Version classiqueVersion mobile

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Contributions à la taxinomie sociale

Les Lanturelus de Dijon en 1630, le peuple en rébellion ?

Christine Lamarre

Texte intégral

  • 1 G. Fritz, L’idée de peuple en France du XVIIe au XIXe siècle, Strasbourg, Presses Universitaires d (...)

1L’étude, très complexe, de la notion de peuple a donné lieu à d’importants travaux pluridisciplinaires d’historiens, de linguistes ou de spécialistes de littérature. Il est vrai que le mot a suivi des évolutions profondes à mesure que la société changeait et devenait plus compliquée, à mesure aussi que le regard qu’elle a porté sur elle-même a évolué. Selon Gérard Fritz1, le XVIIe siècle serait l’époque de la préhistoire de l’idée de peuple. Elle s’est développée à partir de deux conceptions antagonistes. L’une englobante, réunit autour du même souverain, ou sous la même autorité, un ensemble d’hommes, comme elle les réunit dans l’ordre spirituel autour de Dieu (le peuple de Dieu). Le peuple est alors conçu comme multitude, mais il évoque un principe d’unité. Par ailleurs, le mot peuple désigne également, dès cette époque, l’ensemble des non privilégiés, ceux qu’il est difficile de qualifier ou de distinguer (chez La Bruyère le peuple s’oppose aux Grands, parmi lesquels l’auteur ne se place pas), il est alors un « résidu ». Fin ce sens, contrairement à ce qui se déduisait de la première signification, le mot introduit un principe de division sociale qui peut tendre à l’antagonisme. Enfin, on retiendra que si les premières définitions du peuple sont bien de nature sociale, elles s’expriment dans l’ordre du politique, voire de la morale, et non dans celui de l’économie, dominante ensuite.

2Une telle analyse ne peut qu’intéresser l’historien moderniste puisque ce type de signification, qui appartient au domaine du socio-politique, est de peu postérieur aux grandes révoltes dites populaires, qui agitent le royaume de France pendant presque tout le XVIIe siècle, et qui sont bien connues puisqu’elles ont fait l’objet de nombreuses recherches importantes, lors du grand débat historiographique des années 1970, ouvert après la publication du livre de Boris Porchnev. Ces soulèvements, aujourd’hui qualifiés de populaires, ont-ils été pour quelque chose dans l’évolution des significations et des emplois du mot peuple ? Le lien est évidemment impossible à retracer parce qu’implicite, mais, au moins, peut-on essayer de réfléchir aux noms que l’on a donnés aux révoltés du XVIIe siècle, et peut-on essayer de savoir si, avant l’époque des Lumières si diserte, on leur appliquait aisément le nom de peuple ?

  • 2 Elle est maintenant bien étudiée et a bénéficié d’une longue attention : depuis M. Cunisset-Carnot (...)
  • 3 Mot couramment employé pour désigner les émeutiers dans les délibérations municipales (Arch. mun. (...)

3Dans le cadre de cette rencontre, le choix d’un exemple urbain (les révoltes urbaines ont suscité moins de curiosité que les mouvements ruraux de vaste ampleur) s’imposait, j’ai choisi celui des Lanturelus de Dijon2 pour deux raisons : l’événement a eu un très fort retentissement en son temps, il a donc suscité des discours très divers ; puis sa mémoire est demeurée vive ; elle a conduit à conserver, en les recopiant, plusieurs relations privées et elle a conduit à faire produire de nouveaux textes relatifs à l’événement pendant plusieurs siècles. C’est à tous ces aspects du discours sur l’événement et plus précisément aux façons de dénommer les « tumultuants »3 que je désire m’arrêter ici, pour saisir les appréciations différentes que l’on a pu avoir sur les acteurs de ce que nous appelons aujourd’hui des soulèvements populaires. Toutefois, avant d’évoquer les relations et leur vocabulaire, convient-il de rappeler le déroulement du soulèvement, sur lequel les auteurs s’accordent, et de montrer en quoi il fut réellement populaire.

LE LANTURELU (27 FÉVRIER-1ER MARS 1630)

  • 4 Pour une part le souvenir de l’émotion de 1630 s’est conservé grâce à ce refrain dont le nom est d (...)

4Comme beaucoup d’autres villes, Dijon a connu sous l’ancien régime, plusieurs journées d’émeutes. Aucune n’eut plus de retentissement que celle de 1630. La révolte des Lanturelus4, sous le règne de Louis XIII, a pour cause la menace de l’introduction d’impôts (les aides) sur le vin et celle du démantèlement prévisible du pouvoir des Etats provinciaux, puisque la gestion du nouvel impôt devait être confiée à des tribunaux royaux, les élections. C’était une première brèche dans l’autorité, jusque là sans partage, des Etats en matière d’impositions directes. On pouvait supposer que cette mesure préludait au dépérissement du corps intermédiaire, voire à sa disparition, dans le cadre d’une politique générale menée par Richelieu. Celui-ci, pour augmenter considérablement le fardeau fiscal, cherchait à affirmer l’autorité royale, notamment aux dépens des États provinciaux contre qui une offensive fut menée parallèlement en Dauphiné (avec succès en 1628), Languedoc, Provence et Béarn. Depuis le début de l’année, les représentants de la province et les officiers du parlement de Dijon tentaient en vain d’infléchir la décision royale, lorsque l’émeute éclata.

5Cette sédition a eu lieu en hiver, dans la suite des rassemblements des fêtes de Carnaval, son chef en a été le « roi » de ce carnaval, le vigneron Antoine Changenet, dit le roi Machas, et le chant, qui a donné son nom à l’insurrection, avait été aussi le refrain de la fête. Les veilles de la courte révolte, des rassemblements de quelques dizaines de personnes se forment, ils sont inquiétants sans être menaçants. Le premier jour, les gens, attroupés au son du lanturelu, se font plus nombreux et ils commencent à s’assembler devant les maisons de plusieurs Trésoriers de France, car on les suppose favorables à la réforme royale parce qu’elle aurait accru leurs compétences judiciaires. Le soir les « tumultuants » exigent du maire les clés de la ville pour pouvoir faire entrer les gens des faubourgs. Le 28 février, on sonne le tocsin et le saccage des maisons de plusieurs officiers de la Chambre des Comptes commence. Il s’agit généralement de pillages, de dévastations plus que de vols (seuls les grains sont emportés), et finalement d’incendies. Les habitants des sept maisons ravagées, lorsqu’ils étaient là, ont été menacés, mais ils ont tous eu la vie sauve. Les réactions à l’émeute furent assez tardives et peu efficaces jusqu’à ce que des troupes royales, sous le commandement du lieutenant du gouverneur, le marquis de Mirebeau, ne s’en mêlent. Le premier mars, elles reprirent le contrôle de Dijon à l’issue d’un combat violent en pleine ville. Le calme revint progressivement d’autant que le gouverneur, Bellegarde, a promis que les nouvelles impositions ne seraient pas introduites en Bourgogne. Le climat reste cependant mauvais, Bellegarde se plaint de la défiance des Dijonnais ; les poursuites contre les séditieux sont mollement conduites, les démarches pour obtenir le retrait officiel des édits recommencent. Une lettre royale ranima les ardeurs judiciaires, une cinquantaine de personnes ont été recherchées, vingt-trois arrêtées dont certaines réussirent à s’enfuir des prisons de la ville et, finalement, deux émeutiers furent condamnés à mort, leurs corps écartelés et exposés aux portes de la ville. Le souverain, sur la route de l’Italie, s’arrêta à Dijon le 27 avril 1630, pour imposer la soumission de la ville selon un rituel très sévère, celui que l’on appliquait aux villes conquises, après quoi elle fut pardonnée, moyennant l’abandon d’une partie de ses libertés, le remboursement des dommages et l’exil (qui ne fut pas appliqué) des vignerons. La fidélité de la Bourgogne, et de Dijon en particulier, dans la crise du 10 novembre 1630, dite la journée des Dupes, amena Louis XIII à faire une nouvelle entrée dans la ville le 26 mars 1631 et à la rétablir dans tous ses privilèges.

  • 5 Y.-M. Bercé, Histoire des croquants, Paris, Seuil, 1986 et « Signification politique des révoltes (...)

6Le schéma du soulèvement populaire, bien caractérisé par Yves-Marie Bercé5 est absolument classique, comme l’est la lenteur de la réaction des autorités, on retrouve les divergences d’intérêts des élites urbaines soulignées par Roland Mousnier, une méfiance réciproque entre les partis, la violence mais aussi la brièveté de la colère royale et, enfin, le succès de l’émotion puisque les nouveaux impôts et les nouveaux offices ne furent pas introduits.

  • 6 Récit de Fleutelot de Beneuvre dans Pièces inédites contenant la relation d’une sédition arrivée à (...)

7Dans la perspective de remarques sur la désignation des émeutiers, il reste à savoir quels ont été les acteurs du tumulte. Comme toujours, il est difficile de connaître la composition de la foule en révolte. On peut cependant avancer deux observations. Les témoins parlent tous d’une multitude de spectateurs qui se laissent entraîner ou voient sans déplaisir les désordres. Le noyau actif est généralement estimé à quelques dizaines de personnes au mieux, donc, selon l’une des relations, « cent coquins au plus sans arme à feu [...] au conspect de 20000 hommes »6. Dans le même récit, le plus précis et écrit à chaud, le 7 mars, le Maître des Comptes, Fleutelot de Béneuvre, estime que le premier jour il y eut 30 à 40 émeutiers armés de sept à huit hallebardes, le lendemain il juge que les troupes n’ont guère grossi, 40 à 50 personnes, qui se divisent en petits groupes de 12 à 30 lorsqu’ils vont piller les maisons. Les chiffres donnés dans le récit officiel des délibérations municipales sont un peu plus élevés, mais ne gratifient pas le groupe des meneurs de plus d’une cinquantaine d’hommes, quantités qui se retrouvent enfin dans le nombre des poursuites engagées par le Parlement. Ainsi, les saccages et désordres auraient été l’œuvre d’une petite poignée d’hommes bénéficiant de la complicité bienveillante de la majeure partie de la population.

  • 7 Journal anonyme publié dans Pièces inédites contenant la relation d’une sédition arrivée à Dijon l (...)

8Sur cette majorité silencieuse, les sources ne livrent rien d’autre que l’impression d’une foule probablement surévaluée. Seuls ceux qui ont eu à faire avec la justice nous sont connus. Ainsi savons nous que les émeutiers exigèrent la délivrance des premiers prisonniers faits par les milices urbaines : Gilain, charpentier et Tissot étassonier7. La lecture de la liste de ceux qui sont recherchés est le seul moyen d’avoir une idée plus précise du milieu social dont sont issus les émeutiers. Sur la cinquantaine d’hommes recherchés, vingt-trois seulement ont été retrouvés ; leur métier n’est pas toujours connu, il y avait parmi eux 12 vignerons, les quatre autres sont un artisan du bâtiment, un pelletier, un chaudronnier..., et un ancien garde du sel ruiné, Jean La Noix qui a donc été détenteur d’un petit office.

9On retiendra, qu’en cette journée, comme en bien d’autres, les meneurs de l’émotion sont des habitants de la ville, qu’ils y ont des domiciles connus, où ils ont été recherchés et parfois retrouvés, et qu’ils ont tous des désignations professionnelles qui montrent qu’ils sont inscrits dans le réseau des solidarités urbaines. On pourrait penser que l’on ne poursuivait que les hommes dont on connaissait l’identité ce qui introduirait un biais, mais l’éclatement de la révolte dans les jours qui ont suivi le Carnaval et le choix du roi de Carnaval comme meneur de l’émeute, affirment, s’il en était besoin, les liens entre les milieux corporés ou organisés de la ville et l’expression du mécontentement urbain. Là encore la situation n’est pas originale, d’autres exemples contemporains permettent les parallèles. Enfin, on notera, au delà de la prépondérance nette des vignerons, la diversité des professions exercées par les accusés qui touchaient à des professions artisanales diverses.

TEXTES ET RÉCITS SUR LE LANTURLU

  • 8 Pièces inédites contenant la relation d'une sédition arrivée à Dijon le 28 février 1630. Dijon, Da (...)
  • 9 Arch. mun. Dijon, délibérations municipales, B 267, document recopié dans un ensemble de pièces, I (...)
  • 10 De la sédition arrivée en la ville de Dijon le 28 février 1630 et jugement rendu par le Roy sur y (...)

10Grâce à la curiosité et à la patience des historiens et des érudits des deux derniers siècles, plusieurs pièces ont été recopiées, puis publiées, elles forment un corpus (qui pourrait sans doute être encore complété) assez notable d’une dizaine de récits qui sera exploité ici. Textes et récits appartiennent à trois registres différents, les livres de raison et les correspondances privées8, les récits officiels faits sur le champ ou après le règlement de l’affaire9, les écrits liés à la résolution du conflit10.

  • 11 Bibl. nat., Nouvelles Acquisitions françaises, 22301.
  • 12 Estat de l'ordre que le Roy a voulu qui ayt été observé dans la punition des rebelles de Dijon, Tr (...)
  • 13 Salmonée, roi de Thessalie, fils d’Éole, qui imitait la foudre pour se faire passer pour Jupiter. (...)

11Si la plupart des textes reste simple, deux d’entre eux utilisent une veine toute différente : le récit burlesque de la mise en défense de la ville après l’émeute11 et le texte de propagande édité à Troyes après le pardon royal12. Les mutins deviennent dans le premier « des chèvrepieds animez de leur fureur bachique... des coquains ». Le second est plus imaginatif encore, il y est question non seulement de gens de néant qui n’ont rien à perdre, d’esprits factieux, rebelles mais d’« avortons de la terre... catilinans vignerons... Icares Salmonée... Ixions »13, donc tout un discours de stigmatisation savoureux et savant issu d’une culture complexe biblique, historique, archéologique.

  • 14 Lettre citée note 8.
  • 15 Op. cit., note 8.

12Mais les autres récits notamment ceux des lettres et journaux, comme la relation officielle de la mairie, tranchent, par leur retenue, sur ce premier genre. Voici par exemple le récit de Fleutelot de Béneuvre14, il emploie « personnes... ces gens là... voleurs... vignerons... coquins », plus souvent encore, dans cette longue lettre, il désigne les insurgés par un très neutre « ils... ». Dans le Journal de Sullot15, il est question de « vignerons et pauvres artisans... brutaux et inconsidérés personnes... misérables ». Les mots utilisés dans ces témoignage décrivent plus souvent le comportement immédiat de la foule que ses caractéristiques. Il en va de même dans la version des faits (remarquablement neutre) inscrite dans les délibérations municipales qui ne rencontre que « des hommes armés [...], tumultuants [...], foule [...] et séditieux », comme ce sera encore le cas dans la relation des faits retenues dans les registres du Parlement où il est question de faction, séditieux, et de populace (terme qui est propre à ce document). Le discours royal, lors de la cérémonie du pardon du 27 avril, n’échappe pas à cette logique : les acteurs de la rébellion sont appelés « canaille armée..., esprits factieux..., rebelles ».

  • 16 Sur les « Lanturelus », op. cit., note 8, p. 151.

13Lorsque les textes disent quelque chose de l’origine sociale des révoltés, et c’est là le point le plus important pour notre propos, le mot de peuple est absent de toutes les catégories d’écrits qui ont été cités et lus ; tout au plus, par précaution, peut-on estimer qu’il serait d’emploi très rare. Au delà des « gens de néant et qui n’ont rien à perdre » du discours royal, des vignerons et pauvres artisans de Sullot, le plus souvent les récits parlent des vignerons et d’eux seulement. Ils ont été très vite été transformés en boucs émissaires ou en victimes expiatoires (c’est ainsi qu’un anonyme désigne les condamnés à mort de 163016), par les autorités. Ils ont été officiellement désignés comme seuls coupables de la rébellion par le roi et le garde des sceaux, et des dispositions particulières seront prises à leur détriment lors de la visite royale de pardon le 27 avril suivant. Les vignerons étaient certes nombreux parmi les « tumultuants », la moitié des hommes arrêtés appartiennent à cette profession, mais ils n’étaient pas seuls ; la cérémonie du pardon royal, les récits officiels ont été à l’origine de toute une tradition historiographique tôt enracinée que les histoires de Bourgogne reprennent toutes. A titre d’exemple, voici ce que l’historien de la Province, l’abbé Courtépée, écrivait dans sa description de Bourgogne :

  • 17 Abbé Claude Courtépée et Edme Béguillet, Description générale et particulière du duché de Bourgogn (...)

« Le 28 février 1630, il y eut une émeute considérable à l’occasion de l’édit des élections : on avait fait entendre au peuple que le roi voulait mettre les aides en Bourgogne. Les vignerons s’attroupèrent [...]. Les vignerons furent nommés Lanturlus, parce qu’ils faisaient battre cet air sur le tambour pendant leur marche [...]. Louis XIII, instruit de ce qui s’était passé, se rendit de Troyes à Dijon [...], le duc de Bellegarde eut ordre de faire sortir les vignerons, comme plus particulièrement indignes de leur souverain17 ».

  • 18 Abbé J. Joseph Expilly, Dictionnaire géographique, historique et critique des Gaules et de la Fran (...)

14Les plus complètes des géographies du temps évoquent parfois l’épisode, comme celle d’Expilly, l’assimilation entre vignerons et émeutiers y est tout aussi radicale : « En 1630, le bruit s’étant répandu que l’on voulait établir certains impôts et une Chambre des Aides dans la province, les vignerons excitèrent une sédition à Dijon le jeudi 28 de février de ladite année18 ».

VIGNERONS OU PEUPLE ?

  • 19 Arch. mun. Dijon, 1117.
  • 20 Op. cit. note 8, p. 29, « Ce Roy Machart estoit le chef et le conducteur des vignerons et pauvres (...)

15Cette assimilation des auteurs de la sédition avec les vignerons, pour rapide et profonde qu’elle ait été, n’est pas historiquement soutenable. On a vu que, parmi les personnes arrêtées, la majorité seulement était faite de vignerons, les deux condamnés à mort, exécutés, exerçaient les professions de vigneron et de pelletier. Certains documents rendent compte de cette diversité : le procès verbal transcrit dans les délibérations municipales évoque des « bandes de vignerons et de gens de bas étage »19 le Journal de Sullot, un des témoins, est plus proche de la réalité livrée par les enquêtes du Parlement en écrivant que la révolte fut celle des vignerons et pauvres artisans de la ville20. La liste des gens recherchés au nom du Parlement est claire, outre les vignerons, des artisans ont été poursuivis. Plusieurs raisons peuvent être évoquées pour expliquer le glissement de la responsabilité de l’émeute sur les seuls vignerons.

  • 21 Xavière Patouillet, op. cit., note 2, p. 25 et sq. La chute dut être particulièrement sensible car (...)
  • 22 À la suite du récit de l’émeute, le journal anonyme publié dans Les pièces inédites..., op. cit., (...)

16D’abord l’enjeu, l’introduction de nouveaux impôts sur les vins, les concernaient directement et les touchait de façon particulièrement cruelle. Les années 1629-1630 sont pour la ville celles de tous les malheurs et de toutes les menaces. Aux récoltes déficientes, s’ajoute l’effondrement du prix des vins21 ; les épidémies de « peste », parmi lesquelles celle de 1629 fut des plus violentes, s’expliquent partiellement par la famine22. L’entrée en guerre contre les Espagnols en 1629 aussi ravive les inquiétudes dans la province frontalière de l’espagnole Comté. Les vignerons pouvaient logiquement devenir les instigateurs d’un soulèvement motivé par toutes ces difficultés d’autant plus qu’ils avaient une importance particulière dans la ville, liée à la part qu’ils avaient pris dans les événements du second XVIe siècle.

  • 23 Op. cit., note 8, p. 152 : « Voyla la catholique deffence de ceste ville. Jamais la procession de (...)
  • 24 Op. cit., note 8, p. 30-31 : « Un d’eux nommé Gaudinet, quoique percé au travers du corps de deux (...)
  • 25 Sur les analyses récentes de l’échec de la Réforme à Dijon voir D. Crouzet, La genèse de la Réform (...)

17Puis, en 1630, les troubles de religion étaient encore présents à tous les esprits, le texte publié par Henri Drouot sur la mise en défense de la ville évoque très directement les processions de la Ligue23, dans le récit de Sullot, le courage de l’un des meneurs, Gaudinet, est rapporté à son expérience des combats dans les troupes de Mayenne24. Or les vignerons ont eu, pour tous les historiens de la Réforme à Dijon, un rôle considérable dans l’échec de son implantation à Dijon, notamment en 1561, lors des élections municipales où, en votant à 92,6 % pour le catholique intransigeant, Bénigne Martin, ils assurent son succès ; ainsi que lors des affrontements de rue du jour de la Toussaint de la même année, lors d’une démonstration de force tentée par les protestants25. Sans nous arrêter à l’analyse des causes du rejet de la Réforme par les vignerons, qui a été conduite par Mack P. Holt, il faut cependant retenir ici de ses travaux la mise en valeur de l’importance des liens entre la municipalité et le groupe des vignerons, liens naturels induits par la surveillance de tout ce qui concerne la réglementation de la culture de la vigne, des dates des vendanges et des procédés de vinification.

  • 26 L’abbé Courtépée, au XVIIIe siècle, écrit : Ils traînèrent par les rues une image du roi en criant (...)
  • 27 Mais un autre témoignage, celui de Sullot, insiste sur la vénération des rebelles envers Henri IV (...)
  • 28 Op. cit., note 8, p. 16, « Ils crioient tout haut, à l’Empereur, vive l’Empereur, et brûloient le (...)
  • 29 James R. Farr, Hands of Honor. Artisans and their world in Dijon 1550-1650, New-York, Ithaca, 1988 (...)
  • 30 Voir les calculs de X. Patouillet, op. cit., note 2. L’auteur note que pour une liste fiscale de 6 (...)

18En outre, selon le même auteur, la sociabilité vigneronne, notamment dans le domaine religieux était particulièrement active. Les vignerons, bien qu’ils n’aient constitué que 19 % de la population urbaine, auraient alors formé le groupe le plus visible et le plus cohérent de la ville. Leurs attaches avec le parti de la Ligue n’étaient pas, nous l’avons vu, oubliées ; et, si le récit de Fleutelot, qui n’est pas sur ce point conforté par d’autres textes mais qui a fortement marqué le souvenir de ces journées26, est exact, le fait d’avoir acclamé l’Empereur dans la ville et d’avoir brûlé les portraits de Louis XIII ne pouvait que faire songer aux résistances bourguignonnes à reconnaître Henri IV27 et au delà à celles qui avaient suivi le rattachement de la Bourgogne au royaume en 147728. À l’inverse, les choix religieux (et politiques dans les élections municipales) des gens de métier ont été beaucoup plus divers puisque leur historien, James R. Farr29, cherche l’explication de leur attitude dans les relations de voisinage, la micro-sociabilité urbaine. La lecture de l’enquête menée pour arrêter les suspects vient confirmer sa thèse, les présumés coupables ont été recherchés dans certains quartiers seulement, et dans certaines rues spécifiques, appartenant aux paroisses Saint-Philibert et Saint-Pierre, or la première surtout avait toujours été désignée comme celles des vignerons, où ils ont pu compter pour le tiers des chefs de feux30.

19Pour expliquer ce passage aisé d’une responsabilité populaire à une responsabilité étroitement vigneronne, on a dit, en outre, que la violence du discours de condamnation était telle que l’on devait segmenter la population pour le rendre supportable. Mais on remarquera que le mot de peuple n’est pas non plus venu sous la plume de ceux qui écrivaient très tôt ou de ceux qui écrivaient des journaux pour eux même. Ne faudrait-il pas alors s’interroger sur les usages du mot peuple à ces deux moments ?

  • 31 G. Naudé, Considérations politiques sur les coups d'État, Rome, 1639.
  • 32 Arch. mun. Dijon, I 117.
  • 33 Y-M. Bercé, Croquants et nupieds, les soulèvements populaires en France du XVIe au XIXe siècle, Pa (...)

20Le peuple nous l’avons dit plus haut, c’est, selon la Bruyère, un mot qui dit plus d’une chose, à la fois la multitude des hommes (et des poissons selon Furetière c’est ainsi que l’on nomme les alevins), la masse des non privilégiés que les lexicographes peinent à décrire, l’ampleur du mot l’empêche de désigner avec précision le segment de population qui s’est révolté. C’est la raison pour laquelle Gabriel Naudé est obligé de donner sa célèbre définition du peuple lorsqu’il décrit, sous cette appellation, ceux que l’on peut manipuler pour acquérir ou conserver le pouvoir : « J’entends par ce mot le vulgaire ramassé, la tourbe et la lie populaire, gens, sous quelque couvert que ce soit, de basse, servile et méchanique condition »31. La nécessité de préciser le sens du mot montre la nouveauté du sens donné. En outre, dans les ouvrages des juristes et des penseurs politiques comme, par exemple Charles Loyseau, le peuple est présenté comme uni autour du souverain, nommer une révolte « populaire » serait refuser l’harmonie sur laquelle se fonde l’autorité royale. Aussi bien, le discours lu au nom de Louis XIII, le 27 avril 1630 insiste-t-il, sur l’ordre « d’oublier les partialités et rancunes qui les avaient tenus en division »32. Le roi punit les coupables mais restaure le peuple en recréant ce qui en fait l’essence, l’unité. À l’inverse, dans d’autres soulèvements pour lesquels il reste des lettres ou des déclarations des rebelles, Yves-Marie Bercé a noté « les schémas d’unanimité locale » et le mot peuple revient fréquemment33 dans les écrits réels ou supposés des rebelles.

  • 34 Outre le livre de G. Fritz (op. cit., note), voir Images du peuple au XVIIIe siècle, actes du d’Ai (...)
  • 35 C’est ainsi qu’il faut comprendre le titre du célèbre essai de l’abbé Coyer, Dissertations pour êt (...)
  • 36 F. Weil, « La notion de "peuple" et ses synonymes de 1715 à 1755 dans les textes littéraires », da (...)
  • 37 A. Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement les mots français..., La Haye, Rotterd (...)
  • 38 Op. cit., note 1, p. 15.
  • 39 Op. cit., note 35, Dans ce texte ironique, l’abbé définit le peuple par des catégories professionn (...)
  • 40 L. Pérou, « Le peuple vu par le Dictionnaire de Trévoux et l’Encyclopédie », dans Peuple, plèbe, p (...)

21Pour que le mot peuple soit appliqué aux fauteurs de trouble par ceux qui étaient extérieurs et généralement hostiles aux soulèvements, il a fallu que la signification du mot évolue. Ces modifications ont été bien étudiées pour le XVIIIe siècle34. Brièvement résumé, on peut noter que le mot peuple a gardé sa signification originelle de vaste ensemble d’hommes unis par un souverain commun mais que, dans ce sens très englobant35, il est concurrencé par « public »36. Dans cette sphère d’une définition par le politique le peuple est rapidement associé au désordre, à la révolte, mais aussi à 1'irrésolution, la rébellion devient sa nature. Pour Furetière, le commun du peuple est malin et séditieux37 ; Bossuet, cité par G. Fritz38, parle d’un secret principe d’indocilité et de cette liberté farouche qui est la cause des révoltes. Mais, au XVIIIe siècle, la signification sociale du mot peuple se forme peu à peu, notamment à travers des textes comme celui de l’abbé Coyer qui voit dans le peuple, l’ensemble de ceux qui travaillent à répondre aux besoins les plus essentiels des hommes39. Ce service est mal récompensé par la société qui apparaît comme injuste, inégale et violente. L’idée de la révolte, toujours associée au peuple, devient dès lors moins condamnable comme le montre Lucette Pérol dans son étude du peuple vu par le Dictionnaire de Trévoux et par l’Encyclopédie40. Peut-on alors, pour décrire des « tumultuants », employer le mot de peuple ?

  • 41 Le mot peuple est largement employé, il est associé à des mots fortement positifs comme citoyens. (...)

22Un événement permet de mesurer cette évolution à Dijon même, en 1775. La ville fut en effet le cadre d’une seconde journée d’émeute, le 18 avril 1775. Les circonstances sont différentes : il s’agit d’une émotion causée par la cherté des grains et sans doute par les inquiétudes éveillées par la politique de libre circulation des grains tentée par Turgot. Le soulèvement est resté célèbre, lui aussi, car il marque le début de la guerre des farines mais il diffère du premier non seulement par ses causes mais aussi parce qu’il bénéficiait de la tacite approbation du gouverneur Condé, fortement hostile à Turgot ; et parce que le règlement de l’émeute, enfin, a été dominé par la personnalité de l’évêque de Dijon, Monseigneur d’Apchon qui réussit à apaiser la colère populaire. Il est donc difficile de comparer les vocabulaires employés pour désigner les émeutiers aux deux occasions41, mais l’épisode a ranimé le souvenir de la première émotion, vieille alors de plus de cent quarante ans, ce qui a amené à la redéfinir, à en parler autrement.

  • 42 Observations sur le tumulte arrivé à Dijon le 18 avril 1775 à l’occasion de la cherté du bled et d (...)
  • 43 Les textes du XVIIIe siècle sont joints aux pièces décrites (Arch. mun. Dijon, I 117), pour l’hist (...)

23Ainsi, par exemple, dans un journal anonyme du temps, publié en 1886, l’auteur écrit « cette aventure rappelle celle du Lanturlu arrivée à Dijon le 28 février et le 2 mars 1630, mais qui fut plus désastreuse... C’était véritablement une révolte du petit peuple qui avait choisi pour chef un gougeat appelé le roi Macuras, elle dura trois jours au lieu qu’ici c’est la famine qui a fait crier le peuple, lui a fait demander du pain »42. Il est pour la première fois question de peuple pour 1630, le mot cette fois convient parfaitement pour qualifier les séditieux. Autre exemple de l’évolution des mentalités : au même moment ou à peu près, la ville décida de reconstruire un local pour ses archives et de les faire classer. On conserve encore les cotes données aux documents et surtout le résumé des pièces fait par l’archiviste du temps, Lemort. Son analyse est classique, il parle des vignerons et gens du commun dans son texte, mais il le place sous le titre, répété de document en document, d’émotion populaire, ainsi le peuple est-il reconnu comme l’acteur essentiel43 du Lanturelu.

  • 44 H. Drouot, Papiers provinciaux, Dijon, Bernigaud et Privat 1943, p. 93-94.

24Ainsi, le peuple reste un mot chargé de connotations complexes, il a acquis une signification sociale forte, mais aussi une charge de sympathie jusque dans la révolte dont on conçoit, au XVIIIe siècle, qu'elle soit populaire, qu’elle puisse être justifiée et excusée, sinon reconnue légitime. Bien plus tard, l’historien Henri Drouot traduit encore cette conception du peuple dans une petite note polémique sur les noms donnés aux rues dont il souhaite qu’il perpétue une mémoire locale : « Et si des Dijonnais se récriaient qu’ils ignorent ces Lanturelus, la dénomination, précisément, les inviterait à apprendre qu’il y eut un peuple à Dijon, autrefois comme aujourd’hui et que ce peuple, à plusieurs reprises dans le passé, a manifesté son existence »44. En un mot l’application du mot peuple à la rébellion contre l’autorité ne peut se concevoir que si cette rébellion peut être admise ; la connotation positive du mot peuple, liée à son sens originel qui le rapproche de l’universalité est demeuré prépondérante dans l’ordre du politique jusqu’à la veille de la Révolution.

Notes

1 G. Fritz, L’idée de peuple en France du XVIIe au XIXe siècle, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1988, voir pour le XVIIe siècle P. Ronzeaud, Peuple et représentation sous le règne de Louis XIV, Aix-en-Provence, Université de Provence, 1988 et le XVIIIe siècle B. Garnot, Le peuple au temps des Lumières. Échec d'un dressage culturel, Paris, Imago, 1990.

2 Elle est maintenant bien étudiée et a bénéficié d’une longue attention : depuis M. Cunisset-Carnot, Un mouvement séparatiste sous Louis XIII. L’émeute des Lanturelus à Dijon en 1630, Dijon, Damidot, 1897 jusqu’à Mack. P. Holt, « Culture populaire et culture politique au XVIIe siècle : l’émeute de Lanturelu à Dijon en février 1630 », dans Histoire, Economie et Société, 1997, no 4, p. 597-615. Voir aussi le mémoire de maîtrise de X. Patouillet, L'émeute des Lanturelus à Dijon en 1630, Dijon, 1971, sous la direction de Daniel Ligou. L’épisode dijonnais apparaît dans les livres généraux consacrés aux révoltes populaires : B. Porchnev, Les soulèvements populaires en France de 1623 à 1648, Paris, 1963, Ch. Tilly, The Contentions French: four centuries of Popular Struggle, Cambridge Mass., 1986, W. Beik, Urban Protest in Seventeenth Century France: the culture of retribution, Cambridge, 1997. Il est également traité dans James R. Farr, Hands of Honor: Artisans and their world in Dijon, 1550-1650, New York, Ithaca, 1988.

3 Mot couramment employé pour désigner les émeutiers dans les délibérations municipales (Arch. mun. Dijon, B 267 et B 268).

4 Pour une part le souvenir de l’émotion de 1630 s’est conservé grâce à ce refrain dont le nom est devenu synonyme de moquerie. Il est suffisamment vivant pour figurer dans le dictionnaire de Littré où il est défini comme « soit un refus méprisant, soit une réponse évasive » (E. Littré, Dictionnaire de la langue française, Gallimard-Hachette, 1958, t. 4, p. 1449, lre éd. 1863-1872). Dans la tradition bourguignonne il reste vivant puisqu’un bibliophile du siècle des Lumières, comme Boullemier, intitule sa collection de curiosités « Noëls, satires et lanturlus dijonnais » (Bibl. mun. Dijon, manuscrit 877). Sur les avatars historiques du vaudeville, voir Cl. Grasland et A. Keilhauer, « La rage des collections. Conditions, enjeux et significations de la formation des grands chansonniers satiriques et historiques de Paris », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 47, juillet-septembre 2000, p. 458-486.

5 Y.-M. Bercé, Histoire des croquants, Paris, Seuil, 1986 et « Signification politique des révoltes populaires du XVIIe siècle », dans Les Révolutions françaises, éd. F. Bluche et S. Rials Paris Fayard, 1989, p. 151-165.

6 Récit de Fleutelot de Beneuvre dans Pièces inédites contenant la relation d’une sédition arrivée à Dijon le 28 février 1630, Dijon, Darantière, 1884, p. 16. L’exagération est patente, la ville n’atteignit ce niveau de population qu’à la veille de la Révolution.

7 Journal anonyme publié dans Pièces inédites contenant la relation d’une sédition arrivée à Dijon le 28 février 1630, Dijon, Darantière, 1884, p. 20.

8 Pièces inédites contenant la relation d'une sédition arrivée à Dijon le 28 février 1630. Dijon, Darantière, 1884. Le recueil comprend trois témoignages : une lettre du Maître des Comptes, Fleutelot de Béneuvre, qui constitue le récit le plus complet de l’émeute vécue par un de ceux qui ont craint pour leurs biens et leur vie (p. 7-17). Cette lettre a été recopiée au XVIIIe siècle (la bibliothèque municipale de Dijon en conserve plusieurs copies, ms 980, f° 224-227 ; ms 1139, f° 77-82, ms 2340) ; un extrait d’un journal anonyme « d'un bourgeois de Dijon » entre 1630 et 1639 (p. 19-28) et un Supplément de quelques particularités de la sédition arrivée à Dijon en 1630 pas Sullot (p. 29-32). Charles Oursel a publié « Deux livres de raison bourguignons », dans les Mémoires de la société bourguignonne de géographie et d’histoire, t. 24, 1908, p. 253-378, dans 1'un des deux, celui de la famille Robert arpenteurs à Couchey, il est question de la sédition p. 352-355 et 364 (Bibl. mun. Dijon, ms 1684). Le texte latin de Claude-Barthélemy Morisot a été publié dans le journal de la Côte d’Or de Carion à la date du 27 février 1806. Enfin, Henri Drouot a réédité une lettre anonyme conservée à la Bibliothèque nationale (Nouvelles acquisitions françaises 22301, f° 125-127) dans les Annales de Bourgogne, 1939, t. XI, fasc. 1, p. 31-34 puis dans Papiers provinciaux, Dijon, Bernigaud et Privat, 1943, p. 149-152, qui donne une version volontairement burlesque des lendemains de l’émotion.

9 Arch. mun. Dijon, délibérations municipales, B 267, document recopié dans un ensemble de pièces, I 117, où se trouve notamment, parmi sept pièces, un autre récit officiel de l’événement donné par le Parlement et I 118 où est conservée une copie datant du XVIIIe du même récit. Un sorte de morale de la révolte est tirée dans l'Estât de l’ordre que le Roy a voulu qui ayt esté observé dans la punition des rebelles de Dijon, Troyes, Claude Berthier, 1630, 13 p., Bibl. mun. Troyes, Impressions troyennes, 86. On peut encore citer l’écrit de Barthélemy Quarré, Garde angélique au Roy Louis le juste à la France et à la ville de Dijon, Dijon, Guyot, 1631.

10 De la sédition arrivée en la ville de Dijon le 28 février 1630 et jugement rendu par le Roy sur y celle, Paris, Edme Martin, 1630, 31 p. (contient un récit, la harangue de Charles Févret et le discours du garde des Sceaux). La même relation eut une édition lyonnaise sous le même titre, Lyon, Barlet, 1630. Voir aussi le manuscrit 864, Bibl. mun. Dijon et le Mercurefrançais, t. XVI, p. 149-168.

11 Bibl. nat., Nouvelles Acquisitions françaises, 22301.

12 Estat de l'ordre que le Roy a voulu qui ayt été observé dans la punition des rebelles de Dijon, Troyes, Claude Berthier, 1630.

13 Salmonée, roi de Thessalie, fils d’Éole, qui imitait la foudre pour se faire passer pour Jupiter. Il fut relégué par le Dieu dans le Tartare où un feu le brûlait perpétuellement sans le consumer. Ixion, nom, dans la Bible, d’un oiseau se rapprochant du vautour.

14 Lettre citée note 8.

15 Op. cit., note 8.

16 Sur les « Lanturelus », op. cit., note 8, p. 151.

17 Abbé Claude Courtépée et Edme Béguillet, Description générale et particulière du duché de Bourgogne..., Dijon, Causse, 7 vol. , 1774-1785, 3e éd. Avallon, FERN, 1967, t. 2, p. 41.

18 Abbé J. Joseph Expilly, Dictionnaire géographique, historique et critique des Gaules et de la France..., Paris, Desaint et Saillant, 1762-1770, 6 vol. , t. 2, p. 643.

19 Arch. mun. Dijon, 1117.

20 Op. cit. note 8, p. 29, « Ce Roy Machart estoit le chef et le conducteur des vignerons et pauvres artisans de cette Ville qui assemblés le 28 février 1630 au son du tocsin firent cette grande et furieuse sédition en cette Ville de Dijon ».

21 Xavière Patouillet, op. cit., note 2, p. 25 et sq. La chute dut être particulièrement sensible car en 1628 le vin avait atteint de très haut prix, suivis d’une baisse considérable en 1629.

22 À la suite du récit de l’émeute, le journal anonyme publié dans Les pièces inédites..., op. cit., note 8, p. 20-21, l’auteur note : « Le 16 avril 1630 un cheval appartenant à Maître Jean Biron, maréchal de cette Ville fut étouffé sous les ruines d’un faîte de toit qui tomba sur lui et tiré à la voirie où il fut sitost écorché qu’en même tems les pauvres gens de la Ville l’allèrent mettre en pièces pour en manger. Ce qui a été fort ordinaire depuis et pendant l’année 1631 tant la famine estoit grande ».

23 Op. cit., note 8, p. 152 : « Voyla la catholique deffence de ceste ville. Jamais la procession de la Ligue à Paris n’y feist œuvre ».

24 Op. cit., note 8, p. 30-31 : « Un d’eux nommé Gaudinet, quoique percé au travers du corps de deux coups de mousquet et dont par les playes le sang lui sortait à bouillon du corps, ainsi qu’il respirait l’estomach ouvert, ne laissa avec des pierres à la main tenir ferme contre les habitans armés et d’en blesser quelqu’uns, et ne recula jamais et ne quitta sa place que par la mort. Il estoit tenu pour un bon et courageux soldat et qui avoit servi aux armées le défunt dernier Duc de Mayenne ».

25 Sur les analyses récentes de l’échec de la Réforme à Dijon voir D. Crouzet, La genèse de la Réforme française, 1520-1562, Paris, Sedes, 1996, p. 507-509 ; D. El Kenz, « La Réforme à Dijon, d’une hérésie d’État à une hérésie municipale. 1530-1598 », dans Cahiers du Vieux Dijon, no 29, 4e trimestre 2000, p. 14-20. Sur les événements particuliers de 1560-1562 Mack P. Holt, « Wine, community and Reformation in sixteenth-century Burgundy », dans Past and présent, no 138, 1993, p. 58-93.

26 L’abbé Courtépée, au XVIIIe siècle, écrit : Ils traînèrent par les rues une image du roi en criant « vive l’empereur », op. cit., note 17, t. 2, p. 41.

27 Mais un autre témoignage, celui de Sullot, insiste sur la vénération des rebelles envers Henri IV « ce grand Prince, qui après Dieu étoit vraiment le bonheur du monde, le miracle des merveilles d’icelui, et les vrayes délices de son peuple et le plus grand et le meilleur Roy que les siècles passés ayent vu ni qui soit été ni qui sera à l’avenir ». Après avoir trouvé un portrait du roi dans l’une des maisons incendiées, ils l’ont détaché et porté aux églises de Saint Michel et Saint Nicolas, « le présentant à baiser à tous ceux qu’ils trouvèrent par les rues », op. cit., note 8, p. 31-32.

28 Op. cit., note 8, p. 16, « Ils crioient tout haut, à l’Empereur, vive l’Empereur, et brûloient le portrait du Roy par les rues. Tous les bourgeois et autres disoient qu’ils faisoient bien ».

29 James R. Farr, Hands of Honor. Artisans and their world in Dijon 1550-1650, New-York, Ithaca, 1988, et « Popular religious solidarity in sixteenth-century Dijon », dans French Historical Studies, t. 14, 1985, p. 192-214.

30 Voir les calculs de X. Patouillet, op. cit., note 2. L’auteur note que pour une liste fiscale de 621 feux, on connaît la profession de moins de cent cinquante chefs de feux. En recoupant celle-ci avec les données des registres paroissiaux, on peut estimer la proportion des vignerons à 35 %.

31 G. Naudé, Considérations politiques sur les coups d'État, Rome, 1639.

32 Arch. mun. Dijon, I 117.

33 Y-M. Bercé, Croquants et nupieds, les soulèvements populaires en France du XVIe au XIXe siècle, Paris, Folio histoire, 1991, p. 77-85 (1re éd. 1972). Parmi les textes cités figure notamment un dialogue du Duc et du Peuple écrit pendant la révolte des Nu-pieds de Normandie en 1639, le peuple désigne les paysans révoltés.

34 Outre le livre de G. Fritz (op. cit., note), voir Images du peuple au XVIIIe siècle, actes du d’Aix-en-Provence, 25 et 26 octobre 1969, Paris, Armand Colin, 1973, et « Peuple, plèbe, populace. Idées, représentations, quotidien de l’ancien régime au temps des Girondins », dans Revue française d'histoire du livre, nouvelle série no 66-67, 1990, 2 vol.

35 C’est ainsi qu’il faut comprendre le titre du célèbre essai de l’abbé Coyer, Dissertations pour être lues, la première sur le vieux mot de patrie, la seconde sur la nature du peuple, La Haye, 1755. Les deux dissertations sont liées par la conception politique du peuple. Cet ouvrage eut une grande importance sur le rédacteur de l’article « peuple » dans l’Encyclopédie (J. Fabre, « L’article "peuple" de l’Encyclopédie et le couple Coyer-Jaucourt » dans Images du peuple…, op. cit., note 34, p. 11-25)..,.

36 F. Weil, « La notion de "peuple" et ses synonymes de 1715 à 1755 dans les textes littéraires », dans Images du peuple, op. cit., note 34, p. 25-34, notamment p. 27-28.

37 A. Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement les mots français..., La Haye, Rotterdam, Arnout et Reinier, 1690. Ailleurs dans le même article, on lit « le peuple est peuple partout, c’est à dire sot, remuant, aimant la nouveauté ».

38 Op. cit., note 1, p. 15.

39 Op. cit., note 35, Dans ce texte ironique, l’abbé définit le peuple par des catégories professionnelles et hésite à y inclure l’ensemble des artisans : « encore ne sais-je si on doit y laisser cette espèce d’artisans maniérés qui travaillent le luxe : des mains qui peignent divinement une voiture, qui montent un diamant au parfait, qui ajustent une mode supérieurement ne ressemblent plus aux mains du peuple ».

40 L. Pérou, « Le peuple vu par le Dictionnaire de Trévoux et l’Encyclopédie », dans Peuple, plèbe, populace..., op. cit., note 34.

41 Le mot peuple est largement employé, il est associé à des mots fortement positifs comme citoyens. La populace ne se substitue au peuple que dans les moments précis de l’affrontement. L'ode à Mgr d’Apchon, La voix des citoyens, montre bien cet état d’esprit en évoquant le prélat : « D’un peuple au désespoir affrontant la furie [...]/Qui, d’une populace au meurtre abandonnée/d’un mot pouvait calmer les flots tumultueux [...]/Et, malgré ses écarts, nommer le peuple bon ». Une émeute à Dijon en 1775 suivie d’une ode à Mgr d’Apchon, pièces inédites, Dijon, Darantière, 1886, p. 45-46.

42 Observations sur le tumulte arrivé à Dijon le 18 avril 1775 à l’occasion de la cherté du bled et de la rareté des grains dans les marchés, Dijon, Defay, 1775.

43 Les textes du XVIIIe siècle sont joints aux pièces décrites (Arch. mun. Dijon, I 117), pour l’histoire du classement des archives voir B 112. L’archiviste Lemort a travaillé en 1775-1776.

44 H. Drouot, Papiers provinciaux, Dijon, Bernigaud et Privat 1943, p. 93-94.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search