Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Loisirs et santé du populaire face aux maux de la ville

La tuberculose dans les milieux ouvriers de 1895 à 1914

Causes, perception et traitement dans le nord de la France

Alain Gérard

Texte intégral

1La tuberculose, un des fléaux sanitaires majeurs dans l’Europe du XIXe siècle, exerce particulièrement ses ravages dans les vastes rassemblements ouvriers caractéristiques des pays industrialisés. L’arrondissement de Lille constitue un objet d’étude intéressant à cet égard, tant en raison de l’existence d’une bonne documentation statistique, que de la possibilité d’établir des comparaisons significatives avec d’autres milieux socio-professionnels, agriculteurs en particulier, d’implantation géographique proche.

  • 1 F. Deplancke, J.-C. Fruchart, A. Gérard, A. Jacob et J. Samaille, Cent ans d'Institut Pasteur de Li (...)

2La limite de date choisie correspond à l’arrivée à Lille, fin 1894, d’Albert Calmette (1863-1933) appelé à créer et diriger l’Institut Pasteur régional, avec comme objectif premier la lutte contre la diphtérie. L’éminent biologiste comprend très vite que la mission qui lui est demandée, si importante soit-elle, est beaucoup moins urgente que la lutte contre la « peste blanche »1 à laquelle il consacre très vite une part importante de son activité.

31914 correspond à une rupture évidente, tant dans les modes de diffusion de la maladie que dans la mise en place des organismes de prophylaxie.

LA TUBERCULOSE, FLÉAU NATIONAL ET LOCAL

4Le problème dont nous allons traiter correspond au développement, limité géographiquement, d’une angoissante question nationale.

Le fléau national

5La diffusion de la tuberculose n’est pas uniquement une grave question sanitaire ; c’est aussi, et surtout, un problème de défense nationale. Les données chiffrées, que le public ne connaît pas toujours, sont évidentes. Une France peuplée de 39 millions d’habitants est confrontée à l’Allemagne qui en compte 67 millions. Ce différentiel, déjà inquiétant, tend à s’aggraver au fil des années, avec la natalité plus faible et la mortalité plus élevée en France qu’outre Rhin.

  • 2 J. Doise et M. Vaisse, Diplomatie et outils militaires. Politique étrangère de la France. 1871-1969 (...)

6Dans les chiffres de mortalité, la tuberculose joue un rôle important : 150 000 décès annuels, en majorité des adultes jeunes, pour les Français, contre 90 000 pour leurs vis-à-vis. Les conséquences sont majeures sur le plan militaire : l’armée active de l’Allemagne ne requiert que 1,2 % de sa population contre 2,1 % en France. Les différences sont encore plus importantes en cas de mobilisation2 On comprend dès lors les paroles de Léon Bourgeois, président du conseil en 1895-1896 : « la lutte contre la tuberculose, c’est la défense nationale à l’intérieur ». Albert Calmette, ancien médecin militaire, est très sensible à cette augmentation qui renforce les constatations qu’il peut faire sur place.

L’impact de la tuberculose sur le plan régional et local

  • 3 Arch. dép. Nord, Ms 345/1. Ce dossier contient la correspondance et la totalité des fiches colligée (...)

7En 1899 arrive à Lille Louis Vincent qui, nommé préfet le 26 septembre, reste en poste jusqu’à la fin de 1911. Ce haut fonctionnaire, qui s’implique fortement dans les questions d’hygiène publique, soutient de façon très active l’action du directeur de l’Institut Pasteur. En particulier à l’annonce de la tenue à Lille, en 1909, du Congrès national de « l’Association pour l’avancement des Sciences » il commande à ses services une enquête départementale sur la mortalité, dans chaque commune, de 1888 à 1908 inclusivement, par la diphtérie, la typhoïde et la tuberculose3 Cette recherche, close le 28 mai 1909, est malheureusement incomplète malgré les efforts fournis par les responsables : 745 fiches sont colligées, mais beaucoup sont inexploitables ou incomplètes et plusieurs communes refusent de répondre malgré plusieurs rappels.

8En dépit de ces causes d’erreur, une conclusion se dégage : la tuberculose tue, pendant la période explorée, dix fois plus que les deux autres maladies réunies. Pour le département du Nord, 92 788 décès dus à cette maladie sont recensés et ce total est inférieur à la réalité. Si l’on se penche sur le cas précis de Lille, les constatations sont non moins alarmantes. Les autorités sont régulièrement tenues au courant de l’importance des chiffres de mortalité et des causes de celle-ci par le bulletin mensuel « Statistique sanitaire des Villes de France. Villes de plus de 30 000 habitants ».

9Il résulte des documents publiés que Lille, qui est alors la cinquième ville de France, est constamment en tête de toutes les villes de plus de 100 000 habitants, Paris excepté, pour la mortalité tuberculeuse.

  • 4 Lille et la région du Nord en 1909, Lille, L. Danel, 1909, t. I : Démographie. Population lilloise, (...)

10Pour la période 1892-1896 la terrible maladie tue en moyenne, annuellement trois cent soixante-et-un habitants pour 100 000, ce qui correspond pour 1895, première année de fonction de Calmette, à huit cent vingt décès. Ceux-ci se répartissant en six cent cinquante-et-un cas de tuberculose pulmonaire, trente-et-un de méningites tuberculeuses et cent trente-huit autres formes de la maladie. Quatre cent treize de ces décès frappent des adultes jeunes de vingt à trente-neuf ans. La tuberculose pulmonaire est, à elle seule, responsable de 11,66 % des causes de décès4.

  • 5 Arch. dép. Nord, Ms 229/24, dossier « surmortalité à Lille ».

11La loi du 15 février 1902 sur la santé et l’hygiène publiques prévoit dans son article 9, le déclenchement automatique d’une enquête sanitaire dans les communes ayant dépassé pendant trois années consécutives la moyenne de mortalité nationale. Ces enquêtes aboutissent à Lille, à la suite des dépassements de maladie constatés de 1901 à 1904 et de 1909 à 1912, à la constitution d’importants dossiers5. Les conclusions en sont identiques : deux affections sont responsables des surplus de décès, les gastro-entérites infantiles et la tuberculose.

  • 6 Arch. dép. Nord, Ms 229/23.

12Les enquêtes vont un peu plus loin que ces causes immédiates et désignent comme origine plus lointaine 1'insalubrité persistante des quartiers ouvriers et l’alcoolisme chronique. Le rapport du Docteur Oui, professeur à la faculté de Médecine, Vice-président de la Commission sanitaire de la 1er circonscription de l’arrondissement de Lille conclut, le 29 janvier 1904, que « la pluralité des moyens de lutte, dont le dispensaire du docteur Calmette doivent être mis en œuvre »6.

  • 7 Arch. dép. Nord, Ms 229/4.

13Lille n’est pas la seule cité du département du Nord à être l’objet d’enquêtes consécutives à la constatation d’une surmortalité durable : de nombreuses communes rurales sont incriminées, malgré les efforts des maires pour échapper à cette désignation estimée infamante. Toutes les arguties imaginables sont mises en œuvre pour modifier les totaux et les pourcentages ayant déclenché l’enquête. De même la responsabilité de la tuberculose, avancée7 par l’expert, est le plus souvent repoussée avec une mauvaise foi évidente. Les raisons de cette attitude sont intéressantes à analyser et nous conduisent à étudier comment la tuberculose est perçue par la population.

Perception de la tuberculose

14La diffusion, encore très restreinte, des notions même les plus élémentaires de bactériologie conduit à une vision de la maladie tuberculeuse très différente de celle que nous avons de nos jours. Les connaissance encore rudimentaires sur la contagion et la persistance de nombreux préjugés conduisent à envisager quatre niveaux de perception de la maladie tuberculeuse.

15Cette hétérogénéité des conceptions de la maladie est constatée même au sein du corps médical qui n’a encore assimilé que de façon très irrégulière les découvertes, à vrai dire révolutionnaires, de Pasteur et de ses élèves.

16Pour les pasteuriens le schéma de la tuberculose est dominé par un fait majeur : la contagion bactérienne. La découverte du bacille tuberculeux par Robert Koch en 1882 a puissamment renforcé cette certitude. La contamination se fait par voie aérienne (inhalation de poussières véhiculant des parcelles séchées de crachats infectés) ou digestive (importance du lait) et toute une série de précautions prophylactiques découlent de ces faits.

  • 8 Les données générales sur cette période sont résumées dans : A. Calmette, L’infection bacillaire et (...)

17La découverte de Koch a suscité des espoirs excessifs dans la mise au point d’un traitement ou d’un vaccin permettant de maîtriser la maladie. Les échecs successifs des multiples essais effectués, trop souvent précédés d’annonces imprudemment optimistes, atténuent la confiance du public éclairé, accroissent le scepticisme que les médecins cultivent volontiers et renforcent les moyens de persuasion de trop nombreux charlatans8.

  • 9 Cette opposition s’exprime en particulier dans le mensuel Le Petit Praticien du Nord.

18Un grand nombre de médecins, surtout les plus âgés, ne partagent pas les convictions pasteuriennes et ont des complexes : ils se sentent une piétaille sous-estimée par des confrères « savants ». Réservés à l’égard de la théorie microbienne, qu’ils comprennent mal, ils maintiennent avec acharnement les vieux et fumeux concepts d’hérédité, de terrain, « d’état prétuberculeux » et se réfugient dans une opposition, parfois très militante, contre l’Institut Pasteur et dans le Nord, contre l’œuvre de Calmette9 Sur le plan pratique ils préconisent des traitements empiriques infiniment variés et conseillent les séjours dans des climats réputés salubres.

19Si le milieu médical est divisé, que dire du grand public qui saisit mal la portée des débats scientifiques malgré un effort de vulgarisation dont l’importance ne doit pas être sous-estimée ? Une précision de langage doit d’abord être apportée : le terme de « tuberculose », estimé grossier et à la limite de l’obscénité, n’est pratiquement pas utilisé dans ces milieux, on ne parle que de « phtisie », terme ancien désignant la forme pulmonaire de la maladie.

20Celle-ci est considérée comme une conséquence de la misère et sa survenue « accidentelle » dans une famille aisée est assimilée à une tare qu’il convient d’occulter. Cette conception conduit à négliger les précautions d’hygiène qui, même si elles sont connues, sont considérées comme moins importantes que les considérations sociales de camouflage de la maladie.

  • 10 Sur ces problèmes, voir l’analyse pertinente de N. Vidal, « Phtisique ou tuberculeux ? Le discours (...)

21Ces comportements, pour graves qu’ils soient, le sont cependant moins que l’attitude des milieux populaires. Ceux-ci, victimes d’un manque à peu près absolu d’information, sont totalement étrangers aux notions élémentaires d’hygiène. L’ouvrier considère que la maladie qui le frappe est la conséquence du surmenage et de l’habitat sordide qu’il occupe, ce qui est partiellement exact, mais il néglige complètement l’importance fondamentale d’une contagion contre laquelle il ne saurait d’ailleurs se protéger avec quelque efficacité qu’avec une solide aide extérieure10.

22Calmette saisit très bien le long travail d’éducation qui est à entreprendre pour faire admettre les conséquences prophylactiques utiles pour un public nullement préparé à les recevoir. Cette attitude est d’autant plus indispensable que les ressources dont dispose le médecin pour lutter contre la tuberculose sont bien faibles.

COMMENT LUTTER CONTRE LA TUBERCULOSE ?

23Le traitement des différentes formes de tuberculose ne connaît une réelle efficacité que depuis l’apparition d’antibiotiques efficaces contre le bacille de Koch, le premier d’entre eux étant la Streptomycine découverte par Waksman (1888-1973) en 1944 et introduite en Europe en 1947. Auparavant les ressources thérapeutiques n’offrent que des possibilités limitées.

Les traitements disponibles

24À défaut de traitement curateur il y a des méthodes palliatives, qui permettent une certaine amélioration de l’état des patients ou retardent l’évolution de la maladie.

25En dehors de drogues à peu près totalement dénuées d’intérêt, deux méthodes sont susceptibles d’apporter des résultats intéressants. La première est le pneumothorax inventé par le phtisiologue italien Forlanini (1847-1918) et mis en application à partir de 1888. La technique préconisée consiste à insuffler de l’air dans la membrane entourant un poumon de façon à obtenir la mise en repos de celui-ci et à faciliter la cicatrisation des lésions tuberculeuses. Cette méthode, délicate mais efficace, ne s’applique évidemment qu’aux tuberculoses pulmonaires, les plus nombreuses il est vrai. Elle ne s’impose en France qu’après la Première Guerre mondiale, mais est largement appliquée jusqu’à l’apparition de la streptomycine.

26Plus répandue est la cure de repos permettant de concentrer les forces de l’organisme sur la cicatrisation des lésions. Cette cure peut être effectuée à domicile (cure libre) mais il est de beaucoup préférable pour des raisons évidentes de discipline, de surveillance médicale et de prophylaxie, de l’effectuer dans des établissements spécialisés dénommés « sanatorium ». Pour des raisons que nous examinerons dans un instant, l’Allemagne et la Suisse prennent une avance considérable sur la France dans ce domaine.

27La question de l’implantation géographique de ces établissements est longuement discutée : des raisons de pureté de l’atmosphère, d’ensoleillement et d’éloignement des distractions urbaines font souvent préférer la montagne, mais d’autres solutions sont possibles. Assez souvent la cure de repos est couplée avec la cure de suralimentation qui finit par être abandonnée en raison de ses résultats négatifs.

28Telles sont les solutions pouvant être objectivement proposées.

Les décisions gouvernementales

29En 1899 le professeur Paul Brouardel (1837-1906), doyen de la faculté de médecine de Paris, qui s’intéresse de très près aux problèmes de prévention de la tuberculose, appuyé par un groupe de collègues, propose à Waldeck-Rousseau (président du conseil de juin 1899 à juin 1902) de nommer une Commission extra-parlementaire chargée d’étudier les moyens de réduire la mortalité par la tuberculose.

  • 11 Calmette connaît bien Brouardel qui a présidé son jury de thèse en 1886 et qui l’a poussé à postule (...)
  • 12 Arch. dép. Nord, Ms 278/1.

30Calmette nommé rapporteur de cette commission conclut à l’impossibilité financière de lancer un programme de constructions sanatoriales comparables à celles dont dispose déjà l’Allemagne11. En effet ce pays, très en avance sur la France en matière sanitaire et sociale, dispose d’un réseau de puissantes caisses d’assurances sur la maladie et de retraite dont les réserves financières servent à financer le réseau sanatorial déjà en place12.

31Il propose de substituer à cette solution onéreuse la construction de dispensaires (ou préventorium) qui pourraient assurer « la défense de la famille, de l’atelier, de l’usine, de la société contre la tuberculose » à des conditions financièrement beaucoup plus accessibles. À titre d’exemple il résume ainsi la situation de l’agglomération de Lille, Roubaix et Tourcoing : 400 000 habitants comprenant 250 000 ouvriers parmi lesquels on décompte 14 000 tuberculeux entraînant 2 000 décès annuels.

  • 13 Arch. dép. Nord, Ms 278/2.

32Les frais de premier établissement des sanatoriums nécessaires se monteraient à trente millions au minimum. En adoptant la solution du dispensaire, Calmette fixe la dépense prévisible à 330 000 francs, pour l’établissement de six d’entre eux. Il estime en outre que ce type d’institution permet de répondre plus vite aux besoins de la population13.

La Ligue du Nord contre la Tuberculose

33Albert Calmette a très bien retenu la leçon des difficultés rencontrées lors de la construction de l’Institut dont il assure la direction : le financement public doit être appuyé par une aide privée. Il décide donc la création d’une association qui doit rassembler un faisceau de personnalités susceptibles d’aider les diverses actions entreprises pour combattre la tuberculose.

34Pour ce faire, il organise le 23 avril 1900 une réunion de responsables de haut niveau, qu’il fait précéder par une série de conférences consacrées à la maladie tuberculeuse et aux mesures à prendre contre ce fléau.

  • 14 Excellent historique de la Ligue dans le discours du Pr. F. Combemale, président de la Société des (...)

35Les conférences sont doublées par celles qu’organise de façon indépendante le docteur Édouard Ausset, jeune et brillant professeur de clinique médicale infantile. Ce pédiatre n’a pas exactement les mêmes vues que celles du directeur de l’Institut Pasteur, car il est plutôt favorable à l’édification de sanatoriums. Albert Calmette préfère biaiser avec ce fougueux polémiste et l’intégrer dans la structure qu’il organise plutôt que le heurter de front14.

36Ses efforts sont couronnés de succès et la composition du bureau de la Ligue rassemble des personnalités qui sont une garantie d’efficacité. Le professeur Barrois, premier titulaire d’une chaire de parasitologie en France, membre du conseil d’Université, adjoint au maire de Lille, député est élu président. Il est secondé par cinq vice-présidents, les professeurs de La personne et Duret (doyens des deux facultés de Médecine), le Professeur Calmette (qui accepte avec une modestie remarquée de rester au second plan), le sénateur Lecomte, M. Vancauvenberghe, membre influent du conseil général. Le secrétariat général est assuré par le professeur Ausset, avec comme adjoint le professeur Lemierre, de la faculté catholique de Médecine. La trésorerie est confiée à un spécialiste : le trésorier-payeur général Deswarte, haut fonctionnaire très introduit dans tous les milieux culturels lillois.

37Le préfet, le général commandant la région militaire, le président de la Chambre de Commerce acceptent des présidences d’honneur, que très curieusement l’archevêque de Cambrai, Mgr Sonnois, refuse : sans doute ne voulait-il pas siéger à côté de représentants de la municipalité lilloise dont l’anticléricalisme était alors réactivé par une affaire criminelle locale (l’affaire Flamidien).

38De nombreuses autres personnalités font partie de la Ligue que se fixe rapidement un programme excessivement ambitieux : création de sanatoriums populaires, installation de dispensaires antituberculeux, création d’une caisse de secours etc. Calmette ramène les esprits à une juste appréciation des réalités et fait comprendre que le premier objectif à atteindre est de rassembler une somme suffisante pour une réalisation précise. Il propose l’édification d’un dispensaire à Lille, proposition qui est acceptée.

  • 15 Arch. dép. Nord, Ms 278/1.

39La souscription lancée par la Ligue du Nord contre la tuberculose en janvier 1901 connaît un succès certain. Des listes totalisant les sommes versées paraissent régulièrement dans la presse et le préfet Vincent suit l’affaire de très près15 veillant personnellement à la régularité des opérations financières.

40Cette première souscription progresse de façon très encourageante lorsqu’en novembre 1901 le professeur Ausset lance une deuxième souscription destinée à appuyer un programme sanatorial. Il est évident que cette initiative intempestive contrarie d’autant plus le directeur de l’Institut Pasteur que les milieux qui lui sont hostiles s’emparent du fait et mettent en doute la validité de ses projets.

  • 16 Arch. dép. Nord, Ms 278/3. Nombreuses analyses de presse.

41La polémique déborde la presse professionnelle et syndicale pour apparaître dans les journaux d’information générale16 Calmette, heureusement soutenu par le préfet, rattrape très habilement la situation. Il ne manifeste pas le moins du monde son mécontentement pourtant très réel et fait savoir que les deux programmes peuvent parfaitement se compléter. Mais il est certain que la deuxième souscription nuit au succès de la première.

  • 17 Arch. dép. Nord, Ms 278/6. Publication de listes de souscription.

42Finalement la générosité du public aboutit au versement de 50 752 francs pour la construction du dispensaire et au total de 130 231 francs pour un sanatorium. La somme totale réunie est un succès pour la Ligue qui inaugure son activité par un coup de maître, même si l’éclat en est terni par des divergences en profondeur17 Nous ne poursuivrons pas plus loin l’étude du fonctionnement de la Ligue du Nord contre la tuberculose, qui a devant elle un long avenir de fructueuses activités. Le moment est venu d’envisager comment Calmette va concrétiser ses projets de dispensaire.

LE DISPENSAIRE DU PROFESSEUR CALMETTE

43Le terme de dispensaire antituberculeux, qui a finalement prévalu, n’a pas la préférence de Calmette qui aurait souhaité celui de préventorium, ultérieurement retenu pour désigner un autre type d’établissement de prévention. Le principal inconvénient résultant de l’emploi du terme de dispensaire est l’existence d’autres établissements utilisant ce nom, certains implantés depuis de nombreuses années, par exemple à Paris et à Liège. Or Calmette tient beaucoup au caractère original de son projet et le message émanant d’une institution originale par ses buts, mais nullement par son intitulé n’est pas facile à faire passer. Ce sera même à l’origine d’un incident héroïco-comique : un médecin parisien, le docteur Bonnet, dirigeant depuis plusieurs années un dispensaire, provoque Albert Calmette en duel, pour avoir ignoré l’antériorité de ses travaux. L’affaire s’arrange sans trop de difficultés.

44L’originalité de la création du directeur de l’Institut lillois, réside dans le fait qu’avec le « dispensaire type Calmette » coexistent sous le même toit un organisme de recherche, un centre de diagnostic et une centrale d’assistance. L’organisme de recherche impose la liaison avec l’Institut Pasteur, afin que les examens bactériologiques soient effectués avec le maximum de garanties. De plus au bout de dix ans (la municipalité obtient la réduction de ce délai à cinq années) une étude statistique minutieuse doit être effectuée pour déterminer si les résultats de « l’opération dispensaire » correspondent à ce que l’on attendait.

45Pour effectuer ces missions le dispensaire doit être quasi incorporé à l’Institut Pasteur, ce que les médecins praticiens ne tolèrent pas. Ils estiment en effet que s’établit une discrimination entre les médecins « savants », considérés comme disposant de méthodes privilégiées et les praticiens déconsidérés. Calmette essaye de désarmer cette hostilité des syndicats médicaux en prenant l’engagement de laisser entièrement aux praticiens la responsabilité des ordonnances médicales et en attribuant quatre postes au sein du conseil d’administration du dispensaire à des responsables syndicaux. En fait il ne peut faire cesser complètement l’hostilité des syndicalistes médicaux.

46Le maire Gustave Delory a bien compris les enjeux. Il est soutenu par son premier adjoint le radical Charles Debierre, professeur à la faculté de Médecine, mais plusieurs membres du conseil municipal, poussés par des praticiens hostiles tentent de faire échouer le projet.

47Finalement le budget du dispensaire est voté. Construit à côté de l’Institut, il possède une entrée indépendante. Le terrain où il s’élève est concédé par l’administration municipale ; le conseil alloue 30 000 francs pour les frais de construction. Pour le fonctionnement et l’assistance une somme de 40 000 francs est votée.

48La dénomination officielle initiale « Institut Pasteur-Dispensaire Émile Roux pour la guérison des maladies du poumon et la prévention de la tuberculose », confirme nombre de praticiens dans leur hostilité. À leur demande, elle est raccourcie et devient « Dispensaire Émile Roux ». Malgré la simplicité de l’installation l’achèvement prend du retard et Calmette doit menacer l’entrepreneur de l’application de pénalités s’il ne se hâte pas.

49De quoi se compose ce dispensaire qui fait couler tant d’encre ? Il comporte une grande salle d’attente, un bureau, deux laboratoires, une grande buanderie. Une installation de radiologie sera ajoutée ultérieurement.

50Quels sont les actes pris en charge par cet organisme ? La première étape est le diagnostic, effectué par le médecin du dispensaire, avec l’appui du laboratoire de l’Institut. Si le diagnostic de tuberculose est avéré, le patient reçoit toute une série de conseils de prophylaxie, d’isolement, d’utilisation systématique de crachoirs garnis de liquide désinfectant, blanchiment du linge et de la literie assuré par la buanderie du dispensaire, blanchiment du logement, dispositions pour l’isolement du malade avec fourniture éventuelle d’un lit, conseils éclairés sur les services disponibles.

  • 18 A. Calmette, « Le préventorium ou dispensaire et son rôle dans la lutte sociale antituberculeuse »,(...)

51Là est la grande innovation de Calmette, qui donne une structure originale à « son » dispensaire. Il crée un groupe de « moniteurs d’hygiène » recrutés parmi d’anciens ouvriers ou contremaîtres, ayant eu, dans la mesure du possible, des contacts syndicaux, afin de pouvoir disposer d’une plus grande pénétration dans le milieu ouvrier. La tâche de ces nouveaux spécialistes est multiple : surveillance du malade pour s’assurer de la bonne observance des conseils, aide aux membres de la famille, recherche des parents, amis, collègues, susceptibles d’avoir été contaminés, les amener à sa faire examiner au dispensaire18.

  • 19 A. Gerard, « Action humanitaire et pouvoir politique : l’engagement des médecins lillois au XIXe si (...)

52La direction de celui-ci est assurée par un homme de confiance, le Dr Désiré Verhaeghe19 Il a en particulier charge de la rédaction du rapport décennal sur les résultats obtenus. Trois mille sept cent treize consultants ont été secourus. Parmi eux mille sept cents cas de tuberculose active sont diagnostiqués et trois-cent treize de ceux-ci font l’objet de placements à visée thérapeutique.

  • 20 J.-B. Laroy, La lutte contre la tuberculose à Lille de 1900 à 1910, Thèse Lille, 1910.

53Ces données, confirmées dans la thèse de Laroy20 sont plutôt décevantes. Mais les effets du dispensaire dépassent beaucoup les données numériques : les habitudes de dépistage de la tuberculose et de prophylaxie à l’égard de celle-ci, quand elle est diagnostiquée, s’élargissent en cercles concentriques au delà de chacune des familles prise en charge par le nouveau dispensaire. L’effet bénéfique de ces nouveaux organismes socio-médicaux est tellement évident que leur nombre se multiplie, ainsi que nous le verrons.

LE SANATORIUM FAMILIAL DE MONTIGNY

54Nous avons abandonné la controverse « dispensaire ou sanatorium » au moment où Calmette concentre ses forces sur l’objectif ayant sa préférence : la construction du dispensaire.

55Le préfet Vincent, dont on a noté l’intérêt pour ces questions, décide de faire arbitrer le débat par le Conseil Général en recourant à une formule originale, qui est fortement soulignée par la presse : une présentation scientifique devant l’assemblée départementale.

56Calmette et Ausset sont ainsi amenés à prendre la parole les 21 et 22 août 1901 pour exposer leurs points de vue sur les réalités de la lutte antituberculeuse.

57Le directeur de l’Institut lillois, qui prend la parole en premier, le fait dans des circonstances éprouvantes. Avant de se présenter à la préfecture, il a procédé à un prélèvement de venin de serpent destiné à la préparation d’un sérum antivenimeux. Bien qu’il soit très familiarisé avec cette dangereuse manœuvre, il s’est fait mordre par l’animal objet du prélèvement. Heureusement, comme chaque fois, une seringue chargée de sérum antidote était préparée et fut immédiatement utilisée. Il se produit néanmoins une réaction locale avec fort gonflements nécessitant un impressionnant pansement.

  • 21 L’incident est relaté, avec cliché photographique, dans le no 3062 de L'Illustration.

58Cet accident, plus spectaculaire que réellement grave21 n’ôte rien de sa présence d’esprit au rapporteur du projet défendant les dispensaires, dont il démontre l’absolue nécessité face à la faiblesse de notre armement antituberculeux. Cette institution permet de faire le tri des malades pouvant être traités avec une réelle efficacité et de ne pas disperser les moyens limités dont on dispose à l’époque.

59Ausset prend la suite pour expliquer, non moins clairement, les données du problème sanatorial. L’Allemagne possède quatre-vingt de ces établissements en cours de fonctionnement, la Suisse une dizaine et la France commence tout juste à envisager la construction des premiers. Le prix de construction d’un sanatorium de cent lits peut être fixé à 800 000 francs environ. La Ligue du Nord contre la tuberculose apporte une contribution de 140 000 francs, mais ne peut faire plus.

60Parmi les interventions qui suivent, celle du sénateur Gustave Dron, lui-même médecin et membre influent du Conseil général, est très attendue. On sait qu’il a toujours eu une attitude hostile à l’égard de la création et du développement de l’Institut Pasteur de Lille et qu’il s’oppose par principe aux thèse de Calmette. Il est effectivement fidèle à l’attitude prévue. Bien entendu il couvre ses motifs personnels du manteau du bien public : il craint que l’engagement dans la politique de construction sanatoriale n induise le Conseil général à des dépenses non maîtrisables.

  • 22 Tous les débats de cette session dans Arch. dép. Nord, Ms 278/5.

61Le préfet Vincent clôt les débats par une brève intervention fort bien préparée22 Le département du Nord ne peut se dispenser d’un armement antituberculeux. La seule voie possible est celle qui est tracée avec l’appui de la Ligue du Nord. Les crédits permettant la construction d’un sanatorium départemental doivent être votés.

62D’ailleurs, afin de gagner du temps, une lettre circulaire est adressée aux maires des grandes villes du Nord pour leur demander si un terrain d’au moins trois ou quatre hectares était éventuellement disponible pour envisager d’y construire un sanatorium.

63Après cette déclaration le conseil général ne pouvait que voter les crédits qui lui étaient demandés pour la mise en construction d’un sanatorium populaire. Calmette, Vincent et Ausset peuvent se féliciter du succès remporté, mais il leur reste encore bien du chemin à parcourir. Les crédits pour construction sanatoriale sont confirmés en décembre 1901.

  • 23 Arch. dép. Nord, X 61/1.

64Pour préparer les décisions à prendre lors de la session suivante du conseil général, le préfet Vincent adresse, le 12 décembre 1901, une longue lettre confidentielle de dix-huit pages dans laquelle il reprend toute l’affaire du différend entre Calmette et Ausset23 Le préfet estime que l’opposition entre les deux universitaires est artificiellement accentuée de façon à les brouiller. Il incrimine tout spécialement dans ce rôle les syndicats médicaux qui appuient Ausset afin de déstabiliser Calmette et à la limite d’obtenir son départ. Le préfet stigmatise en terme très durs l’attitude de trop nombreux médecins qui par leur attitude contraignent Calmette à réduire la portée de son assistance médicale aux tuberculeux « afin de pas heurter trop violemment les intérêts de clientèle que les médecins défendent avec une âpreté cynique ».

65Après avoir ramené l’opposition entre Calmette et Ausset à ses réelles dimensions, c’est-à-dire une simple divergence d’appréciation sur un problème technique, artificiellement envenimée par des éléments extérieurs, le préfet Vincent revient au cœur du débat sur la lutte antituberculeuse dans le département du Nord et les moyens d’action à mettre à sa disposition.

66Il rassemble les données du problème dans une formule saisissante : « Il faut mettre fin à la situation actuelle. Un ouvrier tuberculeux est abandonné par la mutualité au bout de trois mois ; il est alors pris en charge par le bureau de bienfaisance et l’hôpital qui se relaient pour le conduire à la mort en quatre ans. L’association dispensaire-sanatorium doit rompre ce fatal engrenage ». On devine sans peine que les propos du préfet démontrant les manœuvres souterraines qui tentent de déstabiliser les projets de Calmette font l’objet de commentaires passionnés. Mais l’excellente maîtrise qu’a le préfet du dossier lui permet de ne pas perdre de vue l’objectif qu’il s’est tracé.

  • 24 Demande du préfet et réponses des autorités dans Arch. dép. Nord, Ms 278/8.

67Les dix réponses qui parviennent des mairies et des commissions administratives d’hospices, à la demande d’un emplacement propre à l’édification d’un sanatorium étant toutes décevantes24 il est décidé de passer à la mise en œuvre d’un autre projet, celui d’édifier un « sanatorium familial ». Calmette tient beaucoup à cette idée qui permettrait de réaliser l’isolement des tuberculeux contagieux sans briser leurs liens familiaux.

68À cette fin il est décidé de procéder à l’acquisition du château Lambrecht, prétentieuse construction du début du XIXe siècle située à Montigny-en-Ostrevent et de confier à l’architecte Hainez ainsi qu’à l’entrepreneur Joncquez la construction de deux pavillons de 26 lits (un pour chaque sexe) ainsi que de douze groupes de deux maisons qui constituent l’originalité du projet.

  • 25 Correspondance personnelle d’A. Calmette, Fonds Woehrel. Archives Institut Pasteur de Paris.

69Nous n’entrerons pas dans tous les détails d’opérations au cours desquelles les difficultés ne sont pas épargnées à Calmette. Pour en donner une idée nous transcrivons les passages les plus significatifs de la lettre adressée par le directeur de l’institut à son secrétaire général Woehrel le 27 juillet 1904. Nous laissons évidemment à l’auteur de ce document très cru, la responsabilité de ses jugements25

  • 26 Vancau : abréviation de Vancauvenberghe, conseiller général influent.

« Mon cher Woehrel, je ne vous attends pas, je pars demain à Roscoff, après une semaine des plus agitées... Vous n’avez pas idée de la peine que j’ai eue à enlever le vote du crédit de 40 000 F pour Montigny. Les trois médecins du Conseil général, surtout Castiau, qui avait été nommé rapporteur, voulaient absolument faire refuser la subvention et sous prétexte qu’ils étaient les seuls collègues compétents ils entraînaient tous les indécis et les imbéciles si nombreux hélas ! Sans Barrois-Brame et Vancau26 qui m’ont prévenu à temps tout cassait : le rapport de Castiau concluant au rejet était déjà fait. »
« J’ai donc dû aller voir tous les conseillers influents, l’un après l’autre, faire le pied de grue dans les couloirs et j’ai demandé à être entendu par les commissions. Je vous laisse à penser l’énormité des bêtises que j’ai entendues et la stupidité des arguments qu’il m’a fallu réfuter. Enfin j’ai fini par avoir gain de cause et même Castiau, tous les membres de la commission ont changé d’idée ».
« On a déchiré le rapport qui était prêt et, à l’unanimité, on a voté les conclusions d’un autre rapport approuvant le crédit. Je suis donc content et soulagé... Je vous laisse le soin de presser Hainez et Jonquez d’achever nos travaux ».

70Nous ne commenterons pas cet étonnant document qui est très caractéristique des méthodes de travail d’Albert Calmette qui sait se maintenir informé du suivi des dossiers administratifs auxquels il porte intérêt, afin d’intervenir où et quand il faut.

  • 27 Relations de l’inauguration dans cahier cartonné, archives personnelles de Calmette, Institut Paste (...)

71Le sanatorium peut être inauguré le 5 octobre 1905 au cours d’une grande manifestation qui constitue un succès personnel pour Albert Calmette. En effet le congrès international contre la tuberculose se tenait alors à Paris et deux trains spéciaux amènent à la petite gare de Montigny, d’une part le président de la République, Émile Loubet et sa suite, d’autre part les principaux participants au congrès, dont le professeur von Behring prix Nobel de médecine27.

  • 28 Description et analyse du fonctionnement du sanatorium dans « Ligue du Nord contre la Tuberculose » (...)

72En fait le sanatorium ne répond pas aux espoirs placés en lui28. Si le nombre de tuberculeux lillois hospitalisés dans le nouvel établissement correspond bien aux prévisions, l’effectif des malades provenant du reste du département du Nord ne répond pas à ce qui était attendu. Le recrutement du sanatorium doit être étendu au reste de la France, afin de maintenir un taux d’occupation des lits acceptable.

73Un autre mécompte est représenté par le défaut d’occupation familial qui aurait du être un des éléments caractéristiques de cette institution. L’aménagement des pavillons isolés doit être réétudié pour permettre une hospitalisation de type courant.

74Il semblerait que les mécomptes dans l’utilisation de Montigny proviennent de dispositions climatiques peu favorables avec une humidité et des brouillards persistants peu favorables pour le maintien en cure de patients souffrant d’affections pulmonaires. Toujours est-il que l’expérience de Montigny n’est pas poursuivie après la guerre de 1914-1918.

BILAN DE LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE DANS LE NORD

75Les résultats limités enregistrés, tant avec le dispensaire Émile Roux qu’avec le sanatorium de Montigny, ne surprennent certainement pas le directeur de l’Institut Pasteur de Lille, qui suit au jour le jour l’évolution de ces établissements. Calmette sait bien que ces armes ne sont que des palliatifs qui doivent être mis en œuvre en attendant de pouvoir disposer de moyens plus puissants.

76La voie de recherche sur laquelle il fonde le plus d’espoir est la mise au point d’un vaccin antituberculeux. Nous ne ferons que mentionner, ici, les travaux entrepris avec son ami Guérin et qui les conduisent, à partir de 1906, à constater l’affaiblissement de la virulence d’une souche de bacilles tuberculeux cultivés dans des conditions particulières. Les essais, de ce qui deviendra le BCG, sont, avant 1914, uniquement conduits sur l’animal ; nous ne pouvons donc pas en faire état ici.

  • 29 Correspondance Calmette avec le ministère du Commerce, 9 avril 1903. Archives direction de l’Instit (...)

77Une autre voie qu’il envisage est la construction de logements spécialement aménagés pour permettre le traitement de tuberculeux pulmonaires à domicile. Il demande à Monsieur Hainez, architecte de l’Institut lillois, d’étudier les plans et les possibilités de construction d’habitats modèles. Simultanément il entreprend des démarches auprès de la direction des Caisses d’Epargne en vue de mettre au point le financement de ces logements29 Ces démarches ne semblent pas avoir abouti, mais il est intéressant de signaler les efforts entrepris par Albert Calmette dans ce domaine qui rejoint ses préoccupations concernant l’hébergement familial au sanatorium de Montigny.

  • 30 Arch. dép. Nord, Ms 278/5, le dossier comprend questionnaire, correspondance et réponse.

78Le ministère de l’Intérieur, qui est alors en charge des questions de santé publique, entreprend en octobre 1906 une grande enquête sur l’état en France de la lutte contre la tuberculose. Chaque préfet reçoit un questionnaire qui lui est adressé sous couvert du cabinet du directeur de l’Assistance et de 1'Hygiène publiques30.

  • 31 Arch. dép. Nord, Ms 229/10.

79Le préfet confie la charge de répondre à cette circulaire au Dr René Potelet, ancien élève de l’Institut Pasteur, nommé inspecteur de la santé et de l’hygiène publiques pour le département du Nord par arrêté préfectoral du 14 novembre 190531 Les réponses très détaillées, que le nouvel inspecteur de la santé adresse au ministère le 7 février 1907, sont fort intéressantes. Nous en donnons les points essentiels.

80La Ligue du Nord contre la tuberculose constitue l’élément essentiel des œuvres antituberculeuses. Un grand nombre d’industriels, de philanthropes et de mutualistes lui est affilié. Une importante action de propagande par affiches, brochures et conférences est poursuivie grâce à elle.

  • 32 Cet établissement sera spécialisé dans le traitement des affections ostéo-articulaires.

81Elle est responsable de l’installation d’un dispensaire à Lille ; les villes de Douai et de Cambrai entretiennent chacune un établissement de cet ordre ; un autre est projeté à Dunkerque. Le sanatorium familial de Montigny, fondé partie par souscription publique, partie par subvention départementale et par loterie héberge des malades pour lesquels des « bourses » sont subventionnées par diverses sociétés industrielles, des houillères et par le Conseil général pour les indigents du département. Un sanatorium pour « enfants scrofuleux », installé à Saint-Pol-sur-Mer, est actuellement en cours de réaménagement à Zuydcoote32.

82Un point sensible paraît être l’organisation d’hôpitaux ou de services d’isolement par les hôpitaux publics. La réponse du Dr Potelet est très nette : « Malgré les efforts de l’administration préfectorale et de la Ligue du Nord contre la tuberculose, les commissions administratives des hospices se sont toujours refusées à organiser l’isolement des tuberculeux dans des salles spéciales. Il faudrait que cette mesure leur soit imposée par l’Administration supérieure ».

83Cette réponse, intéressante comme indice d’un conflit entre l’administration centrale et les commissions administratives des hospices qui conservent encore presque intacte l’indépendance que leur confère la loi de 1796, est à rapprocher de l’argumentation développée par le préfet Vincent dans sa lettre du 12 décembre 1901 (note 23).

  • 33 Les localités pourvues de crèches sont Lille, Roubaix, Tourcoing, Cambrai, Douai, Le Cateau et Poix (...)

84Sur le nombre de crèches recensées dans le département, quinze au total, huit sont administrées par des organismes publics et sept par des organisations privées ; parmi celles-ci on peut signaler, à Lille, la crèche « exclusivement réservée aux enfants des usines Thiriez, père et fils »33. Des institutions dites « gouttes de lait » fonctionnent à Lille, Roubaix, Tourcoing, Douai, Avesnes, Bailleul, Comines et Saint-Pol-sur-Mer. La plupart sont dues à des initiatives privées.

  • 34 Arch. dép. Nord, Ms 229/18.

85Le questionnaire s’intéresse également à la progression des installations de désinfection prévues par la loi de 1902. L’organisation qui se met en place en 1906 est nettement plus poussée en 1912 et 1913. Les rapports annuels34 font état d’une progression encourageante du nombre de désinfections effectuées à la suite de déclarations volontaires effectuées par les familles.

86Ces désinfections se montent annuellement à 942 en 1912 et à 1257 en 1913, nombres à comparer aux cinq mille désinfections obligatoires effectuées pendant les mêmes périodes dans le département du Nord. Bien qu’elles ne soient pas complètement convaincues de la nécessité de demander la désinfection des locaux occupés par des tuberculeux, les familles commencent à en comprendre la nécessité.

  • 35 Lille et la région du Nord en 1909, Lille, L. Danel, 1909, t. I, p. 892.

87L’ensemble des documents rassemblés autour du problème de la tuberculose humaine en France donne l’impression d’une approche de plus en plus précise des problèmes de prophylaxie, sans que le fléau puisse être pleinement combattu avec efficacité, faute d’armes suffisamment puissantes. Cette impression d’un combat qui s’engage, tout en étant encore loin du résultat escompté, est corroborée, pour la ville de Lille, par la diminution qui s’amorce des chiffres de la mortalité tuberculeuse qui passe de 3,78 pour mille habitants durant la période 1885-1891 à 3,60 pour mille de 1902 à 190835.

  • 36 Voir en particulier : « La tuberculose parcours imagé », t. I, J. Chrétien, « Propos » et t. II, L. (...)

88À la veille de la guerre de 1914, la lutte contre la tuberculose commence à remporter ses premiers succès, sous l’impulsion donnée par Albert Calmette dans le département du Nord, soutenu par l’appui de nombreuses couches de la population36 Les conditions de ce difficile combat vont être complètement remises en question par la survenue de la guerre mondiale.

Notes

1 F. Deplancke, J.-C. Fruchart, A. Gérard, A. Jacob et J. Samaille, Cent ans d'Institut Pasteur de Lille, 1894-1994, Paris, ADC International, 1994, 1 vol. , 143 p.

2 J. Doise et M. Vaisse, Diplomatie et outils militaires. Politique étrangère de la France. 1871-1969. Paris, Imprimerie Nationale, 1987, p. 61 et 97.

3 Arch. dép. Nord, Ms 345/1. Ce dossier contient la correspondance et la totalité des fiches colligées.

4 Lille et la région du Nord en 1909, Lille, L. Danel, 1909, t. I : Démographie. Population lilloise, tuberculose, p. 802-808.

5 Arch. dép. Nord, Ms 229/24, dossier « surmortalité à Lille ».

6 Arch. dép. Nord, Ms 229/23.

7 Arch. dép. Nord, Ms 229/4.

8 Les données générales sur cette période sont résumées dans : A. Calmette, L’infection bacillaire et la tuberculose chez l’homme et les animaux. Processus d’infection et de défense, Paris, Masson, 1928 ; O. Faure, Histoire sociale de la Médecine (XVIIIe-XIXe siècles). Paris, Anthropos, 1994, p. 203.

9 Cette opposition s’exprime en particulier dans le mensuel Le Petit Praticien du Nord.

10 Sur ces problèmes, voir l’analyse pertinente de N. Vidal, « Phtisique ou tuberculeux ? Le discours lillois sur la tuberculose à la Belle Époque », Revue du Nord, 1994, t. 76, p. 91-106.

11 Calmette connaît bien Brouardel qui a présidé son jury de thèse en 1886 et qui l’a poussé à postuler le poste de professeur d’hygiène et bactériologie à la faculté de médecine de Lille.

12 Arch. dép. Nord, Ms 278/1.

13 Arch. dép. Nord, Ms 278/2.

14 Excellent historique de la Ligue dans le discours du Pr. F. Combemale, président de la Société des Sciences de Lille, lors de la séance solennelle du 11 janvier 1931. Bull. Soc. Sciences Lille, 1931-1932, L. Danel, 1933, p. 2-19.

15 Arch. dép. Nord, Ms 278/1.

16 Arch. dép. Nord, Ms 278/3. Nombreuses analyses de presse.

17 Arch. dép. Nord, Ms 278/6. Publication de listes de souscription.

18 A. Calmette, « Le préventorium ou dispensaire et son rôle dans la lutte sociale antituberculeuse », Lille et la région du Nord en 1909, Lille, L. Danel, t. I, p. 1047-1051.

19 A. Gerard, « Action humanitaire et pouvoir politique : l’engagement des médecins lillois au XIXe siècle, Revue du Nord, 1999, t. L XXI, no 332 p. 832.

20 J.-B. Laroy, La lutte contre la tuberculose à Lille de 1900 à 1910, Thèse Lille, 1910.

21 L’incident est relaté, avec cliché photographique, dans le no 3062 de L'Illustration.

22 Tous les débats de cette session dans Arch. dép. Nord, Ms 278/5.

23 Arch. dép. Nord, X 61/1.

24 Demande du préfet et réponses des autorités dans Arch. dép. Nord, Ms 278/8.

25 Correspondance personnelle d’A. Calmette, Fonds Woehrel. Archives Institut Pasteur de Paris.

26 Vancau : abréviation de Vancauvenberghe, conseiller général influent.

27 Relations de l’inauguration dans cahier cartonné, archives personnelles de Calmette, Institut Pasteur de Paris et L’Illustration, 14 octobre 1905.

28 Description et analyse du fonctionnement du sanatorium dans « Ligue du Nord contre la Tuberculose », dans Lille et la région du Nord en 1909, Lille, L. Danel, 1901, t. I, p. 1073-1079.

29 Correspondance Calmette avec le ministère du Commerce, 9 avril 1903. Archives direction de l’Institut Pasteur de Lille.

30 Arch. dép. Nord, Ms 278/5, le dossier comprend questionnaire, correspondance et réponse.

31 Arch. dép. Nord, Ms 229/10.

32 Cet établissement sera spécialisé dans le traitement des affections ostéo-articulaires.

33 Les localités pourvues de crèches sont Lille, Roubaix, Tourcoing, Cambrai, Douai, Le Cateau et Poix-du-Nord.

34 Arch. dép. Nord, Ms 229/18.

35 Lille et la région du Nord en 1909, Lille, L. Danel, 1909, t. I, p. 892.

36 Voir en particulier : « La tuberculose parcours imagé », t. I, J. Chrétien, « Propos » et t. II, L. Voisin, « Images », Hauts-de-France (s.I.), 1995, 160 et 170 p.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search