Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945). Volume II

 | 
Philippe Guignet

Introduction

Philippe Guignet

Texte intégral

Nous remercions les collègues ayant accepté de présider les séances et de coordonner les discussions. Intervinrent successivement le jeudi après-midi J.-L. Pinol, le vendredi E. Crouzet-Pavan, J.-P. Poussou, A. Desreumaux et C. E ingrand, le samedi A. Lottin et B. Duriez.

1Au nom du comité d’organisation de l’équipe « Espaces et cultures de la ville » et plus largement des enseignants chercheurs et chercheurs du Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, j’ai eu le plaisir de vous accueillir déjà en si grand nombre en cet après-midi du 23 novembre 2000. Il est juste et nécessaire de remercier toutes les autorités tutélaires (l’U.C. Louvain, IFRESI, Université de Lille 3, Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais) qui par leur contribution ont permis à ces journées de se tenir. Il m’est agréable de remercier celles et ceux qui ont répondu à l’appel que nous avons lancé il y a deux ans. Nous allons au cours de quatre demi-journées recueillir les fruits de vingt-quatre communications présentées par des chercheurs confirmés comme de jeunes chercheurs au talent prometteur. Une forte minorité de ces communications (dix sur vingt-quatre) seront présentées par des historiens du Nord, qu’il s’agisse d’universitaires de Lille, voire d’Arras ou de chercheurs de la Commission historique du Nord associée au CRHEN-O et toujours fidèles à nos rendez-vous. Il est en fin de compte roboratif pour nous de constater que les plus nombreux seront des universitaires venus d’autres régions de France et de Belgique qui se sont mobilisés avec un frémissement d’enthousiasme que certains courriers reçus laissaient pressentir. Les universités de l’Ouest et du Centre-Ouest, avec lesquelles nous avons il est vrai noué des liens de longue date, ont répondu avec promptitude. Nous adressons par conséquent un fraternel remerciement à nos collègues de Tours, Orléans, Caen, Rennes et Poitiers qui ont porté leurs pas jusqu’à Villeneuve d’Ascq. Il nous plaît de constater que les universités dotées des centres de recherche où l’histoire urbaine est affichée comme un objectif prioritaire ont été le creuset de multiples propositions de communications. Plusieurs universités de l’Ouest s’inscrivent du reste dans ce cas de figure. Les universités de Bordeaux 3, de Lyon 2 et de Dijon où l’histoire urbaine sous des formes institutionnelles diverses est à l’honneur ne nous ont pas fait défaut. Les universités parisiennes, en la circonstance celles de Paris-Sorbonne et de Paris VII, n’ont pas davantage dédaigné ce rendez-vous septentrional et ont fourni de surcroît deux de nos présidents de séance. Par ailleurs, l’école historique belge qui depuis au moins H. Pirenne a tant apporté à la connaissance des villes ne pouvait se dérober. Dès cette année, des communications furent présentées par des collègues de l’Université Catholique de Louvain ou des Facultés Notre-Dame de la Paix à Namur. Cette collaboration est appelée à se poursuivre et à s’approfondir. Ce colloque sur le peuple des villes sera en effet scandé en deux temps. En novembre 2001, avec vingt-neuf communications, un programme encore plus dense nous attend.

  • 1 F. Furet, « Pour une définition des classes inférieures à l’époque moderne », Annales ESC 1963, no(...)

2Nous sommes également heureux que vous ayez été sensible à des problématiques qui toutes, en tout cas, ne sont pas nécessairement dans l’air du temps. En 1998, lorsque nous avons lancé notre bouteille à la mer en suggérant d’orienter le projecteur de la recherche sur les milieux populaires, nous avions conscience, sinon n’exagérons pas, d’enfreindre des tabous, du moins de nous inscrire dans une certaine mesure à contre-courant et pour deux raisons. Le temps est loin, c’était en 1963, où F. Furet, avant de s’orienter vers d’autres chantiers, militait dans les Annales ESC pour une définition des classes inférieures1. Aujourd’hui, on se voit volontiers, quoique sans animosité, soupçonné de misérabilisme compassionnel ou imprécateur, voire pire encore de populisme lorsqu’on consacre temps et réflexion à une étude des milieux populaires urbains. Par ailleurs, il est patent qu’interpellés par les attendus théoriques de la micro-histoire, certains collègues, s’interrogent sur la pertinence des études sociales globalisantes.

  • 2 « Les élites dans la France du Nord (XVe-XXe siècle). Composition, pouvoirs et éthique sociale », (...)

3Nous pouvons d’entrée de jeu formuler deux réponses simples à ces interpellations. Ce que nous ferons pendant ces deux ans prouvera que nous ne cédons pas aux fantasmes, même s’il est vrai que l’école historique française et singulièrement celle de la France du Nord et des « provinces belgiques » ont toujours été soucieuses dans leurs préoccupations des réalités populaires. Depuis Paul Bonenfant, Georges Lefebvre ou Michel Mollat et tant d’autres, le sort des humbles, des pauvres, des gens de peu plus généralement a toujours été perçu comme un des thèmes s’imposant aux historiens de la société et de la culture. Très franchement, pour des chercheurs qui se réfèrent aux valeurs de l’humanisme, nous ne voyons pas en quoi il serait peccamineux de faire à la fois oeuvre de science et oeuvre de coeur. Comme nous l’avions indiqué dès le préambule scientifique de l’appel à contribution, nul ne conteste la fécondité des recherches sur les élites. Plusieurs membres de l’équipe y ont même consacré beaucoup de temps et d’énergie et un numéro spécial de la Revue du Nord d’octobre-décembre 2000 réalisé à notre instigation vient du reste de rassembler neuf articles à ce propos2. Simplement il est certainement opportun de procéder à un rééquilibrage de la recherche en histoire sociale urbaine en conduisant aussi une réflexion sur les milieux qui vivent hors des groupes socialement et culturellement dominants.

4L’interpellation historiographique appellerait assurément de longues considérations qu’il serait hors de propos de développer ici. Nous sommes naturellement attentifs aux débats qui agitent le petit monde des sciences humaines. Beaucoup parmi nous persistent à penser comme G. Lefebvre que l’historien doit savoir compter et qu’à condition de ne pas avaler sans critique des statistiques toutes crues, l’histoire sérielle n’a rien perdu de sa fécondité. La compréhension d’une société ne peut ne réduire au suivi d’itinéraires individuels. Cela étant, nul ne conteste que les sociétés, même celles dominées par la stabilité ou la viscosité des processus de promotion sociale, peuvent céler des dynamiques familiales et des destins individuels que la quête prosopographique et des analyses de caractère anthropologique ont vocation à mettre en évidence. L’approche structurelle des groupes sociaux peut faire bon ménage avec la perception des trajectoires individuelles, familiales ou lignagères. Cette motion de synthèse que certains trouveront rapide ou commode ne nous exonère pas de nous interroger sur la validité scientifique du projet retenu.

5Prétendre travailler sur une période de cinq siècles relève d’une certaine mesure de la gageure. Pour ne pas diluer l’objet de notre recherche, nous avons certes souhaité ne pas aborder les profondes mutations ayant affecté le monde populaire des villes au cours du dernier demi-siècle. Il demeure qu’entre le peuple du temps des ducs de Bourgogne et les milieux populaires qui à l’issue des épreuves de la seconde guerre mondiale, s’apprêtaient à vivre les longues heures des Trente glorieuses dans une Europe du Nord-Ouest devenue très majoritairement urbanisée, il paraît y avoir un abîme. Ce sera un des multiples enjeux de ce colloque bi-annuel que de dégager les continuités et les mutations, voire les ruptures.

6Le domaine géographique envisagé (l’Europe du Nord-Ouest) n’est pas de médiocres dimensions. Il englobe la France septentrionale au sens le plus large du terme, les dix-sept provinces ayant formé les anciens Pays-Bas, ainsi que l’Angleterre et les marges du monde germanique aux liens commerciaux si étroits avec les pays riverains de la mer du Nord et de la Manche. Dans une perspective résolument comparatiste, nous avons souhaité accueillir dans nos débats les contributions de premier plan qui nous étaient proposées, du reste par des amis, sur des expériences urbaines situées au sud de la Loire, en interdisant toutefois les incursions dans un monde méditerranéen qui auraient risqué de faire perdre toute unité à notre démarche collective.

7Le coeur de la réflexion engagée collectivement dans le cadre chronologique et l’espace géographe que nous venons de rappeler est constitué par la compréhension dans ses multiplies dimensions du peuple des villes. Il n’est pas question de présenter ici les conclusions d’un colloque qui n’a pas encore commencé. Nous avons toutefois la faiblesse de penser qu’il est utile de planter sommairement le décor, de rappeler la problématique qui sous-tend les étapes jalonnant notre cheminement bi-annuel.

  • 3 On peut se reporter à ce propos à l’utile synthèse de G. Fritz, L'idée de peuple en France du XVII(...)

8Le concept de peuple serait incontestablement ambigu si nous ne l’avions pas précisé davantage. Le mot, faut-il le rappeler, a deux sens. Il désigne l’ensemble d’une société par opposition à d’autres peuples3. Il tend aussi à identifier une partie seulement de cette société en l’opposant aux élites, ou si l’on préfère à la partie dominante de cette même société. C’est naturellement ce second sens que nous avons retenu, ce sont les milieux urbains qui ne détiennent pas, ou bien modestement, l’avoir, le pouvoir et le savoir qui seront au coeur de notre réflexion. Cet ensemble juridiquement peu homogène a en partage la pratique du travail manuel, de modestes conditions d’existence, une instruction faible ou modeste, au mieux réduite à une instruction élémentaire.

  • 4 H. Le Roy Ladurie, Histoire de la France urbaine. La ville classique de la Renaissance aux dévolut (...)
  • 5 D. Roche, Le peuple de Paris, essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Paris, 1981,
  • 6 D. Roche, op. cit., p. 24.
  • 7 L. Chevallier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XI (...)
  • 8 Il suffit de renvoyer à ce propos pour la problématique générale aux travaux de R. Mousnier et Y.- (...)

9Encore convient-il de reconnaître que cette définition générale fait bon marché des limites supérieures et inférieures de ce même peuple. Les limites supérieures du peuple des villes ne vont pas nécessairement de soi. Convient-il d’intégrer dans le monde populaire ceux qui forment sous l’Ancien Régime ce que Le Roy Ladurie a excelleraient appelé « le peuple qualifié »4. Or, les meilleurs esprits opinent quelquefois pour une définition restrictive du monde populaire. C’est ainsi qu’en 1982, Daniel Roche dans un livre qui fait autorité5 s’en tient aux « seules classes laborieuses salariées ». Il circonscrit le peuple de Paris à « un mixte qui exclut les maitres-artisans et les boutiquiers indépendants »6. Notre choix est plus large puisqu’il envisage les classes populaires élargies au groupe, ô combien nombreux, de l’échoppe et de la boutique. Convient-il de définir une frontière vers le bas du peuple urbain ? C’est ce que font volontiers les hommes du XVIIIe siècle. C’est ainsi que le rédacteur du journal de Paris pendant la Révolution écrit tout uniment : « Les hommes en société ne seront jamais libres, heureux et bons tant qu’il y aura parmi eux beaucoup plus de populace que de peuple ». Cette distinction peuple-populace aboutit par conséquent à tenir en lisière du peuple le groupe aux effectifs fluctuants, mais significatifs des mendiants, des vagabonds, des désoccupés, l'underground de la société urbaine que l’on perçoit toujours prompte au tumulte, au larcin et à la violence. Il serait certainement dommageable à la pertinence de notre recherche si nous enregistrions les catégories mentales des contemporains, d’autant plus que pour reprendre une dénomination chère à Louis Chevallier dans son livre-événement de 19587, les « classes dangereuses » dénoncées par les homme d’ordre du premier XIXe siècle englobent volontiers l’ensemble des milieux populaires et non le seul quatrième état. De fait les grandes violences collectives qui demeurent d’ailleurs longtemps de simples émeutes de la taxation ne visant pas au bouleversement social8 emportent de larges pans des milieux populaires et non en priorité les marginaux et le tout-venant du cheminement.

  • 9 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, t. XI, p. 24.
  • 10 J.-Cl. Perrot, « Rapports sociaux et villes au XVIIIe siècle », Annales ESC, 1968, p. 241-268.
  • 11 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, t. X, p. 110.

10Cette définition large du monde populaire, que le comité d’organisation a adoptée, aboutit à retenir la très grande majorité des populations urbaines. Ce concept très unifiant ne doit pas marquer l’extrême complexité sociale des populations dominées. La confusion des classements sociaux usités par exemple au XVIIIe siècle atteste du reste de la difficulté des observateurs à cerner l’authentique stratification des sociétés urbaines de leur temps. Par exemple, L. S. Mercier dans le Tableau de Paris propose une gradation en neuf classes en allant des princes et des grands seigneurs jusqu’au bas peuple en passant par les gens de robe (barreau, Église, médecine), les financiers, les négociants et marchands, les artistes et hommes de lettres, les artisans, les-manouvriers et les laquais9. Ce mode de classement, dans lequel J.-C. Perrot voit d’abord une « hiérarchie de l’utilité sociale »10, opère en tout cas des partages selon divers critères, la profession assurément mais aussi la richesse et la considération. Il comporte des incertitudes et Mercier au fil des volumes de son Tableau ne manque pas de s’affranchir des curseurs de son propre canevas. Ces tâtonnements de l’analyse face à une société toujours plus complexe que ne l’imaginent les théoriciens ne doivent pas conduire à renoncer à toute recherche de taxinomie sociale. Il serait vraiment trop commode de tirer argument du caractère éclaté des modes de vie en société pour conclure comme L.S. Mercier à propos, il est vrai, de Paris : « Il y a toujours dix-huit à vingt genres de sociétés qui n’ont aucune connexion matérielle, les individus ainsi morcelés ne se touchent que par quelques mots conventionnels. Les intérêts sont tout différents. Il ne peut donc y avoir ni accord ni harmonie, ni ensemble dans les idées »11.

11Nous ne pouvons pas faire l’économie d’une réflexion sur la hiérarchie interne du monde populaire et sur la définition de son périmètre extérieur. Il faut à l’évidence toujours tenir compte de ce que les contemporains appréhendent de la société où ils vivent. De ce point de vue, les témoignages des littérateurs, des voyageurs, des économistes moraux, des médecins importent au premier chef, comme se révèle riche d’intérêt la perception que les gouvernants, les hommes de loi et les hommes de Dieu peuvent avoir du petit peuple. Certes, le poids des conventions, l’emprise des préjugés, les codes culturels intériorisés par chacun pèsent sur la véracité de ces témoignages qui interprètent toujours la réalité sans en être la décalque exacte. Il demeure qu’une société est d’abord ce que les contemporains pensent qu’elle est, même si elle n’est pas que cela, mais aussi ce que le hommes du temps ignorent qu’elle est. Il convient donc de ne pas négliger les définitions et les visions du monde social assumées par des contemporains eux-mêmes extérieurs au bas peuple, mais il convient d’aller au delà en usant d’une pluralité de classifications. C’est ainsi que la notion fourre-tout et à forte consonance politique de classes moyennes si souvent invoquée sans rigueur depuis plus d’un siècle ne pourra pas ne pas être abordée à nouveaux frais.

  • 12 A. Farge,La vie fragile : violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, 1986, (...)
  • 13 La source fondamentale de l’inventaire après décès a été popularisée par une série de travaux, par (...)
  • 14 On se reportera à la synthèse récente de D. Roche, Histoire des choses banales. Naissance de la co (...)

12En tout cas avec les villes, nous disposons d’un observatoire privilégié de la société et des rapports sociaux. Il s’agit bien en effet d’un colloque sur le peuple des villes, bref de recherches sur le peuple tel qu’il est modelé, transformé, civilisé par la ville. La ville a une extraordinaire capacité à intégrer une masse humaine devenue vague déferlante à l’époque contemporaine dans ses divers territoires. Ces territoires urbains du peuple sont construits par des pratiques à la fois résidentielles et professionnelles. Ils sont également organisés par les déambulations du populaire, les formes de sociabilité, les espaces de rencontre et de loisir. On peut même dire que le peuple accède à une visibilité qui contribue à sa construction identitaire grâce à l’appropriation existentielle des lieux de la ville, des rues, des ruelles, des places, des boulevards, des fortifications. Ce qu’Arlette Farge a appelé « la vie fragile du peuple »12 trouve longtemps un précaire refuge dans des logements d’une exiguité, d’un inconfort, d’une insalubrité que les travaux recents solidement étayés par la mise en oeuvre des sources notariales13 font sortir progressivement de l’ombre, même si le logement populaire par la force des choses est moins documenté que l’hôtel particulier ou l’immeuble de rapport. L’abondance et la qualité des contributions sur la culture matérielle des humbles révèlent la fécondité du chantier et l’importance du renouvellement des connaissances intervenues dans ce domaine depuis deux décennies. La part de la nécessité dans les patrimoines a à l’évidence régressé depuis un siècle et demi. Les premiers signes d’une diversification des possessions vestimentaires et lingères, d’une conquête du confort dans le logement, les changements alimentaires sont clairement identifiables dès le siècle des Lumières14. L’univers matériel du peuple jusqu’aux bouleversements de la société de consommation demeure pourtant longtemps celui de la pénurie et de la précarité, que tamise l’exercice de la solidarité.

  • 15 J.-P. Gutton, La société et les pauvres en Europe, Paris, 1974. Sur les Pays-Bas autrichiens, la t (...)

13Le peuple n’est pas un monde anomique. Les diverses formes de solidarité lui donnent force et cohésion pour affronter les malheurs du temps. Cette solidarité se manifeste en effet d’abord entre les démunis. Elle met en cause et en mouvement ceux qui échappent dans leur vie quotidienne à la nécessité d’une lutte permanente pour la survie. Les politiques d’assistance ont certes déjà fait l’objet de nombreux travaux qui font autorité15. Elles pourraient certainement encore bénéficier d’évaluations plus précises de leurs effets concrets dans la vie des humbles. Leurs sinuosités et l’inégale implication des élites qu’elles manifestent jettent un éclairage décisif sur la solidité du lien social.

  • 16 J.-L. Robert et D. Tartakowski dir., Paris, le peuple (XVIIIe-XXe siècle), Paris, 1999, 231 p. et (...)

14Les milieux populaires n’existent aussi dans une certaine mesure que dans le regard des autres. La remarque vaut, on l’a vu, quand il s’agit de décrire l’organisation du monde populaire. Elle est tout aussi valide quand il s’agit d’apprécier le rôle, les fonctions, voire la responsabilité des milieux populaires dans le devenir global de société. Le mythe du peuple inquiétant, délinquant, remuant est durablement installé dans les consciences des dominants, même si les visions du monde n’ont pas le manichéisme qu’on leur prête parfois. Le mythe positif est présent depuis que le peuple au sens le plus large du terme est constitutif de la France nouvelle dans toute sa majesté souveraine. Comme l’ont montré des travaux récents16, la valorisation du peuple dans ses composantes les plus modestes a été promue par les théoriciens, les leaders politiques, voire les historiens (on songe à Michelet et à son maître-livre de 1846 sur le peuple). Le peuple sacralisé n’a jamais été un élément aussi déterminant, voire fédérateur de la pensée française qu’entre les fiévreuses journées de juillet 1830 et les convulsions sociales de 1871. La vision des autorités et des hommes de lettres n’a pourtant pas la force des monolithes. Le peuple de Delacroix que guide la Liberté est aussi celui d’Eugène Sue et de ses Mystères de Paris... L’image d’un peuple français volontiers magnifié, qui dans le même temps trouve de plus en plus dans les villes et dans ses banlieues de nouvelles manières d’habiter et de vivre, n’a jamais disparu de la culture française et est régulièrement ressuscité par le politique. En faire l’histoire conduirait à user de tous le registres anthropologiques de l’imaginaire.

  • 17 V. Milliot, Les cris de Paris ou le peuple travesti, Les représentations des petits métiers du XVI(...)

15La peinture, la gravure, aujourd’hui le cinéma font voir le peuple. La question qui hante à ce propos l’historien est celle de la manière d’interpréter ces témoignages iconographiques. La thèse de V. Milliot a mis en garde contre les pièges de l’illusion référentielle, les impasses de la source-reflet17. Est-ce à dire que l’étrangeté fondamentale du peuple le rend radicalement rétif à toute appréhension exacte par les historiens de ses façons réelles d’être au monde ? Nul ne va jusque là. Il est toutefois licite de se demander s’il est vraiment possible de connaître le peuple.

  • 18 A. Prost, Paris, le Peuple..., op. cit., p. 76

16Sans trop anticiper sur les réponses des uns et des autres, il nous paraît expédient de rappeler qu’en tout cas, les sources fondamentales qui sont d’abord démographiques, hospitalières, notariales et judiciaires sont massives et ne risquent pas de faire défaut aux travailleurs infatigables, même si elles se révèlent d’un maniement ardu. Combien de fois a-t-on écrit que les humbles à de multiples égards sont silencieux ou presque, que les sources au travers desquelles l’historien tente de les approcher peuvent être biaisées, car elles émanent d’observateurs extérieurs aux milieux considérés et de surcroît saisissent le populaire dans des moments de détresse ou d’explosions de mécontentement. Il demeure que depuis bien des lustres, la communauté scientifique n’ignore pas dans quelles directions il convient d’orienter ses efforts. Depuis les décisives années 1960, le regard de l’historien a abouti à valoriser tantôt les structures, tantôt les comportements populaires, tantôt les engagements politiques, tantôt la culture matérielle, tantôt les représentations, tantôt les inscriptions spatiales des pratiques sociales, mais l’écheveau des itinéraires à parcourir pour une histoire totale n’a pas en fait changé dans ses déterminations majeures. Il est certain qu’aujourd’hui, on est plus sensible aux relations du peuple à l’espace, au cadre urbain, à la morphologie urbaine qui ne sont pas de simples-décors neutres accueillant les configurations changeantes du jeu social. Il apparaît par exemple que la morphologie d’une ville incline plus ou moins à l’imbrication des activités et de l’habitat dans un tissu inégalement dense et serré. C’est en ce sens aussi qu’il faut entendre l’aphorisme d’Antoine Prost selon lequel si le peuple fait la ville, il est aussi juste de dire que la ville fait son peuple18.

17Ce rappel des grande axes structurant notre projet montre à quel point le thème est riche, voire foisonnant. Il revint à M. Jean-Luc Pinol, président de la jeune Société française d’histoire urbaine d’assurer l’animation et la régulation de la première séquence de communications qui a pour titre « taxinomie sociale, identification et délimitation des milieux populaires urbains ».

Notes

1 F. Furet, « Pour une définition des classes inférieures à l’époque moderne », Annales ESC 1963, no 2, p. 459-474.

2 « Les élites dans la France du Nord (XVe-XXe siècle). Composition, pouvoirs et éthique sociale », Revue du Nord, octobre-décembre 2000, no 332, p. 667-892.

3 On peut se reporter à ce propos à l’utile synthèse de G. Fritz, L'idée de peuple en France du XVIIe siècle au XIX siècle, Strasbourg, 1988, 228 p.

4 H. Le Roy Ladurie, Histoire de la France urbaine. La ville classique de la Renaissance aux dévolutions (G. Duby dir.), Paris, 1981, p. 417-422.

5 D. Roche, Le peuple de Paris, essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Paris, 1981,

6 D. Roche, op. cit., p. 24.

7 L. Chevallier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, 1958, 567 p.

8 Il suffit de renvoyer à ce propos pour la problématique générale aux travaux de R. Mousnier et Y.-M. Bercé, ainsi qu’aux actes du colloque de Paris (24 au 24 mai 1984) organisé par J. Nicolas sur Mouvements populaires et conscience sociale (XVIe-XIXe siècle), Paris, 1985,

9 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, t. XI, p. 24.

10 J.-Cl. Perrot, « Rapports sociaux et villes au XVIIIe siècle », Annales ESC, 1968, p. 241-268.

11 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, t. X, p. 110.

12 A. Farge,La vie fragile : violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, 1986, 354 p.

13 La source fondamentale de l’inventaire après décès a été popularisée par une série de travaux, parmi lesquels la somme d’A. Pardailhé-Galabrun sur Paris retient l’attention (La naissancede l'intime. 3000foyers parisiens (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, 1988, 525 p.). Nous avons récemment publié une première synthèse sur les travaux entrepris à partir des inventaires lillois dans Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, Paris, 1999, p. 270-298.

14 On se reportera à la synthèse récente de D. Roche, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation (XVIIe-XXe siècles), Paris, 1997,

15 J.-P. Gutton, La société et les pauvres en Europe, Paris, 1974. Sur les Pays-Bas autrichiens, la thèse ancienne de Paul Bonenfant demeure d’une consultation fructueuse (Le problème du paupérisme en Belgique à la fin de l’Ancien Régime, Bruxelles, 1934).

16 J.-L. Robert et D. Tartakowski dir., Paris, le peuple (XVIIIe-XXe siècle), Paris, 1999, 231 p. et « Le Peuple en tous ses états », Sociétés et représentations, Paris, CREDHESS, no 8, décembre 1999, 378 p.

17 V. Milliot, Les cris de Paris ou le peuple travesti, Les représentations des petits métiers du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1995

18 A. Prost, Paris, le Peuple..., op. cit., p. 76

Auteur

Université de Lille 3 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540