Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Loisirs et santé du populaire face aux maux de la ville

Topographie sociale et environnement à Charleroi (fin xviiie-début xixe siècles)

Isabelle Parmentier

Texte intégral

  • 1 J. Flchefet, Charleroi. Étude de géographie urbaine..., p. 40.
  • 2 On trouvera les références aux vues et représentations cartographiques du site dans M.-A. Arnould, (...)

1Avant la seconde moitié du XVIIe siècle, Charleroi n'est rien. Son nom même n'existe pas. Le site sur lequel seront établies, en 1666, une forteresse d'abord, puis progressivement une ville, est occupé par une humble localité (Charnoy) qui compte à cette époque environ 350 villageois1. Leurs habitations, qui seront en grande partie détruites pour l'établissement de la citadelle de Charleroi-un nom donné en hommage à Charles II, roi d'Espagne -, forment un îlot dans le paysage éminemment champêtre et forestier qu'offre ce plateau surplombant la Sambre, à quelque cinquante kilomètres au sud de Bruxelles2.

  • 3 H. Hasquin, Une mutation : le « Pays de Charleroi ».., passim.
  • 4 Ibid., p. 268.
  • 5 Ibid. Voir aussi J.-L. Delaet, « Genèse d’un réseau urbain »..., p. 401-425.

2La croissance de la localité, tant démographique qu'urbanistique, sera rapide, et à l'aube du XIXe siècle, la métamorphose est accomplie. En moins d'un siècle et demi, Charleroi est devenue la sous-préfecture du département de Jemappes, un chef-lieu d'arrondissement, le siège d'un tribunal de première instance et de divers bureaux de l'administration civile et militaire. L'industrie y est florissante : des sociétés charbonnières, des verreries, des usines métallurgiques et textiles - pour ne citer que les plus importantes - ont pris place, en nombre, dans l'économie et dans le paysage urbains3. En 1801, on recense dans la ville 3744 habitants4. Le chiffre peut sembler maigre par rapport au retentissement économique de celle qui s’imposera comme la capitale du « pays noir », mais, comme l'a souligné Hervé Hasquin, l'importance de Charleroi ne vient pas tant de la population de la ville à strictement parler, mais plutôt du véritable phénomène de conurbation dont elle va être le centre, créant une vaste agglomération industrielle qui atteindra 23360 habitants en 18015.

  • 6 C. Bruneel, « Les pouvoirs publics »..., p. 59-85. Cimetières, installations de boucheries, propret (...)

3Ville neuve, créée de toutes pièces, ses premières pierres ont été posées à la fin du XVIIe siècle, mais son visage urbain ne s'est réellement modelé qu'au cours du siècle des Lumières. On pouvait donc espérer qu'au terme de celui-ci, Charleroi offrirait le visage d'une ville moderne et « policée », faisant l'impasse sur les hésitations et les ombres médiévales en matière d'hygiène et de salubrité publiques. En effet, le XVIIIe siècle marque une avancée visible, une nette progression dans la prise en main, par les autorités publiques, de ces problèmes. Non seulement les édiles locaux légifèrent sur le sujet et investissent des deniers pour améliorer la situation, mais on relève également des interventions du gouvernement central en la matière6.

LE CADRE DE VIE

  • 7 Pour plus de détails concernant la topographie économique et sociale de Charleroi, on se rapportera (...)
  • 8 Ministère des Finances. Administration du Cadastre (Mons), Archives, [Plan cadastral de Charleroi], (...)
  • 9 Auparavant : 2 400 membres de la garnison à l'époque de sa création, 3 628 lors du siège de 1693 sa (...)
  • 10 M.-A. Arnould, « Charleroi »..., p. 85-89.
  • 11 Cette obligation provoqua de nombreux heurts entre la population et les autorités civiles et milita (...)

4Quelle cité ? Quel(s) espace(s) ? Quel environnement fut celui de la population carolorégienne, à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècles ? Comme en témoigne la carte no 1, Charleroi se structure en quatre entités dont nous présentons ici les traits majeurs7 ; des entités administratives ancrées dans une réalité géographique : La « Ville Haute », perchée sur le plateau, est le quartier de la citadelle. Il comprend, outre des bâtiments militaires tels que, dès l'origine, des magasins à poudre, l'arsenal ou, après 1816, l'hôpital militaire, quelques maisons d'habitations et des édifices publics — chapelle et église (1722), école, halle aux grains, palais de justice (1803), prison...8. Ce quartier abritait essentiellement la garnison lorsque la ville faisait office de place d'armes. Charleroi a hébergé - de façon intermittente en fonction de ses activités militaires - plusieurs milliers de soldats, soit un chiffre supérieur à celui de la population civile : 8 000 militaires en 1817 pour une population d'environ 4 400 habitants9. Ces soldats étaient logés dans les bâtiments construits à cet effet aux abords de la place de la Ville Haute10 et chez les particuliers, soumis à cette obligation, où des chambres devaient être aménagées à cet effet11.

  • 12 A.V. Ch., Registre contenant la population du canton de Libre-sur-Sambre..., an IV ; AGR, J.A.A.S.,(...)
  • 13 AGR, Commissariat général civil, no 290 : Fortifications, bâtiments militaires et endiguements, Mém (...)

5Cependant ce quartier va peu à peu perdre cette composante militaire et administrative quasi-exclusive pour accueillir une population et des activités économiques plus diversifiées, surtout après le démantèlement de la citadelle décidé au lendemain de la guerre de succession d'Autriche en 1747. Quelques commerces vont s'y installer, notamment l'hôtellerie, activité proscrite de cet espace jusqu'alors puisque les étrangers ne pouvaient demeurer de nuit au cœur de la citadelle. Mais aussi des offices de notaires et d’avocats, et des industries telles que des manufactures de tabac, d'étoffe, de laine, des raffineries de sucre et des savonneries12, et même des exploitations minières13. Toutefois, plusieurs de ces activités devront être arrêtées à la suite de la construction de la nouvelle forteresse en 1816.

  • 14 Rapporté par H. Hasquin, Une mutation : le « Pays de Charleroi »..., p. 284. En Grande-Bretagne, co (...)
  • 15 Conseil du Gouvernement Général, no 848/1 : Pestes et maladies épidémiques, Dossier relatif à la ma (...)

6Après la vente des biens militaires en 1782, de nombreux ouvriers et mineurs des manufactures et des sociétés houillères de la Ville Haute et du Faubourg tout proche vont investir les lieux. En effet, les casernes seront réaffectées en habitations, subdivisées en logements multiples à l'allure parfaitement identique, qui seront « loués par des pauvres gens et principalement par des veuves (...) et des ouvriers travaillant aux fabriques »14. Cette opération immobilière ne s'étant pas accompagnée de la mise en place d'infrastructure adéquate, telle que des latrines (privées ou publiques), ce quartier, devenu populeux, sera désigné par le corps médical comme un des plus malpropres de la ville. Il devint, en 1787, le foyer de la dernière épidémie (diphtérie) que connût la région sous l'Ancien Régime15.

  • 16 Famille d'industriels notoires originaire de la prévôté de Clermont-en-Argonne (H. Hasquin, Une mut (...)
  • 17 P. Moureaux, éd., La statistique industrielle..., t. 1, p. 701-703.
  • 18 E. Devreux, « Le couvent des Capucins à Charleroi », dans D.R.C., t. 38, p. 223-237 ; R. Collin, «  (...)

7La « Ville Basse » prend place dans la plaine alluviale, sur la Sambre. Constituée par l'avancée méridionale des fortifications, elle se peuple plus tardivement que la Ville Haute. C'est là que l'on trouve un des grands complexes industriels de Charleroi (ensemble de moulin-fenderie-platinerie- « maka » [marteau]-fabrique d'armes qui appartient, à partir de 1737, aux Desandrouin16), des commerces (brasseries, boucheries...), quelques manufactures (tabac, étoffe, laine...), des fabriques de fer et de clous - occupant plus de sept cents ouvriers en 1764 à en croire le dénombrement des industries réalisé à cette époque17 -, mais aussi le bureau de recette de la gabelle et des « espaces verts ». C'est à cet endroit que s'est implantée la seule communauté religieuse présente à Charleroi : le couvent des Capucins (soit 23 religieux en 1784), transformé en école secondaire en 180418.

  • 19 J. Fichefet, Charleroi. Étude de géographie urbaine..., p. 91.

8Le quartier est fréquemment soumis aux inondations, les crues déposent sur les rues le charbon stocké sur les rives de la Sambre. Il faut attendre les importants travaux d'assainissement et la promotion administrative de Charleroi, à la fin du XVIIIe siècle, pour que juge et avocats viennent s'y installer19.

  • 20 M.-A. Arnould, « Charleroi »..., p. 99.
  • 21 Concernant ces industriels, voir H. Hasquin, Une mutation : le « Pays de Charleroi »..., p. 100-114
  • 22 Voir les différents recensements de population cités en bibliographie.

9Entre ces deux entités, sur l'abrupt, se situe « l'Entreville ». C'est la zone la moins peuplée, celle du second complexe industriel de la ville (moulin, fenderie de la rive gauche de la Sambre « dite des Puissant »), Y ont pris place une fonderie de cuivre, des brasseries, des tanneries, des salines, une fabrique de clous, un four à chaux... Quelques bâtiments militaires ont également été construits dans ce quartier. À l'Est, on pouvait admirer, du moins jusqu'au milieu du XVIIIe siècle, les jardins classiques « à la française » du gouverneur militaire de la place20. Dans la Ville Basse et l'Entreville demeure l'élite, une élite strictement composée jusqu'à l'aube du XIXe siècle de quelques bourgeois industriels (Chapel, Puissant...21) logeant aux portes mêmes des usines qui font leur fortune22. Deux des trois médecins, ainsi que tous les pharmaciens, que comptait la ville en 1796 y avaient également élu domicile. À cette époque, on y rencontrait aussi l’architecte et le juge de paix. Ce sont les quartiers les plus mixtes de la ville, à la topographie sociale la plus diversifiée, au paysage urbain contrasté, mêlant dans un périmètre restreint (2 à 3 km2) grosse industrie, habitations privées, fortifications militaires, bâtiment religieux, espaces d'agrément, cours d'eau...

  • 23 H. Hasquin, Une mutation : le « Pays de Charleroi »..., p. 257.
  • 24 Ibid., p. 292 ; J.-L. Delaet, « Genèse d'un réseau urbain »..., p. 423.

10Enfin, au Nord, se situe le « Faubourg ». Le territoire du Faubourg fait intégralement partie de la ville de Charleroi, même s'il se situe hors des fortifications originelles. Il dispose des mêmes privilèges que les trois autres entités. Sous le régime hollandais, la nouvelle forteresse en intègre une partie non négligeable. En 1796, le Faubourg comptait 1224 habitants, soit 34 % de l'ensemble des Carolorégiens23. La population qui s'est établie, dès l'origine, dans le quartier est très homogène : il s'agit des ouvriers aux salaires les plus bas, cloutiers et houilleurs, travaillant dans cette zone industrielle et minière24. Les noyaux d'habitat correspondent à l'emplacement des puits d'extraction de houille. La verrerie a, de même, investi le Faubourg particulièrement bien desservi par les voies de communication et à portée de main du combustible nécessaire. De larges espaces destinés aux cultures sont également présents dans le paysage.

  • 25 AGR, J.A.A.S., no 1171 : Ville de Charleroi. Affaires financières en général. Cadastre de Charleroi (...)
  • 26 G. Dansaert, « Faire son chemin »..., p. 3-117.

11On ne sera donc pas étonné d’y trouver de nombreuses habitations qualifiées, en 1769, de « maisonnettes » ou « petites maisons » (contrairement aux autres entités de la ville où il n'est pas rare de rencontrer une « maison en deux demeures », voire en « trois demeures »)25. Malgré la présence, entre ces modestes habitations, de fosses à houille, de la décharge publique de la Broucheterre, de plusieurs verreries et autres usines, c’est là qu’a été bâtie la résidence d'été du vicomte Desandrouin, dont on sait la réussite26. Sans doute ne s’y est-il pas trompé : en regard du reste de la ville, cet espace est probablement le plus paisible.

L'ÉQUIPEMENT URBAIN : EAUX ET ARBRES

  • 27 M.-A. Arnould, « Charleroi »..., p. 90.

12Dans les premières années de la ville, au moins trois puits avaient été mis en service à la Ville Haute, pour subvenir aux besoins de la population militaire et civile27. La Ville Basse et l'Entreville utilisaient directement l'eau de la Sambre et celle des biefs construits à des fins industrielles. La population y puisait l'eau nécessaire à ses besoins privés ou professionnels.

  • 28 Voir les mentions dans les comptes de la ville (AV Ch., Ancien Régime, CH 00.55.02 à CH 00.55.07 ; (...)
  • 29 Par exemple AV Ch., Ancien Régime, CH 00 55 05 : Compte de 1773, fol. 68.
  • 30 M.-A. Arnould, « Charleroi »..., p. 99.
  • 31 Un exemple de plainte suscitée par ce problème : Archives de l’État à Namur, Conseil provincial de (...)
  • 32 AV Ch., Administration, CH 01.01.03 : Ville de Charleroi. Conseil communal. Délibérations. 1830-183 (...)

13Au cours du XVIIIe siècle, les autorités n'entretiennent que deux puits publics en état de fonctionnement : l'un à la Ville Haute (« le puits publique dit d'Orléans »), l'autre à la Ville Basse28. Leurs préoccupations concernent avant tout le bon fonctionnement des pompes dont étaient équipés ces deux puits et qui permettaient de lutter contre les incendies29. Aucune fontaine ne fut installée à Charleroi, seul un jet d'eau décoratif agrémentait les jardins du gouverneur, à l'Entreville30. Cependant, d'autres puits existaient : des puits privés et des puits publics (par exemple le « puits dit Cassematte »), mais ils ne font l'objet que d'une attention sporadique. Il semble que la ville, et en particulier le Faubourg, ait été fortement démunie en la matière et la situation ira en s'aggravant : non seulement il n'y a pas de trace d'investissement de la part des autorités communales à ce niveau, mais de surcroît, à cause de l'extraction minière intensive, de l'approfondissement des houillères et des travaux d'exhaure, les puits s’asséchèrent31. En 1830, la population du Faubourg fut d'ailleurs exemptée de la taxe du « chaussiage » parce que ses habitants devaient « employer des chevaux et voitures pour se procurer l'eau nécessaire à leurs besoins domestiques »32.

  • 33 Exemples : Bruxelles (M. Van Nimmen, « Aperçu de l’alimentation de Bruxelles en eau potable »..., p (...)
  • 34 Dans certaines régions (ex. Périgueux), le système d'adduction d'eau était peu développé parce que (...)

14D'autre part, au cours du XVIIIe siècle, se mettent en place les premiers réseaux de distribution d'eau. Non pas des réseaux conçus délibérément par des ingénieurs ou des techniciens hydrauliques - comme ce sera alors généralement le cas dans la seconde moitié du XIXe siècle -, mais des réseaux se créant de facto par concessions de prises d'eau sur des conduites publiques, accordées à des particuliers par les édiles urbains33. Rien de tel ne se dessine à Charleroi. L'adduction d'eau est un domaine dont ne s'est pas préoccupée l'autorité communale : ni les comptabilités urbaines, ni les délibérations, ni les contrats d'adjudication de travaux d'entretien n'en font mention34. Il y a donc là un grand décalage entre la situation carolorégienne (quartiers populeux, mais aussi les quartiers à population mixte) et celle d'autres localités de Belgique à la même époque.

  • 35 Voir les mentions dans les comptes de la ville (AV Ch., Ancien Régime, CH 00.55.02 à CH 00.55.07 ; (...)

15Par contre, l'évacuation des eaux usées et des eaux de pluie fit, elle, l'objet de multiples attentions. La ville est, dès le XVIIe siècle, dotée d'un égout principal (la « saiwe ») partant de la place de la Ville Haute et descendant jusqu'à la Sambre (le relief fut évidemment un adjuvant en la matière). Tout au long du XVIIIe siècle, le « réseau » d'égouts s'étendit, desservant finalement de façon assez systématique de nombreuses rues de la ville (Ville Haute, Entreville et Ville Basse), à l'exception du Faubourg. Quelques raccordements privés voient le jour, appelés « jonction de saiwe dans celle de la ville », mais de façon fort restreinte35.

  • 36 Exemple : AV Ch., Administration, CH 01.03.01 : Ville de Charleroi. Collège échevinal. Arrêtes, 182 (...)

16L'espace vert, la verdure, envisagés comme un embellissement du cadre de vie et comme un « plus » dans la cité, est loin d'être une conception actuelle. Cette préoccupation, déjà ancienne, se traduit dans les villes par la création de jardins ou de parcs publics, par l'aménagement de promenades, par des plantations ornementales sur les places publiques ou encore, tout simplement, par les guirlandes de branchages que la population était invitée à placer à ses fenêtres lors de visites de dignitaires dans la ville36.

  • 37 Voir notamment le plan en relief de la ville, datant de 1696 (vues reproduites dans M.-A. Arnould, (...)

17Avec son cordon de remparts, Charleroi va de ce fait se doter d'une ceinture verte : des arbres plantés sur les fortifications, des rangées de plantations touffues destinées à dissimuler les casernes aux assaillants constituèrent des zones de verdure pénétrant sans interruption jusque dans les espaces habités37.

  • 38 AV Ch., Ancien Régime, CH 00.55.03 : Compte de 1751 ; et suivants.
  • 39 J. Everard, Monographie..., p. 19-25.
  • 40 J. Fichefet, Charleroi. Étude de géographie..., p. 88.
  • 41 En les entourant d’une « amure ». Voir les nombreuses mentions dans les comptes de la ville (AV Ch. (...)

18À côté de cette végétation établie dans un but de dissimulation, on relève également des créations, des choix, faits par les autorités communales en vue d'embellir la ville par des espaces verdoyants. En effet, à partir des années 1750, des dépenses régulières furent effectuées par les édiles publics pour entretenir les plantations de la Ville Basse38 : l'entrée dans la ville fut agrémentée par deux rangées de saules et la place plantée de marronniers et de tilleuls (qui prit d'ailleurs le nom de Place Verte ; les derniers arbres furent abattus en 186139). En 1808, les ramparts détruits font place à une promenade offrant un agréable panorama sur la vallée de la Sambre : la « Belle-vue »40. Les autorités veillèrent à protéger ces plantations du vandalisme41.

  • 42 164 maisons avec jardin à Binche, 526 à Braine-le-Comte, mais par contre seulement 7 à Gosselies, l (...)

19Ces zones verdoyantes étaient sans doute les bienvenues pour une grande majorité des habitants de la ville car ils ne disposaient pas de jardin. À l’origine, quelques demeures, surtout de la Ville Basse, bénéficiaient de tels espaces, mais ceux-ci disparurent à cause de l’urbanisation et de l’industrialisation croissantes et lors de la construction de la forteresse hollandaise. En 1846, seules 56 maisons sur les 1189 répertoriées à Charleroi disposent d'un jardin d'agrément attenant42.

LES RELATIONS AVEC CET ENVIRONNEMENT

20Quelles relations la population entretenait-elle avec ce cadre de vie ? Grâce aux archives policières et judiciaires du début du XIXe siècle, une première approche de ce problème peut être esquissée pour la ville de Charleroi, mettant en lumière le type d’atteinte au milieu et la part active de certaines catégories sociales dans cette dégradation.

  • 43 Archives de l'État à Mons, Justices de paix et tribunaux de simple police, Charleroi, Tribunal de p (...)
  • 44 Le lieu du méfait n'est pas toujours spécifié. Dans ce cas, la commune de rattachement de l'agent d (...)
  • 45 Nous avons classé sous la catégorie « tranquillité » les questions de tapage nocturne.
  • 46 Un de ces prévenus est deux fois récidiviste.

21Cette petite délinquance relevait des tribunaux de simple police instaurés en vertu de la loi du 28 floréal an X (18 mai 1802). Les jugements rendus par « le tribunal de simple police siégeant à Charleroy » ont été en partie conservés. Pour la période précédant la Belgique indépendante, les dossiers couvrent les années 1811 à 182043, soit 214 affaires allant des propos calomnieux à l'utilisation de mesures prohibées ou au dépôt sauvage de cendres et fumiers sur la voie publique. Sur ces 214 affaires (mettant en cause 376 prévenus), la moitié concernent des infractions commises à Charleroi même44 ; les autres ont été perpétrées dans le reste du canton : à Marcinelle, Gilly, Jumet, Montignies-sur-Sambre ou ailleurs. Comme le montre le graphique 1, près de la moitié des délits commis (51) constituent ce que l'on pourrait appeler des atteintes au milieu. Nous les avons regroupés sous les termes « salubrité », « mobilité », « sécurité » et « tranquillité »45. Ces 51 dossiers concernent 63 prévenus46. Le juge de paix siégeant au tribunal de simple police prononça 47 condamnations et 16 acquittements.

22Dans ces 47 cas où l'acte posé a été reconnu comme illicite, quels ont été les chefs d'inculpation avancés ? En matière de salubrité, il s'agit de dépôts de cendres, d'immondices, d'excréments, de boues ou de fumiers sur la voie publique et de jets d'eau et d'ordures. La mobilité a été entravée pour ces mêmes raisons, mais également parce que l'on s'est permis d'effectuer des dépôts de terre, de charbon, de matériaux sur des espaces publics (rues, places), parce que certains ont utilisé des véhicules ou des chevaux dans des lieux où la circulation n'était que piétonnière (marché, « piessente »). Enfin ces condamnations concernent aussi des stationnements interdits. La sécurité du milieu a été mise en péril par les « divagations » de chiens, parfois enragés, le creusement d'excavations près des voies publiques, l'excès de vitesse (galop dans les rues). Fumer dans la halle aux grains fut également condamné. Enfin, la tranquillité publique a été troublée par des tapages nocturnes et des charivaris bruyants.

23Joseph Matthieu fut accusé de répandre des exhalaisons nuisibles, mais la « salive » de la ville étant bouchée, il fut acquitté. Thérèse Colbeau, Jean-Baptiste Barrez furent traduits devant le tribunal parce qu'ils avaient laissé voltiger des pigeons. Ayant démontré, témoins à l'appui, que les volatiles n'étaient pas à eux, l'acquittement fut prononcé dans les deux cas. Albert Radon et Jean-Baptiste Deltombe furent surpris par le garde-champêtre en train de faire sécher des « boulets de charbon » sur la place publique. L'officier de police dressa cependant un procès-verbal abusif car cet acte était autorisé. Jean-Pierre Loriaux fut accusé d'avoir jeté de l'eau sur un passant, mais la cause étant « noble » (éteindre un feu), il n'eut pas à subir les foudres du tribunal. Dans tous ces cas, et dans quelques autres pour lesquels il s'est agi d'erreurs sur la personne ou de plainte non fondée, l'acquittement a été prononcé.

24Le profil du condamné ? Un homme, presque deux fois sur trois (les femmes sont majoritaires dans les questions de salubrité et absentes des problèmes de sécurité et de mobilité), tel que le laisse voir le graphique 2. Le condamné est un voiturier ou un travailleur journalier dans 18 cas sur 47. On découvre également des marchands de grain et de charbon, ainsi que des négociants, pour ne citer que les principales professions représentées. Ils habitent en grande majorité la ville ou les faubourgs, parfois les villages des environs, rarement plus loin. L'âge moyen est de 38 ans.

  • 47 AV Ch., Administration, CH 01.20.01 : Ville de Charleroi. Conseil municipal. Délibérations, 1816-18 (...)

25Presque tous les méfaits, reconnus comme tels, dont la localisation précise dans la ville nous est donnée, se sont passés dans la Ville Basse : sur la place, la rue Puissant, la rue du Comptoir, l'ancien chemin vers Marchienne-au-Pont, la rue des Chaudronniers, la rue des Trois Pistolets, la rue de Marcinelle soit quasiment toutes les artères de ce quartier de la ville. Ou dans les rues de Dampremy, de la Montagne, des Fours situées, elles, à l'Entreville. La Sambre ou le rivage entre ces deux quartiers ont également été le lieu de plusieurs délits. Presque aucune infraction n'est sanctionnée dans la Ville Haute ou dans le Faubourg. Le garde-champêtre en charge de constater ce type d’infractions ne s’aventurait sans doute pas si loin, par manque de temps ou par négligence. En 1816, les autorités carolorégiennes soulignent d’ailleurs « qu'un seul garde-champêtre est insuffisant en cette ville pour la surveillance des propriétés non bâties et des réglemens sur la police municipale »47.

EN GUISE DE CONCLUSION

26Charleroi, ville neuve, citadelle à l'origine, prend tôt l'allure d'une ville industrielle et populeuse. Mines, fabriques et industries la façonnent de toutes parts : dans les quartiers où le peuple se fait moins présent (la Ville Basse, l'Entreville), fenderies, platineries, « maka » prennent le relais (contrebalancés par quelques espaces verdoyants destinés sans doute, vu leur localisation, à l'élite bourgeoise). Là, par contre, où l'industrie est plus discrète (la Ville Haute), les modestes habitations de la populace et les bâtiments à usage public et militaire forment le paysage. Dans le Faubourg, fosses à houille, verreries et humbles demeures se côtoient.

27La cité carolorégienne accuse un net retard au niveau de l'infrastructure urbaine par rapport à d'autres localités belges de la même époque. Faciliter l'accès de la population à l'eau potable ne semble pas avoir été un objectif primordial des autorités publiques ; le Faubourg, où loge bon nombre d'habitants, souffre beaucoup de cette incurie. Toutefois, il serait inexact de conclure que les édiles ont négligé le paysage urbain et l'environnement de leurs administrés. L'existence de nettes préoccupations en matière d'espaces verts est à souligner, ainsi qu'une attention portée, au début du XIXe siècle en tout cas, à la répression des infractions en matière de salubrité, de sécurité, de mobilité et de tranquillité. Infractions qui sont surtout le fait de journaliers (et journalières) et de voituriers.

Carte no 1 : La ville de Charleroi au début du XIXe siècle d'après Archives de l'État à Mons, Collection de cartes et plans, Plans cadastraux, Série III Atlas parcellaires, no 175 : Charleroi, 1819.

Carte no 1 : La ville de Charleroi au début du XIXe siècle d'après Archives de l'État à Mons, Collection de cartes et plans, Plans cadastraux, Série III Atlas parcellaires, no 175 : Charleroi, 1819.

Graphique no 1 : Affaires portées devant le tribunal de simple police de Charleroi de 1811 à 1820 d'après Archives de l'État à Mons, Justices de paix et tribunaux de simple police, Charleroi, Tribunal de police, no 303-312 : Jugements, 1811-1820.

Graphique no 1 : Affaires portées devant le tribunal de simple police de Charleroi de 1811 à 1820 d'après Archives de l'État à Mons, Justices de paix et tribunaux de simple police, Charleroi, Tribunal de police, no 303-312 : Jugements, 1811-1820.

Graphique no 2 : Professions des condamnés pour « atteintes au milieu » à Charleroi, de 1811 à 1820 d'après Archives de l'État à Mons, Justices de paix et tribunaux de simple police, Charleroi, Tribunal de police, no 303-312 : Jugements, 1811-1820.

Graphique no 2 : Professions des condamnés pour « atteintes au milieu » à Charleroi, de 1811 à 1820 d'après Archives de l'État à Mons, Justices de paix et tribunaux de simple police, Charleroi, Tribunal de police, no 303-312 : Jugements, 1811-1820.

Bibliographie

Bibliographie

Sources

Archives de la Ville de Charleroi [=AV Ch.], Ancien Régime, Résolutions du Magistrat, 1779-1792 ; Administration, CH 01.01.03 : Ville de Charleroi. Conseil communal. Délibérations. 1830-1836 ; Ancien Régime, CH 00.55.02 à CH 00.55.07, Comptes de la ville, 1744-1789 ; Finances, CH 10.03.01 à CH 10.03.15, Comptes de la ville, 1796-1830 ; « Registre contenant la population du canton de Libre-sur-Sambre (...) achevé le 25 ventôse an IV » ; « Recensement de la population de la ville de Charleroy au premier janvier 1806 » ; « Recensement des habitants du Faubourg de Charleroy à l’époque du 13 décembre 1822 » ; « Recensement |de la population de la ville de Charleroi], janvier 1829 ».

Archives de l'État à Mons, Justices de paix et tribunaux de simple police, Charleroi, Tribunal de police, no 303-312 : Jugements, 1811-[1830] ; Collection de cartes et plans, Plans cadastraux, Série III Atlas parcellaires, no 175 : Charleroi, 1819.

Archives générales du Royaume [=AGR], Jointe des administrations et des affaires des subsides, no 1171 : Ville de Charleroi. Affaires financières en général, 1769-1772 ; Conseil du Gouvernement Général, no 848/1 : Pestes et maladies épidémiques, Dossier relatif à la maladie épidémique à Charleroi, Seneffe et Marche, 1788 ; Chambres des comptes, no 39811 à 39825, Comptes de la ville de Charleroi, 1709-1766.

Archives Nationales à Paris, F12 1624 : Statistique industrielle de 1811. Ems Occidental-Jemappes.

Ministère des Finances. Administration du cadastre (Mons), Archives, Plan cadastral et tableau indicatif primitif de Charleroi, ca 1834.

Moureaux (P.), éd., La statistique industrielle dans les Pays-Bas autrichiens à l'époque de Marie-Thérèse, t. 1, Bruxelles, 1974, p. 694-725 (Commission Royale d'Histoire, in-4°, 66).

Ministère de l'Intérieur, Statistique de la Belgique. Population. Recensement général. 15 octobre 1846, t. I, Bruxelles, 1849, p. 72 ; t. II, Bruxelles, 1849, p. 210.

Travaux

Arnould (M.-A.), « Charleroi », dans Plans en relief de villes belges levés par des ingénieurs militaires français — XVIIe-XVIIIe siècle, Bruxelles, 1965, p. 61-105.

Bruneel (C.), « Les pouvoirs publics, la médecine et la santé dans les Pays-Bas autrichiens », dans Etatisation et bureaucratie. Staatswerdung und Bürokratie. Symposion des Osterreichischen Gesellschaft zur Erforschung des 18. Jahrhunderts, sous la dir. de M. Csàky et A. Lanzer, Vienne, 1990, p. 59-85 (Behefte zum Jahrbuch der Osterreichischen Gesellschaft zur Erforschung des Jahrhunderts. Band 2).

Caroloregium Valde Concelebratur MDCLXVI-MCMLXVI. Bilan de trois siècles d'histoire locale, Charleroi, 1966 (notamment les contributions de M. Bruwier, R. Darquenne, A. Duchesne, A. Ledent et S. Brigode).

Crouzet (F.), « Naissance du paysage industriel », Histoire, économie et société, t. 16, 1997, p. 419-438.

Dansaert (G.), « Faire son chemin. Histoire de la famille Desandrouin », Documents et rapports de la Société repaie d'archéologie, d'histoire et de paléontologie de Charleroi, t. 42, 1937, p. 3-117

Delaet (J.-L.), « Genèse d'un réseau urbain : Charleroi 1750-1850 », dans Le réseau urbain en Belgique dans une perspective historique (1350-1850). Une approche statistique et dynamique. 15e colloque international, Spa, 4-6 septembre 1990. Actes, Bruxelles, 1992, p. 401-431 (Collection Histoire, série in-8°, no 86).

Everard (J.), Monographie des rues de Charleroi. Histoire locale, Charleroi, 1959.

Fichefet (J.), Charleroi. Étude de géographie urbaine, Charleroi, 1935.

Hasquin (H.), Une mutation : le « Pays de Charleroi » aux XVIIe et XVIIIe siècles. Aux origines de la Révolution industrielle en Belgique, Bruxelles, 1971.

Jacques (F.), « La population de Charleroi en 1780. Composition nominative des ménages. Classement par état social et emplois », Mémoires et publications de la société des sciences, des arts et des lettres du Hainaut, t. 82,1969, p. 89-143.

Parmentier (I.), « La pollution à Nivelles au XVIIIe siècle (1713-1795). Voirie et points d'eau », Le Folklore brabançon, no 284, 1994, p. 257-361.

Id., « Heures propres, heures sales : les autorités urbaines face à la pollution dans quelques villes belges du XVIIIe siècle », dans Actes du colloque « Rythmes urbains, XVe-XIXe siècles », Lyon, avril 2000 (à paraître aux Presses Universitaires de Lyon).

Van Nimmen (M.), « Aperçu de l'alimentation de Bruxelles en eau potable aux XVIIe et XVIIIe siècles », Cahiers bruxellois, t. 23, 1978, p. 35-47.

Notes

1 J. Flchefet, Charleroi. Étude de géographie urbaine..., p. 40.

2 On trouvera les références aux vues et représentations cartographiques du site dans M.-A. Arnould, « Charleroi »..., p. 76-80.

3 H. Hasquin, Une mutation : le « Pays de Charleroi ».., passim.

4 Ibid., p. 268.

5 Ibid. Voir aussi J.-L. Delaet, « Genèse d’un réseau urbain »..., p. 401-425.

6 C. Bruneel, « Les pouvoirs publics »..., p. 59-85. Cimetières, installations de boucheries, propreté des rues etc. retiennent l'attention du Conseil privé sous le régime autrichien et du Conseil de Gouvernement Général. L'enquête est en cours et le rôle de ces instances dans les questions de salubrité publique sera traité dans notre thèse de doctorat menée à l'Université catholique de Louvain sous la direction du Professeur Claude Bruneel.

7 Pour plus de détails concernant la topographie économique et sociale de Charleroi, on se rapportera à la minutieuse étude réalisée par Maurice-A. Arnould qui dresse le portrait de la ville au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles. Pour les XVIIIe et XIXe siècles, il n’y a pas d'étude similaire. Jean Fichefet, dans sa thèse de géographie urbaine, livre de nombreuses informations basées sur l'analyse de documents d'archives et de plans cadastraux. Voir aussi M. Bruwier, « La vie économique et sociale », dans Caroloregium..., p. 403-466. Une étude détaillée serait possible à partir des recensements de population de la ville de Charleroi conservés aux A.V.Ch. (auxquels nous n’avons eu accès que très récemment - septembre 2001) : « Registre contenant la population du canton de Libre-sur-Sambre [...] achevé le 25 ventôse an IV » ; « Recensement de la population de la ville de Charleroy au premier janvier 1806 » ; « Recensement des habitants du Faubourg de Charleroy à l’époque du 13 décembre 1822 » ; « Recensement [de la population de la ville de Charleroi], janvier 1829 ». Nous remercions M. J.-L. Delaet, archiviste de la ville de Charleroi, pour ses recherches.

8 Ministère des Finances. Administration du Cadastre (Mons), Archives, [Plan cadastral de Charleroi], Section B dite de la Ville Haute, lre feuille, ca 1834 ; M.-A. Arnould, « Charleroi »..., p. 89 ; S. Brigode, « L'architecture du passé », dans Caroloregium..., p. 249 ; R. Collin, « L'enseignement », dans Caroloregium..., p. 194-195 ; J. Fichefet, Charleroi..., p. 55.

9 Auparavant : 2 400 membres de la garnison à l'époque de sa création, 3 628 lors du siège de 1693 sachant qu'on dénombrera 1 350 habitants de droit deux ans plus tard, 2 800 soldats en 1746 alors qu'il y avait environ 2 000 carolorégiens en 1740 : M.-A. Arnould, « Charleroi »..., p. 68 ; H. Hasquin, Une mutation : le « Pays de Charleroi »..., p. 253 ; J. Flchefet, Charleroi..., p. 117.

10 M.-A. Arnould, « Charleroi »..., p. 85-89.

11 Cette obligation provoqua de nombreux heurts entre la population et les autorités civiles et militaires. Voir à ce sujet les dossiers constitués par la Jointe des Administrations et des Affaires des Subsides (AGR, J.A.A.S., no 1169-1170).

12 A.V. Ch., Registre contenant la population du canton de Libre-sur-Sambre..., an IV ; AGR, J.A.A.S., no 1171 : Ville de Charleroi. Affaires financières en général ; Ministère des Finances. Administration du Cadastre (Mons), Archives, [Plan cadastral de Charleroi], Section B dite de la Ville Haute, 1re feuille, ca 1834.

13 AGR, Commissariat général civil, no 290 : Fortifications, bâtiments militaires et endiguements, Mémoire [sur] l'estimation des terreins pris pour la fortification de Charleroÿ, 18 mars 1794.

14 Rapporté par H. Hasquin, Une mutation : le « Pays de Charleroi »..., p. 284. En Grande-Bretagne, comme l'a décrit François Crouzet, la construction de quartiers conçus délibérément aux environs immédiats des usines ou des mines pour loger les ouvriers, est un phénomène qui existe depuis 1787 (F. Crouzet, « Naissance du paysage industriel »,... p. 432). Dans nos régions, à cette époque, il n'est pas encore question de « cités ouvrières », et le terme « coron » (désignant ces ensembles d'habitations identiques des cités minières) n'est attesté dans la langue française qu'à partir de 1877. Mais le procédé cité ci-dessus, cette récupération de bâtiments militaires, uniformes, pour y loger de la main-d'œuvre, semble être une préfiguration, toute proportion gardée, de ce phénomène à Charleroi.

15 Conseil du Gouvernement Général, no 848/1 : Pestes et maladies épidémiques, Dossier relatif à la maladie épidémique à Charleroi, Seneffe et Marche, 1788 ; Av Ch, Ancien Régime, Résolutions du Magistrat, 1779-1792, fol. 95-98 ; H. Hasquin, Une mutation : le « Pays de Charleroi »..., p. 284.

16 Famille d'industriels notoires originaire de la prévôté de Clermont-en-Argonne (H. Hasquin, Une mutation : le « Pays de Charleroi »..., p. 128 et 130).

17 P. Moureaux, éd., La statistique industrielle..., t. 1, p. 701-703.

18 E. Devreux, « Le couvent des Capucins à Charleroi », dans D.R.C., t. 38, p. 223-237 ; R. Collin, « L'enseignement »..., p. 204.

19 J. Fichefet, Charleroi. Étude de géographie urbaine..., p. 91.

20 M.-A. Arnould, « Charleroi »..., p. 99.

21 Concernant ces industriels, voir H. Hasquin, Une mutation : le « Pays de Charleroi »..., p. 100-114.

22 Voir les différents recensements de population cités en bibliographie.

23 H. Hasquin, Une mutation : le « Pays de Charleroi »..., p. 257.

24 Ibid., p. 292 ; J.-L. Delaet, « Genèse d'un réseau urbain »..., p. 423.

25 AGR, J.A.A.S., no 1171 : Ville de Charleroi. Affaires financières en général. Cadastre de Charleroi, 1769.

26 G. Dansaert, « Faire son chemin »..., p. 3-117.

27 M.-A. Arnould, « Charleroi »..., p. 90.

28 Voir les mentions dans les comptes de la ville (AV Ch., Ancien Régime, CH 00.55.02 à CH 00.55.07 ; AGR, Chambres des comptes, no 39811 à 39825).

29 Par exemple AV Ch., Ancien Régime, CH 00 55 05 : Compte de 1773, fol. 68.

30 M.-A. Arnould, « Charleroi »..., p. 99.

31 Un exemple de plainte suscitée par ce problème : Archives de l’État à Namur, Conseil provincial de Namur, Enquêtes judiciaires, no 10010, 17 avril 1748.

32 AV Ch., Administration, CH 01.01.03 : Ville de Charleroi. Conseil communal. Délibérations. 1830-1836,16 décembre 1830.

33 Exemples : Bruxelles (M. Van Nimmen, « Aperçu de l’alimentation de Bruxelles en eau potable »..., p. 35-47) ; Nivelles (I. Parmentier, « La pollution à Nivelles »..., p. 257-361).

34 Dans certaines régions (ex. Périgueux), le système d'adduction d'eau était peu développé parce que des métiers tels que les porteurs d'eau effectuaient justement ce travail (je remercie Madame J. Pontet pour cette remarque). Ce n'est pas le cas à Charleroi.

35 Voir les mentions dans les comptes de la ville (AV Ch., Ancien Régime, CH 00.55.02 à CH 00.55.07 ; AGR, Chambres des comptes, no 39811 à 39825).

36 Exemple : AV Ch., Administration, CH 01.03.01 : Ville de Charleroi. Collège échevinal. Arrêtes, 1824-1830, 11 juin 1829, fol. 102.

37 Voir notamment le plan en relief de la ville, datant de 1696 (vues reproduites dans M.-A. Arnould, « Charleroi »..., p. 83, 85, 86, 87, 97).

38 AV Ch., Ancien Régime, CH 00.55.03 : Compte de 1751 ; et suivants.

39 J. Everard, Monographie..., p. 19-25.

40 J. Fichefet, Charleroi. Étude de géographie..., p. 88.

41 En les entourant d’une « amure ». Voir les nombreuses mentions dans les comptes de la ville (AV Ch., Ancien Régime, CH 00.55.02 à CH 00.55.07 ; AGR, Chambres des comptes, no 39811 à 39825).

42 164 maisons avec jardin à Binche, 526 à Braine-le-Comte, mais par contre seulement 7 à Gosselies, localités qui comptent toutes un nombre total d'habitations semblable à celui de Charleroi (Ministère de l'Intérieur, Statistique de la Belgique. Population. Recensement général. 15 octobre 1846, t. II, Bruxelles, 1849, p. 210).

43 Archives de l'État à Mons, Justices de paix et tribunaux de simple police, Charleroi, Tribunal de police, no 303-312 : Jugements, 1811-[1820], Aucun dossier n'a été conservé pour les années 1821 à 1836.

44 Le lieu du méfait n'est pas toujours spécifié. Dans ce cas, la commune de rattachement de l'agent de police ayant officié a été prise en compte. En aucun cas il ne s'agit du domicile du prévenu.

45 Nous avons classé sous la catégorie « tranquillité » les questions de tapage nocturne.

46 Un de ces prévenus est deux fois récidiviste.

47 AV Ch., Administration, CH 01.20.01 : Ville de Charleroi. Conseil municipal. Délibérations, 1816-1817, 6 juin 1816, fol. 9.

Table des illustrations

Titre Carte no 1 : La ville de Charleroi au début du XIXe siècle d'après Archives de l'État à Mons, Collection de cartes et plans, Plans cadastraux, Série III Atlas parcellaires, no 175 : Charleroi, 1819.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Graphique no 1 : Affaires portées devant le tribunal de simple police de Charleroi de 1811 à 1820 d'après Archives de l'État à Mons, Justices de paix et tribunaux de simple police, Charleroi, Tribunal de police, no 303-312 : Jugements, 1811-1820.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2729/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Graphique no 2 : Professions des condamnés pour « atteintes au milieu » à Charleroi, de 1811 à 1820 d'après Archives de l'État à Mons, Justices de paix et tribunaux de simple police, Charleroi, Tribunal de police, no 303-312 : Jugements, 1811-1820.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2729/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

Auteur

Aspirante du Fonds National de la Recherche Scientifique à l’Université catholique de Louvain

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search