Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Niveaux de vie, misère et intégration sociale par le logement

Le mode de vie du peuple des « bonnes maisons » de Douai dans la première moitié du xive siècle

Monique Mestayer

Texte intégral

1Les archives de la ville de Douai conservent une série de comptabilités des « bonnes maisons » et hôpitaux de la ville au début du XIVe siècle ; ces documents en général très détaillés permettent de se faire une idée assez exacte de la manière de vivre de ceux qui y résidaient, que ce soient des malades, des personnes âgées, des femmes ayant accouché, des orphelins, des lépreux ou des pauvres, de ceux qui les servaient, mesquines et valets, enfin des maîtres, « demoiselles souveraines », comptables et secrétaires qui géraient ces maisons.

2Ces comptabilités sont en cours de transcription et seront éditées, de manière à mettre à la disposition de tous cette mine de renseignements sur la vie douaisienne à la fin du Moyen Âge. Cependant cette contribution voudrait donner un aperçu de ce qu’on pourra y trouver comme renseignements à cette époque sur une population dans l’ensemble peu fortunée et souvent handicapée par la maladie ou la vieillesse.

3Quelques détails sur la tenue de ces comptabilités sont nécessaires pour comprendre ce qu’on peut y découvrir. Les plus anciennes qui vont de 1307 jusque vers 1350 sont en rouleaux de parchemin et comprennent des comptes de recettes et dépenses par année ou avec une périodicité variable, des listes d’arrérages dus aux maisons et un état des biens de la maison à la date de la fin du compte. Il peut aussi y avoir des comptes partiels de récoltes, des états des rentes, etc. Les plus récentes à partir de 1350 sont écrites sur des cahiers de papier qui ont été reliés pour plusieurs années au siècle dernier, mais présentent la même structure. Ces comptes écrits en double exemplaire étaient rendus devant les échevins chargés de la surveillance de ces maisons, ce qui explique qu’ils se trouvent à la fois dans les archives municipales et dans les archives des hospices aujourd’hui déposées aux Archives municipales, même si pour un même compte nous n’avons qu’un exemplaire (exception faite de la Table du Saint-Esprit de Saint-Pierre dont d’ailleurs la comptabilité n’a pas été utilisée pour cette communication).

4Les « bonnes maisons » et hôpitaux, selon l’appellation du temps, sont l’hôpital des Malades (les lépreux), l’hôpital des Chartriers ou Carteriers, pour les personnes âgées et malades des deux sexes, l’hôpital des Femmes gisantes d’enfant accueillant les femmes qui venaient d’accoucher avec leur bébé, l’hôpital de Saint-Jean des Trouvés se chargeant des orphelins et des enfants trouvés, enfin l’hôpital du Saint-Esprit dit des Wetz qui était en fait un béguinage ; quelques plus petites institutions existent aussi dont je n’ai pas utilisé les archives pour cette communication.

LES RÉSIDENTS

  • 1 Compte des Malades de 1307, Bibl. mun. Douai, Ms. 1096,1.1, pièce 25.

5Aux Malades, ceux qui y entrent paient un droit compris entre 46 et 60 s. En 1307, il y a 6 frères, 11 sœurs, 2 provendiers et 4 servantes pour les servir. Les frères et sœurs reçoivent 5 s. par semaine, les provendiers 8 s. et les servantes 3 s. 8 d. Ces sommes leur permettent de pourvoir à leurs frais quotidiens. Il y a en outre 3 valets de charrue et 1 courtillier qui s’occupe du jardin et un clerc, un berger, un valet qui garde les agneaux des Rameaux à la Pentecôte1.

  • 2 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés, 1325, 4e peau, Arch. mun. Douai, GG layette 189.
  • 3 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés de 1325, 3e peau, Arch. mun. Douai, GG layette 189.

6À Saint-Jean des Trouvés, il y a en 1309 la maîtresse Yzabiel Quentine, 18 provendières qui y sont nourries, 10 enfants et une servante2. En 1325, Ysabiel Quentine est toujours là, Oedain d’Ascons semble l’aider. Il n’y a plus que 9 provendières, mais 22 enfants, certains placés dans des familles, d’autres (10) restant dans la maison et il y a deux servantes3.

  • 4 Compte des Femmes gisantes d’enfant de 1360, 4e peau, Arch. mun. Douai, GG layette 198 : « dame Jeh (...)

7Aux Femmes gisantes, on a une liste des femmes qui y sont entrées en 1360 et qui restent en général un mois à l’hôpital4.

  • 5 Compte des Chartriers de 1326, 1re peau, Arch. mun. Douai, GG layette 188 : les échevins « lui otri (...)
  • 6 État des Chartriers de 1328, Arch. mun. Douai, GG. layette 188.
  • 7 Compte des Chartriers de 1346-1347, 18e peau, Arch. mun. Douai, GG layette l88 : « Pieron de Noiiel (...)

8Aux Chartriers, il y a des provendiers en nombre restreint, des hommes et des femmes nombreux qui résident pour les femmes dans un grand dortoir, pour les hommes dans une chambre à côté et les malades sont dans l’infirmerie. Les provendiers qui y sont admis doivent payer pour bénéficier de la nourriture : en 1326 Pieron Daniel dit d’Estainfort verse 28 lb. 16 s.5. En 1328, il y a 11 provendiers et provendières y compris le prêtre et les deux servantes du dortoir, 54 chartriers et chartrières et à l’hôtel du maître il y a 11 valets et servantes, le maître n’étant pas compté6. En 1347 il y 64 chartriers et chartrières, 4 provendiers, 2 servantes au dortoir, le cuisinier, le courtillier et la servante qui dessert l’hôtel du maître7.

  • 8 Compte du béguinage des Wetz de 1353, fol. 175 v° et 193, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, (...)
  • 9 Compte du béguinage des Wetz de 1355, fol. 2 et fol. 13, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 9 (...)

9Enfin au béguinage des Wetz, les béguines sont entre 20 et 30, elles sont séparées entre le haut et le bas hôpital, elles entrent avec l’accord des échevins en payant une somme forfaitaire qui varie ; par exemple, en 1353 Marote de Ransart verse 129 lb. parisis, Maroie d’Eske seulement 27 lb. 15 s. et Angniés le Carpentiere 16 lb.8. En 1355, trois femmes entrent au bas hôpital pour des sommes comprises entre 12 lb. 8 s. et 26 lb. 13 s. 4 d. tandis que Agnès Ghibe pour entrer au haut hôpital paie 40 lb. et versera 12 rasières de blé par an9. Il y a un valet : Jehan Gobiert en 1353, Jehan le Leu en 1355 ; il est logé gratuitement dans une maison dans le jardin du béguinage. Il y a une maîtresse mesquine, une petite mesquine au haut hôpital et une mesquine au bas hôpital, un conducteur pour la charrue et deux valetons pour garder les porcs quand ceux-ci ne sont pas aux champs. Enfin le clerc s’occupe de la comptabilité et des affaires juridiques de la maison.

10C’est l’ensemble de ces résidents dont nous allons voir quelques aspects de la vie journalière.

NOURRITURE ET BOISSON

  • 10 Compte du béguinage des Wetz de 1353, fol. 163 v°, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, to (...)
  • 11 Compte du béguinage des Wetz de 1355, fol. 6, Arch. mun. Douai., fonds des hospices, I, 918, tome I

11Les renseignements sont extrêmement nombreux ; aussi me contenterai-je d’énumérer ce que mangent les résidents de manière qualitative plus que quantitative, même si les quantités soient souvent exprimées. La difficulté est en effet d’établir des comparaisons à l’aide de mesures dont nous ne connaissons pas toujours l’équivalence exacte. On mange du pain, par exemple 5 rasières de blé par semaine à l’hôpital des Wetz en 1355 pour 28 à 32 femmes et 3 valets. Il y a du pain blanc pour certaines fêtes, d’autre part avec de la farine à laquelle on ajoute des fromages et des œufs et parfois du lait, on fait des tartes 5 fois par an aux principales fêtes (Saint-Martin, Saint-Jean-Baptiste, les Trois Rois, le dimanche avant le Carême et l’Ascension). Cette farine sert aussi à faire des flans à Pâques en y ajoutant des œufs, à faire des tourtiaus avec de l’huile pendant le Carême. En 1353 on note que 9 coupes de blé ont été utilisés avec de la levure pour faire des fouaces pour les femmes du bas hôpital les trois vendredis avant Noël selon la coutume10, en 1355 il s’agit de miches. Cette même année, on utilise 9 rasières d’avoine pour « faire les grumiaus et mettre es porées de le maison »11. En 1360 aux Femmes gisantes, on cuit 25 rasières de blé pour le pain et le compenage pour un an. La viande ne manque pas, aux Chartriers on mange 1 cochon par semaine soit salé, soit échaudé, dont on consomme aussi les tripes et les andouilles, ou bien des moutons, des vaches grasses, une génisse, on y ajoute parfois de la viande de bœuf achetée chez le boucher ou chez le tripier ; en 1347 36 cochons dont 7 salés, 60 moutons, une génisse et 3 vaches grasses sont ainsi mangés. Des oies rôties ou en brouet sont servies certains jours de fête ; ainsi aux Chartriers, le jour Notre-Dame en septembre, le 9, on sert à chaque chartrier un quart d’oie. On fait des pâtés le dimanche avant le Carême avec de la viande de poule mêlée à de la viande de bœuf ou de porc. On rôtit des agneaux qu’on sert avec une sauce verte faite de vin aigre et d’épices et avec du pain blanc. Le soir au souper des poules rôties sont au menu.

  • 12 Compte des Chartriers de 1339, 12e peau, Arch. mun. Douai., layette 188.
  • 13 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés de 1343, 7e peau, Arch. mun. Douai, layette 189.
  • 14 Compte du béguinage des Wetz de 1352, fol. 151, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.
  • 15 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés de 1324, 2e peau, Arch. mun. Douai, layette 189.
  • 16 Compte des Chartriers de 1339, 10e peau, Arch. mun. Douai, layette 188.

12Les œufs sont achetés en quantité considérable ; aux Chartriers c’est 700 par semaine, 7 500 pour faire les flans ; au béguinage, plus de 200 par semaine. Le poisson de mer ou de rivière est abondant pour les jours d’abstinence, le vendredi, le mercredi, pendant l’Avent et le Carême ou les vigiles de certaines fêtes. Les harengs, saurs, frais, blancs, en caque, sont consommés en nombre, par exemple 4000 harengs saurs sont achetés en 1339 pour les Chartriers pour le Carême12, mais on trouve aussi des merlans, de l’aiglefin, des hanons, des maquereaux, des plies, de la raie. Les légumes ne sont pas négligés, poireaux, choux, pois verts, cresson qui servent dans les porees qui sont servies quotidiennement, les fèves et les pois sont utilisés dans les potages avec du lait, surtout en hiver. Tous les mets servis sont en général bien assaisonnés ; le sel est acheté plusieurs fois dans l’année à Douai, à Valenciennes ou à Tournai. Les épices sont variées : poivre, gingembre, cannelle, moutarde, cumin, safran, on y ajoute l’ail, les oignons et les échalotes, le persil, le vinaigre. Le beurre et l’huile sont abondamment utilisés dans les plats ; ainsi en 1343, à Saint-Jean-des-Trouvés, 28 lb. de beurre ont été utilisés dans les compenages et les potages les jours sans viande13. Les fromages servent surtout à faire les tartes, mais certains sont servis seuls qu’ils soient secs ou frais. Ces derniers doivent être en partie faits à la maison. Les desserts outre les tartes, les wastiaus (gâteaux), les craquelins, les gaufres comprennent des fruits de saison : cerises, poires, pommes qui sont consommées une bonne partie de l’année, prunes, nèfles, mures, raisins ; les amandes et les figues sont donnés pour le carême avec du raisin aussi, sans doute des raisins secs, mais cela n’est pas précisé. Ainsi en 1352, au béguinage, les femmes reçoivent chacune 2 livres de figues à l’entrée du carême et l’on met des amandes dans les grumiaux14. À l’hôpital Saint-Jean, en 1324, les 8 provendières reçoivent 32 livres de figues et de raisin à cette même date.15 Aux Chartriers, les pommes et les noix sont réservés aux malades pendant le Carême de 134016.

  • 17 Compte des Chartriers de 1326, 6e peau : « goudale bute par les ouvriers », Arch. mun. Douai, layet (...)

13Pour la boisson, suivant les catégories de personnes, on donne du vin, c’est à la table du maître ou de la « souveraine demoiselle » ou quand il y a des invités (il arrive que l’on précise qu’il s’agit de vin français ou de vin d’Auxerre, mais cela est rare), ou bien de la goudale, c’est une sorte de bière, enfin de la cervoise. Au béguinage, la table de la demoiselle a droit à un demi lot de vin par jour, les femmes du bas hôpital ont un denier de cervoise par semaine. Aux Chartriers, en 1326 on donne de la goudale aux ouvriers qui sont venus travailler aux bâtiments de la maison17.

LE LOGEMENT ET LE MOBILIER

  • 18 Compte du béguinage des Wetz de 1353, fol. 184 et compte de 1352, fol. 122 : « verriere dou bas hôp (...)
  • 19 Compte des Femmes gisantes d’enfant de 1360, 5e et 6e peau : « 1 drap point mis en le cambre des fe (...)
  • 20 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés de 1324, 4e peau : « faiture de le verriere deseure l’autel de le (...)
  • 21 Compte des Chartriers de 1326, 1re peau v° : « on recouvre deseure l’enfremerie de waras de biés ». (...)
  • 22 Compte des Chartriers de 1339, 17e peau : « plommer 1 nok de le maison des Carteriers dont li yaue (...)

14Il n’est pas toujours aisé de se représenter exactement les lieux correspondant à chacune des maisons, car nous n’en avons pas de description précise. Cependant les travaux qui sont payés régulièrement chaque année nous permettent de nous faire une idée de la configuration des lieux. Au béguinage, il y a un rez-de-chaussée, le bas hôpital, et un étage, le haut hôpital, chacun a une cuisine où il y a un puits. En 1353, on recouvre de tuiles neuves la maison, en 1352 la verrière du bas hôpital est refaite18. Aux Femmes gisantes, il y a un aisement (des toilettes) que l’on répare en 1360, on recouvre le toit de la cuisine, la baignerie où se prennent les bains est repavée, un drap peint est mis dans la chambre des femmes19. À Saint-Jean-des-Trouvés, il y a un dortoir, une chapelle avec une verrière au dessus de l’autel ; au dessus du dortoir, on peut jouer à la paume dans le grenier20. La demoiselle a sa chambre avec un toit de roseaux, le grenier est loué aux chanoines de Saint-Pierre qui y entassent sans doute leurs récoltes de céréales. Les Chartriers sont beaucoup plus grands ; en 1326 l’infirmerie a son toit recouvert de roseaux, à côté se trouvent la chambre et la cuisine de la demoiselle du dortoir, les bancs de ce dernier sont confortés de fers et les lits sont grands, sans doute à deux places. Il y a une grande étable où on met les chevaux du censier, une carterie pour ranger la charrette, dans les greniers on conserve le blé et l’avoine en réserve21. En 1328, on refait trois fenêtres dans la cuisine et on fait un étau pour tailler dessus les légumes tandis que dans le lardoir on refait un tailloir pour tailler dessus le lard des cochons. Cette année-là une tempête a d’ailleurs dévasté les toitures qu’il faut refaire sur les greniers au blé et sur la grange. En 1339, on signale qu’il y a un nok, un conduit par lequel on fait arriver de l’eau dans les aisements, les mangeoires des chevaux et celles des brebis dans les cinq étables à moutons sont refaites22.

LES SOINS

  • 23 Compte des Malades de 1307, 3e peau : « Emmelot le Manneresse... issi hors de le maison comme saine (...)
  • 24 Compte des Chartriers de 1326, 4e peau v° : « 44 den. as Malades la dehors pour 4 los de vin pour e (...)
  • 25 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés de 1343, 8e peau, Arch. mun. Douai, layette 189.
  • 26 Compte des Chartriers de 1326, 5e peau : « Une livre d’estoupes pour remuer les navrés », Arch. mun (...)
  • 27 Compte des Chartriers de 1326, 6e et 8e peaux.

15Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il y a très peu de détails sur ce sujet. Au béguinage, on saigne les femmes tous les ans la veille de la Saint-Jean ; parfois on paie quelqu’un pour soigner celles qui sont malades. Celles-ci reçoivent des douceurs comme du lait, des pommes, des nèfles, du beurre et des fromages, des figues, du poisson. A la maison des Malades, on vérifie régulièrement que les lépreux le sont encore et parfois on constate que certains sont guéris et peuvent donc quitter la maison. En 1307, Emmelot le Manneresse sort de la maison comme étant saine, par contre Hanin de Mierignies vient y demeurer parce qu’il est malade et deux personnes y meurent cette même année23. En 1326, les Chartriers craignent que la femme de Putefin soit malade du mal Saint Ladre et on la fait esprouver, mais à tort24 À l’hôpital Saint-Jean, Oede de Manchicourt est malade en 1343, deux servantes la gardent, des frais sans précision sont notés pour Ysabiel de Dourges à cause de sa maladie et pour remuer ses plaies pendant 18 semaines25. Aux Chartriers, on achète en 1326 une livre d’étoupe pour remuer les navrés26. On emmène aux frais de l’hôpital Crestienne le Barbieresse, une chartriere de le maison, à la chandelle d’Arras, « liquele estoit empeechie dou mal de le candoille », de même Gillot le Pouletier « liquel estoit empeechiés dou mal de le candoille », est mené à Arras en charrette et on paie son offrande27.

  • 28 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés de 1343, 12e peau, Arch. mun. Douai, layette 189.
  • 29 Compte des Chartriers de 1328, Arch. mun. Douai, layette 188.

16Les enfants sont aussi soignés, ainsi Maroie de Flines en 1343 garde pendant 8 semaines une fillette malade, une autre Jehennette qui habitait au béguinage de Champ Fleuri fit un pèlerinage « de sen cors a saint Germain deviers Lens pour avoir par le grasce de Diu et dou saint allegement d’une enflure qu’elle avoit ou cors »28. Enfin il faut citer une dépense de 6 s. faite aux Chartriers en payant en 1328 Evrart le Potentier et son fils Pieron pour « ouvrir une feme morte ki avoit vif enfant dedens sen ventre ; se fu li enfés presigniés en le presence de pluiseurs gens »29.

LA VIE DANS LA COMMUNAUTÉ DE LA VILLE

  • 30 Compte du béguinage des Wetz, 1353, fol. 206 v°, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I
  • 31 Compte de l’hôpital Saint-Jehan-des-Trouvés de 1341 : l’hôpital avait reçu un écu d’or en don valan (...)

17Les « bonnes maisons » ne sont pas des lieux d’enfermement qui écarteraient leurs résidents de la vie de la cité. Au contraire ceux-ci participent à la vie urbaine et aux événements marquants de celle-ci. Ils subissent aussi l’influence des événements extérieurs qui retentissent sur la vie de Douai, comme le fait d’appartenir au roi de France ou au comte de Flandre. C’est ainsi que les problèmes monétaires induits par l’appartenance au royaume de France jusqu’en 1379 influent directement sur la tenue des comptes ; jusqu’en 1353, les comptes n’ont pas été convertis en florins, mais à partir de cette date, ils sont tributaires des variations rapides de ce dernier. Cette année-là, jusqu’au 2 novembre, on comptait en faible monnaie et les deniers noirs dits trompés valaient 2 tournois, à partir du mercredi avant la Toussaint on doit compter en forte monnaie. En 1354, les florins à l’écu prennent cours par les ordonnances du roi pour 10 s. la pièce et les blanches mailles de 8 tournois ne valent plus que 2 tournois. Le 13 janvier 1356 une autre ordonnance royale décide que le florin qui valait 50 s. auparavant ne vaudra plus que 13 s. 4 d. D’autre part les problèmes d’équivalence entre les pièces réelles et la monnaie de compte engendre des frais de change dont les comptes font état, parfois même on signale que « pour cangier de florins à pluiseurs fois que on n’en pooit mie tant avoir cange que il avoient cours »30, cependant que parfois telle pièce reçue n’ayant pas été changée tout de suite acquiert une valeur supplémentaire31.

  • 32 Compte du béguinage des Wetz, 1352, fol. 129 v°, Arch. mun. Douai, fonds des hospices I 918, t. I.
  • 33 Compte du béguinage des Wetz, 1352, fol. 129 v°, Arch. mun. Douai, fonds des hospices I 918, t. I.
  • 34 Compte du béguinage des Wetz, 1354, fol. 53 v°, Arch. mun. Douai., fonds des hospices I 918, t. I.

18Les événements extérieurs comme les guerres ou la venue de personnages importants ont aussi leurs répercussions sur la vie des « bonnes maisons ». Le début de la guerre de Cent Ans se fait sentir, par exemple en 1328, le cuisinier des Chartriers est parti à l’ost, il doit être remplacé ; en 1339, les Chartriers font battre le blé des censiers de Sin et de Dechy « pour le perir dez guerres ». En 1343, Saint Jean des Trouvés ne peut récupérer le loyer d’une cense à Quiéry pour l’année 1340 à cause de la guerre. D’autre part en 1346, l’inondation est tendue pour protéger la ville et les récoltes sont compromises : « li tiere avoit floté en cheli anee des yauwes que on tenoit en le ville de Douay32 ». D’autres fois, c’est le mauvais temps qui est en cause, en août 1342 comme en 1349, pour « cause dou tempiest qui fu en cheli anee »33, des débiteurs se sont enfuis ; de même en 1351 il y a eu un orage qui a causé de nombreux dégâts et le béguinage ne réclame pas leurs censes à plusieurs cultivateurs. En 1355 le béguinage reçoit l’ordre des échevins de payer 2 lots de vin « as wardes qui warderent en l’âtre Saint Piere le castiel présenté au roy nosigneur... a cause de le venue dou roy quant il vint a Douay le second jour dou mois de may l’an 55 »34. 11 s’agit de l’entrée à Douai du roi Jean le Bon auquel on offrit la maquette de la ville.

  • 35 Compte des Chartriers de 1339, 19e peau. Ce royaume des pauvres est en fait une association qui reg (...)

19D’autre part, les « bonnes maisons » n’omettent pas de faire des courtoisies, de donner des étrennes (des hiéloires) à de nombreuses personnes susceptibles de les aider ou leur ayant déjà fourni une aide appréciable. Lors de certaines fêtes à Noël, au Premier janvier, à l’Épiphanie, à Pâques et à la Saint-Jean-Baptiste, des cadeaux en argent sont offerts à des maires, échevins et sergents d’autres villes, aux clercs et valets de la halle échevinale, au clerc de la chapelle, aux sergents du roi, aux mettes de nuit, aux surveillants de l’eau, aux sergents du châtelain et aux charbonniers, également aux valets des artisans qui travaillent pour la maison comme le forgeron, le carlier, le gorrelier, le meunier, le fournier et aux valets et servantes de chaque maison ; les Chartriers donnent aussi « aux povres de le maison pour leur royaume »35. En 1326, les Chartriers prêtent leurs chevaux au bailli pour aller chercher des tuiles à Flines pour recouvrir le château de Douai. Enfin ces maisons participent aux fêtes religieuses. Ainsi on nettoie les rues à cause des processions prévues dans la Semaine sainte pour aller à l’hôpital des Malades.

20La ville était divisée en quartiers appelés connestablies, chaque « bonne maison » participe aux frais des quartiers dont dépendent les propriétés qu’elles possèdent. Le Béguinage en 1355 participe aux frais de réparation de la tente d’une connétablie, Saint-Jean-des-Trouvés fournit sa contribution pour le nettoyage du puits public d’une connétablie en 1343.

SERVITEURS ET SERVANTES

  • 36 Compte du béguinage des Wetz, 1355, ol. 9 v , 23, 25 et 26, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I (...)
  • 37 Compte du béguinage des Wetz de 1353, fol. 164, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.

21Chacune des bonnes maisons utilise les services de valets et de servantes (les mesquines), c’est la maisnie qui exécute les besognes de la maison : entretien, cuisine, service des résidents, provendiers ou malades, culture des jardins entourant ou proches des maisons. Ces personnes sont employées à l’année, en général d’une Saint-Christophe à l’autre, parfois à partir de la fête de Notre-Dame d’Esquerchin en septembre. Ils sont embauchés par l’intermédiaire d’une liuwresse à qui on offre du vin pour son service. Ils passent contrat avec la maison et sont rétribués de diverses manières. Le béguinage des Wetz par exemple a un valet Jehan le Leu en 1355-1356 auquel on donne le droit d’habiter avec sa famille gratuitement dans une maison située dans le grand jardin du béguinage. Il reçoit une coupe de pois pour sa nourriture. D’autre part pour chaque journée de travail, il touche un salaire qui varie en fonction du travail exécuté et de la durée, ainsi pour les semailles, il a droit à 8 jours au même salaire que les autres semeurs soit 4 s. 6 d. le jour, les autres jours ne lui sont payés que 2 s. parce qu’il sert à l’année. D’autre part lorsque sa femme l’aide dans son travail, lorsqu’elle sarcle dans le jardin, elle est aussi payée pendant 9 jours. Le kerruiier qui conduit la charrue touche 12 lb. jusqu’à la Toussaint, puis seulement 77 s. 6 d. jusqu’à la Saint Jean Baptiste. Suzane, la maistresse mesquine, reçoit par an 6 lb. 6 s. 6 d. à la Saint Christophe, y compris le salaire pendant un mois d’une remplaçante lorsqu’elle s’est absentée pour son mariage. Yzabiel, la petite mesquine, reçoit 4 lb. 10 den. et Bourge, la mesquine du bas hôpital, ne reçoit que 25 s., mais il ne faut pas oublier que ces servantes sont logées et nourries, que les valets reçoivent des gants pour les gros travaux, que des cadeaux leur sont faits à certaines fêtes36. Cependant on apprend en 1353 qu’on donne en surplus à Jehan Gobiert, le valet de l’époque, 3 rasières de blé, car celui-ci a dit « qu’il ne servirait à forte monnoie pour le feur qu’il avoit servi a faible et on ne pouvoit pas avoir un autre valet »37.

  • 38 Compte du béguinage des Wetz, 1354 : « 14 lb. pour le salaire Jehan dou Proy de rechevoir rentes, h (...)

22Il avait déjà eu une coupe de fèves et une coupe de pois. Cette même année les deux servantes sont parties avant la fin de leur contrat, la grande mesquine la veille de la Fête-Dieu et la petite à la mi-avril, elles devaient avoir chacune une paire de souliers en plus de leur salaire. Le jour de la foire de la Saint Pierre le 1er août, le valet et les deux mesquines reçoivent de l’argent pour la fête. D’autre part le comptable qui aide à gérer les biens du béguinage et qui tient les écritures est payé 14 lb. en 1354. Il apporte à ses frais le papier nécessaire à son travail38.

  • 39 Compte des Malades de 1307, 4e et 5e peaux, Bibl. mun. Douai, Ms. 1096, t. I, pièce 25.
  • 40 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés de 1343, 13e peau, Arch. mun. Douai, layette 189.
  • 41 Compte des Chartriers de 1326 : « goudale ke les wardes buvoient ki villoient as cans par nuit, gou (...)
  • 42 Comptes des Chartriers de 1326, 5e peau, 11e peau : « trois sakiaus pour porter les variés de kieru (...)

23À la maison des Malades, les maisnies sont payées par semaine 3 s. 8 d. et ils sont nourris. En 1307, il y a 3 valets de charrue, chacun touche 12 lb., 1 courtillier pour 6 lb. 10 s. et deux servantes pour 7 lb. 10 s. les deux, en plus le clerc qui aide à chanter à la chapelle aide aussi à la cuisine et accomplit diverses besognes pour 50 s.39. À Saint-Jean-des-Trouvés, la demoiselle est habillée aux frais de la maison « d’un noir sourcotel, d’une cote de noir brunette, d’un caperon de trois couleurs avec une plume et de deux paires de souliers »40. Aux Chartriers, à la fin de la moisson il y a une fête pour laquelle de la goudale est distribuée aux serviteurs, et dont on paie les frais, fête qu’ils organisent avec les gardes de la récolte, ceux qui l’ont amenée et entassée dans les greniers41. En 1326 on paie 12 d. à Pieronnain, femme de Biernet, pour le louage d’un valet et d’une servante. On achète trois petits sacs pour mettre le pain des valets de charrue qu’on leur porte aux champs. Les domestiques agricoles sont d’ailleurs nombreux : 3 valets de charrue, 2 menant une voiture sur la route, 1 grand porcher et un petit, un berger, un vacher, 1 courtillier. ; 1 cuisinier, une servante à l’hôtel du maître et 2 servantes au dortoir. En 1328 l’un des valets s’en va sans prendre congé et on doit le remplacer. Des mandes (paniers) d’osier sont achetées pour porter leurs gruaux aux femmes qui sarclent aux champs. En 1339 le maître était payé 40 lb. En 1346 le même qui fait « les besoingnes de le maison » reçoit les recettes et réalise les paiements n’est plus payé que 20 lb.42. On paie un barbier 20 s. pour l’année qui coupe les cheveux et rase les chartriers et chartrières.

LA PLACE DES ANIMAUX

24Comme on l’a vu à propos de la nourriture, toutes les « bonnes maisons » font de l’élevage : porcs, vaches, moutons, chevaux en particulier. En revanche on ne voit guère de volaille, on doit acheter les œufs, les poules, les poulets et les oies quand on en mange ; cependant l’hôpital des femmes gisantes nourrit des poules avec de l’avoine, de même en 1348 on voit que le béguinage a des poules.

  • 43 Compte du béguinage des Wetz, 1355, fol. 24, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. II.
  • 44 Compte du béguinage des Wetz de 1355, fol. 6, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.
  • 45 Compte des Chartriers de 1326, 3e peau v°, Arch. mun. Douai, layette 188.
  • 46 Compte du béguinage des Wetz, 1353, fol. 201 v°, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I
  • 47 Compte des Chartriers de 1326, 6e peau v° : « 1 quaregnon de vif argent pour fere ongement de brebi (...)

25Comment nourrit-on et soigne-t-on ces animaux ? Les chevaux mangent une nourriture variée, du pain fait avec du seigle ou du blé, des fanes de fèves, de vesces, de l’avoine que l’on apporte dans des corbeilles, du foin coupé dans les prés ; les Chartriers font garder au marais de Sin 6 poutrains du 1er mai au 1er novembre. On donne chaque année à la Saint-Éloi une offrande au saint pour protéger les chevaux et les autres bêtes. On fait des couvertures pour eux en toile ou en canevas, ils sont ferrés régulièrement, leur harnais est soigneusement tenu et réparé si nécessaire, ils reçoivent des soins, ainsi l’un de ceux du béguinage est enduit d’une pommade faite d’huile d’olive, de miel crû et de persil sur ses jambes43. Une jument malade est soignée avec de la chaux, de la triade est achetée pour soigner chevaux et autres bêtes. On les saigne le jour de saint Étienne et vers la Saint-Jean. Enfin on fait saillir les juments des Chartriers par deux roncbins. Les vaches mangent de l’avoine que l’on met dans leur boisson ou qu’elles mangent sèche, enfin on mélange à leurs chaudeaux quant elles ont vêlé (ce qui n’est pas sans risque, l’une de celles du Béguinage meurt à la suite du vêlage)44, des fanes de vesces, de l’orge, des chaudrons de drasque, pendant la belle saison, certaines vaches vont aux champs pendant 27 semaines. On achète des omelettes à plusieurs reprises pour mettre nourriture et boisson pour les vaches et pour l’hiver on utilise un mélange de paille de blé et d’avoine comme fourrage. En 1326 il y a eu une épizootie et 11 vaches, veaux et bouvards sont morts aux Chartriers ; on fait écorcher leurs peaux pour les conserver ou les vendre45. On mène aussi la vache au taureau. Quant aux cochons, ils sont toujours nombreux. Ils se nourrissent d’orge, de blé, d’avoine, des fèves, du son ; une truie malade est morte malgré des pâtés qu’on lui avait donnés en nourriture à plusieurs reprises après avoir donné naissance à des porcelets au béguinage en 1353, on achète du lait pour nourrir ces derniers46. Mais souvent ces porcs qui ont pourtant des étables pour les abriter vont aux champs à la belle saison, parfois s’y promènent en toute liberté et causent des dégâts. Ainsi cette même année plusieurs cultivateurs reçoivent des rasières de blé pour dédommagement des dégâts faits dans leurs blés à l’extérieur de la porte d’Ocre par les porcs du béguinage. On mène les truies au verrat (trier) et on assaisonne les petits pourchelets et on les amende afin de les mieux engraisser. Des offrandes à saint Antoine sont faites en faveur des petits porcelets. Enfin les moutons, brebis et agneaux sont à la fois élevés pour leur laine et pour leur viande ; on récupère leur graisse pour en faire des chandelles. Les brebis sont marqués avec une roughe tierre, on les soigne avec un onguent fait avec du vif argent, du mercure47. Aux Chartriers en 1328 il y a 140 moutons, brebis et agneaux à tondre et c’est un berger qui s’en occupe toute l’année. D’ailleurs l’état des biens de la maison en cette année précise qu’il y a 8 chevaux de trait, (juments, ronchins et poutres), 7 poutrains au marais, 122 bêtes à laine (brebis, moutons, agneaux), 29 jeunes agneaux, 16 vaches, bouvards et jeunes veaux, 109 porcs dont 6 truies et 3 verrats et 22 petits porcelets qui tètent. C’est vraiment tout un élevage qui est ainsi soigné dans cette « bonne maison ».

LA RELIGION

26Les renseignements concernant les pratiques religieuses des résidents de l’ensemble des « bonnes maisons » sont relativement peu nombreux, ce qui peut s’expliquer par le fait qu’il n’y a pas toujours de raison de dépenser à ce sujet.

  • 48 Compte du béguinage des Wetz de 1353, fol. 190 v° : « 2 messes de Requiem dont li hospitaus est kie (...)
  • 49 Compte du béguinage des Wetz de 1353 : « candoiles de chire a faire le sierviche dou signeur qui es (...)
  • 50 Compte de Saint Jean des Trouvés de 1341, 3e peau, Arch. mun. Douai, layette 189.
  • 51 État des Chartriers de 1347, 3e peau, Arch. mun. Douai, layette 189.

27Cependant dans chaque maison il y a une chapelle dans laquelle sont célébrées des messes pour le fondateur de la maison ou pour un bienfaiteur qui a laissé de l’argent pour ces célébrations. Ainsi Foukeut Pain moulliet a demandé dans son testament de faire célébrer deux messes chaque semaine au béguinage48. Des chandelles de cire qui sont allumées pour le service de Gervais de le Ville, le fondateur de ce béguinage, sont achetées et le prêtre qui dit la messe aidé de son clerc reçoit du vin ainsi que ce dernier49. À Saint-Jean-des-Trouvés, Margritte de Deuwieul a fait un legs avec obligation de 8 messes (le quart d’un trentel)50. Les Chartriers paient le salaire des chapelains qui disent les messes pour les Bardois en la chapelle tous les jours et à Notre-Dame pour Pieron le Leu et du clerc qui les aident. Les chapelains sont deux qui disent les messes à tour de rôle, chacun une semaine51.

  • 52 Compte du béguinage des Wetz de 1355, fol. 37 v°, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t.  (...)

28Les chapelles sont pourvues du mobilier, des accessoires et des ornements nécessaires aux messes et cérémonies : par exemple en 1355 celle du béguinage possède un calice, une platine et une louchette en argent, 5 corporaux, 2 bourses, 2 missels et 3 oreillers pour les poser sur l’autel, 8 aubes, 11 amicts, 5 chasubles, 2 étoles, 3 fanons, 11 nappes, 4 paires et demi d’ailes, 1 bassinet et 2 petits pots lavoirs, 1 bonne croix que l’on porte devant les corps lors des enterrements, le taveliel de la paix, 1 estapliel, un livre d’heures et une gourdine qui couvre la chapelle. Ces ornements sont régulièrement entretenus. Il y a une torche pour le Saint-Sacrement. On se sert d’un petit bassin pour y faire du feu pour chauffer les mains des prêtres à l’autel, celui-ci est éclairé par des torches « qu’on allume quant on lieve Nostre Signeur ». Il y a également une lampe à huile qui brûle nuit et jour52.

  • 53 Compte du béguinage des Wetz de 1343, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 912.
  • 54 Compte du béguinage des Wetz de 1353, fol. 186, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.
  • 55 Compte des Chartriers de 1346, 19e peau, Arch. mun. Douai, layette 188.
  • 56 Compte du béguinage des Wetz de 1352, fol. 158, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.
  • 57 Compte du béguinage des Wetz de 1352, fol. 124, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.

29Les résidents ont des prédications spéciales à l’occasion de certaines fêtes. En 1343, au béguinage c’est un frère prêcheur qui fait une prédication le jour de la Sainte-Agnés53. En 1353, on offre deux lots de vin à un Frère mineur « pour une prédication faite al hospital le jour de 11 000 Vierges, 2 lots de vin au Frère qui fist le prédication as femes doud. hospital le jour sainte Chechille »54. Il y en a eu une autre le jour de la Sainte-Agnès. Aux Chartriers un Frère mineur vient prêcher pour le Carême. D’autre part les résidents communient lors des grandes fêtes à Noël, Pâques, Pentecôte, le 15 août et la Toussaint. Lorsque les résidents vont mourir, on leur donne l’extrême onction, on achète de l’huile « pour enoliier lez malades Carteriers au doyen de Chrétienté »55 ; ces malades communient aussi. Une fois décédés, les résidents sont enterrés avec plus ou moins de solennité. Bietris Pain moulliet décédée le 16 octobre 1352 communia et fut enolliee par le curé, le chapelain et le clerc pour 2 s. 6 d., les Frères de La Trinité la veillèrent, le cercueil coûta 5 s. et le creusement de la fosse 2 s., le luminaire composé de 3 livres de cire coûta 8 s. 6 d.56. Aux Chartriers, les résidents sont enterrés sans cercueil dans une simple fosse avec seulement un linceul qui les enveloppe ; en 1346, 64 fosses sont creusées, une seule est avec un cercueil. Un enfant décédé aux Femmes gisantes est enterré avec un cercueil dans une fosse et une messe. À Saint-Jean-des-Trouvés, les béguines portent le corps de la défunte à Saint-Jacques avec l’autorisation du curé de Saint-Pierre. Mais les femmes du béguinage vont aussi aux offices à Saint-Pierre, leur paroisse ; le prouve cet achat d’une natte « mise au siege les demisielles dou haut hôpital a Saint Piere et pour les claus dont on l’ataka »57. L’une des béguines Jehane le Bege possédait un psautier de David qui est vendu à sa mort en 1350. L’année suivante c’est Jehenne de Tournay qui avait un livre d’heures. Le frère Jehan Buisson, prêcheur, est le confesseur d’une des béguines et celle-ci est enterrée dans le couvent des Dominicains en 1357. Par contre une autre est enterrée à Saint-Albin.

30Les « bonnes maisons » participent aux travaux dans certaines églises, par exemple à la chapelle de Wasiers, de même on fournit le pain et le vin et les vêtements à la fabrique de l’église Notre-Dame, on donne du blé pour faire les hosties à Saint-Pierre. Le clocher de l’église de Fiers doit être refait et le béguinage participe à la taille levée à cet effet en raison des terres qu’il possède dans cette commune, comme il participe à la réfection de la grande verrière de l’église Notre-Dame et à celle du vestiaire des Frères mineurs en 1355.

CONCLUSION

  • 58 Compte du béguinage des Wetz de 1353, fol. 200 v  : Jehanne de Frelin séjourne pendant plusieurs se (...)

31S’il est vrai que dans certaines maisons, les résidents, surtout ceux qui sont malades, n’ont guère de contacts directs avec la ville, les « bonnes maisons » participent cependant à la vie de la communauté urbaine ; il est vrai que les décisions importantes les concernant sont prises sous l’autorité des échevins qui les surveillent, qui contrôlent leurs comptes et qui souvent doivent autoriser les entrées des résidents ; leur existence est assurée par les dons et legs des Douaisiens. La vie à l’intérieur est aussi très communautaire, car malades et vieillards logent dans des dortoirs où s’alignent des lits. On ne voit guère de logements individuels, à part peut-être pour certaines béguines qui possèdent individuellement des meubles et qui semblent avoir une certaine liberté d’aller et venir58. Il faut aussi distinguer les provendiers qui sont nourris en échange d’une somme d’argent des résidents, chartriers, accouchées, lépreux ou orphelins qui sont accueillis en raison de leur situation. On peut noter aussi l’emprise des ordres mendiants dominicains, franciscains ou trinitaires sur ces « bonnes maisons ». Ils sont les prédicateurs habituels aux fêtes traditionnelles propres à chacune des maisons, certains sont les confesseurs des béguines. Mais les liens avec les paroisses ne sont pas rompus et les curés ou leur clergé sont présents pour administrer les sacrements.

32Ces « bonnes maisons » sont aussi des exploitations agricoles importantes qui leur permettent de faire vivre leurs résidents : récoltes des céréales et des légumes et fruits, animaux, rentes et revenus payés par les censiers diminuent les dépenses de nourriture et constituent une grande partie des recettes en nature ou en argent. À travers ces comptes et grâce aux détails donnés dans les différents articles, c’est la vie urbaine de Douai, mais aussi les liaisons avec la campagne environnante qui se découvrent. Mais on y trouve aussi des renseignements sur le commerce des grains, les techniques agraires utilisées, l’évolution du coût de la vie sur près de 50 ans ; l’édition de ces textes permettra de les mettre à la disposition de tous ceux qui voudront étudier cette période à Douai.

Notes

1 Compte des Malades de 1307, Bibl. mun. Douai, Ms. 1096,1.1, pièce 25.

2 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés, 1325, 4e peau, Arch. mun. Douai, GG layette 189.

3 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés de 1325, 3e peau, Arch. mun. Douai, GG layette 189.

4 Compte des Femmes gisantes d’enfant de 1360, 4e peau, Arch. mun. Douai, GG layette 198 : « dame Jehane, femme Jehan le Bochut de le rue Saint Jehan..., dame Jehane, femme Jehan l’Olieur demourant a Deuwioeul..., dame Margos, femme Jehan de Biaumont de le rue Carpentiere..., dame Crestienne, femme Jehan Bechon de le rue Saint Pïere..., dame Aelis, femme Leurent Marmiette de le rue des Maillés... une femme qui vint des Carteriers a gire aud. hôpital... Jehane de Wautripon, amie Grard Boubart, demourant a Gistel... dame Jehane de Venisse de le rue des Maillés... dame Jehane de le rue des Pappegais... ».

5 Compte des Chartriers de 1326, 1re peau, Arch. mun. Douai, GG layette 188 : les échevins « lui otriierent le pain ».

6 État des Chartriers de 1328, Arch. mun. Douai, GG. layette 188.

7 Compte des Chartriers de 1346-1347, 18e peau, Arch. mun. Douai, GG layette l88 : « Pieron de Noiielle, maistre de le maison fait lez besoingnes de le maison », il reçoit les recettes et paie les dépenses ; Jehan Brullet est le « keus et fournier », Bietremiu de Barbastre est le courtillier, les trois servantes sont Pieronne, Jehane et Margot Tout le mont, à l'hôtel du maître. État de 1347, 2e peau.

8 Compte du béguinage des Wetz de 1353, fol. 175 v° et 193, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, tome I.

9 Compte du béguinage des Wetz de 1355, fol. 2 et fol. 13, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, tome I.

10 Compte du béguinage des Wetz de 1353, fol. 163 v°, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, tome I.

11 Compte du béguinage des Wetz de 1355, fol. 6, Arch. mun. Douai., fonds des hospices, I, 918, tome I.

12 Compte des Chartriers de 1339, 12e peau, Arch. mun. Douai., layette 188.

13 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés de 1343, 7e peau, Arch. mun. Douai, layette 189.

14 Compte du béguinage des Wetz de 1352, fol. 151, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.

15 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés de 1324, 2e peau, Arch. mun. Douai, layette 189.

16 Compte des Chartriers de 1339, 10e peau, Arch. mun. Douai, layette 188.

17 Compte des Chartriers de 1326, 6e peau : « goudale bute par les ouvriers », Arch. mun. Douai, layette 188.

18 Compte du béguinage des Wetz de 1353, fol. 184 et compte de 1352, fol. 122 : « verriere dou bas hôpital refaire », Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.

19 Compte des Femmes gisantes d’enfant de 1360, 5e et 6e peau : « 1 drap point mis en le cambre des femmes », Arch. mun. Douai, layette 198.

20 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés de 1324, 4e peau : « faiture de le verriere deseure l’autel de le capielle », « 32 havés de fier... mis deseure le dortoir entre les 2 porteletes pour deffendre le gieu de le paume », « 2 fais de raime mis deseure le dortoir pour les jueurs a le paume », Arch. mun. Douai, layette 189.

21 Compte des Chartriers de 1326, 1re peau v° : « on recouvre deseure l’enfremerie de waras de biés ». Compte des Chartriers de 1346, 14e peau : on couvre « sour le cambre et le quisine de le demisiele dou dortoir sieret l'enfremerie », Arch. mun. Douai, layette 188.

22 Compte des Chartriers de 1339, 17e peau : « plommer 1 nok de le maison des Carteriers dont li yaue par celui nok ket es aisemens de led. maison », Arch. mun. Douai, layette 188.

23 Compte des Malades de 1307, 3e peau : « Emmelot le Manneresse... issi hors de le maison comme saine... Hanin de Mierignies... vint demourer en le maison comme malades », Bibl. mun. Douai, Ms. 1096,1.1, pièce 25.

24 Compte des Chartriers de 1326, 4e peau v° : « 44 den. as Malades la dehors pour 4 los de vin pour esprouver le feme ki fu Putefin que on soupeçounoit a i estre malade dou mal saint Ladre ; s’en fu asause », Arch. mun. Douai, layette 188.

25 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés de 1343, 8e peau, Arch. mun. Douai, layette 189.

26 Compte des Chartriers de 1326, 5e peau : « Une livre d’estoupes pour remuer les navrés », Arch. mun. Douai, layette 188.

27 Compte des Chartriers de 1326, 6e et 8e peaux.

28 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés de 1343, 12e peau, Arch. mun. Douai, layette 189.

29 Compte des Chartriers de 1328, Arch. mun. Douai, layette 188.

30 Compte du béguinage des Wetz, 1353, fol. 206 v°, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.

31 Compte de l’hôpital Saint-Jehan-des-Trouvés de 1341 : l’hôpital avait reçu un écu d’or en don valant alors 36 s., mais « li escus fu tant wardés qu’il mouteplia 3 s. » et il est finalement compté pour 39 s., Arch. mun. Douai, layette 189.

32 Compte du béguinage des Wetz, 1352, fol. 129 v°, Arch. mun. Douai, fonds des hospices I 918, t. I.

33 Compte du béguinage des Wetz, 1352, fol. 129 v°, Arch. mun. Douai, fonds des hospices I 918, t. I.

34 Compte du béguinage des Wetz, 1354, fol. 53 v°, Arch. mun. Douai., fonds des hospices I 918, t. I.

35 Compte des Chartriers de 1339, 19e peau. Ce royaume des pauvres est en fait une association qui regroupe les pauvres logeant aux Chartriers et dont le but est sans doute récréatif et de protection, Arch. mun. Douai, layette 188.

36 Compte du béguinage des Wetz, 1355, ol. 9 v , 23, 25 et 26, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. II.

37 Compte du béguinage des Wetz de 1353, fol. 164, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.

38 Compte du béguinage des Wetz, 1354 : « 14 lb. pour le salaire Jehan dou Proy de rechevoir rentes, hostages..., les paiemens faire, escrire en 1 papier toutes les receptes et mises », Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.

39 Compte des Malades de 1307, 4e et 5e peaux, Bibl. mun. Douai, Ms. 1096, t. I, pièce 25.

40 Compte de Saint-Jean-des-Trouvés de 1343, 13e peau, Arch. mun. Douai, layette 189.

41 Compte des Chartriers de 1326 : « goudale ke les wardes buvoient ki villoient as cans par nuit, goudale ke les maisnies de le maison burent quant tout li bien de le maison furent engrangiet en le grange et pour le fret ke les maisnies fisent, les wardes, li kierkeur et li entasseur ausi pour celui aoust », Arch. mun. Douai, layette 188.

42 Comptes des Chartriers de 1326, 5e peau, 11e peau : « trois sakiaus pour porter les variés de kierue leur pain as cans », 15e peau. Compte de 1346 : 18e peau, 19e peau : « a Pierot, le barbieur, pour sen sallaire de rere les Carteriers et Carterieres et maisnies par une annee, 20 s. » Compte de 1339, 18e peau, Arch. mun. Douai, layette 188.

43 Compte du béguinage des Wetz, 1355, fol. 24, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. II.

44 Compte du béguinage des Wetz de 1355, fol. 6, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.

45 Compte des Chartriers de 1326, 3e peau v°, Arch. mun. Douai, layette 188.

46 Compte du béguinage des Wetz, 1353, fol. 201 v°, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.

47 Compte des Chartriers de 1326, 6e peau v° : « 1 quaregnon de vif argent pour fere ongement de brebis ». Compte de 1328, 2e peau v° : « roughe tierre pour enseigneier les brebis Alain de le Maison acatet par Rikart, le bierkier de le maison », Arch. mun. Douai., layette 188.

48 Compte du béguinage des Wetz de 1353, fol. 190 v° : « 2 messes de Requiem dont li hospitaus est kierkiés a faire dire cascunne semaine pour l’ame demiselle Foukeut », Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.

49 Compte du béguinage des Wetz de 1353 : « candoiles de chire a faire le sierviche dou signeur qui estora le maison », Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.

50 Compte de Saint Jean des Trouvés de 1341, 3e peau, Arch. mun. Douai, layette 189.

51 État des Chartriers de 1347, 3e peau, Arch. mun. Douai, layette 189.

52 Compte du béguinage des Wetz de 1355, fol. 37 v°, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. II.

53 Compte du béguinage des Wetz de 1343, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 912.

54 Compte du béguinage des Wetz de 1353, fol. 186, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.

55 Compte des Chartriers de 1346, 19e peau, Arch. mun. Douai, layette 188.

56 Compte du béguinage des Wetz de 1352, fol. 158, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.

57 Compte du béguinage des Wetz de 1352, fol. 124, Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.

58 Compte du béguinage des Wetz de 1353, fol. 200 v  : Jehanne de Frelin séjourne pendant plusieurs semaines « a le maison maistre Waubiert le Jovene pour se maison warder », Arch. mun. Douai, fonds des hospices, I, 918, t. I.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search