Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

L’habitat populaire

« Cours à sacq », cours et courées de Lille

Vue cavalière sur un stigmate identitaire de la population ouvrière de Lille (de Charles Quint à Gustave Delory)

Philippe Guignet

Texte intégral

  • 1 ARIM : Association de Restauration Immobilière.
  • 2 P. Pierrard, La vie ouvrière à Lille sous le Second Empire, Paris, 1965 ; A. Lottin, Chavatte, ouvr (...)
  • 3 Nous avons consulté cette brochure à la bibliothèque du Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l (...)

1Aujourd’hui, Lille compte encore 426 courées, localisées essentiellement dans les quartiers de Wazemmes, Fives et Moulins. Ces courées dûment répertoriées en 1995 par une étude de l’ARIM1 représentent 3206 logements dont il est vrai 840 sont déclarés vacants. 126 de ces 426 courées (soit 29 % d’entre elles) sont assignées à la démolition, 158 sont à réhabiliter, 960 sont déclarées saines et en bon état. C’est dire à quel point jusqu’à l’extrême fin du XXe siècle ces courées, même si elles ne regroupent qu’une très faible fraction de la population, demeurent un marqueur identitaire de Lille et de bon nombre de villes du Nord. Les cours et courées de Lille sont de l’aveu de Pierre Pierrard un « thème inépuisable ». Il ne s’agit pas pour nous de reprendre l’examen de cet immense dossier en scrutant toutes les facettes de ce sujet, mais de le réexaminer dans la longue durée en tenant pour acquises quelques approches déjà largement mises en œuvre par les historiens, de P. Pierrard et A. Lottin à M. Hastings2. Au passage, peut-être parviendrons-nous enfin à éradiquer un vieux mythe, puisqu’on s’étonne de lire dans une brochure récente, par ailleurs bien faite, de la Communauté urbaine de Lille que les courées dont on déclare par ailleurs qu’elles « ont un avenir » sont « une émanation de l’ère industrielle du siècle dernier »3.

  • 4 Arch. mun. Lille, 17474 (fichier du reste incomplet de cours par ordre alphabétique), 17508 et 1750 (...)

2L’univers insalubre des cours et courettes n’est pas une création du XIXe siècle. Ces trous de misère existent au moins dès le milieu du XVIe siècle. Les registres des ordonnances du Magistrat, les dénombrements de la fin du XVIIe siècle, les documents et les papiers légués par le docteur Edmond Rolants aux Archives municipales de Lille en 1935, qui fournissent une brassée d’informations de premier ordre4, ne laissent planer aucun doute sur l’extension déjà notoire de ce type d’habitat tout au long des Temps modernes.

DES COURETTES SOLIDEMENT IMPLANTÉES FACE À DES AUTORITÉS IMPUISSANTES ET À UNE OPINION INDIFFÉRENTE OU AVEUGLE (XVIE-XVIIIE SIÈCLE)

3Dans un premier temps, évoquons les trois siècles des Temps modernes qui nous paraissent dominés par trois données fondamentales : la progressive implantation des cours et courettes qui ont trouvé dès le début de l’époque française l’essentiel de leurs bastions, le caractère minoritaire, mais irréductible d’un habitat nourri par une implacable logique spatiale, économique et démographique, enfin l’absence de prise de conscience des autorités publiques face à cette lèpre sociale et morale.

Une apparition précoce au cœur du « beau XVIe siècle »

  • 5 Arch. mun. Lille, Registre des ordonnances municipales, no 381, f° 83v°.
  • 6 Arch. mun. Lille, no 17526.

4Le premier texte révélant l’existence de cours et de « ruelles à sacq » est une ordonnance municipale du 3 août 1555 dans laquelle MM. du Magistrat s’alarment de la prolifération des cours qui expose les populations aux assauts de la « maladie contagieuse »5. Par ailleurs, la crainte de voir un incendie consumer telle l’étoupe cet habitat précaire renforce la Loi de Lille dans sa détermination d’interdire à l’avenir de construire « des cours ou courchelles de ménage » sous peine de 60 sols d’amende. On a tout lieu de douter de l’efficacité de cette prohibition. Une ordonnance du 9 juin 1603 a beau augmenter l’amende et laisser planer la menace de punitions exemplaires. Rien n’y fait, le ban du 23 mars 1617 doit bien constater le caractère irréductible des résistances auxquelles se heurtent ces défenses6.

  • 7 Voir à ce propos la synthèse composée par A. Lottin pour le tome I de l’Histoire de Lille, dirigée (...)
  • 8 Bibl. mun. Lille, journal de Monnoyer, ms 582, fl. 84.
  • 9 Le premier agrandissement des années 1603-1605 est des plus modestes puisqu’il porte sur 17 hectare (...)

5La raison profonde qui augmente le flux incessant de création de ces « cours à sacq » est en fait très clairement démographique. La population lilloise a connu une croissance presque ininterrompue à l’époque espagnole. L’essor de la production textile et le dynamisme du commerce créent un tel nombre d’emplois que la ville connaît une des phases les plus expansives de son histoire7. Forte d’à peine 20 000 âmes à la fin du XVe siècle, la ville sur un espace intra-muros inchangé en compte certainement 27 à 29 000 dès 1566. En 1617 alors que la peste a fait chuter la population, Monnoyer fait état de 32 604 habitants8 et il y a certainement plus de 40000 lillois au milieu du XVIIe siècle, alors que le territoire intra-muros ne s’est que très modestement accru à la faveur des deux agrandissements du temps des Archiducs9. Les cours sont donc une réponse à la croissance démographique d’une population corsetée dans un espace restreint. Les propriétaires tirèrent parti de cette situation en faisant bâtir des logements de fortune sur les espaces demeurés inoccupés au cœur des îlots. Pour gagner leurs logis, les habitants devaient emprunter le lacis des étroits sentiers desservant jusqu’alors ces jardins ou se glisser dans la pénombre des couloirs aménagés dans les maisons en bordure de rue.

  • 10 A. Lottin, op. cit., p. 66-69.

6Aucune paroisse lilloise n’échappe totalement à la lèpre des cours. Naturellement, la thèse d’Alain Lottin sur la chronique du sayetteur Pierre-Yves Chavatte l’a opportunément rappelé10, la paroisse Saint-Sauveur est le réceptacle par excellence de ces cours. Il demeure que les courettes se sont incrustées dans le bâti lillois au-delà des limites de Saint-Sauveur. La carte d’implantation des cours sous l’Ancien Régime que nous avons composée (Carte 1) circonscrit au vrai trois grands secteurs où les cours sont bien présentes. Le cœur de Saint-Sauveur entre la rue des Malades, la rue Saint-Sauveur, la rue des Étaques et la rue des Robleds est déjà à la fin du XVIIe siècle un archipel de cours communiquant entre elles par un réseau d’étroits passages que les philanthropes du XIXe siècle n’ont pas manqué de décrire avec une singulière force démonstrative (Carte 2). Au nord-ouest de Saint-Sauveur, à l’emplacement de l’actuel quartier de la gare, les cours se sont également incrustées le long des rues de l’Abbiette, des Buisses et du Vieux-Faubourg. Elles ont également trouvé une terre d’accueil dans la partie centrale de la paroisse Sainte-Catherine entre la rue de la Baignerie à l’est et les abords de l’église paroissiale. Ailleurs, l’implantation des cours et courettes n’a qu’un caractère sporadique.

Une logique implacable

  • 11 Ph. Guignet, op. cit., p. 52 et p. 305-307.

7Il va de soi que même si le centre de la ville voué dans la paroisse Saint-Étienne au commerce et aux affaires est moins touché par le phénomène des cours, toutes les paroisses anciennes sont sous l’emprise d’un parcellaire étroit et se prêtent à l’installation de petites cours derrière les imposantes façades ouvragées des maisons bourgeoises. En revanche les quartiers du « nouveau Lille » de Louis XIV avec leurs parcelles plus grandes et leurs maisons aux façades plus larges sont moins propices à l’établissement de courettes que les vieux quartiers occupés par des maisons de deux étages aux façades n’excédant pas six mètres11. Néanmoins, même dans les quartiers résidentiels, le modèle d’habitat de la cour n’est pas inconnu.

  • 12 Arch. mun. Lille, no 2280-2281 (rôles de capitation en 1695).
  • 13 P. Deyon, « Dénombrements et structures urbaines », Revue du Nord, 1971, no 210, p. 495-495-507 ; l (...)
  • 14 Les archives municipales de Lille possèdent une importante série de registres aux visitations des m (...)

8Il n’est pas utile de s’appesantir sur l’homogénéité sociale de ces cours car ce sont là des données acquises de longue date. Les rôles de capitation de 1695 font apparaître des cours submergées par la pauvreté avec des taux d’exemptés d’impôt atteignant 100 % dans la cour du Maçon, 88 % dans la cour des Sept Agaches, 77 % dans la cour Cerisier... et il serait facile d’allonger la liste12. L’entassement des populations dans ces cours exiguës en font des lieux de détresse que seuls tamisent le sens de la solidarité entre les démunis et la politique d’assistance menée activement par les autorités. Les niveaux atteints par la suroccupation de ces modestes espaces de vie défient incontestablement la comparaison : la cour des Bourloires large de trois pieds (0,90 m) abritent 4 maisons et 21 habitations, celle de l’Espiglier avec ses deux pieds de largeur comportait 45 habitations et 6 maisons ; celle du Batteleur de même largeur 71 habitations et 16 maisons13. Les procès-verbaux des commis aux visitations livrent des descriptions de cours que l’on croirait tirées des tableaux horrifiques du XIXe siècle.14 On y découvre généralement un milieu amphibie où se constituent des réservoirs remplis de pierres, de débris divers et de « grosses boues puantes et corrompues faisant obstacle à l’évacuation des eaux pluviales et ménagères ».

  • 15 Arch. mun. Lille, Affaires générales, C45 d.16.

9Si les autorités municipales de l’époque espagnole répondent à la « question sociale » par un imposant dispositif d’assistance, elles sont, nous l’avons vu, impuissantes à extirper le cancer des courettes de l’univers minéral de la ville. Au lendemain de la conquête française, quelque temps un soudain volontarisme politique se fait jour. En 1677, fut publié à son de trompe qu’« après les saint Pierre et saint Paul 1678 passé, personne ne poivra plus demeurer dans des caves ni les propriétaires les louer à ces fins »15. Le maréchal d’Humières, gouverneur de la ville, transmit même le 25 août 1678 des ordres du roi enjoignant de « faire abolir toutes les cours à sacq de la ville qui ne pourraient avoir entrée avec sortie spacieuse ». Une visitation générale des cours fut alors ordonnée ; 76 cours existaient à Lille. Dans les 32 cours dénombrées dans la paroisse Saint-Sauveur en 1679 vivaient 1 548 personnes domiciliées dans 338 maisons (4,57 habitants par maison).

Un XVIIIe siècle peu sensible à l’insalubrité de l’habitat populaire

  • 16 Arch. mun. Lille, Affaires générales, C 46, d 16 « Déclaration des maisons de pierre et de maçonner (...)
  • 17 Ph. Guignet, « Lille, Valenciennes et les autres au miroir des courbes paroissiales longues (1715-1 (...)
  • 18 Arch. mun. Lille, Affaires générales, C 41, d 2.
  • 19 E. Buriez-Henaux, Paupérisme et assistance à Lille au XVIIIe siècle, Lille, Maîtrise, 1969, p. 39.

10Les exhortations du maréchal d’Humières se heurtèrent à la réalité têtue de l’habitat ouvrier en place. Ces bâtisses reculèrent d’autant moins que, le dénombrement de 1699 des maisons par rue et par paroisse en fait foi, les maisons des cours ne sont construites en bois que dans 28 % des cas16 et que d’autre part, la croissance démographique ne connaît un fort ralentissement à Lille qu’après 174017. La pénurie domiciliaire et la modicité des revenus ouvriers sont telles qu’il n’est pas étonnant que le dénombrement de 174018 qui recense 63349 Lillois fasse état de 105 cours (au lieu de 76). Les statistiques rassemblées par Evelyne Buriez-Henaux pour 1740 donnent le vertige tant elles révèlent l’aggravation de l’entassement des populations dans les cours pendant le premier XVIIIe siècle : la cour Noiret et la cour Désolée par exemple passent de 7,1 habitants par maison à la fin du XVIIe siècle à respectivement 10 et 12 habitants en 174019. Assurément, il ne convient pas d’imaginer une population ouvrière vivant en majorité dans des cours. Le dénombrement de 1740 permet néanmoins d’établir que parmi les 7 077 chefs de famille à l’indigence reconnue qui échappent de ce fait à la capitation, 38 % élisent domicile dans des cours et 10 % dans des caves dont 1267 sont alors habitées.

  • 20 Ph. Guignet, Vivre à Lille..., op. cit., p. 394-397.

11Au XVIIIe siècle, le Magistrat veillait à la police des bâtiments. Par exemple en 1733, il prescrivit des normes garantissant de bons matériaux pour la construction des maisons. La volonté d’imposer une harmonie des façades devint même une préoccupation dominante. En revanche, on ne relève aucune mise en cause du système d’habitat en place par les populations les plus démunies. Il est loisible au demeurant de s’étonner du silence observé sur l’habitat insalubre par des personnalités dont on connaît par ailleurs l’ouverture d’esprit. C’est ainsi qu’un médecin des Lumières comme Pierre-Joseph Boucher qui relate pendant plus de trente ans les maladies régnant à Lille ne signale que deux fois les effets pernicieux pour la santé de l’insalubrité des logements. Lorsqu’en 1787, le collège des Philalèthes a le mérite de mettre au concours une question portant sur les conditions de logement des populations ouvrières de la cité de la Deûle, ce n’est pas la situation des courettes qui est perçue comme exigeant des remèdes les plus urgents : « Quels seraient les moyens de rendre moins malsaines les caves qui sont l'habitation de la classe la plus indigente de Lille ? » Tel est l’appel à contributions lancé par des Philalèthes dont la devise est Utile duci, Magis arnica Veritas20. Il est fâcheux que les mémoires envoyés en réponse n’aient pas été conservés.

  • 21 J.-P. Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIIe siècles. Les mutations d'un espace social, Paris, 1983, p. (...)
  • 22 F. Decroix, « Notes d’un Parisien Charles Sabliez sur Lille en 1731 et réception chez un bourgeois (...)
  • 23 Guide des étrangers à Lille ou Description de la ville et de ses environs, Lille, 1772.

12Demeure une réalité peu discutable. L’urbanisme ne s’est pas fait au hasard, mais s’est développé sans plan directeur. Comparées aux rues d’autres villes comme Rouen qui sont mal percées et tortueuses21, celles de Lille impressionnent généralement les observateurs par leur tracé moins tourmenté. Les récits de voyage et les guides évoquent volontiers une belle ville aux rues grandes et larges, aux « boulevards aussi beaux que ceux de Paris »22. Le lacis des ruelles et des courettes situées au cœur même des pâtés de maisons échappe aux regards des passants. Le Guide des étrangers publié en 177223 détonne presque dans ce concert de louanges en signalant au détour d’une phrase que les maisons ont « toujours [il serait plus exact de dire souvent] une ou plusieurs caves peu profondes, dans laquelle loge une quantité prodigieuse de peuple ». On ne manquera donc pas de relever que si au XVIIIIe siècle l’horreur du logement des pauvres dans les caves émeut les êtres généreux, tel n’est pas le cas des « cours à sacq » et des courettes. Le XIXe siècle s’inscrit en rupture avec ce discours de valorisation univoque de l’urbanisme lillois au temps des Lumières.

ÉVEIL DES CONSCIENCES ET MULTIPLICATION DES COURS : LES CRUELLES CONTRADICTIONS DU XIXE SIÈCLE

13Au XIXe siècle, les cris d’alarme, les appels à une politique rigoureuse de résorption des cours se sont succédés à l’initiative de notables généreux et désintéressés. Pourtant, jamais on n’a construit autant de cours. Ces deux pans antinomiques de la réalité devront être évoqués avant de s’interroger sur les raisons de l’impuissance, au moins relative, des autorités municipales et des hommes d’œuvres.

Une situation amplement dénoncée

  • 24 L. Trénard, Histoire de Mlle, Toulouse, Privat, 1990, t. III, p. 321.
  • 25 J.-P. Alban de Villeneuve-Bargemont, Économie politique chrétienne ou recherche sur la nature et le (...)
  • 26 « Des maisons petites, étroites, humides, peu aérées, sales, mal fermées. Des chambres petites et s (...)

14Dès le Premier Empire, le préfet du Nord, François Pommereul propose il est vrai un plan d’urbanisme qui ne néglige pas d’inviter à lutter contre les lieux malsains occupés par des individus n’ayant « pour tout meuble qu’une cafetière, une cruche d’eau, une bouteille d’eau-de-vie et deux bottes de paille »24. Ce programme ambitieux est abandonné par son successeur Jean-Marie Duplantier qui capitule devant l’insuffisance des crédits. Le préfet Villeneuve-Bargemont en 1828, avec son économie politique chrétienne, sonne le tocsin sans cependant départir son discours d’un pathos sur la nécessaire moralisation des populations ouvrières25. C’est toutefois sous la monarchie de Juillet, alors que s’accélère l’industrialisation de la région lilloise, qu’outre les caves toujours dénoncées avec force, les cours accèdent à une visibilité au principe des premières prises de conscience. L’épidémie dévastatrice de choléra en 1832 fait découvrir aux médecins la situation sanitaire déplorable des courettes qu’ils décrivent sans fard26.

  • 27 Dans sa préface à la réédition en 1989 du Tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés (...)
  • 28 L.R. Villermé explique que les caves cessent d’être aussi humides qu’on l’imagine spontanément, dès (...)
  • 29 César Binaut fut le rapporteur d’une commission formée, outre d’Anatole de Melun, de Rapy et d’Andr (...)

15Le tableau poignant de Louis-René Villermé publié en 1840 a plus que tout autre rendu tristement célèbre, dans l’opinion du temps comme dans l’historiographie, la situation de l’habitat lillois. Une place toute spéciale est faite par ce libéral éclairé27 à « l’hideux quartier » de la rue des Étaques. Sur un espace de 200 mètres sur 120, se trouvent concentrés, explique-t-il, près de 3 000 personnes. Les plus pauvres habitent les caves et les greniers, les pires logements étant les greniers où « rien ne garantit des extrêmes de température »28. À Lille, il y a aussi, note-t-il, plus de cent cours dont les noms se lisent sur le plan de la ville et de conclure : « Je n’ai jamais vu à la fois autant de saletés, de misères, de vices et nulle part sous un aspect plus hideux, plus révoltant ». Longue est par la suite la série des textes inspirés souvent par une solide expérience du terrain qui interpellent la conscience publique. Ces documents d’une lecture poignante ont été souvent cités, sinon toujours lus de très près. En 1843, le docteur César Binaut synthétise les visites opérées dans les logements de 200 familles d’ouvriers par la Société de Saint-Vincent-de-Paul. Son rapport noircit encore, s’il en était possible, le tableau de Villermé29.

  • 30 A. Blanqui, Des classes ouvrières en France pendant l’année 1848, Paris, 1849, p. 33.
  • 31 En 1917, Clément Durant écrit par exemple à propos du quartier de la gare et de Saint-Sauveur : c’e (...)

16Qui ignore les pages inoubliables d’Adolphe Blanqui l’ainé qui bouleversé par son séjour à Lille, qualifie les taudis lillois de « fosses à hommes » ? L’émissaire de l’Académie des Sciences morales et politiques ne croit pas excessif de dire que « nulle misère au monde n’est comparable à celle des habitants du quartier Saint-Sauveur, de la rue des Étaques, de la cour Gha »30. Naît presque un lieu commun repris ensuite par des observateurs qui sont aussi des hommes d’action : les animaux sont généralement mieux abrités que les êtres humains logés dans les taudis de Lille31.

  • 32 L’expression est d’Henri Violette dans son rapport au conseil municipal de Lille en 1861 : il deman (...)
  • 33 Arch. mun. Lille, 17526, manuscrit Rolants, p. 46. Nommé médecin des épidémies par le préfet Saint- (...)
  • 34 On se reportera à cet égard à la synthèse récente de Fl. Bourillon, « La loi du 13 avril 1850 ou lo (...)

17Si les observateurs extérieurs, ce qui n’est pas le cas de C. Binaut, exercent d’abord le ministère de la parole, les hygiénistes et les notables lillois ne se bornent pas à dénoncer cette situation « au nom de l’humanité et de la charité chrétienne »32. Beaucoup sont soucieux d’action concrète. Certains comme le docteur Auguste Gosselet en 1847 paraissent accablés par l’immensité du mal et ne voient de salut que dans les travaux d’un « nouvel Hercule » pour nettoyer « toutes les vilaines choses qui souillent la ville de Lille »33. Beaucoup fondent des espoirs sur une loi qui libère, alors qu’une liberté indéfinie et mal comprise peut opprimer les faibles. La loi du 13 avril 1850 sur les logements insalubres inspirée par le vicomte Anatole de Melun34 ne fut rendue possible qu’à la faveur du retentissement dans l’opinion des révélations des philanthropes des deux décennies précédentes.

Un cancer proliférant que nul ne peut juguler

  • 35 R. Robinet, PH. Marchand, éd., Une ville nouvelle : Lille agrandie (1858-1900), Lille, catalogue de (...)
  • 36 P. Pierrard, La vie ouvrière à Ulle..., op. cit., p. 100. En revanche, le conseil municipal de Lill (...)
  • 37 Arch. dép. Nord, 0357/3037ter.
  • 38 Le docteur Paul Manoury est plus lucide lorsqu’en 1882, il observe que les habitations des ouvriers (...)
  • 39 Arch. dép. Nord, 0357/3037ter.

18Beaucoup d’hygiénistes lillois ne voyaient au vrai de salut que dans une dissémination de la population sur un plus vaste territoire. Les espérances fondées par certains de ses promoteurs sur les effets bénéfiques de l’agrandissement prononcé en 185835 se révélèrent toutefois fallacieuses. Comme l’a clairement montré P. Pierrard, ce fut pour l’ouvrier « une occasion perdue »36. L’historien est toutefois fondé à s’étonner qu’un cancer aux symptômes aussi bien répertoriés ait proliféré au moment même où les dénonciations et les rapports de la commission des logements insalubres se faisaient les plus pressants. Dès 1856, le docteur Gosselet, en sa qualité de rapporteur du comité central de salubrité, avait attiré l’attention sur cette incapacité à extirper ce cancer du corps social ; il attribuait cet échec à la conjonction de trois comportements : « les négligences individuelles des locataires », « la temporisation des propriétaires » et le découragement de commissions d’hygiène « qui se fatiguent de répéter inlassablement leurs visites et leurs observations sans obtenir les améliorations dont elles soulignent la nécessité »37. On admettra aisément que la cause principale n’est pas le fatalisme de locataires aux ressources des plus chétives se résignant à vivre dans l’insalubrité38. Le vrai problème résulte de la relative impuissance de la loi de 1850 à contraindre les propriétaires à améliorer les logements qu’ils louent. Il suffit de lire les suppliques adressées par certains propriétaires au maire de Lille pour avoir une idée de ce que le souci exclusif des intérêts particuliers peut inspirer d’arguments à des propriétaires habitués, comme le dit Godefroy, à « tirer de leurs pauvres locataires des loyers vraiment usuraires »39.

  • 40 Bibl. mun. Lille, Enquête sur la situation des logements d’ouvriers à Lille, 1895-1896. Lille, 1896 (...)
  • 41 Bibl. mun. Lille, 31801, C. Féron-Vrau, Des habitations ouvrières à Pille en 1896, Lille, 1896, p.  (...)
  • 42 A. Renouard, Les habitations ouvrières de Lille, Lille, 1887, p. 26.
  • 43 A. Renouard, op. cit., p. 27. Wazemmes et surtout Moulins concentrent la plus grande partie de ces (...)
  • 44 Arch. dép. Nord, 0357/3037ter.
  • 45 A. Houzé de l’Aulnoit, De l’assistance publique à Pille. Statistique du paupérisme et des secours p (...)

19Faut-il pour autant entériner sans discussion les conclusions d’une communication présentée aux membres de la Société de Saint-Vincent-de-Paul le 18 mars 1896 ? Prenant comme point de comparaison l’enquête de César Binaut, l’intervenant observe : « La question des logements d’ouvriers n’a fait aucun progrès pendant cette longue période de 52 ans (de 1843 à 1895). Les caves ont cessé de servir d’habitations par une mesure administrative prise en 1864 et c’est tout »40. Un tel constat qui ne recueillait d’ailleurs pas le plein accord de Camille Féron-Vrau41 dénonce une situation bien réelle, mais doit être nuancé sur quelques points. Au cours du second XIXe siècle, un nouveau type d’habitat populaire se fait jour et connaît même un relatif engouement. Ce sont les cités que l’on peut définir comme « des agglomérations de maisons, souvent bâties par entreprise sur un modèle commun, avec le plus d’économie possible et habitées uniquement par des familles d’ouvriers »42. Ces cités offrent généralement des conditions d’hygiène et ne font pas l’objet des enquêtes apitoyées des médecins et des philanthropes du siècle dernier, bien qu’A. Renouard observe qu’« un trop grand nombre » d’entre elles sont « malpropres, négligées, voire mal construites »43. Il est également équitable de dire qu’un effort particulier fut accompli en direction du quartier hautement symbolique de Saint-Sauveur. Le docteur Théodore Godefroy qui a mérité la dénomination d’« apôtre de Saint-Sauveur » présenta le 20 septembre 186944 un rapport-réquisitoire concluant à la nécessité de tracer de larges rues de dix mètres « sillonnant les hideuses agglomérations de courettes et de ruelles étroites ». Une délibération municipale du 28 septembre 1869 demanda que fut déclarée d’utilité publique la transformation de 39 courettes. La guerre de 1870-1871 interrompit ce beau projet. Par la suite, en dépit de la guerre de procédure conduite par les propriétaires, des améliorations ponctuelles furent réalisées, même si en 1892, le pouvoir municipal en était encore à débattre du montant des indemnités avec les propriétaires les plus récalcitrants. En fait, et Aimé Houzé de l’Aulnoit le remarquait très bien dès 1876, les pauvres de Lille dès les années 1860 eurent tendance à émigrer vers la nouvelle ville et le quartier Saint-Sauveur jusqu’alors « le plus misérable de la ville » compta dorénavant un moindre nombre relatif d’indigents45.

  • 46 Arch. dép. Nord, plan 1542 par F.F. Rousseau, « Plan de Lille, chef-lieu du département du Nord, in (...)
  • 47 Parmi les cours de Wazemmes mentionnées dans les tableaux récapitulatifs du recensement de 1896 (Ar (...)
  • 48 En 1838, le percement de la rue Wicar désenclave trois cours (cour à clous, cour Saint-Denis et cou (...)
  • 49 M.-J. Lussien-Maisonneuve, « Du débarcadère à la gare : l’exemple de Lille », Revue du Nord, avril- (...)

20C’est en 1836 que les portes de la ville de Lille restèrent ouvertes désormais la nuit comme le jour. Cette décision eut pour effet d’encourager des entrepreneurs à former des rues particulières d’abord sur le territoire de Wazemmes, de Moulins et d’Esquermes et à commencer à y construire quelques cours. L’annexion des communes de Wazemmes, Esquermes, Fives, Moulins-Lille, ainsi que du faubourg Saint-Maurice ne fit que donner un élan supplémentaire à cette propagation des cours, par ailleurs unaniment dénoncée. Il est possible en effet de proposer une approche diachronique assez fine de la mise en place de nouvelles cours au XIXe siècle. Tout d’abord, des estimations ponctuelles parfois sujettes à caution permettait de jalonner l’espace chronologique. Le plan de 1820 permet de repérer 123 cours et passages46. En 1842, le docteur Jean-Pierre Thouvenin fait état de 94 courettes47. En 1861, selon Henri Violette, le Vieux Lille comptait 87 courettes. Par voie de conséquence, on peut considérer que dans le premier XIXe siècle, le nombre des cours enkystées dans le tissu urbain de Lille intra-muros est globalement stabilisé et amorce même un certain recul sous l’effet du percement de quelques rues48 ou de l’aménagement d’un débarcadère pour les trains en 184649

  • 50 Une étude démographique fine de l’immigration à Lille dans le second XIXe siècle serait la bienvenu (...)
  • 51 Arch. mun. Lille, 17526.
  • 52 En 1906, Wazemmes a une densité de 290 habitants à l’hectare. Les deux quartiers suivants sont ceux (...)
  • 53 En 1911, 31 % des habitants de Lille-Sud et 25 % de ceux de Canteleu résident dans des cours.

21Tout autre est la situation au début du XXe siècle ; le nombre des cours a considérablement enflé depuis le milieu du XIXe siècle à mesure que les communes nouvellement annexées se couvraient d’usines et se peuplaient d’une population en majorité d’origine belge50. En 1911, Lille aurait compté 882 cours ou « immeubles assimilés à des cours et courettes », puisque les recenseurs ont à ce moment ajouté aux cours stricto sensu (667 en 1901) les impasses et les cités51. Les quartiers anciens rassemblent alors 114 cours, soit un chiffre du même ordre qu’avant la grande mutation de 1858. Les communes nouvellement annexées avec 768 cours concentrent toutefois 87 % de ce type d’habitat. C’est le quartier de Wazemmes avec 212 cours qui attire la plus forte proportion de cours et qui témoigne du reste de la plus haute densité démographique de la ville52. À la veille de la Grande Guerre, Fives arrive en deuxième position avec 142 cours devant Moulins-Lille et ses 129 cours. La vague n’a cependant submergé que certains secteurs d’Esquermes, alors que le quartier Vauban qui est à cette époque socialement composite accueille dans son lacis de rues 77 cours. Le nombre des cours à Lille Sud (76) et à Canteleu (28) peut paraître modeste ; il ne doit pas dissimuler qu’il s’agit de quartiers encore relativement peu peuplés53.

La nouvelle géographie des cours dans le grand Lille de Napoléon III

  • 54 La disparition des archives lilloises du XIXe siècle lors de l’incendie de 1916 rend l’enquête sing (...)

22Il est possible d’aller au-delà de ces jalons statistiques qui indiquent l’essor fulgurant de la construction des courées dans le second XIXe siècle. La précieuse nomenclature des rues de Lille publiée en 1880 par A. Bertrand fait figure d’imprimés à caractères de sources. Bertrand fait état en effet des cours et des cités bâties à Lille. Il indique leur localisation et la date de construction de la majeure partie d’entre elles54. Sur 503 cours citées, 109 remontent à l’Ancien Régime sans qu’on puisse en dater précisément la construction. 394 ont été bâties entre 1800 et 1878, terminus ad quem des relevés de l’auteur. 283 de ces 394 cours (soit 71,9 % d’entre elles) font l’objet d’une identification des propriétaires et/ou des constructeurs, ainsi que de la date d’ouverture de ces cours.

23Avec les réserves qu’impose la non-exhaustivité de la source, il apparaît que jusqu’au début des années 1830, le mouvement est des plus timides. Avec la croissance démographique de la monarchie de Juillet, on assiste à un mouvement de constructions sans grands à-coups (15 % des cours bâties avant 1879 l’ont été dans les années 30 et 40 du XIXe siècle). Le graphique 1 confirme l’emballement du mouvement sous le Second Empire. La fusion de Lille et de quelques-unes de ses communes circonvoisines libère les énergies toujours contenues de la construction et de la spéculation. Les années 1860 sont celles du grand déferlement. Jamais autant de cours ne sont sorties de terres en aussi peu de temps. Dès les années 1870, le ressac est sensible, mais l’interruption de la série en 1878 empêche de suivre le mouvement jusqu’à la première guerre mondiale.

  • 55 Arch. dép. Nord, 0357/5472. A. Mongy, Notice historique sur les transformations de la ville de Lill (...)
  • 56 Arch. mun. Lille, Fonds Rolants, 17526 (fiche sur les cours construites dans les communes annexées) (...)
  • 57 4578 maisons ont été construites de 1858 à 1877 à front de voies publiques et 3311 à front de voies (...)

24La construction de ces cours est-elle en harmonie avec le mouvement d’ensemble de la construction immobilière ? La Notice historique sur les transformations de la ville de Lille composé par Alfred Mongy en 1878 offre des possibilités de comparaison. De 1858 à 1877, 7889 maisons ont été construites à Lille55. Comparons avec la construction des cours telle qu’elle apparaît au travers des listes de Bertrand et dans un état plus complet de la construction des cours que nous avons retrouvé dans les papiers de Rolants56. La fenêtre d’observation en dépit de sa modeste amplitude chronologique a le mérite de montrer que la construction des cours précède celle des maisons construites à front de rues qu’elles soient du reste publiques ou particulières57. 76 % des cours selon Bertrand et 72 % selon Rolants sont ouvertes entre 1858 et 1867, alors que la construction des maisons se partage assez également entre les deux décennies (54 % de 1858 à 1867 et 45 % de 1868 à 1877). Est-ce à dire que la construction des cours est en perte de vitesse dès le début de la Troisième République ? Il serait prudent de suspendre à ce propos notre jugement puisqu’à l’évidence, la plupart des cours recensées avant 1878 ont été implantées d’abord à Wazemmes, puis à Moulins et à Esquermes. Ce n’est qu’à la fin du siècle et à la Belle Époque que ce phénomène si caractéristique de l’habitat lillois s’implante massivement dans le quartier de Fives et s’insère dans le bâti populaire en formation des quartiers de Canteleu et du faubourg des Postes appelé désormais quartier du Sud.

  • 58 G Pinchemel, « Les cours et courettes lilloises », La vie urbaine, Urbanisme et habitation, 1954, p (...)

25C’est à l’évidence un enjeu majeur de l’histoire urbaine de Lille que de connaître la localisation exacte des cours ouvertes à l’époque contemporaine. À ce jour, seule, à notre connaissance, une carte des cours de Lille en 1946 (carte 4) a été dressée et publiée par Geneviève Pinchemel en 195458. C’est un phénomène en voie de rétraction que saisit alors l’auteur. C’est pourquoi, en reprenant systématiquement le listing des cours établi à partir de la nomenclature de Bertrand, nous nous sommes attaché à construire une carte d’implantation des cours ouvertes entre 1815 et 1878 (carte 3).

  • 59 G. Pinchemel, loc. cit., p. 14.

26Manifestement au XIXe siècle, les quartiers anciens de Lille accueillent très peu de nouvelles cours, même si certaines, à l’instar de celle des Innocents mise en exergue par G. Pinchemel, ont connu des extensions aboutissant à l’annexion par l’habitat des derniers jardins cultivés de l’espace59. En 1878, le quartier du Canteleu est encore à peine affecté par ce mode de logement de proximité et à bas coût réservé à la population ouvrière. À Fives, l’ouverture des cours dès l’orée de la Troisième République connaît toutefois des débuts douloureusement prometteurs. Assurément, avant les années 1880, ce sont surtout Wazemmes, à un degré un peu moindre, Moulins et de façon plus disparate, Esquermes qui ont vu se transporter dans leur bâti avec une force irrésistible ce type d’habitat expérimenté de longue date dans le vieux Lille.

27La carte montre que ces cours n’ont pas colonisé toutes les rues, elles s’agglutinent en chapelets le long de quelques rues étroites, parfois non pavées et sans égout. Entre la rue de Juliers, la rue des Sarrazins, la rue des Rogations (actuelle rue Paul Lafargue) et la rue des Postes, la population ouvrière s’entasse dans des dizaines de cours au long de rues ne dédaignant pas de célébrer les victoires impériales (Austerlitz, Arcole, Iéna, Magenta...). Entre la place Sébastopol et la place de la Nouvelle Aventure, la rue de Flandre est submergée de cours. Sur son axe, se greffent de modestes rues, dont certaines cette fois aiment à rappeler la conquête de l’Algérie (Alger, Bône, Constantine). Dans le quartier de Moulins, entre la rue d’Artois et la rue de Ronchin (actuelle rue Jean Jaurès), rares sont les rues exemptes de ce type d’occupation maximale du terrain. La distribution de ces cours dans l’espace apparaît toutefois un peu moins dense, bien que l’axe de la rue d’Arras et des ruelles adventices fasse figure d’abcès de fixation pour ce mode d’habitat populaire.

  • 60 Le croquis si démonstratif de G. Pinchemel ne prend cependant pas en compte Fives, Lille-Sud et Can (...)

28Si nous comparons ce réseau des cours à celui de 1946, il apparaît un double phénomène60, à la fois une moindre densité en cours du bastion ouvrier de Wazemmes et une dissémination des cours dans les quartiers méridionaux de la ville intra-muros qui en étaient presque indemnes entre Wazemmes et Moulins. Le versant oriental de Wazemmes voit ce mode d’habitat s’infiltrer dans quelques rues. De la même manière, le sud-ouest de Moulins autour de l’axe de la rue de Condé et de ses voies adjacentes se peuple à son tour de cours. Enfin, les cours s’installent, sans que le phénomène soit massif, dans le quartier de Vauban entre les pâtés annexés par la naissante Faculté Catholique et le boulevard de Lorraine.

29Demeure un ensemble de questions essentiellement démographiques à tenter de mieux éclairer. Quelle est la proportion de la population recluse dans ces cours, quelle est la structure des ménages domiciliés dans ces cours ? Qu’en est-il de la responsabilité de ces cours dans la surmortalité de la population lilloise ?

CARACTÈRES DÉMOGRAPHIQUES ORIGINAUX DE LA POPULATION DES COURS À LA FIN DU XIXE SIÈCLE

  • 61 J. Prouvost, « Les courées de Roubaix », Revue du Nord, 1969, p. 310-311.

30La part de la population lilloise domiciliée dans les cours ne doit pas être surestimée. Les chiffres de 1911 qui avec 882 cours et impasses recensées ne risquent pas d’avoir laissé dans l’ombre des réduits ressortissant de ce type d’habitat font état de 34992 Lillois résidant dans ces pauvres logements. Ils ne forment donc que 16,06 % d’une population lilloise ayant alors atteint le sommet de son expansion. Ce sont les quartiers du Canteleu et du Sud alors en plein boom démographique qui ont la part relative la plus élevée de la population recluse dans des coures (31,5 % à Lille-Sud, 25,15 % au Canteleu). Les nouveaux quartiers lillois du Second Empire ont en gros un cinquième de leurs ressortissants blottis sous le toit des maisonnettes des courées (22,3 % à Moulins, 22,15 % à Fives, 19,7 % à Wazemmes, 17,9 % à Esquermes). Dans les vieux quartiers de l’Ancien Régime, la population des cours est en voie de réduction rapide. Le quartier de Saint-André a encore 8,3 % de ses habitants dans des cours, mais celui de l’Hôtel-de-Ville (5,52 %) et celui presque mythique de la gare et de Saint-Sauveur (5,6 %) ne condamnent plus que 2370 de leurs 42165 âmes à résider dans des cours, des courettes ou des impasses. Lille à la Belle Époque fait donc aux cours et aux courées une place bien moins grande que Roubaix où en 1912, les 1524 courées recensées regroupaient 47,3 % des habitants61

Des cours de petite taille, des maisons petites et basses, des familles relativement nombreuses

  • 62 Arch. mun. Lille, 17526. Dossier divers d’E. Rolants : cours et courettes, salubrité, eaux de Lille (...)
  • 63 Arch. dép. Nord, 0357/5479A. Répartition par rues et par quartiers, p. 22-54.
  • 64 La progression même estimable de Fives (24191 habitants en 1896, 28246 en 1911) ne peut rendre comp (...)

31Pour l’étude de la structure démographique des cours à la Belle Époque, nous disposons d’un tableau synthétique dressé par Edmond Rolants qui a agrégé par quartiers les données du recensement de 1911 en omettant toutefois de porter le nombre des maisons62. Nous avons eu surtout la bonne fortune de pouvoir mettre à profit une source dormante, celle de l’Office sanitaire municipal qui exhume les chiffres du recensement disparu de 1896 non simplement de façon synthétique mais rue par rue et cour par cour, sans que toutefois la répartition par âges soit mentionnée63. Par ailleurs, il est patent que surtout pour les quartiers périphériques de Fives, du Canteleu et du Sud, la source se révèle gravement défaillante et qu’il faut donc s’interdire de procéder à des calculs précis pour ces quartiers64.

32La population moyenne des cours est de 52 habitants en 1896. À l’évidence, c’est dans les quartiers anciens que les cours sont les plus populeuses. En 1896, les quartiers de Saint-André et de la gare Saint-Sauveur comptent respectivement 88 et 93 habitants en moyenne par cour. Dans le quartier de l’Hôtel-de-Ville, la moyenne tombe à 65, mais demeure supérieur à la moyenne générale. Esquermes, Moulins, Wazemmes affichent des moyennes presque similaires avec environ 45 à 50 habitants par cour.

33Examinons maintenant le nombre de maisons par cour, le nombre de ménages par maison et le nombre d’habitants par ménage. Le nombre de maisons par cour n’est pas très différent selon que l’on considère les cours des vieux quartiers de Lille d’avant Napoléon III ou celles des communes nouvellement annexées. Un tel résultat qui établit la moyenne à moins de dix habitations par cour (8,4 exactement) peut paraître étonnant. On aurait pu en effet imaginer qu’à l’exemple de Roubaix, les nouveaux quartiers moins contraints par le réseau viaire en place auraient été plus réceptifs à des cours annexant de vastes superficies occupées par plus de 100 logements. Le profil socio-professionnel des constructeurs de ces cours fournit sans doute une clé décisive de compréhension ; au principe de la décision de construction, on trouve peu de gros brasseurs d’affaires aux vastes projets de lotissement, mais au contraire une masse de petits propriétaires voulant tirer profit de la modeste parcelle de territoire urbain qu’ils détiennent.

  • 65 C. Féron-Vrau ne fournit pas les superficies des logements situés dans les cours, mais ce qu’il dit (...)

34Le nombre de ménages par maison situés dans les cours (1,4) est incontestablement bas et atteste de l’exiguïté de ces demeures65. Il apparaît aussi, et 1'indicateur n’est pas de peu de prix, que dans les quartiers correspondant au bâti le plus ancien (Saint-André, la Gare, l’Hôtel-de-Ville), la moyenne est sensiblement supérieure (2,09) presque double de celle de Fives, Esquermes, Moulins, Wazemmes et Vauban (1,25 pour ces nouveaux quartiers). De façon générale, le nombre moyen de personnes par ménage est à peine supérieur (4,62) dans les nouveaux quartiers à ce qu’il est dans les anciens quartiers lillois (4,59). Certes, la taille du ménage dans le quartier de la Gare est sensiblement plus basse (3,8 habitants par ménage). Il est toutefois difficile de tirer des conclusions définitives alors que le quartier de l’Hôtel-de-Ville qui circonscrit dans ses limites une partie de Saint-Sauveur avec 4,5 habitants par ménage n’est pas franchement décroché du peloton des nouveaux quartiers (Wazemmes : 4,68 ; Esquermes : 4,8 et Moulins : 4,9). Par ailleurs, Saint-André avec ne moyenne de 4,8 personnes par ménage rivalise aisément avec les communes rattachées en 1858.

35Plus intéressante encore est une comparaison entre la taille des familles des cours et celles de la population résidant dans des maisons à front de rue. Nous venons de voir que le nombre moyen d’habitants par ménage dans une cour est de 4,5 ; il n’est que de 3,8 dans les rues de Lille. Autrement dit, la dimension de la famille des cours excède de 18 % celle de la population riveraine des rues de la ville. En revanche, le nombre de ménages par maison dans les rues de la ville (2,15) est supérieur à la moyenne des cours (1,4). Si l’on a recours au critère discriminant de l’ancienneté des quartiers, on observe que c’est dans les anciens quartiers de la ville que le nombre de ménages par maison à front de rue est le plus élevé. Nous avions formulé une observation analogue au sujet des cours et courettes de la vieille ville. En d’autres termes, en dépit de la taille inférieure du ménage des maisons à front de rues, la maison riveraine d’une rue abrite plus de personnes que celle des cours (8,19 contre 6,2). Pari ailleurs, c’est dans les rues des anciens quartiers (Saint-André, Gare et Hôtel-de-Ville) que le nombre d’habitants par maison culmine au niveau le plus élevé avec une moyenne de 10,9 habitants. C’est dire que la maison de Wazemmes, Esquermes, Moulins-Lille et Vauban héberge en moyenne une population inférieure de 30 % à celle des vieux quartiers (7,62 habitants par maison dans ces quatre quartiers). Le monde des quartiers nouvellement annexés est généralement celui des maisons basses et petites. L’enquête démographique met à jour des indicateurs moyens qui reflètent cette situation.

L’habitat en cours et en impasses : un facteur essentiel et non exclusif de surmortalité

  • 66 Arch. mun. Lille, 17508.
  • 67 Arch. dép. Nord, 0357/5479A. bulletin de l’Office sanitaire municipal, 5e année, 1901, p. 144-145.

36Peut-on dire que la présence significativement élevée de cours est responsable de la surmortalité de la population lilloise ? La réponse doit éviter les simplifications outrancières. Il est certain que Lille est une des villes industrielles les plus frappées par la mort. En 1868, Henri Violette dans un rapport présenté au Conseil municipal assène des chiffres qui font frémir : « Sur 100 garçons qui naissent, 44 au lieu de 60 en moyenne en France se présentent à 20 ans devant l’urne de la conscription... »66. Encore en 1900, en dépit du recul de la mortalité et sans que l’écart soit particulièrement creusé, Lille apparaît comme une des villes d’Europe où la mort est la plus présente. Précédée par Saint-Étienne (23,5 ‰ de taux de mortalité), Lille avec 22,2 ‰ devance Roubaix (21,1 ‰), Dunkerque (21 ‰), Lyon (21,5 ‰) et Paris (20,5 ‰). L’écart est cependant plus grand avec les villes industrielles belges : Liège a un taux de mortalité de 16,5 ‰, Charleroi de 16,8 ‰, Anvers de 16,2 ‰, mais Courtrai est à 21,8 ‰ et Bruges à 22,1 ‰67.

  • 68 dép. Nord, 0357/5479A. bulletin de l’Office, loc. cit., p. 146. Le bulletin multiplie les comparais (...)
  • 69 Arch. mun. Lille, 17506.

37C’est surtout le niveau de la mortalité infantile qui donne à Lille sa sinistre réputation démographique. Le bulletin de l’Office sanitaire municipal publié par le docteur Staes-Brame énumère à l’orée du XXe siècle les statistiques de l’hécatombe : on compte un décès d’enfant de moins d’un an sur 3,3 décès enregistrés à Lille, alors qu’à Saint-Étienne, on n’en dénombre qu’un sur 7,6 et à Paris 1 sur 868. Déjà en 1847, le docteur Godefroy, en prenant pour référence les années 1842 à 1847, observait la fréquence des décès d’enfants de 0 à 5 ans sur 100 enfants nés vivants. Il attirait l’attention sur l’énormité de l’écart séparant le taux d’une rue résidentielle comme la rue Royale (21,1 %) et ceux des rues populaires cernées de cours du quartier Saint-Sauveur (rue des Robleds : 48,2 % ; rue de la Vignette : 51,4 % ; rue des Étaques : 58,5 %)69.

  • 70 Athrepsie = dénutrition complète de l’enfant.

38Il est certain qu’en 1900, les comportements démographiques sont encore loin d’être convergents. Même si l’on excepte le très mortifère et humide faubourg de Canteleu et ses 34,39 % de taux de mortalité, il faut reconnaître que l’écart est encore grand entre Esquermes et ses 23,73 % et les quartiers de Vauban et de l’Hôtel-de-Ville qui permettent à leurs résidents d’échapper à l’omniprésence de la mort avec des taux de 15,91 % pour Vauban et même 16,05 % pour l’Hôtel-de-Ville (carte 5). Si l’on examine la fréquence des morts par athrépsie70 (carte 6) par rapport à l’ensemble des décès d’enfants, les écarts se creusent davantage encore, puisque les quartiers du Sud (35,15 %), de Moulins (31 %) et de Wazemmes (26,2 %) affichent des taux beaucoup plus élevés que ceux des vieux quartiers lillois (Saint-André : 11 % ; Hôtel-de-Ville : 10 % ; et même la Gare et Saint-Sauveur : 16,44 %).

Le drame de l’inégalité face à la qualité et... à la quantité de vie

  • 71 Nous avons agrégé les populations et le nombre de morts de treize rues et de leurs appendices des c (...)

39Raisonner dans le cadre de quartiers socialement composites ne permet cependant pas de dévoiler exactement l’inégalité devant la mort. En prenant pour référence l’année 1896 pour laquelle nous disposons, nous l’avons vu, d’un relevé rue par rue, il est possible d’isoler, pour les besoins de la démonstration, dans les anciens quartiers, les rues appartenant au quadrilatère de la misère à Saint-Sauveur d’une part, la rue Royale et les rues adjacentes d’autre part. Par ailleurs, une comparaison avec le bastion des cours à consonance impériale de Wazemmes est de bonne prise. Dans les anciens quartiers, le contraste déjà noté par le docteur Godefroy en 1847 apparaît derechef dans toute sa nudité. Les 6714 habitants qui élisent domicile dans les rues et les cours du quadrilatère de Saint-Sauveur affichent un affligeant taux de mortalité 40 ‰. Les 3169 Lillois qui résident rue Royale, rue d’Angleterre, rue d’Anjou et rue Princesse ont le bonheur de ne connaître la mort chaque année que dans la proportion de 14,8 ‰. Quant aux nouvelles courées de Wazemmes implantées dans le quadrilatère impérial71, elles rassemblent 11879 âmes et un taux de mortalité de 30,05 %o, double de celui de la rue Royale, mais sensiblement en retrait sur les vieilles cours que l’on sait plus populeuses du cœur du quartier Saint-Sauveur.

  • 72 Arch. dép. Nord, 0357/5479A. Bulletin de l’Office sanitaire municipal, 7e année, 1904, p. 24 et sv.
  • 73 Arch. dép. Nord, 0357/5479A. Bulletin de l’Office, loc. cit., p. 28.

40C’est en période d’épidémie que les contrastes sociaux s’aiguisent le plus. En 1902, la variole fauche 670 Lillois. Grâce aux données rassemblées par l’Office sanitaire municipal, il est possible de classer les rues où le coefficient de mortalité par variole est supérieur à la moyenne. Neuf rues dépassent les 50 %. Deux sont à Saint-Sauveur (rue Wicar et le square Ruault), cinq à Wazemmes (rue de Juliers, rue Mazagran, rue de Bailleul, rue Fombelle, rue Magenta), une à Moulins-Lille (rue de Seclin), une à Fives (rue Rubens)72. Le commentaire de l’Office consacré aux coefficients de mortalité par quartier est dépourvu de toute ambiguïté : ce sont toujours les mêmes quartiers qui « tiennent le record », « tous quartiers où abondent les cours mal aérées, mal ensoleillées où persiste une humidité constante et qui n’ont pas même l’avantage d’être aérées par le grand vent et lavées par la pluie battante... »73.

  • 74 Henri Violette notait par exemple en 1861 que selon les tables mortuaires, la mortalité excédait da (...)
  • 75 Arch. mun. Lille, 17526.
  • 76 L. Wintrebert, « Le choléra à Lille », Journal des Sciences médicales de Lille, 20 juillet et 5 aoû (...)
  • 77 On se reportera à ce propos à la thèse de F.-P. Codaccioni, De l'inégalité sociale dans une grande (...)

41Il serait exagéré d’attribuer aux seules cours la responsabilité de cette situation sanitaire déplorable, même si l’influence funeste des courettes n’est que trop démontrée74. Cela étant, c’est l’ensemble de l’habitat ouvrier, et non celui des seules cours, qui est en cause. Les observateurs les plus avertis du temps en conviennent volontiers à commenter par Edmond Rolants qui note que « dans certains îlots, il serait difficile de trouver une maison salubre, même parmi celles bâties à front de rue »75. Il n’est pas un médecin qui n’en soit convaincu. C’est ainsi que le docteur Louis Wintrebert au terme d’une étude sur les épidémies de choléra de 1832, 1849 et 1866 donne comme causes principales de l’emprise de l’épidémie « la misère et l’insalubrité des habitations »76 Il va donc de soi que les cours sont pour une part responsables de la surmortalité lilloise, mais que le problème social posé par un habitat populaire exigu, insalubre et manquant d’isolation, est beaucoup plus large et adhère aux aspérités d’une ville dominée par le « drame de l’inégalité sociale »77.

***

  • 78 Les bombardements de 1914 et l’explosion de la casemate des Dix-Huit Ponts de janvier 1916 réduisir (...)
  • 79 C. Durant qui assurait un cours d’hygiène et de prophylaxie fait état d’un plan d’assainissement de (...)
  • 80 Le grand Hebdomadaire illustré de la région du Nord de la France, janvier 1924, p. 6-10.

42Au lendemain de la Grande Guerre, les problèmes sociaux et sanitaires liés à la permanence des cours demeurent par conséquent posés78. 11 suffit de compulser les rapports composés en 1917 par Clément Durant au nom des Amis de Lille pour mesurer le chemin qui reste à parcourir. Une fois de plus, C. Durant unit sa voix à ceux qui concluent à la nécessité de mettre un terme au plus tôt à la « lèpre honteuse des courettes de Lille »79. En 1924, le Grand hebdomadaire illustré consacre un long article rehaussé de onze photographies aux courettes de Lille. Le rédacteur ne croit pas incongru de noter qu’« elles sont pittoresques dans leur vétusté, romantiques avec leurs escaliers en encorbellement, leurs coins et recoins étranges, leurs longs et étroits passages solitaires ». Il reconnaît toutefois que « leur disparition s’impose, tant l’hygiène et l’humanité le réclament »80.

  • 81 Faut-il rappeler que G. Delory fut maire de Lille entre 1896 et 1904, ainsi qu’entre 1919 et 1925 ?
  • 82 J. Quaegebeur, op. cit. L’auteur admet que « ça et là un effort méritoire » a été accompli. Il esti (...)
  • 83 J. Deboudt et D. Mons, « Mémoire de l’habitat du Nord-Pas-de-Calais », no hors série de la revue Ur (...)

43Ce n’est que dans le années 1920, alors que le majorat de G. Delory s’achève81 que très timidement, on assiste à une diminution du nombre des cours, courettes et impasses82. Les résorptions les plus massives n’eurent lieu qu’à partir des années 1960 dans le cadre des opérations de rénovation urbaine83. Les expériences de réhabilitation de cours jugées récupérables se développent avec des fortunes diverses. Une étude circonstanciée de cette marche régressive et des réorientations de la politique sociale d’urbanisme serait des plus utiles, mais tel n’était pas hic et nunc notre propos.

Annexes

ANNEXES. Tableaux, graphiques, cartes

Tableau 1. Population des cours et impasses de Lille en 1896 Répartition par cour et impasse, par maison et par ménage

Tableau 1. Population des cours et impasses de Lille en 1896 Répartition par cour et impasse, par maison et par ménage

Tableau 2. Population des cités de Lille en 1896 Répartition par cité, par maison et par ménage

Tableau 2. Population des cités de Lille en 1896 Répartition par cité, par maison et par ménage

Tableau 3. Population des rues de Lille en 1896 Répartition par maison et par ménage

Tableau 3. Population des rues de Lille en 1896 Répartition par maison et par ménage

Graphique 1 : Évolution quinquennale de la construction des cours à Lille de 1815 à 1878

Graphique 1 : Évolution quinquennale de la construction des cours à Lille de 1815 à 1878

Carte 1 : Implantation des cours et des courettes à Lille sous l’Ancien Régime

Carte 1 : Implantation des cours et des courettes à Lille sous l’Ancien Régime

Carte 2 : Un îlot de Saint-Sauveur et ses cours (d’après le croquis de G. Pinchemel, loc. cit., p. 14)

Carte 2 : Un îlot de Saint-Sauveur et ses cours (d’après le croquis de G. Pinchemel, loc. cit., p. 14)

Carte 3 : Implantation des cours ouvertes de 1815 à 1878

Carte 3 : Implantation des cours ouvertes de 1815 à 1878

Carte 4 : Implantation des cours de Lille en 1946 (d’après G. Pinchemel, loc. cit., p. 11)

Carte 4 : Implantation des cours de Lille en 1946 (d’après G. Pinchemel, loc. cit., p. 11)

Carte 5 : Ville de Lille - Année 1900 Taux de mortalité pour 1000 habitants dans les 11 quartiers de Lille (d’après les données fournies par le bulletin de l'Office sanitaire municipal, Arch. dép. Nord, O 357/5479A)

Carte 5 : Ville de Lille - Année 1900 Taux de mortalité pour 1000 habitants dans les 11 quartiers de Lille (d’après les données fournies par le bulletin de l'Office sanitaire municipal, Arch. dép. Nord, O 357/5479A)

Carte 6 : Ville de Lille - Année 1900 Mortalité par athrepsie pour cent décès dans les 11 quartiers de la ville (d’après les données fournies par le Bulletin de l’Office sanitaire municipal., Arch. dép. Nord, O 357/5479A)

Carte 6 : Ville de Lille - Année 1900 Mortalité par athrepsie pour cent décès dans les 11 quartiers de la ville (d’après les données fournies par le Bulletin de l’Office sanitaire municipal., Arch. dép. Nord, O 357/5479A)

Notes

1 ARIM : Association de Restauration Immobilière.

2 P. Pierrard, La vie ouvrière à Lille sous le Second Empire, Paris, 1965 ; A. Lottin, Chavatte, ouvrier lillois. Un contemporain de Louis XIV, Paris, 1979 ; M. Hastings, « Les courées de la région lilloise (1840-1914), réflexions sur un espace d’identité », dans P. Delsalle, dir., Autour de l’habitat textile (XIVe-XXe siècle), 3e Rencontre internationale d’histoire textile Tourcoing, 1987, p. 33-46.

3 Nous avons consulté cette brochure à la bibliothèque du Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement (CAUE) du Nord (cote : archi. 022 Nord). Signalons à ce propos que le terme de courées n’apparaît pas avant le XIXe siècle et n’est guère usité à Lille avant le XXe siècle. On lui préfère le terme de courettes pour désigner les « petites cours communes à plusieurs habitations, généralement encastrées entre des immeubles pauvres et sombres », pour reprendre la définition proposée par le Trésor de la langue française, Paris, 1978, t. VI.

4 Arch. mun. Lille, 17474 (fichier du reste incomplet de cours par ordre alphabétique), 17508 et 17509 (logements insalubres), 17526 (cours et courettes).

5 Arch. mun. Lille, Registre des ordonnances municipales, no 381, f° 83v°.

6 Arch. mun. Lille, no 17526.

7 Voir à ce propos la synthèse composée par A. Lottin pour le tome I de l’Histoire de Lille, dirigée par L. Trénard, Toulouse, Privat, 1980.

8 Bibl. mun. Lille, journal de Monnoyer, ms 582, fl. 84.

9 Le premier agrandissement des années 1603-1605 est des plus modestes puisqu’il porte sur 17 hectares (Ph. Guignet, Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, Paris, 1999, p. 19-20).

10 A. Lottin, op. cit., p. 66-69.

11 Ph. Guignet, op. cit., p. 52 et p. 305-307.

12 Arch. mun. Lille, no 2280-2281 (rôles de capitation en 1695).

13 P. Deyon, « Dénombrements et structures urbaines », Revue du Nord, 1971, no 210, p. 495-495-507 ; le mémoire de maîtrise d’Anne Boca, Agnès Boutry et Marie-Ange Collin (Lille3, 1970) apporte beaucoup sur la démographie de Saint-Sauveur de 1650 à 1740.

14 Les archives municipales de Lille possèdent une importante série de registres aux visitations des maisons, no 733 et sv.

15 Arch. mun. Lille, Affaires générales, C45 d.16.

16 Arch. mun. Lille, Affaires générales, C 46, d 16 « Déclaration des maisons de pierre et de maçonnerie et des maisons de bois qu’il y a dans la ville de Lille, faite par rue et par paroisse au mois de décembre 1699 ».

17 Ph. Guignet, « Lille, Valenciennes et les autres au miroir des courbes paroissiales longues (1715-1789). « Temps des baisses » ou âge des croissances ralenties ? », Revue du Nord, 1997, no 320-321, p. 331-356.

18 Arch. mun. Lille, Affaires générales, C 41, d 2.

19 E. Buriez-Henaux, Paupérisme et assistance à Lille au XVIIIe siècle, Lille, Maîtrise, 1969, p. 39.

20 Ph. Guignet, Vivre à Lille..., op. cit., p. 394-397.

21 J.-P. Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIIe siècles. Les mutations d'un espace social, Paris, 1983, p. 83.

22 F. Decroix, « Notes d’un Parisien Charles Sabliez sur Lille en 1731 et réception chez un bourgeois de Lille, J.-B. Courouwanne », Bulletin de la société d’études de la province de Cambrai 1969, p. 5-10.

23 Guide des étrangers à Lille ou Description de la ville et de ses environs, Lille, 1772.

24 L. Trénard, Histoire de Mlle, Toulouse, Privat, 1990, t. III, p. 321.

25 J.-P. Alban de Villeneuve-Bargemont, Économie politique chrétienne ou recherche sur la nature et les causes du paupérisme en France et en Europe et sur les moyens de le soulager et de les prévenir, Paris, 1834.

26 « Des maisons petites, étroites, humides, peu aérées, sales, mal fermées. Des chambres petites et sans élévation remplies d’ordures, chiffons et autres débris que les habitants ramassent sur les fumiers » (Cl. Durant, Le danger social et anti-hygiénique des cours et courettes lilloises, Lille, 1917, p. 9). On se reportera sur la condition ouvrière au DES de Ch. Engrand, Les ouvriers lillois de 1829 à 1832, Lille, 1957, sur le choléra à l’article de M. Dineur et Ch. Engrand, « Le choléra à Lille », dans L. Chevalier, Le choléra, la première épidémie du XIXe siècle, La Roche-sur-Yon, Bibliothèque de la Révolution de 1848, 1958, p. 49-95, ainsi qu’à la somme de P. Bourdelais et J.-Y. Raulot, Une peur bleue, histoire du choléra en France, 1832-1854, Paris, 1987.

27 Dans sa préface à la réédition en 1989 du Tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, p. 59. Francis Dernier démontre de façon imparable que L.R. Villermé ne remet pas en cause les principes du libéralisme économique et social, mais en réprouve les excès et les abus.

28 L.R. Villermé explique que les caves cessent d’être aussi humides qu’on l’imagine spontanément, dès lors que les occupants, en allumant un réchaud, déterminent des courants de convection qui les sèchent et les assainissent, (op. cit., p. 133).

29 César Binaut fut le rapporteur d’une commission formée, outre d’Anatole de Melun, de Rapy et d’André.

30 A. Blanqui, Des classes ouvrières en France pendant l’année 1848, Paris, 1849, p. 33.

31 En 1917, Clément Durant écrit par exemple à propos du quartier de la gare et de Saint-Sauveur : c’est un « milieu dégradé où nous ne voudrions certes pas loger nos chiens et nos lapins, car, de l’avis unanime, ces animaux sont souvent mieux abrités que les locataires de ces taudis », (C. Durant, op. cit., p. 42).

32 L’expression est d’Henri Violette dans son rapport au conseil municipal de Lille en 1861 : il demande « la suppression des courettes, ces foyers mortels qui déciment la population ». H. Violette, adjoint au maire et directeur des poudres et salpêtres, contribua à la fondation de la Société Immobilière en 1865. Il pensait aboutir ainsi à la disparition régressive des courettes (Arch. mun. Lille, 17 508).

33 Arch. mun. Lille, 17526, manuscrit Rolants, p. 46. Nommé médecin des épidémies par le préfet Saint-Aignan en 1842, A. Gosselet publia en 1844 une importante Statistique des maladies épidémiques dans l'arrondissement de Lille. Sur l’action des médecins de la cité de la Deûle au XIXe siècle, mise au point récente du docteur A. Gérard, « Action humanitaire et pouvoir politique : l’engagement des médecins lillois au XIXe siècle », Revue du Nord, octobre-décembre 1999, no 332, p. 817-835.

34 On se reportera à cet égard à la synthèse récente de Fl. Bourillon, « La loi du 13 avril 1850 ou lorsque la Seconde République invente le logement insalubre », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2000, no 20-21, p. 117-134. Le frère jumeau d’Anatole, Armand qui était député d’Ille-et-Vilaine, fut un des animateurs du catholicisme social (Consulter à ce propos J.-B. Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France, Paris, 1951).

35 R. Robinet, PH. Marchand, éd., Une ville nouvelle : Lille agrandie (1858-1900), Lille, catalogue de l’exposition des Archives départementales du Nord (novembre 1974-mai 1975).

36 P. Pierrard, La vie ouvrière à Ulle..., op. cit., p. 100. En revanche, le conseil municipal de Lille se signala par sa promptitude à mettre en place, dès le 6 mai 1850, la commission des logements insalubres prévue par la loi sur l’assainissement des logements.

37 Arch. dép. Nord, 0357/3037ter.

38 Le docteur Paul Manoury est plus lucide lorsqu’en 1882, il observe que les habitations des ouvriers « la plupart du temps déplorables » sont imposées par la médiocrité des salaires (Études sur l'hygiène de la ville de Lille, Lille, 1882, p. 48).

39 Arch. dép. Nord, 0357/3037ter.

40 Bibl. mun. Lille, Enquête sur la situation des logements d’ouvriers à Lille, 1895-1896. Lille, 1896, p. 3. La Société de Saint-Vincent-de-Paul réalisa en 1895-1896 une vaste enquête sur la situation des logements ouvriers à Lille en procédant à la visite de plus de 900 logements. Les résultats présentés dans le cadre de chaque paroisse furent imprimés et réunis dans le volume précité.

41 Bibl. mun. Lille, 31801, C. Féron-Vrau, Des habitations ouvrières à Pille en 1896, Lille, 1896, p. 30. C. Féron-Vrau relève des « améliorations successives », mais reconnaît que « les logements n’ont pas été améliorés en proportion des progrès matériels et moraux », (op. cit., p. 76).

42 A. Renouard, Les habitations ouvrières de Lille, Lille, 1887, p. 26.

43 A. Renouard, op. cit., p. 27. Wazemmes et surtout Moulins concentrent la plus grande partie de ces cités. La Cité Saint-Maurice fondée en 1854 et la Cité Napoléon (1859) appelée ensuite Cité philanthropique furent alors parmi les plus connues des réalisations s’inscrivant dans ce modèle.

44 Arch. dép. Nord, 0357/3037ter.

45 A. Houzé de l’Aulnoit, De l’assistance publique à Pille. Statistique du paupérisme et des secours publics à Lille, 1876, p. 11.

46 Arch. dép. Nord, plan 1542 par F.F. Rousseau, « Plan de Lille, chef-lieu du département du Nord, indiquant les principaux édifices, le détail de toutes les propriétés, les rues, places, marchés, ainsi que les nouveaux projets de percements et redressements », 1822

47 Parmi les cours de Wazemmes mentionnées dans les tableaux récapitulatifs du recensement de 1896 (Arch. dép. Nord, 0357/5479A), nous avons constaté que seules trois d’entre elles auraient été construites avant 1836.

48 En 1838, le percement de la rue Wicar désenclave trois cours (cour à clous, cour Saint-Denis et cour des Faces). La rue Lottin passe pour sa part au travers des cours Saint-Jean et Lottin. En 1842, Wicar engloba partiellement la cour du Cerisier.

49 M.-J. Lussien-Maisonneuve, « Du débarcadère à la gare : l’exemple de Lille », Revue du Nord, avril-juin 1980, no 245, p. 459-473.

50 Une étude démographique fine de l’immigration à Lille dans le second XIXe siècle serait la bienvenue.

51 Arch. mun. Lille, 17526.

52 En 1906, Wazemmes a une densité de 290 habitants à l’hectare. Les deux quartiers suivants sont ceux de la Gare et de Moulins avec respectivement 189 et 185 habitants à l’hectare (A. Ducamp, op. cit., p. 15).

53 En 1911, 31 % des habitants de Lille-Sud et 25 % de ceux de Canteleu résident dans des cours.

54 La disparition des archives lilloises du XIXe siècle lors de l’incendie de 1916 rend l’enquête singulièrement malaisée. Dès cette époque, il était difficile de déterminer exactement à quel moment certaines cours avaient été aménagées. A. Bertrand qui exerçait les fonctions de chef de bureau au Secrétariat de la Mairie de Lille avait pourtant accès à la documentation des services municipaux.

55 Arch. dép. Nord, 0357/5472. A. Mongy, Notice historique sur les transformations de la ville de Lille et renseignements statistiques, Lille, Imp. Castiaux, 1878.

56 Arch. mun. Lille, Fonds Rolants, 17526 (fiche sur les cours construites dans les communes annexées). Nous ignorons sur quelles pièces Rolants étaye son évaluation de la construction des cours. Calculs faits, les deux états de Rolants et de Bertrand se révèlent tendanciellement très convergents en dépit des lacunes du listing d’A. Bertrand.

57 4578 maisons ont été construites de 1858 à 1877 à front de voies publiques et 3311 à front de voies particulières.

58 G Pinchemel, « Les cours et courettes lilloises », La vie urbaine, Urbanisme et habitation, 1954, p. 11

59 G. Pinchemel, loc. cit., p. 14.

60 Le croquis si démonstratif de G. Pinchemel ne prend cependant pas en compte Fives, Lille-Sud et Canteleu.

61 J. Prouvost, « Les courées de Roubaix », Revue du Nord, 1969, p. 310-311.

62 Arch. mun. Lille, 17526. Dossier divers d’E. Rolants : cours et courettes, salubrité, eaux de Lille...

63 Arch. dép. Nord, 0357/5479A. Répartition par rues et par quartiers, p. 22-54.

64 La progression même estimable de Fives (24191 habitants en 1896, 28246 en 1911) ne peut rendre compte de la multiplication de cours passant de 4 à 142 en 15 ans. L’augmentation considérable de la population du Canteleu qui passe de 2837 âmes en 1896 à 5780 en 1911 et du quartier Sud de 5808 à 10069 n’explique que partiellement le passage du nombre de rues dans ces deux entités de 1 à 104 ! Pour des raisons qui à ce jour nous échappent, les recenseurs de ces quartiers n’ont pas distingué en 1896 la population des cours de celle des rues sur lesquelles elles se greffent.

65 C. Féron-Vrau ne fournit pas les superficies des logements situés dans les cours, mais ce qu’il dit de façon générale des superficies moyennes des logements ouvriers en 1895-1896 atteste de l’exiguïté de ces demeures. La superficie moyenne dans la paroisse Saint-Sauveur est de 25,2 m2, dans celle de Saint-Étienne de 22 m2, dans celle de Saint-Maurice de 27,6 m2, dans celle de Saint-Pierre et Saint-Paul de 27,2 m2 (C. Féron-Vrau, op. cit., p. 56).

66 Arch. mun. Lille, 17508.

67 Arch. dép. Nord, 0357/5479A. bulletin de l’Office sanitaire municipal, 5e année, 1901, p. 144-145.

68 dép. Nord, 0357/5479A. bulletin de l’Office, loc. cit., p. 146. Le bulletin multiplie les comparaisons : 1 décès d’enfant de moins d’un an sur 5,53 à Reims, 1 sur 4 à Dunkerque, 1 sur 6,2 à Londres, 1 sur 5,2 à Liverpool, 1 sur 6,9 à Amsterdam.

69 Arch. mun. Lille, 17506.

70 Athrepsie = dénutrition complète de l’enfant.

71 Nous avons agrégé les populations et le nombre de morts de treize rues et de leurs appendices des cours (rue de Juliers, rue des Sarrazins, rue des Rogations, rue d’Austerlitz, rue de l’hôpital Saint-Roch, rue d’Eylau, rue d’Arcole, rue de Wagram, rue Magenta, rue Mazagran, rue de Bailleul, rue Fombelle, rue Van Dyck).

72 Arch. dép. Nord, 0357/5479A. Bulletin de l’Office sanitaire municipal, 7e année, 1904, p. 24 et sv.

73 Arch. dép. Nord, 0357/5479A. Bulletin de l’Office, loc. cit., p. 28.

74 Henri Violette notait par exemple en 1861 que selon les tables mortuaires, la mortalité excédait dans les courettes d’un dixième celle des rues adjacentes. L’écart peut sembler modeste mais, sous bénéfice d’une étude plus précise, indique une réalité difficilement contestable.

75 Arch. mun. Lille, 17526.

76 L. Wintrebert, « Le choléra à Lille », Journal des Sciences médicales de Lille, 20 juillet et 5 août 1884, p. 558. (Bibliothèque de la Faculté de Médecine de Lille, 304101).

77 On se reportera à ce propos à la thèse de F.-P. Codaccioni, De l'inégalité sociale dans une grande ville. Le drame de Lille de 1850 à 1914, Lille, 1976.

78 Les bombardements de 1914 et l’explosion de la casemate des Dix-Huit Ponts de janvier 1916 réduisirent le nombre de courettes de 882 à 764 (J. Quaegebeur, Les taudis de Lille, Lille, 1937, p. 25).

79 C. Durant qui assurait un cours d’hygiène et de prophylaxie fait état d’un plan d’assainissement de Wazemmes établi par le bureau d’hygiène. Exposé à Dresde en 1911, il valut à la ville de Lille un diplôme d’honneur. Le plan disparut dans l’incendie de l’hôtel de ville en 1916 (C. Durant, op. cit., p. 51).

80 Le grand Hebdomadaire illustré de la région du Nord de la France, janvier 1924, p. 6-10.

81 Faut-il rappeler que G. Delory fut maire de Lille entre 1896 et 1904, ainsi qu’entre 1919 et 1925 ?

82 J. Quaegebeur, op. cit. L’auteur admet que « ça et là un effort méritoire » a été accompli. Il estime encore à plus de 700 le nombre de courettes dans les années trente, mais admet l’absence de statistiques récentes.

83 J. Deboudt et D. Mons, « Mémoire de l’habitat du Nord-Pas-de-Calais », no hors série de la revue Urbanisme et architecture, 1992, p. 44.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Population des cours et impasses de Lille en 1896 Répartition par cour et impasse, par maison et par ménage
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2741/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 2. Population des cités de Lille en 1896 Répartition par cité, par maison et par ménage
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2741/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 3. Population des rues de Lille en 1896 Répartition par maison et par ménage
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2741/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 1 : Évolution quinquennale de la construction des cours à Lille de 1815 à 1878
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2741/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Carte 1 : Implantation des cours et des courettes à Lille sous l’Ancien Régime
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2741/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Carte 2 : Un îlot de Saint-Sauveur et ses cours (d’après le croquis de G. Pinchemel, loc. cit., p. 14)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2741/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Carte 3 : Implantation des cours ouvertes de 1815 à 1878
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2741/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Carte 4 : Implantation des cours de Lille en 1946 (d’après G. Pinchemel, loc. cit., p. 11)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2741/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Carte 5 : Ville de Lille - Année 1900 Taux de mortalité pour 1000 habitants dans les 11 quartiers de Lille (d’après les données fournies par le bulletin de l'Office sanitaire municipal, Arch. dép. Nord, O 357/5479A)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2741/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Carte 6 : Ville de Lille - Année 1900 Mortalité par athrepsie pour cent décès dans les 11 quartiers de la ville (d’après les données fournies par le Bulletin de l’Office sanitaire municipal., Arch. dép. Nord, O 357/5479A)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2741/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

Auteur

Université de Lille 3 CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540