Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Identification et délimitations des milieux populaires urbains

Les milieux populaires à Tours sous le règne de Louis XIV

Claude Petitfrère

Texte intégral

  • 1 Dictionnaire universel, 1690. Sur la vision péjorative du peuple par Furetière : F. Lebrun, « La c (...)

1Dans l’approche sémantique du mot peuple, au sens de plebs et non de populus, les dictionnaires de l’époque classique ne nous sont pas d’un grand secours. Après avoir dit que le le peuple correspondait à la « multitude d’hommes d’un mesme pais, qui vivent sous les mesmes loix », au sens de populus donc, le Dictionnaire de l’Académie française (1694) affirme que le mot « se prend aussi quelquefois pour la partie la moins considérable d’entre les habitans d’une mesme ville, d’un mesme païs ». On ne saurait être plus vague. Sans être très précis, Antoine Furetière nous fait cependant avancer d’un pas dans cette définition par défaut : « PEUPLE, se dit encore plus particulièrement par opposition à ceux qui sont nobles, riches, ou éclairés »1.

  • 2 Les rôles de l’ustensile ont été utilisés, par exemple, par P. Deyon, Amiens capitale provinciale. (...)
  • 3 Arch. mun. Tours CC 9. Le montant de l’ustensile était de 37 500 livres. Cette somme fut augmentée (...)

2À priori, les rôles fiscaux peuvent nous aider à appréhender ceux qui, dans une ville, ne possèdent aucune des trois caractéristiques énoncées par l’auteur du Dictionnaire universel. Pour cette communication nous avons utilisé le rôle de répartition de l’ustensile sur la population des 16 paroisses de la ville et faubourgs de Tours, établi en 16972. Cet impôt de guerre était en théorie destiné à pourvoir à l’entretien de 50 compagnies de cavalerie, pour les cinq mois du quartier d’hiver courant du 1er novembre 1696 au 31 mars suivant3.

  • 4 Pour le détail de la procédure, on peut se reporter aux opérations de levée de l’ustensile de 1677 (...)
  • 5 P. Deyon, op. cit., p. 240.

3L’impôt est assis, comme de tradition à Tours, sur l’estimation de la valeur locative du logis occupé, que ce soit à titre de propriété ou de location. Reposant sur les évaluations des prud’hommes désignés par les assemblées paroissiales pour établir les rôles avec l’aide de commissaires de l’hôtel de ville4, cette assiette n’a rien de rigoureux, mais on peut penser, avec Pierre Deyon, que la procédure étant publique, les comparaisons faciles à faire entre les cotes des voisins rendaient plus problématique favoritisme ou corruption, de sorte que la source est recevable pour « rendre compte des niveaux relatifs des groupes socioprofessionnels »5. Le rôle, établi par paroisse, comporte des informations sur l’état civil (les patronymes, irrégulièrement les prénoms et, pour les femmes, l’état de veuve voire de célibataire - « fille » -) ainsi que des renseignements d’ordre socio-professionnel : les métiers ou professions, et le cas échéant des épithètes d’honneur ou avant-noms tels que dame ou madame, demoiselle, monsieur, sieur.

  • 6 Créé en 1656, l’hôpital général, dit de la Charité, s’était révélé tout de suite incapable de fair (...)
  • 7 Soit 180 foyers (6,5 % de l’effectif).
  • 8 La cotisation de 6 livres représente aussi un « seuil fiscal » à Amiens en 1711 et 1722 (P. Deyon,(...)

4Le rôle de 1697 présente un intérêt particulier du fait qu’il a servi également à lever une taxe locale destinée à subventionner l’hôpital général de la Charité6. Les feux des privilégiés laïcs, dispensés du logement des gens de guerre, figurent sur le document au titre de cette contribution7. Au contraire ceux qui cotisent pour moins de 6 livres8 à l’ustensile sont exonérés de cette taxe, ce qui présente l’avantage de permettre de circonscrire et analyser le corpus des Tourangeaux considérés par le corps de ville comme des pauvres et de le comparer à ceux que les édiles estiment suffisamment à leur aise pour pouvoir participer à cette action de solidarité.

5À partir de ce document, nous allons donc nous efforcer d’identifier les milieux populaires de Tours et de les localiser dans l’espace urbain.

À LA RECHERCHE DU PEUPLE

  • 9 Soit un millier de personnes environ. Un comptage effectué par Ch. Maillard-que nous remercions ic (...)
  • 10 Dans une trentaine de cas - 29 exactement -, on trouve pour une même cote deux patronymes différen (...)
  • 11 Le recensement n’a peut-être pas été fait partout avec la même rigueur. On peut avoir des doutes, (...)
  • 12 À Caen, ville d’importance comparable à Tours, avec environ 26 500 habitants en 1695, le rôle de l (...)
  • 13 Sur les états ou mémoires réalisés dans la période 1691-1713, le nombre de feux de la ville de Tou (...)
  • 14 Sur le rôle de l’ustensile de 1724, B. Maillard a recensé 115 journaliers ou portefaix - 3 % de l’ (...)
  • 15 On dénombre 3 511 feux sur le rôle de l’ustensile de 1707-1708. Un rôle de répartition du don grat (...)
  • 16 F. Pitou, Laval au XVIIIe siècle. Marchands, artisans, ouvriers dans une ville textile, Laval, Soc (...)

6Théoriquement tous les chefs de feu devraient figurer sur le rôle à l’exception du clergé9, même si un petit nombre d’individus sont imposés « en solidité », c’est-à-dire solidairement, avec une autre personne qui ne semble pas appartenir à la famille10. On doit quand même soupçonner l’absence d’une partie de la population urbaine, sans doute la plus miséreuse11. En effet le rôle ne comporte que 2 779 articles12. Affecté du coefficient multiplicateur 5, ce nombre donnerait une population étonnamment faible : 15 000 habitants environ en y comprenant le clergé alors que les évaluations de l’époque tournent autour de 5 à 6 000 feux, soit de 25 à 30 000 habitants13. D’autre part les métiers les plus modestes, ceux qui qualifient les gagne-petit, sont quasiment absents du rôle (1 journalier, 1 portefaix)14. On sait que la ville a beaucoup souffert de la crise de 1693-1694 et que sa population a pu diminuer de façon assez considérable mais pas au point que l’ensemble du « quatrième état » se trouve éliminé. Il est bien sûr possible que beaucoup des individus qui exercent de petits métiers se retrouvent dans le corpus des cotes les plus basses dont la profession n’est pas indiquée : 140 chefs de feux masculins pour lesquels cette rubrique n’est pas renseignée paient moins de 6 livres d’ustensile, ce qui représente 18,6 % de ceux qui ne sont pas imposables pour la Charité et 34 % des chefs de feu dont la profession n’est pas indiquée. On doit toutefois supposer à Tours l’existence d’une population trop pauvre pour figurer sur le rôle. Il pourrait s’agir en partie de gens sans domicile fixe ou du moins trop instables pour être clairement localisés. Il existe d’ailleurs d’importantes fluctuations quantitatives d’un rôle fiscal à un autre pour des années pourtant rapprochées, ce qui semble traduire une importante mobilité des Tourangeaux15. À côté de la population flottante, on peut aussi estimer qu’il y a, parmi les chefs de feu non répertoriés par le document, des gens bien connus mais du genre de ceux que dans une autre ville manufacturière, celle de Laval, « les collecteurs n’osent (...) comprendre aux rôles des tailles, parce que ce serait autant de perdu ou du moins hasardé »16, en d’autres termes des miséreux insolvables.

  • 17 56 femmes ont droit au titre de dame ou madame et 41 à celui de demoiselle. Parmi les veuves les c (...)
  • 18 Elles sont 416 soit 76,3 % de l’effectif des feux féminins. C’est là un mode qui semble courant so (...)

7Le rôle de 1697 contient 2234 feux masculins (80,4 %) et 545 feux féminins17, dont les 3/4 sont des veuves18. Les cotes masculines et féminines ont la même amplitude, d’une seule livre à 300 et la cote moyenne est quasi identique : 17 livres 17 sols 7 deniers pour les femmes, 17 livres 6 sols 7 deniers pour les hommes (cf. graphiques 1 et 2). La proportion des feux dispensés du paiement de l’impôt de la Charité pour insuffisance de cote à l’ustensile est aussi remarquablement semblable chez les hommes (33,8 %) et chez les femmes (35 %). Est-ce à dire que la condition féminine n’influerait en rien sur les capacités fiscales des foyers ? On ne peut répondre aussi rapidement car les femmes sont peut-être plus nombreuses que les hommes à figurer dans cette population flottante ou marginale absente du document car insaisissable ou trop pauvre pour y figurer.

8On pourrait en particulier poser la question de l’impact du veuvage sur la fortune. A priori, il serait faible, puisque la cote moyenne des veuves (18 livres 17 sols) est un peu plus élevée que celle de l’ensemble des femmes. C’est que cette moyenne est tirée vers le haut par l’existence d’une proportion de veuves aisées ou supposées telles relativement élevée : près de 33 % d’entre elles paient au moins 20 livres d’ustensile alors que la proportion n’est que de 28 % chez les hommes. Le graphique no 2 suggère l’existence de deux catégories de veuves : une grande majorité de femmes pauvres ou modestes et une forte minorité de femmes dans l’aisance, un phénomène qui se répercutera sans doute sur la répartition spatiale des sexes (cf. infra).

  • 19 Sur le casse-tête des classements socioprofessionnels, voir les pages pertinentes de S. Mouysset, (...)

9Comment espérer déterminer l’appartenance d’un individu aux couches populaires ? La confrontation des noms de métier et de l’échelle des cotes d’imposition peut nous y aider (cf. graphiques 5 à 9). Nous raisonnerons sur le cas des hommes dont l’appartenance socioprofessionnelle est mieux connue que celle de leurs compagnes. Pour les premiers, on recense en effet 1 823 professions, métiers, ou encore fonctions - un grade dans la milice bourgeoise, une place d’échevin... -, ce qui représente plus de 8 cas sur 10 (81,6 %) alors que chez les femmes, on compte seulement 192 informations sur les professions ou métiers dont on ne sait d’ailleurs s’ils sont exercés par elles-mêmes ou leurs époux, soit 35,2 % des cas. Nous avons réparti les hommes en 6 grandes catégories : ceux qui vivent en tout ou majorité de leurs rentes - les bourgeois, gentilshommes et secrétaires du roi -, les officiers et ceux qui exercent une profession que l’on qualifierait aujourd’hui de libérale, les marchands et entrepreneurs à l’exception du monde de la soie, bien caractéristique des activités économiques tourangelles dont nous avons fait une catégorie à part, les artisans et boutiquiers, les hommes vivant du travail de la terre, enfin ceux dont le déterminant ne correspond pas à un métier mais à une fonction19. Si nous laissons à part ces derniers, il reste 1763 professions ou métiers connus.

  • 20 Sur la signification de ce titre en Touraine, voir L. Pamphile, Les bourgeois de Tours au XVIIIe s (...)
  • 21 Tels sont les nombreux « avocats en parlement ». Cf. C. Dumaveux, Les avocats à Tours, XVIIe-XVIII(...)
  • 22 Encore doit-il y avoir une erreur pour le sieur Gitton, procureur au bureau des finances, qui ne p (...)
  • 23 Cl. Petitfrère, « Les officiers dans le corps de ville de Tours aux XVIIe et XVIIIe siècles », Les (...)
  • 24 Pour le Dictionnaire de Richelet (1680), « l’huissier est un sergent » et Antoine Furetière défini (...)

10Nous laissant guider, dans un premier temps, par les noms de métier, nous mettrons de côté ceux qui, de toute évidence, ne relèvent pas du peuple. Tout d’abord les individus qui se parent d’un titre (bourgeois20, gentilhomme) ou d’une fonction (secrétaire du roi) qui signifie que, dans la plupart des cas, ils vivent de leurs tentes. D’ailleurs, un seul des 49 individus de cette catégorie est dispensé de cotiser pour la Charité. En second lieu, les gens de plume, ceux qui ne travaillent pas manuellement, qu’ils soient officiers (trésoriers de France, conseillers au présidial, élus...) ou appartiennent au milieu des professions « libérales », tels les avocats - dont, on le sait, certains n’exercent pas et pour lesquels le mot a valeur de titre21 - ou les médecins. On peut cependant se demander si les plus modestes de nos officiers ne pourraient être rangés parmi le peuple. Il est certain que les procureurs-au nombre de 43 et dont 2 seulement ne paient pas l’impôt de la Charité22 - auraient été bien marris de se voir ainsi rabaissés, eux qui prétendent, sans succès il est vrai, à l’honneur de siéger parmi les échevins au temps de la Régence23. Plaçons aussi hors du peuple les greffiers, ces professionnels de l’écriture qui, d’ailleurs, sont tous imposables pour la Charité. Mais qu’en est-il des huissiers et des sergents, deux mots souvent employés l’un pour l’autre24 ? 22 huissiers sont imposables à la Charité, et 9 d’entre eux paient au moins 20 livres d’ustensile, mais 11 sont trop pauvres pour contribuer au soulagement de l’hôpital. Parmi les sergents, 9 sont contribuables à la Charité, mais 2 seulement paient au moins 20 livres d’ustensile, et 3 ne contribuent pas à secourir l’hôpital général. Nous aurions tendance à placer au sein de ce monde du bas office une des frontières, imprécise et mouvante cela va de soi, entre petite bourgeoisie et couches populaires.

11La proportion respective, dans chaque catégorie, des chefs de feu dispensés de cotiser pour l’hôpital général confirme grosso modo le bien-fondé de l’exclusion des rentiers et officiers du monde populaire. Ils ne représentent en effet que 2 % des rentiers, mais quand même 11,3 % des officiers et membres de professions libérales (graphique 3).

  • 25 Cl. Petitfrère, « Les embarras financiers d’un corps de ville... », op. cit.

12Après avoir procédé, sans trop d’états d’âme, à l’élimination des rentiers et des officiers ou autres gens de plume, voyons ce qui reste entre les mailles du filet. On peut sans problème ranger dans le peuple les hommes vivant du travail de la terre. Il s’agit d’un petit nombre, 54 au total, tous appelés jardiniers, à la seule exception d’un certain Pigeonneau, de la paroisse de Saint Pierre-du-Chardonnet dont le territoire, proche des nouvelles murailles construites depuis 15 8 925, comprend de larges espaces agricoles : l’homme est dénommé « fermier » et paye 15 livres d’ustensile, soit la cote la plus élevée de la catégorie. Cette dernière est la seule où la majorité des feux est dispensée d’impôt pour l’hôpital général (34 sur 54 soit pratiquement 63 %). La cote moyenne pour l’ustensile des travailleurs de la terre est aussi la plus basse de toutes les catégories socioprofessionnelles (5 livres 4 sols 5 deniers) (graphiques 3 et 4) et les cotes les plus élevées sont seulement de 15 livres.

13Les chefs de feux relevant de la catégorie artisans-boutiquiers peuvent aussi être retenus comme partie prenante du peuple, dont ils formeraient 1'épine dorsale. Il s’agit en effet de la catégorie la plus fournie : 675 personnes au total, soit 38,3 % du corpus des professions masculines. Comme il est courant sous l’Ancien Régime, la place de l’individu au sein de la hiérarchie du métier - compagnon, maître - n’est pratiquement jamais précisée, l’appartenance à un métier étant plus importante que le statut socio-économique de celui qui l’exerce pour situer un individu dans le corps social. Malgré tout on peut considérer que l’exercice d’une profession « mécanique » exclut de l’élite tous les artisans et boutiquiers, patrons et salariés, comme la tradition les exclut de l’échevinage. Au sein de cette abondante catégorie il existe une hiérarchie des métiers, subtile mais dont les contemporains devaient être fort conscients. La comparaison de la proportion des gens dispensés de cotiser pour la Charité peut nous aider à y voir plus clair pour quelques métiers ou ensemble de métiers suffisamment représentés dans le corpus. C’est ainsi que les « pauvres » dominent chez les transporteurs, voituriers par terre - « carrossiers » ou charretiers- ou par eau (24 sur 41 soit 58,5 %), les tailleurs (14 sur 32 soit 56,2 %), plus encore les maçons (20 sur 27 soit 74 %), tandis que les gens présumés à l’aise l’emportent dans les métiers de l’alimentation. 11 des 19 bouchers et surtout 13 des 15 cabaretiers et 58 des 65 boulangers (89,2 %) sont contribuables à la Charité, comme le sont, par ailleurs, les 10 chapeliers, les 13 ciergers, les 9 corroyeurs ou les 8 orfèvres.

  • 26 L’arrêt du Conseil du 16 août 1689 a ordonné l’union des corps des merciers et des drapiers, mais (...)
  • 27 Deux marchands maîtres ouvriers en soie, Jacques Rouillé et Jacques Rabasche, avaient été désignés (...)
  • 28 Mariage célébré à Saint-Symphorien le 19 janvier 1699.

14Les deux dernières catégories socioprofessionnelles sont moins faciles à classer - peuple ou élite - que les précédentes en raison de leur hétérogénéité. D’abord les marchands : qui sont-ils exactement ? Que vendent-ils ? Il existe à Tours, une communauté qui regroupe depuis 1 689 marchands merciers et marchands drapiers26, mais à côté d’elle se trouve le puissant « Corps et Communauté des Marchands Maîtres Ouvriers en Draps d’Or, d’Argent et de Soye de la Ville et Faubourgs de Tours ». D’où une certaine ambiguité qui se reflète d’ailleurs dans la traditionnelle rivalité des deux communautés27. On peut penser que plusieurs des « marchands » de notre document relèvent de la manufacture de soie. Nous en sommes certain, par exemple, pour Simon Mangeant qui est appelé marchand maître passementier sur son acte de mariage, célébré en 1667 ou encore pour Olivier Deschamps qui figure dans le rôle de l’ustensile sous la double appellation de marchand et sergent de bande mais qui est désigné comme maître passementier sur l’acte de mariage de son fils, prénommé également Olivier28. Ce n’est évidemment pas le cas pour tous. Jean d’Aigremont, par exemple, appelé à cotiser pour 10 livres d’ustensile, dénommé marchand sur le rôle, appelé marchand bourgeois sur son acte de mariage rédigé en 1678, était le fils d’un marchand tanneur et il y a fort à parier qu’il a pris la succession de son père.

15De toute façon, nous exclurons du peuple les « marchands », qui portent un titre que l’on ne donne en général qu’aux commerçants ayant une certaine « surface » économique qui les distingue des simples boutiquiers au service d’une clientèle purement locale. De fait, seulement 5 des 137 individus dénommés marchands sont dispensés de cotiser pour la Charité (3,6 % soit le plus faible pourcentage après celui des rentiers) et la cote moyenne des marchands est la plus élevée de toutes : 44 livres 12 sols, contre 40 livres à peine pour les « rentiers » et seulement 20 livres 6 sols pour les officiers (graphiques 3 et 4).

  • 29 De fait si l’un des maîtres ouvriers paie 40 livres d’ustensile, l’autre ne doit que 6 livres.

16Le secteur de la soierie comprend 601 chefs de feux masculins (34,1 % des professions connues). Parmi eux 97 individus sont désignés par un substantif qui précise la nature de leur spécialité : 47 passementiers, 33 teinturiers, 14 mouliniers, 2 calendreurs et un « cheuilleur de soye ». La grande masse des hommes de la catégorie sont appelés « ouvriers en soye » ou plus souvent « en soye » simplement (respectivement 69 et 427 d’entre eux). Comme pour la catégorie des artisans-boutiquiers, nous nous trouvons devant la difficulté de faire le tri entre patrons et salariés. A priori seuls 8 individus pourraient être tenus pour des patrons : 5 sont dits « fabriquants », 2 « maîtres ouvriers en soye » et un marchand de soie. Encore devrons-nous faire des réserves pour les maîtres ouvriers en soie, nous allons le voir29.

  • 30 Arch. dép. I-&-L, C 110.
  • 31 Au sommet de la hiérarchie, certains sont appelés marchands maîtres ouvriers comme on le voit dans (...)
  • 32 Arch. dép. I-&-L, E 461.

17La structure économique et sociale de la manufacture tourangelle n’est, en effet, pas évidente au premier abord. Elle comprend, en principe, comme toutes les autres, des apprentis, des compagnons et des maîtres. La difficulté vient de ce que les individus dénommés « maîtres ouvriers en soie » ne correspondent pas uniquement à des donneurs d’ordre, à de véritables patrons indépendants. Certains sont des artisans qui travaillent à façon pour des collègues mieux lotis. Une sorte de précis historique de la manufacture, rédigé au XVIIIe siècle, explique qu’à l’époque de sa création par Louis XI, « on ne connoissoit ceux qui y étoient employés que sous la dénomination d’ouvriers en soye », mais que « depuis la fortune ayant secondé les talents de plusieurs de ces maîtres ouvriers, ils cessèrent de travailler par eux mêmes et prirent sous eux et à leur ordress (sic) ceux des maîtres qui moins instruits et avec moins de fortune et de talents se trouvèrent trop heureux de pouvoir travailler pour eux »30. On trouve d’ailleurs cette distinction dans l’article 42 des statuts accordés en 1667 : « Les Maîtres dudit État qui travailleront à façon pour les autres Maîtres à cause de leur indigence, comme aussi les Compagnons Ouvriers Mouliniers, Appareilleurs Apprentifs, Teinturiers, Devideresses, et autres personnes employées dans lesdites Manufactures de la Soye ne pourront vendre engager ni retenir la marchandise, ni les ustensiles à eux confiés à peine d’être punis comme voleurs domestiques... »31. D’où un conflit récurrent entre les uns et les autres comme en témoigne une série de mémoires signés par les « maîtres ouvriers travaillant à façon » contre les « maîtres ouvriers faisant travailler », adressés en 1759 au Secrétaire d’État Saint-Florentin qui avait la généralité de Tours dans ses32 attributions.

  • 33 Ernest Labrousse écrivait naguère : « C’est entre l’artisan-marchand et l’artisan travailleur viva (...)

18Les rédacteurs du rôle d’ustensile n’ont eu cure de ces subtilités : ils ont appelé pêle-mêle « ouvriers en soye » ou simplement « en soie », des compagnons et des maîtres des deux sortes. Les salariés relèvent évidemment du peuple où on peut placer aussi les maîtres dépendants, mais non pas les entrepreneurs qui font travailler autrui33. Malheureusement la proportion des uns et des autres est impossible à établir.

19L’hétérogénéité de la catégorie des soyeux se reflète dans l’étalonnage de leurs cotes, le plus large qui soit puisqu’il va d’une seule livre à 300. Cependant la cote moyenne de la catégorie n’est que de 15 livres 5 sols, pas très supérieure à celle des artisans-boutiquiers (10 livres 10 sols), ce qui laisse à penser que les salariés pauvres y dominent (graphique no 4). Effectivement 398 feux soit 59 % de la catégorie paient moins de 10 livres d’ustensile.

20Il est bien sûr que les deux classes des marchands et des soyeux s’interpénétrent largement. Parmi les premiers, un certain nombre doivent être plus ou moins spécialisés dans le secteur de la soierie, nous l’avons vu, tandis que des individus méritant le qualificatif de marchand auront été simplement qualifiés de maîtres ouvriers en soie dans notre document. Cependant, telles qu’elles sont, les deux catégories socioprofessionnelles se distinguent par plusieurs caractères. D’abord, la proportion des exemptés pour la Charité montre l’existence parmi les soyeux d’un large prolétariat qu’on ne retrouve pas chez les marchands : ces exemptés représentent 45,9 % du premier corpus contre 3,6 % du second. En second lieu, la moyenne des cotes des 132 marchands contribuant au soulagement de l’hôpital est bien supérieure à celle des 325 soyeux imposés à la Charité puisqu’elle est de 46 livres environ contre 25. Les marchands qui paient plus que la cote moyenne de leur catégorie constituent 36,4 % du corpus, alors que seuls 11 % des soyeux sont amenés à payer plus que la cote moyenne des marchands. Pratiquement les trois-quarts des soyeux imposés pour la Charité se situent même au-dessous de la cote moyenne de leur propre groupe.

21Il est vraisemblable que la catégorie des artisans-boutiquiers recoupe également vers le haut celle des marchands. Toutefois les deux ensembles se différencient assez nettement sur plusieurs plans. Les cotes supérieures à 40 livres sont rares chez les premiers, fréquentes chez les autres. A l’inverse 39 % des artisans et boutiquiers sont trop pauvres pour être sollicités pour le soulagement de la Charité alors que les marchands qui se trouvent dans ce cas sont proportionnellement dix fois moins nombreux, nous l’avons vu. Ces oppositions se reflètent dans les cotes moyennes des chefs de famille imposés pour la Charité : 15 livres 2 deniers seulement pour les artisans-boutiquiers contre 46 livres 4 sols pour les marchands.

  • 34 49 rentiers (2,77 %), 248 officiers (14,06 %), 137 marchands (7,77 %), soit 434.

22Peut-on avancer une évaluation chiffrée grossière du « peuple » de Tours représenté dans le rôle ? Ceux qu’on pourrait a priori classer parmi les « élites »- rentiers, officiers et marchands-seraient un peu plus de 400, soit un gros cinquième du corpus (22,6 %)34. Il faudrait y ajouter les plus importants des maîtres ouvriers en soie, un petit nombre assurément, et en retrancher quelques-uns des plus petits officiers. On peut donc estimer que le « peuple » représenterait entre les 3/4 et les 4/5 de notre corpus, mais si nous disposions d’un recensement de la population flottante ou trop pauvre pour figurer sur le rôle de l’ustensile, la proportion serait sans doute nettement supérieure.

LA RÉPARTITION SOCIOPROFESSIONNELLE PAR PAROISSE

  • 35 Ces paroisses seront d’ailleurs supprimées par Mgr de Conzié, en 1781. L’archevêque avait déjà sup (...)
  • 36 Sur l’origine de la nouvelle muraille, dont la construction a débuté en 1589, cf. Cl. Petitfrère, (...)

23Quatre paroisses renferment chacune de 300 à 400 feux, soit plus de 10 % du total : ce sont celles qui bordent la Loire, c’est-à-dire d’est en ouest Saint-Pierre-du-Boile (300 feux : 10,8 %), Saint-Saturnin, la plus peuplée (395 feux ou 14.2 %), Saint-Pierre-le-Puellier (300 feux : 10,8 %) et Notre-Dame-La-Riche (311 feux : 11,2 %). À l’opposé, les minuscules paroisses du centre-ouest de la ville comptent chacune moins de 130 feux : Notre-Dame-de-1'Écrignole (120 feux : 4,3 %), Saint-Denis (80 feux : 2,9 %), Sainte-Croix (68 feux : 2,4 %)35. Faiblement peuplées sont aussi des paroisses excentriques situées vers le sud-ouest, dont le territoire est pour tout ou partie compris entre les anciens remparts, ceux du XIVe siècle, et les nouveaux murs édifiés au XVIIe siècle36 - Saint-Simple (88 feux : 3,2 %) et Saint-Pierre-du-Chardonnet, la plus petite de toutes (34 feux : 1.2 %) - ou le long des murs médiévaux : Saint-Venant (127 feux : 4,6 %).

  • 37 Parmi lesquels, rappelons-le, figurent cependant les chefs de la manufacture qui ne travaillent pa (...)

24La répartition paroissiale des feux (hommes et femmes confondus) dont la cote d’ustensile est trop faible pour qu’ils soient mis à contribution pour la Charité est relativement nette (plan no 1). Quatre paroisses détiennent le record des non-imposables pour l’hôpital général : à l’est et au sud-est Saint-Pierre-des-Corps (80 %) et Saint-Etienne (66 %), vers le sud-ouest Saint-Simple (67 %), enfin Saint-Symphorien au nord de la Loire avec 58 %. Les autres paroisses pour lesquelles les « pauvres » représentent environ le 1/3 des feux sont Saint-Hilaire (38 %), Saint-Pierre-du-Chardonnet (32 %) et Saint-Clément (38 %). C’est dire qu’il s’agit, pour l’essentiel, de paroisses périphériques situées en dehors de l’enceinte du XIVe siècle et dans lesquelles les professions « mécaniques » sont particulièrement bien représentées. La corrélation entre proportion de « pauvres » et d’hommes exerçant des métiers manuels ou supposés tels - artisans et boutiquiers, individus travaillant la terre et tous ceux qui relèvent de la manufacture de soie37 - est éclatante pour Saint-Pierre-des-Corps, très nette pour Saint-Simple, Saint-Étienne ou Saint-Symphorien (plan no 2).

  • 38 Parmi les exempts de contribution pour l’hôpital général de Saint-Étienne on recense aussi 4 jardi (...)

25Cependant la pauvreté n’est pas corrélée aux mêmes métiers dans toutes les paroisses. À Saint-Pierre-des-Corps les « pauvres » se recrutent avant tout dans le secteur de la soierie-on recense 54 feux de travailleurs de la soie dispensés de cotiser pour l’hôpital-mais les métiers traditionnels de l’artisanat et de la boutique sont aussi bien représentés (ils sont 44 et parmi eux on compte 12 bateliers et 2 charretiers) et les jardiniers sont également nombreux (14). À Saint-Symphorien les « pauvres » appartiennent en grande majorité au secteur de l’artisanat classique et du petit commerce. On en compte 51, notamment des travailleurs du bâtiment (maçons, couvreurs) ainsi que du secteur textile et de l’habillement, soierie exclue (tissiers, sergers, cordonniers...). Dans la paroisse de Saint-Étienne les ouvriers en soie sont environ deux fois plus nombreux parmi les « pauvres » que les gens du secteur artisanal traditionnel (30 contre 17)38. À Saint-Simple on recense 12 ouvriers en soie parmi les exemptés. À l’ouest, dans la paroisse Saint-Clément, les ouvriers en soie dominent chez les « pauvres » (on en compte 30 contre 17 travailleurs de l’artisanat et de la boutique, dont 4 cordonniers, et l’on note aussi l’existence de 7 jardiniers parmi les exemptés). Vers le sud, à Saint-Hilaire, les artisans et boutiquiers sont un peu plus nombreux parmi les « pauvres » que les ouvriers en soie (20 dont 6 cordonniers contre 16). En ce qui concerne Saint-Pierre-du-Chardonnet, les nombres sont tout petits et se partagent à peu près à égalité entre ouvriers en soie et jardiniers. À Saint-Vincent ce sont les artisans et boutiquiers qui sont les principaux responsables de la pauvreté : ils sont 11 dont 3 cordonniers, 2 charpentiers, 2 menuisiers. Cependant, le nombre des métiers inconnus parmi les présumés indigents risque de fausser les calculs. Ils sont particulièrement nombreux dans 3 paroisses : Saint-Vincent (24), Saint-Étienne (19), Saint-Simple (28) et on en trouve aussi 11 à Saint-Clément et 7 à Saint-Pierre-des-Corps.

26La paroisse de Notre-Dame-la-Riche que l’on s’attendait à voir figurer au palmarès des plus pauvres car elle abrite un nombre important de travailleurs de la soie-on en compte 123 soit 56 % des chefs de feu masculins-présente une proportion de non-contribuables pour la Charité tout à fait moyenne (moins du quart des feux). Il faut donc penser que parmi les « soyeux » domiciliés dans cette paroisse figurent nombre de maîtres ouvriers en soie suffisamment à leur aise, voire des marchands maîtres ouvriers qui auraient leur place parmi les chefs de la manufacture tourangelle.

  • 39 À Sainte-Croix le monde de la soie regroupe 45,6 % de l’effectif des contribuables, les artisans-b (...)
  • 40 La catégorie majoritaire dans ces deux paroisses est cependant celle des artisans-boutiquiers : 44 (...)
  • 41 Saint-Pierre-le-Puellier compte 10,7 % d’officiers et assimilés et 15,8 % de marchands ; Saint-Sat (...)

27Les paroisses qui sont comprises dans le périmètre de l’ancienne muraille se distinguent par leur proportion relativement modeste de feux non imposables pour la Charité (1/4 tout au plus). Les plus faibles pourcentages de feux dispensés de cotiser pour l’hôpital se trouvent dans les paroisses minuscules qui jouxtent la collégiale Saint-Martin : Sainte-Croix (18 %) peuplée surtout de soyeux et d’artisans-boutiquiers39, Saint-Denis (13 %) et Notre-Dame-de-l’Écrignole (15 %) où les officiers et autres gens de plume représentent un cinquième de la population40. Peu nombreux sont aussi les « pauvres » dans les paroisses « bourgeoises » qui bordent la Loire, Saint-Pierre-le-Puellier (20 %) et Saint-Saturnin (22 %)41. C’est aussi dans ces paroisses qu’on rencontre la quasi-totalité des 135 privilégiés décorés de l’avant-nom « Monsieur ». Les plus nombreux habitent les paroisses de Saint-Venant (37), Saint-Saturnin (27), Saint-Pierre-du-Boile (18), Saint-Hilaire et Notre-Dame de l’Écrignole (11 chacune).

  • 42 Rappelons l’existence d’une minorité importante de chefs de feu féminins aisés, des veuves notamme (...)
  • 43 C’est sur le territoire de la paroisse de Saint-Venant qu’est situé le cloître canonial de Saint-M (...)

28La répartition des femmes sur le territoire urbain est assez fortement différenciée (graphique 9). On recense plus de 20 % de chefs de feux féminins dans 6 paroisses (Saint-Vincent qui vient largement en tête avec une proportion de 34, 4 %, Saint-Venant, Saint-Pierre-du-Boile, Saint-Saturnin, Saint-Hilaire et Saint-Simple (autour de 22-23 % de femmes dans chaque paroisse). Au contraire, les femmes constituent à peine 6 % de l’effectif des chefs de feux à Saint-Pierre-du-Chardonnet, environ 12 % à La Riche ou à Saint-Pierre-des-Corps, 15 % à Saint-Denis et moins de 16 % à Saint-Symphorien. À quel phénomène pourrait être corrélée cette disparité ? Aucune relation ne peut être établie avec la proportion des veuves. Le plus grand pourcentage de veuves, si on met à part la minuscule paroisse du Chardonnet qui n’abrite que 2 feux féminins, se trouve sur le territoire de Saint-Simple (18 veuves sur 19 femmes) où la présence féminine sur le rôle est assez forte, mais on trouve aussi beaucoup de veuves (18 sur 21 femmes) à Saint-Pierre-des-Corps où la proportion des feux féminins est faible et c’est Saint-Vincent, la paroisse la plus féminisée, qui compte le plus faible pourcentage de veuves (32 sur 66 soit 48,5 %). On ne peut pas non plus établir une corrélation claire entre la carte de la représentation féminine parmi les chefs de famille et celle de la pauvreté jaugée à l'aune de l’exemption de l’impôt pour la Charité. Tout au plus peut-on remarquer que certaines paroisses sociologiquement favorisées ont une proportion de chefs de feux féminins relativement forte42. C’est le cas pour Saint-Saturnin où presque 30 % des femmes imposées ont droit au qualificatif de « dame » ou « demoiselle » et plus encore de Saint-Vincent et Saint-Venant43 pour lesquels les pourcentages de « dames » et « demoiselles » sont respectivement de 42,4 et 46,6 %. À l’inverse les trois paroisses pour lesquelles la proportion des chefs de feu féminins est la plus basse (Le Chardonnet, Saint-Pierre-des-Corps et La Riche) sont des paroisses dans lesquelles les métiers « mécaniques » sont fortement représentés, mais on remarque que la quatrième paroisse dans l’ordre ascendant de la présence féminine sur le rôle, Saint-Denis, est une paroisse « bourgeoise ».

CONCLUSION

  • 44 Ph. Guignet, Le pouvoir dans la ville au XVIIe siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique (...)

29Pouvons-nous, au terme de cette étude, avoir une idée plus claire de l’importance du peuple de Tours et de ses limites supérieures ? Assurément, il est difficile de donner autre chose qu’une réponse de Normand. Nous en sommes réduit, selon le mot d’Ernest Labrousse repris par Philippe Guignet, à essayer de « faire des pesées justes avec des balances fausses »44. Ce qui fait le peuple, ou à l’inverse la notabilité, c’est avant tout le regard des autres, la considération ou l’absence de considération. Sans doute cela dépend-il, pour partie, des trois critères mis en avant par l’auteur du Dictionnaire universel, la noblesse, la richesse, les lumières. Remarquons que, de ces trois qualités, seule la première est aisée à circonscrire, parce qu’elle a des bases légales, abstraction faite, faut-il le préciser, de tous les cas litigieux d’anoblissement en cours ou d’usurpation de la noblesse. Pour les deux autres, il faudrait savoir à partir de quel seuil, pour cette ville précisément, un individu ou une famille peuvent être qualifiés de « riche » et d’« éclairé ».

30Si notre source ne nous autorise pas à résoudre la question, elle permet d’avancer quelque peu. Grâce à elle, on a pu placer sans ambiguité hors des classes populaires tous ceux dont le nom s’orne d’un titre qui témoigne de la considération d’autrui, que ce titre soit un avant-nom qui équivale à une épithète d’honneur (Monsieur, Madame, Mademoiselle), qu’il soit lié à un état qui suppose l’oisiveté-peut-on aller jusqu’à dire l'otium ?-comme celui de « bourgeois », ou qu’il consacre une réussite économique comme celui de marchand. On peut encore affirmer sans crainte que tous ceux qui manient la plume et sont censés faire travailler leur tête plutôt que leurs bras sont à écarter du populaire. Par élimination feraient donc partie du peuple tous les gens de métiers qui travaillent eux-mêmes de leurs mains et ceux qui cultivent la terre tout en habitant la ville. À l’intérieur de ce peuple largement circonscrit, le rôle de l’ustensile permet de distinguer deux catégories : d’une part un « bon peuple » suffisamment pourvu pour être doublement imposable, pour la contribution de guerre et au titre du secours à accorder à l’hôpital général, d’autre part les gens trop pauvres pour qu’on leur demande de contribuer à assister de plus pauvres encore qu’eux-mêmes, les renfermés de la Charité. Ces derniers, nous ne pouvons les appréhender, pas plus que nous ne connaissons les autres marginaux, les instables et l’ensemble des gagne-deniers. Bref, toute la frange inférieure de la société urbaine nous échappe. Nous échappe aussi, partiellement, la connaissance de la limite supérieure du peuple. Mais doit-on absolument trancher ? Sans doute faut-il renoncer à l’idée de frontière et préférer celle de marge. Nous serions tenté de placer cette marge entre les deux espèces de « maîtres ouvriers en soie » que le document ne permet pas de distinguer : ceux qui font travailler les autres et ceux qui travaillent au service des premiers.

31Le peuple de Tours, tel qu’on peut ainsi l’appréhender, est présent dans toutes les paroisses. Il n’y a évidemment pas de ségrégation sociale absolue. Pourtant, très nettement, s’individualisent des quartiers « bourgeois », ceux qui constituent le cœur de la ville médiévale, et des quartiers à forte dominante populaire qui correspondent aux anciens faubourgs, ceux qui, au sud de la Loire ont été englobés dans l’enceinte du XVIIe siècle, de Saint-Pierre-des-Corps à La Riche, et l’unique faubourg demeurant après la construction du nouveau mur, celui de Saint-Symphorien au nord du fleuve. Là les « élites » sont rares, les ménages dispensés de contribuer au soulagement de l’hôpital général nombreux et les métiers manuels occupent un très large secteur de la population.

  • 45 Graphiques réalisés par Bénédicte Pradat, CEHVI, Université de Tours

Graphique 145

Graphique 145

Graphique 3. Imposés pour la Charité et exempts

Graphique 3. Imposés pour la Charité et exempts

Graphique 4. Cotes moyennes par catégories

Graphique 4. Cotes moyennes par catégories

Graphique 5. Répartition par cotes des officiers

Graphique 5. Répartition par cotes des officiers

Graphique 6. Répartition par cote des soyeux

Graphique 6. Répartition par cote des soyeux

Graphique 7. Répartition par cote des marchands

Graphique 7. Répartition par cote des marchands

Graphique 8. Répartition par cotes des artisans-boutiquiers

Graphique 8. Répartition par cotes des artisans-boutiquiers

Graphique 9. Proportion des femmes dans chaque paroisse

Graphique 9. Proportion des femmes dans chaque paroisse

Notes

1 Dictionnaire universel, 1690. Sur la vision péjorative du peuple par Furetière : F. Lebrun, « La culture populaire en France au XVIIe s. à travers le Dictionnaire de Furetière », Histoire sociale, sensibilités collectives, mentalités. Mélanges Robert Mandrou, Paris, PUF, 1985, p. 275-282, rééd. dans Croyances et cultures dans la France d'Ancien Régime, Paris, Le Seuil, 2001, p. 200-211 ; B. Garnot, Le peuple au siècle des lumières. Échec d’un dressage culturel, Paris, Imago, 1990, p. 80-81.

2 Les rôles de l’ustensile ont été utilisés, par exemple, par P. Deyon, Amiens capitale provinciale. Étude sur la société urbaine au XVIIe siècle, Paris-La Haye, Mouton, 1967, chap. 19, « Le témoignage des documents fiscaux », p 237-252, ou J.-Cl. Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle, Paris, La Haye, Mouton, 1975, p. 118-120.

3 Arch. mun. Tours CC 9. Le montant de l’ustensile était de 37 500 livres. Cette somme fut augmentée de quelques autres, notamment des impayés de l’ustensile des deux années précédentes et de 5 500 livres pour le rachat de l’office de contrôleur des deniers communs et d’octrois. Au total les Tourangeaux devaient payer 44 353 livres 2 sols 11 deniers selon l’ordonnance de l’intendant Hue de Miromesnil en date du 8 mars 1697.

4 Pour le détail de la procédure, on peut se reporter aux opérations de levée de l’ustensile de 1677 rapportées sur le registre de délibérations du corps de ville (Arch. mun. Tours, BB 56, f° 366-372).

5 P. Deyon, op. cit., p. 240.

6 Créé en 1656, l’hôpital général, dit de la Charité, s’était révélé tout de suite incapable de faire face à ses besoins. Afin de lui venir en aide, l’arrêt du Conseil du 9 janvier 1691 accorda la levée d’un sol pour livre sur les loyers des laïcs, privilégiés ou non, une contribution de 4000 livres étant par ailleurs demandée aux ecclésiastiques (N. Patureau, L'hôpital général de la Charité de Tours, 1656-1802, Paris, thèse de l’École des Chartes, dact., s.d., p. 421. Un exemplaire de cet ouvrage est conservé à la bibliothèque des Arch. dép. I & L sous la cote 3 F 38). En 1694, le prélèvement fut doublé, tant était grand le nombre des pauvres, que l’hôpital était près de jeter à la rue. Pour cette taxe ne devaient être pris en compte que les loyers de plus de 10 livres-en fait, le plancher fut abaissé à 6 livres-et, quel que soit leur montant, les loyers de tous les privilégiés et exempts de l’ustensile [Arch. mun. Tours BB 59, p.-v. du 13 février 1696 ; Cl. Petitfrère, « Les embarras financiers d’un corps de ville : l’exemple de Tours au Grand Siècle (vers 1589-1715) », Pourvoir les finances en province sous l’Ancien Régime, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002 (sous presse)].

7 Soit 180 foyers (6,5 % de l’effectif).

8 La cotisation de 6 livres représente aussi un « seuil fiscal » à Amiens en 1711 et 1722 (P. Deyon, op. cit., p. 245).

9 Soit un millier de personnes environ. Un comptage effectué par Ch. Maillard-que nous remercions ici-d’après le Tableau de la généralité de Tours depuis 1762jusques et y compris 1766 (Arch. dép. I-&-L C 336) donne 1014 clercs, hommes et femmes, qui se partagent également entre réguliers et séculiers.

10 Dans une trentaine de cas - 29 exactement -, on trouve pour une même cote deux patronymes différents et aucun lien de parenté n’est mentionné.

11 Le recensement n’a peut-être pas été fait partout avec la même rigueur. On peut avoir des doutes, par exemple, pour la paroisse de Saint-Pierre-du-Boile où les résultats par sexe et totaux donnent des chiffres arrondis (70 feux féminins, 230 masculins, soit 300 feux au total).

12 À Caen, ville d’importance comparable à Tours, avec environ 26 500 habitants en 1695, le rôle de l’ustensile de 1689 comprend 3 410 contribuables et celui de 1705, 3959 (J.-Cl. Perrot, op. cit., p. 119). Pour Amiens, dont l’agglomération dépassait les 30 000 âmes à la fin du règne de Louis XIV, le rôle d’ustensile de 1711-1712 comporte 2391 articles seulement (P. Deyon, op. cit., p. 544).

13 Sur les états ou mémoires réalisés dans la période 1691-1713, le nombre de feux de la ville de Tours varie de 5 000 à 6 368 (J. Dupâquier, Statistiques démographiques du bassin parisien, 1630-1720, Paris, Bordas, 1977, p. 672). Cependant le mémoire qui semble le plus précis pour l’ensemble de la généralité, celui de 1691, conservé aux Arch. dép. de la Mayenne (ms 7) n’est pas fiable pour la ville de Tours puisqu’il avance le chiffre rond de 5000 feux (F. Lebrun, « Les grandes enquêtes statistiques des XVIIe et XVIIIe siècles sur la généralité de Tours (Maine, Anjou, Touraine) », Annales de Bretagne, 1965, no 2, p. 338-345). De son côté B. Maillard, prenant en compte les données du mouvement naturel de la population, estime que « la ville héberge environ 30 000 personnes » à la fin du XVIIe siècle (Histoire de Tours, (dir. B. Chevalier), Toulouse, Privat, 1985, p. 193).

14 Sur le rôle de l’ustensile de 1724, B. Maillard a recensé 115 journaliers ou portefaix - 3 % de l’effectif total des métiers - (Histoire de Tours, op. cit., p. 205). Les domestiques sont également absents des rôles fiscaux, ce qui paraît logique puisqu’assimilés aux membres de la famille qui les emploie, ils sont représentés par les chefs de feux qui paient l’impôt pour eux, tout comme les conjoints ou les enfants (Cl. Petitfrère, L’œil du maître. Maîtres et serviteurs de l’époque classique au romantisme, Bruxelles, Complexe, 1986). La ville de Tours aurait compté 806 valets et 877 servantes en 1686 (J. Dupâquier, « Le peuplement de l’élection de Tours à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle », Actes du 93’Congrès national des Sociétés Savantes, Tours 1968, Section d’hist. mod. et cont., t. II, Histoire institutionnelle, religieuse, sociale et politique, Paris, BN, 1971, p. 243-268).

15 On dénombre 3 511 feux sur le rôle de l’ustensile de 1707-1708. Un rôle de répartition du don gratuit de 1706 qui a été achevé au tout début de l’année 1709 et prend en compte le clergé séculier, contient 3307 cotes et le rôle de l’ustensile de 1713-1714, 2 032 feux seulement (Arch. mun. Tours CC 9). Entre 1697 et 1708 on note donc une augmentation de 26,3 % du nombre de feux tandis que ce nombre s’effondre en 1714 de 26,8 % par rapport à 1697 et 42,1 % par rapport au chiffre de 1708. Pour une période légèrement postérieure, 1724, B. Maillard a recensé plus de 4 000 chefs de famille imposés à l’ustensile (Histoire de Tours, op. cit., p. 204). Malgré les importantes variations notées sur les rôles de 1697 à 1714, l’ordre de grandeur de la population fiscale n’est pas bouleversé d’un document à l’autre et s’accorde mal avec les quelque 30 000 habitants que documents anciens et auteurs contemporains reconnaissent généralement à la ville de Tours à la fin du règne de Louis XIV. Pour parvenir à ce niveau, il faudrait supposer soit que le feu moyen comprenne une dizaine de personnes, soit que la moitié seulement des feux tourangeaux ait été appelée à payer l’ustensile, en contradiction avec l’ordonnance de l’intendant et le désir affiché par le corps de ville. La première hypothèse est invraisemblable. La seconde serait-elle plausible ? Evoquant les rôles d’ustensile caennais de 1689 à 1705, J.-Cl. Perrot écrit : « le filet fiscal (...) néglige une fraction inconnaissable mais certainement écrasante de la population salariée ou dépendante », op. cit., p. 120.

16 F. Pitou, Laval au XVIIIe siècle. Marchands, artisans, ouvriers dans une ville textile, Laval, Société d’Archéologie et d’Histoire de la Mayenne, 1995, p. 126.

17 56 femmes ont droit au titre de dame ou madame et 41 à celui de demoiselle. Parmi les veuves les chiffres sont respectivement de 32 dames et 7 demoiselles.

18 Elles sont 416 soit 76,3 % de l’effectif des feux féminins. C’est là un mode qui semble courant sous l’Ancien Régime : selon le recensement rigoureux qui a été réalisé en 1695 à Belley, les femmes chefs de feu sont des veuves dans 86 % des cas (O. Zeller, « Pour une étude sociodémographique des petites villes : l’exemple de Belley (Ain) en 1695 », Population, 1998, no 1-2, p. 327-358).

19 Sur le casse-tête des classements socioprofessionnels, voir les pages pertinentes de S. Mouysset, Le pouvoir dans la bonne ville. Les consuls de Rodez sous l’Ancien Régime, Rodez-Toulouse, Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron - CNRS - Université de Toulouse-Le Mirail, 2000, p. 85-123.

20 Sur la signification de ce titre en Touraine, voir L. Pamphile, Les bourgeois de Tours au XVIIIe siècle, Tours, DEA, 1993, 2 vol. ; L. Piquiot, Les bourgeois de Tours, 1773-1774, Tours, maîtrise, 1993 ; Ph. Peniello, Les bourgeois de Tours au début du XVIIIe siècle (1716-1736), Tours, maîtrise, 1994 et I. Girard, Les bourgeois de Loches dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Tours, maîtrise, 2000.

21 Tels sont les nombreux « avocats en parlement ». Cf. C. Dumaveux, Les avocats à Tours, XVIIe-XVIIIe s. (Définition et première approche socioprofessionnelle), Tours, DEA, 1992.

22 Encore doit-il y avoir une erreur pour le sieur Gitton, procureur au bureau des finances, qui ne paie pas la cotisation pour l’hôpital alors qu’il est chargé de 8 livres de cote à l’ustensile.

23 Cl. Petitfrère, « Les officiers dans le corps de ville de Tours aux XVIIe et XVIIIe siècles », Les officiers « moyens » à l’époque moderne : pouvoir, culture, identité », Études réunies par Michel Cassan, Limoges, PULimoges, 1998, p. 121-138.

24 Pour le Dictionnaire de Richelet (1680), « l’huissier est un sergent » et Antoine Furetière définit ainsi le sergent : « Huissier, le plus bas des Officiers de Justice... » Dictionnaire universel, op. cit. Les deux termes peuvent être employés l’un pour l’autre dans les registres paroissiaux. Un des individus de notre corpus, le sergent Jean Avril, est appelé « huissier royal » sur l’acte de son remariage (le 21 novembre 1707 à Saint-Clément) et « sergent royal » sur son acte de sépulture (le 13 décembre 1720 à Saint-Étienne).

25 Cl. Petitfrère, « Les embarras financiers d’un corps de ville... », op. cit.

26 L’arrêt du Conseil du 16 août 1689 a ordonné l’union des corps des merciers et des drapiers, mais des contestations ont continué entre les membres des deux anciennes communautés qui vendaient sensiblement les mêmes marchandises. Une transaction devant notaire, le 6 avril 1696, tenta de mettre fin au conflit (Arch. mun. Tours, HH 3).

27 Deux marchands maîtres ouvriers en soie, Jacques Rouillé et Jacques Rabasche, avaient été désignés par l’assemblée électorale du 28 octobre 1687 pour occuper les fonctions d’« élus » au corps de ville de Tours. Les marchands merciers se sont opposés à leur installation au prétexte que « n’étant que Marchands Ouvriers en Soye, et n’étant pas du Corps des Marchands Merciers, ils ne doivent pas être admis ni reçus esd. Charges d’Élus » en vertu de l’arrêt du Conseil du 25 juin 1619 qui stipule que deux au moins des quatre élus du Corps de ville doivent être pris du corps des marchands. L’arrêt du Conseil du 8 novembre 1688 leur donna tort, en confirmant la nomination des deux individus en question et stipula qu’à l’avenir les élus seraient pris indifféremment « tant desdits Marchands Merciers, Marchands Drapiers et autres, que desdits Marchands Maîtres Ouvriers en Drap d’Or, d’Argent et de Soye » (Arch. mun. Tours, HH 3).

28 Mariage célébré à Saint-Symphorien le 19 janvier 1699.

29 De fait si l’un des maîtres ouvriers paie 40 livres d’ustensile, l’autre ne doit que 6 livres.

30 Arch. dép. I-&-L, C 110.

31 Au sommet de la hiérarchie, certains sont appelés marchands maîtres ouvriers comme on le voit dans le titre même des statuts du « Corps et Communauté des Marchands Maîtres Ouvriers en Draps d’Or, d’Argent et de Soye de la Ville et Faubourgs de Tours » (Arch. mun. Tours, HH 2).

32 Arch. dép. I-&-L, E 461.

33 Ernest Labrousse écrivait naguère : « C’est entre l’artisan-marchand et l’artisan travailleur vivant essentiellement de la vente de ses services, qu’on situera provisoirement la frontière bourgeoise » (« Voies nouvelles vers une histoire de la bourgeoisie occidentale aux XVIIIe siècles et XIXe siècle », CISH, Rome, 1955, Relazioni, vol. IV, p. 396).

34 49 rentiers (2,77 %), 248 officiers (14,06 %), 137 marchands (7,77 %), soit 434.

35 Ces paroisses seront d’ailleurs supprimées par Mgr de Conzié, en 1781. L’archevêque avait déjà supprimé en 1777 deux autres paroisses, étendues mais faiblement peuplées : Saint-Simple et Saint-Pierre-du-Chardonnet (S. Livernet, « Fiefs et paroisses à Tours au XVIIIe Bul. trim. de la Soc. Arch. de Touraine, 1978,1979, p. 749-789).

36 Sur l’origine de la nouvelle muraille, dont la construction a débuté en 1589, cf. Cl. Petitfrère, « Les embarras financiers d’un corps de ville... », op. cit.

37 Parmi lesquels, rappelons-le, figurent cependant les chefs de la manufacture qui ne travaillent pas de leurs mains.

38 Parmi les exempts de contribution pour l’hôpital général de Saint-Étienne on recense aussi 4 jardiniers.

39 À Sainte-Croix le monde de la soie regroupe 45,6 % de l’effectif des contribuables, les artisans-boutiquiers 37 %.

40 La catégorie majoritaire dans ces deux paroisses est cependant celle des artisans-boutiquiers : 44 % de l’effectif à Saint-Denis et 53,3 % à l’Écrignole.

41 Saint-Pierre-le-Puellier compte 10,7 % d’officiers et assimilés et 15,8 % de marchands ; Saint-Saturnin 5,7 % de rentiers, près de 22 % d’officiers et 15,8 % de marchands.

42 Rappelons l’existence d’une minorité importante de chefs de feu féminins aisés, des veuves notamment.

43 C’est sur le territoire de la paroisse de Saint-Venant qu’est situé le cloître canonial de Saint-Martin dont les maisons sont souvent louées par les chanoines à des familles de la bonne société tourangelle.

44 Ph. Guignet, Le pouvoir dans la ville au XVIIe siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière franco-belge, Paris, EHESS, 1990, p. 36.

45 Graphiques réalisés par Bénédicte Pradat, CEHVI, Université de Tours

Table des illustrations

Titre Graphique 145
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Graphique 2
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2714/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Graphique 3. Imposés pour la Charité et exempts
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2714/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Graphique 4. Cotes moyennes par catégories
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2714/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Graphique 5. Répartition par cotes des officiers
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2714/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 6. Répartition par cote des soyeux
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2714/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Graphique 7. Répartition par cote des marchands
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2714/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Graphique 8. Répartition par cotes des artisans-boutiquiers
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2714/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Graphique 9. Proportion des femmes dans chaque paroisse
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2714/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2714/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2714/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search