Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Identification et délimitations des milieux populaires urbains

Les milieux populaires orléanais à la fin du xviie siècle à travers le registre de la première capitation de 1695

Jean Boissière

Texte intégral

  • 1 J.-L. Robhrt et D. Tartakowsky, Paris le peuple XVIIIe-XXe siècle, Paris, Publications de la Sorbon (...)
  • 2 F. Bluche et J.-F. Solnon, La véritable hiérarchie sociale de l'ancienne France, le tarif de la pre (...)
  • 3 Ibid., p. 1058.
  • 4 J. Boissière, « Une source capitale pour la connaissance d’Orléans à la fin du XVIIe siècle, le reg (...)

1Il n’est pas possible d’aborder un tel sujet sans donner, sommairement, quelques repères, tout d’abord sur la notion même de milieux populaires dont la signification, depuis Michelet, passionne l’historiographie française. Le peuple de Paris a longtemps servi de modèle et de référence en ce domaine. Nombre d’historiens l’ont étudié. Récemment encore un séminaire consacré à comprendre ce qu’il a pu être dans ses diverses acceptions culturelles et historiques a procuré une mine d’enseignements et de références1. Nous y renvoyons comme point de départ à toute autre bibliographie, non sans noter tout de suite l’abîme qu’il peut y avoir entre les milieux populaires d’une ville, Orléans, qui, à la fin du XVIIe siècle, n’atteint sans doute pas les 40000 habitants, et la capitale de la France. En ce qui concerne la capitation de 1695, là aussi, nous disposons d’un important dossier que dominent les travaux de F. Bluche et J.-F. Solnon que complètent, sur le plan méthodologique, les réflexions d’A. Guéry dans les Annales ESC de septembre-octobre 1986. Ils nous dispenseront de toute présentation préalable de cet immense dossier, sauf à noter que ces trois auteurs2 sont d’accord pour constater que c’est dans la description des couches sociales inférieures du royaume que le fameux barème en 22 tranches et 569 rangs est le moins précis : « les gens de néant » sont ignorés dans le registre, écrit A. Guéry qui constate, par ailleurs que « le but de la classification n’est pas sociologique » Et il ajoute : « Elle ne nous donne pas d’emblée la structure sociale de la France de ce temps mais la manière dont le pouvoir veut voir et organiser la société »3. Cette double constatation frappe-t-elle, a priori, de caducité toute recherche d’histoire sociale reposant sur ce type de document ? Faut-il n’y voir qu’une archive de médiocre qualité dont l’usage serait laissé aux régions pauvres en documents anciens, ce qui est le cas, en partie, de l’Orléanais depuis les bombardements de la deuxième guerre mondiale ? Nous n’en croyons rien et il nous semble, pour l’étude du peuple d’Orléans comme pour la connaissance de bien d’autres traits spécifiques de la ville, que cette source mérite largement d’être revisitée4. Mais, peut-être, est-il nécessaire, tout d’abord, de rappeler succinctement ce que peut signifier, pour l’intendant Jubert de Bouville et l’ensemble des Orléanais responsables de la rédaction de ce registre, la notion de peuple.

LES MILIEUX POPULAIRES, PERCEPTIONS ET REPRÉSENTATIONS

  • 5 F. Le Maire, Histoire et Antiquitez de la ville et du duché d’Orléans, avec les vies des roys, ducs (...)

2Nous pouvons, pour ce faire, nous appuyer sur quelques documents d’époque dont on peut penser qu’ils ont été, d’une manière ou d’une autre, familiers à ces rédacteurs. Le premier, déjà cité à plusieurs reprises, lors de cette journée, est le Dictionnaire de Furetière. Sa date de publication, 1690, en fait un ouvrage contemporain de la rédaction du registre. Intéressant, également, est l’ouvrage de François Le Maire consacré à l'Histoire d’Orléans. Paru en 1645, il connaît plusieurs rééditions et devient un classique de l’histoire locale5. Quant au troisième type de documents il s’agit tout simplement d’un corpus de textes officiels parmi lesquels prennent place les instructions royales installant le nouvel impôt, à partir desquels le registre local a été composé.

3De cette documentation se dégagent quelques conclusions significatives.

Une vision par défaut, plutôt péjorative

4Lemaire et Furetière sont plutôt convergents sur ce point. Le Dictionnaire de Furetière (1690) emploie, d’abord, le terme de peuple au sens actuel de population ou de multitude, expression qui nous écarte de notre sujet. Nous concernent davantage les éléments de définition qui font du peuple l’ensemble des habitants d’une ville et plus précisément, à l’intérieur de ce groupe, ceux qui ne sont ni nobles, ni riches, ni éclairés : le menu peuple, le commun du peuple. Cet état de fait, qui définit un ensemble de citadins comme étant exclus des trois qualités qui donnent valeur au sein du corps social, à savoir le rang, la fortune et la connaissance, en dessine les contours comme par défaut ou de manière négative. D’où les appréciations dévalorisantes qui sont utilisées à son égard dans les exemples que donne le dictionnaire : « Le commun du peuple est malin et séditieux ». A propos de l’adjectif populaire que Furetière définit comme ce « qui concerne le peuple et doit déffendre ses intérêts » sont ainsi évoquées :

  • Les maladies épidémiques ou populaires « celles qui viennent de malpropreté et corruptions, qui se communiquent ».

  • Les erreurs populaires : « une infinité d’opinions mauvaises qui se sont glissées parmi le peuple dont plusieurs gens se sont persuadez par précaution, sans en avoir voulu examiner les principes ou la raison ». Et le texte ajoute : « La plupart des opinions communes, quand elles sont examinées, sont des erreurs populaires ».

5Enfin, dans le domaine politique est évoqué un « État populaire » présenté comme « celui où le peuple est maître ». Il est considéré comme « le pire des États ».

6On trouvera, enfin, à l’adverbe populairement, défini comme étant l’état « d’une manière qui appartient au peuple, au vulgaire », l’évocation d’une « façon de parler qui est basse et commune ».

7Nous sommes donc, à la fin du XVIIe siècle encore, en présence d’un terme à la connotation largement péjorative. Mais ce qui est noté en négatif, une fois écartés le rang et la richesse, ce sont la vulgarité du langage, l’ignorance, l’absence d’hygiène et d’esprit critique dont les conséquences peuvent être extrêmement dangereuses pour la vie de la cité. On ne peut oublier qu’à la fin du XVIIe siècle la peur des « pestes » reste encore très présente et que ce type de mortalité menace toujours la ville par le biais de ses quartiers populaires. De tout cela il ressort principalement que le peuple présente un ensemble de dangers dont on peut se demander si le plus important n’a pas été pudiquement éliminé comme si sa seule évocation était une insulte à l’État, le danger politique.

8Il suffit, à ce propos d’ouvrir l’histoire d’Orléans telle que l’écrivent les contemporains pour en retrouver des traces. François Le Maire publie en 1645 Histoire et antiquitez de la ville et duché d'Orléans et les seules références qu’il fait aux milieux populaires n’ont pour objet que d’évoquer les émotions qui viennent, périodiquement, troubler l’ordre public. À sa lecture on en repère deux, l’une en 1517, l’autre, beaucoup plus récente, en 1630. Les deux se présentent comme la conséquence de « disettes et chertés » du pain et des vivres, en 1517, des blés, en 1630. À chaque fois le texte est construit de la même manière :

  • Il donne la composition du corps social. En 1517 il s’agit des artisans et des pauvres ; en 1630 ce sont des artisans « assistés d’étrangers et de vagabonds ».

  • Il évoque « un faux bruit qui courut dans la ville ». Il s’agit, en 1517, d’une menace sur la vie des plus pauvres : « qu’il fallait construire une grange éloignée et en icelle convoquer les pauvres, les y retenir et mettre le feu aux quatre coins de la grange pour les brûler ». En 1630 on parle d’enlèvements et de transports de blé de nuit aux dépens de l’approvisionnement local, thème qui restera récurrent à Orléans jusqu’à la fin de l’Ancien régime puisqu’on le retrouve encore présent lors des troubles du 14 juillet 1789.

  • Il dénonçe la violence qui assez rapidement se manifeste aux dépens de notables, en 1517 sous la forme d’une « mutinerie qui brisa la maison du marchand d’où la nouvelle s’était répandue » ; en 1630 par l’incendie et le pillage de la maison du maire et de l’un de ses proches.

  • Il souligne la rigueur des sanctions qui s’ensuivent. En 1517 il y eut 14 pendus et plusieurs arrestations et bannissements. En 1630 il y en eut 7 et « les principaux officiers et notables de la ville » prirent les armes et avec le soutien du présidial, rétablirent l’ordre non sans qu’il y eut quelques personnes blessées et même tuées.

9Il est d’ailleurs amusant de noter que la réaction municipale doit, en 1630, se justifier de la légalité de son intervention vis-à-vis du pouvoir royal et de son tribunal.

10Quoi qu’il en soit, le rapprochement de ces deux textes permet de comprendre au sein de quels types de représentations prend corps, pour les gens du XVIIe siècle, la notion de milieux populaires. Il suggère certains clivages que les temps de crise peuvent faire surgir : artisans, pauvres, étrangers, vagabonds d’un côté ; officiers, notables, marchands et l’ensemble des milieux institutionnels, de l’autre. Il évoque également une répartition zonale sommaire des espaces habités entre la ville et les faubourgs que nous allons bientôt retrouver.

Des milieux sociaux partiellement confondus avec les structures de production

  • 6 Ch. Cuissard, « Étude sur le commerce et l’industrie à Orléans avant 1789 », Mémoires de la Société (...)

11L’un comme l’autre, cependant, ignore délibérément l’existence de structures d’encadrement, pourtant depuis longtemps présentes et que l’action gouvernementale, depuis un demi-siècle au moins, ne fait que renforcer sous la forme d’une législation draconienne codifiant les conditions d’exercice des arts et métiers dans le cadre urbain. On a pu recenser, dans le cadre Orléanais, plus d’une quarantaine de textes correspondant au seul règne de Louis XIV, l’essentiel d’entre eux correspondant au ministériat de Colbert. Sont alors établis ou confirmés les statuts des plombiers couvreurs (1663), des maîtres fileurs et ouvriers en drap d’or (1666), des teinturiers, tailleurs et couturières (1669), des marchands d’étoffes de soie (1670), des fabricants d’étoffes de soie, laine, fil et coton (1678), des barbiers, paumiers, chandeliers (1683). Au lendemain de la mort de Colbert c’est le tour des pâtissiers-rôtisseurs, des tailleurs, des sergers (1684) puis des merciers (1688). A la veille même de la rédaction du registre, les taillandiers, les ouvriers en bas au métier (1693) les marchands bonnetiers (1694) reçoivent également leurs statuts. En même temps avaient été codifiées les conditions de production de la draperie (1664-69) aboutissant à l’établissement d’un Bureau de la draperie en 16706. Si peu que nous sachions sur la manière dont l’ensemble de ces textes a pu, ou non, être mis en pratique, il n’est pas possible de faire l’économie d’une structure organisationnelle à l’intérieur de laquelle toute une part du monde du travail Orléanais s’est trouvé alors embrigadée. Dans la première moitié du XVIIIe siècle un contemporain présente ainsi l’organisation des corps de métiers à Orléans (Tableau 1)

Tableau 1 : CORPS ET MÉTIERS QUI SONT EN JURANDE À ORLÉANS. Table alphabétique des corps et métiers de la ville, faubourgs et banlieue d’Orléans qui sont en jurande avec les noms de leur Patron

Apothicaires (La Madeleine)

Balanciers- Bossetiers (Saint Hubert)

Bonnetiers corps (Saint Louis)

Bouchers (Sainte Anne)

Boulangers (Saint Firmin)

Cardeurs-sergiers (Saint Jean et Saint Biaise)

Chaircutiers (Saint Antoine)

Chandeliers (Saint Jean porte latine)

Chapeliers (Saint Jacques et Saint Philippe)

Charrons Saint Christophe)

Chaudronniers (Saint Hubert)

Chirurgiens (Saint Côme et Saint Damien)

Cordonniers (Saint Crespin)

Corroyeurs (Saint Barthélémy)

Couvreurs- Plombiers (Saint Michel)

Drapiers et marchands de soie (corps)

Écorcheurs (Saint Gond), compris dans la communauté des bouchers

Fripiers, chaussetiers (La Trinité)

Imprimeurs, libraires et relieurs (Saint Jean Porte latine)

Maréchaux Saint Éloi)

Mégissiers (Sainte Catherine)

Menuisiers (Sainte Anne)

Orfèvres (Saint Eloi)

Passementiers (La Nativité de Notre Dame)

Pâtissiers, traiteurs, rôtisseurs (Saint Honoré)

Paumiers

Pelletiers, fourreurs

Perruquiers (Saint Louis)

Potiers d’étain Saint Lubin)

Savetiers (Saint Santin)

Sergiers fabricant (l’Assomption)

Serruriers (Saint Eloi)

Taillandiers (Saint Eloi)

Tailleurs d’habits (Sainte Catherine)

Teinturiers du bon teint (Saint Maurice)

Teinturiers du petit teint (Saint Maurice)

Tisserands ou tixiers (Nadvité de Notre Dame)

Tondeurs (Saint Michel)

Tonneliers (Saint Jean Baptiste)

Tourneurs, boisseliers (Saint Michel)

Vinaigriers (l’Assomption)

Daniel JOUSSE, Détail historique de la ville d'Orléans, à Orléans, 1752

Des milieux sociaux mal délimités

12Cet effort d’encadrement de la partie la plus voyante des milieux populaires qui n’est pas propre à la seule ville d’Orléans, tant s’en faut, permet, peut-être d’expliquer pourquoi, à la même époque, l’analyse institutionnelle ordinaire ignore, le plus souvent, l’existence de ces milieux en tant que tels. C’est ce qui ressort de l’analyse de la classification sociale utilisée lors de l’assiette de la capitation de 1695. Là encore, le terme même de peuple n’est jamais employé. Ce que l’on peut considérer comme ses composantes doit être cherché soit en référence aux critères actuels dont nous nous servons pour le définir, finalement assez proches du contenu des documents précédemment évoqués ; soit être mis en relation avec un certain seuil du barème en dessous duquel la modicité de la taxe à acquitter finirait par désigner, de facto, les milieux populaires. Si l’on retient, pour commencer, les trois groupes sociaux qui peuvent, au sens large des choses, aider à cerner la réalité des milieux populaires, à savoir, la domesticité, l’artisanat et le salariat, on constate qu’il n’y a, dans le barème, d’unité de traitement pour aucun d’entre eux et sans doute faut-il dire que c’est la domesticité qui reçoit le meilleur traitement analytique. Cette dernière, est, en effet, ventilée, dans le répertoire théorique diffusé par le Contrôle Général des Finances, entre la 18e et la 22e classe et, à ce titre, elle est appelée à payer des sommes allant de 10 à 1 livre (Tableau 2).

Tableau 2 : LA DOMESTICITÉ DANS LE TARIF DE 1695

Tableau 2 : LA DOMESTICITÉ DANS LE TARIF DE 1695

13On commence, en haut de la pyramide, par les maîtres d’hôtel et les garçons des marchands tenant magasin à Paris et on termine à 1 livre avec les servantes des petites villes. Entre les deux s’échelonne la théorie des cuisiniers, sommeliers, femmes de chambre, postillons, palefreniers, laquais, garçons en tous ordres dont le statut varie suivant la situation matrimoniale (mariés ou non) des intéressés, la position sociale de l’employeur (gros ou petit marchand), l’importance du lieu habité. Le tarif, en gros, est dégressif de la capitale aux petites villes. C’est, au total, 22 définitions différentes de la domesticité à partir desquelles il convient de réaliser les classements locaux.

  • 7 F. Bluche et J.-F. Solnon, op. cit., p. 84-90 qui tentent de dégager la structure des hiérarchies u (...)

14Quant à l’artisanat, il est loin d’obtenir un traitement aussi élaboré. On le voit également apparaître avec la 18e classe (20e rang) capitée à 10 livres. On y trouve, d’abord, les « artisans des grosses villes tenant boutique et employant garçons ». Ils voisinent avec « partie » des vignerons, des fermiers et des laboureurs (22e et 23e rangs). Médecins, chirurgiens et apothicaires, barbiers et perruquiers des villes « du premier et du second ordre » les précèdent (8e et 19e rangs). La 19e classe, capitée à 6 livres, accueille les artisans des villes du second ordre « tenant boutique et employant des garçons » (13e rang). À côté d’eux les notaires des petites villes (7e rang), les cabaretiers donnant à manger à pot et à assiette (12e rang), les huissiers et les gardes-chasses (19e et 20e rangs), les cuisiniers et sommeliers mariés ou non (26e et 34e rangs), bref tout un monde de petites gens à la limite de la dépendance professionnelle et économique. La 20e classe, capitée à 3 livres, vise les artisans « des petites villes et bourgs clos tenant ménage » (31e rang). Ces derniers voisinent avec l’autre partie des fermiers et des vignerons. Enfin, à la 21e classe capitée à 2 livres, sont répertoriés les artisans des bourgs et villages (5e rang). À ce niveau se retrouvent diverses sortes de sergents, d’archers et de demi-soldes. On est là, on s’en souvient, au cœur de la domesticité féminine (14e rang). Au-delà de cet ultime niveau on ne trouve plus que les apprentis des artisans (9e rang de la 22e classe), capités à 1 livre, en compagnie des servantes des petites villes, bourgs et villages (12e rang), des manœuvres, journaliers, laquais, palefreniers soldats et matelots de tous ordres sur lesquels s’achève le tarif. Ainsi, dans ce dernier cas, ce n’est que l’importance des lieux d’habitation qui définit la place dans la hiérarchie sociale du groupe : 4 niveaux excluant, d’ailleurs le milieu parisien jugé, sans doute, trop élevé pour se confondre avec la boutique de province. Le premier désigne les « grosses villes » (et Orléans en fut) ; le second les villes de second ordre ; viennent ensuite les petites villes et bourgs ; enfin les bourgs et villages. On ne peut pas dire que cette hiérarchie descendante brille par sa précision, aucun critère particulier n’étant proposé pour déterminer l’importance réelle des villes, notamment en ce qui concerne la distinction entre celles qui sont considérées comme étant de premier ordre, grosse ou « seconde »7. On constate, dans le cas d’Orléans, en vérifiant le choix des barèmes, qu’elle est, tour à tour, considérée comme « grosse » ou « seconde » sans raisons apparentes. C’est, peut-être, une manière de donner un peu de souplesse à une classification particulièrement rigide puisqu’elle ne reconnaissait, sur le plan professionnel, que des artisans tenant boutique et employant garçons.

15Enfin, en ce qui concerne le salariat distinct de la domesticité, en dehors de quelques cas précis comme les clercs de notaires, les commis ou les apprentis de marchands, il se regroupait dans la 22e classe, la dernière qui évoque dans son descriptif les simples manœuvres et journaliers, les bergers, charretiers, valets de labour, garçons et apprentis divers, soldats qui paient 1 livre.

LES MILIEUX POPULAIRES ORLÉANAIS : MÉTIERS ET SERVICES

Milieux sociaux et territoire

16Pouvons-nous, à partir de ces données, entreprendre une lecture du registre Orléanais ? Il faut maintenant rapidement comprendre de quelle manière il a été lui-même réalisé. Son originalité vient, tout d’abord, du fait que, tout en cherchant à tenir compte du mieux possible des instructions nationales, il propose une recomposition complète de l’espace social. Loin de s’en tenir à un classement dégressif qui suive méthodiquement la matrice, les bureaux de l’intendance, sans doute en relation avec l’échevinage, l’ont entièrement reconstruit en distinguant

  • la ville intra muros, traitée globalement sans entrer dans le détail de l’espace urbain

  • les 10 faubourgs, présentés l’un après l’autre suivant un ordre qui est, sans doute, celui des voies de pénétration, (voir carte p. 115).

17Cette distinction, qui a pour objet de mettre en évidence une différence de statut, notamment administratif et fiscal, et que le souvenir des mouvements sociaux antérieurs n’est, peut-être, pas sans expliquer, n’est pas sans conséquence sur la manière dont sont taxés les habitants : certaines professions, comme les cordonniers ou les charrons étant moins lourdement chargées hors les murs qu’à l’intérieur de l’espace urbain, sans qu’on en connaisse la raison. Mais la conséquence la plus intéressante de cette partition territoriale est de permettre une exacte localisation de l’activité des faubourgs et donc d’avoir une information particulièrement précise sur ces milieux traditionnellement populaires. Le registre de la première capitation est, à vrai dire, le premier document de l’histoire orléanaise qui permette précisément d’en rendre compte. Les quelque 90 variétés de professions ou d’états qui y sont répertoriés au travers des inscriptions du registre s’égrènent, en effet, tout au long des dix sites faubouriens existant alors, répartis aux diverses issues traditionnelles de la ville : au delà du pont, rive gauche le faubourg Saint-Marceau, le long de la route du midi que complètent, à l’Ouest, le Portereau Tudelle puis la rue Basse. Sur la rive droite, au delà des remparts dont la présence est encore un des faits dominant l’économie de l’espace urbain, les faubourgs de la porte Saint-Laurent, en aval, le long du fleuve, de la Madeleine et de Saint-jean, à l’Ouest, Bannier, au Nord, Saint-Vincent et Saint-Marc au Nord-Est, de Bourgogne enfin à l’Est, couvrent, de l’aval vers l’amont l’éventail des axes de circulation dont le plus important, le long du faubourg Bannier, conduit, au Nord, en direction de la capitale.

18Là prédominent, selon les données du registre, près d’un millier de foyers de vignerons, témoignant de l’importance qu’a prise le vignoble sur la rive droite du fleuve. Taxés à 3 livres ils sont, pour les 2/3, habitant des faubourg Bannier, Saint-Vincent et Saint-Marc. Un petit quart (24,5 %), s’est établi rive gauche, aux limites du Val et de la Sologne. Le reste, environ 10 %, se répartit le long des faubourgs de Bourgogne, Saint-Laurent et Madeleine. Également très importants, sur la rive gauche du fleuve, dans les riches terres du Val, les jardiniers pépiniéristes taxés à 10 livres, rassemblent plus d’une centaine de familles. Puis ce sont les travailleurs du fleuve : bateliers (104), mariniers (22) pêcheurs (2), poissonniers (3), tous taxés à trois livres, auxquels il faut ajouter 36 blanchisseuses, buandières, lavandières taxées à 1 livre. L’essentiel de cette population réside dans les faubourgs de la rive gauche, la part des travailleurs du fleuve résidant sur la rive droite étant inscrite dans les listes infra muros. On a donc, avec les travailleurs du fleuve, un ensemble complexe, réparti en plusieurs corps de métiers ventilés de part et d’autre des rivages représentant, sans doute, plus de trois cents familles auxquelles il serait raisonnable d’ajouter les 22 gagne-deniers répartis, pour l’essentiel, dans les faubourgs de la rive gauche, tandis que les 105 portefaix, moitié ville, moitié faubourg de la rive droite, paraissent plus tournés vers le transport terrestre ; encore qu’il y en ait un quart qui, faubourg Saint-Laurent, doive servir aux manutentions que la rupture de charge impose aux marchandises remontant le fleuve et destinées au marché parisien. Tous ces gens là sont de petits salariés qui ne sont taxés qu’une livre quel que soit leur lieu de résidence. On n’en finirait pas d’évoquer les milieux populaires des faubourgs tant le registre est riche d’enseignements à ce sujet. Des métiers témoignant du dynamisme de la ville : bourreliers, cabaretiers, charrons, rouliers, tonneliers, taxés à 6 livres ; c’est le cas des cloutiers, cordiers, maréchaux, meuniers, taillandiers, vinaigriers taxés à 10, montrent également que l’artisanat a largement gagné au-delà de l’antique espace urbain.

  • 8 Cette recension officielle des foyers secourus est loin d’épuiser la réalité de la pauvreté orléana (...)

19Si le document est moins disert sur la manière dont s’organise l’espace social infra muros, c’est que ce dernier est considéré alors comme une sorte de sanctuaire que la barrière des derniers remparts, élevée dans la première moitié du XVIe siècle, protège, constituant un espace relativement limité d’environ 130 ha. Il devient, en quelque sorte, sans égard à la complexité de ses paroisses et quartiers, le cadre à l’intérieur duquel va être présenté, selon le vieux principe de la société des ordres, la hiérarchie des corps sociaux. En l’absence du clergé vient en tête la noblesse, puis suivent les grands corps du service de l’État et de la ville : Présidial, Bureau des Finances, Élection, Prévôté, Eaux et Forêts, officiers du roi et de la Ville, sans oublier l’Université, la Maréchaussée, le Guet etc. Vient ensuite la lente procession des bourgeois : grands marchands, hommes de loi et de sciences (avocats, médecins, notaires, procureurs, chirurgiens). Enfin, au delà des commis, ces métis sociaux, le flot des gens de métier : une interminable et pittoresque liste de quelque 120 groupes qu’ouvrent les marchands voituriers par eau et que ferment les portefaix. Quand tout le corps social a défilé, il reste encore les pauvres dont le volume est impressionnant (1 364 foyers officiellement recensés) et quelques individualités inclassables8. Mais, pour l’essentiel, la messe est dite.

Fiscalité et milieux sociaux dominants

  • 9 On relève, dans les faubourgs, la présence de deux familles « bourgeoises » taxées à 60 livres, deu (...)

20Ce survol rapide de l’espace social Orléanais tel qu’il est reconstruit par la matrice fiscale pose, évidemment, quelques problèmes. La première difficulté tient au fait de définir les contours des milieux populaires au travers du flot d’informations que nous donne le document. Peut-on se satisfaire de la simple distinction entre ville et faubourgs que suggère la présentation même du registre ? Ce que nous en avons déjà dit montre qu’il n’en est rien. Et même si, dans le tissu semi-rural de ces derniers, la hiérarchie des impositions fiscales ne monte pas très haut, il est bien évident qu’ils sont loin d’épuiser la totalité des foyers que l’historien cherche à regrouper sous cette rubrique9. De toute manière la question se pose de déterminer s’il existe une sorte de seuil quantitatif fiscal au dessous duquel, en quelque sorte, on pourrait considérer que l’on entre dans des milieux sociaux considérés comme populaires. Il est donc nécessaire, maintenant, de chercher de quelle manière s’articule, sans tenir compte du lieu de résidence, la relation entre les tranches du barème et les principaux groupes sociaux Orléanais et où peuvent se placer les principales césures. On constate que l’adaptation aux milieux locaux de la grille nationale met d’abord en évidence l’existence d’une noblesse sélectionnée pour les fonctions officielles qu’elle remplit et, pour le reste, notée, comme le clergé, au titre d’employeur de personnels de maison. Concernant le reste du corps social c’est-à-dire de ceux qui furent véritablement soumis à la nouvelle charge fiscale, l’application du barème national permet de distinguer, selon un ordre savamment calculé, les différents blocs suivants constituant la société orléanaise :

  • d’abord les principaux bénéficiaires des charges qu’elles soient d’origine régalienne ou municipale, de la 6e à la 12e classe représentant une centaine de personnes.

  • mêlant ses membres à la première, l’ensemble de la bourgeoisie rentière, hommes et femmes confondus (13e classe payant 60 livres), soit environ 300 foyers.

  • Au-delà de ce groupe, le corps des marchands grands et petits (16e et 17e classes payant 30 et 20 livres) soit 474 familles.

  • Puis, de la 18e à la 20e classe, nous abordons le monde des capacités et du travail, taxé de 10 à 6 et 3 livres. Nous trouvons là toutes sortes de professions à formation technique ou scientifique (médecins, notaires, avocats, chirurgiens, apothicaires). Commence, alors, le flot de l’artisanat représentant l’essentiel du secteur productif dont le contenu ne va cesser de remplir les différentes rubriques du registre. Vaste regroupement, à prendre au sens large du terme, à la fois citadin et semi-rural car on y retrouve les activités touchant au vignoble et au jardinage. On peut en estimer l’importance à plus de 4000 foyers se répartissant entre la ville et les faubourgs dans le rapport 58,85 % à 41,15 %.

Tableau 3 : LES MILIEUX « ARTISANAUX » D’APRÈS LE REGISTRE DE LA PREMIÈRE CAPITATION D’ORLÉANS

Valeur de la taxe

Ville

Nombre de loyers Faubourgs

Total

10 livres

1218

180

1398

6

1066

359

1425

3

88

1119

1207

Total

2372

1658

4030

21- Arrivés à ce point de la ventilation il reste à prendre en compte les deux dernières classes du barème : les 21e et 22e. Il s’agit là, pour l’essentiel, du monde des travailleurs des faubourgs, des salariés, des domestiques et des pauvres. C’est également là que l’on va retrouver la part connue du travail féminin. L’ensemble représente un peu plus de 1 500 foyers dont l’essentiel est issu des milieux de la pauvreté (87,5 %) si l’on met de côté, provisoirement l’évaluation de l’importance des milieux domestiques qui pose d’autres problèmes.

Poids de l’artisanat

  • 10 M. Vovelle, « Le peuple de Paris en Révolution », dans Paris le peuple, op. cit., p. 113.

22Dans ces conditions où placer la coupure à partir de laquelle commenceraient vraiment les milieux populaires ? Peut-on considérer, à la manière de M. Vovelle étudiant la composition du peuple de Paris pendant la Révolution française, que l’ensemble de l’artisanat en fait partie10 ? Si tel est le cas, il est clair qu’une césure doit être introduite entre la 17e et la 18e classe puisque c’est à partir de cette dernière que le registre national imposait d’inscrire l’artisanat. Mais on ne comprend pas, pour autant, pourquoi l’ensemble du groupe est réparti sur trois niveaux différents, le barème national ne retenant qu’un seul type d’artisan, « tenant boutique et employant des garçons ». Ce ne peut être que l’expression d’un effort du rédacteur pour rendre compte des divers niveaux sociaux existant au sein d’un groupe plus hétérogène que ne l’avait prévu le barème national. Les critères qui ont pu déterminer un tel classement n’apparaissent pas de manière évidente dans le registre et faute d’avoir recours à l’étude massive d’une autre source d’information, par exemple la source notariale, on ne peut s’en tenir qu’à quelques suggestions : pour quelques métiers, le fait d’être localisé dans les faubourgs entraîne, nous l’avons vu, une taxation plus faible. Il y a donc une certaine valorisation des entreprises artisanales situées dans le cadre de l’espace urbain intra muros par rapport à celles des faubourgs. Sans doute faudrait-il mieux connaître la valeur des fonds de boutique et des profits procurés par leur activité ; approfondir la position des corps de métiers dans la hiérarchie locale des corporations et des jurandes. Ce qui est clair, en tout cas, si l’on s’en tient aux quelques indications qui sont données par le registre concernant l’importance de l’emploi salarié (dont on retrouvera l’analyse plus loin), c’est que la présence ou non de compagnons, de garçons, d’apprentis ou de servantes au côté du maître est loin, ici, d’être un critère décisif.

  • 11 Ch. Cuissard, « Étude sur le commerce et l’industrie à Orléans avant 1789 », dans Mémoires de la So (...)

23Sans doute est-il plus intéressant de noter que le registre établit un récapitulatif inégalé de l’ensemble des corps de métiers orléanais. On en connaît bien d’autres listes : si elles concordent sur bien des points, aucune d’entre elles n’est aussi complète11. Aucune, également, n’est aussi disparate tant par la diversité des métiers cités que par l’inégalité des volumes en jeu : 12 corps de métiers dépassent la centaine de membres ; plus d’une centaine en ont moins de dix dont 23 se ramènent à l’unité. On y trouve un fagoteur, un fayencier, un garde-chasse, un maître de danse, un pain d’épicier, un sabotier, un talonnier, un sculpteur, sans que nous sachions trop, en l’état actuel des choses, s’il s’agit de formes marginales d’activités, de cas d’espèce ou de spécialités locales. Du moins l’expression de cette diversité témoigne-t-elle de l’ampleur du secteur de la boutique et de l’échoppe et de la difficulté d’en rendre compte par une simple classification socioprofessionnelle.

Signification de ce seuil pour les milieux des services

  • 12 Sur tous ces points nous renvoyons aux réflexions de méthode contenues dans l’introduction de l’ouv (...)

24De plus la question se pose d’agréger ou non à ce groupe les autres parties du corps social taxées au même niveau, mais intégrées à la hiérarchie descendante interne de chacun des corps officiellement recensés. Ne tirent-ils pas de cette situation un statut à part ? Et si l’on veut les incorporer aux milieux populaires, où placer la barre ? Il est clair, par exemple, dans le cas du Présidial qu’un abîme sépare les conseillers, tous membres de la bonne société orléanaise et taxés à 80 livres, des cinq huissiers dont un premier, taxé à 10 livres, commande, sans doute à quatre autres huissiers simples qui n’en paient que 6. Si l’on prend l’exemple du service des Eaux et Forêts ou celui des Aides, où se trouve véritablement ce que l’on pourrait appeler une fracture sociale ? Dans le premier cas, là encore, la distance est considérable entre le groupe des officiers, maîtres, lieutenant, procureurs du roi et greffiers, taxés à 40 et 30 livres, et le petit personnel des arpenteurs, gardes généraux et collecteurs d’amendes taxés à 3 livres, c’est-à-dire dix fois moins. Mais ce dernier groupe est mis sur le même pied que celui des sergents qu’il commande et encadre. Dans le cas des Aides, comment interpréter la succession de commis successivement taxés à 10 livres (ils sont 14) puis à 3 livres (ils sont 60) ? Faut-il, là encore, faire passer la limite entre les deux catégories ou intégrer l’ensemble du monde des commis dans les milieux populaires ? L’importance des titres acquis, la hiérarchie descendante des autorités entraînent l’existence de seuils difficilement franchissables notamment dans le domaine des personnels administratifs et judiciaires. Seule une analyse fine des statuts sociaux et des alliances familiales permettrait ici une réponse pertinente à compléter par l’appréciation de la solidité des liens de dépendance et de solidarité de corps, en cette fin du XVIIe siècle. Autre question du même ordre, n’est-il pas raisonnable de mettre à part les médecins, avocats, notaires, chirurgiens, apothicaires bien qu’inclus par le barème dans la classe des dix livres, même si, à la fin du XVIIe siècle, ils sont loin d’avoir la position sociale qu’on leur reconnaît aujourd’hui ? Tout ceci montre, à l’évidence qu’il n’est pas possible de dire qu’à partir d’un certain niveau du barème on entre dans les milieux populaires, même si le bas de la pyramide en est, de manière plus sensible, le représentant. À moins de considérer les contours du groupe comme susceptibles de variations en fonction des situations historiques. On en conclura, à tout le moins, à l’insuffisance du critère fiscal pour en déterminer, à lui tout seul, le12 contenu.

PAUVRETÉ, DOMESTICITÉ, SALARIAT

La domesticité au sens large

  • 13 D. Roche, Le peuple de Paris, essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Paris, Aubier Montai (...)

25La question, primordiale, de la recension des salariés et domestiques doit être, maintenant, abordée. On n’a pas oublié quelle importance Daniel Roche lui accorde dans la constitution du peuple parisien13. L’originalité du document de référence tient au fait que, pour l’essentiel, cet élément constitutif majeur des milieux populaires n’existe pas, en tant que tel, dans le registre mais qu’il a été incorporé au statut de son employeur : apprentis, compagnons, garçons avec le maître artisan propriétaire de la boutique ou de l’échoppe, cochers, valets, laquais, servantes avec le maître ou la maîtresse du foyer. Cette situation s’explique, sans doute, par le fait que c’est l’employeur qui est rendu responsable du paiement de l’impôt et qu’il a dû l’acquitter comme une forme de supplément lié au train de vie ou témoignant de l’importance de ses affaires ; ce qui ne lui interdisait pas, éventuellement, d’en récupérer, postérieurement, la valeur sur les gages de son personnel. Le résultat est une gigantesque ventilation du bloc domesticité/salariat d’un bout à l’autre du registre dont l’inventaire appelle même à comparaître, dans des rubriques spécialement ouvertes à cet effet, les catégories privilégiées, clergé et noblesse, qui s’étaient trouvé, soit exemptée du paiement du nouvel impôt (ce qui est le cas de la première), soit mise à part par les modalités de sa perception (ce qui est le cas de la seconde). Il est donc nécessaire, pour en faire le bilan, de regrouper non seulement tout ce que le registre énumère dans l’enchaînement descendant des tranches du barème, mais il faut également aller chercher le corpus des domestiques de la noblesse ainsi que celui des ecclésiastiques, rajoutés, en quelque sorte à l’inventaire des contribuables, l’un au début, l’autre à la fin du registre. Le résultat est un corpus de près de 2500 personnes dont la ventilation s’établit ainsi :

Tableau 4 : LA « DOMESTICITÉ » À ORLÉANS D’APRÈS LE REGISTRE DE LA PREMIÈRE CAPITATION

Localisation

Hommes

Femmes

Indéterminés

Total

Ville

416

858

900

2 174

Faubourgs

157

128

285

Total

573

986

900

2 459

26Il s’agit là d’un groupe relativement factice et qui n’est pas toujours producteur de sens pour nous, plus d’un tiers des individus comptabilisés (38,4 %) étant de sexe indéterminé. Pour la part connue, il est vrai, ce sont les femmes qui dominent le lot à 63 %. Le registre fiscal suggère une lecture des milieux domestiques en relation avec les diverses catégories sociales d’employeurs. Il témoigne de l’importance relativement limitée du groupe : pour l’ensemble de la ville (ville et faubourgs) le rapport s’établit à un domestique pour trois foyers (2459/7495 = 0,328). Ce rapport varie, évidemment, suivant les milieux sociaux. Dans le milieu des notables de service et des grands marchands il est beaucoup plus élevé, oscillant entre 0,75 et 0,86. Mais dès que l’on passe en dessous de la barre des 10 livres de cotisation, le cœfficient est beaucoup plus faible : 0,52 dans le milieu des capacités, à peine 0,3 dans celui de l’artisanat. Pour les habitants qui sont recensés sous la rubrique « habitants dont la profession n’est pas connue », le rapport tombe à 0,17. Mais ces nuances globales dissimulent, à l’intérieur de chaque groupe, des diversités sensibles. C’est ainsi que dans le milieu de l’artisanat où compagnonnage et domesticité sont le plus souvent confondus, les taux peuvent prendre une importance remarquable : 0, 75 chez les boulangers, 0, 66 chez les cabaretiers, 0, 61 chez les bonnetiers, 0, 85 chez les cordonniers.

Le service de maison

27Il est donc nécessaire d’entreprendre, autant que faire se peut, le tri entre la véritable domesticité, c’est-à-dire le service de maison, et le salariat d’atelier, qu’il s’agisse de compagnons, commis, clerc, ou apprentis. Dans la première catégorie on trouve toutes sortes de fonctions, la plus répandue étant celle de la servante qui reste l’emploi féminin domestique par excellence. Elles sont, sans doute, beaucoup plus du millier à être ainsi à l’œuvre et bien que le tarif ne soit pas le même suivant la qualité du maître (il varie de un à deux livres), elles portent toujours le même titre, ce qui témoigne de l’unité du corps et de l’importance de sa fonction. La situation est différente chez les hommes dont les missions paraissent plus diversifiées. On y retrouve, auprès de la bonne société, des valets, plutôt attachés au service de corps, des laquais à l’usage plus ostentatoire, plus mondain, un à deux cuisiniers. Mais le vrai chic est d’avoir un cocher, plus lourdement taxé (2 livres) et moins répandu : seul une vingtaine de privilégiés, dont un ecclésiastique, l’abbé de Chamvallin, en déclarent un. On trouve là le gratin de la noblesse, du présidial, du bureau des finances ; deux des secrétaires du Roi, le prévôt, le contrôleur des turcies, Poictevin, architecte du Roi et deux à trois gentilshommes en sont également pourvus. Il ne faut pas croire, pour autant, que toutes les familles ont du personnel domestique. Sur une centaine de familles de la noblesse qui sont inscrites dans le registre, un bon tiers n’en déclare pas. Sur les 48 membres titulaires du bureau des finances qui sont capités à 120 livres, 11 n’en ont pas. D’autres, il est vrai, en ont deux, trois, et même quatre. Mais jamais plus. En descendant l’échelle sociale, c’est surtout la domesticité féminine qui se conserve. Chez les hommes apparaît assez rapidement l’auxiliaire professionnel dont la première manifestation est le garçon.

Le salariat d’atelier

28Cette domesticité inscrite auprès du chef de famille qui dissimule un personnel technique est, également, présente du haut en bas de l’échelle sociale. Déjà un gentilhomme verrier déclare la présence de deux garçons verriers. Le greffier du présidial entretient trois clercs et deux servantes. Celui de l’élection a un commis. Un échevin, grand marchand de son état, deux facteurs et deux servantes. Un exempt de la maréchaussée générale, taillandier d’origine, annonce un apprenti ; un archer du guet, également tourneur, paie 5 livres au titre d’un compagnon et d’un apprenti. Il s’agit là d’une présence discrète dont il n’y a pas lieu d’exagérer l’importance : à peine une trentaine de personnes pour l’ensemble des services administratifs et judiciaires installés en ville. En ce qui concerne les milieux du commerce et de la production, les volumes restent également modestes. L’ensemble des marchands drapiers déclare, à côté de 16 servantes, 13 facteurs et un garçon ; les marchands de bois : 2 facteurs, un garçon, un apprenti. La présence ou l’absence de cette domesticité professionnelle rythme la succession des corps de métiers : avocats, médecins, huissiers et sergents ne déclarent que du personnel féminin de maison. Mais les notaires, procureurs, chirurgiens et apothicaires inscrivent, ensemble, plus de 80 auxiliaires, clercs et garçons. Même situation contrastée au niveau de l’artisanat : les 89 boulangers n’annoncent que 7 compagnons et 7 apprentis. Dans le secteur de l’artisanat textile, l’un des plus importants de la ville, la répartition de l’emploi salarié s’établit de la manière suivante :

Tableau 5 : L’EMPLOI SALARIÉ DANS LE MILIEU DE L’ARTISANAT TEXTILE

CATÉGORIE

COMPAGNONS

APPRENTIS

SERVANTES

AUTRES

TOTAL

Bonnetiers (119)

45

12

14

1

72

Merciers (ères) (98)

0

0

9

1

10

Sergers (33)

17

0

4

0

21

Cardeurs (115)

12

1

0

7 (fileuses)

20

Tisserands (62)

16

0

0

0

16

29Sur un total de 427 employeurs on note la présence de 139 salariés dont une part, celle des apprentis et des servantes est peu ou pas qualifiée. De plus le volume des compagnons (90 personnes) se répartit sans aucune homogénéité : sur les 119 foyers de bonnetiers recensés, 67,2 % n’ont aucun employé, masculin ou féminin, 18,5 % n’en emploient qu’un ; 7,6 % en emploient deux. Au delà il s’agit de situations exceptionnelles. 11 n’en reste pas moins que deux ateliers ont 6 salariés, deux autres en ont 4. Il est vrai que seulement 61 maîtres et deux veuves sur 119 patrons sont taxés selon le tarif officiel, c’est-à-dire 10 livres pour les premiers et 5 livres pour les secondes. Le reste est constitué d’un ensemble d’artisans rendus improductifs par la misère, la guerre, ou, tout simplement sont portés disparus. Le milieu des sergers appelle des remarques du même ordre : taxés à 6 livres ils représentent une trentaine d’entreprises dont 7 sont conduites par des veuves. Il s’agit, le plus souvent, de tout petits ateliers réduits aux seuls bras du maître. 6 d’entre eux, cependant, emploient des compagnons (17 au total) en petites équipes de 3 à 4 membres. Là encore cette situation minoritaire s’explique, sans doute, par la crise économique que traverse alors la ville. Un tiers des ateliers est reconnu, par inscription dans le registre, comme étant en état de pauvreté ou même d’insolvabilité, ce qui entraîne la minoration et, parfois même, l’abandon de l’imposition fiscale. Au groupe des salariés compagnons (dont certains sont présentés comme des enfants) il faut ajouter la présence de quelques servantes dont nous ne savons pas si elles sont utiles à l’atelier ou dans le ménage. Quant au groupe des cardeurs, il paraît n’être plus que l’ombre de lui-même : avec ses 12 compagnons, un seul apprenti et 7 fileuses, il est, à l’exception de 6 chefs d’atelier, entièrement composé de pauvres, d’hospitalisés ou d’absents. Il est, à la limite, plus atteint que celui des tisserands pourtant seulement taxés à 3 livres.

Petits métiers non qualifiés, les milieux de la pauvreté

30L’existence d’un salariat autre que celui du compagnonnage et de ses prolongements est surtout sensible aux niveaux les plus humbles de la taxation nouvelle. Dans la catégorie des habitants payant une seule livre, nous avons déjà rencontré, sur les bords du fleuve, une bonne centaine de portefaix à peu près également répartis entre la ville et les faubourgs, 22 gagne-deniers, 35 lavandières, blanchisseuses ou buandières, une petite dizaine d’hommes à tout faire : manœuvre, homme de journée, etc. Il est vraisemblable que les conditions dans lesquelles a été composé le registre réduisent à la portion congrue ce secteur, particulièrement instable, du corps social. Il faut donc le considérer comme sous-estimé ici.

  • 14 J. Boissière, C. Michaud, L’intendance d'Orléans à la fin du XVIIe siècle, édition critique du mémo (...)

31L’insertion des milieux de la pauvreté dans la dernière classe (22e) n’est pas sans poser, également, quelques problèmes, car il est difficile d’assimiler, sans y regarder de plus près, milieux populaires et misère sociale. Certes il est habituel de voir les deux aller de pair et l’analyse des conditions dans lesquelles fut levé l’impôt permet de dire qu’une fois encore, on les retrouve côte à côte. Mais dans une étude de structure sociale on ne peut mélanger, sans prendre le risque de la confusion, des données de type socioprofessionnel et la reconnaissance d’une condition liée à des accidents de conjoncture. Il est nécessaire de vérifier ce qu’il en est pour ce groupe. Un rapide coup d’œil dans le registre montre qu’il est composé à plus de 55 % de femmes dont les deux tiers sont veuves. Il s’agit donc d’une partie du tissu social en voie de déstructuration dont certains modes précaires d’organisation sont notés par le rédacteur : Emerentienne Clément et ses sœurs, Jacques Dugay et locataires, les enfants de Sébastien Bergère, voilà quelques-unes de indications que l’on peut glaner au fil des pages. C’est, au total 20 % de la liste qui se présente ainsi, témoignant du fait que, dans la misère le jeu des solidarités de famille et de voisinage peut être vécu comme une manière de lutter contre l’adversité. En fait-il s’agit, pour l’essentiel des cas, d’immeubles ou de logements, peut-être des meublés, pour lesquels on prend globalement en compte le propriétaire et ses locataires. Il y a très peu d’indications socioprofessionnelles dans cette partie du registre. Les quelques épithètes de notabilité que l’on y rencontre représentent une infime partie : 11 Sieurs sur 609 inscriptions masculines. En revanche 57,6 % des inscrits sont classés comme malades et considérés comme sans ressource. Nul doute que nous touchions là l’un des secteurs les plus représentatifs des victimes sociales de la crise économique qu’Orléans traverse à la fin du XVIIe siècle. Peut-être s’agit-il de la frange des sans emploi due au déclin des activités économiques dont le Mémoire pour l’instruction du duc de Bourgogne, rédigé à peine trois ans plus tard, note l’importance14. Nous sommes là aux limites inférieures du monde du travail mais non encore dans la marginalité, le rédacteur du registre ayant pris le soin de noter que les mendiants avaient été exclus du relevé, comme d’ailleurs les instructions royales le demandaient. Il est donc difficile, jusqu’à plus ample informé, de ne pas intégrer ce groupe aux milieux populaires de la ville.

CONCLUSION

  • 15 J. Boissière, « Une source capitale... », op. cit., note 6, p. 12.

32Ainsi se dessinent, peu à peu, les contours de ce que l’on pourrait appeler les milieux populaires Orléanais. Peut-on être plus précis et en chiffrer l’importance démographique ? Si l’on accepte de s’en tenir aux grandes masses, le bataillon de l’artisanat fournit un premier contingent dont il est assez facile de prendre la mesure. Mais on ne saurait, pour autant, oublier qu’il s’agit de feux fiscaux et qu’il resterait à en apprécier la valeur dans le cadre local qui paraît varier légèrement entre la ville et les faubourgs15. Il faut, d’autre part, se souvenir que la domesticité que nous avons fait surgir de sa structure familiale y retrouve sa place dès que l’on fait des calculs de ce type. On ne peut, enfin, oublier de quelle manière la crise économique et sociale pèse sur les ménages aboutissant à la multiplication des situations de veuvage : on comptabilise quelques 1 400 veuves chefs de foyer dans cet Orléans de la fin du XVIIe siècle, ce qui ne veut pas dire, pour autant, que ce soit dans les milieux populaires qu’elles soient les plus nombreuses. Toutes ces données doivent donc conduire à une certaine prudence et on est donc ramené, pour l’essentiel, à faire le compte des foyers qui sont regroupés dans les bas niveaux de l’échelle fiscale. Si l’on met la barre à 6 livres, c’est quelque 4580 foyers qu’il faut prendre en compte, soit 61,1 % de l’ensemble des feux recensés lors de l’assiette de l’impôt. Si l’on y ajoute, pour des raisons culturelles, l’artisanat supérieur taxé à 10 livres c’est à près de 6 000 foyers qu’on arrive (5978), soit près de 80 % du même corps social. Sans doute est-il plus raisonnable de mettre la barre à 6 livres, même si, nous l’avons vu en étudiant le groupe des bonnetiers, les conditions économiques rendent la condition de ces métiers particulièrement fragiles alors.

33Une autre remarque s’impose également. Elle a trait à la pertinence de la source à témoigner sur autre chose qu’elle-même, c’est-à-dire sur la capacité du document à parler d’autre chose que de l’ordre social dont il est lui-même issu. Passée au crible de la critique historique elle se révèle, en effet, d’un intérêt considérable. Non pas seulement comme un témoin involontaire et irremplaçable des données démographiques et des conditions économiques, structurelles et conjoncturelles, qui sont alors celles d’Orléans, mais par tout ce qu’elle contient d’objectif sur le fonctionnement institutionnel du milieu des métiers, à une époque où le système des jurandes est triomphant. Au reproche qu’on peut a priori lui faire de chercher à dissoudre les milieux populaires dans la structure de la société de corps, le document suggère qu’une telle organisation était, sans doute, la réalité. Mais il témoigne amplement sur les limites d’un tel programme : la multiplicité des métiers dont on était incapable de recenser plus de 4 à 5 membres (une bonne cinquantaine), l’océan des travailleurs que la crise avait entraînés dans la pauvreté, le reliquat des inclassables, la pression des faubourgs et de leur paysage simplificateur, tout cela marque les limites de l’emprise des métiers jurés. Et le document nous le donne à lire.

34On n’a pas oublié ce que purent être, au départ, les termes dans lesquels furent définis les milieux populaires, à savoir ceux qui ne sont ni nobles, ni riches, ni éclairés. Si nous avons pu prendre assez facilement la mesure du rang, au travers d’une source qui convient assez bien pour cela, les questions touchant à la richesse mériteraient de plus amples investigations. Elles ont pu être, quelquefois, tentées et ont donné d’assez bons résultats. Je pense, notamment, à un certain nombre d’études entreprises en prenant pour point de départ les données du registre avec pour objectif d’en compléter l’enseignement à travers l’apport des minutes notariales. Elles témoignent d’une vraie hiérarchie des biens, sensible notamment lors de la rédaction des contrats de mariage avec existence de seuils. Une étude des milieux populaires ne saurait, pour être complète, se dispenser de cette démarche. Enfin pour ce qui est du déficit culturel dont le peuple est sensé être l’objet, il existe, là encore, des compléments d’enquête qui permettent de mieux en prendre la mesure, qu’il s’agisse des tests de signature, dans les inscriptions de l’état civil ou de l’apport des témoignages culturels, livres, tableaux, écritoires, etc. contenus dans les inventaires après décès. On notera simplement en ce qui concerne notre source que le classement de quelques-uns des éducateurs élémentaires dans les niveaux les plus humbles du barème de capitation aboutit à installer au cœur des milieux populaires des ferments culturels importants : les 31 maîtres d’école sont taxés à 6 livres, tout comme un maître de danse et 3 maîtres de musique. Trois joueurs de violon sont taxés à trois livres, tout comme les arpenteurs et un certain nombre de commis et de clercs. Il est donc nécessaire, sur ce point, de nuancer sérieusement les affirmations tant soit peu méprisantes des contemporains.

LES MÉTIERS ORLÉANAIS D’APRÈS LE REGISTRE DE LA CAPITATION DE 1695. (ordre alphabétique rétabli)

LES MÉTIERS ORLÉANAIS D’APRÈS LE REGISTRE DE LA CAPITATION DE 1695. (ordre alphabétique rétabli)

NB. Les valeurs portées entre parenthèses correspondent au tarif de la capitation appliqué au groupe. Il peut être différent selon qu’il est localisé en ville ou dans les faubourgs (cf. le cas des jardiniers ou des pâtissiers)

Orléans à la fin du XVIIe siècle

Orléans à la fin du XVIIe siècle

Légende
Au delà des remparts commencent les faubourgs :
1. Saint-Laurent
2. Madeleine
3. Saint-Jean
4. Bannier
5. Saint-Vincent
6. Saint-Marc
7. Bourgogne
Au delà du fleuve, rive gauche, ce sont les faubourgs :
8. Saint-Marceau
9. Portereau Tudelle et rue Basse

Notes

1 J.-L. Robhrt et D. Tartakowsky, Paris le peuple XVIIIe-XXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, 235 p.

2 F. Bluche et J.-F. Solnon, La véritable hiérarchie sociale de l'ancienne France, le tarif de la première capitation (1695), Genève, Droz, 1983, 211 p. ; A. Guery, « État, classification sociale et compromis sous Louis XIV : la capitation de 1695 », Annales, ESC, 41e année, n 5, sept.-oct. 1986, p. 1041-1060.

3 Ibid., p. 1058.

4 J. Boissière, « Une source capitale pour la connaissance d’Orléans à la fin du XVIIe siècle, le registre de la première capitation (1695) », Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, Nouvelle série, juillet 1987, tome X, no 77, p. 3-22. Cet article donne, en annexe, l’essentiel du contenu du registre sous forme de tableaux récapitulatifs.

5 F. Le Maire, Histoire et Antiquitez de la ville et du duché d’Orléans, avec les vies des roys, ducs, comtes, vicomtes... augmentée des Antiquitez des villes dépendantes du Chastelet et Bailliage d'Orléans, ensemble le tome ecclésiastique contenant la fondation et nombres des églises et monastères, histoires et vies des Evesques d’Orléans, Orléans, lre éd. 1645 ; 2. éd. 1648, in 4°, 396-104-262 p.

6 Ch. Cuissard, « Étude sur le commerce et l’industrie à Orléans avant 1789 », Mémoires de la Société d'Agriculture, Sciences, Belles lettres et Arts de l’Orléanais, t. XXXV, 1897, p. 34-336, qui présente le dossier le plus complet sur la question.

7 F. Bluche et J.-F. Solnon, op. cit., p. 84-90 qui tentent de dégager la structure des hiérarchies urbaines suggérée par le barème.

8 Cette recension officielle des foyers secourus est loin d’épuiser la réalité de la pauvreté orléanaise ; ce dont témoigne, entre autres, la multitude de dégrèvements fiscaux et de cotes non acquittées que contient le registre. Quant au reliquat d’habitants non intégré à la liste précédente, il comprend 77 foyers dont la profession n’est pas connue et une centaine de cabaretiers rejetés, sans raison apparente, en fin de liste.

9 On relève, dans les faubourgs, la présence de deux familles « bourgeoises » taxées à 60 livres, deux marchands de « bled » taxés à 30, un autre marchand taxé à 20 ; enfin 9 marchands voituriers par eau qui sont de petits entrepreneurs de la batellerie fluviale.

10 M. Vovelle, « Le peuple de Paris en Révolution », dans Paris le peuple, op. cit., p. 113.

11 Ch. Cuissard, « Étude sur le commerce et l’industrie à Orléans avant 1789 », dans Mémoires de la Société d'Agriculture, op. cit. Cet auteur donne, en le modifiant légèrement, le « Tableau alphabétique des corps et métiers de la vile, faubourgs et banlieue d’Orléans qui sont en jurande avec les noms de leur Patron » établi par D. Jousse, auteur, en 1752 d’un Détail historique de la ville d’Orléans que nous avons cité en première partie. Cette liste, établie dans la première moitié du XVIIIe siècle est, sans doute, le document le plus proche, d’un point de vue chronologique, du registre de 1695.

12 Sur tous ces points nous renvoyons aux réflexions de méthode contenues dans l’introduction de l’ouvrage de Simona Cerutti, La ville et les métiers, naissance d’un langage corporatif (Turin, 17e-18e siècle), Paris, EHESS, 1990, p. 7 sq.

13 D. Roche, Le peuple de Paris, essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Paris, Aubier Montaigne, 1981, p. 67 sq.

14 J. Boissière, C. Michaud, L’intendance d'Orléans à la fin du XVIIe siècle, édition critique du mémoire « Pour l'instruction du duc de Bourgogne », Paris, CTHS, 1989, p. 44-46.

15 J. Boissière, « Une source capitale... », op. cit., note 6, p. 12.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : LA DOMESTICITÉ DANS LE TARIF DE 1695
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre LES MÉTIERS ORLÉANAIS D’APRÈS LE REGISTRE DE LA CAPITATION DE 1695. (ordre alphabétique rétabli)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2716/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2716/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2716/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende NB. Les valeurs portées entre parenthèses correspondent au tarif de la capitation appliqué au groupe. Il peut être différent selon qu’il est localisé en ville ou dans les faubourgs (cf. le cas des jardiniers ou des pâtissiers)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2716/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Orléans à la fin du XVIIe siècle
Légende LégendeAu delà des remparts commencent les faubourgs :1. Saint-Laurent2. Madeleine3. Saint-Jean4. Bannier5. Saint-Vincent6. Saint-Marc7. BourgogneAu delà du fleuve, rive gauche, ce sont les faubourgs :8. Saint-Marceau9. Portereau Tudelle et rue Basse
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2716/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

Auteur

Université d’Orléans

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540