Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

L’habitat populaire

L'habitat populaire à Rennes au xviiie siècle

Jean Queniart

Texte intégral

1Le 23 décembre 1720 éclatait dans le centre de Rennes un incendie qui, en une semaine, détruisait près de 950 bâtiments, soit 40 % de la ville, et jetait à la rue près de 8 000 personnes. La reconstruction, à la suite de ce traumatisme majeur de son histoire, allait durer près de quarante ans ; elle façonne aujourd’hui encore le paysage, l’aspect du bâti comme les voies de circulation. À la fin de l’Ancien Régime, les quelque 35 à 40 000 Rennais habitent donc une cité partiellement reconstruite, où coexistent des quartiers anciens, qui ont échappé au feu, et une ville neuve conçue selon des principes d’urbanisme contraignants. Cette cité reste étroite : on compte environ 600 toises de l’ouest à l’est de l’enceinte, 500 du nord au sud, et des faubourgs rapidement clairsemés. La topographie, l’hydrographie y opposent la ville haute au nord de la Vilaine, et la ville basse au sud, fréquemment inondée en raison des divagations de la Vilaine et de petits affluents, source d’une insalubrité qui dure jusqu’au milieu du XIXe siècle.

  • 1 Cl. Nières, La reconstruction d’une ville au XVIIIe siècle. Rennes, 1720-1760. Rennes, 1972.
  • 2 H. Sée, « La population et la vie économique de Rennes vers le milieu du XVIIIe siècle d’après les (...)
  • 3 La liste des travaux manuscrits est donnée en annexe.

2C’est dans ce cadre que vit le « peuple » de Rennes, dont on précisera dans un premier point les contours et la localisation dans la ville. Les conséquences sociales de l’incendie, la répartition de la population au lendemain de la reconstruction ont déjà fait l’objet des travaux de Claude Nières1, et avant lui d’un article fondamental de Henri Sée2, appuyé sur les registres de capitation de la seule année 1758. La présente communication prolongera sur ce point l’observation, à plus long terme, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. L’exploitation des registres les plus précis s’accompagnera des indications apportées par les inventaires après décès. On s’appuiera pour ce faire sur des études menées sur cinq rues ou quartiers différents de la ville dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (cf. plan), et par ailleurs sur des professions ou groupes de professions artisanales. Enfin on utilisera ici un travail de dépouillement des annonces de location et de ventes de maisons ou d’appartement, publiées durant les quelques années de leur existence, de 1784 à 1788, par les Affiches de Rennes3. Ainsi est-il possible d’entrer beaucoup plus précisément, après ce premier tour d’horizon général, dans l’étude du bâti et des modes d’occupation des immeubles, avant de s’attacher plus précisément aux différentes formes d’habitat des couches populaires.

LA DISTRIBUTION GÉOGRAPHIQUE DES MILIEUX POPULAIRES

  • 4 Ph. Jarnoux, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au XVIIe siècle. (...)

3Une étude sommaire de la répartition de la capitation, à partir des registres qui recensent, évidemment sans certitude que ce décompte soit intégral, les dispensés de capitation, permet de distinguer rapidement la distribution dans la ville des familles les moins aisées. On retiendra, en les affinant pour les adapter à l'étude des couches sociales les moins riches, les catégories reprises, après Jean Meyer, par le dernier historien de Rennes au XVIIIe siècle, Philippe Jarnoux4. On appellera donc pauvres ceux qui ne paient pas de capitation, ou en paient moins de 5 livres, et petit peuple ceux qui sont imposés entre 5 et 10 livres : dans la seconde moitié du siècle, ces deux tranches représentent en moyenne les deux tiers de la population fiscale. On y distinguera ici, sans rigidité excessive, les artisans, qui en forment l’assise socialement la plus stable, les gagne-deniers et autres personnes sans emploi régulier, et enfin les domestiques. Les inventaires seront quant à eux hiérarchisés en fonction de la valeur estimée des seuls biens meubles, en excluant outillage et marchandises : on considérera comme très pauvres les inventaires inférieurs à 100 livres, et comme populaires ceux qui sont inférieurs à 500 livres.

La capitation et l’inventaire, un premier test

4Les pauvres ou les gens du peuple ne sont complètement absents d’aucun quartier, d’aucun type de construction ; mais les catégories esquissées ci-dessus dessinent sans surprise une première physionomie, nettement contrastée, de la ville. Autour de la place du Palais et dans les rues voisines, très représentatives du secteur reconstruit, la valeur des biens inventoriés chez les particuliers est plus souvent supérieure à 10 000 qu’inférieure à 500 livres. Pourtant, sur 44 inventaires retrouvés et mentionnant la profession du propriétaire, 7 se situent en dessous de cette barre. Or cette source sous-estime par défaut le nombre des successions les plus modestes et pèche dans le cas présent par l’étroitesse de l’échantillon. L’approche à partir de la capitation permet des conclusions plus précises : en 1751, 36 cotes sur 151, soit 24 %, concernent des familles payant entre 0 et 5 livres. En y ajoutant la tranche supérieure, près de 40 % des cotes sont inférieures à 10 livres ; mais les exemptés, signalés certaines années, se comptent sur les doigts d’une seule main. La place des catégories sociales modestes se réduit ici à la fin de l’Ancien Régime : au début des années 1780, la capitation inférieure à 5 livres ne concerne plus que 10 % des habitants du quartier ; un peu plus de 20 % des cotes sont comprises entre 0 et 10 livres.

5La pauvreté ou la médiocrité apparaissent davantage dans les quartiers relativement différenciés de la ville ancienne, au nord de la Vilaine, illustrés ici par deux exemples situés de part et d’autre du quartier neuf : à l’Ouest, le vieux quartier de la cathédrale ; à l’Est la rue Saint-Georges, artère populeuse épargnée par le feu. Autour de la cathédrale résident des aristocrates, notamment dans les hôtels particuliers, et surtout de nombreux ecclésiastiques. Le niveau de fortune moyen des non-privilégiés y est lui-même supérieur à la moyenne de la ville ; plus de 20 % des familles y ont au moins un domestique. Pourtant les pauvres ou les familles de petite aisance y sont bien plus nombreux que dans la ville neuve : 48 % des capités (chiffre moyen sur 5 années) paient moins de 5 livres de capitation, et 13 % entre 5 et 10 livres ; chacune de ces deux tranches représente environ 7 % de l’imposition globale du quartier. Au total, 60 % des gens du quartier appartiennent à ces couches populaires ou modestes. Les chiffres ne sont guère différents rue Saint-Georges, longue d’à peine plus de 100 toises, qui débouche en bas de la place du Palais à l’est de la partie reconstruite : en 1751, 51 % des chefs de famille taxés (78 sur 154 cotes de capitation) sont taxés à moins de 5 livres, 16 % (25) entre 5 et 10 livres. Ces chiffres restent à peu près identiques en 1778 ; ils situent fiscalement ces deux exemples autour ou un peu en dessous de la moyenne de la ville.

6Les deux derniers exemples, beaucoup plus sombres, illustrent la situation des quartiers pauvres. Dans la rue Saint-Melaine, au nord de la ville, 75 % des gens imposés en 1751, 80 % en 1782 paient moins de 5 livres ; entre ces deux dates, le pourcentage n’est jamais inférieur à 70 %. Encore faut-il ajouter à ces chiffres, lorsqu’ils sont connus (en 1778,1781 et 1782), les non-imposés, qui, ici, sont quasiment tous des indigents et constituent entre le quart et le tiers des familles. La pauvreté semble progresser durant cette trentaine d’années. Elle est confirmée par la description des intérieurs : sur 48 inventaires retrouvés, 9 sont inférieurs à 100 livres, et 24 concernent des biens meubles dont la valeur est inférieure à 500 livres. Cette misère dominante se retrouve dans la ville basse, partiellement insalubre, au sud de la Vilaine, où se logent plusieurs milliers de Rennais : là aussi, et cette conclusion est ici fondée sur des effectifs beaucoup plus importants, plus des trois quarts des habitants soumis à l’impôt paient moins de 5 livres de capitation, et environ 30 % en sont dispensés en raison de leur indigence.

La répartition socioprofessionnelle et son évolution

7L’étude chronologique des registres permet à la fois une approche relativement précise de la répartition socioprofessionnelle et de son évolution en trente ans. Dans la ville neuve, les couches modestes comprennent principalement des artisans du bâtiment qui achèvent la reconstruction, ainsi que des commerces destinés à une clientèle aisée, tels que coiffeuse, faiseuse de modes, perruquier, tailleur, manchonnier, passementier, gantier ou confiseur. Chaque rôle de capitation recense également 70 à 80 domestiques, soit 10 % à 15 % de la population du quartier. En revanche le nombre des gagne-deniers, porteurs ou porteurs d’eau est très faible et leur mode d’habitation est, on le verra, tout à fait particulier. En l’espace de trente ans, la place de ces artisans se réduit nettement. En revanche les boutiques, les services de proximité occupent une place importante. Les pauvres du beau quartier, ce sont par exemple, en 1778, une coiffeuse, ou en 1782 une maîtresse d’école, l’une et l’autre dispensées de capitation.

8Cette évolution traduit en fait l’achèvement du quartier et son occupation progressive par des familles venues des autres secteurs de la ville ancienne, socialement les plus diversifiés, à l’image de ce qu’était avant 1720 l’ensemble de la ville haute. Dans le quartier de la cathédrale la fraction la plus traditionnelle de l’aristocratie reste fidèle à la résidence familiale ; le nombre des domestiques, présents dans près d’une famille sur quatre, montre que l’aisance n’a pas déserté ce quartier. Mais les relevés effectués à partir des registres de la capitation prouvent que la noblesse en charge d’office, la bourgeoisie robine se déplacent partiellement vers la ville neuve. Alors que le nombre des rentiers progresse, les artisans passent de 18 % des imposés en 1764 à 14 % en 1778, comme en 1782. Les commerçants, marchands ou négociants, déjà peu nombreux, se déplacent aussi. Les métiers liés à l’habillement et à la parure y dominent toujours, mais leur poids relatif recule (69 % des artisans imposés en 1764, 48 % en 1782). Il semble se produire un double mouvement : pour s’adapter à la localisation nouvelle de leur clientèle, les services de proximité, les boutiques glissent vers la ville neuve ; mais quelques-uns des artisans qui se déplacent au domicile de leur pratique bougent, sans doute vers des quartiers moins chers. En 1764, le quartier comptait 10 cordonniers sur 24 artisans de l’habillement ; en 1782, il n’y en a plus que 5 sur 14. L’effacement prononcé des petits métiers (porteur, journalier, homme de peine) dans les registres fiscaux correspond peut-être davantage à l’augmentation du pourcentage des non-capités enregistrés (2 % en 1764, 6 % en 1782) qu'à un réel déplacement géographique.

9Dans les quartiers pauvres, l’artisanat et les petits métiers sont une part essentielle de la population. Si les registres des années 1750 et 1760 ne donnent sur les non-capités que des indications trop lacunaires pour repérer de façon fiable une éventuelle évolution, on peut affirmer que dans les dix dernières années de l’Ancien Régime, les artisans constituent près du quart des chefs de famille de la rue Saint-Melaine (mais le tiers de ceux dont la profession est connue) et 40 % des familles de la basse ville. Les marchands - environ 20 % dans la basse ville, et 10 % rue Saint-Melaine - ne sont ici, sauf exception, que de petits commerçants. Entre ces deux ensembles géographiques, la différence sociale se manifeste dans la proportion des domestiques, qui ne sont que 3 % de la population de la basse ville, soit deux fois moins que dans la rue Saint-Melaine. Les petits métiers, les journaliers en forment au moins 20 % et sans doute même le tiers, voire davantage, si on admet du moins que la majorité des non-imposés de profession inconnue appartiennent à ce milieu. Leur nombre augmente encore à la fin de l’Ancien Régime. Cette rue abrite aussi de nombreux petits métiers liés à la confection ou à l’entretien des vêtements et du linge, au service des couches aisées ; ce sont des métiers de femmes, souvent de veuves, tels que lingère, repasseuse, ravaudeuse, ou tricoteuse.

La répartition d’ensemble dans l’espace urbain

10Deux relevés concernant le monde des métiers en 1750 et en 1768, et les études réalisées sur la localisation de quelques catégories professionnelles dans l’ensemble de la ville permettent d’être plus concret. Les quartiers pauvres rassemblent, avec les faubourgs, l’essentiel de la main-d'œuvre qui ne vit que de la force de ses bras. Là résident les portefaix, les « meneurs d’eau », les encaveurs, et les journaliers, quatre termes qui regroupent plus de 150 des quelque 800 chefs de famille recensés en 1778 dans la basse ville. Là résident aussi, en grand nombre, les métiers féminins de l’entretien du linge : blanchisseuses et lavandières sont particulièrement nombreuses dans la basse ville, où s’étalent plusieurs bras d’eau, comme dans le faubourg Saint-Hélier, traversé par la Vilaine, en amont de la ville et de sa pollution. Les lingères, brodeuses et couturières constituent une autre fraction notable de cette population. Dans la seule partie étudiée de la basse ville, plus de 60 femmes en 1778 s’occupent de tenir en bon état le linge des autres.

11Quatre critères déterminent la localisation des artisans dans la ville : les traditions professionnelles, les sujétions spécifiques au métier, le mode de rapport avec la clientèle et enfin le coût de l’installation. La tradition regroupe jusqu’au XIXe siècle les bouchers dans la basse ville, dans la seule rue du Champ-Dolent, au nom significatif : mais c’est aussi en raison de la proximité de l’eau, nécessaire à cette activité particulièrement polluante. Les tanneurs et de nombreux teinturiers se regroupent aux environs, contribuant à l’insalubrité de ce quartier. La logique industrielle fixe à proximité un certain nombre de cordonniers ; mais ces artisans obéissent aussi à d’autres critères. La valeur ajoutée par leur travail à la matière première, la nature de leur entreprise les amènent pour se trouver dans d’égales conditions de concurrence à se rapprocher davantage de la clientèle.

12Mais, en général peu aisés - 14 de leurs 60 inventaires retrouvés, entre 1750 et 1790, sont inférieurs à 100 livres de mobilier, 40 à 500 livres - ils se fixent de préférence à la périphérie des quartiers riches.

13Ces considérations se mêlent dans la plupart des métiers. La clientèle des regrattiers, qui vendent les reliefs, des vendeurs de denrées sans autre précision, les fixe surtout dans les quartiers pauvres : en 1778, les 6 rues de la basse ville spécifiquement étudiées en regroupent une soixantaine. On y trouve une cinquantaine de vendeurs de hardes et de revendeurs, c’est-à-dire, finalement, toutes les variétés du commerce d’occasion. Les métiers dont la clientèle est socialement plus variée sont plus dispersés : les boulangers, par exemple, se trouvent dans plusieurs quartiers ; la crainte de l’incendie, le souhait d’être au plus près de leurs fournisseurs en rejettent beaucoup dans les faubourgs de la ville. Mais les galetiers sont quasiment aussi nombreux dans les quartiers populaires, tandis que les pâtissiers-traiteurs sont établis dans la ville neuve, ce qui renvoie à des habitudes alimentaires et à des moyens matériels bien différents.

14Dans cette ville de petite taille, l’incendie et la reconstruction qui l’a suivi ont donc renforcé la différenciation sociale entre les quartiers. Bien loin de se limiter à la période de la reconstruction, quasiment achevée en 1760, cette ségrégation s’accentue jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Les artisans et les commerçants qui demeurent dans le nouveau centre sont en proportion de plus en plus forte ceux qui ont besoin d’une boutique facilement accessible à une clientèle aisée. Les autres sont pour la plupart rejetés en périphérie de la ville neuve et sont également moins présents dans la ville haute ancienne. La majorité rejoint dans les quartiers pauvres et les faubourgs les individus sans qualification. Deux remarques, pourtant, conduisent à nuancer ce schéma : les artisans et commerçants qui ont une clientèle aisée sont très loin d’être toujours eux-mêmes à l’aise ; d’autre part, cette ségrégation est loin d’être complète. La persistance relative de cette mixité sociale s’éclaire par l’étude des modes d’habitat.

LES MAISONS DE RENNES

Les modes d’habitat : typologie

15La reconstruction de la partie incendiée a nettement diversifié les types d’habitat. Effectuée après une refonte totale du parcellaire, elle a remplacé l’habitat antérieur, très hétérogène, par des immeubles le plus souvent construits en co-propriété. Tout en obéissant à des règles d’urbanisme relativement strictes, les bâtiments neufs ne sont nullement uniformes, ce qui s’explique à la fois par la succession de deux architectes - Robelin et Gabriel - et par l’inégale superficie des parcelles. Il s’agit en majorité de bâtiments de trois étages nobles, ou nettement moins souvent de deux. Ils comprennent soit un seul corps de logis, soit, lorsque la profondeur du terrain le permet, un second ensemble relié au précédent par des galeries. Les cours, minuscules, n’offrent qu’un éclairage naturel très réduit, en particulier au rez-de-chaussée. Chaque corps de logis comprend des caves d’environ 10 pieds sur 16, puis un rez-de-chaussée à arcades souvent occupé par plusieurs boutiques, séparées par un couloir central desservant les étages et l’arrière. Au-dessus des étages nobles, chaque immeuble est couronné d’un niveau de greniers et de mansardes : éclairés par des lucarnes ou de simples œils-de-bœuf, ils peuvent être aménagées en petites pièces habitables pourvues de cheminées et séparées les unes des autres par de simples cloisons.

16Dans ce qui subsiste de la partie ancienne coexistent dans la ville haute, sans plan d’ensemble, des hôtels particuliers et de simples maisons. Les hôtels ont été construits par l’aristocratie ou par les familles bourgeoises les plus aisées. Mais leur mode de construction, leur état de conservation, leur mode d’occupation sont extrêmement variables. Ils sont souvent, mais pas nécessairement, en pierre. Ils voisinent avec un habitat beaucoup plus composite de bois et de torchis : les maisons, étroites et hautes de façade, sont percées de petites fenêtres, avec, pour les plus anciennes, un encorbellement, abandonné au XVIIIe siècle ; le toit, souvent en saillie, permet le halage dans le grenier. Parfois occupées au rez-de-chaussée par des boutiques ou des ateliers, ces maisons s’organisent en profondeur autour de cours intérieures où se trouvent les puits - l’eau de la Vilaine est complètement impropre à la consommation - tandis que les étages sont desservis par des galeries de circulation. Le bâtiment donnant sur la rue peut se doubler en profondeur d’un autre corps de logis relié au précédent par une galerie, ou complètement indépendant. Chaque étage comprend rarement plus de deux pièces habitables par corps de logis.

17L’habitat est nettement plus médiocre dans la basse ville. Dans le secteur qui a fait l’objet d’une étude de détail, 58 des 212 maisons recensées de structure connue, soit plus du quart se bornent à un rez-de-chaussée, et 60, soit un autre gros quart, n’ont qu’un seul étage. De nettes nuances sont ici perceptibles entre les rues qui assurent la transition avec la ville haute, et certaines artères déshéritées où les trois quarts des maisons sont de simples rez-de-chaussée ou des maisons à étage unique. La distribution interne de ces modestes maisons est extrêmement simple. Une porte en façade y donne souvent sur un étroit couloir latéral, qui longe éventuellement au rez-de-chaussée une boutique ; il permet d'accéder à l'arrière et, si besoin est, à l’escalier. Chaque étage se compose habituellement d’une à trois pièces exiguës en enfilade, sans couloir. On y utilise aussi les caves, plus ou moins enterrées, et éclairées par un soupirail.

18Les plus pauvres d’entre elles sont bien proches ainsi des « baraques », élément spécifique de la typologie du bâti rennais après 1720. Il s’agit au départ de constructions provisoires destinées à reloger dans l’urgence les sinistrés modestes, ceux, notamment, qui étaient nécessaires à la reconstruction et au fonctionnement quotidien de la ville. Les baraques, au nombre d’environ 250, occupent tous les espaces libres : on les trouve sur les places (il en existe encore en 1750 sur le côté oriental, non encore reconstruit, de la place du Palais) ; elles sont nombreuses aussi autour des remparts et des portes, et jusque dans les cours. Les plus modestes se limitent à un rez-de-chaussée aux murs de terre surmontés d’un grenier ; d’autres, plus solides sont faites de pans de bois et de torchis, et de pierres et autres matériaux récupérés dans les décombres, et comprennent un étage surmonté d’un galetas.

Propriétaires et locataires

19Le coût de l’immobilier, tant à l’achat qu’à la location, détermine évidemment les logis accessibles aux couches populaires. La référence supérieure, inaccessible, est celle des appartements situés aux étages nobles de la ville neuve, qui au milieu du siècle, se vendent entre 5 et 10 000 livres, et 3 ou 4 000 livres pour un rez-de-chaussée ou une boutique. Mais toutes les habitations sont loin d’avoir cette valeur : au milieu du siècle, la concurrence du quartier neuf, dont les logis bénéficient d’un meilleur confort et d’une disposition plus rationnelle, diminue la valeur des maisons anciennes. À l’autre extrémité du spectre, la valeur des baraques au début de la Révolution, alors que les prix ont augmenté en quelques dizaines d’années, se situe entre 200 livres pour un logis proche de la simple cabane et 2 000 livres pour une construction proche d’une maison ordinaire. Les prix sont encore moins élevés dans les faubourgs : ainsi dans le faubourg L’Évêque une petite maison est vendue en 1786 pour 106 livres.

20La propriété est inaccessible aux gagne-deniers, aux journaliers, et même aux compagnons qui, au milieu du siècle, gagnent au mieux 15 à 20 sols par jour de travail. Elle ne l’est pas, en revanche, aux couches supérieures des milieux populaires : les mises en vente annoncées entre 1784 et 1788 par les Affiches de Rennes et des dépouillements d’actes notariés montrent que 10 à 20 % des propriétaires sont des artisans, et que les marchands sont plus nombreux encore. Les baraques, qui ont très peu coûté à leur propriétaires initiaux qui se sont installés sur le domaine public et se vendent relativement bon marché, ont favorisé l’accession à la propriété. Sur 106 propriétaires de baraques dont il a retrouvé l’état entre 1730 et la Révolution, Claude Nières mentionne 52 artisans (15 cordonniers, 12 menuisiers, 6 couvreurs etc) ; un maître perruquier achète en 1786 près des remparts un logis de deux pièces pour 600 livres. Le risque, dans le cas des baraques situées sur le domaine public, est la précarité. La menace de démolition, ordonnée en 1728 dans un délai de quatre ans, en réduit la valeur marchande. Mais propriétaires et locataires sont intéressés à leur maintien : en 1787, on juge ainsi urgent d’appliquer cet arrêt vieux... de 60 ans à celles du Pont-Neuf qui gênent le trafic entre la ville haute et la ville basse ; quelques baraques ont même subsisté jusqu’à nos jours. Certains en font des maisons de rapport. Les plus aisés des maîtres artisans peuvent même investir plus lourdement : en janvier 1788, un maître cordonnier achète dans la vieille ville « un logement composé d’une boutique, d’une salle, d’une cave et d’un grenier » pour la somme de 3900 livres.

21Commerçants et artisans pratiquent aussi la sous-location, rencontrée à plusieurs reprises dans le quartier de la cathédrale. Le locataire principal loue l’ensemble d’un immeuble : il dispose ainsi pour son propre usage de la boutique ou de l’atelier, et sous-loue la partie de la maison qu’il n’occupe pas. Mais la plupart des artisans, et bien entendu tous les gagne-deniers, sont locataires. L’achèvement de la reconstruction conduit également au milieu du siècle à une diminution des loyers dans les parties anciennes de la ville. En 1751, une herbière et son époux perruquier paient 30 livres par an pour un « en bas » de boutique et une cave situés dans une baraque ; on peut louer pour la même somme une mansarde. À la fin de l’Ancien Régime, le prix moyen des locations est compris dans la ville basse, la plus défavorisée, entre 60 livres par an pour une chambre et une boutique situées rue de la Poissonnerie, socialement très peu valorisante, même dans ce quartier, à 160 livres pour une boutique et une arrière-boutique situées dans une des rues les plus cotées. Mais, pour des surfaces comparables, les loyers sont compris dans la ville haute ou la ville neuve entre 150 et 360 livres par an, soit deux à trois fois plus que dans la ville basse ou les faubourgs.

Stabilité et instabilité

22L’éventail des conditions économiques et sociales se traduit aussi par une stabilité plus ou moins grande du domicile. L’étude de ce facteur nécessiterait en bonne méthode une exploitation conjointe des registres de capitation pour le repérage des adresses, et des actes d’état civil, qui seuls permettent de distinguer les disparitions, liées à un déménagement, des individus décédés ou même de veuves qui se remarient. À partir de la seule capitation, le travail mené dans le quartier de la cathédrale aboutit quoi qu’il en soit aux résultats suivants : sur 414 noms relevés, seuls 44, soit guère plus de 10 % se retrouvent au moins dix ans à la même adresse. De plus, la moitié des familles de ce noyau est formée de gens aisés, alors qu’il n’englobe que 6 % seulement des domestiques et des petits métiers. Plus rare encore est la coexistence des générations dans un même domicile : dans le même quartier, seule une dizaine de familles, aisées et largement logées la pratiquent ; l’étroitesse des logements l’interdit aux milieux populaires. Le dépouillement de baux notariés mentionnant l’adresse précédente d’un nouveau locataire tend cependant à montrer que nombre d’entre eux déménagent sans changer de quartier, voire même de rue. Ces constatations ne contrarient pas les conclusions précédentes : l’accentuation du zonage social par quartier est en fait le résultat de l’évolution du bâti et de l’attirance plus forte qu’exerce la ville neuve sur les couches aisées.

LES MODES DE L’HABITAT POPULAIRE À RENNES

Journaliers, gagne-deniers, personnel non-qualifié

23Ces considérations sur la répartition des catégories socioprofessionnelles par quartiers et sur le coût du logement permettent de focaliser maintenant l’attention sur les logis eux-mêmes, à partir de quelques groupes typiques. Les journaliers et gagne-deniers n’ont pas accès aux immeubles de la ville nouvelle, même à titre de locataire. S’ils demeurent parfois dans cette partie de la ville, ce ne peut être sauf exception que dans les baraques. Aussi leur présence, déjà faible au milieu du XVIIIe siècle, ne cesse de se réduire au fur et à mesure de leur démolition, sans jamais disparaître complètement. Ils refluent donc vers les quartiers périphériques : ainsi, rue Saint-Melaine, le nombre des porteurs d’eau ou des portefaix ne cesse de s’accroître.

24Les indications tirées des registres de capitation et des inventaires permettent une approche plus précise de l’habitat populaire. La hiérarchie des logements ne se fait pas ou pas seulement en fonction de l’étage, mais selon l’accès à la rue et à la lumière. Les pauvres, dans cette vieille rue Saint-Melaine au bâti complexe, n’ont qu’exceptionnellement pignon sur rue. Ils habitent soit dans des corps de logis sur cour, soit dans les baraques construites dans les cours et jardins, dans les interstices du bâti préexistant. La largeur moyenne des parcelles en façade ne dépassant pas 5 ou 6 mètres, on accède à l’arrière par un couloir latéral long et étroit. L’habitat collectif y est de règle, en particulier dans les corps de logis qui ont souvent un ou deux étages.

25Un échantillon regroupant 25 inventaires de la rue Saint-Melaine, dont le montant souligne la pauvreté, montre que plus de 80 % des familles concernées habitent dans une seule pièce, qui sert à la fois de cuisine, de salle à manger et de chambre à coucher. Près de la moitié, il est vrai, ne semblent abriter que des personnes seules, en particulier des veuves dont les enfants ne vivent plus sous le même toit. Mais il y a aussi des familles, parfois pléthoriques : un inventaire révèle par exemple le cas d’une veuve chargée de 5 enfants. Les registres de capitation de 1778 accentuent encore ces chiffres : 88 % des journaliers s’y contentent d’une seule pièce. Ici, homme et femme travaillent tous deux dans plus de 40 % des couples. Dans la ville basse, les gens les plus pauvres occupent soit les rez-de-chaussée, soit le niveau des mansardes, réservant les étages intermédiaires à des familles plus à l’aise. Mais cette discrimination par immeuble est ici très relative, sans doute à cause de la mauvaise réputation du quartier, qui pèse négativement sur les loyers.

26Il y a donc dans ces immeubles populaires une forte promiscuité, dont les archives judiciaires révèlent les conséquences : à travers de minces cloisons faites souvent de torchis, les témoignages montrent constamment que tout s’entend d’un logis à l’autre ; les coups, les injures, les conflits entre voisins y sont également classiques. La basse ville compte, d’ailleurs, parmi les quartiers de la ville où la délinquance est au XVIIIe siècle la plus forte.

La domesticité

27La domesticité constitue un autre groupe suffisamment étoffé pour permettre une approche quantitative. Un échantillon portant sur environ 120 individus montre, par leurs inventaires, qu’environ la moitié des domestiques sont des locataires indépendants, tandis qu’un tiers loge chez le maître ; le dernier sixième est indéterminé. Les annonces qui concernent des résidences aisées prévoient explicitement leur logement : le 3 janvier 1787, on précise ainsi que dans la location du second étage de l’hôtel de Ferron, rue Saint-Georges, sont comprises « deux mansardes pour domestiques ». Dans cet échantillon, les domestiques logés par leur maître sont tous à une seule exception près célibataires ; les femmes y sont deux fois plus nombreuses que les hommes. L’habitat indépendant, en location ou sous-location, préserve en revanche la vie familiale et facilite la mobilité professionnelle, mais il est comme pour les petits métiers limité par les contraintes financières.

28On observe dans cette catégorie comme pour les précédentes un déplacement vers la périphérie ; les domestiques sont de plus en plus nombreux, par exemple, dans la rue Saint-Melaine. Chez leur maître comme ailleurs, les deux tiers habitent dans une pièce unique ; les autres disposent d’une seconde pièce, accessoire - cabinet, cave, grenier ou cellier ; 10 % d’entre eux sont plus largement logés. Dans les immeubles de la ville neuve, ils partagent mansardes et greniers avec quelques autres métiers - tels que blanchisseuse ou maître d’école-au service de la population aisée. Une observation directe des lieux permet de constater que des cuisines sont munies dans ces appartements d’un galetas à mi-hauteur, seul coin d’intimité offert à la cuisinière. Les hôtels particuliers de la vieille ville abritent quant à eux dans les écuries ou au-dessus le personnel chargé de l’entretien des chevaux. Quant au domestique servant chez un commerçant, c’est, souvent, la boutique qui lui sert de chambre.

Les commerçants et artisans, au contact de la clientèle

29Le monde des artisans et des commerçants est beaucoup plus divers : en 1778, 67 % des artisans, 45 % des commerçants logent dans une seule pièce, où se cantonnent évidemment en plus fort pourcentage les strates inférieures. Dans la ville neuve - on vient de le constater avec l’exemple des domestiques - le principe de la verticalité de la répartition sociale, selon lequel on monte les étages au fur et à mesure qu’on descend dans l’échelle sociale, a largement progressé en comparaison avec les autres quartiers. Encore faut-il l’affiner en précisant que l’habitat populaire s’y trouve en haut, mais aussi en bas. Les deux reconstructeurs de la ville - Robelin puis Gabriel - ont en effet consacré les rez-de-chaussée aux boutiques. Le coût d’une simple location réserve celles de la ville neuve à des commerces portant sur des objets de volume réduit et à forte valeur ajoutée, ce qui ne veut pas dire que ceux qui l’exercent soient eux-mêmes à l’aise. Les maîtres, dans ce type de logement, ne sont pas tous mieux lotis qu’un domestique. Un petit échantillon d’une quinzaine d’inventaires de gens modestes, dans le quartier du Parlement, montre que 9 d’entre eux occupent un rez-de-chaussée, c’est-à-dire la boutique seule ou agrandie en profondeur par une arrière-boutique qui sert alors de cuisine. La distinction entre lieu d’activité commerciale et domicile privé ne semble, à en juger par les registres de capitation, concerner qu’une minorité.

30En dehors de la ville neuve, le logement des artisans et des commerçants, même limités aux catégories précisées en introduction, est plus diversifié, au moins pour une minorité. On y retrouve chez les plus pauvres la pièce unique : c’est le cas par exemple de ce menuisier qui en 1751 ne possède que 110 livres de biens meubles, et occupe avec sa femme, dans une baraque des douves de la Visitation, une chambre qui lui sert aussi d’atelier. De même, dans la rue Saint-Georges, seules 5 boutiques sur 44, s’accompagnent d’un logement qui ne se limite pas à l’arrière-boutique. Mais la vétusté ou la médiocrité du bâti hors de la ville neuve rendent l’espace économiquement accessible, sinon aux gagne-deniers, du moins à une minorité d’artisans et de maîtres artisans. En 1751, un maître cordonnier et sa femme, débitante, occupent par exemple dans une maison de la rue Saint-Georges une boutique et le premier étage. D’autres, en raison de leur activité, joignent à leur boutique une cave ou un grenier. On arrive parfois à des logements complexes, comme il apparaît dans ce bail de 1788 où une revendeuse et son épouse louent dans la paroisse Saint-Aubin « une boutique donnant sur la rue de la Fracassière, deux greniers au-dessus desservant l’un en dedans de la dite boutique et l’autre par la cour au derrière avec un petit cellier situé de l’autre côté de la cour entre le puits et l’écurie », et enfin « une petite cuisine située cour du Cheval Blanc susdite paroisse Saint-Aubin ». Mais le loyer de 124 livres, alors qu’il s’agit d’une baraque, nous fait sortir manifestement des couches populaires.

31La vieille ville dans sa partie haute a conservé dans nombre de maisons une mixité sociale sans équivalent ailleurs : dans une même maison de la rue Saint-Georges, où il n’y a qu’une fenêtre sur rue par étage, on trouve en 1760 au rez-de-chaussée la boutique d’un maître-cordonnier capité à 3 livres, et dans un corps de logis situé à l’arrière un procureur qui en paie 12. Les pièces du premier étage y sont occupées par deux avocats, et celles des second et troisièmes étages respectivement par une filandière et des brodeuses faiblement capitées. La répartition verticale est donc beaucoup moins régulière : dans le quartier de la cathédrale, un procureur, dont c’est sans doute seulement le pied-à-terre et une lingère voisinent au troisième étage de la même maison. Les plus aisés, pour des raisons de confort, de sécurité et d’éclairage habitent cependant de préférence le premier ou le second étage ; ce qui permet aux éléments populaires d’occuper plus largement le rez-de-chaussée, tel ce couple du cocher et de la blanchisseuse capités à 3 livres logés dans « les salles basses » de leur maison. Dans ces quelques exemples, la présence de deux salaires ou rémunérations a souvent permis cet élargissement limité du logement.

32Cette évolution est enfin accentuée par l’abandon momentané ou durable, par leurs propriétaires nobles, de quelques hôtels particuliers, transformés en immeubles de rapport. On peut en prendre pour exemple l’hôtel de la Moussaye, situé rue Saint-Georges : le rez-de-chaussée est occupé en 1751 par un maître cordonnier et son compagnon. On l’y retrouve en 1760, où il paie 5 livres 10 sols de capitation ; le premier étage est alors habité par un maître tailleur et sa femme lingère capités à 4 livres 10 sols, et le second par la veuve Bourgueil, maîtresse tailleuse, qui paye 2 livres.

  • 5 Ce travail a utilisé les travaux manuscrits d’étudiants cités ci-dessous : Céline Chauvel, La rue S (...)

33Ainsi, les conséquences de l’incendie sur le logement des Rennais, et spécialement des milieux populaires, ne s’arrêtent pas avec l’achèvement de la reconstruction. Le glissement vers la ville neuve des couches aisées, mais aussi celui des domestiques et des commerces de proximité, se poursuit. L’offre de logements dans la ville ancienne, et surtout la survie de la plupart des baraques, qui auraient dû être démolies, ont favorisé l’accès au logement, et parfois à la propriété d’un grand nombre d’artisans. Les habitants de ces baraques, qui recherchent un habitat peu coûteux, rencontrent sur ce problème la complicité des couches aisées, qui y trouvent à proximité de leur propre résidence les artisans et la main-d'œuvre dont ils ont besoin. Pour la grande majorité de ce monde de l’artisanat, et a fortiori pour la main-d'œuvre la plus pauvre, la norme du logement reste cependant la pièce unique. Mais la mixité relative qu’on observe dans certains quartiers va rapidement disparaître : la suppression du Parlement au début de la Révolution, la pression démographique et la destruction progressive de la plupart des baraques vont conduire à une prolétarisation de la ville ancienne, dont témoigne l’évolution de la rue Saint-Georges, où le départ des habitants aisés va favoriser la division des logements et l’entassement des plus pauvres. En 1846, le nombre de logements, dans cette rue, est pratiquement le double de ce qu’il était en 1751. La pièce unique, l’insalubrité sans doute renforcée, restent décidément pour longtemps la norme de l’habitat populaire rennais5.

Plan de la ville de Rennes

Plan de la ville de Rennes

Notes

1 Cl. Nières, La reconstruction d’une ville au XVIIIe siècle. Rennes, 1720-1760. Rennes, 1972.

2 H. Sée, « La population et la vie économique de Rennes vers le milieu du XVIIIe siècle d’après les rôles de la capitation », bulletin de la Société historique et archéologique de Bretagne, t. IV, 1923, p. 89-133. Les études de quartier ont toutes utilisé les registres de plusieurs années, choisies parmi les plus précises et les plus complètes.

3 La liste des travaux manuscrits est donnée en annexe.

4 Ph. Jarnoux, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au XVIIe siècle. Rennes, 1996.

5 Ce travail a utilisé les travaux manuscrits d’étudiants cités ci-dessous : Céline Chauvel, La rue Saint-Georges, 1750-1850 ; Patricia Chauvel, L’habitat privé à Rennes à la fin de l’Ancien Régime, d’après les Affiches de Rennes ; Catherine Gouletquer-Moreul, Us maîtres de l'alimentation rennaise, 1750-1850 ; Sophie Haigron, Six rues de la basse ville à Rennes. Population et cadre de vie, 1750-1789 ; Isabelle Juvin-Erhel, Dans l’intimité des maisons rennaises, 1750-1760 ; Élodie Lebas, Ces gens qui peuplent le quartier de la cathédrale de Rennes (1750-1789) ; Nathalie Lucas, Les maîtres de la chaussure : les cordonniers à Rennes (1750-1790) ; Laurence Messe, Le quartier du Parlement de Bretagne, 1750-1789 : Anita Mias, La rue Saint-Melaine, 1751-1782 ; Catherine Prigent, Maîtres et domestiques, pour le meilleur et pour le pire.

Table des illustrations

Titre Plan de la ville de Rennes
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 382k

Auteur

Université de Rennes 2 - CRHISCOE

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540