Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Loisirs et santé du populaire face aux maux de la ville

La promenade du peuple des villes (fin xviiie - xixe s.)

L'exemple du peuple de Paris

Robert Beck

Texte intégral

  • 1 Le Monde, 10 août 2001.
  • 2 Il suffit de consulter les récits de voyage. La promenade apparaît alors comme un des critères prin (...)

1Aujourd’hui, la promenade ne constitue plus qu’une activité devenue assez anodine. C’est la conséquence de la perte de son caractère social au XXe siècle, ainsi que d’un processus d’individualisation au cours du même siècle, qui s’exprime, à titre d’exemple, dans les randonnées. Ces dernières véhiculent de nouvelles relations entre l’homme et son corps, et en même temps de nouveaux rapports avec la nature, tout comme elles peuvent présenter une certaine forme de sociabilité1. Sous l’Ancien Régime et à l’époque de l’industrialisation, en allant jusqu’à l’aube du XXe siècle, quand la voiture va s’imposer dans les rues des villes, la promenade constitue en revanche un fait social de grande importance au sein des sociétés urbaines qui s’exprime à la fois dans l’utilisation des lieux de promenade, dans la façon de se promener, liée aux jeux des apparences, ainsi que dans le discours qui enveloppe, accompagne et cherche à la fois à modeler et à canaliser ce mouvement. Signe de cette importance sociale, toutes les municipalités, depuis le XVIIe siècle, cherchent à doter leur ville de promenades dignes de leur réputation, en utilisant l’espace des anciens remparts devenus inutiles, et en construisant des cours, mails et autres boulevards. Il s’agit alors pour les responsables municipaux de suivre à la fois un discours hygiéniste revendiquant la libre circulation de l’air pour l’assainissement de villes jugées malades depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle, et de satisfaire un souhait majeur des habitants : à côté du spectacle, la promenade constitue en effet un de leurs divertissements principaux. La beauté de ces promenades constitue en outre un des critères selon lesquels les contemporains jugent l’attrait des villes2.

  • 3 Voir, pour le XVIIIe siècle, D. Rabreau, « La promenade urbaine en France aux XVIIe et XVIIIe siècl (...)

2Cette promenade urbaine, avec ses codes, rites et jeux d’apparences, nous est souvent montrée comme l’apanage des classes supérieures des villes, des « gens du monde » qui y font le spectacle, avec les classes moyennes, voire le peuple, comme simples spectateurs émerveillés3. Suivant un discours qui se développe au XVIIIe siècle, le peuple ne semblerait pas participer à la promenade urbaine, la laissant aux classes supérieures, et se contentant de passer ses heures de loisir au cabaret et dans les guinguettes. De plus, certains contemporains vont jusqu’à penser, à l’instar du philosophe allemand Karl Gottlieb Schelle dans son ouvrage L’art de se promener, écrit en 1802, qu’

  • 4 K. G. Schelle, L'art de se promener, Paris, Payot & Rivages, « Petite Bibliothèque », 1996, p. 32. (...)

« un individu qui n’a pas cultivé son esprit n’en ressent pas le besoin, et il aurait du mal à s’y faire [...]. Pour être touché par les charmes de la promenade et en ressentir le besoin intellectuel, il est nécessaire d’avoir un certain niveau de culture, un bagage intellectuel, que tout le monde ne possède pas ; et, partant, il est tout à fait naturel qu’un simple journalier ne puisse ressentir le plaisir agréable d’une promenade »4.

3Cependant, le peuple des villes se promène, comme le montrent les exemples suivants de Dijon et d’Aix-en-Provence. Suzanne Voilquin écrit ainsi au sujet du parc de Dijon en 1834 :

  • 5 S. Voilquin, Souvenirs d’une fille du peuple ou la Saint-Simonienne en Égypte, Paris, Maspero, « Ac (...)

« Il existe encore, en 1834, des castes bien tranchées ; la population ne se mêle pas ; chacun garde son rang. La bourgeoisie se garde d’empiéter sur les allées du parc qu’affecte l’aristocratie. Mais le dimanche les classes distinguées s’abstiennent d’y venir car ce jour-là les prolétaires l’envahissent. Il serait fort désagréable pour ces dames de s’y coudoyer avec leur modiste, leur couturière etc. »5.

  • 6 Émile Zola, La fortune des Rougon, Paris, Livre de poche, 1979, p. 58 à 59. À en croire F. Roux-Alp (...)

4Emile Zola, en parlant de Plassans (= Aix-en-Provence), évoque également le peuple de cette ville méridionale qui se promène le dimanche sur le cours Sauvaire (= l’actuel cours Mirabeau), mais en évitant le côté ombragé de cette promenade, réservée à la noblesse de cette sous-préfecture et ville épiscopale6. Premier constat : le peuple se promène, les dimanches et jours de fête, tout en étant objet d’une ségrégation sociale sur les promenoirs, dont la composition sociale est divisée en trois : aristocratie et haute bourgeoisie, bourgeoisie moyenne et, enfin, le peuple.

  • 7 F. Debie, Jardins des capitales. Une géographie des parcs et jardins publics de Paris, Londres, Vie (...)

5Il nous importe donc de connaître mieux les lieux de promenade7 populaire, ses fonctions, ses rapports avec la promenade des autres classes de la société, sa perception par les élites, et finalement son évolution au cours du XIXe siècle face aux travaux d’urbanisation que connaissent les villes. Nous allons nous concentrer sur l’exemple du peuple de la capitale qui, comme souvent, crée aussi dans ce contexte le modèle que vont suivre les artisans, compagnons, ouvriers et leurs familles dans les villes de province. La période que nous allons prendre en considération est celle des années mouvementées de la fin de l’Ancien Régime jusqu’au début de la Troisième République.

LES ENDROITS DE LA PROMENADE POPULAIRE

6La promenade, depuis la fin de l’Ancien Régime, est donc devenue un fait social que la démocratisation des promenades publiques a encore renforcé. Depuis le XVIIe siècle, on peut en effet constater un effort des monarques européens de doter les populations de leurs capitales de nouvelles promenades. À Paris, les jardins des Tuileries, du Luxembourg et le Jardin Royal, ainsi que le Bois de Vincennes sont ainsi ouverts au public. Il convient cependant de nuancer le terme « ouverture au public » : il s’agit plutôt d une porte entrebâillée que grandement ouverte. Le cas du Palais Royal, une des promenades préférées des Parisiens sous l’Ancien Régime, dont le règlement est un des plus tolérants, est tout à fait révélateur de l’exclusion de nombreuses catégories de la population parisienne de certaines promenades de la ville. Selon l'Almanach du Palais Royal utile aux voyageurs pour l’année 1786,

  • 8 Cité dans ibid., p. 60-61.

« Défense [est faite] aux Suisses du jardin du palais de laisser entrer ni passer aucun soldat... pareillement aucune personne en livrée... servantes ni femmes en tablier, nulle personne en bonnet ou veste [...] nul écolier, polisson ou gens sans aveu, aucun chien, aucun ouvrier excepté ceux qui travaillent dans le jardin »8.

  • 9 Paris pittoresque, no 1, 1837
  • 10 Ordonnance de sa Majesté concernant la promenade du Bois de Vincennes, 12 mai 1729 ; cité dans Vill (...)
  • 11 Vie publique et privée des Français, à la ville, à la cour et dans les provinces depuis la mort de (...)
  • 12 Arch. de la Préfecture de Police, Eb 53, Paris pittoresque, no 1, 1837. Voir aussi la chanson de Bé (...)

7De même, dans le jardin des Tuileries, le grand public n’est admis sans distinction qu’une fois dans l’année, le jour de la Saint-Louis9, alors que le Bois de Vincennes, accessible aux promeneurs depuis les débuts du XVIIIe siècle, reste toujours interdit aux domestiques10. La Révolution achève finalement ce processus de démocratisation de la promenade en abolissant définitivement tous les interdits qui frappent encore domestiques et ouvriers11, et elle ouvre aussi à la promenade publique des jardins jusque-là privés, comme celui de Monceau. Elle augmente de cette façon considérablement les possibilités de promenade du peuple parisien, même si, sous la Restauration et sous la monarchie de Juillet, les Tuileries connaîtront encore une fois une ségrégation sociale à l’entrée, quand les gardes refuseront la blouse et la casquette de l’homme du peuple12. Mais ce sont les apparences vestimentaires, et non l’état qui compte comme critère de sélection, ce qui explique, qu’au moins une partie du peuple parisien trouve l’accès à cette promenade, avant que la Seconde République ne supprime définitivement tous ces vestiges de discrimination de l’Ancien Régime.

  • 13 L. Andriès, « Cuisine et littérature populaire », dans Dix-huitième Siècle, no 15, 1983, p. 45. Voi (...)
  • 14 Vie publique..., op. cit., t. I, p. 280.
  • 15 L.-S. Mercier, Le Nouveau Paris, Paris, Fuchs-Cramer, an VII (1799), t. III, p. 183-185.

8Il est donc possible de distinguer, dans ce cadre, deux formes de promenade populaire depuis la fin du XVIIIe siècle, à savoir les promenades extra-muros et les promenades à l’intérieur des barrières. L’extérieur de la ville exerce en effet un grand attrait sur le peuple de Paris, grâce à l’environnement champêtre, qui rappelle à l’homme du peuple la nature perdue. Les nombreuses fêtes dans les villages des alentours de la capitale constituent un des buts préférés de ces promenades, où les faubouriens peuvent trouver des plaisirs sous forme de danses, jeux et boissons13. Sous la Révolution, le peuple de Paris se rend massivement au Pré Saint-Gervais, ancienne promenade aristocrate, devenue ensuite bourgeoise, avant de se populariser14. Louis-Sébastien Mercier dresse alors un tableau élogieux de cette promenade préférée du peuple parisien, dont il vante la simplicité ainsi que la modestie, et qu’il oppose aux « fastueuses puérilités » de la promenade de la haute bourgeoisie : « dans ce joli séjour, tout est vrai, tout est fraîcheur, tout est vie, tout est beauté ravissante ». La « tentation » des guinguettes voisines existe ; mais aux yeux de Mercier, il ne s’agit que de simples guinguettes, de simples laitières, qui offrent à boire et à manger, et ceci à la musique des violons15. Aucune condamnation d’une ivrognerie populaire de ce séjour à la guinguette dans le cadre de la promenade extra-muros ne se trouve chez Mercier, qui se montre en général assez intolérant par rapport à l’ivrognerie populaire !

  • 16 Vie Publique. op. cit., t. I, p. 329 ; p. 336.

9Peut-on considérer le fait de se rendre à une guinguette, en dehors des barrières, comme une forme de promenade ? Certainement, car le séjour dans un des ces établissements constitue une partie de la promenade, comme le démontre alors Mercier. Se rendre à la guinguette, pour échapper aux miasmes de la ville et pour déguster les délices de la nature, constitue un plaisir populaire, qu’il faut mettre en parallèle avec l’habitude des classes supérieures de conclure leur promenade sur les parties « fashionables » du Boulevard, sur les Champs-Elysées ou dans le Bois de Boulogne, avec une visite chez « Tortoni » ou chez un des nombreux cafetiers, glaciers ou restaurateurs à la mode. Il faut donc nuancer d’ores et déjà l’image d’un peuple aviné, dont le seul but de promenade serait de s’enivrer grâce au vin moins cher hors des barrières. Le séjour à la Courtille est donc à considérer comme le couronnement d’une promenade champêtre en dehors des barrières, où la danse, la boisson et un bon repas attendent les promeneurs16.

  • 17 Ménétra va ainsi au château de Meudon et à Saint-Cloud. Op. cit., p. 233 ; p. 234.
  • 18 Chambre de Commerce de Paris, Statistique de l’industrie de Paris, 1851, p. 70.

10Une autre façon populaire de se promener en quittant la ville, et en imitant ainsi la bourgeoisie, réside dans des excursions qui emmènent les familles du peuple à Sceaux, Saint-Ouen et autres lieux des environs, en utilisant parfois les bateaux qui descendent la Seine17. Sous la Seconde République encore, la Chambre de Commerce de Paris confirme cette coutume des classes laborieuses de se porter vers l’extérieur de la ville, pour échapper aux mauvaises conditions hygiéniques de leurs quartiers, pour se mettre à la recherche d’un air pur, ainsi que de divertissements et de vin moins cher18.

  • 19 Voir ainsi G.-A. Langlois, « Les charmes de l’égalité, éléments pour une urbanistique des loisirs p (...)
  • 20 J. S-L. Ménétra, op. cit., p. 219 ; p. 230. Sébastien Mercier (Tableau de Paris, op. cit., t. VIII, (...)
  • 21 L. Prudhomme, Miroir historique, politique et critique de l’ancien et du nouveau Paris et du départ (...)

11Mais de loin plus important pour notre propos est la promenade intramuros du peuple. Suite au processus de démocratisation des promenoirs, entamé depuis le XVIIe siècle, la promenade urbaine semblerait se caractériser par un brassage des divers états et classes de la société19, malgré les quelques interdits qui frappent encore les classes populaires avant 1848. L'affluence du peuple parisien concerne alors surtout certaines promenades de la capitale. Les ChampsElysées sont à citer dans ce contexte. Sous l’Ancien Régime, le compagnon vitrier Ménétra s’y rend à plusieurs reprises pour regarder les joueurs au battoir20. Le peuple de Paris continue ensuite, après la Révolution, à fréquenter cette avenue. Selon L. Prudhomme en 1807, il apprécierait notamment les nombreuses guinguettes qui longent cette vaste avenue21. Une vraie vie foraine et festive attirera dans la suite le peuple de Paris sur les Champs-Elysées : il y trouve des chanteurs et autres musiciens, saltimbanques, bateleurs, jongleurs, mais aussi cafés, restaurants, panoramas, cirques, ou encore le Colisée avec son lac, présentant des joutes de bateliers :

  • 22 La Grande Ville. Nouveau Tableau de Paris, 2 vol. , Paris, Maresq 1844 ; t. I, p. 294.

« Voilà un paillasse qui marche sur la tête, voilà une femme qui porte sur sa poitrine un tabouret sur lequel un homme est assis, et l'homme tient encore un petit garçon dans ses bras, et le petit garçon tient un lapin par ses oreilles... Par ici, c'est un homme qui avale les épées ; par là c'est un autre qui joue avec une barre de fer rouge comme s'il tenait dans ses mains un bouquet de violettes, et tout cela est accompagné de musique, et quelle musique !... Une grosse caisse, une petite caisse, des cymbales, des clarinettes, des cors de chasse, des triangles, des pavillons chinois [...] Des enfants qui courent et jouent ; des jeux de boules... »22.

  • 23 Pour l’histoire des Grands Boulevards : B. Landau, CL. Monod, Ev. Lohr, Les Grands Boulevards. Un p (...)

12Les boulevards parisiens, et surtout la partie qui s’étend de la Bastille à la Madeleine, est ensuite une des promenades les plus prisées des Parisiens à l’intérieur des barrières23. Cette promenade, en vogue depuis le XVIII e siècle, connaît son apogée depuis le règne de Louis XVI jusqu’à la Belle Epoque. Plantés d’arbres et offrant une promenade ombragée, condition primordiale d’un promenoir, les boulevards offrent aussi un aspect commercial, tout comme ils se transforment en un lieu de foire et d’animation, selon cette description d’Elénore Vaulabelle, datant d’un dimanche de mars 1834, qui décrit la vie entre le boulevard Saint-Antoine et Saint-Martin :

  • 24 Eléonore de Vaulabelle, « Le dimanche à Paris », dans Nouveau tableau de Paris au XIXe siècle, 7 vo (...)

« Là, crient, mentent, dansent, volent, baladins, paillasses, escamoteurs, phénomènes. Ongueurs, pastilles, limes métalliques, sabres qui arrachent les dents à la pointe de l’épée, femmes qui ont la poitrine à la rotule, poules à visage humain taillé avec des ciseaux, géants à la mécanique, hauts de cinq ou de douze pieds, à la volonté des amateurs, enfants bicéphales, monstres marins du canal de l’Ourq, sauvages de la rue de Bondy, albinos de carrefour, chiens qui jouent de la trompette, lapins membres de l’académie, carpes qui font des sauts de mouton, diseurs de bonnes aventures, jeux où à tout coup le banquier gagne, marionnettes, spectacles aériens, grands hommes de cire, scélérats peints, mangeurs de cailloux, avaleurs de limailles, hommes incombustibles ou invisibles, danseurs de corde, physiciens, astrologues, astronomes, astrophages, tout conspire contre la bourse et la curiosité du passant »24.

13Paul de Kock confirme en 1842 cette vie animée sur la promenade des boulevards, tout en précisant son caractère social :

  • 25 Paul de Kock, « Les boulevards », dans Petits tableaux de mœurs, Paris, Barba, 1842, p. 196.

« Aucune ville n’offre, comme Paris, une promenade aussi belle, aussi étendue, aussi variée, que cette longue suite de boulevards qui se trouve dans son enceinte. C’est une foire perpétuelle, un panorama vivant, où l’observateur peut passer en revue les diverses classes de la société, apprendre les manières, les modes, et presque les usages de chaque quartier ; car il y a une différence bien grande entre les habitants du boulevard des Italiens et ceux du Pont-aux-Choux, entre les promeneurs de Coblentz et ceux du boulevard du Jardin-Turc »25.

  • 26 Selon La Vie publique..., op. cit., t. I, p. 322, certains dimanches on aurait dénombré vingt mille (...)
  • 27 Arch. de la Préfecture de Police, Eb 5. La Ville de Paris, 20 décembre 1880.
  • 28 Guide des Promenades, Paris, Paulin et Lechevalier, 1855, p. 82.

14Le boulevard n’est donc pas homogène sociologiquement. Il a ses parties à la mode, entre la Madeleine et la rue Montmartre, qui est fréquentée surtout par les gens à la mode, les « fashionables », dont la promenade ne possède aucun caractère populaire. C’est plutôt dans les parties orientales du boulevard que l’homme du peuple apparaît. Ici, la foule qui fréquente les nombreux théâtres des boulevards Bonne Nouvelle, Saint-Martin et surtout celui du Temple, se compose de classes diverses. Avant les transformations haussmanniennes, c’est le boulevard du Temple qui constitue la partie la plus animée de l’ensemble des boulevards. Il a obtenu cette réputation et cette animation d’abord grâce à l’apparition de faiseurs de tours et de charlatans, et ensuite à l’installation de troupes de théâtre par Nicolet et Audinot à la fin de l’Ancien Régime. Déjà à cette époque, ce boulevard est rempli le dimanche de promeneurs, qui cherchent à lier le plaisir de la promenade et celui du spectacle26. Pendant près d’un siècle, des bals, cabarets, restaurants, « cafés de bas étage », forains, marionnettes, danseurs de corde, pantomimes, montreurs de monstres et autres « artistes » vont transformer ce boulevard rempli de théâtres en une foire permanente27. Ce spectacle perpétuel attire, selon un témoignage de 1855, un public surtout populaire des quartiers du centre de la ville et de ses faubourgs, ainsi que des communes suburbaines à caractère populaire, comme La Villette. Ce public y fait régner l’odeur de la bière et du tabac de pipe, symboles d’une culture populaire méprisée par les élites28.

15Si les Grands Boulevards connaissent ainsi, jusqu’au début du Second Empire, une grande affluence populaire, ce n’est pas le cas des boulevards de la rive gauche, déserts six jours sur sept, et dont seules certaines parties se peuplent le dimanche, notamment celle située vers la barrière Montparnasse :

  • 29 Ce que confirment d’autres témoignages selon lesquels les spectacles le dimanche sont d’un niveau i (...)
  • 30 J.-B.-Auguste D’aldeguier, Le flâneur, galerie pittoresque, philosophique et morale de tout ce que (...)

« Quelques jolis jardins, un spectacle soi-disant dramatique, mais qui ne peut passer que pour du bas comique, vu le talent des acteurs qui y paraissent29 ; les montagnes russes, des danses de la franche gaieté et la modicité du prix, y attirent beaucoup de monde... »30.

  • 31 G.-A. Langlois, art. cit., p. 12.
  • 32 F. Gasnault, Guinguettes et Lorettes. Bals publics et danse sociale à Paris entre 1830 et 1870, Par (...)

16N’oublions pas, pour conclure cette partie portant sur les lieux de promenade du peuple parisien, les vauxhalls, jardins - spectacles et jardins de montagne qui se trouvent le long des grandes promenades, avec une forte concentration sur le boulevard du Temple. Danses, boisson, et autres divertissements s’y côtoient et en font des lieux à la mode depuis la deuxième moitié du XVIIIe siècle. L’entrée de ces jardins se démocratise progressivement, et le fameux Paphos, situé au boulevard du Temple, ne coûte plus que 75 centimes en 1800, les autres un franc, boisson comprise. De cette manière, ils sont accessibles à un public populaire31. Or l’opinion publique condamne vite ces jardins-spectacles, et notamment la présence populaire dans leurs enceintes32.

17Ces promenades - spectacles dans un sens vaste ne possèdent évidemment pas le monopole de la promenade populaire intra-muros avant 1860, qui s’étend aussi dans les jardins des Tuileries (malgré la sélection à l’entrée), du Luxembourg et des Plantes, l’ancien Jardin Royal, mais elles attirent la plus grande partie car le divertissement, comme dans les guinguettes en dehors des barrières, est assuré. La promenade du peuple, aussi bien dans sa forme extra-muros qu’'intra muros, semble donc satisfaire surtout un besoin, celui de se divertir et de se procurer un peu de plaisir. Une conséquence de cet engouement populaire pour ces promenades, notamment celles à l’intérieur des barrières, est donc que le peuple, déjà depuis la fin de l’Ancien Régime, et durant les premières décennies du XIXe siècle, impose son empreinte dans l’espace public, au moins pendant un jour de la semaine, le dimanche.

LES FORMES DE SÉGRÉGATION SOCIALE SUR LES PROMENADES PARISIENNES

  • 33 Voir les exemples de Dijon et d’Aix-en-Provence, que nous venons de citer.
  • 34 L.-S. Mercier, Tableau..., op. cit., t. V, 1783, p. 162.
  • 35 L.-E. Vigée-Lebrun, Souvenirs de..., Notes et Portraits, 1755-1789, Paris, Fayard, s.d., p. 30. N’o (...)

18Les diverses classes utilisent donc les mêmes promenades, mais sans provoquer le brassage social qu’on aurait pu supposer. Les élites utilisent en effet plusieurs stratégies, spatiales et temporelles, pour éviter le contact avec le peuple, au même titre que les élites des villes de province33. Déjà sous l’Ancien Régime, les « gens de bon ton » ne sortent pas les dimanches et jours de fêtes, abandonnant ces jours-là les promenades (et spectacles) au peuple34. Le boulevard du Temple connaît ainsi le jeudi une grande affluence des gens équipés de voitures, quand ils se sentent à l’abri du peuple qui, ce jour-là au moins, est supposé travailler35.

19Cette stratégie temporelle d’une séparation sociale des promenades est maintenue, voire renforcée après la Révolution. La « haute société », écrit Paul de Kock en 1844, reste chez elle le dimanche pour ne pas se mêler aux marchands, boutiquiers, employés, artisans, ouvriers et au peuple en général : si un des membres de cette « haute société » est obligé de sortir le dimanche, il se salit exprès (bottes non vernies, plus vieil habit, pantalon taché, chapeau sale et déformé)

  • 36 p. de Kock, « Le dimanche à Paris », La Grande Ville, op. cit., p. 226.

« ayant l’air de narguer les bonnes gens qui se font superbes ce jour-là, il se fait laid, lui, parce que c’est encore le bon genre de se montrer aussi sale que possible le dimanche »36.

  • 37 Ibid., p. 225.

20Or ce jour-là, toujours selon le même témoin, les promenades sont noires de monde : aussi bien les Champs-Elysées que les boulevards, aussi bien les Tuileries que le Palais Royal37.

  • 38 H. de Balzac, fille aux yeux d’or, Paris, GF-Flammarion, 1988, p. 230-236.

21Abstraction faite d’une certaine exagération littéraire et humoristique, P. de Kock montre cependant l’essentiel - la séparation temporelle que les classes élevées et oisives ont établi pour éviter le contact avec le peuple. Balzac, dans La fille aux yeux d'or, publié en 1834, ne montre rien d’autre quand il dépeint, d’un côté, l’affluence populaire aux Tuileries un dimanche, et de l’autre côté, l’étonnement de deux aristocrates, qui s’y trouvent ce jour-là38.

22La deuxième stratégie qu’appliquent les « gens du monde », pour éviter le contact avec le peuple, est de nature spatiale. Si sous l'Ancien Régime l’interdiction de certaines promenades au peuple, comme les Tuileries, engendre encore des cloisons sociales, la Révolution change ces données. Mais les élites répondent au nouvel engouement populaire pour certaines promenades, comme l’allée centrale des Tuileries, le grand rendez-vous de l’aristocratie et du « beau monde » en général avant la Révolution, par l’abandon de ces promenades justement :

  • 39 p. Gallet, Première Promenade d’un solitaire provincial, depuis le faubourg Saint - Honoré jusqu'au (...)

« Les gens du bel air laissent cette allée au bas peuple : Vous voyez qu’ils font en cela leur satire, en lui laissant les grands objets dont il ne paraît pas se fatiguer... »39.

  • 40 D. Stern (Mme d’Agoult), Mémoires, souvenirs et journaux, Paris, Mercure de France, 1990, p. 112-11 (...)
  • 41 L. Prudhomme, op. cit., t. I, p. 253.
  • 42 A. Martin-Fugier, La vie élégante ou la formation du Tout-Paris, 1815-1848, Paris, Fayard, 1990, p. (...)
  • 43 Ibid., p. 326.

23La vogue du Bois de Boulogne s’explique également par cette distance spatiale : selon Daniel Stern, aussi bien la petite bourgeoisie que les gens de métier sont trop éloignés de cette forêt pour en faire leur promenade, le laissant ainsi à l’aristocratie40 qui s’y promène, au moins sous l’Empire, aussi le dimanche de trois à cinq heures, ce qu’on estime alors être de bon ton41. Sous la monarchie censitaire, le Boulevard connaît à son tour une stricte séparation sociale : de la Madeleine jusqu’au boulevard Montmartre, c’est le monde élégant qui l’occupe et domine, et même sur cette partie, il y a encore une distinction spéciale, qui consiste à ne se promener que dans la partie située entre la rue du Helder et la rue Le Peltier42. À l’époque du Directoire, on ne se promène que sur le côté droit du « Boulevard du Gand », en allant vers la Madeleine, si l’on veut se distinguer43. Or, au plus tard à partir du boulevard de la Bonne-Nouvelle, le promeneur quitte le « grand foyer aristocratique » pour tomber dans une ambiance populaire, avec des estaminets, marchands ambulants et autres attributs d’une culture populaire :

  • 44 Guide des Promenades..., op. cit., p. 65.

« Sur ces boulevards, Bonne Nouvelle et Poissonnière, on ne se promène guère ; on passe... »44.

  • 45 T. Delord, « La Parisienne », Les Physiologies parisiennes, Paris, Aubert & Cie, Barton, 1850, p. 2 (...)

24Des stratégies d’ordre spatial et temporel se complètent ainsi pour rétablir la ségrégation sociale des promenoirs, qui semblait avoir été mise en cause par les mesures de démocratisation des promenades lors de la Révolution. Mais malgré ces stratégies, la présence du peuple, même si elle se limite au dimanche, et sa domination passagère et régulière de l’espace public deviennent progressivement insupportables aux yeux des élites, au plus tard depuis le début de la monarchie de juillet, et ce sentiment se renforce encore après les journées révolutionnaires de 1848. Un discours condamnant la présence du peuple, pour des raisons soi-disant esthétiques, se développe, dont ici celui de Taxile Delord en 185045 :

« Remontez le boulevard un dimanche : voilà le fond de l’océan parisien qui roule sur l’asphalte ; cet océan n’a point de perles ; l’oeil est attristé par le spectacle d’inqualifiables souliers de prunelle, d’hyperboliques brodequins. Ce sont partout des gants en filet semblant cacher des doigts rouges et gras, des fleurs impossibles sur des chapeaux fantastiques, des cachemires douteux sur des épaules plus douteuses encore.
Est-ce une Parisienne, cette femme du faubourg Saint-Denis, et sa soeur du faubourg Saint-Martin, qui porte sa tête comme un bonnet à poil ?... »

25Le Guide des Promenades, en 1855, reprend la même argumentation esthétique pour condamner la promenade populaire aux Tuileries :

  • 46 Guide des promenades.op. cit., p. 120.

« Le dimanche, tout change aux Tuileries comme partout ailleurs. Plus de jeunes filles gracieuses et coquettes, plus de turbulents enfants, rappelant dans leurs costumes variés le Highlander écossais ou le page du seizième siècle ; plus de jeux, plus de cris. Les barbares se sont emparés de ces allées d’ordinaire si tranquilles et si aristocratiques. Une foule immense, venue de tous les coins de Paris, se pousse, se bouscule et s’étouffe, sous le prétexte de chercher l’ombre et la fraîcheur parmi les marronniers étonnés d’une invasion aussi peu cérémonieuse. Les chaises ne suffisent plus ; les bancs sont encombrés ; des toilettes insolentes blessent les regards avec leurs couleurs éclatantes et disparates. La société d’élite a fait place à la cohue.
Mais laissons ce jour exceptionnel, pendant lequel il est convenu que tout homme ou toute femme qui se respecte doit rester enfermé, sous peine de perdre immédiatement son prestige d’élégance et de bon ton »46.

26Or, derrière cette dénonciation de la présence joyeuse du peuple sur les promenades se cache surtout une nouvelle conception des élites, hantées dorénavant par l’image des classes laborieuses devenues des classes dangereuses à la suite de la Révolution de 1830 et de l’épidémie de choléra de 1832, à cause aussi du souvenir des révoltes des canuts dans le lointain Lyon, des diverses révoltes parisiennes sous la monarchie de Juillet, et finalement de la Révolution de février 1848 elle-même, suivie de plusieurs révoltes de la classe ouvrière de Paris. Les boulevards jouent un rôle important dans ces soulèvements depuis que le pouvoir de Louis-Philippe en a fait un espace politique : après avoir été choisi par le nouveau régime comme lieu symbolique de l’union nationale et hommage au peuple, le boulevard perd cette fonction après les manifestations de 1833, et surtout après l’attentat de Fieschi contre le souverain en 1835. Depuis 1840, les boulevards ne servent plus aux cérémonies politiques de la Monarchie de Juillet :

« On craint la proximité du Paris populaire et le spectre de l’émeute. On veut éviter qu’ils ne deviennent les boulevards de la contestation »,

  • 47 M. Larrere, « Les fêtes politiques de Juillet », Les Grands Boulevards..., op. cit., p. 193-196.

27écrit Mathilde Larrère à leur sujet47.

  • 48 Nous suivons ici M. Agulhon, Les Quarante-Huitards, Paris, Gallimard, « Archives », 1992, p. 39-45.

28Cette impression doit se renforcer encore lors des journées révolutionnaires de 1848. Les lieux de promenade parisienne deviennent des lieux soit stratégiques soit de fête populaire. Le 23 février, le peuple danse dans le quartier des Tuileries et sur la place Vendôme, y fait éclater des pétards, alors que les boulevards voient arriver une foule encore plus nombreuse qui en provenance des quartiers populaires se dirige vers La Madeleine : la révolte génère la fête, et celle-ci choisit tout naturellement les lieux habituels de promenade du peuple. Cette foule inquiète, et des « patriotes raisonnables », craignant le débordement, cherchent aussitôt à l’encadrer48. Arrivée au boulevard des Capucines, elle déclenche la tragédie...

  • 49 Le Palais-Royal, le boulevard du Temple et le jardin des Tuileries jouent déjà un rôle important so (...)

29Les promenades jouent donc un rôle important lors de ces insurrections, et d’autres promenades possèdent également un aspect d’une grande importance stratégique, comme le jardin des Tuileries49. Le peuple est (re)devenu un acteur public dont la présence effraie dorénavant. En conséquence, il faut encadrer et canaliser la promenade de cette classe sociale, porteuse de maladie et de révolte.

  • 50 Voir les divers documents dans les Arch. de la Préfecture de Police, Da 221 à Da 223.
  • 51 Les archives de la Préfecture de Police de Paris n’en ont gardé que les placards séditieux et injur (...)
  • 52 « On sait que la politique et le café sont les deux grands besoins du flâneur parisien qu’il sorte (...)
  • 53 Guide des Promenades..., op. cit., p. 29.

30Il s’agit donc pour les élites de nettoyer ces espaces de la promenade urbaine de toutes les tentations dangereuses. Elles poursuivent alors la sexualité, en bannissant la prostitution des promenades50. Elles proscrivent les propos séditieux qu’on peut trouver sur les promenades publiques des villes sous forme d’affiches et de placards révolutionnaires51. Elles cherchent à bannir des promenades toute manifestation ou discussion politique, qu’une sociabilité informelle pouvait favoriser, ainsi que dans les cercles des cafés et cabarets qui les jalonnent52, tout comme elles n’hésitent pas à censurer sur les Champs-Elysées le si populaire Polichinelle, qui avait osé, en 1848, se lancer dans la politique53.

  • 54 Voir, à ce sujet, R. Beck, L'Histoire du Dimanche, de 1700 à nos jours, Paris, Éd. de 1'Atelier, Pa (...)

31Les travaux d’urbanisation effectués par le baron Haussmann, provoquant aussi l’éloignement du peuple du centre de la ville vers la périphérie, et la destruction d’un des centres de délassement populaire, à savoir le boulevard du Temple, contribuent efficacement à ce processus d’éviction des classes laborieuses des promenades urbaines. Ces mesures contre la présence dominicale du peuple sur les promenades publiques de la capitale s’inscrivent dans un ensemble de mesures pour mettre un terme au dimanche caractérisé par une culture populaire festive, impliquant, depuis la fin de l’Ancien Régime, le règne du peuple sur l’espace public pendant un jour, pour lui opposer un dimanche vécu suivant les normes conservatrices de la bourgeoisie54.

L’AMÉNAGEMENT DE NOUVEAUX PROMENOIRS POUR LE PEUPLE PARISIEN : LA PROMENADE PUBLIQUE

  • 55 F. Perennes, De l’institution du dimanche, considérée dans ses harmonies avec les besoins de notre (...)
  • 56 Th.-H. Barrau, Conseils aux ouvriers sur les moyens qu'ils ont d’être heureux, Paris, Hachette, 185 (...)
  • 57 Abbé J.-I. Mullois, Le Dimanche au Peuple, Paris, Douniol frères 1854, p. 37-39.
  • 58 A. Audiganne, Les Populations ouvrières de la France dans le mouvement social du XIXe siècle, 2 vol (...)
  • 59 G. Boué, Les squares et jardins de Paris. Le Bois de Boulogne, Paris, 1865, p. 16.

32Le problème qui se pose alors aux élites réside dans le fait qu’on veut éviter la présence du peuple à l’intérieur des villes et restituer ces promenades aux classes supérieures. Mais en même temps, la promenade, ce mouvement réglé et ordonné, conforme aux règles de l’hygiène et de la morale, fait partie du programme d’encadrement du temps libre populaire. Dans leur combat pour le repos du dimanche et le bon usage du temps dominical, des personnages aussi divers que Pérennès et P.J. Proudhon insistent dès 1839 sur les bienfaits de la promenade pour le peuple et exigent l’établissement et l'entretien de promenades publiques55. Ce discours se renforce après 1848. Th. Barrau conseille alors aux ouvriers des promenades à la campagne, pour profiter du « spectacle de la nature », dont l’influences ne peut qu’être positive56. De même, l’abbé Mullois conçoit une promenade dominicale pour les ouvriers, effectuée évidemment en famille et à la campagne. Dans ce contexte, il veut bien accorder un petit séjour au cabaret, pour dîner ou souper ensemble, et il pousse sa tolérance jusqu à accorder une chanson « innocente » telle que Marlbrough s’en va-t-en guerre57. A. Audiganne exprime tout son contentement sur les ouvriers de Sedan, qui ont la promenade comme plaisir, ce qui empêche l’ivrognerie dans leurs rangs58. Germaine Boué, l’« historienne » des nouveaux parcs et jardins parisiens du Second Empire, veut même imposer la promenade hebdomadaire au peuple parisien, « afin de colorer ainsi de teints roses leurs labeurs ou leurs soucis de la semaine »59.

33Ce discours sur les bienfaits hygiéniques et moraux de la promenade pour le peuple ne concerne pas seulement les forces conservatrices du pays - Proudhon lui-même en est un bel exemple. Aux débuts de la Troisième République, c’est Martin Nadaud, député républicain, qui déclare à la Chambre des députés :

  • 60 M. Nadaud, Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, éd. établie par M. Agulhon, Paris, Hachette, 1 (...)

« Savez-vous ce que vous faites en n’encourageant pas les promenades des ouvriers à la campagne pendant la journée du dimanche, vous les poussez au cabaret. [...] tenez pour certain que les ouvriers, qui aiment les promenades à la campagne, n’aiment pas le cabaret ! »60

  • 61 Le thème de la fatigue s’impose à cette époque dans le discours hygiéniste. Voir A. Rabinbach, « L’ (...)
  • 62 F. Debie, op. cit., p. 65.
  • 63 Ibid.

34Mais la campagne s’est éloignée des portes de la capitale qui se trouve en pleine extension. Il est donc nécessaire d’établir de nouvelles promenades, à proximité des quartiers populaires, qui satisfont aussi bien au discours hygiéniste que moralisateur. Ce sont alors les réalisations londoniennes des années 1840, donnant naissance aux premiers « parcs publics », à savoir Victoria Park et Battersea Park, qui vont constituer le modèle des futurs promenoirs pour le peuple parisien. Le modèle du parc paysager existe depuis la création de Regent’s Park par Nash (1812-1827). Les urbanistes vont donc créer la synthèse du parc paysager avec les idéologies hygiénistes et moralistes. Une nouvelle vision du jardin s’impose alors, comme équipement que le pouvoir doit à l’hygiène publique, pour la préservation physique61 et morale de la classe ouvrière, et pour la conservation de la paix sociale62. Le parc public, créé en Angleterre dans les années 1840, va ainsi arriver sur le continent et se répandre en France à partir des années 185063.

  • 64 Ibid., p. 187.

35Victoria Park constitue la réponse au choléra endémique que connaissent les quartiers populaires de l’Est de Londres, alors que la création de Battersea Park s’explique par la confusion si typique au XIXe siècle entre santé et moralité. Avant l’aménagement de ce parc, les prés de Battersea, avec une auberge mal famée, étaient un des centres de la prostitution et des jeux interdits. Cet ancien espace immoral est donc transformé en un parc paysager pour les déambulations régulières des familles ouvrières64.

  • 65 Ibid., p. 172.

36Une constellation semblable se retrouve à Paris : le choléra frappe également, à plusieurs reprises (1832, 1849) les populations des quartiers populaires de la ville, ce qu’on attribue alors à un manque d’aération du tissu urbain. Les larges avenues et boulevards ne suffisent plus, contrairement à ce qu’on pensait encore au début du XIXe siècle, à assurer la libre circulation de l’air. Dorénavant, la conviction s’impose qu’il faut de grands espaces verts pour remplir la fonction de gigantesques bouches d’aération pour la cité malade65. Les grands bois existants sont aménagés, de nouveaux parcs sont créés pour satisfaire cette nouvelle exigence ; Napoléon III, par l’intermédiaire du baron Haussmann et d’Adolphe Alphand, le directeur des promenades de la Ville de Paris, fait créer ainsi plusieurs parcs à l’intention du peuple, les Buttes-Chaumont et Montsouris. Il lui réserve aussi l’utilisation du Bois de Vincennes, tout comme il fait aménager à son intention une autre invention anglaise, les squares.

37Ces derniers sont alors conçus pour la santé physique, officiellement, et pour la santé morale de l’ouvrier, inofficiellement :

  • 66 A. Riant, Hygiène du foyer, Paris, Hachette, 1867, p. 25.

« Si par malheur votre habitation est située dans un quartier où l’air pur vous manque, c’est le cas d’aller vous et les vôtres prendre l’heure de votre repos dans un de ces charmants jardins que l’administration a sagement disséminés partout dans la ville : ce sont ces délicieuses promenades, ce sont surtout de véritables bains d’air où l’ouvrier vient rafraîchir ses poumons et revivifier son sang, où ses enfants peuvent jouer sans danger sous l’oeil de leur mère. Voilà, Messieurs, une heureuse innovation ! Voilà de l’hygiène et de la meilleure ! »66

38La fonction sociale des squares est aussi évoquée par Charles Robert, qui faisait l’éloge de l’oeuvre sociale du Second Empire :

  • 67 Ch. Robert, Les améliorations sociales du Second Empire, Paris, Hachette, 1868, t. I, p. 20.

« L’Empereur a voulu mettre à la portée des classes ouvrières qui habitent les quartiers populeux de la verdure et des fleurs... »67

  • 68 Cirés, La construction des jardins publics à Paris sous le Second Empire (1852-1870). Étude de l'am (...)

39Les squares, dont le nombre augmente en effet considérablement sous le Second Empire qui en crée 24, avec une certaine concentration dans les quartiers populaires de la capitale68, remplissent donc surtout la fonction de présenter un promenoir à l’ouvrier le soir après l’ouvrage, et à sa famille pendant la journée. Cet endroit de voisinage se substitue ainsi au cabaret, et l’air frais et la jouissance de la nature à la consommation d’alcool et d’ouvrages licencieux et révolutionnaires qu’on trouve dans les débits de boissons.

40Pour la sortie du dimanche, en revanche, c’est la création des parcs des Buttes-Chaumont et de Montsouris, ainsi que l’aménagement du Bois de Vincennes, qui doivent servir de réceptacle pour les foules populaires de promeneurs.

  • 69 Déjà à la fin de l’Ancien Régime, on considère ces effluves pestilentielles en provenance de Montfa (...)

41Le passé de ces endroits, surtout au sujet des Buttes-Chaumont, et dans une moindre mesure, du Bois de Vincennes, rappelle en quelque sorte le destin des prés londoniens de Battersea : Montfaucon est l’ancien lieu du gibet, devenu ensuite un lieu infecté par les débris de la boucherie parisienne, par les dépotoirs de vidanges de la ville, et par les clos d’équarrissage, dont les miasmes s’abattent, selon les vents, aussi bien sur le Belleville voisin que sur les quartiers populaires de Paris69. Des carrières à plâtre complètent ce paysage que Charles Deslys décrit ainsi :

  • 70 C. Deslys, Les Buttes-Chaumont, Paris, Marpon & Flammarion, 1890, p. 1-2.

« quelque chose de farouche et de sauvage. Çà et là des industries étranges, des repaires à vagabonds plus ou moins dangereux »70.

  • 71 L. Chevalier, Classes laborieuses et Classes dangereuses, Paris, Pluriel, 1984, p. 163.
  • 72 G. Boué, Les Squares et jardins de Paris. Les Buttes-Chaumont, Paris, Hennuyer, 1878, p. 7-8.
  • 73 G. Jacquemet, Belleville au XIXe siècle, du faubourg à la ville, Paris, EHESS, 1984, p. 139.
  • 74 E. Pairaud de Bousse, Les Buttes Saint-Chaumont, 1830-1815-1867, Paris, chez l’auteur, 1867, écrit (...)
  • 75 F. Debie, op. rit., p. 180-181.
  • 76 Ibid., p. 153.

42Ce lieu exprime alors les horreurs passées et actuelles de la capitale71. Parmi les horreurs passées, certains auteurs faisant l’éloge du nouveau parc des Buttes Chaumont vont jusqu’à intégrer l’ancienne culture populaire. Germaine Boué n’hésite pas à inclure dans le « cloaque » de Montfaucon la traditionnelle descente de la Courtille, qui avait lieu le mercredi des Cendres72. De plus, cet endroit gagne aussi une importance stratégique par la proximité directe de Belleville, dont les habitants jouissent progressivement d’une réputation de « barbares » car ils formeraient un milieu criminogène73. Les habitants de cet ancien lieu de promenade populaire grâce à ses guinguettes, devenu à son tour un lieu d’habitation des classes laborieuses, puis rattaché à la ville en 1860, a maintenant besoin d’une promenade pour laquelle le régime se montre assez dépensier, car l’empereur veut montrer ses préoccupations sociales mais aussi créer un objet de prestige pour l’Exposition universelle de 1867, qui verra l’inauguration de ce nouveau parc74. On y crée un prétendu paysage de montagne avec ses cascades, une grotte, des ravins, un piton surplombant un lac, surmonté d’un belvédère qui rappelle un temple antique. Les Buttes-Chaumont représentent ainsi, d’une certaine manière, un grand jardin thématique, à l’instar des jardins thématiques du Champ de Mars, créés également pour l’Exposition universelle75. Ce décor fait aussi penser à celui des défunts jardins de plaisir, auxquels les nouveaux jardins publics sont cependant censés s’opposer en tant que lieux de loisir populaires76. Cette ressemblance du décor accorde de cette façon à ce nouveau parc un rôle intermédiaire dans l’évolution vers le « pur » parc public, mais déjà avec tous les attributs réglementaires des futurs promenoirs :

  • 77 Parc des Buttes Saint-Chaumont. Guide du promeneur, par M.L.D., ancien Magistrat, Paris, Librairie (...)

« Des gardiens en uniforme, le sabre, l’épée au côté (évidemment d’anciens militaires), veillent à ses portes et dans l’intérieur du parc pour y maintenir l’ordre et aussi pour prévenir les dévastations ou autres infractions aux règlements »77.

  • 78 G. Boué, Les squares et jardins de Paris. Le Bois de Boulogne, op. cit., p. 16.

43Il s’agit donc d’une promenade surveillée pour permettre aux populations ouvrières de profiter du contact avec la nature, pour gagner ce « calme rafraîchissant que l’esprit gagne dans son contact »78.

  • 79 Il y existe même une « allée des pendus », avec un arbre qui possède la préférence des candidats à (...)
  • 80 Moniteur Universel, 29 décembre 1865.

44Le Bois de Vincennes, quant à lui, n’a pas connu un passé aussi sauvage et pestilentiel que Montfaucon/Buttes-Chaumont. Mais avant son aménagement sous le Second Empire, ce sont des crimes, notamment celui de Papavoine en 1824, qui confèrent une réputation relativement mauvaise à cette ancienne promenade mondaine sous l’Ancien Régime. À cette légende meurtrière s’ajoutent les nombreux suicides : plus d’une douzaine par an79 Le Bois souffre cependant surtout de la construction des fortifications, décidée en 1841, qui provoquent de profondes coupures80. C’est donc sur lui que tombe le choix quand les responsables du Second Empire cherchent un promenoir pour les populations de l’Est de Paris.

  • 81 Arch. de la Préfecture de Police, Eb 73. Corps législatif, session de 1860. Projet de loi relatif à (...)

« Il [Napoléon III] pensa qu’il était utile de faire jouir les habitants nombreux et laborieux des quartiers de l’est de la capitale, d’une grande promenade publique réunissant les conditions d’agrément que trouve au Bois de Boulogne la classe la plus riche qu’habite les quartiers de l’Ouest »81.

  • 82 J.-M. Derex, Histoire du Bois de Vincennes. La forêt du roi et le bois du peuple de Paris, Paris, L (...)

45Cette décision s’explique encore par d’autres soucis. En aménageant le Bois de Vincennes, les responsables cherchent à opérer une diversion afin de maintenir la jouissance du Bois de Boulogne à la bourgeoisie et au monde élégant82. L’éloignement du peuple des promenades mondaines, ainsi effectué, permet ensuite aux gens du monde de récupérer leurs promenades habituelles, même le dimanche.

46Il semble donc s’opérer sous le Second Empire une nouvelle ségrégation spatiale des promenades, qui met définitivement fin à un brassage social qui, dès la fin de l’Ancien Régime, n’est plus de rigueur sur les boulevards, dans les jardins, et sur d’autres promenoirs.

LA PROMENADE DU PEUPLE DEPUIS LE SECOND EMPIRE : UNE NOUVELLE FORME DE DÉMOCRATIE ?

  • 83 La Ville de Paris, 4 avril 1883.
  • 84 A. Achard, « Les Bois de Boulogne, les Champs-Elysées, le Bois et le château de Vincennes », dans P (...)
  • 85 Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, no V, 1895, ébéniste parisien de haut luxe, 1891, p. 65.

47À la suite de ces mutations de l’espace de la promenade parisienne, lieux, formes et façons de la promenade populaires sont également sujets à des mutations. Les nouveaux parcs créés pour le peuple attirent la population ouvrière le dimanche, mais les Buttes - Chaumont et Montsouris restent négligés pendant la semaine83. Le Bois de Vincennes semble également remplir le rôle de canalisateur du flux des promeneurs populaires. Le dimanches, les populations des quartiers voisins (et plus loin, grâce au chemin de fer) viennent le fouler, et la mode du pique-nique, dorénavant délaissée par les « gens du monde », réussit à survivre dans cette forêt84. En hiver, on vient y faire du patinage85.

  • 86 Paul de Kock, « Les boulevards de la Porte Saint-Martin à la Bastille », dans Paris, Guide par les (...)

48Le boulevard perd de son animation, au moins dans sa partie populaire, selon le témoignage de l’incontournable Paul de Kock qui, en 1867, constate beaucoup de changement entre la Bastille et la Porte Saint-Martin86. On ne flâne plus sur ces boulevards, dorénavant consacrés aux affaires, au contraire de sa partie mondaine à partir de la rue de Montmartre.

  • 87 E. Gourdon, Le Bois de Boulogne, Paris, Librairies nouvelles, 1861, p. 70.

49Cette nouvelle géographie de la promenade parisienne en général, et celle de la promenade populaire en particulier, ne signifie cependant pas une ségrégation sociale complète. Les Champs-Elysées connaissent ainsi toujours les dimanches et fêtes une grande affluence des quartiers populaires87. Mais ce n’est plus le peuple qui y règne mais les élites qui y sont revenues, après avoir abandonné leur dégoût du dimanche. En effet, les témoignages de la retraite dominicale des « gens du monde » disparaissent sous le Second Empire ; dorénavant, l’espace de la promenade apparaît purifié des miasmes du monde populaire. Même si le peuple s’oriente toujours vers l’Ouest de la ville et ses beaux quartiers, il le fait dorénavant selon des normes imposées. Ce sont les « gens du monde » qui y font le spectacle, dans l’allée principale des Champs-Elysées et ailleurs, alors que le peuple, caserné dans les allées latérales, n’est plus que spectateur, mais ressentant à la fois cette différence comme tout à fait ordinaire et la spoliation de sa promenade comme naturelle. C’est au moins ce que note Édouard Gourdon à propos de la promenade des Champs-Elysées le dimanche :

  • 88 Ibid., p. 76.

« Il y a enfin les promeneurs en veste et en blouse, braves gens venus là pour s’amuser, et qui s’amusent franchement de tout, sans arrière - pensée, sans envie et sans méchanceté ; bras dessus, bras dessous, hommes, femmes et enfants s’éparpillent dans les allées latérales, loin de la foule élégante, non par haine, mais par indifférence, et parce qu’ils se sentent plus gais entre eux... »88.

50Cette co-existence si « harmonieuse » amène même certains observateurs à évoquer l’image de la démocratie :

  • 89 A. Achard, art. cit., p. 1249. Cette image d’une démocratie des promenades parisiennes, suite aux a (...)

« L’avenue des Champs - Elysées n’est plus alors une promenade. C’est un symbole. La démocratie coule à pleins bords, et toute cette foule qui marche d’un pas égal semble s’avancer vers un avenir inconnu... »89

51Une ségrégation sociale imposée, de nouvelles façons de se promener octroyées, par contre une journée de culture populaire et de domination du peuple sur l’espace public perdue et récupérée par les classes supérieures pour lui imprégner son empreinte, voilà, ce qui signifie aux yeux de certains observateurs, et selon un langage typique du Second Empire, pour qui soumission égale harmonie sociale et donc démocratie, la nouvelle promenade canalisée et donc « démocratique » du peuple.

  • 90 Au sujet des jardins publics dans les villes de province : L.-M. Nourry, Les jardins publics en pro (...)

52Cette nouvelle forme de promenade ne se limite pas à la capitale, mais elle se répand dans les villes de province où de nombreux jardins publics sont créés90 Dorénavant, la promenade du peuple a perdu de son caractère festif, de même que le dimanche a pris un caractère bourgeois et ennuyeux. La promenade, désormais, est une affaire de famille, aussi bien dans les classes supérieures qu’au sein du peuple. Le spectacle du parc public le dimanche doit en conséquence offrir

  • 91 F. Debie, op. cit., p. 182.

« le spectacle de l'ordre moral idéal que tente de réaliser le Code Civil. Des amusements simples, en famille, à des coûts très modérés, voilà de quoi satisfaire l'hygiène sociale de ses créateurs. »91.

  • 92 La CGT publie en 1912 une image de propagande montrant une famille ouvrière en pleine nature, dans (...)
  • 93 A. Montadon, art. cit., p. 49.

53Même le mouvement ouvrier à la fin du siècle adoptera ces nouvelles normes d’une promenade familiale, dans le cadre d’un parc public ou de la nature, comme antithèse au cabaret et à l’ivrognerie92. Le chemin est ainsi tracé qui conduit vers la promenade dominicale du XXe siècle au sein du monde populaire, imitant le modèle de la bourgeoisie et exhibant ses valeurs, telles qu’ordre, bonnes moeurs, sobriété, bonne éducation des enfants... Finalement, il nous semble que la disparition de cette forme spécifique de la promenade du peuple au milieu du XIXe siècle a plus contribué à la disparition du caractère social de la promenade, que l’apparition de la voiture qui mettra un terme à la promenade mondaine93.

Notes

1 Le Monde, 10 août 2001.

2 Il suffit de consulter les récits de voyage. La promenade apparaît alors comme un des critères principaux du jugement que le voyageur porte sur la ville visitée.

3 Voir, pour le XVIIIe siècle, D. Rabreau, « La promenade urbaine en France aux XVIIe et XVIIIe siècles : entre planification et imaginaire », dans M. Mosser, G. Teyssot, Histoire des jardins de la Renaissance à nos jours, Paris, Flammarion, 1991, p. 301 sq. ; et pour le XIXe siècle, A. Montadon, « Une pratique sociale/Lieu de mémoire : la promenade », dans Francia, 25/2, 1998, p. 49 sq., et R. Fortassier, « La Promenade du Grand Monde dans la Comédie Humaine », dans A. Montadon (dir.), Promenades et écriture, Clermont-Ferrand, CRLMC, 1996, p. 75-92.

4 K. G. Schelle, L'art de se promener, Paris, Payot & Rivages, « Petite Bibliothèque », 1996, p. 32. (Il s’agit de la traduction de l’ouvrage Vie Spatziergänge oder die Kunst spatzieren zugehen, 1802).

5 S. Voilquin, Souvenirs d’une fille du peuple ou la Saint-Simonienne en Égypte, Paris, Maspero, « Actes et mémoires du peuple », p. 152.

6 Émile Zola, La fortune des Rougon, Paris, Livre de poche, 1979, p. 58 à 59. À en croire F. Roux-Alpheran (Les rues d’Aix, 1846, t. II, p. 126), il s’agirait déjà d’une certaine conquête du peuple de cette ville car sous l’Ancien Régime, il était entièrement exclu de la promenade sur le Grand Cours.

7 F. Debie, Jardins des capitales. Une géographie des parcs et jardins publics de Paris, Londres, Vienne et Berlin, Paris, CNRS, 1992, p. 16.

8 Cité dans ibid., p. 60-61.

9 Paris pittoresque, no 1, 1837

10 Ordonnance de sa Majesté concernant la promenade du Bois de Vincennes, 12 mai 1729 ; cité dans Ville de Paris, Commission du Vieux Paris, 1929, Le Bois de Vincennes. Promenade parisienne, par p. Champion (Arch. de la Préfecture de Police, Paris, Eb 73)

11 Vie publique et privée des Français, à la ville, à la cour et dans les provinces depuis la mort de Louis XV jusqu'au commencement du règne de Charles X, pour faire suite à la « Vie privée des Français » de Le Grand d'Aussy, par une société des gens de lettres, Paris, 2 vol. , 1826 ; t. I, p. 278. Le peuple de Paris semble avoir « conquis » ces lieux de promenade déjà pendant la période mouvementée qui précède le 14 juillet. Le dimanche 12 juillet, il se trouve aussi bien à l’intérieur du jardin du Palais Royal que dans celui des Tuileries. Exposition de la Bibliothèque et des travaux historiques de la Ville de Paris, Paris, p. Dupont, 1911, p. 9.

12 Arch. de la Préfecture de Police, Eb 53, Paris pittoresque, no 1, 1837. Voir aussi la chanson de Béranger, « Requête présentée par les chiens de qualité pour obtenir qu’on leur rende l’entrée libre au Jardin des Tuileries » (juin 1814), citée dans La Chanson française. Béranger et son temps, introduction, commentaires et notes explicatives par p. Brochon, Paris, Éditions sociales, 1956, p. 48-49.

13 L. Andriès, « Cuisine et littérature populaire », dans Dix-huitième Siècle, no 15, 1983, p. 45. Voir aussi l’exemple d’une fête à Montigny, à laquelle se rend Ménétra. J.-L. Ménétra, Journal de ma vie. Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier parisien au XVIIIe siècle, présenté par D. Roche, Paris, Montalba, 1982, p. 149.

14 Vie publique..., op. cit., t. I, p. 280.

15 L.-S. Mercier, Le Nouveau Paris, Paris, Fuchs-Cramer, an VII (1799), t. III, p. 183-185.

16 Vie Publique. op. cit., t. I, p. 329 ; p. 336.

17 Ménétra va ainsi au château de Meudon et à Saint-Cloud. Op. cit., p. 233 ; p. 234.

18 Chambre de Commerce de Paris, Statistique de l’industrie de Paris, 1851, p. 70.

19 Voir ainsi G.-A. Langlois, « Les charmes de l’égalité, éléments pour une urbanistique des loisirs publics à Paris de Louis XV à Louis-Philippe », dans Histoire Urbaine, no 1, juin 2000, p. 7-24, qui évoque ce brassage. L’auteur, selon nous, ne tient pas assez compte des stratégies temporelles des élites afin d’éviter justement ce brassage social.

20 J. S-L. Ménétra, op. cit., p. 219 ; p. 230. Sébastien Mercier (Tableau de Paris, op. cit., t. VIII, 1783, p. 92) confirme l’affluence populaire sur les Champs-Elysées les dimanches et jours de fête.

21 L. Prudhomme, Miroir historique, politique et critique de l’ancien et du nouveau Paris et du département de la Seine, 3e édition, 6 vol. , Paris, Prudhomme fils, 1807 ; t. I, p. 253.

22 La Grande Ville. Nouveau Tableau de Paris, 2 vol. , Paris, Maresq 1844 ; t. I, p. 294.

23 Pour l’histoire des Grands Boulevards : B. Landau, CL. Monod, Ev. Lohr, Les Grands Boulevards. Un parcours d’innovation et de modernité, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, « Paris et son Patrimoine », 2000. On peut regretter cependant que les auteurs aient négligé l’aspect social de la promenade sur les boulevards.

24 Eléonore de Vaulabelle, « Le dimanche à Paris », dans Nouveau tableau de Paris au XIXe siècle, 7 vol. , Paris, Bechet, 1834-1835 ; t. II, p. 44-45.

25 Paul de Kock, « Les boulevards », dans Petits tableaux de mœurs, Paris, Barba, 1842, p. 196.

26 Selon La Vie publique..., op. cit., t. I, p. 322, certains dimanches on aurait dénombré vingt mille personnes en attendant l’entrée chez Nicolet.

27 Arch. de la Préfecture de Police, Eb 5. La Ville de Paris, 20 décembre 1880.

28 Guide des Promenades, Paris, Paulin et Lechevalier, 1855, p. 82.

29 Ce que confirment d’autres témoignages selon lesquels les spectacles le dimanche sont d’un niveau inférieur pour plaire à un public populaire. L.-S. Mercier, Tableau de Paris, nouv. éd., corrigée & augmentée, 12 vol. , Amsterdam, 1782-1788 ; t. IV, p. 163.

30 J.-B.-Auguste D’aldeguier, Le flâneur, galerie pittoresque, philosophique et morale de tout ce que Paris offre de curieux et de remarquable... par un habitué du boulevard de Cand, Paris, Boucher, 1826, p. 195.

31 G.-A. Langlois, art. cit., p. 12.

32 F. Gasnault, Guinguettes et Lorettes. Bals publics et danse sociale à Paris entre 1830 et 1870, Paris, Aubier, « collection historique », p. 195 à 196.

33 Voir les exemples de Dijon et d’Aix-en-Provence, que nous venons de citer.

34 L.-S. Mercier, Tableau..., op. cit., t. V, 1783, p. 162.

35 L.-E. Vigée-Lebrun, Souvenirs de..., Notes et Portraits, 1755-1789, Paris, Fayard, s.d., p. 30. N’oublions pas que le peuple de Paris, artisans et compagnons, fêtent la « Saint-Lundi », jour chômé traditionnellement par le monde du travail parisien. Or cette fête peut se prolonger aux jours suivants, mardi, voire mercredi, alors que le jeudi semble être consacré au travail. Voir, à ce propos, R. Beck, « Un rythme de temps spécifique du monde ouvrier des villes : la Saint-Lundi en France », dans colloque Les Rythmes de la Lille (XVIe-XIXe siècles), Lyon II, 28 et 29 avril 2000, actes à paraître.

36 p. de Kock, « Le dimanche à Paris », La Grande Ville, op. cit., p. 226.

37 Ibid., p. 225.

38 H. de Balzac, fille aux yeux d’or, Paris, GF-Flammarion, 1988, p. 230-236.

39 p. Gallet, Première Promenade d’un solitaire provincial, depuis le faubourg Saint - Honoré jusqu'au palais du Trtbunat, Paris, Fuchs, an X (1801), p. 27-28. À l’époque de Balzac, quand l’entrée au jardin des Tuileries est de nouveau réglementée et interdite à une certaine partie du peuple, l’allée centrale revient à la mode pour les « gens du monde », au moins à certaines saisons, et surtout certains jours, voire certaines heures. R. Fortassier, art. cit., p. 81.

40 D. Stern (Mme d’Agoult), Mémoires, souvenirs et journaux, Paris, Mercure de France, 1990, p. 112-113.

41 L. Prudhomme, op. cit., t. I, p. 253.

42 A. Martin-Fugier, La vie élégante ou la formation du Tout-Paris, 1815-1848, Paris, Fayard, 1990, p. 325.

43 Ibid., p. 326.

44 Guide des Promenades..., op. cit., p. 65.

45 T. Delord, « La Parisienne », Les Physiologies parisiennes, Paris, Aubert & Cie, Barton, 1850, p. 2-3.

46 Guide des promenades.op. cit., p. 120.

47 M. Larrere, « Les fêtes politiques de Juillet », Les Grands Boulevards..., op. cit., p. 193-196.

48 Nous suivons ici M. Agulhon, Les Quarante-Huitards, Paris, Gallimard, « Archives », 1992, p. 39-45.

49 Le Palais-Royal, le boulevard du Temple et le jardin des Tuileries jouent déjà un rôle important sous la Révolution. Voir la journée du 12 juillet 1789 (Palais-Royal et Boulevard du Temple ; du 20 septembre 1792 (jardin des Tuileries). À plusieurs reprises, L’Argus du Palais-Royal, des Tuileries, des Champs-Elysées, des Boulevards... condamne les pressions que les Jacobins exercent sur le gouvernement à partir de rassemblements au jardin des Tuileries. Voir, à titre d’exemple, les numéros 4, 20 messidor, an V (8 juillet 1797), et 10, 20 thermidor, an V (7 août l797).

50 Voir les divers documents dans les Arch. de la Préfecture de Police, Da 221 à Da 223.

51 Les archives de la Préfecture de Police de Paris n’en ont gardé que les placards séditieux et injurieux à partir de 1880 ; mais suivant l’exemple d’autres villes où les « colleurs » de ces affiches préfèrent les promenades publiques, on peut s’imaginer le même exemple pour Paris. Pour les années à partir de 1880, on peut cependant constater un changement de géographie de l’affichage : alors que des affiches royalistes sont toujours affichées sur les boulevards et dans les « beaux quartiers », les affiches révolutionnaires se trouvent surtout dans les quartiers populaires, et plus sur les « grandes » promenades du Centre et de l’Ouest de la capitale, preuve de la désaffectation de ces promenades par le peuple de Paris.

52 « On sait que la politique et le café sont les deux grands besoins du flâneur parisien qu’il sorte des profondeurs du Marais ou des hauteurs du quartier Breda... », cité dans Guide des promenades..., op. cit., p. 87. À propos de l’importance que possèdent les promenades pour y nouer des intrigues ou ourdir des complots, voir R. Fortassier, art. cit., p. 87.

53 Guide des Promenades..., op. cit., p. 29.

54 Voir, à ce sujet, R. Beck, L'Histoire du Dimanche, de 1700 à nos jours, Paris, Éd. de 1'Atelier, Patrimoine », 1997, p. 224-229.

55 F. Perennes, De l’institution du dimanche, considérée dans ses harmonies avec les besoins de notre époque, Paris, Sagnier et Bray, 1845, p. 83 ; P.-J. Proudhon, De l’utilité de la célébration du dimanche, considérée sous les rapports de l’hygiène publique et de la morale, des relations de famille et de cité, Besançon, Bintot, 1839, p. 58.

56 Th.-H. Barrau, Conseils aux ouvriers sur les moyens qu'ils ont d’être heureux, Paris, Hachette, 1850, p. 69 ; p. 170.

57 Abbé J.-I. Mullois, Le Dimanche au Peuple, Paris, Douniol frères 1854, p. 37-39.

58 A. Audiganne, Les Populations ouvrières de la France dans le mouvement social du XIXe siècle, 2 vol. , Paris, Capelle, 1854 ; t. I, p. 54.

59 G. Boué, Les squares et jardins de Paris. Le Bois de Boulogne, Paris, 1865, p. 16.

60 M. Nadaud, Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, éd. établie par M. Agulhon, Paris, Hachette, 1976, p. 465. Au sujet de l’ivrognerie populaire, voir les pages qu’A. Cottereau lui a consacrées dans sa préface de D. Poulot, Question sociale, Le sublime, ou le travailleur comme il est en 1870 et ce qu'il peut être, Paris, Maspero, « Actes et mémoires du peuple », 1980.

61 Le thème de la fatigue s’impose à cette époque dans le discours hygiéniste. Voir A. Rabinbach, « L’âge d’or de la fatigue : énergie et fatigue à la fin du XIXe siècle », dans Urbi, no II, 1979, p. 33-48

62 F. Debie, op. cit., p. 65.

63 Ibid.

64 Ibid., p. 187.

65 Ibid., p. 172.

66 A. Riant, Hygiène du foyer, Paris, Hachette, 1867, p. 25.

67 Ch. Robert, Les améliorations sociales du Second Empire, Paris, Hachette, 1868, t. I, p. 20.

68 Cirés, La construction des jardins publics à Paris sous le Second Empire (1852-1870). Étude de l'aménagement d'un nouvel espace de la sociabilité urbaine, mémoire de maîtrise, dir. A. Corbin, Université de Tours, 1985, p. 33.

69 Déjà à la fin de l’Ancien Régime, on considère ces effluves pestilentielles en provenance de Montfaucon comme un fait insupportable pour les habitants de la capitale. M. Thouret, Rapport sur la voierie de Montfaucon, lu dans la séance de la Société royale de médecine du 11 novembre 1788, Paris, Annales d’agriculture, s.d.

70 C. Deslys, Les Buttes-Chaumont, Paris, Marpon & Flammarion, 1890, p. 1-2.

71 L. Chevalier, Classes laborieuses et Classes dangereuses, Paris, Pluriel, 1984, p. 163.

72 G. Boué, Les Squares et jardins de Paris. Les Buttes-Chaumont, Paris, Hennuyer, 1878, p. 7-8.

73 G. Jacquemet, Belleville au XIXe siècle, du faubourg à la ville, Paris, EHESS, 1984, p. 139.

74 E. Pairaud de Bousse, Les Buttes Saint-Chaumont, 1830-1815-1867, Paris, chez l’auteur, 1867, écrit à cette occasion un poème dont la dernière strophe représente un véritable éloge au Second Empire :
« Pour le peuple formé, parc unique au monde,
Qu’envîront les merveilles enfantées par les rois,
Tu attestes la force, la puissance féconde Du règne triomphale de Napoléon III ».

75 F. Debie, op. rit., p. 180-181.

76 Ibid., p. 153.

77 Parc des Buttes Saint-Chaumont. Guide du promeneur, par M.L.D., ancien Magistrat, Paris, Librairie internationale, 1867, p. 12.

78 G. Boué, Les squares et jardins de Paris. Le Bois de Boulogne, op. cit., p. 16.

79 Il y existe même une « allée des pendus », avec un arbre qui possède la préférence des candidats à la pendaison. Ville de Paris, Commission du Vieux Paris, 1929, Le Bois de Vincennes. Promenade parisienne, par P. Champion. Après l’aménagement du bois de Vincennes, les suicidaires se dirigent vers... les Buttes-Chaumont où un pont, à soixante mètres au-dessus d’un ravin, devient leur lieu de prédilection. Il s’agit alors souvent d’une véritable mise en scène, avec un attroupement de badauds, cherchant à faire changer d'avis le candidat, avant que ce dernier ne se précipite du pont devant une foule effrayée. Arch. de la Préfecture de Police, EB 5. Lectures pour tous, août 1906

80 Moniteur Universel, 29 décembre 1865.

81 Arch. de la Préfecture de Police, Eb 73. Corps législatif, session de 1860. Projet de loi relatif à la cession du bois de Vincennes à la ville de Paris, 22 juin 1860.

82 J.-M. Derex, Histoire du Bois de Vincennes. La forêt du roi et le bois du peuple de Paris, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 199.

83 La Ville de Paris, 4 avril 1883.

84 A. Achard, « Les Bois de Boulogne, les Champs-Elysées, le Bois et le château de Vincennes », dans Paris, Guide par les principaux écrivains et artistes de la France, 2e partie, La Vie, Paris, Librairie internationale, 1867, p. 1256-1257. Le pique-nique, forme économe de ravitaillement lors de promenades ou d’excursions, reste populaire au sein de milieux ouvriers, si l’on en croit les exemples collectionnés par Le Play et ses disciples : le compositeur-typographe de Paris (1861), l’ébéniste parisien de haut luxe (1891)...

85 Ouvriers des Deux Mondes, 2e série, no V, 1895, ébéniste parisien de haut luxe, 1891, p. 65.

86 Paul de Kock, « Les boulevards de la Porte Saint-Martin à la Bastille », dans Paris, Guide par les principaux écrivains..op. cit., p. 1282.

87 E. Gourdon, Le Bois de Boulogne, Paris, Librairies nouvelles, 1861, p. 70.

88 Ibid., p. 76.

89 A. Achard, art. cit., p. 1249. Cette image d’une démocratie des promenades parisiennes, suite aux aménagements du Second Empire, se retrouve aussi au sujet des squares : les auteurs, tels qu’E. André, chef jardinier de la ville de Paris, souligne de façon incessante la différence avec Londres, où ces petites promenades sont réservées à l’utilisation privée, alors qu’à Paris, elles sont à la disposition de toutes les classes. E. André, « Les jardins de Paris », dans Paris Guide par les principaux écrivains..., op. cit., p. 1205.

90 Au sujet des jardins publics dans les villes de province : L.-M. Nourry, Les jardins publics en province. Espace et politique au XIXe siècle, préface d’A. Corbin, Rennes, Presse universitaires de Rennes, « Art & Société », 1997.

91 F. Debie, op. cit., p. 182.

92 La CGT publie en 1912 une image de propagande montrant une famille ouvrière en pleine nature, dans sa lutte conte l’alcoolisme au sein de la classe ouvrière. Confédération nationale du Travail, XVIIIe Congrès national corporatif, Le Havre 1912, Le Havre, L’Union, 1912. La social-démocratie allemande recommande également aux ouvriers des promenades à la campagne pour éviter le danger du cabaret. C. Grottewitz, Sonntage eines großstädtischen Arbeiters in der Natur, Berlin, Vorwärts, 1906.

93 A. Montadon, art. cit., p. 49.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search