Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

L’habitat populaire

L’habitat populaire à Poitiers au xviiie siècle

Jacques Péret

Texte intégral

  • 1 Voir les analyses de D. Roche, Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle,(...)

1La façon d’habiter constitue un élément essentiel quant à la définition du peuple des villes, de ses modes de vie, de sa culture mais aussi un marqueur révélateur des hiérarchies sociales. Mais l’habitat populaire est-il pour autant systématiquement synonyme de ségrégation et d’entassement dans des logements assurant un médiocre minimum vital à leurs occupants1 ?

2La définition du « populaire » reste toujours source d’enjeux et de débats surtout quant à la délimitation de sa frontière « haute » et de l’intégration ou non des maîtres artisans et des boutiquiers au peuple des villes. Nous avons choisi de sortir ces derniers des milieux populaires ; outre leur place de petit patron, leur titre de maître (parfois sans salarié !), ils se distinguent des salariés par leur boutique ou leur atelier (souvent en location), une fortune toujours supérieure comme le montrent les dots des contrats de mariage ou les inventaires après décès qui les placent un cran au dessus du petit peuple. Pour autant, nous avons tout à fait conscience de l’interpénétration de cette petite bourgeoisie artisanale et boutiquière et du monde des salariés lui même fort complexe et hétérogène.

  • 2 J. Tarrade, « La population de Poitiers au XVIIIe siècle : essai d’analyse socio-professionnelle d’ (...)
  • 3 Étudiés par F. Primault, Les paysans dans les ville de Poitiers au XVIIIe siècle, Poitiers, mémoire (...)

3Cette frontière, par définition arbitraire, établie, le peuple de Poitiers inclut d’abord la masse des salariés de l’artisanat, à la fois compagnons (mais rarement désignés ainsi), ouvriers travaillant hors des communautés jurées, manœuvres sans spécialisation qui représentent au XVIIIe siècle 27 % des nouveaux mariés2. S’y ajoutent les travailleurs de la terre dont une majorité de journaliers, installés dans les faubourgs (21 %) et les domestiques (6 %), en réalité beaucoup plus nombreux, mais qui apparaissent peu dans les contrats de mariage3. Les catégories populaires perçues au travers des contrats de mariage représenteraient ainsi 54 % des nouveaux mariés, proportion au dessous de la réalité, les milieux modestes ayant moins systématiquement recours au contrat de mariage que les catégories aisées. Reste le problème des pauvres, les plus difficiles à saisir : outre les pauvres enfermés dans l’enceinte de l’Hôpital général (environ 500) et ceux hébergés dans les différents établissements hospitaliers, c’est toute une frange de la population de pauvres assistés qui nous échappe, car généralement privée de titres dans les sources mais que l’on devine notamment derrière les nombreuses veuves des quartiers populaires.

  • 4 Voir les analyses de J. Peret dans les chapitres VII et VIII de l’Histoire de Poitiers, s.d. R. Fav (...)

4Quant à la ville de Poitiers, peuplée d’environ 22 000 habitants à la fin de l’Ancien Régime, elle se présente comme une capitale provinciale de second rang où la fonction administrative domine autour d’une bourgeoisie de robe qui occupe le haut du pavé aux côtés d’un clergé fortement présent (600 à 700) et de 130 familles nobles. En revanche les fonctions économiques marquent le pas au XVIIIe siècle avec un artisanat et un commerce très dispersés fournissant d’abord à la consommation et aux besoins de la ville et de son plat pays4. Avec Poitiers, grosse ville moyenne, on se trouve devant un observatoire intéressant à mi-chemin entre les villes-capitales et le réseau des petites cités, où l’on peut saisir toute la gamme de l’habitat populaire traditionnel y compris celui des faubourgs ruraux.

  • 5 Médiathèque Poitiers, Arch. communales révolutionnaires, E 6, casier 117.
  • 6 Cadastre, commune de Poitiers. Il peut être comparé au Toisé de 1691, publié par F. Eygun, Arch. Hi (...)
  • 7 Sinon les rôles de capitation des privilégiés et le montant de la capitation par paroisse (arch. dé (...)
  • 8 B. Lussault, De la paroisse au quartier : Saint Germain. Habitat et société à la fin du XVIIIe sièc (...)

5L’approche de l’habitat populaire a été réalisée en croisant un maximum de sources complémentaires : un dénombrement de 17905, maison par maison, par famille, permet d’appréhender environ un quart de la population, la composition sociale de chaque paroisse, la densité d’occupation des logements, les modes d’occupation (propriété ou location) ; le premier cadastre6, daté de 1836, permet quant à lui d’analyser précisément le parcellaire, sa typologie par rue. Des sources fiscales, incomplètes à Poitiers7, et les sources notariées (actes de ventes, de locations, inventaires après décès qui permettent de pénétrer dans les logements, d’en saisir l’organisation) complètent ces éclairages croisés et fournissent des exemples concrets, illustration de la nécessaire complémentarité entre le quantitatif et le qualitatif. Il faut enfin insister sur le fait que ce travail doit beaucoup à plusieurs excellents mémoires de maîtrise dont tout particulièrement celui de Béatrice Lussault8 réalisé sur la paroisse de Saint-Germain. Je tiens ici à les en remercier.

DES PAROISSES POPULAIRES HOMOGÈNES

6La géographie sociale des 22 paroisses poitevines (dont un certain nombre minuscules) se traduit par une forte opposition entre paroisses riches et paroisses populaires qui n’empêche pas pour autant une dose plus ou moins élevée selon les quartiers de mixité sociale.

  • 9 Voir l’Histoire de Poitiers, R. Favreau, dir., Privat, 1985.

7La géographie de l’habitat poitevin ne peut tout d’abord se comprendre sans une approche rapide des contraintes du site, déterminantes à Poitiers, et du poids de l’histoire9. La topographie commande largement pour une ville qui s’est établie depuis l’Antiquité sur un éperon de confluence, péninsule coincée entre les deux vallées encaissées du Gain et de la Boivre et reliée à la « terre ferme » par un isthme étroit. Le sommet du « plateau » qui court du Nord au Sud de la péninsule tombe brutalement vers l’Ouest sur les marais de la Boivre, par des pentes d’une raideur inhabitable ; vers l’Est et le Nord, les versants, moins raides permettent les constructions jusqu’aux abords de la vallée du Gain, inondable et par conséquent très peu occupée. Du fond des deux vallées franchies par des ponts, partent des routes qui doivent grimper sur l’autre versant avant de déboucher sur les plateaux entourant la ville, lieu d’implantation de faubourgs et de villages ruraux implantés sur les vastes espaces agricoles du terroir de la ville. Logiquement, cette péninsule, site défensif naturel, a été très tôt entourée d’une enceinte continue de plus de six kilomètres de circonférence, délimitant ainsi un très vaste espace intra-muros pour une ville qui dépasse péniblement les 20 000 habitants et ne justifiera pas la construction de vastes faubourgs, pas plus que de grands programmes d’urbanisme au XVIIIe siècle. Cette ville, apparemment très au large dans son enceinte, n’en voit pas moins une bonne partie de son territoire gelée par les vastes enclos d’une vingtaine d’établissements ecclésiastiques ; si on y ajoute les nombreux jardins, les terrains agricoles, on aboutit au paradoxe d’une cohabitation d’espaces vides et verts et de zones densément bâties, qui correspondent pour l’essentiel aux quartiers populaires.

Les paroisses centrales du « plateau » ou l’exclusion du petit peuple

  • 10 Département de la capitation des taillables pour la ville de Poitiers, 1774. Arch. dép. Vienne, J 3 (...)
  • 11 Il faut y ajouter les micro-paroisses de Saint-Jean-Baptiste et Saint-Hilaire entre Églises regroup (...)

8La cote moyenne de capitation par paroisse10, les données du dénombrement de 1790 permettent de fournir une mesure approximative de la géographie sociale de Poitiers. L’indice le plus simple de la cote moyenne de capitation par paroisse dégage clairement un ensemble homogène de sept paroisses situées au sommet du plateau, englobant le quartier du palais de justice centre des activités administratives (paroisse Saint-Didier), le centre commerçant (Notre-Dame et Saint-Porchaire) et des paroisses résidentielles comme Sainte-Opportune, Saint-Paul ou Saint-Cybard11. Dans cet ensemble bien délimité, les cotes moyennes de capitation s’échelonnent entre 10 et 17 livres. Cette impression de concentration des foyers aisés est confirmée par la présence de 80 des 130 familles nobles de la ville dans ces sept paroisses. Cas extrême, nobles, ecclésiastiques et bourgeoisie aisée constituent les deux tiers des feux de la petite paroisse résidentielle de Sainte-Opportune.

  • 12 480 dans les cinq paroisses recensées en 1790 soit 18,6 % de la population adulte.
  • 13 A.E. Chaigne, Sainte-Opportune, paroisse de Poitiers (1691-1790), Poitiers, mémoire de maîtrise, 19 (...)
  • 14 L. Dubest, op. cit.

9Le petit peuple n’est pas pour autant complètement absent de ces paroisses centrales ; en effet c’est là que se concentre la majorité des domestiques, au service de l’élite sociale poitevine12. On dénombre ainsi 95 domestiques répartis dans 40 des 50 familles de la paroisse de Sainte-Opportune13, 206 à Saint-Cybard, toujours logés au domicile de leurs maîtres14. Ce monde à part, très présent dans les paroisses centrales constitue d’une certaine façon une passerelle entre l’élite et le peuple dont ils sont issus. Ajoutons que la ségrégation sociale n’est jamais absolue. Saint-Cybard, paroisse aisée, dominée par les robins, n’en comporte pas moins un tiers de feux de commerçants et d’artisans, catégorie intermédiaire avec les salariés, sans compter la présence de petites colonies d’étudiants (15) et de pensionnaires (28) qui viennent nuancer la coloration bourgeoise de la paroisse. De la même façon, les paroisses commerçantes (Notre-Dame-la-Grande et la Petite) voient une forte présence de la petite et moyenne bourgeoisie boutiquière et artisanale qui elle même héberge souvent dans les étages de ses maisons, apprentis, compagnons, « garçons », logés chez leurs maîtres, mais aussi des locataires de condition sociale modeste qui viennent nuancer l’image d’une ségrégation sociale radicale.

10Lorsque l’on quitte le plateau par les rues descendant vers la vallée du Clain, on traverse des quartiers que l’on peut qualifier d’intermédiaires ou mixtes, où la cote moyenne de capitation se situe entre 5 et 7 livres. C’est le cas de deux des paroisses du bourg Saint-Hilaire, de Saint-Savin, La Celle ou Saint-Étienne. Mais au delà d’une impression globale de paroisses socialement mixtes, mieux vaut parler d’un découpage plus subtil, par rues, par îlots : ainsi la paroisse de Saint-Pierre-l’Hospitalier se subdivise-t-elle entre un quartier ecclésiastique, autour de l’église Saint-Hilaire, des rues commerçantes (la rue des Trois Piliers) et la rue de la Tranchée qui devient plus populaire au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre.

Des paroisses populaires dans l’ensemble homogènes

  • 15 Dans l’ordre décroissant, Saint-Germain (et ses faubourgs), Sainte-Radegonde, Saint-Michel et Saint (...)
  • 16 On retrouve les mêmes tendances dès 1552 : G. Jarousseau, « Un rôle d’imposition de Poitiers en 155 (...)

11Les mêmes indicateurs définissent tout aussi nettement un ensemble homogène de paroisses et de quartiers pauvres. Neuf paroisses intra-muros et de faubourgs présentent une cote moyenne de capitation inférieure à 5 livres15 dont les quatre derniers dépassent péniblement 1 livre16. Géographiquement ces quartiers populaires s’étagent sur les pentes orientales et septentrionales de la péninsule poitevine ainsi qu’à son extrémité sud-ouest. Plus on descend vers la vallée, plus on s’éloigne du plateau et plus les cotes de capitation baissent, atteignant leurs plus bas niveaux dans les paroisses situées le long des remparts (Saint-Simplicien, La Résurrection, les quartiers bas des paroisses Sainte-Radegonde, Montierneuf et Saint-Germain) et dans les faubourgs (Saint-Saturnin, La Cueille, Montbernage, Sainte-Triaise) au delà des deux vallées. Cet ensemble de paroisses présente une incontestable homogénéité socio-socioprofessionnelle : les journaliers (à la fois citadins et semi-ruraux dans les faubourgs) et les salariés (sous diverses dénominations) y constituent toujours une solide majorité de la population.

  • 17 J. Peret, « Habitat et famille »..., art. cit. qui sera utilisé à propos de la paroisse de La Résur (...)
  • 18 Arch. dép. Vienne, C 830

12Deux exemples peuvent illustrer ce schéma d’ensemble : celui de la paroisse de La Résurrection17, une des plus pauvres de la ville, montre que les journaliers et les salariés représentent les deux tiers des feux aussi bien à partir des résultats du dénombrement de 1790 que du relevé des professions dans les registres paroissiaux. La présence de nombreuses veuves sans qualification dans les garnis du quartier rappelle aussi l’existence d’une population de pauvres selon la définition qu’en donne l’Ancien Régime. Quant au tiers restant des chefs de famille, il se compose d’artisans et de boutiquiers extrêmement modestes, confirmation de leur proximité et de leur interpénétration avec le petit peuple pris en son sens restrictif. Le second exemple, celui de la paroisse Saint-Saturnin, située hors les murs, s’appuie sur un rôle de taille de 176618. Premier constat, 153 des 190 feux (80 %) sont imposés à moins de cinq livres de taille, illustration de la très faible capacité fiscale et donc de la misère de la grande majorité de ces banlieusards poitevins, tandis que 6 % seulement dépassent les 10 livres. La composition sociale est tout aussi éclairante dans sa simplicité : 49 journaliers (33 % des feux identifiés), tous imposés à deux exceptions près à moins de cinq livres ; une minorité de paysans (15 soit 10 % des feux) plus imposés dont quelques bons fermiers et laboureurs vient compléter le petit monde de ces paysans des faubourgs. Un second groupe, numériquement identique rassemble au même niveau fiscal un noyau d’artisans du textile (cardeurs, sergers...) tout aussi misérables et une nébuleuse plus diversifiée de petits artisans et de commerçants un peu plus aisés (cabaretiers, aubergistes, boulangers, « cocassiers »). Enfin, une trentaine de veuves, pratiquement toutes rassemblées dans les tranches fiscales les plus basses, viennent compléter l’image d’une paroisse de faubourg populaire pauvre.

13Cette image de quartiers populaires homogènes est confirmée par la quasi-absence de nobles résidant dans ce vaste espace, une vingtaine au total, la grosse paroisse Saint-Germain (2 300 habitants) n’abritant ainsi que trois familles nobles.

14En revanche, cette homogénéité globale doit être sensiblement nuancée selon les quartiers, les rues qui ne recoupent pas forcément les paroisses : ainsi les rues situées à mi-pente, la Grand’rue paroisse Saint-Michel, la rue de la Chaîne, paroisse Saint-Germain ou la rue des Trois Piliers, paroisse Saint-Pierre-l’Hospitalier présentent une population encore brassée socialement, avec un solide noyau de petits artisans et boutiquiers cohabitant avec les milieux strictement populaires. Certaines rues de la populaire paroisse Sainte-Radegonde, autour de la collégiale et de son chapitre voient de leur côté une forte densité d’ecclésiastiques. Si comme nous l’avons déjà vu, les quartiers bas, tout le long de la vallée du Clain, correspondent le mieux à la définition du quartier populaire, avec les faubourgs on touche à un nouveau type de quartiers : on peut distinguer d’une part des faubourgs urbains le long des axes menant à la ville (La Cueille, Montbernage, route de Bordeaux) où se concentre une population très pauvre de journaliers et salariés notamment du textile (sans compter les métiers du transport le long de la route Paris-Bordeaux), d’autre part des faubourgs ruraux (déjà évoqués à travers l’exemple de Saint Saturnin) composés de villages comme la Blaiserie, Bellejouanne, la Bugellerie où l’on retrouve la dualité rurale classique : journaliers (largement majoritaires) et laboureurs.

15Cette géographie sociale des quartiers populaires, globalement homogène, mais non sans nuances est évidemment à mettre en relation avec l’habitat, sa structure, son organisation.

LES MAISONS DU PETIT PEUPLE DE POITIERS

16L’habitat poitevin est donc soumis à un ensemble de contraintes qui réduit fortement l’espace constructible. Comment les Poitevins ont-ils utilisé le terrain dans les quartiers populaires, pour quelles maisons et pour quels logements ?

Le parcellaire de l’habitat populaire

  • 19 Données fournies dans le mémoire de maîtrise op. cit. de B. Lussault.

17La forme et la taille des parcelles déterminent en grande partie la structure de l’habitat. Les plans cadastraux de 1837 et le Toisé dressé en 1691, dans l’ensemble très concordants, font apparaître un parcellaire très typé dans les paroisses populaires avec un certain nombre de variantes que nous mettrons en évidence par l’étude minutieuse des paroisses de La Résurrection et de Saint-Germain19.

18Le lacis des rues tortueuses et étroites qui descend vers la vallée met d’abord en valeur une bonne moitié de micro-parcelles de moins de 100 m2, 54 sur 80 (67 %) à La Résurrection, moins dans les quartiers intra-muros de Saint-Germain (37 %). Elles correspondent à des terrains de forme allongée, en lames de parquet, s’ouvrant sur la rue par une façade étroite et s’étirant sur 15 à 20 mètres de profondeur. Un sous-type se dégage avec les parcelles de moins de 50 m2 en nombre important rue Saint-Cyprien ou rue des Trois Rois, terrains presque entièrement bâtis, s’aérant seulement par une minuscule courette, puits de lumière qui peut mener à un second corps de bâtiment lorsque la parcelle s’agrandit quelque peu.

19Un cran au dessus, les parcelles de 100 à 500 m2, 23 % à La Résurrection, 49 % à Saint-Germain intra-muros reprennent la même structure en se diversifiant : d’un côté des parcelles allongées avec une cour séparant deux ou trois corps de bâtiment, de l’autre, des terrains de forme plus variable encombrés de bâtiments et dépendances divers. Ce parcellaire correspond à une utilisation maximum du sol dans des quartiers où l’espace est compté et où il importe pour toute activité artisanale ou commerciale d’avoir pignon sur rue.

20Au delà de 500 m2 on quitte le plus souvent l’habitat populaire. Les grandes parcelles (jusqu’à 3000 à 4000 m2) sont occupées soit par quelques grands logis, isolés dans le tissu des quartiers populaires, dotés de vastes jardins s’étageant sur les coteaux abrupts descendant vers la vallée, soit par des enclos religieux (plus d’un hectare pour l’abbaye de La Trinité) ou par des entreprises comme la poste aux chevaux ou l’atelier de salpêtre (plus de 2000 m2 paroisse Saint-Germain).

21Lorsqu’on franchit les portes de l’enceinte, les règles du jeu se modifient quelque peu : d’un côté on retrouve dans les faubourgs urbains le même parcellaire étroit le long des rues qui escaladent le coteau, micro-parcelles coincées entre le chemin de la Cueille et la roche ou rue du faubourg Montbernage ; elles représentent 48 % des parcelles du faubourg de la Cueille, la moitié d’entre elles n’atteignant pas 50 m2. Mais dès que l’on atteint le plateau qui surplombe la vallée, les terrains s’élargissent et les grandes parcelles de plus de 500 m2 (jusqu’à un demi-hectare) deviennent monnaie courante dans ces faubourgs ruraux où jardins, vignes et terres labourables se succèdent entre les villages et les hameaux. On passe ainsi progressivement de la ville à la campagne, de parcelles conçues en fonction d’une maison à des terrains agricoles.

De petites maisons ?

  • 20 Résultats obtenus à partir du dépouillement d’un corpus d’actes de ventes, de locations, de visites (...)
  • 21 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, 1970, chap. 1. 71 % des maisons ont quatre étages (...)
  • 22 D. Roche, Le peuple de Paris, 1981, p. 100 et suiv.

22Les maisons des quartiers populaires, tassées en rangs serrés sur leurs petites parcelles restent basses dans l’ensemble : 74 % ne comportent qu’un seul étage et 18 % se limitent à un rez-de-chaussée (surtout dans les faubourgs ruraux où se reproduit le modèle de la maison paysanne), tandis que 8 % seulement atteignent les deux étages, proportion qui augmente quand on se rapproche du centre ville. Cette faible élévation contraste avec les paroisses du centre où 37 % des maisons atteignent ou dépassent les deux étages20, sans parler des quatre ou cinq étages des maisons des quartiers populaires lyonnais21 ou parisiens22. L’image de maisons basses doit cependant être nuancée : d’une part, pratiquement toutes les bâtisses (91 %) sont surmontées d’un grenier, faux étage qui peut en devenir un vrai si le besoin s’en fait sentir ; d’autre part la maison s’enfonce dans le sol dans les trois quarts des cas avec un cellier caractéristique des faubourgs ruraux, tandis que la cave se généralise en ville même dans les maisons les plus modestes.

23La maison des quartiers populaires occupe dans la majorité des cas la plus grande partie de la superficie de la parcelle, 30 m2 au sol pour les plus petites, de 50 à 70 m2 pour la majorité, l’espace bâti occupant dans les rues intra-muros de Saint-Germain les deux tiers de la parcelle, le reste étant dévolu à une cour, puits de lumière ou à un jardin dans les faubourgs. La bâtisse principale s’accompagne chez les artisans, commerçants et laboureurs de dépendances aux noms et usages variés, à dominante professionnelle : buanderies, en réalité pièces de rangement polyvalentes, écuries, granges, toits, toujours présents dans les faubourgs ruraux mais aussi intra-muros.

  • 23 Inventaire après décès, 6 août 1781, minutes Gibault, Arch. dép. Vienne.

24Le plan d’ensemble vient corroborer dans l’ensemble l’impression de petites maisons, mais avec de très fortes nuances. Se dégage d’abord le type de la « maisonnette » d’une trentaine de m2 au sol, construite sur un terrain d’une centaine de m2, prolongée par une ou deux dépendances et une cour, haute d’un étage surmonté d’un grenier, se composant d’une pièce par niveau à l’image de la demeure du journalier Louis Bréchon23, rue Saint-Cyprien, paroisse de La Résurrection. Cette maison de base qui peut être divisée en deux unités d’habitation est propre aux journaliers et aux salariés les plus pauvres. Un cran au dessus, la maison s’élargit selon deux cas de figure principaux : les maisons occupées par les artisans et boutiquiers associent au rez de chaussée, boutique ou atelier prolongés par des dépendances et deux ou trois pièces habitables à l’étage supérieur comme celle du boulanger François Babin, rue de l’Arceau, avec sa grande boutique prolongée par un « fourniou » et deux toits, surmontée de quatre chambres et d’un grenier, maisons dont souvent une ou deux pièces sont louées à des familles pauvres. Le second cas de figure, plus significatif de l’habitat populaire, renvoie à des maisons composées de plusieurs corps de bâtiments construites sur des parcelles un peu plus larges et divisées, comme nous le verrons, en logements locatifs pouvant abriter de deux à six familles dans la paroisse de La Résurrection tandis que dans le quartier intra-muros de Saint-Germain, 21 % des maisons hébergent trois familles et plus. Tout ceci vient pour le moins nuancer l’image de la petite maison populaire. Qu’en est-il maintenant de l’unité d’habitation, du logement proprement dit ?

Plongée dans le logement populaire

  • 24 Acte d’arrentement, 24 juillet 1780, minutes Duchastenier, Arch. dép. Vienne.
  • 25 Acte de location, 7 décembre 1783, Minutes Cognac, Arch. dép. Vienne.

25En s’appuyant d’abord sur un échantillon de 51 inventaires après décès, confirmé par un corpus plus réduit d’actes de ventes et de locations concernant le petit peuple (39 actes), on constate, quelle que soit la paroisse, que le logement populaire (maison individuelle ou partagée) se limite plus de neuf fois sur dix à une ou deux pièces, 48 % une pièce unique, 44 % deux pièces. Ces deux pièces sont fréquemment superposées, entremêlées parfois avec d’autres logements comme cette partie de maison arrentée à Jean Brouard, un tailleur de pierre, paroisse Sainte-Radegonde, composée d’une chambre basse, d’une chambre haute, desservie par un escalier commun, la maison étant partagée avec un certain Claude Joly24 Les cas d’imbrication des logements apparaissent souvent dans les actes de location avec des servitudes de passage comme ce tisserand qui loue une partie de maison « à charge de donner le passage aux autres locataires par l’escalier entre les deux soleils seulement »25. Il convient d’y ajouter un grenier, deux fois sur trois et une cave ou un cellier trois fois sur quatre, les faubourgs ruraux voyant même leur généralisation dans des terroirs où la vigne est très présente. Cette homogénéité certaine de la structure du logement populaire se retrouve un cran au dessus chez les artisans et les boutiquiers de ces mêmes quartiers : ici la norme se situe, outre la boutique ou l’atelier, entre deux et trois pièces en moyenne, une de plus que chez le petit peuple sans compter une dépendance supplémentaire en moyenne, justification à postériori de la coupure établie avec l’habitat du petit peuple.

  • 26 Exemple donné par B. Lussault, op. cit., p. 48.

26Chez les journaliers comme chez les petits salariés, le logement s’organise autour d’une « principale chambre », haute ou basse, pièce multifonctionnelle « où se déroulent toutes les activités de la vie quotidienne ». La seconde chambre, lorsqu’elle existe à l’image de celle de Louis Raimond, maçon, rue de la Latte26 fait davantage figure de pièce d’appoint, de débarras où l’on stocke les outils, du bois, que de pièce spécialisée en lieu de couchage même si on peut y trouver un lit. La structure du logement ressemble ainsi largement à celle de l’habitat rural traditionnel avec sa grande chambre basse polyvalente que l’on retrouve dans les villages ruraux comme à la Bugellerie. Seule la superposition fréquente des chambres, la cohabitation avec d’autres occupants dans la même maison identifient le logement populaire citadin par rapport aux campagnes.

  • 27 Pour les méthodes d’analyse et des résultats (parisiens), voir D. Roche, op. cit. et A. Pardailhe-G (...)
  • 28 Dépouillements portant sur les décennies 1690, 1740 et 1780 (minutes des notaires de Poitiers, arch (...)
  • 29 Étudiées par S. Gremillon-Declochez, Les professionnels du bâtiment à Poitiers (1750-1789), Poitier (...)
  • 30 Voir à titre comparatif, J. Peret, « Les meubles ruraux en Haut-Poitou au XVIIIe siècle d’après les (...)

27Lorsqu’on entre derrière le notaire, lors d’un inventaire après décès27, dans ces modestes logements, on est frappé par la médiocrité des intérieurs. Sans entrer dans une analyse détaillée qui constituerait un sujet en lui-même, dégageons quelques grands traits du contenu et de l’ambiance de ces logements à partir d’un échantillon de 51 inventaires après décès28 et de visites de maisons29. Les maisons des quartiers populaires construites majoritairement en moellons, couvertes de tuiles, conservent en revanche beaucoup de bois dans leur aménagement intérieur : cloisons en pans de bois remplies de torchis, planchers sauf au rez-de-chaussée où il est concurrencé par le carrelage, développement des fenêtres à châssis vitrés sans que l’on puisse généraliser ce faible échantillon. À l’intérieur, on est frappé par l’accumulation des meubles et des objets dans la principale chambre à l’image des maisons rurales : deux lits en moyenne (un troisième éventuellement dans la chambre secondaire) dits à « quenouille » pour les deux tiers d’entre eux avec rideaux et ciel de lit, seul lieu intime et confortable, deux coffres, meuble de rangement universel fourre-tout comme à la campagne30, une « maie », auxquels s’ajoutent un cabinet à partir du milieu du siècle (deux fois sur trois) et/ou une armoire dans les dernières décennies du XVIIIe siècle. Une table, quelques chaises paillées complètent ce mobilier très stéréotypé et purement fonctionnel, d’une faible valeur, une centaine de livres au milieu du siècle, le double dans les années 1780. Une cheminée dans la chambre principale comme seul point de chauffage et de cuisson, autour de laquelle on trouve le matériel de cuisine, chaudrons en cuivre, quelques poêles, peu différents des batteries de cuisine rurales tout comme les couverts en étain omniprésents durant tout le siècle. Cependant au delà de la médiocrité de ce mobilier pour lequel sont appliqués fréquemment les qualificatifs de « mauvais » ou « d’usé », on voit se dégager quelques traits significatifs d’une lente pénétration, par petites touches, des modes du siècle des Lumières. Outre les armoires qui pénètrent largement les intérieurs populaires à la fin du siècle (contrairement aux intérieurs ruraux plus conservateurs), les rares buffets, les bouteilles de verre, quelques assiettes de faïence et même deux cafetières chez des journaliers viennent modifier l’art de la table ; suivant aussi les tendances du siècle, les miroirs deviennent courants (présents dans la moitié des intérieurs), apportant un peu de reflets, d’images, de lumière dans des intérieurs dans l’ensemble tristes et sombres, où le superflu n’a pas sa place.

PROPRIÉTÉ ET OCCUPATION DU LOGEMENT POPULAIRE

28Reste à cerner qui possède ces maisons, quels en sont les modes d’occupation et qui y vit selon quel degré d’entassement.

Propriétaires et locataires

  • 31 Arch. dép. Vienne, C 591

29La comparaison d’un État des maisons et de leurs propriétaires de 178031 et du dénombrement de 1790 permet de saisir la propriété et les modes d’occupation des logements. Le double exemple de La Résurrection et de Saint-Germain va dans le même sens et dégage trois cas de figure :

  • Un peu moins d’un quart des maisons des quartiers intra-muros (14 sur 66 à La Résurrection, 28 sur 115 dans les quartiers intra-muros de Saint-Germain) et environ un tiers dans les faubourgs 30 % dans le faubourg urbain de la Cueille et 36 % dans les faubourgs ruraux), sont habités par leur seul propriétaire. Ici la maison constitue l’unité d’habitation, propriété sans partage de son occupant.

  • Plus rarement, entre 10 et 15 % des cas, le propriétaire habite sa maison mais cohabite avec un ou plusieurs locataires à l’image de Jean Pasquier, menuisier rue de la Chaîne qui loge sept familles dans l’immeuble qu’il possède et qu’il habite lui-même. En revanche cette forme de cohabitation disparaît dans les villages des faubourgs ruraux.

  • Enfin près des deux tiers des maisons sont entièrement louées (42 sur 66 à La Résurrection, 74 sur 115 pour les quartiers intra-muros de Saint-Germain, 84 sur 139 pour le faubourg de La Cueille), le plus souvent partagées entre plusieurs locataires.

30Donc, dans les quartiers populaires, les maisons occupées par leurs propriétaires sont très minoritaires. Si on ne peut identifier clairement l’ensemble des propriétaires, on constate néanmoins que les catégories strictement populaires y occupent une très faible place, le journalier Louis Bréchon déjà cité étant un peu l’exception qui confirme la règle. Les propriétaires résidants sont d’abord des artisans et des commerçants, petite bourgeoisie besogneuse au sein de laquelle émerge la réussite de quelques professions comme les boulangers, les bouchers, les aubergistes et les marchands. Cette catégorie sociale intermédiaire se distingue du petit peuple par la propriété immobilière, mais en reste proche dans la rue et aussi à l’intérieur des maisons, la majorité de ces propriétaires louant une partie de leur maison à des locataires appartenant le plus souvent au petit peuple. Il n’existe pas pour autant de forte concentration immobilière dans ces quartiers. Mis à part les établissements religieux (propriétaires de 11 maisons dans la paroisse de La Résurrection), la norme reste un monde de petits propriétaires d’une seule maison avec simplement quelques exceptions comme le boucher Gibault à la tête d’un patrimoine immobilier de six maisons dans les paroisses de La Résurrection et de La Celle.

  • 32 De 20 à 40 livres pour un logement d’une pièce, de 30 à 60 livres pour un deux pièces. Plus du doub (...)

31Au total, d’une part les milieux populaires n’accèdent que rarement à la propriété, et d’autre part, la location, de manière écrasante (au moins 80 % des familles), y constitue le mode d’occupation dominant, peu coûteux au demeurant, entre 20 et 60 livres en moyenne par an pour des logements de une ou deux pièces à la fin du XVIIIe siècle32.

Entassement et promiscuité ?

32L’image classique de logements populaires surpeuplés correspond-elle à la réalité poitevine ?

33Une première donnée semble nuancer ce postulat ; en effet, la maison individuelle, occupée par une seule famille, synonyme dans l’ensemble d’un entassement et d’une promiscuité moindres, est majoritaire à La Résurrection (53 %), à Saint-Pierre-l’Hospitalier (56 %) et dans les quartiers intra-muros de Saint-Germain (55 %). Cette individualisation de l’habitat ne fait que s’accentuer dans les faubourgs, monde de petites maisons basses (80 % pour le faubourg de La Cueille) et devient la règle dans les villages des faubourgs ruraux (94 % pour les villages de Saint-Germain) ; ici, comme dans les campagnes voisines, la maison ne se partage pas.

34Si le nombre des immeubles individuels et collectifs est à peu près équivalent, en revanche une forte majorité des familles habite dans des maisons collectives : c’est le cas de 150 des 214 feux (70 %) du quartier central de Saint-Germain, de 57 des 87 feux de Saint-Pierre-l’Hospitalier (65 %) et de 87 des 122 feux de La Résurrection (72 %). Là encore le contraste est radical avec les faubourgs ruraux et dans une moindre mesure avec les faubourgs semi-urbains comme la Cueille où seulement 69 des 180 feux vivent dans des maisons partagées entre plusieurs logements.

35L’immeuble collectif des quartiers intra-muros n’en reste pas moins de dimension modeste : les trois quarts n’abritent que deux ou trois familles avec une division du logement qui se fait soit par étages homogènes soit par plusieurs pièces dispersées sur plusieurs niveaux avec des unités de deux pièces en moyenne. Les grands immeubles collectifs demeurent l’exception, 13 abritant de quatre à six familles à Saint-Germain et six à La Résurrection tandis qu’ils disparaissent dans les faubourgs.

36Cette domination de la maison partagée en plusieurs logements pèse évidemment sur le nombre d’occupants de chaque immeuble. C’est logiquement dans les quartiers intra-muros que les maisons accueillent les plus gros effectifs : 7,6 personnes par maison en moyenne à Saint-Pierre-l’Hospitalier, 7,4 à Saint-Germain, chutant sensiblement dans les paroisses les plus pauvres (6,3 à La Résurrection, 6,2 à Sainte-Radegonde, 5,1 à Sainte-Triaise). Ces moyennes dissimulent bien évidemment de grandes disparités en fonction pour l’essentiel du nombre de logements par maison : à Saint-Germain, 36 maisons abritent de une à quatre personnes, 48 de cinq à neuf et 31 plus de dix avec le record de l’immeuble de Jean Pasquier, rue de la Chaîne occupé par 8 familles et 31 personnes. On retrouve là les disparités de l’habitat constatées précédemment, des maisonnettes abritant une ou deux familles sur les micro-parcelles des petites rues, jusqu’aux immeubles à plusieurs corps de bâtiments construits sur des parcelles un peu plus vastes, collectifs avant la lettre où la notion d’entassement devient une réalité plus forte accentuée par l’imbrication des logements, la dispersion fréquente des pièces sur plusieurs niveaux et les servitudes de passage, d’escaliers communs notamment. Sans surprise, dès que l’on quitte la ville, le nombre d’habitants par maison chute dans les faubourgs, 5,4 en moyenne à La Cueille, 4,8 pour les faubourgs ruraux, moyennes à mettre en relation avec une individualisation croissante de l’habitat.

  • 33 J. Peret, « Famille et société... », op. cit.., p. 11-12.

37La notion d’entassement passe enfin par la mesure de la dimension de la famille. Or, dans nos quartiers populaires la taille des familles reste modeste, de 3 personnes en moyenne à Sainte-Triaise, 3,4 personnes pour La Résurrection à 4,5 pour Saint-Germain et 4,6 pour Saint-Pierre-l’Hospitalier, assez loin derrière les paroisses riches du centre (5 à Saint-Cybard et 5,9 pour Sainte-Opportune par exemple). La moitié des feux n’abrite d’ailleurs que de une à trois personnes et les deux tiers moins de cinq personnes dans ces quartiers populaires. Cette tendance à une famille réduite est d’ailleurs encore renforcée si on isole dans le recensement de 1790 les seuls salariés et journaliers : leurs foyers ne comptent en moyenne que 3,3 personnes33 et les familles nombreuses y deviennent l’exception, quatre foyers seulement dépassant les sept personnes. Bréchon, notre journalier déjà évoqué avec sa femme et ses huit enfants est ainsi totalement atypique au sein des familles populaires, les effectifs gonflant sensiblement avec le monde de la petite bourgeoisie de la boutique et de l’échoppe (5,1) et le groupe des laboureurs des faubourgs ruraux qui détonne avec une famille moyenne de 5,7 personnes.

38La petite taille des familles populaires doit être mise en relation avec les structures familiales : ici le modèle de la famille conjugale réduite l’emporte très largement chez les salariés et journaliers avec 74 % des cas, domination d’ailleurs encore plus forte chez les artisans et les laboureurs. Dans les milieux populaires, la famille élargie aux ascendants ou aux collatéraux reste marginale (7 %) ; en revanche on est frappé par le grand nombre de solitaires (beaucoup de veufs et surtout de veuves seules). On retrouve là le modèle de la famille en miettes, cassée par la mort, où le survivant bascule dans la misère. Cette dimension réduite de la famille populaire est accentuée par le faible nombre d’enfants présents dans les foyers, 2,4 en moyenne. D’une part la natalité y paraît relativement faible, d’autre part, pour des nécessités économiques l’enfant quitte très tôt sa famille pour s’engager comme domestique ou servante dans les familles aristocratiques ou bourgeoises, un des débouchés essentiels à Poitiers pour les familles pauvres.

  • 34 D. Roche, op. cit., p. 120.
  • 35 Dénombrement de 1790, op. cit.

39Dans les quartiers populaires, la famille n’assure que brièvement la subsistance des enfants, rarement celle des parents âgés ou des apparentés, nécessité financière oblige. Le logement est adapté à cette situation en fournissant, à un coût minimum, un abri de dimension réduite, deux pièces au maximum, à une famille qui ne dépasse qu’assez rarement les quatre personnes et qui se réduit comme peau de chagrin avec la mort et le départ précoce des enfants. Le degré d’entassement est évidemment difficile à mesurer mais doit se situer autour de deux occupants par pièce, sensiblement moins qu’à Paris (2,7)34. Mais il faut relativiser cette notion d’entassement, fluctuante selon les temps de la vie, le nombre d’enfants présents et qu’il faudrait également lier aux changements de logements fréquents dans ces quartiers populaires où selon les recenseurs de 1790, « les mutations se succèdent aussi rapidement que les heures du jour... »35.

CONCLUSION

40On est d’abord frappé par l’homogénéité géographique des quartiers populaires, qui se paupérisent en se rapprochant de la vallée et dans les faubourgs ; on ne peut parler pour autant de ségrégation sociale absolue, les journaliers, les salariés partageant souvent les mêmes maisons comme locataires que beaucoup de petits artisans et commerçants. L’homogénéité se retrouve avec les maisons, une majorité de maisonnettes construites sur de minuscules parcelles qui jouxtent cependant de plus grandes maisons partagées entre plusieurs locataires. Le logement populaire s’avère lui aussi extrêmement homogène avec une pièce ou deux, soit sous forme de maisons individuelles (surtout dans les faubourgs ruraux) ou d’appartements dans les quartiers intra-muros dont les occupants ne sont que très rarement propriétaires (sinon les artisans et commerçants).

41L’explication de cette organisation de l’habitat populaire tient en un seul mot, banal mais décisif, la pauvreté. Les familles populaires se rabattent sur un parc immobilier adapté à la pauvreté, bon marché, maisonnettes individuelles des faubourgs, appartements médiocres du centre-ville. La principale « chambre » et la seconde pièce, souvent un débarras, correspondent aux nécessités vitales de familles rarement nombreuses, rapidement disloquées, aux conditions de vie précaires, instables. Nous sommes loin pourtant du modèle des immeubles déjà collectifs de Paris ou de Lyon où s’entassent des dizaines de personnes dont la situation tout à la fois se dégrade et s’améliore quant à l’environnement matériel. À quelques touches près, le cadre de vie du petit peuple de Poitiers ne connaît pas de modifications majeures ; le parc immobilier des paroisses populaires demeure stable dans son aspect extérieur, dans son organisation interne, sans que l’on puisse parler d’un entassement énorme.

42Le logement constitue bien un marqueur social majeur qui permet dans l’ensemble d’identifier le petit peuple des villes dans toute sa diversité et de le différencier du monde de la petite bourgeoisie artisanale et boutiquière. C’est à partir de ce cadre de vie fondamental que l’on peut mettre en place l’étude d’une véritable culture populaire urbaine.

Les paroisses et la topographie sociale de Poitiers

Les paroisses et la topographie sociale de Poitiers

Notes

1 Voir les analyses de D. Roche, Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Aubier, 1981, p. 100 et suiv. et les grandes monographies urbaines de J.-P. Bardet (Caen), M. Garden (Lyon), B. Garnot (Chartres), J.-C. Perrot (Caen) etc... À titre de comparaison de B. Garnot, « Le logement populaire à Chartres au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1989, 2, p. 185-210.

2 J. Tarrade, « La population de Poitiers au XVIIIe siècle : essai d’analyse socio-professionnelle d’après les contrats de mariage », bull. Soc. Ant. Ouest, 1974, 1, p. 331-352. Article construit à partir de mémoires de maîtrise sur les contrats de mariage à Poitiers au XVIIIe siècle.

3 Étudiés par F. Primault, Les paysans dans les ville de Poitiers au XVIIIe siècle, Poitiers, mémoire de maîtrise, 1998.

4 Voir les analyses de J. Peret dans les chapitres VII et VIII de l’Histoire de Poitiers, s.d. R. Favreau, Privat, 1985.

5 Médiathèque Poitiers, Arch. communales révolutionnaires, E 6, casier 117.

6 Cadastre, commune de Poitiers. Il peut être comparé au Toisé de 1691, publié par F. Eygun, Arch. Hist. Poitou, 1947.

7 Sinon les rôles de capitation des privilégiés et le montant de la capitation par paroisse (arch. dép. Vienne J 327) et le rôle de tailles de la paroisse Saint-Saturnin (faubourg) de 1766 (arch. dép. Vienne, C 830).

8 B. Lussault, De la paroisse au quartier : Saint Germain. Habitat et société à la fin du XVIIIe siècle, Poitiers, mémoire de maîtrise, 2000 et L. Dubest, Habitat et société d’une paroisse de Poitiers à la fin du XVIIIe siècle, Poitiers, mémoire de Maîtrise, 1999. Il faut y ajouter : E. Chaigne, Sainte-Opportune, paroisse de Poitiers, Poitiers, mémoire de maîtrise, 1986, S. Rousseau, Les milieux populaires de Poitiers de 1770 à 1790, Poitiers, mémoire de maîtrise, 1995 ainsi que F. Primault, op. cit. Deux articles ont également contribué à déblayer le terrain : J. Peret, « Habitat et famille dans une petite paroisse de Poitiers, La Résurrection à la fin du XVIIIe siècle », Bull. Soc. Ant. Ouest, 1981, 3, p. 237-249 et « Famille et société à Poitiers à la fin du XVIIIe siècle », 111e congrès national des Sociétés Savantes, Poitiers, 1986, Hist. moderne et contemporaine, t. II, p. 7-21.

9 Voir l’Histoire de Poitiers, R. Favreau, dir., Privat, 1985.

10 Département de la capitation des taillables pour la ville de Poitiers, 1774. Arch. dép. Vienne, J 327 auquel s’ajoutent les rôles de capitation pour les privilégiés par paroisses.

11 Il faut y ajouter les micro-paroisses de Saint-Jean-Baptiste et Saint-Hilaire entre Églises regroupées avec Saint-Paul.

12 480 dans les cinq paroisses recensées en 1790 soit 18,6 % de la population adulte.

13 A.E. Chaigne, Sainte-Opportune, paroisse de Poitiers (1691-1790), Poitiers, mémoire de maîtrise, 1986.

14 L. Dubest, op. cit.

15 Dans l’ordre décroissant, Saint-Germain (et ses faubourgs), Sainte-Radegonde, Saint-Michel et Sainte-Austragésile, Montierneuf, Sainte-Triaise, Saint-Simplicien, La Résurrection et Saint-Saturnin.

16 On retrouve les mêmes tendances dès 1552 : G. Jarousseau, « Un rôle d’imposition de Poitiers en 1552. Etude des structures économiques et sociales d’une ville », Bull philol. et hist., 1962, p. 481-492.

17 J. Peret, « Habitat et famille »..., art. cit. qui sera utilisé à propos de la paroisse de La Résurrection.

18 Arch. dép. Vienne, C 830

19 Données fournies dans le mémoire de maîtrise op. cit. de B. Lussault.

20 Résultats obtenus à partir du dépouillement d’un corpus d’actes de ventes, de locations, de visites et d’inventaires de maisons.

21 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, 1970, chap. 1. 71 % des maisons ont quatre étages et plus.

22 D. Roche, Le peuple de Paris, 1981, p. 100 et suiv.

23 Inventaire après décès, 6 août 1781, minutes Gibault, Arch. dép. Vienne.

24 Acte d’arrentement, 24 juillet 1780, minutes Duchastenier, Arch. dép. Vienne.

25 Acte de location, 7 décembre 1783, Minutes Cognac, Arch. dép. Vienne.

26 Exemple donné par B. Lussault, op. cit., p. 48.

27 Pour les méthodes d’analyse et des résultats (parisiens), voir D. Roche, op. cit. et A. Pardailhe-Galabrun, La naissance de l’intime. 3000 foyers parisiens, XVIIe-XVIIIe siècles Paris, PUP, 1988.

28 Dépouillements portant sur les décennies 1690, 1740 et 1780 (minutes des notaires de Poitiers, arch. dép. Vienne). Voir aussi S. Rousseau, Les milieux populaires de Poitiers (1770-1790), Poitiers, mémoire de maîtrise, 1995.

29 Étudiées par S. Gremillon-Declochez, Les professionnels du bâtiment à Poitiers (1750-1789), Poitiers, mémoire de maîtrise, 1996.

30 Voir à titre comparatif, J. Peret, « Les meubles ruraux en Haut-Poitou au XVIIIe siècle d’après les inventaires après décès », Actes du colloque évolution et éclatement du monde rural France-Québec, 1986, p. 487-498.

31 Arch. dép. Vienne, C 591

32 De 20 à 40 livres pour un logement d’une pièce, de 30 à 60 livres pour un deux pièces. Plus du double pour le loyer parisien moyen (D. Roche, op. cit., p. 109).

33 J. Peret, « Famille et société... », op. cit.., p. 11-12.

34 D. Roche, op. cit., p. 120.

35 Dénombrement de 1790, op. cit.

Table des illustrations

Titre Les paroisses et la topographie sociale de Poitiers
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search