Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Contributions à la taxinomie sociale

Un même nom pour les désigner, des réalités sociales diverses : les tonneliers bordelais au xviiie siècle

Josette Pontet

Texte intégral

  • 1 Sur les corporations, on pourra se référer aux ouvrages anciens de B. Martin-Saint Léon, Histoire d (...)
  • 2 R. Boutruchf, dir., bordeaux de 1453 à 1715, Bordeaux, 1966, p. 150-151.
  • 3 P. Roudie, « Une enquête sur les confréries d’artisans à Bordeaux en 1521 », bulletin de la Société (...)
  • 4 F. Bayard et P. Guignet, L'économie française aux XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Ophrys, 1991, p (...)
  • 5 P. Loupés, Chapitres et chanoines de Guyenne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, EHESS, 1985, p. 18 (...)

1D’une manière générale, l’organisation du travail dans les villes d’Ancien Régime relève très largement du régime des corporations1. À Bordeaux, celui-ci a été introduit tardivement et de manière partielle. Jusqu’à la conquête française, il n’existait que des confréries de caractère purement religieux dont l’activité se réduisait aux œuvres d’entraide et d’assistance et qui accueillaient indistinctement des confrères de toute profession. Par la suite, et sous l’impulsion des souverains qui leur étaient favorables, une évolution rapide, déplorée par le pouvoir municipal, a conduit à la création de métiers jurés2. Les jurats se sont montrés toujours très sensibles aux plaintes formulées contre les abus des corporations et leurs monopoles excessifs : en 1521 une enquête est menée sur l’enrichissement abusif des maîtres artisans ou des boutiquiers, né de leur monopole3. Elle n’empêche pas, cependant, la progression du nombre de métiers jurés dont les statuts sont ratifiés par des lettres patentes du souverain, ou celle des métiers réglés, réglementés par la ville, distincts juridiquement mais fort semblables dans leur fonctionnement4. Toutefois à Bordeaux, comme dans toutes les villes, le travail et la production ne se font pas exclusivement dans le cadre corporatif : deux sauvetés, celle de Saint-André et surtout celle de Saint-Seurin5 accueillent des travailleurs à leur compte sans maîtrise, tolérés à condition de ne pas venir vendre leur production en ville, et nombre de professions n’ont pas été érigées en métiers ou communautés, malgré le désir que les artisans pouvaient en avoir : c’est le cas en particulier des tonneliers. En effet, et c’est une originalité bordelaise, du moins par rapport aux ports voisins de Bayonne et de La Rochelle, presque tous les secteurs du travail en rapport avec l’activité portuaire sont restés en dehors de l’organisation corporative, c’est-à-dire sans statuts, sans réglementation des conditions de travail, de promotion dans le métier, sans maîtrise pour l’exercer et sans monopole de production ou de vente.

  • 6 S. Meyssonnier, La balance et l’horloge. La genèse de la pensée libérale en France au XVIIIe siècle (...)

2Il nous a donc paru intéressant de situer les tonneliers bordelais dans le monde du travail d’un port en pleine croissance commerciale au XVIIIe siècle, et de nous interroger sur les effets de la liberté du travail dans ce milieu, privé, au moins théoriquement, d’une protection économique et surtout sociale qu’étaient censés apporter les règlements communautaires à l’encontre des principes préconisés par Vincent Gournay, au milieu du siècle, « laisser faire, laisser passer »6 que les Bordelais ont fait leurs.

  • 7 Arch. dép. Gironde, C 1810. Le tableau en est donné dans B. Gallinato, Les corporations à bordeaux (...)
  • 8 Ibid., C 2792.
  • 9 Arch. dép. Gironde, Ms fonds Brouillard. En fait, il s’agit là essentiellement des salariés, d’asse (...)

3Il n’est pas facile d’établir avec précision le tableau du monde des métiers à Bordeaux au XVIIIe siècle, les données variant selon les sources disponibles, souvent incomplètes, et selon la nature des sources également. L’enquête réalisée à l’initiative du contrôleur général en 17627 recense quarante métiers jurés, dix réglés et trente-deux métiers libres : c’est dire d’emblée leur importance à Bordeaux. Ces derniers regroupent d’après l’enquête 1891 personnes, auxquelles s’ajoutent les cordonniers, les tailleurs, les pâtissiers-rôtisseurs, travaillant sans maîtrise, dans les sauvetés de Saint-André ou de Saint-Seurin, environ 162 personnes, soit en tout 2053 personnes. Quant aux métiers jurés ou réglés ils regroupent 1838 maîtres. Le rôle dressé en 17778 pour la capitation des communautés d’arts et de métiers concerne quatre-vingt-sept métiers ou assimilés, pour un total de 5997 cotes. On y décompte trente-huit métiers jurés (mais il manque les perruquiers et les boutonniers) totalisant 1971 cotes, dix métiers réglés avec 292 cotes et trente-neuf métiers libres pour 3171 cotes, englobant l’ensemble des travailleurs et non pas seulement les maîtres qui paient la capitation de leurs compagnons avec la leur et dont nous ignorons donc le nombre. Aux travailleurs libres de Bordeaux, s’ajoutent ici encore les maîtres et travailleurs des sauvetés soit 622 cotes. Parmi ces travailleurs non organisés en métiers, les tonneliers comptent pour près du quart avec 946 cotes. Ils représentent plus de 15 % du total des capités ; ils ne pèsent cependant pas autant parmi les travailleurs bordelais puisque les compagnons et les apprentis ne sont pas décomptés sur les rôles, alors que les tonneliers salariés sont capités personnellement. Il n’en reste pas moins que la tonnellerie est sans doute le premier secteur de main-d’œuvre à Bordeaux, les autres grands secteurs concernant les tailleurs et les cordonniers : 850 personnes pour les premiers, 818 pour les seconds en 1774, assez loin derrière les perruquiers avec un total de 422 maîtres et garçons. En 1734, les membres de la chambre de commerce la considèrent comme « la seule manufacture du pays », terme qui montre le caractère particulier de cette activité plus industrielle qu’artisanale et en 1784, on considère que « la fabrication des futailles occupe un nombre prodigieux d’ouvriers dont c’est la seule profession »9. On ne saurait en être trop étonné dans une ville où le commerce du vin, des eaux-de-vie, des farines et autres denrées pour le commerce des colonies tient une aussi grande place ; mais il est probable que la liberté du métier a favorisé la croissance du nombre des salariés, hors du cadre traditionnel de l’atelier et que les chais des Chartrons concentraient une main-d’œuvre nombreuse. Bien que les chiffres donnés par les enquêtes ou les rôles fiscaux soient loin d’être totalement fiables, il semble y avoir eu une montée des effectifs : d’après les rôles de capitation de 1763, il y aurait 863 tonneliers ; un peu plus de dix ans plus tard, en 1777, on en recensait 946, soit près de 10 % de plus.

  • 10 Arch. dép. Pyrénées Atlantiques, 1 C 1271.
  • 11 Arch. hist. Vincennes, Mémoires et Reconnaissances Bayonne, 1722.
  • 12 Arch. dép. Gironde C 3711. Statuts et règlements de la communauté des tonneliers de Bayonne, 5 juin (...)
  • 13 G. Baudry, L'apprentissage à Bordeaux au XVIIIe siècle, Université Bordeaux 3, TLR, 2001.
  • 14 J. Pontet-Fourmigue, Bayonne, un destin de ville moyenne à l'époque moderne, Biarritz, J. et D, 199 (...)

4Les conditions d’accès au métier sont à Bordeaux très différentes de ce que l’on trouve à Bayonne, où les tonneliers sont en corps de communauté sous l’autorité de la ville depuis près de 500 ans, comme l’indique l’état des communautés d’arts et métiers dressé en 176610. C’est dans cette ville aussi le premier secteur d’activité dans les métiers, avec 110 maîtres en 1766 dont 101 ont été par acquisition d’offices en 1722 et 1748, avant quoi on comptait 100 maîtres et 70 garçons11. Pour devenir maître, il en coûtait 20 livres si l’on était fils de maître, 54 si l’on ne l’était pas. L’apprentissage était particulièrement contraignant, généralement d’une durée de trois ans, mais souvent de cinq ans, avec obligation pour les apprentis de rester encore deux années supplémentaires chez le maître pour parfaire leur savoir, s’ils étaient étrangers à la ville. Le maître ne peut prendre qu’un apprenti pendant les trois ans de sa formation. Compagnons et apprentis doivent verser chaque semaine à la boite de la communauté une contribution : six sols pour un compagnon étranger, un sol s’il est Bayonnais. Les statuts précisent bien que « seuls les maîtres peuvent travailler du dit métier de tonnelier à faire ou à raccommoder les dites futailles soit pipes, barriques, demi barriques, tierçons ni barils, ni trier ou raffiner les vins de la lie, à peine de 10 livres d’amende pour chaque contrevenant et la confiscation des outils et futailles » (art 62). S’ils ont le monopole de l’exercice du métier, ils ont aussi le monopole des matières premières : « Il est inhibé et défendu à toutes sortes de personnes autres que les dits maîtres de tenir magasin ou boutique en la dite ville et juridiction d’icelle de merrens de cercles », comme de vendre les produits finis « barriques, pipes... »12. Rien de tel à Bordeaux où il n’y a pas de maîtrise pour s’installer charpentier de barrique ou tonnelier, ce mot impliquant aussi bien la fabrication des barriques, leur entretien que la conservation du vin et son vieillissement auxquels sont employés nombre d’entre eux. Le tonnelier peut prendre des apprentis dont l’apprentissage est d’une durée très variable qui peut osciller entre un et trois ans, le plus souvent deux13. Il peut aussi disposer d’une main-d’œuvre salariée importante. Il n’y a cependant pas de monopole du métier sur l’embauche : des négociants, des propriétaires, mais aussi bien des cabaretiers peuvent employer des tonneliers salariés. Cette situation allait à l’encontre de l’idéologie qui animait le monde des métiers encore très largement au XVIIIe siècle, époque à laquelle plusieurs métiers réussissaient à se faire ériger en communauté, par exemple les chocolatiers à Bayonne qui furent admis en jurande, après un long combat, en 176114.

  • 15 Arch. mun. Bordeaux, Fonds Théodore Ricaud, cité par S. Barbaud, Les tonneliers bordelais pendant l (...)
  • 16 Sur tout ceci, voir B. Gallinato, op. cit., p. 324-325.
  • 17 S. Meysonnier, op. cit., p. 67-68.
  • 18 Ibid., p. 200-201.
  • 19 C’est là une position proche de celle de Mandeville, dont les écrits sont connus de Melon et de Mon (...)
  • 20 Arch. dép. Gironde, C 1807

5Ce ne fut pas le cas des tonneliers, bien qu’ils n’aient pas manqué d’avoir essayé de se constituer en jurande à plusieurs reprises. Mais ils se heurtèrent chaque fois aux pouvoirs urbains. Les tonneliers, du moins ceux qui étaient indépendants, ne formaient un métier libre qu’à leur corps défendant. En décembre 1699, les tonneliers se rassemblent sans avoir demandé l’autorisation de tenir une assemblée et élisent des syndics pour représenter les intérêts de la communauté. La jurade est d’abord prise de court, mais réagit violemment en mai 1701 en cassant la nomination des syndics et toutes les délibérations faites par les tonneliers. Il leur est interdit de tenir à l’avenir de pareilles assemblées, de nommer des syndics et de délibérer sous peine de poursuites. Tous les tonneliers doivent faire le serment de ne plus s’assembler sans autorisation et on impose, aussi, aux négociants de prêter le serment de n’employer aucun tonnelier qui aurait refusé de se soumettre15. Cette assemblée, d’un nombre aussi élevé d’artisans et peut-être d’ouvriers a pris, aux yeux de la jurade, un caractère subversif et dangereux qu’il fallait empêcher. Quelques années plus tard, en 1730, ayant renoncé à s’assembler, les tonneliers élaborent, de façon plus légale, un projet de statuts pour s’organiser en corporation sur un modèle assez proche de celui des Bayonnais. Ce projet institue le monopole des maîtres tonneliers sur la fabrication des barriques, mais aussi sur le commerce des eaux-de-vie et liqueurs. Devant l’opposition des jurats à ce projet, un nouveau projet est proposé en 1734, mais sans plus de succès, pas plus qu’un autre encore en 1748, l’année de la publication de l’Esprit des Lois, projet qui devait selon les tonneliers « concourir à augmenter le bon ordre et la perfection de leur art »16. On retrouve là les bienfaits imputables à des structures de petite production, où le maître transmet son savoir à un nombre limité d’élèves dont un plus petit nombre encore accède à la maîtrise, couronnement d’un savoir-faire incomparable. Il assure en même temps la discipline dans le métier, argument auquel les autorités municipales ou monarchiques étaient particulièrement sensibles. À Bordeaux, c’est l’utilité pour le commerce qui prévaut et son épanouissement ne va pas sans la liberté du travail et la concurrence, principes cependant tempérés par une nécessaire protection assurée par l’État. Les négociants bordelais paraissent avoir été gagnés très tôt aux idées libérales. Est-ce un hasard si un des premiers théoriciens de ce libéralisme, Jean-François Melon, a été avocat au parlement de Bordeaux, avant d’être dans les cercles financiers du pouvoir. Cet esprit éclairé qui fut le premier fondateur d’une société savante à Bordeaux devenue l’Académie, dont il fut le directeur en 1720, ami de Montesquieu, est l’auteur de l’Essai politique sur le commerce, publié en 1734, augmenté en 1738. Il y affirme que la liberté est le principe de base de toute politique économique vouée à la croissance et à l’enrichissement, et que l’industrie est une activité essentielle au développement du pays. Le système des corporations est attaqué par la dénonciation des statuts, des règles d’apprentissage, des charges synonymes de pertes d’hommes et de temps, mais aussi des contrôles et visites des produits ouvragés17. Avant Gournay et Clicquot-Blervache18, les négociants bordelais se prononcent contre les corporations qui sont néfastes à l’intérêt public, et leur libéralisme va bien, dès 1734 au moins, jusqu’à séparer l’économique du religieux et des solidarités charitables19. Le Mémoire des directeurs de la chambre de commerce contre la prétention des tonneliers de Bordeaux à vouloir s’ériger en statuts en 1734 est particulièrement clair : selon eux, former une corporation signifie pour les artisans du métier la possibilité d’empêcher toute concurrence, de freiner la production, d’en renchérir les coûts en s’arrogeant le monopole exclusif de l’approvisionnement en bois, de la fabrication des barriques, du rabattage des vins etc..., en interdisant l’entrée des barriques de l’extérieur20.

  • 21 Ibid., C 4379.
  • 22 Ibid., C 4263.

6En 1748, l’attaque contre les jurandes est précisée : « les jurandes à proprement parler sont des privilèges lucratifs accordés à un petit nombre de personnes au préjudice de tous leurs autres concitoyens ; ce sont des droits exclusifs qui gênent le commerce et en règle générale l’intérêt public est opposé à l’établissement de toutes les maîtrises... il n’y en a point qui soient réellement utiles... » La doctrine était claire, encore réaffirmée à propos des cartiers : « Il sera toujours d’un principe constant de préférer l’utilité des négociants en général à l’avidité d’un petit nombre d’ouvriers »21 et encore en 1754 : « L’assujettissement des jurandes ne peut concourir à la propagation du commerce de Bordeaux »22.

  • 23 Il faut dire que les charpentiers de navire avaient essuyé le même refus de la part de la Chambre d (...)
  • 24 Cité par B. Gallinato, op. cit.
  • 25 C. Huetz De Lemps, op. cit., p. 597.

7Si la critique à l’égard des jurandes était de principe, il faut dire que les tonneliers avaient encore moins de chance que d’autres de se voir ériger en communauté23. En effet, jurats et parlementaires étaient généralement peu hostiles aux jurandes, moyen de contrôle sur la société, mais la plupart, ici, étaient propriétaires de vignobles dans les alentours. Or établir un monopole pour les tonneliers bordelais, allait contre leurs intérêts, entraînant une pression sur les prix qui naîtrait de la distorsion entre l’offre et la demande : « Les tonneliers veulent le privilège exclusif et non s’engager à fournir autant de barriques qu’il sera nécessaire ». De plus, les statuts proposés par les tonneliers, à l’instar des statuts bayonnais, prévoyaient des prélèvements effectués par le métier sur l’ensemble des membres pour soulager les indigents. Ces mesures de solidarité sont fort mal perçues par les jurats et les négociants surtout : « Le travail de ceux qui ne sont pas dans l’indigence ne doit pas être sujet à imposition par ceux qui y seront mais peut être par leur faute ». Les jurats ne voient là « qu’une incitation à se livrer à la paresse, à la débauche, dans l’espérance promise par les statuts »24. La solidarité à l’intérieur des métiers n’est pas comprise par les élites bordelaises qui voient dans la misère la résultante de la paresse et dans le chômage une escroquerie à l’assistance. On comprend dès lors la réticence de la chambre de commerce à l’égard des confréries : en même temps qu’une communauté de métier, les charpentiers de navires demandaient en 1716 l’érection d’une confrérie dans l’église des Carmes, la Chambre consultée juge « qu’il est important de l’empêcher pour le bien du commerce et leurs propres intérêts », leurs assemblées ne seraient que « des occasions de débauche, de caballe et de dissipation qui les éloignant du travail... les conduiraient insensiblement à l’hôpital »25.

  • 26 Arch. dép. Gironde, C 3711. « Statuts et règlements de la confrérie des charpentiers de barriques o (...)
  • 27 Arch. mun. Bordeaux, Instruction pour le commissaire de police, 1790.
  • 28 Il s’agit apparemment d’une minorité : cinq en 1750-1753, trois en 1760-1773 dans les nombreux cont (...)
  • 29 On trouve trace d’une délibération faite en janvier 1788 entre les maîtres tonneliers de la ville e (...)

8Les tonneliers, faute d’avoir des statuts de métier avaient une confrérie, sans doute très ancienne, dont les statuts ont été confirmés en 1620 par Mgr de Sourdis, de caractère purement religieux dont l’activité se réduisait à des œuvres d’assistance matérielle et spirituelle. Sur le modèle des vieilles confréries bordelaises, elle accueillait indistinctement des confrères de toutes professions, hommes et femmes « s’ils ne sont pas d’une vie scandaleuse », mais les charges n’étaient données qu’aux charpentiers de barriques ou tonneliers. Cette confrérie érigée en l’honneur de Saint-Jean-Baptiste, leur saint patron, en l’église Saint-Michel, modifia ses statuts en 1784. Désormais, elle était réservée « aux tonneliers et charpentiers de barriques pour lesquels seuls elle avait été instituée », et les droits d’entrée jugés trop modiques pour remplir les obligations qui étaient les siennes passèrent de 17 sols 6 deniers à 3 livres, et les acquis annuels de 2 sols 6 deniers à 30 sols, avec l’autorisation de l’archevêque, Mgr de Cicé. C’était là le seul cadre de vie communautaire des tonneliers qu’ils ont voulu plus identitaire à la fin du XVIIIe siècle que par le passé et plus fermé aussi avec l’augmentation très substantielle des droits, même si elle était justifiée, les droits étant restés stables depuis 162026. Le métier est resté libre jusqu’à la Révolution, soumis, comme à Bayonne où le métier était en corps de communauté, à l’autorité municipale qui réglementait « la jauge des vaisseaux vinaires » et demandait aux charpentiers de barriques d’être attentifs à la qualité du merrain. La nouvelle municipalité élue en 1790 s’empressa de reprendre les règlements en les précisant27. Mais si la réglementation concernant la fabrication était stricte, aucun frein ne limitait l’initiative individuelle concernant la production et la commercialisation. Le principe de la concurrence était non seulement reconnu mais encouragé, à l’opposé de l’organisation corporative des métiers qui reposait sur le principe théorique, certes bien émoussé, de la non-concurrence entre les maîtres et d’un certain égalitarisme entre eux, excluant les compagnons soumis à des conditions d’embauche très strictes. A Bordeaux la hiérarchie ne s’organisait donc pas entre détenteurs de la maîtrise et les autres. Certes, un certain nombre d’entre eux se qualifie de maîtres au sens pédagogique du terme dans des contrats d’apprentissage28 ou par équivalence avec le mot patron qui n’est pas entré dans le vocabulaire29, mais cette qualification n’est jamais employée dans les registres fiscaux ou les enquêtes qui ne reconnaissent que le terme de tonneliers. Derrière cette appellation générique reconnue, la diversité des situations est évidente mais pas toujours facile à cerner, ne sachant pas si l’on est en présence d’un travailleur indépendant ou d’un ouvrier salarié au service d’un patron du métier ou employé dans les chais du négoce.

9La première ventilation que l’on puisse faire des tonneliers bordelais est géographique. Les rôles de capitation comme les enquêtes menées distinguent, en effet, les tonneliers de la ville, ceux du faubourg Saint-Seurin, faubourg encore largement viticole, ceux des Chartrons, le principal quartier du négoce du vin, avec les nombreux chais qui y sont établis au cours du XVIIIe siècle. Les effectifs sont inégalement repartis entre ces différents espaces.

Nombre et répartition des tonneliers bordelais d’après les rôles de capitation

Nombre et répartition des tonneliers bordelais d’après les rôles de capitation

10En 1777, Saint-Seurin qui a toujours eu un rôle minoritaire n’en regroupe que 8 % d’après les rôles de capitation alors que la ville, avec les paroisses de Saint-Michel et Sainte-Eulalie surtout, en concentre 42,4 % et les Chartrons 49,5 %. Ce sont les tonneliers capités dans la ville qui connaissent la plus forte progression entre 1763 et 1777 (+ 17 %), alors que les Chartrons, où ils sont toujours les plus nombreux, ne voient leur nombre s’accroître que de 6 %, Saint-Seurin enregistrant une baisse de 1,4 % dans le même temps.

  • 30 Le roi, pour permettre la levée des impôts a fait désigner des syndics répartiteurs de la capitatio (...)

11Derrière ces pourcentages différenciés de croissance, se devine une évolution marquée vers le salariat dans le monde des tonneliers, favorisée sans aucun doute par la liberté d’entreprendre et d’embaucher reconnue dans cette profession. Les rôles de la capitation permettent de saisir, en effet, des différences assez nettes dans l’imposition des tonneliers selon leur lieu de résidence ou de travail. En 1777, les tonneliers de Saint-Seurin, leurs commis et garçons apprentis et domestiques doivent payer 466 livres 16 sols (450 livres plus 16 livres 16 sols de réimposition), soit une cotisation moyenne de 6 livres 10 sols. Ceux de la ville 2203 livres dont 120 livres 10 sols de réimposition, soit une cotisation moyenne de 5 livres 10 sols. Ceux des Chartrons 2 485 livres 12 sols dont 171 livres 12 sols de réimposition, soit une cotisation moyenne de 5 livres 5 sols30. En moyenne plus imposés, les tonneliers de Saint-Seurin paient mieux leur capitation que les autres, les réimpositions ne représentant que 3,4 % du montant, contre 5,4 % en ville et 6,9 % aux Chartrons. Mais plus intéressante est la répartition des tonneliers en fonction de l’imposition payée à l’intérieur des circonscriptions.

Répartition des tonneliers en fonction de l’imposition fixée pour 1777

Répartition des tonneliers en fonction de l’imposition fixée pour 1777

12Aux Chartrons près de la moitié des tonneliers sont très faiblement capités (moins de deux livres dont beaucoup à 1 livre 4 sols), le pourcentage n’est que d’un peu plus d’un tiers en ville, alors qu’il n’y en a qu’un sur cinq à Saint-Seurin, où, à l’opposé, plus de la moitié paient entre 2 et 5 livres, et un sur dix plus de 12 livres. À Saint-Seurin assez peu de très pauvres, peu de très riches non plus : deux seulement dépassent 30 livres sur les quatre qui paient plus de 20 livres. En ville comme dans le faubourg des Chartrons, les contrastes sont nettement plus marqués entre une plèbe très pauvre et des tonneliers relativement opulents, s’ils ne sont pas proportionnellement plus nombreux. Les tonneliers de la ville sont dix-neuf (4,7 %) à payer plus de 20 livres, parmi cinq qui sont au dessus de 30 livres, deux dépassent 40 livres, la cote la plus élevée étant de 46 livres. Aux Chartrons, sur les douze qui dépassent 20 livres (2,5 %) quatre paient plus de 30 livres, cinq plus de 40, dont deux 61 livres 6 sols. Il n’y a qu’une toute petite minorité de nantis dans ce faubourg bordelais. On voit là clairement les écarts de revenus qui traversent le monde de la tonnellerie.

  • 31 Le pourcentage est environ d’un tiers dans la ville et aux Chartrons.
  • 32 L’Almanach de 1791 recense 215 principaux tonneliers, celui de 1792 seulement 210, incluant brûleur (...)

13Tous secteurs géographiques confondus, cinq cents tonneliers paient au plus 1 livre 10 sols de capitation, soit 53 % de l’ensemble en 1777. Peut-on dire qu’il s’agit de salariés, de petits travailleurs indépendants ? Sans doute des deux. En effet, si l’on s’intéresse aux cordonniers, on s’aperçoit que sur les deux cents vingt maîtres capités à Bordeaux, quarante-cinq d’entre eux, soit 20 %, paient moins de 2 livres. L’aisance ne va pas nécessairement avec l’indépendance. Les tailleurs sont plus mal lotis encore : ceux de Saint-Seurin paient tous moins de 5 livres de capitation dont près des trois-quarts moins de 2 livres. La différence est assez grande ici avec les tonneliers où 42 % paient une imposition égale ou supérieure à 5 livres31. Mais chez les tonneliers prévaut partout une structure pyramidale, avec une base élargie et un sommet très étroit. Entre les deux cependant, un nombre relativement élevé, irrigué par une très relative aisance. Si l’on retenait comme seuil le paiement d’une cote de capitation égale ou supérieure à 9 livres, cent soixante-trois tonneliers constitueraient ce groupe relativement aisé, soit autour de 17 % du total32, parmi certains, comme nous l’avons vu, atteignant des niveaux assez enviables, ce sont ceux qui élargissent leur activité à la fabrication ou la vente du vinaigre ou qui sont brûleurs de vin, tels François Guiraud (58 livres 2 sols), Rabontet frères (61 livres 6 sols) qui sont vinaigriers, Soupeyrol n’étant, quant à lui, capité qu’à 19 livres 7 sols. Pichard fils et Baudry, brûleurs domiciliés sur le domaine de Constantin, paient 43 et 49 livres 9 sols de capitation.

  • 33 J.-P. Poussou, bordeaux et le Sud Ouest au XVIIIe siècle, Paris, 1983, p. 397.

14L’étude des contrats de mariage, qu’a menée Jean-Pierre Poussou, montre l’existence d’une frange riche ou au moins aisée chez les tonneliers bordelais. Plus d’un époux sur cinq apporte dans son contrat 1660 livres ou plus, 2,6 % dépassant 6000 livres33. Elle confirme aussi la faiblesse des apports des plus démunis : un sur cinq a moins de 200 livres, et 15 % moins de 100 livres. Ces tonneliers constituent un prolétariat très pauvre, au moins au moment du mariage, tel Jean Garraud qui apporte 30 livres, apport constitué d’un lit, d’une armoire et d’une chaise. D’autres, pourtant journaliers tonneliers, sont un peu mieux lotis, comme Élie Durandeau qui a pour 300 livres d’apport, constitués de meubles et autres.

  • 34 Ils avaient été construits de 1785 à 1788 d’après l’auteur anonyme des Notes anecdotiques de bordea (...)
  • 35 Arch. mun. Bordeaux, D 109, lettre concernant la grève des tonneliers de Bacalan.

15Quels sont les salaires perçus par les tonneliers bordelais journaliers ? Ils sont difficiles à connaître sous l’Ancien Régime avec précision. On sait qu’ils sont extrêmement bas en 1709 pour des journées interminables : 6 sols, même si l’on peut penser que s’y ajoutaient pain et vin au repas et à la collation. Pour la fin de l’Ancien Régime et les débuts de la Révolution, on est mieux informé grâce au mouvement de grève lancé en 1794 par les tonneliers réquisitionnés pour travailler au magasin de vivres de Bacalan34. Cette agitation se développa en réaction contre les salaires versés, 50 sous par jour, très inférieurs à ceux que les tonneliers touchaient chez les négociants des Chartrons, 70 sous, où ils pouvaient, en outre, récupérer les chutes de bois provenant des barriques, ce qui était fort appréciable pour le chauffage alors que le bois était rare et cher. La grève lancée en juin 1794, dans un climat d’effervescence assez général chez les ouvriers, fut assez vite terminée, les ouvriers n’ayant obtenu cependant que partiellement satisfaction : la journée était fixée à 3 livres, mais l’autorisation d’emporter le bois, comme l’usage en était répandu aux Chartrons fut refusée. Il restait toujours plus avantageux d’être employé au service des négociants35.

  • 36 S. Barbaud, Op. rit., p. 89.
  • 37 G. Baudry, op. rit., p. 35.
  • 38 Arch. dép. Gironde, 3E 31341 cité par S. Barbaud, op. cit.

16Le salaire des apprentis est en revanche mieux connu. D’une durée variable, les conditions étaient aussi différentes d’un maître à l’autre. Si la forme de l’apprentissage payant continuait à exister, elle a régressé au cours du siècle, elle ne concerne plus que le tiers des contrats passés entre 1789 et 179236, au profit de l’apprentissage payé. Depuis longtemps déjà l’apprenti, dont un tiers a plus de 20 ans, tend à devenir un salarié, au même titre qu’un ouvrier journalier, recevant cependant une formation devant lui permettre de savoir le métier et de pouvoir ouvrir boutique plus tard. Dans la majorité des cas, il n’est plus logé chez le patron, mot qu’il convient d’employer, et il reçoit un salaire de 10 sous par jour, qui peut être porté à 12 ou 15 sous la deuxième année de formation37. À titre d’exemple, le contrat conclu entre Jean Labrouche vigneron de Gradignan et Pierre Bourgès, en avril 1789 : le jeune apprenti âgé de 18 ans environ qui ne sait pas écrire, est placé pour 33 mois (ce qui est assez exceptionnel) pour apprendre le métier du dit Bourgès qui lui paiera 10 sols par jour pendant la moitié de son apprentissage et 12 sols pendant l’autre moitié pour lui tenir lieu de nourriture, de blanchissage, mais il sera logé chez Bourgès durant tout son apprentissage38.

  • 39 Je remercie Mme Boisson-Gabarron pour son aide, lors du dépouillement des rôles de la capitation de (...)

17L’attrait du métier apparaît important : ce sont les tonneliers qui contractent le plus de contrats d’apprentissage à Bordeaux : il offre un débouché important pour l’emploi et, sans doute aussi, une profession qui permet à beaucoup de vivre décemment. Globalement le groupe des tonneliers apparaît plutôt mieux loti que les autres artisans bordelais, mise à part « l’aristocratie des maîtres serruriers », dont la cote moyenne de capitation est de 14 livres, la moitié d’entre eux payant plus de 12 livres et un seul moins de 2 livres39 Si 1'on examine les apports au mariage des métiers bordelais, ce sont eux qui ont le moins de contrats très bas ; ce sont eux aussi qui ont le plus de contrats moyens ou assez élevés. Ce sont les seuls à être présents aux niveaux élevés des contrats, l’un d’eux ayant 2 500 livres d’apport.

Part des contrats de mariage de moins de 100 livres et des contrats de 400 à 1599 livres dans les métiers bordelais, d’après les données de Jean-Pierre Poussou

Métiers

Part des contrats de mariage de moins de 100 livres ( %)

Part des contrats de mariage de 400 à1599 livres ( %)

Tonneliers

14.8

46.4

Forgerons

16.6

41.8

Bouchers

18.1

27.1

Tailleurs

26.9

36.6

Boulangers

27.1

22.7

Charpentiers

29.2

37.3

Menuisiers

30.6

28.5

Tailleurs de pierre

35

37.5

Cordonniers

37.1

36.6

Maçons

46

33.3

Cordiers

50

14.2

  • 40 À la fin du siècle, 40 % des 460 tonneliers qui se marient épousent une fille de vigneron.

18Il n’est pas étonnant que la profession attire les vignerons avec lesquels de nombreux liens sont noués40 mais qui sont bien moins nantis (35 % ont des contrats au-dessous de 100 livres et seulement 3 % au dessus de 1 600 livres en 1782-1784).

  • 41 E. Coutureau, Le développement urbain du faubourg des Chartrons à la fin du XVIIIe siècle (1770-179 (...)

19Les tonneliers bordelais apparaissent donc comme un groupe populeux, mais finalement plutôt mieux nanti. Le régime de la liberté ne paraît pas lui avoir été globalement défavorable : il a sans doute permis l’émergence des premiers éléments de classe moyenne, face à un prolétariat nombreux et pauvre. Ce constat est confirmé par l’étude des transactions qui se sont faites aux Chartrons dans les dernières décennies de l’Ancien Régime41. Elle montre l’importance prise par les tonneliers dans les transactions foncières et immobilières de ce faubourg. Les tonneliers réalisent 9.63 % des ventes enregistrées par le notaire Guy Père de 1770 à 1775, vendant 13 biens dont 9 fonciers ; mais parallèlement, ils effectuent plus de 25 % des achats, pourcentage qui atteint 29.5 % en 1785-1790. C’est le groupe le plus nombreux pour acheter des biens fonciers mais également des biens immobiliers d’une valeur en général, comprise entre 1 500 et 2 500 livres. Certains achètent des terrains à bâtir et font construire leur maison, parfois en empruntant comme Etienne Barreyre qui emprunte 6 000 livres pour parachever une maison qu’il fait bâtir rue du Couvent aux Chartrons. Un autre réclame que lui soient payées les barriques fournies pour 940 livres à un négociant pour régler les ouvriers qui travaillent à la construction d’une maison de pierre blanche. Les tonneliers ont acquis des terrains dans les lotissements qui se créent à Bordeaux, celui de la Pépinière, le lotissement Mitchell. Ils ont également acquis des maisons de campagne, des bourdieux, ce qui témoigne de leur enrichissement comme la part croissante qu’ils ont pris dans les achats au XVIIIe siècle.

Part des achats réalisés par les tonneliers au XVIIIe siècle

1740-1742

1763-1764

1770-1775

1785-1790

8,7 %

15,2 %

26,1 %

29,5 %

20Ils ont davantage profité de l’enrichissement que l’ensemble des autres artisans bordelais. Leurs achats ont presque quadruplé en 50 ans et cela leur donnait incontestablement l’aspect d’une classe montante où l’ascension était possible, facilitée par l’étendue de leurs activités qui les fait passer de la fabrication des barriques, à leur entretien et à toute une gamme d’autres activités. Les tonneliers ont bénéficié d’un enrichissement indéniable dont témoignent aussi les inventaires après décès : en effet, en 1690-1720, un quart des tonneliers est propriétaire de son logement, un tiers en 1764-1788 ; certes cette source a, par sa nature tendance à grossir le nombre de propriétaires, mais l’évolution montre une accession plus grande à la propriété au cours du siècle. Certes, il s’agit le plus souvent de petits logements, avec la typique échoppe bordelaise. Quant aux locataires, ils se contentent le plus souvent d’un logement modeste, dont la valeur locative moyenne est de 171 livres à Sainte-Croix, et de 102 livres aux Chartrons en 1791-1792 d’après la contribution mobilière, avec 70 % de cotes, comprises entre 100 et 200 livres, 10 % payant un loyer supérieur à 300 livres : il s’agit là d’une élite des tonneliers qui accède à des logements de plus grande valeur. Globalement, on assiste cependant chez tous à un gain certain d’espace au cours du siècle : en 1690-1720, 35 % des logements décrits par les notaires n’ont qu’une seule pièce, avec deux à trois personnes par pièce dans les quatre cinquièmes des logements ; à la fin du XVIIIe siècle, on passe de 1,7 pièces par logement à 2,5 et la densité par pièce diminue, avec moins de deux personnes par pièce. Toutefois les pièces restent dans l’ensemble polyvalentes, avec la présence généralisée de lits, 60 % ont un lit individuel.

21Mais l’amélioration du niveau de vie se lit aussi dans le mobilier et dans les bois utilisés. Les tonneliers sont sensibles à la mode des meubles « rouges », sinon en acajou du moins en cerisier. Le nombre de chaises témoigne de leur sociabilité. Mais chez les plus riches apparaissent vaisseliers, armoires, commodes, cabinets, bureau, signes indiscutables de leur réussite sociale. La vie privée a plus d’espace aussi, car l’atelier et la boutique sont rarement dans la maison, mais le plus souvent dans les dépendances, chais, courées. Évidemment le contraste est grand avec les logements des ouvriers qui vivent dans des chambres uniques, pour des loyers modiques, et souvent pour les célibataires, en pension (19 % des célibataires). L’évolution de l’utilisation de vaisselle en faïence est aussi intéressante. À la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle, 90 % des services des tonneliers sont en étain (80 % chez les robins), encore près d’un tiers à la fin du XVIIIe siècle (robins 10 %). La faïence est présente, mais elle est utilisée chez les plus riches (inventaires au-dessus de 1 000 livres), au-dessous l’étain, l’argent du pauvre, est toujours préféré.

  • 42 B. Buna, Le cadre de vie du Bordelais au XVIIIe siècle à travers les inventaires après décès : l'ex (...)

22Il est évident que le XVIIIe siècle bordelais a été synonyme d’accroissement du bien-être matériel. La consommation s’est accrue et l’étude comparée des inventaires après décès des tonneliers et de la petite robe montre qu’une élite de tonneliers a atteint un niveau de vie assez comparable à celui de la petite robe. Ils utilisent de plus en plus des mouchoirs, des fourchettes, ils consomment sucre et café. Il faut dire que pour s’affirmer socialement, les tonneliers ont choisi davantage l’apparence que le confort, à la différence des robins. Assez bien alphabétisés, les deux-tiers signent leur acte de mariage à la fin du siècle ; ils restent cependant en marge de la vie intellectuelle ; peu de livres et lorsqu’ils existent, ils sont essentiellement professionnels. En revanche, dans le décor, les objets de piété sont relativement nombreux42. La reproduction professionnelle reste, dans ce milieu qui apparaît relativement ouvert, assez forte : la moitié des tonneliers qui se marient en 1789-1798 sont fils de tonneliers ; en revanche, seulement un quart épouse une fille de tonneliers, les facilités d’accès au métier, en dehors de la maîtrise, sont sans doute responsables de ce pourcentage relativement faible. Leur sociabilité reste modeste : les trois-quarts des tonneliers des Chartrons se marient avec une fille de leur rue ou de la rue voisine. Il faut noter que, là aussi, la richesse est un critère distinctif et que le réseau de relations est plus étendu pour les patrons que pour les ouvriers, tous désignés sous le terme de tonneliers.

23Les tonneliers ont été à la fois des acteurs et des bénéficiaires de l’expansion bordelaise qui se répercute sur leur activité. Certes, comme l’écrit B. Gallinato, ils étaient soumis aux marchands et négociants capitalistes qui se sont opposés à la constitution d’une communauté de métiers ; mais a priori cela ne leur a pas été globalement plus défavorable, et cette situation a permis sans doute l’émergence d’une élite sociale et d’une classe moyenne plus affirmée que dans les autres métiers de la ville.

Notes

1 Sur les corporations, on pourra se référer aux ouvrages anciens de B. Martin-Saint Léon, Histoire des corporations de métiers depuis leurs origines jusqu'à leur suppression en 1791, Paris, 1909, F. Olivier-Martin, L'organisation corporative de la France d’Ancien Régime, Paris, 1938, E. Coornaert, Les corporations en France du Moyen Age à nos jours, Paris, 1966.

2 R. Boutruchf, dir., bordeaux de 1453 à 1715, Bordeaux, 1966, p. 150-151.

3 P. Roudie, « Une enquête sur les confréries d’artisans à Bordeaux en 1521 », bulletin de la Société Archéologique, Bordeaux, t. LXVIII, 1966, p. 162-190.

4 F. Bayard et P. Guignet, L'économie française aux XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Ophrys, 1991, p. 35-36.

5 P. Loupés, Chapitres et chanoines de Guyenne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, EHESS, 1985, p. 189-190. Les sauvetés sont cependant réduites au cours du XVIIIe siècle sous les attaques obstinées des jurats qui les considèrent comme des zones de non-droit, p. 380-382.

6 S. Meyssonnier, La balance et l’horloge. La genèse de la pensée libérale en France au XVIIIe siècle, 1989, ch. VII.

7 Arch. dép. Gironde, C 1810. Le tableau en est donné dans B. Gallinato, Les corporations à bordeaux à la fin de l'Ancien Régime, Bordeaux, PUB, 1992, p. 286.

8 Ibid., C 2792.

9 Arch. dép. Gironde, Ms fonds Brouillard. En fait, il s’agit là essentiellement des salariés, d’assez nombreux tonneliers pouvant être en même temps cabaretiers ou aubergistes.

10 Arch. dép. Pyrénées Atlantiques, 1 C 1271.

11 Arch. hist. Vincennes, Mémoires et Reconnaissances Bayonne, 1722.

12 Arch. dép. Gironde C 3711. Statuts et règlements de la communauté des tonneliers de Bayonne, 5 juin 1719. Confirmation des statuts.

13 G. Baudry, L'apprentissage à Bordeaux au XVIIIe siècle, Université Bordeaux 3, TLR, 2001.

14 J. Pontet-Fourmigue, Bayonne, un destin de ville moyenne à l'époque moderne, Biarritz, J. et D, 1990, p. 531-535.

15 Arch. mun. Bordeaux, Fonds Théodore Ricaud, cité par S. Barbaud, Les tonneliers bordelais pendant la Révolution, Université Bordeaux 3, TER, 1999, p. 69.

16 Sur tout ceci, voir B. Gallinato, op. cit., p. 324-325.

17 S. Meysonnier, op. cit., p. 67-68.

18 Ibid., p. 200-201.

19 C’est là une position proche de celle de Mandeville, dont les écrits sont connus de Melon et de Montesquieu, soit en traduction française soit en anglais comme la Fable des abeilles, S. Meyssonnier, p. 73-74.

20 Arch. dép. Gironde, C 1807

21 Ibid., C 4379.

22 Ibid., C 4263.

23 Il faut dire que les charpentiers de navire avaient essuyé le même refus de la part de la Chambre de commerce, en 1716. Voir C. Huetz de Lemps, La géographie du commerce de Bordeaux à la fin du règne de Louis XIV, Paris - La Haye, Mouton, 1975, p. 597.

24 Cité par B. Gallinato, op. cit.

25 C. Huetz De Lemps, op. cit., p. 597.

26 Arch. dép. Gironde, C 3711. « Statuts et règlements de la confrérie des charpentiers de barriques ou tonneliers, institués en l’église Saint Michel de la présente ville à l’honneur de Saint jean Baptiste dont les services se font dans la chapelle dédiée au saint. »

27 Arch. mun. Bordeaux, Instruction pour le commissaire de police, 1790.

28 Il s’agit apparemment d’une minorité : cinq en 1750-1753, trois en 1760-1773 dans les nombreux contrats d’apprentissage relevés chez les notaires. G. Baudry, Les tonneliers... op. cit.

29 On trouve trace d’une délibération faite en janvier 1788 entre les maîtres tonneliers de la ville et faubourg de Bordeaux : les « maîtres » refusent le service de la marine qui leur est imposé, préférant envoyer les « ouvriers dont le nombre sera toujours plus que suffisant, alors que les artisans sont trop nécessaires pour être envoyés au service de la marine ». Arch. dép. Gironde, C 1807.

30 Le roi, pour permettre la levée des impôts a fait désigner des syndics répartiteurs de la capitation fixée par l’intendant comme dans tous les métiers libres.

31 Le pourcentage est environ d’un tiers dans la ville et aux Chartrons.

32 L’Almanach de 1791 recense 215 principaux tonneliers, celui de 1792 seulement 210, incluant brûleurs de vins pour l’eau-de-vie et fabricants de vinaigre. On n’a pas les rôles de capitation pour les dernières années de l’Ancien Régime, mais le pourcentage devait osciller entre 17 et 20 %.

33 J.-P. Poussou, bordeaux et le Sud Ouest au XVIIIe siècle, Paris, 1983, p. 397.

34 Ils avaient été construits de 1785 à 1788 d’après l’auteur anonyme des Notes anecdotiques de bordeaux, 2 vol. 1824, cité par S. Barbaud, op. cit., p. 230.

35 Arch. mun. Bordeaux, D 109, lettre concernant la grève des tonneliers de Bacalan.

36 S. Barbaud, Op. rit., p. 89.

37 G. Baudry, op. rit., p. 35.

38 Arch. dép. Gironde, 3E 31341 cité par S. Barbaud, op. cit.

39 Je remercie Mme Boisson-Gabarron pour son aide, lors du dépouillement des rôles de la capitation des métiers bordelais.

40 À la fin du siècle, 40 % des 460 tonneliers qui se marient épousent une fille de vigneron.

41 E. Coutureau, Le développement urbain du faubourg des Chartrons à la fin du XVIIIe siècle (1770-1790), Université Bordeaux 3, TER, 1979.

42 B. Buna, Le cadre de vie du Bordelais au XVIIIe siècle à travers les inventaires après décès : l'exemple de la petite robe et des tonneliers entre 1690-1720 et 1764-1788, Université Bordeaux 3, TER, 1992.

Table des illustrations

Titre Nombre et répartition des tonneliers bordelais d’après les rôles de capitation
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Répartition des tonneliers en fonction de l’imposition fixée pour 1777
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2706/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Auteur

Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540