Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Le 18 brumaire vu par les images et le cinéma

Le 18 Brumaire vu par le cinéma

Jean Tulard

Résumé

Le cinéma naissant du début du siècle va tirer de la littérature et des écrits historiques son inspiration et sa légitimité. Longtemps mal raconté, peu spectaculaire, le 18 Brumaire marque, certes, l’avènement d’un homme et d’un nouveau régime qui va inspirer abondamment le cinéma, mais dont l’acte fondateur n’est pas porté par la littérature et n’a rien de passionnant ou de capiteux. Il s’agit entre Brumaire et le cinéma, comme l’indique Jean Tulard, films commentés à l’appui, d’un rendez-vous manqué.

Texte intégral

1Si Napoléon est le personnage historique le plus porté à l’écran (plus de 200 films, autant que Jeanne d’Arc, Lincoln et Lénine réunis), tous les épisodes de sa vie n’ont pas suscité le même intérêt chez les producteurs.

2Curieusement c’est la fin de l’épopée qui a inspiré le plus d’œuvres : Waterloo (12 films, sans compter les évocations dans les multiples versions des Misérables et de Vanity Fair), Sainte-Hélène (au moins 8 films) et la campagne de Russie (8 films dont les adaptations de Guerre et Paix).

3Le 18 Brumaire est en revanche moins évoqué. Est-ce par répulsion à l’égard d’un coup d’État ? Notons qu’il n'y a qu’un modeste téléfilm consacré au 2 décembre 1851.

4Gance arrête malheureusement son Napoléon de 1927 à la campagne d’Italie et enchaîne en 1960 avec Austerlitz, faisant l’impasse sur la prise de pouvoir par Bonaparte.

5En revanche Sacha Guitry dans son Napoléon en 1954 consacre une dizaine de minutes au coup d’État y donnant le beau rôle à Talleyrand qu’il interprète et à Joséphine que joue Michèle Morgan. Rien n’est faux mais tout est arrangé, ainsi la scène entre Bernadotte et Bonaparte où Guitry se souvient de son Destin fabuleux de Désirée Clary. La journée du 19 brumaire est exacte. La faiblesse vient des acteurs excellents mais peu crédibles physiquement.

Extraits commentés

6Il existe pourtant un film entièrement consacré au 18 Brumaire. C’est le premier épisode d’une série télévisée intitulée Napoléon et l’Europe, tournée en six épisodes par des réalisateurs différents en 1990-1991 pour FR3. Le premier épisode sur l’avènement de Bonaparte est l’œuvre de Pierre Lary, solide réalisateur (Les pieds dans le plâtre en 1964, Le diable dans la boîte en 1976...) Bonaparte y est joué par Jean-François Stevenin. Une grande partie de la distribution est polonaise ou portugaise, ce qui accentue le dépaysement par rapport au film de Guitry interprété par des vedettes très célèbres.

7Le scénario de Jean Gruault est rigoureux et le film dans l’ensemble exact, en dépit de quelques concessions indispensables au spectaculaire.

8N’attendons nulle philosophie, nulle leçon politique de ces deux films. Ils relèvent du divertissement. Du moins la qualité est-elle au rendez-vous et l’exactitude plus grande peut-être que dans certains tableaux du XIXe siècle.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search