Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Contributions à la taxinomie sociale

Les notions de « classes moyennes » et de « peuple » dans l'Europe du Nord-Ouest au cours de la première moitié du xxe siècle

Jean Ruhlmann

Texte intégral

DIFFICULTÉS INHÉRENTES À L’ÉTUDE DES DEUX NOTIONS

1La comparaison étant le biais le plus immédiat d’une mise en relation, les deux notions nous renvoient à des constatations qui compliquent passablement la tâche que nous nous sommes assignée. En effet, toutes deux présentent des difficultés d’étude aussi incontournables que comparables.

  • 1 Voir J.-L. Robert et D. Tartakowsky (dir.), Le Peuple de Paris du XVIIIe au XXe siècle, Paris, Publ (...)

2En premier lieu, ces deux notions sont polysémiques. Le « peuple », comme le rappellent Jean-Louis Robert et Danielle Tartakowsy, revêt plusieurs dimensions distinctes : représenté et rêvé par ces « chercheurs de peuple » qui ont pensé, évoqué, valorisé le peuple, alimentant de la sorte l’imaginaire collectif par une production pléthorique et variée, mais aussi instrumentalisé ou fonctionnalisé, c’est-à-dire convoqué au service d’un projet politique1.

3Ne peut-on pas en dire autant des « classes moyennes », tant il est vrai qu’au cours de la première moitié du XXe siècle, cette notion semble investie d’une espérance de type messianique et justicialiste étroitement associée à un sentiment de relégation collective ?

  • 2 A. Pessin, Le Mythe du Peuple et la sociétéfrançaise au XIXe siècle, Paris, PUF, 1992.
  • 3 J. Rougerie, « Le peuple de 1870/1871 », dans J-L Robert et D. Tartakowsky (dir.), op. cit., p. 147

4Mais s’agissant du « peuple » comme des « classes moyennes », c’est en fait la troisième dimension constitutive qui se révèle la plus problématique, alors même qu’elle est centrale dans l’approche choisie pour ce colloque. Avant même d’examiner la configuration d’un possible rapprochement, l’on peut en effet à bon droit se demander si le « peuple » et « les classes moyennes » correspondent bien à des entités pouvant être appréhendées par l’histoire sociale. Une réponse unanime et affirmative est loin d’être acquise, à en croire le sociologue Alain Pessin, qui considère le peuple comme une « évidence introuvable » qui ne peut se comprendre que comme la résultante d’un processus de mythification2. L’historien Jacques Rougerie n’est pas moins engageant, pour qui, ayant « épuisé les vertus d’une sociologie dite quantitative, on choisira ici l’approche par la notion (de mode et de règle aujourd’hui) de représentations »3.

  • 4 A ce sujet, l’on peut se reporter à G. Kurgan Van Hentenryk et S. Jaumain (dir.), Aux frontières de (...)

5La notion de « classes moyennes » n’est pas à l’abri de telles incertitudes : ainsi l’utilisation du pluriel pour les désigner nourrit-elle un légitime soupçon d’hétérogénéité ; signalons au passage que, dans le cas du peuple, les discours affichant un souci d’ordre sociographique préfèrent recourir au pluriel des « milieux populaires » plutôt qu’à l’unité contestable suggérée et largement postulée par le singulier du mot « peuple ». L’ambiguité du qualificatif de « classe » apposé aux classes moyennes trahit également la fragilité de la notion, tant il est vrai qu’une analyse de classe aura toutes les peines du monde à établir l’unité des « classes moyennes » au moyen de critères économiques, sociopolitiques ou culturels uniformément applicables à toutes les composantes évoquées4. Bref, à première vue, s’il y a lieu d’examiner une possible relation entre les deux notions, c’est sur la base d’un déficit sociologique préoccupant qu’il convient de l’établir...

6L’on aperçoit bien la conséquence de ce manque de rigueur conceptuelle des notions dans la tendance à les définir pareillement par défaut, et ce de deux manières. Si l’on se réfère à la définition qui sert de base au présent colloque, l’on note que le « peuple » est appréhendé en termes de dépossession (non détention de l’avoir, du pouvoir et du savoir) et d’extériorité (par rapport aux groupes socialement et culturellement dominants). Dans le cas des classes moyennes, le thème de la « déprivation » permet de les caractériser en France et en Allemagne entre les deux guerres ; en outre, la définition par la double négation (de l’appartenance au prolétariat ou à l’inverse aux classes supérieures) est souvent de mise. Ces efforts préliminaires pour établir une relation solide se soldent donc par une déperdition des entités en consistance sociologique.

  • 5 Voir L. Boltanski, LeS Cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Économica, 1982.

7Pour autant, dès que l’on s’émancipe de critères par trop pétrificateurs, aboutit-on invariablement au constat de faiblesses conceptuelles identiques ? Certes, il importe de faire le point sur ces relations dans une perspective moins socio-politique que sociographique. Pour respecter ce parti-pris, l’analyse doit intégrer des paramètres tels que la composition, les hiérarchies (limites supérieures et inférieures) et les mobilités (promotion ou déclassement) observables. Aussi s’agira-t-il de faire une large place aux travaux d’histoire sociale qui tentent de restituer la réalité de chacune des deux notions. Mais, d’un autre côté, il n’est pas possible d’ignorer la configuration sur laquelle reposent le plus solidement les deux notions, à savoir une combinatoire complexe qui, dans un cas comme dans l’autre, fonde le groupe social, c’est-à-dire le processus historiquement observable d’agrégation sociale autour d’un noyau-modèle qui lui fournit un système de représentation5. Pour cette raison, il est impossible d’ignorer les indications sociographiques contenues dans le « mythe du peuple », ou dans les discours des agents (individuels ou collectifs) de mobilisation des « classes moyennes ».

8Il s’agit alors d’inscrire ces relations dans le temps - essentiellement au cours de la première moitié du XXe siècle - une période pertinente pour l’articulation entre la survie d’une notion forte du XIXe siècle (le peuple) et la promotion d’une notion nouvelle (celle des « classes moyennes »). De plus, ces relations seront examinées prioritairement en France, non sans ouverture à l’espace du Nord-Ouest européen, notamment à l’Allemagne et à la Belgique, pays aux traits sociaux comparables à ceux de la France.

9Ces éléments étant posés, il s’agit alors de déterminer à quels moments et sous quelles conditions de contenu et de configuration (s), ces deux notions peuvent (ou non) entretenir des relations.

L’AMBIGUÏTÉ CROISSANTE DES POINTS DE CONTACT SOCIAUX ENTRE PEUPLE ET CLASSES MOYENNES

  • 6 Par exemple, pour la Belgique : voir G. Kurgan-Van Hentenryk et S. Jaumain (dir.), Aux frontières d (...)
  • 7 Sur les classes moyennes en relation intense avec le peuple, voir H.-G. Haupt, « Petite et grande b (...)

10Dans la perspective retenue ici, le legs de l’historiographie sociale sur le XIXe siècle pourrait, à grands traits, se résumer de la manière suivante. En premier lieu, un mouvement de décantation s’opère au sein de la bourgeoisie et fait apparaître un groupe social appelé selon les cas « petite bourgeoisie » (Kleinbürgertum) ou « classes moyennes » (,Mittelstand) ; ce groupe se compose des petits et moyens entrepreneurs (petits et moyens industriels, artisans et commerçants) et des employés6. En second lieu, diverses études soulignent l’existence de liens étroits entre un peuple majoritairement ouvrier et ce groupe-charnière, et notamment celui des « petits et moyens entrepreneurs », les plus étoffés jusqu’au milieu du XXe siècle7.

11Ces relations parviennent-elles à se perpétuer au cours de la première moitié du XXe siècle ? Il va de soi que l’on ne saurait répondre à cette question sans examiner les fondements de la relation, c’est-à-dire divers « points de contact » sociaux dont il faut examiner la persistance au cours de la première moitié du XXe siècle.

La pratique professionnelle

  • 8 R. Monnier, « Peuple dans le discours révolutionnaire », Société et représentations, déc. 1999, no (...)
  • 9 Klaus-Peter Sick développe ce point dans « Deux formes de synthèse sociale en crise. Les classes mo (...)
  • 10 C’est le cas pour l’étude des mobilités à Lyon au cours de la première moitié du XXe siècle exposée (...)

12Si l’on extrait par exemple les indications sociologiques contenues dans les représentations du « peuple », l’on note que le champ sémantique du mot dans les discours révolutionnaires français à la fin du XVIIIe siècle met en exergue l’exercice d’un travail manuel8. Dans le même sens, selon Heinz-Gerhard Haupt, l’autonomisation des petites bourgeoisies françaises et allemandes au cours du XIXe siècle a reposé sur la spécificité d’une activité fondée sur une pratique professionnelle impliquant un travail personnel. Cela s’explique sans doute par le fait que ces petites bourgeoisies nationales se composent, au milieu du XXe siècle, largement sinon majoritairement de petits et moyens entrepreneurs (industriels, commerçants et artisans). Ces « indépendants » s’impliquent personnellement (généralement sous la forme d’un travail manuel) dans la marche de leur entreprise9. Dans le cas des artisans, la part du travail manuel est telle que certaines études les ont justement classés aux côtés des ouvriers dans la catégorie des « travailleurs manuels »10.

  • 11 M. Agulhon, « La tradition politique du peuple de Paris », dans J.-L. Robert, op. cit., p. 132. Jea (...)

13On peut donc facilement en conclure que pendant longtemps, les deux entités eurent en commun d’exercer personnellement et « majoritairement un travail de leurs mains dans tous les métiers possibles »11.

  • 12 Voir J. Capdevielle, Le Fétichisme du patrimoine. Essai sur le fondement de la classe moyenne, Pari (...)

14Mais si la pratique professionnelle introduit un élément de rapprochement, s’agit-il pour autant d’une véritable ressemblance ? D’une part, l’on ne manquera pas de relever que la distinction entre des « classes moyennes » et un « peuple » également laborieux apparaît aussitôt avec évidence et retentit sur les modalités d’implication. Elle tient à la détention d’un capital personnel, se matérialisant sous la forme de l’atelier, de la boutique, qui conditionne la détention d’un patrimoine et l’attachement à celui-ci12. D’autre part, de nouvelles catégories émergent et s’étoffent considérablement - les employés dès la Belle époque, les « cadres » entre les deux guerres - qui ne partagent manifestement pas ce type de pratique professionnelle.

Problèmes de dépendance

  • 13 H.-G. Haupt, « Petite et grande bourgeoisies en France et en Allemagne », dans J. Kocka (dir.), Les (...)
  • 14 Cottereau évalue à 2 % seulement le pourcentage des maîtres-artisans indépendants financièrement à (...)

15La dépendance des classes moyennes patronales est une réalité sociale vérifiable, qui met à mal la notion d’indépendance chère à ce groupe, tant il est vrai qu’elle fonctionne de plusieurs manières au profit de « professions bourgeoises intermédiaires » financières, commerciales, juridiques ou industrielles13. Il s’agit d’une domination économique articulée sur le fonctionnement de la commande et sur le rôle d’intermédiaires économiques qui, dans certains secteurs, écoulent la marchandise et font crédit aux artisans (marchand-fabricant et maître-artisan en Allemagne, grossiste en France). Ce type de dépendance résulte également du système de sous-traitance et des conditions contractuelles posées aux fournisseurs par les entreprises. Elle intègre enfin une dimension financière, via la dépendance des petits entrepreneurs vis-à-vis de créanciers bourgeois (grossistes, notaires, avocats)14.

  • 15 Voir H.-G. Haupt, « The Petite Bourgeoisie in France (1850-1914). In Search of the Juste milieu? », (...)

16Si, au cours de la première moitié du XXe siècle, diverses études montrent que le phénomène s’accentue, débouchant sur une véritable « crise de l’indépendance »15, qu’a-t-il cependant de commun avec la dépendance que l’on rencontre ailleurs, dans le peuple ? Celle-ci repose en effet sur le statut salarié, aspect qui n’implique les classes moyennes patronales que dans la mesure où, en France comme en Belgique (et dans une moindre mesure en Allemagne), le salariat employé des petites et moyennes entreprises dépasse en effectifs celui de la grande industrie, dans la plupart des secteurs d’activité, ce jusqu’au milieu du XXe siècle. Il convient donc de s’interroger sur les relations entre peuple et classes moyennes dans le cadre social de la petite entreprise (atelier, boutique, chantier).

  • 16 Voir G. Kurgan Van Hentenryk, « Le cadre social de la petite entreprise », dans CIHMSSS, op. cit, p (...)
  • 17 Voir S. Zdatny, Les Artisans en France au XX siècle, Paris, Belin, 1999, chap. 4.

17L’historiographie nous est ici d’un certain secours et conduit à une réponse nuancée. En effet, dans les métiers anciennement corporés, la tradition d’un mode de vie de type patriarcal maintient dans l’entreprise une très forte promiscuité sociale, qui subsiste jusqu’en plein XXe siècle, et entretient la soumission à la hiérarchie établie. En revanche, dans les secteurs d’activités postérieurs à l’âge corporatif, la relation dans l’entreprise est très clairement celle du patron au salarié ; or il semble que ce dernier modèle se soit diffusé au cours de la première moitié du XXe siècle, y compris dans les entreprises artisanales16. Une telle évolution débouche sur une dépendance au potentiel conflictuel supérieur au potentiel identificatoire. Cette tension s’est exprimée par exemple en France au lendemain de la victoire électorale du Front populaire, par des grèves qui éclatent aussi dans les PME, et par des relations sociales durablement dégradées, ainsi dans les secteurs de l'hôtellerie-limonaderie-restauration (HLR) et dans la coiffure17.

18Au total donc, la situation de dépendance paraît partagée, mais n’étant pas de même nature, elle ne génère pas de solidarité forte entre deux groupes, qui ne sont pas « exploités » de la même façon ni toujours par les mêmes acteurs.

Une situation pareillement difficile ?

  • 18 M. Vovelle, « Le peuple de Paris en révolution », dans J.-L. Robert (dir.), op. cit., p. 121-123.
  • 19 Voir S. Bruchey, « The Evolution of the role of the small enterprise in two dozen national économie (...)
  • 20 Entre 1890 et 1914, le tiers des boutiques du petit commerce ferment au bout de six ans d’existence (...)

19« Classes moyennes » et « peuple » présentent une sensibilité toute particulière aux aléas de la conjoncture, ce qui les distinguerait de la bourgeoisie. Michel Vovelle montre ainsi que pour cette raison, l’on peut valablement intégrer les producteurs indépendants (de l’échoppe et de la boutique) dans ces « classes populaires » qui se mettent politiquement en mouvement à Paris au cours de la Révolution française18 : les uns et les autres réagissaient ainsi à l’accroissement des écarts sociaux et à l’apparition d’une nouvelle pauvreté, bref aux risques accrus de précarisation. Plus tard, la vulnérabilité de la petite entreprise - tant face à la conjoncture qu’aux lancinants problèmes de financement - a pu être établie à l’échelle de l’Europe occidentale grâce à l’enquête internationale sur « La petite entreprise face à la croissance industrielle dans le monde aux XIXe et XX e siècles » menée au cours des années 197019. On peut enfin citer l’exemple du petit commerce à Brême à la Belle époque, qui témoigne de très grosses fluctuations de position20.

20Cette exposition partagée conduit-elle à des relations intenses entre « peuple » et « classes moyennes », sous la forme de reclassements sociaux mettant en contact incessant l’un et l’autre groupe ? En effet, si l’on rassemble les paramètres déjà évoqués, l’on peut supposer l’existence de relations non formelles entre les deux entités, à savoir une pratique professionnelle générant la promiscuité professionnelle et proposant des horizons de promotion pour les éléments populaires, mais aussi une dépendance et une exposition accrues de la part des classes moyennes, phénomène porteur de déclassement en direction du peuple.

21Dès lors, l’on peut envisager des relations intenses et une forte circulation entre les deux entités. Or c’est précisément sur ce point que les démarcations apparaissent le plus nettement au cours de la première moitié du XXe siècle...

LA DÉMARCATION DES « CLASSES MOYENNES »

22Divers critères, appliqués à la première moitié du XXe siècle, nous conduisent en effet à constater une différenciation sociale accrue.

L’autonomisation terminologique des « classes moyennes »

  • 21 Pour le cas français, voir G. Le Béguec, « Prélude à un syndicalisme bourgeois. L’Association de dé (...)

23Les travaux sur la mobilisation des « classes moyennes » soulignent qu’à partir de la fin du XIXe siècle s’opèrent à la fois une diffusion de la notion de classes moyennes et une rétraction de son sens21.

  • 22 H.-G. Haupt note par exemple que c’est l’Union générale des artisans allemands (1882) qui a donné l (...)

24Cette évolution se produit sous l’impulsion de divers milieux : on discerne celui des « techniciens » (de la science, du droit, de la chose politique), c’est-à-dire les milieux savants - la naissance de la sociologie se traduisant par un intérêt accru pour les questions de morphologie sociale - et les milieux politiques au sens large (y compris les essayistes) ; les uns et les autres cherchèrent souvent à s’associer aux « praticiens », lesquels s’exprimaient depuis des mouvements à base professionnelle et syndicale qui se réclamaient des « classes moyennes », en Belgique comme en France et ce dès la Belle Époque22.

  • 23 Voir D. Blackbourn, « Between Résignation and Volatility. The German Petite Bourgeoisie in the XIXt (...)
  • 24 Définies par F. Gresle dans Indépendants et petits patrons. Pérennité et transformations d’une dass (...)

25Dans ses grandes lignes, la définition militante des classes moyennes illustre la revendication d’une place majeure dans la conscience collective. Elle se traduit par une appropriation des canons du discours normatif : célébration du « juste milieu », équilibrage de la société et de la Cité par les valeurs morales et les vertus du nombre prêtées aux « classes moyennes », mais aussi par une assimilation plus ou moins explicite des valeurs traditionnelles de la bourgeoisie (liberté, esprit d’épargne, de prévoyance, d’ordre, de propriété et de compétence)23. Ce discours d’identification des « classes moyennes » montre également la projection à l’ensemble de celles-ci des valeurs identitaires d’un groupe social dominant - en l’occurrence les indépendants dans la première moitié du XXe siècle24.

  • 25 Voir G. Crossick et H.-G. Haupt, The Petite Bourgeoisie in Europe (1780-1914), Londres, Routledge, (...)

26À cela s’ajoute un net souci de démarcation terminologique par rapport au « groupe supérieur ». Au cours du XIXe siècle, les notions de « classes moyennes » (comme Mittelstand) désignaient une sorte de « Tiers État porteur de valeurs d’éducation, d’entreprise et de propriété »25, et à ce compte, l’ensemble de la bourgeoisie pouvait s’y reconnaître. Rien de tel à partir de la fin du XIXe siècle, où l’on observe une nette rétraction de sens procédant par péjoration de la bourgeoisie - dépossédée de ses vertus historiques et réduite à une mince élite industrialo-financière : les « gros » - et par une marginalisation du vocable de « petite bourgeoisie » (Kleinbürgertum) au profit de celui de « classes moyennes » (Mittelstand).

  • 26 Voir J. Dubois, Le vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872, Paris, 1962, p. 14.

27Cette évolution recouvre-t-elle un rapprochement vers les marges inférieures, dont la revendication d’une « identité populaire » pourrait être l’expression ? En fait, il existe une distinction tout aussi nette établie vis-à-vis des « groupes inférieurs » : la « populace » bien sûr, dans la tradition du XIXe siècle26, à quoi s’ajoute à présent la main d’oeuvre ouvrière de la grande industrie, c’est-à-dire des parties du peuple dont l’on juge qu’elles n’ont ni l’opportunité ni le projet de s’installer à leur compte.

Facteurs historiques d’une démarcation terminologique

28Dans l’ensemble, on observe un « isolement » des diverses catégories affirmant se reconnaître dans les « classes moyennes ».

  • 27 J. Kocka, Les bourgeoisies européennes au XIXe siècle, Paris, Belin, 1997, chap. 1.
  • 28 Voir H.-G. Haupt, « The Petite Bourgeoisie... », op. cit., p. 105-106 et « Kleine und groBe Bürger. (...)

29Dans le prolongement de ce qui s’est joué au cours du XIXe siècle, la différenciation sociale s’accroît sous l’effet du processus d’industrialisation. Ce mouvement se poursuit dans la première moitié du XXe siècle, et joue par rapport aux divers groupes supérieurs. Dans le cas de l’Allemagne, Jürgen Kocka souligne par exemple une « tension » postérieure à 1870 entre les bourgeoisies économiques (Wirtschaftsbürgertum) et intellectuelles (Bildungsbürgertum) et le Mittelstand27. D’une manière plus générale, selon Heinz-Gerhard Haupt, c’est l’abandon (provisoire ou définitif) de l’indépendance économique qui, en France comme en Allemagne, crée la césure d’avec la bourgeoisie28.

30Le deuxième élément tangible tient à un déficit de protection et de compensation subi par telle ou telle catégorie. Ce facteur se manifeste à l’occasion d’une série de conflits entre composantes du peuple et des classes moyennes (anciennes ou nouvelles). Il peut s’agir de conflits de répartition entre les indépendants et les ouvriers, tels ceux se déroulant dès la Belle Époque au sujet de la législation sur le repos hebdomadaire, puis sous le Front populaire, avec pour motif central les modalités d’application de la loi des 5 x 8 (sans dérogation) et la politique de surveillance et de contrôle des prix mise en oeuvre par le gouvernement de Léon Blum ; du reste au même moment, les hausses inversement proportionnelles aux salaires consenties lors de la conférence de Matignon opposent les cadres aux ouvriers. Le principal motif de tension entre eux relève cependant d’un conflit de dévolution de l’autorité au sein de l’entreprise : c’est la question du « statut moderne du travail » et de l’officialisation d’une représentation ouvrière dans l’entreprise, que celle-ci soit de petite ou de grande taille.

31Lors de ces conflits, l’absence d’organisation globale de défense des intérêts professionnels handicape les « anciennes » comme les « nouvelles » classes moyennes, et contraste vivement avec l’organisation du monde ouvrier et du grand patronat, qui cherchent d’ailleurs à annexer des catégories mal représentées et jugées stratégiques (les cadres par la CGT ; les petits patrons par la CGPF) pour la défense de leurs intérêts. Un tel handicap redouble si l’on se trouve dans une configuration des relations sociales évoluant vers une négociation à l’échelle macro-sociale (favorisant l’échelon confédéral) arbitrée par l’État.

32Ces divers types de conflits stimulent par conséquent un effort de regroupement de diverses catégories soucieuses de s’adresser à l’État par le biais d’organisations dont la propagande théorise la nécessité vitale et la légitimité de leur clientèle, et dont le profil socio-professionnel se distingue nettement de celui des ouvriers.

  • 29 Voir A. Daumard, La Bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, Paris, Albin Michel, rééd. 1996.
  • 30 Ch. Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1991, II, chap. 5. Dans le (...)
  • 31 Voir par exemple P. Delfosse, « La petite bourgeoisie en crise et l’État : le cas belge (1890-1914) (...)
  • 32 Jean le Yaouanq soulignait déjà l’importance du transfert homostatutaire de la génération exerçant (...)
  • 33 G. Kurgan van Hentenryk, « Le cadre social de la petite entreprise », op. cit., p. 25.
  • 34 Voir J.-L. Pinol, op. cit., IIIe partie, chap. 9 et 10.
  • 35 À Lyon au cours de la première moitié du XXe siècle, l’hérédité sociale des travailleurs manuels a (...)
  • 36 J.-L. Pinol, op. cit., p. 322. Sur les risques de déclassement des boutiquiers parisiens au cours d (...)

33Le grippage de la mobilité sociale constitue le dernier élément qui soustend la démarcation des « classes moyennes ». Si, au cours du XIXe siècle, le terme de « bourgeoisie populaire » (Adeline Daumard) a pu qualifier tout un groupe de destination pour la mobilité ascendante des ouvriers29, la notion est-elle toujours pertinente dans la première moitié du XXe siècle ? Notons d’emblée que cette analyse a suscité divers correctifs, d’abord en ce qui concerne la promotion des milieux ouvriers : Christophe Charte montre ainsi qu'en France, dès le milieu du XIXe siècle, l’installation à son compte devenait difficile en raison de la barrière de plus en plus infranchissable du capital30. Dans le cas de la Belgique, Pascale Delfosse comme Ginette Kurgan ont minimisé la mobilité ascendante des milieux ouvriers vers le statut d’entrepreneur, ce dès la Belle Époque31. Pour autant, ce constat n’invalide pas totalement l’hypothèse d’une circulation sociale intense, avec des trajectoires sociales ascendantes quoiqu’éphémères, si on les apprécie sur trois générations au cours du XIXe siècle32. L’analyse appelait également des correctifs dans le sens du déclassement des classes moyennes patronales : Ginette Kurgan souligne par exemple que la trajectoire descendante des petits entrepreneurs doit intégrer le paramètre de la qualification, qui permet des issues sociales honorables dont ne peuvent se prévaloir les éléments populaires33. Mais ce sont les travaux de Jean-Luc Pinol sur les trajectoires comparées de « cohortes » « d’enfants de la République » et « des fils du siècle » à Lyon qui ont vraiment permis d’affiner les modalités de la mobilité sociale. En effet, les conclusions de J.-L. Pinol remettent clairement en cause la notion de « bourgeoisie populaire », certes opératoire pour le XIXe siècle et beaucoup moins ultérieurement34. Pour les travailleurs manuels, il observe d’une génération sur l’autre une dégradation des possibilités d’accession aux classes moyennes qui se traduit quantitativement par l’amenuisement des flux ascendants (en provenance des milieux ouvriers en direction des classes moyennes patronales ou salariées, tels que les employés) et donc une fermeture des groupes de destination à la mobilité ascendante des éléments populaires, et qualitativement par la tendance au glissement d’un statut (par exemple artisans et ouvriers des secteurs traditionnels) vers un statut proche (en l’occurrence, ouvriers des filières industrielles les plus concentrées)35. S’agissant à présent des « classes moyennes », le cas lyonnais montre la raréfaction des perspectives de mobilité sociale ascendante pour les commerçants comme pour les employés, et l’accentuation des risques de déclassement, déjà bien présents au XIXe siècle36.

34Dans ces conditions de stabilisation des positions sociales au cours de la première moitié du XXe siècle en France, le travail taxinomique évoqué plus haut au sujet des « classes moyennes » prend tout son sens, dans la mesure où il recouvre une fragmentation sociologique du « peuple », soit par rupture d’appartenance des « classes moyennes » par rapport au peuple, soit par cloisonnement au sein de ce dernier. Il reste que la promiscuité professionnelle débouche sur un lien réel, établi par l’inscription dans l’espace urbain.

L’inscription dans l’espace urbain, seul trait d’union ?

35Rappelons d’abord brièvement l’héritage du XIXe siècle, c’est-à-dire l’intégration socio-culturelle des « classes moyennes » au peuple dans le cadre urbain.

  • 37 Voir G. Crossick et H.-G. Haupt, The Petite Bourgeoisie..., op. cit., p. 117-122.

36Traditionnellement, les « classes moyennes » s’insèrent dans un tissu populaire qu’elles animent économiquement à l’échelle des quartiers par des relais tels que la boutique, le débit de boisson ou encore le marché ; indiscutablement, ces unités de consommation forment autant de cadres pour l’expression d’une culture populaire. Un tel lien est-il remis en question au cours du XXe siècle, comme le pensent par exemple Geoffrey Crossick ou Heinz-Gerhard Haupt37 ?

  • 38 L’étude d’A. Prost, « Les peuples du XVIIIe arrondissement en 1936 », dans J.-L. Robert et D. Tarta (...)
  • 39 J. Le Yaouanq, op. cit., p. 99-102.

37On se gardera ici de conclusions trop catégoriques puisque l’examen des réseaux sociaux - à l’échelle du quartier ou de l’arrondissement - conduisent à des résultats contrastés38. D’une part, une analyse s’appuyant sur des critères tel que le choix du conjoint ou du témoin au mariage aboutit à une mise en relation pertinente d’entités assez finement définies : du côté des « classes moyennes », c’est le monde de la boutique et des cols blancs (du secteur privé ou du secteur public) ; côté « peuple », c’est celui de la rue et du pourboire (salariés de l’HLRestauration), des chantiers et des métiers (situé aux marges de l’artisanat), mais aussi des usines et des ateliers. D’autre part, l’on relève une certaine fermeture sociale aux « classes moyennes » des échelons inférieurs du peuple ouvrier, du moins à Paris : ainsi, au sein du peuple des chantiers et des métiers, les journaliers montrent un horizon social des plus limités. La même caractéristique vaut pour le peuple ouvrier des usines et des ateliers, où les manœuvres se ferment aux couches supérieures ; dans ce cas, l’on peut y voir la perpétuation d’un mouvement perceptible dès le XIXe siècle dans le milieu de l’artisanat et du commerce de détail, où la forte endogamie se double d’une fermeture nette à l’égard des femmes d’extraction domestique et manouvrière39. L’évolution socio-économique n’aurait alors fait que perpétuer cette ligne de front séparant les « classes moyennes » des fractions inférieures du « peuple ». Mais un tel phénomène peut également être rapporté aux modifications de l’espace de travail dans la structuration d’identités et de cultures ouvrières plus spécifiques, avec l’apparition d’une sociabilité ouvrière concurrente car plus autonome, installée par les « socialistes » (au sens large) dans les entreprises de grande taille, et pour cette raison plus visible en Allemagne qu’en France.

CONCLUSION

  • 40 Sur ce point et dans le cas de la France, voir le chapitre que G. Noiriel a consacré à « L’échec du (...)

38Au total donc, la première partie du propos - établissant l’érosion et l’ambiguïté des points de contact sociaux entre peuple et classes moyennes hérités du XIXe siècle - nous a conduit à constater que si certains critères permettent de rapprocher le peuple des « classes moyennes », ils permettent rarement de conclure à des ressemblances profondes. Puis, en insistant sur les éléments de rupture qui s’affirment au cours de la première moitié du XXe siècle - période de fixation plus nette des identités sociales - nous avons été amenés à en mesurer les conséquences dans les relations de plus en plus distendues entre les deux notions40

  • 41 Voir J. Ruhlmann, L’identité et la défense des classes moyennes du Front populaire à la guerre, thè (...)

39En définitive, ces relations sont assez paradoxales selon les registres que l’on a choisis pour examiner l’une et l’autre des notions. D’un côté, la promotion de la notion de « classes moyennes » se joue en rupture, dans la mesure où elle doit beaucoup à l’initiative de groupes socio-professionnels (recherchant la défense et la protection la plus efficace possible auprès des pouvoirs publics pour des intérêts catégoriels variés) et d’agents politiques (individuels ou collectifs) en quête d’un électorat composite en échange d’une représentation politique des « classes moyennes » auprès de l’État41. De l’autre, la relation entre le peuple et les « classes moyennes » reste pertinente dans l’approche spatiale, à l’échelle du quartier ou de l’arrondissement. La seule issue consiste donc à retenir le pluriel pour le « peuple » comme pour les « classes moyennes », afin de mieux isoler et identifier les segments sociaux en relation effective.

Notes

1 Voir J.-L. Robert et D. Tartakowsky (dir.), Le Peuple de Paris du XVIIIe au XXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 7.

2 A. Pessin, Le Mythe du Peuple et la sociétéfrançaise au XIXe siècle, Paris, PUF, 1992.

3 J. Rougerie, « Le peuple de 1870/1871 », dans J-L Robert et D. Tartakowsky (dir.), op. cit., p. 147.

4 A ce sujet, l’on peut se reporter à G. Kurgan Van Hentenryk et S. Jaumain (dir.), Aux frontières des classes moyennes. La petite bourgeoisie avant 1914, Bruxelles, 1992, p. 139 sq, ainsi qu’à K.-P. Slck, « Le concept de classes moyennes. Notion sociologique ou slogan politique ? », Vingtième Siècle revue d’histoire, 1993, no 37, p. 13-33.

5 Voir L. Boltanski, LeS Cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Économica, 1982.

6 Par exemple, pour la Belgique : voir G. Kurgan-Van Hentenryk et S. Jaumain (dir.), Aux frontières des classes moyennes. La petite bourgeoisie avant 1914, Bruxelles, 1992.

7 Sur les classes moyennes en relation intense avec le peuple, voir H.-G. Haupt, « Petite et grande bourgeoisies en France et en Allemagne », dans J. Kocka (dir.), Les bourgeoisies européennes au XIXe siècle, Paris, Belin, 1997, chap. X.

8 R. Monnier, « Peuple dans le discours révolutionnaire », Société et représentations, déc. 1999, no 8, p. 229.

9 Klaus-Peter Sick développe ce point dans « Deux formes de synthèse sociale en crise. Les classes moyennes patronales de la Troisième république à la lumière d’une comparaison franco-allemande », article à paraître.

10 C’est le cas pour l’étude des mobilités à Lyon au cours de la première moitié du XXe siècle exposée par J.-L. Plnol dans sa thèse et dans Les mobilités de la grande ville, Paris, FNSP, 1991.

11 M. Agulhon, « La tradition politique du peuple de Paris », dans J.-L. Robert, op. cit., p. 132. Jeanne Gaillard évoque chez les classes moyennes un « engagement direct dans la fabrication ou la vente », dans La petite entreprise en France aux XIXe et XXe CIHMSSS, Petite entreprise et croissance industrielle dans le monde aux XIXe et XXe siècles, Paris, CNRS, 1981,t. I, p. 133.

12 Voir J. Capdevielle, Le Fétichisme du patrimoine. Essai sur le fondement de la classe moyenne, Paris, PFNSP, 1986.

13 H.-G. Haupt, « Petite et grande bourgeoisies en France et en Allemagne », dans J. Kocka (dir.), Les Bourgeoisies européennes au XIXe siècle, Paris, Belin, 1997, chap. X.

14 Cottereau évalue à 2 % seulement le pourcentage des maîtres-artisans indépendants financièrement à Paris au début du XXe siècle. La dépendance financière était accentuée dans le cas français par l’absence d’un système bancaire coopératif analogue au système Schultze-Delitsch en Allemagne.

15 Voir H.-G. Haupt, « The Petite Bourgeoisie in France (1850-1914). In Search of the Juste milieu? », dans G. Crossick et H.-G. Haupt, Shopkeepers and Master Artisans in XIXth Century Europe, Londres, 1984, p. 108.

16 Voir G. Kurgan Van Hentenryk, « Le cadre social de la petite entreprise », dans CIHMSSS, op. cit, p. 22-23.

17 Voir S. Zdatny, Les Artisans en France au XX siècle, Paris, Belin, 1999, chap. 4.

18 M. Vovelle, « Le peuple de Paris en révolution », dans J.-L. Robert (dir.), op. cit., p. 121-123.

19 Voir S. Bruchey, « The Evolution of the role of the small enterprise in two dozen national économies », dans CIHMSSS, Petite entreprise et croissance industrielle dans le monde aux XIXe et XXe siècles, Paris, ed. CNRS, 1981, tome I, p. 56-80.

20 Entre 1890 et 1914, le tiers des boutiques du petit commerce ferment au bout de six ans d’existence. Voir H.-G. Haupt, « Kleine und grosse Bürger in Bremen um 1900 », Bremisches Jahrbuch, 64, 1986, p. 151-159.

21 Pour le cas français, voir G. Le Béguec, « Prélude à un syndicalisme bourgeois. L’Association de défense des classes moyennes (1907-1939) », Vingtième Siècle revue d'histoire, no 37, janv.-mars 1993, p. 93-104. Dans le cas belge, voir S. Jaumain, Les Petits commerçants belges face à la modernité (1880-1914), Bruxelles, 1995.

22 H.-G. Haupt note par exemple que c’est l’Union générale des artisans allemands (1882) qui a donné l’impulsion à la notion de Mittelstand en Allemagne à la fin du XIXe siècle.

23 Voir D. Blackbourn, « Between Résignation and Volatility. The German Petite Bourgeoisie in the XIXth Century », dans G. Crossick & H.-G. Haupt (dir.), Shopkeepers and Master Artisans in XIXth Century Europe, Londres, Methuen, 1984.

24 Définies par F. Gresle dans Indépendants et petits patrons. Pérennité et transformations d’une dasse sociale, Lille-Paris, Champion, 1980.

25 Voir G. Crossick et H.-G. Haupt, The Petite Bourgeoisie in Europe (1780-1914), Londres, Routledge, 1995, chap. 7, p. 134.

26 Voir J. Dubois, Le vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872, Paris, 1962, p. 14.

27 J. Kocka, Les bourgeoisies européennes au XIXe siècle, Paris, Belin, 1997, chap. 1.

28 Voir H.-G. Haupt, « The Petite Bourgeoisie... », op. cit., p. 105-106 et « Kleine und groBe Bürger... », op. cit., p. 254 sq.

29 Voir A. Daumard, La Bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, Paris, Albin Michel, rééd. 1996.

30 Ch. Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1991, II, chap. 5. Dans le même sens, les articles de J. Le Yaouanq sur « La mobilité sociale dans le milieu boutiquier parisien au XIXe siècle » et d’A. Faure sur « L’épicerie parisienne au XIXe siècle ou la corporation éclatée » ont remarqué dès le début du XIXe siècle une tendance à l’autorecrutement et à la mobilité latérale plus marquées que la mobilité horizontale, voir Le Mouvement social, no 108, 1979, p. 89-112 et 113-130.

31 Voir par exemple P. Delfosse, « La petite bourgeoisie en crise et l’État : le cas belge (1890-1914) », Le Mouvement social, no 114, janv.-mars 1981, p. 85-103. Diverses catégories font exception, comme les cafetiers-cabaretiers belges étudiés par Rudy Ankaert dans G. Kurgan et S. Jaumain (dir.), op. cit., p. 29-68.

32 Jean le Yaouanq soulignait déjà l’importance du transfert homostatutaire de la génération exerçant au milieu du XIXe siècle sur la génération suivante, dans Le Mouvement Social, ibidem, p. 89-112.

33 G. Kurgan van Hentenryk, « Le cadre social de la petite entreprise », op. cit., p. 25.

34 Voir J.-L. Pinol, op. cit., IIIe partie, chap. 9 et 10.

35 À Lyon au cours de la première moitié du XXe siècle, l’hérédité sociale des travailleurs manuels a considérablement augmenté de la cohorte 1 (les « enfants de la République » nés entre 1872 et 1875) - où un enfant de travailleur manuel sur deux devient travailleur manuel - à la cohorte 2 (les « fils du siècle » nés en 1899-1900), où la proportion s’élève à trois enfants de travailleurs manuels sur quatre. Voir J.-L. Pinol, op. cit., p. 313.

36 J.-L. Pinol, op. cit., p. 322. Sur les risques de déclassement des boutiquiers parisiens au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, Jean le Yaouanq estime à 49,25 % la proportion des fils de boutiquiers (ayant exercé de 1835 à 1845) qui ont connu le déclassement. Op. cit, p. 93 sq.

37 Voir G. Crossick et H.-G. Haupt, The Petite Bourgeoisie..., op. cit., p. 117-122.

38 L’étude d’A. Prost, « Les peuples du XVIIIe arrondissement en 1936 », dans J.-L. Robert et D. Tartakowsky (dir), op. cit., p. 59-76, est éclairante à cet égard.

39 J. Le Yaouanq, op. cit., p. 99-102.

40 Sur ce point et dans le cas de la France, voir le chapitre que G. Noiriel a consacré à « L’échec du compromis républicain », dans Les Origines républicaines de Vichy, Paris, Hachette, 1999, chap. II, p. 62-85 notamment.

41 Voir J. Ruhlmann, L’identité et la défense des classes moyennes du Front populaire à la guerre, thèse de nouveau doctorat, IEP de Paris, 1994, ainsi que Ni bourgeois ni prolétaires. La défense des classes moyennes en France au XXe siècle, Paris, Seuil, 2001.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search