Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Artisans, artisanat et communautés de métier

L'émergence d'une élite d'entrepreneurs au sein de la corporation des maîtres maçons : des politiques familiales d'enrichissement à la reconnaissance sociale

Elyne Olivier-Valengin

Texte intégral

  • 1 Arch. mun. Lille, Affaires générales 1148 dossier 2, Lettres et statuts du corps des maçons, 19 ma (...)
  • 2 P. Guignet, le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle. Pratiques politiques, notabilités et éthiqu (...)
  • 3 En 1603-1605, en 1617-1623 et en 1670.
  • 4 Arch. mun. Lille, 2280-2352, rôles de capitation 1695-1789.

1Dès le milieu du XVIe siècle, les échevins de la ville de Lille manifestent le désir d’étendre l’enceinte urbaine afin de répondre à la pénurie de logement due à la croissance démographique. La création de la corporation des maîtres maçons, tailleurs de grès et d’images et pierres blanches entre 1601 et 1611 résulte de la part grandissante que prennent les maîtres maçons dans la construction et dans le contrôle des travaux publics1. Les ordonnances des échevins interdisant la construction de maisons en bois et l’agrandissement de l’enceinte urbaine de 1603-1605 ont favorisé l’enrichissement et le développement de cette profession au détriment de celle des charpentiers. S’il est admis que les niveaux de richesse sont relativement stables au sein du régime corporatif à Lille2, il faut reconnaître que la fortune des membres de la corporation des maîtres maçons évolue selon une dynamique particulière. En effet, les trois agrandissements du XVIIe siècle3 en relançant l’activité du bâtiment favorisèrent ainsi l’enrichissement de certaines familles d’entrepreneurs. Cependant, en examinant les rôles de la capitation lilloise, nous constatons de fortes disparités sociales bien que le secteur de la construction soit un secteur d’expansion, créateur de richesses4. Des familles enrichies ayant accès à des charges et à d’importantes commandes tant publiques que privées côtoient des familles de maîtres maçons proches de l’indigence. Par ailleurs, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, ce clivage entre petite bourgeoisie et indigence ne cesse de s’aggraver.

  • 5 Arch. dép. Nord, C 2173, maçons qui doivent participer aux travaux des fortifications de la ville (...)
  • 6 J.-F. Blondel, Discours sur la nécessité de l’étude de l’Architecture, Paris, 1754.

2Si les sources concernant la corporation des maîtres maçons nous permettent de cerner rapidement l’ensemble des membres de la profession5, en revanche, les titres et surtout les fonctions dont se parent ces individus restent mal définis. Selon les actes notariés consultés, un même personnage comme Simon Voilant, Louis Fauchille ou Antoine Gombert est tantôt nommé « maître maçon », « entrepreneur du bâtiment », « architecte »... Quelle réalité recouvre ces différents titres ? La confusion tenace entre ces différentes dénominations (architecte, maître maçon et entrepreneur) s’est installée depuis longtemps. Le titre qui recouvre une réalité de création bien précise est souvent utilisé abusivement. Jacques-François Blondel, dans son Discours sur la nécessité de l’étude de l'Architecture6 en 1754, énonçait les qualités et les compétences que devait posséder un bon architecte :

« Un bon architecte n’est point un homme ordinaire, puisque indépendamment des règles fondamentales de son art, il est important qu’il soit muni de la théorie de ceux qui y ont relation, tels que les mathématiques, la perspective, la sculpture, la peinture, l’art du jardinage, la coupe des pierres, la menuiserie, la charpenterie etc. tout est de son ressort. Il lui est également essentiel d’être hommes de lettres, d’avoir reçu une éducation cultivée, et d’être d’une probité à toute épreuve ; Vitruve exigeait même que nous eussions des connaissances de la philosophie, de la physique expérimentale, de la médecine et de la musique. Qu’on juge par là de l’importance de cette profession ».

3Selon cette définition, il apparaît que la qualification d’« architecte » est fréquemment usurpée car elle confère un plus grand prestige social et induit une certaine qualité de création et de conception. Certains maîtres maçons ou maîtres charpentiers lillois ont réellement exercé la profession d’architecte en plus de celle d’entrepreneur : ils conçoivent, dessinent et réalisent le bâtiment ; cependant en province, rares sont les maîtres maçons et les architectes qui ont eu une éducation aussi poussée telle que le conçoit Blondel. De même, il est assez difficile de réussir à parfaitement définir les compétences de l’entrepreneur de bâtiment. Guyot dans Le Répertoire de jurisprudence civile, criminelle, canonique et bénéficiale éclaire le statut de l’entrepreneur et du maître maçon :

« Par ces mots maçon et entrepreneur on entend en général l’architecte ou l’ouvrier qui conduit dirige ou entreprend les constructions et les ouvrages en fait de bâtiment ; et comme la maçonnerie en est la base et la principale partie, il est assez dans l’usage de confondre la dénomination générique de maçon avec celle d’entrepreneur ».

  • 7 R. Carvais, « La force du droit. Contribution à la définition de l’entrepreneur parisien du bâtime (...)

4Robert Carvais dans ces récentes recherches a clarifié les fonctions et les attributions de l’entrepreneur du bâtiment parisien au XVIIIe siècle7. Nombre de ses conclusions s’appliquent aux entrepreneurs lillois : il apparaît que l’entrepreneur du bâtiment est obligatoirement un maître maçon appartenant à la corporation qui engage un risque afin d’obtenir un profit.

  • 8 Cette prosopographie paraîtra dans notre doctorat en cours sur Les hôtels particuliers de Lille, d (...)

5La pluralité des sources disponibles nous a permis d’envisager une prosopographie étendue à tous les entrepreneurs, architectes et maîtres maçons lillois8. En effet, contrairement aux travaux menés par Robert Carvais sur la Chambre des Bâtiments de Paris et les entrepreneurs parisiens, il a été possible à Lille de repérer l’ensemble des maîtres maçons lillois ayant exercé une activité professionnelle dans la région et d’obtenir de nombreux renseignements biographiques tant dans le domaine professionnel que privé. Nous avons pris le parti d’exposer les mécanismes d’enrichissement et d’ascension sociale de l’élite des maîtres maçons lillois qui, nous le soulignons, n’est pas représentative quantitativement de l’ensemble de la corporation. Quels furent les facteurs endogènes et exogènes qui permirent l’enrichissement de ces familles ? Quelles furent les stratégies financières adoptées par les entrepreneurs pour accroître leur assise sociale ?

UNE COMMUNAUTÉ BIEN ORGANISÉE DOMINÉE PAR LES FAMILLES LES PLUS RICHES

Entre petite bourgeoisie et indigence : les témoignages des sources fiscales

  • 9 Arch. mun. Lille, 2280-2282 Rôles de capitation pour l’année 1696.
  • 10 Arch. mun. Lille, 2308 Rôles de capitation pour l’année 1743.
  • 11 Arch. mun. Lille, 2347 Rôles de capitation pour l’année 1783.
  • 12 J. Dupâquier, « Problèmes de mesure et de représentation graphique en histoire sociale », dans Act (...)

6Pour appréhender les hiérarchies sociales au sein de la corporation, il n’est d’autres approches envisageables que le recours aux sources fiscales notamment la capitation qui permet d'estimer approximativement les écarts sociaux. Pour dégager une perspective comparative sur une durée de 120 ans environ, nous avons choisi l’examen des rôles fiscaux de 16959, 174310 et 178311. Les années 1743 et 1783 sont deux années charnières : 1743 marque le début de la dépression, alors que 1783 inaugure une nouvelle phase de prospérité dans le domaine de la construction. Nous avons mis en place deux méthodes d’analyse, tout d’abord nous avons analysé l’échelle des cotes selon une progression arithmétique (tableau 1). Puis, nous l’avons couplé avec la méthode préconisée par Jacques Dupâquier qui consiste à calculer la moyenne d’imposition puis de classer les différents imposés dans le sens positif et négatif par rapport à la moyenne établie12 (figures 2, 3 et 4). La conjugaison des deux analyses nous permet de déterminer comment les maîtres maçons se situent socialement par rapport à l’ensemble de leur corporation.

  • 13 Sur la hiérarchisation de la société, voir P. Guignet, Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, Paris, (...)
  • 14 Par exemple, en 1682, Jean Lamoral Gourdain, maître maçon, participe à la maçonnerie de la Porte d (...)
  • 15 Arch. mun. Lille, Aff. Gén. 33 dossier 46, dénombrement des membres de la corporation des maçons e (...)

7La ventilation des cotes d’imposition dévoile les nombreuses inégalités sociales au sein de la corporation des maîtres maçons. D’une manière générale, on constate que les années postérieures à la conquête de la ville par la France en 1667 et à l’agrandissement de celle-ci en 1670 ont engendré une période de prospérité qui a profité à l’ensemble des métiers du bâtiment. Les écarts sociaux sont faibles avec une moyenne de capitation assez élevée de 11 livres. Il en résulte que 12 % de l’échantillon étudié est capité à plus de 20 livres et appartient à la bourgeoise aisée au sens socio-économique du terme13. Par son mode de vie, il tend à s’assimiler à l’élite urbaine en adoptant son mode de vie (hôtel particulier, domestiques, tableaux, bibliothèque...). 12 % appartiennent à la petite bourgeoisie (entre 15 et 20 livres) ce qui se traduit par une augmentation du niveau de vie avec l’emploi de domestiques et l’augmentation du nombre d’ouvriers et de compagnons. Aucun maître maçon n’est recensé avec une cote de capitation inférieure à 2 livres. L’agrandissement de la ville et la construction du nouvel édifice défensif ont été le point de départ d’un mouvement de transformations urbaines qui s’est déployé pendant une quarantaine d’années, en corrélation avec l’expansion économique de la ville et le développement des grandes fortunes négociantes (la guerre de la Succession d’Espagne mit un frein à l’activité constructrice). Cette demande des particuliers, associée aux grands travaux d’infrastructure qui remodèlent la ville, permet l’enrichissement des hommes du bâtiment. Certains sont même appelés sur des chantiers extérieurs comme les fortifications de Menin et de Tournai14. La relative aisance des membres des corporations du bâtiment se vérifie également grâce au recensement de 1696, effectué dans toutes les corporations de la ville : en effet, ce fut la seule période durant laquelle l’ensemble des maîtres maçons de la ville ont tous tenu boutique15.

  • 16 Arch. mun. Lille, Registre aux résolutions 306 f° 43-46, 78 (1743).
  • 17 S. Smiejczak, Aspects de la construction publique et de l’embellissement de la ville de Lille de 1 (...)
  • 18 Arch. mun. Lille, registre aux résolutions du Magistrat, 306 (annéel743).

8Cependant, cette croissance de l’activité du bâtiment est remise en cause au XVIIIe siècle. En effet, au milieu du siècle, l’effectif des maîtres décroît tandis que celui des ouvriers et des compagnons s’accroît. L’examen des cotes de capitation en 1743 révèle de plus fortes disparités sociales. Tout d’abord, la moyenne de capitation acquittée par les maîtres maçons est à son seuil le plus bas (2,5 livres). Un nouveau paramètre est à prendre en compte : 18 % des membres de la corporation sont proches de l’indigence ou extrêmement pauvres. 11 % des maîtres maçons ne tiennent plus boutique et cherchent même à se faire engager comme ouvrier auprès d’autres maîtres. Les suppliques auprès des échevins se multiplient à l’encontre des « riches » entrepreneurs dont le nombre cependant décroît progressivement16. La relative cherté de la maîtrise, la diminution des travaux privés et publics17, l’endettement des corporations se ressentent sur les disparités sociales. 5 % des familles d’entrepreneurs concentrent en leurs mains la majeure partie des grandes commandes publiques, privées ou religieuses au détriment des petits maîtres maçons et charpentiers qui en 1743 se plaignent du monopole réservé aux entrepreneurs les plus riches18. La corporation a édicté une règle : pour construire une maison à porte cochère, il faut obligatoirement employer plus de huit ouvriers en permanence. Il apparaît évident à la lumière de 1'analyse des cotes d’imposition que seule une faible partie des entrepreneurs peut correspondre à ce critère. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, malgré un léger redressement économique, la conjoncture reste défavorable aux plus démunis. Cependant, on constate une certaine reprise de l’activité pour les entreprises moyennes employant entre 6 et 8 ouvriers.

Un groupe restreint aux liens familiaux resserrés

  • 19 Arch. mun. Lille, registre aux Parchons 11 860 à 11 873 (1606-1716). Le « parchon » désigne la por (...)
  • 20 Arch. mun. Lille, 5015-5298, comptes de curatelles rendus devant échevins.
  • 21 Les statuts des sociétés regroupant des membres des différentes corporations du bâtiment n’avaient (...)
  • 22 Deux maçons ont été admis à Lille : en 1681, Josse Barge et François Morel, deux maçons étrangers (...)
  • 23 Thomas-François-Joseph Gombert lors de la construction de l’hôtel Merghelynck à Ypres employa cert (...)
  • 24 Simon Voilant fit partie du groupe d’ingénieurs militaires qui seconda Vauban lors des travaux du (...)

9Nous avons étudié le réseau d’alliances grâce à un dépouillement des actes d’état civil concernant les membres de la corporation que nous avons croisé avec les actes de bourgeoisie, les contrats de mariage, les registres aux parchons19 qui nous permettaient d’appréhender le choix de l’époux dans le remariage des veuves de maîtres maçons ou inversement, les actes de curatelles20. Les actes notariés quant à eux nous ont fourni, outre de nombreux renseignements sur le niveau de vie (inventaires après décès, contrat de mariage...), les statuts des sociétés21, les réseaux d’alliances et d’amitiés analysés par le biais de la profession des témoins. L’analyse de ces sources, ainsi que la confrontation des listes de maîtres maçons lillois avec celles de Douai, d’Arras ou de Valenciennes ne permettent de constater que de très rares recoupements. Les artisans lillois forment un cercle assez fermé où peu de maçons étrangers sont admis22. En revanche, malgré les nombreux chantiers publics, militaires, religieux et privés qui assuraient une activité soutenue aux plus reconnus des maîtres maçons ou des entrepreneurs, certains, forts de leur savoir-faire, réussissent à s’intégrer à des chantiers régionaux (les fortifications de Menin et de Tournai, l’hôtel de Merghelynck à Ypres23) ou à des entreprises plus éloignées comme la construction du canal de l’Eure24...

  • 25 11 % des intéressés épousent des enfants de marchands ou d’artisan, 2 % des professions juridiques (...)
  • 26 Arch. mun. Lille, registre aux Parchons 11 860 à 11 873 (1606-1716).
  • 27 M. Binot, métiers du bois à Lille, de la conquête française à la Révolution (1667-1789), mémoire d (...)

10Notre travail de prosopographie nous a permis d’identifier 82 % des lignages des maîtres maçons. Les pertes enregistrées sont généralement dues à des mariages et des naissances hors de la ville ou à l’imprécision des registres de catholicité à la fin du XVIIe siècle. Les stratégies matrimoniales révèlent une forte endogamie : 72 % des unions se contractent au sein des métiers du bâtiment (les unions entre maîtres maçons et maîtres charpentiers représentent 34 %)25. L’exogamie est faible et touche majoritairement les filles des maîtres maçons (76 % des unions contractées hors des métiers du bâtiment le sont par des femmes). En revanche, l’analyse des remariages réalisée à partir des registres aux parchons révèle que 98 % des veuves de maîtres maçons se remarient avec un membre des corporations du bâtiment26. L’explication en est fort simple : malgré la possibilité qui lui est offerte de reprendre le métier, la veuve choisit fréquemment de se remarier et assure ainsi la pérennité de l’entreprise. Le cas est nettement plus fréquent dès qu’il s’agit de petites entreprises où la perte du maître ne peut être compensée par les ouvriers et les compagnons. Les unions se réalisent donc dans un cercle de nuptialité très restreint et aboutissent à une grande proportion de mariages croisés. On retrouve ce fonctionnement dans de nombreuses corporations comme celles des métiers du bois27.

  • 28 Arch. mun. Lille 864 (1695-1769), Arch. mun. Lille 865 (1769-1790), registres pour l’élection des (...)
  • 29 Voir thèse de doctorat d’État en cours de Mme O. Lesaffre, Les Gombert, une dynastie d’architectes (...)
  • 30 Simon Rostin (1672-1750), fils de Simon Rostin maître maçon, devint procureur au bureau des financ (...)

11Cependant malgré un dynamisme de la corporation, de nombreuses familles de maîtres maçons lillois cessent brusquement de figurer dans les registres et les comptes de la corporation. C’est, par exemple, le cas de la famille Voilant dont le nom disparaît à la mort de Jean Voilant qui s’éteint sans enfant après 134 années de présence dans les registres de la corporation. Le cas se répète avec la famille Leleu dont la lignée de maîtres maçons jurés de la ville s’éteint après 50 ans à la tête de cette charge et 109 années de présence dans le métier. Au XVIIIe siècle, certaines familles de maîtres maçons perdent l’ampleur qu’elles avaient. À partir de 1730, on assiste à l’effacement d’anciennes lignées de riches maîtres maçons au profit de nouveaux rameaux tels les Terrache, les Delos, les Delahaye et les Dhainaut28. Comment expliquer cet effacement ? Tout d’abord, certaines lignées comme celles des Voilant ou des Leleu se sont éteintes biologiquement. D’autres, grâce à l’enrichissement de leurs parents, voient s’ouvrir des possibilités de carrières plus prestigieuses et plus lucratives. On constate fréquemment une réorientation par rapport au métier du père. Par exemple, Thomas-François-Joseph Gombert devient architecte juré de la ville et inspecteur des Ponts et Chaussées après un apprentissage à Paris chez l’architecte parisien Vigné de Vigny29. Son père François-Joseph n’était que maître maçon et expert juré de la ville. Généralement, l’enrichissement de la lignée permet à certains de leurs membres d’embrasser des carrières plus honorifiques (militaires, hommes de loi...)30.

12Quels facteurs permettent l’apparition de ces nouvelles familles d’entrepreneurs aisées ? Ces nouvelles familles dans le métier fondent leur réussite grâce à un mariage avec une lignée aisée en extinction. En établissant une politique matrimoniale avantageuse, ils jouissent non seulement de la reprise de l’affaire familiale, mais aussi de l’appui du réseau de relations, d’amitiés de l’ancienne lignée. L’analyse des témoins dans les actes notariés, de même que celle des parrains dans les actes de baptêmes révèlent des liens très étroits entre les familles. Dans 92 % des cas, les parrainages sont effectués dans le milieu de la construction. Les parents cherchent à préparer l’avenir de leur enfant en construisant des liens utiles.

13Les membres des métiers du bâtiment apparaissent comme des groupes sociaux désireux de conserver de génération en génération des liens familiaux entre professionnels du bâtiment. Les réseaux d’alliances et de fidélités jouent un rôle considérable dans le processus d’ascension sociale des entrepreneurs et des maîtres maçons.

La force d’un réseau de relations : de la sociabilité à la création de sociétés

  • 31 Arch. dép. Nord, Tab 1807 no 46, 15 novembre 1679, adjudication des travaux de maçonnerie des fort (...)
  • 32 Arch. dép. Nord, Tab 3324 no 90 22 mai 1686, contrat d’association entre Simon Rostin et Antoine G (...)
  • 33 Arch. dép. Nord, Tab 2451 no 11, 1681, acquisition d’un terrain par George Delemotte et Julien Des (...)
  • 34 La distinction entre les différents types de sociétés est étudiée par H. Levy-Bruhl, Histoire juri (...)
  • 35 H. Levy-Bruhl, op. cit., p. 44.

14L’analyse des actes notariés a mis en évidence l’existence de liens étroits entre les entrepreneurs des différents corps de métier du bâtiment. Ces liens sont dans la majeure partie des cas étudiés des contrats d’association tacites liés par un intérêt commun qui est le profit. 74 % des associations non contractuelles recensées étaient effectuées entre différents corps de métier. L’association la plus fréquente est celle du maçon et du charpentier comme George Delemotte maître charpentier et Louis Faucille maître maçon31 À partir de 1682, ils effectuent 72 % de leurs transactions, achats, ventes et constructions ensemble. C’est une des associations les plus solides avec celle de Simon Rostin et Antoine Gombert32. Ces deux associations ont duré plus de vingt ans. George Delemotte maître charpentier s’est cependant associé avec de nombreux autres maîtres maçons ou architectes comme Julien Destrez33. Autre exemple, le charpentier Jacques Willocquet et le maçon Jacques Noullet se réunissent pour acheter et construire des maisons. Les niveaux de fortunes des différents associés si 1'on se réfère à la taxe de la capitation sont toujours similaires. Le but de ces associations est de pouvoir acheter des terrains vierges dans la nouvelle enceinte de Lille en divisant la mise de fonds, le prix de la construction et les bénéfices. La plupart ne pouvaient pas, au départ, investir seules dans 1'achat de terrains. De plus, l’association entre différents corps de métier comme les charpentiers et les maçons permet de construire à moindre frais. Ces accords tacites n'existent que pour les investissements ou les entreprises de petite envergure. Lorsque les engagements deviennent plus importants, les associés ont recours à la création d’une société avec des statuts définis et enregistrés devant notaire. Il convient de déterminer si ce sont des sociétés de personnes ou des sociétés de capitaux34. A priori, les sociétés lilloises regroupant des membres des métiers de la construction sont des sociétés de personnes car elles ne comptent que peu de personnes et conservent un caractère privé, aucun membre extérieur n’intervient pour entériner les accords entre les différents associés35.

  • 36 Contrats d’association recensés : Arch. dép. Nord, Tab 787, no 2, 1675, contrat d’association entr (...)
  • 37 A. Blanchard, Vauban, Paris, Fayard, 1996, p. 424-425.
  • 38 Arch. dép. Nord, Tab 2693, no 94, 6 août 1690, op. cit. ; Arch. dép. Nord, Tab 2693, no 128, 1690,(...)
  • 39 Simon Voilant exerçait plusieurs charges au sein de la ville de Lille : il était Argentier, Archit (...)
  • 40 Oisivetés de M. de Vauban, publiée par le colonel Augoyat, Paris, J. Corréard, 1842-1845, 2 vol. p (...)
  • 41 Ibidem, p. 175.

15Les premières sociétés regroupant des maîtres maçons et des entrepreneurs apparaissent après le rattachement de Lille à la France. Quelle était la finalité de ce mode d’association ? En considérant les neuf contrats d’associations retrouvés pour la période de 1667 à 1700, nous constatons que l’obtention de marchés de travaux publics s’avère être le déclencheur des créations de sociétés36. Vauban exerce un contrôle exacerbé sur les entrepreneurs chargés des adjudications : il tente de dissocier de manière stricte les professionnels du bâtiment qui aident l’administration municipale dans le contrôle et la gestion des travaux publics et ceux qui exécutent l’ouvrage37. Cependant, la création de sociétés38 par Antoine Gombert, Louis Fauchille, Simon Voilant et George Delemotte (ces deux derniers sont impliqués dans 1'administration municipale), leur permet d’obtenir certains marchés de travaux publics en restant anonyme39. Par souci d’équité, la coutume de la ville de Lille empêche les membres de 1'administration municipale d’enchérir sur les marchés d'adjudication. Cependant Vauban, attiré par les propositions avantageuses de leur société, accorde les marchés d'adjudication de Menin à une société qualifiée d’« obscure » selon lui dont il ne connaît pas les membres40. L’intérêt de la création de la société est de pouvoir proposer les prix les plus compétitifs afin d'obtenir les marchés d'adjudication grâce à la réunion d’un marchand chaufournier qui fournit les matériaux, un charpentier et plusieurs maîtres maçons. La limitation du nombre d’intermédiaires pour la fourniture des matériaux diminue les coûts de revient tout en conservant un bénéfice non négligeable ; la société peut proposer 48 livres de la toise cube tandis que les autres entrepreneurs parviennent au mieux à descendre leurs prix jusque 55 ou 56 livres la toise41. Aux termes des travaux, les associés se partagent les bénéfices au prorata de leurs investissements.

  • 42 Ibid p 185 Lettre de Louvois à Vauban « Il m’est revenu que quoique le Roi ait paye tous les ouvra (...)

16Simon Voilant rassemble un ensemble de fidélités et de clientèles autour de sa fonction d’ingénieur militaire et de maître des ouvrages de la ville. Il facilite l’obtention des marchés de travaux publics à son réseau de relations qui le rétribuait en nature soit en participant gratuitement à l’édification de ses maisons, soit en lui fournissant les matériaux nécessaires à leur construction ce que réprouvait violemment Vauban42. La correspondance entre Vauban et Louvois montre que celui-ci n’était pas dupe des luttes d'influence qui se tissaient autour de la personnalité de Simon Voilant ou des clercs des ouvrages de la ville de Lille.

17Ces rapports de force favorisaient-ils l’élimination de la concurrence et développaient-ils un monopole de la construction publique ?

La puissance des entrepreneurs lillois : les sources d’enrichissement

Les marchés de travaux publics inféodés : vers un clientélisme et un monopole de quelques grandes familles d’entrepreneurs

18Quels sont la signification et le retentissement de l’obtention des marchés de travaux publics sur la notoriété de la famille ? Un constat fort simple découle de l’analyse des contrats d’adjudication de marchés de travaux publics. En l’espace de cent dix ans, seules 15 familles obtiennent des marchés de travaux publics. Comment expliquer l’installation de cette situation de monopole ? Est-ce ou non un choix délibéré des échevins ?

  • 43 Cette analyse provient de notre travail prosopographique.
  • 44 F. Monnier, Les marchés de travaux publics dam la généralité d'Amiens au XXVIIIe siècle, Paris, Ed (...)
  • 45 François Joseph Gombert se porte garant pour Nicolas Delobel lors des adjudications de la ville. N (...)

19Tout d’abord, l’obtention de marchés de travaux publics est soumise à de nombreuses exigences. La première est la garantie de solvabilité de l’adjudicataire. Les familles d’adjudicataires ont une fortune stable, souvent investie dans l’immobilier et paient en général une capitation au-dessus de 10 livres ce qui les place parmi les maîtres maçons susceptibles de mieux surmonter les crises économiques43. La ville de Lille comme celle d’Amiens ou de Paris met en place de nombreuses conditions pour l’obtention des marchés comme la fiabilité et la qualité des ouvriers, ce qui induit une sélection drastique des entrepreneurs44. Pour l’emploi de nouveaux adjudicataires, la ville demande soit la caution d’autres entrepreneurs soit celle d’un membre de la famille. Il est assez fréquent que le clerc des ouvrages ou des maîtres maçons assermentés se portent caution et garantie45.

20Le système de paiement des travaux aux entrepreneurs exclut de lui-même la majeure partie des adjudicataires potentiels. En effet, les entrepreneurs engagés doivent avancer les matériaux, la main-d'œuvre et les différents frais pendant une période minimale allant de trois mois à un an avant de toucher leur remboursement et leur paiement. Considérant l’importante mobilisation de fonds, seuls les plus riches peuvent entreprendre dans de telles conditions. Ainsi, même s’il existe des monopoles, des ententes entre les adjudicataires et les échevins, les conditions de paiement des travaux favorisent la nomination et le renouvellement des seuls entrepreneurs notoirement reconnus tant professionnellement que financièrement. Bien que l’adjudication soit un système de contrat favorisant la concurrence, cela ne peut guère fonctionner. Il se développe donc un monopole des marchés de travaux publics qui reste très mal perçu au sein de la corporation. Le mécanisme des marchés de travaux publics permet à ses bénéficiaires de s’enrichir nettement plus vite et avec plus de certitude. L’exemple des entrepreneurs lillois confirme l’analyse de Prost de Royer dans son Dictionnaire de jurisprudence et des arrêts en 1782 : « Ainsi tandis qu’un entrepreneur, qui ne travaillera que pour des particuliers subsistera à peine ; son rival, à labeur et talents égaux, occupé par des administrations, fera bientôt une grande fortune ». D’autant plus que l’obtention de ces marchés se révèle être une garantie de sérieux, d’assise financière et de capacité pour les maîtres d'œuvre, les particuliers désireux de faire construire leur maison. Dans 92 % des cas, les adjudicataires voient leurs commandes privées augmenter.

21Ce monopole et cette concentration des marchés entre les mains des entrepreneurs amènent toutefois une fragilisation de plus en plus importante des petites entreprises.

Spéculations et investissement immobiliers : l’attrait du marché foncier

  • 46 L’ensemble de ces actes a été répertorié dans une base de données qui nous a permis de suivre les (...)

22L’enrichissement des maîtres maçons s’accompagne d’un accroissement des biens immobiliers. Leur fortune se construit non seulement à partir de leurs commandes mais aussi à partir d’une stratégie de cumul de biens immobiliers et d’une politique de spéculation foncière. L'agrandissement de la ville fournit la réserve foncière nécessaire au développement de ces fortunes. Les actes de ventes des terrains de l’agrandissement nous permettent de suivre l’évolution et les stratégies foncières employées par les entrepreneurs46. Une difficulté se posait : nombre des contrats de vente ne mentionnait pas la qualité professionnelle de l’acheteur ou du vendeur. Dans 7,5 % des cas, nous n'avons pu définir la condition de l’acheteur.

23La répartition des catégories socioprofessionnelles révèle un groupe dominant le marché immobilier : 29,88 % des achats sont effectués par des hommes de la construction (maçons, charpentiers, couvreurs, sculpteurs...). Ces acheteurs constituent la première clientèle. 78 % des lots de terrains sont divisés après l’achat afin de créer plusieurs parcelles qu’ils bâtissent eux-mêmes en utilisant leurs compétences professionnelles. Ensuite, plusieurs stratégies de gestion pour ces terrains sont mises en œuvre par les propriétaires. Les entrepreneurs rachètent 12 % des terrains déjà vendus à leurs confrères ou à des particuliers avant une trop forte augmentation des prix. La catégorie socioprofessionnelle qui lotit et spécule est composée majoritairement d’hommes de la construction. 19 % spéculent sur la valeur des terrains vierges et doublent, voire triplent leurs profits. Ce sont des entrepreneurs relativement modestes qui ont investi pour une courte durée et qui ne peuvent pas entreprendre financièrement de grands chantiers comme la construction d’un hôtel particulier.

24Considérant l’importance des mutations foncières, nous présenterons le cas de la rue Royale. Cette rue aux larges et profondes parcelles était destinée à recevoir une architecture de qualité et de nombreux hôtels particuliers devaient s’y épanouir. Lors de la première vente de terrains, 48,4 % des terrains sont achetés par des hommes de la construction. C’est une des rues qui reçoit le plus fort investissement de la part des entrepreneurs. À titre de comparaison, les terrains de la rue Neuve Saint-Pierre et de la rue Saint-André n’attirent que 27,4 % des entrepreneurs. On constate donc un intérêt particulier des hommes de la construction prévoyant une rapide inflation des prix des terrains de cette rue. L’investissement immobilier y est particulièrement judicieux. Simon Voilant, Simon Rostin, George Delemotte, Louis Fauchille et Antoine Gombert misent sur ce secteur. Les ventes s’échelonnent sur plusieurs années. Thomas-Joseph Gombert est un des derniers entrepreneurs à construire sur des terrains hérités de son oncle Antoine. Les plus riches entrepreneurs comme les Gombert s’étaient constitués une réserve foncière. Leur fortune leur a permis d’attendre la montée des prix.

  • 47 Arch. mun. Lille, registre aux résolutions du Magistrat, 298, f°200, 10 octobre 1725, Ordonnance à (...)

25L’investissement dans les terrains vierges s’est avéré très rentable : en suivant les différents achats de terres réalisés, on constate l’adoption de deux politiques concomitantes de gestion. À côté de la politique de spéculation à court et moyen terme que nous venons de décrire, certains entrepreneurs construisent des habitations sur environ un tiers de leurs terrains qu’ils louent pendant plus de 10 ans. Par exemple, Thomas-Joseph Gombert spécule sur le lotissement complet d’une rue : la rue de Boufflers. 11 contrôle totalement le processus de la création de cette rue en association avec le maître maçon Angelin Senu, depuis l’achat des terrains jusqu’à la réalisation et la vente ou la location des maisons47. Les hommes du bâtiment investissent une part considérable de leur fortune dans l’immobilier urbain.

  • 48 Petit édifice en bois adossé à un mur de maçonnerie.
  • 49 Arch. mun. Lille, registre 17629, registre des ventes de biens immobiliers, 1792-An III.

26Les inventaires après décès permettent d’analyser la répartition des biens immobiliers dans leur patrimoine. Par exemple, les louages fournissent chaque année environ 1 698 livres de revenu au maître maçon Louis Fauchille dont 88 % de ses biens sont investis en maisons urbaines, 6 % en terres hors de la ville, 5 % en mobilier et matériaux et 1 % en rentes. L’attrait exercé par les biens immobiliers dans la ville de Lille (biens de rapport allant de l’« hobette »48 à l’hotel particulier) constitue une des originalités des fortunes des maîtres maçons lillois. Cette constatation vaut pour le XVIIe et le XVIIIe siècles : un registre répertoriant les ventes des biens séquestrés pendant la Révolution française atteste l’engouement des hommes de la construction tels Biarez, Corner qui, de nouveau face à des ventes massives, achètent en grand nombre des biens immobiliers et réalisent de sérieuses spéculations49. Ces investissements sont de très courte durée et les font apparaître comme marchands de biens. Par leur fonction de marchands de biens et de spéculateurs, les entrepreneurs cherchent à développer une certaine honorabilité devant leur faciliter l’accès à des fonctions respectables.

Adjudications et enrichissement : un marchepied social

27Quelle est la répercussion d’un point de vue social de l’enrichissement des familles ? Tout d’abord, l’augmentation et la diversification des champs d’activité des maîtres maçons enrichis sont les premières caractéristiques. Ils ne se contentent plus d’exercer leur profession initiale, mais ils cherchent à étendre le champ de leurs activités et de leurs compétences à d’autres fonctions. L’enrichissement s’avère être un tremplin vers des charges au sein de la ville, sources de reconnaissance sociale.

28L’analyse prosopographique nous permet de faire un double constat. Premièrement, l’accès à des charges rémunérées par la ville comme maître maçon assermenté, arpenteur juré, expert de visitations de maisons est dévolu aux maîtres maçons les plus aisés. D’autre part, dans la majorité des cas examinés, ce sont pratiquement toujours d’anciens adjudicataires qui sont nommés. Quelles sont les raisons pouvant expliquer ce nouveau monopole ?

  • 50 Arch. mun. Lille, Aff. Gén., 551, dossier 10, office de clerc des ouvrages, nomination.
  • 51 Arch. mun. Lille, Aff. Gén., 551, dossier 12, soumission de George Delemotte pour l’acquisition de (...)
  • 52 Arch. mun. Lille, 12919, comptes de tutelle de George Delemotte en 1707.

29Les adjudicataires en contact direct avec les échevins, le procureur syndic, le clerc des ouvrages et les entrepreneurs semblent prédisposés à occuper ces fonctions. En effet, ils ont une bonne connaissance du système des marchés de travaux publics qu’ils seront amenés à contrôler. Ensuite leurs capacités techniques incitent les particuliers à les nommer experts lors de litiges. Là de même, dans les procédures devant la justice échevinale ou le Parlement de Tournai puis de Douai, les experts cités par les particuliers sont dans 93 % des cas d’anciens adjudicataires de la ville. Ces attributions obligent à une grande disponibilité que seuls les maîtres secondés par de bons ouvriers peuvent se permettre. Les relations qu’ils ont entretenues avec l’administration municipale ainsi que la parfaite connaissance que les échevins ont de leur travail sont autant de facteurs qui leur permettent l’obtention de ces charges. La cooptation et les réseaux de sociabilité favorisent indubitablement ces nominations. Généralement, le postulant se fait recommander une personne déjà en place. Par exemple, en 1691, Simon Voilant cumulant les fonctions de trésorier de la ville, maître des ouvrages recommande George Delemotte comme je cite « un homme fidèle et capable » pour la charge de clerc des ouvrages50. Nous ne reviendrons pas sur les liens qui les unissent. Cependant, l’aisance de l’entrepreneur doit être prise en compte puisque certaines charges comme celle de clerc des ouvrages sont vénales (lors de l’achat par George Delemotte, en 1694, la charge valait 1200 livres51 et l’office fut remboursé par la ville en 1703 5266 florins52).

  • 53 Les rémunérations perçues pour ces fonctions sont notées dans les comptes de la ville au 10e chapi (...)
  • 54 Voir les comptes de la corporation des maçons, Arch. mun. Lille, 9512 à 9543.
  • 55 Arch. mun. Lille, comptes de la corporation des maçons, 9534, Sébastien Delos exécute des travaux (...)
  • 56 Arch. dép. Nord, plan Lille 296 et Arch. mun. Lille, 9539, comptes de la corporation des maîtres m (...)

30Ces offices représentent le couronnement de la carrière des entrepreneurs les plus aisés. Au regard du tableau des rémunérations, ils apparaissent fort peu lucratifs53. En fait, ils procurent l’honorabilité et la reconnaissance sociale et technique de l’entrepreneur. Ces différentes fonctions ont un fort pouvoir attractif sur les maîtres d’œuvre. Le cas de Sébastien Delos est significatif. L’obtention de marchés de travaux publics l’aide à accroître de 11 % le nombre de ses commandes54. Elles sont encore augmentées de 9 % après l’obtention de sa charge de maître maçon assermenté. Travaillant en grande majorité sur des chantiers de moyenne envergure, il est par la suite associé à de grands chantiers privés comme la construction de l’hôtel d’Ailly d’Aigremont55 et l’hôtel d’Avelin56. L’honorabilité conférée par ces charges rejaillit sur l’entreprise en accroissant le nombre et la qualité des marchés privés.

31Au XVIIe siècle, les agrandissements de l’enceinte urbaine de Lille associés aux entreprises d’amélioration de la voirie de la ville ont engendré une reprise du marché immobilier. Les entrepreneurs, les maîtres maçons et les maîtres charpentiers investissent dans les terrains vierges et réalisent des opérations de spéculations foncières qui leur permettent un enrichissement rapide. Cette situation exceptionnelle due en particulier à une conjoncture économique favorable favorise l’émergence de riches familles d’entrepreneurs lillois qui réussissent à surmonter les périodes de dépression du XVIIIe siècle et à maintenir leur position sociale. Leur organisation en sociétés englobant l’ensemble des métiers de la construction leur permet de proposer les prix les plus compétitifs dans les adjudications de travaux publics, tout en divisant les risques et les investissements. Les plus riches maîtres maçons de la ville ont su se créer un réseau d’obligés qui s’étend à l’ensemble des métiers du bâtiment et une clientèle privée qui a assuré leur prestige au sein du métier par la commande de constructions de qualité. La maîtrise des sphères du pouvoir municipal en matière de construction publique leur permet de bénéficier d’un monopole des marchés. Cet accès aux marchés d’adjudications qui constituent un apport financier non négligeable et assuré les aident à surmonter les crises. L’accession aux marchés de travaux publics s’avère donc un des éléments essentiels de leur ascension sociale. Plus que de simples praticiens ou exécutants, ils deviennent les conseillers de la ville de Lille et de l’élite locale. Leurs qualités professionnelles sont reconnues et couronnées par l’exercice d’une charge au sein de la ville (clerc des ouvrages, arpenteur, maître maçon juré...). Seule une minorité de ces artisans profite de ces avantages et peut les exploiter ; cependant, leur prestige rejaillit sur l’ensemble de la corporation. Le monde des métiers du bâtiment n’apparaît pas comme un milieu propice à l’ascension de familles et d’individus sans attaches avec les puissantes familles en place. Le service de la ville offre la possibilité d’ascensions sociales significatives aux hommes qui savent tirer parti de leur position dans le métier et de leur savoir-faire. Les perspectives d’enrichissement et de reconnaissance sociale au sein du monde de la construction consolident le zèle des entrepreneurs à satisfaire les échevins. Ce marchepied social bouleverse en une, voire deux générations la situation économique et sociale de certaines familles. L’ascension sociale exceptionnelle de Simon Voilant qui rejaillit sur celle de son fils Jean est un cas unique dans l’ensemble des corporations lilloises.

Tableau 1 : Répartition des contribuables de la corporation des maîtres maçons

Tableau 1 : Répartition des contribuables de la corporation des maîtres maçons

Fig. 2 : Histogramme des contribuables de la corporation en 1696

Fig. 2 : Histogramme des contribuables de la corporation en 1696

Fig. 3 : Histogramme des contribuables de la corporation des maîtres maçons en 1743

Fig. 3 : Histogramme des contribuables de la corporation des maîtres maçons en 1743

Fig. 4 : Histogramme des contribuables de la corporation en 1783

Fig. 4 : Histogramme des contribuables de la corporation en 1783

Notes

1 Arch. mun. Lille, Affaires générales 1148 dossier 2, Lettres et statuts du corps des maçons, 19 mai 1601. Affaires générales 1148 dossier 3, Lettres des Archiducs portant homologation des statuts du corps des maçons 24 novembre 1611.

2 P. Guignet, le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle. Pratiques politiques, notabilités et éthique sociale de part et d'autre de la frontière franco-belge, Paris, EHESS, 1990, p. 292-305.

3 En 1603-1605, en 1617-1623 et en 1670.

4 Arch. mun. Lille, 2280-2352, rôles de capitation 1695-1789.

5 Arch. dép. Nord, C 2173, maçons qui doivent participer aux travaux des fortifications de la ville de Lille et de la Citadelle 1671-1672 ; Arch. mun. Lille 679, registre de délibérations des corps de métiers : maçons ; Arch. mun. Lille 864, registre pour l’élection des nouveaux maîtres des corps de stil 1695-1769 ; Arch. mun. Lille 865, registre pour l’élection des nouveaux maîtres des corps de stil 1769-1790 ; Arch. mun. Lille 9512-9442, comptes de la corporation des maîtres maçons (1751-1790).

6 J.-F. Blondel, Discours sur la nécessité de l’étude de l’Architecture, Paris, 1754.

7 R. Carvais, « La force du droit. Contribution à la définition de l’entrepreneur parisien du bâtiment au XVIIIe siècle », Histoire, Economie et Société, 1995, no 2, p. 163-185. D’autres travaux récents ont également participé à mieux préciser les statuts juridiques et les fonctions de l’entrepreneur du bâtiment, voir M. Aymard, « L’entrepreneur dans la société de son temps », dans L'Impresa, indu stria commercio banca, secc. XIII-XIIII, Instituto Internationale di Storia Economica, Paris, Ed. Le Moniteur, 1991, pp. 791-817.

8 Cette prosopographie paraîtra dans notre doctorat en cours sur Les hôtels particuliers de Lille, doctorat d’histoire de l’Art en cours de réalisation sous la direction de M. Daniel Rabreau, Paris I-Panthéon Sorbonne.

9 Arch. mun. Lille, 2280-2282 Rôles de capitation pour l’année 1696.

10 Arch. mun. Lille, 2308 Rôles de capitation pour l’année 1743.

11 Arch. mun. Lille, 2347 Rôles de capitation pour l’année 1783.

12 J. Dupâquier, « Problèmes de mesure et de représentation graphique en histoire sociale », dans Actes du 89e Congrès des Sociétés savantes, Paris, 1965, t. 2, p. 77-86. Nous avons classé dans la catégorie A les imposés qui paient entre la moyenne et le double de celle-ci, dans la catégorie B ceux qui versent entre le double et le quadruple etc. Nous avons classé dans le sens négatif dans la catégorie a ceux qui paient entre la moyenne et la moitié de celle-ci, dans la catégorie b ceux qui paient entre la moitié de la moyenne et le quart et ainsi de suite.

13 Sur la hiérarchisation de la société, voir P. Guignet, Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 1999, p. 232-233. Au sens socio-économique du terme, la très haute bourgeoisie paie plus de 100 livres de capitation, la bourgeoisie riche de 50 à 100 livres, la bourgeoisie aisée de 20 à 50 livres et la petite bourgeoisie de 15 à20 livres.

14 Par exemple, en 1682, Jean Lamoral Gourdain, maître maçon, participe à la maçonnerie de la Porte de Lille des fortifications de Menin en collaboration avec les maîtres maçons Antoine Gombert et Simon Rostin (voir Arch. dép. Nord, Tab 1878 no 23, 3 mars 1682, contrat pour la maçonnerie de la porte de Lille à Menin). De même, Louis Fauchille maître maçon de la ville de Lille et George Delemotte maître charpentier de Lille obtiennent les contrats d’adjudication des travaux des fortifications de Tournai en tant qu’« entrepreneurs des ouvrages du Roi » (voir Arch. dép. Nord, Tab 422 no 42 juin 1685).

15 Arch. mun. Lille, Aff. Gén. 33 dossier 46, dénombrement des membres de la corporation des maçons en 1696.

16 Arch. mun. Lille, Registre aux résolutions 306 f° 43-46, 78 (1743).

17 S. Smiejczak, Aspects de la construction publique et de l’embellissement de la ville de Lille de 1715 à 1789, mémoire de maîtrise d’Histoire sous la direction de M. Ph. Guignet, Lille 3, 1994, p. 36-40. Dans son mémoire de maîtrise, l’auteur analyse l’activité constructrice de la ville et distingue plusieurs phases de régression de 1735 à 1748, de 1758 à 1764 et de 1771 à 1780. Ces phases correspondent sensiblement avec notre propre analyse de 1'activité constructrice privée : nous distinguons les mêmes césures cependant dans les trois cas, les reprises d’activité sont plus rapides notamment lors des années 1770 où elle s’effectue dès 1776-1777 avec le lancement d’importants chantiers privés. Les registres de visitations de maisons (Arch. mun. Lille, 730 à 751), les demandes de permission de bâtir (Arch. mun. Lille, 751-763) et l’imposition des maîtres maçons sur le nombre de façades modifiées (Arch. mun. Lille, 9512-9542) rendent compte avec plus ou moins de fiabilité de l’activité constructrice privée, de ses temps forts et de ses temps faibles.

18 Arch. mun. Lille, registre aux résolutions du Magistrat, 306 (annéel743).

19 Arch. mun. Lille, registre aux Parchons 11 860 à 11 873 (1606-1716). Le « parchon » désigne la portion de meubles que le père ou la mère était obligé d’assigner à ses enfants avant de se remarier. L’inventaire de cette série a été publié par P. Denis du Péage dans Notes extraites des archives municipales de Lille, Lille, SILIC, 1936, 471 p.

20 Arch. mun. Lille, 5015-5298, comptes de curatelles rendus devant échevins.

21 Les statuts des sociétés regroupant des membres des différentes corporations du bâtiment n’avaient jamais été mis à jour. Cela nous a permis d’analyser de manière beaucoup plus approfondie les relations qui existaient entre les différents métiers et l’organisation des chantiers.

22 Deux maçons ont été admis à Lille : en 1681, Josse Barge et François Morel, deux maçons étrangers à la ville de Lille, ayant travaillé aux fortifications de Menin, demandent et obtiennent la permission de s’installer et d’exercer leur profession à Lille (voir Arch. mun. Lille, Aff. Gén. 274 dossier 3).

23 Thomas-François-Joseph Gombert lors de la construction de l’hôtel Merghelynck à Ypres employa certains artisans de Lille (Pierre Lutin, Jonniau, Deledicque), voir A. Merghelynck, Monographie de l’hôtel Merghelynck à Ypres, J. Tyberhein-Fraes, s.d., 139 p.

24 Simon Voilant fit partie du groupe d’ingénieurs militaires qui seconda Vauban lors des travaux du canal de l’Eure et de l’aqueduc de Maintenon (voir J. Guiffrey, Comptes des bâtiments du Roi, Paris, Imprimerie nationale, t. II, 1887).

25 11 % des intéressés épousent des enfants de marchands ou d’artisan, 2 % des professions juridiques, 1 % des métiers de la terre, 6 % des membres de l’administration, 4 % des militaires, 0,5 % des orfèvres et 3,5 % des hommes du négoce.

26 Arch. mun. Lille, registre aux Parchons 11 860 à 11 873 (1606-1716).

27 M. Binot, métiers du bois à Lille, de la conquête française à la Révolution (1667-1789), mémoire de maîtrise d’Histoire moderne sous la direction de M. Lottin, Lille 3, 1989, p. 221-225.

28 Arch. mun. Lille 864 (1695-1769), Arch. mun. Lille 865 (1769-1790), registres pour l’élection des nouveaux maîtres des corps de stil ; Arch. mun. Lille 9512-9551, comptes du corps de métier des maçons (1751-1789). Ces comptes, conservés dans les Archives municipales de Lille, ne concernent que la seconde moitié du XVIIIe siècle. Chaque année, les maîtres maçons nommés trésoriers rendent compte de la gestion des biens de la corporation devant 1'assemblée de métier et en présence des commissaires auditeurs chargés de ce contrôle. Chaque maçon doit payer une taxe de six florins pour tout travail de maçonnerie à la façade d’une maison, cela s’étendait également aux constructions nouvelles, aux modifications... Il y eut de nombreux contrevenants, en effet, de nombreux maçons ne déclaraient pas les travaux effectués sur les façades arrières des maisons. Cette source ne nous permet de prendre en considération que les travaux déclarés.

29 Voir thèse de doctorat d’État en cours de Mme O. Lesaffre, Les Gombert, une dynastie d’architectes lillois, sous la direction de Daniel Rabreau, Paris I-Panthéon Sorbonne.

30 Simon Rostin (1672-1750), fils de Simon Rostin maître maçon, devint procureur au bureau des finances par provisions du 19 octobre 1699, voir P. Rosset, Les officiers du bureau des finances de Lille (1691-1790), Genève-Paris, Droz, 1991, p. 240. Nous renvoyons également à son contrat de mariage, Arch. dép. Nord, Tab 211 no 11, janvier 1700 : Contrat de mariage de Simon Rostin fils de feu Simon avec Pétronille Le Roy (dans le port il y a plusieurs maisons et héritages situées à Seclin, une somme d’argent de 900 florins et dans le port de la mariée, 600 florins et un douaire de 300 florins), janvier 1700.

31 Arch. dép. Nord, Tab 1807 no 46, 15 novembre 1679, adjudication des travaux de maçonnerie des fortifications de Tournai au profit de George Delemotte et de Louis Fauchille. Une liste des biens appartenant aux deux adjudicataires en 1679 est ajoutée au contrat afin de prouver la solvabilité des deux entrepreneurs ; Arch. dép. Nord, Tab 2688 no 17 3 février 1685, contrat de partage des biens achetés en commun par Louis Fauchille et George Delemotte ; Arch. dép. Nord, Tab 422 no 42 juin 1685, George Delemotte et Louis Fauchille, entrepreneurs des ouvrages du Roi à Tournai, ont pris des procureurs pour gérer leurs affaires et leurs entreprises lilloises pendant leur séjour dans la ville de Tournai.

32 Arch. dép. Nord, Tab 3324 no 90 22 mai 1686, contrat d’association entre Simon Rostin et Antoine Gombert

33 Arch. dép. Nord, Tab 2451 no 11, 1681, acquisition d’un terrain par George Delemotte et Julien Destrez pour 14142 livres. Arch. dép. Nord, Tab 2451 no 11, 1er avril 1682, acquisition par George Delemotte, Marie Morel veuve de Julien Destrez et Marguerite Destrez veuve de Jacques Le Mesre d’un terrain situé entre la rue du Bastion et la vieille enceinte contenant 2357 verges 12 pieds.

34 La distinction entre les différents types de sociétés est étudiée par H. Levy-Bruhl, Histoire juridique des sociétés de commerce en France au XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1938 ; on peut également consulter R. Szramkiewicz, Histoire du droit des affaires, Paris, 1989.

35 H. Levy-Bruhl, op. cit., p. 44.

36 Contrats d’association recensés : Arch. dép. Nord, Tab 787, no 2, 1675, contrat d’association entre Allard Briez (maître charpentier) et Simon Voilant ; Arch. dép. Nord Tab 3324 no 90 22 mai 1686, op. cit. ; Arch. dép. Nord Tab 3325, no 36, 28 février 1687, Simon Rostin, Antoine Gombert marchands chaufourniers et Bauduin Bruneau se sont entendus pour l’entretien des bois des douze chariots pour la somme de 51 florins ; Arch. dép. Nord, Tab 3325, no 59, 25 avril 1687 Antoine Gombert et Simon Rostin se sont associés dans les travaux du Roi. Ils ont convenu avec Jean-François Boulengier, fils de feu George, marchand de la livraison de 16 000 rasières de charbon de terre à cuire, chaux vive, charbon de forge d’Anzin au rivage de Tournai. Chaque rasière fut payée 10 patars et 1 liard ; Arch. dép. Nord, Tab 3326, no 64, Contrat entre Simon Rostin, Antoine Gombert et Arnould Fainart qui se sont entendus pour l’entretien des ferrailles de douze chariots et plat harnais. Le contrat est renouvelé l’année suivante le 26 juin 1688 ; Arch. dép. Nord, Tab 3326, no 65, Contrat entre Simon Rostin, Antoine Gombert et Arnould Fainart qui se sont entendus pour l’entretien des ferrailles de douze chariots et plat harnais dans les mêmes termes que celui du 26 juin 1688 ; Arch. dép. Nord, Tab 2693, no 94, 6 août 1690, Simon Rostin, George Delemotte, Antoine Gombert, Louis Fauchille déclarent être associés ensemble et font le partage des biens de leur société : Louis Fauchille et George Delemotte reçoivent 2 000 écus, Simon Rostin et Antoine Gombert se partagent deux portions de terrains et une maison à Menin évaluées à la somme de 2 000 écus, Arch. dép. Nord, Tab 2693, n 128, partage des biens de la société composée de George Delemotte, maître charpentier, de Louis Fauchille, maître maçon, de Simon Rostin et Antoine Gombert maîtres maçons et marchands « chauffouriers ». George Delemotte et Louis Fauchille conformément à leur contrat d'association doivent 2 400 florins à Simon Rostin et Antoine Gombert pour la vente et la livraison de chaux ; Arch. dép. Nord, Tab 2695, no 124, 1695, contrat d’association entre Allard Briez et Simon Voilant.

37 A. Blanchard, Vauban, Paris, Fayard, 1996, p. 424-425.

38 Arch. dép. Nord, Tab 2693, no 94, 6 août 1690, op. cit. ; Arch. dép. Nord, Tab 2693, no 128, 1690, op. cit.

39 Simon Voilant exerçait plusieurs charges au sein de la ville de Lille : il était Argentier, Architecte de la Ville et Directeur des Fortifications de Lille, Menin et Courtrai. Par ses fonctions, il avait donc un contact direct avec les membres des corporations du bâtiment. Il en était de même pour George Delemotte qui était fréquemment appelé par la ville de Lille comme expert pour des vérifications de toisés, des visites de bâtiments... Il obtint d’ailleurs la charge de clerc des ouvrages en 1693.

40 Oisivetés de M. de Vauban, publiée par le colonel Augoyat, Paris, J. Corréard, 1842-1845, 2 vol. p. 175 : « 15 novembre 1678, Lettre de Vauban à Louvois : « Voici, Monseigneur, le dernier mot de divers entrepreneurs qui se sont présentés pour les ouvrages de Menin, dont j’ai donné copie à M. l’Intendant, par lequel vous savez qu’il y en a de trois sortes, dont les premiers sont ceux qui divisent l’entreprise en sept ou huit marchés. Les seconds veulent 1'entreprise générale de la maçonnerie et des terres ; et les derniers, seulement l’entreprise de la maçonnerie. (...) Pour les troisièmes, c’est une société cachée que je ne connais point et dont Monsieur l’Intendant m’a fait secret jusqu’à présent. ». En 1690, à la fin des travaux de fortifications de Menin, les associés établissent devant notaire le solde des comptes de leur société.

41 Ibidem, p. 175.

42 Ibid p 185 Lettre de Louvois à Vauban « Il m’est revenu que quoique le Roi ait paye tous les ouvrages qui ont été faits à la Citadelle de Lille, il en est encore néanmoins dû par Voilant une somme considérable à plusieurs maçons et, entre autres, à un dont le gendre est charpentier et a travaillé dans la maison dudit Volant sans qu’il lui ait donné un sol. » ; Ibid. p. 186 Lettre de Louvois à Vauban « Je vous ai mandé un fait assez précis pour que vous puissiez en connaître la vérité ; car il est aisé de savoir s’il est encore dû de l’argent à un maçon dont le frère ou le fils soit charpentier, et si ce charpentier a travaillé à la maison de Volant... »

43 Cette analyse provient de notre travail prosopographique.

44 F. Monnier, Les marchés de travaux publics dam la généralité d'Amiens au XXVIIIe siècle, Paris, Ed. Le Moniteur, 1984. Nous retrouvons les mêmes procédures de vérification des solvabilités dans la généralité d’Amiens voir A.-S. Condette-Marcant, Le droit des travaux publics dans la généralité de Paris au XVIIIe siècle, thèse pour le doctorat en Droit, Paris II-Assas, 1997 p. 369-371.

45 François Joseph Gombert se porte garant pour Nicolas Delobel lors des adjudications de la ville. Nicolas Delobel doit fournir les matériaux et la main d’œuvre nécessaires pour les travaux et ils se partagent les gains ou les pertes. Il doit également remplacer François Joseph Gombert lors des visitations de maisons (voir Arch. dép. Nord, Tab 2373, no 39, 26 février 1732, Contrat d’association entre François Joseph Gombert et Nicolas Philippe Delobel maîtres maçons). De même en 1743, Terrache et François-Joseph Gombert se portent garant pour Joachim Joseph Dubois, maître maçon : « Supplie très humblement Joachim Joseph Dubois maître maçon en cette ville adjudicataire de la maçonnerie du quartier de Saint Maurice cavallerie disant que les clauses de son adjudication portent de donner caution pour sûreté de son ouvrage, que pour y satisfaire, il a l’honneur de vous présenter le nommé Terrache et Gombert, maîtres maçons en cette ville (...) Fait en conclave, la loy assemblée le 10 aoust 1743. » (Arch. mun. Lille, registre aux résolutions du Magistrat, 306).

46 L’ensemble de ces actes a été répertorié dans une base de données qui nous a permis de suivre les fluctuations du marché immobilier de 1674 à 1700. Pour le détail des actes, voir Arch. mun. Lille, Aff. Gén., carton 15, dossier 4, lettres patentes du Roi ordonnant la vente des héritages entrés dans la nouvelle enceinte avec procès-verbal d’estimation des terrains sept 1674-1689. Arch. mun. Lille, Aff. Gén., carton 17, dossier 1, déclaration faites par les propriétaires des maisons situées dans la nouvelle enceinte depuis la rue Dauphine jusqu'au coin de la rue du Metz 21 août 1685 ; Idem, dossier 2, pareilles déclarations depuis le rempart jusqu’au coin de la rue Saint-Pierre Neuve ; Id., dossier 3, déclaration faite par Jean Dumetz de tous les héritages lui appartenant ; Id. dossier 5, compte deuxième et final des fonds entrés dans les fortifications 1687-1690 ; Arch. mun. Lille, Aff. Gén., carton 19, dossier unique : Liasses des œuvres de loi de deshéritances des maisons et héritages situés dans l’agrandissement de 1670 tenus de la Prévôté Saint-Pierre remis au Magistrat en exécution du traité fait avec le Chapitre le 2 octobre 1726 ; Arch. mun. Lille, Aff. Gén., carton 20, liasses des œuvres de loi de deshéritances des maisons et héritages situés dans l’agrandissement de 1670 tenus de la Prévôté Saint-Pierre remis au Magistrat en exécution du traité fait avec le Chapitre le 2 octobre 1726.

47 Arch. mun. Lille, registre aux résolutions du Magistrat, 298, f°200, 10 octobre 1725, Ordonnance à la veuve de Thomas-Joseph Gombert, à François-Joseph Gombert et Angelin Senu de bâtir sur les fonds vides qu’ils ont achetés rue de Boufflers.

48 Petit édifice en bois adossé à un mur de maçonnerie.

49 Arch. mun. Lille, registre 17629, registre des ventes de biens immobiliers, 1792-An III.

50 Arch. mun. Lille, Aff. Gén., 551, dossier 10, office de clerc des ouvrages, nomination.

51 Arch. mun. Lille, Aff. Gén., 551, dossier 12, soumission de George Delemotte pour l’acquisition de l’office de clerc des ouvrages au prix de 7000 livres 23 juillet 1694.

52 Arch. mun. Lille, 12919, comptes de tutelle de George Delemotte en 1707.

53 Les rémunérations perçues pour ces fonctions sont notées dans les comptes de la ville au 10e chapitre des dépenses « chapitre de dépenses à cause des ouvrages publiques » qui devient en 1737 le « chapitre dixième des dépenses concernant les ouvrages nouveaux et les réparations et entretiens des anciens ouvrages » et au chapitre des « pensions et offices » : outre leurs gages, ils perçoivent un droit de robe, le remboursement de leur frais et le paiement de leurs vacations.

54 Voir les comptes de la corporation des maçons, Arch. mun. Lille, 9512 à 9543.

55 Arch. mun. Lille, comptes de la corporation des maçons, 9534, Sébastien Delos exécute des travaux de maçonnerie dans l’hôtel de M. d’Aigremont en 1773.

56 Arch. dép. Nord, plan Lille 296 et Arch. mun. Lille, 9539, comptes de la corporation des maîtres maçons (1777-1778).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Répartition des contribuables de la corporation des maîtres maçons
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2725/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 2 : Histogramme des contribuables de la corporation en 1696
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2725/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 3 : Histogramme des contribuables de la corporation des maîtres maçons en 1743
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2725/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 4 : Histogramme des contribuables de la corporation en 1783
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2725/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search