Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Niveaux de vie, misère et intégration sociale par le logement

Niveaux de vie du « peuple des villes » à la fin du Moyen Âge

Étude d'un cas : charpentiers et charpentiers de moulins à Bruxelles au xve siècle1

Isabelle Paquay

Texte intégral

  • 1 Cet article trouve son origine dans un chapitre de notre mémoire de licence revu, corrigé et complé (...)
  • 2 J.-P. Sosson, C. Thiry, S. Thonon, T. van Hemelryck (éd.), Les niveaux de vie au Moyen Age. Actes d (...)
  • 3 Dans la plupart des régions d’Europe, seul le secteur du bâtiment peut être étudié avec plus ou moi (...)

1Toucher au plus près la vie quotidienne du « peuple des villes » compte parmi les nombreuses préoccupations des historiens médiévistes. Les études de cas et les réflexions méthodologiques foisonnent, tel ce colloque consacré aux niveaux de vie au Moyen Âge organisé en 1998 par l’Université Catholique de Louvain2. Il en ressort que la tâche est souvent malaisée puisque seuls quelques maigres indices permettent de mesurer et d’entrevoir ce qu’a pu être la quête du « pain quotidien », et ce uniquement pour certaines catégories d’individus. Les artisans liés à la construction et au bâtiment constituent un objet d’étude privilégié, du moins lorsqu’on dispose de comptabilités détaillées dans lesquelles il est possible de retrouver leurs traces3. La prudence doit toujours être de mise de mise lors de la manipulation et l’interprétation de ces données chiffrées.

2L’étude a été tentée avec plus ou moins de succès dans le cas d’artisans du bois bruxellois : les charpentiers (tymmerlieden ou tymmermanen) et les charpentiers de moulins (molenslagers). La multiplication d’approches de ce type pour divers métiers dans des régions différentes devrait permettre d’aboutir à terme à une meilleure compréhension du monde des artisans et de leurs préoccupations quotidiennes.

  • 4 Voir P. Bonenfant, « Bruxelles et la Maison de Bourgogne au XVe siècle », dans Bruxelles au XVe siè (...)
  • 5 G. Desmarez, L’organisation du travail à Bruxelles au XVe siècle, Bruxelles, 1904 (Arch. Royale Bel (...)
  • 6 J. Baerten, « Bruxelles, capitale d’un duché : aspects politiques et économiques », dans Bruxelles, (...)
  • 7 J.-P. Sosson, « L’impact socio-économique du “mécénat” ducal. Quelques réflexions à propos des anci (...)
  • 8 C. Dickstein-Bernard, « Bruxelles, capitale d’un duché : aspects sociaux », dans Bruxelles, croissa (...)
  • 9 Voir la note suivante à propos des travaux de construction et d’entretiens entrepris dans le domain (...)
  • 10 Les chantiers urbains sont difficilement estimables du fait de la disparition de la majeure partie (...)
  • 11 Par exemple les travaux de la cathédrale Saints Michel et Gudule (P. Lefevre, « La collégiale des S (...)

3Bruxelles, capitale du duché de Brabant puis résidence préférée des ducs de Bourgogne est doublement marquée au bas Moyen Âge par la présence ducale en ses murs4 et par le régime des métiers5. Sans l’installation de la Cour ducale au Palais du Coudenberg, celle du Conseil ducal, des Chambres des Comptes de Brabant, de Hollande et de Luxembourg, sans le séjour de nombreux fonctionnaires, diplomates et ambassadeurs6, Bruxelles n’aurait certainement pas connu la prospérité dont elle a bénéficié jusqu’en 1460 environ. La cour de Bourgogne et plus particulièrement au temps de Philippe le Bon, continue et amplifie le mécénat de Jeanne et Wenceslas de Brabant. Elle met à contribution les nombreux métiers bruxellois de la construction et du bâtiment, de l’artisanat de détail et de luxe, du commerce7. Elle attire bon nombre d’hommes désireux d’y trouver du travail sur les chantiers8 entrepris par le duc9, par la ville10 ou par les institutions ecclésiastiques11. La ville ne compte pas moins de 32000 habitants d’après les estimations possibles. Son poids est considérable.

  • 12 G. Des Marez, « Les luttes sociales à Bruxelles au Moyen Âge », Revue de l’Université de Bruxelles,(...)
  • 13 Ce sont les teinturiers, les brasseurs d’hydromel, les plumassiers, les brasseurs, les meuniers, le (...)
  • 14 F. Favresse, « Considérations sur les premiers statuts des métiers bruxellois », Revue belge de phi (...)

4Les corporations de métiers naissent souvent des luttes sociales ayant lieu pour la conquête ou la conservation du pouvoir urbain. Bruxelles ne fait pas exception. De nombreux conflits ont opposé patriciens et gens de métiers12. En 1306, un compromis a lieu. Les artisans bruxellois apparaissent pour la première fois dans les textes rassemblés au sein de 36 groupements de travailleurs13. Mais c’est à partir de 1365 seulement qu’est reconnu le droit d’association en tant que tel pour quatre métiers, soit dans l’ordre chronologique les menuisiers et tonneliers, les graissiers, les charpentiers, les couteliers, fabricants de fourreaux et cordiers14. Cette reconnaissance subite fait suite aux révoltes toujours plus nombreuses des années 1356-1364.

  • 15 Id., Esquisse de l’évolution..., p. 59-60.

« Les lignages (...) affaiblis ou conscients de l’inévitable ont admis dès lors, en s’efforçant toutefois de toujours l’encadrer, la tendance qui poussait ces nombreux citadins à se constituer en associations, à former des métiers, des groupes corporatifs »15.

5En 1421, les métiers voient enfin leurs efforts récompensés puisque le 11 février de cette même année, ils obtiennent un privilège consacrant leur accession à la direction des affaires de la ville. Il existe désormais deux milieux politiques à Bruxelles : les sept lignages et les neuf nations. Ces deux ensembles fournissent ses dirigeants à la ville : deux bourgmestres, sept échevins issus du patriciat, quatre receveurs soit deux de chaque groupe et six conseillers-jurés. Tous se réunissent au sein d’un conseil politique chargé des questions générales. En 1477, un nouveau privilège complète le précédent.

  • 16 Arch. Ville de Bruxelles, Ordonnantie der Ambachten, no 1447, fol. 11r° édité par F. Favresse, « Le (...)
  • 17 Voir à ce sujet notre article intitulé « Entre norme et réalité : les conditions d’accès aux métier (...)
  • 18 Arch. Ville de Bruxelles, ODA, no 1447, fol. 19v° ou Arch. Gén. Royaume, Corps des métiers et serme (...)
  • 19 Arch. Royale Belgique, Chambre des Comptes, no 4162 au no 4191 (1403 à 1500) (R.H. Bautier et J. So (...)

6C’est dans ce contexte que le métier des charpentiers et charpentiers de moulins a vu le jour. Leur association est reconnue officiellement par le Magistrat en 136516. Ils sont rejoints à une date indéterminée par les charrons ou faiseurs de roues (rademakers)17. À cette époque, il existe un autre métier du bois à Bruxelles, soit celui des menuisiers (schrijnmakers ou schrijmverkers) et tonneliers (cuperen) reconnu le 2 juillet 136518. Les comptes de la Recette du Domaine ducal de Bruxelles nous livrent deux types d’indices rendant possible dans une certaine mesure l’évaluation du niveau de vie des ces artisans du bois19, leurs salaires et leurs conditions d’embauche. Doublée d’une étude du statut professionnel et de l’accès à la maîtrise, leur analyse éclaire quelque peu la réalité vécue par ces hommes.

LE STATUT PROFESSIONNEL ET L’ACCÈS À LA MAÎTRISE : LE FOSSÉ ENTRE MAÎTRES ET COMPAGNONS, ENTRE FILS DE MAÎTRES ET NOUVEAUX VENUS

Le statut professionnel

  • 20 Voir J.-P. Sosson, « L’artisanat bruxellois du métal : hiérarchie sociale, salaires et puissance éc (...)
  • 21 Dans certains métiers toutefois, il s’agit pour le compagnon candidat à la maîtrise de faire la pre (...)
  • 22 Pour l’examen détaillé des conditions d’accès aux métiers du bois bruxellois, voir notre article ci (...)

7De nombreux exemples ont prouvé que la situation du compagnon est souvent plus difficile que celle du maître20. Cet état de fait est dû à un statut différent et non à une qualification professionnelle moindre puisque compagnon et maître ont tous deux suivis le même apprentissage21. La différence est le paiement de droits d’accès à la maîtrise. Certains ont les moyens de les acquitter, d’autres pas. Le salaire du compagnon, souvent inférieur à celui du maître peut l’empêcher d’épargner et de payer l’entrée à la maîtrise. L’un peut compter sur d’autres formes de revenus complémentaires, tels la dot de son épouse ou des rentrées en nature. Il s’agit là malheureusement de réalités insaisissables. L’autre reste enfermé dans sa condition et loue ses services à un patron. Certains métiers ont eu tendance à renforcer cette situation, en transformant la maîtrise en charge héréditaire, puis en augmentant le montant des droits à payer pour atteindre le sommet de la hiérarchie corporative22.

L’accès à la maîtrise

  • 23 Arch. Gén. Royaume, Corps des métiers et serments de Brabant, no 472 et no 473. Ces comptes fournis (...)
  • 24 Le nombre d’inscriptions à l’apprentissage fait montre d’une même stabilité.

8Les sources normatives issues du métier des charpentiers et charpentiers de moulins sont muettes à propos d’une éventuelle hérédité de la maîtrise. Elles ne mentionnent aucune mesure concrète destinée à fermer la maîtrise aux « non-fils » de maîtres, c’est-à-dire aux nouveaux venus. La comptabilité du métier permet de combler ce vide de 1432 à 150023. L’accès à la maîtrise semble se décomposer en 3 phases distinctes (Tableau 1). Une première période où elle paraît accessible à tous (1432-1457) : 31 % de fils de maîtres et 69 % de nouveaux venus. Une deuxième durant laquelle l’hérédité semble indéniable (1458-1481) : 70 % de fils de maîtres et 30 % de nouveaux venus. Le dernier quart du XVe siècle où les fils de maîtres (30 %) perdent à nouveau du terrain face aux nouveaux artisans (70 %). Il est indispensable de prendre en compte le fait que les chiffres obtenus sont très petits, la plupart inférieurs à 10. Ainsi, lorsqu’un maître sur deux est fils de maître, peut-on vraiment parler d’hérédité de la maîtrise ? À partir du moment où les fils de maîtres sont majoritaires sur une longue période, la question de la pertinence des petits chiffres n’a plus lieu d’être posée. Ce découpage en trois phases s’accompagne d’une tendance à la stabilité du nombre annuel d’entrées à la maîtrise24.

Tableau 1 : Les nouveaux maîtres de la corporation des charpentiers, charpentiers de moulins et charrons bruxellois de 1432 à 1500. Pourcentage représenté par les fils et les nouveaux venus

Tableau 1 : Les nouveaux maîtres de la corporation des charpentiers, charpentiers de moulins et charrons bruxellois de 1432 à 1500. Pourcentage représenté par les fils et les nouveaux venus

(1) : années ; (2) total annuel d’inscriptions à la maîtrise ; (3) : nombre de fils de maîtres ; (4) : nombre de nouveaux venus ; (5) : pourcentage de fils de maîtres ; (6) : pourcentage des nouveaux venus
Sources : AGR, Corps de métiers et serments de Brabant, no 472 et no 473.

  • 25 Voir M. Martens, Histoire de Bruxelles, Bruxelles-Toulouse, 1976, p. 147-151.
  • 26 Cette situation n’a rien d’exceptionnel. Selon les statuts du métier des menuisiers bruxellois, le (...)

9Comment expliquer ces renversements de tendance et cette stabilité ? Par des arguments financiers et salariaux. Le métier doit faire face à des charges coûteuses qu’il répartit logiquement sur ses membres. Depuis la fin du XIVe siècle, les métiers bruxellois sont tenus de fournir et d’entretenir le matériel militaire nécessaire pour la défense de la ville. Cela coûte cher. Les droits d’admission à leurs rangs et d’accès à la maîtrise s’en ressentent, sauf souvent pour les fils de maîtres. Les effectifs diminuent, les artisans allant travailler là où les conditions sont plus favorables25. Le métier des charpentiers et charpentiers de moulins n’échappe pas à cette situation typiquement bruxelloise. Sa comptabilité annuelle se clôture souvent par un déficit. Ses effectifs sont difficilement estimables, mais on l’a vu ne varient guère au fil du XV e siècle. Le tableau 2, établi en partie sur la base des ordonnances du métier montre la lente augmentation des droits à payer pour exercer son métier en tant que maître charpentier, du moins de 1365 à 1423. Les textes sont muets pour le reste du XVe siècle et ne font aucune distinction entre fils de maîtres et « non-fils » de maîtres. Les comptes du métier viennent ici aussi à notre secours. Les candidats « non-fils » de maîtres payent 6 vieux gros jusqu’en 1484, puis 8 vieux gros. Ils payent en plus de cette somme considérable 33 plaques ou 2 sous et 9 deniers dits gulden ten huyse, probablement la somme destinée à l’achat du vin pour les jurés. Les fils de maîtres payent uniquement le vin aux jurés26. Ordonnances et comptes s’accordent sur un point. Les droits d’accès à la maîtrise ne cessent de s’accentuer tout au long du XVe siècle. Comment le compagnon y fait-il face ? A-t-il les moyens d’acquitter le montant exigé par le métier tout en continuant à assurer le pain à lui-même et à sa famille ? Bénéficie-t-il d’un salaire lui permettant de suffire à ses besoins de tous les jours et à son ambition ? Les comptes permettent de mettre en évidence en plus de cette progression la différence flagrante entre les fils de maîtres et les nouveaux artisans. Les premiers sont largement favorisés par le métier. On l’a vu, la maîtrise semble malgré tout assez ouverte, sauf durant 24 années (1458-1481) où les fils de maîtres l’emportent largement. Cette période a-t-elle été plus particulièrement difficile pour les compagnons « non-fils » de maîtres ? (Tableau 2)

Tableau 2 : Les droits de maîtrise du métier des charpentiers, charpentiers de moulins et charrons bruxellois

(1)

(2)

(3)

Ordonnance du 20 septembre 1365 (AVB, ODA, n° 1447, fol. 11r°)

Ordonnance du 20 mai 1388 (AVB, ODA, n° 1147, fol. ll r° - 11 v°)

Ordonnance du 19 février 1398 (AVB, ODA, n'1447, fol. 13r° - 13v°)

4 vieux gros et 2 lots de vin pour les jurés

Ordonnance du 19 mai 1405 (AVB, ODA, n° 1447, fol. 14v° - 15r°)

6 vieux gros et 2 lots de vin pour les jurés

Ordonnance du 16 mai 1423 (AVB, ODA, n° 1447, fol. 14r°)

6 vieux gros et 2 lots de vin pour les jurés

De 1432 à 1484. Comptes du métier (AGR, Corps des métiers et serments de Brabant, n° 472 et n° 473)

6 vieux gros et 33 plaques ou 2 sous 9 deniers pour le vins des jurés

33 plaques ou 2 sous 9 deniers pour le vin des jurés

De 1484 à 1500 Comptes du métier (AGR, Corps des métiers et serments de Brabant, n° 472 et n° 473)

8 vieux gros et 33 plaques ou 2 sous 9 deniers pour le vins des jurés

33 plaques ou 2 sous 9 deniers pour le vin des jurés

(1) : sources (réferences) ; (2) : nouveaux venus ; (3) : fils de maîtres

10Ce découpage en trois phases peut trouver son origine aussi dans la conjoncture du moment. L’équilibre entre fils de maîtres et nouveaux venus des années 1432-1457 trouve en partie une explication dans la disette et l’épidémie qui ont ravagé la population bruxelloise en 1437-1439. Le renouvellement doit se faire aussi dans les rangs de notre métier du bois. De nouveaux artisans voient les portes du métier s’ouvrir. Le renversement de tendance des années 1458-1481 a peut-être pour origine un phénomène de génération. Les maîtres des années 1430 ont vers 1450 des enfants à caser dans le métier, accaparant ainsi les places possibles. La fin du siècle ressemble à son commencement : crises, famines et épidémies engendrent le renouvellement des individus.

11C’est probablement une combinaison de ces différents facteurs (salaires, problèmes financiers du métier, épidémies et disettes) qui expliquent les fluctuations des entrées à la maîtrise. Le compagnon sans lien familial avec le métier se retrouve certainement très souvent en ligne de mire des malheurs de son temps.

LES SALAIRES

Le salaire en argent

  • 27 Les compagnons travaillant aux gages d’un maître au sein du domaine ne sont pas identifiables puisq (...)
  • 28 Les chantiers entrepris par la ville de Bruxelles sont pratiquement inconnus du fait de la destruct (...)
  • 29 La construction de maisons ou de moulins particuliers nous échappent totalement. Et par là même la (...)

12Au sein du domaine ducal de Bruxelles, le compagnon charpentier ou charpentier de moulins travaille la plupart du temps sous l’autorité d’un maître27. Le chiffre donné par le comptable correspond à la somme des jours prestés par le maître et son ou ses compagnons multiplié par le salaire. Force est de constater que maître et compagnon reçoivent exactement le même montant journalier. Par exemple en 1410, le charpentier Janne van Oyenbrugghen et 3 compagnons reçoivent un salaire journalier de 8 deniers ; en 1425, Cornelijs Lambrechts « met twee van sinen knapen » reçoivent 9 deniers... Les exemples de ce type peuvent se multiplier tout au long du XVe siècle. Aucune différence due au statut ne les distingue. Aucune tension salariale n’existe, du moins au sein du domaine ducal. Ce constat permet d’émettre une remarque d’ordre méthodologique quant à l’utilisation de nos sources comptables. Celles-ci ne concernent que les travaux et réparations effectués au sein du domaine. Les salaires payés aux artisans sont-ils propres à ce chantier ? Ou sont-ils identiques à ceux payés sur d’autres grands chantiers bruxellois28 ? Qu’en est-il du salaire payé à Partisan travaillant sur un chantier privé29 ? L’absence de différence salariale entre maître et compagnon travaillant au sein du domaine ducal constitue peut-être une exception pour le compagnon. Une réalité toute autre se cache probablement derrière cette apparente uniformité. On ne peut certainement pas conclure à l’égalité économique des deux types d’artisans. Il faut garder à l’esprit la non-représentativité des données fournies par les comptes domaniaux. L’examen d’autres indices permettra peut-être de mettre le doigt sur une différence notable entre maître et compagnon, notamment les conditions d’embauche. En ce qui concerne le salaire, il faut se contenter de l’étudier sans distinguer les deux statuts.

La tendance

  • 30 Plusieurs montants différents peuvent apparaître une même année. Rien ne permet d’affirmer avec cer (...)
  • 31 Vu cette régularité salariale, nous n’avons pas dépouillé l’ensemble des registres du domaine. Nous (...)
  • 32 J.-P. Sosson, L'artisanat bruxellois du métal..., p. 236-238 et p. 256-258.
  • 33 Id., Les travaux publics..., p. 225-227.
  • 34 E. Scholliers, Loonarbeid en honger. De levensstandaard in de XVe en XVe eeuv te Antwerpen, Anvers, (...)
  • 35 Ordonnance du 19 mai 1405, Arch. Ville de Bruxelles, Ordonnantie der Ambachter DA no 1447, fol. 14v (...)

13Les salaires journaliers30 de nos artisans se caractérisent essentiellement par leur stabilité, que l’on se contente de données tous les 5 ans de 1405 à 1500 (Tableau 3 et graphique 1), chaque année de 1403 à 1430 ou de 1475 à 1500 (Tableaux 4 et 5)31. Cette constatation vaut pour d’autres métiers et d’autres villes : l’artisanat du métal à Bruxelles32, les métiers du bâtiment à Bruges33, les salaires à Anvers34... Cette régularité étonnante s’explique sans doute par l’action des corporations sur la fixation du montant des salaires. Le métier des charpentiers et charpentiers de moulins a effectivement réglementé certains points relatifs au salaire. Ainsi, en 1405, il définit le salaire que les maîtres peuvent exiger de leurs clients pour le travail des apprentis (leercnapen). Certains ont l’habitude de compter le prix de la journée d’un ouvrier accompli. On décide alors que l’apprenti charpentier reçoit une plaque par jour durant les deux premiers mois de son stage, puis deux plaques les mois suivants. A la même date, le maître et le compagnon charpentiers de moulins travaillant au sein du domaine ducal de Bruxelles reçoivent 8 deniers par jour, soit 8 fois puis 4 fois plus que l’apprenti (1 plaque = 1 denier). L’apprenti habite la plupart du temps chez son maître. En plus de son salaire, il est nourri et logé. Ces besoins et sa qualification professionnelle sont moindres que ceux d’un compagnon ou d’un maître. Il ne fait pas encore partie de la corporation. Cela justifie en partie un salaire inférieur. Nous n’avons relevé aucune trace d’apprenti dans les comptes du domaine. La même année, le compagnon non affilié au métier que son maître envoie chez un bourgeois de la ville voit son salaire fixé par les jurés35. Aucun document ne garde le souvenir d’une semblable réglementation pour le salaire du maître. Le métier a très certainement joué un rôle ici aussi.

Tableau 3 : Les salaires nominaux en deniers des charpentiers et charpentiers de moulins bruxellois d’après les comptes du domaine ducal de Bruxelles (1405-1500)

Tableau 3 : Les salaires nominaux en deniers des charpentiers et charpentiers de moulins bruxellois d’après les comptes du domaine ducal de Bruxelles (1405-1500)

(1) salaire minimum ; (2) salaire maximum ; (3) : salaire moyen

Tableau 4 : Les salaires nominaux en deniers des charpentiers et charpentiers de moulins d’après les comptes du domaine ducal de Bruxelles, année après année (1403-1430)

Tableau 4 : Les salaires nominaux en deniers des charpentiers et charpentiers de moulins d’après les comptes du domaine ducal de Bruxelles, année après année (1403-1430)

(1) salaire minimum ; (2) salaire maximum ; (3) : salaire moyen

Tableau 5 : Les salaires nominaux en deniers des charpentiers et charpentiers de moulins bruxellois d’après les comptes du domaine ducal de Bruxelles, année après année (1475-1493)

Tableau 5 : Les salaires nominaux en deniers des charpentiers et charpentiers de moulins bruxellois d’après les comptes du domaine ducal de Bruxelles, année après année (1475-1493)

(1) salaire minimum ; (2) : salaire maximum ; (3) : salaire moyen

14Cette stabilité s’accompagne d’une lente augmentation. On remarque trois hausses significatives : de 1420 à 1440, de 1455 à 1475 et de 1485 à 1490.

Le salaire et le pouvoir d’achat

  • 36 J. P. Sosson, Les travaux publics..., p. 226 : « La moitié de la vie quotidienne des hommes et surt (...)
  • 37 Voir W. Abel, Agrarkrisen und Agragkonjunctur. Eine Geschichte der Land-und Ernährungswirtschaft Mi (...)
  • 38 Voir J. Fourastié et R. Grandamy, « Remarques sur les prix salariaux des céréales et la productivit (...)
  • 39 Voir RE.H. Brown et S. Hopkins, « Builder’s Wage-rates, Prices and Population: some further evidenc (...)
  • 40 W. van der Wee fournit les prix du fromage, du beurre et a estimé la valeur d’un panier à provision (...)
  • 41 E. Scholliers, « Le pouvoir d’achat dans les Pays-Bas au XVI e siècle », Album Charles Verlinden, G (...)

15La stabilité des salaires nominaux cache probablement une réalité beaucoup moins rectiligne. Les salaires des métiers du bois ne sont peut-être pas adaptés au coût de la vie. Ont-ils suivi la hausse des prix des produits dont est faite la vie quotidienne ? Il existe différentes méthodes pour mesurer le pouvoir d’achat et donc le niveau de vie : calculer les salaires en céréales panifiables36, soit en froment et en seigle, soit en produits laitiers tels le beurre et le fromage37 ; considérer que travailler plus de 100 heures pour obtenir un quintal de froment est alarmant38 ; fixer le prix moyen d’un « panier à provisions »39. Seules les deux premières méthodes ont pu être appliquées ici en raison des données dont nous disposons40 Ces méthodes sont largement imparfaites voire arbitraires. Basées sur des moyennes annuelles, elles ne prennent pas en compte les conditions d’emploi et la composition familiale. Elles ont pour point de départ une hypothèse peu probable, le plein emploi. Or, l’artisan ne consacre certainement pas l’entièreté de son salaire à l’achat de nourriture. D’autres parts vont à l’achat de vêtements, servent au payement du loyer : « la nourriture entre pour 70 à 80 % dans le budget ouvrier et le loyer compte pour 5 à 15 %... »41. À cela s’ajoute que le salaire n’est certainement pas le seul revenu dont bénéficie l’artisan. Le charpentier et le charpentier de moulins employés au sein du domaine ducal sont payés parfois à la pièce, effectuent les travaux suite à une adjudication (taschwerken) ou fournissent des matières premières. Les cas sont rares, mais ils existent. Comment ne pas imaginer l’artisan payé en nature pour les services rendus ? Peut-être dispose-t-il d’un potager, de quelques bêtes, d’un poulailler... qui lui permettent de compléter ses revenus. La dot de sa femme peut lui être d’un grand secours, si dot il y a ! On l’a vu, toutes ces réalités nous échappent totalement.

Le pouvoir d’achat exprimé en froment et en seigle

16Les prix du froment et du seigle sont loin d’être aussi stables que les salaires journaliers tout au long du XV e siècle (Graphique 3).

  • 42 Ces données sont tirées de M.-J. Tits-Dieuaide, La formation des prix céréaliers en Brabant et en F (...)

« Le mouvement long des prix se décompose en trois grandes périodes. La première est ascendante (...), les prix montent, s’effondrent brusquement en 1417 et 1418 (...), ils reprennent aussitôt leur ascension et culminent vers 1438. À partir de ce moment, les cours s’affaissent avec obstination jusqu’en 1463-1464. Leur chute n’est même pas arrêtée par les montées soudaines et éphémères de 1456-1457 et de 1459-1460. Une nouvelle phase ascendante s’amorce ensuite ; elle se prolonge jusqu’en 1492. À ce moment, les prix s’écroulent, mais leur chute brutale ne dure pas : elle fait bientôt place au grand essor du XVI e siècle »42.

  • 43 Il ne faut pas oublier que l’on compare des salaires journaliers et des prix annuels.

17Les courbes des salaires journaliers et du prix des céréales suivent plus ou moins la même évolution. Aux hausses des prix correspondent des hausses de salaires. Toutefois, les premières ont une amplitude bien plus grande que les secondes. Alors que les salaires journaliers n’augmentent que de 1 ou 2 deniers en 5 ans, le prix des céréales peut doubler, voire même tripler en peu de temps. Par exemple, de 1477 à 1482, le salaire journalier moyen du charpentier est de 10,5 deniers. Le prix moyen du muid de froment passe à la même époque de 124 à 409 deniers soit une augmentation de 329,8 %. Il s’agit d’un cas extrême, mais il existe. Cette discordance se remarque surtout lors de la plus grande hausse du prix des céréales entre 1460 et 149243.

18La fébrilité des prix explique les variations du pouvoir d’achat exprimé en litres de froment et en litres de seigle. De 1405 à 1495, elles sont plus ou moins marquées (Tableau 6). La fin des années 1430 est largement marquée. La fin du siècle se distingue aussi. Ainsi, leur salaire journalier moyen permet aux charpentiers d’obtenir 33,6 litres de froment en 1435 et seulement 12,5 litres de froment en 1480. De 1475 à 1500, elles apparaissent plus brutalement (cf. Graphique 4). Dans la longue durée, on peut parler d’une lente érosion du pouvoir d’achat, avec des périodes où le pain est largement assuré et avec d’autres moments où l’on passe presque au-dessous du minimum vital.

Tableau 6 : Le pouvoir d’achat des artisans du bois bruxellois ayant travaillé au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1405 à 1495 (relevé tous les 5 ans) exprimé en litres de froment et en litres de seigle

Tableau 6 : Le pouvoir d’achat des artisans du bois bruxellois ayant travaillé au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1405 à 1495 (relevé tous les 5 ans) exprimé en litres de froment et en litres de seigle

(1) : années ; (2) : prix moyen du muid de froment à Bruxelles (292.5 litres) ; (3) : pouvoir d’achat moyen du charpentier exprimé en litres de froment ; (4) : pouvoir d’achat moyen des charpentiers de moulins exprimé en litres de froment ; (5) : prix moyen du muid de seigle à Bruxelles (292.5 litres) ; (6) : pouvoir d’achat moyen du charpentier exprimé en litres de seigle ; (7) : pouvoir d’achat moyen du charpentier de moulins exprimé en litres de seigle.
Sources : M.-J. Tits-Dieuaide, La formation des prix céréaliers en Brabant et en Flandre au XVe siècle, Gand, 1975 et Arch. Gén. Royaume, CC, no 4162 au no 4190 (tous les 5 ans)

Le pouvoir d’achat exprimé en heures de travail

  • 44 Voir J. Fourastié et R. Grandamy, op. cit., p. 647-656.

19On considère qu’un travailleur dispose d’environ 3000 heures de travail par an, qu’une journée de travail vaut 10 heures, qu’une famille de 4 personnes consomme plus ou moins 12 quintaux de froment durant une année44..

  • 45 J.-P. Sosson, Les travaux publics..., p. 231. D’après J. Fourastié et R. Grandamy, op. cit., p. 655 (...)

« Travailler plus de 100 heures pour obtenir un quintal de froment est alarmant ; plus de 200 heures, c’est la cote d’alerte ; plus de 300 heures, c’est la famine »45.

20Ces chiffres sont d’une précision relative et arbitraire. Par exemple, la durée exacte de la journée de travail au XVe siècle n’est pas connue. On l’estime à 10 heures, chiffre probablement inférieur à la réalité. Les jours fériés qui peuvent porter des coups au précaire équilibre de certains artisans ne sont pas pris en compte. Ils sont pourtant souvent très nombreux (30 ou 40 par année). Cette méthode malgré ses défauts permet tout de même d’obtenir certains points de repère. Examinons plus particulièrement la fin critique du siècle du fait de la hausse marquée, voire vertigineuse du prix du quintal de froment. De 1473 à 1492 (Graphique 5), la situation est particulièrement inquiétante. On approche et on dépasse souvent les 100 heures de travail pour un quintal de froment. En 1482, on atteint même les 200 heures.

21Revenons maintenant à la situation du compagnon, et plus particulièrement à celle du « non-fils » de maître. Parvient-il avec le salaire qui lui est payé au sein du domaine ducal de Bruxelles à acquitter les droits d’accès à la maîtrise, sachant que ceux-ci n’ont cessé d’augmenter au cours du XVe siècle ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons converti les droits d’accès à la maîtrise en nombre de journées de travail (Tableau 7).

  • 46 Les droits à payer pour exercer la maîtrise sont libellés en vieux gros, dans les comptes comme dan (...)

Tableau 7 : Équivalent en journée de travail au sein du domaine ducal de Bruxelles des droits d’accès à la maîtrise46

Tableau 7 : Équivalent en journée de travail au sein du domaine ducal de Bruxelles des droits d’accès à la maîtrise46

(1) : dates ; (2) : Équivalent en journées de travail au sein du domaine ducal de Bruxelles pour le compagnon charpentier non-fils de maître ; (3) : Fils de maître ; (4) : Équivalent en journées de travail au sein du domaine ducal de Bruxelles pour le compagnon charpentier de moulins non-fils de maître ; (5) : Fils de maîtres.
a. Pour rappel, nous ne connaissons pas le montant des droits payés par les fils de maîtres avant 1432

  • 47 L’évolution nominale des droits d’accès à la maîtrise (4 vieux gros à 8 vieux gros) ne se retrouve (...)
  • 48 D’après J. Fourastié et R. Grandamy, op. cit., p. 647-656, l’artisan travaille 3000 heures par an s (...)

22La différence entre les nouveaux venus et les fils de maîtres est flagrante47. Le premier doit effectuer un nombre de journées impressionnant et en constante progression pour acquérir la somme suffisante. Mais il faut vivre. Or, nous venons de le voir, le salaire suffit souvent à peine à faire face aux dépenses courantes, même en supposant le plein emploi. Le compagnon « non-fils » de maître n’épargne donc que très difficilement l’argent lui ouvrant la porte de la maîtrise. Il voit la maîtrise se fermer petit à petit du fait de l’augmentation des droits d’accès conjuguée à la progression des prix et l’érosion du pouvoir d’achat. Cela est particulièrement vrai à partir de 1458, première année d’une période de 24 ans où l’hérédité de la charge de maître est un fait établi. Ensuite, il entre de plain-pied dans la crise de la fin du XVe siècle. Force est de constater que le maximum de journées à effectuer (60,3 en 1479-1480 ; 80,3 en 1484-1485 ; 64,8 en 1489-149048) correspond pour lui à la période où son pouvoir d’achat est le plus faible (1480-1490). Cette période a dû être particulièrement pénible pour lui. Mais elle n’a certainement pas été de tout repos pour le compagnon fils de maître. Pour preuve, le faible nombre d’entrées à la maîtrise aux moments les plus forts de la crise : 2 nouveaux maîtres en 1482,1 en 1490, 2 en 1491, 4 en 1492. Les compagnons disposant de l’épargne nécessaire sont rares.

L’EMPLOI

  • 49 On l’a dit, les travaux entrepris par la ville et les chantiers privés restent dans l’ombre du fait (...)
  • 50 Les comptes du métier des charpentiers, charpentiers de moulins et charrons bruxellois ont enregist (...)

23L’emploi est-il abondant ou irrégulier ? Varie-t-il selon les saisons ? Les chantiers ducaux sont-ils accessibles à tous les charpentiers et charpentiers de moulins bruxellois ? Certains ne constituent-ils pas une main d’œuvre privilégiée ? Quelques indices valent la peine d’être examinés, bien qu’il soit difficile, voire impossible de définir l’offre d’emplois globale à Bruxelles au XVe siècle49 ou celle de la main-d'œuvre50. Les saisons et les investissements en travaux de charpenterie déterminent peut-être le nombre de charpentiers et charpentiers de moulins présents sur les chantiers.

Le climat

  • 51 Ordonnance du 13/30 octobre 1423 (Arch. Ville de Bruxelles, Ordonnantie der Ambachter, no 1447, fol (...)
  • 52 Ordonnance de 1425 (Arch. Ville de Bruxelles, Ordonnantie der Ambachter, no 1447, fol. 17v°-19r°).
  • 53 Ordonnance du 13/30 octobre 1423 (Arch. Ville de Bruxelles, Ordonnantie der Ambachter, no 1447, 16r (...)
  • 54 Ordonnance du 16 janvier 1449 (Arch. Ville de Bruxelles, Ordonnantie der Ambachter, no 1447, fol. 3 (...)
  • 55 Ordonnance du 20 juin 1468 (Arch. Ville de Bruxelles, Ordonnantie der Ambachter, no 1447, fol. 90r) (...)

24Le froid de l’hiver peut paralyser le travail des artisans du bâtiment, notamment celui du maçon. Qu’en est-il de celui du charpentier ? Les dates des travaux effectués sur les chantiers ducaux ne sont pratiquement jamais mentionnées, rendant impossible la mesure de l’effet des saisons sur les travaux de charpenterie et par là même sur les effectifs d’artisans selon les mois. Si elles le sont, c’est de manière très sporadique et uniquement au début du siècle. Les données sont largement insuffisantes. On peut toutefois supposer qu’en période de « chômage technique » éventuel, certains charpentiers disposant de leur propre atelier étaient mieux lotis que d’autres pour combler le manque à gagner et continuer à servir leurs clients. Ils y exercent non seulement leur métier de charpentier, mais aussi celui de menuisier. Les nombreux conflits entre le métier des charpentiers et celui des menuisiers attestent cette double activité. Par définition, le charpentier utilise le bois dans la construction, le charpentier de moulins répare et construit des moulins tandis que le menuisier s’adonne à la confection de meubles. Tous travaillent le bois dans un domaine précis en faisant appel à des techniques propres. Les artisans sont toutefois contraints de s’adapter aux circonstances (le marché, la concurrence, le climat...) et sortent par la force des choses de leurs sphères d’activités respectives. Le charpentier se fait menuisier, le menuisier devient charpentier. Il en résulte de nombreux conflits entre les métiers. En 1423, on rappelle au charpentier qu’il ne peut fabriquer des sièges, des bancs, des armoires, des châssis de fenêtres, des buffets, des lits, des tables, du mobilier religieux... parce qu’ils relèvent du domaine du menuisier. Celui-ci ne peut s’adonner à la construction d’escaliers, de portes, de placards situés sous les escaliers, de cloisons, de charpentes...51. L’opposition réapparaît dès 1425. On répète le principe selon lequel chacun doit rester dans les limites de ses attributions, sous peine d’amendes52. Les griefs de chacun sont semblables à ceux de 1423, mais un nouveau sujet de discussion fait son apparition : l’usage de la colle, réservé exclusivement aux menuisiers et tonneliers53. En 1423 comme en 1425, on énonce certaines exceptions aux règles en vigueur. En 1423, les charpentiers et les menuisiers travaillant dans la maison de leur client peuvent sortir de leurs attributions, à condition que ce soit avec le bois du client. En 1425, ils doivent rester dans les limites de leurs compétences pour les objets destinés à la vente. Ils sont autorisés à exécuter certains ouvrages qui ne sont pas de leur domaine, pourvu qu’ils soient peu importants et faits avec le bois fourni par le client. De nouveaux heurts ont lieu en 144954 et en 146 855.

Les investissements

25La main-d'œuvre est tributaire des investissements consentis. Que l’argent manque et les effectifs sont restreints. Que les besoins d’entretien ou la volonté d’aménagement et de transformation du prince soient moindres et les artisans voient leur engagement non renouvelé. Les sommes injectées pour l’entretien et l’aménagement des chantiers ducaux à Bruxelles sont irrégulières. La part attribuée aux travaux de charpenterie l’est tout autant, comme l’atteste l’échantillon prélevé de 1404 à 1437 : les variations d’une année à l’autre sont remarquables (Graphique 6). Les investissements peuvent aussi diminuer ou augmenter en fonction du prix des matières premières ou de la main-d'œuvre. Le budget peut donc varier sans que cela ne suppose systématiquement un changement pour la main-d'œuvre employée. D’où l’intérêt de compléter l’examen des investissements par celui du nombre de journées offertes par le Domaine ducal aux artisans. Ici aussi, l’irrégularité prime (Tableau 8).

Tableau 8 : Nombre de journées prestées par les charpentiers et charpentiers de moulins bruxellois de 1405 à 1500 (tous les 5 ans) et de 1477 à 1495 (tous les ans)

Tableau 8 : Nombre de journées prestées par les charpentiers et charpentiers de moulins bruxellois de 1405 à 1500 (tous les 5 ans) et de 1477 à 1495 (tous les ans)

(1) : années ; (2) : nombre de jours effectués par les charpentiers ; (3) : nombre de jours effectués par les charpentiers de moulins

Les effectifs

26Contrairement à toute attente, les effectifs ne fluctuent pas de manière spectaculaire d’année en année (Tableau 9). Certes, ils varient, mais ils sont finalement fort stables.

Tableau 9 : Nombre de charpentiers et charpentiers de moulins présents chaque année au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1405 à 1495 (tous les 5 ans) ; de 1477 à 1495 (tous les ans)

Tableau 9 : Nombre de charpentiers et charpentiers de moulins présents chaque année au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1405 à 1495 (tous les 5 ans) ; de 1477 à 1495 (tous les ans)

(1) : années ; (2) : nombre de charpentiers ; (3) : charpentiers de moulins

27Il existe de prime abord une contradiction entre cette relative stabilité et l’irrégularité des investissements et du nombre de journées prestées au sein du domaine. Derrière cette apparente contradiction se cachent en fait de profondes inégalités individuelles, entre le maître et le compagnon, entre le maître entrepreneur et le maître économiquement médiocre. Tous ne subissent pas les variations saisonnières et les modifications de budget de la même manière.

  • 56 Certains métiers, comme celui des menuisiers et tonneliers ont réglementé de manière stricte l’empl (...)

28Ainsi, les maîtres effectuent plus de journées de travail au sein du domaine que les compagnons. Le domination du maître est vraie aussi pour les travaux à la pièce, la fourniture de matières premières et les taschwerken réalisés dont les mentions sont tort rares. Le compagnon travaille dans la plupart des cas aux gages d’un maître. Celui-ci n’emmène pas systématiquement son ou ses compagnons sur les chantiers ducaux. Souvent, il apparaît seul dans les comptes. Cela dépend probablement de la quantité et du type de travail à exécuter56. Le compagnon ne bénéficie donc pas du même accès aux chantiers ducaux que le maître. Il se retrouve dans un état d’infériorité et de dépendance. Son emploi au domaine dépend en partie du maître pour lequel il travaille. Même s’il reçoit le même salaire que le maître qu’il accompagne, sa situation est beaucoup moins favorable. Voyant l’accès aux chantiers ducaux se fermer, il doit chercher du travail ailleurs.

  • 57 Voir notre article présenté lors du colloque « Histoire, Gestion, Organisations » organisé par l’Un (...)

29Tous les maîtres n’ont pas profité de la présence ducale dans leur ville de manière identique. Certains monopolisent franchement les chantiers ducaux. Des recherches antérieures ont montré cet état de fait indéniable57. L’examen de la répartition des journées de travail par individus de 1405 à 1495 et de 1477 à 1493 confirme cette constatation (Tableau 10). On a calculé pour les charpentiers et les charpentiers de moulins ayant travaillé moins de 100 jours, entre 100 et 200 jours..., le pourcentage que chaque catégorie ainsi établie représente par rapport au total des individus et par rapport au total des jours de travail. Près de 75 % des charpentiers ont travaillé moins de 100 jours de 1405 à 1495. Rares sont ceux dépassant cette limite. Les charpentiers de moulins présentent la même caractéristique de 1405 à 1495, mais aussi de 1477 à 1493. Les pourcentages les plus élevés correspondent donc aux classes les plus basses. Il n’est pas question d’un véritable accaparement des journées de travail dans la longue durée. On peut encore approfondir l’analyse en additionnant les pourcentages. Les artisans ayant travaillé jusqu'à 400 jours entre 1405 et 1495 représentent par rapport au total des journées de travail 79,95 % pour les charpentiers et 49,29 % pour les charpentiers de moulins. Ces jours ont été prestés respectivement par 97 charpentiers sur 100 (97 %) et 23 charpentiers de moulins sur 25 (92 %). On obtient les mêmes résultats pour la période s’étendant de 1477 à 1493.

  • 58 Il existe un moyen pour déterminer le degré d’inégalité d’une répartition. C’est le calcul du coeff (...)

Tableau 10 : La répartition des jours de travail prestés au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1405 à 1495 et de 1477-1478 à 1492-1493 pour les charpentiers de moulins58

Tableau 10 : La répartition des jours de travail prestés au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1405 à 1495 et de 1477-1478 à 1492-1493 pour les charpentiers de moulins58

(1) : nombre de jours prestés ; (2) : nombre de charpentiers ayant preste ce nombre de jours ; (3) : pourcentage du total des charpentiers ; (4) : nombre de charpentiers de moulins ayant presté ce nombre de jours ; (5) : pourcentage du total de charpentiers de moulins.

30On ne peut parler de monopolisation nette des jours de travail effectués au sein du domaine ducal de Bruxelles par quelques artisans dans la longue durée. On ne peut pourtant pas nier le fait que certains se détachent pourtant nettement de la masse. Le nombre de jours qu’ils prestent est impressionnant par rapport à celui des autres artisans. Ainsi, le charpentier Jan Thuys effectue entre 1405 et 1495 776 jours de travail alors que la plupart des artisans se situent en dessous de la barre des 100 jours. Même constatation à propos du charpentier Gielijs Thuys (560,5 jours), les charpentiers de moulins Arnt Van Yseren (860) et Matthijs Van Offenen (649,5). Ils se maintiennent longtemps sur les chantiers : par exemple, Jan Thuys (1440-1480), Gielijs Thuys (1450-1480) pour les charpentiers ; Arnt Van Yseren (1410-1450), Matthijs Van Offenen (1445-1480) pour les charpentiers de moulins. Le même exercice peut être réalisé pour la période allant de 1477 à 1493. Fournitures de matières premières, obtention de travaux au forfait ou exécution de travaux à la pièce n’échappent pas à ce phénomène d’accaparement. Quelques-uns vont jusqu'à être présents pour chaque type de travail. Les charpentiers Jan Thuys (57,4 %) et Gielijs Thuys (37,7 %) fournissent à eux deux 95,1 % des matières premières nécessaires aux travaux de charpenterie, Cornelijs Lambrechts 70,1 % pour les moulins. Trois cas de travaux à forfait ont été retenus lors du dépouillement des comptes du domaine ducal de 1405 à 1495. Les charpentiers Jan de Weert (13,7 %), Jan Thuys (52,2 %) et Jan Vandenvelde (34 %) en sont les bénéficiaires. Le charpentier Jan Thuys travaille durant 776 jours de 1405 à 1495, effectue 14,6 % des travaux à la pièce, 52,2 % des taschwerken et fournit 37,7 % des matières premières.

31Une minorité d’artisans du bois sort du lot. Le domaine ducal leur est plus accessible qu à d’autres. Que 1'offre d’emploi varie pour différentes raisons, ils semblent bénéficier d’une place plus ou moins assurée. En 1484-1485 par exemple, 24 maîtres charpentiers ont effectué 1319 jours de travail. Cinq d’entre eux en détiennent 757,5 (57,4 %). L’année suivante, ces 5 artisans sont toujours présents parmi les 11 réalisant 999,5 jours. Autre exemple, en 1434-1435, 4 charpentiers de moulins effectuent 260 jours. En 1439-1440, seuls deux de ces artisans sont toujours engagés alors que le nombre de jours a presque triplé (686,5) et que les effectifs sont semblables (4). Peter de Mol et Art Van Yseren monopolisent 85 % des jours prestés cette année-là. Fait remarquable entre tous permettant d'affirmer que ces hommes ne sont pas des ouvriers attitrés étroitement liés au domaine, mais bien de véritables entrepreneurs : ces artisans sont présents aux mêmes dates sur les chantiers ducaux et sur les chantiers de la ville. Malgré la rareté des comptes urbains, on a comparé les noms des charpentiers et charpentiers de moulins apparaissant à la fois dans les comptes domaniaux et dans les fragments de la ville. Le phénomène d’accaparement est remarquable ici aussi. Une minorité d’hommes monopolisent la plupart des chantiers bruxellois importants.

32Quelles différences y a-t-il entre les maîtres ? Pourquoi certains profitent-ils plus de la présence ducale que d’autres ? Quels sont leurs atouts ? Probablement les compétences, mais aussi la détention d’un capital de base non négligeable. Celui-ci est indispensable si l’artisan veut être concurrentiel lorsqu’il s’agit pour lui d’obtenir la réalisation de travaux à forfait. Celui qui a la possibilité de proposer le prix le plus bas du fait de la détention d’un capital de base suffisant obtient le chantier. Le capital intervient aussi lorsqu’il s’agit de fournir les matières premières aux chantiers. Le capital est source de clivage entre les artisans qui en ont et ceux qui n’en ont pas, entre les artisans riches et ceux plus pauvres, entre les entrepreneurs et les maîtres économiquement médiocres.

CONCLUSION

33La situation est loin d’être catastrophique. Le XVe siècle a souvent été qualifié d’âge d’or de la main d’œuvre. Il convient toutefois de nuancer. Les crises, surtout à la fin du siècle sont difficiles pour tous les charpentiers bruxellois, mais à des degrés divers. De profondes inégalités sociales et individuelles apparaissent. A la hiérarchie corporative traditionnelle se substitue une « hiérarchie des niveaux de vie ». L’apprenti reste un cas particulier. Au compagnon fils de maître s’oppose le compagnon « non-fils » de maître. Au maître entrepreneur le maître économiquement médiocre. Derrière cette classification somme toute assez rigide, transparaissent la multiplicité et la diversité des situations, la complexité de la réalité et surtout la difficulté à approcher les hommes du XVe siècle dans leur quotidien. Les sources ne fournissent que quelques indices avec lesquels il faut jongler pour aboutir à des conclusions finalement bien maigres. La multiplication d’études de ce type pour un groupe d’hommes, une ville donnée permettrait des recoupements, des comparaisons et probablement d’affirmer que nos données de départ et nos résultats n’ont rien d’exceptionnel.

Graphique 1 : Les salaires journaliers moyens des charpentiers bruxellois ayant travaillé au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1405 à 1495 (relevé tous les 5 ans)

Graphique 1 : Les salaires journaliers moyens des charpentiers bruxellois ayant travaillé au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1405 à 1495 (relevé tous les 5 ans)

Source : AGR, CC, n° 4162 au 4190, tous les 5 ans

Graphique 2 : Les salaires journaliers moyens des charpentiers de moulins bruxellois ayant travaillé au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1405 à 1495 (relevé tous les 5 ans)

Graphique 2 : Les salaires journaliers moyens des charpentiers de moulins bruxellois ayant travaillé au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1405 à 1495 (relevé tous les 5 ans)

Source : AGR ; CC, n° 4162 au no 4190, tous les 5 ans

Graphique 3 : Le prix moyen du muid de froment et de seigle (292,5 litres) à Bruxelles au XVe siècle

Graphique 3 : Le prix moyen du muid de froment et de seigle (292,5 litres) à Bruxelles au XVe siècle

Données de M.-J. Tits Dieuaide, La formation des prix céréaliers en Brabant et en Flandre au XVe siècle, Gand, 1975

Graphique 4 : Le salaire réel des artisans du bois bruxellois ayant travaillé au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1477-1478 à 1492-1493 (relevé annuel) en litres de seigle

Graphique 4 : Le salaire réel des artisans du bois bruxellois ayant travaillé au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1477-1478 à 1492-1493 (relevé annuel) en litres de seigle

Graphique 5 : Le quintal de froment en heures de travail pour les artisans du bois bruxellois ayant travaillé au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1477-1478 à 1492-1493 (relevé annuel)

Graphique 5 : Le quintal de froment en heures de travail pour les artisans du bois bruxellois ayant travaillé au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1477-1478 à 1492-1493 (relevé annuel)

Graphique 6 : Échantillon rendant compte de l’évolution du budget total attribué aux travaux et réparations au sein du domaine ducal de Bruxelles et de la part des charpentiers (1404-1437)

Graphique 6 : Échantillon rendant compte de l’évolution du budget total attribué aux travaux et réparations au sein du domaine ducal de Bruxelles et de la part des charpentiers (1404-1437)

Source : AGR, CC no 4162 au no 4170

Notes

1 Cet article trouve son origine dans un chapitre de notre mémoire de licence revu, corrigé et complété. Ce travail de licence, Les métiers du bois bruxellois au XVe siècle. Réalités économique et sociale, a été réalisé en 1996-1997 à l’Université catholique de Louvain sous la direction du professeur J.-P. Sosson.

2 J.-P. Sosson, C. Thiry, S. Thonon, T. van Hemelryck (éd.), Les niveaux de vie au Moyen Age. Actes du colloque international de Spa, 21-25 octobre 1998, Louvain-la-Neuve, 1999 et surtout son introduction et sa conclusion faisant l’état de la question, des méthodes et leurs limites, des résultats. Voir aussi J.-P. Sosson, « Les XIVe et XVe siècles : un « âge d’or de la main d’œuvre » ? Quelques réflexions à propos des anciens Pays-Bas méridionaux », dans Publications du Centre européen d’études bourguignonnes, 1987, 27, p. 17-38 et son abondante bibliographie.

3 Dans la plupart des régions d’Europe, seul le secteur du bâtiment peut être étudié avec plus ou moins de précision. Souvent il ne s’agit d’ailleurs que du secteur public, comme dans le cas de Bruxelles.

4 Voir P. Bonenfant, « Bruxelles et la Maison de Bourgogne au XVe siècle », dans Bruxelles au XVe siècle, Bruxelles, 1953, p. 21-32 ; J. Kreps, « Bruxelles, résidence de Philippe le Bon », dans Bruxelles au XVe siècle, Bruxelles, 1953, p. 155-216 ; H. Laurent et F. Quicke, L’accession de la Maison de Bourgogne aux duchés de Brabant et de Limbourg (1389-1407), Bruxelles, 1939 (Arch. Royale Belgique, Classe des Lettres et des sciences morales et politiques, coll. in-8°, 41) ; M. Martens, « Bruxelles, capitale de fait sous les Bourguignons », dans Westfälen Forschungen, 1973, 25, p. 180-187 ; C. Dickstein-Bernard, « Bruxelles, résidence princière (1375-1500) », dans M. Martens, Histoire de Bruxelles, Toulouse, 1976, p. 139-166 ; A. Uyttebrouck, « Les résidences des ducs de Brabant (1355-1430) », dans Fürstliche Residenzen in spätmittelalterlichen Europa, Sigmarigen, 1991, p. 193 et suivantes.

5 G. Desmarez, L’organisation du travail à Bruxelles au XVe siècle, Bruxelles, 1904 (Arch. Royale Belgique, Classe des Lettres. Mémoires in-8°, 45) ; F. Favresse, Études sur les métiers bruxellois au Moyen Âge, Bruxelles, 1961 (Centre d’histoire économique et sociale).

6 J. Baerten, « Bruxelles, capitale d’un duché : aspects politiques et économiques », dans Bruxelles, croissance d'une capitale, Bruxelles, 1979, p. 56-68 ; A. Smolart-Meynart, « L’installation de la cour de Philippe le Bon et des institutions du gouvernement à Bruxelles : une capitale en devenir », dans Rogier van der Weyden-Rogier de la Pasture, Bruxelles, 1979 p. 15-23.

7 J.-P. Sosson, « L’impact socio-économique du “mécénat” ducal. Quelques réflexions à propos des anciens Pays-Bas méridionaux », Actes des journées internationales Clans Sluter (septembre 1990), 1992, p. 305-309.

8 C. Dickstein-Bernard, « Bruxelles, capitale d’un duché : aspects sociaux », dans Bruxelles, croissance d’une capitale, Bruxelles, 1979, p. 69-76.

9 Voir la note suivante à propos des travaux de construction et d’entretiens entrepris dans le domaine ducal de Bruxelles.

10 Les chantiers urbains sont difficilement estimables du fait de la disparition de la majeure partie des archives urbaines de l’époque, victimes du bombardement de 1695 qui incendia l’hôtel de ville et certaines maisons corporatives (M. Culot, E. Hennaut, M. Demanet, C. Mierop (éd.), Le bombardement de Bruxelles par Louis XIV et la reconstruction qui s’ensuivit (1695-1700), Bruxelles, 1992). Des travaux semblent toutefois avoir été effectués à l’hôtel de ville au début du XVe siècle (C. Bernard, « Le compte mensuel de la ville de Bruxelles d’octobre 1405 et la construction de l’aile droite de l’hôtel de ville », Cahiers Bruxellois, 1959, 4, p. 246-294).

11 Par exemple les travaux de la cathédrale Saints Michel et Gudule (P. Lefevre, « La collégiale des Saint Michel et Gudule à Bruxelles », Annales de la Société Royale d’Archéologie de Bruxelles, 1956-1957, 49, p. 61 et suivantes).

12 G. Des Marez, « Les luttes sociales à Bruxelles au Moyen Âge », Revue de l’Université de Bruxelles, 1908-1909, 11, p. 287-323 ; F. Favresse, L'avènement du régime démocratique à Bruxelles pendant le Moyen Âge (1306-1423), Bruxelles, 1932 (Arch. Royale Belgique, Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques, Mémoires, coll. in-8°, XXX-I, 2e série) ; ID., « Esquisse de l’évolution constitutionnelle de Bruxelles depuis le XIIe siècle jusqu’en 1477 », Annales de la Société Royale d'Archéologie de Bruxelles, 1934, 37, p. 46-82.

13 Ce sont les teinturiers, les brasseurs d’hydromel, les plumassiers, les brasseurs, les meuniers, les forgerons, les tailleurs, les peintres, selliers, fripiers, chaussetiers, bateliers, paveurs, fabricants de ceinturons blancs, tisserands en toile, fruitiers, tendeurs aux rames, charpentiers, merciers, briquetiers, tonneliers, menuisiers, tanneurs, blanchisseurs, chaudronniers, bouchers, poissonniers d’eau douce, marchands de volaille, boulangers, cordonniers, savetiers, ceinturonniers, tisserands, foulons et tous les autres corps d’artisans de Bruxelles (G. Des Marez, L'organisation du travail..., p. 13-14 ; Commission Royale d’histoire, Brabanste Yeesten, (8), I, p. 723-724).

14 F. Favresse, « Considérations sur les premiers statuts des métiers bruxellois », Revue belge de philologie et d’histoire, 1979, 37, p. 919-940.

15 Id., Esquisse de l’évolution..., p. 59-60.

16 Arch. Ville de Bruxelles, Ordonnantie der Ambachten, no 1447, fol. 11r° édité par F. Favresse, « Les premiers statuts connus des métiers bruxellois du duc et de la ville et note sur les métiers », dans Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, 1946, 111, p. 57-59.

17 Voir à ce sujet notre article intitulé « Entre norme et réalité : les conditions d’accès aux métiers du bois bruxellois, principalement à la maîtrise (1365-1500) », Archives et bibliothèques de Belgique 2000, p. 153-166.

18 Arch. Ville de Bruxelles, ODA, no 1447, fol. 19v° ou Arch. Gén. Royaume, Corps des métiers et serments de Brabant, no 648, éditée par F. Favresse, Les premiers statuts connus des métiers..., p. 52-54. Les comptes domaniaux conservent la trace de travaux fournis par les menuisiers : confection de meubles, d’escaliers, de châssis de fenêtres, fournitures de matières premières... Un examen approfondi des salaires et des conditions d’embauche propres aux menuisiers est possible. Il serait intéressant d’en confronter les résultats avec ceux obtenus pour les charpentiers et charpentiers de moulins. Un rapide examen des sources tend toutefois à montrer que le nombre de données rassemblées au sujet des menuisiers risque d’être fort faible : les menuisiers semblent beaucoup moins nombreux que les charpentiers, leurs salaires ne sont cités qu’à partir de la seconde moitié du XVe siècle. Les scieurs (saghers), unis aux légumiers par ordonnance du Magistrat le 8 mai 1422 du fait de leur petit nombre (AVB, ODA, no 1447, fol. 83) apparaissent çà et là de manière sporadique. De même que les manoeuvres (hantwerkers) et les transporteurs (cruywagheners). Il s’agit là des seules professions liées au bois connues à Bruxelles au XVe siècle. Dans certaines villes et à la même époque s’est développée une multitude de métiers du bois, notamment à Paris S. Roux, « Le travail et les métiers du bois à Paris du XIIIe au XVe siècle », dans Le bois et la ville du Moyen Âge au XXe siècle, Fontenay-Saint-Cloud, 1991, p. 239-248, cite une foule de métiers spécialisés nés du travail du bois, de son commerce, de son transport... Cette absence de diversité bruxelloise s’explique soit par la disparition des archives, soit par le fait qu’aucun autre métier du bois n’existait à Bruxelles à cette époque. Ainsi, le métier des witwerkers ou ébénistes fait son apparition au XVIe siècle.

19 Arch. Royale Belgique, Chambre des Comptes, no 4162 au no 4191 (1403 à 1500) (R.H. Bautier et J. Sornay, Les sources de l'histoire économique et sociale du Moyen Age. Les États s de la Maison de Bourgogne, vol. 1 : Archives des principautés territoriales. 2. Les principautés du nord., Paris, 1984, p. 399-402). L’année comptable commence dans la plupart des cas le 24 juin pour se terminer à la même date de l’année suivante. Chaque compte comprend une rubrique relative aux dépenses occasionnées par les travaux et réfections aux infrastructures ducales. Celles-ci sont variées : espaces publics à vocation commerciale (boucheries, halles, marchés, étals), appareils de production en zones urbaine et rurale (moulins, viviers, vignobles), ensemble du Coudenberg (palais ducal, parc ducal de la Warande, Basse Cour ou Nederhof). Chaque année, des travaux de maçonnerie, de charpenterie, de menuiserie, de couverture sont entrepris. Une main-d'œuvre considérable est ainsi mise à profit. Pour une description détaillée de ces infrastructures et leur localisation, voir M. Martens, L'administration du domaine ducal en Brabant au Moyen Age (1250-1406), Bruxelles, 1954 (Académie Royale de Belgique. Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques. Mémoire in-8°, 48, fasc. 3) et P. Lemoine, Les infrastructures du domaine de Bruxelles (1477-1478 à 1492-1493), mémoire inédit UCL, Louvain-la-Neuve, 1995-1996. Des comptes particuliers concernant les grands travaux réalisés au Palais du Coudenberg ont été conservés jusqu’à ce jour (AGR, CC, no 27395 [1431-14361 ; no 27396 [1431] ; no 2423 [1468-1469] ; Arch. Ville de Bruxelles, Perquement boeck metten taetsen, no IX, fol. 157v°-158v° [1451-1461]). Ici aussi, charpentiers et charpentiers bruxellois interviennent (Voir P. Seynave, « Le Palais du Coudenberg », dans Bruxelles au XVe siècle, Bruxelles, 1953, p. 239-243 ; K. De Jonge, « Het paleis op de Coudenberg te Brussel in de XVe eeuw. De verdwenen hertogelijke residenties in de Zuidelijke Nederlanden in een nieuwe licht geplaatst », Revue Belge d’Archéologie et d’Histoire de l'Art, 60 (1991), p. 5-38 ; A. Uyttebrouck, Les résidences des ducs de Brabant (1355-1430), dans Fürstliche Residenzen in spätmittelalterlichen Europa, Sigmarigen, 1991, p. 193 et suivantes).

20 Voir J.-P. Sosson, « L’artisanat bruxellois du métal : hiérarchie sociale, salaires et puissance économique (1360-1500) », Cahiers Bruxellois, 1962, 7, p. 236-258 ; Id., « Corporation et paupérisme aux XIVe et XVe siècles. Le salariat du bâtiment en Flandre et en Brabant, et notamment à Bruges », Tijdschrift voor Geschiedenis, 1979, 92 1979, p. 557-575.

21 Dans certains métiers toutefois, il s’agit pour le compagnon candidat à la maîtrise de faire la preuve de son habilité à exercer le métier en tant que maître en réalisant un chef-d'œuvre. À Bruxelles, seuls trois métiers semblent avoir connu cette pratique à partir de 1466 : les menuisiers et les tonneliers, les serruriers et les tailleurs. Les charpentiers et charpentiers de moulins semblent ne pas connaître cette pratique.

22 Pour l’examen détaillé des conditions d’accès aux métiers du bois bruxellois, voir notre article cité plus haut « Entre norme et réalité : les conditions d’accès aux métiers du bois bruxellois, principalement à la maîtrise (1365-1500) », art. cit.

23 Arch. Gén. Royaume, Corps des métiers et serments de Brabant, no 472 et no 473. Ces comptes fournissent entre autres choses la liste des nouveaux maîtres en précisant s’il s’agit d’un fils de maître ou non et le montant payé par l’artisan. Ils permettent souvent de combler les lacunes propres aux sources normatives et de confronter règles et réalité. On voit ici l’intérêt de confronter sources normatives et sources de la pratique, théorie et réalité.

24 Le nombre d’inscriptions à l’apprentissage fait montre d’une même stabilité.

25 Voir M. Martens, Histoire de Bruxelles, Bruxelles-Toulouse, 1976, p. 147-151.

26 Cette situation n’a rien d’exceptionnel. Selon les statuts du métier des menuisiers bruxellois, le fils de maître paye uniquement le vin aux jurés.

27 Les compagnons travaillant aux gages d’un maître au sein du domaine ne sont pas identifiables puisque leur nom n’est jamais mentionné. Seul le nom du maître est cité. Certains compagnons travaillent peut-être pour leur propre compte et servent directement le client. Dans ce cas, l’identification des compagnons ne peut s’effectuer sans de nombreux recoupements avec les noms cités dans les comptes du métier. Il semble que la situation qui prévaut soit celle du compagnon travaillant au côté d’un maître.

28 Les chantiers entrepris par la ville de Bruxelles sont pratiquement inconnus du fait de la destruction de la presque totalité de la comptabilité urbaine lors du bombardement de 1695. Seuls quelques fragments de comptes subsistent (Arch. Gén. Royaume, CC, 30 942 [1er octobre 1485 au 24 juin 1486] ; 30943 [23 juin 1497 au 23 juin 1498] ; 30944 [24 mai 1498 au mois de juin 1498] ; 30945 [1499-1500] ; 30946 [1500-1501]). Voir C. Dicksteinbernard, « Répertoire chronologique et analytique des comptes complets, fragments et extraits des comptes communaux de Bruxelles qui subsistent pour la période antérieure à 1570 », Cahiers Bruxellois, 1988, 29, p. 5-78. Voir aussi G. Des Marez, « Deux fragments des comptes communaux de Bruxelles au XVe siècle », Annales de la Société Royale d'Archéologie de Bruxelles, 1908, 22, p. 229-246 et C. Bernard, « Le compte mensuel de la ville de Bruxelles d’octobre 1405 et la construction de l’aile droite de l’hôtel de ville », Cahiers Bruxellois, 1959, 4, p. 246-294. Les données récoltées dans ces maigres comptes ne nous permettent pas d’appréhender les chantiers urbains dans toutes leurs dimensions, encore moins celle du salaire des maîtres et des compagnons charpentiers et charpentiers de moulins. Il est probable que les salaires payés par les grandes institutions étaient uniformes comme ce fut le cas à Bruges (J.-P. Sosson, Les travaux publics de la ville de Bruges, XIVe-XVe siècles, lois matériaux, les hommes, Bruxelles, 1977, p. 227).

29 La construction de maisons ou de moulins particuliers nous échappent totalement. Et par là même la participation à ces travaux des charpentiers et charpentiers de moulins.

30 Plusieurs montants différents peuvent apparaître une même année. Rien ne permet d’affirmer avec certitude que cette différence est due aux saisons (d’après J.-P. Sosson, Les travaux publics..., p. 226, Bruxelles ne semble pas avoir connu le régime des salaires d’hiver et salaires d’été au XVe siècle, contrairement à Bruges). L’examen des dates auxquelles les artisans ont travaillé et ont reçu un salaire journalier corrobore cette affirmation. Aucune homogénéité des salaires n’apparaît selon les mois ou les saisons. Ces variations sont peut-être dues à la nature du travail effectué. Rien ne permet de trancher. C’est pour cette raison que l’on a procédé au calcul d’un salaire journalier moyen à partir des salaires minimum et maximum.

31 Vu cette régularité salariale, nous n’avons pas dépouillé l’ensemble des registres du domaine. Nous nous sommes contentés de rassembler des données tous les 5 ans, la tendance apparaissant clairement de cette façon. Nous avons toutefois dépouillé de manière continue les extrémités du siècle. On constate ainsi que les chiffres varient très peu d’année en année.

32 J.-P. Sosson, L'artisanat bruxellois du métal..., p. 236-238 et p. 256-258.

33 Id., Les travaux publics..., p. 225-227.

34 E. Scholliers, Loonarbeid en honger. De levensstandaard in de XVe en XVe eeuv te Antwerpen, Anvers, 1965, p. 105 et sv. et p. 124 et sv.

35 Ordonnance du 19 mai 1405, Arch. Ville de Bruxelles, Ordonnantie der Ambachter DA no 1447, fol. 14v°-15r°.

36 J. P. Sosson, Les travaux publics..., p. 226 : « La moitié de la vie quotidienne des hommes et surtout des pauvres, c’est probablement le blé. Son prix constitue donc un baromètre du niveau de la vie ».

37 Voir W. Abel, Agrarkrisen und Agragkonjunctur. Eine Geschichte der Land-und Ernährungswirtschaft Mitteleuropas seit dem hohen Mittelalter. ; Hambourg-Berlin, 1966 et E. Scholliers, Loonarbeid en honger. De levensstandaard in de XVe en XVIe eeuw te Antwerpen, Anvers, 1960.

38 Voir J. Fourastié et R. Grandamy, « Remarques sur les prix salariaux des céréales et la productivité du travail agricole en Europe du XVe au XXe siècle », Troisième Conférence internationale d'Histoire Économique, Munich, 1965, p. 647-656.

39 Voir RE.H. Brown et S. Hopkins, « Builder’s Wage-rates, Prices and Population: some further evidence », Economica, 22 (1955), p. 195-206.

40 W. van der Wee fournit les prix du fromage, du beurre et a estimé la valeur d’un panier à provisions, mais uniquement pour l’ouest du Brabant (Anvers), (« Prijzen en lonen als ontwikkelingsvariabelen. Een vergelijkend onderzoek tussen Engeland en de Zuidelijke Nederlanden, 1400-1700 », Album Charles Verlinden, Gand, 1975, p. 360-412).

41 E. Scholliers, « Le pouvoir d’achat dans les Pays-Bas au XVI e siècle », Album Charles Verlinden, Gand, 1975, p. 307.

42 Ces données sont tirées de M.-J. Tits-Dieuaide, La formation des prix céréaliers en Brabant et en Flandre au XVe siècle, Bruxelles, 1975, p. 270-275. Les prix retenus sont les prix moyens calculés à partir des prix minimum et maximum que l’auteur a rencontrés dans les sources. Il existe un épier de Bruxelles donnant une série de prix de denrées alimentaires à partir de 1460. Il n’a été publié qu’à partir de 1501 par Ch. Verlinden, Documents pour servir à l’histoire des prix et des salaires en Flandre et en Brabant du XVe au XIXe siècles, Bruges, 1959.

43 Il ne faut pas oublier que l’on compare des salaires journaliers et des prix annuels.

44 Voir J. Fourastié et R. Grandamy, op. cit., p. 647-656.

45 J.-P. Sosson, Les travaux publics..., p. 231. D’après J. Fourastié et R. Grandamy, op. cit., p. 655, « les hommes ont des besoins alimentaires de l’ordre de 2500 à 3000 calories par jour. Il paraît donc vraisemblable que le prix de 100 salaires horaires pour un quintal de froment soit un seuil critique. À ce prix en effet, un journalier chef d’une famille de trois enfants ne peut en travaillant 300 jours par an et en affectant au pain toute la dépense alimentaire du ménage obtenir que 1,1 kg de pain par tête et par jour, soit 2600 calories ».

46 Les droits à payer pour exercer la maîtrise sont libellés en vieux gros, dans les comptes comme dans les ordonnances du métier. Un vieux gros vaut 68 deniers, 72 deniers puis 85 deniers.

47 L’évolution nominale des droits d’accès à la maîtrise (4 vieux gros à 8 vieux gros) ne se retrouve pas aussi clairement dans l’évolution réelle exprimée en journées de travail. L’augmentation forte de 1485-1484 (83,8) est vite amortie par la suite (64,8). Le salaire journalier augmente petit à petit tout au long du siècle.

48 D’après J. Fourastié et R. Grandamy, op. cit., p. 647-656, l’artisan travaille 3000 heures par an soit environ 10 heures par jour (voir ci-dessus). Le compagnon « non-fils » de maître charpentier ou charpentiers de moulins doit consacrer en 1479-1480 603 journées de travail dans le but de payer les droits d’accès à la maîtrise (20 %) ; en 1484-1485 838 journées (28 %) ; en 1489-1490 648 (21,6 %)...

49 On l’a dit, les travaux entrepris par la ville et les chantiers privés restent dans l’ombre du fait des sources disponibles. L’artisan qui ne trouve pas d’emploi sur l’un des chantiers ducaux peut se tourner vers d’autres chantiers, dans ou hors de la ville ou se retrouve au chômage. Certains artisans bruxellois ont peut-être trouvé du travail dans d’autres villes du Brabant, quoique la plupart du temps les chantiers emploient une main-d'œuvre locale. Un dépouillement attentif et laborieux des comptes de la Recette Générale du Brabant, de comptes domaniaux brabançons, de comptes urbains serait utile.

50 Les comptes du métier des charpentiers, charpentiers de moulins et charrons bruxellois ont enregistré les inscriptions à la maîtrise et à l’apprentissage. Ces données ne permettent pas d’évaluer le nombre de membres du métier à un moment donné.

51 Ordonnance du 13/30 octobre 1423 (Arch. Ville de Bruxelles, Ordonnantie der Ambachter, no 1447, fol. 16r°-17r°).

52 Ordonnance de 1425 (Arch. Ville de Bruxelles, Ordonnantie der Ambachter, no 1447, fol. 17v°-19r°).

53 Ordonnance du 13/30 octobre 1423 (Arch. Ville de Bruxelles, Ordonnantie der Ambachter, no 1447, 16r°-17v°).

54 Ordonnance du 16 janvier 1449 (Arch. Ville de Bruxelles, Ordonnantie der Ambachter, no 1447, fol. 39v°) et ordonnance du 28 février 1449 (Arch. Ville de Bruxelles, Ordonnantie der Ambachter, no 1447, fol. 41r°).

55 Ordonnance du 20 juin 1468 (Arch. Ville de Bruxelles, Ordonnantie der Ambachter, no 1447, fol. 90r). Ces conflits multiples et la difficulté à départager charpentiers et menuisiers bruxellois a d’ailleurs induit en erreur plus d’un historien. Ainsi, G. Des Marez, L'organisation du travail à Bruxelles au XVe siècle, Bruxelles, 1904, n’a pas échappé à cette confusion et, comme l’a remarqué A.-M. Bonenfant-Feytmans, « L’adaptation du métier des menuisiers à Bruxelles à de nouvelles techniques », Annales de la Société Royale d'Archéologie de Bruxelles, 58, p. 51, « on constate un certain flottement dans la terminologie. Sous sa plume, en effet apparaissent sans beaucoup de rigueur des termes de menuisiers, d’ébénistes, voire de charpentiers. En ce qui concerne les deux premiers [...], il qualifie volontiers d’ouvrage d’ébénisterie tout meuble raffiné, même s’il est en plein bois, chêne ou noyer, donc si l’art de 1'ébéniste n’y est pour rien [...]. On ne peut parler d’ébénisterie que pour des meubles qui ont une technique propre résultant du collage de minces feuilles de bois d’importation : l’ébène […], l’acajou ou l’amboine. Est donc d’ébénisterie le meuble de bois exotique [...]. Aussi n’est-il pas étonnant que l’on trouve mention de ces bois à partir du XVIIe siècle et qu’en France par exemple se rencontrent en 1641 seulement les premières mentions de « menuisiers » d’ébène […]. Dans l'Organisation du travail à Bruxelles, ébénistes est donc utilisé pour menuisiers et par voie de conséquence, ce dernier terme sert à désigner les charpentiers. Et cependant, dès 1306, les textes parlent de tymmerlieden (charpentiers), les autres travailleurs du bois étant appelés schrijnmakers, littéralement écriniers ou fabricants de coffres, meubles médiévaux par excellence ». Cette erreur se retrouve chez d’autres (par exemple dans les différents travaux de F. Favresse OU dans D. Rochette, « Les travaux de charpenterie et d’ébénisterie au Coudenberg au début du XVe siècle », Res Publica, 4, p. 347-352).

56 Certains métiers, comme celui des menuisiers et tonneliers ont réglementé de manière stricte l’emploi de main-d'œuvre par les maîtres. Ceux-ci ne peuvent engager qu’un certain nombre d'apprentis ou de compagnons. Dans le cas des charpentiers et charpentiers de moulins bruxellois, aucune mesure en la matière ne nous est connue. Cela aurait permis d’expliquer éventuellement l’inégalité d’emploi entre maître et compagnon au sein du domaine ducal.

57 Voir notre article présenté lors du colloque « Histoire, Gestion, Organisations » organisé par l’Université des Sciences sociales de Toulouse les 29 et 30 décembre 2001 et intitulé « L’impact du marché ducal sur la hiérarchie des métiers du bois bruxellois au XVe siècle » [à paraître].

58 Il existe un moyen pour déterminer le degré d’inégalité d’une répartition. C’est le calcul du coefficient de Gini ou coefficient de concentration, selon la formule : la somme des (Xi (Yi + 1) - la somme des ((Xi + 1) Yi), Xi et Yi étant les pourcentages cumulés. Si le nombre ainsi obtenu est égal à 0, l’égalité est parfaite (50 % des individus effectueraient 50 % des jours de travail). S’il vaut 1, on est en présence d’une inégalité totale. De 1405 à 1495, le coefficient de Gini est de 0.4 pour les charpentiers et de 0.6 pour les charpentiers de moulins. De 1477 à 1492, il est égal à 0.6 pour les charpentiers comme pour les charpentiers de moulins. Proche de 1 dans la plupart des cas, ce calcul donne une preuve supplémentaire de l’inégalité des maîtres devant l’emploi au sein du Domaine ducal de Bruxelles.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Les nouveaux maîtres de la corporation des charpentiers, charpentiers de moulins et charrons bruxellois de 1432 à 1500. Pourcentage représenté par les fils et les nouveaux venus
Légende (1) : années ; (2) total annuel d’inscriptions à la maîtrise ; (3) : nombre de fils de maîtres ; (4) : nombre de nouveaux venus ; (5) : pourcentage de fils de maîtres ; (6) : pourcentage des nouveaux venusSources : AGR, Corps de métiers et serments de Brabant, no 472 et no 473.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2744/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Tableau 3 : Les salaires nominaux en deniers des charpentiers et charpentiers de moulins bruxellois d’après les comptes du domaine ducal de Bruxelles (1405-1500)
Légende (1) salaire minimum ; (2) salaire maximum ; (3) : salaire moyen
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2744/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 4 : Les salaires nominaux en deniers des charpentiers et charpentiers de moulins d’après les comptes du domaine ducal de Bruxelles, année après année (1403-1430)
Légende (1) salaire minimum ; (2) salaire maximum ; (3) : salaire moyen
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2744/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Tableau 5 : Les salaires nominaux en deniers des charpentiers et charpentiers de moulins bruxellois d’après les comptes du domaine ducal de Bruxelles, année après année (1475-1493)
Légende (1) salaire minimum ; (2) : salaire maximum ; (3) : salaire moyen
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2744/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 6 : Le pouvoir d’achat des artisans du bois bruxellois ayant travaillé au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1405 à 1495 (relevé tous les 5 ans) exprimé en litres de froment et en litres de seigle
Légende (1) : années ; (2) : prix moyen du muid de froment à Bruxelles (292.5 litres) ; (3) : pouvoir d’achat moyen du charpentier exprimé en litres de froment ; (4) : pouvoir d’achat moyen des charpentiers de moulins exprimé en litres de froment ; (5) : prix moyen du muid de seigle à Bruxelles (292.5 litres) ; (6) : pouvoir d’achat moyen du charpentier exprimé en litres de seigle ; (7) : pouvoir d’achat moyen du charpentier de moulins exprimé en litres de seigle.Sources : M.-J. Tits-Dieuaide, La formation des prix céréaliers en Brabant et en Flandre au XVe siècle, Gand, 1975 et Arch. Gén. Royaume, CC, no 4162 au no 4190 (tous les 5 ans)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2744/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau 7 : Équivalent en journée de travail au sein du domaine ducal de Bruxelles des droits d’accès à la maîtrise46
Légende (1) : dates ; (2) : Équivalent en journées de travail au sein du domaine ducal de Bruxelles pour le compagnon charpentier non-fils de maître ; (3) : Fils de maître ; (4) : Équivalent en journées de travail au sein du domaine ducal de Bruxelles pour le compagnon charpentier de moulins non-fils de maître ; (5) : Fils de maîtres.a. Pour rappel, nous ne connaissons pas le montant des droits payés par les fils de maîtres avant 1432
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2744/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau 8 : Nombre de journées prestées par les charpentiers et charpentiers de moulins bruxellois de 1405 à 1500 (tous les 5 ans) et de 1477 à 1495 (tous les ans)
Légende (1) : années ; (2) : nombre de jours effectués par les charpentiers ; (3) : nombre de jours effectués par les charpentiers de moulins
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2744/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 9 : Nombre de charpentiers et charpentiers de moulins présents chaque année au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1405 à 1495 (tous les 5 ans) ; de 1477 à 1495 (tous les ans)
Légende (1) : années ; (2) : nombre de charpentiers ; (3) : charpentiers de moulins
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2744/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 10 : La répartition des jours de travail prestés au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1405 à 1495 et de 1477-1478 à 1492-1493 pour les charpentiers de moulins58
Légende (1) : nombre de jours prestés ; (2) : nombre de charpentiers ayant preste ce nombre de jours ; (3) : pourcentage du total des charpentiers ; (4) : nombre de charpentiers de moulins ayant presté ce nombre de jours ; (5) : pourcentage du total de charpentiers de moulins.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2744/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Graphique 1 : Les salaires journaliers moyens des charpentiers bruxellois ayant travaillé au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1405 à 1495 (relevé tous les 5 ans)
Légende Source : AGR, CC, n° 4162 au 4190, tous les 5 ans
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2744/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 2 : Les salaires journaliers moyens des charpentiers de moulins bruxellois ayant travaillé au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1405 à 1495 (relevé tous les 5 ans)
Légende Source : AGR ; CC, n° 4162 au no 4190, tous les 5 ans
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2744/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 3 : Le prix moyen du muid de froment et de seigle (292,5 litres) à Bruxelles au XVe siècle
Légende Données de M.-J. Tits Dieuaide, La formation des prix céréaliers en Brabant et en Flandre au XVe siècle, Gand, 1975
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2744/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 4 : Le salaire réel des artisans du bois bruxellois ayant travaillé au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1477-1478 à 1492-1493 (relevé annuel) en litres de seigle
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2744/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 5 : Le quintal de froment en heures de travail pour les artisans du bois bruxellois ayant travaillé au sein du domaine ducal de Bruxelles de 1477-1478 à 1492-1493 (relevé annuel)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2744/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 6 : Échantillon rendant compte de l’évolution du budget total attribué aux travaux et réparations au sein du domaine ducal de Bruxelles et de la part des charpentiers (1404-1437)
Légende Source : AGR, CC no 4162 au no 4170
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2744/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540