes.

17Le nombre le plus élevé de demandes correspond naturellement aux paroisses les plus exposées aux tirs de l’assaillant ; plus vastes, elles sont aussi les plus peuplées (Saint-Géry sur la rive droite de l’Escaut et Saint-Nicolas, toutes deux à 1’Est de la ville). On constate que les paroisses où la demande est faible (Saint-Jacques au Nord, où se dressent les casernes et l’hôpital, sur une ancienne zone marécageuse réputée difficilement constructible, à l’Ouest Notre-Dame-la Grande avec la cathédrale, et Notre-Dame-de-la-Chaussée) ont moins souffert du bombardement. Plus généralement, il apparaît que l’effort de reconstruction dans les paroisses les plus dévastées s’est fait aux dépens des autres.

Les documents iconographiques, ou le fondement d’une typologie

  • 36 Arch. mun. Valenciennes, DD 172 (année 1775), 181 (année 1730), 175 b, c (année 1729), d (année 171 (...)
  • 37 Une maison de ce type vient d’être restaurée rue de Paris, où une structure à encorbellement se dis (...)

18Complétant ces sources manuscrites, ont été conservés 54 documents iconographiques divers36, parmi lesquels 34 projets d’élévation, qui s’échelonnent sur près de quatre-vingts ans, des années 1710 environ aux derniers jours de l’Ancien Régime. Cette « manne » documentaire peut sembler dérisoire en comparaison de collections plus riches concernant d’autres villes du Nord et du Pas-de-Calais ; elle n’en est pas moins révélatrice de l’évolution stylistique qui s’accomplit au cours du siècle, et ceci sous l’influence conjuguée des règlements d’urbanisme et du rayonnement de l’architecture française. On remarque que la maison à encorbellement et pans de bois, cible des règlements d’urbanisme, est naturellement absente de ces feuillets ; elle demeure néanmoins une composante essentielle du paysage urbain pour de nombreuses années encore, comme l’indiquent les photographies anciennes de la place d’Armes par exemple, où ces maisons ont subsisté jusqu’à la Première Guerre mondiale37.

19Il existe deux éléments communs à l’ensemble des habitations. L’un est d’ordre structurel : c’est le rez-de-chaussée en grès, aussi nécessaire à la stabilité de l’édifice qu’à une protection efficace contre l’humidité, et dont l’usage est généralisé dans l’architecture urbaine et vernaculaire des anciens Pays-Bas méridionaux ; l’autre est l’accentuation des lignes horizontales : la modénature saillante y est puissamment soulignée.

  • 38 Ceci n’a rien de spécifiquement valenciennois : la même remarque s’applique à la quasi-totalité de (...)
  • 39 M. Méreau, architecte, poursuit depuis de nombreuses années une étude approfondie des maisons valen (...)

20En revanche, un premier élément distinctif est l’orientation du toit par rapport à la rue, résultant de la configuration de la parcelle : étroite et perpendiculaire à la chaussée, celle-ci appelle un pignon aigu qui justifie les premières mesures échevinales ; plus large, elle engendre une couverture parallèle38. En tenant compte de l’existence ou non de pignons en front de rue, de la nature des matériaux employés, de la forme des baies, de l’utilisation ou non des ordres d’architecture, il est possible d’établir une classification de l’habitat valenciennois des XVIIe et XVIIIe siècles. Partant de ce constat, Jean Méreau39 dresse deux typologies, l’une avant et l’autre après la conquête en 1677 ; la seconde, établie en fonction de la structure des édifices, retient plus volontiers notre attention et comporte quatre catégories : 1-ordonnance simple, 2-à pilastres, 3-à anses de panier, 4-à baies rectangulaires, pilastres à bossages et corniches à denticules.

21Parallèlement à cette typologie, on peut en proposer une autre, plus spécifique, qui tienne compte du décor des façades, permettant ainsi de mieux cerner les rapports subtils qui se nouent entre l’architecture et l’évolution des modes et des goûts, dont on cherchera à dégager les étapes principales. Le regard de l’historien de l’art se substitue ici à celui de l’architecte.

LA FAÇADE ET SON DÉCOR : LES MÉTAMORPHOSES DE L’ARCHITECTURE EN FRONT DE RUE

Chaînages harpes40 aux fenêtres et aux angles, allèges41 enrichies ou non de cartouches42 : DD 175a, b, c, 204a et d, 206,207 (« brasserie du Sr Louis », 1722), 208a, 209d, 210, 21 1b, 212, 226a et b.

  • 40 On appelle chaînage l’alternance d’assises de briques et de pierres. Autour d’une baie, le chaînage (...)
  • 41 L’allège est la portion de mur sous la fenêtre.
  • 42 Le cartouche est un cadre aux formes souvent découpées enfermant un décor. L’un et l’autre peuvent (...)

22Les façades appartenant à ce type sont assez étroites et le plus souvent mitoyennes. Elles offrent généralement une élévation à deux ou trois travées, et trois niveaux plus les combles. L’une (DD 206) (ill. 1) possède un pignon à enroulements ; sur une autre (DD 21 1b), le pignon a été remplacé par une croupe.

23Une attention particulière a été apportée aux fenêtres relativement larges, en segment de cercle plutôt qu’en anse de panier : ici, les vides l’emportent sur les pleins, permettant un éclairage aussi généreux que possible. Les allèges reçoivent des cartouches aux formes encore maniéristes ou baroques, qui portent la date de rénovation ou de reconstruction de la maison : toutes appartiennent aux années 1720.

  • 43 La retombe est un fragment de papier semi-mobile collé sur un plan ou un projet, et présentant une (...)

24Le document DD 226 (ill. 2a et b) est un projet pour une maison différente : plus large et moins haute, elle est l’objet d’une réelle recherche décorative qui se concentre sur les lucarnes sommées de pots à feu et sur la porte, à laquelle on accède par quelques degrés. Ici, deux solutions sont envisagées, comme l’indique une retombe43 : une niche sous fronton triangulaire, calée d’ailerons dans l’esprit baroque, ou une formule d’inspiration classique, un grand fronton triangulaire posé sur deux pilastres à chapiteaux doriques. Ce dilemme se pose en 1729, comme le précise le millésime inscrit dans le fronton : le fait est-il exceptionnel ou s’agit-il d’une évolution, encore modeste mais significative, dans le choix du répertoire décoratif ? Les documents ne sont pas en nombre suffisant pour répondre à la question, mais, à la même date, un projet de rez-de-chaussée (DD 175c) (ill. 3) présente une large porte cochère centrale sous fronton triangulaire, tandis que les cartouches se réduisent à de simples cadres aux angles vifs. C’est encore ce même genre de décor qui est proposé pour une « porte de vestibule » en 1722-1725 (DD 209d).

Rez-de-chaussée à piliers de grès et linteau de chêne, allèges à cartouches : DD 203 (1718) et DD 179a (1723)

  • 44 Le chien assis est la lucarne saillante ouverte dans la pente du toit.

25À trois travées et deux ou trois niveaux sans compter le comble à chien assis44, ce type retient l’attention par son rez-de-chaussée largement ouvert sur l’extérieur, rythmé par des piliers de grès, monolithes ou maçonnés. Au nombre de trois, ces derniers se répartissent comme suit : un à chaque extrémité de la façade, et un autre isolé, à proximité de l’un d’eux, délimitant l’entrée de la maison.

  • 45 Bibl. mun. Valenciennes, AA 1313, f° 5, et ms 937 (AA 128).
  • 46 Une moulure taillée en doucine présente deux incurvations souples, l’une convexe dans la partie sup (...)

26La maison « Au pot d’or » (DD 179a (ill. 4) illustre l’importance des règlements imposés par le Magistrat : les piliers extérieurs débordant l’emprise au sol de l’édifice traduisent naturellement une mitoyenneté en grès, en application du décret du 21 avril 168 945. On remarque également que leur chapiteau dorique trouve un écho dans le couronnement sommital des supports de bois intermédiaires. L’élévation DD 203 (ill. 5) retient l’attention par un chapiteau curieux, sorte de console à volutes (ou en doucine46, qui n’est pas sans évoquer une interprétation simplifiée du chapiteau ionique) dont l’arête extérieure est soulignée d’une moulure saillante. Ce décor se rencontre encore dans nombre de demeures de la rue des Anges ou de la rue du Fossart, par exemple.

  • 47 Le règlement décisif du 15 avril 1728 rappellera ces dispositions avec fermeté. AA 1316, f°56 et f° (...)
  • 48 L’interrogation est justifiée par une ordonnance bien plus tardive, du 12 juillet 1784 (AA 1317, f° (...)
  • 49 Arch. dép. Nord, C 10465 : Chambre consulaire (1718). Lors de l’affectation de la maison portant po (...)
  • 50 Il ne s’agit ici que du cas valenciennois : les villes réagissent différemment.

27Les allèges sont enrichies de cartouches au décor opulent, symétriquement répartis de part et d’autre de la travée médiane : dauphins pour le « Pot d’or », mais aussi pour l’une et l’autre rinceaux et fleurs de lys. Il est intéressant de relever cette représentation de l’emblème royal, et à travers elle l’intention du propriétaire de manifester son allégeance envers le souverain comme envers le pouvoir échevinal, à une époque, respectivement 1718 et 1723, où les ordonnances d’urbanisme sont loin de susciter l’adhésion de la population47. On peut néanmoins s’interroger : s’agit-il uniquement d’un projet destiné à flatter le Magistrat, ou le décor a-t-il été réellement exécuté ?48 Quoi qu’il en soit, cette affirmation symbolique, inscrite jusqu’à présent au fronton de quelques édifices publics49, est significative d’une mutation des mentalités : le fleuron royal a désormais sa place dans l’iconographie populaire. Au-delà de l’évidente allusion au monarque, cette émergence d’un nouveau décor est l’écho discret, mais réel d’un renversement des références artistiques, consécutif à celui des conditions politiques : après l’attraction exercée par le Nord, le regard se tourne vers Paris50. Quarante années après l’annexion, le greffon prend enfin : l’évolution ultérieure de l’architecture valenciennoise ne fera plus que suivre cette voie laborieusement, mais définitivement tracée, consacrant du même coup la suprématie de l’art élaboré dans la capitale.

Utilisation des ordres et de bossages, baies rectangulaires à crossettes et entablements : DD 204c (1719), 208b (1722), 209d, 214 (1768-1771), 217 (1789), 218 (1787) 219 (1786), 220 (1789)

28Concurremment à ce vocabulaire décoratif encore imprégné de souvenirs baroques, se développe une esthétique murale radicalement opposée, d’essence classique. L’introduction des ordres antiques entraîne l’architecture sur la voie d’une plus grande simplicité, voire d’un assèchement des formes. Plus que jamais la priorité est donnée aux ouvertures, simplement séparées par un jeu de piliers superposés (DD 208b, rue Cardon, 1722) {il/. 6) ou, dans le cas d’un édifice à rez-de-chaussée de boutique, une large et unique baie calée par deux piliers appareillés à chapiteau en forme de console (DD 204c, 1719) (ill. 7).

29Bien plus tard, le Valenciennois tira un parti autrement puissant de l’utilisation des ordres : ici et là, piliers et pilastres cédèrent alors le pas devant les colonnes, qui, traitées de manière colossale, prennent appui sur un soubassement généreusement ouvert de baies à encadrement de crossettes et appuis sur consoles (DD 217, 1789) (ill. 9). Le recours au bossage ou refend appelle la même réflexion : primitivement réservé au chambranle des portes, il souligne désormais les angles de la maison et assure la scansion verticale de la façade (DD 219, 1786) (ill. 8), où il tend à se substituer aux chaînages harpés. Déjà en 1768-1771, M. de Sainte-Aldegonde, requérant l’aval des échevins pour la porte cochère de sa maison de Beuvrages (DD 214), avait fait un usage adroit du refend, l’horizontalité des sillons y contredisant la souple incurvation du faîte du mur.

30Ordres et bossages ne sont pourtant pas les seuls signes tangibles d’une réelle mutation de l’architecture urbaine. Tous ces projets possèdent en outre un dénominateur commun : des baies rectangulaires, pourvues le plus souvent d’un cadre aux découpes franches surmontées parfois d’un entablement taluté et prenant appui sur de petites consoles à triglyphes (DD 218, 219) (ill. 10). On retient volontiers dans cette série la « façade de la maison de Monsieur Stievenart rue du Fossart numéro 34 », 1789 (DD 220) (ill. 11), où le dessin des lucarnes arbore des motifs inspirés encore par un langage rocaille dépassé, tandis que les baies du rez-de-chaussée et de l’étage affichent une réelle connaissance du décor architectural néo-classique.

31Ces documents montrent avec éloquence comment, à l’architecture frappée du sceau provincial qui caractérisait encore les constructions des années 1710 ou 1720, s’est substituée vers la fin du siècle la maîtrise d’un langage architectural raffiné, voire savant, nourri des règles dispensées par les académies et diffusées par les traités et autres ouvrages d’architecture. Deux générations auront été nécessaires après la publication de la dernière ordonnance d’urbanisme en 1728 pour que s’impose, au terme d’une patiente rénovation du bâti, un art dépourvu de toute imprégnation flamande.

Le rang, ou l’uniformisation des façades : DD 175a (1730), 204a (171), 213 (1744), DD (« maison de M. Desvignes, rue du Puy Couvert », 1755), 218 (1787).

  • 51 Bibl. mun. Valenciennes, Ms. 937 (AA 128) et AA 1312, f° 108-109. Cf. L. Baudoux-Rousseau, op. cit. (...)

32Sans doute cette étape ultime a-t-elle été précédée de tentatives diverses pour dépouiller définitivement l’architecture de ses caractères décoratifs indigènes. Dans cette perspective, l’adoption de la notion française de « rang », c’est-à-dire la répétition uniforme non seulement d’un même module, mais aussi d’un décor mural identique, cristallise la volonté d’harmonisation de l’architecture en front de rue. Elle n’est autre que l’expression du réel souci d’embellissement de la ville manifesté dès 1677, justifiant l’ensemble des décrets d’urbanisme. Lille avait ouvert la voie en 1687 en appliquant la formule à son « rang du Beauregard », sur le flanc de la Vieille Bourse, suscitant admiration et émulation parmi les villes voisines, flamandes ou hennuyères51.

33L’indication de rang apparaît manifeste dans le document DD 204 (ill. 12). Sous un toit parallèle à la rue troué d’une lucarne au décor de volutes, la maison à deux niveaux appartient au type courant déjà rencontré : briques et chaînages harpés sur soubassement de grès, allèges à cartouches chantournés inscrits entre deux puissantes moulures horizontales. Celles-ci débordent largement les limites de l’édifice, et semblent vouloir se prolonger de part et d'autre, attestant par là l’existence de constructions similaires adjacentes.

34Un autre projet lève définitivement le doute sur la construction de rangs à Valenciennes dès le premier XVIIIe siècle : la « maison du Sr Legrand, ruelle Saint-Jean » (DD 175a, 24 avril 1730) (ill.13), présente les mêmes caractéristiques, mais le Magistrat précise « [qu’]il y en a septs semblable en deux rent, tous de mesme ouvrages » rue de Tournai. Cette structure simple à rez-de-chaussée, comprenant deux ouvertures (une seule fenêtre et la porte) désigne un habitat populaire, probablement à la périphérie de la ville.

35Ce type, où la simplification de la structure et du décor est poussée à un degré extrême, conduit parfois à un appauvrissement de l’édifice concerné, comme en témoigne un projet de 1744, « vis avis delabreuvoir delescaut appartenant au Sieur humé » (DD 213) (ill. 14). L’absence de décor sculpté est contrebalancée par l’accentuation de la modénature et le recours à la polychromie des matériaux : le grès du soubassement répond à l’ardoise de la toiture, la pierre blanche se marie à un enduit couleur brique. Mais ce que l’on retient plus encore, c’est qu’il s’agit ici de deux maisons réunies derrière une seule façade. Avec sept travées (quatre fenêtres dont deux au-dessus d’une entrée de cave, pour trois portes dont l’une au-dessus d’un passage ou « flégard »), avec un solide bandeau ininterrompu soulignant l’étage où il réunit les appuis sous les fenêtres, et un autre faisant office de corniche sous le toit, cette maison préfigure une forme d’habitat dont l’industrialisation n’aura qu’à s’emparer et répéter sous le nom de « coron ». Ce projet sans originalité laisse entrevoir dès l’abord un usage presque exclusivement populaire.

  • 52 Cf. B. Sorensen, « La statue de Louis XV par Jacques Saly à Valenciennes », Valentiana déc. 1992, n(...)
  • 53 A. Landrieu, op. cit., p. 30-37.
  • 54 W Maufroy, dans Livres parcours. Manuscrits et merveilles de la bibliothèque de Valenciennes, 1995, (...)
  • 55 Chap.3, Monument élevé à Louis XV à Valenciennes, p. 143-148, pl. XIV.

36Mais le goût pour ces ensembles homogènes peut aussi revêtir un aspect séduisant, voire brillant et adopter d’autres langages. Il trouve son expression la plus aboutie comme la plus prestigieuse dans le rang édifié sur la Grand’Place face à l’hôtel de ville, après l’érection de la statue de Louis XV en 175252. Il fallait, à 1’instar des plus grandes villes du royaume, que Valenciennes, où réside 1’intendant du Hainaut, offrît à l’effigie du souverain un cadre digne de lui53. D’où la construction d’un rang à usage privé sur toute la longueur du site. Un soubassement à refends largement ouvert par des arcades supporte deux niveaux régulièrement percés de baies séparées par des tables, sous un toit où alternent lucarnes et pots à feu (DD 222) (ill 15)54. Cette réalisation, qui est aussi un véritable manifeste politique, est imprégnée d’un esprit encore très versaillais. Patte en donne une « version » sensiblement différente dans ses Monumens érigés à Louis XV (1765) (ill. 16) : le soubassement à arcades sert ici de socle à trois niveaux, et si les lucarnes sont espacées régulièrement, on n’a pu oublier les impératifs du parcellaire, comme l’attestent la diversité des toitures et l’irrégularité des ouvertures du rez-de-chaussée55. Néanmoins, l’ensemble tend à se rapprocher des meilleurs modèles dans le genre.

37En 1787, un projet d’élévation pour une maison particulière cette fois (DD 218, déjà cité) affiche un décor discret que ses caractéristiques classent dans le courant néo-classique : corniche à denticules, encadrement à crossettes des baies rectangulaires et consoles à triglyphes. Si la structure reste simple, la sobriété de la modénature et l’utilisation d’un matériau unique confèrent à ce projet une réelle élégance.

38En dépit des manques considérables qu’on a signalés, cette série modeste de documents iconographiques révèle donc une réelle évolution de l’architecture en front de rue entre 1720 et 1790. Tandis que l’attachement aux formes décoratives baroques issues de modèles flamands trahit la résistance à l’esprit français, l’introduction timide de formules et d’un vocabulaire essentiellement classiques révèle la lente ouverture de la maison valenciennoise aux influences parisiennes. Cependant, cette substitution d’une attraction à une autre, qui semble bien enracinée dans les années 1750, n’est définitivement consacrée que dans les dernières années du siècle : alors seulement, elle gagne l’habitat populaire.

LES RÈGLES D’ARCHITECTURE : LEURRE OU RÉALITÉ ?

  • 56 L Baudoux-Rousseau, op. cit., p. 601-602.

39La question qui vient naturellement à l’esprit est celle des vecteurs de cette mutation. On a souligné ailleurs le rôle du gouverneur Magalotti à l’origine de la première ordonnance d’urbanisme, et celui de son successeur au cours des années 1770, le vicomte de Sarsfield, dans les aménagements urbains de Valenciennes56. Il est certain que la présence en ville de fonctionnaires parisiens (militaires, ingénieurs etc.) sensibles au confort et au raffinement d’un cadre de vie forgé dans la capitale conduit la province, après les premières années difficiles de la conquête, à accepter cette annexion pacifique au terme de laquelle, comme ses consœurs entrées dans le royaume, elle abandonne ce qui fut longtemps son identité artistique.

40En même temps, et tandis que les commissaires aux ouvrages aiguisent progressivement leur regard tout en exerçant un contrôle vigilant sur la construction, quelques annotations accompagnant les demandes de travaux ou portées sur les projets d’élévation témoignent, de leur part comme de celles des particuliers, d’une certaine, voire d’une réelle connaissance des théories de 1’architecture. Se surajoutant à l’image, ces textes trop rares réclament une lecture attentive. Y apparaissent des intentions et des considérations d’ordre général ou plus spécifique, révélatrices du regard porté par les uns et les autres sur l’architecture. Derrière ces lignes brèves se dessine une perception d’abord très pragmatique du fait architectural (indications de dimensions des baies, d’épaisseur des murs etc.), évincée progressivement par une approche sensible, nourrie parfois de lectures et de références savantes, voire académiques. En tout état de cause, cette conversion prudente, mais irréversible ne s’effectue pas du seul chef des autorités : sur place, quelques esprits cultivés et éclairés participent à leur manière à la diffusion de 1’art français parvenu au faite de son rayonnement.

41Ainsi en 1734, le procureur syndic renvoie l’auteur d’un projet (DD 212) « au calendrier grec d’architecture pour se mieux conformer et suivre à la fassade des batiments des Brigittines ». La note est laconique, et l’on se demande ce que l’architecture grecque peut apporter à cette élévation à soubassement de grès, chaînages harpés et baies en segment de cercle, aux étages soulignés comme de coutume par de solides bandeaux. Néanmoins cette référence précoce aux normes antiques témoigne du degré d’exigence qui anime le Magistrat dans sa volonté de rénovation du bâti.

  • 57 Arch. dép. Nord, C 1799.

42En 1767 Guillaume Lannoy, dont la maison « À l’Écu de France » rue de Cambrai nécessite des transformations, n’hésite pas à interpeller le Magistrat en lui faisant remarquer que son accord au projet présenté concourrait « à rendre ce carrier uniforme »57. Les échevins ne l’entendent pas de la même manière, et estiment au contraire qu’il « est révoltant et contraire aux règles de l’art ».

  • 58 Arch. mun. Valenciennes, DD 180, f° 2, 11 avril 1785. Cette demande fait suite à l’ordonnance du 12 (...)

43En avril 1785, sollicitant l’autorisation de faire sculpter les pierres blanches laissées en attente, l’avocat Moreau de Bellaing invoque l’aspect plus agréable qui en résulterait pour « la décoration de la rue »58. Les commissaires aux travaux vont plus loin, en lui faisant remarquer qu’il y contribuerait davantage en « reconstrui[sant] en entier une façade qui [serait] plus conforme aux règles d’architecture ».

  • 59 La restauration de l’hôtel de ville et la construction du théâtre entre autres (étude en cours).

44Loin d’être fortuits, ces exemples de l’intérêt réel pour un art de construire fidèle aux normes éprouvées renforcent au contraire l’idée d’un Magistrat soucieux d’une architecture de qualité. Que ces renvois aux traités et textes théoriques testent allusifs peut sembler irritant, à juste titre : il n’en apparaît pas moins que le processus de rénovation urbaine engagé par les autorités se réfère, d’abord avec discrétion puis ouvertement, aux valeurs classiques éprouvées, synonymes de « bon goût », ce que ne dément pas l’étude de quelques bâtiments publics construits ou restaurés à Valenciennes au XVIIIe siècle59.

45Compte tenu de ces éléments d’appréciation, peut-on parler d’architecture populaire à propose de cette architecture domestique en front de rue telle qu’elle se donne à lire et à voir à travers les documents iconographiques ? Il est évident qu’elle ne saurait en aucun cas se réduire à la seule façade... Un dépouillement systématique des registres fiscaux complétés par une confrontation des toisés d’Ancien Régime et du cadastre d’une part, et une investigation approfondie des sources notariales (ventes, baux, inventaires après décès) d’autre part, permettraient de cerner l’origine sociale des propriétaires et des occupants des demeures évoquées, mais aussi une approche plus précise de l’habitat, jusque dans sa distribution. Cet habitat est-il homogène, ou présente-t-il des différences selon les paroisses ? On sait qu’aux fonctions propres à chaque quartier répondent des types architecturaux spécifiques, liés aussi à la configuration du parcellaire, ce que fait apparaître une étude comparative des sources utilisées et du bâti existant, qui aurait tout à gagner d’une investigation archéologique des fondations, des caves et des murs. Rendons hommage à cet égard au travail remarquable entrepris par Jean Méreau, cité plus haut.

46En tout état de cause, l’approche de l’architecture domestique et de l’architecture populaire à Valenciennes comme dans nombre d’autres « bonnes villes » du Nord et du Pas-de-Calais est encore balbutiante. Nous avons seulement souhaité y apporter le regard de l’historien de l’art... À cet égard, l’étude des façades demeure un élément d’évaluation non négligeable.

ILLUSTRATIONS

Ill. 1 (DO 206 - 1720)

Ill. 2a (DD 226a -1729)

Ill. 2b (DD 226b - 1729)

Ill. 3 (DD 175c - 1729)

Ill. 4 (DD 179a - maison « Au pot d’Or »-1723)

Ill. 5 (DD 203 -1718)

Ill. 6 (DD 208b - rue Cardon-1722)

Ill. 7 (DD 204c-1719)

Ill. 8 (DD 219-1786)

Ill. 9 (DD 217 - Maison Delpierre-1789)

Ill.10 (DD 218 - 1787)

Ill.11 (DD 220 - 34, rue de Fossart -1789)

Ill.13 (DD 175a - Ruelle Saint-Jean - 1730)

Ill. 14 (DD 213 - Maison du Sieur Humé - 1744)

Ill. 15 (DD 222 - Projet pour le rang opposé à l’Hôtel de Ville - sans date)

Ill. 16 (Pierre Patte, élévation du rang opposé à l’Hôtel de Ville - 1765)
Paris, BNF, Est., Ha 54, pet. fol.

47Illustrations 1 à 15 : Copyright Bibliothèque Municipale de Valenciennes, Photo François Leclercq

48Illustration 16 : Copyright BNF, 59 C 15868

Notes

1 Voir L. Baudoux-Rousseau, « Le choix de la modernité : les règlements d’urbanisme à Valenciennes, 1677-1790 », Revue du Nord, t. LXXIX, no 320-321, 1997, p. 593-614.

2 À cet égard, on ne saurait trop renvoyer à l’étude pionnière de Henri Forgeois, Les pouvoirs de police de l’échevinage de la ville d’Arras en matière de voirie et construction d’habitations, Paris, 1938, qui inspire celle de Jean-Louis Harouel, L’embellissement des villes. L’urbanisme français au XVIIIe siècle, Paris, Picard, 1993. Juristes l’un et l’autre, les deux auteurs ont montré avec brio le rôle déterminant des règlements d’urbanisme sur le visage de la cité, et donc sur l’architecture en front de rue, dite aussi domestique.

3 Parallèlement à la résistance de la population à l’égard de ses arrêtés, le Magistrat affiche avec arrogance son mépris vis-à-vis des dispositions émanant d’autorités supérieures. Ainsi, lorsqu’en 1751 le Parlement de Flandre se livre à une enquête dans les subdélégations sur les « vacations, honoraires et salaires » pour « chaque œuvre de loy », les prévôt, jurés et échevins font remarquer avec froideur que la ville « a toujours eu ses coutumières particuliers » différentes de celles du Hainaut, et qu’en conséquence ils considèrent comme « inutile » d’y répondre. Bibl. mun. Valenciennes, BB 85 (ms 858).

4 Cf. plus loin n.39.

5 Le compte général de la massarderie enregistre alors 200 florins versés à chacun des échevins commissaires (Arch. mun. Valenciennes, CC 761). Le compte de l’année 1719-1720 donne 200 florins, ou 400 livres (Arch. mun. Valenciennes, CC 763). Ces gages sont confirmés les années suivantes (CC 764 à 776, années 1721 à 1738).

6 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 718 (BB 55), 8e Registre des choses communes, f° 33-33v° 26 août 1657.

7 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 721 (BB 58), 11e Registre des choses communes, f° 17, 3 août 1735. En apostille : « Cette ordonnance est annuelle par autre ordonnance du 16 janvier 1736 ».

8 Arch. mun. Valenciennes, FF 263, Registre des conclusions du procureur syndic (1652-1700), f° 1 et sq., 19 octobre 1652.

9 Arch. mun. Valenciennes, AA 1313, f° 11 v°, 13 juin 1690. Cf. DD 188, où le procureur syndic s’adresse au Magistrat pour le mettre en demeure de faire réparer plusieurs maisons en ruine (juin 1662) ; voir aussi DD 189, 17 et 18 mars 1699 : le procureur syndic est dit « directeur des ouvrages, des maisons menassantes ruines ». Voir enfin DD 190, 6 août 1708.

10 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 719 (BB 56), p. 493-499.

11 La charge de procureur syndic est établie par édit de mars 1694 (et non août 1695, comme l’indique ms 729, f°. 87 v°-89, nomination de Philippe Albert Hannecart de Briffeuil, à la succession de Pédecoeur, décédé) ; elle est héréditaire par édit d’octobre ou décembre 1709 sur le droit de survivance, ainsi qu’il est rappelé lors de la nomination de Lelong de Meaulx à cette fonction, le 29 juin 1761. Voir Bibl. mun. Valenciennes, Ms 722, f° 21-23v’. Ses gages sont de 600 livres en 1719-1720 (CC 763), et augmentés en 1733 : 800 livres (CC 772).

12 Bibl. mun. Valenciennes, BB 84, novembre-décembre 1733.

13 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 721 (BB 58), 11e Registre des choses communes, f° 17v° 3 août 1735.

14 Ibid., f° 24v°, 16 janvier 1736. Ces deux ordonnances sont reprises dans les Extraits du 11e Registre aux choses communes, ms 729 (BB 65), f° 3v° et f° 9.

15 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 723 (BB 60), 13e Registre des choses communes, f° 301.

16 Ibid., f° 303, 28 août 1781.

17 M. Hénault, Catalogue des manuscrits de Valenciennes. Supplément, p. 98, chap. XIII, (no 739, Annales de Valenciennes) : « [...] comment le Roy Lothaire de France donna une masure scituez audit Valentiennes condist a present la court S. Denis, à l’Église S. Denis en France ». Voir aussi Bibl. mun. Valenciennes, Ms 743, f° 5 v° no 86. Extrait d’un ancien inventaire des titres de la ville de Valenciennes.

18 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 732, règlement des Archiducs du 28 mars 1615, fol. 19-22, chap. VI, « Des commis et Surintendans aux ouvrages et des Maistres maçons et Charpentiers de la Cour Saint-Denis », art. 4. Ils reçoivent dès lors de la ville « au nouvel an six quennes de vin en reconnaissance de leurs dits devoirs et services ».

19 Ibid.

20 DD 180, f° 19v° (18 novembre 1786) : « ... à l’avenir les plans des batimens qui seront présentés au Siège devront l’être en double, pour l’un d’jceux etre remis au procureur sindic jusqu’à ce qu’il soit exécuté et ensuite déposé au bureau des travaux de cette ville ».

21 Abbé Cappliez, Histoire des métiers de Valenciennes, Valenciennes, 1893, p. 271-277.

22 Parmi ces règlements, on retient ceux du 30 octobre 1646, Bibl. mun. Valenciennes ms 716 (BB 53), et du 11 mars 1746 (HH606).

23 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 721, 11e Registre des choses communes, f° 113v°, 29 novembre 1748. Ignace Laurent, « maître tailleur de pierres blanches » succède à Augustin Fournier, décédé, comme « architecque de la ville ». En janvier 1750, Laurent accède à la charge dé « francq maître « (id., f°124).

24 DD 182, liasse, 236 pièces papier.

25 DD 180, Registre [...] pour servir à l’enregistrement au greffe civil des requêtes et ordonnances de Messiuers du Magistrat, concernant les plans, alignements, réparations et reconstructions des batimens. 1 registre papier, 140 ff. (68 rédigés). On note une interruption des demandes entre février 1790 et le 14 août 1793.

26 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 973, 13e Registre des bans politiques, reclassé en AA 1313 : le Magistrat justifie ses mesures en matière d’architecture comme « estant necessaire de parvenir en conformité des intentions de sa majesté pour faciliter lembelissement de la ville et pour le bien et advantage publicqs » (21 avril 1689). Voir aussi le registre des « Permissions de voirie et d’ouverture de commerce » tenu par le procureur-syndic (DD 182, 1765-1781) qui affirme à la date du 1er juillet 1780 que « ce n’est pas l’intérêt particulier [qui] dirige, c’est la beauté d’une ville [...] Le ministère public est en quelque sorte référendaire à cause qu’il ne donne son avis qu’apprès avoir vu et examiné toutes choses ».

27 Bibl. mun. Valenciennes, Ms 937, 12e Registre des ordonnances de police, reclassé en AA 128, p. 168 (f° 84v°). Cf. AA 1312.

28 AA 1313, f°5.

29 AA 1316 f 56 et 143, repris en AA 1323, f 84 ; voir aussi ms 722 (reclassé en BB 59) f° 59.

30 La substitution de la croupe au pignon s’effectue par destruction des premières travées de la ferme, un pan incliné (la croupe) reliant alors les deux versants de la toiture.

31 Cf. n. 22. Ce document précis pourrait être exploité conjointement avec les registres de capitation pour la période concernée.

32 La numérotation des maisons, objet d’une ordonnance royale en 1765, s’avère d’une application difficile, les villes ne s’y pliant qu’avec lenteur. Elle apparaît tardivement à Valenciennes en 1779, rues Capron et Saint-Géry (DD 182) avant de se généraliser en 1785 DD 180).

33 H. Lanceun, Histoire de Valenciennes depuis ses origines, 1933, publie un plan de Valenciennes, réalisé en 1767 à la demande du Magistrat, et sur lequel l’auteur trace le territoire des paroisses !

34 M.-J. Lussien-Maisonneuve, Mémoires sur l’intendance de Flandre wallonne présenté à la cour en 1698pat l’intendant Dreux-Louis Dugué de Bagnols..., Lille, 1966 DES, dactylographié), p. 239. Ce travail a été repris par L. Trénard, L’intendance de Flandre wallonne en 1698, 1977. Le recensement de 1699 fait état de 16 485 habitants, cf. A. Landrieu, La Grand’Place de Valenciennes, la rue Entre-Deux-Mazeaux, la rue de la Braderie, la place Saint-Jean, d’après les registres de capitation (1695-1788). Étude du cadre de vie, des professions exercées et de la population de ces places et rues, Université de Lille 3, mémoire de maîtrise dactylographié, 1998.

35 Une aquarelle de J. Farrington (1747-1821) intéresse notre propos, puisqu’elle montre la dévastation de la rue de Mons après le siège de 1793 (Valenciennes, Musée des Beaux-Arts). Cette aquarelle est reproduite dans Histoire de Valenciennes, H. Platelle dir., Lille, 1982, p. 171.

36 Arch. mun. Valenciennes, DD 172 (année 1775), 181 (année 1730), 175 b, c (année 1729), d (année 1711), 203 (année 1718), 204 à 208, 210 à 204, 217 à 224, 226, 227 (1719-1785). DD 209 a à c, 215, 216, 225, 301 : plans d’édifices ; 175e, f, g, 277, 296 à 300, non datés, concernent des projets d’alignements. Tous sont présentés sur des feuillets libres d’un format sensiblement égal (approximativement 0,25 x 0, 35 m).

37 Une maison de ce type vient d’être restaurée rue de Paris, où une structure à encorbellement se dissimulait sous un rhabillage « éclectique ». Cf. J. Guilleminot, « Une maison à pans de bois à Valenciennes », bulletin de la Commission Historique du Nord, 1996, t. XLVIII, p. 179-180.

38 Ceci n’a rien de spécifiquement valenciennois : la même remarque s’applique à la quasi-totalité de l’architecture urbaine des anciens Pays-Bas : Arras, par exemple, n’échappe pas à la règle.

39 M. Méreau, architecte, poursuit depuis de nombreuses années une étude approfondie des maisons valenciennoises. Les résultats de son travail ont été pris en compte dans le projet de mise en place d’une ZPPAUP (Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager) à Valenciennes sous l’égide du Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Nord-Pas-de-Calais). Toutefois ses recherches n’ont pas abouti à une publication, si ce n’est quelques pages dans W. Maufroy, P. Pinon, J. Méreau, M. Culot, Valenciennes. Les canonniers, Paris, Ed. Norma, 1998 (publication de l’Institut français d’Architecture), p. 59-99. Nous ne souscrivons pas totalement à la typologie proposée par l’auteur et restons sur notre réserve quant à ses positions sur l’identification du paysage urbain représenté dans la peinture flamande du XVe siècle.

40 On appelle chaînage l’alternance d’assises de briques et de pierres. Autour d’une baie, le chaînage est dit harpé lorsque ces assises sont alternativement longues et brèves.

41 L’allège est la portion de mur sous la fenêtre.

42 Le cartouche est un cadre aux formes souvent découpées enfermant un décor. L’un et l’autre peuvent être sculptés ou peints, mais la combinaison des deux formules est possible.

43 La retombe est un fragment de papier semi-mobile collé sur un plan ou un projet, et présentant une variante possible à la solution initialement proposée.

44 Le chien assis est la lucarne saillante ouverte dans la pente du toit.

45 Bibl. mun. Valenciennes, AA 1313, f° 5, et ms 937 (AA 128).

46 Une moulure taillée en doucine présente deux incurvations souples, l’une convexe dans la partie supérieure, l’autre concave dans la partie inférieure.

47 Le règlement décisif du 15 avril 1728 rappellera ces dispositions avec fermeté. AA 1316, f°56 et f°143. AA 132, p. 84. Bibl. mun. Valenciennes, Ms 722 (BB59), f° 59.Cf. aussi Arch. dép. Nord, C 5851.

48 L’interrogation est justifiée par une ordonnance bien plus tardive, du 12 juillet 1784 (AA 1317, f°120), qui enjoint aux demandeurs de faire exécuter le décor, et de ne pas laisser de pierre d’attente, c’est-à-dire une pierre destinée à recevoir un décor, non exécuté, ou, dans le cas d’une moulure d’angle, dégagée de la maçonnerie en attendant l’extension de l’édifice.

49 Arch. dép. Nord, C 10465 : Chambre consulaire (1718). Lors de l’affectation de la maison portant pour enseigne « Le grand cerf » à la maison consulaire, il est noté de faire « poser les armes du Roy en pierre ou en bois peint à l’huyle ». Cf. aussi A. Landrieu, op. cit., p. 73-75.

50 Il ne s’agit ici que du cas valenciennois : les villes réagissent différemment.

51 Bibl. mun. Valenciennes, Ms. 937 (AA 128) et AA 1312, f° 108-109. Cf. L. Baudoux-Rousseau, op. cit., p. 602.

52 Cf. B. Sorensen, « La statue de Louis XV par Jacques Saly à Valenciennes », Valentiana déc. 1992, no 10, p. 45-46, et A. Landrieu, op. cit.

53 A. Landrieu, op. cit., p. 30-37.

54 W Maufroy, dans Livres parcours. Manuscrits et merveilles de la bibliothèque de Valenciennes, 1995, p. 56. Le projet conservé ne porte ni date ni signature.

55 Chap.3, Monument élevé à Louis XV à Valenciennes, p. 143-148, pl. XIV.

56 L Baudoux-Rousseau, op. cit., p. 601-602.

57 Arch. dép. Nord, C 1799.

58 Arch. mun. Valenciennes, DD 180, f° 2, 11 avril 1785. Cette demande fait suite à l’ordonnance du 12 juillet 1784 citée plus haut n.49 (AA 1317, f° 120) qui « prescrit aux propriétaires des maisons ou il y a des pierres d’attentes de les faire sculpter, conformément aux plans approuvés du tems de leur reconstruction f...] Il importe pour l’execution des reglemens que ce point de police leur soit ordonné dans un terme peremptoire ».

59 La restauration de l’hôtel de ville et la construction du théâtre entre autres (étude en cours).

Table des illustrations

Légende Ill. 1 (DO 206 - 1720)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Ill. 2a (DD 226a -1729)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Ill. 2b (DD 226b - 1729)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Ill. 3 (DD 175c - 1729)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Ill. 4 (DD 179a - maison « Au pot d’Or »-1723)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Ill. 5 (DD 203 -1718)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Ill. 6 (DD 208b - rue Cardon-1722)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Ill. 7 (DD 204c-1719)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Ill. 8 (DD 219-1786)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Ill. 9 (DD 217 - Maison Delpierre-1789)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Ill.10 (DD 218 - 1787)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Ill.11 (DD 220 - 34, rue de Fossart -1789)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Ill.12 (DD204)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Ill.13 (DD 175a - Ruelle Saint-Jean - 1730)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Ill. 14 (DD 213 - Maison du Sieur Humé - 1744)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Ill. 15 (DD 222 - Projet pour le rang opposé à l’Hôtel de Ville - sans date)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Ill. 16 (Pierre Patte, élévation du rang opposé à l’Hôtel de Ville - 1765)Paris, BNF, Est., Ha 54, pet. fol.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2746/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search