Version classiqueVersion mobile

Du Directoire au Consulat 3. Brumaire dans l'histoire du lien politique et de l'État-nation

 | 
Jean-Pierre Jessenne

Le 18 brumaire vu par les images et le cinéma

Le retentissement de Brumaire en images : rupture ou continuité ?14

Stéphane Roy

Résumé

Si les images réagissent le plus souvent, elles ne deviennent véritablement impertinentes et profondément polysémiques que lorsqu’elles anticipent. Elles s’exprimeront autour du 18 Brumaire sur le premier modèle, adoptant un profil bas, entre louange forcée et réserve circonspecte. En revanche, elles avaient clairement établie, dès 1795-96, la marche du régime vers la dictature militaire, réagissant alors par anticipation. Le retentissement de Brumaire dans les images affirme-t-il donc, comme le propose de l’analyser Stéphane Roy, un éclat marquant la rupture ou la continuité ?

Texte intégral

  • 14 Nous tenons à remercier le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) et le Fonds (...)

1Brumaire constitue une borne chronologique majeure dans le champ des études révolutionnaires. Aussi nous semblait-il opportun, au sein d'un colloque où sont évoqués les mots legs et héritage, de se pencher, en quelque sorte, sur les fortunes – ou les infortunes – de Brumaire, et de jeter un œil sur le retentissement de l’événement aux yeux des contemporains à travers les images d’époque. Notre communication permettra, dans un premier temps, d’apprécier le travail des graveurs autour de Brumaire, mais surtout, par delà ces simples considérations d’ordre esthétique, de dégager derrière les images produites la charge symbolique des événements représentés, qui puise ses sources dans l’imagerie directoriale.

2Trois constats - agissant ici à titre de repères - peuvent être d’ores et déjà mis en exergue : un corpus iconographique relativement mince ; l’importance accordée au moment choisi par les graveurs ; enfin Brumaire répondant, en images, à des valeurs différentes que celles que nous lui attribuons ordinairement, contrastant avec notre propre perception de l’événement, distante de deux siècles.

Le corpus d’œuvres

  • 15 L’outil indispensable pour ce type de recension demeure : L. Beaumont-Maillet et O. Faliu dir., Ima (...)

3Avant d’entreprendre notre démonstration, il nous semble nécessaire de justifier la sélection des œuvres retenues pour les fins de notre analyse. Les œuvres sélectionnées appartiennent au domaine de la gravure, genre accessible au plus grand nombre. Visible aux devantures des nombreux marchands d’estampes occupant la capitale, ces images, même si elles n’étaient pas achetées, occupaient l’espace visuel parisien. Aussi est-ce pour cette raison que nous avons délibérément choisi d’exclure toute œuvre peinte. De plus, nous n’avons retenu que des gravures contemporaines de l’événement lui-même, images produites entre 1800 et 1804. Enfin, les images retenues sont des représentations événementielles (scènes historiques) excluant toutes formes d’allégories, et donc comprises immédiatement du plus grand nombre. Le dépouillement s’est fait à partir des principaux fonds d’estampes parisiens, ceux de la Bibliothèque nationale de France15 (principalement les collections De Vinck et Hennin) et du Musée Carnavalet. Il va sans dire que la constitution de cet échantillon a pour noyau la production parisienne et qu’elle néglige à dessein la production provinciale afin de lui conserver sa cohérence méthodologique.

  • 16 Corps législatif. Conseil des Cinq-Cents. Opinion de Chabaud (du Gard), sur le projet de résolution (...)
  • 17 L’expression exacte figure dans de nombreuses adresses émanant des administrations provinciales au (...)

4L’établissement de ce corpus maintenant achevé, que peut-on en tirer ? Constatation frappante, on ne compte au total qu’une douzaine de sujets gravés portant sur les événements de Brumaire. La minceur du corpus est d’autant plus surprenante que nous avons l’habitude de lire les témoignages contemporains – dans les jours ou les semaines qui suivent l’événement – parlant des événements en tant qu’« immortelle journée »16 ou plus fréquemment encore de « journée mémorable »17. Ainsi donc espérions-nous, au départ, trouver un imposant corpus pouvant témoigner d’un retentissement certain de l’événement par le biais de l’image, mais en vain. Une opération cependant reste encore à mener, qui consiste à relativiser le volume de ce corpus iconographique en le confrontant à la production gravée de quelques grands moments révolutionnaires, en prenant soin encore de ne conserver que des scènes à saveur historique. Il s’agit ici d’une simple échelle numérique qui n'a évidemment aucune prétention scientifique, les conditions de production à différentes époques de la Révolution n’ayant pas toujours été les mêmes. Néanmoins, cette échelle permettra de se former une idée concrète des corpus en présence.

  • 18 Afin d’éviter toute méprise, nous entendons par composition un sujet gravé sur le cuivre, oeuvre un (...)
  • 19 La pertinence de cette commémoration souleva de nombreux débats au Conseil des Cinq-Cents ; on en c (...)
  • 20 « Loi relative aux fêtes nationales », Bulletin des lois, no 340, loi no 3496, 3 nivôse an IX, p. 2 (...)
  • 21 On se convaincra de cette volonté commémorative inexistante en consultant, par exemple, cet État de (...)

5Si les représentations historiques ayant Brumaire pour sujet comptent 12 compositions gravées, on en dénombre 28 pour la journée du 20 juin 1792, 30 pour celle du 10 août, 18 pour thermidor an II18. Sous le Directoire, en revanche, les graveurs se sont fait assez discrets sur la représentation des bouleversements politiques : l’insurrection royaliste de vendémiaire an IV aura suscité trois seules compositions, dix en ce qui concerne la journée du 18 fructidor an V. Comparé à ce dernier cas, la faiblesse numérique de Brumaire est toute relative - on pourrait même parler de parité - et la comparaison se révèle particulièrement intéressante. Car Brumaire, contrairement à Fructidor, n’a jamais bénéficié d'un engouement commémoratif équivalent, loin s’en faut. Si quelques jours après les événements de Fructidor, nécessité fut faite de célébrer l’événement et d’en perpétuer le souvenir19, le nouveau pouvoir issu de Brumaire, lui, témoignera d’une étonnante discrétion - nous aurons l’occasion d’en saisir les motifs plus loin. Quelques semaines après Brumaire, un décret annulera toutes les commémorations qui ponctuèrent le parcours directorial, afin de ne conserver que deux fêtes : celles du 10 août et du 14 juillet, susceptibles de faire consensus20. Les initiatives à saveur commémorative paraissant inexistantes, on imaginera la réticence des graveurs à reproduire au burin un événement que le gouvernement ne cherche pas à rappeler outre mesure21.

  • 22 Les portraits des Tableaux historiques forment un recueil d’une soixantaine de feuilles, chacune af (...)

6Cette seule réserve des brumairiens ne suffit sans doute pas à expliquer de manière satisfaisante le faible nombre de représentations gravées. Il faudrait de même invoquer la rapidité des événements et des moments forts qui succèdent au « coup d’état ». Aussi la résonance de Brumaire en images semble-t-elle souffrir de ce déferlement : nous pensons, par exemple, à une estampe extraite des Tableaux historiques de la Révolution française, datée avec certitude du 27 novembre 1801, montrant sous le médaillon représentant Bonaparte la bataille de Marengo (14 juin 1800). Au sein de cette collection, c’est le portrait de Sieyès qui sera accompagné de la vignette représentant la journée de Brumaire22.

  • 23 Ceci étant dit, il ne faut pas déduire que le faible nombre de représentations de Brumaire signifie (...)
  • 24 Voir le livret du Salon de 1800 (an VIII) : Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpt (...)
  • 25 Cf. livret du Salon de 1801 (an IX), p. 10-11, no 49. Sur ce tableau, voir également M. Sandoz. Ant (...)
  • 26 Thomas Thomé et Jean-Baptiste Poiret virent leur geste de bravoure officiellement récompensé par un (...)

7Quoique Brumaire témoigne d’une faible recrudescence de l’imagerie politique, elle n’est en tout cas jamais comparable à la production gravée des événements couvrant la période 1792-179423. Ce silence témoigne sans doute de la lassitude et du désintérêt des contemporains pour les sursauts de la politique intérieure du Directoire. Même le très officiel Salon de peinture et de sculpture, si nous débordons le cadre strict que nous nous sommes imposé, aura peu à montrer sur Brumaire. En effet, au cours des quatre Salons qui seront tenus entre 1800 et 1804, seul le peintre Callet proposera aux visiteurs une esquisse peinte intitulée Tableau allégorique du 18 Brumaire, ou la France sauvée24 (1800), qu’il présente sous une forme achevée au Salon suivant de 1801, le tableau étant accompagné d’une longue notice explicative25. On ne pourrait non plus passer sous silence une œuvre du peintre Bouchon, présentée au Salon de 1800, l'artiste ayant portraituré le grenadier Thomé (no 48), dont on connaît le geste de bravoure « supposé » du 19 Brumaire26 aspect sur lequel il nous faudra bien revenir plus loin. Aussi les artistes étaient-ils confrontés à un choix important : quel épisode du coup d’état devait le mieux incarner le « moment » Brumaire ? Serait-il figuré par le biais de la journée du 18 ou celle du 19 ?

Les représentations de l’événement

8Ce choix dans l’action à représenter, du point de vue des artistes, n’a rien d’anodin ou d’innocent : il est destiné à fixer un moment d’histoire à une seule action, l’artiste cherchant à concentrer en un seul instant plusieurs traits d’un même événement. Le coup d’état de Brumaire avait cette particularité de permettre deux types de représentations, selon qu’il fut choisi d’illustrer l’événement en fonction du 18 ou du 19 Brumaire. Conséquemment, ce sont deux visions de l’événement qui peuvent être données à voir. Rappelons-en brièvement le déroulement afin de bien camper notre démonstration.

9Le coup d’État de Brumaire, nul besoin de le rappeler davantage, fut accompli en deux phases. Le 18, après les arrangements convenus entre Sieyès, Bonaparte et leurs collègues quelques jours plus tôt, il fut décidé de transférer le Conseil des Anciens à Saint-Cloud, sous prétexte qu’un complot se tramait contre le gouvernement à Paris. Ce même jour, les Directeurs Sieyès et Ducos démissionnent volontairement ; Barras y sera contraint. Moulin et Gohier, réticents, sont placés en garde à vue. Le lendemain, 19 Brumaire, Bonaparte doit rendre compte des nouveaux pouvoirs dont il est investi (il fut nommé commandant de la garnison de Paris) au Conseil des Cinq-Cents et instruire les représentants du peuple du soi-disant « complot » contre le gouvernement. Il y sera très mal reçu : les partisans de Bonaparte ont ici forgé l’histoire de la tentative d’assassinat, sans doute pour hâter le dénouement de la journée. Lucien Bonaparte, alors président aux Cinq-Cents, suivra bientôt son frère hors de l’enceinte, dans le plus grand tumulte. Les troupes stationnant à l’extérieur, haranguées par lui, investiront la salle des Cinq-Cents : les députés réticents seront dispersés par la troupe, seuls les représentants favorables restent en place. Ils votent alors la fin du régime des directeurs, remplacés provisoirement par trois consuls : le Directoire est aboli.

  • 27 Cornet, Notice historique sur le 18 Brumaire ; par le Président de la Commission des Inspecteurs du (...)
  • 28 Gravure à l’eau-forte et au burin par Couché fils d’après Duplessi-Bertaux. 9 x 12,2 cm (trait carr (...)
  • 29 L’estampe appartient vraisemblablement à une Histoire de la Révolution française, si nombreuses au (...)

10Ainsi donc, du point de vue de la gravure, Brumaire pouvait donner lieu à deux types d’illustrations référant elles-mêmes à deux types de représentations fort différentes. Brumaire pouvait être représenté de manière solennelle, puisque « la révolution du 18 Brumaire avait eu un caractère de sagesse et de modération inconnues jusqu’alors »27, ainsi que le notait, en 1819, Cornet, président de la Commission des Inspecteurs du Conseil des Anciens au moment des événements. Sur cette option possible, on notera cette Journée du 18 Brumaire An 828, gravée par Couché fils d’après Duplessi-Bertaux (Fig. 1, p. 592). S’agit-il de la démission de Sieyès et Ducos ? Du confinement de Moulin et Gohier au palais du Luxembourg ? Le sujet, à vrai dire, importe peu car la présente estampe appartient à une période dépassant largement celle que nous avons retenue : Couché fils, en effet, ne fut actif que vers 181529. Le fait mérite cependant d'être constaté : cette avenue du 18 Brumaire fut négligée par les artistes contemporains du coup d’état, dessinateurs et burinistes ayant davantage préféré illustrer la journée suivante, celle du 19 à Saint-Cloud, beaucoup plus animée. Il s’agit en effet du fameux épisode des stylets contre Bonaparte.

11La scène est évidemment plus percutante, digne de frapper les esprits au premier coup d’œil. Il ne faut pas y voir nécessairement la volonté, pour les marchands et les artistes, de faire un coup d’argent, comme nous avons l’habitude de le croire lorsqu’il est question du monde de l’estampe en révolution. En effet, ce type de représentation, dans le cas qui nous occupe, ne sera pas l’apanage exclusif des imagiers populaires, ayant ordinairement une propension vers ce type de représentation sensationnelle.

  • 30 Il s’agit de la 15e et dernière planche des Principales journées de la Révolution.
  • 31 144e et dernier sujet des Tableaux historiques de la Révolution française'. Journées des 18 et 19 b (...)
  • 32 Cf. De Vinck, no 7414 ; l’estampe est annoncée comme devant « paraître prochainement ». Elle sera d (...)

12Parmi les compositions les plus rapidement annoncées après l’événement, on compte une gravure de Helmann, d’après un dessin de Monnet : Journée de Saint-Cloud, le 19 brumaire an VIII30 (Fig. 2, p. 592) très proche d’ailleurs de celle que l’éditeur Auber offrira à ses abonnés de la collection des Tableaux historiques de la Révolution française31 Monnet et Helmann en font déjà la promotion au Journal de Paris dès mars 180032, quelque trois mois à peine après les événements. Gravure savante, elle demeure relativement sobre et discrète dans la relation de cette journée : on y voit Lucien Bonaparte appelant au calme, au moment même où son frère vient demander la parole aux Cinq-Cents. La scène montre le général protégé de l’assaut des « représentants aux poignards » – ainsi qualifiés par les vainqueurs et les journaux dans les jours suivants ᄂ0 par les grenadiers Thomé et Poiret.

  • 33 Il s’agit ici d’un premier état ; le second sera publié avec la correction appropriée. Cf. De Vinck (...)

13Contrastant avec cette vision assez sobre de l’événement, une estampe publiée par Descourtis fait la part belle à la tentative supposée d’assassinat. Il s’agit de la Séance du Corps Législatif à l’Orangerie de Saint-Cloud. Apparition de Bonaparte et journée libératrice du 18 Brumaire an VIII (Fig. 3, p. 593). L’avant-scène commande ici toute l’attention, les représentants aux stylets se précipitant sur Bonaparte, la surprise des grenadiers offrant un contraste avec l’agitation manifeste des députés. Tout aussi notable est, dans la lettre de l’estampe, la date erronée qui fait référence à cette journée comme étant celle du 18 Brumaire, alors qu’il s’agit bien du 19. Cette confusion entre les dates est du reste assez fréquente33 constituant un lapsus révélateur quant à la perception véritable de l’événement par les contemporains. Une erreur assez significative qui atteste peut-être du fait que l’on associait déjà, de manière assez générale, l’aventure de Saint-Cloud avec la journée du 18 Brumaire, le coup d'état se résumant à ce seul épisode aux yeux des contemporains.

  • 34 L’occasion est belle ici de rappeler que si la gravure constitue une éloquente forme de témoignage (...)

14Ces inexactitudes amènent évidemment à s’interroger sur le caractère approximatif des images offertes au public. Non qu’il s’agisse de se montrer tatillon sur des erreurs de datation de la part des artistes, mais l’occasion est ici offerte de jeter un regard critique sur ces images. Un effort d’interprétation, en effet, montrera combien les graveurs, abusés eux-mêmes par les relations officieuses et officielles de l’événement, n’ont pas hésité à faire usage de raccourcis commodes, prenant des libertés par rapport à ce qui se passa véritablement le 19 brumaire34.

  • 35 Détail de tout ce qui s’est passé hier au conseil des Cinq Cents, à St Cloud, lettre de Barras. Ent (...)
  • 36 Gravure anonyme au pointillé, publiée par Jean-Baptiste Morret. 16,8 x 25,1 cm. Bibliothèque nation (...)
  • 37 Proclamation du général en chef Bonaparte, le 19 brumaire, onze heure du soir, dans Bibliothèque hi (...)

15Parmi les sources disponibles aux graveurs dans leur représentation de l’événement figure, bien évidemment, le procès-verbal de la séance du Conseil des Cinq-Cents, tenue à Saint-Cloud le 19 brumaire. À ce document s’ajoute le compte rendu des événements publiés dans les journaux et quelques feuilles parues le lendemain même35. Il semble également que la relation que Bonaparte fait de cette journée ait été un document prisé, comme le prouve cette estampe publiée par Morret : Séance du Conseil des Cinq-Cents tenue à St Cloud36 (Fig. 4). La lettre reproduit partiellement la proclamation du général, placardée dans tout Paris le lendemain matin37, reprise dans Le Moniteur du 23 brumaire. Bonaparte indique d’abord lui-même qu’il se « présente au Conseil des Cinq-Cents, seul, sans armes, la tête découverte », détail que relèvent les gravures retenues mais au sujet duquel le procès-verbal est muet. Quant aux mouvements des ‘représentants aux poignards, les sources divergent sur l’exacte séquence des événements. Le procès-verbal, à ce sujet, mérite qu’on en cite un long extrait :

  • 38 Procès-verbal de la séance du Conseil des Cinq-cents tenue à Saint-Cloud le 19 brumaire, an VIII, à (...)

« Plusieurs font à grands cris la proposition de déclarer le général Bonaparte hors la loi ; d’autres s’écrient : tue, tue ! Ils s’élancent sur lui, prêts à l’atteindre, les uns armés de pistolets & de poignards, les autres le menaçant de la main. Deux des grenadiers de la garde du Corps législatif, accourus au bruit de cet effroyable désordre, lui font un rempart de leurs corps & le dérobent aux coups des assassins, qui ne dissimulent pas leur rage & exhalent hautement leurs regrets de n’avoir pu le poignarder. En même temps, le président est assailli, menacé par une partie des assassins qui se sont emparés de la tribune ; l’un d’eux lui présente le bout de son pistolet »38

16Aussi la gravure de Morret, contrairement à celles que nous avons présentées jusqu’à maintenant, a-t-elle cette particularité de montrer Lucien Bonaparte assailli par un représentant (le procès-verbal évoque un pistolet plutôt qu’un poignard ; la proclamation de Bonaparte, moins précise, fait mention d’« armes »). L’artiste, de plus, n’hésite pas à superposer les diverses péripéties de cet épisode en un seul et même instant, comme ces quelques députés réfractaires fuyant par les fenêtres. Cette scène fait référence à l’intervention de la force armée, destinée à « libérer » la salle des « factieux », afin que la majorité puisse délibérer paisiblement. Or cette intervention, en réalité, fut menée alors que Lucien et son frère n’étaient déjà plus présents dans l’enceinte ! Après que le général, qui avait lui-même quitté la salle dans le plus grand tumulte, eut envoyé quérir le président pour le soustraire à la fureur des « assassins », Lucien prononça sa fameuse harangue aux troupes stationnées à l’extérieur du palais. Nous nous permettons ici d’en citer un large extrait, tant cette harangue fut décisive non seulement dans la réussite du coup d’état, mais influera également l’intelligence de l’événement par les contemporains. Lucien Bonaparte déclara que :

  • 39 Harangue de Lucien Bonaparte citée in E. N., Lettre historique sur la révolution du dixhuit brumair (...)

« l’immense majorité de ce conseil est dans ce moment, sous la terreur de quelques représentans à stilets, qui assiégent la tribune, présentent la mort à leurs collègues et enlèvent les délibérations les plus affreuses. Ces audacieux brigands, sans doute soldés par l’Angleterre, se sont mis en rebellion contre le conseil des anciens, et ont osé parler de mettre hors la loi le général chargé de l’exécution de son décret, comme si nous étions encore à ce temps affreux de leur règne, où ce mot de hors la loi suffisoit pour faire tomber les têtes les plus chères à la patrie. Je vous déclare, toujours comme président, que ce petit nombre de furieux se sont mis eux-mêmes hors la loi, par leurs attentats contre la liberté de ce conseil. Au nom de ce peuple qui, depuis tant d’années, est le jouet de ces misérables partisans de la terreur, je confie aux guerriers le soin de sauver la majorité de leurs représentans, afin que délivrés des stilets par les bayonnettes, elle puisse délibérer sur le sort de la république. [...] Quant à ceux qui resteraient dans l'Orangerie, que la force les en expulse ; ces brigands ne sont plus les représentans du peuple, mais les représentans du poignard. Que ce titre leur reste ; et lorsqu’ils oseront se montrer au peuple, que tous les doigts les désigne sous ce nom mérité de représentans du poignard »39.

  • 40 A. Aulard, « Bonaparte et les poignards des Cinq-Cents », dans La Révolution française. Revue d’his (...)

17À l’évidence, comme en témoignent les images de notre corpus, l’événement le plus formidable de cette journée fut, aux yeux de tous, la tentative d'assassinat contre Bonaparte. Cet attentat, on le sait aujourd’hui, fut forgé de toute pièce par les vainqueurs afin de hâter le dénouement d’une journée qui prenait un tour peu favorable40. On ne saurait pour autant en tenir rigueur aux graveurs de l’avoir représentée, puisque la tentative d’assassinat contre Bonaparte semblait incontestable aux yeux des contemporains : annoncée le soir même dans les théâtres, affichée partout au réveil des Parisiens le lendemain matin, implicitement attestée les jours suivants par le biais de décrets officiels. Savary, dont le témoignage sur Brumaire compte parmi les plus intéressants, l'avait bien remarqué :

  • 41 Savary, op. cit., p. 36.

« Eh ! qui put douter de ces attentats ? tous les journaux en parlaient ; on voyait chez tel général une collection de poignards, même des poignards d’Égypte, des pistolets, etc., trouvés dans la salle du Conseil des Cinq-cents, après l’évacuation. On avait sous les yeux ce fameux discours, prononcé au milieu du camp, par le président de ce Conseil, discours imprimé et répandu avec tant de profusion. »41.

18Ce souci de révéler et de mettre au jour l’événement témoigne d’une volonté manifeste, de la part des nouvelles autorités, d’occuper rapidement l’espace public. Et l’on devine déjà l’inévitable jeu de réciprocité qui en découle : les imagiers reprennent les faits rapportés et communément admis de tous et, en retour, la mise en image parvient à créer, en quelque sorte, un effet de vérité. Les images possédant une charge symbolique, lourde de sens, elles créent sinon l’événement, du moins la mémoire de l’événement aux yeux des contemporains. Elles participent, par voie de conséquence, à la mise en place d’un imaginaire renforçant les perceptions populaires au sujet de Brumaire.

La portée de l’événement

  • 42 Collignon, Causes secrètes du 18 Brumaire et des journées suivantes dévoilées aux yeux du peuple, s (...)

19L’établissement d’une distinction entre les deux représentations possibles qu’offraient Brumaire était indispensable car les journées du 18 et du 19 renvoient elles-mêmes, par l’illustration, à des valeurs bien distinctes l’une de l’autre. Aussi les événements de Brumaire an VIII, à travers les images de notre corpus, possèdent assez peu les accents d’un coup d’état ou d’un renversement de la représentation nationale. N’est-ce pas plutôt Bonaparte qui apparaît ici en victime ? Bonaparte, le plus brillant produit de l’armée française, se présentant au Conseil des Cinq-Cents tête nue en guise de respect, venu apporter son soutien au Corps législatif « pour sauver encore une fois la patrie entière, eh ! que lui réserve-t-on à son retour ? l’assassinat »42.

  • 43 Nous avons abordé ce sujet par le biais d’un recueil gravé lors d’un colloque tenu à l’Université d (...)

20Cette mise en image de l’événement via le 19 brumaire n’étonnera pas dès lors qu’on la met en rapport avec la production directoriale. Car qu’y apercevait-on déjà ? À travers l’imagerie directoriale, qui est le récit en images des succès militaires et de l’idée qu’on se forgeait de la France à travers elle, s’est opéré un transfert symbolique qui témoigne d’une dépréciation marquée de la figure du législateur au profit du militaire43. Si la journée du 18 Brumaire est à cet égard peu bavarde, celle du 19 ne laisse subsister aucun doute : la donne est claire, elle est sans ambages. C’est, en somme, la dépréciation du personnel politique, bien illustrée par les images de Bonaparte à Saint-Cloud.

21Figures bien antagonistes que celles de Bonaparte et des députés ! Les contemporains n’ont d’ailleurs pas manqué de le relever. Le pamphlétaire Collignon, à cet égard, fait preuve d’un manichéisme éclatant :

  • 44 Collignon, op. cit., p. 1-2.

« Pendant que Buonaparte guidait en Italie le courage des guerriers de la république, tandis que ce héros s’exposait à mille dangers ; pour étendre la gloire d’une nation libre et indépendante, que faisait-on dans l’intérieur ? on se partageait le fruit de ses travaux, on publiait ses victoires, ses triomphes, il envoyait en France l’or des pays conquis, cet or paraissait une minute au prétendu trésor national, et de ce trésor dans les poches de ces messieurs si connus, que la journée du 18 Brumaire a totalement démarqués. »44.

  • 45 Causes secrètes de l’assassinat commis par le voleur Aréna, sur le général Bonaparte, s.l.n.d., 2 p

22Entendons ici 18 Brumaire en tant que terme générique, incluant l’indispensable acte final qui se joua le lendemain au Conseil des Cinq-Cents. Et qui mieux, dans la distribution des rôles, que le représentant Arena, « ce monstre »45, l’assassin du général, pour incarner l’image du politique veule, qui met en péril la république par avarice ? C’est d’ailleurs Arena, Destrem, Briot et consort que nous présentent les images, ceux qui seront, au terme de cette journée, exclus de la représentation nationale « pour excès » et « attentats », et dont les noms seront publiés quelques jours après le coup d’état.

23Brumaire, ainsi que l’ont représenté les graveurs, semble bien être le prolongement de ce transfert de valeurs déjà aperçu dans l’imagerie directoriale.

24Celle-ci avait bien préparé les esprits et Brumaire apparut sans doute, aux yeux des contemporains, comme une suite naturelle à quelque cinq années émaillées de coups d’éclats et de gloire émanant de la seule force armée. En cela, l’imagerie brumairienne semble bien obéir à des valeurs différentes de celles que nous lui attribuons ordinairement. Tout laisse croire qu’on y a vu moins un moment fondateur qu’un épisode supplémentaire à ajouter au dossier de l’impéritie des politiques. Le faible nombre d’images produites tend également à montrer qu’à cette époque, Brumaire ne revêtait aucun caractère d’exceptionnalité, hormis l’attentat perpétré contre Bonaparte. Mais en représentant ainsi Bonaparte, elle témoigne aussi d’un état d’esprit, d’une accoutumance des contemporains, voyant dans le secours des armes une garantie quant à la saine conduite des affaires intérieures : « les braves grenadiers, en sauvant Buonaparte ont sauvé la France », suggère encore le sous-titre de l’estampe de Morret (Fig. 4, p. 593).

25En définitive, Brumaire nous apparaît, du point de vue de l’image, moins comme une rupture et bien davantage en continuité avec l’imaginaire politique directorial. Sans doute le construit historiographique depuis deux siècles a-t-il créé des attentes, mais celles-ci ne se matérialisent pas en images. Loin de nous la prétention de contester qu’il y eut bien rupture au plan politique ! Nous pensons seulement que le moment Brumaire fut ressenti autrement par les contemporains. Mais ce constat, peut-être, demeure-t-il encore imparfait, faute d’avoir pu y adjoindre et dépouiller, de manière exhaustive, les indispensables compliments à l’étude de l’imaginaire que sont les pamphlets et les journaux. Vaste chantier, le sondage historique de l’imaginaire collectif demeure une tâche ardue et délicate. Nous pensons néanmoins l’avoir accompli dans sa forme illustrée et laissons à d’autres le soin d’infirmer ou confirmer nos hypothèses. Car cette étude, pour être complète, mérite encore qu’on la mesure à l’aune d’un territoire plus vaste : celui des multiples champs disciplinaires ayant la Révolution pour objet.

Fig. 1. Journée du 18 Brumaire An 8. 9 novembre 1799.
Gravure à l’eau forte et au burin par Couché fils d’après Duplessi-Bertaux, 9 x 12,2 cm (trait carré) (Musée Carnavalet, Paris, Hist PC 024 bis H)

Fig. 2. XIXBrumaire de Van VIII. Bonaparte à Saint-Cloud.
Gravure à l’eau-forte et au burin par Helman d’après Monnet, 34.5 x 47,5 cm (Bibliothèque nationale de France, Paris, Coll. De Vinck, 7414)

Fig. 3. Séance du Corps Législatif à l'Orangerie de Saint-Cloud. Apparition de Bonaparte et journée libératrice du 18 Brumaire an VIII.
Gravure anonyme à l’eau-forte et au pointillé, publiée par Descourtis, 30 x39,5 cm (Musée Carnavalet, Paris, Hist PC 024 bis H)

Fig. 4. Séance du Conseil des Cinq-Cents tenue à Saint-Cloud.
Gravure anonyme au pointillé, publiée par Jean-Baptiste Morret, 16.8 x 25,1 cm (Bibliothèque nationale de France, Paris, Collection De Vinck, n° 7409)

Notes

14 Nous tenons à remercier le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) et le Fonds pour la Formation et l’Aide à la Recherche - Québec (FCAR), subventionnaires de nos recherches sur la gravure révolutionnaire.

15 L’outil indispensable pour ce type de recension demeure : L. Beaumont-Maillet et O. Faliu dir., Images de la Révolution française, catalogue du vidéodisque produit à l'occasion du Bicentenaire de la Révolution, t. 1 : Présentation, dictionnaire, index, t. 2 et 3 : Notices bibliographiques, Paris. Bibliothèque nationale et Pergamon Press, 1990, 3 vol. Il faut également compter parmi les ouvrages de base celui de M. Roux, Un siècle d’histoire de France par l’estampe, 1770-1871. La Collection De Vinck. Inventaire analytique, t. 4 : Napoléon et son temps : Directoire, Consulat et Empire, Paris, Bibliothèque nationale, 1969. Les références subséquentes à cet inventaire seront ainsi signalées : De Vinck, suivi du numéro de la notice correspondante à l’oeuvre retenue pour la présente étude.

16 Corps législatif. Conseil des Cinq-Cents. Opinion de Chabaud (du Gard), sur le projet de résolution. Séance du 19 brumaire an VIII, Saint-Cloud, de l’imprimerie nationale, 19 brumaire an VIII, p. 1.

17 L’expression exacte figure dans de nombreuses adresses émanant des administrations provinciales au gouvernement. Voir la centaine de dossiers sous la cote AF IV 1443 (Arch. nat. de France).

18 Afin d’éviter toute méprise, nous entendons par composition un sujet gravé sur le cuivre, oeuvre unique en soi. Nos chiffres ne renvoient donc pas au tirage des oeuvres, qui peut aisément atteindre plusieurs centaines d’exemplaires. Sur cette distinction fondamentale, voir notamment C. Hould, « La propagande d’État par l’estampe durant la Terreur », dans M. Vovelle, dir., Les images de la Révolution française, Actes du colloque tenu en Sorbonne (25-27 octobre 1985), Paris, Publications de la Sorbonne, 1988, p. 29-37.

19 La pertinence de cette commémoration souleva de nombreux débats au Conseil des Cinq-Cents ; on en consultera les détails dans la collection Le (Le-1353 et passim), conservée à la Bibliothèque nationale de France. Voir également M. Ozouf, « De thermidor à Brumaire : le discours de la Révolution sur elle-même », dans Revue historique, 94e année, tome CCXLIII, 1970, p. 57-65.

20 « Loi relative aux fêtes nationales », Bulletin des lois, no 340, loi no 3496, 3 nivôse an IX, p. 2 : « il importe à la liberté et à la prospérité publique, de conserver les seules fêtes nationales qui ont été accueillies par tous les Français, sans laisser aucun souvenir qui tende à faire naître des divisions parmi les amis de la République. »

21 On se convaincra de cette volonté commémorative inexistante en consultant, par exemple, cet État des médailles que le gouvernement a ordonné de frapper depuis le 18 Brumaire an VIII, Arch. nat., AF IV 1049, dossier « Monuments », pièce I. Il s’agit d’un état dressé jusqu’au 19 brumaire an IX par le ministère de l’Intérieur ; les journées du 18 et du 19 Brumaire an VIII n’y figurent pas.

22 Les portraits des Tableaux historiques forment un recueil d’une soixantaine de feuilles, chacune affichant un médaillon d’un personnage, une vignette illustrant un fait mémorable dû à ce personnage, suivi le plus souvent d’un texte explicatif. Les exemples ici cités sont : Bonaparte, Premier Consul de la République française, le 18 Brumaire an VIII, gravure à l’aquatinte par Levachez (portrait) - Bataille de Marengo commandée par le premier Consul, le 25 Prairial, an VIII, gravure à l’eau-forte par Jean DuplessiBertaux (vignette), De Vinck, no 7435. Joseph Emmanuel Sièyes, né à Frejus le 3 mai 1748, gravure à l’aquatinte par Levachez (portrait) - Abolition du Directoire, le 18 Brumaire an VIII, gravure à l’eau-forte par Jean Duplessi-Bertaux (vignette), De Vinck, no 6606.

23 Ceci étant dit, il ne faut pas déduire que le faible nombre de représentations de Brumaire signifie que les contemporains aient mésestimé pour autant la portée historique de l’événement. Deux grandes suites gravées de la période révolutionnaire seront augmentées d’estampes faisant référence à Brumaire, sujet qui aura la particularité de clore ces suites ; il s’agit des Principales journées de la Révolution de Monnet et Helmann et des Tableaux historiques de la Révolution française, ouvrage publié par Auber (1791-1804).

24 Voir le livret du Salon de 1800 (an VIII) : Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure des artistes vivons exposés au Muséum central des arts, Paris, Imprimerie des Sciences et des Arts, an VIII, p. 12, no 63.

25 Cf. livret du Salon de 1801 (an IX), p. 10-11, no 49. Sur ce tableau, voir également M. Sandoz. Antoine-François Callet (1741-1823), Paris, Édiart-Les Quatre chemins, 1985, p. 123-124. L’œuvre se trouve aujourd’hui au Musée national du château de Versailles.

26 Thomas Thomé et Jean-Baptiste Poiret virent leur geste de bravoure officiellement récompensé par un décret leur octroyant une pension de 600 livres. Voir « Loi qui accorde des pensions aux Cens. Thomas Thomé et Jean-Baptiste Poiret », dans Bulletin des lois no 340, résolution no 3495, 3 nivôse an VIII, p. 1-2.

27 Cornet, Notice historique sur le 18 Brumaire ; par le Président de la Commission des Inspecteurs du Conseil des Anciens, alors le citoyen Cornet, représentant du peuple, aujourd’hui le Comte de Cornet, pair de France, Paris, Lheureux et Ladrange, 1819, p. 16. L’auteur ne livre évidemment pas un témoignage impartial, puisqu’il était luimême instruit du secret. Savary nuancera d’ailleurs cette appréciation de l’événement, en reprochant à Cornet de n’avoir pas mesuré les conséquences du coup d’état sur les proscrits : « Vous n’avez pas sans doute connu les suites de la journée de Saint-Cloud, je vous en félicite. » Cf. M. Savary, Mon examen de conscience sur le 18 Brumaire an VIII, (9 novembre 1799), par M. Savary, ex-membre du Conseil des Anciens, au corps législatif, Paris, chez Barrois l'aîné, 1819, p. 36.

28 Gravure à l’eau-forte et au burin par Couché fils d’après Duplessi-Bertaux. 9 x 12,2 cm (trait carré). Musée Carnavalet, Paris, Hist PC 024 bis H.

29 L’estampe appartient vraisemblablement à une Histoire de la Révolution française, si nombreuses au XIXe siècle, et que nous n'avons pu encore identifier. Sans doute cette image a-t-elle été conçue après 1819 : la thèse de l’attentat alors démystifiée, cette représentation de Brumaire devenait en conséquence la seule possible.

30 Il s’agit de la 15e et dernière planche des Principales journées de la Révolution.

31 144e et dernier sujet des Tableaux historiques de la Révolution française'. Journées des 18 et 19 brumaire an VIII, eau-forte par Duplessi-Bertaux, terminée au burin par Dupréel. De Vinck, no 7412. L’estampe est annoncée en août 1800 dans la rubrique « Ouvrages sous presse » du Journal général de la littérature de France, Fructidor an VIII, troisième année, no 9, p. 280.

32 Cf. De Vinck, no 7414 ; l’estampe est annoncée comme devant « paraître prochainement ». Elle sera de nouveau annoncée dans le Journal général de la littérature de France, vendémiaire an X, année quatrième, no 10, p. 338.

33 Il s’agit ici d’un premier état ; le second sera publié avec la correction appropriée. Cf. De Vinck, n° 7406. La date erronée demeurera longtemps en usage, comme le suggère la composition de Monnet et Helmann reprise, en 1817, par l’éditeur Bance pour le tome I de ses Campagnes mémorables des Français en Egypte, en Italie, en Hollande, en Allemagne. Voir De Vinck, no 7414.

34 L’occasion est belle ici de rappeler que si la gravure constitue une éloquente forme de témoignage historique, elle n’est pas pour autant un reportage fidèle des événements. Un constat de prudence méthodologique doit être posé dans l’utilisation de l’estampe à des fins historiques.

35 Détail de tout ce qui s’est passé hier au conseil des Cinq Cents, à St Cloud, lettre de Barras. Entrée de Bonaparte au conseil des 500. Dangers qu’il y a courru d'être assassiné [...], [Paris], s.d., 8 pages ; Relation de l’assassinat tenté au sein du Conseil des Cinq-Cents sur le général BUONAPARTE [...], s.l.n.d., 4 pages ; Dumont, Détail des événemens qui ont eu lieu dans la Commune de Saint-Cloud. - Tentative d’assassiner le Général Buonaparte à coups de poignard, dans l'intérieur de la salle du Conseil des Cinq-Cents, [Paris], Gauthier, [1799], 4 p. Tout laisse penser que ces feuilles furent publiées dans la plus grande précipitation en raison des nombreuses coquilles dont elles sont parsemées.

36 Gravure anonyme au pointillé, publiée par Jean-Baptiste Morret. 16,8 x 25,1 cm. Bibliothèque nationale de France, Paris, De Vmck, no 7409.

37 Proclamation du général en chef Bonaparte, le 19 brumaire, onze heure du soir, dans Bibliothèque historique de la Révolution. An VIII. Evénements des 18 et 19 brumaire et jours suivons, Paris, Rondonneau, [1800], p. 72-73.

38 Procès-verbal de la séance du Conseil des Cinq-cents tenue à Saint-Cloud le 19 brumaire, an VIII, à Saint-Cloud, de l’Imprimerie nationale, p. 24.

39 Harangue de Lucien Bonaparte citée in E. N., Lettre historique sur la révolution du dixhuit brumaire, ses causes et ses effets. Du 22 brumaire, s.l.n.d., p. 33-34.

40 A. Aulard, « Bonaparte et les poignards des Cinq-Cents », dans La Révolution française. Revue d’histoire moderne et contemporaine publiée par la Société de l’histoire de la Révolution, tome XXVII, août 1894, p. 113-127.

41 Savary, op. cit., p. 36.

42 Collignon, Causes secrètes du 18 Brumaire et des journées suivantes dévoilées aux yeux du peuple, s.l.n.d., p. 3.

43 Nous avons abordé ce sujet par le biais d’un recueil gravé lors d’un colloque tenu à l’Université de Giessen en juin 1998 : « De l’édition à l’édification : la représentation du civisme révolutionnaire à travers les portraits des Tableaux historiques de la Révolution française », Das internationale Bildgedächtnis eines welthistorischen Ereignisses : Die Tableaux historiques de la Révolution française in Frankreich, den Niederlanden und Deutschland 1791-1815. À paraître.

44 Collignon, op. cit., p. 1-2.

45 Causes secrètes de l’assassinat commis par le voleur Aréna, sur le général Bonaparte, s.l.n.d., 2 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Journée du 18 Brumaire An 8. 9 novembre 1799.Gravure à l’eau forte et au burin par Couché fils d’après Duplessi-Bertaux, 9 x 12,2 cm (trait carré) (Musée Carnavalet, Paris, Hist PC 024 bis H)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2687/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 2. XIXBrumaire de Van VIII. Bonaparte à Saint-Cloud.Gravure à l’eau-forte et au burin par Helman d’après Monnet, 34.5 x 47,5 cm (Bibliothèque nationale de France, Paris, Coll. De Vinck, 7414)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2687/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 3. Séance du Corps Législatif à l'Orangerie de Saint-Cloud. Apparition de Bonaparte et journée libératrice du 18 Brumaire an VIII.Gravure anonyme à l’eau-forte et au pointillé, publiée par Descourtis, 30 x39,5 cm (Musée Carnavalet, Paris, Hist PC 024 bis H)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2687/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 4. Séance du Conseil des Cinq-Cents tenue à Saint-Cloud.Gravure anonyme au pointillé, publiée par Jean-Baptiste Morret, 16.8 x 25,1 cm (Bibliothèque nationale de France, Paris, Collection De Vinck, n° 7409)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2687/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search