Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Artisans, artisanat et communautés de métier

La localisation du commerce et de l'artisanat à Bruxelles au milieu du xviiie siècle

Claude Bruneel

Texte intégral

  • 1 A. Cosemans, De bevolking van Brabant in de XVIIde en XVIIIde eeuw, Bruxelles, 1939, p. 68-72, 80-8 (...)
  • 2 Je remercie vivement G. Auquier, L. Delporte et I. Pierret-Parmentier pour leur aide dans la cartog (...)
  • 3 « qu’il faut interroger en détail et avec beaucoup de circonspection pour en obtenir une déclaratio (...)

1Par l’édit du 27 décembre 1754, Marie-Thérèse d’Autriche prescrit un dénombrement de la population de son duché de Brabant1. Officiellement, il s’agit d’éclairer l’Impératrice sur le nombre de ses sujets. En fait, l’entreprise est née d’une préoccupation fiscale. La souveraine, en ordonnant l’enquête, répond à une demande des États de Brabant, soucieux de lever un nouvel impôt. Bruxelles n’échappe pas à la règle. Les dix « grands quartiers » de la ville, composés de quarante sections (carte 1)2 sont parcourus, rue par rue, maison par maison, par les responsables de l’opération. Elle se déroule sous la responsabilité des capitaines respectifs de la garde bourgeoise. Ils sont aidés par les fabriciens et les maîtres des pauvres. Ils recueillent, non sans difficultés, les déclarations des habitants3 ou, dans de rares cas, - ils le mentionnent explicitement - le témoignage d’un voisin. L’opération, entamée le 3 janvier 1755, n’est pas encore terminée à l’échéance imposée, soit le 15 du même mois.

  • 4 J. Verbeemen, « Bruxelles en 1755. Sa situation démographique, sociale et économique », Bijdragen t (...)

2Comme tous les dénombrements antérieurs pratiqués en Brabant, l’enquête est centrée sur le ménage. Le manque d’uniformité dans l’exécution du travail se traduit par des approximations. Par rapport à ses instructions, le recenseur s’octroie une marge d’appréciation tantôt bénéfique tantôt regrettable pour l’historien. Ainsi le sexe des enfants et des domestiques n’est pas toujours stipulé car l’ordonnance ne le demandait pas explicitement4. Certains prennent l’initiative de le mentionner, d’autres se bornent strictement à suivre les directives.

  • 5 A. Cosemans, op. rit., p. 88 ; J. Verbeemen, op. cit., p. 213.
  • 6 Ils sont relatifs aux sections de Sainte-Catherine et du Béguinage, qui comptaient l’une 1403 et l’ (...)

3De même, la ventilation entre les ménages, au sein d’une même demeure, n’apparaît pas toujours clairement. Des ambiguïtés subsistent parfois. Le problème se pose principalement lors de l’occupation de plusieurs chambres dans un immeuble. Il s’agit souvent de femmes ou de jeunes filles, sans profession ou aux occupations modestes. Sont-elles isolées et constituent-elles autant de ménages distincts ou, au contraire, vivent-elles ensemble à deux ou trois, ne formant alors qu’un seul ménage ? Certains agents indiquent clairement la situation, par exemple en usant d’accolades. D’autres sont beaucoup moins soigneux. La distinction entre les maisons est mieux faite. Néanmoins, de part et d’autres, les imprécisions entraînent des interprétations différentes. Elles expliquent certaines divergences entre historiens. J. Verbeemen compte 15949 ménages et 8716 maisons privées habitées. De son côté, A. Cosemans s’arrête aux nombres de 13603 et 9782 pour 38 sections de la ville5. En effet, deux cahiers ont malheureusement disparu6. Dans la présente étude, la ventilation a abouti au résultat de 15753 chefs de ménage.

  • 7 Une synthèse ancienne publiée par A. Wauters, op. rit., 3e section, B, p. 13-15, donne le détail pa (...)

4La population totale de la ville s’élève à près de 58 000 habitants7. C’est donc la cité la plus peuplée des Pays-Bas autrichiens. En dépit de ses imperfections, le dénombrement offre également un bon aperçu de l’économie bruxelloise. Sous cet angle aussi, son exploitation a déjà été tentée par Jos. Verbeemen. Capitale des Pays-Bas autrichiens, Bruxelles accueille la Cour et attire la noblesse. Siège du gouvernement central, elle héberge de nombreux fonctionnaires. R. De Peuter, qui s’est attaché au grand négoce, considère qu’au XVIIIe siècle, la production textile retient la moitié des actifs occupés dans l’industrie, les activités marchandes et les services. Le commerce du grain, du vin et du tabac, le raffinage et le négoce du sucre sont également importants, sans toutefois qu’une activité particulière soit dominante.

  • 8 Cette proportion fort élevée ne s’explique pas seulement par la variété des professions. Elle résul (...)
  • 9 R. de Peuter, Brussel in de achttiende eeuw. Sociaal-economische structuren en ontnnkkelingen in ee (...)

5Le dénombrement des « industries » de 1764 donne une mesure du phénomène, l’enquête de 1755 en offre une autre. D’après celle-ci, selon Verbeemen, les secteurs du textile et du vêtement occupent un peu plus de 5000 personnes, soit 24,3 % des actifs. Seuls les domestiques les dépassent quelque peu en importance (27,6 %). Si l’on excepte le groupe des « autres professions », ne rentrant pas dans les catégories définies par l’auteur (16,5 %)8, les rivales les plus proches se situent au niveau des 5 à 6 % pour le commerce et les industries du bois et de la pierre. L’alimentation, les boissons représentent chacune un peu moins de 4 %9.

  • 10 Abbé Th. A. Mann, Abrégé de l’histoire ecclésiastique, naturelle et civile de la Ville de Bruxelles (...)

6La ville abrite plusieurs marchés, aux bêtes, aux grains, au charbon, au bois, au lin. Les villageois des alentours apportent leurs produits aux marchés au beurre et au fromage. Bruxelles compte aussi une Boucherie, située au marché aux herbes, et un marché aux poissons, sans oublier de petits marchés particuliers. Le total est estimé à une quinzaine en 1785. Deux foires franches se tiennent chaque année sur la Grand-Place10.

  • 11 C. Bruneel et L. Delporte, « Approche socio-professionnelle de la population bruxelloise en 1783 », (...)
  • 12 Ont été considérés comme pauvres les chefs de ménage déclarés tels, officiellement assistés ou non, (...)
  • 13 Sections 1, 4, 5, 8, 9, 11, 28, 33, 34. La correspondance entre le nom des sections et leur numérot (...)

7Dans son étude, Jos. Verbeemen n’a pas pris en considération le facteur géographique. Il a donc paru intéressant de s’attacher à cet élément jusqu’ici négligé. En effet, la ville n’est pas une entité homogène. Du point de vue social, le fait a déjà été prouvé pour 178311, il est tout aussi avéré une trentaine d’années plus tôt. La répartition de la pauvreté et de l’aisance12 au gré des sections le confirme (graphique 1). La misère se réfugie hors des murs de la première enceinte, elle s’étend au-delà dans la zone moins urbanisée, elle se presse contre les nouveaux remparts, établis au XIVe siècle. De nombreuses sections présentent par ailleurs un caractère mixte13. Même le quartier de la Cour et le riche espace du Sablon comptent leurs pauvres.

  • 14 Aucune profession n’est indiquée pour 1238 chefs de ménage sur 15753. Le plus souvent, seul l’état (...)

8La rue se révèle à cet égard un meilleur terrain d’observation encore, offrant plus de cohérence. La mesure n’a toutefois pas pu s’effectuer à cet échelon. En effet, chaque recenseur n’a pas pris le soin de mentionner son itinéraire avec précision. Il a donc fallu se borner à la division en sections. Les 14515 professions de chefs de ménage ont donc été classées suivant ce critère14.

  • 15 Sont ainsi distingués le marchand de pain d’épices selon qu’il opère au marché ou en rue. Les fabri (...)
  • 16 « A la modewinckel », « Vend le plaisir des dames », « Gaet met de lanterne magyq », « gaet met een (...)
  • 17 Cf. J. Verbeemen, op. cit., p. 109, 121, 122 entre autres. Par ailleurs, certaines traductions prop (...)
  • 18 J. Verbeemen, op. cit., p. 104, n. 1, concède que ces gens ne sont « probablement pas tous marchand (...)
  • 19 « Lesdits Bourgeois internes peuvent exercer tous Métiers, Manufactures & Marchandises dans la Vill (...)

9La liste des occupations retenues par les agents du dénombrement appelle un bref examen. Le libellé, donné en ancien flamand, est souvent précis et nuancé15. Il découle, sans uniformisation apparente, de la réponse reçue ou de l’interprétation que le capitaine de quartier en donne. La qualité du travail varie quelque peu au gré du zèle de chacun. Certaines expressions ont la saveur du vécu16. D’autres paraissent se recouvrir. S’agit-il purement et simplement de synonymes ou une subtile nuance sépare-t-elle deux réalités ? Il est souvent hasardeux de trancher. Des problèmes de compréhension demeurent parfois sans solution. Ils tirent leur origine de l’emploi de mots devenus archaïques et de régionalismes17. Enfin, dans un cas, l’expression est claire mais traduit, pour notre propos du moins, une réalité floue. Le mot Poirtersneringh a été traduit ici par « activité bourgeoise ». Il ne s’agit pas en effet uniquement de l’exercice d’un commerce, comme l’évoque le terme18, mais de tout « trafic » (industrie, artisanat, services) dont le monopole est réservé au seuls bourgeois de la ville19.

10L’emploi de l’expression est attesté 154 fois, dans 24 quartiers sur 38. Les plus hautes fréquences sont observées dans six sections, extérieures à l’enceinte primitive.

  • 20 Le dénombrement cite 136 merciers, 14 grands, 3 petits, 22 magasins de mercerie plus cinq petits. P (...)
  • 21 Apparemment pour Bruxelles, sans que ce soit explicitement précisé, par J. Verbeemen, op. cit., pou (...)

11La distinction entre commerce et artisanat est souvent malaisée à établir. Elle risque aussi d’être quelque peu artificielle, compte tenu de l’absence d’uniformité des critères retenus par les différents auteurs de l’enquête. L’un parlera de boutique, l’autre le sous-entendra, mais demeurent-ils constants dans leurs choix20 ? Une autre difficulté au sein d’une profession artisanale est de distinguer les patrons et les ouvriers. Les maîtres, dans les métiers relevant de la structure corporative, ont été censés appartenir à la première catégorie, les compagnons relever de la seconde. Cette solution, déjà adoptée par d’autres21, est certes discutable, mais elle a semblé la moins mauvaise. En effet tout maître n’est pas nécessairement indépendant, il peut se mettre au service d’un autre. L’inverse n’est pas exclu pour une minorité de compagnons. Mais comment trancher en l’absence d’indications supplémentaires ? D’autre part, fortuitement ou non, l’agent chargé du dénombrement n’a pas toujours noté cette précision relative au statut corporatif.

12Compte tenu de ces constatations, les regroupements ont été effectués avec prudence. La distinction n’a pas été maintenue entre tenants d’une même activité, selon qu’ils appartiennent à l’un ou l’autre sexe. Pour le reste, les multiples nuances qui ont été respectées ont sans doute indûment allongé la liste et nourri des doublets. Tantôt sans doute, on l’a déjà évoqué, les variantes sont artificielles, puisqu’elles tiennent à l’expression retenue par le recenseur. Enfin le problème des rares cumuls n’a pu être résolu qu’arbitrairement. Faute de détails, la première mention citée a été considérée comme l’occupation principale.

  • 22 J. Verbeemen, op. cit., p. 223.

13Dans ces limites, les différentes professions relevant du commerce ou de l’artisanat aboutissent à un total de 487. Elles s’inscrivent dans un éventail de 660 environ pour l’ensemble des activités urbaines22.

Tableau 1. Nombre de professions différentes relevant du commerce et de l'artisanat

Fréquence des professions

Nombre de quartiers

32-39

4

40-49

7

50-59

9

60-69

15

70-78

3

TOTAL

38

14D’un quartier à l’autre, la gamme s’étend de 32 à 78. La plus grande fréquence se situe entre 60 et 69, mais les valeurs s’étendant de 40 à 59 sont bien représentées également. Le lien avec la pauvreté du quartier est généralement attesté, mais il n’est cependant pas absolu.

  • 23 C. Bruneel et L. Delporte, op. cit., p. 466, 474-484.

15La question du rapport à la population vient naturellement à l’esprit. Combien y a-t-il d’habitants pour une entreprise et cette proportion varie-t-elle d’un quartier à l’autre ? L’élaboration de la réponse pécherait par beaucoup d’approximations. Les différentes circonscriptions n’offrent pas la même superficie, la densité de population est variable. Surtout, la structure par âges et, plus précisément, la proportion d’adultes et d’enfants, la taille du ménage ne sont certainement pas uniformes dans la ville. Ces facteurs ne sont pas indépendants du niveau social23. Dès lors, en dépit de ses limites, la comparaison du nombre de chefs de ménage est sans doute plus pertinente.

Tableau 2. Part relative ( %) des chefs de ménage actifs dans le commerce et l’artisanat

Tableau 2. Part relative ( %) des chefs de ménage actifs dans le commerce et l’artisanat

En caractères gras : valeurs > à la moyenne plus un ecart-type

16De premiers contrastes se dégagent. Les quartiers qui ceinturent la Grand-place se caractérisent tous par un pourcentage élevé de commerçants et d’artisans, de 47,7 à 73 %. La partie haute de la ville, à l’intérieur de la première enceinte, est au contraire nettement déficitaire sous cet angle. D’autres fonctions urbaines y prévalent. Elles n’excluent toutefois pas dans leur sillage des activités mercantiles, numériquement faibles, mais bien typées. Le franchissement des vestiges des anciens remparts conduit à un autre paysage. Tantôt il s’impose d’emblée, tantôt il émerge après la traversée d’une zone de transition. Au-delà, en direction des murs extérieurs de la ville, la richesse et 1'aisance s oublient peu à peu au fil du cheminement : la densité de population faiblit, jardins, petits champs et espaces boisés jettent leur note de couleur entre les murailles des habitations.

17Un regroupement des professions des chefs de ménage par grands secteurs d’activité permet de nuancer ces premières constatations. A cette fin un compromis a été recherché entre deux préoccupations, le souci de constituer des catégories aux effectifs suffisamment étoffés, mais sans verser dans des regroupements excessifs. Ceux-ci auraient eu pour effet de masquer l’existence de branches effectivement présentes, mais à la main-d'œuvre réduite. Au sein de certaines d’entre elles d’ailleurs, le déséquilibre entre professions peut être énorme. Ainsi, les 544 chefs de ménage actifs dans l’habillement couvrent un éventail de vingt-trois métiers. Toutefois sept patrons sur dix sont tailleurs ou fripiers. Sur 98 professions relevant du textile, près de la moitié des 802 personnes concernées exercent le commerce de la dentelle, produisent des toiles, sont merciers ou chiffonniers. Vingt-deux professions travaillent le cuir et les peaux. Plus des trois-quarts de leurs membres sont cordonniers ou savetiers.

18Par ailleurs, faute de mieux, la rubrique, déjà évoquée, des « activités bourgeoises » a été maintenue comme telle. Les occupations trop sporadiques ont alimenté une rubrique « divers ».

19Quatre branches, le textile et l’habillement, l’alimentation et la boisson se partagent 55 % des 4611 chefs de ménage occupés dans le commerce ou l’artisanat. Les produits agricoles et horticoles, la production laitière interviennent à concurrence de 6 %. Les 39 % restants sont éparpillées entre 19 types d’occupations, avec un maximum de 5 % pour les orientations les plus fournies (graphique. 2).

20La répartition géographique du négoce et de l’industrie au sein de la cité mérite quelque attention. Même diffuses, toutes les branches se retrouvent dans la plupart des quartiers, c’est la conclusion d’un examen superficiel. Seuls quelques secteurs peu étoffés-ils atteignent difficilement la trentaine de chefs de ménage -, sont implantés dans quinze sections au plus.

Tableau 3. Présence au sein de la ville des différents secteurs du commerce et de l’artisanat

Secteurs d’activités

Nombre de quartiers sur 38

Secteurs d’activités

Nombre de quartiers sur 38

Alimentation

38

Banquiers, courtiers, intermédiaires

28

Boisson

38

Livre, papeterie, imprimerie

27

Cuir, peaux

38

Briques, tuiles

25

Habillement

38

Verrerie, miroiterie

24

Hygiène, santé, parures

38

Activité "bourgeoise”

23

Textile

38

Poterie, porcelaine

22

Bois, pierre

36

Transport

21

Métal

36

Chapellerie

15

Peinture, décoration

36

Hôtellerie, logement

15

Productions agricoles,

36

Chasse, pêche

11

horticoles, bétail

Vannerie

11

Divers

35

Joaillerie

5

Tabac

32

  • 24 Les sections 20 et 26.
  • 25 Les sections 22 et 23. Le dénombrement relatif à la section 21, dont relève le canal, fait défaut.

21La présence certes n’est parfois que symbolique. Elle n’exclut pas des foyers de concentration. Ainsi le secteur de la chasse et de la pêche rassemble quatre adulateurs de Nemrod et trente-deux zélateurs de Neptune. La majorité de ces derniers est naturellement établie dans les deux sections de la cité24 traversée par la rivière, la Senne. De même, le transport, par bateau mais aussi par charrette, est de fait l’apanage des deux circonscriptions proches du canal et de ses quais25.

22Peu ou prou, de nombreuses professions se retrouvent donc disséminées dans maintes parties de l’espace urbain. Néanmoins des traits dominants caractérisent la plupart des quartiers. Pour les déceler, 1'importance des différents secteurs du commerce et de l’artisanat, dans chaque section, a été mesurée par rapport à l’ensemble de l’activité en cause sur tout le territoire de la cité. Au cas où le résultat était au moins égal à la somme de la moyenne et de l’écart-type, il a été jugé probant (carte 2).

  • 26 Les quartiers 35 et 36.
  • 27 Section 10 : 52 chefs de ménage pauvres (11,7 %) et 32 nantis (6,4 %). Section 29 : 5 chefs de ména (...)
  • 28 Les quartiers 17 et 23.

23Selon ce critère, sur 38 quartiers, quatre seulement n’affichent aucune particularité. Deux sont franchement pauvres26 et situés à la périphérie, près des remparts. Les deux autres offrent un profil plus partagé. Les sections 10 et 29 abritent à la fois des démunis et des nantis. Les seconds sont supérieurs en nombre dans celui-ci, les premiers l’emportent dans celui-là27. Toutes les autres divisions territoriales offrent au moins un trait typique. Certaines les accumulent même. Tel est le cas des quartiers riches de la Cour et du Grand Sablon, de la section de Saint-Géry, le berceau de la ville, mais aussi d’écarts, encore peu bâtis et adossés aux remparts28.

  • 29 Sections 2, 12, 17, 18, 19, 25, 27, 39.

24Il a paru opportun de regrouper ces constatations dans une esquisse plus synthétique (carte 3). La cartographie des activités dominantes reflète le découpage socio-économique de Bruxelles. Dans le bas de la ville, au centre, autour de la Grand-Place, l’activité commerciale est prépondérante29. Toutefois, l’hôtellerie est presque absente (0,5 %) tout comme la parure et les soins de santé (3,8 %). La production et la vente de boissons ne dominent dans aucune des sections qui forment le cœur de la cité. Cependant, au sein de ce bloc, elles représentent toutefois 21 % de la branche et 10 à 15 % de l'activité commerçante et artisanale toutes professions confondues. Le promeneur peut y rencontrer 79 cabarets, 26 débits de vin, un café et 14 brasseries. Des 39 bouchers de la ville, 31 sont assez logiquement agglutinés dans la division qui porte leur nom. La Boucherie de la ville y met ses installations à disposition. Six autres se pressent dans la section 19 qui la jouxte, le Schoenbeeckwyck. Des raisons similaires expliquent le rassemblement des poissonniers dans le même secteur. Ils y ont leur maison corporative et leur marché.

  • 30 Sections 13, 37, 38.
  • 31 Sections 11, 16.

25En s’éloignant du cœur de la cité, le promeneur découvre des activités plus artisanales. L’espace y est évidemment moins compté. À l’intérieur de la première enceinte encore30 ou flanquées contre elle31, émergent la chapellerie, la peausserie, la boissellerie, les activités relevant en tout ou en partie du bâtiment.

26De l’autre coté de la Senne, le Ververstraetwyck est orienté vers la peinture et la verrerie. L’Overmolenwyck, autour du Vieux-Marché, héberge près de 50 % d’ouvriers et de pauvres. La population y est largement tournée vers le textile et l’habillement. Un fripier sur cinq y exerce son négoce. Les occupants d’une caserne contribuent sans doute à la prospérité du secteur des spiritueux. Huit distillateurs sont prêts à répondre aux besoins, épaulés par les cabaretiers. La présence de la rivière contribue à expliquer l’activité brassicole.

  • 32 Deux vachers, un maraîcher, trois meuniers.

27Le haut de la ville livre une image toute différente. Les quartiers de la Cour et du Grand Sablon respirent l’aisance. Les hôtels de maîtres s’y multiplient. Entre les deux, la zone de la rue de Ruisbroeck, est plutôt dévolue aux fonctionnaires... et au tabac. De part et d’autre l’activité est à l’avenant. Les boutiques à la mode étalent leurs tentations. Les professions vouées à l’habillement sont naturellement implantées dans la zone, mais elles n’exercent pas de position dominante. L’art du vêtement le cède en importance à d’autres services aux nantis : la décoration des intérieurs, l’orfèvrerie et plus encore la joaillerie, l’hôtellerie, la banque, les professions de la santé. L’offre en matière alimentaire et en produits frais est également à relever32. Pour étancher la soif ou favoriser la sociabilité, cafés, cabarets, débits de vin et de brandevin rencontrent les besoins d’une population mixte. En effet, un peu plus de la moitié des 860 chefs de ménage sont des ouvriers, du personnel de service, voire des pauvres. L’orientation de leur activité est évidemment à la mesure du quartier. Domestiques, cochers, palefreniers, ouvriers tailleurs, couturières, garçons perruquiers ou cordonniers, fendeurs ou porteurs de bois de chauffage, maçons louent leurs bras aux gens bien nés.

  • 33 Almanach nouveau pour l'année M. DCC. LVII ou Le Guide Fidel tant des Etrangers que Domiciliés dans (...)

28En contrebas, le quartier de la Vieille Halle aux blés, assure le lien avec le bas et l’ouest de la capitale. Le Nonce y tient sa résidence. Sur la place du même nom, quatre hôtelleries accueillent les voyageurs, « L’Empereur », « Le Cerf », « Le Vieux Loup » et « Le Dauphin »33. La diligence venant de Paris par Cambrai, Valenciennes et Mons y trouve son terminus. Non loin de là, dans la rue de l’Hôpital, aboutissent les voitures publiques en provenance respectivement de Lille par Courtrai et Gand, de Liège et, enfin, d’Anvers par Malines. Parmi les activités artisanales, le textile et poterie s’imposent. Cette division de la capitale forme une zone de transition.

  • 34 Les sections 3, 30, 31, 32.
  • 35 Almanach nouveau, op. cit., p. 58 et 70.

29À l’autre extrémité de la ville haute et sur la pente menant à la partie basse s’étendent quatre quartiers34 bien typés. Ils accueillent l’administration royale, la Chancellerie de Brabant, la collégiale Sainte-Gudule avec son chapitre de chanoines. Les envoyés de France et d’Angleterre y ont établi leur résidence. Les activités dominantes se ressentent de ce voisinage : hôtellerie, banque, professions tournées vers l’hygiène et la santé, mais aussi la présence de nombreux débits de tabac à priser marquent la physionomie de cette partie de la ville. Le voyageur a l’embarras du choix pour se loger. Rue de la Montagne, « Le Grand Miroir », « La princesse de Neubourg », le « Saint Jaques » et « Le Roy de Pologne » offrent les commodités requises. À proximité, rue de la Putterie, « La Main d’Or » et « Le Refuge de Groenendael », « Tirlemont » près de la Chancellerie sont autant de concurrents35.

  • 36 Ibid., p. 63.
  • 37 Sections 7, 8, 9.

30À l’ouest, s’étend le quartier de la Chapelle. Les feux du Sablon s’y éteignent progressivement. Sur le marché même fleurit une manufacture de cuirs dorés36. D’autre part la rue Haute, qui mène aux remparts, y trouve son amorce. Inexistante au début du parcours, la misère s’y affirme au fil de la progression vers les murs extérieurs. Les périphéries vivent la pauvreté. L’activité en porte l’empreinte. Les sections de Saint-Julien, de Saint-Pierre, de la Blanchisserie37 privilégient, parmi les besoins jugés élémentaires, tantôt le tabac tantôt la boisson. Les terrains en friche expliquent la présence de maraîchers, de jardiniers, de fleuristes. Un imprimeur, les cinq marchands de plumes à écrire, les quatre fabricants et vendeurs d’allumettes établis à Bruxelles étoffent le tableau.

31En poursuivant le circuit des remparts, le visiteur aborde le Cruyskenswyck. Fort peu urbanisé et plutôt pauvre, il est traversé par un grand axe, la rue d’Anderlecht, qui mène au gros faubourg de ce nom. Il n’est par ailleurs pas éloigné du Vieux-Marché, établi dans la zone adjacente. La branche du textile et de l’habillement y est surtout représentée par des fripiers, des chiffonniers, des fabricants de doublures. Tisserands, fileurs et fileuses, dentellières et lavandières sont également en nombre. Les activités liées au travail du cuir, les secteurs alimentaires et de la boisson émergent aussi. Si le quartier est bien doté en boulangers, il ne compte pas de bouchers. Les 739 chefs de ménage peuvent cependant acheter la chair chez deux « vendeurs de viande ». Enfin, comme dans d’autres franges de la ville, maraîchers et vachers contribuent à alimenter la population en produits frais.

32Plus à l’est et jusqu’au canal, dans les quartiers de Jéricho et de la chaussée de Flandre, la même activité se déploie jusqu’au rempart. Dans le voisinage de la voie d’eau, le transport l’emporte. Les bateliers et les charretiers, possédant véhicule et cheval, y ont tous établis leurs pénates. Le commerce des cendres, de Hollande probablement, y trouve son siège. Les industries du verre et de la brique, la chapellerie, la production et le débit de spiritueux s’y remarquent.

  • 38 B. d’Hainaut-Zveny (dir.), La place des Martyrs, Bruxelles, 1994, p. 37-65, 157-176.

33De l’autre côté du canal, l’homogénéité de la périphérie est rompue. Le quartier du Grand Béguinage, pour lequel les données font défaut, s’y étend. Son voisin, le vingt-huitième quartier, s’articule autour de la rue du Fossé-aux-Loups, de la longue Rue Neuve et, plus tard, à partir de 1775, de la place Saint-Michel38. L’urbanisation de cette zone est relativement récente. Elle date du milieu du XVIIe siècle, avec la création de la paroisse du Finistère. Professions libérales, gens de justice, fonctionnaires, rentiers et bourgeois aisés y font bon ménage avec les « attachés à la Comédie ». Deux cafés offrent des occasions de rencontre. L’activité commerciale, moins intense, relève de la peinture et de la décoration, des cuirs et des peaux. Quatre petites fabriques de draps, d’étoffes et de tapis occupent quelques tisserands et fileurs et, probablement, la centaine d’ouvriers domiciliés dans les environs.

34Au-delà de cette zone de rupture, le paysage social retrouve son allure traditionnelle. Quatre secteurs, tous pauvres, confinent aux remparts. Deux d’entre eux, on l’a vu, n’offrent aucune dominante. Le quartier de Saint-Laurent se distingue à peine dans les occupations liées à la brique ou au tabac. Le quartier dit Ossendael, menant à la Porte de Schaerbeek, offre un paysage encore fort rural. Sa population se livre donc principalement à la production laitière et maraîchère.

  • 39 46 chefs de ménage sur un total de 110, 41,8 %.
  • 40 110 chefs de ménage sur les 4611 occupés dans le commerce et l’artisanat.

35La vision sectorielle gagnerait certainement à être complétée par l’établissement de cartes particulières, dévolues à chaque profession. À défaut de pouvoir d’ores et déjà présenter ici de tels résultats, une question sera cependant ébauchée, celle du commerce de luxe. Elle bute au premier chef sur un problème de définition. La notion est d’ailleurs relative, tributaire d’un milieu et d’une époque. Dans certains cas, le caractère hautement spécialisé de l’activité déclarée facilite la sélection. Le parfumeur, le confiturier, le magasin « à la mode », le vendeur de moutarde d’Angleterre ou de toile de Cambrai méritent bien sûr d’être retenus. Mais d’autres catégories sont visiblement hybrides, tels les orfèvres. La même enseigne couvre vraisemblablement des réalités fort différentes. Il n’est pas anodin de constater que ces commerçants - certains ne sont-ils pas restés de simples artisans ? - sont présents en force39 dans quinze divisions de la cité, alors que les pâtisseries et confiseries ou les cafés, leurs suivants immédiats dans le classement des effectifs, ne sont implantés que dans 8 ou 9 sections de la ville. Dès lors, les données risquent d’être artificiellement gonflées. Par contre d’autres activités sont écartées sans doute indûment, faute de précisions. Comment faire le départ entre le vendeur de dentelle courante et le magasin de luxe, à moins que la même personne ne vende l’un et l’autre type d’ouvrage ? Enfin quelques uns déclarent une activité mixte, marchand de porcelaine et de poterie. C’est au prix de telles incertitudes qu’on a retenu 25 activités, groupées en dix secteurs et occupant 110 chefs de ménage (2,38 %)40, qui ont semblé refléter le commerce d’articles de haut niveau.

Tableau 4. Les commerces de luxe

Nature

Nombre de chefs de ménage

Présence dans x quartiers sur 38

Cafés

11

9

Denrées coloniales

9

6

Livres

9

7

Mode, vêtements et lingerie

9

6

Orfèvrerie, joaillerie

46

15

Papeterie

3

3

Parfumerie

4

4

Pâtisserie, confiserie, confitures

11

8

Porcelaine

6

5

Toile, décoration

2

2

Nombre de secteurs différents

10

Total des chefs de ménage

110

  • 41 Les sections 2, 3, 13, 40.
  • 42 Les sections 37, 38, 39.

36Présence dans x quartiers sur 38 11 Trois pôles se détachent assez naturellement. Le plus étoffé s’inscrit dans la partie commerçante du centre de la ville. Quatre sections contiguës41 comptent 22 types différents de boutiques, occupant 28 chefs de ménage. La zone englobe, entre autres, le quartier de la Vieille Halle aux blés, la très commerçante rue de la Madeleine ; elle abrite le « Bureau général des Postes aux lettres », établi près du « Manneken-pis ». Dans les quartiers voisins42, l’offre est moins abondante, mais néanmoins présente. Dans le prolongement, la place de la Monnaie, avec l’hôtel du même nom et, en face, le Spectacle, conduit à la Longue rue neuve et ses alentours bourgeois, le quartier du Fossé-aux-loups. Dans ces deux divisions, un magasin de mode, trois cafés, deux pâtissiers et quatre orfèvres y attendent le chaland.

  • 43 Les sections 1, 4, 5.
  • 44 Les sections 29, 30, 31, 32.

37Un deuxième pôle (10 commerces, 20 chefs de ménage) se définit naturellement dans le haut de la ville, dans le voisinage de la Cour, de la noblesse et des fonctionnaires43. Les deux seuls joailliers de Bruxelles y sont établis en compagnie de huit orfèvres. Enfin les alentours de la Chancellerie et de Sainte-Gudule44 forment le troisième îlot, moins bien pourvu encore. Trois cafés, un orfèvre, un pâtissier seulement y offrent leurs services.

  • 45 L’artiste aurait sans doute été défini par les termes « kunstschilder » ou « fijnschilder ». A rele (...)
  • 46 D’après J. Verbeemen, « Antwerpen in 1755 », Bijdragen tot de Geschiedenis, t. XL, 1957, p. 37, 53- (...)

38Les problèmes critiques déjà évoqués à propos du commerce de luxe peuvent assurément être étendus aux métiers d’art. Leur nomenclature et leur identification dans les sources font problème. Ainsi les 44 peintres relevés dans le dénombrement comptent peut-être quelques artistes en leur sein45. Si tel est le cas, à l’une ou l’autre exception près, ils se fondent dans l’anonymat du groupe. Les 43 chefs de ménage jugés appartenir au type d’activités envisagées sont principalement des sculpteurs (13), des fabricants d’instruments de musique (8), des artisans travaillant le cuir (8) ou des tailleurs de pierres précieuses (8). Ils forment un peu moins d’un pourcent (0,93 %) de l’ensemble des indépendants actifs dans le commerce et l’artisanat. C’est moins qu’à Anvers où le résultat, de 1,2 %, grimpe jusqu’à 4,2 % si l’on y inclut le secteur diamantaire. Il est vrai que celui-ci, avec 171 chefs de ménage, forme une branche en soi dans la métropole46. À Bruxelles, la dissémination de ces professions dans la ville est plus éparpillée que l’implantation des commerces de luxe. Sans doute la moitié des artisans d’art sont-ils installés dans les mêmes sections de la capitale que ceux-ci. De manière plus générale, huit sur dix ont établi leur atelier au cœur de la ville, à l’intérieur de la première enceinte, ou près de la Cour ou du Sablon.

39Une vision synthétique devrait situer le commerce et l’artisanat par rapport aux autres professions, de façon à restituer l’image complète d’un quartier. Un tel examen a été limité ici à la huitième section, le quartier de Saint-Pierre, du nom de l’ancienne léproserie. Située à l’extrémité ouest de la ville, adossée aux remparts, elle est traversée par un axe principal, ancienne voie romaine, la « Haute rue ». Cette zone réunit le plus grand nombre de pauvres de Bruxelles : 47 % des ménages sont déclarés vivre dans cet état.

  • 47 Mais bien quelques ouvriers.
  • 48 Dans ce dernier cas un quart de l’effectif total de Bruxelles, fin 1773, à l’occasion d’une crise, (...)

40L’auteur du dénombrement relève 54 professions différentes à ranger dans le commerce ou l’artisanat. Ce nombre s’inscrit encore dans les fréquences hautes, même si la classe modale se situe de 60 à 69 (cf. tableau. 1). Quatorze secteurs seulement sur vingt-quatre sont représentés. Ces activités sont le fait de 125 chefs de ménage sur les 659 que compte le quartier, toutes occupations confondues. La proportion de fabricants, au nombre de quatre, de boutiquiers et de petits patrons s’élève donc à 19 %. Quatre branches retiennent les deux tiers d’entre eux (graphique J). Les producteurs et les débitants de boissons, 29 chefs de ménage au total, sont les plus nombreux. En valeur relative (23,2 %), ils dépassent largement la représentation attestée pour l’ensemble de la ville (14,7 %). La nature de ces commerces, dont le volume de l’activité est naturellement inconnu, reflète le niveau de vie de la majorité des habitants. Si les cabarets et les vendeurs de brandevin sont nombreux, l’absence de tavernes servant du vin ne surprend guère. Le textile, joint à l’habillement, reflète un taux d’occupation très voisin. Ensuite, mais très proches en nombre, sont les métiers relevant de l’alimentation et des productions maraîchères, laitières et horticoles. L’habillement et le cuir ne sont pas des activités négligeables non plus. Quelques 20 tailleurs et 21 cordonniers au total, patrons et ouvriers, s’activent dans le quartier. La présence de certaines catégories ne doit cependant pas faire illusion. Ainsi, la santé est abandonnée à trois personnes. La section n’accueille aucun médecin ou apothicaire. Seuls un chirurgien, un barbier pauvre et un rebouteux cherchent les faveurs de la population. La zone est tout aussi négligée par les perruquiers. Seul un patron, sur la centaine qu’abrite la ville, et son ouvrier représentent la profession dans ce quartier défavorisé. Le soin des âmes est laissé à un unique prêtre. Un maître d’école et un écrivain public incarnent le savoir. Au rang des absents encore sont à mentionner les bouchers et poissonniers, les vendeurs de tabac à priser47 ou, dans d’autres registres, les orfèvres et les gens de loi, avocats et procureurs. Un seul épicier, sur les 109 que compte la ville, tient boutique rue Haute. Boulangers, marchands de farine, vendeurs de graisse, maraîchers et surtout vendeurs de fruits48, répondent aux besoins alimentaires de la population.

  • 49 86 chefs de ménage sur 291, toutes professions confondues.
  • 50 39 chefs de ménage sur 368, toutes professions confondues.
  • 51 Un fantassin de la Compagnie du drossard gagne environ 313 sols par mois, y compris les gratificati (...)

41La localisation des établissements n’est pas indifférente. Près de 70 % de ceux-ci ont pignon sur rue sur l’axe principal de communication, la rue Haute. Ils rassemblent 30 % des chefs de ménage installés dans les maisons qui s’y dressent49. Les voies perpendiculaires et la rue des Marolles, qui elle est parallèle, n’abritent donc que 30 % à peine des artisans et commerçants. Toutes professions confondues, les deux groupes ne constituent que 11 % des foyers de cet ensemble de rues50. Ils sont composés presque exclusivement de cabaretiers et de deux vendeurs de brandevin. La rue des Marolles accueille toutefois deux fabriques, l’une de bas, l’autre d’étoffes. Un atelier de fileurs de laine est établi rue du Faucon. Enfin, la rue Haute rassemble un autre fabricant de bas et trois marchands de dentelles. L’implantation de ces entreprises dans ce quartier défavorisé découle sans doute de la présence en nombre de la main-d'œuvre potentielle. De nombreux tisserands, une cinquantaine de fileurs de laine, près de trente tricoteurs et tricoteuses de bas, des retordeurs de fils, des couturières, une soixantaine de dentellières, des lavandières peuplent les alentours des ateliers. Près de trois chefs de ménage sur dix relèvent de ces professions. Une industrie spécifique, qui ne se rencontre pas dans le reste de la cité, est la fabrication et la vente d’allumettes. Enfin l’uniforme, symbole de l’autorité, s’impose par le nombre. Les soldats du drossard de Brabant et surtout du prévôt de l’Hôtel, les deux compagnies de gendarmerie de l’époque, sont presque exclusivement établis dans cette partie de la ville. Est-ce le fait de la présence dans le quartier des anciennes casernes des hussards, de la proximité de la prison de la porte de Hal, de la volonté de surveiller des « classes dangereuses » ? Est-ce tout simplement la possibilité de trouver un hébergement adapté à leurs revenus qui les conduit dans cette zone déshéritée51 ? Il me paraît hasardeux de trancher entre ces hypothèses. La présence du bourreau et de ses auxiliaires, tous trois logés rue du Faucon, scelle aussi l’image du quartier.

  • 52 124 chefs de ménage sur 659, soit 18,8 %.
  • 53 309 sur 659, soit 46,8 %.
  • 54 22 sur 659, soit 3,3 %.
  • 55 79 sur 291, soit 27,2 %.
  • 56 230 sur 368, soit 62,5 %.
  • 57 Respectivement 132 sur 291 (45,3 %) et 77 sur 368 (20,9 %).

42Parmi les métiers peu qualifiés, fendeurs et porteurs de bois sont nombreux. Près d’un cinquième de la population ne déclare pas de profession52 et la plupart simultanément confessent leur détresse matérielle. Au total, un peu plus de trois cents chefs de ménage, soit 47 %, il faut le rappeler, sont pauvres53. Une infime frange, 3 %, bénéficie du secours officiel de la Table du Saint-Esprit54. Ici aussi, le contraste entre l’épine dorsale du quartier et ses satellites est indéniable. La comparaison tourne manifestement à l’avantage de l’axe principal. Il n’abrite que 27 % de chefs de ménage défavorisés55. Les rues et les impasses qui s’y greffent servent de refuge à 62 % des foyers végétant dans cet état56. Inversement, le type d’immeubles rend compte d’une autre différence. Les chefs de ménage occupant une chambre sont plus nombreux rue Haute (45,3 %) que dans le restant du quartier (20,9 %)57.

43La pauvreté offre plus d’un visage. Le sort des défavorisés du quartier dit de Saint-Pierre n’est qu’une illustration parmi d’autres d’une réalité polymorphe. Une ébauche de comparaison tend à le prouver. Elle vise à mettre en exergue ce qu’il semble prématuré de qualifier, avant un plus ample examen, de simples nuances.

44Ainsi, à l’autre bout de la ville, le quartier dit Ossendael, occupe le troisième rang (27,9 %) au classement des chefs de ménage démunis. Cette section elle aussi est limitée dans son étendue par l’existence des remparts. Elle débouche sur la Porte de Schaerbeek, qui conduit au village de ce nom. Le paysage y revêt un caractère encore nettement moins urbain que dans le quartier de Saint-Pierre.

  • 58 117 chefs de ménage sur 695, soit 16,8 %.
  • 59 C. Bruneel, « Un épisode de la lutte contre la mendicité et le vagabondage. La maison de correction(...)

45La population compte à peine moins de chefs de ménage sans profession (16,8 %)58 que dans ce dernier (18,8 %). Seize se déclarent mendiants - sans doute faut-il comprendre officiellement autorisés à mendier59 - alors qu’il n’y en a aucun dans le quartier huit. Serait-ce le signe qu’ici une aisance générale plus grande leur permet d’espérer des dons charitables, qui là sont exclus ? Faut-il y voir simplement le port d’attache, le soir venu, de gens qui sollicitent le passant dans des coins plus prospères ? En effet, les beaux quartiers entourant la collégiale Sainte-Gudule et la Chancellerie ne sont pas éloignés. Une hypothèse n’exclut d’ailleurs pas l’autre. Si la seconde se vérifiait, elle devrait alors pouvoir être étendue également à la section dite de Saint-Pierre. La distance est à peine plus grande pour rejoindre le haut ou le centre de la ville. Il faut bien le constater, les faits ne confirment pas cette supposition. Il est vrai que la condition jugée honteuse peut se dissimuler sous le couvert d’une prétendue activité ou, tout simplement, sous l’étiquette de la pauvreté. Les personnes explicitement déclarées subsister dans cet état y sont tellement nombreuses !

  • 60 41 % des ouvriers maçons sont établis dans quatre quartiers pauvres, les sections 7, 9, 34 et 35.
  • 61 Ces ouvriers se retrouvent à concurrence de 51,8 % dans trots quartiers pauvres, les sections 34, 3 (...)
  • 62 Deux maîtres maçons sont fixés dans la section 33, qui est contiguë, sur un total de 18 pour toute (...)
  • 63 Appelée aussi, en 1781, Cul de sac des animaux.
  • 64 Le quartier abrite également une autre fabrique, dont la nature n’est pas précisée.

46Le nombre de professions relevant du commerce et de l’artisanat est moins varié, 40 contre 54. Les cultures maraîchères et la production de lait retiennent 30 % des patrons incarnant ce secteur dans l’ensemble de la ville. Toutefois, cette main-d'œuvre ne groupe en réalité que 6,7 % des chefs de ménage de la section, ouvriers compris. D’autres branches sont numériquement plus importantes comme le bâtiment (10,6 %) ou le textile et 1'habillement (23 %), ce qui est moins inattendu. Dans ce dernier cas, la proportion est d’ailleurs du même niveau que dans le quartier de Saint-Pierre. Quant à la construction, il semble intéressant de le souligner, parmi les 74 maçons60 et couvreurs de tuiles61, un seul maître est domicilié dans la section62. Ceci jette un jour sur la mobilité ouvrière, car ces compagnons ne peuvent tirer tous leur subsistance sur place, dans cet étroit quartier de la ville. Ils se déplacent naturellement au gré des chantiers, mais se fixent dans les périphéries pauvres. Sans doute celles-ci sont-elles seules à pouvoir leur offrir un toit à la mesure de leurs ressources. Par contre les bras voués au textile trouvent à s’employer non loin de leur domicile. Une fabrique de calamande est installée dans la « Yrsstraetien »63, que le recenseur qualifie de petite rue peuplée de pauvres gens64. En outre, ici aussi, comme partout serait-on tenté d’avancer, un marchand est installé pour tirer parti de l’installation de nombreuses dentellières. Elles sont 59 (8,5 %), un minimum puisque l’occupation féminine par excellence n’est signalée qu’en regard du nom des chefs de ménage.

  • 65 Un avocat, un notaire, trois greffiers, un secrétaire, un official, trois commis, trois « écrivains (...)
  • 66 Fondée en 1713, selon les dernières volontés d’Isabelle Desmarès, comtesse de Saint-Remy, douairièr (...)

47Un autre trait à relever est la présence cette fois de quelques nobles et de gens de loi ainsi que de leurs employés65. L’existence de la Chapelle de Notre-Dame-aux-Neiges et de la Fondation Pacheco66 justifie, partiellement sans doute, la présence de quatre prêtres.

48Cette comparaison, volontairement limitée ne prétendait pas brosser le portrait de la pauvreté à Bruxelles. Elle ambitionnait simplement d’attirer l’attention sur la complexité de cette réalité sociale.

***

49Le dénombrement effectué en 1755, à Bruxelles comme dans tout le duché de Brabant, mentionne, parmi d’autres indications, la profession des chefs de ménage. Cette source permet donc de jeter un jour sur l’activité économique de la capitale des Pays-Bas autrichiens. Quatre secteurs, textile et habillement, alimentation et boisson mobilisent 55 % des chefs de ménage occupés dans le commerce ou l’artisanat.

50La localisation des 487 professions à ranger dans l’une de ces deux dernières catégories n’est pas indifférente. Beaucoup de ces activités sont sans doute présentes partout dans la ville, mais de nettes différences de densité les distinguent. Quelque pôles émergent. Les sections qui se partagent le centre du territoire urbain se caractérisent par un pourcentage élevé de commerçants et d’artisans. Toutefois la vente de marchandises et de produits, y compris de luxe, est prépondérante. La couronne qui ceint le cœur de la cité voit l’activité artisanale augmenter.

51Dans la partie haute de Bruxelles, les fonctions urbaines sont autres. La Cour, les organes du gouvernement central et de l’administration du duché de Brabant, de nombreux hôtels de maître attirent une population au niveau social élevé. Les activités marchandes sont numériquement faibles, mais bien typées. Elles correspondent naturellement aux attentes de la clientèle, tournée plutôt vers le luxe et, en matière alimentaire, friande de produits frais. L’existence de cet îlot d’aisance n’empêche pas la présence de pauvres et de petites gens. Cette main d’œuvre, artisanale ou domestique, exerce naturellement une activité en rapport avec les besoins des maîtres.

52Les périphéries, entre les limites de la première enceinte et les nouveaux remparts du XIVe siècle, offre sur tout le pourtour un paysage différent et relativement homogène, à une exception près. Il s’agit, à 1'est, de la trouée bourgeoise partant de la place de la Monnaie en direction des murs extérieurs. Elle correspond à la nouvelle urbanisation et à la constitution, au XVIIe siècle, de la paroisse du Finistère. Partout ailleurs, le caractère urbain du paysage est moins marqué. Le bâti est moins dense, la présence de jardins ou de vergers n’est pas rare. Ces quartiers accueillent donc des maraîchers, des jardiniers, des laitiers. Ils sont aussi le refuge de bras faiblement qualifiés, employés surtout dans l’industrie textile, de gens à bas salaires et de pauvres. Parfois une branche particulière émerge, comme les professions du transport dans le voisinage du canal.

53Une vue synthétique, englobant toutes les activités de la population, a été tentée pour deux zones défavorisées. Elle offre deux facettes de la pauvreté. Elle met aussi en évidence les types de groupement humain. Ainsi, à l’ouest, dans le quartier de Saint-Pierre, une voie principale, plutôt commerçante, est l’épine dorsale du quartier. Le réseau de rues, de ruelles et d’impasses qui s’y greffe favorise la concentration de petits métiers, de fendeurs ou de porteurs de bois par exemple. Les fileurs de laine, les tricoteurs et tricoteuses de bas, les dentellières s’activent dans la fabrique établie à proximité de leurs pénates ou portent chez le marchand voisin le produit de leur travail à domicile. Mais il ne s’agit là que de premiers résultats d’une enquête appelée à se prolonger.

Carte 1 : Bruxelles en 1755 : Les quartiers de la ville

Carte 1 : Bruxelles en 1755 : Les quartiers de la ville

(Source : Abbé MANN, Description de Bruxelles et de ses environs, Bruxelles, 1785)

Carte 2 : Bruxelles en 1755 : secteurs d’activité dominants

Carte 2 : Bruxelles en 1755 : secteurs d’activité dominants

Carte 3 : Bruxelles en 1755 : secteurs socioéconomiques

Carte 3 : Bruxelles en 1755 : secteurs socioéconomiques

Graphique 1 : Rentiers et pauvres au gré des quartiers

Graphique 1 : Rentiers et pauvres au gré des quartiers

Graphique 2 : Part relative ( %) des différents secteurs du commerce et de l’artisanat. Chefs de ménage (N =4611)

Graphique 2 : Part relative ( %) des différents secteurs du commerce et de l’artisanat. Chefs de ménage (N =4611)

Graphique 3 : Répartition ( %) des chefs de ménage selon les différents secteurs du commerce et de l’artisanat

Graphique 3 : Répartition ( %) des chefs de ménage selon les différents secteurs du commerce et de l’artisanat

Notes

1 A. Cosemans, De bevolking van Brabant in de XVIIde en XVIIIde eeuw, Bruxelles, 1939, p. 68-72, 80-82 (Commission royale d’Histoire, série in-8°).

2 Je remercie vivement G. Auquier, L. Delporte et I. Pierret-Parmentier pour leur aide dans la cartographie informatisée des données.

3 « qu’il faut interroger en détail et avec beaucoup de circonspection pour en obtenir une déclaration exacte et fidèle ». (Ibidem, p. 81, n. 1).

4 J. Verbeemen, « Bruxelles en 1755. Sa situation démographique, sociale et économique », Bijdragen tot de Geschiedenis, t. XLV, 1962, p. 204.

5 A. Cosemans, op. rit., p. 88 ; J. Verbeemen, op. cit., p. 213.

6 Ils sont relatifs aux sections de Sainte-Catherine et du Béguinage, qui comptaient l’une 1403 et l’autre 2930 habitants. (A. Wauters, Inventaire des cartulaires et autres registres faisant partie des archives anciennes de la Ville, t. I, 2e fascicule, Bruxelles, 1894, 3e section, B, p. 14).

7 Une synthèse ancienne publiée par A. Wauters, op. rit., 3e section, B, p. 13-15, donne le détail par quartiers. L’auteur l’oppose au décompte établi par les capitaines de ceux-ci. La différence est faible, puisque les totaux sont respectivement de 57 854 et 57 992 habitants. Pour les 38 sections, J. Verbeemen, op. cit., p. 205, compte 52 929 âmes. A. Cosemans, op. cit., p. 88, aboutit à 54 310 personnes.

8 Cette proportion fort élevée ne s’explique pas seulement par la variété des professions. Elle résulte aussi du choix de seize rubriques pour couvrir l’ensemble des activités urbaines. La ventilation, dont il faut souligner la difficulté, n’échappe cependant pas à certaines inadvertances et incohérences. Ainsi si 116 personnes au service de la Cour, en majorité des domestiques, sont rangées dans leurs secteurs respectifs, 109 autres le sont sous la mention « autres professions ». La rubrique « commerce » comprend les vendeurs et les vendeuses de pommes, mais tous les autres vendeurs de fruits, de légumes, de farine, etc. sont repris dans la catégorie « alimentation ». (J. Verbeemen, op. cit., t. XLV, 1962, p. 220 ; t. XLVI, 1963, p. 75, 101.

9 R. de Peuter, Brussel in de achttiende eeuw. Sociaal-economische structuren en ontnnkkelingen in een régionale hoofdstad, Bruxelles, 1999 ; Ph. Moureaux, La statistique industrielle dans les Pays-Bas autrichiens à l’époque de Marie-Thérèse. Documents et cartes, t. I, Bruxelles, 1974, p. 62-96 (Commission royale d’Histoire, série in-4°) ; J. Verbeemen, op. cit., t. XLV, 1962, p. 219-232 et t. XLVI, 1963, p. 65-133.

10 Abbé Th. A. Mann, Abrégé de l’histoire ecclésiastique, naturelle et civile de la Ville de Bruxelles et de ses environs, t. II, Bruxelles, 1785, p. 121, 181-182. En 1755, la petite Boucherie, établie rue de Bavière, en 1701, n’est plus en usage. Les locaux sont loués par bail, pour une durée de quinze ans, au Concert Bourgeois. (Ibid., t. I, p. 201-202 ; M. Cornaz, » Le Concert Bourgeois. Une société de concerts publics à Bruxelles durant la seconde moitié du XVIIIe siècle », Revue belge de Musicologie, t. LIII, 1999, p. 114-116.

11 C. Bruneel et L. Delporte, « Approche socio-professionnelle de la population bruxelloise en 1783 », dans Revue du Nord, t. LXXIX, 1997, p. 463-494.

12 Ont été considérés comme pauvres les chefs de ménage déclarés tels, officiellement assistés ou non, ou entretenus par leurs proches. Parmi les chefs de ménage présumés aisés, ont été compris les nobles, les rentiers, les bénéficiaires d’une pension, les personnes dont le nom est précédé d’un prédicat évoquant un statut social élevé. Il s’agit bien sûr d’un minimum, car n’ont pas été pris en considération les chefs de ménages dont l'énoncé de la profession permet de supposer un état analogue. Le caractère approximatif de la comparaison n'empêche pas de prouver l’hétérogénéité sociale de nombreuses sections de Bruxelles.

13 Sections 1, 4, 5, 8, 9, 11, 28, 33, 34. La correspondance entre le nom des sections et leur numérotation figure dans le tableau. 2.

14 Aucune profession n’est indiquée pour 1238 chefs de ménage sur 15753. Le plus souvent, seul l’état de pauvreté est mentionné. Sans doute n’y avait-il pas d’autre occupation à ajouter. De son côté, J. Verbeemen, op. cit., p. 220, relève 14886 mentions de profession parmi les chefs de ménage. Au total, il en compte 20 955, en y ajoutant les professions indiquées occasionnellement pour l’épouse ou les enfants restés vivre avec leurs parents.

15 Sont ainsi distingués le marchand de pain d’épices selon qu’il opère au marché ou en rue. Les fabricants de galettes de sarrasin ou de gaufres ne sont pas confondus avec le boulanger. La qualité de marchand est souvent complétée par l’évocation du volume de l’activité, en gros ou au détail. Il y a de grands et de petits commerces, des artisans sans travail, de simples charretiers et d’autres, propriétaires du véhicule et d’un cheval, etc. La préoccupation fiscale est sous-jacente, on s’en souviendra.

16 « A la modewinckel », « Vend le plaisir des dames », « Gaet met de lanterne magyq », « gaet met een lotteryedoose », « vercoopt den overschot van de tafels van t’hoff » (vend les restes des tables de la Cour).

17 Cf. J. Verbeemen, op. cit., p. 109, 121, 122 entre autres. Par ailleurs, certaines traductions proposées par l’auteur sont discutables.

18 J. Verbeemen, op. cit., p. 104, n. 1, concède que ces gens ne sont « probablement pas tous marchands ».

19 « Lesdits Bourgeois internes peuvent exercer tous Métiers, Manufactures & Marchandises dans la Ville, s’ils sont capables pour y être admis : & aussi peuvent faire trafic de Bourgeois [Poirters-neiringen] excepté le Métier des Bouchers, auquel, ensuite de leur Privilège, personne n’est admis qu’il ne soit du sang ». (J.B. Christyn, Les droits et coutumes de la Ville de Bruxelles [...], t. I, Bruxelles, 1762, article 207). Voir aussi A. Henne et A. Wauters, Histoire de la ville de Bruxelles, nouv. éd., t. II, Bruxelles, 1969, p. 406.

20 Le dénombrement cite 136 merciers, 14 grands, 3 petits, 22 magasins de mercerie plus cinq petits. Par extension, le terme peut désigner un petit détaillant dont le choix d articles déborde de la sphère de la mercerie. Il y a 43 orfèvres établis à leur compte mais seulement deux magasins d’orfèvrerie.

21 Apparemment pour Bruxelles, sans que ce soit explicitement précisé, par J. Verbeemen, op. cit., pour établir sa distinction entre « indépendants » et « dépendants ». Voir aussi A. Daumard, « Une référence pour l’étude des sociétés urbaines en France aux XVIIIe et XIXe siècles. Projet de code socio-professionnel », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, t. X, 1963, p. 187-188 et 194-195.

22 J. Verbeemen, op. cit., p. 223.

23 C. Bruneel et L. Delporte, op. cit., p. 466, 474-484.

24 Les sections 20 et 26.

25 Les sections 22 et 23. Le dénombrement relatif à la section 21, dont relève le canal, fait défaut.

26 Les quartiers 35 et 36.

27 Section 10 : 52 chefs de ménage pauvres (11,7 %) et 32 nantis (6,4 %). Section 29 : 5 chefs de ménage pauvres (2,8 %) et 16 nantis (9,1 %).

28 Les quartiers 17 et 23.

29 Sections 2, 12, 17, 18, 19, 25, 27, 39.

30 Sections 13, 37, 38.

31 Sections 11, 16.

32 Deux vachers, un maraîcher, trois meuniers.

33 Almanach nouveau pour l'année M. DCC. LVII ou Le Guide Fidel tant des Etrangers que Domiciliés dans la Ville de Bruxelles [...], Bruxelles, s. d., p. 58 et 70.

34 Les sections 3, 30, 31, 32.

35 Almanach nouveau, op. cit., p. 58 et 70.

36 Ibid., p. 63.

37 Sections 7, 8, 9.

38 B. d’Hainaut-Zveny (dir.), La place des Martyrs, Bruxelles, 1994, p. 37-65, 157-176.

39 46 chefs de ménage sur un total de 110, 41,8 %.

40 110 chefs de ménage sur les 4611 occupés dans le commerce et l’artisanat.

41 Les sections 2, 3, 13, 40.

42 Les sections 37, 38, 39.

43 Les sections 1, 4, 5.

44 Les sections 29, 30, 31, 32.

45 L’artiste aurait sans doute été défini par les termes « kunstschilder » ou « fijnschilder ». A relever un « peintre de Lille » et un peintre de sculptures en plâtre.

46 D’après J. Verbeemen, « Antwerpen in 1755 », Bijdragen tot de Geschiedenis, t. XL, 1957, p. 37, 53-54.

47 Mais bien quelques ouvriers.

48 Dans ce dernier cas un quart de l’effectif total de Bruxelles, fin 1773, à l’occasion d’une crise, les autorités municipales de la capitale confirment le rôle des fruits et, particulièrement des pommes, dans l’alimentation des pauvres. Celles-ci « suppléent au beurre sur le pain des indigens ». Cf. C. Bruneel, « Un problème de gouvernement : le pouvoir face à l’épidémie de fièvre putride à Bruxelles en 1772-1773 », dans A. E. Imhof (éd.), Mensch und Gesundheit in der Geschichte, Hussum, 1980, p. 209.

49 86 chefs de ménage sur 291, toutes professions confondues.

50 39 chefs de ménage sur 368, toutes professions confondues.

51 Un fantassin de la Compagnie du drossard gagne environ 313 sols par mois, y compris les gratifications (J.-L. Van Belle, Le premier projet de police ou l’histoire des van der Stegen, derniers drossards de Brabant (XVIIe XIXe siècle), Braine-le-Château, 2000, p. 21). C’est donc moins qu’un maçon ou un aide-maçon qui peuvent respectivement espérer une rémunération journalière de l’ordre de 24 et 14 sols.

52 124 chefs de ménage sur 659, soit 18,8 %.

53 309 sur 659, soit 46,8 %.

54 22 sur 659, soit 3,3 %.

55 79 sur 291, soit 27,2 %.

56 230 sur 368, soit 62,5 %.

57 Respectivement 132 sur 291 (45,3 %) et 77 sur 368 (20,9 %).

58 117 chefs de ménage sur 695, soit 16,8 %.

59 C. Bruneel, « Un épisode de la lutte contre la mendicité et le vagabondage. La maison de correction (Tuchthuys) de Bruxelles », Cahiers bruxellois, t. XI, 1966, p. 33 note 11.

60 41 % des ouvriers maçons sont établis dans quatre quartiers pauvres, les sections 7, 9, 34 et 35.

61 Ces ouvriers se retrouvent à concurrence de 51,8 % dans trots quartiers pauvres, les sections 34, 35, 36.

62 Deux maîtres maçons sont fixés dans la section 33, qui est contiguë, sur un total de 18 pour toute la ville.

63 Appelée aussi, en 1781, Cul de sac des animaux.

64 Le quartier abrite également une autre fabrique, dont la nature n’est pas précisée.

65 Un avocat, un notaire, trois greffiers, un secrétaire, un official, trois commis, trois « écrivains » (employés de bureau ou écrivains publics ?).

66 Fondée en 1713, selon les dernières volontés d’Isabelle Desmarès, comtesse de Saint-Remy, douairière de don Augustin Pacheco, conseillé d’État, général de bataille, gouverneur de Termonde. L’établissement est destiné à accueillir 42 veuves et filles de plus de cinquante ans. Tel est bien le cas en 1755. (A. Wauters, op. rit., t. I, fasc. 2, p. 458-459).

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Part relative ( %) des chefs de ménage actifs dans le commerce et l’artisanat
Légende En caractères gras : valeurs > à la moyenne plus un ecart-type
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2722/img-1.jpg
Fichier image/, 380k
Titre Carte 1 : Bruxelles en 1755 : Les quartiers de la ville
Légende (Source : Abbé MANN, Description de Bruxelles et de ses environs, Bruxelles, 1785)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2722/img-2.jpg
Fichier image/, 504k
Titre Carte 2 : Bruxelles en 1755 : secteurs d’activité dominants
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2722/img-3.jpg
Fichier image/, 200k
Titre Carte 3 : Bruxelles en 1755 : secteurs socioéconomiques
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2722/img-4.jpg
Fichier image/, 236k
Titre Graphique 1 : Rentiers et pauvres au gré des quartiers
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2722/img-5.jpg
Fichier image/, 100k
Titre Graphique 2 : Part relative ( %) des différents secteurs du commerce et de l’artisanat. Chefs de ménage (N =4611)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2722/img-6.jpg
Fichier image/, 164k
Titre Graphique 3 : Répartition ( %) des chefs de ménage selon les différents secteurs du commerce et de l’artisanat
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2722/img-7.jpg
Fichier image/, 320k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540