Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Artisans, artisanat et communautés de métier

Les maitres de métiers dans les villes anglaises et françaises

Une enquête d'histoire sociale

François-Joseph Ruggiu

Texte intégral

1L’histoire sociale connaît depuis une dizaine d’années un ensemble de mutations épistémologiques qui trouvent un écho croissant dans les travaux qui concernent la période moderne et plus particulièrement le XVIIIe siècle.

  • 1 Voir, par exemple, E. Crouzet-Pavan, Venise triomphante. Les Horizons d'un mythe, Paris, Albin Mich (...)
  • 2 J. Revel, « L’institution et le social » dans B. Lepetit (dir.), lots formes de l’expérience. Une a (...)
  • 3 G. Béaur, « Les catégories sociales à la campagne : repenser un instrument d’analyse », Annales de (...)

2Les observateurs de ce champ disciplinaire ont depuis longtemps souligné parfois en introduction à des applications pratiques1, mais le plus souvent dans des écrits théoriques2, la nécessité de dépasser les opérations de classement des habitants des villes en groupes socioprofessionnels qui étaient au centre des grandes thèses d’histoire urbaine dans les années 1960 et 1970. Indispensable pour construire la toile de fond d’une étude et à des fins de comparaison, l’exercice souffre, en effet, de limites méthodologiques qui sont à présent parfaitement identifiées et qui ont été récemment synthétisées par Gérard Béaur3. Il me semble que quatre remarques principales peuvent être faites à leur propos : La première est que les processus d’agrégation des données individuelles recueillies dans les sources utilisées — c’est-à-dire essentiellement les dénombrements, les sources fiscales ou encore les contrats de mariage — en vastes catégories socioprofessionnelles sont complexes à maîtriser sur le plan technique ; ils ont consisté trop souvent en la simple imposition sur les réalités de l’Ancien Régime de grilles d’analyse héritées des idéologies politiques apparues au moment de la Révolution Industrielle ou construites ad hoc par le chercheur.

  • 4 Le problème se pose par exemple lorsque nous mettons dans une même catégorie les rentiers et les re (...)

3Ensuite, les grandes avancées historiographiques des années 1980 et 1990 ont montré que la vie dans les villes comme dans les campagnes ne se résumait pas au travail qui est le fondement des classements socioprofessionnels ; les conduites liées aux loisirs, les comportements de la vie privée et même les pratiques de consommation ne gagnent rien à être observés au prisme des catégories socioprofessionnelles ; ils peuvent, au contraire, aider à esquisser des regroupements sociaux différents de ceux nés des agrégations de statuts sociaux ou des agrégations de revenus. De même, l’utilisation classique des catégories sociales et professionnelles rend mal compte de la place des femmes au sein de la ville en grande partie à cause de la nature des sources sur lesquelles elles sont fondées ; les historiens anglo-saxons des femmes estiment en particulier qu’elles ont une expérience de la vie et du travail différente de celles des hommes et que les tensions entre les sexes érodent le sens d’une solidarité entre hommes et femmes au sens d’un même groupe socioprofessionnel4.

  • 5 Pour une synthèse de la genèse de cette approche voir J. Revel, « Micro-analyse et construction du (...)
  • 6 Un même individu pourra ainsi changer de catégorie selon que l’on étudie les relations matrimoniale (...)
  • 7 Aristote, Politique, Livre IV, 11.

4Troisième remarque, si l’intérêt de la segmentation de la société en groupes - quel que soit d’ailleurs le principe de séparation : sexuel, démographique, géographique, professionnel, économique, religieux ou encore culturel - n’est plus à démontrer, en particulier, parce que cette augmentation ouvre la voie vers un traitement statistique, elle a néanmoins le défaut de réduire les individus à une seule de leurs particularités fondamentales. C’est donc une opération critiquable même s’il s’agit d’une des plus anciennes et les plus ancrées de la méthode historique française5. Les individus deviennent, en effet, de simples unités dans un tableau statistique et passent de manière anonyme d’une catégorie à l’autre au gré des phénomènes étudiés6. L’identité de nos citadins n’est alors pas respectée alors qu’elle est indivisible, qu’elle informe pourtant l’ensemble de leurs actes, et que ses composantes ne prennent sens que les uns par rapport aux autres : Aristote ne mettait-il pas au nombre des éléments qui déterminait le statut social d’un individu la naissance, la richesse, le cercle de ses amis, mais aussi la force et la beauté que nous excluons peut-être trop rapidement de nos analyses parce qu’elles ne rentrent pas facilement dans nos tableaux7 ?

  • 8 Voir la critique de J. Revee, « L’institution... », art. cit., p. 69.
  • 9 Pour le premier point, voir, par exemple, P. Corfield, « A provincial capital in the late seventeen (...)

5Enfin, le processus de division de la société en grandes catégories est généralement suivi de la présentation d’individus emblématiques de chacun des groupes préalablement défini. L’étude des écarts par rapport à la norme est donc sacrifiée soit au profit de la mise en valeur des dénominateurs communs entre les individus agrégés soit plus simplement par l’attribution à tous les individus regroupés des caractéristiques d’une majorité d’entre eux. Le groupe est d’ailleurs souvent promu au rang d’acteur à part entière ; doté d’une volonté commune, nous le voyons agir en particulier au sein des institutions de manière parfaitement autonome vis-à-vis des individus qui le composent8. Parfaitement adaptée pour brosser une vaste fresque de l’économie et de la société urbaines, 1'analyse par catégorie socioprofessionnelle est toujours décevante lorsqu’il s’agit d’approcher l’expérience quotidienne de la vie sociale des Français du XVIIIe siècle. Il est à noter d’ailleurs que les chercheurs anglo-saxons ont été moins marqués que nous par le primat de la description globale de l’organisation sociale. Conscients de l’utilité d’une pesée de la société, ils l’accomplissent le plus souvent à travers une grille purement professionnelle où les données sont simplement agrégées par grands secteurs de production. Ils ne se considèrent pas obligés de démontrer la validité d’un tel classement par une étude détaillée de chacun des groupes dégagés et sont donc disponibles pour d’autres interrogations, en particulier, sur les liens qui unissent les individus ou encore sur leurs identités9.

  • 10 J.M. Imizcoz Beunza, « Communauté, réseau social, élites. L’armature sociale de l’Ancien Régime », (...)
  • 11 Il existe à présent de nombreux textes qui permettent aux historiens de s’informer sur l’étude des (...)
  • 12 Je n’entrerai pas ici dans une analyse de la nature des réseaux étudiés : la plupart des historiens (...)
  • 13 M. Forsé, « Les réseaux de sociabilité... », art. cit., p. 252 ; J-L. Castellano et J-P. Dedieu (di (...)
  • 14 M. Gribaudi, Espaces, temporalités..., op. cit., p. 7.
  • 15 Ibidem, p. 313 et suivantes.

6Depuis le début des années 1990, les historiens ont entrepris de pallier les lacunes de l’analyse socioprofessionnelle par l’étude des réseaux au sein desquels les individus étaient insérés et des liens qui les unissaient au sein de ces réseaux. Selon J.-M. Imizcoz Beunza, elle permet, en effet, de prendre en compte l’individu sans perdre de vue la configuration d’ensemble de la société, les structures sociales et les grands processus du changement historique10. Le terme de réseau revient à présent avec facilité sous nos plumes, mais il me semble que là encore quelques précautions méthodologiques sont nécessaires. La network analysis est à l’origine un concept développé par les sociologues anglo-saxons dans les années 196011 ; elle a pour but d’analyser les relations qui existent entre des individus qui sont inscrits au sein d’un même réseau quel que soit son objet : réseau professionnel, réseau de parenté, réseau de voisinage ou encore réseaux de sociabilité12. Elle consiste essentiellement dans l’examen du contenu des relations entre les individus et, en particulier, des échanges qu’elles permettent, c’est-à-dire, du matériel à l’immatériel, échange de biens évidemment mais aussi échanges de services, échanges d’informations, échanges symboliques constitutifs de l’identité et du statut des personnes impliquées ou encore échanges affectifs13. Elle postule que l’étude de ces échanges, de leur nature et de leur densité, permet de rendre compte du comportement des acteurs sociaux d’une manière plus pertinente que la description de leurs attributs socio-économiques. Les techniques de la sociologie et surtout les enquêtes orales autorisent de telles analyses ; elles sont bien résumées par les annexes méthodologiques du dernier ouvrage de Maurizio Gribaudi consacré à l'étude des réseaux de relations « d’un groupe d’acteurs sociaux contemporains »14. Il a fait remplit à ses témoins un cahier d’enregistrement en deux volets et seize points dont je ne retiendrai que l’article cinq : « Quels types de liens vous semblent avoir été impliqués dans cette rencontre spécifique ? Entre parenthèses, ajoutez les précisions qui vous semblent nécessaires pour mieux illustrer les spécificités de 1'échange qui a eu lieu entre vous et la personne concernée »15.

  • 16 A. Vickery, The Gentleman’s Daughter, Londres, Pimlico, 1998 ; K. Beguin, Les princes de C onde. Re (...)
  • 17 Cette critique est également formulée par J-L. Castellano et J-P. Dedieu dans l’introduction de leu (...)
  • 18 Les spécialistes de la parenté ont parfaitement compris les conséquences négatives de l’unicité de (...)
  • 19 Sh. D’Cruze, « The Middling Sort in Eighteenth-Century Colchester: Independence, Social Relations a (...)
  • 20 Voir les neuf contributions au numéro spécial des Annales de Démographie Historique, 1995, consacré (...)

7Il est évidemment complexe pour les historiens modernistes qu’ils soient anglais ou français de réunir une telle information fondée sur l’entretien avec un témoin. Je pense que cela n’est pas entièrement impossible en particulier grâce aux livres de raisons et aux diaires à l’image du journal du sire de Gouberville qui peut être conçu comme le gigantesque cahier d’enregistrement d’un réseau de relations et peut-être grâce aux correspondances comme l’ont montré les récents travaux d’Amanda Vickery sur la sociabilité des femmes de la gentry du Lancashire ou encore de Katia Béguin sur la clientèle des princes de Condé, mais il s’agit là de cas exceptionnels16. Aussi les historiens modernistes ont-ils souvent un usage purement métaphorique de la notion d’étude de réseau, elle est réduite à la simple mise en évidence de l’existence d’un lien entre des individus ou à l’identification des individus avec lesquels un individu objet de l’étude apparaît connecté souvent à travers une seule source17. Ainsi essaye-t-on de dessiner le réseau de parenté d’un individu donné à travers les personnes présentes lors de son conseil de tutelle18 ou encore son réseau de sociabilité à travers les témoins ayant signé à son mariage, à travers les parrainages qu’il a sollicités pour ses enfants ou qu’il a accepté pour les enfants des autres, à travers les personnes avec lesquelles il est en contact dans une association ou dans une institution ou encore à travers les personnes qui sont citées dans son testament. Or, l’existence d’un lien attesté entre deux individus : un homme et son beau-frère par exemple ou les deux membres d’une même association volontaire, n’informe en rien sur la nature des échanges réels qui existent entre eux et il est hasardeux d’en tirer des conclusions trop fermes, par exemple dans le domaine des solidarités politiques ou sociales. En fait, les études qui peuvent prendre réellement en compte la nature et la densité des échanges au sein d’un réseau sont extrêmement rares pour la période moderne en grande partie faute de sources ou faute de moyens pour les manipuler. On notera cependant en Angleterre l’étude de Shani D’Cruze qui a entrepris de retracer à propos de la ville de Colchester les réseaux politiques au sein des classes moyennes19 ; en France, les études les plus approfondies sont généralement l’œuvre de spécialistes d’histoire rurale qui reconstituent les échanges de biens à travers les réseaux familiaux20.

  • 21 Sur la nécessité d’un retour à l’étude de l’individu, voit entre autres, G. Levi, « Les usages de l (...)
  • 22 Je pense ici surtout aux ouvrages de J-M. Constant, Nobles et paysans en Beauce aux XVIe et XVIIe s (...)
  • 23 Voir les travaux de Ph. Guignet mentionnés au fil de cet article ainsi que de G. Saupin, Nantes au (...)
  • 24 J-M. Moriceau, Les fermiers de l'Ile-de-France. L’ascension d’un patronat agricole, XVe-XVIIIe sièc (...)
  • 25 On notera cependant les travaux stimulants de F. Pitou, Laval au XVIIIe siècle. Marchands, artisans (...)

8L’étude des réseaux tel qu’il m’apparaît que la pratiquent les sociologues semble donc en l’état difficilement applicable à l’histoire sociale du XVIIIe siècle ; cependant l’usage métaphorique de la notion de réseau est parfaitement recevable pour au moins deux raisons : d’une part, il met un terme à la segmentation en couches horizontales de la société et il met l’accent sur les liens qui unissent verticalement les citadins ; d’autre part, il a le mérite de recentrer l’analyse sur l’individu21. C’est le cas également de la méthode des biographies familiales qui me paraît former une troisième étape de la recherche en histoire sociale- étape complémentaire et non concurrente avec les deux précédentes - mais qui est sans doute un des fronts pionniers de la décennie à venir. En fait, les reconstitutions de parcours individuels ou de trajectoires familiales ne sont pas une nouveauté dans le paysage historiographique, mais ils ont été jusqu’à présent réservés à des segments particuliers de la société. Les élites, et surtout la noblesse, se prêtent naturellement à une telle analyse en raison de la masse des fonds d’archives qu’elles ont laissé et en raison de l’importance de la notion même de lignage au sein de ces groupes22. Les élites municipales23 ou encore les élites rurales24 ont également fait l’objet de travaux centrés sur le comportement des familles dans l’espace social, mais les populations urbaines que l’on comprend ordinairement dans l’appellation de « peuple des villes » qui nous réunit aujourd’hui - et singulièrement les maîtres artisans - ont été jusqu’à présent délaissées par les chercheurs25.

  • 26 Pour les analyses les plus récentes et les plus solides des buts et des méthodes de la prosopograph (...)
  • 27 C’est un problème que l’on retrouve dans la biographie même celle d’hommes considérés comme « ordin (...)

9L’étude des parcours familiaux ressort, me semble-t-il, de deux grandes techniques. La première est la méthode prosopographique ou de la biographie collective qui a été particulièrement appliquée à l’étude des institutions26. Elle souffre cependant de plusieurs biais qui sont bien connus et qui n’enlèvent rien à la force des conclusions qu’elle permet de poser. La définition en aval d’un groupe social et l’exploration vers l’amont des voies qui ont amené les familles à intégrer ce groupe a, en effet, le double défaut, d’une part, de créer un effet de justification téléologique des réussites et, d’autre part, de lisser les carrières en les ramenant à un idéal-type auquel les parcours se conforment ou ne se conforment pas27. Il me semble que la prosopographie rejoint alors les présupposés scientifiques de l’agrégation socioprofessionnelle qui fait de l’individu le simple représentant d’un groupe dont les valeurs et les normes existent en dehors de lui et par rapport auxquelles il doit être observé.

  • 28 En une espèce d’extension de la tentative biographique faite par A. Corbin dans Le monde retrouvé d (...)
  • 29 Voir, en particulier, les nombreux travaux de R. Descimon consacrés au devenir de familles des élit (...)
  • 30 J.-L. Viret, Valeurs et parenté. L'exemple d’Écouen et de Villiers-le-Bel (1560-1685), thèse de doc (...)
  • 31 K. Wrightson et D. Levine, Poverp and Piety in an English Village: Terling, 1525-1700, New York, Ac (...)
  • 32 Cl. Dolan, Le notaire, la famille et la ville. Aix-en-Provence à la fin du XVIe siècle, Collection (...)
  • 33 S. Cerutti, La ville et les métiers..., op. cit., p. 45 et suivantes : « Je me propose de reconstru (...)
  • 34 F. Pitou, op. cit., p. 348 et suivantes.

10La deuxième grande méthode d’histoire biographique est le suivi longitudinal vers l’aval d’un groupe de lignées sélectionnées en amont qu’elles soient prises au hasard28 ou retenues sur des critères plus ou moins larges29. Jusqu’à présent les historiens des campagnes ont été les plus ardents à suivre cette piste que ce soit en France ou en Angleterre : ainsi Jérome Viret dans sa thèse sur Écouen et Villiers le Bel a-t-il constitué pour l’ensemble des familles des deux villages étudiés un dossier particulier dans lequel étaient consignés les informations venues des sources les plus diverses30 ; de même, Keith Wrightson et David Levine se sont appuyés sur un vaste ensemble de sources en particulier testamentaires pour reconstituer les familles et les réseaux de parenté de tous les villageois de Terling mentionnés dans une liste nominative de 167131. Le caractère fini d’un village d’Ancien Régime explique en grande partie l’avance des spécialistes d’histoire rurale ; le suivi non seulement d’individus mais de familles entières dans une agglomération de plusieurs milliers d’habitants, voire de plusieurs dizaines de milliers d’habitants pose des problèmes pratiquement insolubles. Pour s’orienter dans la masse labyrinthique des archives urbaines d’Ancien Régime, il faut un fil d’Ariane. Dans son travail récent sur Aix-en-Provence à la fin du XVIe siècle, Claire Dolan a ainsi étudié le milieu des notaires avant de localiser son regard sur une seule famille : les Hugoleni32 Pour le Turin du début du XVIIe siècle, Simona Cerutti a sélectionné vingt-cinq noyaux familiaux soit entre quatre-vingt et cent personnes qu’elle suit dans leur histoire urbaine33. Dans son ouvrage sur Laval au XVIIIe siècle, Frédérique Pitou a retenu toutes les familles pour lesquelles elle disposait d’au moins trois contrats de mariage sur au moins deux générations, soit deux cent quatre-vingt et un cercles familiaux34. Elle en étudie le devenir professionnel grâce au couplage avec les archives des corporations et elle parvient alors à des conclusions fermes sur l’existence de dynasties professionnelles au sein de certaines communautés et sur les processus de réorientations à l’œuvre dans d’autres métiers.

  • 35 Je rejoins ici une demande d’enquête exprimée à plusieurs reprises par D. Roche dans la préface à l (...)
  • 36 Voir les analyses de G. Levi, « Les usages de la biographie », art. cit., à propos du débat entre d (...)

11Je travaille moi-même actuellement à reconstituer le parcours d’une cinquantaine de lignées de provinciaux choisies dans les années 1720 et 1730 à travers l’espace social de quatre villes : Amiens, Canterbury, Charleville, Newcastle-upon-Tyne. Il s’agit alors de les suivre jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, soit à peu près sur trois générations, à travers l’ensemble des sources laissées à la disposition des chercheurs : dénombrements et sources fiscales, testaments et inventaires après décès, archives des corps de métier, archives municipales, archives judiciaires et archives paroissiales que l’on retrouve en France et en Angleterre ; actes notariés, qui n’existent qu’en France ; registres de bourgeois (freemen) ou encore listes électorales qui sont caractéristiques de l’Angleterre. Il est alors possible d’étudier les dynamiques qui les animent, les relations qu’elles entretiennent avec des institutions dont elles sont partie prenante avec plus ou moins d’intensité, et, enfin, les liens qui les unissent aux autres habitants de la ville35. L’unité d’observation est bien la lignée, qui réunit tous les descendants d’un ancêtre commun retenu selon un critère professionnel. L’emboîtement de la lignée, de la famille, qui regroupe un couple et ses enfants, et enfin de l’individu offre seule la garantie de travailler sur des parcours marqués par le poids de la contingence (c’est-à-dire le caractère de ce qui peut se produire ou non ; éventualité, possibilité qu’une chose se produise ou non) ; elle permet donc d’observer la manière dont les individus ont réagi face à l’éventail des possibles qui s’est offert à eux et comment ils ont subi ou fait des choix informés par leur raison, par leurs impulsions et par leur intégration des grands systèmes normatifs qui structuraient la société (comme la coutume par exemple)36.

  • 37 Ainsi, à mon sens, S. Cerutti n’évite pas toujours le danger d’un fonctionnalisme trop strict lorsq (...)
  • 38 Elles sont liées à l’organisation générale de la société, aux normes des groupes et des familles au (...)
  • 39 Ce retour vers l’individu est en fait une tendance forte de l’historiographie française dans son en (...)

12Une telle méthode n’est pas sans faiblesses et les écueils du suivi longitudinal des lignées sont à mon avis au nombre de trois. Le premier est de se contenter d’une description positiviste des trajectoires saisies à travers quelques actes clefs. Le second est de se livrer à la reconstitution hypothétique des motivations des acteurs à partir de la réalité observée. Le troisième est de faire de la lignée un acteur collectif à l’image des catégories socioprofessionnelle englobantes dont je parlais plus haut. Le chercheur a alors tendance à considérer les parcours repérés comme le résultat mécanique d’une stratégie commune qui dépasse les individus dont la lignée est constituée37. Les choix personnels qui ont informé ces trajectoires seraient donc niés alors même que le passage par la biographie individuelle doit permettre une mesure de l’espace de liberté qui existe entre les normes qui déterminent préalablement le comportement des personnes et les actes de ces derniers38. Néanmoins, il me semble qu’il y a là une possibilité de faite une histoire de la ville différente et qui est complémentaire et non exclusive de l’histoire des groupes sociaux d’une part et des réseaux d’autre part39.

  • 40 L’étude magistrale de Philippe Guignet sur les mulquiniers de Valenciennes peut ici nous servir de (...)

13J’aimerais fournir à présent deux illustrations pratiques de l’intérêt de ce retour à l’individu pris dans sa lignée comme échelle d’analyse. L’établissement de dossiers pour des familles de maîtres de métier de villes provinciales anglaises et françaises au XVIIIe siècle m’a ainsi amené à m’intéresser à la permanence d’une famille dans une profession. La vision traditionnelle de l’évolution des corps de métier urbains en France met en scène l’opposition entre, d’une part, un groupe réduit de maîtres qui se transmettent le métier de pères en fils et, d’autre part, un prolétariat de compagnons et d’ouvriers qui ne peuvent espérer accéder à la maîtrise. Elle procède d’une méthodologie éprouvée qui consiste en l’analyse des registres d’une corporation et à mesurer par périodes d’années le nombre de fils de maîtres et le nombre de nouveaux venus qui entrent dans le corps de métier et d’en tirer des conclusions sur la volonté d’ouverture ou de fermeture de la communauté étudiée40. Il est présupposé par une telle analyse que les familles de maîtres ont pour principale ambition de se perpétuer dans le métier.

  • 41 Voir les analyses à ce sujet de F.H. Panton, Finances and Government of Canterbury, eighteenth to m (...)
  • 42 Les informations utilisées ici viennent du couplage de trois sources : le registre manuel des freem (...)
  • 43 Ainsi Thomas Bates, entré dans la compagnie le 2 septembre 1734 et devenu bourgeois de Canterbury p (...)

14Un tel travail est parfaitement réalisable à propos des guildes anglaises et Canterbury fournit pour cela un exemple commode. Ville de neuf mille habitants à la fin du XVIIIe siècle, elle a longtemps été une ville textile, mais elle s’est de plus en plus tournée vers les fonctions de services qu’implique son rôle de capitale administrative de l’East Kent et de siège d’une puissante organisation diocésaine, ainsi que vers les fonctions commerciales liées, en particulier, à l’essor de la culture du houblon dans l’arrière-pays. Les corps de métier ont fortement structuré la vie économique et sociale de la ville jusque dans le troisième quart du XVIIIe siècle lorsque leur emprise a été victorieusement contestée par un ébéniste au terme d’une épique querelle juridique41. Les registres de la compagnie des drapiers et des tailleurs de Canterbury - qui semble être la seule de la ville dont les archives aient été préservées42 - attestent de la vitalité de l’institution corporative dans la ville. Au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, la fête annuelle de la compagnie était célébrée avec le faste traditionnel ; les réunions trimestrielles se déroulaient régulièrement sous l’autorité des officiers de la compagnie ; enfin, les règlements de la compagnie, en particulier en ce qui concernait le travail des femmes ou des personnes qui n’appartenaient pas à la compagnie, étaient appliqués avec une relative rigueur43. En bref, la compagnie des drapiers et tailleurs de Canterbury ressemble à bien d’autres guildes, corps ou communautés de métier d’Angleterre et de France à la même époque.

  • 44 La date de 1737 est celle de la fin de l’enregistrement des freemen dans U12/A2 ; j’ai choisi de tr (...)

Tableau 1. L’origine des freemen de la compagnie des drapiers et tailleurs de Canterbury, 1668-173744

Tableau 1. L’origine des freemen de la compagnie des drapiers et tailleurs de Canterbury, 1668-173744

a. Je dispose pour 104 de mes 141 freemen de la date précise de l’entrée dans la compagnie et pour 37 autres de la date d'entrée sur les registres de la ville qui est souvent identique, parfois légèrement antérieure ou postérieure et dans quelques cas très différente.
b. J’ai réuni ici les fils de freemen de la compagnie en particulier (36) et de la ville en général (13).

  • 45 Il s’agit des personnes entrées par les voies de l’apprentissage (44), de l’achat (27, une fois ret (...)
  • 46 Je distingue ici les freemen de la compagnie que nous pouvons assimiler aux maîtres d’un métier en (...)
  • 47 On notera que l’écart entre la somme demandée à un fils ou un apprenti de freeman 3 shillings et 4 (...)

15Cent quarante-et-un drapiers et tailleurs ont acquis la franchise de la compagnie et la bourgeoisie de la ville entre 1668 et 1737, soit environ deux par an ; les rythmes décennaux de ces entrées et les différentes proportions entre les fils de freemen et ceux qui ne l’étaient pas, sont donnés dans le tableau ci-dessus. Ils laissent deviner une compagnie qui n’était pas fermée sur elle-même puisque si quarante neuf nouveaux freemen étaient fils de freemen de la compagnie (trente-six) ou de la ville en général (treize), quatre-vingt-sept ne l’étaient pas45. Les sources convergent cependant pour montrer que les fils de freemen étaient nettement avantagés. Quarante-quatre apprentis qui n’étaient pas fils de freemen ne sont jamais entrés dans la compagnie alors que seuls dix fils de freemen inscrits sur les rôles d’apprentissage ont connu le même sort. De plus, Canterbury connaissait, comme la plupart des villes françaises, une forte variation des droits payés par les membres lors de leur entrée dans la compagnie selon leur origine. Le fils d’un freeman46 de la compagnie ne versait que la somme dérisoire de trois shillings et quatre pence -, l’apprenti d’un freeman semble avoir été assimilé au fils de freeman et versait la même somme ; en revanche, les drapiers et les tailleurs qui achetaient la franchise de la guilde — et qui étaient donc dispensés de l’apprentissage de sept ans prévu par les lois élisabéthaines - versaient un montant qui oscillait, au tournant des XVIIe et XVIIIe siècle, entre une et trois livres, voire plus à partir de la fin des années 1720, sans que les raisons des fluctuations entre les individus soient très claires47.

  • 48 Pour un aperçu sur cette question, voir F-J. Ruggiu, Les élites et les villes moyennes en France et (...)
  • 49 Par exemple, John Tomlin, tailleur, apprenti d’Edmund Harris entré dans la compagnie le 11 mai 1682 (...)
  • 50 Par exemple, William Mitchelbourne, apprenti d’Edward Morgan puis de Robert Railton entré dans la c (...)
  • 51 Un exemple parmi d’autres : John Oliver, entré dans la compagnie le 26 septembre 1687 alors qu’il é (...)
  • 52 R.M. Berger, The Most Necessary Luxuries. The Mercers’ Company of Coventry, 1550-1680, The Pennsylv (...)

16Les raisons de la relative ouverture de la compagnie peuvent être recherchée dans l’évolution de l’industrie textile à Canterbury48, mais il est important de remarquer que sur nos cent quarante-et-un nouveaux freemen, vingt-cinq seulement ont eu un ou plusieurs fils qui sont entrés dans la compagnie49 ; vingt-cinq autres ont eu un ou plusieurs fils freemen entrés dans une autre compagnie ou qui ont conservé la bourgeoisie de Canterbury alors qu’ils étaient installés dans une autre ville50 ; enfin, quatre-vingt-un n’ont eu aucun descendants mâles inscrits dans les différents registres de freemen de la ville51 ; au total 75 % des familles de drapiers et tailleurs de Canterbury ont disparu au bout d’une seule génération. Nous retrouvons ici un résultat mis en lumière par Ronald Berger à propos de la compagnie des merciers de Coventry au XVIIe siècle52 ; il note, en effet, qu’entre 1580 et 1660, seuls 50 % environ des cent soixante-huit merciers de Coventry ont réussi à établir un fils pour leur succéder ; bien des merciers importants de la ville sont donc demeurés sans héritiers. Je ne préjuge pas ici des raisons de l’abandon du métier : extinction biologique ; émigration ; changement d’orientation professionnelle qui peut refléter d’ailleurs aussi bien une ascension qu’une régression…, mais il me semble qu’il y a là une dimension que nous n’avons pas l’habitude de prendre en compte de notre côté de la Manche. Le détour par les parcours familiaux ne saurait bien sûr remettre en cause la véridicité générale des schémas fondés sur les réactions des maîtres aux fluctuations de l’activité économique. Il nous rappelle cependant que les oscillations des cycles d’accès à la maîtrise ne sont pas seulement couplées aux grands cycles économiques urbains, mais qu’ils dépendent aussi d’une autre variable : le destin démographique des familles qui composent le corps de métier. En effet, elles sont toutes engagées dans un cycle de vie original marqué, d’abord, par une différentiation en ce qui concerne le nombre d’enfants nés et le nombre d’enfants sortis de l’adolescence et ensuite par l’inégalité des individus devant la mort qui introduit des disparités entre les familles selon l’âge au décès des parents et selon l’antécédence du décès du père ou de la mère.

  • 53 Voir les sources mentionnées précédemment et A. Everitt, « Kentish Family Portrait », dans C.W. Cha (...)
  • 54 Son frère, Moses, inscrit comme apprenti en 1676 n’est pas entré lui non plus dans la compagnie des (...)

17Il ne faut pas oublier non plus le rôle des réorientations familiales qui ne sont pas moins communes dans les couches moyennes de la population que dans ses couches supérieures. Les Hasted en sont un exemple éloquent. Le fondateur de la famille, Moses Hasted, était installé paroisse Saint Peter à Canterbury au milieu du XVIIe siècle53. Il est entré par achat dans le corps des drapiers et tailleurs en 1670 et dans le corps de freemen de la ville en 1671. Un de ses deux fils, Joseph, a été inscrit en 1680 sur les registres des apprentis de la ville comme tailleur mais il n’est pas demeuré à Canterbury54. Il est bientôt devenu apprenti d’un peintre de Chatham nommé par la suite Chief Painter de la Royal Navy. Joseph Hasted lui a succédé après avoir épousé une parente de son nouveau maître et il a acquis dans le métier qu’il semble avoir choisi de préférence à une stricte reproduction familiale une notabilité respectable ainsi qu’une belle fortune. Nous devons donc garder présent à l’esprit que régulièrement certaines familles quittaient le corps de métier dans lequel elles étaient insérées ; elles laissaient ainsi dans le tissu professionnel un espace qui doit être nécessairement comblé pourvu que les conditions économiques générales, et donc le volume de travail à accomplir, soient stables ou en expansion, et ce quelle que soit la volonté par ailleurs de la communauté de métier. La reconstitution des parcours familiaux montre que le corps de métier ne se régule pas tant lui-même qu’il est régulé par les grands événements démographiques qui impliquaient ses membres et, à l’examen nominatif des enrôlements, le face à face entre les maîtres de métier soucieux de l’avenir de leurs enfants et les compagnons prolétarisés qu’est censé traduire l’évolution du recrutement d’un corps de métier tourne souvent court faute de combattants.

  • 55 Arch. dép. Somme, 3 E 24124, 29 novembre 1764.

18La seconde approche consiste en une biographie familiale proprement dite : l’histoire des Allavoine, marchands brasseurs à Amiens au XVIIIe siècle. L’arbre généalogique ne pose en apparence aucune difficulté d’interprétation. Elle paraît être une grande famille de brasseurs de la ville d’Amiens présente durant l’essentiel du siècle : elle comprend en l’état de mes recherches sur les deux premières générations que je connais et sur au moins cinq individus de ce métier : Jean-Baptiste, son frère cadet François, le fils aîné de ce dernier, François Florimond, sans doute son fils cadet, Nicolas Charlemagne, ainsi qu’un gendre, Philippe Joseph Bizet, lui-même issu d’une famille de marchands brasseurs amiénois. Elle témoigne d’ailleurs d’une exogamie féminine assez forte : la fille aînée de François, Jeanne Cécile, a, en effet, épousé un conseiller au bailliage et siège présidial d’Amiens qui est devenu par la suite subdélégué de l’intendant de Picardie ; les maris de deux de ses trois filles cadettes sont l’un marchand orfèvre et l’autre marchand ou négociant. La famille Allavoine semble donc être destinée à rejoindre dans un classement socioprofessionnel, dans une analyse de réseau ou dans une analyse prosopographique le groupe des maîtres de métier d’un niveau supérieur en mobilité ascendante. La vente, en 1764, par François de sa brasserie à un brasseur d’ailleurs étranger à la ville d’Amiens et pour la somme de vingt mille livres trouverait alors une explication simple dans la volonté de se séparer d’un bien qui ancre la famille dans son passé artisanal55. Cependant, il me semble que la biographie de la lignée des Allavoine permet de mettre l’accent sur trois points inaccessibles à celui qui se contenterait d’en faire les représentants passifs d’une catégorie définie en dehors d’eux.

  • 56 Arch. dép. Somme, 1 B 2566, inventaire du sieur François Allavoine père, 5 mars 1766 : « Item deux (...)
  • 57 Arch. dép. Somme, 1 B 2566, 5 mars 1766.

19Le premier remet en cause un des dogmes les mieux établis des recherches sur l’ascension sociale qui est l’automaticité de la solidarité au sein d’un lignage en vue de la progression de certains ou de la totalité de ces membres. Il est en particulier admis que le mariage est une affaire conclue par la génération dans l’intérêt supérieur des deux familles et qu’il doit renforcer le potentiel ascensionnel des individus. C’est bien sûr faire abstraction des conflits internes au sein des groupes familiaux et les Allavoine en sont une belle illustration puisque François Allavoine père a été en procès avec son gendre Antoine de Paris époux de Catherine Allavoine56 ; la raison m’en échappe à ce stade de mes recherches, mais elle semble avoir été suffisamment grave pour que dans les années 1760 les liens entre les Allavoine et les de Paris soient rompus ; Catherine Allavoine est absente lors de l’inventaire après décès de son père en 1766 et ses intérêts sont représentés par le procureur du roi au bailliage d’Amiens57. Les relations entre les personnes ne sont jamais le résultat mécanique de forces qui les dépasseraient et qui les contraindraient à se soumettre à une norme comportementale et à se mettre au service de la stratégie familiale.

  • 58 Il s’agit d’une analyse différente de celle qui observe les possibilités offertes aux individus sel (...)

20Le second point porte sur une dimension forcément oubliée dans les analyses catégorielles qui sont les capacités individuelles. Là encore, il y a chez les Allavoine un personnage qui nous rappelle que les moyens des individus à porter un projet personnel ou même familial ne sont pas identiques. Le fils cadet de François Allavoine père qui porte le prénom de Charlemagne ou Nicolas Charlemagne semble avoir joué un rôle minime dans l’histoire familiale : aucun acte ne l’individualise chez le notaire familial ; né avant 1732, il est qualifié en 1745 de frère puîné dans le contrat de mariage de François Allavoine fils ; en 1750 il n’est fait mention à son sujet d’aucune profession ou qualité dans le contrat de mariage de sa sœur Marguerite ; en 1764, il est garçon majeur et usant de ses droits lors de l’acte de vente de la brasserie paternelle ; en 1766, il est simplement garçon majeur lors de l’inventaire après décès de son père. Il ne semble pas en l’état actuel de ma documentation s’être marié et avoir eu une descendance. Le contraste est donc frappant entre un frère aîné que le prisme des actes notariés nous montre parfaitement installé dans les structures urbaines et un frère cadet dont les qualifications demeurent floues. Seul un approfondissement de l’enquête pourra montrer si ce contraste est bien le reflet d’une inégalité des compétences entre les deux frères. Il n’en demeure pas moins que l’historien ne doit pas limiter son analyse aux héritages symboliques, économiques et culturels - qui peuvent être d’ailleurs inégaux selon la place dans la fratrie - mais également prendre en compte les capacités des individus à les assumer ; il ne doit pas non plus focaliser ses regards sur les leaders d’une lignée mais dans la mesure du possible examiner le rôle de chacun de ses membres et leurs motivations58.

  • 59 Arch. dép. Somme, 3 E 24127, 1er juillet 1767 : « ... ne pouvant continuer le commerce ni pour son (...)
  • 60 Arch. dép. Somme, 3 E 29317, 16 juillet 1785. Charlemagne Allavoine est seulement assisté de son be (...)
  • 61 On trouvera d’autres exemples de ce processus dans la noblesse étudiée par M. Nassiet, op. cit., p. (...)
  • 62 Voir l’analyse de S. Cooper, « Intergenerational and social mobility... », art. cit., p. 295. Elle (...)

21Le troisième point insiste sur le poids de la contingence dans l’évolution des familles. Les Allavoine ont, en effet, été frappée par un malheur assez commun au XVIIIe siècle et que j’évoquais plus haut : le décès d’un fils avant son père qui dans ce cas précis était en apparence le plus prometteur. François Allavoine fils est mort le 22 octobre 1765 et il délaisse une veuve et dix enfants. Cette disparition entraîne une stagnation socio économique de la famille. Dès 1767, Geneviève Trouvain, qui semble aux prises avec des difficultés financières, a été contrainte de vendre la brasserie de son mari59 ; en 1785, le contrat de mariage d’un de ses fils, Charlemagne, laisse entrevoir une branche appauvrie et dont les connections se sont raréfiées60. Un décès prématuré est donc un de ces multiples événements mineurs, à l’échelle d’une ville, majeurs à l’échelle d’une famille, mais qui affecte puissamment le parcours de l’un dans l’autre61. Nous pourrions évoquer d’autres phénomènes moins aisément repérables, dont nous connaissons admirablement les ressorts par d’autres voies en particulier littéraires, mais que nous hésitons à prendre en ligne de compte dans une étude sociale comme par exemple les différences dans l’affection portée aux enfants62.

***

  • 63 Elle renvoie, pour reprendre une expression de T. Dutour, art. cit., à « ... l’incertitude des situ (...)
  • 64 S. Beauvalet, Le veuvage féminin en France au XVIIe et XVIIIe siècles : mythes et réalités, Mémoire (...)
  • 65 Je rejoins ici l’idée de la mort comme régulateur social que j’ai avancée pour les élites nobiliair (...)
  • 66 Je voudrais exprimer toute ma gratitude à Thierry Dutour, Philippe Guignet, Michel Nassiet et Jean- (...)

22En conclusion, ma contribution à nos travaux de ce jour se veut donc être un appel à placer l’individu au centre de nos préoccupations à travers la méthode de la biographie des lignées dont je ne méconnais cependant pas les limites et dont je souhaite la complémentarité et non l’exclusivité par rapport aux deux autres voies d’approche de la société que j’ai évoquées dans ma première partie. Je voudrais ensuite appeler à restituer à la contingence, notion que je reconnais être difficile à définir63 et, en particulier, à la mort, qui est un concept que nous pouvons plus facilement appréhender, sa part dans l’évolution de la société urbaine. Nous en connaissons admirablement les mécanismes démographiques ; nous commençons à en découvrir les conséquences précises sur les familles grâce aux travaux de Scarlett Beauvalet sur le veuvage64 ; nous continuons à minorer les disruptions de l’évolution sociale qu’elle entraîne par la disparition prématurée d’un chef de famille avant l’âge, par la mort d’un héritier ou a contrario par la survie d’un trop grand nombre d’enfants. Mises ensembles, elles contraignent l’évolution des corps de métiers aussi sûrement que les grandes mutations macro-économiques ou que les soubresauts de la conjoncture65. Les familles d’artisans vivent donc une histoire différenciée qui est faite de réussites ou d’échecs déterminés par un ensemble de facteurs dont certains sont souvent mis en avant comme la conjoncture ou l’héritage dont ressort indiscutablement le statut de fils de maître, mais d’autres sont souvent négligées comme les capacités personnelles ou simplement la contingence et le hasard. Il me semble qu’elles doivent cependant être réintégrées dans l’histoire sociale66.

Notes

1 Voir, par exemple, E. Crouzet-Pavan, Venise triomphante. Les Horizons d'un mythe, Paris, Albin Michel, 1999, p. 310 : « À l’ordinaire en effet l’histoire des sociétés citadines procède par l’analyse de leur segmentation en catégories que la fortune, le travail, le statut, la situation de dominé ou de dominant permettent de distinguer, f...] Les hommes existent mais de manière statique, leur vie se limite à une intégration dans des portraits collectifs qui encourent le risque d’être désincarnés parce que relevant seulement d’une logique socio-économique. » Elle poursuit : « De ce fait, il est devenu courant de compléter cette première approche par la mise en valeur des réseaux de relations, des liants divers qui pouvaient fonctionner horizontalement et verticalement entre les habitants d’une même cité ». Voir également, l’introduction de J-P. Dedieu et Z. Moutoukias, « Approche de la théorie des réseaux sociaux », dans J-L. Castellano et J-P. Dedieu (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, CNRS, 1998. Voir, enfin, l’analyse faite, dès 1989, par Cl. Dolan, « The artisans of Aix-en-Provence in the sixteenth century: a micro-analysis of social relationships », dans Ph. Benedict (éd.), Cities and Social Change in Early Modem France, Londres, Unwin Hyman, p. 174-194: « New sources have been submitted to statistical examination. The data they contain have been classified, counted examined for their statistical significance, and used to constructs models and typologies. A number of magisterial theses have been particularly influential in determining the methods employed in the study of French cities. These typically have sought to reconstruct the totality of urban society, and necessarily their authors were forced to classify the residents of the cities in question into socio-professional categories which in turn served as the basis for the analysis of demographical, economic and social behavior. (...) But statistical analysis and abstract categories are insufficient to do justice to the complexity of the networks of social relationships within which people find their lives woven. Statistics cannot be dispensed with entirely, for they are necessary to identify broad patterns. Equally indispensable, however, are case studies, which reconstitute the complexity of individual networks of social relations, and which become particularly significant when the recurrence of similar patterns confers upon certain cases the value of models ».

2 J. Revel, « L’institution et le social » dans B. Lepetit (dir.), lots formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, p. 63-84, p. 67 : « A vrai dire, ce pli me semble avoir marqué très largement la tradition de l’histoire sociale dont E. Labrousse a été l’inspirateur. Il affecte en particulier la très vaste littérature consacrée depuis les années 1950 à l’étude des groupes sociaux. De façon récurrente, on y rencontre une tendance à institutionnaliser les acteurs dans une optique fonctionnaliste. La base en est le plus souvent une description empirique, fondée sur l’exploitation d’une source ou d’un ensemble de sources : elle permet de compter, de classer, de hiérarchiser. À partir de là, l’identité du (ou des) groupe(s) est tenue pour acquise ». Voir également l’analyse de B. Lepetit, « Histoire des pratiques, pratique de l’histoire », dans B. Lepetit (dir.), op. cit., p. 9-22.

3 G. Béaur, « Les catégories sociales à la campagne : repenser un instrument d’analyse », Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, 106, 1999, 1, p. 159-176.

4 Le problème se pose par exemple lorsque nous mettons dans une même catégorie les rentiers et les rentières dont l’insertion dans les structures urbaines peut être très différente.

5 Pour une synthèse de la genèse de cette approche voir J. Revel, « Micro-analyse et construction du social » dans J. Revee, Jeux d'échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard, Le Seuil, p. 15-36 et G. de La Gorce, « L’individu et la sociologie. Soixante ans d’étude de la mobilité sociale », Revue de Synthèse, IVe série, no 2, avril-juin 1991, p. 237-264.

6 Un même individu pourra ainsi changer de catégorie selon que l’on étudie les relations matrimoniales, l’échelle des revenus ou encore la pratique religieuse.

7 Aristote, Politique, Livre IV, 11.

8 Voir la critique de J. Revee, « L’institution... », art. cit., p. 69.

9 Pour le premier point, voir, par exemple, P. Corfield, « A provincial capital in the late seventeenth century : the case of Norwich » dans P. Clark (éd.), The Early Modem Tonal, Londres, Longman, 1970, p. 263-310 et plus particulièrement p. 275 ; J. Ellis, « A Dynamic Society : social relations in Newcastle-upon-Tyne 1660-1760 », dans P. Clark (éd.), The Transformation of the English Provincial Towns, 1600-1800, London, Hutchinson, 1984, p. 190-227 ; les chercheurs anglo-saxons se passent parfois de catégorisation socioprofessionnelle pour se concentrer sur les liens sociaux : voir l’étude magistrale de I. W. Archer, The Pursuit of Stability. Social Relations in Elizabethan London, Cambridge University Press, 1991. Voir également les travaux récents sur l’identité féminine mais aussi masculine, par exemple, A. Shepard, « Manhood, crédit and patriarchy in early modem England, c. 1580-1640 », Past and Present, 167, mai 2000, p. 75-106. Pour une démarche fondée sur les secteurs de production en France, voir J-P. Poussou, bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle. Croissance économique et attraction urbaine, Paris, EHESS, 1983, p. 25-36 et J-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle, Paris, La Haye, Mouton, 1975, p. 242-273.

10 J.M. Imizcoz Beunza, « Communauté, réseau social, élites. L’armature sociale de l’Ancien Régime », dans J-L. Castellano et J-P. Dedieu (dir.), op. cit., p. 31-66.

11 Il existe à présent de nombreux textes qui permettent aux historiens de s’informer sur l’étude des réseaux sans passer par la lecture de l’immense bibliographie qui leur a été consacrée par les sociologues. Voir, en particulier, J-L. Castellano et J-P. Dedieu (dir.), op. cit., M. Gribaudi, Espaces, temporalités, stratifications, Paris, EHESS, 1998.

12 Je n’entrerai pas ici dans une analyse de la nature des réseaux étudiés : la plupart des historiens travaillent sur des réseaux égocentrés, ou personnels, dont le cœur est constitué par un seul individu dont on saisit les relations avec d’autres individus. L’autre possibilité est d’étudier les réseaux sociaux qui supposent « une description exhaustive des liens entre n individus de façon à pouvoir construire la matrice de ces liens », M. Forsé, « Les réseaux de sociabilité : un état des lieux », L'année sociologique, 1991, 41, p. 247-264, p. 258.

13 M. Forsé, « Les réseaux de sociabilité... », art. cit., p. 252 ; J-L. Castellano et J-P. Dedieu (dir.), op. cit., Introduction; B. Wellman et C. Wetherell, « Social network analysis of historical communities: Some questions from the present to the past », The History of Family, volume I, no 1, 1996, p. 97-121: « Its most important intellectual tool is that it can represent social structure as a network, that is, a set of nodes and a set of ties connecting these nodes. Ties represent flows of resources that reflect relation of control, dependency or cooperation. The interconnections of these ties channel resources to specific structural locations in social System. ».

14 M. Gribaudi, Espaces, temporalités..., op. cit., p. 7.

15 Ibidem, p. 313 et suivantes.

16 A. Vickery, The Gentleman’s Daughter, Londres, Pimlico, 1998 ; K. Beguin, Les princes de C onde. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, 1999, p. 149-151, en particulier : « Ces lettres furent utilisées pour circonscrire, dans un premier temps, le milieu plus large au sein duquel l’échange clientélaire était probable, pour discerner les structures, la hiérarchisation éventuelle des relations, le rôle des médiations. Les linéaments d’un réseau se dessinèrent, avec des auréoles concentriques reliées entre elles par des filières privilégiées d’accès aux princes (que les artistes empruntaient eux-mêmes), dont le poids et la place dans l’ensemble de la nébuleuse pouvaient toutefois être déformés ou grossis. Aussi la confrontation de cette esquisse avec les modalités de diffusion des protections ou des bienfaits princiers s’imposait-elle, afin d’éprouver sa valeur démonstrative et de préciser ses traits ».

17 Cette critique est également formulée par J-L. Castellano et J-P. Dedieu dans l’introduction de leur ouvrage, Réseaux, familles et pouvoirs..., op. cit.

18 Les spécialistes de la parenté ont parfaitement compris les conséquences négatives de l’unicité de la source ; elle ne permet en effet de voir qu’un réseau en action et non la parenté en général. Voir, à ce sujet, la mise au point de V. Gourdon, « Faire l’histoire des réseaux de parenté en milieux urbains : quelques réflexions préalables sur un problème complexe » lors de la journée d’étude Images et pratiques de la ville, vers 1500-vers 1840, organisée par Ph. Castagnetti à l’Université de Saint-Étienne, 1er décembre 2000. Il met, en particulier, l’accent sur la marge de manœuvre dont dispose un individu par rapport aux sollicitations dont il est l’objet de la part des membres de sa parenté. Voir également H. Neveux, « Sollicitations conjoncturelles des cercles de parenté. Position du problème à partir du milieu rural français (XVIe-XVIIIe siècle) », Annales de Démographie Historique, 1995, p. 35-42.

19 Sh. D’Cruze, « The Middling Sort in Eighteenth-Century Colchester: Independence, Social Relations and the Community Broker », dans J. Barry et Ch. Brooks (éd.), The Middling Sort of People. Culture, Society and Politics in England, 1550-1800, Londres, Macmillan, 1994, p. 181-207.

20 Voir les neuf contributions au numéro spécial des Annales de Démographie Historique, 1995, consacré aux réseaux de parenté.

21 Sur la nécessité d’un retour à l’étude de l’individu, voit entre autres, G. Levi, « Les usages de la biographie », Annales ESC, no 6, novembre-décembre 1989, p. 1325-1336.

22 Je pense ici surtout aux ouvrages de J-M. Constant, Nobles et paysans en Beauce aux XVIe et XVIIe siècles, Lille, 1981 et de M. Nassiet et en particulier Parenté, noblesse et états dynastiques, 15e-16e siècles, Paris, EHESS, 2000.

23 Voir les travaux de Ph. Guignet mentionnés au fil de cet article ainsi que de G. Saupin, Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, Presses Université de Rennes, 1996.

24 J-M. Moriceau, Les fermiers de l'Ile-de-France. L’ascension d’un patronat agricole, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1994. Voir la longue introduction méthodologique « Le champ de l’enquête » et, particulièrement, p. 29 : « Les patronymes de l’échantillon 1740-1789 forment désormais le point de départ de notre recherche d’histoire sociale. Chaque famille forme le noyau central d’une reconstitution généalogique à la fois ascendante, pour retrouver les étapes de la trajectoire sociale antérieure, et descendante pour suivre les destins ultérieurs ».

25 On notera cependant les travaux stimulants de F. Pitou, Laval au XVIIIe siècle. Marchands, artisans, ouvriers dans une ville textile, Société d’Archéologie et d’Histoire de la Mayenne, Laval, 1995, de S. Cerutti, La ville et les métiers. Naissance d’un langage corporatif (Turin, 17e-18e siècle), Paris, EHESS, 1990 et d’A. Thillay, IM liberté du travail à Paris sous l'Ancien Régime. L'exemple du faubourg Saint-Antoine, Doctorat Nouveau Régime sous la direction de M. le Recteur Durand, Université de Paris IV-Sorbonne, 1999.

26 Pour les analyses les plus récentes et les plus solides des buts et des méthodes de la prosopographie ainsi que de leur évolution, on pourra se reporter aux travaux d’E. Anceau, Les députés du Second Empire : prosopographie d’une élite du XIXe siècle, Paris, H. Champion, 2001, p. 20 et suivantes, Ph. Hamon, Messieurs des finances. Les grands officiers de finance dans la France de la Renaissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, et O. Mattéoni, Servir le prince. Les officiers du duc de Bourbon à la fin du Moyen Age, 1356-1523, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999.

27 C’est un problème que l’on retrouve dans la biographie même celle d’hommes considérés comme « ordinaires ».

28 En une espèce d’extension de la tentative biographique faite par A. Corbin dans Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998, p. 7 : « Il s’agit en effet d’inverser les procédures de l’histoire sociale du XIXe siècle. Celle du « peuple », sinon celle des élites, se fonde sur l’étude d’une gamme restreinte d’individus au destin exceptionnel ; lesquels par le seul fait de prendre la plume se sont extirpés du milieu qu’ils évoquent. Ils ont voulu porter témoignage ou se constituer en exemples ; d’où ces études présentées comme autant d’analyse de la « parole ouvrière », de la « parole des femmes » ou de celle des « exclus ». Ces travaux ont fait le bonheur des éditeurs depuis la fin des années 1960. On ne s’est guère interrogé sur ce que les membres de cet être collectif, qui ne cesse d’advenir au cours du siècle et que l’on baptise « peuple » pouvaient alors penser de ces témoignages militants [...]. Mon but ici est d’opérer un rassemblement, puis d’effectuer un assemblage de traces dont aucune n’a été produite par le désir de construire l’existence de Louis-François Pinagot en destin, ni même le désigner comme un individu susceptible d’en avoir un ».

29 Voir, en particulier, les nombreux travaux de R. Descimon consacrés au devenir de familles des élites parisiennes des XVIe et XVIIe siècles.

30 J.-L. Viret, Valeurs et parenté. L'exemple d’Écouen et de Villiers-le-Bel (1560-1685), thèse de doctorat, Université de Paris X, 1998, 3 volumes, I, p. 43-51. Voir également pour le sud de la France, E. Pélaquier, De la maison du père à la maison commune. Saint-Victor-de-la-Coste, en Languedoc rhodanien (1661-1799), Montpellier, Publications de l’Université Paul Valéry, 1996.

31 K. Wrightson et D. Levine, Poverp and Piety in an English Village: Terling, 1525-1700, New York, Academie Press, 1979. Le travail de K. Wrightson et D. Levine est demeuré relativement isolé car les sources anglaises ne permettent que très difficilement de procéder à une reconstitution du parcours social d’une famille. Voir à ce sujet la communication de Christopher Brooks lors de la table ronde Liens sociaux et actes notariés dirigée par S. Beauvalet, V. Gourdon et F-J. Ruggiu à l’Université de Paris IV, le 24 mars 2001 (à paraître aux Presses de l’Université de Paris-Sorbonne).

32 Cl. Dolan, Le notaire, la famille et la ville. Aix-en-Provence à la fin du XVIe siècle, Collection Histoire Notariale, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1998. Voir aussi la partie intitulée « Biographies et idéal social » dans A. Thillay, op. cit., p. 446-453 et l’article essentiel de L. Fontaine, « Droit et stratégies : La reproduction des systèmes familiaux dans le Haut-Dauphiné (XVIIe-XVIIIe siècles) », Annales ESC, no 6, novembre-décembre 1992, p. 1259-1277 qui couple à propos d’une famille, les Gourand de Clavans, l’analyse sur plusieurs générations des testaments avec les actes liés à la gestion du patrimoine.

33 S. Cerutti, La ville et les métiers..., op. cit., p. 45 et suivantes : « Je me propose de reconstruire des parcours urbains envisagés, autant que possible, dans leur globalité. Les choix professionnels et de résidence, les alliances matrimoniales mais aussi, travers le parrainage, les réseaux de dettes et de créances et les investissements économiques seront considérés avec une égale attention, en vue de reconstruire l’éventail des choix possibles qui se sont présentés aux acteurs sociaux. Mon intention est de laisser ces derniers, dans la mesure du possible, signaler d’eux-mêmes le poids relatif de chacun de ces éléments de leur biographie ; le travail de reconstruction historique a pour tâche, je crois, de mettre en évidence les régularités et les discordances, et de tenter, par des voies différentes, de les interpréter ». Le travail de S. Cerutti ressort indiscutablement du suivi longitudinal des familles, mais elle part de l’aval c’est-à-dire un dénombrement de quartiers de Turin en 1630 — pour remonter vers l'amont c’est-à-dire la période où les familles repérées commencent à opérer à Turin soit la fin du XVIe siècle.

34 F. Pitou, op. cit., p. 348 et suivantes.

35 Je rejoins ici une demande d’enquête exprimée à plusieurs reprises par D. Roche dans la préface à la nouvelle édition de son livre Le Peuple de Paris, Paris, Fayard, 1998, p. xiv et xvi. Voir également S. Cooper, « Intergenerational social mobility in late-seventeenth and early-eighteenth century England », Continuity and Change, 7 (3), 1992, p. 283-301.

36 Voir les analyses de G. Levi, « Les usages de la biographie », art. cit., à propos du débat entre déterminisme, rationalité relative et interactionnisme.

37 Ainsi, à mon sens, S. Cerutti n’évite pas toujours le danger d’un fonctionnalisme trop strict lorsqu’elle analyse les mariages des deux groupes qu’elle étudie les artisans de cour et les revendeurs originaires des vallées de Lanzo comme le résultat d’une stratégie liée à l’évolution des privilèges en particulier commerciaux au sein de la ville de Turin : « Une configuration politique fondée autour des privilèges, si prégnante à tous les niveaux de la vie sociale, et si présente jusque dans les activités les plus menues, permet d’avancer certaines hypothèses sur la signification des choix matrimoniaux et professionnels en fait relationnels — des groupes dont on a suivi l’histoire. (...) Le sens apparaît plus clairement aussi de ce que j’ai appelé, d’un terme général, une « tendance à l’ouverture » en direction de nouveaux milieux, perceptible dans les familles d’artisans de la cour et dans celles de revendeurs, malgré la force de leur cohésion interne. Ces choix d’intégration s’orientent, au moins potentiellement, vers la création de groupes au sein desquels les activités protégées par les privilèges ducaux cohabitent avec les professions marchandes et artisanales. Ces groupes réunissent des orientations professionnelles antagonistes dans la vie de la ville ». Les effets d’accumulation et de proximité peuvent jouer pour certains des membres de ces groupes sans qu’ils aient conscience de participer à une stratégie. Cela dit, je ne veux pas écarter l’idée que la lignée puisse être un acteur collectif, en particulier à travers la continuation d’une politique au fil des générations ; on en trouverait sans peine des exemples, surtout dans la grande noblesse ; voir à ce sujet M. Nassiet, op. rit., p. 203 et p. 259.

38 Elles sont liées à l’organisation générale de la société, aux normes des groupes et des familles auxquels appartient l’individu. Voir par exemple L. Fontaine, « Rôle économique de la parenté », Annales de Démographie Historique, 1995, p. 5-16, qui évoque les contraintes produites par les familles de la chevalerie immédiate d’Empire étudiée par Ch. Duhamelle : « Cette contrainte... est plus ou moins intériorisée à travers l’éducation censée développer les sentiments de devoir, d’obéissance, de sacrifice réciproque, de soumission à la continuité des générations ; à travers les rites familiaux (assemblées annuelles des parents, cérémonies de passage à la majorité, mariages, etc...) et aussi à travers la valeur symbolique attribués à certains biens matériels (seigneurie éponyme, joyaux anciens, reliques, archives, etc.) et, last but not least, par le caractère coercitif des sanctions qui s’abattent sur ceux qui ne respectent pas les règles du jeu (exclusion successorale explicite dans les contrats familiaux qui prélude au déclassement social) ».

39 Ce retour vers l’individu est en fait une tendance forte de l’historiographie française dans son ensemble ; voir les contributions de P. Boucheron, « L’historien et son autre : remarques sur la saisie de l’individu et la recherche historique », dans P. Michon (dir.), D’individuation dans les sciences sociales aujourd’hui, Paris, 1998, p. 42-57 et de T. Dutour, « La fécondité d’un tournant historiographique. Histoire de l’action publique (France, 13-15 siècle) et perspectives d’analyse interactionnistes », à paraître. Il est clair que l’accent mis actuellement par les historiens sur l’individu n’est pas sans lien, conscient ou inconscient, avec le progressif évanouissement des grandes idéologies qui, dans les années 1950 et 1960, insistaient sur le collectif.

40 L’étude magistrale de Philippe Guignet sur les mulquiniers de Valenciennes peut ici nous servir de guide : il envisage successivement les trois niveaux d’analyse qui sont possibles à partir des registres corporatifs : la place respective au sein des cohortes d’apprentis de ceux qui sont fils de maîtres et de ceux qui ne le sont pas ; la proportion de membres de chacun des deux groupes qui accèdent à la maîtrise ; enfin, le temps d’attente à la promotion magistrale, Ph. Guignet, Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois au XVIIIe siècle, New York, Arno Press, 1977, p. 463-534.

41 Voir les analyses à ce sujet de F.H. Panton, Finances and Government of Canterbury, eighteenth to mid-nineteenth century, University of Kent at Canterbury D. Phil, 1998, p. 25-56. Les archives des guildes de Canterbury sont très lacunaires, mais elles attestent la force de l’organisation corporative jusque dans les années 1770; voir, par exemple, Canterbury Cathedral Archives (CCA), U 60 Account Book of the Company of Carpenters, Joiners, Carvers, Masons, Bricklayers, Tilers, Coopers, Turners, Glasiers and Painters of Canterbury, 1651-1713; U 12 Canterbury Woollen Drapers’ and tailors company records, 1529-1995.

42 Les informations utilisées ici viennent du couplage de trois sources : le registre manuel des freemen de Canterbury consultable en accès libre dans la salle de lecture des CCA et deux registres de la compagnie des drapiers et tailleurs de la ville (Woollen Drapers’ and Tailors’ Company) : CCA, U 12/A2 : Memoranda book, 1602-1748 et, plus particulièrement, ff. 118-118-126 : Enrollments of apprentices, décembre-septembre 1743 et ff. 157-181 : Admission of freemen of the company, décembre 1611-avril 1737 et CCA, U 12/A3 : Memoranda Book, 1664-1731. L’enregistrement de l’admission des freemen dans U 12/A2 souffre d’une forte lacune entre 1687 et 1718 qui peut cependant être palliée sans difficulté grâce aux autres sources mentionnées. Les filiations sur lesquelles je m’appuie ici ont été établies à partir des sources professionnelles et non des registres paroissiaux ce qui supposerait un travail de reconstitution des familles qui d’une part n’existe pas pour Canterbury et d’autre serait très ardu à mener pour des raisons techniques.

43 Ainsi Thomas Bates, entré dans la compagnie le 2 septembre 1734 et devenu bourgeois de Canterbury par achat le 17 avril de la même année, avait été déféré devant les institutions municipales le 17 septembre 1729 « for carrying the trade and business of a tailor not being tree of the said city or of this company... » (U12/A3, f. 165). Le délai de cinq ans qui suit l’admonestation de la régularisation de la situation ne doit pas dissimuler l’existence d’un contrôle et son efficacité même retardée.

44 La date de 1737 est celle de la fin de l’enregistrement des freemen dans U12/A2 ; j’ai choisi de travailler sur soixante-dix ans ce qui me garantit l’observation de deux, voire de trois générations de freemen.

45 Il s’agit des personnes entrées par les voies de l’apprentissage (44), de l’achat (27, une fois retiré le cas litigieux de John Hartcup qui achète la bourgeoisie en 1723 alors qu’il est le fils d’un victualler de Canterbury) ou du mariage (16).

46 Je distingue ici les freemen de la compagnie que nous pouvons assimiler aux maîtres d’un métier en France et les freemen de la ville de Canterbury, qui se rapprochent des bourgeois d’une ville française ; en fait, les deux groupes se confondent largement et l’inscription dans une guilde entraînait automatiquement la jouissance de la bourgeoisie de la ville, mais il pouvait y avoir un net écart en temps entre l’acquisition de la franchise d’une compagnie puis de la bourgeoisie de la ville. Les freemen se différenciaient des autres habitants de la ville en ce qu’ils bénéficiaient de privilèges politiques, comme le droit de voter lors des élections municipales et parlementaires, mais aussi économiques comme le droit d’exercer leur métier dans la ville et sa banlieue.

47 On notera que l’écart entre la somme demandée à un fils ou un apprenti de freeman 3 shillings et 4 pence soit 40 pence et celle demandée à un étranger à la ville jusqu’à 60 shillings ou 720 pence soit dix-huit fois plus ne doit pas être surestimé car un montant de trois livres demeure relativement modeste dans l’Angleterre de la fin du XVIIe siècle. Il existait, de plus, des facilités de paiement (voir U12/A3, f. 167) et, enfin, le montant du droit d’entrée était vraisemblablement sujet à négociation comme l’atteste a contrario une note dans U12/3, f. 140, 11 juillet 1721, qui précise que Richard Rippon devrait payer trois livres pour son entrée dans la compagnie et que « ail members that shall be be purchasers shall not for the future be admitted for any less fine ».

48 Pour un aperçu sur cette question, voir F-J. Ruggiu, Les élites et les villes moyennes en France et en Angleterre (XVIIe XVIIIe siècles), Paris, L’Harmattan, 1997, p. 19-20.

49 Par exemple, John Tomlin, tailleur, apprenti d’Edmund Harris entré dans la compagnie le 11 mai 1682 et devenu bourgeois de la ville le 8 février 1681. Son fils, John junior, tailleur, est lui même devenu bourgeois de la ville, le 25 septembre 1714, par droit d’hérédité.

50 Par exemple, William Mitchelbourne, apprenti d’Edward Morgan puis de Robert Railton entré dans la compagnie le 1er avril 1724 et bourgeois de la ville depuis le 24 juin 1721 ; il a bien eu un fils qui est devenu bourgeois de la ville mais alors qu’il était victitaller et installé à Sheerness et qu’il désirait sans doute jouir du droit de vote attaché à la bourgeoisie de Canterbury ; sa fille a en revanche épousé un tailleur de Canterbury entré dans le corps après 1737.

51 Un exemple parmi d’autres : John Oliver, entré dans la compagnie le 26 septembre 1687 alors qu’il était devenu bourgeois de Canterbury quelques jours auparavant ; c’est le fils d’un tailleur, George Oliver, lui même entré dans la compagnie en 1669 et qui avait lui-même son apprentissage sous l’autorité d’un William Oliver qui était vraisemblablement un parent. John Oliver n’a pas eu de descendant ayant acquis la bourgeoisie de Canterbury, mais il a formé au moins cinq apprentis qui sont tous entrés dans la compagnie dans les années 1700 et 1710. Dix destins familiaux me sont par ailleurs demeurés inconnus.

52 R.M. Berger, The Most Necessary Luxuries. The Mercers’ Company of Coventry, 1550-1680, The Pennsylvania State University Press, 1993, p. 272-273.

53 Voir les sources mentionnées précédemment et A. Everitt, « Kentish Family Portrait », dans C.W. Chalklin et M.A. Havinden (ed.), Rural change and urhan growth, 1500-1700. Essays in English Regional History in honour of W. G. Hoskins, Londres, 1974, p. 169-199.

54 Son frère, Moses, inscrit comme apprenti en 1676 n’est pas entré lui non plus dans la compagnie des drapiers et tailleurs de la ville. Joseph Hasted est le grand-père du grand historien du Kent, Edward Hasted.

55 Arch. dép. Somme, 3 E 24124, 29 novembre 1764.

56 Arch. dép. Somme, 1 B 2566, inventaire du sieur François Allavoine père, 5 mars 1766 : « Item deux dossiers de procédures tenues par le défunt contre le sieur de Paris marchand orphèvre son gendre et par ledit sieur de Paris contre le défunt... ».

57 Arch. dép. Somme, 1 B 2566, 5 mars 1766.

58 Il s’agit d’une analyse différente de celle qui observe les possibilités offertes aux individus selon leur position dans la famille ; le chef d’une famille peut parfaitement ne pas être l’aîné même s’il faut faire attention aux effets de source.

59 Arch. dép. Somme, 3 E 24127, 1er juillet 1767 : « ... ne pouvant continuer le commerce ni pour son compte ni pour celui de ses enfants et pour d’autant libérer la succession dudit sieur Allavoine... ».

60 Arch. dép. Somme, 3 E 29317, 16 juillet 1785. Charlemagne Allavoine est seulement assisté de son beau-frère, Charles Antoine Brahier, négociant, et de sa sœur ; il déclare avoir pour tous biens la somme de huit cents livres provenant de ses épargnes.

61 On trouvera d’autres exemples de ce processus dans la noblesse étudiée par M. Nassiet, op. cit., p. 77 en particulier.

62 Voir l’analyse de S. Cooper, « Intergenerational and social mobility... », art. cit., p. 295. Elle étudie 225 testaments passés à King’s Lynn entre janvier 1687 et mars 1703. Sur 97 testateurs ayant deux enfants ou plus, 46 laissent des legs équivalents à leurs enfants et 51 des legs inégaux dont 24 paraissent suggérer une inégalité de traitement pour des raisons subjectives.

63 Elle renvoie, pour reprendre une expression de T. Dutour, art. cit., à « ... l’incertitude des situations réelles ».

64 S. Beauvalet, Le veuvage féminin en France au XVIIe et XVIIIe siècles : mythes et réalités, Mémoire d’habilitation, Université de Paris IV, 1999.

65 Je rejoins ici l’idée de la mort comme régulateur social que j’ai avancée pour les élites nobiliaires urbaines. Voir F-J. Ruggiu, op. cit., p. 95-97.

66 Je voudrais exprimer toute ma gratitude à Thierry Dutour, Philippe Guignet, Michel Nassiet et Jean-Pierre Poussou pour l’aide qu’ils ont bien voulu m’apporter lors de la préparation de cet article. Depuis plusieurs années, Vincent Gourdon a la gentillesse de me faire partager ses connaissances sur la sociologie appliquée à l’histoire ; qu’il en soit ici remercié.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. L’origine des freemen de la compagnie des drapiers et tailleurs de Canterbury, 1668-173744
Légende a. Je dispose pour 104 de mes 141 freemen de la date précise de l’entrée dans la compagnie et pour 37 autres de la date d'entrée sur les registres de la ville qui est souvent identique, parfois légèrement antérieure ou postérieure et dans quelques cas très différente.b. J’ai réuni ici les fils de freemen de la compagnie en particulier (36) et de la ville en général (13).
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search