Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Table ronde - Conclusion

Les républiques directoriale et consulaire, la citoyenneté, la Grande Nation, l'Europe : legs et abandons d'héritage de la Révolution française

Jean-Paul Bertaud, Marc Bélissa, Jean-Clément Martin, Claude Mazauric, Anna-Maria Rao et Xavier Rousseaux

Texte intégral

1En introduction aux interventions des participants et aux débats Jean-Paul Bertaud suggère quatre questions de nature à susciter la réflexion sur le thème proposé.

2La première porte sur le fait de savoir si la dictature de l'homme en armes était ou non irrésistible, comme le croyait déjà Robespierre ou comme l'a exposé Georges Lefebvre, qui nous a habitués à voir dans la prise de pouvoir de Bonaparte la suite de l’histoire de la Révolution, dès lors qu'elle devient une Révolution armée.

3Dans une perspective plus directement attachée à Brumaire, se pose ensuite la question du coup d'État : constitue-t-il un modèle ou, au contraire, une opération si mal préparée et conduite qu'elle a abouti au coup de force militaire qu'on aurait voulu éviter, thèse défendue notamment par Jean Tulard ?

4Cette question peut s'inscrire dans une interrogation plus large sur les situations successives de la République sous le Directoire et le Consulat : le coup d'État assassine-t-il un régime somme toute viable ou ne fait-il que consommer une sorte d'euthanasie d'un système « dégénéré », selon la formule plutôt choquante de Thierry Lentz ? La question renvoie évidemment à réévaluation du Directoire, entreprise depuis une vingtaine d'années et accélérée par les colloques récents de Clermont, Valenciennes ou Lille.

5Enfin reste la question classique, mais à reprendre sans cesse en fonction des renouvellements historiographiques : le Consulat constitue-t-il un légataire fidèle ou infidèle de la Révolution française ?

6Jean-Paul Bertaud invite les participants à réagir sur ces questions selon les priorités qu'ils ont retenues. La parole est d'abord donnée à Claude Mazauric qui propose une mise au point à propos de la deuxième question.

Claude Mazauric

7Un première réflexion : Jean Tulard, dans son Napoléon, identifie le passage au Consulat à la mise en place d’une « dictature militaire ». Soit. Mais Bonaparte n’a lui-même jamais parlé de dictature ! A cette époque pourtant il avait loisir de le faire car l’emploi du mot, et la notion elle-même, n’étaient pas encore dévalorisés comme on le voit aujourd’hui. Bonaparte accepte le vocable de « consulat » qui, dans la tradition classique issue de la latinité évoque ordre, légalité, continuité, pouvoir établi ; il fait donc délibérément référence à l'institution conservatrice du Consulat et non à celle, fondatrice, de Dictature. Je rappelle que Jean-Jacques Rousseau dans le Contrat social donne à celui qui exerce la « dictature » la fonction de refonder l’Etat pour le bien de la communauté ; le « dictateur » reçoit donc la tâche de reconstruction, celle d’imposer les nouvelles institutions, lesquelles ensuite s’établiront dans une sorte de continuité autorégulée fonctionnant selon leur propre énergie. Je rappelle aussi que c’est ce modèle qui inspire Maximilien Robespierre dans son grand discours du 5 nivôse an II prononcé devant la Convention et relatif au Gouvernement révolutionnaire.

8Bonaparte ne prévoit pas cette phase de dictature ; il accepte le « consulat » à trois têtes avec une figure dominante parce que son projet est de réorganiser les institutions non de les refonder : un rétablissement plus qu’une rupture. Je pense que nous avons suffisamment démontré depuis désormais trois colloques (Valenciennes, Lille puis Rouen) que pour les Français de ces années-là, l’aval qu’ils apportaient au coup d’Etat parisien, s’accompagnait d’un contrat implicite marquant la limite entre ce qui devait demeurer intangible et ce qui était abandonné à l’aventure d’un nouveau pouvoir et d’un nouveau maître...

9Deuxième réflexion à propos de ce fameux coup d’Etat mal ficelé qui faillit échouer ! Tous les coups d’Etat en France depuis celui-ci jusqu’en 1877 sont de même type : ils ont lieu à Paris, puis la province et les départements sont mis devant le fait accompli ; enfin, troisième temps, on construit un vague compromis autour d’un personnage emblématique susceptible de gagner la confiance des élites organiques et de devenir le pivot du nouveau système, Louis Girard le voyait en « médiateur », Lafayette, Louis-Philippe... Le modèle du coup d’Etat de ce type ne fonctionne plus après 1876 : la province impose sa force et sa résistance politique se fait puissance de légitimation. Le « coup » des 18 et 19 brumaire n’était pas plus mal conçu que d’autres qui suivront, ni moins opérationnel que les tentatives antérieures, insurrectionnelles ou conspiratives ; simplement, au moment de décider et d’agir, Bonaparte n’a pas eu le sang-froid des dirigeants de la Commune de Paris de 1792 ou la détermination des cadres sans-culottes de juin 1793, mais il n’a pas connu non plus l’isolement des protagonistes des « coups » intervenus pendant les années directoriales... Certes, la chose a failli capoter mais l’essentiel n’est pas là : il est dans la prise du pouvoir à Paris et dans l’acceptation par la France, par la Nation, d’une modification des institutions et du rétablissement d’une certaine manière de ce qui fut présenté comme une entreprise inscrite dans la continuité du cours de l’histoire inauguré en 1789. Finalement, je n’aime pas le terme de coup d’État pour désigner cela, je préférerais paradoxalement qu’on parle de « restauration du lien social et politique » au travers, version minimale, d’un « coup de force institutionnel » !

10Jean-Paul Bertaud passe alors la parole à Jean-Clément Martin qui insiste sur la nécessité de lier les différentes questions pour inscrire l'événement et sa portée dans la durée.

Jean-Clément Martin

  • 1 Voir le livre de T. Lentz, Le Grand Consulat, Paris, Fayard, 1999 ou M. Lyons, Napoleon Bonaparte a (...)

11Il a paru possible en suivant les communications présentées dans ce colloque, de mettre en évidence les héritages que le Consulat reçoit de la Révolution française de façon complexe et parfois paradoxale. En premier lieu, il convient de noter que ces textes attirent l'attention sur le choc de l’événement, sur une lecture au plus près des acteurs, plutôt que sur une lecture effectuée avec le recul de l’historien, qui a son mérite, mais qui a déjà été menée souvent, et qui est confirmée par ces études. L’historiographie1 insiste sur un Brumaire qui échoue partiellement et qui est suivie de brumaires locaux. Ces communications donnent précisément la possibilité de comprendre comment le coup d’Etat s’inscrit dans un ensemble compliqué, qui prend son sens dans les indécisions repérables dans les régions. La réussite de Bonaparte viendra de son aptitude à nouer ces réactions diverses et opposées dans un ensemble, organisé autour des multiples facettes de sa personnalité.

Premier héritage : autour du chef de la manipulation politique

12L’héritage est directement repérable avec la fixation de l’opinion sur un personnage jeune et charismatique, incarnant une attente collective, ce qui représente une des innovations de la vie politique de la période. Bonaparte en bénéficie d’autant plus, que comme Hoche ou Joubert en leurs temps, il est condamné au coup d’État car aucune autre voie légale ne lui est ouverte, sa jeunesse lui interdisant de se faire élire. Mais, héritage des années écoulées, ceci ne représente pas un handicap. L’illégalité qu’il va commettre n’entache pas la légalité qu’il est censé représenter, ceci continuant simplement les coups de force antérieurs, depuis 1789.

  • 2 Voir par exemple P. Bourdin, « De la Grande Nation au petit caporal... », dans H. Leuwers, Du Direc (...)

13Les communications adoptant pour la plupart le point de vue des contemporains, les réactions à chaud (notamment celles étudiées par P. Serna) sont édifiantes. Les individus demeurent dans une grande indécision pour apprécier la situation, si bien que Bonaparte peut ainsi être compris en républicain, ou comme celui qui met fin à la Révolution. Cette confusion est intéressante car elle est pour partie la conséquence des efforts de propagande réalisés depuis 1796 et 1798 (à propos des campagnes d’Italie et d’Égypte) par Bonaparte à destination des populations. De ce point de vue, le coup d’État de Brumaire est bien l’héritage de l’emprise sur l'opinion réalisée systématiquement par Bonaparte2.

14Bonaparte n’est pas l’inventeur de cette pratique, puisque depuis 1787-1788, l’opinion publique a été sollicitée par tous les publicistes qui voulurent la capter ; dans les années 1791-1792 la presse joua un rôle considérable, en 1793-1794 l’armée elle-même fut soumise aux rivalités entre les journaux hébertistes et montagnards. La campagne de Bonaparte, habilement menée autant envers les militaires, les simples civils, que les académiciens, s’inscrit dans l’héritage direct de la Révolution. Enfin, il est possible de penser que depuis 1789, pour reprendre l’analyse de Paolo Viola, le trône est vide entraînant des compétitions entre groupes et individus, en même temps que le besoin ressenti de trouver un chef incarnant les aspirations des Français.

Deuxième héritage : la suite des luttes, de la répression et l’attente d’une stabilisation

  • 3 J.-C. Martin, Contre-Révolution, Révolution et Nation, France 1788-1789, Paris, SeuilPoints, 1998, (...)

15Le coup d’Etat de Brumaire profite du fait que la France est dans un état de guerre civile. Les communications font état des luttes dans l’Eure, des brigandages (étudiés par S. Clay), de l’insécurité des provinces frontalières (X. Rousseaux). Reste que la situation du pays est plus difficile encore qu’il n’est dit ici3. Tout l’Ouest échappe au contrôle de l’État, des soulèvements éclatent près de Sancerre, surtout dans la vallée de la Garonne..., tandis que la vallée du Rhône, suite à la Terreur blanche, demeure très peu sûre. Frotté, Bourmont, Cadoudal mènent une guerre incapable de vaincre, mais ils sont liés aux troupes coalisées qui avancent vers les frontières françaises, tandis que les troupes républicaines abandonnent l'Italie ou tiennent difficilement la Suisse. Cette situation est catastrophique pour le pays, et donne une place déterminante à l’armée, pourvoyeuse jusque là de l’argent indispensable au pays, qui doit en outre réussir à pacifier. Faute de pouvoir vaincre, sauf autour de Toulouse où les insurgés sont écrasés, les armées républicaines vont nouer des contacts et des négociations avec les chefs insurgés qui ne peuvent pas non plus imposer le retour de la monarchie. Une série de traités (Montfaucon, Beauregard...) scelle ainsi des arrangements entre ennemis de la veille. Bonaparte réussit également à assurer la paix religieuse en rétablissant la liberté des cultes, avant de pouvoir signer le Concordat qui met fin aux difficultés avec Rome et supprime une des causes essentielles du mécontentement populaire. Bonaparte continue en fait la politique du Directoire, utilisant la répression mise en place, tout en profitant de l’affaiblissement des partis extrêmes puisque les coups d’Etat de gauche et de droite semblent avoir été jugulés.

Troisième héritage : l’appui sur une notabilité politique et la rencontre avec des attentes populaires complexes

16La Révolution – dans sa phase centralisatrice et directoriale – lègue un système administratif, mis en place depuis 1789, peuplé par des notabilités locales qui ont dirigé les administrations locales et départementales et qui tiennent les villes et les départements en 1799. Ce groupe souvent ancré dans la bourgeoisie modérée attend la stabilisation de la vie politique, au nom de l’Etat mais aussi pour bénéficier durablement des avantages acquis. On comprend ainsi les trajectoires des députés de la Constituante qui acceptent le coup d’Etat. En même temps la peur des Jacobins est réelle et bien exploitée. Là dessus Bonaparte poursuit la politique de 1795-1796 qui vise à satisfaire le besoin d’arrêter la révolution « aux principes qui l’ont commencé ».

17Les attentes des populations sont plus diverses, l’exemple de l’Aisne est intéressant à ce point de vue, montrant que les populations urbaines sont favorables en fonction de la propagande et de l’image, cela plus que les notables manifestement plus politisés et bien plus que les populations rurales restées plus lentes à convaincre. Les analogies pourraient être trouvées aisément dans l’Ouest. Il n’est pas indifférent que les jeunes, depuis la Révolution, trouvent toujours leur compte dans l’ouverture de carrières, ce sont ces grandes opportunités que le Consulat va continuer à leur apporter. Le Consulat capitalisera ainsi les élans patriotiques connus depuis 1791-1792 et détournés peu à peu vers la conquête.

18Les élites attendent d'autant plus la stabilisation quelles craignent, autant à droite qu’à gauche, des débordements. Dans l’Anjou, il y eut ainsi des alliances a priori étonnantes entre chefs chouans et autorités républicaines pour contrôler des bandes rurales prêtes à passer au brigandage.

Quatrième héritage : une vie politique à la fois marginalisée et à la fois militante

19La palette de la droite s’est enrichie de nuances compliquées (entre antirévolutionnaires, contre-révolutionnaires avérés, crypto-royalistes, conservateurs sans parler des opportunistes de toutes obédiences) qui permettent cependant de comprendre que les oppositions les plus tranchées ne concernent plus que les militants les plus convaincus des deux bords extrêmes ; or entre ces deux bornes il y a maintenant une épaisseur d’incertitudes et de ralliements possibles qui ouvrent la voie au soutien du pouvoir si celui-ci donne des garanties sur un certain nombre de points. Au passage ce nuancier souligne le problème posé à l’écriture de l’histoire car le choix des mots pour comprendre les positions est crucial et difficile.

20Les héritages sont multiples et contradictoires et entraînent des positions compliquées : un individu peut être adhérent du coup de Brumaire, parce que pour la Révolution et contre le Directoire, comme contre la Révolution dans son ensemble. Bonaparte se révèle particulièrement apte à saisir cette indécision politique. Ce qui est important est de comprendre que les difficultés de l’époque et les souvenirs contradictoires de la Révolution permettent d’apprécier un très large spectre d’appréciations contradictoires. L’héritage de la Révolution réside peut-être d'abord dans cet enseignement complexe de la politique, qui laisse des traces et des rancunes.

21Il n’est pas certain que l’on puisse parler, pour autant, de dépolitisation de la France à ce propos, car la volonté de garder le régime républicain est manifeste dans beaucoup d’endroits, et la Contre-Révolution, malgré ses manifestations et ses menaces, n’a pas la puissance suffisante pour renverser ce courant. Il faut aussi voir sans aucun doute l’héritage de la Révolution dans la faiblesse des votes et des réactions au coup d’Etat, car l’habitude avait été prise de scrutins boudés par les électeurs et de coups d'Etat antérieurs qui avaient rompu la croyance possible dans le vote. Bonaparte peut donc tout à la fois profiter de ce discrédit et en même temps relancer une opération électorale encadrée, assurant par là la réussite d’un pouvoir fort, stabilisateur. Le désarroi des courants républicains, marqué par la disparition de l’extrême gauche, durera certainement jusque dans les années 1820-1825, lorsque les clivages gauche/droite referont surface clairement.

Cinquième héritage : les luttes politiques locales essentielles et instrumentalisées

22Le jeu politique est d’autant plus difficile à comprendre que les situations locales sont très prépondérantes. Les réactions à Brumaire sont illisibles à Bordeaux, où l’opinion est surtout hostile à la Révolution et au Directoire ; à Lyon, l’attente de Bonaparte se manifeste, dépendante de la propagande, mais aussi pour se dédouaner du passé compromettant et l’occasion de trouver un nouveau souffle ; à Lille, élites et patrons n’adoptent pas des positions communes. Dans la Dyle l’attentisme prime...

23L’idée essentielle tient certainement au fait que dans les départements et les villes, voire les villages, l’héritage est diffracté au travers des luttes locales et des rivalités anciennes, si bien que l’unité nationale est perçue de façon différente en dehors d’une vision nationale qui serait alors trop globale. Ce qui est intéressant dans cette perspective est que pour beaucoup de Français, l’ouverture politique est réelle et que tout semble possible, puisque toutes les lectures de l’événement sont envisageables.

24Le jeu inter-relationnel, dans ces communautés locales, est essentielle : il ne s’agit pas de localisme car les enjeux sont fixés sur des principes, reste que les conflits sont conduits entre des gens se connaissant. À Toulouse ou en Lorraine, les conseils municipaux se situent bien dans la suite de la Révolution, mais ils instrumentalisent localement les compromis noués au plus haut niveau de l’État ; on comprend que Bonaparte ait envoyé des individus dans toutes les régions pour expliquer localement, car il n’y a pas d’unité politique. De ce point de vue, l’unité nationale est certainement en cours depuis la Révolution, mais elle n’est pas encore faite.

25Ces communications attestent de la faiblesse d’unité du pays et du grand rôle des pouvoirs locaux face aux pouvoirs nationaux, ceci est important pour interpréter a posteriori les réticences face aux envoyés du gouvernement central (en leur temps les représentants en mission) et pour comprendre la stratégie centraliste de Bonaparte, appuyée autant sur les préfets que sur les masses de granit. On saisit aussi le jeu qui consiste à nommer des préfets et des maires, mais de laisser émerger les notables locaux qui deviennent des sous-préfets ou des adjoints aux maires, permettant de nouer étroitement la centralité politique avec la vitalité locale.

26Enfin Brumaire confirme l’héritage d’une politique menée depuis 1795 qui s’est éloignée de toute référence au droit naturel. Une sorte de réal politique héritée des guerres et des relations avec étranger dans la suite des conquêtes européennes, explique les relations avec Tunis. De ce point de vue, la politique du Directoire est continuée.

27C'est justement sur la dimension internationale de la « remise en ordre » consulaire qu'intervient Marc Bélissa. De quel ordre s’agit-il ? Il propose d'aborder cette question par le biais du problème de la paix.

Marc Bélissa

28En effet, si les Français attendent quelque chose du régime consulaire, c’est bien la paix générale. La question à laquelle le Premier consul prétend répondre de manière lapidaire, à savoir « Comment finir la Révolution ? », est identique pour beaucoup de Français à « Comment finir la guerre ? » Cette question centrale — que le Directoire n’a pas su ou n’a pas pu résoudre — revient en fait à s’interroger sur le nouvel ordre européen issu des guerres révolutionnaires. Quelle paix faut-il construire ? Quel ordre continental cette paix doit-elle instaurer ?

29La réponse de Bonaparte est — qu’il en ait eu conscience ou non, qu’il l’ait voulu ou non — globale. De la convention de Mortefontaine en 1800 au recès de la Diète de Ratisbonne en 1803 liquidant officiellement le Saint-Empire germanique, le moment consulaire est marqué par une volonté de réorganisation continentale. La liste des traités et des conventions est impressionnante : en 1800 convention de Mortefontaine avec les USA, tentative de constitution d’une ligue des neutres, paix de Lunéville, en 1801 traité avec l’Espagne, le royaume de Naples, l’électeur de Bavière, le royaume du Portugal, avec la Russie, la Porte ottomane, la régence d’Alger, en 1802 traité de paix avec la régence de Tunis, avec l’Angleterre à Amiens, en 1803 recès de Ratisbonne, acte de médiation dans la république helvétique, et je ne cite ici que les textes les plus importants. Quelle conception de l’ordre européen sous-tend cette politique de réorganisation ? Dans l’état actuel de mes recherches, il me semble que l'hégémonie continentale construite par Bonaparte entre 1800 et 1804 est un système inédit, tranchant avec le système des États de l’Ancien Régime, ou du moins que les éléments novateurs l’emportent sur les continuités. Mais si ce système est novateur, il ne surgit pas du néant. La conception de l’ordre européen qui émerge de la politique consulaire doit largement au débat sur la nature de la paix poursuivi entre 1795 et 1800. Rappelons-en les grandes lignes.

30Le débat sur la nature de la paix est encadré par deux textes : Le Projet de paix perpétuelle de Kant publié en 1795 et De la paix perpétuelle de Frédéric Gentz, publié en 1800. Entre ces deux dates, les intellectuels européens débattent de la perspective cosmopolitique ouverte par Kant. De nombreux commentaires et projets sont élaborés, soit pour abonder dans le sens de Kant, soit pour en critiquer les fondements philosophiques, et notamment sa conception du droit cosmopolitique. Citons les textes de Görres, de Fichte ou de Martens. On sait également que le Projet de Kant est rapidement traduit en français et qu’un colloque réunissant notamment Cabanis et Sieyès se tient en 1798 autour des questions posées par la philosophie allemande.

31Le débat politique de la période directoriale est marqué par la question du nouvel ordre mondial inauguré par la Révolution française. Pour tous les commentateurs, il est évident que l’ordre européen d’Ancien Régime fondé sur « l’équilibre des individus à couronnes » est mort. Mais si cette constatation est partagée par tous, les remèdes à l’état de guerre généralisé sont loin de faire l’unanimité.

32Parmi les adversaires de la Révolution française, Burke ou Gentz idéalisent et théorisent l’ancien ordre des choses en présentant l’équilibre des puissances comme une garantie de la paix, ou du moins d’un certain ordre limitant les guerres, tandis que chez les militants révolutionnaires comme Joël Barlow, la destruction de l’équilibre factice des puissances était une condition nécessaire à la construction d’une perspective républicaine sous la direction de la France. Barlow se prononce ainsi pour des États-Unis d’Europe dans lesquels les Etats républicanisés par les armes françaises délégueraient une partie de leur souveraineté pour construire un système fédéral à l’imitation de celui des États-Unis d'Amérique.

33Mais même pour les contempteurs de l’équilibre, il est évident que celui ci doit être reconstruit sur d’autres bases et que l’ancien droit des gens est mort en 1789 au moment même où Bentham inventait le terme de « droit international » pour le remplacer.

34En effet, avec l’effondrement du « monde de Vattel » (je reprends ici l’expression de Peter et Nicholas Onuf pour caractériser le système des Etats sous l’Ancien Régime), c’est la possibilité même de construire un droit entre les Etats ou entre les peuples qui est remise en cause. L’idée de droit des gens est, comme on le sait, très différente de celle de droit international, car dans le passage de l’un à l’autre, la dimension jusnaturaliste disparaît. Le début du Consulat est ainsi marqué par un glissement théorique quasi-général chez les spécialistes du jus gentium. On constate un désenchantement progressif et un scepticisme accru quant à la possibilité de construire un droit naturel des peuples.

35Ce scepticisme se marque par exemple chez Gentz pour lequel la Révolution française n’a pas fait progresser les liens de droits entre les peuples et entre les hommes, mais a, au contraire, renforcé le dédain pour les traités, les contrats et d’une manière générale pour le respect des règles de droit sous couvert d’un respect pour le droit naturel. Gentz insiste particulièrement sur la politique conquérante de la Convention, puis du Directoire pour montrer que la Révolution française a fait reculer et non avancer la stabilité et le repos des peuples.

36Ce débat revêt une importance particulière aux États-Unis. En effet, la diplomatie et d’une manière générale la politique commerciale américaine étaient largement déterminées par l’image que les Américains se faisaient du rapport de forces entre les puissances européennes. Vers 1800, il devient clair dans la correspondance de Madison ou de Jefferson que la France n’est plus considérée comme l’avant-garde de la liberté, mais comme un Etat qui tend à se réinsérer dans le jeu machiavélique des puissances européennes. Cette désillusion et la constatation de la fin d’un monde amène les Américains à tenter de concevoir une nouvelle stratégie économique ainsi qu’une nouvelle conception des droits des neutres qui réponde à l’effondrement de l’ancien système.

37Le glissement « positiviste » se manifeste également chez les publicistes anglais qui rejettent dans leur grande majorité l’idée même d’un droit supérieur au droit des États particuliers. Les porte-parole de Pitt font de la destruction de l’équilibre des puissances le crime capital de la Révolution française, celle-ci inaugure donc une ère sans foi ni loi dans laquelle le droit des nations est entièrement perverti. Menacée de destruction totale, la Grande Bretagne ne doit plus tenir aucun compte des limites juridiques ordinaires : les droits de la neutralité n’existent plus et la Grande-Bretagne peut s’arroger le pouvoir de dire le droit sur les mers. Pour John Bowles, un des anti-jacobins les plus prolifiques, en appelant les peuples à la lutte contre leurs rois, les Français ont détruit la base de tous les rapports politiques "normaux" entre les États, l’appel au droit naturel dans les relations entre les peuples est destructeur de la société. La communication « politique » est rompue en Europe, puisqu’il n’existe plus en fait que deux États en Europe : la France et l’Angleterre, les autres sont esclaves de la France, il ne peut donc plus y avoir de neutralité.

38Pour les républicains, la coalition des rois et leur barbarie a liquidé les anciennes règles du droit des nations. Les conservateurs ne reconnaissent d’ailleurs même pas le premier de ses principes : le droit des peuples à se choisir un gouvernement. Les radicaux anglais mettent en avant le fait que dans le discours alarmiste le droit de défense contre la France permet tout. Le droit des nations se réduit au droit de se défendre dans une société des peuples de type hobbesien.

39Il me semble que l’année 1800 peut être appréhendée comme une date tournant dans la manière dont les contemporains envisageaient l’ordre juridique européen issu de la Révolution française. De ce point de vue, la tentative consulaire de stabilisation de l’ordre européen se situe dans la continuité des débats de l’époque directoriale. Pour répondre à la dernière question de notre table ronde, l’expérience directoriale est bien un élément essentiel de la réorganisation continentale consulaire. Mais l’ordre juridique qui émerge de ces débats n’est plus celui qui était au centre des discussions du début de la Révolution. Le début du Consulat est le « moment » de l’effacement de la perspective cosmopolitique au profit d’une conception positive du « droit international ». Il s’agit donc bien d’une rupture avec une partie de ce que l’on peut appeler « l'héritage révolutionnaire » et en particulier avec l’idée de fédération des peuples fondée sur le droit des gens au centre des débats des Lumières et de la Révolution.

40Anna-Maria Rao partant de l'exemple italien, confirme l'idée d'une rupture avec l'héritage des Lumières, mais elle nuance sa conclusion en ce qui concerne les pratiques politiques.

Anna-Maria Rao

41Pour affronter la question générale de cette table ronde sur le legs et l'abandon d'héritage, j'adopterai deux éclairages notamment appréhendés sous l'angle de l'exemple italien.

42Le premier plusieurs fois abordé dans nos débats, notamment de la mati¬ née, renvoie à la question religieuse, à la signification du Concordat et aux rapports entre l'Eglise et les Lumières. L'exemple de l'Italie atteste que cet enjeu fait écho à la lutte entamée par l'Église catholique dès le XVIIIe siècle ; il retrouve une ampleur nouvelle pendant la Révolution française, mais l'expérience de 1799 s'avère encore plus importante, car c'est alors l'Église seule qui se montre capable de donner une légitimation unitaire à un mouvement de révoltes antirépublicaines et anti-françaises jusqu'alors incapables de se donner une cohérence. Le Concordat, c'est donc la reconnaissance de ce pouvoir dont on ne peut pas se passer. Du coup, il y a bien un abandon et c'est celui des Lumières. Ce sera un long abandon.

43Le deuxième point concerne la question du rapport entre la politique et l'administration, du coup aussi des personnels. Certaines interprétations ont pratiqué une coupure schématique entre le Triennio, la période républicaine, dominé par la politique et la période du Consulat et de l'Empire qui serait seulement préoccupée d'administration. Évidemment, cette coupure est abusive tant l'un et l'autre sont toujours liés. Néanmoins, il y a non seulement un changement du rapport au politique, mais aussi une transformation dans les comportements et le recrutement des personnels. On observe un refus des charges, par exemple municipales, dans les périodes de crise aiguës comme 99 ; c'est alors qu'on trouve toutes sortes de personnages, y compris analphabètes, dans l'exercice des fonctions. Mais par la suite, on observe un glissement durable : il y a une persistance des refus chez les propriétaires fonciers qui invoquent des motifs personnels divers ou leurs affaires, alors se profile un nouveau personnel d'hommes de loi, de professions libérales qui de toute évidence saisissent l'occasion de promotion ainsi offerte par l'exercice de la charge publique.

44Il y a legs, il y a abandon, il y a surtout transformation.

45Xavier Rousseaux, quant à lui, revient surtout sur ce que représente le Consulat dans le façonnement de l'Etat, tout en insistant sur la nécessité de ne pas oublier que, selon les parties de la République, les significations de Brumaire ont été fort différentes.

Xavier Rousseaux

46Je voudrais continuer la réflexion engagée sur l’ordre public à partir de l’autre facette qu’est l’ordre intérieur, ce que Howard Brown appelle la question de la violence domestique de l’État. Dans un article de 1997, il étudie la période 1797-1802. Tout récemment il va plus loin, puisqu’en tentant une esquisse autour du modèle français de répression des Croquants à la Commune, il considère la période directoriale et consulaire comme cruciale pour la construction de l’ordre intérieur. Que dit-il ? Que ce qui se joue à ce moment-là, c’est le passage d’une société organique où la violence est un mode d’expression habituel des conflits à une société étatique, - il emploie le mot - sécuritaire, Security State. Et que ce changement rapide se passe entre 1797 et 1802.

47Il s’appuie ici sur ce que les spécialistes des questions de violence sous l’Ancien Régime ont bien mis en évidence : que la violence est d’abord un moyen d’expression des conflits avant d’être l’expression d’un dysfonctionnement de la société. L’idée que l’on assiste ensuite à la transformation de la société française en un État de sécurité et d’ordre - dont le grand Empire serait un modèle un peu caricatural - est stimulante mais mérite vérification. Assez habilement, Brown ne met pas l’évolution au crédit du coup d’État de Brumaire, mais plutôt entre la fin du Directoire et le début de l’Empire sans préciser exactement quel est le rôle éventuellement du coup de Brumaire. Il fait continuer le processus jusqu’au XIXe siècle de manière nettement moins convaincante d'ailleurs que ce qu’il dit sur la période de la Révolution ou de l’Empire. Maintenant si l’on reprend les questions sur lesquelles il travaille, on remarque qu’il a posé cette transformation plus précisément à partir du brigandage. Pour lui la question du brigandage est un révélateur, et un repoussoir de la question de l’étatisation de la société française. À lire les innombrables lieux communs sur le brigandage régnait en maître sous le Directoire, je crois pour ma part qu’il est temps dans cette réflexion de sortir d’une approche descriptive et de faire le point de manière comparative et sur base d’études solides sur la transition suggérée par Howard Brown. Dans le débat était largement mené au cours de ces deux journées, la question du brigandage plus qu’une question de sécurité ou d’ordre public, apparaît comme le révélateur de la construction d'un État moderne. Sous l’Ancien Régime le brigandage existait bel et bien mais était rarement posé par les pouvoirs comme par « l’opinion publique » en terme de problème d’ordre public au sens moderne du mot. Il s’agissait d’un problème de sécurité des personnes et des biens, mais pas nécessairement un problème d’ordre public. On sait maintenant que, dès le second Directoire, une série d’institutions publiques : l’armée, la gendarmerie, la justice prennent à bras le corps, du point de vue de l’État, le problème de l’insécurité ; puis le Consulat s’en attribuera toute la gloire dans sa propagande. La question du brigandage est à la fois un révélateur et un repoussoir, moyen classique, - on le voit encore dans des situations récentes-, de donner une légitimité à la répression contre des opposants aux motivations politiques, régionalistes, idéologiques ou religieuses. Le brigandage fonctionne comme une dénomination voire une stigmatisation, comme le soulignait Jean-Clément Martin tout à l’heure, légitimatrice. Cependant il évoque davantage, à mon avis, l’interprétation du pouvoir qui, en luttant contre la violence collective se construit un monopole que le discours de ceux qui le commettent ou le subissent. De cette dernière réalité, peu transparaît car les auteurs de brigandage parlent peu et quand ils parlent, c’est généralement sous contrôle répressif.

48Cette question de contrôle social est centrale dans la construction de l’ordre intérieur, qui se construit à l’aide d’autres instruments évoqués en fin de colloque, comme la statistique, le découpage du territoire, la cartographie. On peut regretter que l’aspect du découpage judiciaire ne soit pas mieux mis en oeuvre dans ce colloque. Car, précisément en 1802, le redécoupage des espaces judiciaires prend une orientation de concentration et de centralisation par en haut du pouvoir de poursuivre le crime. La recréation des tribunaux puis cours d’appel et surtout le déplacement du pouvoir judiciaire du niveau cantonal (celui du juge de paix) et du niveau de l’arrondissement (celui du directeur de jury itinérant) vers celui de la cour d’appel en sont deux manifestations. Une telle lecture dynamique de la cartographie peut l’appliquer aussi à d’autres éléments structurels de la construction administrative

49Je terminerais ma réflexion par l’habituelle question de l’appréciation des continuités et des ruptures entre la Révolution et le Consulat. Question malaisée ou plus exactement, toujours perturbée par les lectures de la période faites a posteriori. Pour évoquer la rupture de Brumaire, je me ferai la « Voix du Nord ». Vu à partir des départements réunis, Bonaparte est peu connu, la Corse et l’Italie sont lointaines, et le coup de Brumaire, comme on l’a dit ici, est perçu avec fatalisme par l’opinion publique : c’est un coup de plus et on ne sait pas très bien ce qui va se passer, ça ne va pas changer grand chose, on attend. Il importe de replacer cet attentisme dans une interprétation à plusieurs niveaux. Au niveau de Paris et du pouvoir central, il est clair que l'interprétation dominante a été celle d’une rupture, une confiscation des résultats du second Directoire par l’homme providentiel, qui a pu par après en utilisant la fin du Directoire comme un repoussoir, se justifier d’avoir sauvé l’essentiel de la Révolution. Au niveau intermédiaire, des grandes « provinces ou régions », ce coup d’Etat ne donne lieu à aucune sécession fédéraliste, aucune région ne se met en révolte ; et surtout aucun chef militaire, par exemple, de l’armée d’Allemagne qui occupe les départements rhénans, ne se décide comme Dumourier avait tenté de le faire à un moment donné en Belgique en 1792-93 tant de se tailler un sanctuaire, base d’opposition politique. L’armée semble sous contrôle, partout c’est l’attentisme. Quant au niveau local, la légitimité est une légitimité d’attente, une légitimité par défaut : on ne voit pas de solution, alors celle du dictateur, celle du militaire qui remet en ordre, c’est peutêtre la moins mauvaise solution.

50Enfin, la transition consulaire doit être replacée dans la longue durée. Si l’on prend l’évolution depuis le XVIIIe siècle et puis aussi, comme historien qui avons le privilège de connaître la suite de l’histoire, la première moitié du XIXe siècle, on remarque que l’image dominante du Consulat est le modèle du Premier Consul législateur et administrateur. Le mythe de Napoléon resté vivace par exemple dans les ex-départements belges réunis, est celui du codificateur, celui qui a mis de l’ordre, de la sûreté, de la sécurité dans les relations sociales. Celui qui a fait pénétrer l’État jusqu’au village, qui fit émerger la modernité administrative, par le coup de force probablement, mais qui l’a fait émerger durablement. En ce sens Howard Brown a raison de poser le lien entre la question du brigandage et le renforcement sécuritaire de l’État. Reste à savoir plus finement qui sont les populations qui bénéficient de ce projet sécuritaire et ceux qui pâtissent. Et si ce projet politique peut réellement être interprété comme la réalisation d’un Etat sécuritaire en France.

51Claude Mazauric intervient à nouveau sur la question de l'héritage révolutionnaire en se projetant, au-delà du Consulat et de l'Empire, dans le temps de Guizot et de Balzac

Claude Mazauric

52Par dessus le tournant vers le dynastique, des années 1808-1810 de l’Empire, qui marque une certaine rupture dans le cycle de vingt ans de révolution, de reconstruction ou mieux de destruction-reconstruction, l’effet-révolution a-t-il conservé une part de son énergie refondatrice ? Au delà du fatras des expérimentations de formes, des variations conjoncturelles, des enjeux concrets de pouvoir, quelle structure nouvelle inaugurée par la Révolution demeure-t-elle pérenne ?

53Pour y répondre, j’ai voulu voir plus loin et faire le détour par François Guizot, l’un des hommes-clefs du nouveau siècle français (mais pas uniquement), qui fut peut-être l’un des plus profonds penseurs de la nouvelle société et du libéralisme à la française.

54Guizot, le voici opposant libéral sous la Restauration, fondateur de la Société « Aide-toi, le ciel t’aidera », agissant pour mobiliser les électeurs, lié au Globe, à la « Jeune France libérale » selon l’expression si juste donnée par JeanJacques Goblot en titre à son livre sur le groupe des écrivains et publicistes réunis autour du Globe avant 1830. Nous avons alors un Guizot opposant qui au moment du deuxième tournant ultra de la Restauration se lance dans la politique. En novembre 1829, la quatrième circonscription du Calvados se trouve libérée du fait de la mort de son député : un presque parfait inconnu en ces lieux, François Guizot se porte candidat pour la première fois ; il a quarante-deux ans et n’est jamais venu à Lisieux. Il ne sait d’ailleurs pas trop bien de quoi la circonscription de Lisieux est faite : ce nîmois protestant vit à Paris où il s’est fait un nom, mais il ne manque pas d’envoyer une circulaire aux électeurs normands dans laquelle il ne fait mention que d’un argument : « j’ai le soutien de Chateaubriand et de Dupont de l’Eure », ce qui signifie, « je suis un opposant aux ultras ! ». Il est élu le 24 janvier 1830 sans avoir mis les pieds dans sa circonscription de Lisieux par 63 % des votants (626 inscrits, 281 pour Guizot, 446 suffrages exprimés, soit 45 % des inscrits) ce qui était plutôt bien. Voici donc ce protestant nîmois issu de la bourgeoisie d'argent et de culture, élu représentant d’un arrondissement situé dans une région catholique de Normandie peuplée essentiellement de paysans, éventuellement de pêcheurs, ce qu’il n’évoque d’ailleurs pas parce qu’il ignore que sa circonscription englobe Honfleur ! A la suite de la dissolution de la Chambre, il est réélu le 16 mai 1830 après avoir fait campagne non pas en Normandie mais dans le Gard pour soutenir ses amis et coreligionnaires issus de la classe moyenne nîmoise. Guizot ne s’est donc toujours pas rendu en Normandie et ce n’est qu’au printemps de 1831 qu’il gagne le territoire de sa circonscription dont il est le représentant depuis plus d’un an ! Émotion : sous le coup de la découverte, il écrit une lettre admirable dans laquelle il évoque la beauté de la mer à Honfleur et le voici qui ressent que sa circonscription est un lieu concret qui a une géographie, un ordre naturel, le climat, le bocage, la côte, etc. Séduit, il devient amoureux de cette Normandie qui l’éloigne définitivement du Languedoc ; il y acquiert une ancienne abbaye cistercienne devenue bien national revendu, le Val Richier situé à 12 km de Lisieux à Saint-Ouen-Le-Pin ; ce lieu deviendra son refuge. Deux fois veuf, ayant épousé la tante puis ensuite la nièce, il a eu des enfants dans ses deux ménages mais après son dernier veuvage, il a vécu, comme chacun sait avec sa maîtresse parisienne, Dorothée de Lieven qui était une femme libre, courtisée des plus grands dont elle fut l’amante et l’aimée ; il ne l’emmènera cependant jamais dans sa résidence de campagne qui demeurera la résidence de sa famille où viennent ses enfants et les parents de sa famille légitime : la maîtresse, c’est pour Paris seulement... Paris, cette Babylone moderne. Son attachement profond, il le réserve à la Normandie où il enfouit ce qui fait son domaine privé.

55Comment interpréter ce mode de vie extraordinaire ? Douglas Johnson a naguère écrit des choses excellentes sur Guizot qui nous conduisent à nous interroger sur le fait que cet homme d’apparence si austère, qui n’a rien d’un plaisantin ou d’un folliculaire futile, mais qui est un penseur grave, un historien d’immense envergure, un théoricien, ait pu à ce point dissocier sa vie publique consacrée à la défense d’une conception libérale et simultanément conservatrice de l'ordre politique national, et sa vie privée faite d’élans, d’émotions retenues et de plaisirs des sens ? C’est que Guizot est un héritier au sens plein du terme, de ce qu’a produit cette « France révolutionnée » qu’il m’est si souvent arrivé d’évoquer. Il ne s’est jamais conçu comme le représentant du lieu où s’ordonnent ses plaisirs et ses amitiés car là se réalise le domaine du « privé », celui précisément qui échappe au « public » ; lui, il ne peut être que le représentant de la Nation qui seule lui donne sa légitimité de député qu’une circonscription accueillera. Cela me conduit à une réflexion plus générale qu’inspire la célèbre théorie de Carré de Malberg (Contribution à la théorie générale de l’État d’après le régime constitutionnel, 1920) : nous connaissons le fameux paradoxe de Carré de Malberg, « c’est la nation qui fait le citoyen qui à son tour donne corps à la nation ». Dans ce fonctionnement circulaire se construit l’unité comme la cohérence du monde politique moderne établi dans le cadre de l’État-Nation, au sortir de la phase de révolution inaugurée en 1789. Nous voyons avec Guizot comment fonctionne ce dispositif, la physiologie politique par laquelle se dégage une élite nationale représentative, chargée du pouvoir de diriger la nation, c’est-à-dire d’assurer la pérennité du cadre des dominations au sein desquelles pourront se déployer les activités privatives qui sont le coeur et la fin de l’existence humaine.

56De ce belvédère singulier du premier dix-neuvième siècle qui est le temps de Guizot – ou celui de Balzac ! –, j’essaie de prendre la mesure de ce que furent dans l’évolution qui nous y conduit, le temps du Directoire et ceux du Consulat et de l’Empire, et je ne vois guère de discontinuité : je vois simplement que la Révolution a réalisé cette chose essentielle qui, ramenée à son essentialité, a produit la double catégorie du citoyen et celle de l’État-national. La consolidation de ce binôme fonctionnel supposait le combat permanent aux marges ; or il ne se trouvait que deux marges principales appelant à une vigilance sans défaut : le monarchisme essentialiste pour lequel l’essence du pouvoir viendrait d’un ailleurs transcendant, Dieu, la nature, la force naturelle brute, cette abomination, ou bien, d’autre part, la démocratie sous toutes ses formes, démocratie républicaine qui s’est montrée sous la forme du suffrage étendu qu’on qualifiera bientôt d’universel, démocratie sociale qui suppose la subversion de l’ordre des propriétés et du droit comme cela s'est eu vu aurait pu dire ce languedocien, adepte du passé surcomposé, dont le père fut victime de la Terreur...

57L’histoire s’achève donc autour de la construction de l’Etat national représentatif, lequel n’est pas d’abord lié à un territoire naturel mais à la définition du territoire dans lequel se reconnaît la nation constituée. Cela est je crois ce que le Consulat a retenu de l’acquis révolutionnaire et dont se sont inspirés les nationaux-unitariens d’Europe par la suite. Un cadre référentiel dans lequel nous avons d’ailleurs vécu depuis deux cents ans et qui se trouve remis en question aujourd'hui dans la nouvelle territorialisation du politique, à la fois européenne, régionaliste et cosmopolitique, qui se déploie dans la crise de cette fin de siècle.

58Je conclus d’un mot : entre le temps de Guizot et celui de Brumaire qui nous importait ici, débarrassé des utopies et des nostalgies, un modèle de modernité s’est finalement imposé dont le point d’origine a pu être oublié ou occulté mais qui n’en fut pas moins chargé d’une lourde efficacité historique. Qui peut croire qu’on en a fini avec les révolutions parce qu’on les croit achevées ?

Parole est alors donnée à la salle

59Le premier intervenant dit son total désaccord avec l'analyse de Claude Mazauric. Il souligne que les fondations intérieures sont indissociables des aventures extérieures, matrices des guerres du dix-neuvième siècle et de 1914-1918, notamment polarisées sur des obsessions comme la maîtrise de la rive gauche du Rhin. La question de la guerre est aussi posée en ce qui concerne l'explication du coup d'État. Roger Dupuy souligne le caractère exceptionnellement long de la guerre dans laquelle les Français sont engagés ; ce qui est nouveau au XVIIIe siècle, car la Guerre de Sept Ans fut sans doute moins ressentie par les civils. Au-dehors face à la coalition, au-dedans avec les Chouans, l'impression prévaut que rien ne peut faire la décision et achever la guerre, malgré certains succès. Le besoin de paix est donc fondamental. Roger Dupuy se demande donc si Bonaparte ne réussit pas en conjuguant trois éléments : il est un militaire connu, il a donc pu négocier avec ses pairs mais, en même temps, il ne fait pas trop peur aux civils dans la mesure où son armée est en Egypte. Jean-Paul Bertaud nuance cette analyse d'une part en signalant que nombreux sont les généraux qui attendent l'échec de Bonaparte et que, jusqu'à Marengo, les relations avec l'armée seront difficiles, d'autre part en remarquant qu'à Saint-Cloud, Bonaparte dispose de sa propre troupe, notamment composée d'anciens d'Italie.

60Le débat porte ensuite sur l'interprétation du passage de la Révolution et du Directoire au Consulat. Guy Lemarchand remarque que l'historiographie incline à osciller entre le noircissement absolu de la situation directoriale et une large réhabilitation du régime. Il suggère de ne pas aller trop loin dans cette seconde voie, actuellement en vogue. A l'appui de cette mise en garde, il invoque la désaffection à l'égard des municipalités de canton observée dans le Pays de Caux, le poids des pénuries notamment en matières premières, comme la laine ou le coton, la gravité des problèmes d'assistance et d'insécurité.

61Pierre Serna dit son accord sur les grandes lignes, mais il souligne que beaucoup de solutions étaient possibles, celle de Sieyès par exemple. Il observe à cet égard que les analyses du coup d'état mêlent souvent, notamment au cours du colloque, les approches orientées par ce que devient le régime et celles soucieuses du fait que les contemporains ignorent bien sûr le cours ultérieur des événements. Ceci le conduit à reprendre l'idée de Marc Belissa selon laquelle Bonaparte est d'abord avant tout lui-même, qu'il n'a sans doute pas de plan machiavélique de conquête du pouvoir, mais une ambition formidable, nourrie par sa situation d'immigré de deuxième génération. Dans cette mesure, l'oeuvre consulaire est avant tout un patchwork de monarchie, de révolution, de république, un bricolage qui a plutôt bien marché. François Antoine ajoute à ces caractéristiques la capacité de Bonaparte à susciter l'empathie autour de lui, en donnant l'impression de comprendre tout le monde. Mais, il se demande si, à terme, cette capacité ne va pas entraver celle de se comporter en chef, dans la mesure où il se rend tributaire de ceux avec qui il veut composer : clergé, fournisseurs aux armées, etc.

62Par ailleurs, François Antoine souligne qu'il ne faut pas exagérer l'improvisation de la politique du Consulat et de l'Empire, qui a quand même des lignes de force ; il remarque que les suggestions de Xavier Rousseaux inscrivent la politique sécuritaire dans une entreprise d'ordre et de verrouillage sociaux qui visent fondamentalement à garantir la sécurité pour les classes dirigeantes et à empêcher les désordres. D'une autre manière, Marcel Dorigny met en exergue le caractère volontariste de l'action consulaire, en revenant sur la question de la politique coloniale, où note l'intervenant, le Consulat a imprimé une rupture manifeste par rapport au Directoire et à l'héritage révolutionnaire, en rétablissant le Code noir et plus largement en restaurant des pratiques d’Ancien Régime dans le langage comme dans la législation, le rétablissement de l'esclavage n'étant que la mesure la plus symbolique.

63Jean-Pierre Jessenne conclut en soulignant qu'inscrire Brumaire, le Consulat et l'Empire par rapport à l'héritage révolutionnaire n'impose certainement ni de nier le caractère expérimental du Directoire pour justifier le coup de force de 1799, ni d'ignorer les difficultés de la République directoriale à maintenir un lien politique minimal pour assurer l'autorité du régime. De même, concevoir la contribution du Consulat à la consolidation de certains acquis révolutionnaires et sa capacité à rétablir, justement, une forme de lien politique et social n'interdit nullement d'examiner les régressions de la citoyenneté ou de l'action coloniale, les dérives de la « grande nation ». Enfin, donner leur place au projet et au rôle personnels de Bonaparte dans cette dynamique n'exclut en aucune manière de considérer à la fois les incertitudes du personnage et la manière dont sa légitimité demeure inséparable de la reconnaissance par des Français que la Révolution a définitivement marqués du sceau de la volonté nationale.

64Eclairer toutes ces marges d'incertitudes entre les facettes contradictoires de la période du Directoire au Consulat, c'est à quoi les tables rondes et colloque que nous avons organisés ont voulu contribuer. Ils ont en tout cas montré qu'il demeure là un vaste domaine d'investigation historique, pour peu que l'on s'attache à conjuguer des interrogations sur l'État et sur les citoyens, sur le gouvernement et les collectivités territoriales, les enjeux sociaux et les mutations culturelles...

Notes

1 Voir le livre de T. Lentz, Le Grand Consulat, Paris, Fayard, 1999 ou M. Lyons, Napoleon Bonaparte and the Legacy of the French Revolution, Londres, Mac Milan, 1994.

2 Voir par exemple P. Bourdin, « De la Grande Nation au petit caporal... », dans H. Leuwers, Du Directoire au Consulat, 2. Lille, Crhen-O, 2000, p. 43-62.

3 J.-C. Martin, Contre-Révolution, Révolution et Nation, France 1788-1789, Paris, SeuilPoints, 1998, dernier chapitre.

Auteurs

Université de Paris I

Université de Nantes

Université de Nantes

Université de Rouen

Université de Naples

Université de Louvain

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540