Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Identification et délimitations des milieux populaires urbains

Le peuple de cour à Paris au début du xviie siècle : quelques aperçus offerts par la Maison de Marie de Médicis

Jean-François Dubost

Texte intégral

1Dans la première moitié du XVIIe siècle, la population parisienne comprend un élément original : le peuple qui, par ses activités, ses revenus et divers liens de dépendance, est rattaché à la cour. La plupart du temps, la présence populaire à la cour est seulement évoquée par quelques remarques obligées rappelant qu’un personnel nombreux — mais dont on n’évalue pas les effectifs — y est chargé des basses œuvres. Force est de constater que cette population a jusqu’à présent fait l’objet d’un désintérêt manifeste, que rien ne justifie pourtant. Au contraire, l’élément populaire est une composante essentielle de la cour : essentielle par son importance numérique qu’il va falloir essayer de préciser, essentielle aussi pour des raisons strictement matérielles. C’est à ce groupe, en effet, qu’incombe, via les officiers domestiques et subalternes des maisons royales et princières, d’accomplir les tâches matérielles qui permettent à l’énorme machinerie de la cour de fonctionner. Qu’une composante majeure de l’institution curiale ait été ainsi négligée mérite deux mots d’explication.

  • 1 Ch. Loyseau, Cinq livres du droit des offices, Cologni [Genève], 1613, Livre IV, chapitre 3, p. 535
  • 2 J.-M. Apostolides, Le roi-machine, spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, 1981.
  • 3 Voir également G. Sabatier, « Le corps du roi », Revue d'histoire moderne et contemporaine, t. XXX, (...)
  • 4 Un remarquable exemple d’approche novatrice sur la cour, intégrant approches culturelles et économi (...)

2En premier lieu, le dédain affiché envers la composante populaire de la cour se transmet depuis fort longtemps. Décrivant la structure de la maison du roi, Loyseau évacue les officiers subalternes d’un coup de plume : « Reste de parler des menus offices laissés aux roturiers, dont il serait ennuyeux et importun de rapporter ici le dénombrement tout entier »1. Cette attitude a été reprise par les auteurs ultérieurs, historiens compris. En second lieu, l’historiographie de la cour s’est, pour l’essentiel, inscrite au XXe siècle dans la perspective proposée par Elias. Sans revenir ici sur les limites des analyses proposées dans La Société de cour, soulignons à quel point cet essai a contribué à forger une vision de la cour péchant par excès d’abstraction. J’en donnerai pour seul exemple le fameux essai d’Apostolidès, Le roi-machine2, dans lequel il est affirmé que les objets consommés lors des fêtes de Versailles ne sont pas des marchandises mais des « sémiophores ». Il est incontestable, certes, que les consommations de cour ont une visée culturelle et même idéologique ; qu’elles n’aient pas d’effets induits dans le domaine économique et social, voilà qui est difficilement soutenable. Le même auteur a pourtant pu écrire très sérieusement que « les lois réelles de la production et de l’échange du mode de production capitaliste sont occultées, de même que ne fonctionnent pas non plus celles du mode de production féodal, fondées sur le don et le contre-don [...]. Les lois qui régissent la vie du pays s’arrêtent donc aux grilles de Versailles [...] »3. Cette phraséologie datée a eu pour principal effet d’occulter la réalité économique et sociale. De la sorte, la réflexion menée sur le milieu curial a privilégié ses dimensions politiques, culturelles et idéologiques. Même s’il en est résulté des études stimulantes, il n’en reste pas moins qu’il n’a guère été fait de place à une approche économique et sociale de ce microcosme. Or, c’est précisément en interrogeant les catégories populaires présentes à la cour que l’on peut espérer réapprécier à sa juste mesure l’impact économique et social de cette institution4.

3Le rituel de cour a un coût financier qui a été suffisamment décrié. En revanche, on s’est moins interrogé sur ses retombées économiques. Elles se font particulièrement sentir dans trois secteurs principaux :

  • l’emploi domestique dans le palais royal, emploi généralement organisé dans le cadre des maisons royales et princières ;

  • les activités manufacturières et artisanales stimulées par la cour et qui entraînent une importante circulation de main-d'œuvre, de techniques et de matériaux ;

  • le commerce destiné à l’approvisionnement de l’énorme marché que représente la cour.

  • 5 M. Fantoni, op. cit., p. 43.
  • 6 Il va de soi que l’élément populaire est également tout à fait notable dans les maisons princières, (...)

4L’ensemble de ces activités nécessite le recrutement d’une main-d'œuvre notable5. Aussi est-il probable, en raison même des dépenses à peu près constantes liées à l’entretien et au fonctionnement de la cour, que la présence de cette dernière contribue à atténuer l’impact d’éventuelles difficultés économiques, sur la population urbaine qui l’environne. Il faut donc en finir avec la vision d’une cour parasite social et déconnectée des lois réelles de l’échange : par le biais des flux d’argent redistribués par le prince, la cour est au contraire un puissant stimulant économique. De même, par les emplois généralement stables, voire héréditaires, qu’elle offre, ainsi que par les avantages économiques qui leur sont liés, la cour contribue à la constitution d’un groupe social original, non courtisan bien qu’appartenant à la cour, privilégié sur le plan économique ainsi que sur le plan juridique puisque les privilèges attachés aux officiers des maisons royales s’étendent aux offices subalternes. « La société de cour » présentée par Elias n’était qu’une société aristocratique ; il en est une autre, populaire par ses activités, ses origines et son mode de vie, sur laquelle le regard de l’historien doit se porter. Je partirai pour ma part d’un cas précis, celui de l’entourage et de la maison de Marie de Médicis, sans m’interdire quelques comparaisons avec d’autres maisons royales contemporaines6. Les réflexions proposées ici balisent une recherche que je viens d’amorcer et ne prétendent pas au statut de conclusions définitives.

  • 7 D. Roche, Le peuple de Paris, Paris, 1981, p. 42 et 43.

51. Le groupe que je tente de cerner fait-il partie du peuple des villes ? Il faut, pour répondre, préciser quelles sont les catégories d’officiers que l’on envisage, et ce que l’on entend par peuple. Commençons par ce dernier point. On pourrait partir de la vieille définition médiévale liée à la vision traditionnelle de la société fondée sur la tripartition sociale. Dans cette optique, il est incontestable que tous ceux qui, à la cour, tiennent des offices non réservés ni aux clercs ni aux nobles appartiennent au « peuple ». Et déjà, même à s’en tenir à cette vision excessivement normative, la question n’est pas simple, car le départ n’est pas nettement tranché entre offices nobles et non nobles. On pourrait à 1'inverse, suivant en cela Daniel Roche, remarquer que dès le XVIIIe siècle la définition du peuple sous-jacente aux écrits des Lumières croise critères économiques et critères culturels. Appartient au peuple celui qui est voué au labeur, à un « effort productif dont il ne contrôle pas les moyens » et celui qui « demeure inférieur pour raison de culture »7.

6Nous pardonnera-t-on de vouloir croiser ces deux approches ? On retombe alors sur une taxinomie familière aux hommes de la Renaissance avec, d’un côté, le « peuple gras », juridiquement non noble mais possédant à des degrés divers capital ou moyens de production le mettant à l’abri du besoin sans toujours le dispenser de tout effort productif, et, d’un autre côté, le « peuple menu » réduit au salariat pour subsister. Les officiers non nobles des maisons royales se recrutent dans ces deux catégories. Au risque de paraître m'éloigner parfois des catégories spécifiquement populaires, j’ai adopté le parti d’une définition extensive tenant compte des deux groupes. J’avancerai plusieurs raisons à ce choix. La première est qu’il permet une vision d’ensemble permettant des comparaisons au sein du peuple de cour. La deuxième est qu’il faut tenir compte d’une simple question de point de vue. Le monde de la cour est dominé par l’aristocratie et la noblesse. Au voisinage des grands et de leurs suites, un marchand fournisseur de la cour, quel que puisse être son degré d’opulence, n’en reste pas moins irrémédiablement « peuple ». Une dernière raison, enfin, est liée aux structures mentales du temps. Outre l’étroit noyau gouvernemental, le monde de la cour se répartit finalement en deux groupes fondamentaux. Il y a ceux qui, par cercles concentriques, servent d’écrin à la majesté royale et échappent ipso facto à la condition populaire. Et puis il y a ceux qui se trouvent cantonnés au domaine des utilités et qui, par leurs fonctions, se rattachent au domaine du labeur, de l’activité mécanique, ou sont tout simplement nécessaires au fonctionnement de la cour. On quitte avec eux la sphère du symbolique et du rituel dans laquelle les gentilshommes évoluent, pour retomber, suivant la vision du temps, dans la catégorie du populaire.

  • 8 Gobelet (paneterie bouche et échansonnerie bouche), paneterie commun, échansonnerie commun, cuisine (...)
  • 9 Officiers notamment chargés de revendre les mets préparés pour les tables royales et non consommés (...)
  • 10 Ordonnances d’Orléans (1561) et de Blois (1579) ; voir à propos des privilèges possédés par les off (...)

7Partant de là, il a quand même fallu trancher afin de retenir dans le groupe défini comme « peuple de cour » tels ou tels officiers domestiques. Si j’ai admis aussi bien ceux qui appartiennent au peuple gras qu’au peuple menu, j’ai néanmoins éliminé les officiers réputés nobles, même si leur statut social réel reste flou, tels que maréchaux des logis ou médecins, lesquels, d’origine généralement roturière, sont souvent anoblis, leur activité étant art libéral. J’ai également rejeté le personnel participant à la fonction de conseil, tels que maîtres des requêtes et secrétaires, lesquels acquièrent fréquemment le statut de noblesse s’ils ne le possédaient pas déjà, ainsi que les valets de chambre et les femmes de chambre, ces dernières se parant volontiers de la qualité de « damoiselles ». En revanche, j’ai retenu le personnel subalterne de la chambre : nains, valets de garde-robe, tailleurs, huissiers de salle, apothicaires, chirurgiens et barbiers (le personnel de santé est rattaché à la chambre) et le petit personnel des sept offices8 : chefs, aides, sommiers et, pour les cuisines, écuyers de cuisine, queux, potagers, hasteux, enfants de cuisine, porteurs, galopins, huissiers, garde-vaiselles, pâtissiers, verduriers, serdeaux9, pour ne mentionner que les fonctions principales. Ce premier groupe populaire est rattaché à la cour par un lien institutionnel : tous les officiers, même les plus modestes, des maisons royales et de celles des princes du sang jouissent en effet d’enviables privilèges fiscaux10.

  • 11 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, LXXXVI 222, 13 octobre 1614.

8Un deuxième groupe est relié à la cour par un lien principalement économique, même s’il peut se doubler de privilèges spécifiques. Il s’agit des artisans ou artistes qui bénéficient des commandes de la cour et des marchands qui ont obtenu le monopole de l’approvisionnement des maisons royales : pourvoyeurs et fournisseurs, marchands privilégiés suivant la cour (tels les 25 marchands cabaretiers), gens de métier inscrits dans les états des maisons royales. Le statut de fournisseurs officiels leur permet d’atteindre plus largement la clientèle de cour, comme cet armurier du roi qui, en 1614, passe un marché de 100 paires d’armures avec le marquis de Sourdis pour 5 300 lt11. Ces personnages peuvent être couchés dans les états des maisons royales soit avec des gages modestes (10 lt. par an chez la reine pour les gens de métiers comme cordonniers, vertugaliers, faiseurs de porte-fraises...), soit « pour jouir des privilèges seulement » comme les pourvoyeurs de boucherie et de poissonnerie ou les boulangers. D’autres n’y figurent pas, comme le pourvoyeur pour le vin, Voiture : seul un lien économique, le marché d’approvisionnement conclu le 18 janvier 1615, le rattache à la maison de la reine, même s’il est par ailleurs l’un des « douze marchands de vin privilégiés suivant la cour ». Les artisans de la galerie du Louvre se trouvent dans une situation analogue : ils ne figurent pas nécessairement dans les états des maisons royales, mais se retrouvent en position de fournisseurs privilégiés.

  • 12 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, LXXXVII 85, 22 novembre 1614.

9Le troisième groupe, certainement le plus large et le plus difficile à cerner, est relié à la cour par un simple lien social à travers l’emploi au service d’un courtisan autre qu’un prince du sang, emploi ne conférant ni privilège juridique ni monopole de type économique. Ce qui n’interdit pas de disposer d’incontestables avantages, souvent de manière abusive. Un cuisinier du secrétaire d’État Villeroy monnaye sa place auprès du ministre en se livrant à un véritable trafic d’influence : pour 420 lt. Il s’engage en faveur d’un tiers à obtenir des lettres de rappel des galères12 !

  • 13 E. Griselle, État de la Maison du roi Louis XIII..., Paris, 1912, p. 74-80.

10Au total, l’ensemble de ce personnel représente une population considérable, mais qu’il est à peu près impossible de dénombrer avec exactitude. Le cas de figure le plus fréquent est celui où les noms de ces officiers subalternes ne sont pas précisés dans les états officiels. Pour la maison de Marie de Médicis, les états indiquent la présence de 233 individus appartenant aux catégories précédentes et amenés à servir durant un trimestre de l’année au moins, mais sans en donner les noms13. Il faut leur ajouter 30 à 40 (suivant les années) « gens de métiers », et enfin un secteur entier totalement absent des états : l’Écurie. On peut donc évaluer à un millier de personnes le total de ceux qui, à un moment ou à un autre entre 1600 et 1631, ont contribué au fonctionnement de cette maison.

  • 14 E. Griselle, op. cit., p. 49-55, P. 83-88, P. 135-159, P. 160-165.

11Grâce aux états de paiements, documents irremplaçables, il est possible de faire partiellement sortir ce monde de l’ombre. En effet, tous les paiements sont indiqués, quelque menus que soient le travail, les services ou le personnel qu’ils concernent : tous les bénéficiaires en sont donc nommés. Les anciennes publications d’Eugène Griselle permettent d’en apprécier la richesse et l’intérêt : 191 officiers subalternes apparaissent pour la maison du Dauphin entre 1601 et 1609, ce qui montre que le Dauphin est servi par des officiers de la maison du roi pour les charges nobles seulement mais que pour les offices roturiers il possède ses propres serviteurs ; 151 dans la maison de Madame Henriette entre 1622 et 1625 ; 838 dans la maison du roi en 1638, et 131 chez Gaston d’Orléans en 162714. De toute évidence, les états de paiements sont une voie d’accès de premier ordre vers la connaissance de ces catégories qui, pour être privilégiées, n’en sont pas moins populaires.

12J’ai tenté une recomposition analogue pour la maison de Marie de Médicis en ayant recours aux copies des registres de comptabilité qui en sont conservées à la Bibliothèque nationale de France pour les années 1610-1619. J’ai complété ces données à partir des épaves des registres originaux conservés aux Archives nationales, et ce pour les années 1620 et 1623. J’ai de la sorte identifié 480 officiers subalternes, domestiques, et gens de métiers, entre 1610 et 1623. Compte tenu des lacunes et des années manquantes, on peut très certainement doubler ce total pour avoir une idée de la masse qu’a représenté ce personnel entre 1600 et 1631 : on retombe sur un niveau proche du millier. L’importance numérique de ces catégories populaires justifie parfaitement un lieu commun du temps : la cour est un microcosme vivant au cœur d’un autre abrégé du monde, Paris.

132. Au-delà des catégories qui viennent d’être évoquées, est-il possible de procéder à une analyse plus poussée de la fraction populaire dudit microcosme ? Quelques règles internes peuvent être repérées, notamment pour les promotions et les rémunérations. Si certains officiers restent au même poste pendant 10 ou 20 ans, voire plus, d’autres obtiennent un avancement régulier : d’huissier de l’antichambre, Jean Mauderon le devient de la chambre puis du cabinet. Jacques Rivière, dit Marseille, galopin de cuisine commun en 1615, passe hâteux en 1616 ; trois ans plus tard, il est parvenu à la charge d’écuyer de cuisine, la plus haute, et l’occupe toujours en 1623. Garçon de cuisine bouche en 1616, Jean Faure remplace son frère Antoine comme galopin ; il démissionne presque aussitôt pour passer enfant de cuisine. Chaque place ainsi libérée entraîne une cascade de promotions.

14Celles-ci sont d’abord obtenues par l’ancienneté. Nicolas La Magdelaine, dit Le Prince, maître queux en la cuisine bouche depuis l’avènement de la reine, est promu seize ans plus tard écuyer de cuisine en récompense de ses services. Celui qu’il remplace a dû se démettre de son office mais en est récompensé par un don de 1 200 lt., précieuse indication sur le prix officieux de sa charge, prix qui, de toute évidence, n’est pas à la portée de toutes les bourses populaires ! Encore moins celui d’une place de chef de paneterie bouche, évaluée à 2 400 lt.

15Les rémunérations comprennent différents postes que certains officiers privilégiés seulement peuvent cumuler. Des « récompenses » peuvent s’ajouter aux gages : elles sont parfaitement tarifées et correspondent à un supplément de salaire « attendu le peu de gages » caractérisant les offices des maisons royales. Toutefois, ne peuvent prétendre aux « récompenses » que les officiers employés au service personnel de la reine, tels que les officiers du gobelet ou de la cuisine bouche ; les malheureux de la paneterie, échansonnerie et cuisine commun en sont privés. L’honneur d’appartenir à la Bouche se traduit ainsi par des avantages pécuniaires immédiats et parfois considérables : si, à fonction égale, les gages sont équivalents, les récompenses doublent presque la rémunération effective (tableau 1).

Tableau 1 - Éventail des rémunérations pour les offices subalternes de la maison de Marie de Médicis (1611-1623)

Offices

Gages

Récompenses

Total

Galopin de cuisine commun

30 lt.

30 lt.

Galopin de cuisine bouche

30 lt.

24 lt.

54 lt.

Porteur de cuisine commun

40 lt.

40 lt.

Porteur de cuisine bouche

40 lt.

36 lt.

76 lt.

Enfant de cuisine commun

40 lt.

40 lt.

Enfant de cuisine bouche

40 lt.

48 lt.

88 lt.

Huissier de cuisine commun

50 lt.

50 lt.

Huissier de cuisine bouche

50 lt.

36 lt.

86 lt.

Aide, hâteux, potager, de paneterie et échansonnerie commun

120 lt.

120 lt.

Aide, hâteux, potager, de paneterie et échansonnerie bouche

120 lt.

80 lt.

200 lt.

Maître queux de cuisine commun

120 lt.

120 lt.

Maître queux de cuisine bouche

140 lt.

100 lt.

240 lt.

Ecuyer de cuisine commun

160 lt.

160 lt.

Ecuyer de cuisine bouche

160 lt.

120 lt.

280 lt.

Sommelier d’échansonnerie commun

180

150 lt.

Sommelier de paneterie commun

160 lt.

160 lt.

Sommelier d’échansonnerie et paneterie bouche

180 lt.

120 lt.

300 lt.

Gardevaisselle et sommier de cuisine commun

300 lt.

300 lt.

Gardevaisselle et sommier de cuisine bouche

300 lt.

48 lt.

348 lt.

Fourrier ordinaire

150 lt.

200 lt.

350 lt.

Fourrier du corps

200 lt.

240 lt.

440 lt.

  • 15 Arch. nat., AD † 151 : « Édit du roi portant confirmation des privilèges des officiers domestiques (...)
  • 16 Nourriture, bois, chandelles ; les livrées sont réglées en entretien effectif ou converties en numé (...)

16Parmi les offices subalternes, l’écart des rémunérations - en cumulant gages et récompenses — est de 1 à 14,6. Néanmoins, le plus important est de relever la progression qui fait passer de la plus modeste à la plus relevée. On insiste traditionnellement et à juste titre sur la façon dont, à l’endroit des courtisans, l’étiquette est utilisée par les souverains comme pédagogie enseignant le respect des hiérarchies. La savante gradation des rémunérations parmi les offices subalternes des maisons royales joue exactement le même rôle envers les catégories populaires de la cour. L’écart de rémunération entre ceux qui servent directement la souveraine (la Bouche ou le Corps) et les autres (le Commun) - ne servant que les serviteurs de cette dernière - est à rajouter à la panoplie des moyens par lesquels s’exprime la sacralisation de la personne royale. La formule employée par l’édit de 1611 confirmant les privilèges des officiers domestiques royaux (« [...] étant de notre dignité royale que ceux qui approchent nos Personnes et Maison [...] aient quelque marque & avantage sur les autres & qu’il y ait différence de traitement [...] »)15 s’applique également à l’organisation interne des maisons royales. Les autres formes de rémunération, dont il est beaucoup plus difficile d’obtenir une vue d’ensemble, amènent aux mêmes conclusions : les livrées16, en particulier, accentuent encore les écarts hiérarchiques (tableau 2).

Offices

Gages

Récompenses

Autres (livrées)

Tailleur

501t.

-

837 lt.

Valet de garde robe

1001t.

-

837 lt.

Chirurgien

120 1t.

-

558 à 810 lt.a

Lavandière du corps

120 1t.

558 lt.

Lavandière de paneterie bouche

120 lt.

288 lt.

Nain

180 lt.

365 lt.

a. Un chirurgien non précisé : 461t. 10 sol pour le mois de janvier 1610, soit 558 lt. sur l’année ; mais Huart et Panequini reçoivent tous deux 810 lt. par an.

Tableau 2 - Offices subalternes de la maison de Marie de Médicis comprenant des formes de rémunérations autres que gages et récompenses

Maréchal des logis

400 lt.

400-600 lt.

Médecin

100 lt.

600 lt.

1116 1t.

[Les médecins et maréchaux des logis ne figurent ici qu’à titre indicatif pour souligner l’écart de rémunération entre les offices que nous avons retenus comme « populaires » et ceux qui sont réputés nobles ou peuvent être conférés à des nobles]

17Trois officiers bénéficient d’une allocation pour l’entretien d’un cheval : le chapelain ordinaire (qui ne fait pas partie de notre population), le chef de paneterie bouche et l’écuyer de cuisine ordinaire, tous deux italiens. D’autres reçoivent des étrennes : 150 lt. pour ces deux derniers officiers ; 60 lt. pour les nains, la lavandière du corps et la coquillière ; 66 lt. à chacun des dix grands valets de pied, mais 36 lt. seulement au maître de la musique qui perçoit par ailleurs des émoluments bien supérieurs... Les cochers sont régulièrement gratifiés de 15 lt. chacun à l’occasion de la Saint-Éloi. Pour les chirurgiens s’ajoutent les paiements au coup par coup faisant magnifiquement ressortir la vertu rémunératrice du contact avec la personne royale : pour chaque saignée, le chirurgien qui a le bonheur d’être désigné pour l’opération touche 150 lt. Comme Marie se fait saigner en moyenne quatre fois par an, ce petit régime rapporte environ 600 lt. par an au praticien (Hélye Bardin en 1610-1613, Jean Ménard en 1614-1625)... Mais tout cela n’est rien à côté des pensions proprement faramineuses dont la reine gratifie son personnel de santé : 9000 lt. par an pour le même Jean Ménard ! Il faut ajouter les indemnités reçues pour déplacement à la suite de la reine, pour cause de maladie, et enfin les dons et gratifications dus, comme chez les courtisans, à la seule faveur du prince.

  • 17 Bibl. nat., Cinq cents Colbert 94, f° 124v°, 23 juillet 1617.

18Dans l’ensemble, le régime est incontestablement favorable, même si, à l’occasion, la reine peut faire sentir son souverain mécontentement : Jean Templier, hasteux de cuisine bouche, est chassé en 1616 ; Thomas Rabelais, chef de paneterie bouche, l’est en 1617 mais, bonne princesse, la reine lui délivre un certificat attestant qu’il « nous a bien et fidèlement servi pendant le temps qu'il a demeuré à notre service, dont nous avons toute satisfaction et contentement »17 !

  • 18 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, VI 413, 28 novembre 1612 [E. Griselle, op. cit (...)
  • 19 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, VI 413, 9 décembre 1612.
  • 20 Bibl. nat., Cinq cents Colbert 93, f° 201.

193. Reste à évoquer, pour terminer, des questions auxquelles il n’est pour l’instant possible d’apporter que des éléments de réponse. A commencer par les origines géographiques de ce personnel. S’il est fort probable que 1'aire principale de recrutement est le Bassin parisien (par exemple, Thomas Ride, fourrier ordinaire de la fruiterie et paneterie de Madame, est originaire du Gâtinais)18, divers indices suggèrent un horizon beaucoup plus large. On rencontre quelques étrangers, avec les inévitables Italiens et un Allemand. Les surnoms démasquent des provinciaux, comme Jacques Rivière « dit Marseille », écuyer de cuisine commun ; l’un des grands valets de pied, Yvon Préjan est « le Breton », tandis que le garçon du carrosse des femmes est « le petit Breton ». Ces deux Bretons employés à l’Ecurie posent la question du noyautage de certains services par des groupes provinciaux particuliers : ainsi des originaires de l’aire linguistique picarde (provenant du Hainaut ?) ont mis la main sur deux des quatre offices d’huissiers de cuisine bouche (Martin Wallet et Noël-François Watebot, auquel succède son fils jehan en 1622). Les pourvoyeurs et fournisseurs sont loin d’être tous parisiens, certainement pour diversifier les sources d’approvisionnement : Gilles Fournier, pourvoyeur, est de Châteaurenault en Touraine19 ; sur les quatre boulangers, l’un est de Châtillon-sur-Loing (encore le Gâtinais...) et l’autre de Poissy20. Les états de paiements ne permettent guère d’en dire plus et l’enquête doit se poursuivre dans le Minutier central.

  • 21 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, VIII 575, 17 juillet, 1609, P 42.
  • 22 Personnage retrouvé à l’occasion de recherches dans le M.C. ; il ne figure pas dans les états de pa (...)
  • 23 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, LXXXVI 221, 21 janvier 1614.
  • 24 Autre personnage ne figurant pas dans les états de paiements ; Arch. nat., Minutier central des not (...)
  • 25 Bibl. nat., Cinq cents Colbert 93, P 201-202v°, 3 janvier 1614.
  • 26 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, VIII 655, 14 août 1641.
  • 27 Ne figure pas non plus dans les états de paiements, Arch. nat., Minutier central des notaires paris (...)
  • 28 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, XXVI 33, 18 mai 1616.
  • 29 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, XXIII 255, 25 juillet 1617.

20Une grande partie de ce peuple de cour réside le plus près possible du Louvre, dans les paroisses Saint-Germain-l’Auxerrois et Saint-Eustache. Dans la première se trouve le chirurgien Hélye Bardin, rue de Bétizy21, prêt à bondir au Louvre avec ses lancettes ; Nicolas Colin, pelletier ordinaire de la reine, est au bas de la rue Saint-Denis22 ; Jehan Templier, hatteur ou hâsteux de la cuisine de bouche (que l’on a vu se faire chasser), est par ailleurs aubergiste, tenant la « maison du lion rouge », rue des Mauvaises Parolles23 ; quant à Jehan Fauchart, « palfrenier en l’écurie de la royne », il demeure ordinairement en l’hôtel de Bourbon où sont établies les écuries royales24. Dans la paroisse Saint-Eustache se trouvent deux fournisseurs boulangers, l’un rue Coquillière (Jean Bardin) et l’autre rue Saint-Honoré (Marin Gallet)25 ; dans la même rue, Alexandre Devieux, parfumeur, demeure « à l’enseigne de Mercure » à laquelle il doit le surnom de Mercure sous lequel il apparaît dans les états. Un tel choix résidentiel n’est pas systématique : Antoine de Baran, chef de paneterie, demeure rue Saint-Magloire, au faubourg Saint-Jacques26 ; un simple portier comme Charles Gueret a opté pour le quartier à la mode, Saint-Germain-des-Prés27. D’autres sont déjà « banlieusards » comme Antoine de Baran, aide de paneterie commun, qui réside à Montigny-le-Bretonneux28. Il y a enfin tous les provinciaux présents à Paris durant leur quartier de service seulement, comme Nicolas Berruyer, garde des meubles de l’écurie, demeurant à Marigny-en-Orxois, logé rue Saint-André-des-Arts, en l’hôtel de Lyon29.

  • 30 Bibl. nat., Cinq cents Colbert 94, P 1 à 14 : « Estat général du paiement des gages des officiers d (...)
  • 31 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, VI 413, 28 novembre 1612 ; XXVI 33, 18 avril 1 (...)

21Une deuxième question fondamentale porte sur les modalités du recrutement. Loyseau affirme que les chefs d’office sont libres de recruter les officiers qui dépendent d’eux. Les sources montrent que la réalité est beaucoup plus complexe. La constitution de la maison d’Anne d’Autriche, par exemple, résulte d’un subtil dosage entre divers patronages : celui de la reine mère est massif, vient ensuite celui du roi, puis celui des princes (Mlle de Vendôme, la princesse de Conty et sa belle-sœur la duchesse de Guise), de divers courtisans (suivant l’ordre dans lequel ils apparaissent dans le document : MM. de Pontcarré, de Fontenay, Potier de Blancmesnil, de Saint-Ambroise, de Souvré, Héroard, premier médecin du roi, de Roannez...) et de membres du gouvernement (Villeroy, Dollé, Maupeou, Pontchartrain, les contrôleurs des bâtiments du roi, Fourcy et Donon)30. D’autres indications tirées du Minutier central évoquent des liens verticaux analogues reliant les différents groupes sociaux constituant les entourages royaux : un commis de l’intendant des finances Doni d’Attichy, lui-même surintendant et contrôleur des finances de Marie, est témoin au mariage de Thomas Ride, fourrier de paneterie de Madame en 1612 ; Louis Lefebvre, écuyer de cuisine commun chez Marie de Médicis, loge chez le trésorier de l’Epargne, Phélypeaux d’Herbault31... Ces divers indices soulèvent la question fondamentale de l’extension, en milieu urbain, du clientélisme aristocratique vers les catégories populaires.

22Parallèlement, et peut-être en contrepoids à ce patronage nobiliaire, il faut prendre en compte le rôle des réseaux populaires et des relations horizontales. On débouche alors sur la question du monopole du recrutement par certaines familles. Si l’on tient compte des différentes possibilités d’emploi dans toutes les maisons royales et princières, l’existence de véritables familles de cour dans la population parisienne apparaît avec évidence... Néanmoins, à l’intérieur de la maison même de Marie de Médicis, il ne semble pas que les officiers puissent être regroupés en vastes nébuleuses familiales, même si certaines familles jouissent d’un solide ancrage dans les fonctions subalternes de la cour. Cet ancrage se manifeste notamment par la volonté très nette de se maintenir à la cour pendant plusieurs générations, en obtenant des survivances et en cherchant à entrer dans les maisons du roi, de la reine régnante, des enfants de France. Marie de Médicis utilise ces possibilités pour peupler la maison de sa belle-fille d’officiers qui ont été à son service : si cette démarche peut être interprétée comme volonté de noyauter la maison de la nouvelle reine, elle marque aussi le désir de la reine mère d’assurer l’avenir des familles qui l’ont servie, stratégie qui doit être celle d’une bonne patronne.

  • 32 Bibl. nat., Cinq cents Colbert 94, f° 239 : Jacques Daumalles.
  • 33 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, CXXII 431, 6 février 1626, f° 4.
  • 34 Bibl. nat., Cinq cents Colbert 92, f° 61 (1613) et P 80v° (30 novembre 1614).

23La reine a-t-elle par ailleurs favorisé l’enrichissement de ses serviteurs, prélude à une éventuelle ascension sociale ? Tout dépend de la catégorie de personnel à laquelle on a affaire. Pour les plus modestes des officiers, il est difficile de rassembler des renseignements en nombre suffisant pour qu’ils soient significatifs. On en est réduit à des indices. Des indices de difficultés pour commencer : le1er août 1618, Marie de Médicis fait don de 36 lt. à un vieil homme, tailleur d’habits, ancien huissier des reines Élisabeth et Louise, « pour lui donner moyen de vivre et subvenir aux grandes nécessités où il est réduit à cause [...] des dettes qui lui sont dues ès maison des feues roynes où il a servi toute sa jeunesse »32. Les impayés sont le lot quotidien des fournisseurs. Le testament du parfumeur Mercure fait état en 1626 de plus de 4 000 lt. dues par Henri IV et Louis XIII33. La reine, en revanche, ne lui doit rien, ce qui indique probablement que le titre de fournisseur obtenu chez elle n’était qu’honorifique... Une autre source de pertes pour ces petits officiers est la délinquance qui règne à la cour. La reine indemnise parfois ses officiers pour des vols dont ils sont victimes : 90 lt. à un aide de fourrière, 18 lt. à un blanchisseur, à chaque fois pour du linge ou des hardes volées34. Il est toutefois probable que le nombre de vols est supérieur à celui des indemnités...

  • 35 Dans les trois cas, les logements sont situés près de la porte de Nesle, Arch. nat., Minutier centr (...)
  • 36 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, LXXXVI 221, 21 janvier 1614.
  • 37 K. Béguin, op. cit., p. 241.
  • 38 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, VI 413, 27 juillet 1612.
  • 39 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, LXXIII 570, 7 mai 1643, f° 247 ; acte du 8 avr (...)
  • 40 E. Griselle, op. cit., no 3300.

24Le prix des charges même modestes (voir plus haut) montre qu’il faut déjà avoir atteint une certaine aisance pour entrer au service des souverains, un peu comme pour entrer, mutatis mutandis, au service de l’Église. Le prix des loyers que certains serviteurs domestiques des grands consacrent à leur logement témoigne de cette aisance : 60 lt. par an pour un blanchisseur de la reine Marguerite, 120 lt. pour le pourvoyeur de la maison du duc de Nevers, 400 lt. pour un écuyer de cuisine de la reine Marguerite35. Il en va de même a fortiori pour les serviteurs des souverains. Autre signe d’aisance, le fait qu’un simple hâteur de la cuisine bouche comme Jehan Templier puisse avancer près de 3 300 lt. à un gentilhomme de la chambre36. Les gratifications, récompenses et privilèges juridiques - ces derniers objet de fructueux trafics puisque leur jouissance peut être cédée à des tiers moyennant finance37 - semblent donc favoriser un processus d’enrichissement déjà amorcé, plutôt qu’ils ne l’enclenchent. Une fois qu’une place est obtenue au service d’un souverain, il n’y a pourtant pas de petits profits : « l’arboriste » du Luxembourg commercialise la récolte des arbres fruitiers dont il a le soin38. Chez Marie, les enrichissements les plus notables sont ceux de son tailleur et de son apothicaire, ce qui permet à leur famille de réaliser une incontestable ascension sociale. Dès 1615, le tailleur Zoccoli est à même de doter sa fille de 10 000 lt. ; en 1667, une Marie Zoccoli parvient à la charge plus que respectable de sous-gouvernante des enfants de France. Du côté de l’apothicaire Antoine Codoni, la progression est plus nette encore : son fils Henri devient maître de la garde robe de Marie (1629) avant de passer au service d’Henriette de France avec le statut de gentilhomme de sa chambre (16 59)39. Quelques bons bourgeois de Paris ont également su tirer parti de la protection de la reine-patronne. Marie fait obtenir à Vincent Voiture père, qui est déjà fournisseur de la maison du roi et de la sienne, l’approvisionnement de la maison de Madame Henriette40. Surtout, elle intervient directement pour que Louis XIII garantisse les investissements financiers que le brave bourgeois a réalisés dans les maisons royales, passant insensiblement de la marchandise à la finance en acquérant la charge de contrôleur général de la maison de Monsieur :

  • 41 Bibl. nat. Ms. fr. 3708, P 44v°, 26 décembre 1621.

« Je vous écris ces lignes en faveur de Voicture marchand fournissant votre Maison et la mienne pour vous prier de toute mon affection de lui faire conserver la charge de contrôleur général de mon fils le duc d’Anjou qui est vacante par la mort de son fils [...]. Le pauvre homme avait acheté cette charge bien chèrement pour son fils »41.

  • 42 F. Cosandey, La reine de France, Symbole et pouvoir, Paris, 2000.

25L’intercession de Marie - qui se place là dans la fonction traditionnelle de la reine de France42 - est efficace : Vincent Voiture fils, le poète, récupère la charge de contrôleur général de la maison du duc d’Orléans puis devient son introducteur des ambassadeurs.

***

26Jusqu’à l’émigration versaillaise voulue par Louis XIV, la présence de la cour à Paris a entretenu la présence dans la capitale d’une population dont l’existence, les stratégies sociales et les moyens économiques ne se comprennent pas en dehors de liens entretenus avec le microcosme courtisan. De toute évidence, la place et le statut social du peuple de cour sont éminemment ambigus : populaires au regard de la fraction aristocratique de la cour, ce sont en même temps des catégories multi-privilégiées par rapport aux autres groupes salariés de la capitale. L’ambiguïté tient aussi à la diversité du groupe, depuis le plus petit personnel tirant l’essentiel de ses ressources des rémunérations obtenues au service des souverains, jusqu’à ceux dont l’office est d’abord affaire de prestige, étant par ailleurs d’honnêtes ou de petits bourgeois parisiens dont les gages dans les maisons royales n’occupent qu’une place marginale dans leurs revenus.

27Ces principales caractéristiques apparaissent clairement à travers l’exemple offert par la maison de Marie de Médicis. Pour le peuple qui la sert, Marie a incontestablement été une bonne patronne. Certes, le patronage agit au même titre que la grâce : il n’est pas donné à tous et touche seulement ceux qui approchent la souveraine et qui jouissent déjà d’une honnête respectabilité. Pour les autres, mis à part quelques avancements internes, l’entrée au service de la reine a constitué un aboutissement ou une consolidation, rarement un point de départ. Néanmoins, paiements, indemnités, gratifications, étrennes et autres récompenses sont régulièrement payés aux officiers subalternes : certes parce que la reine Très Chrétienne se montre soucieuse de ses responsabilités, mais aussi parce que des règles assez strictes sont observées dans la gestion du personnel, règles qui, au-delà du cas particulier offert par la maison de Marie de Médicis, font peut-être de ces offices populaires des maisons royales le véritable laboratoire où s’élabore un statut de la fonction publique.

Notes

1 Ch. Loyseau, Cinq livres du droit des offices, Cologni [Genève], 1613, Livre IV, chapitre 3, p. 535.

2 J.-M. Apostolides, Le roi-machine, spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, 1981.

3 Voir également G. Sabatier, « Le corps du roi », Revue d'histoire moderne et contemporaine, t. XXX, janvier-mars 1983, p. 163-179, pour une critique de cette approche.

4 Un remarquable exemple d’approche novatrice sur la cour, intégrant approches culturelles et économiques, est fourni par M. Fantoni, La corte del Granduca. Forma e simboli delpotere mediceo fra Cinque e Seicento, Rome, 1994.

5 M. Fantoni, op. cit., p. 43.

6 Il va de soi que l’élément populaire est également tout à fait notable dans les maisons princières, voir par exemple le cas offert par la maison du comte de Toulouse : J. Duma, Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 598-603.

7 D. Roche, Le peuple de Paris, Paris, 1981, p. 42 et 43.

8 Gobelet (paneterie bouche et échansonnerie bouche), paneterie commun, échansonnerie commun, cuisine bouche, cuisine commun, fruiterie, fourrière.

9 Officiers notamment chargés de revendre les mets préparés pour les tables royales et non consommés par les souverains.

10 Ordonnances d’Orléans (1561) et de Blois (1579) ; voir à propos des privilèges possédés par les officiers des princes du sang la remarquable analyse de Katia Béguin, Les princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Champ Vallon, 1999, p. 240-241.

11 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, LXXXVI 222, 13 octobre 1614.

12 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, LXXXVII 85, 22 novembre 1614.

13 E. Griselle, État de la Maison du roi Louis XIII..., Paris, 1912, p. 74-80.

14 E. Griselle, op. cit., p. 49-55, P. 83-88, P. 135-159, P. 160-165.

15 Arch. nat., AD † 151 : « Édit du roi portant confirmation des privilèges des officiers domestiques & commensaux du mois de décembre 1611 ».

16 Nourriture, bois, chandelles ; les livrées sont réglées en entretien effectif ou converties en numéraire ; ce sont les livrées en numéraire qui ont été reportées dans le tableau.

17 Bibl. nat., Cinq cents Colbert 94, f° 124v°, 23 juillet 1617.

18 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, VI 413, 28 novembre 1612 [E. Griselle, op. cit., no 3230]

19 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, VI 413, 9 décembre 1612.

20 Bibl. nat., Cinq cents Colbert 93, f° 201.

21 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, VIII 575, 17 juillet, 1609, P 42.

22 Personnage retrouvé à l’occasion de recherches dans le M.C. ; il ne figure pas dans les états de paiements ; Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, XCII 17 P 376, 3 avril 1614.

23 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, LXXXVI 221, 21 janvier 1614.

24 Autre personnage ne figurant pas dans les états de paiements ; Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens LXXXVI 222,17 novembre 1614.

25 Bibl. nat., Cinq cents Colbert 93, P 201-202v°, 3 janvier 1614.

26 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, VIII 655, 14 août 1641.

27 Ne figure pas non plus dans les états de paiements, Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, LXXXVI 222, 8 août 1614.

28 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, XXVI 33, 18 mai 1616.

29 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, XXIII 255, 25 juillet 1617.

30 Bibl. nat., Cinq cents Colbert 94, P 1 à 14 : « Estat général du paiement des gages des officiers domestiques de la maison de la royne pour l’année 1616 » ; Villeroy et Pontchartrain sont secrétaires d’État, Dollé et Maupeou, intendants des finances ; à noter que tous se reconnaissent comme des fidèles ou des obligés de Marie de Médicis ; Louise-Marguerite de Lorraine, princesse de Conty est son amie intime de même que Henriette-Catherine de Joyeuse, duchesse de Guise ; Pontcarré obtient en 1625 un office de secrétaire dans la maison de Henriette de France ce qui, là aussi, laisse supposer qu’il appartient à la clientèle de Marie ; Potier de Blancmesnil est le chancelier de cette dernière ; quant à Claude Maugis, abbé de Saint-Ambroise de Bourges, il est l’un de ses conseillers les plus écoutés ; Héroard, le fameux médecin de Louis XIII, doit à la reine d’avoir été maintenu dans sa charge alors que Henri IV souhaitait s’en défaire ; Souvré est le gouverneur du jeune roi.

31 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, VI 413, 28 novembre 1612 ; XXVI 33, 18 avril 1616.

32 Bibl. nat., Cinq cents Colbert 94, f° 239 : Jacques Daumalles.

33 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, CXXII 431, 6 février 1626, f° 4.

34 Bibl. nat., Cinq cents Colbert 92, f° 61 (1613) et P 80v° (30 novembre 1614).

35 Dans les trois cas, les logements sont situés près de la porte de Nesle, Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, LXXXVI 222, 8 juillet 1614 et 21 août 1614 ; XXVI 33, 4 mars 1616.

36 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, LXXXVI 221, 21 janvier 1614.

37 K. Béguin, op. cit., p. 241.

38 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, VI 413, 27 juillet 1612.

39 Arch. nat., Minutier central des notaires parisiens, LXXIII 570, 7 mai 1643, f° 247 ; acte du 8 avril 1659 à la suite.

40 E. Griselle, op. cit., no 3300.

41 Bibl. nat. Ms. fr. 3708, P 44v°, 26 décembre 1621.

42 F. Cosandey, La reine de France, Symbole et pouvoir, Paris, 2000.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search