Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Artisans, artisanat et communautés de métier

Une bourgeoisie « seconde » dans une ville hanséatique : les artisans lubeckois aux xvie et xviie siècles

Marie-Louise Pelus-Kaplan

Texte intégral

  • 1 R. Holbach, « Hansisches Gewerbe und Hansegeschichte - Vorbemerkungen », dans Die Hanse. Lebenswirk (...)
  • 2 W Stieda, « Hansische Vereinbarungen über städtische Gewerbe im 14. und 15. Jahrhundert », dans Han (...)
  • 3 J. Schildhauer, The Hansa. History and Culture, Leipzig, 1985, p. 157-159.

1L’histoire de la production industrielle et des artisans est plus ou moins le parent pauvre de l’historiographie hanséatique, beaucoup plus axée sur l’étude du commerce et des élites marchandes1. Rien d’étonnant à cela : la Hanse était avant tout une organisation ayant pour but la protection des marchands et de leurs intérêts à l’étranger. De plus, le commerce hanséatique reposait essentiellement sur les échanges entre les produits bruts d’Europe orientale et de Scandinavie, et les produits, dont une bonne part de produits fabriqués, de l’Europe occidentale et méditerranéenne. C’est pourquoi les diètes hanséatiques se sont asse2 peu préoccupées de la production artisanale, même si elles y ont de temps à autre prêté attention2 Certains secteurs géographiques de la Hanse avaient pourtant développé de longue date une florissante industrie : les villes de Westphalie exportaient depuis toujours des toiles et des tissus de laine, les villes rhénanes exportaient leurs bières, leurs produits métallurgiques ou textiles, Danzig était elle aussi un grand centre industriel polyvalent, produisant pour l’exportation3.

  • 4 J. Schildhauer, K. Fritze, W. Stark, Die Hanse, Berlin, 1974, p. 179-181.

2Lübeck en revanche, ainsi que les autres villes « vendes », correspond davantage au schéma classique de l’économie « hanséatique », celui d’une ville dont l’économie est totalement axée sur le commerce au long cours. Certes 1 artisanat n’y est pas absent, loin de là, mais il demeure subordonné à l’activité portuaire et commerciale. Les industries ont ici essentiellement deux fonctions : il s’agit d’abord de fournir à la population urbaine les produits de consommation courante ainsi que des maisons ; il s’agit d’autre part de fournir au grand commerce tous les éléments nécessaires à son fonctionnement, depuis les navires jusqu’aux victuailles destinées aux équipages, en passant par les caisses, tonneaux, sacs et autres accessoires du conditionnement et du transport des marchandises. Lübeck a néanmoins abrité quelques industries exportatrices, telle la fabrication d’objets d’ambre, la plus connue, mais également une industrie textile non négligeable. Il n’en reste pas moins vrai que l’industrie est, dans cette ville, un secteur secondaire à tous les sens du terme4.

  • 5 J. Schildhauer, K. Fritze, W. Stark, Hanse (cf. note 4), p. 181-189 ; J. Warncke, Handwerk und Zünf (...)

3À cette position « seconde » de l’industrie dans l’économie de la « capitale » de la Hanse correspond la position subalterne des artisans au sein de la société et des institutions politiques. Fondamentalement oligarchique, le régime municipal de cette ville libre d’Empire, qui jouit par là même d’une large indépendance, est dominé jusqu’à la fin du XVIe siècle par l’aristocratie marchande, puis de plus en plus par des lettrés (hommes de loi, juristes) issus pour une bonne part du milieu marchand. Les artisans, regroupés au sein des métiers, n’ont droit qu’à une participation très limitée, en fait purement symbolique, à la vie politique et à l’administration de la cité5.

  • 6 P. Dollinger, La Hanse, Paris, 1964, rééd. 1988, p. 383-461 ; A. Grassmann, éd., Niedergang oder Üb (...)

4La question traitée ici sera donc celle de la place des artisans au sein de la ville de Lübeck à l’époque de la Hanse, principalement pendant la Hansische Spätzeit (XVIe-XVIIe siècles), avec des rappels concernant le Moyen Âge6.

5Nous l’aborderons dans un premier temps sous l’angle à la fois économique et politique. L’histoire de la ville est en effet émaillée, depuis le XIVe siècle, de troubles socio-politiques récurrents, dans lesquels les artisans jouent un rôle très important. L’historiographie lubeckoise a accordé beaucoup d’attention à ces conflits. Or l’impression qu’on en retire est celle, sur le long terme, d’une soumission, de l’acceptation par les maîtres-artisans de leur situation politique subordonnée face aux marchands.

  • 7 Le terme de « bourgeoisie seconde » a été utilisé par H. Drouot pour désigner, à l’époque de la Lig (...)
  • 8 L’importance de cette classification des groupes sociaux, dans les villes allemandes du Moyen Âge e (...)

6La seconde partie sera une tentative d’explication : pourquoi les maîtres-artisans lubeckois se satisfont-ils, en fin de compte, de ce statut subordonné, un statut qu’on serait tenté de qualifier de bourgeoisie « seconde »7 ? Nous chercherons la réponse dans une mise en perspective de la place des maîtres-artisans dans le contexte de la société lubeckoise prise dans son ensemble, plus particulièrement face à la masse des « manants », en d’autres termes des couches populaires privées du droit de bourgeoisie8.

ARTISANAT ET ARTISANS À LÜBECK À L’ÉPOQUE DE LA HANSE (XIVE-XVIIE SIÈCLES)

  • 9 A. Grassmann, éd., Lübeckische Ceschichte, Lübeck, 1988, p. 65-75 ; J. Höhler, « Die Anfänge des Ha (...)

7La production artisanale est aussi ancienne, à Lübeck, que la ville elle-même. Déjà présente au sein de la bourgade slave qui a précédé l’arrivée des Allemands, elle colonise progressivement tout l’espace urbain. Même si les rues de Lübeck, en dépit de leurs noms évoquant des métiers particuliers, n’ont jamais été véritablement spécialisées dans un type de fabrication, il s’est opéré un certain regroupement géographique des activités productives : les métiers du métal se rassemblent dans la partie occidentale de la ville ; les métiers du cuir, la boucherie, activités polluantes et nauséabondes, se cantonnent au nord et à l’est, à proximité de la Wakenitz, un affluent de la Trave ; tandis que l’industrie textile anime les quartiers du sud et du sud-est, les métiers d’art, les cordonniers, les tailleurs se situent de préférence au centre-ville ; les boulangers sont présents partout, mais toujours positionnés aux angles des blocs de maisons, afin de limiter le danger d’incendie ; la tonnellerie, la corderie et les autres industries liées à l’activité commerciale et portuaire se localisent à proximité du port, sur la basse Trave ; les chantiers navals (Lastadie) et d’autres activités annexes comme les scieries (Sägerhof), la sècherie (Dröge) sont relégués à l’extérieur de la ville, sur la rive gauche de la Trave9.

  • 10 K. Fritze, Entmcklungsprobleme, op. cit. (note 2), p. 16. Cette répartition, établie à la fin du XI (...)

8Les artisans lubeckois sont donc nombreux et diversifiés. La grande majorité d’entre eux est affectée à la satisfaction des besoins de consommation courante d’une population urbaine qui varie, de 1 500 à 1 660, entre 25 000 et 31 000 habitants : ce sont les métiers de bouche (boulangers, bouchers), la brasserie, les métiers de l’habillement (tailleurs, cordonniers), les forgerons. Viennent au second rang les artisans des industries liées au commerce, ceux qui s’affairent dans la construction navale, la tonnellerie, la corderie, les scieries etc., sans oublier les artisans du textile. En dernière position figurent les métiers du bâtiment10.

  • 11 A. Grassmann, éd., Lübeckische Ceschichte, op. cit. (note 9), p. 320.

9Le rapport entre les travailleurs des industries exportatrices et ceux des industries de consommation locale est très déséquilibré en faveur de ces dernières. Un simple exemple : pour quarante maîtres fabriquant des objets d’ambre (Patemostermaker), on compte, à la fin du Moyen Âge, plus de cent maîtres tailleurs11.

  • 12 K. FRITZE, Entmcklungsprobleme (cf. note 2), p. 19 ; K.-F. Olechnowitz, « Zum Schiffbau Lübecks im (...)

10L’organisation corporative englobe à Lübeck l’ensemble de la vie économique, construction navale et grand commerce compris ; seuls quelques secteurs bien particuliers de la production y échappent : ce sont les entreprises en régie, dont les ouvriers sont directement salariés par la ville, comme la tuilerie-briquetterie (Ziegelhof), et d’une manière plus générale les industries « lourdes » (verreries, fonderies, forges, papeteries) qui ont eu tendance à sortir progressivement de la ville pour s’installer dans les campagnes voisines ; la noblesse du Holstein y investit massivement des capitaux, aux côtés des marchands lubeckois12.

  • 13 K. A. Vogel, « Herrschaft und Autonomie. Die Beziehungen zwischen Rat und Handwerksämtern im spätmi (...)

11Les métiers portent à Lübeck le nom de Àmter (officia), terme significatif de la dépendance étroite dans laquelle les tient le Sénat, qui leur confère leurs statuts (Rollen), délimite leurs monopoles et leurs privilèges ; c’est seulement vers la fin du XVIe siècle que commence à s’imposer le terme haut allemand de Zunft, désignant une corporation. Le nombre des métiers, après avoir connu un premier pic au début du XVe siècle (96 Àmter en 1416), est de nouveau en phase de croissance aux XVIe et XVIIe siècles, après être tombé à 50 à la fin du XVe siècle ; en 1664, on en compte 76, une augmentation qui va de pair avec une plus grande diversification et une spécialisation accrue13.

  • 14 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, (cf. note 9), p. 315-318 ; J. Warncke, Handwerk und Ziin (...)

12À l’intérieur des métiers lubeckois, on retrouve, comme partout ailleurs, la hiérarchie classique des apprentis, compagnons et maîtres. Les « doyens » ou « anciens » (Älterleute), chargés de faire appliquer les réglements et de juger les conflits internes au métier, sont élus par les maîtres en leur sein, et confirmés seulement par le Sénat, qui peut néanmoins juger en appel de leurs sentences14.

  • 15 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op..cit. (note 9), p. 318-319. On constate la même tenda (...)

13Les métiers sont régis par des règles très strictes : un maître ne peut en principe employer plus de deux compagnons ; ne peuvent entrer en apprentissage que des personnes de naissance légitime et de condition libre (cette dernière clause visant à restreindre l’immigration de serfs venus des domaines ruraux) ; à partir du XVIe siècle s’impose peu à peu la règle du « tour » pour les compagnons (Wanderzwang), encore que certains métiers, tel celui des orfèvres, refusent de l’appliquer. L’évolution, à Lübeck comme dans bien d’autres villes d’Europe, va dans le sens d’une fermeture progressive de l’accès à la maîtrise, qui tend à devenir une affaire de famille : alors que les compagnons se voient imposer, outre la réalisation d’un difficile et coûteux chef-d’oeuvre, des années d’attente en posture de candidat dans l’atelier d’un maître (les Mutjahrè), les fils de maîtres jouissent de dispenses ou de réductions, tant des droits d’entrée en maîtrise que de la durée des Mutjahre, faveurs dont bénéficient également ceux qui ont la chance de pouvoir épouser la fille ou la veuve d’un maître. Le mariage et les liens du sang deviennent donc, au début de l’époque moderne, la clé de l’accès à la maîtrise. Le Sénat autorise, il est vrai, certains compagnons particulièrement habiles et méritants à exercer le métier de manière indépendante, toutefois ces Freimeister n’ont pas le droit d’engager des compagnons ni d’accueillir des apprentis15.

  • 16 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschicbte, op. cit. (note 9), p. 332 ; J. S. Hartwig, « Die Frauenf (...)

14Les femmes, en dépit de leur rôle très réel dans la production et la commercialisation des produits, n’ont pas officiellement accès aux métiers. Même si les veuves se retrouvent fréquemment en position de chef d’entreprise à la mort de leur époux, surtout quand celui-ci laisse des enfants mineurs, les femmes n’ont pas le droit d’entrer en apprentissage ni de devenir compagnon ; elles sont néanmoins nombreuses parmi la main-d’oeuvre salariée, dans le textile notamment, en dehors de toute appartenance aux métiers16.

  • 17 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschicbte, op. cit. (note 9), p. 348 ; J. Asch, Rat und Bürgerschaf (...)
  • 18 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschicbte, op. cit. (note 9), p. 328, p. 425-430. Les inventaires a (...)

15À Lübeck comme dans bien d’autres villes, tous les métiers ne sont pas mis sur le même plan. À partir du milieu du XVe siècle, quatre corporations se détachent du fait de leur importance : les forgerons, les tailleurs, les boulangers et les cordonniers constituent, face aux nombreux autres métiers, les quatre « Grands Métiers » (Grosse Ämter), auxquels est dévolu, à partir du début du XVIe siècle, un rôle particulier de représentation de l’ensemble des artisans au sein des institutions urbaines17. L’inégalité entre les métiers se manifeste également au travers des fortunes des artisans : à la fin du Moyen Âge, les plus riches se trouvent parmi les orfèvres, les bouchers, les fabricants d’objets d’ambre. À l’époque moderne, on voit de beaux exemples d’enrichissement chez les boulangers, les teinturiers, les imprimeurs, et au sein des métiers d’art d’une manière générale. Inversement, les épingliers, les futainiers, les savetiers, les fabricants de lacets et ficelles semblent avoir été des gens très modestes18.

  • 19 P. Dollinger, La Hanse, op. cit. (note 6), p. 422-444.

16S’il est impossible, faute de données statistiques, d’évaluer de manière précise le volume de la production artisanale à Lübeck, on connaît néanmoins les grandes tendances de son évolution. Le début de l’époque moderne, et plus particulièrement la période 1550-1650, est marqué, comme dans l’ensemble des villes hanséatiques, par un mouvement à la hausse, qui accompagne une croissance démographique notable ainsi qu’une conjoncture commerciale favorable19.

  • 20 M. Glaser, D. Mührenberg, « Archaologische Ergebnisse zum mittelalterlichen Handwerk am Beispiel Lü (...)
  • 21 F. Effinger, « Zur Geschichte des Fleischergewerbes der Stadt Lübeck im Mittelalter », dans Zeitsch (...)
  • 22 W. VON LUTGENDORFF, « Das Maleramt und die Innung der Maler in Lübeck, 1425-1925 », dans Festschrif (...)

17Les métiers lubeckois, leur organisation, leurs productions, ont fait l’objet de travaux détaillés, appuyés soit sur des données archéologiques, soit sur des textes réglementaires ou autres documents écrits20. Les mieux connus, du fait d’études récentes et précises, sont les bouchers, les boulangers, les cordonniers, les charpentiers de navires21 ; des études plus anciennes nous renseignent également sur les peintres, les sculpteurs, les fondeurs d’étain, les tonneliers, les artisans du cuir, les brasseurs, les fabricants d’objets d’ambre...22 La question qui a le plus passionné les historiens est néanmoins d’un autre ordre : il s’agit de la participation des artisans à la vie politique et religieuse de la ville de Lübeck.

  • 23 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), p. 216-228. À propos du débat consacr (...)

18Au sein de la cité lubeckoise, les maîtres-artisans, membres des métiers, font bien partie de la catégorie juridique des bourgeois, mais ce sont néanmoins des bourgeois de second rang. Dès le début du XIIIe siècle s’est mise en place à Lübeck une constitution aristocratique, la Ratsherrschaft (gouvernement par le Sénat). Nommés à vie, les sénateurs se renouvellent par cooptation au sein des familles marchandes les plus anciennes et les plus riches ; au fil du temps, certaines de ces familles abandonnent progressivement l’activité commerciale pour vivre de la rente foncière ; certaines seront anoblies au XVIIe siècle. Une certaine forme d’ouverture subsiste cependant, en ce sens que des parvenus, enrichis par le commerce, parviennent toujours à s’infiltrer au sein de l’oligarchie sénatoriale, notamment grâce à des alliances matrimoniales avec les familles dirigeantes. On peut donc discuter de la justesse du terme de « patriciat » employé par certains auteurs, refusé par d’autres. Quoi qu’il en soit, seule une étroite frange de la société accède au pouvoir municipal23.

  • 24 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), p. 346 ; K. A. Vogel, Herrschaft und (...)

19À partir du début du XVIe siècle, des juristes se glissent parmi les rangs des sénateurs, aux côtés des gros marchands exportateurs et des rentiers du sol, mais ceci n’implique nullement une démocratisation de l’institution, car ces juristes sont étroitement apparentés aux deux autres groupes. Les « merciers » (Krämer), brasseurs et capitaines de navires ne parvinrent pas, malgré leurs efforts, et en dépit de leur participation fréquente au grand commerce, à franchir durablement les portes du Sénat. Quant aux maîtres-artisans inscrits dans les Ämter, ils ont de tout temps été considérés comme inéligibles ; leurs représentants ne purent siéger au Sénat que pendant la très brève période révolutionnaire du début du XVe siècle24.

  • 25 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), p. 234, p. 347-348 ; W Ebel, Lübische (...)

20Les maîtres-artisans titulaires du droit de bourgeoisie ne participent donc à la vie municipale que de manière très limitée : de temps à autre, le Sénat convoque une assemblée de la bourgeoisie pour débattre de problèmes importants (fiscalité, monnaie, politique extérieure...), mais à titre purement consultatif et sans périodicité fixe. Tous les Ämter sont théoriquement convoqués à ces assemblées. Toutefois, depuis 1533, ils sont représentés par les doyens des seuls « quatre Grands Métiers », qui parlent donc désormais au nom des 72 « petits métiers ». À partir de 1626, l’assemblée de la bourgeoisie est divisée en 12 votierende Kollegien disposant chacun d’une voix. Les artisans forment le douzième et dernier collège, et comptent collectivement pour une seule voix. Dans cette assemblée, les quelque 76 métiers, qui représentent un nombre très important de citadins, sont donc totalement écrasés par les 11 voix des corporations de marchands, juristes et rentiers, qui correspondent pourtant à un nombre de bourgeois beaucoup plus restreint. Cette disposition parfaitement anti-démocratique fut confirmée après les troubles du milieu du XVIIe siècle par le Bürgerrezess de 1669, et demeura en vigueur jusqu’en 184825 !

  • 26 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), p. 320.

21Il est donc clair que les maîtres des métiers sont certes des bourgeois au sens juridique du terme, mais des bourgeois de seconde zone pour ainsi dire, ne disposant que de droits politiques très réduits, alors qu’ils payent pourtant l’impôt direct (Schoss) et participent à la défense de la ville au même titre que les autres catégories de la bourgeoisie26.

  • 27 Ces lois somptuaires sont analysées de manière détaillée dans les ouvrages suivants : C. Meyer-Stol (...)

22Ces discriminations socio-politiques au sein de la société lubeckoise se doublent, au début de l’époque moderne, de lois somptuaires dont la principale fonction est de bien faire ressortir la hiérarchie des divers groupes socio-économiques, considérée comme une donnée intangible de l’ordre social. La place subordonnée des maîtres-artisans au sein de la bourgeoisie est confirmée, dans ces lois somptuaires, par leur classement dans les deux derniers échelons de la société. Ainsi, la loi de 1612 range dans la cinquième classe les membres des « quatre grands métiers » ainsi que ceux des métiers considérés comme « distingués » (vornehm), c’est à dire les métiers d’art ; quant aux maîtres des autres métiers, ils sont relégués, en compagnie des salariés, des domestiques et des berüchtigte persohnen, dans la sixième et dernière classe27, signe du peu d’estime qu’on leur accorde. C’est pourquoi on peut véritablement taxer les maîtres-artisans lubeckois de « bourgeois de seconde zone », ou de bourgeoisie « seconde » si l’on veut, pour faire plus court.

23Dans cette acception précise du terme, cette bourgeoisie « seconde » n’en est pas moins, du fait de son rôle dans les troubles socio-politiques, un des acteurs importants de la vie politique lubeckoise depuis le XIVe siècle. Mais ce qui frappe est le peu de profit qu’elle a tiré, sur le plan politique, de sa participation aux révoltes ou aux mouvements de contestation.

  • 28 Sur tous ces épisodes, outre A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), J. Asch,(...)
  • 29 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), p. 454-461 ; J. Asch, Rat und bürgers (...)

24Depuis les révoltes des bouchers de la fin du XIVe siècle (1380-84) jusqu’aux troubles des années 1660, en passant par les conflits très graves du début du XVe siècle (1408-1416), par ceux de la première moitié du XVIe siècle qui coïncident avec l’adoption de la Réforme luthérienne (1528-1535) et sans oublier ceux des dernières années du XVIe siècle (1599-1600), les artisans ont, en effet, toujours combattu l’oligarchie sénatoriale aux côtés d’une partie de la bourgeoisie marchande, avec néanmoins des résultats nuls en ce qui concerne leur participation à la vie politique28. Jamais, sauf pendant un très court laps de temps (1408-1416), des artisans n’ont pu faire partie du Sénat. Par ailleurs, la part de leur représentation au sein des organes de la bourgeoisie n’a cessé de se restreindre, y compris au sein des comités mixtes réunissant, en périodes de troubles, marchands et artisans : c’est ainsi que le nombre des artisans, déjà minoritaire au sein des comités bourgeois mis en place lors des premiers conflits liés à la Réforme, se restreint après 1533 ; le comité créé en 1599 ne comporte plus que 5 artisans sur 50 membres, et c’est à l’occasion des mouvements de 1626 qu’est définitivement mise en place la structure en 12 collèges évoquée plus haut, acceptée sans broncher par les maîtres-artisans. Il faut en conclure que la bourgeoisie « seconde » des maîtres-artisans, pourtant très intimement associée aux mouvements de contestation du régime oligarchique, a toujours « roulé pour d’autres » en matière de droits politiques, en l’occurrence pour le compte de la moyenne bourgeoisie marchande dont le pouvoir se renforce à plusieurs reprises, au milieu du XVIIe siècle notamment, face à l’oligarchie sénatoriale29

25Comment s’expliquer cette sorte d’abnégation politique des maîtres-artisans ? Sont ils des éléments révolutionnaires réprimés dans leurs ambitions, des victimes résignées ? Ou bien ont-ils obtenu des satisfactions d’un autre ordre ? Ne seraient-ils pas alors des éléments conservateurs, finalement satisfaits de leur position subordonnée au sein de la bourgeoisie ?

26Une chose est certaine : à toutes les époques, la répression à Lübeck n’a guère été féroce vis à vis des émeutiers, sauf exception. Ce n’est donc pas la peur des châtiments, ni même l’impuissance qui peut expliquer la faible combativité des maîtres-artisans lubeckois en faveur d’une réévaluation de leur rôle politique.

  • 30 A. F. Cowan, Urban patriciate, op. cit. (note 23), p. 61-62 ; les artisans ont certes obtenu à la f (...)
  • 31 Cf. M.-L. Pelus, « Lübeck au milieu du XVIIe siècle : conflits politiques et sociaux, conjoncture é (...)

27L’explication serait à rechercher plutôt dans une certaine forme d’indifférence, voire de refus de leur part, vis à à vis des responsabilités politiques. En effet, la fonction de sénateur, lourde, prenante, exercée à vie, assortie d’aspects lucratifs très limités, ressemblait par certains côtés à un sacerdoce. De plus en plus, à l’époque moderne, ceux qui l’exercent tendent à se retirer des affaires, à vivre de leurs rentes, ou à devenir de véritables spécialistes de la vie politique et administrative, comme ces hommes de loi dont le rôle s’accroît sans cesse dans le gouvernement de la ville à mesure qu’on avance dans le temps30. Il est clair que la participation au gouvernement de la cité n’est guère attractive, d’une manière générale, au début de l’époque moderne, pour les chefs d’entreprise, qu’ils soient marchands ou maîtres-artisans, désireux avant tout de profiter de la conjoncture d’expansion économique qui s’affirme à partir du milieu du XVIe siècle. Notons que lorsque cette conjoncture devient moins favorable (c’est le cas dans les années 1660), les troubles socio-politiques, avec une forte participation des artisans, reprennent de plus belle, mais avec des mots d’ordre essentiellement conservateurs, tant sur le plan économique que dans le domaine politique31.

  • 32 K. A. Vogel, Herrschaft und Autonomie, op. cit. (note 13), p. 87, laisse entendre, sans le dire cla (...)

28Un autre élément d’explication de cette attitude globalement et durablement conservatrice est peut être, tout simplement, la satisfaction du groupe des maîtres artisans : s’ils n’ont pas obtenu le droit d’entrer au Sénat (ont-ils d’ailleurs vraiment cherché à l’acquérir ?), ils ont en revanche obtenu des satisfactions substantielles en matière de contrôle de la gestion financière de la ville, en matière fiscale, et en matière économique32. En dehors des périodes de conflits, au total assez brèves sur l’espace des quatre siècles considérés, les maîtres-artisans ont en réalité de quoi être satisfaits de la politique d’un Sénat qui, en acceptant de cautionner les dispositions restrictives pour l’accès à la maîtrise au sein des métiers, favorise par là-même les fils et gendres des maîtres, et donc l’oligarchie des métiers dont ils font partie. On peut alors supposer que, conscients de former eux mêmes une oligarchie, les maîtres-artisans acceptent d’être soumis à leur tour à l’oligarchie sénatoriale. C’est donc dans les structures de la société lubeckoise qu’il faut chercher la clé de l’attitude politique globalement conservatrice de la bourgeoisie « seconde » des maîtres-artisans.

LES MAÎTRES-ARTISANS DANS LA SOCIÉTÉ LUBECKOISE : LE PRIVILÈGE D’ÊTRE « BOURGEOIS »

29Revenons sur cette notion de conscience, voire de fierté, de faire partie d’une oligarchie, qui est, sans doute, un facteur explicatif majeur : le « gouvernement de quelques uns » peut en effet se concevoir aussi bien dans la sphère économique que dans la sphère politique. Les maîtres-artisans lubeckois s’enorgueillissent d’être, à leur niveau, eux aussi une oligarchie, c’est à dire un groupe privilégié, détenteur d’un pouvoir de direction.

  • 33 C. R. Friedrichs, Capitalism, Mobility and Class Formation..., op. cit. (note 7), insiste sur le ca (...)
  • 34 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), p. 228-230, p. 315, p. 465-66 ; J. As (...)

30L’appartenance à un groupe privilégié est en effet une des définitions qu’on peut donner, à Lübeck comme dans les autres villes hanséatiques et allemandes au début de l’époque moderne, de la possession du droit de bourgeoisie (Bürgerrecht)33. Dès sa fondation, Lübeck abrite dans ses murs deux catégories bien distinctes d’habitants : les bourgeois d’une part, les simples « manants » ou « résidents » (Einwohner) de l’autre. Au départ, et jusqu’à la fin du XVIe siècle, l’acquisition du Bürgerrecht est une obligation faite à toute personne de sexe masculin, de naissance légitime, ayant son propre ménage, donc aux hommes mariés, jouissant de surcroît de l’indépendance économique, c’est-à-dire à tout chef d’entreprise artisanale ou commerciale, ainsi qu’aux rentiers. La possession d’une propriété foncière ou immobilière, en revanche, n’a jamais été à Lübeck une condition requise pour l’accès à la bourgeoisie, même si elle confère, au début tout au moins, des droits supplémentaires. Devenir bourgeois est donc un devoir pour tous ceux qui parviennent à conquérir leur indépendance familiale et économique34.

  • 35 À propos de ces mesures visant à protéger les intérêts économiques des bourgeois de Lübeck, tant ma (...)

31Le statut de bourgeois implique des obligations envers la cité : prêter le serment de fidélité et d’obéissance aux autorités urbaines ; payer, outre le droit d’accès à la bourgeoisie, l’impôt direct (Schoss) ; acheter armes et armures pour assurer la défense militaire de la ville. En échange, il ouvre à ses détenteurs l’accès à de nombreux avantages, de nature politique (accès au Sénat pour certaines catégories plus privilégiées que d’autres, participation aux assemblées de la bourgeoisie pour tous), mais également de nature économique : les intérêts des marchands lubeckois sont défendus contre la concurrence étrangère par tout un arsenal juridique : « droit d’étape » (Stapelrecht) et « droit des étrangers » (Gästerechl) sur place, privilèges hanséatiques à l’étranger, mesures de protection particulières pour les marchandises lubeckoises (Bürgergut) etc. ; ceux des maîtres-artisans sont favorisés, nous l’avons vu, par la validation des dispositions restreignant aux compagnons les possibilités d’accès à la maîtrise, ainsi que par diverses mesures visant à stimuler la consommation et l’exportation des fabrications locales, ou encore à limiter les salaires des compagnons, totalement dépendants du patronat35.

  • 36 C.H. Friedrichs, Capitalism, Mobility andclass Formation..., op. cit. (note 7), p. 190 ; à propos d (...)

32Les non-bourgeois ou « manants » (Einwohner), sont tous ceux qui ne remplissent pas les conditions requises, et donc ne bénéficient pas de ces avantages liés à la bourgeoisie : ce sont d’abord, mais de manière passagère car ils deviennent bourgeois à leur mariage, les jeunes marchands célibataires (Kaufgesellen), qui peuvent néanmoins être déjà chefs d’entreprise avant même de devenir bourgeois ; ce sont surtout, et ici, de manière durable sinon définitive, tous les salariés, tant du commerce que de l’industrie, mariés ou non, les travailleurs non spécialisés, les journaliers, les domestiques. Il est clair que la différence de condition juridique entre bourgeois et non-bourgeois dépend en fait de critères essentiellement économiques36.

  • 37 J. Asch, Rat und Bürgerschaft, op. rit. (note 13), p. 13-20. La ville de Danzig connaît elle aussi (...)

33Jusqu’au début du XVIIe siècle, il est possible à tout « manant » de devenir bourgeois de Lübeck, à condition de satisfaire aux critères énoncés plus haut (indépendance économique et fondation d’une famille), auxquels s’ajoute l’obligation de trouver deux garants parmi les bourgeois de la ville. Donc tout salarié qui s’enrichit suffisamment pour accéder à l’indépendance économique et familiale peut devenir bourgeois. Certaines catégories de salariés au statut privilégié (les Verlehnte), comme les portefaix du port, ont pu également recevoir, au Moyen Âge et au XVIe siècle, le droit de bourgeoisie, sans changer pour autant de condition socio-économique. Toutefois les corporations bourgeoises de Lübeck voient d’un mauvais oeil ces possibilités d’ascension offertes, avec l’appui du Sénat, aux membres des couches sociales les plus basses, si bien que sous leur pression, il est procédé en 1611 à une réforme du Bürgerrecht. Les nouvelles dispositions stipulent que les lettrés, les marchands, les brasseurs, les maîtres des métiers doivent obligatoirement acquérir le droit de bourgeoisie en payant 5 Thaler. Les bateliers, matelots, portefaix, les maîtres de certains « petits » métiers (textile, tonnellerie) et tous les salariés doivent, en payant 2 Thaler, se faire inscrire dans un registre particulier ; ils sont astreints au payement de l’impôt direct et à la prestation d’un serment par devant l’administration fiscale et financière (Kämmerei. Cette réforme aboutissait à créer une nouvelle catégorie juridique, celle des « manants jurés » (geschworene Einwohner), englobant tous les non-bourgeois. En un sens, la création de cette nouvelle catégorie répondait à un souci d’intégration des non-bourgeois dans la communauté urbaine. De fait, on a donné parfois aux « manants jurés » le sobriquet de « bourgeois-soldats » (Soldatenbürger), qui sous-entend l’existence d’une forme inférieure de bourgeoisie, et tire son origine du fait que ces « manants jurés » effectuaient fréquemment une forme de service militaire, à l’instar du service dû par les bourgeois de plein droit. Toutefois, de nouvelles dispositions, en 1622, transforment le décret de 1611 en une forme codifiée d’exclusion : il est, à partir de cette date, impossible aux « manants jurés » de devenir bourgeois en payant simplement les 3 Reichsthaler supplémentaires ; il leur faut aussi avoir changé de catégorie socioprofessionnelle, c’est à dire être devenus chefs d’entreprise. Or, on l’a vu, les métiers appliquent des règles de plus en plus restrictives pour l’accès à la maîtrise à l’encontre des compagnons qui ne sont pas fils ou gendres de maîtres. On peut donc considérer que, à partir de 1622, les « manants jurés » ne sont plus des personnes qu’on essaie d’intégrer dans la communauté par un degré incomplet de la bourgeoisie, mais au contraire des personnes qu’on exclut sciemment du droit de bourgeoisie, en leur imposant un statut de sous-bourgeois, en quelque sorte37.

  • 38 Au XIVe siècle, les artisans représentent 61 % de l’ensemble des bourgeois selon Von Brandt, Dieges (...)

34Vers le milieu du XVIIe siècle, les quelque 1600 maîtres-artisans sont donc, si l’on excepte ceux des « petits métiers » évoqués plus haut, du bon côté de la barrière, puisqu’ils font partie des quelque 2600 titulaires du droit de bourgeoisie, et donc du tiers le plus favorisé de la population38. La limitation de leurs droits politiques, évoquée plus haut, n’est qu’un inconvénient mineur face au privilège énorme que représentent le droit de bourgeoisie et surtout les substantiels avantages économiques et juridiques qui y sont attachés.

35La barrière entre maîtres-artisans et marchands, qui se manifeste, nous l’avons vu, surtout au niveau de l’exercice des droits politiques, n’a d’ailleurs rien d’infranchissable, à la différence de celle qui sépare, à partir de 1622, le bourgeois du « manant ».

  • 39 De tout temps, les boulangers lubeckois ont exporté leurs pains vers la Scandinavie : R. Hammel, Ve (...)
  • 40 Archiv der Hansestadt Lübeck, Alte Gerichte, 32.

36Tout maître-artisan est en effet un marchand en puissance, et les frontières qui séparent le monde des marchands de celui des maîtres-artisans sont des plus indécises. Si le grand commerce est théoriquement l’apanage des marchands groupés au sein de la prestigieuse « Compagnie des marchands » et des Fabrerkollegien (corporations qui regroupent les spécialistes des principaux secteurs géographiques du commerce lubeckois), il est en réalité pratiqué par beaucoup de monde : par les juristes parfois, par les « merciers » (Krämer), les brasseurs et les capitaines de navires d’une manière habituelle, et même, très fréquemment, par les maîtres de certains métiers. Les traces de l’activité exportatrice des boulangers, par exemple, ne manquent pas ; les inventaires après décès de certains boulangers témoignent de la pratique d’une comptabilité commerciale de type moderne, ainsi que d’une réelle aisance matérielle39. D’autres métiers sont propices à la pratique du grand commerce : dans la seconde moitié du XVIIe siècle, Jochim Zobell, un tanneur et artisan du cuir, importe de grandes quantités de cuirs et peaux qu’il fait travailler à domicile par d’autres artisans ; il exporte des armes, de la laine, ainsi que divers types d’objets de cuir. L’importance de son chiffre d’affaires lui permet de mener un train de vie digne d’un gros marchand : il possède deux maisons contiguës, un carrosse, et une importante masse de biens mobiliers ; sa bibliothèque renferme, entre autres livres, un hamburger Reisekalender. ; un dictionnaire, et un exemplaire du droit lubeckois40.

  • 41 Archiv der Hansestadt Lübeck, Stiftungen und Testamente, Warner Gantenberg Testament, no 3, no 4, n(...)

37Le petit commerce des artisans-boutiquiers peut être, lui aussi, tout à fait lucratif. Le fonds du chapelier Warner Gantenberg41, qui rédige son testament en janvier 1612, montre le fonctionnement d’une entreprise relativement modeste et répondant avant tout aux besoins des consommateurs locaux : le maître chapelier travaille, sur commande ou non, avec un seul compagnon (Joachim) ; il n’en fournit pas moins le « gratin » de la société lubeckoise (on le voit à travers les noms des clients) en chapeaux neufs et accessoires divers (ceintures), tout en réparant aussi les vieux chapeaux ; il dispose d’un stock impressionnant de couvre-chefs neufs de toutes sortes, peut-être fabriqués à domicile par d’autres artisans, et tient une comptabilité complexe, comportant un livre-brouillard (kladdezettel), un livre de recettes, un livre de dettes et de créances, un « livre de boutique » ou d’« ouvroir », c’est-à-dire de fabrication, et un cahier ci inventaire des stocks. Ne laissant pas d’enfants vivants, Gantenberg lègue un important capital (4000 Mark) à des fins charitables. Son train de vie est comparable à celui de maint gros marchand de Lübeck à la même époque : propriétaire de deux maisons auxquelles s’ajoute une maisonnette (bude) en fond de cour, il occupe un logis de 7 pièces d’habitation avec une avancée en encorbellement sur la rue (Auslucht), trois greniers, une écurie et une cave. C’est également un amateur d’art : plusieurs figures de plâtre, une tête de cerf, une « vanité » (todtengemälde) dans un cadre noir ornent son intérieur. Il est donc clair qu’un maître-artisan, même dans une branche comme la chapellerie, peut parvenir à une véritable aisance.

  • 42 Archiv der Hansestadt Lübeck, Alte Gerichte, 10 ; un demi-siècle plus tard, un autre teinturier, Jö (...)
  • 43 Archiv der Hansestadt Lübeck, Reichskammergericht, 75 ; Personenkartei. Cf. M.-L. Pelus, Wolter von (...)

38Certains peuvent faire fortune. Le teinturier Heinrich Rodebart, dont l’avoir se chiffre à plus de 57 000 Mark, est un des plus riches habitants de Lübeck dans la première moitié du XVIIe siècle42. Son fils Lorenz sera d’ailleurs défini comme un « marchand ». Nous saisissons ici un mécanisme qui n’est pas nouveau : fils d’un cordonnier, Heinrich Brüning, mort à la fin du XVIe siècle, était devenu, par le biais du négoce des cuirs et peaux, puis du sel et d’autres marchandises, le fondateur d’une dynastie de gros marchands, particulièrement florissante au siècle suivant43.

39Rien ne s’oppose donc, en principe, au passage de la condition de maître-artisan à celle de marchand, et la conjoncture d’expansion entre 1550 et 1650 a très certainement favorisé nombre d’ascensions sociales de ce type. On comprend mieux, ainsi, la communauté d’intérêts qui lie les maîtres des métiers aux marchand moyens, notamment dans les conflits entre Sénat et bourgeoisie ; l’absence de revendications politiques propres aux maîtres-artisans s’explique peut-être aussi par là : ceux-ci se considèrent en effet comme des marchands en puissance, et toute leur ambition consiste à entrer dans le groupe des marchands, d’où leur peu de zèle à vouloir renforcer les droits politiques des artisans.

  • 44 J. Asch, Rat und Bürgerschaft, op. cit. (note 13), p. 23-24 ; K.A. Vogel, Herrschaft und Autonomie, (...)

40Il est donc évident que ce oui comptait pour eux, avant tout, était le privilège d’être bourgeois de Lübeck44. Cette condition leur laissant espérer une ascension vers le groupe des marchands, ascension devenue quasi impossible, à l’inverse, pour les non bourgeois, ils pouvaient s’accommoder de leur situation de « bourgeois de seconde zone » : celle-ci n’était, à leurs yeux, qu’une étape intermédiaire vers une réussite sociale qui leur était promise, du fait de l’accès apparemment assez facile au grand commerce.

41Si le fait d’appartenir à cette bourgeoisie « seconde » est, dans l’esprit, des maîtres-artisans des métiers, un stade préparatoire à la vraie bourgeoisie, c’est à dire à la bourgeoisie marchande, on devrait, en toute logique, rattacher ce groupe, sinon aux élites, du moins aux groupes dominants, puisque, effectivement, ils font partie du « patronat », à condition de donner à ce terme le sens limité de « chef d’entreprise artisanale ».

42Le clivage entre dominants et dominés, tout comme la frontière entre bourgeois et non-bourgeois, passe donc à Lübeck au milieu du monde de l’artisanat. Les couches populaires, les salariés, se situent de l’autre côté de la ligne de démarcation. Ce sont les « manants-jurés », ces Soldatenbürger qui n’ont du bourgeois, outre le sobriquet, que les obligations fiscales et militaires, sans en avoir les avantages.

  • 45 A. Grassmann, Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), p. 329-330. Ceci est vrai pour d’autres vi (...)

43On aimerait en savoir plus sur ces non-bourgeois, sur les compagnons et apprentis des métiers, sur les journaliers non spécialisés (Arbeitsleute, Tagelöhner), sur les domestiques, qui constituent la base de la société lubeckoise. On a souvent déploré le manque de sources à leur sujet, surtout l’insuffisance des documents fiscaux, notamment pour l’époque moderne45.

  • 46 Voir la liste de ces inventaires et leur présentation critique par M. Eickhölter et M.-L. Pelus-Kap (...)

44De fait, les sources fiscales, à Lübeck, sont rares et lacunaires pour l’époque moderne. Lübeck ne dispose pas non plus d un stock suffisant d’inventaires après décès pour permettre une étude concrète des couches populaires46. Les archives d’entreprises artisanales, tel le fonds du chapelier Warner Gantenberg évoqué plus haut, sont encore plus rares. Il faut donc se tourner vers les documents émanant de la municipalité.

  • 47 K.-F. Olechnowitz, Der Schiffbau, op. cit. (note 9), p. 68-95, p. 117-138.

45Les archives des métiers incluses dans les Senatsakten sont en effet riches d’enseignements sur la condition des artisans, y compris des salariés. L’étude exemplaire de K. F. Olechnowitz sur la construction navale, très largement appuyée sur les Senatsakten lubeckois, montre comment les maîtres-charpentiers voient leur condition se dégrader entre 1570 et le milieu du XVIIe siècle : beaucoup deviennent de simples salariés des compagnies d’armateurs, dans un contexte conjoncturel défavorable à l’évolution des salaires réels. Dans le cas de cette industrie « lourde », dominée par le capital marchand, on assiste donc à un déclassement des maîtres, progressivement ramenés à la condition de salariés, de dépendants. Ceci nous amène à rectifier l’impression que, pour la bourgeoisie « seconde » des maîtres-artisans, la mobilité tendait forcément vers le haut : dans certains métiers, on le voit, des déclassements étaient possibles, sinon fréquents. L’exemple de la construction navale montre l’existence de formes de luttes de classes entre les armateurs, soutenus par le Sénat, et les charpentiers : aux revendications salariales et aux grèves de ces derniers, les premiers répliquent par des menaces de sanctions, par la suppression temporaire de la corporation, par l’appel à la main-d’oeuvre étrangère47.

  • 48 Voir notamment l’ouvrage de M. SCHEFTEL, Gange..op. cit. (note 27), ainsi que M. Christensen-Streck (...)

46D’autres sources jettent un éclairage nouveau sur la condition des classes populaires. La collaboration entre historiens et architectes a permis, par un croisement des données de l'Oberstadtbuch avec celles de l’étude archéologique des bâtiments en cours de restauration et de réhabilitation, la réalisation de substantielles études sur l’habitat lubeckois, notamment sur l’habitat populaire. On y découvre qu’il existait d’importantes différences de niveau de vie au sein des couches les plus pauvres de la population : les modestes Buden, maisonnettes à colombages des fonds de cour et des passages (Gange), paraissent en effet presque luxueuses, comparées à l’habitat misérable des « salles » et des « caves » dans lesquelles s’entassent des familles entières dans des conditions qui préfigurent celles de l’habitat ouvrier des grandes villes au XIXe siècle48.

47Les documents récemment revenus aux archives de Lübeck, notamment les registres du Niederstadtbuch, ainsi qu’une bonne partie des anciens Senatsakten, devraient permettre dans le futur de nouveaux travaux sur l’artisanat et les salariés.

  • 49 E. Piltz, Wirtschaftliche und soziale Probleme, op. cit. (note 45), p. 167-173 ; 1'auteur nuance d’ (...)
  • 50 Archiv der Hansestadt Lübeck, Reichskammergericht, 26 ; l’inventaire de cette femme d’affaires, dat (...)
  • 51 Un certain nombre de travaux récents contredisent l’opinion de E. Pitz. Cf. J. Fritze, J. Schildhau (...)
  • 52 M.-L. Pelus, « Lübeck au milieu du XVIIe siècle », loc. cit. (note 31) ; dans une perspective plus (...)

48Pour en revenir aux maîtres-artisans et au qualificatif de bourgeoisie « seconde » proposé pour les désigner, il est nécessaire, en conclusion, de se demander si tous les maîtres ont pu conserver l’indépendance économique qui garantissait leur accès au droit de bourgeoisie. Nous venons de voir qu’une industrie « lourde » et complexe comme la construction navale, dominée par le capital marchand, avait favorisé le déclassement d’une partie des maîtres charpentiers, et leur assimilation à la condition des salariés. En est-il de même pour d’autres branches de la production ? Selon Ernst Pitz, le développement du Verlagssystem (système du « marchand-fabricant ») n’a guère pu se faire dans le cadre d’une ville purement commerçante (« reine Handelsstadt ») telle que Lübeck, car la domination écrasante du commerce s’opposerait au développement de rapports de ce type dans la production artisanale49. Les documents du XVIIe siècle que nous avons pu voir vont plutôt dans le sens contraire : des inventaires d’artisans, comme celui du chapelier Warner Gantenberg ou celui du tanneur-bourrelier Jochim Zobell, des inventaires de marchands, tel celui d’Adelheid Bilderbeke50, recèlent les traces d’une activité de Verlag dans les diverses industries de la ville51. Par ailleurs, les procès intentés devant le Reichshofrat par la bourgeoisie lubeckoise à l’encontre de certains membres de l’aristocratie sénatoriale, au milieu du XVIIe siècle, révèlent que sur leurs domaines ruraux, ces derniers développaient des industries concurrentielles des industries urbaines, tant par le biais du système du Verlag que par la création de nouvelles corporations. Les incursions des artisans lubeckois sur ces domaines ruraux, lors des troubles des années 1660, sont à interpréter comme une tentative, dérisoire et infructueuse, de freiner le développement de l’industrie rurale, qui bénéficie par ailleurs de la dégradation de la condition juridique de la paysannerie à l’est de l’Elbe52.

  • 53 C. R. Friedrichs, Capitalism, mobility..., op. cit. (note 7), p. 204-211 ; les travaux de A. Von Br (...)

49Le développement du Verlag dans l’industrie lubeckoise, tant dans la ville-même que dans les villages environnants, a eu logiquement pour conséquence, à long terme, la prolétarisation d’une partie des maîtres des métiers. Reste à savoir quelle a pu être l’ampleur et la gravité du phénomène, ainsi que sa chronologie. Les maîtres ainsi « déclassés », ou leurs descendants, ont-ils perdu leur statut de bourgeois ? à quel moment ? On peut voir dans cette évolution un facteur de création d’une polarité à l’intérieur de la « bourgeoisie » entendue au sens allemand, juridique, du mot Bürgerschaft (différent de Bürgertum, qu’on peut traduire aussi par bourgeoisie, dans l’acception française du terme) : si une partie des maîtres-artisans s’agrège aux marchands, une autre partie tend à s’assimiler progressivement aux compagnons salariés ; les stratifications sociales liées à un statut juridique tendent ainsi à s’effacer au profit de stratifications liées à une place dans le système économique, autrement dit à des rapports de classes53

  • 54 Les nombreux écrits consacrés à cette question sont bien résumés dans J. Schildhauer, K. Fritze, W.(...)

50Une autre question peut être soulevée à l’occasion de ce regard jeté sur le monde des artisans : quelle a été l’attitude des artisans salariés, autrement dit des « manants », des non-bourgeois, dans les conflits socio-politiques dont nous avons parlé plus haut ? Les historiens de la RDA ont fortement insisté sur la participation active, dans les conflits socio-politiques des villes hanséatiques du Moyen Âge et des temps modernes, des éléments « plébéiens ». Ceux-ci ont été particulièrement séduits, au XVIe siècle, par les doctrines anabaptistes. Défavorisés par le contexte conjoncturel de hausse des prix, les salariés ont donc, dans cette interprétation, formé les troupes de choc des mouvements de contestation politico-religieuse, mais n’en ont retiré aucun avantage. Ils ont en fait été « trahis » par la bourgeoisie qui, par peur des revendications révolutionnaires des masses populaires, a choisi finalement de faire la paix avec l’oligarchie sénatoriale54.

51Dans cette perspective, la crainte des masses laborieuses et la volonté de les maintenir dans leur statut subordonné serait donc, en fin de compte, une des clés pour la compréhension de l’attitude globalement conservatrice, sur le plan politique, de la bourgeoisie « seconde » des maîtres-artisans : une bourgeoisie qui, pour n’être qu’une bourgeoisie de second rang sur le plan des droits politiques, n’en est pas moins, jusqu’au milieu du XVIIe siècle en tout cas, une partie importante du « patronat » lubeckois, et dont toute l’ambition tend vers un seul but : accéder à la condition de marchand.

52Ces intéressantes questions méritent qu’on y revienne. Le retour des sources hanséatiques dans leurs sites d’origine favorise de nouveaux retours aux sources, et par là même laisse espérer de nouveaux progrès dans la connaissance historique du peuple des villes.

Notes

1 R. Holbach, « Hansisches Gewerbe und Hansegeschichte - Vorbemerkungen », dans Die Hanse. Lebenswirklichkeit und Mythos, éd. J. Brackei., V. Henn, R. Postee, Textband zur Hamburger Hanseausstellung von 1989, 2. Aufl., Lübeck, 1998, p. 610-612.

2 W Stieda, « Hansische Vereinbarungen über städtische Gewerbe im 14. und 15. Jahrhundert », dans Hansische Geschichtsblatter, 1886, p. 106 sq. ; K. Fritzfe, « Entwicklungsprobleme der nichtagrarischen Produktion im hansischen Wirtschaftsraum », dans Hansische Studien IV. Gewerbliche Produktion und Stadt-Land Beziehungen éd. K. Fritze, E. Muller-Mertens, J. Schildhauer, Weimar, 1970, p. 15.

3 J. Schildhauer, The Hansa. History and Culture, Leipzig, 1985, p. 157-159.

4 J. Schildhauer, K. Fritze, W. Stark, Die Hanse, Berlin, 1974, p. 179-181.

5 J. Schildhauer, K. Fritze, W. Stark, Hanse (cf. note 4), p. 181-189 ; J. Warncke, Handwerk und Zünfte in Lübeck, Lübeck, 1937, p. 16-17, p. 36, p. 44 ; ceci est un trait propre aux villes maritimes de la Hanse. Cf. A. Von Brandt, « Die gesellschaftliche Struktur des spätmittelalterlichen Lübeck », dans Untersuchungen zur gesellschaftlichen Struktur der mittelalterlichen Stadte in Europa, Reichenau Vorträge 1963-64, Stuttgart, 1966, p. 217-218, article également paru dans : Lübeck, Hanse, Nordeuropa ; Geddchtnisschrift für A. VON BRANDT Köln-Wien 1979 p. 209-232.

6 P. Dollinger, La Hanse, Paris, 1964, rééd. 1988, p. 383-461 ; A. Grassmann, éd., Niedergang oder Übergang ? Zur Spätzeit der Hanse im 16.und 17. Jahrhundert, Köln-Weimar-Wien, 1998.

7 Le terme de « bourgeoisie seconde » a été utilisé par H. Drouot pour désigner, à l’époque de la Ligue, la petite bourgeoisie de la basoche dans les villes bourguignonnes (H. Drouot, Mayenne et la bourgogne. Étude sur la Gigue (1587-1596), 2 vol. , Paris, 1937, p. 51). Nous utiliserons ici le terme « bourgeoisie » moins au sens d’une catégorie sociale, que comme une catégorie juridique, désignant l’ensemble des titulaires du Bürgerrecht (droit de bourgeoisie). Le terme de bourgeoisie « seconde » devient dès lors, de préférence à celui de « petite bourgeoisie », un moyen commode pour différencier deux niveaux d’exercice du droit de bourgeoisie (cf. infra, p. 6 et 7). Précisons que cette bourgeoisie « seconde » lubeckoise ne doit en aucun cas être confondue avec les Soldatenbürger ; sobriquet qui désigne, à partir de 1611/1622, les geschworene Einwohner (« manants jurés »), c’est-à-dire des personnes intégrées d’une certaine manière à la communauté urbaine tout en demeurant privées du droit de bourgeoisie (cf. infra, p. 14-16). Sur l’importance du critère juridique lié à la notion de bourgeoisie dans les villes allemandes au Moyen Âge et au début des temps modernes, cf. C. R. Friedrichs, « Capitalism, Mobility and Class Formation in the Early Modem German City », dans P. ABRAMS, E.A. WRIGLEY, éd., Towns in Societies. Essays in Economic history and Historical Sociology, Cambridge, p. 187-214.

8 L’importance de cette classification des groupes sociaux, dans les villes allemandes du Moyen Âge et du début des temps modernes, en fonction du critère juridique du droit de bourgeoisie (Bürgerrecht), conduit E. Maschke à parler d’une gewisse standische Gliederung der stàdtischen Gesellschaft (là société urbaine allemande répond donc dans une certaine mesure, selon lui, aux critères d’une « société d’ordres ») : E. MASCHKE, « Die Unterschichten der mittelalterlichen Städte Deutschlands », dans C. Haase, Die Stadt des Mittelalters, Bd. III, Darmstadt, 1976, p. 346.

9 A. Grassmann, éd., Lübeckische Ceschichte, Lübeck, 1988, p. 65-75 ; J. Höhler, « Die Anfänge des Handwerks in Lübeck », dans Archiv für Kulturgeschichte I (1903), p. 129-194 ; K.F. OLECHNOWITZ, Der Schiffbau der hansischen Spätzeit, Weimar, 1960, p. 112, note 62 ; un panorama de ces métiers est donné par R. Sprandel, « Die Handwerker in den Norddeutschen Stâdten des Spätmittelalters », dans Hamische Geschichtsblätter 86 (1968), p. 37-62.

10 K. Fritze, Entmcklungsprobleme, op. cit. (note 2), p. 16. Cette répartition, établie à la fin du XIVe siècle, reste valable, grosso modo, aux époques suivantes.

11 A. Grassmann, éd., Lübeckische Ceschichte, op. cit. (note 9), p. 320.

12 K. FRITZE, Entmcklungsprobleme (cf. note 2), p. 19 ; K.-F. Olechnowitz, « Zum Schiffbau Lübecks im 16. und 17. Jahrhundert », dans H. Sproemberg, H. Kretzschmarr, E. Werner, éd., Hansische Studien. Heinrich Sproemberg zum 70, Geburtstag, Berlin, 1961, p. 311-321 ; G. Hoeffer, « Lübecker Kupferhämmer im Bistum Ratzeburg », dans Zeitschrift des Vereinsfür lübeckische Geschichte und Altertumskunde 29 (1938), p. 281-291 ; T. Hach, « Überblick über die ehemalige Glasindustrie in und um Lübeck », dans Zeitschrift des Vereins für lübeckische Geschichte und Altertumskunde 8 (1900), p. 217-254 ; M.-L. Pelus, « Investitionsformen in Lübeck und ihre Rolle in der Vermögensbildung », dans S. Jenks, M. North, éd., Der hamische Sonderweg ? Beiträge zur Sozial- und Wirtschaftsgeschichte der Hanse, Köln-Weimar-Wien 1993, p. 103.

13 K. A. Vogel, « Herrschaft und Autonomie. Die Beziehungen zwischen Rat und Handwerksämtern im spätmittelalterlichen Lübeck », dans Zeitschrift des Vereins für lübeckische Geschichte und Altertumskunde 66 (1986), p. 57-89 ; J. Asch, Rat und Bürgerschaft in Lübeck 1598-1669, Lübeck, 1961, p. 22 ; A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, (cf. note 9), p. 348 ; M. Hasse, Zunft und Gewerbe in Lübeck, Lübeckische Museumshefte 10, Lübeck, 1972.

14 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, (cf. note 9), p. 315-318 ; J. Warncke, Handwerk und Ziinfte in Lübeck, (cf. note 5), p. 44 sq.

15 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op..cit. (note 9), p. 318-319. On constate la même tendance à la « fermeture » des métiers dans la ville hanséatique de Reval au cours du XVIIe siècle : cf. C. R. Friedrichs, « Artisans and urban politics in seventeenth-century Germany », dans G. Crossick, éd., The Artisan and the European Town, 1500-1900, Hants (England) et Brookfield (Vermont, USA), 1997, p. 41-45. À propos du « Wanderzwang » et des migrations d’artisans, voir notamment : K. Schulz, E. Müller-luckner, éd., Handwerk in Europa. Vom Spatmittelalter bis zurfrühen Neuzeit, München, 1999, et plus particulièrement, dans ce volume, les contributions de W. Rreininghaus et de R. Holbach.

16 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschicbte, op. cit. (note 9), p. 332 ; J. S. Hartwig, « Die Frauenfrage im mittelalterlichen Lübeck », dans Hansische Geschichtsblätter 14 (1908), p. 35-94 ; Y. Ichikawa, « Die Stellung der Frauen in den Handwerksämtern im spätmittelalterlichen und frühneuzeitlichen Lübeck », dans Zeitschrift des Vereins für lübeckische Geschicbte und Altertumskunde, 66 (1986), p. 91-118 ; K. Germeroth, Die Frau im Handel und Handmrk im mittelalterlichen Lübeck, M.A., Kiel, 1993 (version dactylographiée).

17 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschicbte, op. cit. (note 9), p. 348 ; J. Asch, Rat und Bürgerschaft in Lübeck 1598-1669, (cf. note 13), p. 23.

18 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschicbte, op. cit. (note 9), p. 328, p. 425-430. Les inventaires après décès lubeckois, malheureusement trop peu nombreux, recèlent à la fois des exemples d’artisans très aisés, sinon riches, et d’artisans très modestes, qu’on peut qualifier de pauvres. Cf. M.-L. Pelus-Kaplan, « Die Lübecker Inventare des 16. bis 18. Jahrhunderts als Quelle für die Geschichte des Hauses, der Gesellschaft und der Wirtschaft Lübecks in der frühen Neuzeit. Versuch einer methodischen Annäherung », dans R. Hammel-Kiesow, éd., Wege zur Erforschung stddtischer Hauser und Höfe. Beiträge zur Fächerübergreifenden Zusammenarbeit am Beispiel Lübecks im Spatmittelalter und in der Neuzeit, Neumünster, 1993, p. 301-317.

19 P. Dollinger, La Hanse, op. cit. (note 6), p. 422-444.

20 M. Glaser, D. Mührenberg, « Archaologische Ergebnisse zum mittelalterlichen Handwerk am Beispiel Lübecks », dans Die Hanse. Lebenswirklichkeit und Mythos, éd. J. Brackel, V. Henn, R. Postel, op. cit. (note 1), p. 613-618 ; C. Wehrmann, Die älteren Lübeckischen Zunftrollen, Lübeck, 1864 ; J. Warncke, Handwerk und Ziinfte in Lübeck, op. cit. (note 5).

21 F. Effinger, « Zur Geschichte des Fleischergewerbes der Stadt Lübeck im Mittelalter », dans Zeitschrift des Vereinsfür lübeckische Geschichte und Altertumskunde 24 (1928), p. 153-178 et 301-333 ; C. Veltman, Knochenhauer in Lübeck am Ende des 14. Jahrhunderts. Eine Sopial- und wirtschaftsgeschichtliche Untersuchung, Neumünster, 1993 ; R. Hammel, « Vermögensverhältnisse und Absatzmöglichkeiten der Bäcker in hansischen Seestädten am Beispiel Lübeck. Ein Beitrag zur hansischen Gewerbegeschichte des späten 14. Jahrhunderts », dans Hansische Geschichtsblätter99 (1981), p. 33-60 ; M. Gläser, « Pline Lübecker Bäckerei aus dem Mittelalter und der frühen Neuzeit. Archaologische Untersuchungen auf dem Grundstück Engelwisch 65 », dans Lübecker Scbriften pur Archäologie und Kulturgeschichte 16 (1989), p. 309-334 ; T. Jaschkowitz, « Das Lübecker Schuhmacheramt vom 14. bis zum 16. Jahrhundert », dans Zeitschrift des Vereins für lübeckische Geschichte und Altertumskunde 79 (1999), p. 164-195 ; K.-F. Olechnowitz, Der Schiffbau, op. cit. (note 9) et Zum Schiffbau, op. cit. (note 12).

22 W. VON LUTGENDORFF, « Das Maleramt und die Innung der Maler in Lübeck, 1425-1925 », dans Festschrift pur Fünfhundertjahrfeier ; Lübeck, 1925 ; M. Hasse, « Das Verhalten der Lübecker Maler und Bildschnitzer während der Krisenzeit zu Anfang des 16. Jahrhunderts nebst einem Verzeichnis des damaligen Maleramtes », dans Zeitschrift des Vereins für lübeckische Geschichte und Altertumskunde 62 (1982), p. 49-68 ; J. Warncke, Die Zinngiesser pu Lübeck, Lübeck, 1922 ; W. Lauenstein, Das Böttcher- und Küferhandwerk in Deutschland (Lübeck, Köln, Frankfurt), Berlin, 1917 ; H. Bartenstein, Das Ledergewerbe im Mittelalter in Köln, Lübeck und Frankfurt, Berlin, 1920 ; H. Albrecht, « Das Lübecker Braugewerbe », dans Zeitschrift des Vereins für lübeckische Geschichte und Altertumskunde 17 (1915), p. 63-117, p. 205-266 ; W. Stiedaa, « Lübeckische Bernsteindreher oder Paternostermacher », dans Mitteilungen des Vereins für Lübeckische Geschichte und Altertumskunde, 1886, p. 97-112 ; J. Warncke, « Bernsteinkunst und Paternostermaker in Lübeck », dans Nordelbingen 10 (1934), p. 428-464.

23 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), p. 216-228. À propos du débat consacré à la question du « patriciat », cf. ibidem, p. 261 et 818, ainsi que A. F. Cowan, The urban patriciate. Lübeck and Venice, 1580-1700, Köln-Wien, 1986 ; H. Schilling, « Vergleichende Betrachtungen zur Geschichte der bürgerlichen Eliten in Nordwestdeutschland und in den Niederlanden », dans H. Diederiks, H. Schilling, éd., Biirgerliche Eliten in den Niederlanden und in Nordwestdeutschland. Studien zur Sozialgeschichte des europäischen Bürgertums im Mittelalter und in der Neuzeit, Kôln-Wien, 1985, p. 1-32.

24 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), p. 346 ; K. A. Vogel, Herrschaft und Autonomie, op. cit. (note 13), p. 60 ; W Ebel, Lübisches Recht, Bd. I, Lübeck, 1971, p. 228.

25 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), p. 234, p. 347-348 ; W Ebel, Lübisches Recht, op. cit. (note 24), p. 293 sq. ; J. Warncke, Handwerk, op. cit. (note 5), p. 37 ; J. Asch, Rat und Biirgerschaft, op. cit. (note 13), p. 21-39.

26 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), p. 320.

27 Ces lois somptuaires sont analysées de manière détaillée dans les ouvrages suivants : C. Meyer-Stoll, Die Lübeckische Kaufmannschaft des 17. Jahrhunderts unter wirtschafts- und sozialgeschichtlichen Aspekten, Frankfurt/Main, 1989, p. 180-181 ; M. Scheftel, Gänge, Buden und Wohnkeller in Lübeck, Neumünster, 1988, p. 61-67.

28 Sur tous ces épisodes, outre A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), J. Asch, Rat und Bürgerschaft, op. cit. (note 13), et K. Vogel, Herrschaft und Autonomie, op. cit. (note 13), voir : A. Von Brandt, « Die Lübecker Knochenhaueraufstände von 1380/84 und ihre Voraussetzungen. Studien zur Sozialgeschichte Lübecks in der zweiten Hälfte des 14. Jahrhunderts », dans Lübeck, Hanse, Nordeuropa, Gedächtnisschrift für Ahasver Von Brandt, Köln, 1979, p. 129-208 ; C. F. Wehrmann, « Der Aufstand in Lübeck bis zur Rückkehr des alten Rats 1408-1416 », dans Hansische Geschichtsbätter 8 (1878), p. 103-158 ; R. A. Rotz, « The Lubeck uprising of 1408 and the decline of the Hanseatic League », dans Proceedings of the American Philosophical Society 121/1 (1977), p. 1-45 ; W. Jannasch, Reformationsgeschichte Lübecks vom Petersablass bis zum Augsburger Reichstag 1515-1530, Lübeck, 1958 ; G. Korell, J. Wullenwever, Sein sozial-politisches Wirken in Lübeck und der Kampf mit den erstarkenden Mächten Nordeuropas, Weimar, 1980.

29 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), p. 454-461 ; J. Asch, Rat und bürgerschaft, op. cit. (note 13), passim.

30 A. F. Cowan, Urban patriciate, op. cit. (note 23), p. 61-62 ; les artisans ont certes obtenu à la faveur des luttes du XVIIe siècle, à défaut de sièges au Sénat, quelques charges officielles de second rang commes celles de Kämmerer ou de Weinherren ; toutefois un autre signe du désintérêt assez général des artisans pour les tâches administratives s’exprime à travers leur refus d’envoyer une députation à la nouvelle administration de la Zulage (impôt indirect) en 1626 ; cf. J. Asch, Rat und Bürgerschaft, op. cit. (note 13) p. 95 sq. ; C. Meyer-Stoll, Uibeckische Kaufmannschaft, op. cit. (note 27), p. 195.

31 Cf. M.-L. Pelus, « Lübeck au milieu du XVIIe siècle : conflits politiques et sociaux, conjoncture économique », dans La crise européenne du XVIIe siècle (1640-1660), Numéro spécial de la Revue d'histoire diplomatique, 92 (1978), p. 189-209.

32 K. A. Vogel, Herrschaft und Autonomie, op. cit. (note 13), p. 87, laisse entendre, sans le dire clairement, que les artisans ont, au cours des luttes socio-politiques médiévales et modernes, obtenu des satisfactions économiques ; par ailleurs le Kassarezess de 1665, qui instaure un contrôle de la gestion des finances par la bourgeoisie, semble avoir largement satisfait les maîtres-artisans, ce qui expliquerait notamment leur approbation du Bürgerrezess de 1669. Sur ces résultats positifs, pour les artisans, des conflits politiques, voir notamment C. R. Friedrichs, Artisans (cf. note 15), p. 45-53.

33 C. R. Friedrichs, Capitalism, Mobility and Class Formation..., op. cit. (note 7), insiste sur le caractère fondamental, dans les villes allemandes du bas Moyen Âge et au début de l’époque moderne, de la différence entre la Bürgerschaft, catégorie juridique qu’il traduit par « citoyenneté » (citizenry) et définit comme l’ensemble des membres permanents et protégés de la communauté, et les autres habitants, les « non-citoyens », considérés comme des « outsiders » simplement tolérés. Au sein de la Bürgerschaft, il voit la différenciation progressive de deux catégories sociales, la upper middle class (marchands, entrepreneurs et officiers municipaux), et d’autre part la lower middle class des Kleinbürger (artisans en majorité, petits commerçants et détenteurs d’offices mineurs). Cf. également E. Maschke, Die Unterschichten, op. cit. (note 8), p. 347, p. 356-57, p. 361.

34 A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), p. 228-230, p. 315, p. 465-66 ; J. Asch, Rat und Bürgerschaft, op. cit. (note 13), p. 13.

35 À propos de ces mesures visant à protéger les intérêts économiques des bourgeois de Lübeck, tant marchands qu’artisans, voir notamment : A. Grassmann, éd., Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), p. 230-31 ; P. Dollinger, La Hanse (cf. note 6), p. 443-44 ; K-F. Olechnowitz, Der Schiffbau, op. cit. (note 9), p. 84-95.

36 C.H. Friedrichs, Capitalism, Mobility andclass Formation..., op. cit. (note 7), p. 190 ; à propos du statut de « Kaufgeselle », cf. M.-L. Pelus, Wolter von Holsten, marchand lubeckois dans la seconde moitié du XVIe siècle, Paris-Köln-Wien, 1981, p. 15-18, p. 62-70.

37 J. Asch, Rat und Bürgerschaft, op. rit. (note 13), p. 13-20. La ville de Danzig connaît elle aussi une distinction radicale entre bourgeois et « manants », et tout comme Lübeck, elle renforce au XVIIe siècle les barrières juridiques et politiques entre bourgeois et non-bourgeois, ainsi qu’à l’intérieur même de la bourgeoisie. Cf. M. Bogucka, Das alte Danzig, Leipzig, 1980, p. 216, p. 234 ; H. Penners-Ellwart, Die Danziger bürgerschaft nach Herkunft und Beruf 1536-1709, Marburg, Lahn, 1954, ex. datylographié, distingue trois formes du droit de bourgeoisie à l’époque moderne : celui des marchands (bürgerrecht auf den Handelsmann), celui des maîtres-artisans (bürgerrecht auf den Handwerksmann), et celui des salariés et manoeuvres (bürgerrecht auf den Arbeitsmann).

38 Au XIVe siècle, les artisans représentent 61 % de l’ensemble des bourgeois selon Von Brandt, Diegesellschaftliche Struktur, op. rit. (note 5), p. 222 ; W. Reisner, Die Einwohnerzahlen deutscherStädte infrüheren Jahrhunderten, mit besonderer Berücksichtigung Lübecks, Jena, 1903, évalue le nombre des bourgeois à 3570 en 1667 ; pour J. Asch, Rat und Bürgerschaft, op. rit. (note 13), p. 36-37, ce chiffre est beaucoup trop élevé, et doit être ramené à 2 600 environ, soit, avec leurs familles, 9 000 à 10 000 personnes. On voit qu’à cette époque, les bourgeois et leur famille forment à peu près le tiers de la population lubeckoise, qui tourne autour de 30 000 habitants à la fin de la guerre de Trente Ans. Les calculs de J. Schildhauer pour Rostock aboutissent à une proportion comparable (60 %) de dépendants exclus du droit de bourgeoisie : J. Schildhauer, Soziale, politische und religiöse Auseinandersetzungen in den Hansestädten Stralsund, Rostock und Wismar im ersten Drittel des 16. Jahrhunderts, Weimar, 1959, p. 46 sq. ; J. Schildhauer, « Die Sozialstruktur der Hansestadt Rostock von 1378 bis 1569 », dans H. Sproemberg, H. Kretzschmar, R, H. WERNER, éd., Hansiscbe Studien. Heinrich Sproemberg zum 70. Geburstag, op. cit. (note 12), p. 341-353.

39 De tout temps, les boulangers lubeckois ont exporté leurs pains vers la Scandinavie : R. Hammel, Vermögensverhältnisse, op. cit. (note 21), p. 52-53 ; l’inventaire du boulanger H. Meineke, décédé en 1591, nous apprend que le défunt, propriétaire d’une vaste demeure assortie de deux maisonnettes probablement louées à des salariés (Buden), avait, peu avant sa mort, expédié des marchandises à Rostock ; ses livres de comptes sont diversifiés, et comportent notamment un kopsbuch, signe d’une connaissance par ce boulanger des manuels de comptabilité de l’époque (Archiv der Hansestadt Lübeck, Alte Gerichte, 9).

40 Archiv der Hansestadt Lübeck, Alte Gerichte, 32.

41 Archiv der Hansestadt Lübeck, Stiftungen und Testamente, Warner Gantenberg Testament, no 3, no 4, no 5, no 6, no 7, no 8, no 15.

42 Archiv der Hansestadt Lübeck, Alte Gerichte, 10 ; un demi-siècle plus tard, un autre teinturier, Jörgen Hintze, mort en 1675, laisse à son tour un héritage très confortable ; même chose pour Hans Winkelman, mort en 1696.

43 Archiv der Hansestadt Lübeck, Reichskammergericht, 75 ; Personenkartei. Cf. M.-L. Pelus, Wolter von Holsten, op. cit. (note 36), p. 464.

44 J. Asch, Rat und Bürgerschaft, op. cit. (note 13), p. 23-24 ; K.A. Vogel, Herrschaft und Autonomie, op. cit. (note 13), p. 63-65.

45 A. Grassmann, Lübeckische Geschichte, op. cit. (note 9), p. 329-330. Ceci est vrai pour d’autres villes maritimes, notamment pour Hambourg. Cf. E. Pitz, « Wirtschaftliche und soziale Probleme der gewerblichen Entwicklung im 15./16. Jahrhundert nach hansisch-niederdeutschen Quellen », dans C. Haase, éd., Die Stadt des Mittelalters, Bd. III, Wirtschaft und Gesellschaft, Darmstadt, 1976, p. 154 ; cet article a été également publié dans F. Lütge, éd., Wirtschaftliche und soziale Probleme der gewerblichen Entwicklung im 15.-16. jahrhundert, Stuttgart, 1968, p. 16-43 ; cf. également H. Reincke, « Bevölkerungsprobleme der Hansestadte », dans C. Haase, éd., Die Stadt des Mittelalters, Bd. III, Wirtschaft und Gesellschaft, Darmstadt, 1976, p. 289-291.

46 Voir la liste de ces inventaires et leur présentation critique par M. Eickhölter et M.-L. Pelus-Kaplan dans R. Hammel-Kiesow, éd, Wege zur Erforschung, op. cit. (note 18), p. 279-326.

47 K.-F. Olechnowitz, Der Schiffbau, op. cit. (note 9), p. 68-95, p. 117-138.

48 Voir notamment l’ouvrage de M. SCHEFTEL, Gange..op. cit. (note 27), ainsi que M. Christensen-Streckebach et M. Scheftel, « Kleinhausbebauung in Lübeck im 16. Jahrhundert. Zusammenhänge zwischen Eigentumsentwicklung und Baustruktur », dans Zeitschrift des Vereins für lübeckische Geschichte und Altertumskunde 63 (1983), p. 145-170. D’après les calculs de W. Reisner, Die Einwohnerzahl, op. cit. (note 38), p. 39, p. 44, en 1532, 13 % de la population lubeckoise habite dans des caves.

49 E. Piltz, Wirtschaftliche und soziale Probleme, op. cit. (note 45), p. 167-173 ; 1'auteur nuance d’ailleurs son propos, montrant que le système du Verlag a touché des secteurs comme la tonnellerie et la construction navale.

50 Archiv der Hansestadt Lübeck, Reichskammergericht, 26 ; l’inventaire de cette femme d’affaires, daté de la fin du XVIIe siècle, recèle des outils pour le travail de la laine, ainsi que des traces de salaires payés à des artisans à domicile.

51 Un certain nombre de travaux récents contredisent l’opinion de E. Pitz. Cf. J. Fritze, J. Schildhauer, W. Stark, Die Hanse, op. cit. (note 4), p. 177-181 ; voir notamment R. Holbach, « Frühformen von Verlag und Grossbetrieb in der gewerblichen Produktion », dans Viertel-jahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, Beihefte 110, Stuttgart, 1994, notamment p. 367-372 (Kupferverarbeitung und Zinngiesserei in hansischen Seestädten), p, 424-430 (Gerberei im Hanseraum und in den Niederlanden), p. 506-509 (Böttcherei in Hansestädten) ; R. Holbach, « Formen des Verlags im Hanseraum, 13.16. Jahrhundert », dans Hansische Geschichtsblatter 103 (1985), p. 41-73.

52 M.-L. Pelus, « Lübeck au milieu du XVIIe siècle », loc. cit. (note 31) ; dans une perspective plus vaste, voir H. Kellenbenz, « Die unternehmerische Betätigung der verschiedenen Stande während des Übergangs zur Neuzeit », dans Vierteljahrschriftfür Sozial- und Wirtschaftsgeschichte 44 (1957), p. 1-25 ; H. Kellenbenz, « Unternehmertätigkeit im Bereich der Nord-und Ostsee vom Hochmittelalter bis zum Beginn der Neuzeit », dans Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte 49 (1962), p. 1 sq.

53 C. R. Friedrichs, Capitalism, mobility..., op. cit. (note 7), p. 204-211 ; les travaux de A. Von Brandt, Diegesellschaftliche Struktur, op. cit. (note 5), montrent qu’une partie des artisans, bien que maîtres et bourgeois de la ville, faisaient partie, aux XIVe et XVe siècles, des couches sociales les moins imposées ; voir également K. Maschke, Die Unterschichten, op. cit. (note 8), p. 377.

54 Les nombreux écrits consacrés à cette question sont bien résumés dans J. Schildhauer, K. Fritze, W. Stark, Die Hanse, op. cit. (note 4), p. 181-197, p. 219-237, p. 258-59. H. Pannach, « Einige Bemerkungen zu den sozial-ökonomischen Problemen um Jürgen Wullenwever », dans H. Kretzschmar, éd., Vom Mittelalter zur Neutzeit, Festschrift Heinrich Sproemberg, Berlin, 1956, p. 115, reconnaît cependant que ces « luttes de classes » n’ont pas eu, à Lübeck, la même force que dans les villes flamandes, faute d’une grande industrie exportatrice.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search